La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

     Après la mort d’Auguste Comte, les disciples « orthodoxes » du positivisme, dirigés selon les vœux du « Maître » par Pierre Laffitte, professeur de mathématiques, s’engagent à continuer l’œuvre pédagogique du philosophe : ils reprennent les cours publics et gratuits, en suivant au plus près les plans d’enseignement de Comte. Ils diffusent également des brochures et de petits opuscules sur des points précis de la doctrine positiviste, susceptibles de cimenter l’opinion. Ils fondent et financent aussi une « Imprimerie positiviste » et reconstituent le fonds d’ouvrages de la Bibliothèque positiviste imaginée par Auguste Comte.

          Par ailleurs, les disciples donnent des séries de conférences en privilégiant les interventions dans les « bibliothèques populaires ». Celles-ci, dont on peut dater l’acte de naissance à 1861 et à la fondation de la BAI, se multiplient dans les années 1870 et 1880 et connaissent un véritable essor qui durera jusque dans le premier tiers du XXe siècle. À partir de 1876, P. Laffitte intervient ainsi régulièrement à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIVe arrondissement à Montrouge mais aussi dans les bibliothèques populaires des autres arrondissements. Il est suivi par d’autres positivistes comme le syndicaliste Isidore Finance qui donne des conférences à la Bibliothèque populaire du XVIIIe arrondissement. Profitant de l’essor des bibliothèques populaires et des lieux de diffusion des savoirs, les années 1870-1880 voient ainsi se développer une importante activité de propagande et d’enseignement positiviste. Les disciples positivistes utilisaient non seulement le réseau des bibliothèques populaires, mais aussi celui des Sociétés philotechniques voire des mairies parisiennes pour donner des cours – de mathématiques, de biologie, d’astronomie, d’histoire – et des conférences visant à présenter et à vulgariser le positivisme. Cette activité se concrétise en outre par l’établissement, dans les foyers positivistes de province, de bibliothèques de consultation et d’emprunts d’ouvrages qui servent bien souvent de lieux de réunion et d’enseignement.

          Dans le cadre de ces activités d’enseignement et d’éducation populaire, la création par les positivistes d’une bibliothèque populaire à Paris n’a donc rien de surprenant. Toutefois, la destinée étrange de cette initiative, les questionnements plus larges relatifs à la perception de l’œuvre de Comte qu’elle suscite ont de quoi interpeller. Nous verrons d’abord que l’établissement de bibliothèques positivistes est une initiative relativement ancienne à l’échelle du mouvement post comtien et que les premières réalisations dans ce domaine sont éloignées du foyer parisien. Nous nous intéresserons ensuite au fonctionnement proprement dit de la bibliothèque positiviste ainsi qu’à ses activités d’enseignement et de propagande. Nous verrons enfin comment s’est conclue cette initiative.

La Bibliothèque de la rue Réaumur : positiviste et populaire

 

Les bibliothèques positivistes : l’œuvre des disciples

     Dès 1862, Pierre Laffitte évoque l’idée d’une « bibliothèque positiviste publique »  constituée d’abord par le fonds d’ouvrages de la bibliothèque positiviste prévue par Auguste Comte. Je cite la quatorzième Circulaire positiviste : « Nous avons déjà commencé à réunir au 10, Rue Monsieur-le Prince, les éléments de cette bibliothèque qui sera constituée par des dons volontaires qui ont servi à fonder et qui serviront à compléter soit la bibliothèque parisienne, soit celle de M. Edger en Amérique. Les livres, bien entendu, doivent être ceux du catalogue dressé par Auguste Comte. Aucun autre n’est susceptible de faire partie de ces bibliothèques1 » Dans la 22e Circulaire positiviste d’août 1870, Pierre Laffitte se dit à l’origine de l’établissement d’une bibliothèque positiviste à Puteaux. Il s’agit d’une bibliothèque de prêt dont il laisse par la suite la direction à Fabien Magnin : « M. Magnin, à Puteaux, par une heureuse initiative, a perfectionné cette organisation en établissant un registre où sont inscrits non-seulement les noms et domiciles de ceux à qui sont prêtés des livres, mais aussi la profession2. » Il souligne l’importance, pour la constitution du fonds documentaire, du concours des positivistes britanniques, sans doute l’un des groupes les plus dynamiques à l’époque, qui, « avec cette précise notion de devoir qui les caractérise, ont immédiatement concouru par des dons volontaires à l’extension de nos bibliothèques3. » Laffitte indique aussi l’existence d’une Bibliothèque positiviste à Bordeaux dont il n’a pas cette fois, semble-t-il, l’initiative. Elle se situe alors dans un local, au 29 rue Tanesse, est ouverte le lundi et le jeudi de 16h à 18h, propose également des prêts de livres et la mise à disposition de l’ensemble des ouvrages constitutifs de la Bibliothèque positiviste d’Auguste Comte: « Des dons divers, et surtout le zèle de M. Avezac-Lavigne, ont permis d’arriver à cet égard à une réalisation presque complète du catalogue formé par Auguste Comte4. » Elle semble toujours en activité en 18855. Une bibliothèque est également fondée à Marseille et animée par le docteur G. Audiffrent, mais sur laquelle il n’existe guère d’informations. Le Centre positiviste havrais, ouvert le 14 mai 1880 au 44 rue des Pincettes, propose des réunions le mercredi à 20h30 et met des livres à la disposition des ouvriers et des sympathisants les dimanches de 10h00 à midi. S’y déroulent également conférences et réunions.

          À l’étranger, Laffitte mentionne également une bibliothèque positiviste à Londres, fondée par Richard Congreve, principal représentant du positivisme britannique, qui, souligne-t-il, « fait partie de tout un système d’enseignement et de propagande ».

          Au-delà de l’enseignement et des conférences se développe ainsi, dès le début des années 1870, une véritable activité positiviste de mise à disposition et de diffusion d’ouvrages. Dans la 14e circulaire, Pierre Laffitte appelle clairement à fonder une Bibliothèque positiviste qui disposerait d’un local, d’une administration propre, tout en restant subordonnée à la direction du positivisme: « Le système d’enseignement doit, au moins pendant la transition, être complété par une bibliothèque positiviste publique destinée à donner satisfaction, en le réglant, au besoin de lecture éprouvé par le prolétariat6 . » Mais l’autre but s’avère clairement politique : la fondation d’une telle bibliothèque doit détourner les ouvriers de la lecture inutile de la presse : « Les prolétaires pourront ainsi s’initier à la connaissance des chefs-d’œuvre intellectuels de l’Humanité, au lieu de satisfaire leur goût d’instruction par des lectures désordonnées, déterminées par un journalisme tout au moins incompétent7. » Il faut donc permettre aux prolétaires de s’instruire mais strictement dans l’esprit positiviste.

 

          Le projet de la fondation d’une bibliothèque positiviste au cœur de Paris germe à la fin de l’année 1879 sur l’initiative exclusive des disciples. 21 adhésions individuelles sont enregistrées en amont de la fondation de la Bibliothèque8 en novembre et décembre 1879. Elles sont complétées par celle du Cercle des cuisiniers positivistes9, qui amène à elle seule 40 francs.  Ces adhésions initiales sont complétées par un don important (100 F) de l’avocat et mécène positiviste valenciennois Jean-Baptiste Foucart, connu pour son soutien appuyé du célèbre sculpteur nordiste Carpeaux. Au début de l’année 1880, avant l’inauguration officielle, 6 positivistes viennent grossir le nombre des adhérents.

          Le 1er mars 1880, les positivistes parisiens inaugurent le local de leur bibliothèque au 58 de la rue Réaumur à Paris dans « un des quartiers les plus populeux et les plus actifs de Paris, (…) près le Conservatoire des arts et des métiers10 ». La rue Réaumur, nommée d’après le célèbre naturaliste et physicien du XVIIIe siècle, a été percée au début de la période haussmannienne. De nombreux changements et travaux à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle ont considérablement modifié sa configuration initiale. Si le n°60 (qui correspond au musée des arts et métiers) existe toujours, nous n’avons pas trouvé trace d’un n°58. Il est probable que les aménagements successifs du croisement de la rue Réaumur et de la rue de Turbigo aient eu pour conséquence la disparition pure et simple de certains numéros de la première citée.

La bibliothèque positiviste populaire de la rue Réaumur (1881) – Archives Maison Auguste Comte

 

     Les positivistes installent ici leur Bibliothèque positiviste à laquelle ils adjoignent le terme populaire, affirmant ainsi la destination première de cette initiative : le prolétariat. Le montant du loyer, qui s’élève à plus de 700 F par an, auxquels s’ajoutent l’enregistrement du bail et les dépenses de fonctionnement, n’est guère couvert par les recettes, constituées essentiellement par les adhésions (à hauteur de 550 F pour l’année 1880) et la sous-location de la salle (361 F), même si le trésorier, Henri Delpey, se veut optimiste lors de la première Assemblée générale : « Ce déficit n’est qu’apparent ; il provient de frais inévitables d’un premier établissement et de ceux de six mois de loyer d’avance par suite du bail conclu avec le propriétaire du local11. » La Société est donc obligée de contracter un emprunt. La salle est décorée par une représentation des grands hommes issus du calendrier positiviste et par un buste d’Auguste Comte.

          Les conditions d’admission sont clairement édictées dans les statuts. Pour être admis, un membre, doit être présenté par 2 membres adhérents. En outre, le sociétaire doit être majeur et les femmes peuvent être admises comme membres. Enfin, tout adhérent doit s’acquitter d’un droit d’admission (2 F) puis d’une cotisation mensuelle (50 c minimum). La bibliothèque est dirigée par un Conseil d’administration comportant 7 membres dont un président, un trésorier, un secrétaire, un bibliothécaire et trois autres administrateurs. À sa création le Bureau de la Bibliothèque se compose de Benard, président, comptable de son état, sur lequel nous n’avons que peu (voire pas) de renseignements. Figure également Élie Boudeau, secrétaire, représentant de commerce devenu industriel (fabriquant de savons) mais présenté comme comptable dans les statuts ; il est aussi franc-maçon et membre de la Ligue des patriotes et l’un des « jeunes espoirs » du mouvement positiviste de l’époque, auquel il a adhéré en 1877. Le trésorier, Henri Delpey, employé municipal, est quant à lui Membre du cercle des prolétaires positivistes. Le Bibliothécaire n’est autre qu’Alfred Dubuisson, employé de Librairie. Parmi les autres administrateurs figurent deux prolétaires positivistes Genin, ouvrier cuisinier et Maurice, ouvrier peintre en bâtiment ainsi qu’Adolphe Vaillant, employé d’administration.

Carte de sociétaire (Albert Dubuisson, 1882) – Archives Maison Auguste Comte

     La Bibliothèque s’administre en fait comme une Société, sur le modèle qui sera celui des associations « loi 1901 ». Une assemblée générale se réunit une fois par an « à l’effet d’entendre la lecture des Rapports concernant la marche de la société pendant l’exercice écoulé et sa situation actuelle12. » Le lien avec la direction du positivisme du 10 Rue Monsieur-le-Prince est clairement établi dans les statuts, puisqu’ en cas de dissolution de la Bibliothèque positiviste, « les volumes, le matériel et l’actif restant appartiendra de droit à la Direction positiviste13. » D’abord ouverte, à l’origine, le mardi et le vendredi de 8h à 10h du soir14, la bibliothèque ouvre, dès 1881, le mardi, le jeudi et le vendredi de 9 à 10h du soir.

Statuts de la bibliothèque positiviste populaire (1880) – Archives Maison Auguste Comte

 

Les activités de la bibliothèque : lecture, conférences, enseignement et propagande positiviste

 

Le fonds d’ouvrages :

 

          Pierre Laffitte, dans la 33e circulaire positiviste parle, malgré ces difficultés initiales, d’une « initiative extrêmement heureuse et susceptible d’une grande portée15. » Il s’agit en premier lieu de mettre à disposition des adhérents les ouvrages désignés par A. Comte dans sa « Bibliothèque du prolétaire du 19e siècle » et d’offrir, d’après les statuts « les connaissances générales utiles au prolétaire16 ». Cette bibliothèque, « composée, quant au fonds, des ouvrages poétiques, scientifiques et philosophiques indiqués par Auguste Comte17», regroupe aussi bien les œuvres de Shakespeare, Dante, Descartes, Walter Scott, Chateaubriand que les travaux de Bichat, Delambre, Buffon, Descartes ou Aristote, soit « tous les chefs d’œuvres de l’esprit humain18 ». Elle paraît premièrement sous la forme d’une brochure en octobre 1851 puis dans la préface du Catéchisme positiviste l’année suivante. Elle est modifiée en 1854, dans le dernier tome du Système et prend le nom de Bibliothèque positiviste, mais il est bien spécifié dans les statuts que c’est sur la « Bibliothèque du prolétaire du 19e siècle » que le catalogue de la bibliothèque de la rue Réaumur se fonde.

           Cette mise à disposition se fait en échange d’un « très modeste concours pécuniaire. » Le fonds d’ouvrage primitif a été constitué rue Monsieur-le-Prince comme l’indique le Président de la Bibliothèque lors de la première Assemblée générale : « Avec le temps, de la patience et aussi un peu d’argent, les positivistes parvinrent à réunir, 10, rue Monsieur-le-Prince, la plus grande partie des ouvrages composant le catalogue formé par Auguste Comte : ce fut-là la première bibliothèque positiviste ; nous l’avons transportée ici19. » La bibliothèque bénéficie également des dons des 175 ouvrages qui constituaient la bibliothèque positiviste américaine et réunis par Henry Edger, ainsi que ceux, plus modestes, de Jules Mahy, Jorge Lagarrigue, Miguel Lemos, Auguste Vaillant ou encore Edouard Foley, qui complètent le fonds initial. Au début de l’année 1881, le fonds de la bibliothèque de la rue Réaumur est ainsi composé « de 600 volumes environ tant brochés que cartonnés ou reliés20 ». Il est probable qu’au-delà des ouvrages constituant la bibliothèque du prolétaire au 19e siècle, un certain nombre des publications d’Auguste Comte et des disciples positivistes aient été mis à la disposition des lecteurs, notamment les ouvrages de Pierre Laffitte sur Le positivisme et l’économie politique, les Grands types de l’Humanité (reprenant certains de ses cours publics et gratuits, publiés en 1875-76) ou sur l’Histoire générale de l’Humanité (1859) ou bien encore les programmes détaillés des cours. Il est probable que l’on y trouvait également des « classiques » du positivisme post comtien comme la  Notice sur l’œuvre et la vie d’ A. Comte et les essais du docteur Robinet sur Danton et la révolution, ou l’Essai sur la prière de Lonchampt. En outre, il est possible qu’aient été mis à disposition des lecteurs les quelques brochures concernant le positivisme ouvrier des discours prononcés au congrès ouvrier de Paris ou de courts textes concernant le travail ou les coopératives et chambres syndicales ouvrières écrits par des prolétaires positivistes tels que Magnin, Finance ou Laporte.

           La vente de quelques doublons d’ouvrages présents dans le fonds de la bibliothèque permettait également de financer les travaux de reliure et d’acquérir d’autres ouvrages. Le bibliothécaire, Alfred Dubuisson, dénombre « 217 volumes […] prêtés, en 1880, à 66 personnes différentes. » Un résultat « satisfaisant vu le petit nombre actuel de nos adhérents » précise-t-il.

            Si l’on peut se faire une idée assez précise du type d’ouvrages présents à la consultation, le lectorat de la bibliothèque est en revanche extrêmement mal connu. Si les statuts confirment le but de s’adresser à une cible prolétaire et ouvrière (« Concourir à l’émancipation intellectuelle et morale du prolétariat …. Propager les connaissances générales utiles aux prolétaires»), rien n’indique que cet appel avait bien été entendu… Nous ne disposons à l’heure actuelle d’aucun témoignage précis de lecteur, ni aucun compte-rendu ou document extérieur susceptible de nous renseigner sur une « sociologie » des personnes fréquentant la bibliothèque. 

Activités d’enseignement et de propagande

         En plus de son activité propre, la bibliothèque de la rue Réaumur offre au mouvement positiviste, un nouveau lieu de réunion et d’enseignement : « Elle organisera ou contribuera à organiser des conférences ou des cours sur des matières scientifiques – mathématiques, astronomie, physique, chimie, biologie, sociologie et morale ; (…)21. » Les fondateurs de la bibliothèque indiquent aussi clairement qu’outre les conférences, la bibliothèque sera un lieu de « prédications propres à la propagande du positivisme, de manière à développer cette transformation des opinions qui est à la base élémentaire de la réorganisation finale de l’Humanité22. » Ainsi, outre sa vocation d’éducation populaire, le but avoué de l’institution d’un tel local est donc bien aussi la diffusion au plus grand nombre des idées positivistes.

Programme des conférences à la bibliothèque positiviste populaire (1881) – Archives Maison Auguste Comte

      L’enseignement est ainsi privilégié car il est considéré comme la principale mission du nouveau pouvoir spirituel de la religion de l’Humanité dans la phase de transition de la société vers l’état positif. Le jour même de l’ouverture officielle de la bibliothèque au public, le 14 mai 1880, débute une série de conférences, inaugurée par un exposé de Joseph Lonchampt sur la vie et l’œuvre d’Auguste Comte. Trois conférences (en juin, juillet et août 1880) ont suivi, toutes données par des « cadres » du positivisme orthodoxe : Paul Dubuisson (sur la question sociale), Charles Jeannolle (sur l’éducation de l’enfant) et le positiviste suédois, le Dr Nyström (sur la politique et la religion en Suède). Ce cycle de conférences se poursuit une fois par mois pour commencer puis devient hebdomadaire à l’automne 1880. Des cycles de conférences publiques et gratuites « dans lesquelles est exposée l’ensemble de la doctrine positiviste » seront ainsi prévus pendant 4 ans et entrent dans le cadre, à partir de l’hiver 1880-1881 de l’Enseignement positiviste supérieur organisé par P. Laffitte.

          Le premier cycle (1880-81) propose « treize conférences sur l’ensemble du positivisme » avec une conférence « d’ouverture » donnée par Pierre Laffitte le 28 octobre 1880 et se poursuit sans discontinuer tous les jeudis à 9h du soir jusqu’au 20 janvier 1881 (conférence de Lonchampt sur la Religion positive).

          Le second cycle (1881-82) se compose d’un nombre plus important de conférences : 19, avec pour intitulé « Sur l’ensemble du dogme et du régime positivistes ». 12 sont consacrées au dogme et aux 7 sciences comtiennes : la cosmologie (qui inclut la physique, la chimie et l’Astronomie), la biologie, la sociologie et enfin la Morale positive. Le « Régime positif » (religion, organisation politique et sociale) fait quant à lui l’objet de 7 conférences.

            À partir du troisième cycle, il est précisé que les conférences de la Bibliothèque de la rue Réaumur se font sous l’égide du Cercle des prolétaires positivistes23. On note, en effet, que sur les affiches annonçant les conférences, se trouve désormais la mention « Bibliothèque du Cercle des prolétaires positivistes de Paris » et non plus « Bibliothèque positiviste » comme c’était le cas pour les cycles précédents. Il est probable que la bibliothèque soit devenue à cette époque une sorte d’« annexe » du Cercle ainsi que leur local de réunion et salle de conférence officiels. La note figurant sur l’annonce du cycle des conférences 1882-83 précise : « Le Cercle des prolétaires […] a aussi pour but de favoriser l’enseignement populaire supérieur par l’organisation de Conférences et par le prêt de livres dans le local de sa bibliothèque, 58, rue Réaumur. – Les prolétaires qui désireraient faire partie du Cercle ou de la Bibliothèque peuvent s’adresser à M. E. Machy, secrétaire […] ou à M. Keufer, président24. »

Programme des conférences à la bibliothèque positiviste populaire (1883-1884) – Archives Maison Auguste Comte

          Ainsi, la Bibliothèque accueille, hors des horaires de conférences et de cours, des réunions du Cercle des prolétaires positivistes mais aussi du Cercle des cuisiniers de Paris, de la Chambre syndicale des cuisiniers et de la Chambre des employés de commerce. Ce qui a permis, comme le souligne Leonel Dal Corno « de nouer de nombreux contacts entre les différents utilisateurs de lieux et d’augmenter considérablement le nombre d’auditeurs des cours et conférences25. » En outre, la sous-location de la Bibliothèque est particulièrement importante pour une structure qui peine à recueillir des fonds pour son entretien. En 1882, ce sont la bibliothèque et ses membres qui organisent la célébration du 25e anniversaire de Pierre Laffitte à la direction du mouvement, preuve que celle-ci devient un bastion incontournable du positivisme parisien.                

 

La fin de la Bibliothèque de la rue Réaumur / Autres tentatives

     L’activité de cette bibliothèque positiviste s’est donc révélée particulièrement dense. Pierre Laffitte autorise la bibliothèque à adhérer au Syndicat des bibliothèques libres de Paris en 1883. Toutefois, un événement décisif va précipiter sa disparition, le 28 décembre 1883. La bibliothèque se voit en effet refuser une subvention de 2000 F du Conseil municipal de Paris, qu’elle a pourtant accordée à toutes les institutions appartenant au Syndicat des bibliothèques libres26. Plusieurs objections sont avancées. L’un des membres du Conseil évoque le fait que « quelles que soient les transformations qu’ait pu subir la doctrine positiviste, elle a cet inconvénient de se manifester par des idées empreintes d’une religiosité très accentuée» et ne saurait donc bénéficier de subventions sous prétexte de neutralité religieuse et philosophique : « Le Conseil a décidé qu’il voulait rester absolument neutre entre les doctrines philosophiques qui se disputent le monde. Pour rester neutre, il doit refuser la subvention27. » Les membres du conseil suggèrent alors que la Bibliothèque abandonne l’adjectif « positiviste » pour être remplacé par « scientifique ». Des débats houleux s’ensuivent mais, malgré les arguments proposés par Eugène Robinet qui défendait sa cause, la Bibliothèque positiviste ne bénéficiera pas de la subvention du conseil de Paris. J.F.E. Chardoillet, qui rend compte des débats dans la Revue Occidentale conclut sur cette note amère : « Pour les positivistes, comme pour la République fait partie du fonds même de leur doctrine politique, il n’y avait aucune contradiction, pour un Conseil républicain, d’aider à leur bibliothèque populaire. Du reste, le positivisme lui-même, […] n’a qu’à se féliciter d’une discussion qui a mis en lumière l’ignorance et l’intolérance de ses adversaires28. »

     À la suite de ce refus, Auguste Keufer, président de la Bibliothèque et du Cercle des prolétaires positivistes, diffuse une circulaire appelant à une mobilisation des positivistes (au-delà du Cercle des prolétaires) pour adhérer à la bibliothèque positiviste afin qu’elle puisse poursuivre sa mission : « Cet échec, qui nous empêche non seulement d’apporter les améliorations que nous avons projetées, mais aussi de maintenir la bibliothèque au degré de fonctionnement qu’elle avait atteint jusqu’ici, peut cependant être atténué par l’augmentation du nombre de ses adhérents » Cela n’empêche pas la tenue d’un cycle de conférences entre janvier et mars 1884, toujours sous l’égide du Cercle des prolétaires positivistes, sans qu’évolue, malgré le manque de moyens, le montant de la cotisation (50 centimes). Laffitte, Antoine, Dubuisson, Monier, Delbet, Robinet, Corra ou encore Finance figurent parmi les intervenants. Ce ne sera pourtant qu’un dernier sursaut : après 1884, aucune source ne confirme que la Bibliothèque soit encore en activité. Plus aucune conférence n’y est annoncée et il semble bien que l’initiative ait été stoppée de manière nette et brutale dans le courant de cette année-ci.

Georges Deherme – Archives Maison Auguste Comte

 

     Pendant une vingtaine d’année, nous ne trouvons aucune trace d’une tentative d’établissement d’une nouvelle bibliothèque positiviste dans Paris. Toutefois, le schisme opéré entre la Société positiviste et la Société positiviste internationale va redonner un petit élan à cette idée. Dès les premières réunions de la SPI en 1906, un projet ambitionnant de réunir en un même lieu toutes les œuvres d’Auguste Comte et des ouvrages sur le positivisme est formulé ((Voir R.P.I., 1906, n°3, p. 302. Voir aussi une « Circulaire » du 1er nov. 1906, R.P.I., 1906, n°4, p. 429.)). Cette idée est reprise en 1907 : un « Règlement » de la future bibliothèque est même donné et des administrateurs désignés29. Il y a donc eu un essai au siège de la S.P.I. 2 rue Antoine-Dubois. Mais on ne trouve guère d’indications sur ses activités, ou/et sa durée de vie30. Un peu plus tard, en 1921, lors de la création du Groupe Auguste Comte par Georges Deherme (voir portrait ci-dessus), il est aussi question d’une librairie et d’une bibliothèque au siège de la rue Saint-Séverin31. On y trouvera d’abord, « soit pour les acheter, soit pour les lire sur place […] tous les ouvrages plus ou moins positivistes, ceux qui ont quelque intérêt pour notre doctrine et enfin ceux qui se rapportent essentiellement aux grandes disciplines religieuses précédentes, et dont la plupart, d’ailleurs, sont inscrits par Comte dans les 150 volumes de la bibliothèque particulière qu’il conseillait à des disciples de former. » Elle ciblait un lectorat composé, d’après Deherme, d’« étudiants et de prolétaires » ; à l’heure, en effet, où l’université commence à s’intéresser à Comte (l’ouvrage de Lucien Levy-Bruhl, La Philosophie d’Auguste Comte, première étude universitaire sur Comte, date de 1904, celle de Jean Delvolvé Réflexions sur la pensée comtienne, de 1908), le rajout des « étudiants » comme cible de lecteurs potentiels n’est pas innocent. Comme pour la bibliothèque de la rue Réaumur, le local de la rue Saint-Séverin sert également de salle de réunion dans laquelle, précise Deherme, seront données « des conférences, ou plutôt des causeries amicales sans prétention. Nous la louerons volontiers aux divers groupes positivistes ou en sympathie ou en convergence avec le positivisme, pour y tenir leurs séances publiques ou privées ». On ne sait avec précision si et comment cette bibliothèque a réellement fonctionné, faut de témoignage. Il est probable que l’expérience n’ait pas duré extrêmement longtemps, faute de moyens humains et financiers. En fait cette relative désaffectation pour les bibliothèques suit le mouvement général qui au XXe siècle voit péricliter les bibliothèques populaires.

Conclusion

     Il n’en reste pas moins l’idée, avec cette bibliothèque populaire positiviste, d’un établissement très proche, dans son mode de fonctionnement, des Bibliothèques des Amis de l’Instruction qui connaissent alors leur essor. Cette tentative et les raisons de son échec illustrent également à merveille toutes les réticences auxquelles ont dû faire face le mouvement positiviste dont une grande partie des républicains se méfiait en raison des développements religieux d’Auguste Comte et du tournant de la Religion de l’Humanité. Ces difficultés ont été celles du mouvement positiviste depuis 1851…

Cite this article as: David Labreure, "La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur," in Bibliothèques populaires, 15/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2414.

Sources et bibliographie :

Leonel Dal Corno, Le positivisme social en France. Origine et évolution du positivisme ouvrier (1840-1906), Paris, L’Harmattan, 2015.

Revue Occidentale, 1880, 5, p. 165-168.

Revue Occidentale, 1881, 7, p. 325-333.

Revue Occidentale, 1884, 12, p. 141-153.

Revue Positiviste Internationale, 1907, 3, p.325.

Archives de la Maison d’Auguste Comte (8)  – Bibliothèque positiviste : documents divers (statuts, annonces de conférences etc…)

Pour aller plus loin :

Annie PETIT, « De la Bibliothèque du prolétaire au XIXe siècle à la Bibliothèque positiviste, » in Bibliothèques populaires, 01/02/2018, https://bai.hypotheses.org/1929.

 

 

 

  1. Pierre Laffitte, 14e Circulaire, 1862, p. 7. []
  2. Pierre Laffitte, 22e Circulaire, 1870, p. 2. []
  3. Ibid. []
  4. Ibid. []
  5. Revue Occidentale, 1885, p. 385-386. []
  6. Revue Occidentale, 1881, p. 327. []
  7. Ibid., p. 327. []
  8. Ibid., p. 329. []
  9. Eminence du Cercle des prolétaires positivistes auquel il est affilié. []
  10. RO, 1880, n°5, p. 165. []
  11. RO, 1881, p. 330. []
  12. RO, 1880, n°5, p. 168. []
  13. Ibid. []
  14. Statuts, 1880, in Archives de la MAC (Cercle des prolétaires positivistes, Bibliothèque populaire positiviste pochette 8. []
  15. P. Laffitte, 33e Circulaire, 1881, p. 5. []
  16. RO, 1880, n°5, p. 165. []
  17. Statuts. []
  18. Statuts. []
  19. RO, 1881, p. 327. []
  20. Ibid., p. 332. []
  21. RO, 1880, n°5, p. 165. []
  22. P. Laffitte, 33e circulaire, 1881, p. 5. []
  23. F. Magnin, ouvrier menuisier, sensibilise le premier les positivistes sur la question du travail. Il appelle à la création d’un Mouvement prolétaire positiviste au début des années 1860, sans qu’aucun document n’établisse clairement la fondation d’un groupe. Laffitte atteste une première réunion d’un « groupe de prolétaires positivistes » autour de Magnin, premier président du Cercle, en 1865. On trouve la première trace concrète du Cercle dans une intervention du prolétaire positiviste Gabriel Mollin dans le courant de l’année 1869 au Congrès Ouvrier de Bâle, dans lequel il intervient « au nom du cercle des prolétaires positivistes de Paris. Il semble que les prolétaires positivistes interviennent régulièrement au nom de ce Cercle entre 1872 et 1878 dans les congrès ouvriers. En 1878, sur l’initiative d’Isidore Finance et d’E. Laporte, le Cercle des prolétaires positivistes de Paris décide de créer en son sein un « Cercle d’études sociales des prolétaires positivistes », afin d’approfondir les solutions envisagées par le positivisme concernant les diverses questions sociales et de les faire connaître au public via les publications assurées par les délégations ouvrières. Après la mort de Magnin en 1884, Finance, alors président du Cercle décide de reconstituer ce dernier « sur de nouvelles bases ». Le cercle a pour but : « de mettre ses membres au courant (…) de tous les faits se rattachant directement aux rapports du capital et du travail ; ensuite, des principales études faites sur ce sujet par les différentes écoles socialistes et économistes. 2° De rechercher les solutions fournies par le Positivisme pour les questions sociales sur lesquelles l’attention générale est attirée, soit par les faits eux-mêmes, soit par l’action de la presse, soit par l’action gouvernementale ; 3° De porter à la connaissance du public les solutions positivistes au moyen de circulaires, brochures, affiches, pétitions, correspondances et délégations aux réunions ouvrières. »  Pour être reçu comme membre, le postulant doit adhérer sans réserve à la doctrine positiviste. Le Cercle n’admet en outre que les «ouvriers manuels et employés » et exclut ainsi les « marchandeurs et membres d’associations coopératives ». Il est administré par un Président, un vice-président, un secrétaire et un trésorier. Après quinze ans d’activité intense, le Cercle cesse progressivement son activité au début des années 1900. []
  24. Archives de la MAC, Cercle des prolétaires positivistes, Bibliothèque populaire positiviste 8,7 – []
  25. Leonel Dal Corno, Le positivisme social en France. Origine et évolution du positivisme ouvrier (1840-1906), Paris, L’Harmattan, 2015, p. 76. []
  26. Voir RO, 1884, 1, p. 141-153. []
  27. Ibid, p. 146. []
  28. Ibid,  p. 153. []
  29. Voir RPI, 1907, n°1 et pour le Règlement n°3 ; sur les administrateurs (Fagnot et Le Potier) voir la « Circulaire annuelle du Président-directeur du Positivisme – Exercice 1906 », R.P.I., 1907, n°1, p. 53. []
  30. Lorsqu’il y a changement du siège de la S.P.I. en 1914, rien n’est dit sur le sort d’une bibliothèque. []
  31. Voir R.P.I., n°2, p. 172. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.