Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

J’ai déjà évoqué dans plusieurs billets une singularité dans l’histoire des premières bibliothèques de prêt. En effet, une des premières bibliothèques de prêt de livres dues à l’initiative privée est née vers 1850 à Laferté-sur-Amance, alors que la première bibliothèque rurale populaire de prêt  a été établie à vingt kilomètres de là, une douzaine d’année plus tard, à Hortes (Haute-Amance), toujours en Haute-Marne. Doit-on voir là une simple coïncidence, tant il est vrai que la première a été fondée par un député de la Haute-Marne soucieux de l’instruction du peuple, possédant une maison à Laferté, et la seconde par l’initiateur des bibliothèques populaires, natif de Hortes ? Pour l’instant, les différentes archives que j’ai pu consulter ne m’ont pas permis d’établir un lien particulier que ce soit entre ces bibliothèques ou leurs acteurs.

Le second point commun de ces bibliothèques haut-marnaises est d’avoir laissé des traces infimes dans l’histoire des bibliothèques. On connaissait l’existence de celle d’Hortes par sa mention dans les premiers compte-rendus des Bibliothèques des Amis de l’Instruction parisiennes, par un rapport dressé par son président devant la société d’émulation du Doubs1 et par la médaille obtenue par son président (A. Viard), lors de l’exposition universelle de 1867. Celle de Laferté était évoquée au détour de l’historique des bibliothèques populaires dressé lors de l’Exposition universelle de 1867. Il était donc intéressant de chercher ce qu’il était advenu de ces bibliothèques.

Travaillant à reconstituer l’itinéraire de Jean-Baptiste Girard, Ian Frazer avait dans les années 80 écrit à la mairie d’Hortes qui lui avait répondu que la bibliothèque n’existait plus2. En 2014, lors de la préparation du colloque sur les bibliothèques populaires, j’avais reçu la même réponse de la mairie comme des personnes ayant travaillé sur l’histoire du village3. Cela semblait d’autant plus curieux qu’en 1872, le président de la Bibliothèque populaire d’Hortes assurait que la bibliothèque possédait 2000 ouvrages. Était-il possible qu’une bibliothèque de 2000 ouvrages ait disparu ?

Profitant d’un déplacement à Laferté-sur-Amance, j’ai donc exploré les archives municipales d’Hortes, dans l’espoir de trouver des indications4. Nulle trace d’un dossier spécifique concernant une bibliothèque au XIXe siècle. Plus surprenant encore, aucune délibération de la mairie ne mentionne la naissance de la bibliothèque en 1861, alors que le maire en était le président et que le local de la bibliothèque se trouvait dans la maison municipale. Pas trace non plus dans le budget de fonctionnement d’une aide quelconque à cette bibliothèque, pratique alors courante pour d’autres bibliothèques populaires.

La mairie d’Hortes (Haute-Amance) aujourd’hui (cliché de l’auteur)

Et pourtant ! à l’automne 1885, au détour de délibérations portant sur des affouages, on trouve ces quelques lignes :

Un membre du conseil expose que depuis plus de vingt ans la commune d’Hortes a mis une chambre de la commune à la disposition des sociétaires d’une bibliothèque populaire mais que depuis quinze années aucune réunion des membres n’a eu lieu et que le fonctionnement n’existe plus. En conséquence, il propose que la commune prenne possession  de la dite chambre et des volumes abandonnés qu’elle contient soit pour organiser à nouveau une bibliothèque ou pour distribuer les volumes aux enfants des classes. Il ajoute que le Président qui est M. Viard et notaire soit invité à venir donner des explications sur le pourquoi de ce chaumage [sic].

Le conseil délibérant vu l’exposé ci-dessus est d’avis de ne pas laisser plus longtemps durer cet état de choses et délibère 1/ que M. le maire invite M. Viard à lui donner des explications 2/ que cette chambre soit rendue libre le plus tôt possible, que les volumes existants recevront une destination qui sera désignée après avoir vu leur importance5.

Cette délibération est sans conclusion dans les mois qui suivent dans le registre : les livres ont-ils été distribués ? Alexandre Viard les a-t-il repris en attendant des jours meilleurs  ?

Hortes aujourd’hui (cliché de l’auteur)

La délibération est en tout cas très intéressante. On sait que sous la IIIe République, le devenir de nombre de bibliothèques populaires a été lié aux colorations politiques des communes. Fondée sous le Second Empire, certes par Jean-Baptiste Girard, mais aussi par des notables, la bibliothèque populaire d’Hortes a pu paraître suspecte à des adversaires politiques sous la IIIe République. D’autre part, la description faite par ce conseiller, diverge radicalement du rapport enthousiaste de Viard, une dizaine d’années plus tôt, devant la société d’émulation du Doubs. Une fois encore, cette situation incite à utiliser les rapports dressés par les fondateurs des bibliothèques populaires, parfois immensément désireux de prouver le succès de leurs créations, avec précaution … de la même manière qu’on doit aussi utiliser une délibération municipale, peut-être fruit de dissensions de village, avec autant de circonspection ! La réalité est sans doute à mi-chemin : les habitants des villages signent certes avec enthousiasme les souscriptions pour les premières bibliothèques populaires, désireux sous le Second Empire d’obtenir liberté associative et  droit à l’instruction. Les bibliothèques populaires, gérées par des bénévoles, ont des horaires d’ouverture restreints, peu compatibles avec les emplois du temps chargés des paysans et artisans. Les livres, dont le renouvellement est assuré essentiellement par des donations  des ministères (consistant trop souvent en ouvrages trop érudits ou spécialisés), n’ont bientôt plus guère d’attraits pour des les lecteurs. Les bibliothèques populaires qui parviennent à se maintenir sont celles qui bénéficient de dons privés de livres intéressant les lecteurs (romans, ouvrages pratiques…) ou qui ont suffisamment de lecteurs payants pour faire des acquisitions.

NB: je suis évidemment plus que jamais preneuse d’archives privées permettant d’en savoir plus sur le devenir de cette bibliothèque, de livres portant une estampille de cette bibliothèque, etc.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Dans un prochain billet, je vous présenterai la bibliothèque de Laferté-sur-Amance, qui a connu un sort très différent …

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)," in Bibliothèques populaires, 25/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2534.

 

 

  1. Alexandre Viard,  Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872. Paris,   impr. de A. Parent, 1874. []
  2. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985. []
  3. Agnès Sandras,  « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014.. []
  4. Je remercie les personnes qui m’ont aimablement reçue à la mairie à cette occasion. []
  5. Archives municipales d’Hortes. Registre des délibérations municipales -1880 -1900 - []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.