Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

Comme on le sait, le mouvement des bibliothèques populaires libres s’est développé à partir du Second Empire. Le monde ouvrier, notamment celui des artisans et des ateliers très nombreux à Paris, est bien conscient de l’importance de la lecture, car lire est à ses yeux un moyen de s’approprier le savoir. Il crée donc des lieux, gérés par lui ou à la gestion desquels il est associé, où il peut consulter des ouvrages à la fois pour développer son instruction personnelle, améliorer son niveau professionnel et pour se divertir. La vocation de ces lieux de lecture tend rapidement à s’élargir pour accueillir aussi des cours du soir et des conférences.

En 1898, la Liste des bibliothèques populaires libres adhérentes au Syndicat des bibliothèques populaires de la Seine[1] indique que la plupart des arrondissements parisiens (14 sur 20) sont pourvus d’une bibliothèque populaire. La plus ancienne est celle des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, fondée en 1861 et installée depuis 1884 au 54 rue de Turenne. Les autres bibliothèques populaires parisiennes ont vu le jour entre 1862 et 1877, cette même année 1877 voyant la création à la fois de la bibliothèque populaire du XIIIe  arrondissement et de celle du XXe arrondissement.

Le XXe arrondissement est un arrondissement semi-rural qui correspond aux anciennes communes suburbaines de Belleville et de Charonne, administrativement autonomes jusqu’en 1860, puis rattachées à la capitale par l’extension des limites de Paris à cette date[2]. Il s’industrialise très fortement à mesure qu’on avance dans le xixe siècle, marqué par l’arrivée importante d’artisans, d’ouvriers, d’employés et de petits rentiers chassés par l’haussmannisation du centre de la capitale et attirés en périphérie par des loyers et des conditions de vie plus abordables. Sa principale caractéristique est donc d’être un arrondissement très peuplé (150 000 habitants en 1900), avec une population en grande partie ouvrière et généralement peu aisée, voire pauvre. Il offre donc un terreau social favorable à la création d’une bibliothèque populaire libre.

C’est sur la piste de cette bibliothèque, à laquelle aucun travail de recherche n’a été jusqu’à présent consacré, que convie cet article. On s’attachera ici plus particulièrement à préciser les conditions de sa création et les difficultés rencontrées.

Une bibliothèque populaire tombée dans l’oubli

L’histoire de la lecture populaire dans l’Est parisien est partiellement connue par les travaux qui ont été consacrés à la coopérative de la Bellevilloise[3], mais on semble n’avoir conservé aucun souvenir de cette bibliothèque populaire dans le XXe arrondissement. Pourtant, la liste des bibliothèques populaires libres (établie au 1er janvier 1898), mentionne bien, à partir de 1877 et au moins jusqu’en 1897 (et même, selon une autre source, 1904[4]), une bibliothèque populaire libre dans cet arrondissement, qui comptera 782 adhérents en 1877 (à la création), 406 en février 1878, 559 en novembre 1878, et 350 en 1904.

Selon cette liste, la bibliothèque populaire libre du XXe arrondissement a son siège 40 rue de Ménilmontant, information qui est confirmée par les documents fiscaux (« calepins du cadastre »), aux Archives de Paris. À cette adresse, elle est installée dans un ancien atelier de 56 m2 situé en rez-de-chaussée, dans la cour, derrière l’immeuble sur rue, loué pour 450 francs[5].

Avant 1889, elle occupait un autre local non loin de là, au 14 rue Delaître : une boutique située en rez-de-chaussée loué pour la somme considérable de 1 100 francs[6]. Dans un cas comme dans l’autre, le bail est accordé à « M. Métivier, président de la bibliothèque populaire ».

Dans le contexte historique du XXe arrondissement, ce nom évoque immanquablement le Docteur Auguste Métivier (1827-1893) (Fig. 1), conseiller municipal républicain de Paris (quartier de Saint-Fargeau) de 1871 à 1881 et très impliqué dans la vie politique et diverses œuvres sanitaires et sociales de l’arrondissement[7].

Fig. 1. – Portrait du docteur Auguste Métivier (1827-1893). Ville de Paris / BHdV / Roger-Viollet.

Cette hypothèse est confirmée par le dossier de surveillance dont Métivier fait l’objet aux Archives de la Préfecture de police de Paris[8] et par divers documents administratifs imprimés, repérés à la Bibliothèque nationale de France.

Une création difficile

Les dossiers de la police permettent de suivre de près les difficultés administratives auxquelles est confrontée dans ses débuts la bibliothèque populaire du XXe arrondissement, comme bien d’autres de ses consœurs.

La police s’intéresse au projet dès août 1876, en relevant l’annonce d’une réunion provoquée par Métivier chez un militant du Comité Gambetta, Édouard François Gérard[9] : « Son but avoué est de s’occuper de l’organisation d’une bibliothèque populaire dans l’arrondissement, mais il y a autre chose. Les anciens membres du Comité Gambetta veulent reconstituer le Comité et le rajeunir[10]. » En septembre 1876, la police signale des réunions « privées » convoquées par Métivier sur cette question dans diverses salles du quartier de Belleville, notamment salle Graffard, 138 boulevard de Ménilmontant ; une note particulièrement fait allusion à une première réunion qui « aboutit à un fiasco complet »[11]. À cette étape du projet, la police parle de la bibliothèque populaire « dite la Fraternelle » ou « Société d’étude, librairie coopérative démocratique du XXe arrondissement »[12], appellations qu’on ne retrouvera pas par la suite.

Les réunions se poursuivent et, en mars 1877, les statuts sont discutés en réunion publique. Le 3 août 1877, une réunion des souscripteurs de la bibliothèque populaire a lieu au 14 rue Delaître ; elle attire à nouveau l’attention de la police : Métivier, qui « ne parla que fort peu de politique », selon l’informateur, « recommanda la patience en disant qu’il fallait savoir attendre, qu’il n’y avait pas lieu de liquider entièrement les comptes de la bibliothèque et qu’en conséquence les sommes versées resteraient entre les mains du trésorier ». Il conclut : « On attendra ainsi le résultat des élections qui devraient être républicaines ». On peut donc en conclure qu’au mois d’août 1877, la bibliothèque est déjà effectivement créée, qu’elle a des souscripteurs, qu’elle dispose de fonds, mais qu’elle se heurte à des difficultés administratives ; toutefois l’échéance des élections à venir qui devraient être favorables aux Républicains laisse des espérances.

Une coupure de presse, également conservée dans le dossier de police de Métivier, éclaire davantage sur les difficultés que rencontrent les animateurs de la bibliothèque populaire ; c’est une lettre signée du Dr Métivier, président, et de « Kimflin[13] », secrétaire général, datée du 6 juillet 1877 et publiée par le journal L’Écho universel du 8 juillet 1877, qui donne des précisions intéressantes : la bibliothèque populaire fonctionnait depuis trois mois dans l’arrondissement avec l’assentiment verbal de l’administration et la promesse d’autorisation officielle, mais le Préfet vient de faire connaître son refus et en ordonne la fermeture. Et les signataires, tout en protestant, veulent « prévenir nos adhérents que le local est fermé, mais que nous ne renonçons pas à l’œuvre et que nous les prions de lui garder pour un temps prochain leur sympathie et leur concours[14] ».

Finalement, le 1er février 1878, lors d’une réunion des sociétaires rue Delaître, le Dr Métiver peut annoncer triomphalement « que les démarches qui ont été faites en vue d’obtenir l’autorisation d’ouvrir la bibliothèque […] ont été couronnées de succès »[15].

En parallèle, il est nécessaire de réunir des fonds pour la bibliothèque[16] et des conférences publiques, assurées par Léon Gambetta, député de Belleville, et ses collègues Deschanel[17], Martin Nadaud[18] et Floquet[19] (Fig. 2), sont régulièrement organisées fin 1877-début 1878.

Fig. 2. – Annonce de conférence publique de Charles Floquet au bénéfice de la bibliothèque populaire. APP, Ba/1183, dossier Métivier, note du 31 mars 1878. Cliché Christiane Demeulenaere-Douyère.

Le fonctionnement de la bibliothèque populaire

C’est en 1877 que la bibliothèque populaire du XXe arrondissement se donne des statuts[20] (Fig. 3). Ces statuts sont des plus classiques, qui sont d’ailleurs en grande partie empruntés à ceux de la bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, « notre devancière », comme se plaisent à souligner les responsables de la bibliothèque du XXe arrondissement, qui revendiquent une dette de reconnaissance vis-à-vis du « citoyen Girard[21] », fondateur de la bibliothèque des Amis de l’Instruction.

Fig. 3. – Statuts de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement. BnF, 8° Q 38. Cliché Agnès Sandras.

La bibliothèque populaire du XXe arrondissement est une association ouverte seulement à ses sociétaires (art. 2) qui seuls ont le droit de voter dans les assemblées générales (art. 7). Elle a pour but de procurer aux adhérents et à leur famille les livres nécessaires à leur instruction ou à leur délassement (art. 3). Pour adhérer, il faut avoir 18 ans au moins, déclarer son état civil et sa profession, acquitter un droit d’admission et s’engager à payer la cotisation mensuelle (art. 4). Les membres d’autres bibliothèques partenaires sont exemptés de droit d’admission (art. 6).

Le droit d’admission est de deux francs pour les hommes, un franc pour les dames, payable pour moitié au moment de l’inscription, et l’autre moitié dans les deux mois suivants. Il donne droit à la remise des statuts, du dernier compte-rendu et, à prix coûtant, d’un livret où sont consignés les livres prêtés et le paiement des cotisations mensuelles (art. 8) (Fig. 4). La cotisation mensuelle, au paiement régulier de laquelle les sociétaires sont astreints, est de 30 centimes, égale pour les femmes et les hommes (art. 9).

Fig. 4. – Livret de paiement des cotisations et de prêt d’ouvrages de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement. BnF, 8° Q 38. Cliché Agnès Sandras.

Les livres, revêtus du timbre de la bibliothèque, sont prêtés à l’unité, sauf si le texte et les planches sont reliés à part (art. 14), pour une durée de vingt jours renouvelable si personne d’autre n’a demandé cet ouvrage (art. 15). Les dictionnaires, encyclopédies et collections sont consultables sur place et les ouvrages de prix ne sont prêtés que sur autorisation spéciale du Président (art. 14). Les dégradations ou les vols sont passibles de sanctions et de l’exclusion (art. 16 et 17).

La bibliothèque est ouverte, comme la plupart de ses homologues, tous les soirs de 8 à 10 h et le dimanche de 10 h à midi, pour permettre aux sociétaires de la fréquenter en dehors de leurs horaires de travail (art. 1er du Règlement intérieur).

Mais, dans ses statuts, elle ne propose pas, comme certaines autres bibliothèques populaires, des activités autres que le prêt de livres, comme des conférences, cours, excursions, concerts ou soirées familiales… du moins en 1877, car, en 1876, on envisageait cependant d’en organiser.

Il est un point intrigant, pas encore totalement élucidé : certains documents laissent entendre que Métivier avait l’intention d’adosser la bibliothèque populaire à une Société des écoles libres laïques et gratuites du XXe arrondissement qu’il travaillait à créer en parallèle. On trouve cette information à plusieurs reprises entre 1878 et 1880 ; ainsi, le 17 octobre 1880, une conférence agrémentée de morceaux musicaux est donnée au profit de cette œuvre au Théâtre de Belleville, sous la présidence du conseiller général Sick[22]. On notera par ailleurs que Métivier est signalé comme adhérent de la Société des écoles libres, gratuites et laïques du XXe arrondissement (dont le siège est 10 rue Delaître) et délégué pour l’arrondissement depuis 1873[23]. Après 1880, cette préoccupation n’est plus évoquée, ce qui s’explique sans doute par le vote et la mise en œuvre des lois Ferry (1881-1882) qui rendent l’école gratuite (1881), puis l’instruction obligatoire et l’enseignement public laïque (1882).

Dans l’état actuel de nos recherches qui ne font que débuter, beaucoup de questions sur la Bibliothèque populaire du XXe arrondissement restent ouvertes.

Le fonds d’ouvrages de la bibliothèque semble assez important : 1 113 volumes en 1877, 2 157 en novembre 1878 (surtout des dons), 6 000 en 1898, ce qui montre une importante progression (le fonds est presque multiplié par trois en vingt ans)[24]. Mais cela ne la situe pas parmi les bibliothèques populaires parisiennes les mieux dotées ; celle du Ve arrondissement a 12 000 ouvrages et celles des XIIe, XIVe et XVe arrondissements 10 000. Le rapport de Léopold Bellan de 1904[25] indique qu’elle propose un fonds de 6 200 volumes (pour 350 lecteurs environ), ce qui n’est pas l’indice d’un très grand dynamisme.

D’après les sources dont on dispose, le lectorat de la bibliothèque montre une décroissance régulière : 782 adhérents en 1877 (à la création), 406 en février 1878, 559 en novembre 1878, 350 en 1904. Néanmoins, les prêts sont, en 1897, de 20 800 ; c’est un chiffre important au regard du volume du fonds (6 000 ouvrages), ce qui signifie qu’elle est assez fréquentée et que les livres y changent souvent de mains. Seules les bibliothèques des IIIe (Amis de l’Instruction), Ve, XIIe et XIVe arrondissements, qui disposent de fonds plus importants en nombre de volumes, affichent des scores supérieurs.

Restent deux grandes interrogations : les conditions de sa disparition, après 1904 et peut-être plus tard (avant la Première Guerre mondiale ?), peut-être en lien avec des mutations électorales dans l’arrondissement (perte d’influence des Républicains, émergence des socialistes et des radicaux). Et que sont devenus le fonds d’ouvrages et les archives de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement ?

Un prochain billet (à lire ici) vous permettra de découvrir les motivations profondes de la création de cette bibliothèque …

Cite this article as: Christiane Demeulenaere, "Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement," in Bibliothèques populaires, 30/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2927.


[1] Le Syndicat des bibliothèques populaires de la Seine a été créé en 1881.

[2] Christiane Demeulenaere-Douyère, « L’‘annexion’ vue de l’Est parisien : inquiétudes, espérances et insatisfactions… », in Florence Bourillon et Annie Fourcaud (dir.), Agrandir Paris : 1860-1970, Paris, Publications de la Sorbonne / Comité d’histoire de la Ville de Paris, 2012, p. 129-145. 

[3] Dès les premières années du xxe siècle, la coopérative La Bellevilloise ajoute à ses activités strictement consuméristes l’université populaire La Semaille et l’organisation d’une bibliothèque et de cours ; Christiane Demeulenaere-Douyère, « Des sardines Suzette au Château d’Automne : les œuvres sociales de La Bellevilloise », in Jean-Jacques Meusy (dir.), La Bellevilloise (1877-1939). Une page de l’histoire de la coopération et du mouvement ouvrier français, Paris, Créaphis, 2001, p. 139-158, et Christiane Demeulenaere-Douyère, « La ‘lecture populaire’ dans le XXe arrondissement », Bulletin de l’Association d’histoire et d’archéologie du 20e arrondissement de Paris, « Les bibliothèques populaires », n° 59, 4e trimestre 2014, p. 19-27. 

[4] Léopold Bellan, « Rapport […] sur les bibliothèques municipales, la bibliothèque Gustave-Tridon, la bibliothèque Forney et les bibliothèques populaires de la Ville de Paris », in Conseil municipal de Paris, Rapports et documents, Paris, 1904 (en ligne sur Gallica), p. 29. 

[5] AD Paris, D1P4/724 ; le bail court à partir du 1er avril 1889.

[6] AD Paris, D1P4/339 ; en 1899, le député socialiste Édouard Vaillant aura, à cette adresse, sa salle de conférence, en fond de cour. 

[7] Christiane Demeulenaere-Douyère, « Un itinéraire républicain sans failles… Auguste Métivier, médecin et conseiller municipal du XXe arrondissement », Bulletin de l’Association d’histoire et d’archéologie du 20e arrondissement de Paris, à paraître. 

[8] APP, Ba/1183, dossier Métivier. 

[9] APP, Ba/1093, dossier Gérard. Édouard François Gérard (1837-1896), corroyeur, tanneur et/ou marchand de cuir, est adjoint au maire du XXe arrondissement, officier de l’état civil (1879-1880), puis il est nommé maire de l’arrondissement (1880-1892). 

[10] APP, Ba/1183, dossier Métivier, note du 7 août 1876. 

[11]  Ibid., note datée du 25 juillet 1877 (sic). 

[12] APP, Ba/1093, dossier Gérard, note du 20 novembre 1876. 

[13] Eugène Émile Kimpflin (1842- ap. 1878 ?), né à Colmar (Haut-Rhin), arrivé à Paris vers 1863, négociant en soie. 

[14] APP, Ba/1183, dossier Métivier, note datée du 25 juillet 1877 (sic). 

[15] Ibid., note du 2 février 1878. 

[16] Le Rappel, 9 février 1877 ; APP, Ba/1183, dossier Métivier, note du 31 mars 1878 ; Assemblée générale des adhérents de la bibliothèque populaire du XXarrondissement tenue le 29 novembre 1878 salle de l’Avenir, à Ménilmontant, Paris, Imprimerie Lefebvre, 1878, p. 12. 

[17] Vraisemblablement le Républicain Paul Deschanel (1855-1922), qui sera ensuite député de 1885 à 1920 puis président de la République en 1920. 

[18] Martin Nadaud (1815-1898), maçon originaire de la Creuse, député républicain de 1849 à 1851 puis de 1876 à 1889. 

[19] Charles Floquet (1828-1896), avocat au barreau de Paris, républicain convaincu, plusieurs fois député, préfet, sénateur, ministre et président du Conseil. 

[20] Bibliothèque populaire du Vingtième arrondissement, 14 rue Delaître, 14, Statuts, Paris, Imprimerie Seringe frères, 1877. 

[21] Jean-Baptiste Girard (1821-1900), cocher, puis ouvrier lithographe ; Assemblée générale des adhérents de la bibliothèque populaire du XXarrondissement tenue le 29 novembre 1878…, op. cit., p. 12.  Sur Girard, voir les différents billets de ce carnet de recherches en menant la requête Girard.

[22] Léon Sick (1844-1897), avocat, conseiller municipal du quartier de Charonne (1878-1881). 

[23] APP, Ba/1183, dossier Métivier, notes du 1er février 1873 et du 15 septembre 1878. 

[24] On a localisé deux catalogues de la bibliothèque populaire pour les années 1880 et 1893, qu’il reste à analyser. 

[25] L. Bellan, « Rapport […] sur les bibliothèques municipales… », op. cit., p. 29. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.