Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

 

La bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris a disparu depuis longtemps de la mémoire collective de l’Est parisien, peut-être occultée par d’autres initiatives. Pourtant, créée en 1877 par le Dr Auguste Métivier (1827-1893), conseiller municipal républicain de Paris et en exercice au moins jusqu’en 1904, elle s’inscrit dans une volonté politique et sociale qui a marqué cet arrondissement profondément populaire, traumatisé par les épisodes tragiques de la Commune et de la Semaine sanglante, confronté aux difficultés de la vie quotidienne.

L’analyse attentive de la composition de son conseil d’administration apporte des informations inédites sur certaines motivations qui peuvent se cacher derrière celles, essentiellement éducatives, qui président le plus souvent à la création des bibliothèques populaires. Dans certains cas, des intentions politiques se font jour.  À défaut de disposer d’archives concernant les sociétaires de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement[1], il est possible de connaître ses administrateurs grâce aux listes des membres du conseil d’administration[2] élu en assemblée générale le 26 novembre 1876 et par l’assemblée générale du 29 novembre 1878, pour l’exercice 1878-1879 (Fig. 1 et Tableau I). Au total, en croisant ces documents, on peut reconstituer une liste de trente-quatre noms, qu’il convient d’identifier plus précisément, ce qui n’est pas toujours facile, car, si on dispose d’un nom, on n’a pas toujours un prénom et une adresse, et il faut savoir qu’à Paris il n’existe pas de listes nominatives de recensement de la population avant 1926.

L’implication des conseillers municipaux du XXe arrondissement

Le président est toujours « Métivier, conseiller municipal ».

Il s’agit bien d’Auguste Métivier, conseiller municipal républicain du quartier de Saint-Fargeau de 1871 à 1881, qui, parmi de nombreuses fonctions officielles, est médecin de l’état civil pour l’arrondissement, médecin à titre gratuit de la crèche laïque, et, pendant 15 ans, médecin du bureau de bienfaisance ; et il s’occupe aussi bénévolement d’un dispensaire laïc et gratuit pour enfants malades qu’il a créé rue des Cendriers. C’est un républicain dans l’âme, dont le père, Augustin Métivier (1800-1874), ferblantier à Henrichemont (Cher), s’était insurgé contre le coup d’État de 1851 et fut à ce titre condamné et déporté en Algérie, puis grâcié en décembre 1853. Son fils Auguste qui avait commencé ses études de médecine à Paris, dut les interrompre pour faire face à ses responsabilités d’aîné. Finalement, à la suite de diverses péripéties, il n’obtint son diplôme de docteur en médecine qu’en 1860, alors qu’il avait commencé ses études en 1846. Dès ses premières années parisiennes, Auguste Métivier vit à Belleville, rue de la Mare, au cœur du fief électoral de Gambetta. On pense qu’il a participé à la rédaction du « programme de Belleville » de 1869, puis on le voit prendre une part très active dans toutes les campagnes électorales de Gambetta, dont il est un des principaux soutiens dans l’arrondissement.

Les vice-présidents sont aussi toujours des conseillers municipaux parisiens, choisis parmi les élus des différents quartiers administratifs qui forment l’arrondissement : Braleret et Topart en 1876, Quentin et Sick en 1878-1879 ; est aussi mentionné Véran, mort au début de l’année 1878. Il s’agit du marchand de vins, puis propriétaire Adolphe Braleret (1819-1890), conseiller municipal républicain radical du quartier de Belleville (1871-1887) ; de l’industriel Pierre Hippolyte Topart (1825-1879), conseiller municipal républicain modéré du quartier de Charonne (1871-1874), puis maire du XXe arrondissement en 1879 ; de Charles Quentin (1826-1905 ?), conseiller municipal républicain du quartier du Père-Lachaise (1876-1880) ; de l’avocat Léon Sick (1845-1897), conseiller municipal du quartier de Charonne (1878-1881) ; et, très brièvement, de Maurice Véran, élu conseiller municipal du quartier de Charonne en janvier 1878, décédé peu après son élection en février 1878, par ailleurs président de l’Association des Alsaciens-Lorrains et franc-maçon.

On voit que Métivier a le souci constant de placer la bibliothèque populaire du XXe arrondissement sous l’égide des conseillers municipaux de l’arrondissement, ce qui lui confère légitimation et protection. Comme lui, ce sont tous des républicains bon teint, avec des nuances plus ou moins radicales.

La participation active du personnel municipal

Au sein du conseil d’administration, on remarque aussi une forte représentation de l’équipe municipale de l’arrondissement, le maire en tête, fonction occupée en 1879 par l’industriel Pierre Hippolyte Topart[3], puis, de 1880 à 1892, par le corroyeur-marchand de cuirs Édouard François Gérard, auparavant adjoint de Topart.

On trouve au conseil d’administration d’autres proches de la mairie : le secrétaire-adjoint, Séverin Gustave Lioré[4], est adjoint aux maires Topart, puis Gérard de 1879 à 1885 ; et le secrétaire-trésorier, Hippolyte Bureau, chef d’institution 11 rue Pixerécourt, qui n’exerce pas personnellement de fonctions municipales, mais dont le fils, aussi prénommé Hippolyte, instituteur désigné comme franc-maçon, et membre du conseil d’administration de la bibliothèque, est adjoint au maire de l’arrondissement de 1879 à 1882. Même si, à cette époque, les maires d’arrondissement sont nommés par l’administration préfectorale et non démocratiquement élus, et si leur pouvoir est limité surtout à l’état civil, cet engagement étroit de la municipalité de l’arrondissement dans le fonctionnement de la bibliothèque populaire est significatif.

En ce qui concerne Topart et Gérard, ce sont des personnalités locales de premier plan que Métivier a côtoyées, dès 1870, au sein de la Commission municipale provisoire de l’arrondissement[5]. Composée de sept membres, cette commission fut mise en place par le décret du 9 novembre 1870 pour administrer l’arrondissement, eu égard au « résultat impraticable » des élections municipales et en attendant le résultat des poursuites lancées contre Ranvier, Flourens, Millière et Lefrançais, « placés sous le coup d’une instruction judiciaire, à raison de l’attentat commis contre la République dans la soirée du 31 octobre [1870] et des faits qui l’ont suivi ».Quant au secrétaire général de la bibliothèque, Eugène Émile Kimpflin, ce personnage est encore assez mystérieux. On a pu établir qu’il était négociant en soie, né à Colmar (Haut-Rhin) en 1842, arrivé à Paris vers 1863, domicilié dans le XXe arrondissement à partir de 1875. Les dossiers de police ne signalent pas à son égard d’activité politique avérée, mais on peut supposer qu’étant Alsacien d’origine, il est arrivé dans cette affaire grâce à la protection du conseiller municipal Véran, par ailleurs président de l’Association des Alsaciens-Lorrains.

Le Comité Gambetta du XXe arrondissement

Plus encore, en consultant les dossiers de police de Braleret, Métivier ou Gérard, on comprend qu’ils sont les chevilles ouvrières du système gambettiste dans le XXe arrondissement. Le « vieux républicain » Braleret est qualifié de « chien couchant de Gambetta »[6] ; Métivier est présenté comme « un des agents électoraux de Gambetta[7] » et Gérard comme « dévoué partisan de la Commune », « ami intime de Gambetta, imbu d’opinions révolutionnaires », qui reçoit Gambetta à dîner chez lui trois fois par semaine (1873)[8]. Tous sont dévoués à Gambetta. Plus encore, on peut constater que, dans les années 1876-1879, la quasi-totalité des membres du conseil d’administration de la bibliothèque populaire qui ne font pas l’objet d’un dossier de surveillance nominatif, gravitent autour d’eux et sont souvent cités dans les dossiers les concernant. C’est le cas, entre autres, du coiffeur Henri Passé, « un exalté de longue date, il a figuré dans tous les comités, dans toutes les réunions publiques qui ont marqué les dernières années de l’Empire. Dans sa boutique, il lit et commente à haute voix les journaux républicains et leur manière d’apprécier les événements[9] ». C’est aussi le cas de Cartigny, membre comme Gérard « du Congrès républicain démocratique du département de la Seine », chargé en 1873 de recueillir les souscriptions pour la candidature de Barodet[10]. Tous appartiennent donc à la mouvance gambettiste de l’arrondissement, où Gambetta est implanté depuis le « Programme de Belleville », en 1869. Républicains notoires, ce sont des activistes politiquement engagés et tout dévoués à Gambetta. Ils animent, sous la responsabilité de Braleret, Gérard et Métivier qui sont des personnages plus en vue, le comité électoral de Gambetta dans l’arrondissement ; on les voit organiser les réunions de propagande, les présider ou y siéger comme assesseurs, susciter les souscriptions et les collecter dans les ateliers. Ce qui induit à penser, tout comme la police le pensait en 1876, que la bibliothèque populaire du XXe arrondissement, plus qu’une œuvre d’éducation du peuple, est aussi une machine de guerre politique, destinée rajeunir le Comité Gambetta et à entrer « en concurrence avec les radicaux qui ont formé un semblable projet »[11]. Elle est constituée principalement pour porter les candidatures de Gambetta et de ses soutiens politiques dans l’arrondissement.

Par ailleurs, le conseil d’administration semble comporter trois francs-maçons (Véran, Sick et Bureau fils) et certains membres sont libres penseurs (ils assistent régulièrement à des obsèques civiles et ont eux-mêmes des obsèques civiles comme Véran ou Braleret). En revanche, on ne relève pas de liens avec les milieux positivistes.

Tableau I – Membres du conseil d’administration (CA) de la Bibliothèque populaire libre du XXe arrondissement, 1876 et 1878-1879

Nom, prénom, adresse Autres renseignements Fonctions / Bibliothèque populaire du XXe arrondissement (BP20).
AUCLAIR délégué de la BP20 au Syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine (1884-1885).
BEAUCERF

21 rue Planchat

membre du CA, novembre 1876 et pour l’exercice 1878-1879.
BLANCHET

21 rue du Pressoir

membre du CA, novembre 1876.
BRALERET

26 rue des Maronites

Sébastien Adolphe (19 avril 1819, Velorcey (Haute-Saône) – octobre 1890, Paris XXe arrt).

garçon d’un débit de boisson, marchand de vins, traiteur, puis propriétaire.

poursuivi après le coup d’État de 1851 pour « cris séditieux » mais remis en liberté.

vice-président, novembre 1876

 

conseiller municipal de Paris (quartier de Belleville), 1871-1887 ; Républicain radical.

BUREAU père

11 rue Pixerécourt

Hippolyte

chef d’institution

secrétaire-trésorier, novembre 1876 et trésorier pour l’exercice 1878-1879
BUREAU fils

11 rue Pixerécourt

Hippolyte

instituteur

Franc-maçon.

membre du CA, novembre 1876 et pour l’exercice 1878-1879

 

adjoint au maire du XXe arrt, officier de l’état civil en 1879-1882 ?

CARLOU

78 rue Julien Lacroix

délégué de la BP20 au Syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine (1892)
CARTIGNY

9 rue Levert

« ancien commissaire de police du 4 septembre » (APP, Ba/979, dr Braleret). archiviste, novembre 1876 et membre du CA pour l’exercice 1878-1879
DESRUE membre du CA pour l’exercice 1878-1879
DUGOURD

114 bd de Belleville

ancien marchand de cornes, homme fort riche, « tout dévoué à Gambetta » (1881) (APP, Ba/979, dr Braleret). membre du CA, novembre 1876
DUMANGIN

5 rue des Fêtes

membre du CA, novembre 1876
GÉRARD Ed.

10 [puis 12-14] rue Henri-Chevreau

Édouard François (25 juillet 1837, Saint-Loup, Haute-Saône – mai 1896, Paris XXe arrt).

corroyeur, tanneur, marchand de cuir.

officier d’académie, 1er janvier 1882.

chevalier de la Légion d’honneur, 12 juillet 1886.

 

« Nommé par le Gouvernement de la Défense nationale membre de la Commission municipale du XXe arrt le 4 novembre 1870 ; chargé par ses collègues de l’administration de la Garde nationale de son arrondissement ; a résilié ses fonctions le 4 février 1871 pour aller en province offrir des services à M. Gambetta, ministre de la Guerre. » (AN, LH).

membre du CA, novembre 1876 et pour l’exercice 1878-1879

 

adjoint au maire du XXe arrt, officier de l’état civil (nommé le 27 février 1879-jusqu’en 1880).

maire du XXe arrt (nommé le 9 janvier 1880 jusqu’en 1892).

GIRARD

85 rue Julien Lacroix[12]

délégué de la BP20 au Syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine (1892).
HARDY

103 rue de Ménilmontant

« Républicain opportuniste » ? membre du CA, novembre 1876 et pour l’exercice 1878-1879
HERSANT archiviste pour l’exercice 1878-1879
KIMPFLIN Em

362 rue de Puebla [rue des Pyrénées]

Eugène Émile (20 décembre 1842, Colmar, Haut-Rhin – ap. 1882 ?). secrétaire général, novembre 1876 et pour l’exercice 1878-1879.

délégué de la BP20 au Syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine (en 1882, alors domicilié 32 rue Fessard).

LABOéXIèRE membre du CA pour l’exercice 1878-1879
LEBèGUE membre du CA pour l’exercice 1878-1879
LELIèVRE membre du CA pour l’exercice 1878-1879
LIORÉ

44 rue de Ménilmontant

Séverin Gustave (1845-1913) secrétaire-adjoint, novembre 1876 et pour l’exercice 1878-1879

adjoint au maire du XXe arrt, officier de l’état civil (nommé le 27 février 1879 jusqu’en 1882 ?).

MATHIVET démissionnaire du CA, novembre 1876.
MÉTIVIER Auguste (24 décembre 1827, Henrichemont, Cher – 18 septembre 1893, Paris XXe arrt) président, novembre 1876 et pour l’exercice 1878-1879

conseiller municipal de Paris (quartier de Saint-Fargeau), 1871-1881.

MOUREN

41 rue des Panoyaux

délégué de la BP20 au Syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine (1882 et 1884-1885).
MUGNIER Ch.

19 rue Vilin

membre du CA, novembre 1876

secrétaire-adjoint pour l’exercice 1878-1879.

NOURRY

8 rue Planchat

membre du CA, novembre 1876 et pour l’exercice 1878-1879.

délégué de la BP20 au Syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine (1882 et 1884-1885).

PASSÉ Henri

29 rue de Ménilmontant

coiffeur, perruquier membre du CA, novembre 1876 et pour l’exercice 1878-1879.
QUENTIN Charles Charles Louis (1826-1905 ?) vice-président pour l’exercice 1878-1879.

 

conseiller municipal de Paris (quartier Père-Lachaise), 1876-1880, démissionnaire ; Républicain.

RIGOT L.

25 rue Galleron

membre du CA, novembre 1876.
SCHREIBER

5 rue Étienne Dolet

délégué de la BP20 au Syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine (1892).
SICK Léon (31 janvier 1845, Thann, Haut-Rhin – 1897), avocat à la Cour d’appel de Paris.

Défenseur des Communards devant les conseils de guerre et militant pour l’amnistie.

Franc-maçon (loge Alsace-Lorraine).

vice-président pour l’exercice 1878-1879.

 

conseiller municipal de Paris (quartier de Charonne), 1878-1881, démissionnaire.

THIERRY fabricant de chaussures, 186 rue de Belleville (1875) (APP, Ba/979, dr Braleret) démissionnaire du CA, novembre 1876.
TOPART

150 rue de Bagnolet

 

 

Pierre Hippolyte (1825-1879)

chef depuis 1853, avec son frère Edmond Louis Topart (1830-ap. 1886), d’une entreprise d’imitation de perles fines, corail et pierres précieuses (20 ouvriers au début, 800 à 1 000 en 1886). En 1878, ils créent une caisse de retraite pour leurs ouvriers (AN, LH).

vice-président, novembre 1876, et membre du CA pour l’exercice 1878-1879.

 

conseiller municipal de Paris (quartier de Charonne), 1871-1874, démissionnaire ; Républicain conservateur.

maire du XXe arrt (nommé en février 1879).

TYR Hector Gabriel (29 avril 1840-22 octobre 1878), fils du peintre Gabriel Tyr (1817-1868).

employé, 8 Villa de l’Ermitage.

fonction ?

son décès est signalé à l’AG de 1878.

VERAN Maurice, 1846 (?)- 19 (?) février 1878, Paris (48 boulevard Saint-Michel).

Braleret assiste à son enterrement civil, au Père-Lachaise, le 20 février 1878 (APP, B/979, dr Braleret).

président de l’Association des Alsaciens-Lorrains.

Franc-maçon.

fonction ? son décès est signalé à l’AG de 1878.

 

conseiller municipal de Paris (quartier de Charonne), élu en janvier 1878.

VERGNE

17 rue d’Eupatoria

secrétaire-adjoint, novembre 1876 et membre du CA pour l’exercice 1878-1879.

 

Fig. 1. – Composition du Conseil d’administration de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement pour l’exercice 1878-1879. BnF, 8° Q 38. Cliché Agnès Sandras.

[1] Les archives de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement, si elles existent encore, n’ont pu être localisées à ce jour.

[2] Le conseil d’administration de la Bibliothèque populaire du XXe arrondissement comprend dix-neuf membres en 1876, vingt en 1878, et est dirigé par un bureau de huit personnes dont la composition est fixe : un président, deux vice-présidents, un secrétaire-général, un secrétaire-trésorier, deux secrétaires-adjoints et un archiviste.

[3] Pierre Hippolyte Topart (Paris, 23 avril 1825 – Paris XXarrt, 28 novembre 1879). Il dirige, depuis 1853, avec son frère Edmond Louis Topart (1830 – ap. 1886) une entreprise de bijouterie d’imitation (perles fines, corail et pierres précieuses), au 150 rue de Bagnolet, Paris XXe arrt, qui emploie, en 1886, entre 800 et 1 000 ouvriers ; Arch. nat., LH/2613/21.

[4] Séverin Gustave Lioré (Rebais, Seine-et-Marne, 6 juin 1845 – Chéragas, Algérie, 10 juillet 1913), maire-adjoint du XXe arrondissement de 1879 à 1885 ; démissionnaire en 1886, il est remplacé par Athanase Jacquet (décret du 22 janvier 1886). Il semble avoir ensuite quitté Paris pour fonder un important vignoble en Algérie ; voir sa fiche dans la base Geneanet.

[5] G. d’Heilly, Journal du siège de Paris. Décrets, proclamations, circulaires, rapports, notes, documents divers officiels et autres, Paris, Librairie générale, 1871-1873, t. II, p. 345-346.

[6] APP, Ba/979, dossier Braleret, passim.

[7] APP, Ba/1183, dossier Métivier, note de septembre 1876.

[8] APP, Ba/1093, dossier Gérard, passim.

[9] Ibid., note du 25 juin 1875.

[10] Ibid.

[11] APP, Ba/1193, dossier Métivier, note du 19 août 1876.

[12] Les recherches que Michel Blanc a eu l’amabilité de mener à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction montrent qu’il ne s’agit pas de Jean-Baptiste Girard.

 

Cite this article as: Christiane Demeulenaere, "Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris," in Bibliothèques populaires, 30/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2963.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.