“C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

 

 Les Hommes d’aujourd’hui Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934). Auteur du texte Éditeur : (Paris) Éditeur : Librairie Vanier (Paris) Date d’édition : 1878 Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Lors de l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne en 18671,  le journal Le Siècle, inlassable défenseur des bibliothèques populaires, donne quelques indications ironiques sur les ouvrages incriminés :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani ; la Vie de Jésus, par Renan !

Nous nous intéresserons dans ce billet à la figure de Marie-Louise Gagneur (1832-1902)2, auteure de La Croisade noire, un des ouvrages ayant suscité la cabale menée par les “cléricaux” contre les bibliothèques populaires de Saint-Étienne en 1867.

I/ Marie-Louise Gagneur, l’associationnisme, et les premiers combats “féministes”

Cette “fouriériste, féministe, libre-penseuse et pacifiste3” a  utilisé  le roman, sous forme de feuilletons, comme vecteur de diffusion de ses idées. La Croisade noire est  publiée en 1864 par Le Siècle. Les premières phrases donnent la tonalité des pages à venir et expliquent son succès (plus d’une vingtaine de rééditions, et selon des contemporains un bon million de lecteurs …) auprès des partisans de l’émancipation du peuple :

De 1852 à 1860, un voile sombre parut s’étendre sur notre beau pays. D’un bout à l’autre, la France, si essentiellement libérale, s’encapucina. Le dix-neuvième siècle sembla vouloir s’arrêter au milieu de sa course et redescendre au moyen-âge. De tous côtés surgirent des légions de moines noirs, de moines bruns, de moines blancs, de moines chaussés et déchaussés, de sœurs grises, de sœurs bleues, de cornettes noires et de cornettes blanches.

Arriviez-vous dans une ville et voyiez-vous s’élever un vaste édifice assez semblable à une caserne :

— Est-ce un hospice ? demandiez-vous ; est-ce un collège, une bibliothèque, une fabrique, un monument utile enfin, dont cette ville puisse s’enorgueillir ?

Point. C’était un couvent.
Et pendant dix ans, le flot toujours grossissant des religieux et des religieuses de toutes robes, menaça d’envahir la société entière.

A quelles causes attribuer ce réveil du fanatisme religieux ? Était-ce, comme l’affirment nos rhéteurs catholiques, à une réaction contre la prédominance croissante des intérêts matériels ? Était-ce à un besoin réel de foi religieuse ?

Non, c’était à la peur.

La classe riche et le monde officiel croyaient trouver des gages de sécurité dans une doctrine religieuse qui sanctionne les hiérarchies, domine les consciences, supprime le libre examen, exalte la pauvreté et la résignation4.

Son succès est conforté par le fait que la commission de colportage lui refuse l’autorisation comme elle l’avait fait précédemment pour des romans de Sand (eux aussi incriminés lors de l’affaire des bibliothèques de Saint-Étienne). Les curieux se procurent donc les ouvrages dans les librairies citadines ou découvrent les feuilletons avec passion. La réception contrastée de La Croisade noire contribue au succès de Marie-Louise Gagneur :

Décrié par la presse réactionnaire et applaudi par les libres penseurs, La Croisade noire contient une attaque virulente contre les congrégations. Beaucoup plus tard, Gagneur se souviendrait avec une certaine fierté que son roman a eu « tous les honneurs de la persécution : suppression momentanée dans le Siècle, mise à l’index, expulsion des bibliothèques scolaires » (Droit au bonheur, p. 43). C’était, selon elle, cette réception violente qui avait fait le succès de l’œuvre5.

Dénoncée par les cléricaux comme un ouvrage scandaleux sortant “des bas-fonds du Siècle6”, La Croisade noire reçoit par ailleurs  force éloges. On notera par exemple le compliment amusé d’Edmond About :

Je lisais ces jours derniers un fort joli roman de Mme Gagneur, la Croisade noire. C’est un pamphlet très-éloquent, pas ennuyeux du tout, contre ces couvents qui nous empestent. L’auteur est, m’a-t-on dit, la femme d’un fonctionnaire persécuté dans les temps. Si toutes les femmes de fonctionnaires possédaient le talent et le courage de Mme Gagneur, on y regarderait à deux fois avant de persécuter leurs maris 7.

Parmi les manifestations de cette réception contrastée, on notera par exemple que l’écrivaine est admise, toujours en 1864, à la Société des Gens de Lettres …

Le Siècle est alors un journal d’opposition influent qui se signale entre autres pour la publication d’auteurs tels que Marie-Louise Gagneur et ses prises de position pour une instruction du peuple8. Il accueille donc volontiers les associations qui se sont réunies pour rédiger et signer une lettre, félicitant Marie-Louise Gagneur pour ses écrits. Elle ose par exemple dénoncer le “calvaire des femmes”,  c’est-à-dire l’existence des ouvrières victimes d’une situation socio-professionnelle difficile et parfois de conjoints violents. Ce courrier  des associations s’inscrit dans la continuité des lettres adressées à Eugène Sue9 par certains des lecteurs des Mystères de Paris vingt ans plus tôt : le rôle politico-pédagogique du roman est affirmé, le feuilleton acquiert une dimension émancipatrice que lui dénient les contempteurs du mauvais livre. On comprend aisément que les pétitionnaires de Saint-Etienne dénoncent, en plus de Marie-Louise Gagneur, Eugène Sue ou George Sand !

La Croisade noire se termine par l’idée d’un renouveau grâce aux conceptions fouriéristes. L’ouvrage intéresse donc certains  compte rendus davantage pour son apologie du socialisme associatif que pour  son anticléricalisme  :

L’auteur ne s’en cache pas il écrit des ouvrages à tendance, il a hérité de la plume d’Eugène Sue. La Croisade noire et le Calvaire des femmes sont socialistes. Seulement, le socialisme d’hier n’est plus le socialisme d’aujourd’hui pour les esprits sensés. L’idée de l’association a fait du chemin, et tous les problèmes économiques qu’on se proposait autrefois de résoudre par l’État sont tombés dans le domaine de la liberté. Le sont-ils tous ? N’y a-t-il plus que les socialistes de l’association par la liberté égale pour tous, de l’association par le droit commun ? Dans la réponse à cette question est l’avenir de notre pays, son salut ou sa perte10.

Dès 1855, Marie-Louise Gagneur a en effet publié  une brochure intitulée “Projet d’association industrielle et domestique pour les classes ouvrières 11”. Son époux, Wladimir Gagneur, fouriériste franc-comtois, ami de Victor Considerant, a écrit  plusieurs études sur les fruitières (coopératives paysannes) du Jura12. Wladimir  est de longue date un ami de la mère de Marie-Louise, Césarine Mignerot, une des pionnières de l’essai phalanstérien mené à Cîteaux13. Le soutien de Wladimir aux travaux littéraires de sa femme paraîtra éminemment suspect aux yeux des conservateurs qui feindront de croire qu’il est le véritable rédacteur des textes de son épouse.

Les Hommes d’aujourd’hui. Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934). Auteur du texte Éditeur : (Paris) Éditeur : Librairie Vanier (Paris) Date d’édition : 1878 Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. Gallica (BnF).

En 1866, en pleine publication du Calvaire des femmes, un ouvrage dénonçant la condition des ouvrières sur le plan professionnel et familial,  Le Siècle publie donc au-dessus du feuilleton un vibrant hommage de plusieurs associations ouvrières à son auteure, Marie-Louise Gagneur :

Le défaut d’espace ne nous permet pas de publier toutes les lettres de félicitation qui nous sont adressées au sujet du roman de M. –L. Gagneur, le Calvaire des femmes. Mais il en est une surtout que nous ne pouvons pas passer sous silence, car elle constate dans la masse des lecteurs un progrès tout à la fois littéraire et social, auquel nous applaudissons vivement.

A M. le directeur-gérant du Siècle

Monsieur,

La lecture des œuvres de littérature, même futiles, quand toutefois  elles ne sont pas corruptrices, est assurément la plus agréable comme la moins coûteuse des distractions. Le succès populaire de certaines publications périodiques à bon marché en est la preuve incontestable. Or, ce succès même est pour les auteurs un éloge qui peut suffire, et il y aurait de la part des lecteurs une sorte de prétention ridicule à vouloir le formuler d’une manière explicite. Mais il n’en saurait être de même lorsqu’il s’agit d’ouvrages qui, sous la forme la plus attrayante, se proposent un but éminemment utile.

Tels sont la Croisade noire et le Calvaire des femmes.

Depuis les romans d’Eugène Sue, qui ont si puissamment contribué aux améliorations déjà obtenues dans la condition des travailleurs, aucun ouvrage de ce genre n’aura prêté, selon nous, un concours aussi efficace à la réalisation de celles qui restent à accomplir.

Les idées sociales ont cessé d’être un vague idéal. Nous avons passé à la pratique. Le nombre des associations coopératives en activité en est la preuve éclatante. Tout le monde peut s’en convaincre en parcourant la liste qu’en publie à chacun de ses numéros, le journal la Coopération. Cinquante sociétés de production à Paris, autant en province, et un plus grand nombre de sociétés d’épargne pour arriver à la production, plus de deux cents sociétés de crédit mutuel et de consommation, tout ce mouvement ne témoigne-t-il pas du profit moral et matériel que l’on peut tirer des œuvres de l’esprit créées pour élever l’éducation sociale de tous ?

Voilà pourquoi nous vous prions, monsieur le directeur, de faire parvenir à l’auteur de ces deux ouvrages, non seulement l’hommage de notre admiration pour son beau talent d’écrivain, mais encore et surtout l’expression de notre gratitude pour le notable service qu’il rend à la cause du progrès. Nous avons la conviction d’être ici les interprètes de tous les travailleurs14.

La publication de cette lettre fait de la romancière une cible supplémentaire pour le parti clérical : libre-penseuse, féministe, elle est décidément très éloignée de la place assignée aux femmes par les catholiques conservateurs.

Le courrier est d’autant plus intéressant qu’il comporte le nom des associations et des signataires.

Le Siècle, 22 décembre 1866.

Ces différentes signatures  émanent du milieu associationniste15 durement réprouvé au début du Second Empire et qui peut réapparaître sous un Empire libéral soucieux des suffrages ouvriers :

DUTOIT, gérant de société de crédit mutuel, rue du Faubourg-Saint-Antoine, 71 ; ARBOGAST, société de crédit mutuel, rue Saint-Nicolas, 20 ; HUDRY, chez M. Perrin, rue du Faubourg-Saint-Antoine ; PETIT, même maison ; RICHARD, même maison ; HOUY, gérant de société de crédit mutuel, passage Tocanier ; PARLET, rue du Faubourg-Saint-Antoine, 212 ; WEIFFENBACH, sociétaire du crédit mutuel, rue Saint-Nicolas ; SOUPLET, gérant de société de crédit mutuel, rue de Charenton, 83 ; OSWALD, caissier de crédit mutuel, rue Moreau, 58 ; GANGLOFF caissier de société du crédit mutuel, rue de Charenton, 60 ; TESSIER, caissier d’une société de crédit mutuel, rue de Charenton, 84 ; J. TAVERNIER, caissier d’une section de la Fraternelle ; Léon BRUNERYE, ancien rédacteur en chef de l’Industrie contemporaine, agent comptable de l’association des ouvriers en limes et de la société de l’industrie générale des bronzes ; FOUQUE aîné, cogérant de l’association des ouvriers en limes, 1848 ; VERDURE, délégué du Crédit au travail, VALDUN, gérant de l’association des ouvriers du bronze imitation ; GAUDEL, directeur de la société de l’industrie générale des bronzes ; JONQUARD, secrétaire général de ladite société ; J. WILMOTTE, membre du conseil des prudhommes (métaux), rue Amelot, 74 ; COHADON, cogérant de l’association des maçons, rue Chapon, 16 ; LEMAITRE, cogérant de la société alimentaire La vie aisée, rue Grenier-Saint-Lazare, 34 ; LEVY-LAZARD, président du crédit mutuel des ouvriers en instruments d’optique et de mathématiques, membre fondateur d’institutions coopératives ; FRICHOT, caissier de la société de crédit mutuel de l’industrie des bronzes ; CHAFFAUT, secrétaire de l’association des ouvriers menuisiers en bâtiment ; VINCENT, président de la société des ouvriers en tissus élastiques ; GUILLAUMIN, gérant de l’association des lithographes, 149, quai Valmy ; DUQUENNE, du crédit mutuel, rue de Charonne, 74 ; GEOFFRAY, cogérant de la société La Vie aisée.

Ces signatures désignent pour les contemporains au fait de la vie des associations mutualistes un milieu très sensible aux théories “socialistes”, et ouvert aux revendications “féministes”. Or ce milieu est le terreau des bibliothèques populaires, leurs fondateurs étant des militants du milieu coopératif. Rappelons en effet que Jean-Baptiste Girard a été arrêté en 1850, puis détenu en 1851 pour l’affaire de Union des associations fraternelles ouvrières. Cette union avait été fondée le 5 octobre 1849 par des délégués élus par 104 associations ouvrières. Une commission de quinze membres en assurait le fonctionnement, dont Girard, de l’Association des imprimeurs lithographes, Delbrouck, de l’Association des maçons16, les féministes Jeanne Deroin et Pauline Roland. Accusés d’avoir tenu des réunions secrètes, ils sont jugés et condamnés en 1850, et la légende veut que Girard a conçu l’idée des bibliothèques populaires durant sa détention.  Si Girard devient plus prudent après cet épisode, il militera toute sa vie dans des associations mutualistes. Ian Frazer a souligné dès 1984  que les fondateurs des bibliothèques populaires sont les “militants de la nouvelle vague de coopération qui déferle après 1863” :

C’est Cohadon, des maçons (la plus riche des associations ouvrières toujours existantes avec un chiffre d’affaires de 1.300.000 francs), qui lance, avec Béluze et Arthur de Bonnard les discussions qui aboutiront à la fondation du Crédit au Travail en 1863, institution qui marque « une éclosion prodigieuse du mouvement d’association ». Parmi les souscripteurs du Crédit, plusieurs fondateurs des Bibliothèques des Amis de l’Instruction, tels Daly, Delbrouck, et le sellier Louis-Marie Fontaine. Antoine Cohadon qui, pour Martin Nadaud, est resté « l’ouvrier simple et honnête de 1848 » se rend, l’année même de son élection à la Ve, à Londres, où il assiste à la naissance de l’A.I.T., après avoir signé le Manifeste des Soixante. Rien de surprenant, donc, si l’on retrouve Jean-Baptiste Girard, flanqué de Delbrouck, Cohadon et Bouyer, parmi les membres de l’une des coopératives les plus ambitieuses de l’époque, l’Association générale d’approvisionnement de Passy (Poindron et Cie). Le grand nombre de fouriéristes dans cette société : Bonnard, Arthur d’Anglemont, Noirot, directeur de la librairie phalanstérienne, Leclercq, syndic du Ménage sociétaire de Condé, explique son idéologie plutôt fouriériste, l’accent mis sur l’approvisionnement en objets de consommation honnêtes, «exempts de toute falsification ». Les fondateurs lancent au même moment l’Association, journal du mouvement coopératif17.

Les Hommes d’aujourd’hui. Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934).  Éditeur : (Paris) Éditeur: Librairie Vanier (Paris). Date d’édition : 1878. Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. Gallica (BnF).

Si l’on regarde les signataires de la lettre à Marie-Louise Gagneur, on retrouve Cohadon (un des fondateurs de la BAI-V), des personnes résidant comme Girard et plusieurs membres de l’AIT (Association internationale des travailleurs fondée en 1864) rue des Gravilliers, etc.  De surcroît,  y  apparaissent  plusieurs membres du Crédit au Travail fondé par Béluze, le gendre de  Cabet. Appartiennent à la Société du crédit au travail plusieurs militants des premières BAI (bibliothèques des Amis de l’Instruction) ou soutiens actifs, comme entre autres Cohadon, Anthime Corbon, César Daly, Joseph Delbrouck, etc. Or cette Société a aussi pour membre Wladimir Gagneur18 !

Les Hommes d’aujourd’hui. Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934).  Éditeur : (Paris) Éditeur: Librairie Vanier (Paris). Date d’édition : 1878. Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. Gallica (BnF).

Dans Le Calvaire des femmes, dès les premières pages, M.-L. Gagneur évoque un fabricant de soieries lyonnais intègre. Sur bien des points, ce personnage semble inspiré du saint-simonien Arlès-Dufour, fabricant de soieries lyonnais, disciple et légataire universel de Prosper Enfantin, soutien des associations ouvrières, fondateur d’une bibliothèque populaire à Oullins. La bibliothèque populaire d’Oullins fera aussi l’objet d’une pétition portée au Sénat en 1868, visant des romans “socialistes”. Ici aussi, un réseau très actif sur des thèmes comme l’émancipation des femmes, l’instruction du peuple,  les bibliothèques populaires, les associations ouvrières, est sous-jacent. Arlès-Dufour a soutenu le combat de Julie Daubié, première femme française qui obtient le baccalauréat en 1861. Julie Daubié a également évoqué le sort des ouvrières avec un mémoire remarqué intitulé La Femme pauvre au XIXe siècle (premier prix du concours de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon en 1859) qu’elle publie en 1866. Elle a été la préceptrice des enfants d’Auguste Perdonnet, président de la BAI-III en 186319, et ami d’Arlès-Dufour20.

Les fondateurs et/ou soutiens des bibliothèques populaires sont aussi pour bon nombre d’entre eux les piliers des combats féministes. Charles Fauvéty, ami de Jean-Baptiste Girard, qui fondera avec lui la bibliothèque populaire d’Asnières21 reçoit entre autres dans son salon parisien Jenny d’Héricourt et Eugénie Niboyet. Il est ensuite un des fondateurs avec Wladimir Gagneur, Arlès-Dufour, Adolphe Guéroult, Édouard Laboulaye (un des piliers de la BAI-V), Léon Richer, etc., de l’Association pour le droit des femmes en 187022.

Les Hommes d’aujourd’hui. Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934).  Éditeur : (Paris) Éditeur: Librairie Vanier (Paris). Date d’édition : 1878. Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. Gallica (BnF).

II/ La place de Marie-Louise Gagneur dans les bibliothèques populaires

Les Bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) ont été fort prudentes quant à l’achat des ouvrages de M.-L. Gagneur. Il faut dire que l’autorisation d’ouverture et de fonctionnement des bibliothèques était assujettie à l’examen du catalogue, et que la présence d’ouvrages interdits par la commission de colportage pouvait attirer l’attention de l’administration …

Ainsi on ne trouve pas d’ouvrages de M.-L. Gagneur dans le catalogue de 1866 de la BAI-V pourtant fondée par des fouriéristes (voir ci-dessus), ni dans ceux de la BAI-III. La Société Franklin ne propose pas non plus dans son catalogue les ouvrages de Gagneur. Les fondateurs des bibliothèques populaires de Saint-Étienne ont donc fait preuve d’une certaine témérité …

La condamnation des ouvrages de Marie-Louise Gagneur par les cléricaux ne se tarit pas avec la chute de l’Empire. Ses nouveaux thèmes de publication, comme le divorce,  font scandale auprès des catholiques. Elle ne trouve pas non plus grâce auprès de la République de l’Ordre moral, car elle est publiée par exemple dans la Bibliothèque démocratique fondée par son mari et Victor Poupin  (Paris, 1838 – Châtelneuf, Jura, 1906) au milieu d’auteurs tels que Fourier, Godin, Nadaud, etc 23. Une fois encore, les bibliothèques populaires sont de la partie: Victor Poupin, ami de Jean Macé (voir plus haut) et de Louis Blanc (grand protecteur de ces bibliothèques), est en effet le propagateur des bibliothèques populaires dans le Jura24, département d’où est originaire Wladimir Gagneur.  Victor Poupin épouse d’ailleurs la fille du couple Gagneur, Marguerite, une sculpteure plus connue sous le nom de Syamour25.

Les Hommes d’aujourd’hui. Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934).  Éditeur : (Paris) Éditeur: Librairie Vanier (Paris). Date d’édition : 1878. Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. Gallica (BnF).

Le soutien de Wladimir Gagneur à la carrière littéraire et polémiste de sa femme ne se dément pas. Désormais député, il s’insurge lorsque La Croisade noire reçoit une interdiction de vente dans les librairies de gare en 1874 (voir ci-dessous).

La Liberté, 5 avril 1874. Gallica (BnF).

En 1876, le critique Pontmartin dénonce dans “Cri de détresse” , “le clan des conteurs radicaux et communards, commandé par le généralissime Zola, discipliné par les capitaines Erckmann-Chatrian, nourri et abreuvé par la cantinière Gagneur” . Il précise à propos de cette dernière :

Aimez-vous mieux la Croisade noire ou la Chair à canon de cette même dame Gagneur, bienfaitrice de l’humanité ? Ces titres vous disent assez clairement ce que vous avez à gagneur — non, à gagner — dans ces fortifiantes lectures. Chair à canon, c’est-à-dire l’art d’absorber ceux du marchand de vins en se  garant de ceux de M. Krupp ; Croisade noire, ou, en d’autres termes, guerre d’extermination, d’oppression et d’abrutissement déclarée par les hommes noirs (de Béranger), à l’innocente clientèle de la dame Gagneur, trois fois nommée et renommée26 !

L’année suivante, la Librairie religieuse catholique de Ruth la Glaneuse (Nice) publie La croisade blanche : en réponse à la croisade noire de M. M.-L. Gagneur député du Jura27. Dès la couverture, l’attaque porte donc contre le mari de Marie-Louise, le député Wladimir Gagneur qu’on feint de prendre pour le véritable auteur de La Croisade noire.

En 1880, un pamphlet contre l’action de la Ligue de l’Enseignement, dénonçant entre autres une action franc-maçonne, stigmatise encore la présence de La Croisade noire parmi les ouvrages proposés par les bibliothèques populaires fondées sous l’égide de la Ligue. Rappelons que Jean Macé a eu un engagement important dans la création de bibliothèques populaires, et qu’il était l’ami de plusieurs des hommes cités plus haut …

Quelle est la composition de ces bibliothèques ? Nous en savons assez pour affirmer que les livres violemment agressifs et notoirement immoraux y sont en minorité. Il s’y rencontre même des publications catholiques. A cela, lien d’étonnant. Ne faut-il pas tromper et rassurer la masse, qui ne juge que sur les apparences et croit encore bonnement à la neutralité de la Ligue ?

On aura donc, pour les frères et amis, la Croisade noire, de V. Gagneur ; l’Histoire de la Révolution, de Michelet  ; Erckmann-Chatrian  ; la Femme dans l’humanité, d’Ed. de Pompéry, placée, par ironie sans doute, dans la section de morale; Jeanne d’Arc, et l’ Insecte, de Michelet ; les œuvres de Ch. de Bernard ; Gustave Droz ;  V. Hugo (Notre-Dame de Paris) ; G. Sand, etc. ; les Évasions célèbres (cela peut servir)28.

Les Hommes d’aujourd’hui. Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934).  Éditeur : (Paris) Éditeur: Librairie Vanier (Paris). Date d’édition : 1878. Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. Gallica (BnF).
Les Hommes d’aujourd’hui. Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934).  Éditeur : (Paris) Éditeur: Librairie Vanier (Paris). Date d’édition : 1878. Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. Gallica (BnF).

Un sondage dans les catalogues des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) dans les décennies 1870 et 1880 confirme que Marie-Louise Gagneur y trouve peu à peu sa place. La BAI-III et la BAI-XIV ne semblent pas avoir acquis ses ouvrages. En revanche la BAI-VII possède en 1878 Le Divorce. La BAI-XII n’a pas d’ouvrages de la romancière en 1877, mais elle possède La Croisade noire en 1881 puis, en 1885, Un Chevalier de sacristie, Le Crime de l’abbé Maufrac, Le Roman d’un prêtre, Les Vierges russes. La BAI-XIII propose en 1882 La Croisade noire, Le Calvaire des femmes ; en 1884,  sont acquis : Un Chevalier de sacristie, Les Crimes de l’Amour, Chair à canon, Les Forçats du mariage, Les Vierges russes, Les Droits du mari. La BAI-XVIII  détient en 1878 Chair à canon, La Croisade noire, Le Calvaire des femmes.

Notons le cas de la BAI-XI, qui est dirigée par des militants républicains : elle possède en 1882 trois exemplaires de La Croisade noire dont les numéros au catalogue (28, 29, 30) montrent qu’il s’agit de dons ou d’acquisitions faits dès l’ouverture. S’y ajoutent Les Crimes de l’Amour (n° 31), Chair à canon (32), Le Calvaire des femmes (t1, 33 ; t2, 34), Les Forçats du mariage (35), Les Vierges russes (36), Les Droits du mari (37), Un Drame électoral (38), Un Chevalier de sacristie (39).

Ajoutons qu’en 1889, lors de l’enterrement à Paris de Wladimir Gagneur, sont mentionnés de “nombreux membres du comité d’initiative des bibliothèques scolaires et populaires29”, ce qui confirme les liens étroits qu’ont pu entretenir le couple Gagneur et leur gendre avec les associations ouvrières d’où sont issues les bibliothèques populaires.

En 1901, Marie-Louise Gagneur devient chevalière de la légion d’honneur (et une des premières femmes à obtenir cette distinction). Son dossier contient un “état de services” mentionnant “trente huit ans de services dans la presse parisienne et départementale. Quatorze romans traitant exclusivement de questions politiques, économiques, morales et de haute philosophie parus avec de grands succès dans les principaux organes parisiens (…)” !

Comme le souligne Hélène Millot dans “Sexe, mensonges et vrais-faux dévots : l’anticléricalisme féministe de Marie-Louise Gagneur” :

Certes les romans de Marie-Louise Gagneur ne relèvent pas de la “grande littérature” (…) Mais c’est précisément parce que l’auteur est une romancière populaire, une feuilletoniste à succès, que son œuvre a compté à la fin du XIXe siècle, car elle a su toucher un public peu instruit, peu éduqué, et donc particulièrement vulnérable aux pressions du cléricalisme. L’insistance mise sur l’éducation des filles, l’affirmation constante du droit à la liberté de pensée, la foi dans la science et le progrès, et la volonté d’émancipation des hommes et des consciences qu’elle manifeste dans ses romans justifient pleinement les éloges qui lui ont été décernés, et illustrent de façon exemplaire la déclaration de ce personnage mentionné plus tôt : “C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences 30”.

 

Le Roman d’un prêtre par M.-L. Gagneur. Librairie anti-cléricale, 35 rue des Ecoles, Paris : [affiche] / [Non identifié] Éditeur : [s.n.][s.n.] Éditeur : Imp. Emile Lévy (Paris) Date d’édition : 1885. Gallica (BnF).
Cite this article as: Agnès Sandras, "“C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires," in Bibliothèques populaires, 08/03/2019, https://bai.hypotheses.org/3147.

 

 

  1. Voir Agnès Sandras, “« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867),” in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, https://bai.hypotheses.org/189 []
  2. Voir le billet très complet de Roger Musnik : “Marie-Louise Gagneur (1832-1902)”, Blog Gallica, 25 juin 2018. []
  3. BEACH Cecilia , « Marie-Louise Gagneur : la force de l’idée  », Cahiers Charles Fourier, 2012 / n° 23. []
  4. Marie-Louise Gagneur, La croisade noire : roman contemporain. Pages 11 et 12. []
  5. BEACH Cecilia , « Marie-Louise Gagneur : la force de l’idée  », Cahiers Charles Fourier, 2012 / n° 23. Note de l’auteur du billet  : il s’agit des bibliothèques populaires et non pas scolaires. []
  6. Louis de Laincel, “A travers livres”, La France littéraire, artistique, scientifique 28 février 1865. Ce même article condamne violemment d’autres ouvrages que l’on retrouve dans l’affaire des bibliothèques de  Saint-Etienne. []
  7. Edmond About, “Le roman et le théâtre“, Causeries : première et deuxième séries. série 1. Paris, L. Hachette,1865-1866. []
  8. Voir Agnès Sandras, “Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire” (I. Le rôle clé de Claude Anthime Corbon), in Bibliothèques populaires, 18/11/2017, https://bai.hypotheses.org/1763; (II – 1866, année charnière),” in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/1951; (III – 1867, année cruciale),” in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086. []
  9. Voir Jean-Pierre Galvan, Les mystères de Paris : Eugène Sue et ses lecteurs. Paris, L’ Harmattan, 1998. []
  10. “Bulletin bibliographique”, Revue moderne, avril 1867 []
  11. D’après la préface de son ouvrage Le Divorce. Paris, Librairie de la bibliothèque démocratique,1877. []
  12. Voir WARTELLE Jean-Claude , « Une famille d’intellectuels de gauche au XIXe siècle, les Gagneur (1ère partie)  », Cahiers Charles Fourier , 2001 / n° 12. []
  13. Ibid. []
  14. Le Siècle, 22 décembre 1866 []
  15. Au sens de “doctrine cherchant la solution du problème social dans l’association volontaire de petits groupes de producteurs”, définition donnée par le CNTL. []
  16. Voir Ian Frazer, “Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction”, in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, 1985. []
  17. Ibid. []
  18. Béluze, Jean-Pierre. Société du crédit au travail : communication personnelle : associés commanditaires au 31 juillet 1865[s.l.], Impr. Félix Malteste, 1865. 23 p. ; 21 cm. Cote : FD 4214A. Bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers – Les Premiers socialismes. []
  19. Voir Agnès Sandras, “Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?,” in Bibliothèques populaires, https://bai.hypotheses.org/148. []
  20. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000,  Lyon 2. []
  21. Voir Etienne Naddeo, “Charles Fauvéty, intellectuel, franc-maçon et fondateur d’une bibliothèque populaire  (1813-1894)” in Bibliothèques populaires, https://bai.hypotheses.org/821 []
  22. Voir Alban Jacquemart. Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d’un engagement improbable. Sociologie. Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), 2011. []
  23. Barbara Dimopoulou, « La « Bibliothèque démocratique » (1869-1877) », Cahiers d’études romanes , 35 | 2017 []
  24. Voir Denis Saillard, « La bibliothèque de Marianne. Les bibliothèques populaires du Jura (1860-1914) » in Des bibliothèques populaires à la lecture publique [dir. Agnès Sandras], Presses de l’enssib, 2014 ; et Annie Bachelard, Jeanine et Alain Bockenmeyer, “Les bibliothèques populaires du Jura“, BAI, 2015. []
  25. Voir ses oeuvres sur le blog de Patrick Simon ici. []
  26. Armand de Pontmartin, ” Cri de détresse”, La Gazette de France, 29 octobre 1876. Nouveaux samedis : 15e série. Paris,  Michel-Lévy frères,1877. []
  27. Ruth la glaneuse, La croisade blanche : en réponse à la croisade noire de M. M.-L. Gagneur. Nice, Librairie religieuse catholique de Ruth la Glaneuse, 1877 []
  28. Jean de Moussac, La Ligue de l’enseignement : histoire, doctrines, œuvres, résultats et projets (2e édition. Paris, Librairie de la “Société bibliographique”,1880. []
  29. Le Constitutionnel, 14 août 1889. []
  30. Hélène Millot, “Sexe, mensonges et vrais-faux dévots : l’anticléricalisme féministe de Marie-Louise Gagneur”, Clergés et cultures populaires [études réunies et présentées par Brigitte Le Juez]. Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2004. La citation provient du roman de Marie-Louise Gagneur, Un Chevalier de sacristie, publié en 1881. []

Une réflexion sur « “C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.