Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

Dans un billet de ce carnet intitulé : « Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires » Agnès Sandras nous rappelle les principaux traits de la personnalité du rédacteur en chef du quotidien à un sou, et son action, décriée parfois, en faveur de l’instruction du peuple. C’est ainsi que nous prenons connaissance de l’éditorial, publié le mardi 21 janvier 1868, et intitulé : « La société Benjamin Franklin » de Thimothée Trimm (alias Léo Lespès, 1815-1875). Il y fait l’éloge de la société Franklin, la promotion des bibliothèques populaires et souligne enfin le rôle central de Jean-Baptiste Girard :

C’est un ouvrier lithographe, M. Girard, qui, le premier, en a conçu l’idée, et, avec l’aide des professeurs de l’Association philotechnique…. est parvenu à fonder dans le troisième arrondissement la première Bibliothèque Populaire dont le succès a complètement répondu à son attente.

Nous avons eu le bonheur de découvrir l’extrait de la lettre  que Jean Baptiste Girard a adressée au rédacteur en chef du Petit Journal (publiée le mercredi 26 février 1868; on peut cet extrait ici) en réponse à son article du 21 janvier:

Paris, le 14, février 1868,
Monsieur Timothée Trimm,
« Vous dites, en parlant de moi, avec exactitude : « Après avoir lutté contre une foule d’obstacles qui auraient arrêté un cœur moins généreux… » Eh bien ! monsieur vous auriez pu ajouter avec non moins d’exactitude, que si tant de difficultés ne m’ont pas arrêté, c’est aussi parce que des cœurs honnêtes comme le vôtre sont venus, de temps à autre, retremper ma persévérance lorsqu’elle commençait à s’émousser. Il y a des personnes à qui il semble extraordinaire qu’un ancien ouvrier lithographe et cocher de fiacre (car j’exerçais cette dernière profession à l’âge de vingt ans), soit fondateur de bibliothèques ; cependant à cela il n’y a rien de surnaturel. Ce cocher de fiacre a été complètement modifié par les cours d’adultes, ceux du Conservatoire impérial des arts et métiers, et les livres. Ils ont développé chez lui ce principe de perfectibilité existant non-seulement chez l’homme, mais aussi dans toute la création. Ayant pu apprécier par l’expérience tous les bienfaits de quelques connaissances utiles, je me suis dévoué à leur propagation, avec cette ferme conviction qu’elles produiront sur les autres le même effet qu’elles ont produit sur moi. Dans cette expérience, et pour la part que vous prenez à la propagation de l’instruction, veuillez, je vous prie, Monsieur, en recevoir la sincère reconnaissance de votre très humble et très dévoué serviteur, J. B. Girard – Membre du Conseil d’administration de la Société Franklin. »

Cette précieuse lettre permet de confirmer et d’affiner les appréciations sur sa personnalité. Confirmé son emploi d’ouvrier lithographe (et non de typographe, vieille erreur qui perdure parfois) mais aussi son emploi de cocher de fiacre auparavant . Confirmés les cours d’adultes suivis par Girard, mais avec cette précision de taille: « ceux du Conservatoire impérial des arts et métiers », vraisemblablement dans les années 1840. Ces cours lui auraient permis de sortir de son état de cocher et d’accéder à celui d’ouvrier lithographe, métier qualifié et mieux rémunéré. Le fait qu’il ne mentionne pas dans cette lettre les cours à l’école Turgot dispensés par « l’association philotechnique », dont il deviendra un « agent » , ni même les cours de « l’association polytechnique », dirigée au moment de la création de la BAI, par Auguste Perdonnet, ne remet pas en cause le fait que Girard a suivi également des cours à l’école Turgot et bien connu son directeur Émile Marguerin, qui y donnait des cours du soir dans le cadre de l’Association Philotechnique. C’est durant la décennie 1851-1861 que l’ouvrier lithographe militant socialiste (il fut condamné et emprisonné pour sa participation à des réunions socialistes)  a pu suivre à nouveau des cours du soir et amorcé ainsi son changement de profession1.
Pour ce que cette lettre permet d’affiner sur la personnalité de Girard, nous avons le sentiment que les propos de Jean-Baptiste Girard permettent de relativiser l’idée d’un certain effacement, voire d’une certaine timidité. Il nous apparaît dans cette missive en homme fier de lui et de son œuvre, revendiquant sans ambages son rôle de « fondateur de bibliothèques » .

Girard répond à Timothée Trimm, qui a bien voulu faire son éloge en même temps que celui de la Société Franklin, en tant que : « Membre du Conseil d’administration de la Société Franklin. » Il nous indique enfin son attachement aux livres, à la lecture, aux études, dans un sens nous faisant songer au grand Condorcet, voire au sublime Spinoza, puisqu’il énonce clairement son attachement au : « principe de perfectibilité existant non-seulement chez l’homme, mais aussi dans toute la création » .

Bref, c’est un bonheur de lire cette lettre d’un Jean-Baptiste Girard, déjà reconnu en 1868, mais qui n’a pas perdu de son enthousiasme ni de sa verve communicatrice puisque après avoir souligné « tous les bienfaits de quelques connaissances utiles » ajoute aussitôt : « je me suis dévoué à leur propagation, avec cette ferme conviction qu’elles produiront sur les autres le même effet qu’elles ont produit sur moi. »

Tel nous apparaît, en 1868, Jean-Baptiste Girard, le fondateur de la première bibliothèque populaire libre de France (la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième arrondissement de Paris) en humaniste, en altruiste, en idéaliste heureux ; en homme d’origine ouvrière qui a le sentiment d’avoir réussi sa vie et qui veut encore continuer une œuvre collective, pacificatrice, bienfaitrice et émancipatrice ; une triple œuvre vouée à la postérité, dont il endosse, sans fausse modestie, la paternité : la création de bibliothèques populaires indépendantes ou autogérées, la participation comme membre fondateur à la Société Franklin et enfin la promotion des cours du soir gratuits pour adultes à travers son emploi « d’agent » de l’ Association Philotechnique.

Michel Blanc, membre de la BAI et de la Maison d’Auguste Comte.

  1. Voir les différents billets de ce carnet sur Jean-Baptiste Girard. []

Une réflexion sur « Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.