La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

Ce texte est le fruit d’une collaboration  fructueuse avec Louise Oudin que je remercie pour la qualité de ses recherches. Je le publie au moment-même où Louise Oudin donne une conférence, avec Michel Blanc, à la mairie du VIe arrondissement, dans le cadre des activités de la Société historique du VIe Arrondissement, sur l’histoire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Sixième Arrondissement (BAI-VI) : « La bibliothèque des Amis de l’instruction du 6e (1876-1900) ».
La vie de la BAI-VI est brève (un quart de siècle), et cette bibliothèque ne semble pas avoir marqué profondément les pratiques de lecture du sixième arrondissement au XIXe siècle. En revanche, sa fondation entre en résonance étroite avec une politique d’instruction plus volontariste au lendemain de la défaite de 1870 et une lutte électorale des républicains s’adossant aux lieux parisiens de sociabilité culturelle.

Le petit monde des fondateurs de la BAI-VI

Rappelons rapidement que la première Bibliothèque des Amis de l’Instruction, celle du IIIe Arrondissement parisien, la BAI-III, a été fondée en 1861 dans le but de prêter le plus large éventail possible de livres à toutes et tous, à une période où la lecture était encore considérée par les pouvoirs politiques et religieux comme dangereuse1. Ses pionniers, des ouvriers et artisans, ont été aidés par des bourgeois philanthropes de tous bords qui ont convaincu l’autorité impériale d’autoriser une bibliothèque de prêt gérée par une association. Le but officiel (fournir des lectures instructives ou délassantes pour aider à la moralisation du peuple qui s’écarte ainsi du cabaret et des « mauvaises lectures ») est souligné par les statuts. Officieusement, les fondateurs comme Jean-Baptiste Girard espèrent émanciper intellectuellement et politiquement les lecteurs. La BAI-III fait des émules, étroitement suivis par les autorités impériales : les statuts des sociétés sont soumis à approbation administrative, les catalogues visés, les conférences surveillées. Sous le Second Empire, trois autres BAI sont créées à Paris (Ve, XVIIIe et XIXe  arrondissements). Dans le même temps, d’autres bibliothèques populaires sont fondées un peu partout en France, non sans difficultés. Jean-Baptiste Girard crée alors, toujours avec le soutien de noms prestigieux, la Société Franklin  qui apporte une aide pratique aux installations de bibliothèques populaires (conseils dans le choix des livres, modèles de statuts, etc.).

Les débuts de la IIIe République sont tout aussi compliqués pour les bibliothèques populaires2, car l’Ordre moral craint qu’elles constituent des foyers de sédition. La Société Franklin milite  désormais quant à elle pour la fondation de bibliothèques destinées à donner aux Français plus d’instruction que les vainqueurs prussiens, et en particuliers de bibliothèques militaires. Si les BAI fondées sous le Second Empire avaient un recrutement très hétérogène (on y trouvait des socialistes, des bonapartistes, des francs-maçons, des catholiques, des positivistes, etc. etc.), celles de la IIIe République affichent clairement une identité républicaine, voire même un militantisme républicain3. La BAI-XIV naît en 1871 sous l’impulsion de Paul Delamarche, qui avait déjà accompagné les débuts de la BAI-III. Entre 1875 et 1878, sept autres BAI sont créées : VIe, VIIe, XIe, XIIe, XIIIe, XVe et XXe arrondissements. Néanmoins, Delamarche déplore en 1878 :

Des groupes d’initiatives se sont formés dans tous les arrondissements, et nous avions tout lieu d’espérer que la campagne si bien ouverte se terminerait bientôt par l’installation d’une bibliothèque dans chacun d’eux. Malheureusement, ses initiateurs éprouvèrent une grande difficulté pour obtenir l’autorisation nécessaire ; ils se découragèrent et abandonnèrent l’œuvre commencée4.

Les premières réunions d’organisation de la fondation de la BAI du VIe se tiennent au gymnase Pascaud au 59 bis rue de Vaugirard en juin 1876. La bibliothèque reçoit l’autorisation administrative le 15 octobre 1876 et ouvre le 18 janvier 1877. Si l’on sait peu de choses sur son fonctionnement, faute d’archives comme des registres des délibération des conseils, on connaît en revanche les noms de certains des premiers membres. On dispose en effet de la composition du conseil d’administration de juin 1876 (voir image ci-dessous) et des statuts élaborés à l’occasion, et d’un bulletin de vote, destiné à l’élection du conseil d’administration de décembre 1876 (voir image ci-dessous). Ces documents imprimés sont entrés par le dépôt légal imprimé à la Bibliothèque nationale.

Conseil d’administration de la BAi VI, juin 1876. Composition et statuts (zoom). Bnf : recueil 8 Q 38. Cliché A. Sandras
Bulletin de vote de la BAI VI, novembre 1876. Composition et statuts (zoom). Bnf : recueil 8 Q 38. Cliché A. Sandras

Les noms ainsi conservés nous permettent de connaître les personnes qui se sont officiellement impliquées autour de la fondation de la BAI-VI et d’identifier un réseau républicain particulièrement actif. Il faut néanmoins garder à l’esprit, comme le montre l’histoire des autres BAI, que les véritables animateurs de ces bibliothèques sont le plus souvent des personnes moins connues, d’origine plus modeste, qui s’appuient sur des personnalités pour obtenir les autorisations administratives nécessaires et faire la publicité nécessaire pour attirer de nouveaux adhérents. En échange, et c’est très net pour la BAI-VI, ce réseau de soutien à la nouvelle bibliothèque trouve ainsi une caisse de résonance pour ses activités politiques (cf.infra).

NOM Profession et/ou fonction officielle Adresse Fonction dans la bibliothèque Source
BOUTMY Eugène Correcteur d’imprimerie 72 rue Notre-Dame-des-Champs Comité directeur du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

CR du CA juin 1876

Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876

DEMOMBYNES Avocat à la cour d’appel 10 rue des Beaux-Arts Comité directeur du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

CR du CA juin 1876

Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876

DUBUISSON Docteur 76 rue d’Assas Comité directeur du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

CR du CA juin 1876

Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876

HERISSON Conseiller municipal 56 rue Madame Comité directeur du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

CR du CA juin 1876

Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876

LAUTH Conseiller municipal 2 rue de Fleurus Comité directeur du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

CR du CA juin 1876

Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876

E. FOURNIER Architecte 129 rue de Rennes Secrétaire du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

CR du CA juin 1876

Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876

VALABRÈGUE Avocat à la Cour de Cassation 13 rue de Médicis Secrétaire du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

CR du CA juin 1876

Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876

LAUGIER Architecte 76 rue Notre-Dame-des-Champs Comptable du CA juin 1876 CR du CA juin 1876
RANVIER Artiste-peintre 4 rue Carnot Comptable du CA juin 1876 CR du CA juin 1876
VIÉE Architecte 64 rue de Vaugirard Comptable du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

CR du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

DUCHIER Receveur de rentes 13 rue du Vieux-Colombier Trésorier du CA juin 1876 CR du CA juin 1876
GERMER-BAILLIÈRE Conseiller municipal 17 rue de l’École-de-Médecine Administrateur du CA juin 1876 CR du CA juin 1876
Espagne Ancien notaire 2 rue de Fleurus Administrateur du CA juin 1876 CR du CA juin 1876
Édouard GRIMAUX

 

Agrégé à la Faculté de Médecine 104 rue d’Assas Administrateur du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

CR du CA juin 1876

Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876

A.-A. HIRSCH Artiste-peintre 73 rue Notre-Dame-des-Champs Administrateur du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

CR du CA juin 1876

Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876

HOLLIER Imprimeur-éditeur 49 rue Notre-Dame-des-Champs Administrateur du CA juin 1876 CR du CA juin 1876
Albert LEROY Ancien professeur de l’Université 40 rue Saint-André-des-Arts Administrateur du CA juin 1876 CR du CA juin 1876
MONCHATRE Ouvrier gainier 34 rue Dauphine Administrateur du CA juin 1876 CR du CA juin 1876
OGER Professeur 21 rue de Fleurus Administrateur du CA juin 1876 CR du CA juin 1876
Mario PROTH Homme de lettres 21 rue Visconti Administrateur du CA juin 1876

Candidat aux élections de décembre 1876

 

CR du CA juin 1876

Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876

ROBINET Docteur 50 rue Saint-Placide Administrateur du CA juin 1876 CR du CA juin 1876
BISSEY Boulanger 54 rue Notre-Dame-des-Champs Candidat aux élections de décembre 1876 Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876
BREASSON Architecte 40 rue Saint-Placide Candidat aux élections de décembre 1876 Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876
CHABAT Architecte 7 rue du Cherche-Midi Candidat aux élections de décembre 1876 Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876
RÉGNIER Artiste-peintre 116 rue d’Assas Candidat aux élections de décembre 1876 Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876
ROQUET Léon Avocat  3 Rue Carnot Candidat aux élections de décembre 1876 Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876
STORCK Justin Graveur 10 rue de Buci Candidat aux élections de décembre 1876 Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876
VANIER Libraire-éditeur 6 rue Hautefeuille Candidat aux élections de décembre 1876 Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876
VINOT Astronome Cour de Rohan Candidat aux élections de décembre 1876 Bulletin de vote pour les élections de décembre 1876

Lorsque l’on observe les adresses des premiers membres du conseil d’administration et des postulants suivants, il est évident que des liens de voisinage se sont ajoutés aux réseaux de sociabilité. La carte dressée par la SH 6  (voir ci-dessous) montre un recrutement des fondateurs cantonné à l’arrondissement. La BAI-III, du fait de son statut de pionnière, alors seule bibliothèque populaire pour tout Paris, avait un bassin de fondateurs plus large. Le recrutement initial de la BAI-VI correspond à la volonté – qui ne sera jamais accomplie – de créer une bibliothèque populaire par arrondissement.

Cartographie des premiers fondateurs de la BAI-VI. Carte élaborée par la SH 6 à partir des adresses (tableau ci-dessus) et du plan 1895 Bouvard SH6.

Au-delà de leur engagement républicain, ces fondateurs ont d’autres liens. La liste de ces premiers fondateurs a pour dénominateur commun le fait qu’ils sont en très grande majorité issus d’un groupe aisé et instruit, et socialement bien inséré : si l’on reprend la liste initiale5, sur 29 personnes, huit obtiendront la légion d’honneur (voir tableau ci-dessous). On ne trouve pas, comme dans les BAI nées sous le Second Empire, un mélange volontaire d’ouvriers, d’artisans et de bourgeois. Les raisons de ce repli socio-culturel sont sans doute liées à la sociologie du VIe arrondissement (le IIIe arrondissement accueillait alors en revanche un grand nombre d’ouvriers et artisans) et aux orientations politiques du noyau initial.

BAILLIERE Germer Légion d’honneur obtenue en 1878 : voir ici
GRIMAUX Edouard Légion d’honneur obtenue en 1895 : voir ici 
HERISSON Anne-Charles Légion d’honneur obtenue en 1890 : voir ici 
HIRSCH Auguste Alexandre Légion d’honneur obtenue en 1889 : voir ici 
LAUTH Charles Légion d’honneur obtenue en 1878 : voir ici 
RANVIER Joseph, Victor Légion d’honneur obtenue en 1878 : voir ici 
VALABREGUE Jules , David Légion d’honneur obtenue en 1886 : voir ici 
VINOT Nicolas, Joseph Légion d’honneur obtenue en 1897 : voir ici 

Ce noyau initial est composé d’hommes plutôt jeunes6. La fourchette va de 25 à 56 ans, la moyenne pour les âges connus est de 39 ans en 1876. Leurs fonctions officielles et leurs métiers correspondent à des personnes bien installées (plusieurs mourront d’ailleurs dans le VIe arrondissement), bénéficiant de réseaux solides. Néanmoins, lorsque l’on s’intéresse à leurs trajectoires, certains d’entre eux viennent de province, et leur ascension sociale est marquée. Ces itinéraires de vie sont similaires à ceux que l’on peut observer dans d’autres bibliothèques populaires du Second Empire ou des débuts de la IIIe République : n’ayant pas bénéficié d’une alphabétisation solide, ou d’études longues, mais ayant pu s’élever socialement en étant autodidactes ou en ayant bénéficié de cours gratuits, un grand nombre de fondateurs ou de soutiens des bibliothèques populaires entendent à leur tour répandre l’instruction et les réseaux de solidarité dont ils ont bénéficié ou dont ils auraient aimé bénéficier.

NOM Profession et/ou fonction officielle Naissance7 Décès

((Données généalogiques collectées par Louise Oudin.))

Age en 18768.
BOUTMY Pierre Eugène Correcteur d’imprimerie 14/9/1828 Sargé (28) ? 48
DEMOMBYNES Denis Julien Gabriel Avocat à la cour d’appel 28/1/1840 Amiens (80) 27/2/1923 Paris (VIe arrdt) 36
DUBUISSON Paul Emile Docteur 27/10/1847 Rouen (76) 12/9/1908 Les Andelys (27) 29
HERISSON Anne Charles Conseiller municipal 12/10/1831 Surgy (58) 23/11/1893 Surgy(58) 45
LAUTH Charles Conseiller municipal 7/9/1836 Strasbourg (67) 2/12/1913 Nice (06) 40
FOURNIER Elphège Frédéric Architecte 21/12/1840 Ventabren (13) 1/7/1895 Algérie 36
VALABRÈGUE Jules David Avocat à la Cour de Cassation 23/3/1843 Carpentras (84) 1O/2/1928 Paris (VIe arrdt) 33
LAUGIER Paul Architecte 5/7/1847 Paris ? 29
RANVIER Joseph Victor Artiste-peintre 9/7/1832 Lyon (69) 24/5/1896 Châtillon sous Bagneux (Seine ; aujourd’hui 92) 44
VIÉE Marie Camille Poncien Architecte 11/8/1846 Sceaux (Seine ; aujourd’hui 92) 3/9/1911 Paris (VIe arrdt) 30
DUCHIER Louis Emile Receveur de rentes ? ? ?
GERMER-BAILLIÈRE Gustave Conseiller municipal 26/12/1837 Paris Après 1883 Vietnam 39
ESPAGNE François Hubert Ancien notaire 23/10/1833 Gras (57) ? 43
GRIMAUX Édouard Agrégé à la Faculté de Médecine 3/7/1835 Rochefort(17) 3/5/1900 Paris (VIe arrdt) 41
HIRSCH Auguste Alexandre Artiste-peintre 8/7/1833 Lyon (69) 24/12/1912 Paris (VIe arrdt) 43
HOLLIER (LAROUSSE) Jules Raphaël Edmond Imprimeur-éditeur 3I/10/1842 Toucy (89) 13/5/1909 Paris (VIe arrdt) 34
LEROY Pierre Albert Ancien professeur de l’Université 11/7/1820 L’Aigle (61) 29/1/79 Paris (VIe arrdt) 56
MONCHATRE Ouvrier gainier ? ? ?
OGER Felix Professeur 30/9/1826 Fenetrange (57) 5/11/1904 Paris (VIe arrdt) 50
MARIO PROTH Ernest Camille Charles Homme de lettres 2/10/1832 Sin le Noble (59) 22/4/1891 Paris (VIe arrdt) 44
ROBINET Jean François Eugène Docteur 24/4/1825 Vic sur Seilles (57) 3/11/1899 Paris (IVe arrdt) 51
BISSEY Boulanger ? ? ?
BREASSON Jean Architecte 24/7/1847 Lyon (69) 11/2/1927 Paris (VIe arrdt) 29
CHABAT Pierre Paul Auguste Architecte 21/2/1827 Paris 8/1/1892 Paris (XIVe arrdt) 49
RÉGNIER Anatole Antony Ludovic Artiste-peintre 2/7/1851 Paris 1930 25
ROQUET Léon Avocat 2/3/1849 Moulins (03) 15/1/1922 Veudre (03) 27
STORCK Justin Graveur 13/9/1848 Lyon (69) ? 28
VANIER Léon Libraire-éditeur 28/12/1847 Paris 11/9/1896 Paris (Ve arrdt) 29
VINOT Nicolas Joseph Astronome 4/7/1829 Épinal (88) 12/5/19O5 Paris (VIe arrdt) 47

La transmission du savoir et l’exemple de Joseph Vinot

C’est le cas en particulier de Joseph Vinot qui, tout au long de sa vie, s’emploie à diffuser une instruction pour tous, sans en galvauder le contenu mais en s’appliquant inlassablement à trouver des méthodes simples pour rendre accessibles à tous les mathématiques, l’astronomie et la météorologie. Nicolas Joseph Vinot, né en 1829 d’un père cordonnier à Épinal, passe son baccalauréat ès-lettres à Nancy en 1848 et devient professeur à l’institution Ancelin à Saint-Mandé en 1849. En 1849 et 1850, il est suppléant de professeur à l’Association philotechnique, puis titulaire en 1852, alors qu’il obtient son baccalauréat ès-sciences mathématiques à Paris. Il enseigne dans différentes institutions. En 1858, il est l’un des membres fondateurs de l’Association des Membres de l’Enseignement, dans laquelle il occupera différentes fonctions pour en devenir président honoraire à la fin de sa vie. En 1864, il fonde Le Ciel (1864-1902) journal de vulgarisation astronomique, et crée ensuite en 1872 un cours populaire et public d’astronomie qu’il animera durant des décennies. Dans le même temps, il publie abondamment des ouvrages de vulgarisation mathématique et astronomique chez Larousse et Hetzel, et fait des conférences pour la Ligue de l’Enseignement9.

Cours d’astronomie populaire professé par M. Joseph Vinot dans le grand amphithéâtre de l’École de médecine… Paris, impr. de J. Claye, 1872. Gallica (BnF).

Les ouvrages de Vinot, qu’ils concernent l’astronomie ou les mathématiques, dénotent un grand souci pédagogique. Ils sont rédigés clairement et illustrés de manière accessible. Ainsi, pour faire comprendre au public que la rotation de la terre entraîne la succession des jours et des nuits, il n’hésite pas à représenter ledit public (ce qui nous permet d’avoir une vue des auditeurs … avec des auditrices soigneusement dessinées au premier plan).

Cours d’astronomie populaire professé par M. Joseph Vinot dans le grand amphithéâtre de l’École de médecine… Paris, impr. de J. Claye, 1872. Gallica (BnF).

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Joseph Vinot et Jean-Baptiste Girard se sont côtoyés au moins dans les années 1850-1860. En effet, Vinot par l’intermédiaire d’Ancelin (un des premiers fondateurs) donne dès 1849 des cours à l’Association philotechnique et gardera cette charge durant des décennies (en 1882, par exemple, il y donne encore un cours de trigonométrie). Or Jean-Baptiste Girard suit les enseignements de cette association, sollicite l’aide de certains professeurs pour fonder la Bai-III et la bibliothèque d’Hortes10 et devient même l’agent de l’Association. Par ailleurs, en 1850 Jean-Baptiste Girard fait du porte à porte pour l’Association des instituteurs11  dont Henri Carle, ami de Vinot, est le gérant12. Vinot ne s’implique cependant pas dans les premières BAI, mais ce n’est sans doute pas un désaveu. En effet, on pourrait même penser à un partage des tâches, en fonction des compétences. Girard, plus en retrait, excellent connaisseur des statuts associatifs, crée des bibliothèques. Vinot, excellent  orateur et vulgarisateur13, donne des centaines de conférences, et écrit inlassablement dans son journal Le Ciel et d’autres revues de vulgarisation scientifique, et met les mathématiques, la météorologie et l’astronomie à la portée de tous14. Il utilise la photographie durant ses conférences, convie les gens à observer les éclipses, se préoccupe de méthodes mathématiques faciles à comprendre grâce à des figures.

Le Pays, 12 juin 1890. Gallica (BnF).

Victor Meunier souligne à plusieurs reprises le parallèle que l’on peut établir entre les bibliothèques circulantes (forme de bibliothèque populaire où les caisses de livres sont échangées entre communes) et l’œuvre de Vinot qui consiste à prêter des instruments d’observation, à créer dans toute la France des petits observatoires (120 en 1882) où l’expérience est mutuellisée :

Le professeur d’astronomie populaire, M. Joseph Vinot, rédacteur du journal le Ciel, qui en faisant circuler des instruments d’observation (lunettes, etc.), par toute la France entre ses abonnés et associés, comme les bibliothèques circulantes font rouler leurs volumes, accomplit une œuvre d’assainissement intellectuel et d’hygiène morale dont tout ami de la vérité et tout patriote intelligent doivent lui savoir un gré infini15.

Son journal, grand comme la main, est aujourd’hui le centre de ralliement de tous ceux qui, en France, sont capables d’élever vers le ciel un regard curieux. Il les a solidarisés dans cette grande étude, constitués en mutualité scientifique. Il a institué pour eux, entre eux et par eux, une sorte de comptoir d’échange, de renseignements, une société de prêt mutuel, de documents, une association coopérative d’observations.

Il fait circuler dans leurs rangs, selon les ordres d’inscription, les instruments divers, lunettes, etc., dont ils ont besoin, dont l’acquisition dépasse leurs ressources, qu’ils ne pourraient louer nulle part. On avait inventé les bibliothèques circulantes ; il a inventé les observatoires circulants16.

Il n’est donc pas surprenant qu’en 1881 Jean Macé souligne aussi les  talents et les mérites de   Jean-Marie Coueslant, instituteur, à la fois fondateur d’une des premières bibliothèques dites populaires à Dieulefit (Drôme) dans les années 186017 et d’un observatoire :

Je connais de longue date M. Coueslant. Il a été l’un des prédécesseurs de la Ligue dans son petit coin du Dauphiné. La bibliothèque populaire commencée par lui à Dieulefit, il y a plus de 20 ans, est probablement la plus ancienne de toutes celles qui fonctionnent à l’heure qu’il est dans nos petites localités. Rien n’est difficile aux hommes qui veulent, et l’observatoire populaire de Dieulefit une grosse affaire, semble-t-il, n’a pas plus embarrassé son créateur qu’autrefois la bibliothèque populaire, à une époque où l’on ne savait pas chez lui ce que c’était18.

Dans le même article, Jean Macé, un des plus dynamiques soutiens de l’éducation populaire grâce aux bibliothèques communales auxquelles il a  apporté son aide en Alsace19 et à la Ligue de l’enseignement, salue Joseph Vinot :

Je lis dans une note de son bulletin l’annonce d’un prix de 1,100 fr. décerné par l’Académie des sciences à M. Joseph Vinot, le rédacteur du Journal du Ciel, l’un des chefs de file dans la vaillante phalange des professeurs du peuple, et ce mot du lauréat qui en dit long sur lui : — Voilà qui va me permettre de faire quatre nouveaux petits observatoires ! Au prix où il les met, il n’y a pas de quoi décourager les amateurs d’observatoires populaires. On n’y découvrira pas des nébuleuses encore ignorées, c’est à croire ; mais que de nuages pourront se dissiper dans ces ateliers d’émancipation intellectuelle20 !

Jean Macé honore ainsi l’action de Vinot qui montre aussi un zèle certain dans la Ligue. En 1883, l’astronome sillonne le Loiret et obtient la création – certes éphémère – de dizaines de sociétés locales de l’instruction21. Chacune de ses conférences est accompagnée de démonstrations. À Romilly (Aube) par exemple, en 1882, il évoque le soir au théâtre « La terre et les pronostics météorologiques », conférence précédée dans la journée par « des effets d’optique […] gratuitement pour les élèves filles et garçons des écoles de Romilly et pour le public qui désirera y assister22».

Notons enfin que comme beaucoup de pionniers des bibliothèques populaires, dont certains ont par exemple fréquenté la féministe Jeanne Deroin en 1850, Vinot se préoccupe de l’accès à l’éducation des femmes, créant « en 1864 un cours d’adultes femmes et des cours normaux pour les jeunes filles ».

Parmi les différents membres de la BAI-VI, Vinot n’est évidemment pas le seul à se préoccuper d’une éducation populaire et d’améliorations pédagogiques. On peut citer entre autres23:

– l’architecte Pierre Chabat rédige un cours de dessin géométrique à l’usage des écoles.

–  le chimiste Édouard Grimaux rédige aussi des manuels.

– le peintre A.-A. Hirsch devient inspecteur général de l’enseignement du dessin24.

– le chimiste-manufacturier Charles  Lauth participe à la fondation l’école municipale de Physique Chimie ( ESCPI).

Justin Storck publiera en 1900 un dictionnaire de menuiserie, le  Dictionnaire pratique de Menuiserie- Ebenisterie –Charpente auquel participent l’architecte  Jean Bréasson, et Jules Valabrègue.

Le réseau familial, amical et militant derrière la BAI-VI et l’exemple de Jean-François Robinet

De toute évidence, la BAI-VI ne fédère pas des personnes qui se seraient jusque-là ignorées. Elles se connaissent déjà bien, et souvent pour plusieurs raisons. Comme dans toutes les bibliothèques populaires, et plus largement toutes les associations, les liens familiaux sont importants. Louise Oudin a pu repérer que :

  • le peintre Ludovic Regnier est le gendre de l’astronome Joseph Vinot.
  • l’avocat Jules Valabrègue est parent du peintre A.A. Hirsch et du graveur-éditeur Justin
  • le docteur Paul Dubuissson est le gendre du docteur Jean François Robinet.

Pour les plus âgés, leur sociabilité est antérieure à la création de la bibliothèque, et profondément liée aux évènements de 1870 et 1871. Pendant le premier Siège de Paris, Vinot réussit l’exploit de réunir chaque jour 120 litres de lait pour les nouveau-nés de l’arrondissement, dont la mortalité est ainsi inférieure à celle de l’année 186925. Pendant ce temps, les chimistes Charles  Lauth et Edouard Grimaux 26 s’occupent de faire gratter les caves pour récupérer le salpêtre, indispensable composant de la « poudre » des munitions. Les médecins, dont l’aliéniste Paul Dubuisson27 et le chimiste Édouard Grimaux (qui est aussi pharmacien et agrégé de la faculté de médecine), se portent  médecins volontaires28. Plusieurs sociétaires combattent dans les bataillons de la Garde nationale qui est organisée par arrondissements : Auguste-Alexandre Hirsch est décoré de la médaille de 1870, Charles Lauth est lieutenant.

Pendant la Commune, Albert Leroy29 et le docteur Jean François Robinet sont élus mais démissionnent au bout de 24 heures. Le professeur de lettres Albert Leroy, qui avait déjà dû démissionner de l’enseignement pour refus de serment  en 1852, sera mis à la retraite en 1871 pour sa participation à la Commune30. Joseph Vinot indique dans son état de services, lorsqu’il reçoit la légion d’honneur, que même s’il connaissait tous les membres de la Commune, et a été sollicité par un ami proche, il n’y a pas participé. Beaucoup font partie de la  Ligue d’union républicaine des droits de Paris (la LUR) qui tente de s’interposer entre les deux camps. Tous participeront au mouvement pour l’amnistie des communards.

Notons enfin que 5 de ces fondateurs ou fondateurs potentiels (Delabrousse, Espagne, Lauth , Oger ,Robinet , Vinot ) sont optants31, c’est-à-dire que nés en Alsace-Lorraine, ils ont fait le choix d’opter pour la nationalité française après la guerre de 1870 et la perte d’une partie du territoire d’Alsace-Lorraine. Charles Lauth s’investit particulièrement dans l’aide aux arrivants. Il fait partie du Comité de l’Association générale d’Alsace-Lorraine fondée au mois de juillet 1871 essentiellement républicaine, qui compte parmi ses adhérents MM. Gambetta, Quinet, Scheurer-Kestner, Schœlcher, Louis Blanc, etc32. Or la Société Franklin aide non seulement les bibliothèques militaires à se multiplier après la défaite de 1870 (cf. supra) mais aussi les Alsaciens partis s’installer en Algérie à fonder des bibliothèques.

Ces hommes, qui se sont donc déjà croisés à plusieurs reprises, unissent leurs forces dans les luttes républicaines des débuts de la IIIe République. Aucun n’a été condamné en 1848 ou en 185233, mais ils ont été actifs pour ceux qui étaient jeunes à cette période. En 1848, le docteur Jean François Robinet a participé aux journées de février, et a été blessé. Joseph Vinot « prit part à la résistance qui eut lieu à Paris lors du coup d’Etat du 2 décembre 1851, eut le bonheur de n’être ni tué ni pris, et conserva contre l’empire une haine qu’il ne craignit jamais d’avouer34 ».

Certains se sont aussi illustrés en tenant tête au pouvoir impérial. Anne-Charles Hérisson a été condamné à une amende, comme douze autres personnes, lors du très médiatique « Procès des XIII » » en 1864. Ce procès reconnaît coupables d’association non autorisée  plus d’une vingtaine de républicains qui se sont réunis chez Garnier-Pagès en 1863 afin de préparer les élections, et  se sont pour ce faire appuyées sur un Manuel électoral. Guide pratique pour les élections au corps législatif, aux conseils généraux, aux conseils d’arrondissement et aux conseils municipaux (par MM. J. J. Clamageran, A. Dréo, Emile Durier, Jules Ferry, Ch. Floquet, etc.) publié une première fois en 1861. On retrouve autour de ce manuel, vu comme une provocation par le pouvoir impérial, et du comité électoral,  différentes personnes qui gravitent autour des bibliothèques populaires comme Anthime Corbon35, également jugé lors du procès, Édouard Charton36, publiciste associé au manuel37, etc.

Joseph Vinot a protesté lors de la nomination du prince Napoléon à la présidence de l’Association philotechnique en 186538 et s’est éloigné de l’Association durant 3 années. Il en fait certainement les frais sous l’Ordre moral qui l’empêche de tenir ses conférences à l’Académie de médecine, interdiction à laquelle il répond en louant la salle de la rue d’Arras pour y faire des conférences gratuites39.

Le Rappel, 3 novembre 1877. Gallica (BnF)..

Le noyau fondateur de la BAI-VI est particulièrement actif depuis la fin du Second Empire. On croise ainsi dans le Comité de soutien à Jules Ferry pour les élections législatives de 1869 dans la 6e circonscription parisienne Germer Baillière, Albert Leroy, Mario Proth, et Lauth. Ce comité républicain comprend aussi Jules Michelet, Corbon, etc40. En effet, depuis juin 1868, une loi permet, malgré des restrictions, des réunions politiques, ce qui signe la fin des notables dont les candidatures ne rencontraient pas auparavant d’oppositions, et une percée très forte des républicains41. Lauth, Germer Baillière et Robinet sont très actifs dans les différentes élections des années 1870. Lauth est gambettiste, Robinet blanquiste :

6e ARRONDISSEMENT. Ici, toutes les candidatures nouvelles. Nous nous félicitons des choix qui ont été faits. M. Lauth, qui a été désigné par le comité présidé par l’honorable M. Hérisson, a été choisi comme représentant spécial de cette nombreuse colonie alsacienne-lorraine que l’occupation étrangère a fait refluer vers Paris. C’est un témoignage de la solidarité qui unit toute la France à nos chères provinces séparées. Dans la plupart des villes, nos malheureux compatriotes ont eu cette joie de sentir qu’ils n’étaient pas, qu ils ne seront jamais des étrangers au milieu des Français : c’est la consolation de leur exil immérité. Paris, qui a au plus haut degré le culte des grands sentiments, voudra donner cette marque de souvenir et d’affection à l’Alsace-Lorraine, en votant pour M. Ch. Lauth dont le mérite comme savant, la capacité industrielle, les convictions républicaines et le dévouement à ses compatriotes émigrés sont connus de toute la démocratie. M. Germer-Baillière, un des éditeurs les plus actifs et les plus hardis de la capitale, représente à merveille le grand commerce de la librairie, un des plus importants de Paris. En opposition avec M. Beudant, les électeurs républicains du quartier Notre Dame-des-Champs portent M. le docteur Robinet, dont les convictions sont très nettes, très tranchées au point de vue philosophique et religieux. Nulle équivoque n’est possible, et la protestation contre l’esprit de réaction n’en sera que plus éclatante : c’est là le mérite de la candidature de M. Robinet, sans parler de ses lumières, de son énergie et de ses aptitudes administratives.42.

Ces hommes, qui pour la plupart partagent l’idéal républicain d’une instruction pour tous et laïque, se sont intéressés, comme on vient de le voir avec le Comité des treize, à la question des libertés. Ils ont souvent donné leur soutien à des associations et des coopératives, et milité sous le Second Empire pour la liberté associative. Par exemple, Eugène  Boutmy est président de la Société des correcteurs des imprimeries de Paris43. Les bibliothèques des Amis de l’Instruction ne peuvent donc que les séduire, avec leur système associatif et leur revendication d’une participation de tous au fonctionnement et aux choix opérés pour les acquisitions.  Certains d’entre eux ont soutenu les BAI créées sous le Second Empire : le professeur Félix  Oger et Jean-François Robinet ont fait des dons à la BAI-III,  l’éditeur Gustave Germer-Baillière à la BAI V en 1866. L’éditeur Léon Vanier est donateur à la BAI XIV dès 187144.  Le père de Lauth, avocat à Strasbourg, est membre de la Société Franklin en 186645. Ils voient dans les bibliothèques populaires un des supports de l’instruction laïque : dans sa « Chronique de l’enseignement laïque », contemporaine de la fondation de la BAI-VI, Georges Lassez définit cet enseignement (« non seulement donné par des maîtres laïques, mais encore dont on a éliminé tout ce qui est hypothétique, métaphysique, discutable (…) l’école appartient à la science comme l’église est à la religion »), puis il cite les sociétés qui permettent de l’appliquer et la propager : Société pour l’instruction élémentaire, Ligue de l’Enseignement ; société Franklin, Association philotechnique, Association polytechnique, bibliothèques populaires, etc46.

La fondation d’une bibliothèque populaire est donc pour eux un geste fort d’éducation populaire mais aussi un élément intégrant de leur campagne politique, qu’ils soient gambettistes ou blanquistes. Les gambettistes ont particulièrement investi les BAI dans cette période. L’Assemblée générale de la BAI-XIV janvier 1877 est par exemple présidée par Gambetta, que rejoignent :

[Sur] la scène, qui était décorée de drapeaux et d’un magnifique buste de la République, M. le sénateur Tolain, MM. les députés Nadaud, Lacascade, Marcelin Pelet, Viette ; MM. les conseillers municipaux Harant, Jacques, Engelhard, Montblanc, Braleret, M. le général Gougeart et des délégués des bibliothèques populaires des autres arrondissements de Paris. [….] La séance est levée aux cris répétés de Vive la République  ((Le Rappel, 23 janvier 1877.))  !

Les journaux opposés aux radicaux dénoncent la politisation marquée des BAI, ou en tout cas son exposition au grand jour. Par exemple, Le Gaulois s’indigne en 1877 des réunions tenues à la BAI-XVI :

Dans un grand nombre d’arrondissements de Paris, il existe des bibliothèques populaires qui ont été fondées par des comités radicaux après la guerre de 1870.

Sous prétexte de faire des lectures instructives, les ouvriers se donnent chaque soir rendez-vous dans ces établissements et s’y livrent à des conversations plus ou moins vives sur la politique et sur la religion.

On nous signale la bibliothèque populaire du XVIe arrondissement. Placée sous le patronage de M. Henri Martin, sénateur et ancien maire du XVIe arrondissement au 4 Septembre, cette bibliothèque était située d’abord dans une petite rue de Passy. On y attirait chaque soir le plus grand nombre possible d’ouvriers. Aujourd’hui, considérablement agrandie sous le rapport du local, elle est transférée rue des Sablons, au coin de la rue de la Tour.

Elle est devenue une véritable salle de conférences où pérorent presque tous les soirs les chefs de la démocratie du XVIe arrondissement. Nous aurons suffisamment prouvé que la lecture n’est pas le seul but de ces réunions en disant que l’un des orateurs les plus fervents a pris pour thèse favorite la Conversion de la France au protestantisme.

Il y a là, en ce moment surtout, un véritable danger47.

La coloration résolument républicaine des conférences tenues à la BAI-VI (voir infra) n’échappe pas non plus à la presse :

Depuis que le ministère du 14 décembre est aux affaires, les bibliothèques populaires de certains arrondissements sont devenues des bureaux permanents de propagande radicale. L’autre jour a eu lieu l’ouverture des conférences de la bibliothèque populaire du 6e arrondissement. Dans la nombreuse assistance, on remarquait : plusieurs dames, M. Hérisson, député de la Seine ; M. Engelhard, membre du conseil municipal, ancien président du conseil général ; M. Bertillon, ancien maire du 5e arrondissement, etc., etc. Après une allocution de M. le professeur Oger, membre du conseil, directeur, la parole a été donnée au conférencier. Dans une vive, spirituelle et éloquente causerie, M.Jules Roche a raconté les luttes d’Etienne Marcel pour l’établissement des franchises municipales et de la liberté politique. M. Roche, en terminant, s’est associé au vœu présenté ces jours derniers au conseil municipal relativement à la statue d’Etienne Marcel. « Le moment est venu, a-t-il dit, aux applaudissements de toute la salle, où la grande cité républicaine réparera l’ingratitude des contemporains de Marcel et vengera sa mémoire des injustices de l’histoire. Bientôt, sur l’une des plus belles places de Paris, s’élèvera la statue du grand prévôt des marchands48 ! »

La BAI-VI servira jusqu’à ses derniers jours de bastion électoral radical. En 1900, Le Radical évoque encore  une réunion d’électeurs « salle de la Bibliothèque populaire du sixième arrondissement, 4, rue Honoré-Chevalier », qui «  après avoir entendu l’exposé du programme municipal du docteur Salmon, acclament sa candidature et s’engagent à la faire triompher au scrutin du 6 mai prochain49».

Le militantisme des fondateurs de la BAI-VI et le rôle politique qu’ils donnent à la bibliothèque explique sans doute que la BAI-VI joue un rôle central dans la création du Syndicat des bibliothèques populaires libres. Lors de la réunion préparatoire de 1876, « M. Girard, fondateur des bibliothèques populaires, [est] assisté de MM. Ed. Jacques, Harant, Lauth et Delamarche50 ». Dès sa création, le syndicat a son siège à la BAI VI,  et ce au moins jusqu’en 189251.

On notera enfin – mais il y aura encore d’autres liens entre ces hommes à explorer (comme la franc-maçonnerie par exemple) – les relations étroites entre le Syndicat des bibliothèques populaires libres, la BAI-VI et les positivistes, dont les artisans sont Robinet et Pierre Laffitte pour les comtistes52. En mars 1883, Pierre Laffitte donne une conférence à la BAI-VI sur Gambetta53. Le Centenaire de Diderot est préparé en 1884 par un Comité présidé par « M. Laffitte, chef de l’école positiviste », et composé entre autres de « Delamarche, président du syndicat des bibliothèques populaires », Robinet, conseiller municipal, etc54. Cette même année, lorsque le conseil municipal refuse une subvention à la bibliothèque positiviste, Robinet défend avec passion ladite bibliothèque. Son argumentaire montre une véritable réflexion quant à la composition des fonds des bibliothèques, et l’on peut supposer qu’il s’est intéressé de la sorte à celle de la BAI-VI :

Robinet réclame le vote de la subvention. Je veux montrer, dit-il, combien il serait injuste, combien il serait intolérant de vouloir exclure cette bibliothèque plutôt que telle ou telle autre.

En effet, la bibliothèque populaire de la rue Réaumur offre comme toutes les autres ses livres, ses conférences, son enseignement à tout le monde, elle est publique et ouverte à tous, ce qui n’est pas, que je sache, faire acte de secte.

Tout comme les bibliothèques qui pourraient ajouter à leur nom le litre de libre pensée, matérialiste, socialiste, franc-maçonnique ou simplement républicaine, elle s’adresse à tous ceux qui veulent profiter de son enseignement, de ses livres, sans exclusion aucune.

J’ai sous les yeux le catalogue des livres de cette bibliothèque ; vous y comptez tous les chefs-d’œuvre de l’esprit humain, en poésie, en science, en histoire, en philosophie, et il serait à désirer que le choix des livres de toutes les bibliothèques fût aussi bien fait55.

Parmi les fondateurs de la BAI-VI Jean-François Robinet (1825-1899) est en effet une des autres personnalités hors norme. Originaire d’une famille de petits propriétaires de Vic-sur-Seille (57), il vient faire sa médecine à Paris en 1847, et comme on l’a vu plus haut est mêlé aux évènements de 1848 puis de 1871. Cela lui vaut durablement une étiquette de « communard ». En 1849, il assiste aux cours d’Auguste Comte dont il devient disciple et médecin. Reçu membre de la Société positiviste le 6 août 1851, il est désigné par Comte en 1855 comme l’un de ses treize exécuteurs testamentaires. Il est « alors forcé d’aller à quinze lieues de Paris, occuper un poste médical », dans un « exil motivé » à la Ferté-sous-Jouarre56 (Seine-et-Marne). Avec sa femme, il forme selon les dires de Comte, un « admirable couple qui convertit la Ferté-sous-Jouarre en un précieux foyer positiviste57 ». Il commence alors à s’intéresser à l’histoire révolutionnaire, et rédige tout au long de sa vie de nombreux ouvrages, en particulier sur Danton58. Il devient d’ailleurs à la fin de sa vie conservateur-adjoint de la Bibliothèque et des Collections historiques de la Ville de Paris. Son engagement politique et philosophique, à La Ferté-sous-Jouarre puis à Paris, est une histoire de famille. Sa femme, Marie Weyer (1827-1881 – on trouvera son acte de décès ici), l’épaule dans ses différents combats, comme dans l’aide apportée aux amnistiés de la Commune, ou bien encore les soins aux malades. Elle est enterrée civilement en 1881, et son mari comme ses enfants ne craignent pas une annonce de décès peu courante, non plus que la réprobation qui s’attache alors aux enterrements civils de femmes libre-penseuses :

La Société positiviste, la Bibliothèque positiviste, le Cercle des prolétaires positiviste, le Cercle de» cuisiniers, etc., informent leurs adhérents que les convoi et enterrement de Mme Robinet auront lieu aujourd’hui vendredi, à deux heures très précises. On se réunira à la maison mortuaire, 50, rue Saint-Placide, pour de là se rendre directement au cimetière du Père-Lachaise. Les amis de la famille sont priés de considérer le présent avis comme une invitation59.

Le Petit Parisien souligne que « beaucoup d’amis de la démocratie avaient tenu à rendre un dernier hommage à la courageuse femme, qui vint si souvent en aide aux victimes de nos discordes civiles, et qui est morte, comme elle avait vécu, en républicaine, et en libre-penseuse60 ». Jean-François Robinet a eu avec elle deux fils et deux filles. L’une de ces dernières, Virginie a été active dans le secrétariat de la Société positiviste61. Robinet fait donc partie de ces fondateurs des BAI militant pour une égalité des droits hommes/femmes.

Les différentes activités des fondateurs de la BAI-VI les rendent suspects aux yeux de la préfecture de police, voire même font de la BAI-VI un lieu à surveiller. Ainsi en 1880, un agent se présente lors d’une réunion tenue par la BAI-VI. Il a été « reçu comme doit l’être tout représentant de l’autorité, mais il était un peu confus d’une pareille corvée62 ». Dans les dossiers de  police de Anne-Charles  Hérisson et de Paul Laugier, l’appartenance à la bibliothèque est mentionnée63.

Une courte existence rythmée par des conférences ?

L’activité de la BAI-VI est difficile à reconstituer, faute d’archives en nombre64. Sa vitalité est mise en doute lors du Conseil municipal de 1876, ce que l’un de ses fondateurs, Charles Lauth qui a demandé une subvention, ne conteste d’ailleurs pas :

Il exprime l’avis qu’il convient d’ajourner l’allocation de la subvention demandée par M. Lauth en faveur de la bibliothèque populaire du sixième arrondissement, jusqu’à ce que cette, bibliothèque, qui ne compte pas un an d’existence, ait donné des preuves de sa vitalité. M. Lauth déclare adhérer aux considérations qui viennent d’être exposées et retire sa proposition65.

On connaît cependant les statuts adoptés en 1876 qui sont ceux des BAI déjà existantes, à part l’exception du renouvellement par dérogation  du conseil d’administration tous les six mois. Les sociétaires doivent donc s’acquitter d’une adhésion et d’une faible cotisation mensuelle de 25 centimes pour les femmes, 50 pour les hommes, ce qui permet aux femmes isolées (célibataires, veuves …) dont les salaires sont moins élevés que ceux de leurs concitoyens d’emprunter des livres. La BAI-VI est ouverte tous les jours de 7 heures à 10 heures du soir, et le dimanche matin de 9 heures à 11 heures. Les lecteurs peuvent ainsi emprunter des ouvrages après leur journée de travail.

En 1877, la bibliothèque propose 2500 volumes qui peuvent être emportés à domicile pour 10 jours. On ne connaît malheureusement pas la composition du fonds66. Elle aurait alors eu 600 adhérents, chiffre qu’il faut relativiser : on sait que l’enthousiasme de la nouveauté provoque autour des BAI des élans d’inscription qui ne perdurent pas.

Le point le plus précis sur le fonctionnement de la Bibliothèque est dans le rapport du Conseil Municipal du 31 décembre 1890. Il concerne donc l’année 1889, à mi-parcours de l’existence de la BAI-VI. L’année qui vient de s’écouler a été difficile : l’équilibre financier n’a pas été atteint67, ce qui a rendu les acquisitions impossibles. Le loyer acquitté par la BAI-VI est en effet élevé, et les frais de personnel aussi, pour un nombre de sociétaires en large baisse, mais qui empruntent cependant en moyenne 10 volumes par an68.

Recettes en 1889 Total des recettes
2000,00 francs Subventions 2457,8 francs
457,80 francs Cotisations
Dépenses en 1889
1000,20 francs Personnel des bibliothèques Total des dépenses
1122,70 francs Loyer et assurances 2532,1 francs
133,35 francs Eclairages et chauffage
74,00 francs Impressions et catalogues
201,85 francs Frais généraux
29,75 francs Achats de volumes et reliures
161 Sociétaires en 1889 109 hommes 52 femmes
4807 volumes
1679 volumes empruntés dans l’année

En revanche, la BAI-VI a adopté et cultivé semble-t-il l’art de la conférence. Les conférences prônées par Jean Macé et les BAI sous le Second Empire ont pour but non seulement de contribuer à l’émancipation intellectuelle du peuple mais aussi de lui donner envie de lire des ouvrages, en prolongement de ce qu’il vient d’entendre. Les thématiques choisies par la Bai-VI sont volontairement très politisées. En 1878, un journaliste de La République française indique :

Puisque les attaques de la réaction et du cléricalisme se renouvellent sans cesse contre l’esprit et l’œuvre de la Révolution française, il serait nécessaire que cet esprit, cette œuvre fussent sans cesse et partout énergiquement défendus par nos amis; ils en ont l’occasion dans les conférences organisées par les Bibliothèques populaires, œuvre excellente, un moment interrompue par les hommes du l6 mai, mais qui a repris avec une nouvelle activité. Dans quelques quartiers cela a été parfaitement compris; nous devons signaler, entre autres, le 14e arrondissement, où des conférences très-intéressantes et très-suivies ont lieu chaque semaine, et le 6e arrondissement69.

Ainsi, en 1881, le docteur Napias fait une conférence sur Jean Baudry, drame d’Auguste Vacquerie (1863) :

Devant un auditoire nombreux, dans lequel nous avons remarqué M. Hérisson et plusieurs membres de la Société d’éducation, fondateurs et administrateurs de la Bibliothèque populaire du VIe arrondissement, M. Napias, faisait  hier une intéressante conférence sur Jean Baudry.
Le conférencier rappelle d’abord quelques mots de récentes pièces du. Théâtre-Français, qu’il a vivement critiquées, et dont il a, dans de  précédentes conférences, discuté l’action et la thèse. Pour Jean Baudry, dit  Napias, il n’y a qu’une chose à faire : admirer. Jean Baudry est une pièce simple, honnête, où l’intérêt ne jaillit pas de situations invraisemblables ou risquées. C’est une bonne pièce et une bonne pensée. Il sort de l’œuvre un enseignement excellent et élevé, ce qui ne nous est donné en général que par les poètes et les écrivains républicains, car ils ont, eux, un idéal élevé, généreux, que n’ont pas les autres.
M. Napias fait alors un-rapide-historique de la pièce ; en quelques mots éloquents il esquisse le tableau des mœurs de l’empire en 1863. Les Tuileries et Compiègne réunissent une société plus que légère, et, au milieu du dévergondage impérial, voici on ne sait: par quel miracle que se glisse au Théâtre-Français, une pièce honnête, élevée, œuvre d’un républicain70.

Cela est d’autant plus naturel que la BAI-VI dispose, de par son réseau socio-culturel, de l’aide de diverses personnes pour assurer ces conférences. Le tableau qui suit nous permet d’en identifier quelques unes71.

Date Sujet Conférencier Source
1/1/1877 Paris souterrain Lauth Le Siècle
1/1/1877 Développement de l’instruction en France Delabrousse Le Siècle
24/03/1877 Les derniers rois (Louis XIII) Henri de Cleuziou Le Siècle 25/03/1877
29/01/1878 Histoire anecdotique du règne de Louis XIV Henri de Cleuziou Le Bien public
10/03/1878 La typographie, son histoire, ses procédés Achaintre Le Rappel
22/11/1878 Etienne Marcel  Jules Roche Le Siècle
7/02/1879 La propagation des idees philosophiques au XVIIIe Pierre Laffitte Affiche
14/02/1879 Le mouvement communal Félix Rocquain Affiche
1/03/1879 Les débuts de la Convention nationale Jules Roche Le Siècle
22/3/1879 Le livre Quentin Le Siècle
21/11/1879 La démocratie et les supériorités Marais Le Siècle
18/03/1883 Léon Gambetta Pierre Laffitte

La BAI ferme ses portes, car « son œuvre meurt d’anémie » écrit le bibliothécaire au conseil municipal en décembre 1890. Il invoque l’ouverture des bibliothèques communales, « la ville ayant su apprécier le but démocratique que nous poursuivons, a pris notre place pour faire mieux encore ». En 1904 il y a quatre bibliothèques dans le VIe arrondissement. Dès  janvier 1882 a ouvert celle de la mairie, puis ddans les écoles : en décembre 1883 au 85 rue de Vaugirard puis au 2 rue du pont de Lodi et au 12 rue Saint-Benoît. Les horaires sont les mêmes que ceux de la Bibliothèque des amis de l’instruction : de 8 heures à 10 heures du soir et le dimanche de 9 heures à 11 heures72.  Le prêt à domicile délivré par la lecture publique s’installe donc progressivement et fait décliner les bibliothèques populaires.

Le peu qu’on sait du fonctionnement de cette bibliothèque semble donc indiquer qu’elle a été fondée par des hommes désireux de bien agir mais trop occupés pour se consacrer, comme ont pu le faire par exemple les fondateurs de la BAI-III ou de la BAI-XIV, au fonctionnement quotidien d’une bibliothèque. On imagine mal, par exemple, comment Joseph Vinot, qui enseigne, rédige frénétiquement articles et ouvrages, sillonne les routes pour donner des conférences, ou Charles Lauth, chimiste de renom73 sollicité de toutes parts et homme politique très actif, auraient pu tous les soirs délivrer des ouvrages aux sociétaires… Le mérite majeur de la BAI-VI semble donc d’avoir été un des vecteurs d’une éducation laïque, ouverte à toutes et tous.

Cite this article as: Agnès Sandras, "La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)," in Bibliothèques populaires, 16/05/2019, https://bai.hypotheses.org/3235.

  1. Voir Richter Noë, Les bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978 ; Lectures et lecteurs au XIX e siècle : La Bibliothèque des Amis de l’InstructionActes du colloque de 1984, Paris, Bibliothèque des Amis de l’Instruction, 1985 ; Des bibliothèques populaires à la lecture publique [dir. Sandras Agnès], Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2014 ; et les différents billets publiés sur ce Carnet de recherches des bibliothèques populaires depuis 2013. []
  2. Voir Léveillé Laure, Les petites bibliothèques de la République aux origines de la lecture publique parisienne, des années 1870 aux années 1930, Thèse de doctorat, histoire, sous la direction de Philippe Levillain : université Paris X, 1998. []
  3. Voir Christiane Demeulenaere, “Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement,” in Bibliothèques populaires, 30/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2927 []
  4. Rapport des assemblées générales des 17 et 26 février 1878 de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du quatorzième Arrondissement. Paris, Imprimerie Vve P. Larousse et Cie, s.d. []
  5. Recherche menée par Louise Oudin. []
  6. Rappelons que les femmes ne peuvent tenir que des rôles officieux dans les bibliothèques populaires : voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? Quelques pistes de réflexion », in l‘Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 – Perspectives françaises et internationales, édité par Carole Christen et Laurent Besse, Presses du Septentrion, 2017. []
  7. Données généalogiques collectées par Louise Oudin. []
  8. Calculé en fonction des données généalogiques collectées par Louise Oudin []
  9. Ces informations sont tirées de l’état de services qu’il a lui-même rédigé, et qui se trouve dans son dossier de la légion d’honneur. Cf. supra. []
  10. Agnès Sandras, “La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (II. Hortes – Haute Amance),” in Bibliothèques populaires, 22/10/2017, https://bai.hypotheses.org/1582. []
  11. Voir les déclarations de Girard lors du procès de 1850 dans La Gazette des Tribunaux du 13 novembre 1850. []
  12. Voir Ian Frazer, in Lectures et lecteurs au XIX e siècle, page 76. []
  13. Voir entre autres exemples le récit d’une de ses conférences dans l’Aisne dans Le Guetteur de Saint-Quentin et de l’Aisne du 3 juin 1883. []
  14. L’astronomie est un des thèmes de prédilection des leçons à destination du peuple au XIXe siècle : Voir Christen Carole, « Les leçons et traités d’astronomie populaire dans le premier XIXe siècle », Romantisme, 2014/4 (n° 166), p. 8-20. []
  15. Victor Meunier, « Causerie scientifique, Le Rappel, 5 novembre 1880 []
  16. Victor Meunier, « Causerie scientifique », Le Rappel, 5 avril 1881. []
  17. Voir un billet prochainement sur cette bibliothèque. []
  18. Jean Macé, « L’observatoire populaire de Dieulefit », La Petite République, 18 décembre 1881. []
  19. Voir Arlette Boulogne, Des livres pour éduquer les citoyens. Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881). Paris, L’Harmattan, 2016. []
  20. Jean Macé, « L’observatoire populaire de Dieulefit », La Petite République, 18 décembre 1881. []
  21. Voir Jean-Paul Martin, La Ligue de l’enseignement : Une histoire politique (1866-2016). Rennes, PUR, 2016. []
  22. L’Écho nogentais, 17 décembre 1882. []
  23. Recherches menées par Louise Oudin. []
  24. Voir son dossier de légion d’honneur cité plus haut. []
  25. Bulletin de la SH du 6ème arrondissement, tome IX, année 1906, Note de Numa Raflin. Recherche menée par Louise Oudin. []
  26. Josette Fournier, Edouard Grimaux, un grand savant vendéen (1835-1900), Les Amis du temple de Sainte Hermine, 2012. Recherche menée par Louise Oudin. []
  27. Recherche menée par Louise Oudin. []
  28. Recherche Louise Oudin. []
  29. Auguste Marais, Notice biographique de Albert Leroy, Imprimerie Couanon, 1879. Recherche Louise Oudin. []
  30. Ibid. []
  31. Recherche menée par Louise Oudin dans le« Fichier des optants » []
  32. Le Progrès de la Côte-d’Or, 21 octobre 1872. []
  33. Recherche Louise Oudin. []
  34. L’Écho nogentais, 17 décembre 1882. []
  35. Voir Agnès Sandras, “Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (I. Le rôle clé de Claude Anthime Corbon),” in Bibliothèques populaires, 18/11/2017, https://bai.hypotheses.org/1763. []
  36. Voir les recherches de Jean-Charles Geslot et Agnès Sandras:  “Une naissance sous haute surveillance: la bibliothèque populaire de Versailles au temps de la libéralisation de l’Empire,” in Bibliothèques populaires, 30/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1592. … []
  37. Voir Le procès des Treize en première instance… (5-6 août.). Paris, Dentu, 1864. []
  38. Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900) fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction », Lectures et lecteurs au XIXe siècle, la Bibliothèque des amis de l’instruction, Colloque, BAI III, 1984 []
  39. L’Écho nogentais, 17 décembre 1882 []
  40. Le Siècle, 20 mai 1869 []
  41. Voir sur le site de France Culture : La “fin des notables” ? Les élections de mai 1869 du 06/01/2017. Interview de Paule Cossart. []
  42. La République française, 28 novembre 1874. []
  43. Recherche menée par Louise Oudin. []
  44. Informations tirées du fichier des donateurs que j’ai constitué à partir des sources imprimées des différentes BAI. []
  45. Recherche menée par Louise Oudin. []
  46. Georges Lassez, « Chronique de l’enseignement laïque », Le Bien public, 9 novembre 1876. []
  47. Le Gaulois, 17 juin 1877 []
  48. Le Journal des villes et des campagnes, 27 novembre 1878. []
  49. Le Radical, 5 mai 1900. []
  50. Le XIXe siècle, 19 août 1876. []
  51. Recherche Louise Oudin. []
  52. Voir David Labreure, “La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur,” in Bibliothèques populaires, 15/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2414. []
  53. Le Rappel, 16 mars 1883. []
  54. « Le Centenaire de Diderot »,  La Démocratie du Cher, 14 janvier 1884. []
  55. La Justice, 31 décembre 1884. []
  56. On trouve bien en effet, le docteur Robinet, sa femme et ses trois enfants, impasse Saint-Nicolas à La Ferté-sous-Jouarre dans le recensement de 1856. []
  57. Lettre de Comte à  Congrève, 15 Charlemagne 1869. Lettres d’Auguste Comte à Richard Congrève / [Auguste Comte]. London, Chuch of Humanity, 1889. []
  58. Voir la liste de ses ouvrages ici. []
  59. On trouve cette annonce dans plusieurs journaux, comme La Petite République du 10 septembre 1881. []
  60. Le Petit Parisien, 11 septembre 1881. Sur les enterrements de femmes libre-penseuses voir Jacqueline Lalouette, La LibrePensée en France 1848-1940. Paris, Albin Michel histoire, 1997. []
  61. Voir sa notice ici sur le site du CTHS. []
  62. La Justice, 2 août 1880. []
  63. Recherche Louise Oudin : dossiers de police. []
  64. Rappelons qu’on ne connaît pas pour le moment d’archives manuscrites produites par cette bibliothèque et qu’on dispose de peu de documents imprimés. []
  65. « Conseil municipal de Paris – Séance du 14 novembre », La Presse, 16 nov 1876. []
  66. Le catalogue imprimé n’a pas encore été retrouvé. []
  67. Voir tableau ci-dessous élaboré par Louise Oudin. []
  68. Voir tableau ci-dessous élaboré par Louise Oudin. []
  69. « Les conférences des bibliothèques populaires », La République française, 27 février 1878. []
  70. L’Intransigeant, 25 janvier 1881. []
  71. Recherche menée par Louise Oudin. Ce tableau sera à compléter. []
  72. Recherche Louise Oudin. []
  73. Voir Notice sur les travaux industriels de M. Ch. Lauth. Paris, impr. de A. Parent, 1867. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.