Lire Zola dans les bibliothèques populaires sous la IIIe République

Alfred Le Petit, “M. Floquet”, Le Charivari, nov. 1879.

Ce billet correspond à une conférence donnée ce soir (16 mai 2019) à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement.

Dans un précédent billet (Emprunter du Zola dans une bibliothèque populaire), je signalais le bel article de Colette Becker ( « l’audience d’Émile Zola ») publié en 1974 dans Les Cahiers naturalistes. En effet, cet article correspond à une enquête très fouillée sur la présence du romancier dans les catalogues des bibliothèques populaires : pas ou très peu  d’œuvres zoliennes à la fin du XIXe siècle dans les bibliothèques populaires, à l’exception notable des bibliothèques populaires libres et en particulier des Amis de l’instruction. Colette Becker analysait les raisons de cette différence marquée, expliquant que les bibliothèques populaires dont les fonds provenaient essentiellement de concessions ministérielles ne recevaient pas d’œuvres de Zola et n’osaient en acquérir, alors que les bibliothèques libres, gérant elles-mêmes leurs acquisitions, étaient plus enclines à acheter du Zola, et parfois en nombre.

La recherche de Colette Becker peut être complétée, voire nuancée aujourd’hui. Elle avait en effet pour ce faire travaillé sur les séries d’enquêtes conservées aux Archives nationales (et en particulier les enquêtes portant sur les ouvrages demandés par les emprunteurs des bibliothèques populaires) et sur les catalogues entrés par dépôt légal à la Bibliothèque nationale. Les recherches récentes sur les bibliothèques populaires (voir les différents billets de ce carnet) ont permis par exemple de retrouver les traces de délibérations de quelques conseils de bibliothèques, et en particulier leurs refus ou acceptations d’acquisitions, ou des enquêtes conservées par des Archives départementales. De plus, la numérisation d’ouvrages et de journaux permet de retrouver ici et là quelques textes portant sur les acquisitions faites par les bibliothèques populaires. Enfin, on en sait davantage aujourd’hui d’une part sur les acquisitions des bibliothèques populaires, d’autre part sur la réception des œuvres de Zola.

La conférence d’aujourd’hui porte donc :

  • sur l’influence de la condamnation de ses premières œuvres par la commission de colportage puis de la condamnation de l’ensemble de son œuvre par la commission de l’Index sur les choix des bibliothèques
  • sur les autres raisons qui peuvent faire qu’on écarte ou non Zola des bibliothèques : influence des critiques ? influence de son rapport au peuple ? etc.
  • sur l’évolution de la présence de Zola dans les catalogues des bibliothèques populaires
  • sur un épisode déjà évoqué dans le billet “1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola

Elle sera bien entendu prochainement complétée par un billet plus détaillé. On peut déjà l’entendre en replay sur le site de la bibliothèque des Amis de l’Instruction ici (onglet conférences).

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Lire Zola dans les bibliothèques populaires sous la IIIe République," in Bibliothèques populaires, 16/05/2019, https://bai.hypotheses.org/3270.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.