La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie II – LA BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLETTE)

On a vu dans le précédent billet que la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (BAI-XIX) est née dans le quartier de la Villette en 1868 grâce aux efforts d’Auguste Vorbe et aux dons du  bibliophile Jacob. Les documents conservés par les Archives de la Ville de Paris, les statuts imprimés et quelques entrefilets dans la presse permettent de reconstituer en partie les débuts de la BAI-XIX. Deux aspects font en effet particulièrement défaut : la sociologie des adhérents, faute de statistiques et de listes conservées, n’est pas connue ; la composition du fonds ne peut être que très imparfaitement repérée, le premier catalogue imprimé datant de 1882 et les catalogues manuscrits ayant disparu…

I/ Les premiers animateurs de la BAI-XIX : une inscription dans le quartier de la Villette

Les historiques de la BAI-XIX dressés à la fin du XIXe et au milieu du XXe siècles (voir billet précédent)  permettent de repérer que la bibliothèque est fondée en 1868 avec la volonté de ne pas indisposer l’administration impériale et les édiles parisiens. En effet, le contexte est difficile : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III) a failli fermer suite au mécontentement du maire d’arrondissement, les bibliothèques populaires de Saint-Étienne et d’Oullins ont fait l’objet de pétitions portées devant le Sénat en 1867 et 18681, et d’autres bibliothèques peinent à obtenir les autorisations administratives nécessaires. Les créateurs de la BAI-XIX suivent par conséquent les recommandations de la Société Franklin (qui préconise de fluidifier les relations avec les autorités en donnant la présidence au maire ou à un édile local), et proposent la présidence à Alfred Mallet, édile parisien du XIXe arrondissement résidant boulevard de la Villette. Celui-ci a en effet un itinéraire socio-professionnel et intellectuel entrant en résonance étroite avec les préoccupations des fondateurs des bibliothèques populaires (Voir billet précédent). On a donc la même configuration qu’à la BAI-III : un président qui s’intéresse à l’instruction du peuple (à la BAI-III c’est Auguste Perdonnet) et laisse œuvrer les véritables fondateurs (à la BAI-III, Girard) tout en donnant la respectabilité nécessaire à l’association. À la BAI-XIX, Auguste Vorbe2 est désigné comme l’un des secrétaires, dans le premier des bureaux dont on connaît la composition, celui de 1876.

 

NOM/ PRÉNOM FONCTION DANS LA BAI-XIX EN 1876 PROFESSION ADRESSE PERSONNELLE
LACROIX Paul (Bibliophile Jacob) Président honoraire et bienfaiteur Conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal Np.
MALLET Président du CA Conseiller municipal 54 boulevard de la Villette
HERVE Vice-président du CA Employé 1 rue Debrousse
VORBE, A. Secrétaire du CA Fondeur 75 rue d’Allemagne
PANIER Secrétaire du CA Employé 184 rue d’Allemagne
FEUTRY Trésorier du CA Négociant en bois 169 rue de Crimée
LANHER Trésorier du CA Employé 211 rue d’Allemagne
ROUSSEL Comptable du CA Employé 94 rue de Meaux
BESCHER, Paul Administrateur Employé 136 rue de Belleville
BITRY Administrateur Employé 107 rue d’Allemagne
BRAIN Administrateur Négociant en vins 81 rue de Meaux
DEBORD Administrateur Charron Avenue Laumière
DESCHAMPS Administrateur Forgeron 95 rue de Crimée
DURGY, Just Administrateur Employé 108 rue de Flandre
GUICHETEAU (E.) Administrateur Commissionnaire en bestiaux 100 rue d’Allemagne
MARECHAL (Eug.) Administrateur Fondeur 128 rue de Crimée
MARTIN (E.) Administrateur Propriétaire 48 rue Petit
MARTIN Administrateur Épicier 64 rue d’Allemagne
DE PREAUX Administrateur Employé 5 rue Meynadier
RUPPE Administrateur Employé 53 rue de l’Ourcq
SCHULTES Administrateur Employé 127 rue d’Allemagne
DUCROT Administrateur-adjoint Employé 110 rue de Meaux
FOUCHARD Administrateur-adjoint Mécanicien 4 rue Tandou
LEGRAND Administrateur-adjoint Employé 110 rue de Meaux
LOUVET Administrateur-adjoint Employé 78 rue de Belleville
POMMIER Administrateur-adjoint Forgeron Aubervilliers

Sur les 26 membres, 7 résident rue d’Allemagne, 4 rue de Meaux,  rue de Crimée. Deux vivent en dehors de l’arrondissement, le Bibliophile Jacob, logé à la bibliothèque de l’Arsenal (voir le prochain billet), et un forgeron d’Aubervilliers (commune voisine). Les métiers correspondent étroitement à la sociologie du quartier. La rue d’Allemagne (actuelle avenue Jean-Jaurès) est alors une rue populeuse, fourmillant en activités diverses, délimitant une partie du quartier de La Villette (La Villette, ancienne commune annexée à Paris en 1859, comprenait les quartiers du Pont-de-Flandre, d’Amérique, du Combat et de La Villette). En effet, le quartier de La Villette est devenu, grâce au bassin de La Villette (10 000 bateaux par an en 1860), au chemin de fer de l’Est, aux abattoirs et à l’usine à gaz, la zone industrielle la plus dynamique de Paris dans la décennie 1870. Les fondateurs de la BAI-XIX travaillent dans les nouvelles entreprises et maisons  créées au milieu de cette effervescence.

Compagnie parisienne d’éclairage et de chauffage par le gaz : vue des usines et des ateliers / A. Fernique, photogr. Auteur : Fernique, Albert (1841-1898). Photographe Éditeur : [Ecole nationale des ponts et chaussées] (Paris) Date d’édition : 1878-1880. Gallica (BnF).

Comme dans les autres bibliothèques populaires, le recrutement des animateurs de la BAI-XIX est donc lié à des relations de voisinage et/ou de travail, à de possibles affinités politiques, à une demande d’instruction pour tous, et   à des préoccupations philanthropiques. On retrouve par exemple Feutry et Vorbe dans le comité du bureau de bienfaisance du XIXe arrondissement en 18973.

II / Les débuts de la BAI-XIX : sous le signe de la mutualité

Les statuts de la BAI-XIX sont inspirés de ceux de la BAI-III modifiés en 18624, l’appellation “amis de l’instruction” indiquant déjà une filiation. Dès le premier article, la BAI-XIX insiste sur l’idée de la mutualité, ce que n’avait pas fait la BAI-III en 1861-1862, peut-être pour des raisons politiques :

ARTICLE PREMIER. – Une Société, basée sur le principe de la mutualité, est fondée dans la 19e circonscription de la ville de Paris, sous la dénomination de : Bibliothèque des Amis de l’Instruction du19e Arrondissement5.

On notera aussi avec intérêt que l’article 4 de la BAI-III (« Cette association a pour but de procurer à ses adhérents tous les livres nécessaires à leur instruction ou à leur délassement ») devient l’article 2 de la BAI-XIX avec une explicitation :

Cette association a pour objet de mettre à la disposition de ses sociétaires les livres nécessaires à leur instruction, au développement de leurs facultés morales et intellectuelles, et à leur délassement6.

L’article 3 introduit quant à lui l’idée de lecture sur place, ce que n’avait pu mentionner la BAI-III, les autorités administratives ne souhaitant sans doute pas que les sociétaires puissent se trouver ensemble sans surveillance dans un lieu commun :

Les livres peuvent être lus dans la salle de la Bibliothèque ou emportés à domicile7.

Les dispositions concernant les conditions pour être sociétaire et emprunter les livres sont sensiblement les mêmes qu’à la BAI-III. On retrouve par exemple l’idée d’une cotisation des femmes inférieure de moitié à celle des hommes, afin de permettre aux femmes modestes (ayant de plus faibles revenus que les hommes, et souvent isolées en ville) de s’instruire. La BAI-XIX a en revanche ajouté des articles spécifiques sur les dons qui correspondent peut-être à une situation particulière. Si la BAI-III a eu de nombreux donateurs, la BAI-XIX a un donateur très généreux (Paul Lacroix, voir prochain billet) et des donateurs de renom :

Article 36  . – Les bienfaiteurs et donateurs de la Bibliothèque sont :

Les auteurs qui ont mis leurs œuvres à la disposition de la Société.

Les personnes qui, par des dons de livres, par des souscriptions ou donations particulières, contribuent au développement et à la prospérité de la Bibliothèque.

Art. 37. Les noms des bienfaiteurs et des donateurs, inscrits sur un registre spécial, sont proclamés en Assemblée générale8.

Le fonctionnement de la BAI-XIX peut être retracé au gré des rares rapports d’activité dressés en Assemblée générale qui subsistent des années 1875-18769. Ils ont été rédigés au préalable ou retranscrits par Auguste Vorbe et portent l’empreinte de ses croyances personnelles. Ils débutent en effet par des développements sur l’instruction largement inspirés par son engagement positiviste (Voir le prochain billet) et ses lectures. La  bibliothèque populaire est placée par Vorbe parmi les vecteurs du progrès par la science, la technicité  et l’instruction :

Exposé de la situation morale de la Bibliothèque populaire du 19e arrondissement.

Les livres sont les propagateurs de l’instruction, ils augmentent nos idées et nous procurent des jouissances élevées inconnues à ceux qui n’aiment pas ces amis fidèles ; ils nous donnent la merveilleuse faculté de vivre dans tous les temps.

En remontant le cours des années écoulées, à travers les siècles et malgré la mort, ils nous permettent de converser, de nous entretenir avec les grands hommes de l’Antiquité. Et les savants, les philosophes, les poètes et les orateurs des temps anciens revivant dans d’innombrables lectures sont ainsi augmentés, amplifiés, multipliés à l’infini.

L’instruction est la compagne du progrès. Elle rend plus agréables les relations des hommes entre eux, elle utilise les forces de la nature, les asservit à nos besoins, les transforme : la vapeur supprime la distance et l’électricité unit la pensée des peuples.

Par l’instruction l’Humanité, indéfiniment perfectible, marche vers le bien, vers le beau entier ayant sans cesse une perfection supérieure à celle qui est réalisée.

Par l’instruction, par l’élévation de ses idées, l’homme s’élevant davantage dans l’ordre intellectuel, grandit la distance qui le sépare des autres êtres. La Science lui apprend la véritable place qu’il occupe dans la nature et le met en relation avec tout l’Univers.

La Science des grands génies de l’Humanité : des Copernic, des Galilée, des Newton, a fait descendre l’homme du fastueux piédestal que lui avait élevé l’assurance orgueilleuse et la superstition, elle lui a montré l’immensité de l’Univers ; Sphère infinie, a dit Pascal, dont la circonférence est partout et le centre nulle part : elle lui a fait voir, à lui qui se croyait seul digne des faveurs célestes, le peu de place qu’il occupait dans le sein de la Nature.

Mais, si d’un côté, l’Astronomie a retiré à l’homme une grandeur fictive, de l’autre, elle lui en a donné une réelle ; la véritable grandeur qui peuvent donner l’amour de la vérité, l’intelligence et la raison.

La Science en apprenant à l’homme toute l’étendue de sa responsabilité, lui donne un sentiment plus profond de la Justice ; par la Justice, l’homme se sent en relation non seulement avec ses semblables ; mais encore avec les humanités sans nombre qui peuplent l’espace. Qu’elles [sic] que soient la diversité des lois physiques auxquelles obéissent les mondes nous pouvons affirmer qu’ils sont soumis aux mêmes  lois morales. Les immuables vérités mathématiques sont les mêmes pour eux que pour nous ; comme nous, ils ont besoin de Justice pour se gouverner et de liberté pour développer leurs facultés intellectuelles.

En travaillant pour le bien de tous, en faisant des œuvres de Justice, l’homme, du grain de sable qu’il habite, contribue à l’ordre universel.

Les bibliothèques populaires qui sont le complément nécessaire de l’école, ainsi que nous avons déjà eu l’honneur de vous le dire dans un de nos précédents rapports, sont pour ceux qui ne peuvent acheter des livres, un puissant moyen de propagande de l’Instruction10 […]

Ce positionnement idéologique d’Auguste Vorbe explique partiellement son engagement en faveur de conférences pour les bibliothèques populaires sur des thématiques diverses dont il est un des plus précoces et zélés fondateurs (voir le prochain billet). Il s’agit en effet non seulement de permettre aux gens de lire mais d’accéder aux découvertes les plus récentes menant à l’émancipation intellectuelle, en leur donnant les ressources nécessaires comme le souligne l’article 1 des statuts. Il nous permet aussi de comprendre l’obstination avec laquelle il tente d’obtenir les ouvrages les plus récents pour la bibliothèque (voir également le prochain billet).

Vorbe semble en revanche avoir moins accordé d’importance aux statistiques et à l’organisation de la bibliothèque que d’autres fondateurs de BAI. Dans les deux rapports qui nous sont parvenus, les statistiques sont données rapidement, sans analyse particulière des efforts à mener ou des résultats obtenus.

Les chiffres dont nous disposons sont donc les suivants :

Série Nombre de volumes de la série lus en 1874
Littérature 2108
Romans 1286
Histoire 289
Géographie 248
Philosophie 58
Histoire naturelle 44
Théâtre 30
Sciences diverses 27
Mathématiques 26
Hygiène et médecine 21
Chimie et physique 12
Industries 6
Beaux Arts 3
Législation 1
Agriculture 1
TOTAL 416011

Faute de connaître la composition précise du fonds à cette date, il n’est pas possible d’analyser les sorties en fonction des ouvrages proposés. On remarquera cependant des tendances similaires à celles que d’autres BAI, plus férues de statistiques, déplorent alors : un intérêt indéniable pour la littérature et les romans, plus mesuré pour l’histoire et la géographie, et peu de sorties d’ouvrages “instructifs”. Vorbe précise en revanche que les sorties ont augmenté de 500 ouvrages par rapport à l’année précédente. Estimant que sur les 515 sociétaires (contre 370 l’année précédente), 150 sont “sérieux”, il en tire la conclusion qu’un lecteur sérieux”  a lu en moyenne 28 volumes durant l’année 1874. S’il se félicite des résultats et de la générosité des donateurs12, Vorbe ne cache pas les difficultés d’organisation de la bibliothèque dans son rapport sur l’année (1874) écoulée.  Il indique que faute de ressources suffisantes, la bibliothèque renonce à l’aide d’un bibliothécaire rémunéré, et que la distribution des ouvrages repose sur la bonne volonté des membres du conseil après leur journée de travail.

On trouve également dans les archives qui subsistent un compte-rendu de l’Assemblée générale de 1877  dressant un bilan très rapide de 187613. Si ce bilan déplore une baisse du nombre de lecteurs par rapport à 1875, les chiffres restent satisfaisants : la bibliothèque possède 4534 documents, et 7377 volumes ont été au total empruntés. La baisse “regrettable” est imputée  aux événements politiques qui font que “le journal remplace le livre”.  Le compte-rendu préconise la “patience” et à la “réserve” pour ne “donner aucun prétexte à des hostilités plus ou moins déguisées”, rappelant que les événements récents [du 16 mai] ” font de la circonspection un devoir”. Les bibliothèques populaires ont été tout aussi bridées sous l’Ordre moral que sous le Second Empire. Dans le contexte très complexe de  la crise du 16 mai 1877, les administrateurs de la BAI-XIX hésitent donc encore à  manifester leur soutien aux républicains (ils le feront très largement par la suite), craignant  une fermeture possible de la Bibliothèque.

III/ Une bibliothèque républicaine dans les années 1880-1900, avec pour “apôtre” le libre-penseur Auguste Vorbe

Dans les années 1880-1900, la BAI-XIX compte toujours dans ses membres les plus actifs Auguste Vorbe qui remplit des fonctions diverses au CA. Le 30 mars 1878, il fait d’ailleurs partie des lauréats de la Société Franklin qui récompense chaque année les personnalités les plus actives des bibliothèques populaires14. En effet, la BAI-XIX, si elle manque toujours de moyens (le premier catalogue n’est imprimé qu’en 1882), se distingue par des activités multiples, comme des conférences  et l’organisation de concours de diction pour les enfants, activités dont on reparlera dans le prochain billet sur la BAI-XIX.

La première trace dans la presse d’une activité politique officielle de Vorbe date de 1879, même si la famille ne se fait pas mystère depuis une vingtaine d’années de ses sympathies républicaines (voir billet précédent). Il est alors un des soutiens du député d’extrême-gauche François Allain-Targé, ami de Gambetta :

M. Allain-Targé, député du 19e arrondissement, avait convoqué hier ses électeurs, salle Chaynes, 12, rue d’Allemagne, pour leur rendre compte du mandat qu’ils lui ont confié (…) Le bureau, élu par acclamation, se composait de MM. Spuller, président, docteur Leroyer et Vorbe, assesseurs15.

On remarquera que la rue d’Allemagne est alors l’épicentre d’une activité républicaine. La salle Chaynes accueille les manifestations politiques comme les conférences de la BAI-XIX, située dans cette même rue qui abrite aussi la fonderie de Vorbe. C’est aussi dans la salle Chaynes que Vorbe fait de la BAI-XIX le soutien d’actions à destination des plus défavorisés. En décembre 1880, la BAI-XIX organise par exemple une fête de soutien à la fondation d’une Caisse des orphelins et enfants abandonnés dans l’arrondissement.  La Lanterne souligne que “Le service d’ordre est fait par les membres de la Bibliothèque, leur infatigable président, M. Vorbe, en tête, avec l’empressement sympathique de vieux républicains16”. Trois membres de la BAI-XIX (Rampon, Maréchal, Potron) sont d’ailleurs élus au premier bureau de cette Caisse des Orphelins17.

On retrouve Vorbe en 1882 dans les  commissions municipales scolaires pour la ville de Paris, instituées par la loi du 28 mars 1882 sur l’obligation de l’instruction primaire pour surveiller et encourager la fréquentation des écoles. Il fait  naturellement partie de la commission du XIXe arrondissement18. En 1890, il franchit le pas et se présente aux élections :

Le comité républicain radical antiboulangiste présente la candidature de M. Auguste Vorbe, fondeur, qui adresse aux électeurs un appel dans lequel nous lisons :

La réalisation du programme municipal qui m’a été imposé n’est pas le seul motif qui a déterminé le comité antiboulangiste à m’offrir la candidature. En raison de mon dévouement aux institutions qui ont pour but l’amélioration du sort de la classe la plus nombreuse, en raison surtout de la fermeté de mes convictions républicaines, mes amis ont pensé que l’union des vrais républicains, ceux, qui n’admettent pas qu’une nation soit subordonnée à un individu, pourrait se faire sur mon nom19.

Le Rappel évoque cette candidature en insistant sur l’appartenance de Vorbe au quartier et son engagement pour la bibliothèque populaire :

Un groupe d’électeurs républicains du quartier de la Villette a offert la candidature au citoyen Auguste Vorbe, fondeur en fer, 75, rue d’Allemagne.

Le citoyen Vorbe habite le quartier de la Villette depuis trente-trois ans, et il n’a cessé de se signaler par son dévouement à la cause républicaine. Il est un des fondateurs de la bibliothèque populaire de la Villette20.

En ballotage au premier tour, Vorbe se trouve élu pour le quartier de la Villette sous l’étiquette radical-socialiste à l’issue du second tour, dans un climat particulièrement tendu. Il bénéficie en effet du désistement de Jules Proal, un “révisionniste” (favorable donc au boulangisme). Il fait bientôt partie de la commission municipale de la mairie de Paris  qui s’occupe de l’Enseignement et des Beaux-arts. Dès 1890, son zèle pour l’Instruction et notamment pour les bibliothèques populaires se fait sentir lors du vote du budget :

M. Pierre Baudin rapporte divers articles ayant droit à des subventions : 7,000 fr. pour distribution de prix aux élèves des écoles de la banlieue ; 25,000 fr. pour entretien de cours d’adultes ; 4,000 fr. pour les bibliothèques pédagogiques cantonales, etc. De son côté, M. Vorbe fait adopter les articles suivants : 21,100 fr. pour les bibliothèques populaires de Sceaux et de Saint-Denis ; 12,000 fr. à titre de subvention pour l’enseignement du chant dans les communautés suburbaines21.

En 1891 une proposition de Vorbe déchaîne la presse. Il a en effet proposé une communion laïque en lieu et place de la communion catholique. Les journaux cléricaux et tous ceux que la libre-pensée indisposent le brocardent. La Croix indique :

Le citoyen Vorbe espère qu’on lui prêtera le Panthéon pour cette parodie, aussi sacrilège que ridicule. En province, on devra se contenter de se réunir autour de la statue d’un grand homme. On dit que M. Vorbe va envoyer son buste à toutes les communes de France qui manqueraient de statues 22.

Dans “Les rigolades laïques”, Le Petit Caporal est encore plus violent, dans un texte très acerbe non seulement contre Vorbe mais contre le quartier populaire de La Villette :

Singer les rites de l’Église à la naissance, au mariage et à la mort, c’était déjà très gentil, mais cela ne devait point suffire aux pontifes de la Libre Pensée. L’un d’entre eux, le citoyen Vorbe, — un conseiller municipal, s il vous plaît, — s’est dit qu’il n’était pas juste de priver la marmaille de la Villette d’un jour de fête aux environs de la douzième année. Il avait remarqué, le brave homme, que, tous les ans, vers le mois de mai, on rencontre dans les rues des enfants endimanchés,les filles habillées de blanc, les garçons portant au bras un brassard à fils argentés.  Qu’est-ce que font ces mioches ? a dit un jour l’honorable conseiller à un brave ouvrier qui regardait d’un œil attendri un groupe d’enfants sortant de l’église. Il viennent de faire leur première : communion, les bons petits, lui fut-il répondu. Ah! très bien, répliqua le citoyen Vorbe, nous aviserons à remplacer cela. Et il institua la première communion laïque. Celle-ci aura lieu tous les ans, non  au mois de mai, mais le 4 août. Les filles, seront amenées en grande pompe par leurs parents dans la grande salle d’un mastroquet de la barrière et là on fera ripaille. Seulement, il sera interdit aux jeunes de se pocharder avant d’avoir prêté un serment solennel. Ce serment, j’en ai lu il y a quelques jours la formule je ne sais plus où. Voici comment les choses doivent se passer. Les ancêtres se grouperont à un  bout de la salle au dessous d’une image représentant Marianne, et les mômes défileront devant eux en jurant à tour de rôle fidélité à la « Trinité Humaine, c’est à dire à l’Humanité, à la Famille et à la Patrie. » Après quoi, la fête commencera et jeunes et vieux auront le droit de s’en fourrer selon la capacité de leur bourse et de leur estomac. On dira tout ce qu’on voudra, mais ce citoyen Vorbe a des idées qui ne viendraient pas au premier venu. Je m’étais souvent dit que les libres-penseurs étaient des imbéciles. Je tiens à  faire ici amende honorable. S’ils sont généralement idiots, il en est parmi eux qui comprennent la rigolade, et, ma foi, je ne cache pas qu’ils m’ont procuré de bons moments23.

De la même manière, la présence du conseiller municipal Vorbe aux commémorations autour du Mur des Fédérés ne passe pas inaperçue et est relayée par plusieurs journaux :

AU PÈRE-LACHAISE

-. C’était hier le 24 mai et, comme les autres années, toutes les fractions communardes ou socialistes se sont rendues au cimetière du Père-Lachaise pour célébrer ce qu’elles appellent « l’anniversaire de la semaine sanglante ».

Ces réunions se ressemblent toutes. Leur principal objet est de se compter et de se disputer entre possibilistes, broussistes, guesdistes et autres partis en iste. Quelquefois ces disputes ont été jusqu’aux coups de poing, de canné et de revolver. Aussi la préfecture de police prend-elle soin d’envoyer une brigade centrale de gardiens de la paix et un peloton de cavaliers de la garde républicaine. Cette année, heureusement, on s’est borné à des charades. Ainsi, la couronne qui portait le nom de L’Intransigeant a été enlevée et placée sur le monument de M. Thiers, où, en enlevant deux lettres, on a laissé transigeant.

Tour à tour, MM. Brousse, Caumeau, Réties, Prudent, Dervillers, Heppenheimer, Vorbe, André Gély, Gaulard et Mme Astié de Valsayre ont fait des discours à leurs partisans, qui les ont acclamés. On a déposé des couronnes sur les tombes des citoyens Joffrin, Chabert et Simon-Soëns. On a fait flotter le drapeau rouge et le drapeau noir devant le « mur des fédérés ». On a crié : « Vive la Commune ! Vive l’anarchie ! » et le soir on a banqueté dans diverses brasseries…

Peut-être la pluie a-t-elle beaucoup aidé au maintien de l’ordre. Cela nous fera lui pardonner d’avoir gâté encore un dimanche de printemps24.

La pensée de Vorbe, curieux mélange de positivisme (voir billet suivant), de libre-pensée et d’idées républicaines, est mise au service des bibliothèques populaires et inversement.  Souvent tourné en dérision par les journaux, son esprit idéaliste le pousse à produire de longs discours pour lesquels il trouve une tribune devant l’auditoire des bibliothèques populaires, lors des assemblées générales (voir plus loin). Ses adversaires dénoncent une inconstance politique, grief alors souvent adressé aux radicaux. On le trouve tantôt du côté des conservateurs tantôt dans des actions de sympathie à l’extrême-gauche. Néanmoins, son ancrage demeure le même : l’aide à l’instruction du peuple de La VIllette dans l’espoir d’amener ainsi le progrès. Toutes ses activités municipales se cristallisent autour d’encouragements à des œuvres scolaires, à des caisses pour les orphelins, à des mutualités, etc. Dans Le Rappel, en mai 1892, ce “partisan ardent de l’initiation civique des enfants […] figure d’apôtre, encadrée d’une vigoureuse chevelure” revient sur l’idée des communions laïques, son souhait d’une “fête planétaire pour le centenaire de Christophe Colomb”, et sa conception du premier mai :

Ce serait la fête du travail universel, la moralisation éclatante d’une date qui semble consacrée par l’adhésion du prolétariat international. En s’y associant, les pouvoirs publics se placeraient au-dessus de l’habileté vulgaire, ils accompliraient un acte de prévoyance sociale.

Je rêve, du reste, tout un système de fêtes ayant pour but de rendre la vie attrayante sur tous les points du territoire. Il faut revenir aux traditions démocratiques, substituer aux saints métaphysiques de l’Église des saints laïques, encourager les commémorations locales.

— Eh mais, monsieur, c’est un peu le panem et circenses des césars ?

– Avec cette différence, réplique en riant M. Vorbe, que tout le monde est césar en République25.

En juillet 1892, il parvient à faire voter au Conseil municipal parisien une somme de 214,600 fr.  répartie entre divers établissements d’enseignement, des chambres syndicales ouvrières, des Associations et des Cours, dont “15,000 fr. à l’association philotechnique: 15,000 à l’association polytechnique ; 18,000 aux écoles Élisa-Lemonnier ; 8,000 à la société d’horlogerie de Paris ; 5,000 aux cours commerciaux du Grand-Orient26”. On retrouve là les réseaux de soutien aux bibliothèques populaires du Second Empire27: associations philotechnique et polytechnique, franc-maçonnerie, etc.

En septembre de la même année, il préside la fête donnée au théâtre de la Villette au profit des ouvriers malades, et fait un discours remarqué où il donne son appui aux syndicats ouvriers28. On le retrouve en effet parmi les orateurs qui soutiennent différentes grèves : grève des ouvriers du gaz en août 1892, grève des casseuses de sucre et des scieurs de sucre en septembre 1892, etc. En 1893, il reçoit donc l’appui du Comité socialiste de son quartier pour se représenter, “considérant que le citoyen Vorbe s’est conduit loyalement pendant la durée de son mandat, qu’il a toujours tenu avec fermeté et honneur le drapeau des revendications populaires et des droits de Paris, s’engage à soutenir énergiquement sa candidature et fera tous ses efforts pour la faire triompher aux élections municipales du 16 avril29”. Cette nouvelle candidature suscite les moqueries fielleuses de La Libre Parole :

Vorbe. — Long, voûté, chevelu, barbu, tout blanc, déambule comme un canard, porte des lunettes, mais regarde par-dessus. L’air timide, boiteux. N’a jamais pardonné à ses collègues de lui avoir fait gravir les six marches aboutissant au secrétariat, à lui qui a toujours reculé devant les quatre de la tribune. N’a fait de mal à personne, puisqu’il n’a rien fait. Semble avoir la nostalgie de sa fonderie; les électeurs de La Villette seraient coupables en ne l’y renvoyant pas30.

Le Temps, 18 avril 1893. Gallica (BnF).

La réélection à une large majorité de Vorbe (voir résultats ci-dessus) tend à prouver que ses électeurs ont apprécié son premier mandat. Son second mandat est également dominé par le soutien aux classes modestes. Il fait par exemple partie en 1894 des fondateurs  la Soupe populaire du XIXe arrondissement. Les élections de 1896 lui valent des déclarations très hostiles de La Libre  Parole qui lui reproche entre autres sa lutte contre l’antisémitisme :

QUARTIER DE LA VILLETTE Représenté depuis 1890 par M. Vorbe, radical socialiste; s’occupe surtout à l’Hôtel de Ville des questions d’enseignement. Repassa très facilement en 1893 ; il n’en sera probablement pas de même cette fois, car sa réélection est vivement combattue par divers candidats, parmi lesquels au premier rang, M. Feitesse, socialiste révisionniste, et M. Henri Gilmer, républicain catholique. Anticlérical farouche, M. Vorbe se prononça nettement en 1890 contre le mouvement antisémite dont l’impulsion, disait-il, « est due à des esprits dénués de valeur philosophique et absolument rétrogrades. » Ces paroles, dans la bouche du conseiller insignifiant du quartier de la Villette, laissent l’esprit rêveur… Les électeurs indépendants du quartier se souviendront de ces déclarations dénuées de valeur philosophique, et ne renverront pas M. Vorbe à l’Hôtel de Ville31.

Le Radical appuie quant à lui la candidature de Vorbe dont il loue la  quête philosophique :

M. Vorbe est entré au Conseil municipal en 1890. C’est un doux philosophe qui va et vient dans la vie comme à l’Hôtel de Ville, sans bruit, sans heurt, tout en étant un esprit décidé.

On dirait que, si rien ne l’étonne, rien, non plus, ne le prend au dépourvu. Ancien membre de la municipalité du dix-neuvième arrondissement, M. Vorbe s’est présenté candidat aux élections municipales avec un programme très net : autonomie communale, abolition des privilèges, suppression du Sénat et vote obligatoire pour tous les électeurs. Sa sanction serait que l’électeur qui n’exerce pas ses droits électoraux soit privé de ses droits civiques.

Il s’occupe des questions d’enseignement et, dans une sphère plus personnelle, il a pris part aux travaux de l’histoire de Paris pendant la Révolution.

M. Vorbe a contre lui un candidat catholique, un ouvrier typographe, un conseiller prudhomme du parti broussiste et un socialiste indépendant, cocher de fiacre.

Nos renseignements disent que M. Vorbe passera au premier tour32.

Vorbe enchaîne donc les mandats, et se consacre dans son arrondissement et la capitale aux actions philanthropiques, à l’instruction, et à la mémoire des grands hommes (il est à l’origine de l’érection de plusieurs statues). Il  n’oublie pas de faire prospérer sa passion de jeunesse, les bibliothèques populaires. Son appartenance aux commissions successives de l’instruction de la Ville de Paris lui permet de les valoriser et de les épauler. Il  accueille par exemple, au titre de conseiller municipal,  le premier congrès parisien de la “Library Association of the United Kingdom” tenu en 1892 33.

En 1876, les bibliothèques populaires libres de Paris se sont fédérées en un Syndicat sous l’impulsion de Jean-Baptiste Girard, le fondateur de la première Bibliothèque des Amis de l’lnstruction34 et de ses premiers compagnons de lutte comme Delamarche et Harant35. Dans les années 1890, Vorbe devient président de ce syndicat et du fait de son statut de conseiller municipal en charge des questions de l’Instruction à Paris occupe une place privilégiée pour soutenir les bibliothèques populaires de la capitale et de la banlieue. Les sympathies socialistes des fondateurs des bibliothèques populaires peuvent s’exprimer à l’occasion de l’anniversaire du 21 février 1848 :

Le Syndicat des bibliothèques populaires libres de Paris et du département de la Seine a donné hier soir dans les salons Vianey, quai de la Rapée, un banquet sons la présidence de M. Bassinet, président du Conseil général de la Seine. On remarquait à la table d’honneur MM. Vorbe, président du syndicat; Albert Pétrot, député; Meurgé, maire du cinquième arrondissement ; Jules Lermina, Turban, secrétaire général, et Leboucher, vice-président du Syndicat. Après de nombreux toasts, portés à la République et à l’Œuvre des bibliothèques libres, M. Coutard a dit diverses poésies que l’Assemblée a vivement applaudies .

La plus franche cordialité n’a cessé de régner durant le banquet qui s’est prolongé jusqu’à minuit36.

L’action de Vorbe à la tête du Syndicat est aussi destinée à fédérer les efforts de ces bibliothèques et à leur obtenir des soutiens. C’est ainsi qu’il dresse pour la municipalité de Paris des rapports annuels qui soulignent l’oeuvre accomplie. On peut lire ici le rapport qu’il présente en 1897 au nom de la 4e Sous-Commission  du budget et du contrôle sur les Bibliothèques populaires libres de Paris, à partir du  bilan dressé par le secrétaire général du Syndicat des bibliothèques populaires libres. Ce bilan, très détaillé, offre des perspectives intéressantes sur la mission et la vitalité des populaires,  même si le tout est probablement enjolivé pour des raisons évidentes. Il décrit notamment les actions telles que les cours, conférences, visites, etc (voir le billet suivant), ce qui lui permet d’obtenir les 34 000 francs qu’il demande chaque année au Conseil municipal.  La Presse du 10 janvier 1898 revient dans un long article (dont on voit le début ci-dessous)  sur le rapport de Vorbe (dont le nom est écorché !).

 

La Presse, 10 janvier 1898. Gallica (BnF).

Vorbe  espère ainsi motiver toujours davantage les membres  de la BAI-XIX, comme il le souligne lors de l’Assemblée générale en 1892, alors qu’il est président de la bibliothèque :

Monsieur Vorbe demande à l’Assemblée de bien vouloir l’excuser s’il n’apporte pas de rapport écrit. Ses nombreuses occupations au Conseil municipal l’en ont empêchées [sic], que notamment chargé du rapport sur les livres de prix à décerner aux élèves des écoles de la Ville de Paris, il avait été obligé d’en lire une très grande quantité. mais que néanmoins il ne cessait de s’occuper des bibliothèques populaires, lesquells sont pour lui les préférées et qu’une preuve qu’il en pouvait donner c’est qu’à la suite de son rapport sur les bibliothèques, le Conseil avait diminué la somme qu’elle alloue annuellement aux bibliothèques municipales, mais que les bibliothèques populaires avaient touché sans aucune diminution les subventions annuelles. Il ressort donc de ces faits que les bibliothèques populaires doivent pour légitimer la subvention de 34. 000 francs qui leur est allouée, faire de leur mieux pour la mériter, entre autres q’il faut s’occuper de multiplier les conférences qui sont un enseignement oral ajouté à l’enseignement écrit37.

Notons enfin que la fonction de Vorbe au Conseil municipal lui permet d’inciter ses collègues à voter l’acquisition de livres pour les bibliothèques de la ville. C’est ainsi que, selon La Petite République, il fait acheter en 1899 cent exemplaires de L’idéalisme social d’Eugène Fournière. Ce dernier, ” ouvrier bijoutier ; autodidacte ; journaliste notamment à La Revue socialiste, à La Petite République et à La Lanterne ; militant ouvrier et député socialiste ; coopérateur ; professeur à l’École polytechnique et au Conservatoire des Arts et Métiers38” est bien un personnage emblématique du combat de Vorbe pour une instruction émancipatrice …

« L’Idéalisme social ». Tout le monde connaît de nom le dernier et bel ouvrage de notre ami Eugène Foumière, que tout le monde aussi voudrait pouvoir lire, devinant par avance combien il doit y exprimer de belles idées, dans le style élevé, précis et élégant dont tous ses écrits portent la marque. Le Conseil municipal vient de voter l’acquisition de cent exemplaires de L’Idéalisme social pour les bibliothèques de la ville de Paris, après un rapport sympathique et élogieux de M. Vorbe, qui se termine ainsi : « Puissent le savoir et le grand souffle d’altruisme qui éclairent et vivifient le livre dont je vous entretiens, passer dans l’âme de ses lecteurs, et puissent ceux-ci être nombreux, pour le plus grand bien du présent et de l’avenir39. »

Le prochain et dernier billet sur la BAI-XIX évoquera les différentes actions de cette bibliothèque (cours, conférences…), et la constellation de savants et écrivains qui l’ont soutenue par des dons, lui permettant même d’ouvrir une annexe.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie II – LA BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLETTE)," in Bibliothèques populaires, 12/07/2019, https://bai.hypotheses.org/3316.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Voir les autres billets de ce carnet. []
  2. Voir les éléments biographiques donnés dans le billet précédent. []
  3. Le Globe, 2 octobre 1879. []
  4. On peut les consulter en ligne ici. []
  5. [Statuts], Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 19e Arrondissement. Paris, Imprimerie moderne Barthier, 1876. []
  6. Ibid. On notera que les statuts de 1911 (Bibliothèque des Amis de l’Instruction du19e Arrondissement (([Statuts], Bibliothèque des Amis de l’Instruction du19e Arrondissement. Paris, Imprimerie Georges Leroux, 1911), reviennent à la formulation de la BAI-III. []
  7. Ibid. []
  8. Ibid. []
  9. Dossier BAI-XIX, AVP.  Ces feuillets numérotés, portant des traces de reliure, ont visiblement été prélevés dans ce qui devait être un registre de délibérations. Nulle trace, par exemple, des délibérations initiales sous le Second Empire. []
  10. Exposé de la situation morale de la Bibliothèque populaire du 19e arrondissement. Rapport manuscrit d’Auguste Vorbe, janvier 1875. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  11. Exposé de la situation morale […], op. cit. []
  12. Voir prochain billet. []
  13. Compte-rendu de l’Assemblée générale de la Bibliothèque populaire du 19e arrondissement. Rapport manuscrit de Just Durgy. Vers juin 1877. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  14. La France, 30 mars 1878. []
  15. Le Temps, 18 février 1879 []
  16. La Lanterne, 18 décembre 1880. []
  17. Ibid. []
  18. Le Temps, 1 septembre 1882. []
  19. Le Siècle, 27 avril 1890. []
  20. Le Rappel.15 avril 1890. []
  21. Le Siècle, 16 décembre 1890. []
  22. La Croix, 22 mai 1891. []
  23. Maurice Marck, “Les rigolades laïques”, Le Petit Caporal, 23 mai 1891. []
  24. Le Figaro, 25 mai 1891. []
  25. Noël Amaudru, “Premières communions laïques”, Le Rappel, 2 mai 1892. Rappelons que la fusillade de Fourmies a eu lieu le 1er mai 1891, les propos de Vorbe font donc allusion à ce premier anniversaire d’un épisode sanglant et à la décision de la IIe Internationale en juillet 1889 de faire du 1er mai une journée d’action. []
  26. L’Écho de Paris, 3 juillet 1892. []
  27. Voir les billets de ce carnet de recherche. []
  28. Le Rappel, 1er septembre 1892. []
  29. La Petite République, 4 avril 1893. []
  30. La Libre Parole, 31 mars 1893. []
  31. La Libre Parole, 29 avril 1896. []
  32. Le Radical, 2 mai 1896. []
  33. Le Petit Journal, 14 septembre 1892 []
  34. Voir les différents billets de ce carnet. []
  35. Le Temps, 17 août 1876. []
  36. Le Petit Parisien, 25 février 1895. []
  37. Procès-verbal de l’Assemblée générale du 18 février 1894.Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  38. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76077, notice FOURNIÈRE Eugène [FOURNIÈRE Joseph, Eugène] par Justinien Raymond, version mise en ligne le 27 janvier 2010, dernière modification le 4 mai 2019. []
  39. La Petite République, 29 octobre 1899. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.