Les masses et le besoin d’instruction, une caricature sous le Second Empire

Plusieurs années du Charivari viennent d’être numérisées par Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF. Je ne résiste donc pas au plaisir de vous proposer la caricature ci-dessous, extraite du numéro du 18 mai 1870.

=> Cliquez sur l’image pour mieux la voir

Cham, “Actualités”, Charivari, 18 mai 1870.

Légendé “où l’autorité comprend le besoin de l’instruction des masses”, montrant un enseignant apprenant à un paysan à distinguer le oui du non,  ce dessin revient sur le plébiscite du 8 mai. Les citoyens ont dû répondre à la question :”« Le peuple approuve les réformes libérales opérées dans la Constitution depuis 1860 par l’Empereur, avec le concours des grands corps de l’État, et ratifie le sénatus-consulte du 20 avril 18701. » Le “oui” (7 358 000 suffrages) l’a très largement emporté sur le “non” (1 538 000), grâce au vote des campagnes notamment. Cette victoire est dénoncée par une partie des républicains qui soulignent que les populations les plus modestes ont été amenées à voter “oui”, faute d’une instruction suffisante pour s’émanciper intellectuellement.

Cham ironise donc à la fois sur les conditions du plébiscite et sur la politique d’instruction du Second Empire. On a déjà en effet rappelé à diverses occasions dans ce carnet qu’une grande partie de l’effort d’instruction était alors pris en charge  par des particuliers et des associations – dont les bibliothèques populaires …

  1. Voir Choisel, F. (2008). “La procédure de révision constitutionnelle (1852-1870)“. Parlement[s], Revue d’histoire politique, hs 4(3), 50-68. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.