La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie III – de nombreux donateurs autour du Bibliophile Jacob et d’Auguste Vorbe)

On a vu dans deux billets précédents (billet 1 et billet 2) combien la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe Arrondissement de Paris (BAI-XIX) a bénéficié pendant plus de trente années du soutien sans failles de l’un de ses fondateurs, Auguste Vorbe, fondeur de la rue d’Allemagne, républicain, et conseiller municipal. À la tête du Syndicat des bibliothèques populaires dans le milieu de la décennie 1890, il parvient à obtenir des subventions municipales  conséquentes pour ses bibliothèques “préférées” (voir billet précédent). Il souligne que l’argent doit servir à soutenir les actions permettant le rayonnement des bibliothèques populaires comme les conférences, les cours et les sorties instructives. En effet, dès la fondation de la BAI-XIX, il n’a eu de cesse de permettre un transfert des savoirs, des compétences et des ouvrages entre un réseau intellectuel dans lequel il a trouvé sa place et un peuple parisien privé d’un accès facile à l’instruction. Ce billet se propose d’explorer les liens qu’Auguste Vorbe a tissés avec différents auteurs afin d’obtenir de nombreux ouvrages pour la BAI-XIX.

Fonderie : publication bi-mensuelle : revue technique et pratique du métallurgiste et du fondeur Éditeur : (Paris) Date d’édition : 1920-01. Gallica (BnF).

I/ Vorbe et le bibliophile Jacob (Paul Lacroix), donateur hors normes

En 1884, Auguste Marcade, qui détaille les dons consentis par Paul Lacroix à différentes bibliothèques, fait la remarque suivante :

Il a donné quatre ou cinq mille volumes à sa bibliothèque des Amis de l’instruction, à la Villette, dont il peut se considérer comme le fondateur et dont il est président ; président honoraire plutôt qu’effectif, désormais, car il n’y va plus, trouvant le milieu « trop républicain » pour lui. Il se plaît, du reste, à reconnaître l’honnêteté, le désir d’apprendre, la délicatesse de sentiments même qu’il a remarqués dans ce milieu « trop républicain1. »

Ces indications sont précieuses et permettent de mieux comprendre, quand on les croise avec d’autres documents, les rapports de Paul Lacroix avec la BAI-XIX. Rappelons que la BAI-XIX est fondée par des habitants du quartier de La Villette, artisans pour la plupart. Leur appartenance sociale et leurs convictions politiques les compromettant aux yeux des autorités, ils se sont placés sous la protection de personnes moins suspectes à l’administration du Second Empire2. On manque de renseignements précis (pour le moment… appel aux bonnes volontés !) sur la rencontre entre Paul Lacroix et la BAI-XIX, mais on sait qu’en 1876 il en est le président honoraire et bienfaiteur et que la bibliothèque se réclame hautement  de cette protection (voir ci-dessous).

Conseil d’administration de la BAI XIX en 1876. BnF. Cote : 8 Q 38. Cliché Agnès Sandras.

En effet, Paul Lacroix est non seulement le conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal depuis 18563 mais il est aussi à la ville le célèbre Bibliophile Jacob, auteur de nombreux romans historiques ou de mœurs et aussi d’ouvrages érudits4. Sa collaboration avec divers hommes de Lettres (notamment Dumas), ou des historiens comme Henri Martin, sa fréquentation des éditeurs qui le publient, des lecteurs qui défilent pour le solliciter à l’Arsenal, ont certainement nourri le réseau de la BAI-XIX. Lors de son décès, on rapporte dans les journaux que :

Les nombreux amis du défunt, les employés de la Bibliothèque [de l’Arsenal], la Bibliothèque populaire du XIXe arrondissement avaient envoyé des couronnes et des bouquets sous lesquels disparaissait le drap mortuaire5.

Paul Lacroix a d’ailleurs dit toute son affection (quelque peu condescendante ?) pour la BAI-XIX dans une préface des Amoureux du livre de François Fertiault publiée en 18776 :

Je désire pourtant ajouter ici, comme corollaire, un petit Éloge du Livre, lequel n a pas encore été imprimé et qui fut lu, il y a quelques années, dans une réunion composée d’auditeurs bienveillants, qu’on pouvait mettre, ce jour-là, au nombre des Amoureux du Livre.
C’étaient les fondateurs, les administrateurs et les membres associés d’une Bibliothèque populaire, à laquelle j’ai donné tant de livres, qu’il m’a bien fallu accepter le titre de président honoraire de l’administration de cette Bibliothèque, qui a son siège dans un des quartiers les plus excentriques de Paris, à La Villette. Vous voyez que les Amoureux du Livre sont partout, grâce aux progrès des lumières, que les incendies de la Commune, au pétrole, ont probablement augmentées et multipliées.
Dans tous les cas, ma Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement a eu la chance d’échapper à ces incendies, qui ont détruit ma Bibliothèque de Motteley, que j’avais fait léguer à l’État, et que feue la Bibliothèque du Louvre avait adoptée comme une pauvre petite orpheline.
La Bibliothèque de Motteley était la plus précieuse et la plus riche du monde en reliures historiques, en éditions elzéviriennes, en beaux exemplaires dans leurs raretés et en curiosités bibliographiques ; la Bibliothèque de La Villette contient plus de 4,000 volumes, qui sont bons à lire et qui ne craignent pas beaucoup d’être maltraités par le lecteur.

[…] Voici donc ce que je disais à nos Amoureux du Livre de La Villette :

Oui, Messieurs, comme moi, vous aimez les livres, puisque vous vous êtes associés non-seulement pour créer une Bibliothèque à votre usage, mais encore pour distribuer fraternellement les bienfaits de cette Bibliothèque à quiconque n a pas de livres et vous demande sa part de ce pain spirituel, aussi nécessaire à l’esprit que le pain matériel l’est au corps.
Mais si je m’étonne et me réjouis de tout ce qu’on peut trouver dans un seul livre, ce n’est pas pour vous dissuader, pour vous empêcher d’avoir beaucoup, beaucoup de livres. Au contraire, je demande, Messieurs, que votre Bibliothèque soit nombreuse, en restant bien choisie ; je désire qu’elle réunisse une utile et agréable variété d’ouvrages, qui puissent convenir à tous les goûts, à tous les âges, à toutes les positions, à tous les besoins. Une bibliothèque publique, si modeste quelle soit, doit mériter la belle devise que s’était attribuée un facétieux écrivain du XVIe siècle, Étienne Tabourot : « A tous accords7

Plus intéressant encore, le Bibliophile Jacob raconte avoir organisé les fonds de la BAI-XIX, et son récit semble plausible. On imagine en effet que les fondateurs de cette bibliothèque ne pouvaient guère refuser à leur donateur principal, conservateur de la bibliothèque de  l’Arsenal, coutumier des catalogues, de structurer le classement. C’est ainsi que la BAI-XIX a un cadre de classement débutant par la théologie, alors que les autres BAI avaient soigneusement mis en place un ordre évitant de donner une place à la théologie, voire même s’étaient limitées pour certaines dans leur choix d’ouvrages de religion à la Bible, accompagnée du Coran. Dans ce texte, Paul Lacroix confirme aussi que la BAI-XIX est une bibliothèque fondée par des libre-penseurs dont il partage seulement le goût du livre et de l’instruction …

C’est d’après ce principe fondamental que j’avais organisé cette Bibliothèque de La Villette, qui renferme la plupart des livres nécessaires qu’il faut avoir pour représenter les cinq classes du système bibliographique de notre savant libraire Gabriel Martin : Théologie, Jurisprudence, Sciences et Arts, Belles-Lettres, Histoire. Ce système bibliographique est encore le meilleur, le plus logique et le plus simple qu’on puisse appliquer à la formation d’une Bibliothèque. Grâce audit système, force a été d’admettre naturellement des livres de théologie, dans une Bibliothèque créée par des libres-penseurs (je m’en excuse et m’en lave les mains) ; ces livres de théologie ne sont pas nombreux, une cinquantaine de volumes au plus, un peu de Bossuet, de Fénelon et de Massillon, la Bible, le Nouveau Testament, l’Imitation de Jésus-Christ. C’est assez joli, n’est-ce pas, pour des libres-penseurs, braves gens, honnêtes gens, du reste, qui me permettent de croire en Dieu, comme vous, mon ami8.

Les innombrables occupations de Paul Lacroix donnent à penser que ses liens avec la BAI-XIX ont dû se limiter aux conseils qu’il prodiguait volontiers à ceux qui venaient le voir à la bibliothèque de l’Arsenal et à de nombreux dons.  Dans les précédents billets, on a d’ailleurs vu que ces dons avaient incité les membres du Conseil à faire de Lacroix leur président d’honneur et à mentionner les donateurs dans leurs compte-rendus. Les rares compte-rendus parvenus jusqu’à nous confirment cette pratique et nous permettent dé découvrir des donateurs connus. En 1875, le compte-rendu de l’année précédente dressé par Vorbe mentionne :

Ainsi que nous venons de le faire remarquer notre Bibliothèque possède près de 4000 volumes. Nous devons principalement, vous le savez, cette bonne et prompte fortune à un écrivain considérable, le Bibliophile Jacob, qui, par ses nombreux travaux et ses constants bienfaits, mérite une place distinguée dans les cœurs de tous les amis de l’instruction et dans le livre d’or de la reconnaissance publique.

Les écrivains qui, cette année, après notre Président honoraire, nous ont donné quelques ouvrages sont les suivants :

Victor Hugo, nous a offert son dernier roman. 93. MM. Ernest Legouvé, de l’Académie française, de Comberousse, Ernest Flammarion, le Comte de Paris, le duc de Chartres, Mesdames Eugène Riom et Agénor de Gasparin.

Trois sociétés qui ont toutes les plus vives sympathies des gens de bien, la Société des ancien élèves des écoles nationales des Arts et métiers, la Ligue de l’Enseignement et la Société Franklin, nous ont aussi fait plusieurs dons de livres. D’autres personnes bienveillantes qui s’intéressent beaucoup au succès de notre institution ont encore contribué à augmenter notre Bibliothèque Ce sont MM. Fontaine ancien administrateur du bureau de bienfaisance du 19e, Lemerre éditeur, Auzende, l’artiste distingué dont l’excellent et généreux concours nous est toujours assuré, Eugène Pitu, secrétaire de Jules Claretie, Crémer ex général, et notre vénéré Président M. Mallet9.

Après la mort de Paul Lacroix, son neveu Jean-Baptiste Guilhiermoz écrit le 4 novembre 1884 au comité de la BAI-XIX :

Messieurs,

Exécuteur testamentaire de mon regretté oncle Paul Lacroix  Bibliophile Jacob, j’ai l’honneur de porter à votre connaissance le & suivant de son testament :

Quant aux volumes en mauvais état quoi qu’intéressant dont le catalogue ne devrait pas faire mention, on les donnera de ma part à la Bibliothèque des amis de l’Instruction créée sous mes auspices à la Villette, et dont je suis bibliothécaire président honoraire. On pourra ajouter à ce don les doubles exemplaires qui peuvent se trouver parmi mes livres10.

Le 12 juillet 1885, Guilhiermoz remercie le président de la BAI-XIX  pour l’envoi d’une décharge et exprime sa “véritable joie d’avoir été à même d’apprécier les nobles sentiments de ceux qui consacrent leurs soins à cette Bibliothèque des amis de l’instruction du XIXe arrondissement à laquelle le bon Bibliophile Jacob portait un si vif intérêt11”.

Des donateurs reflétant le réseau des Bibliothèques des Amis de l’Instruction

On savait déjà par les mentions des donateurs relevées dans quelques documents imprimés des BAI, par les délibérations et correspondances des bibliothèques d’Épernay et de Vernon12 que les donateurs ont été nombreux autour des premières bibliothèques les plus “médiatisées”. Dons militants pour certains, dons philanthropiques pour d’autres, voire même “désherbage” de bibliothèques privées, s’additionnent et compliquent parfois la tâche des fondateurs, car les fonds peuvent devenir peu équilibrés et/ou susciter la méfiance des autorités par leur coloration politique.

Même incomplètes (voir les billets précédents), les archives de la BAI-XIX nous renseignent sur l’importance des réseaux des fondateurs des bibliothèques populaires pour alimenter les fonds. Rappelons en effet que les livres sont encore chers dans les décennies 1880-1880 et que les modestes cotisations des adhérents ne peuvent suffire  à constituer des collections suffisantes. L’appel aux générosités est donc systématique et lancé en amont de l’autorisation administrative. Les archives de la BAI-XIX permettent de reconstituer très partiellement le travail constant d’Auguste Vorbe pour solliciter des ouvrages auprès des hommes de lettres, et des auteurs  apportant un bagage politique ou scientifique d’actualité. Certaines réponses indiquent que leurs auteurs connaissent déjà Vorbe, soit dans le cadre des différentes manifestations des BAI, soit dans le cercle positiviste.

La plupart des correspondants saluent et encouragent l’œuvre d’instruction populaire ainsi engagée. Ainsi, le consul des États-Unis, Benjamin Franklin Peixotto, fait parvenir en  1881 sa traduction du Général James A. Garfield, 20e Président des États-Unis  en priant le comité de “le compter toujours parmi les amis de votre excellente bibliothèque populaire13.” Vorbe semble avoir été inlassable dans sa quête d’ouvrages, sollicitant les personnalités comme les auteurs les plus obscurs. Par exemple, il demande et obtient du docteur Frenand Lalesque sa thèse de médecine (Études critiques et expérimentales sur la circulation pulmonaire, 1881), dont on peut douter qu’elle a rencontré un franc succès auprès des lecteurs14. Sollicité pour ce qui semble avoir été son unique réalisation (La Nature et la morale, 1884), E. Paul Guilly réclame qu’on lui indique avec franchise si son ouvrage est “demandé et médité par les lecteurs15”.

J’ai identifié parmi les correspondants sollicités pour donner leurs ouvrages, des militants ou soutiens actifs des bibliothèques populaires et de l’instruction populaire, des hommes politiques, divers scientifiques et des hommes de lettres. Les femmes semblent peu présentes, mais leur absence peut provenir d’une sélection opérée a posteriori dans la correspondance, puisque celle-ci est incomplète16. Voici donc les exemples les plus intéressants et/ou les plus surprenants de cette correspondance.

 

  • Le fouriériste François Cantagrel réagit avec intérêt à une demande d’ouvrages en octobre  1869. Il indique  à Vorbe :

Cher citoyen,

Prenez donc la peine de passer au matin de bonne heure chez moi, 19, rue du Sommerard.

Je n’aurai que peu de chose à offrir à votre bibliothèque ; mais nous aurons le plaisir de faire connaissance et de causer ensemble de votre fondation. Demain dimanche, par exemple17.

Ce petit mot confirme l’intérêt des fouriéristes (ou anciens fouriéristes) pour les bibliothèques populaires, déjà connu dans d’autres BAI18 ou dans les  bibliothèques populaires de Saint-Étienne19.

  • Auguste Vermorel, socialiste, journaliste d’opposition qui a connu de nombreux emprisonnements, future personnalité de la Commune, invite à faire prendre son “dernier ouvrage” chez  son éditeur, en novembre 186920.

Son désir le plus vif eût été de contribuer, avec vous, comme vous le lui demandez, à l’émancipation intellectuelle  dont vous poursuivez courageusement la complète réalisation.

Seule, une impossibilité matérielle l’arrête, la voici – et en vérité je ne sais si il ne faut pas s’en applaudir plutôt que de s’en attrister -. C’est que le nombre de demandes semblables à la vôtre se multiplient tellement de tous les coins de la France qu’il est désormais impossible à M. Garnier-Pagès d’offrir gratuitement, comme il le voudrait, son histoire de 1848.

Dans le but cependant de mettre cet ouvrage à la disposition des bibliothèques populaires, M. Garnier-Pagès vient de s’entendre avec son éditeur (édition illustrée), M. Dégorce-Cadot 70 rue Bonaparte, afin que l’ouvrage soit livré à prix de revient à toutes les bibliothèques populaires qui en feront la demande21.

Les liens sont étroits entre certains des fondateurs et appuis des premières BAI comme Édouard Charton, Anthime Corbon, Anne-Charles Hérisson, et Garnier-Pagès et son gendre. Ils ont en effet été  impliqués à des degrés divers dans le Procès des XIII  en 186422.

  • Jules Claretie répond de manière très positive “aux citoyens organisateurs de la bibliothèque du 19 e arrondissement” en mars 1870 :

Citoyens,

Je vous ferai parvenir sous peu de jours les volumes que vous me demandez. Je vous remercie de me faire participer à votre œuvre de progrès, de moralisation et de liberté. Il arrivera sans doute que je pourrai, par la suite, vous offrir non seulement mes ouvrages, mais ceux de mes amis et confrères. Nous en avons toujours en double. Je vous les adresserai. C’est par la lecture, c’est par la popularisation de la science qu’on arrive à  l’affranchissement définitif. Vous le comprenez et le dites fort bien. Donc, citoyens, à bientôt et croyez moi tout à vous d’un vif dévouement. Salutations fraternelles23.

André Gill, “L’auteur de La Révolution. Jules Claretie”, L’Eclipse, 6 juillet 1873.  Gallica (BnF).

Il est cependant à remarquer que quelques mois plus tard, chargé durant le Siège de 1870 de réfléchir à l’organisation de bibliothèques communales24 pour aider à la “victoire sur l’ignorance”, Jules Claretie remet un long “Rapport sur la fondation d’une bibliothèque communale et d’une salle de lectures et conférences dans chacun des arrondissements de Paris“.  Il y dépeint le peu d’efforts du Second Empire, souligne le rôle pionnier des BAI et de Girard, mais se montre critique quant à leurs réalisations. Il préconise en effet pour les bibliothèques communales à venir des fonds soigneusement composés par acquisitions et la gratuité du prêt, toutes choses que les BAI, faute de moyens suffisants n’ont pu alors réaliser. On notera enfin que s’il cite les différentes BAI existantes, il oublie la BAI-XIX (!). La seule qui trouve vraiment grâce à ses yeux est la BAI-XVIII :

Le 18e arrondissement possède une bibliothèque remarquable, installée, non pas à la mairie de Montmartre, mais à la Chapelle, dans le local de l’ancienne mairie. C’est une bibliothèque des Amis de l’instruction, due à l’initiative privée et devenue bibliothèque municipale. Elle compte environ 2,000 volumes, mais elle fonctionne comme toutes les bibliothèques des Amis de l’instruction ; elle est ouverte le soir de sept heures et demie à neuf heures et demie, dimanches et fêtes exceptés. On en peut emporter les livres moyennant une cotisation mensuelle de 50 centimes pour les hommes et de 25 centimes pour les femmes. Elle n’est point gratuite comme celles que nous voulons fonder25.

  • Toujours en mars 1870, Charles Delescluze (qui sera une des personnalités de la Commune) donne l’ouvrage qu’il vient de publier sur la déportation politique  qu’il  a vécue à Cayenne. Sa lettre (en-tête du journal Le Réveil qu’il dirige, organe d’opposition favorable à l’AIT) le dit “trop heureux de pouvoir faciliter votre œuvre26”.
  • Vorbe reçoit en février 1871 des encouragements du juriste Édouard Laboulaye, professeur au Collège de France, publiciste opposé à l’Empire,  et  co-fondateur avec Jean-Baptiste Girard de la BAI-V en 1863 :

Monsieur,

J’écris à M. Charpentier, mon éditeur, de vous envoyer quelques uns de mes livres, je souhaite qu’ils puissent intéresser ou amuser vos lecteurs. J’applaudis à votre excellente idée d’instruire le peuple et je me dis avec une parfaite sympathie votre tout dévoué Ed. Laboulaye27.

  •  l’aliéniste Désiré-Magloire Bourneville envoie en 187828 à la BAI-XIX le rapport qu’il a rédigé pour le Conseil municipal de Paris sur les bibliothèques populaires (sa lettre porte l’en-tête du Progrès médical qu’il a fondé). Le rapport en question est en effet très  favorable aux bibliothèques populaires, et critique vivement l’Ordre moral qui a freiné le développement de ces structures29.
Demare, “Docteur Bourneville”, Les Hommes d’aujourd’hui. N°   157. Gallica (BnF).
  • D’après un courrier daté de mars 1883, Hermione Quinet fait don à toutes les bibliothèques populaires de Paris à chaque date anniversaire de la mort de son mari (Edgar Quinet) des ouvrages de celui-ci parus dans l’année30.
  • Le directeur du Bulletin de l’enseignement supérieur populaire envoie 25 exemplaires du premier numéro en 1894 à la BAI-XIX. Ce journal hebdomadaire (1894-1895) est destiné aux auditeurs des cours d’adultes financés par la ville de Paris. Il est rédigé par  « un comité d’hommes de lettres, médecins, philosophes, économistes, mathématiciens et professeurs des grandes associations d’éducation et d’enseignement populaires31 ».
  • Notons également que Jules Radu fait hommage de son  ouvrage en 1881 en se déclarant “heureux de m’associer à votre œuvre32”. Il s’agit de Nouvelles méthodes. Lecture, écriture, calcul, grammaire, géographie, histoire générale, un ouvrage grâce auquel Radu prétendait offrir au peuple l’essentiel des connaissances nécessaires. L’ouvrage a eu un indéniable succès dans la seconde moitié du XIXe siècle33.
  • Un courrier de Théodule Ribot (un des pères de la psychologie),  daté du 18 avril 1884 porte l’en-tête de la Revue philosophique dont il est le fondateur34. Il fait don de son ouvrage  L’Hérédité, étude psychologique sur ses phénomènes, ses lois, ses causes, ses conséquences (1873).
  • Un courrier émane de la Librairie des sciences psychologiques, laquelle  veut bien offrir des livres à la BAI-XIX mais préfère préciser “pour éviter qu’il y ait surprise” qu’elle publie essentiellement des ouvrages sur la question spirite35.
  • Un bon de la librairie Serrière permet de  délivrer à M. Auguste Vorbe, vice-président de la bibliothèque (…) ” 12 volumes des Questions de mon temps de M. Émile de Girardin36.
  • Une lettre d’Alfred Barbou37 donne une suite favorable à la demande qui lui a été faite d’adresser son ouvrage sur Victor Hugo à la BAI-XIX (1882).
  • Une lettre de l’historien Paul Gaffarel adressée à Vorbe en 1884 accuse réception de la demande de son ouvrage sur les colonies françaises pour “l’œuvre excellente que vous dirigez38”.
  • Une lettre  provient de H. Gaston “délégué de la bibliothèque  du 13e arrondissement au syndicat des bibliothèques libres” qui envoie son ouvrage Dieu, voilà l’ennemi ! à la BAI-XIX en espérant qu’elle “voudra bien l’accepter39”. Cet ouvrage et les conférences qui en ont été tirées  ont en effet été vivement critiqués40 par les catholiques mais aussi par les journaux de la droite traditionaliste pour son contenu anticlérical et parce que Gaston était franc-maçon.
Annonce d’une conférence répondant à celle de Gaston. Le Matin, 30 août 1884. Gallica (BnF).

Rappelons enfin des lettres déjà évoquées dans un précédent billet, celles de la Société Franklin41. Six de ces sept courriers sont conformes à ceux habituellement échangés entre la Société Franklin et les bibliothèques populaires naissantes : conseils délivrés par la Société  Franklin pour l’acquisition de livres ; adhésion de la bibliothèque à la Société. Toutefois deux  sont signées par Jean-Baptiste Girard, fondateur de la première Bibliothèque des Amis de l’Instruction42, et indiquent que Girard et Vorbe se connaissent bien puisque le premier signe “votre tout dévoué Girard”.  Elles apportent des connaissances supplémentaires sur l’activité de Girard dans la Société Franklin et son attitude face aux événements de 187043. La seconde est  rédigée à un moment-clé de la guerre de 1870, le 31 octobre. Apprenant la capitulation de Bazaine et d’autres nouvelles fleurant la capitulation, une partie du peuple parisien tente de se soulever. Belleville n’est pas en reste… Il n’est donc pas surprenant que le jeune républicain Vorbe propose que les BAI se cotisent pour acheter les canons qui font défaut à Paris. Girard lui répond prudemment que “l’idée que vous avez d’établir un canon par les bibliothèques populaires à titre de protestation, et aussi de défense nationale est excellente” mais lui semble peu réalisable44.

Ce courrier témoigne peut-être d’une conception différente chez les deux hommes du rôle socio-politique des bibliothèques populaires. Il semblerait (mais il faudrait trouver à nouveau des documents pour confirmer ou infirmer cette hypothèse) que Girard a fondé les bibliothèques populaires en 1861  pour permettre au peuple de s’émanciper par la lecture, et a mis tout son savoir mutualiste au service de cet idéal, avec des statuts associatifs soigneusement pensés et un catalogue équilibré, construit certes à partir de dons mais aussi d’acquisitions. Vorbe installe la BAI-XIX en 1868-69 dans un climat politique différent et en fait bientôt un instrument au service des républicains de La Villette (voir billets précédents). Les dons évoqués plus haut auraient sans doute occasionné de sérieux ennuis à la BAI-XIX de la part de l’administration impériale si la Guerre de 1870 n’avait pas éclaté. On découvrira aussi dans le prochain billet que les conférences organisées par la BAI-XIX reposent sur le double réseau républicain militant et positiviste de Vorbe.

Cite this article as: Agnès Sandras, "La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie III – de nombreux donateurs autour du Bibliophile Jacob et d’Auguste Vorbe)," in Bibliothèques populaires, 21/08/2019, https://bai.hypotheses.org/3359.

 

 

  1. Auguste Marcade, “Le cabinet du Bibliophile Jacob”, Le Supplément littéraire du Figaro, 30 août 1884. []
  2. Sur les soucis rencontrés par les fondateurs des bibliothèques populaires sous le Second Empire, voir les différents billets de ce carnet. []
  3. Rémi Verron, « Paul Lacroix, conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal ? », Littératures, 75 | 2016, 71-83. []
  4. Paul Lacroix, “l’homme-livre” du XIXe siècle  sous la direction de Marine Le Bail et Magali Charreire. Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2016. []
  5. Paul Lacroix, bibliophile Jacob (1806-1884). Librairie du bibliophile, Paris,1885. []
  6. François Fertiault, Les amoureux du livre. Sonnets d’un bibliophile. Fantaisies d’un bibliomane. Commandements du bibliophile. Bibliophiliana  ; préface du bibliophile Jacob (Paul Lacroix) ; 16 eaux-fortes par Jules Chevrier. Paris, Claudin, 1877. []
  7. Préface du bibliophile Jacob (Paul Lacroix) aux Amoureux du Livre, op. cit. []
  8. Ibid. On peut voir les corrections manuscrites de Paul Lacroix sur les épreuves de cet article conservées par la Médiathèque numérique de Montpellier ici. []
  9. Exposé de la situation morale de la Bibliothèque populaire du 19e arrondissement. Rapport manuscrit d’Auguste Vorbe, janvier 1875. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  10. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  11. Ibid. []
  12. Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014 ; « Les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement : Hortes et Vernon », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, op. cit. ;  « La Bibliothèque (populaire) communale de Vernon : une tentative originale de transmission des savoirs dans une petite ville de province sous le Second Empire libéral », 143e congrès du CTHS (La transmission des savoirs), Paris, 2018 ; et les différents billets de ce carnet. []
  13. Ibid. []
  14. Ibid. []
  15. Ibid. []
  16. La correspondance avait été numérotée à l’origine, vraisemblablement par années. Seules quelques lettres subsistent, dans le don fait aux ADVP. []
  17. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  18. Voir Bernard Desmars, “Des cours et des bibliothèques pour changer le monde ? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875)”, in Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 – Perspectives françaises et internationales, édité par Carole Christen et Laurent Besse, Presses du Septentrion, 2017 ; et une conférence à la BAI-III en 2013 sur les bibliothèques populaires et les fouriéristes que l’on peut réécouter ici. []
  19. Voir Agnès Sandras, “Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires”, in Bibliothèques en utopie : les premiers socialistes et la lecture au XIXe siècle [dir. Nathalie Brémand]. A paraître prochainement aux Presses de l’enssib. []
  20. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  21. Ibid. []
  22. Voir Agnès Sandras, “La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI),” in Bibliothèques populaires, 16/05/2019. []
  23. Ibid. []
  24. Voir Guérin, Denis. « La Lecture publique à Paris au XIXe siècle ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1983, n° 2, p. 143-153. []
  25. Rapport de M. J. Claretie à M. Jules Ferry, membre du Gouvernement de la Défense nationale, délégué à la mairie de Paris et à l’administration du département de la Seine, sur la fondation d’une bibliothèque communale et d’une salle de lectures et conférences dans chacun des arrondissements de Paris. Publié au Journal officiel du samedi 26 novembre 1870. []
  26. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  27. Ibid. []
  28. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  29. Rapport présenté par M. BOURNEVILLE, au nom de la 4e Commission, sur l’art. 10 du Chap. XXII des Dépenses du Budget de 1878. (Subventions aux bibliothèques populaires). Annexe au procès-verbal de la séance du 10 novembre 1877. []
  30. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  31. Ibid. []
  32. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  33. Voir Agnès Sandras, “Enjeux éditoriaux des lectures populaires : le cas de Jules Radu et des bibliothèques communales (1846-1852),” in Bibliothèques populaires, 11/02/2018. []
  34. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  35. Ibid. La demande avait sans doute été faite en toute connaissance de cause par l’interlocuteur de la BAI-XIX. Plusieurs fondateurs des bibliothèques populaires se sont intéressés au spiritisme, ce qui a pu renforcer les griefs que leurs ont adressés les  traditionalistes sous le Second Empire. []
  36. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  37. Ibid. []
  38. Ibid. []
  39. Ibid. []
  40. Voir par exemple ici le compte-rendu du Figaro. []
  41. Voir Etienne Naddeo : “La Société Franklin, une rencontre “des deux mondes” ?,” in Bibliothèques populaires, 13/04/2016. []
  42. Voir Agnès Sandras, “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?,” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017. []
  43. Ibid. []
  44. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.