Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit

Portrait de Georges de Peyrebrune, In Mes Contemporaines par Camille Delaville, Paris, P. Sévin, 1887. Cliché de l’auteur.

Michel Blanc, de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement de Paris (BAI-III), est la première personne qui m’a exprimé son intérêt pour ce manuscrit et m’a suggéré de le publier en ligne. Qu’il en soit ici remercié. Il en fait une brève présentation (voir l’encadré ci-dessous) avant la transcription, et propose quelques remarques conclusives à la suite de notre analyse de ce texte.

Jean-Paul Socard

Présentation

Le jeudi 3 mai 2018, nous avons pu assister à la BAI-III, au 54 rue de Turenne, à une conférence[1] de Jean-Paul Socard sur la remarquable femme de lettres, dont il avait proposé auparavant une riche étude biographique : Georges de Peyrebrune.[2] Poursuivant ses recherches à Périgueux, notre « Ami de l’Instruction » a exhumé le texte manuscrit d’une conférence de cette authentique pionnière du féminisme et ardente libre penseuse. Il l’a retranscrite dans son intégralité.

Nous avons une connaissance très imparfaite des conférences qui ont eu lieu dans le foisonnement des bibliothèques populaires. Nous disposons certes de quelques discours prononcés à l’occasion d’une inauguration, d’une remise de prix, d’une soirée de soutien ; d’affiches ou d’annonces, de comptes rendus de presse retrouvés : autant de précieux témoignages exhumés peu à peu. Nous pouvons alors savoir ou rechercher qui a parlé, de quoi et à quel endroit ?[3] Mais ce qui nous manquait encore, c’est la matière entière d’une conférence produite par une personnalité attendue, devant un public rassemblé dans une BAI et bien sûr dans un contexte précis. Grâce à Georges de Peyrebrune et Jean-Paul Socard ce sera chose faite. Le plus pertinent me semble-t-il est de prendre connaissance du texte soigneusement rédigé par l’oratrice puis de la notice et de l’analyse de Jean-Paul Socard lui-même. Enfin, nous avons tenté, à sa demande, de produire quelques remarques conclusives.

Michel Blanc

[1] Cette conférence est ré-écoutable à partir du « kiosque à conférences » sur le site bai.asso.fr

[2] Voir l’ouvrage : Georges de Peyrebrune, 1841-1917, Itinéraire d’une femme de lettres du Périgord à Paris, Périgueux, Ed ARKA, 2011. Précisons que c’est notre conférencière de février 2018 (conférence ré-écoutable) Françoise Vaysse, qui présentant ses nouveaux travaux sur Mme de Rute concernant la  Nouvelle Revue internationale fondée par cette dernière, nous révéla l’importance de G. de Peyrebrune, collaboratrice célèbre à cette revue et nous a permis d’entrer en contact avec Jean-Paul Socard

.[3] Pour s’en tenir au seul exemple des conférences à teneur « positiviste » : voir la conférence (ré-écoutable) d’Annie Petit, de novembre 2014, sur le site bai.asso.fr et ses travaux publiés dans la revue annuelle de la Maison d’Auguste Comte. Voir aussi le prolongement de ces recherches montrant la participation des positivistes aux conférences des bibliothèques populaires par David Labreure et le point qu’il a proposé récemment sur ce carnet de recherches. Notons enfin que de nombreuses recherches publiées par Agnès Sandras, d’autres contributrices et contributeurs, toujours sur ce carnet, permettent d’éclairer, en divers lieux et temps, les prises de parole vouées à la vie, au soutien ou à la reconnaissance des bibliothèques populaires libres ou indépendantes.

 

Annonce des conférences de la BAI-XV en 1877. BHVP. Cliché fourni par l’auteur.

Pour lire la conférence de Madame de Peyrebrune, cliquez ici

Quelques pages du manuscrit de la conférence. Périgueux. Clichés fournis par l’auteur.

Analyse du texte

Ce Plaidoyer pour une émancipation des consciences, pour une révolution pédagogique et pour l’émergence d’une morale laïque  est signé de Georges de Peyrebrune.

Qui était-elle ?

Elle connut la notoriété parmi les femmes-écrivains durant la deuxième partie du XIXe siècle, et elle figure aussi au nombre des grandes oubliées de notre histoire littéraire. Georgina Elisabeth de Peyrebrune doit son nom à un petit hameau de Dordogne, Peyre-Brune où, fille naturelle elle nait le 24 mai 1841. Ce n’est pas à proprement parler un pseudonyme puisque c’est ce que mentionne son acte de naissance. Son père, qui n’a pas souhaité la reconnaître, est un riche propriétaire terrien du voisinage. La fortune de ce dernier permet, dans le secret, de subvenir à l’éducation de la jeune fille dans l’une des institutions religieuses de Périgueux.

Elle épouse le 28 janvier 1860 Paul Numa Eimery, originaire de Chancelade, près de Périgueux. Ce n’est pas un mariage d’amour, il ne se développera pas en union heureuse. Elle l’évoque, dans l’un de ses romans comme un réel traumatisme.

Très tôt elle manifeste un don et un goût pour l’écriture. Elle rédige quelques poèmes, certains sont remarqués et publiés dans la presse régionale.

Aux lendemains de la guerre de 1870 et de la Commune, elle vient s’installer seule à Paris avec, écrira-t-elle « plusieurs manuscrits dans son sac de voyage ». Grâce à certains contacts et recommandations, elle fait ses premiers pas dans le monde littéraire parisien, jungle misogyne qu’elle décrira dans Le roman d’un Bas-bleu (1892). Avec grande lucidité elle y dépeint et y dénonce toutes les formes de harcèlement et de chantage de la part des éditeurs et directeurs de revues. Son roman Marco que la Revue des deux Mondes fait paraître en 1881 suscite beaucoup d’intérêt et d’interrogations sur son auteur et lui assure un premier succès. Des nouvelles d’elle paraissent aussi dans divers journaux en vogue.

Elle deviendra au fil des années 1880 une grande dame de la littérature et son rythme de production littéraire est alors très soutenu : Victoire la rouge et Jean Bernard en 1883, Les frères Colombe en 1885, Les Ensevelis en 1887. Ces textes paraissent chez les grands éditeurs de l’époque. Son succès va grandissant. Elle publie aussi dans La Revue Bleue, Le Télégraphe, Le Figaro, Le Journal ou encore La Fronde de Marguerite Durand. Femme de lettres très en vue, elle tient pendant quelques années salon sur l’île Saint-Louis à Paris, un lieu où dit-on « il se dépensait beaucoup d’esprit »[1].

Son thème de prédilection c’est la peinture de la féminité douloureuse. En décrivant ces destins de femmes elle pose les premiers jalons d’un certain féminisme dont elle sera l’une des pionnières. Elle devient une personnalité dont l’avis et les conseils sont prisés. Ses proches amies sont Camille Delaville, Rachilde, Gabrielle Réval, ou encore Mme Rattazzi et Séverine. Elles se consultent, confrontent leurs points de vue, se rencontrent dans les salons et se rendent maints services.

Elle participe alors à un réseau d’écrivaines, convaincues que dans un monde dominé par les hommes, il est impératif de créer des structures par et pour les femmes : Ainsi on la trouve dans le Comité du Prix Vie Heureuse, dans divers jurys littéraires organisés par le magazine Femina, et en 1904 elle est membre du premier jury du Prix Femina qui retient comme lauréate une femme, Myriam Harry, refusée par les Goncourt.

Elle fut une indignée de la Belle Époque. Son féminisme qui est à la fois indéniable et contradictoire, elle le dépasse par des engagements sur d’autres plans : elle est clairement républicaine et dreyfusarde aux côtés de son ami Joseph Reinach, elle écrira à l’anarchiste Vaillant en 1893, à la veille de son exécution, pour lui exprimer son hostilité à la peine capitale. Très cultivée, mondaine mais discrète, intellectuelle, curieuse aussi bien de philosophie, de science, d’occultisme ou de peinture, elle fut aussi attirée par les idées maçonniques et prend fait et cause pour tout ce qui est humain. Elle se démarque de toutes les formes d’intolérance et défend la cause de la justice et de la liberté en ce début difficile de la Troisième République.

Deux fois couronnée par L’Académie française, elle va se trouver assez rapidement en décalage par rapport à la société qui prend forme au début du XXème siècle et que ne fera qu’accélérer le premier conflit mondial. Elle vit ses dix dernières années dans la solitude, sa santé décline et elle se heurte à de graves problèmes matériels et financiers. Elle connaîtra une très triste et misérable fin.

Avant de mourir dans un grand dénuement, le 16 novembre 1917, elle exprime le souhait d’être incinérée. Quelques fidèles amies dont Séverine et Gabrielle Réval assistent à la cérémonie. Ses cendres reposent au colombarium du Père Lachaise à Paris.

Comme l’écrit Gabrielle Réval « sa destinée fut celle d’une de ces éblouissantes étoiles qui traversent la nue par les belles nuits d’été »[2]. Elle a ouvert le chemin de la création féminine et mérite de trouver sa juste place dans notre histoire littéraire.

Quelle œuvre nous laisse-t-elle ?

Un ensemble varié et tout à fait remarquable tant en quantité qu’en qualité : plus d’une trentaine de romans, de nombreuses nouvelles, des chroniques et articles de presse sur des sujets généraux ou d’actualité, une très volumineuse correspondance avec beaucoup d’hommes et femmes de lettres de son époque, ainsi qu’un grand nombre de manuscrits.[3]

Les pages transcrites ici sont celles d’une Conférence faite par Peyrebrune en 1877. Ce texte, destiné donc à une présentation orale, n’a jamais été publié et n’est guère mentionné dans les études relatives à la romancière. Il figure sous la forme d’un manuscrit de 110 feuillets (des pages de cahier de 21 sur 16 cm) suivi d’un ensemble de 17 feuillets intitulé Variantes à la Conférence Ce qu’il faut dire. Le tout se trouve dans une boîte, à la Médiathèque de Périgueux. Cette boîte contient 20 manuscrits de taille très variable, parfois intitulés « notes » ou « chronique », seul un autre texte porte la mention « Conférence ». Il a pour titre : La Vérité sur la femme, et il est aussi de 1877. Mais la grande originalité de la conférence « Ce qu’il faut dire », c’est que nous connaissons la date exacte, le lieu précis, et même l’heure à laquelle Georges de Peyrebrune prononça ces paroles. En effet le dossier de son manuscrit contient, avant le premier feuillet, un prospectus imprimé annonçant le programme des conférences à venir pendant le mois d’avril 1877[4]. Ainsi on apprend que ce cycle de conférences se tient à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XVème arrondissement à Paris (BAI-XV) et que Madame de Peyrebrune y prononcera sa conférence le mercredi 11 avril à 8 heures et demie du soir. [Voir Annexe 1]

Le fait qu’elle s’exprime dans une Bibliothèque des Amis de l’Instruction à cette époque n’est pas anodin. [Voir Annexes 2 et 3]

Son manuscrit est rédigé dans une écriture très lisible, avec certes des passages biffés d’un ou plusieurs traits de plume ou des mots raturés, parfois avec insistance si bien que la première version reste indéchiffrable, parfois en revanche on peut deviner le ou les termes retenus dans un premier temps par la conférencière. Dans notre transcription nous indiquerons en note certaines particularités stylistiques ou orthographiques rencontrées ici ou là, de même que des références à des auteurs qu’elle mentionne et cite au fil de son texte.

Avant d’en examiner le contenu, regardons comment se présentent certains feuillets[5].

Examinons maintenant de quelle manière est structuré son propos.

Il est frappant de constater que les 11 premiers feuillets, soit un tiers de sa conférence sont consacrés à une sorte de mise en situation et de réflexion sur le contexte politico-social du moment. Cela prend tout son sens quand on observe l’atmosphère et la succession d’événements politiques qui marquèrent cette année 1877 en France.

Ce sont diverses formes d’agitation, de malaises, de conflits, de passions déchaînées aussi bien politiques que philosophiques et sociétales qui traversent le pays. La date du 16 mai 1877 est retenue par les historiens pour désigner la crise institutionnelle de la IIIème. République, devenue « République institutionnelle », par le vote des lois constitutionnelles de 1875.

Au moment où Peyrebrune s’exprime tout le contexte historique est annonciateur de cette crise dont les acteurs sont d’illustres figures du paysage politique français comme le Président de la République Mac Mahon, le Président du Conseil Jules Simon et aussi Léon Gambetta, chef de file des Républicains. A quelques semaines de l’ouverture de la crise, la tension est grande et les esprits de celles et de ceux qui, comme Georges de Peyrebrune s’intéressent au devenir de la France, sont tournés vers l’évolution des événements.

Le 16 mai le Président Mac Mahon exprime son désaccord avec Jules Simon. Celui-ci présente alors sa démission. Il est remplacé par Albert de Broglie qui forme un ministère « d’ordre moral ». Immédiatement Gambetta fait voter à la chambre une motion refusant la confiance au nouveau gouvernement. La réaction du Président Mac Mahon est d’ajourner par décret les chambres pour un mois. Durant ce mois de juin les événements se précipitent et le 25 le décret dissolvant la chambre des députés est publié. S’engage alors une campagne électorale qualifiée « d’une des plus véhémentes de l’histoire de France ». Après les élections des 14 et 28 octobre 1877, la nouvelle chambre comporte toujours une majorité de gauche, quoique plus réduite. Après diverses tentatives de résistance de la part du Président de la République, ce dernier doit se démettre et il démissionnera en 1879.

Cette cascade de soubresauts politiques n’a pas encore eu lieu lorsque Peyrebrune s’exprime à la BAI-XV, mais ils sont dans l’air du temps et son public comprendra qu’avant d’aborder spécifiquement son sujet, elle analyse par exemple la définition, le rôle et les prérogatives de l’État. De même l’atmosphère « d’ordre moral » l’incite à la plus grande prudence dans ses propos. Il faut, dit-elle être « circonspect », s’exprimer avec « retenue ». Elle sait et dit que la « censure » menace, et que de lourdes peines peuvent la frapper « pour un coup de plume [6]». [Voir Annexe 4].

Néanmoins sa volonté de « parler librement surtout sur des questions d’intérêt social parce que c’est un devoir envers la République », reste intacte.

Outre le contexte politique elle doit aussi considérer l’état des esprits en France vis-à-vis de la réforme qu’elle souhaite proposer. Elle fait le constat que ce serait se heurter à de l’incompréhension et de l’hostilité que de vouloir une réforme immédiate et totale de l’enseignement religieux. Cependant elle note une réelle évolution des esprits dans ce qu’elle nomme le « voyage sans fin » vers le progrès. Son rôle est d’œuvrer pour les générations à venir. Nous entrons bientôt, dit-elle dans « la voie scientifique.  Cette évolution, cette « transformation intellectuelle et morale » lui permet par exemple d’aborder la question de l’athéisme et de la libre pensée. Elle le fait sans aucun sectarisme mais avec grande fermeté envers les accusations mensongères de ceux qu’elle qualifie de « meute sacerdotale », à l’aide d’exemples historiques et en reprenant à son compte la « sagesse » exprimée par d’éminents philosophes comme Littré ou Bossuet. On sent chez elle un désir de communiquer un réel dépassement de tous les fanatismes et dogmatismes. Ce qu’elle prône c’est « la morale éternelle qu’aucune négation impie ne renversera jamais », la « Religion de l’Humanité ».

Consciente de s’être éloignée de son sujet initial, elle y revient par ces mots :

« Il faut redescendre de ces hauteurs et poursuivre notre humble tâche […] rendre indispensable la réforme de l’enseignement religieux dans toutes les écoles ».

Tout d’abord elle énumère les obstacles à surmonter. Le vocabulaire qu’elle utilise est révélateur. Elle répète les mots de « caste » et de « dogme ». Bien qu’elle constate d’une manière assez navrante que « c’est étrange ce que l’ignorance, la routine et la superstition ont d’influence résistante sur l’évolution de la masse, en dépit des esprits éclairés qui s’efforcent de l’entraîner », son discours est empreint d’optimisme et de confiance en l’avenir.

Ensuite Georges de Peyrebrune souligne qu’il est impératif d’agir « dès l’éducation première », car elle constate que dans les écoles « on dresse l’esprit à croire et non à comprendre ». Serait-ce là un aveu de ce qu’elle a vécu et subi quand elle était enfant dans une institution catholique de Périgueux ? Elle fait, de l‘enseignement tel qu’il existe, un tableau réaliste et imagé où celui-ci est synonyme de soumission, de captivité, d’une forme de mutilation et elle conclut par la formule lapidaire « fabrication mentale ».

Certains signes, dit-elle nous autorisent à croire en l’avenir et à rester confiants car « le dogme s’évanouit devant le fait » et « la morale indépendante » s’installe en s’affranchissant de la religion.

Quelle approche propose-t-elle vis-à-vis de l’enfant ?

Son objectif est de donner une approche moderne, s’appuyant sur les connaissances scientifiques, à l’enseignement religieux au sein de l’école. Elle pense que ce serait une erreur que de bannir tout enseignement religieux de l’école laïque, car cela permettrait aux prêtres de continuer à exercer leur mainmise sur l’esprit des enfants. Au contraire elle suggère une attitude beaucoup plus novatrice et révolutionnaire, à savoir : donner un tout autre contenu à cet enseignement dispensé à l’intérieur de l’école laïque. Son intention est claire, il s’agit de rassembler les éléments constitutifs d’un contre-catéchisme et d’en proposer la pédagogie. Elle résume sa proposition en une formule imagée et concise : « Vous auriez ainsi mis l’antidote à côté du poison ». Cette suggestion reste encore parfaitement d’actualité !

Pour donner corps à ce projet il faudrait, premièrement apprendre à l’enfant certaines généralités sur l’histoire des religions successives, les mutations subies par le christianisme, la place des diverses religions dans le monde en insistant sur ce qu’elles peuvent avoir en commun et ce qui les caractérisent. Elle utilise alors des termes qui résonnent à nos oreilles plus d’un siècle plus tard et qui ont un écho d’extrême actualité lorsqu’elle invite son auditoire à bien remarquer « ce qu’il y a de commun à toutes les religions dans tous les temps et dans tous les lieux : […] la morale qui est le point de départ de toutes les doctrines religieuses et leur raison d’être, et le fanatisme qui les propage et les consacre par le sang de ses martyrs ».

Ensuite elle endosse le rôle de l’instituteur et devient très pratique. Elle le décrit, utilisant un « abrégé d’histoire religieuse », bien différent d’un catéchisme, mais comme « un tableau régulier, fidèle et précis, dressé avec toute la rigueur d’une table chronologique ». Il faudrait aussi faire découvrir aux jeunes enfants « l’histoire de la formation du monde », par le biais d’un « petit traité cosmogonique », et ainsi leur apprendre l’histoire de l’univers et non pas « le conte bleu des six jours de la création » ou toute autre légende. Peyrebrune visualise et décrit très précisément cet outil pédagogique pour lequel elle suggère des « planches coloriées » et des tableaux afin de le rendre attrayant. Elle souligne que les explications d’accompagnement doivent être à la portée des enfants et que l’on doit utiliser des phrases « courtes simples et nettes ». Alors conclut-elle, l’ensemble en deviendrait très accessible et compréhensible.

Dans cette description concrète de ce que serait cet enseignement et sa méthode, elle ajoute quelques mots sur le rôle de la famille, dans laquelle, s’il le souhaite, le père peut apporter sa contribution en défaisant « brin à brin le travail du prêtre ». Notons ici qu’elle utilise l’expression « le père de famille », mais la femme qu’elle est, engagée dans son époque, ajoute avec lucidité la remarque suivante : « la tâche est ardue et demanderait plutôt la main d’une femme adroite et sensée, si la femme était assez éclairée pour mener à bonne fin cette œuvre délicate ». La conscience aigüe de son statut de femme se devine entre les mots.

Georges de Peyrebrune sait parfaitement qu’elle présente ici ce qui constitue un idéal. Elle n’ignore pas qu’il y a encore un long chemin à parcourir et qu’il « se passera bien du temps avant que l’on s’avise d’appliquer un mode d’enseignement si raisonnable et si parfaitement libéral ». Elle souhaiterait qu’au moins soit mis en pratique « l’enseignement pédagogique de la morale pure », une morale qui est à l’opposé de la morale religieuse qu’elle décrit avec un humour assez féroce comme « une morale de spéculation » car écrit-elle, « avec elle on place ses bonnes actions à intérêt, on est généreux comme on met à la caisse d’épargne ».

Le texte de cette conférence nous révèle, nous confirme et nous permet de découvrir de nouveaux aspects de la personnalité de Georges de Peyrebrune. En suivant ses paroles on entend la femme de convictions, la femme de pensée, de réflexion et d’intelligence, l’intellectuelle engagée, la semeuse d’idées pour les générations à venir. Son engagement réside à la fois dans la clarté et l’audace de son propos, non dépourvu de quelques traits d’humour et dans la nécessité de cette prise de paroles qui est le moteur de son intervention. Certains journaux conservateurs se montreront particulièrement critiques et hostiles. [Voir annexe 6]. On peut aussi soulever la question suivante : comment se fait-il que les portes de la BAI-XV se soient ouvertes à Georges de Peyrebrune en cette année 1877 et quels furent les contacts qui lui permirent d’y prononcer sa conférence ? La réponse se trouve probablement dans ses relations avec Narcisse Blanpain imprimeur, éditeur et lui aussi franc-maçon comme Théodore Deck ou Anthime Corbon. [Voir Annexe 5].

Elle analyse et développe son sujet « en philosophe » pour reprendre l’expression qu’elle s’applique à elle-même des années plus tard dans sa lettre à l’anarchiste Vaillant pour y dénoncer la peine capitale.[7] Elle sait aussi donner à son propos des applications très concrètes et pratiques.

La lecture de ces pages nous apparait donc riche d’enseignement historique mais aussi d’une grande actualité.

Jean-Paul Socard

[1] En 1887 Camille Delaville, avait fait paraître un ouvrage intitulé Mes Contemporaines qui, sur une dizaine de pages comporte un portrait chaleureux de son amie Georges de Peyrebrune. Sous le pseudonyme de Pierre de Chatillon elle publie une variante de ce premier article dans la revue qu’elle dirige La Revue Verte. Elle y décrit l’intimité du salon de Mme de Peyrebrune situé au 26 Quai d’Orléans à Paris 4ème. On la voit « Au milieu d’une douzaine de personnes, une femme grande, mince, au corsage volontairement raidi […] assise attentive, souriante et souvent muette. Elle vient au-devant des visiteurs pour une gracieuse bienvenue. […] Elle est à la fois à l’aise et discrète parmi ses fidèles du five o’clock des lundis de Mme de Peyrebrune ». C’est un endroit où, conclut-elle « il se dépense beaucoup d’esprit ».

[2] Voir Les œuvres libres, N°165, mars 1935, A. Fayard & Cie, Edit. Paris. Ce numéro contient un article par Gabrielle Réval : La grande parade des Sévriennes. (p.365 à 379). Y sont évoquées des contemporaines comme Jeanne Marni, Marguerite Durand ou Séverine ainsi que de nombreuses figures de femmes alors célèbres dans des domaines divers. A propos des dernières années de Georges de Peyrebrune, Gabrielle Réval écrit : « Déçue dans ses recherches secrètes qui ne lui fournissaient pas la matière d’un roman sur l’énigme de la vie et du monde, Peyrebrune se retira peu à peu pour s’enfermer bientôt dans un silence absolu. Sa destinée fut celle d’une de ces éblouissantes étoiles qui traversent la nue par les belles nuits d’été. »

[3] La Médiathèque Pierre Fanlac de Périgueux possède un fonds Peyrebrune très riche. Il contient non seulement des éditions originales de ses romans, mais aussi un grand nombre de lettres échangées avec des hommes et femmes de lettres de son époque. On y trouve en outre des manuscrits, soit de plusieurs de ses romans, soit de conférences, articles ou chroniques, soit aussi d’ébauches de textes restés inachevés.

Que Monsieur J-M. Barbiche, Directeur de la Médiathèque ainsi que le responsable du fonds patrimonial Monsieur B. Coste soient ici remerciés pour m’avoir permis de consulter à loisir l’ensemble de ces documents.

[4] Voir document joint ci-dessous : Programme des conférences pour le mois d’avril 1877.

[5] Voir reproduction dans ce billet de quelques pages du manuscrit original.

[6] Nos recherches aux archives de la Préfecture de Police ne nous ont pas permis de trouver la trace d’un rapport de police précisément sur cette conférence. Néanmoins en prononçant ses paroles Peyrebrune avait conscience qu’un agent pouvait fort bien se trouver dans la salle.

[7] L’anarchiste Auguste Vaillant avait, le 9 décembre 1893 fait exploser une bombe à la Chambre. Celle-ci ne fera que des blessés, cependant, Sadi Carnot ayant refusé sa grâce, Vaillant sera guillotiné le 5 février 1894. Georges de Peyrebrune fait paraître dans Le Journal du 13 janvier 1894 une « Lettre à Vaillant » dans laquelle elle écrit : « Je ne viens pas vous faire un prêche en vous montrant le ciel, vous valez mieux qu’une prédication banale. Je viens causer avec vous de philosophe à philosophe. » Elle exprime dans cette lettre sa double conviction : les anarchistes sont dans l’erreur en agissant comme ils le font et les juges qui prononcent une sentence de mort le sont aussi. Elle écrit : « Coupables les assassins qui commencent et coupables les juges qui achèvent. »

 

Quelques remarques conclusives :

C’est une belle femme, décrite volontiers[1], comme « grande et mince », élégamment vêtue, au « port altier », coiffée avec des « cheveux courts, bruns et bouclés », au visage « gracieux », avec des « yeux grand ouverts », rayonnant d’intelligence et de sensibilité, mais aussi sans doute impressionnée, qui prend la parole, ce mercredi 11 avril 1877, à la BAI-XV arrondissement, au 61 rue Lecourbe. C’est une femme encore jeune : 36 ans et qui s’est installée à Paris depuis quelques années, quittant son Périgord natal et un époux qu’elle n’aime pas et avec lequel elle ne partage quasiment plus rien. C’est dans un Paris encore meurtri, qui se remet lentement des évènements tragiques de la Commune, où les fédérés réchappés pansent leurs plaies, dans le double deuil de leurs courageux proches et celui de leurs grandes espérances, qu’elle s’installe pour tenter de vivre de sa plume, pour se faire un nom dans le monde des Lettres. Les « Amis de l’Instruction » proposent, en cette période leur programme républicain, pacifiste et fédérateur qui tend à réconcilier, à donner de l’espoir, à réaffirmer avec la grandeur de l’intelligence et du savoir partagés, celle des femmes et des hommes, de toutes conditions (souvent de conditions fort modestes) qui participent à l’aventure commune de déchiffrement du monde et de l’existence, en partageant des livres, en les lisant, en échangeant aussi ; bref, en s’apprenant mutuellement.

Georges de Peyrebrune parle donc devant des femmes et des hommes dont elle ne doute pas de leur capacité à saisir ce qu’elle considère qu’il « faut dire » sans tarder, parce qu’il est grand temps de le propager malgré de puissantes oppositions : à savoir, pour l’essentiel, la nécessité de mettre progressivement en œuvre les moyens pédagogiques et politiques permettant une éducation résolument républicaine reposant sur une morale commune et laïque. Jean-Paul Socard nous a bien rappelé le contexte politique, les tensions, les affrontements qui s’opèrent alors au moment où elle s’exprime. Notre conférencière est à la fois prudente et pleine d’audace. Prudente face au risque de poursuites si ses propos pouvaient prêter le flanc à une dénonciation, mais aussi fort audacieuse : elle use d’un ton badin, presque ironique, pour dire la cruelle réalité de la répression, du glacis dans lequel « l’Ordre Moral » entend bien enfermer avec la liberté d’expression, la liberté tout court : « …ce n’est pas amusant de s’entendre condamner pour un coup de plume à 4 ou 5000 f d’amende et plusieurs mois de prison… »

Si nous insistons sur ces deux vertus c’est qu’elles semblent bien l’avoir accompagnée toute sa vie. Georges de Peyrebrune deviendra une femme écrivain prolixe pleine d’audaces :  à partir de 1882 plus d’une trentaine d’ouvrages, vont façonner sa notoriété. Des œuvres révélatrices de ses idées, dont certaines seront attaquées mais aussi fort remarquées. Mais elle demeurera aussi une femme prudente, consciente des embûches, des dangers. Ce n’est pas sans raison qu’elle avancera en débutant, comme Georges Sand, sous la protection des ambiguïtés de son patronyme[2], qu’elle cherchera à convaincre par le raisonnement tranquille et qu’elle se tiendra à l’écart des affres de la politique.

Mais alors il faut bien le dire, cette positiviste de très bon aloi dans la mouvance d’un Littré (qu’elle porte aux nues) ; cette intellectuelle moralisatrice qui rêve à la suite de Massol, d’une « morale indépendante »[3] – entendons bien :  indépendante de toute pratique religieuse, en trois mots : laïque, progressive et universelle – désigne dans sa conférence ses redoutables ennemis : les enseignants cléricaux ou affidés prônant une morale égoïste ou de calcul, sous prétexte de conformité ou non aux préceptes surannés de telle ou telle religion ; pire que cela : une morale dangereuse, parce qu’elle prétend séparer, cliver, jusqu’au délire fanatique ou martyrologique. Par la précision de ses vues dès 1877, Georges de Peyrebrune s’affirme comme une intellectuelle moderne, une femme qui a quelque chose à dire pour notre temps et sans doute encore pour longtemps.

Cette liberté de pensée qui l’habitait et qui lui faisait l’injonction de prendre, coûte que coûte, la liberté de dire et progressivement celle d’écrire;  la portait, au-delà de son anticléricalisme conséquent, de son féminisme raisonné, vers l’ultime souci qu’elle développera enfin, cette soirée du 11 avril 1877, devant son auditoire attentif et amical, en Bibliothèque populaire: comment faire pour trouver le chemin des applications éducatives les plus concrètes, comment enseigner l’histoire des faits religieux, la loi pacificatrice « du Bien », comment construire une pédagogie efficace et attrayante, permettant de rendre les avancées morales et sociales, que les temps nouveaux réclament, aussi inexorables que durables ?

Michel Blanc

[1] Voir l’ouvrage de J.P. Socard, op.cit., en particulier la partie intitulée : « Portraits en mots et en images ».

[2] Relire, à cet égard, l’ouvrage de Christine Planté : La petite sœur de Balzac, 1ère édition 1989, et mieux encore la nouvelle édition augmentée en 2015, avec une préface de Michelle Perrot, Presses Universitaires de Lyon.

[3] La conférencière n’hésite pas à évoquer devant son public son admiration de la Franc-Maçonnerie. Quand on se souvient des grands débats autour de la construction d’une morale laïque, amorcés dès les années 1850, entre d’anciens Saint-Simoniens, devenus progressivement des francs-maçons notoires comme Massol et Fauvety, du lien qui existe entre ces protagonistes et leurs amis positivistes post-comtiens et rationalistes, il n’est pas surprenant qu’elle évoque le retentissement notoire de l’initiation du savant Littré. Notons aussi sa référence explicite à la « Religion de l’Humanité » qu’elle appelle de ses vœux : Georges de Peyrebrune a certainement lu Auguste Comte mais sans doute aussi Pierre Leroux et beaucoup d’autres penseurs réformateurs sociaux. 

Annexe 1 : Les lieux

L’imprimé annonçant les conférences qui se dérouleront durant le mois d’avril 1877 indique précisément deux lieux. Ce sont « 78 rue de la Croix-Nivert, Bibliothèque populaire des amis de l’Instruction du XVe arrondissement » et « dans les salons de M. Burnel, 61, rue Lecourbe ».

Madame Louise Oudin nous précise ceci : la BAI du XVe est fondée le 4 avril 1875 et est autorisée le 19 juillet de cette même année. En réalité une ancienne bibliothèque existait déjà, qui avait été créée par des professeurs de l’Ecole polytechnique, en 1867. Ce 4 avril 1875 se tient une réunion à laquelle participent quelques membres de l’ancienne bibliothèque, et des nouveaux, afin de rédiger les statuts. Puis, le 11, une autre réunion a lieu en présence de Henri Harant, président de la BAI III et de Paul Delamarche, secrétaire des BAI III et XIV. La nouvelle bibliothèque ouvre le jour même, ce qui suppose de solides appuis car, en général, un délai de plusieurs mois s’écoule entre la « fondation » et « l’ouverture ».

Le journal La Presse du 29 juillet 1875 relate en page 3 :

Une bibliothèque populaire, due à l’initiative privée, vient de se constituer dans le  15e arrondissement, rue Croix-Nivert, 78. Cette bibliothèque est dirigée par un comité où figurent MM. Corbon, député de la Seine ; Castagnary, Chevalier, Maublanc, Jobbé-Duval, conseillers municipaux du 15e arrondissement Thibouville, fabricant d’instruments de musique  ; Théodore Deck, artiste céramiste, Henri Grenier, et diverses autres personnes dévouées. Elle entre en activité :avec un fonds de 700 volumes et un chiffre de 210 adhérents, ce qui est déjà une garantie de succès. Cette œuvre est de celles que nous ne saurions trop encourager, et nous la recommandons vivement à tous les amis de l’instruction.

La BAI XV va rester rue de la Croix-Nivert jusqu’en 1880. Elle déménagera deux fois et ne fermera qu’en 1981.

Ayant réuni toute une documentation sur l’histoire de la BAI XV, Mme Louise Oudin a eu l’amabilité de nous communiquer les pièces reproduites ci-dessous.

Ainsi la couverture de son catalogue pour l’année 1899 nous confirme la date de sa fondation, son fonctionnement, son adresse ainsi que sa subdivision en différentes séries qui correspondent au regroupement des ouvrages par thème.

De manière anecdotique, mais historiquement intéressante, il comporte aussi un Avis aux Sociétaires, relatif à l’hygiène et aux maladies contagieuses !

Enfin, en page 44 de ce catalogue, le classement alphabétique des auteurs mentionne G. de Peyrebrune avec une de ses œuvres, Le Roman d’un Bas bleu, référencée sous le numéro 7329.

Quant aux « salons de M. Burnel », de quoi et de qui s’agit-il ?

L’universitaire et historien Gilles Ragache, dans son ouvrage A l’Enseigne du Grand Salon[1], nous apprend énormément sur l’histoire de ce lieu. Au fil des chapitres on peut se faire une idée des nombreuses salles aux fonctions diverses qui composaient cet endroit. Celui-ci se trouvait à la Barrière de Sèvres, au nord du village de Vaugirard. On le nommait Le Grand Salon ou encore La Salle Ragache. La famille Ragache était installée à Vaugirard depuis longtemps et ce lieu leur appartint dès 1801.

Une tradition s’était établie d’y organiser des banquets et en particulier le Banquet des maîtres imprimeurs et des ouvriers compositeurs typographes, dont fait état le journal L’Illustration en octobre 1845[2].

Avant et après la guerre de 1870 se tenaient aussi des réunions publiques « tolérées, mais encadrées » et « soumises à autorisation[3] ». D’éminentes personnalités comme Henri Rochefort, Jules Vallès ou Léon Gambetta animèrent ces réunions. En avril 1870, il y eut salle Ragache un banquet offert à M. Gambetta suivi d’un discours. Une gravure rend compte de ce moment historique[4].

Depuis 1867 le Grand Salon était géré par M. Burnel. Son nom, mentionné ici sur l’annonce des conférences à venir en avril 1877, n’est pas fréquemment associé à l’établissement. C’est celui de Ragache qui est utilisé lors de ces réunions et aussi dans les rapports de police. Comme l’indique G. Ragache dans son ouvrage : « En septembre 1876 le restaurateur Burnel en était toujours gérant », « il louait la grande salle du haut pour des bals et des concerts[5] ».

Les années 1880 vont marquer la fin de ce Grand Salon.

C’est en 1881 que la ville de Paris décide de sa destruction pour le percement d’une nouvelle voie, la rue des Volontaires, reliant la rue Blomet à la rue Lecourbe. Des résistances s’exprimèrent et de nombreuses voix s’élevèrent pour s’opposer à une telle décision. Malgré plusieurs reports et cinq ans de procédure les bâtiments furent démolis en 1885. Ainsi disparaissait « tout un pan de la mémoire de Paris[6] ».

[1] Gilles Ragache, A l’enseigne du Grand Salon, Au 53 de la rue de Sèvres était le Bal Ragache … (1865-1885) Editions Charles Hérissey. Collection Mémoire de Paris, 2002.  La rue Sèvres-Vaugirard est devenue rue Lecourbe vers 1860.

[2] L’Illustration, 11 octobre 1845, numéro 137.

[3] Voir Gilles Ragache, op.cit. p.112 et aussi Annexe 2.

[4] Voir G. Ragache, op. cit. pp. 114-115. Cette gravure est conservée à la Bnf. Cabinet des estampes. B.N. Estampes Va 310 t.3 ou microfilm H 82065.

[5] Voir G. Ragache, op. cit. p.126.

[6] Id. 4e de couverture.

 

Annonce de la conférence de G. de Peyrebrune à la BAI-XV. Bibliothèque de Périgueux. Fonds Peyrebrune. Cliché JP.Socard.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Annexe 2 : Claude-Anthime Corbon

André Gill, “Claude-Anthime Corbon”, Les Hommes d’aujourd’hui. Gallica (BnF). Voir la note [1].

Il nait le 28 mai 1808 en Haute-Marne et décède en 1891 à Paris. Encore enfant il travaille chez un tisserand, puis à vingt-cinq ans il débute dans l’imprimerie. Entre 1840 et 1850 il est l’un des rédacteurs du journal L’Atelier, où il exprime ses idées sociales, ses engagements et ses revendications.

En 1859 il publie un ouvrage, De l’enseignement professionnel. Le 4 novembre 1870 il est nommé maire du XVe arrondissement. Au cours de la Commune il s’efforcera de jouer un rôle de conciliateur, et à partir de juillet 1871 il est député. De 1876 à 1891 il sera sénateur inamovible. Au Sénat il votera contre les congrégations religieuses et prendra parti pour l’enseignement obligatoire. A partir de 1865 il est frère-maçon à la loge 135 et plus tard il entrera à la grande loge symbolique écossaise. Il publie divers textes à contenu politique et social et participe à des réunions sur le thème de la condition ouvrière[2].

 Anthime Corbon connaît bien la salle Burnel et la BAI XV car il en est l’un des administrateurs. Il joue un rôle important dans les BAI et est un des militants des conférences  dans ces bibliothèques (Voir ici).

On trouvera toutes les précisions sur le parcours politique et personnel très original de Claude-Anthime Corbon dans un article détaillé et illustré, de Anne-Marie Bel   paru dans le Bulletin de la Société historique et archéologique du XVe arrondissement de Paris[3].

[1] Chaque numéro de la revue Les Hommes d’aujourd’hui est une monographie d’une figure contemporaine du monde des arts, des lettres ou encore du monde politique, scientifique ou religieux. Elle parait entre deux et quatre fois par mois. Au total ce sont 469 monographies qui furent publiées entre 1878 et 1899. Les auteurs des textes sont des personnalités connues comme Félicien Champsaur ou Jules Laforgue ou encore J.K. Huysmans ou Jean Moréas. Le plus illustre des dessinateurs des portraits-charges est André Gill. Certains de ces portraits portent parfois la signature d’artistes tels que Camille Pissarro, Toulouse-Lautrec ou Signac.

Ici, il s’agit du N°84 et l’auteur du portrait de Claude-Anthime Corbon est André Gill.

[2] On trouvera des éléments biographiques et la description détaillée de ses prises de position sur les questions alors d’actualité, entre 1848 et 1889 – période qui nous intéresse ici – en consultant la notice qui lui est consacrée sur Wikipédia, et sa notice biographique de sénateur

[3] Claude-Anthime Corbon (1808-1891). De l’enfant « rattacheur de fils » au sénateur inamovible, en passant par le journaliste, le sculpteur, le sociologue, et le maire du XVème : une vie plurielle. Bull. Soc. hist. & arch. Du XVème arrondt.de Paris – N° 50, Automne 2017.

 

Annexe 3 : Théodore Deck

Théodore Deck, céramiste, né le 2 janvier 1823 à Guebwiller, décédé à Sèvres, le 15 mai 1891, Buste, profil 3/4 à dr., en méd. ov. Gallica (BnF)

Un autre nom apparait sur l’annonce des conférences à venir en avril 1877, celui du vice-président de la bibliothèque : Théodore Deck, dont le nom est suivi du symbole indiquant qu’il était chevalier de la Légion d’honneur, distinction reçue en 1867[1].

Il est d’origine alsacienne, né à Guebwiller en 1823. Son père Richard Deck était teinturier en soie. Très jeune il éprouve une réelle attirance pour la chimie des couleurs. A la mort de son père, en 1840, il reprend avec son frère aîné l’affaire familiale, mais bientôt l’entreprise doit être vendue.

Théodore Deck éprouve un goût prononcé pour le dessin, la sculpture et l’émail. Dans la tradition du compagnonnage il parcourt l’Autriche, la Hongrie et l’Allemagne et arrive à Paris à la fin de 1847. Il est alors embauché à la manufacture du bavarois Vogt.

C’est à partir de l’Exposition universelle de 1855 qu’il connaît le succès et la notoriété. Ses œuvres attirent une clientèle aisée et il peut ainsi créer son propre atelier de faïence à Vaugirard. Il ouvre aussi un magasin de vente dans le quartier de l’Opéra.

En 1887, il publie un ouvrage qu’il intitulera La Faïence.

Pour connaître les détails de sa biographie, sa participation aux expositions, les caractéristiques de ses créations artistiques dans le domaine de la faïence et de la céramique, l’homme qu’il fut, public et privé, on lira avec intérêt le petit ouvrage d’une cinquantaine de pages abondamment illustré qu’ont publié en décembre 2016 les Éditions des Dernières Nouvelles d’Alsace : Théodore Deck, magicien des couleurs.

Deck s’intéresse à la politique. En 1870 il avait opté pour la nationalité française. Sympathisant du Parti radical, il est élu adjoint au maire dans le XVe arrondissement de Paris. (Voir Annexe 2).

Par son adhésion à la franc-maçonnerie, à la loge Henri IV du Grand Orient de France, puis à la loge Alsace-Lorraine, il entre dans des réseaux d’amitiés et de relations diverses. Il y côtoie entre autres Jules Ferry, Adolphe Crémieux et Léon Gambetta.

[1] T. Deck restera à la BAI XV au moins jusqu’en 1880 et en deviendra le président à la suite de Claude-Anthime Corbon en 1877.

 

Ce portrait de Théodore Deck est le décor d’une assiette encadrée par l’inscription en relief « Th.Deck, Kunsttöpfermeister in Paris, 1870 » D. 33cm. Musée Théodore Deck et des pays du Florival, Guebwiller, reproduite dans le catalogue Théodore Deck, magicien des couleurs, page 27 (DNA Editeurs, 2016) . Photo Jean-Marie Schelcher. Autorisation de reproduction accordée à J.P. Socard

 

Annexe 4 : La police veille

Lorsqu’elle s’exprime, Georges de Peyrebrune est tout à fait consciente des risques que peut entraîner une parole libre. Elle éprouve le besoin de « dire » mais elle sait aussi que ses paroles peuvent être rapportées par quelque fonctionnaire de la police et entraîner de sévères sanctions. Bien avant 1877, après la fin du second Empire et durant la période « d’ordre moral », nous avons la preuve que les réunions publiques qui se tenaient dans les locaux de la rue Lecourbe, ou dans des bibliothèques populaires d’autres arrondissements de Paris, quoique tolérées, étaient surveillées par des commissaires et agents qui rédigeaient des rapports.

En voici deux exemples :

  • Le premier, en date de février 1877, a pour cadre la BAI XIV (sic, en fait la BAI XV). Elle s’est tenue au 61 rue Lecourbe, salle Burnel.
  • Le deuxième, rédigé par le même fonctionnaire, date de novembre 1875. La réunion se tient au même endroit et ce rapport relate précisément l’inauguration de la BAI XV.

Les documents proviennent du service des Archives de la Préfecture de Police.

Annexe 5 : Narcisse Blanpain

André Gill, “Narcisse Blanpain”, Les Hommes d’aujourd’hui. Gallica (BnF).

Narcisse Blanpain naît le 3 décembre 1839 dans les Ardennes et meurt à Paris le 9 août 1902.

D’abord clerc de notaire après des études de droit, il aurait souhaité devenir homme de lettres, mais, ne pouvant vivre de sa plume, il apprend la typographie et devient correcteur chez plusieurs imprimeurs parisiens.

Vers 1870, il se met à son compte et fonde sa propre imprimerie-maison d’édition, située au 7 rue Jeanne, dans le quartier de Plaisance (XIVe arrondissement). Il était l’éditeur des papiers administratifs et extraits d’exercice de la BAI XV à ses débuts.

En effet, si l’on se reporte au cliché du programme des conférences pour le mois d’avril 1877 (Annexe 1) on remarquera en petits caractères et à la verticale à gauche la mention « Typ. N. Blanpain, 7 rue Jeanne ». Les liens entre Blanpain et les personnes en charge de cette bibliothèque étaient donc multiples.

Voici comment le Dictionnaire international des écrivains du jour[1] résume ses diverses publications et ses thèmes favoris :

On remarquera qu’il travaille avec Victor Poupin qui avec Marie-Louise Gagneur a eu une forte influence dans le milieu libre-penseur et les bibliothèques populaires (Voir ici).

Narcisse Blanpain était franc-maçon tout comme Anthime Corbon, Théodore Deck, Armand Jobbé-Duval et Jules Castagnary, qui participaient aux activités de la BAI XV.

Il est fort probable que Narcisse Blanpain connaissait Georges de Peyrebrune. Remercions ici Mme Louise Oudin de nous avoir signalé que certains ouvrages de Georges de Peyrebrune étaient réalisés par les éditions-imprimerie Blanpain. Une année avant la conférence de Madame de Peyrebrune fut publié un texte qui a pour titre  Les Vierges de feu (1876), mentionné dans la Bibliographie de la France ou le Journal général de l’imprimerie et de la librairie.

On sait que, aussi bien en Périgord qu’à Paris, Georges de Peyrebrune entretenait des relations très cordiales avec les milieux maçonniques et qu’elle s’intéressait aux idées exprimées dans les loges. D’ailleurs, le thème qu’elle se propose d’exposer à la BAI XV n’était pas pour déplaire aux francs-maçons.

On peut alors émettre l’hypothèse que ce serait par l’intermédiaire de Narcisse Blanpain, éditeur de la BAI XV, qu’elle put s’exprimer publiquement et qu’elle fut ainsi l’une des très rares femmes à prendre la parole dans une Bibliothèque des Amis de l’Instruction, en avril 1877.

[1] Dictionnaire international des écrivains du jour, t. 1, 1891 p. 326 A. De Gubernatis. (consultable sur Gallica)

 

Annexe 6 : Comment fut reçue la conférence de Madame de Peyrebrune

Nous ne disposons pas de compte-rendu relatant les réactions du public présent le mercredi 11 avril 1877, à la BAI XV. Néanmoins le journal parisien Paris-Journal[1] du 16 avril décrit en des termes très sévères cette soirée. (page 2). Le journaliste se montre très critique. Voici comment il relate brièvement la conférence :

Un échantillon des petites insanités qui se débitent dans les conférences dont les Barodet et les sous-Barodet briguent à l’envi la présidence.

Paris-Journal raconte qu’il y avait l’autre soir grande conférence rue Lecourbe, 132, à Paris, présidée par M. Corbon, sénateur. Une dame parlait sur l’éducation et voici un échantillon de ses principes, sinon dans l’expression textuelle, du moins dans le sens absolu :

Il n’y a pas lieu de s’occuper de la création, de cette baliverne qui place un Dieu au sommet de la création du monde, pas plus que de songer aux fins dernières… personne n’en sait rien ; s’il y a quelque chose, on le verra bien.

Le ton adopté prouve combien le thème traité par Georges de Peyrebrune prêtait à polémique et pouvait provoquer des réactions hostiles et violentes.

Ce bref entrefilet est repris presque terme pour terme par le Journal de la ville de Saint-Quentin du 18 avril 1877 qui écrit :

Un échantillon des petites insanités qui se débitent dans les conférences dont les Barodet et les sous-Barodet briguent à l’envi la présidence. 

Paris-Journal raconte qu’il y avait l’autre soir grande conférence rue Lecourbe, 132, à Paris, présidée par M. Corbon, sénateur. Une dame parlait sur l’éducation et voici un échantillon de ses principes, sinon dans l’expression textuelle, du moins dans le sens absolu :

Il n’y a pas lieu de s’occuper de la création, de cette baliverne qui place un Dieu au sommet de la création du monde, pas plus que de songer aux fins dernières… personne n’en sait rien ; s’il y a quelque chose, on le verra bien.

Ici le journaliste a conservé le même résumé caricatural de l’intervention de Georges de Peyrebrune. Il ne mentionne d’ailleurs pas son nom, mais se contente d’indiquer avec condescendance que « Une dame parlait sur … » Il ajoute quelques expression de mépris, de malveillance et d’agressivité en traitant cette conférence d’« échantillon des petites insanités », et en faisant référence aux « Barodets et sous-Barodet[2]».

Il s’agit ici du point de vue des opposants et non de la réaction du public présent lors de la conférence de Mme de Peyrebrune. Celles et ceux qui étaient venus l’écouter ont, au contraire, probablement été intéressés et convaincus par les idées qu’elle y développe avec fermeté et audace.

[1]  A propos de Paris-Journal et de son rédacteur en chef on consultera la présentation suivante. On trouvera ici des précisions sur Henry de Pène (1794-1866).

[2] Claude-Désiré Barodet est un homme politique français, né le 27 juillet 1823 et mort le 18 avril 1906. Maire de Lyon,  personnifia l’anticléricalisme. On consultera également l’ouvrage de Jacques Broyer, Désiré Barodet, ouvrier de la République, Editions L’Harmattan, 2019.

 

Nous tenons à remercier chaleureusement Madame Agnès Sandras responsable de ce carnet pour tout le travail de mise en page de notre texte ainsi que pour ses précieux conseils concernant les normes de référencement des documents utilisés. Merci aussi à Madame Louise Oudin de nous avoir fourni des précisions et des pièces d’archives très utiles à notre étude.

Cite this article as: jpsocard, "Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit," in Bibliothèques populaires, 31/12/2019, https://bai.hypotheses.org/3445.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.