La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

Les papeteries du Marais. Cliché de Durandelle, vers 1880. Avec l’aimable autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

 

Le Musée de la Seine-et-Marne propose actuellement et jusqu’au 23 décembre une intéressante exposition sur « les papeteries de la vallée du Grand-Morin : une aventure industrielle« .  Cette exposition « retrace l’épopée industrielle, prestigieuse et très particulière, de la fabrication des papiers fiduciaires et «sécurité» dans les papeteries du Grand Morin ». 

La vallée du Grand Morin accueillait en effet traditionnellement des moulins dont certains étaient utilisés par des papeteries. En 1785, Louis Delagarde, propriétaire des Papeteries du Marais, devient également gérant des Papeteries d’Arches dans les Vosges, près d’Épinal. Les papeteries du Marais comprennent des moulins répartis sur plusieurs communes de la vallée du Grand-Morin dont  Jouy-sur-Morin qui est choisi pour la fabrication des assignats. Les « Papeteries du Marais et de Sainte-Marie », riches de 13 moulins, sont créées en 18281. La qualité et la variété des différents papiers produits font leur réputation internationale : elles obtiennent une médaille d’or aux Expositions de 1831, 1839, 1844, 18492, etc. En 1863, elles fabriquent des « papiers pour écriture, pour impression, pour lithographie et photographie; des papiers filigranés pour billets de banque, des papiers de couleur pour tentures et enfin des cartons doubles3 ». Elles connaissent, comme toutes les industries du XIXe siècle, de fortes mutations technologiques et apportent des modifications importantes dans la vie socio-économique locale. Parmi les changements liés à ces papeteries, je souhaiterais évoquer la « bibliothèque populaire du Marais », dont l’histoire n’a pas été (sauf erreur de ma part) encore été explorée, alors qu’elle présente une  originalité certaine.

=> suivez ce lien pour feuilleter 44 des photographies des papeteries prises par Louis-Emile Durandelle dans les années 1880 et mises en ligne par le Musée de la Seine-et-Marne.

I/ Un personnage-clé à l’origine de la bibliothèque populaire du Marais : Auguste Doumerc

Vers 18484, Edmond Doumerc prend la tête des Papeteries du Marais et de Sainte-Marie. La lignée Doumerc a connu une ascension sociale fulgurante au cours du XVIIIe siècle et du premier XIXe siècle puisqu’elle descend d’un tisserand de Montauban5. Edmond est le fils  d’Auguste Doumerc (1776-1838), un banquier qui, après avoir fait faillite, vend provisoirement son château (le château de Madrid à Neuilly-sur-Seine), et ruine son épouse, la richissime Madame de Chapeaurouge, puis devient munitionnaire des vivres. Edmond (1806-1862) quant à lui est avocat puis banquier, avant de s’intéresser aux Papeteries. Il en laisse la direction à Auguste vers 1858.

Jean-Camille Auguste est donc né en juin 1833 au Château de Madrid à Neuilly-sur-Seine6. Il est élève de l’École centrale des arts et manufactures7, mais de santé fragile n’en sort pas diplômé. Il devient à son tour directeur des Papeteries et vit dans le hameau du Marais, à Jouy-sur Morin, où décèdent ses deux premières épouses. Marie-Eugénie de Monclar, fille d’un receveur des finances du Sud-Ouest,  meurt en juin 1863 à 27 ans8. Il épouse en 1867 Berthe Raymonde Ferron, fille du président de la Chambre des avoués, qui décède le 15 novembre 1869 à 26 ans9.  De la première, il a  un fils, né en 1862 à Dax, de la deuxième une fille née à Jouy-sur-Morin en 186810. Il épouse enfin en 1874 Louise Marie Alix Audra, née comme lui en 1833, veuve de Pierre Tournadre de Noaillat11.

Edmond comme Auguste Doumerc évoluent dans un milieu aisé, ouvert aux nouveautés. Edmond visite l’Exposition universelle de Londres en 185112. Auguste participe à celle de 1862, et reçoit une médaille pour les Papeteries du Marais. La famille a entre autres fréquenté l’écrivain Balzac qui se serait inspiré du grand-père Auguste et de sa faillite13 dans ses romans, et Stendhal. La sœur d’Edmond a épousé Armand Béhic, homme d’affaires, mais aussi homme politique, ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics (1863-1867) à la période qui nous intéresse.

Le berceau de la bibliothèque populaire du Marais, même dans une vallée briarde encore très campagnarde, est donc entouré, on va le voir, du réseau d’influences que l’on retrouve autour des bibliothèques populaires créées sous le Second Empire14 : personnages influents du cercle impérial, philanthropes du milieu de la finance, saint-simoniens, franc-maçons15

En effet, comme tous les philanthropes qui se penchent autour de la question de la lecture, Auguste Doumerc souhaite fournir aux enfants qui n’ont eu que des rudiments d’instruction (rappelons que les lois Ferry sont postérieures à la création des premières bibliothèques populaires) une bibliothèque leur permettant d’acquérir des notions. C’est ce qu’il explique dans la circulaire  dont il est l’auteur, imprimée en 1863 à l’occasion de la fondation de la bibliothèque populaire du Marais (voir ci-dessous, cliquer sur l’image puis sur les flèches pour lire).

Cette première circulaire est néanmoins, pour qui connaît les bibliothèques populaires, originale à plus d’un titre. On remarquera par exemple que contrairement à certains fondateurs de bibliothèques populaires, Doumerc ne recherche pas  dans la lecture une arme contre l’alcoolisme (il se contente d’évoquer des peuples « plus moraux »). De surcroît, même s’il reste (prudemment ?) allusif, ses références à des bibliothèques fondées récemment, nous orientent vers les bibliothèques des amis de l’Instruction (BAI) et/ou celles fondées par Jean Macé. Plus sûrement aux BAI si l’on en juge par le mode de fonctionnement (la cotisation) et le catalogue.  Ainsi, son catalogue ne contient pas d’œuvres édifiantes, ni même les textes fondateurs des monothéismes, mais contient une rubrique d’économie politique. Il donne une part large, comme les BAI, au délassement : périodiques, littérature… Son inspiration est plus saint-simonienne, voire fouriériste, que du côté des bibliothèques paroissiales…

II/ Un second catalogue plus prudent

La circulaire de 1863 et le premier catalogue semblent correspondre à une mise en place peut-être quelque peu irréfléchie de la part de Doumerc. A-t-il cru pouvoir s’affranchir des règles de déclaration auprès des autorités parce que la bibliothèque est accueillie dans les locaux des papeteries ? On peut supposer qu’on lui demande de se plier aux règles officielles (demande d’autorisation; envoi des statuts et du catalogue; etc.) et officieuses (protection de personnages influents; catalogue moins séditieux en apparence …), car le catalogue suivant est plus consensuel, et témoigne sans doute de demandes de réaménagements de la part des autorités16.

Le second catalogue de la bibliothèque populaire du Marais est un mélange habile de compromissions et d’entêtement de la part de Doumerc. Désormais, la Bible apparaît en premier, dans une rubrique spécifique, mais… cette rubrique « religion » ne comporte aucun autre document, et se trouve juste au-dessus des « sciences morales et politiques » !

Catalogue de la bibliothèque populaire du Marais, extrait de la première page. Recueils du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).

 

Ce catalogue a vraisemblablement été examiné par le ministère de l’Instruction publique dont l’estampille (voir ci-dessus) apparaît alors que celle du dépôt légal est absente (le ministère l’aurait donc donné après examen à la Bibliothèque impériale). Le contenu est toujours susceptible d’alerter les autorités puisque le nombre de livres d’économie politique a augmenté et que les ouvrages de George Sand, qui feront scandale l’année suivante dans les bibliothèques populaires de  Saint-Étienne17, sont présents, de même que la poésie de Victor Hugo. Il est également évident que Doumerc a reçu l’aide des fondateurs de la BAI et de la Société Franklin puisqu’on trouve désormais au Marais les ouvrages du comte de Gasparin, de Jules Simon, d’Édouard Laboulaye, etc., soutiens actifs des bibliothèques populaires et membres de la Société Frankiln18.

Doumerc fait suivre ce nouveau catalogue, qui contient plus de mille quatre cents d’ouvrages, d’un texte qui explique les raisons de ces  mutations, texte où les plus avertis peuvent déceler les obstacles qu’il a rencontrés pour ouvrir la bibliothèque. Enfin, il donne la liste des donateurs et la liste des premiers souscripteurs, listes destinées à gagner la confiance des autorités, mais qui l’ont aussi certainement contraint à désormais placer la religion en tête du classement …

III / Les donateurs (livres et argent)

ADMINISTRATEURS DE LA SOCIETE DES PAPETERIES DU MARAIS (MM.)
AUDRA (Mme)
BERIC (Mme)
BERN (Melle Math. du)
BERTHOT (P.)
BURE (Alf. De)
CHEGARAY (Melle H.)
COULLET (M. et Mme)
DOULCET
DOUMERC (Daniel)
DOUMERC (M. et Mme Ad.)
DOUMERC (Madame Ed.)
DUMONT (H.)
ESPAGNAC (Mme)
FURNE (Mme)
GAUME
GAVARDIE (M. et Mme de)
GERVAIS (Arth.)
GRATIOT (A.)
JACQMART 
LASTEYRIE (Jules de)
LE PRIEUR (Ed.)
LECLERE (Henri)
LHEUREUX
MARIN (A.)
MASSON (Victor fils)
MASSON (Victor)
MAUNOURY
MEUNIER (Valéry)
MILLARD (M. et Mme Aug.)
MIRAMON (Eug. de)
MONCLAR (M.et Mme Henri de)
MONCLAR (Mme et Melle de)
ORIOLI (M. et Mme)
PIET (G.)
PLON
PRAX (Léon)
PRAX (M. et Mme Maurice)
SIMONS (Mme Al.)
TIOLIER (Mme H.)
TOIRAY (G.)
TOURNADRE DE NOILLAT (M. et Mme)
WOLFF

Cette liste témoigne de l’aide de son réseau de proximité. On y retrouve sa famille proche (les Doumerc ; sa tante), sa première belle-famille (les de Monclar), sa future belle-famille (les  Audra et les Tournadre de Noillat ; on peut supposer qu’il a épousé en troisièmes noces la veuve d’un de ses amis), un ami (Prax) qui se porte garant lors de sa demande de légion d’honneur19, sa famille plus lointaine (dont la femme de l’éditeur Charles Furne, éditeur de Balzac), les administrateurs de la papeterie ... Plon correspond vraisemblablement à l’éditeur qui a imprimé le catalogue.

La présence de nombreuses femmes, issues de la bonne société,  la mise en avant de la Bible et la présence des œuvres de Napoléon III donnent donc des airs de respectabilité à un catalogue qui par ailleurs offre à lire au « peuple » des ouvrages qu’il n’était pas courant de lui proposer : nombreux ouvrages d’histoire, dont ceux de Michelet ou Thiers ; livres d’économie politique dont ceux de Corbon ; romans de Sand, poésie de Victor Hugo… On retrouve ce savant mélange dans les journaux proposés où voisinent la presse éducative et récréative lancée par Charton, un des fondateurs des bibliothèques populaires20 mais aussi les journaux réactionnaires, la presse catholique, etc.

  • Le Moniteur universel
  • Le Temps
  • L’éclaireur de Seine-et-Marne
  • Journal d’agriculture pratique
  • Journal de la Ferme et des Maison de campagne
  • Gazette du village
  • Les Mondes
  • Moniteur de la Papeterie
  • Annales de la Propagation de la Foi
  • Magasin d’éducation et de récréation
  • Musée des familles
  • Magasin pittoresque
  • Bulletin de la Société d’acclimatation
  • Revue nationale et étrangère
  • Le Correspondant
  • Revue maritime et coloniale21

La diversité des ouvrages, et surtout des périodiques, reflète le réseau important constitué par Doumerc autour de la bibliothèque. Il est en effet un membre très actif du « Comité des Fabricants de papier de France » (il en est le trésorier en 1865) et du « Cercle de la librairie, de  l’imprimerie et des industries qui s’y rattachent ». Il y fréquente les différents imprimeurs et éditeurs que l’on retrouve parmi les donateurs (Gratiot, Masson, etc.) de la bibliothèque du Marais, et qui plus largement encouragent le mouvement des bibliothèques populaires22.

Son réseau intellectuel compte aussi. Il est par exemple membre de la Société d’archéologie, sciences, lettres et arts du département de Seine-et-Marne, dans laquelle on retrouve des personnalités comme le comte Jules de Lasteyrie (qui fait partie des donateurs de la bibliothèque23, député orléaniste de la Seine-et-Marne) ou Orioli, ancien sous-directeur de la papeterie, tous deux donateurs pour la bibliothèque du Marais.

La bibliothèque populaire du Marais fait partie d’un plus large ensemble destiné à améliorer la vie des ouvriers. Dans ces différentes œuvres de bienfaisance et/ou coopératives, on doit retrouver les mêmes donateurs, et l’on comprend pourquoi Doumerc doit oublier son projet initial de catalogue très laïc et républicain pour un catalogue mettant en premier la Bible…  Entre projets mutuellistes, sociétés coopératives et ouvroir des sœurs de Saint-Vincent de Paul, les différents canaux destinés à améliorer la vie des ouvriers du Marais sont ceux que l’on trouve autour du berceau des bibliothèques populaires.

 

Catalogue du Cercle de la librairie, de l’imprimerie et des industries qui s’y rattachent. Paris, 1876. Gallica (BnF).

 IV/ Les souscripteurs

La liste des souscripteurs nous donne une idée des lecteurs, à deux biais près : on peut avoir souscrit par sympathie sans pour autant emprunter les livres24 ; il était fréquent qu’un chef de famille emprunte pour toute la famille. Il est en tout cas intéressant de voir qui  sont les souscripteurs. La liste donnée à la suite du second catalogue ne suit pas l’ordre alphabétique. Les dames et demoiselles figurent à la fin, comme souvent dans les bibliothèques populaires. Il s’agit vraisemblablement  de la copie du registre des souscripteurs dressé par ordre d’adhésion, et distinguant les hommes des femmes pour souligner le rôle des bibliothèques populaires dans l’éducation des filles et femmes. Malheureusement, les patronymes ne suffisent pas, surtout lorsqu’ils sont répandus, à identifier des personnages, même lorsqu’ils sont accompagnés d’un prénom25. En effet, on trouve par exemple dans le recensement de 1866 deux Rose Mulot, des cousines, et de nombreux Houdard, Lemaire, etc.

ADNOT (Alex.)
AGNET (Melle ou Mme)
ALBASSIER
ALLIOT
ANCELIN (Ant.)
BARONNAT
BARRE
BARRE  (Al.)
BARVILLE
BAUDEUX (Gr.)
BAUDIN
BAZIN 
BAZIN (Am.)
BEAUDOIN (Ch.)
BELIN (Melle ou Mme, institutrice)
BERANGER
BERNARD
BESNARD (P.)
BLANCHE (Père)
BOQUET
BOREL
BOUILLON
BOULINGRE (L’abbé)
BOURGEOIS (Fils)
BRUNETEAU (Ch.)
BRYARD
BUNEL (Alex.)
BURIN (Joseph)
BURLET
CADINE
CANDEAU
CAUCHON (E.)
CAUCHON (P.)
CHAPELAIN
CHARTIER
CHARUE
CHARUE (Melle ou Mme)
CHARZAT
CHASTANT
CHAUMONT
CHENU
CHILMA
CHIQUERIL
CLERIN (F.)
COLLIN (Franç.)
COMMESCURE (G.)
COQ (F.)
COQUILLARD (Melle ou Mme, L.)
CORDEBANNE
COUESNON
COUESNON (Melle ou Mme Ad.))
COUESNON (Melle ou Mme Flore)
COUSIN (Ed.)
COUSIN (Léon)
COYARD
DANVIN
DARCHE (Ad.)
DELIGNY
DELORME
DEMANGEL
DEMONT
DENIS (L.)
DESMARET
DESNOT
DORE (Esp.)
DOUSSOT
DROUOT
DUPONT
DUQUESNE (A.)
DUQUESNE (Ch.)
DUQUESNE (Cyp.)
DUVAL
EVEQUE
FLAMAND (Er.)
FLON (Melle ou Mme)
FREDET
FROMENCOURT
GAGNEUX
GALLIER
GALLOT
GAUDARD
GERMAIN
GONTHIER (Isid.)
GONTHIER (Alex.)
GONTHIER (Vict.)
GOUJON (Melle ou Mme)
GRANDTRAIT
GRANGE
GREGOIRE
GUTEL
HAUDRY
HEBELIN (Melle ou Mme, Del.)
HELWINSKI
HERON DE VILLEFOSSE
HOGG (F.)
HOUDARD
HOUDARD (Al.)
HOUDRE (André)
HOUDRET (Franç.)
HOUDRY
HOUEL
HOUSSEAUX (Ch.)
HURAND (jeune)
HUET (P.)
HUGREL
HUGREL (Alex.)
HUGREL (François)
HUSS
ISABEL
JACQUEMAIN
JACQUEMIN (Melle ou Mme)
JACQUOT
JOSSE (Ed.)
JOUBERT (Fils)
JOUBERT (Père)
LAHAYE (Instituteur)
LANDRIN
LANGE (Franç.)
LANIESSE (Fils)
LEDUC (H.)
LEFEVRE (Adr.)
LEFEVRE (Félix)
LEGER
LEGER (Aug.)
LEGOUGE
LEGOUGE (Denis)
LELOUP
LEMAIRE
LEMAIRE (Fils)
LEMAUR
LEMOINE (J.-M.)
LERAIDE (Melle ou Mme)
LEROY (Melle ou Mme, Julie)
LESCUYER (Hipp.)
LIENARD
LIORE
LIROT
LOMBARD
LORIN (J.)
LOURDIN (Franç.)
LOURDIN (Méd.)
MACHE
MALHERBES (Cas.)
MARCEL
MARCEL (Oscar)
MARCELAS LOURDIN
MARTEL
MARTIN (Melle ou Mme R.)
MARY (François)
MARY (Zéphirin)
MASSON
MENNECIER (Eloi)
MERCIER
MIARD (Ad.)
MIRAT
MOIGNEAU
MOINEAU (Eloi)
MORIN (Melle ou Mme Esth.)
MOURET
MOUSSIN (Al.)
MULOT
MULOT (Melle ou Mme, Rose)
NINOT
NOEL
PAGELOT
PAUTHIER
PAUTHIER (Fran.)
PECHEUX (Ch.)
PECHEUX (Xavier)
PERDREAU
PERDREAU (Melle ou Mme Marie)
PERRIN
PHALIPON (Arth.)
PHALIPPON (Hip.)
PIOT (Philibert)
PIPELARD (René)
PIQUE (Cadet)
PLESSIER
POURPE (Melle ou Mme, institutrice)
PREMOT
PRIEUR (Ch.)
PRIEUR (Fils)
PRIEUR (Melle ou Mme  Math.)
QUILLE
REMY (Ad.)
RICHARD
RICKENBACK
ROLLAND PAJEOT
ROLLIN (Joseph)
SALMON 
SALMON (B.)
TRUFFAUT
VALLEE (E.)
VALLET
VALLET (Fils)
VALSEMEY
VANNET
VATTIER
VERDIER 
VIGNIER
VILLETTE

À défaut de nous permettre d’identifier les souscripteurs, les listes du recensement de 1866 de  Jouy-sur-Morin et des communes voisines26 nous donnent nombre d’informations sur la population à laquelle s’adresse la bibliothèque populaire.  Il s’agit d’une population majoritairement issue de la région, dont les différents membres travaillent qui aux champs (de nombreux manouvriers et manouvrières), qui dans les commerces ou artisanats locaux (beaucoup de tisserands) et dans les usines et fabriques locales. En plus des Papeteries, Jouy-sur-Morin accueille une fabrique de cartons, pains et cires à cacheter et une huilerie. Les papeteries emploient des ouvriers (hommes ou femmes), quelques employés et ont recours aux services des artisans locaux comme le maréchal-ferrant.

Dictionnaire géographique, administratif, postal, statistique, archéologique, etc., de la France, de l’Algérie et des colonies…. [Volume 2], M-Z / par Adolphe Joanne,… 1869. Gallica (BnF).

Les ouvriers sont parfois juste adolescents d’après ce recensement. On comprend donc sa volonté d’instruire ces enfants qui ne sont guère allés à l’école et qu’il connaît bien, les croisant tous les jours dans les ateliers comme dans la rue. En effet, les recensements de 1861 et 1866 nous permettent de savoir que Doumerc ne délègue pas la direction de l’usine et qu’il réside au quotidien au hameau du Marais, ayant pour voisins immédiats ouvriers, employés, menuisiers manouvriers27.

Les papeteries du Marais. Cliché de Durandelle, vers 1880. Avec l’aimable autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

 

La bibliothèque compte vers 1869 deux cents souscripteurs, Jouy-sur-Morin environ 1600  habitants et les Papeteries emploient, selon les sources, entre 600 et 1000 ouvriers dans la région.

V/ Les premières réactions autour de cette fondation

On connaît au moins deux réactions autour de la fondation de la bibliothèque populaire du Marais. La première émane de la Feuille de Provins en juin 1866. Il y est rapporté que le maire de La Ferté-Gaucher (chef lieu d’arrondissement pour Jouy-sur-Morin) souhaite instaurer le prêt dans la bibliothèque communale et s’inspirer pour ce faire de l’expérience de Doumerc. L’auteur de l’article retrace l’expérience menée aux Papeteries du Marais de manière très intéressante, car il souligne toutes les novations apportées alors par les bibliothèques populaires à une lecture publique encore embryonnaire, et a bien saisi la volonté de Doumerc de faire de la bibliothèque un lieu de savoir universel. Ce Plessier est peut-être le même que le souscripteur cité plus haut..

La bibliothèque qu’il s’agit d’instituer est sous beaucoup de rapports une imitation de celle organisée aux Marais, dans la commune de Jouy-surMorin, par l’intelligente et généreuse initiative de M. Doumerc, directeur de la Société anonyme des papeteries des Marais et de Sainte-Marie. La bibliothèque des Marais inaugurée à la fin de 1863 est en parfaite prospérité. Elle compte présentement deux cents abonnés et douze cents volumes. A une époque où le développement intellectuel et moral est la seule distinction réelle entre les hommes, les bibliothèques populaires satisfont à un besoin généralement senti en mettant à la disposition de tous des livres que chacun réduit à ses ressources individuelles ne saurait se procurer. Des dons volontaires, surtout lorsqu’il s’y adjoint une subvention municipale et une allocation préfectorale. pourvoient aux dépenses de premier établissement De minimes cotisations acquittées par les abonnés font face aux frais d’entretien. Une entreprise qui serait la ruine d’un seul réussit par le concours de tous, sans gêne pour personne. Au lieu d’éloigner les lecteurs, une faible rétribution les appelle et les attache, en leur conférant un droit dont L’exercice est toujours préféré à l’usage d’une simple tolérance. A la différence des bibliothèques fréquentées spécialement par les érudits, dont les manuscrits et les .vies rares composent la principale richesse, et d’où il n’est permis d’emporter un volume qu’en vertu d’une autorisation personnelle toujours difficile à obtenir, le régime des bibliothèques populaires, en se prêtant à la circulation des livres, a l’avantage de favoriser les lectures en famille d’une influence éminemment salutaire. Elles se composent d’ouvrages d’un mérite incontestable et que chacun doit désirer connaître. L’Histoire, la Géographie, les Voyages, la Morale, la Religion, la Philosophie, l’Histoire naturelle, l’Hygiène, l’Économie politique et domestique, les Sciences, la Littérature française et étrangère, les Livres pour les enfants, en un mot  tout ce qui éclaire, améliore et orne l’esprit y a sa place. A côté des œuvres dont le temps a consacré la valeur, est un choix de livres nouveaux et de publications périodiques qui tiennent les lecteurs au courant du mouvement des lettres et des sciences. La possession du catalogue est d’une si grande commodité pour les abonnés que les en priver par une économie mal entendue, serait compromettre le succès de l’établissement. Il est indispensable qu’ils sachent les livres entre lesquels leur choix est à faire. Les conditions à observer pour la réussite de ces sortes de bibliothèques, expérimentées aux Marais par A. Doumerc, sont indiquées par les publications de la Société Franklin, autorisée en 1862, et dont les nouveaux statuts ont été approuvés par M. le ministre de l’Intérieur, !e 19 avril 1861. Entre autres renseignements, elle a dressé le catalogue des ouvrages les plus convenables aux bibliothèques populaires et elle les leur procure à des conditions favorables. L’homme illustre dont elle a voulu honorer la mémoire en adoptant son nom fonda en 1730 la première bibliothèque qui fut établie par souscription. Combattre l’ignorance et son hideux cortège de vices, faciliter la diffusion des lumières, élever le niveau de la moralité et de l’instruction des populations, inspirer l’amour et la pratique du bien, c’est là un noble but auquel conduit directement la  propagation des bibliothèques publiques28.

Dans La Gazette du village, en 1869, un premier article offrant des conseils pour l’établissement d’une bibliothèque populaire29, très largement inspiré comme le reconnaît l’auteur des préconisations de la Société Franklin, est bientôt suivi d’un second article portant spécifiquement sur la bibliothèque du Marais, considérée par l’auteur comme un modèle de bibliothèque populaire de campagne:

BIBLIOTHÈQUE POPULAIRE DU MARAIS.

Nous recevons, propos de notre article sur l’organisation des bibliothèques populaires, le catalogue d’une bibliothèque que M. Auguste Doumerc a fondée à la papeterie du Marais (Seine-et-Marne). En moins de trois ans, des dons de livres et d’argent, joints aux cotisations des souscripteurs ont produit  un total de 1400 volumes. Nous ne partons pas des journaux auxquels la bibliothèque s’est abonnée. Elle est gratuitement ouverte aux lecteurs, deux fois par semaine. Les livres sont, en outre, prêtés à domicile moyennant une cotisation mensuelle de 25 centimes. Le choix des ouvrages est excellent. Point de livres immoraux ou dangereux également, point de livres de pure polémique, car, avant de chercher la lutte, il est sage de s’instruire avec tranquillité. Sur ces rayons figurent les écrits des plus grands hommes de tous les temps, et nous croyons qu’ils ne sont pas feuilletés sans fruit. Une chose qu’il nous intéresserait de savoir est celle-ci. Quels sont les volumes qui sont le plus fréquemment demandés ? et, par contre, quels sont ceux que l’on abandonne ? Un tel renseignement aurait son prix. Peut-être la complaisance de M. Doumerc nous le fournira-t-elle. Les préférences littéraires de la population ouvrière et rurale du Marais guideraient certainement avec sûreté les choix et les acquisitions de ceux qui voudraient imiter ailleurs le bon exemple de M. Doumerc30.

On comprend bien à la lecture de cet article qu’Auguste Doumerc a désormais, comme nombre de fondateurs de bibliothèques populaires, sociétaires de la Société Franklin, accepté de donner des apparences inoffensives à cette bibliothèque, en faisant même un modèle de bibliothèque rurale pour La Gazette des campagnes à qui il envoie le catalogue.  Il sera(it) donc intéressant de savoir ce qu’est devenue la bibliothèque dans les années suivantes, et aussi d’être en mesure de répondre aux questions que pose l’article ci-dessus. Je lance donc, comme à l’habitude, un appel à ceux qui détiendraient des archives… En effet, le site des papeteries auquel appartenait la bibliothèque a fermé à la fin du XXe siècle, et on ne sait ce que sont devenues les éventuelles archives de cette bibliothèque.

 

Fermeture des Papeteries du Marais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Voir http://www.musee-seine-et-marne.fr/les-papeteries-du-marais []
  2. Voir Le Progrès manufacturier : journal spécial de toutes les grandes industries et du crédit manufacturier, 23 septembre1855. []
  3. Journal des travaux de l’Académie de l’industrie agricole, manufacturière et commerciale, février 1863, p. 195. []
  4. Voir http://archives.seine-et-marne.fr/library/258J_Papeteriesmaraisstemarie_Inventaire_2013-pdf []
  5. Voir sur le blog « histoires de familles », la page https://www.xgille.net/ruprich-robert []
  6. Voir la copie de son acte naissance dans son dossier de la Légion d’honneur. []
  7. Voir sa fiche sur la base des Patrons de France. []
  8. Voir son acte de décès dans le Registre d’état-civil de Jouy-sur-Morin, Archives départementales de Seine-et-Marne. []
  9. Voir son acte de décès dans le Registre d’état-civil de Jouy-sur-Morin, Archives départementales de Seine-et-Marne. []
  10. Voir son acte de naissance  dans le Registre d’état-civil de Jouy-sur-Morin, Archives départementales de Seine-et-Marne. []
  11. Voir l’acte de mariage aux Archives municipales de Paris []
  12. Voir http://archives.seine-et-marne.fr/library/258J_Papeteriesmaraisstemarie_Inventaire_2013-pdf []
  13. Voir Madeleine Ambrière, Balzac et la quête d’absolu, Paris, PUF, 1999. []
  14. Voir les différents billets de ce carnet et Des Bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne, Presses de l’enssib. []
  15. Edmond aurait été franc-maçon selon le blog « histoires de familles », la page https://www.xgille.net/ruprich-robert []
  16. Voir les différents billets de ce blog . []
  17. Voir les billets de ce carnet et Agnès Sandras, “Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires”, in Bibliothèques en utopie : les premiers socialistes et la lecture au XIXe siècle [dir. Nathalie Brémand]. A paraître prochainement aux Presses de l’enssib. []
  18. Voir les différents billets de ce carnet. []
  19. Voir son dossier de la Légion d’honneur. []
  20. Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : Lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire », Romantisme, 2017. []
  21. Abonnements aux journaux et écrits périodiques. Catalogue de la Bibliothèque populaire du Marais, 1866. []
  22. Catalogue du Cercle de la librairie, de l’imprimerie et des industries qui s’y rattachent, Paris, 1876. []
  23. Voir le Bulletin de la Société d’archéologie, sciences, lettres et arts du département de Seine-et-Marne, 1866. []
  24. À Epernay, les souscripteurs ne coïncident pas exactement avec les lecteurs, par exemple. []
  25. Pour rappel, j’ai pu identifier les souscripteurs à Hortes car la personne tenant le registre avait eu la bonne idée d’accompagner les patronymes des maris de ceux de leurs épouses, ce qui m’avait permis d’opérer des recoupements avec les listes de recensement. []
  26. En ligne sur le site des Archives départementales de la Seine-et-Marne []
  27. La composition du foyer change ; en 1861, il vit avec son épouse, deux domestiques et une femme de chambre ; en 1866, veuf, il loge avec un seul domestique et des employés. []
  28. V. Plessier, « Fondation d’une bibliothèque publique à La Ferté-Gaucher », Feuille de Provins, 9 juin 1866. []
  29. Francis Luz, « Comment on organise une bibliothèque populaire », La Gazette du village, 7 février 1869. []
  30. Francis Luz, « Bibliothèque du Marais », La Gazette du Village, 21 février 1869. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.