Le journal La Presse et les bibliothèques populaires

J’ai déjà souligné dans d’autres articles le rôle de journaux comme Le Petit Parisien (voir ici)  et Le Siècle (voir ici)  dans la défense et la promotion des bibliothèques populaires. Jules Claretie évoque, dans son Rapport sur la fondation d’une bibliothèque communale et d’une salle de lectures et conférences dans chacun des arrondissements de Paris1, “deux publicistes, M. Jules Mahias dans la Presse, et M. Ch. Sauvestre dans l’Opinion nationale,  [qui] s’attachèrent alors à faire triompher cette idée des bibliothèques populaires.” On découvrira dans ce billet le rôle de Jules Mahias, puis d’Alfred Darimon, dans un soutien aux  bibliothèques populaires que La Presse leur permet d’amplifier, même si leurs motivations semblent sensiblement différentes.

André Gill, “Alfred Darimon”, La Lune, 28 décembre 1869. Gallica (BnF).

I/ Jules Mahias : un soutien très personnel aux bibliothèques populaires

Jules Paul Edouard Mahias est né le 22 avril 1836 à Saint-Calais (Sarthe) d’un père officier de gendarmerie âgé de 48 ans, Jules César Mahias, et d’une mère âgée de 21 ans, Louise Stéphanie Bonvalet2.  Ses parents ont eu au moins un autre enfant, Léon-Albert, né en 1838, qui fera carrière dans l’armée3. On retrouve six ans plus tard le père, Jules-César, à Boulogne-sur-Seine (actuel Boulogne-Billancourt). Veuf de Stéphanie Bonvalet, il se remarie le 14 février 1844 avec une institutrice, Marie-Claire-Olympe Yvelin, âgée de 54 ans, et leurs témoins sont un marchand de vins et trois instituteurs de Boulogne “amis du futur et de la future4”.  Olympe Yvelin est le deuxième enfant d’une fratrie de huit enfants nés à Sucé-sur-Erdre (Loire Atlantique) et Nantes, d’un père officier de santé visiblement acquis à la cause révolutionnaire puisqu’après Olympe (référence à Olympe de Gouges ?), il nomme un de ses fils  Humanité5

Jules Paul Edouard se marie quant à lui à 23 ans, en août 1859. Il demeure alors à Paris, rue Joquelet, et a donné comme profession “homme de lettres6”. Sa future épouse est Marie Louise Victoire Muller, 19 ans, née à Angers, de Victor Muller, libraire, et de Lodoïska Parage7. La même année, il fonde le Journal de Paris  : administratif, industriel et littéraire qui s’avère rapidement un échec financier, comme beaucoup de feuilles de cette période. L’équipe qui l’entoure nous donne une idée de son réseau : on y trouve de nombreux hommes de lettres qui sont connus ou vont être connus comme Monselet, Izambard, Léon de Rosny, mais aussi des personnes qui vont compter prochainement pour les bibliothèques populaires comme Frédéric Lock8 , Alfred Darimon9 et Eugène Pelletan10.

Dans Gazetiers et gazettes : histoire critique et anecdotique de la presse parisienne : années 1858-1859, J.-F. Vaudin livre en 1860 un portrait très enlevé, et venimeux,  du type du jeune publiciste que peut représenter Jules Mahias en 1859 (à lire ci-dessous, en double cliquant puis en feuilletant le texte grâce aux flèches -Gallica (BnF).

 

Vaudin précise d’ailleurs dans ce portrait que “la question des bibliothèques communales est son dada, et le costume des pompiers de Boulogne-sur-Seine est le sujet de ses grandes préoccupations11”.  Sous l’ironie, l’observation est juste. Vraisemblablement marqué par sa jeunesse auprès d’instituteurs boulonnais, Mahias se préoccupe tout au long de sa courte vie des questions d’éducation et des embellissements à apporter à Boulogne. Il écrit dans divers journaux, parfois sous le pseudonyme de Deshays12, et c’est dans La Presse, où il publie depuis 1856, qu’il lance des appels à la constitution de bibliothèques communales (cf. infra) dont la conception est à rapprocher des bibliothèques populaires.

Portrait de Mahias, journaliste. Carte de visite (recto). Photographie de Carjat & Cie. Tirage sur papier albuminé. 1860-1890. Paris, musée Carnavalet.

Dès ses débuts littéraires, Mahias ne se cache pas d’ambitionner une carrière politique. Son itinéraire reflète celui de nombre de ses contemporains à la fin du Second Empire, mélange d’opportunisme et de convictions lié aux risques que l’on court alors à s’afficher trop nettement d’un bord ou de l’autre. On le retrouve par exemple en 1863 sur la liste d’opposition démocratique pour les élections au Corps législatif, liste soutenue par des quotidiens comme Le Siècle ou La Presse ((On trouvera un historique précis de l’élaboration de ces listes dans Antoine Schwartz, L’Union libérale. Contribution à une sociologie politique des « libéraux » sous le Second Empire. Thèse pour le doctorat en science politique, 2011. Page 234.)). La plupart des candidats sont des soutiens actifs aux bibliothèques populaires  : Mahias se présente dans la 8e circonscription13 comme J. Simon, propagateur infatigable des bibliothèques populaires ; dans d’autres circonscriptions sont candidats des ouvriers typographes dont la profession est le terreau de ces mêmes bibliothèques. Darimon comme  Cantagrel14 sont candidats de la 7e circonscription, Pelletan dans la 9e, alors que Laboulaye s’est finalement effacé devant Thiers dans la 2e circonscription. Cette coloration politique des soutiens actifs aux bibliothèques populaires explique en partie  le refus opposé à l’ouverture de la BAI-XIII en 1864 (voir infra). Notons que selon Le Figaro (qui se moquait régulièrement de Mahias en 1863 …)  la candidature issue du journal La Presse aurait été tirée au sort dans un chapeau entre une dizaine de journalistes et que les deux derniers noms restants auraient été ceux de Darimon et Mahias15. On retrouve Mahias aux côtés de Anne-Charles Hérisson16, Jules Simon17, Charles Sauvestre (cf. supra), etc. dans une commission chargée de l’enseignement primaire à l’automne 187018.

Si Mahias n’a pas été élu en 1863, il met en œuvre  ses préoccupations pour l’éducation populaire. Sa première lutte concerne Boulogne-sur-Seine où très jeune il contribue à différentes actions en faveur des populations pauvres, dans le prolongement semble-t-il des actions de sa marâtre, Olympe Yvelin. Dès 1856, il appelle de ses vœux une bibliothèque populaire qui s’ouvrira sous le nom de bibliothèque communale en 186419. Une association philotechnique est également créée en 1865 qui a le soutien de l’association parisienne20. La présentation qui est faite de ces deux créations correspond donc sans surprise étroitement à celle de la BAI-III, avec la revendication d’une lecture instructive et délassante :

[…] chercher dans de bons livres, en même temps qu’un délassement à leurs fatigues physiques, une  saine et fortifiante nourriture intellectuelle. Les cours de l’Association philotechnique et la Bibliothèque sont donc de puissantes institutions d’avenir qui contiennent les germes bienfaisants de la diffusion des lumières et, par conséquent, du principe essentiel et, en quelque sorte, primordial des progrès vrais et solides21.

En juin 1879, la Société nationale d’encouragement au bien récompense Mahias, qui sous la IIIe République occupe des postes de préfet, et dresse la liste suivante de ses actions  :

Jules Mahias a contribué personnellement, depuis vingt ans, par sa plume dans la presse, par ses actes comme propagateur ardent de l’instruction et de l’éducation populaire, à la fondation d’un grand nombre de bibliothèques circulantes, d’associations philotechniques pour l’instruction gratuite des adultes. Son nom est particulièrement attaché aux œuvres de bienfaisances, aux bibliothèques et aux associations de Boulogne, Clichy, Foix et Saint-Brieuc. M. Jules Mahias est officier de l’instruction publique et président d’honneur d’un grand nombre de sociétés humanitaires22

Il meurt le 13 novembre 1881 en Isère, département dont il est alors le préfet23, et est inhumé le 17 novembre à Boulogne-sur-Seine.

On notera enfin que Jules Mahias est un franc-maçon actif à Boulogne. Il présente sans succès  Gambetta à la loge l’Espérance24, puis fait partie des fondateurs du Réveil maçonnique 209 à Boulogne, loge qui reçoit Jules Simon et les Arago25. Cela confirme l’importance du réseau franc-maçon, comme on a déjà pu le voir à plusieurs reprises, dans l’établissement des bibliothèques populaires.

II/ Alfred Darimon : un soutien plus politique à la BAI-XIII ?

Né à Lille le 17 décembre 181926 d’une  famille modeste (journaliers et tailleurs), Alfred Darimon a une trajectoire apparemment semblable à celle de Mahias, passant de l’univers de la presse à celui de la politique. Mais ses choix politiques apparemment peu cohérents l’ont rendu antipathique à ses contemporains, et il est difficile de trouver des souvenirs le louant après 1863. Dans un premier temps, Darimon se présente comme un disciple de Proudhon dont il devient en effet le secrétaire en 184827. Il collabore alors à des journaux comme Le Peuple puis La voix du peuple. En 1857, il est élu député, et fait partie des “Cinq”. Son image d’opposant à l’Empire et de disciple proudhonien en effraie alors plus d’un :

Lors des élections législatives de 1857, Paris élut quatre députés franchement hostiles ; le mot « irréconciliables » n’avait pas encore été appliqué aux hommes politiques ou soi-disant tels. L’Empereur dit : « C’est la réponse au Bois de Boulogne. » En effet, d’un taillis mal percé, sans eau, parsemé de pelouses arides, il avait fait l’admirable promenade qui est la joie des Parisiens. Émile Ollivier, Alfred Darimon, Ernest Picard, Jules Favre étaient sortis de l’urne, comme des diables d’une boîte à surprise. Un cinquième député, Hénon, venu de Lyon, compléta le groupe des opposants quand même, de ceux que l’on nommait : « les cinq ».

Alfred Darimon était l’ami et se disait l’élève de Proudhon ; c’était là son bagage ; il n’en eut jamais d’autre28.

En 1863, Darimon est réélu et suit les orientations désormais libérales d’Émile Ollivier. Ce tournant vers le “Tiers-Parti” lui vaut les honneurs du cercle impérial et les foudres de ses anciens amis, même s’il continue à s’occuper des questions ouvrières à la Chambre. Après 1870, il se consacre à l’écriture, raconte ses souvenirs politiques dans différents ouvrages29, et s’éteint dans une fondation à Neuilly en 1902, oublié de tous.

Portrait d’Alfred Louis Darimon (1819-1902), publiciste pour La Presse, homme politique. Carte de visite (recto). Tirage sur papier albuminé. 1860-1890. Photographie de Carjat et Cie. Paris, musée Carnavalet.

Darimon, sans doute sous l’influence de Mahias, s’intéresse à la question des bibliothèques, thématique qu’il a déjà croisée dans ses lectures proudhoniennes30 et dans la presse à laquelle il a donné des articles. Toutefois, faute d’archives (une fois encore, appel aux bonnes volontés…), il est très difficile de démêler son rôle dans la défense du projet de fondation de la BAI-XIII en 1864. Les articles de presse laissent entendre qu’il a soutenu la fondation de la bibliothèque en tant que député, ce qui est une pratique courante. Mais a-t-il voulu faire plus ? On ne le retrouve pas en effet, non plus que Mahias, dans les donateurs de livres ou d’argent aux premières bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) parisiennes ou à la Société Franklin. En revanche, il est certain qu’il fait du refus opposé à la fondation de la BAI-XIII un vrai cheval de bataille, à tel point qu’on peut penser qu’il aggrave d’ailleurs la situation, ce qui expliquerait que la BAI-XIII n’a pas vu le jour sous le Second Empire.

La première tentative de création de la BAI-XIII se situe en effet à un moment-clé pour les bibliothèques populaires alors en butte à une hostilité d’une partie du cercle impérial très zélée (voire trop, Napoléon III ne semblant pas avoir souhaité personnellement les tracasseries opposées aux bibliothèques populaires). Dès 1862, la BAI-III a inquiété le maire d’arrondissement qui a obtenu sa fermeture provisoire. La BAI-III est sauvée in extremis par le réseau de Perdonnet, et son fondateur, Jean-Baptiste Girard part créer la BAI-V avec l’aide d’Édouard de Laboulaye, professeur au Collège de France, ancien député quarante-huitard. Dans les donateurs de la BAI-V figurent des fouriéristes et des socialistes (Cohadon, Proudhon, George Sand, Béluze …). Par une circulaire confidentielle aux préfets, le 8 avril 1864, le Ministre de l’intérieur donne des consignes pour retarder, voire empêcher, l’établissement des bibliothèques populaires qui auraient une coloration politique. À Versailles, par exemple, malgré le soutien d’Édouard Charton, il faut pas moins de 9 mois de tracasseries administratives avant l’ouverture de la bibliothèque populaire31.

La situation est d’autant plus complexe pour les bibliothèques populaires qu’elles bénéficient d’un soutien discret mais réel du ministre de l’instruction (Victor Duruy) alors que son homologue de l’Intérieur, Paul Boudet, est plein de méfiance envers la lecture populaire : il accepte par exemple que Charles Nisard lui dédie son ouvrage Histoire des livres populaires ou De la littérature du colportage : depuis l’origine de l’imprimerie jusqu’à l’établissement de la commission d’examen des livres de colportage, 30 novembre 1852, précisément en 1864… C’est ce même Nisard et son frère Désiré que l’on retrouvera parmi les détracteurs des bibliothèques populaires en 1867 lors de l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne et d’Oullins32… Si Darimon connaît parfaitement les bibliothèques populaires (grâce à Mahias ?), comme en témoignent ses textes (voir infra), il semble néanmoins que leur défense lui est essentiellement utile pour évoquer plus largement la question de la liberté qui lui est chère.

Ce soutien de Darimon, relayé par la presse, au moment-même où d’autres journaux défendent d’autres bibliothèques populaires qui peinent à s’installer33 est contreproductif. Le publiciste est toujours associé, pour ses ennemis, au nom de Proudhon, ce qui suffit à condamner une bibliothèque naissante de peur de mauvaises lectures et plus largement d’un foyer de sédition34. La BAI-XIII essuie donc un refus en 186435, et peu de journaux s’indignent de cette situation (voir infra), sans doute déroutés, une fois encore, par le rôle de Darimon dans cette création.

III/ Les articles de La Presse sur les bibliothèques populaires de Mahias aux affaires de 1867 en passant par Darimon36

Le premier article de La Presse sur la lecture populaire et les bibliothèques populaires est un texte anonyme de décembre 1836 qui se fait l’écho des questionnements de l’époque sur ce qu’on doit proposer à  lire au peuple, et en particulier des réflexions autour de l’incitation du ministre Guizot à prévoir des bibliothèques au contenu choisi pour les ouvriers ou les paysans37:

Que le peuple apprenne à lire, c’est une bonne  chose en principe, et l’on a raison d’étudier avec soin les diverses méthodes d’enseignement, – afin d’adopter celle qui économisera le temps et diminuera la peine des élèves. Mais quand le peuple saura lire, que lira-t-il ? Nouvelle question non moins grave que la précédente, plus grave même, si l’on considère que l’art de la lecture n’est pas le but de l’instruction, mais le moyen d’y arriver. C’est un instrument dont on peut se servir pour les usages les plus contraires, pour le mal comme pour le bien, pour se démoraliser comme pour s’améliorer. C’est une force qui demeure passive et inerte si le peuple ne lit point, et qui devient funeste s’il lit de mauvais livres. Il ne suffit donc pas de mettre entre les mains des ignorants le principal outil de la science ; il faut encore, et surtout, leur apprendre à le manier avec prudence et habileté.  Or, qu’est-ce que lisent, en général, les hommes du peuple ? Il y en a d’abord un grand nombre qui ne lisent rien du tout. D’autres se contentent de leur almanach, et de quel almanach ! Quelques-uns trouvent sur leur chemin un volume du dictionnaire philosophique ou un roman de Pigault-Lebrun, et croient avoir acquis la science universelle quand ils ont lu ces livres-là. Parmi les ouvriers des villes, il en est qui s’élèvent jusqu’à la lecture d’une feuille politique, mais ils ne choisissent pas toujours la meilleure tant s’en faut38.

Le texte se démarque toutefois par une vision plutôt neuve des besoins en bibliothèques. L’auteur cite les exemples étrangers de bibliothèques populaires et circulantes et regrette qu’on ne fonde pas en France de bibliothèques populaires par souscription. Sa conclusion est sans appel : “La fondation de trente mille bibliothèques communales vaut bien l’érection de l’obélisque de Louqsor, et coûtera quelques millions de moins39”.

Le ton est donné, sans doute par Émile de Girardin,  jeune directeur d’un journal qui n’a que 6 mois, et affiche et affirme ainsi sa volonté d’être à la portée du peuple40. Dix  ans plus tard, La Presse ouvre largement ses colonnes aux premières expériences de bibliothèques communales (qui ne sont pas, rappelons-le des bibliothèques populaires où des assemblées gèrent de manière démocratique le fonctionnement et l’achat des livres) fondées à l’initiative le plus souvent de philanthropes aidés par des mairies locales. Le développement des bibliothèques communales en Alsace, à l’initiative de Jean Macé41 est ensuite particulièrement suivi par le journal. Jules Mahias consacre un article entier aux bibliothèques communales le 24 novembre 185842. Il revient avec prudence sur le choix des livres, évoquant le rôle du ministre de l’Instruction publique,  et même une encyclopédie spécialement rédigée pour le peuple, mais il émet cependant l’idée que les bibliothèques rurales peuvent fonctionner avec des souscriptions. Le 15 janvier 1859, à l’occasion d’un article sur les questions municipales, il se plaint de l’absence d’une législation  claire sur les bibliothèques communales. Il se réjouit donc en décembre 1860 de la portée de la circulaire Rouland43 annonçant les bibliothèques scolaires  puis en juin 1862 de la circulaire permettant leur mise en place44. À cette occasion, il évoque la BAI-III mais sans la nommer clairement :

M. le ministre de l’instruction publique, si disposé à donner au peuple les moyens de s’instruire, si profondément dévoué à la grande cause ds l’enseignement populaire, ne pourrait-il pas soumettre à une étude approfondie la question des bibliothèques accessibles au peuple ? Toutes les bibliothèques de ce genre, créées récemment, et notamment celle du 3e arrondissement de Paris, n’ont fait que prospérer ; pourquoi ne tenterait-on pas d’en fonder de nouvelles ? L’initiative manque dans nos villes et communes; une circulaire de M. le ministre de l’instruction publique éveillerait l’attention de tous les hommes bien intentionnés et des magistrats municipaux intelligents. Les bibliothèques populaires pourraient devenir le complément des bibliothèques scolaires, de même que l’école primaire est le complément de la salle d’asile45.

Mahias apporte  tout son soutien aux bibliothèques cantonales ou communales46, et se félicite du bon fonctionnement de la BAI-III puis de la création de la BAI-XVIII (La Presse, 4 sept. 1862.)). Toutefois il émet des réserves sur la fondation de la Société Franklin, car il souligne qu’elle encourage les bibliothèques par souscription (c’est le cas des BAI où les lecteurs paient une cotisation et un abonnement) alors que lui préfère les bibliothèques communales, fonctionnant grâce à l’argent municipal  47, et donc gratuites pour les lecteurs. On comprend pourquoi il n’adhère pas à la Société Franklin et fonde une bibliothèque communale à Boulogne (voir supra.).  Dans la droite ligne de cette logique, il se réjouit dix jours plus tard du projet de fondation d’une bibliothèque populaire gratuite, sous les auspices de l’Association polytechnique, dans le Ier arrondissement48.

Est-il désormais satisfait de sa propre fondation à Boulogne ? Craint-il les polémiques naissantes autour des bibliothèques populaires (voir supra) ? Ou le journal La Presse décide-t-il pour des raisons politiques et/ou de satisfaction de son lectorat de passer du soutien aux  bibliothèques communales, mieux vues du ministre de l’Intérieur, car plus faciles à surveiller, mais ne proposant pas toutes sortes de livres, à un soutien aux bibliothèques des Amis de l’Instruction, bibliothèques populaires associatives dont le système par souscription permet une (très relative) indépendance dans le choix des livres ? C’est en effet de manière anonyme  qu’est annoncée le 23 août 1864 la naissance de la BAI-V49 présidée par Ed. Laboulaye, à la suite de la BAI-III, la BAI-XIX, la BAI-X et la BAI-XVIII. À cette occasion, les lenteurs administratives opposées à de nouvelles fondations de BAI sont dénoncées avec énergie :

L’œuvre des bibliothèques populaires poursuit son cours, on le voit, et bientôt il n’y aura pas un arrondissement de Paris qui n’ait la sienne. Des hommes d’intelligence et de cœur, présentant toutes les garanties qui puissent être exigées s’occupent d’en organiser de nouvelles. Mais l’autorisation dé l’administration est nécessaire, et si les détails qu’on nous donne sont exacts, comme nous avons tout lieu de le croire, les auteurs de ces utiles projets rencontrent des difficultés et des lenteurs auxquelles ils ne devaient pas s’attendre. On nous assure que M. Maurice Block, choisi par les ouvriers de Chaillot comme président du conseil administratif de leur future bibliothèque populaire, a déposé leur demandé d’autorisation au ministère de l’intérieur depuis plus de huit mois ; qu’à plusieurs reprises, la préfecture à envoyé des agents prendre des renseignements sur la moralité dés fondateurs, mais que, depuis huit mois le ministère de l’intérieur n’a pas répondu à la demande d’autorisation. On nous affirme encore que depuis plus de deux mois, M. Ernest Legouvé, de l’Académie française, président de la future bibliothèque du 6° arrondissement, a déposé une demande semblable et n’a encore reçu aucune réponse. Nous espérons que ces retards ne viennent pas d’une disposition défavorable de administration, mais ils pourraient avoir pour effet de décourager ceux qui ont eu l’idée excellente de ces bibliothèques populaires. Le gouvernement a plusieurs fois manifesté l’intention de favoriser ces créations utiles ; il serait sans doute le premier à regretter que les faits parussent démentir ses bonnes dispositions. Au surplus, les fondateurs des bibliothèques populaires ne sont point exigeants. Ils ne sollicitent ni l’appui ni les subventions de l’administration. Ils ne demandent que l’autorisation qui en France est nécessaire pour tant de choses évidemment légitimes et louables. Tout ce qu’ils demandent, c’est qu’on ne les empêche pas de faire par eux-mêmes le bien qu’ils ont projeté. C’est avec les seules ressources des sociétaires, c’est avec l’obole fournie par chacun, que les bibliothèques veulent se fonder et se développer, espérant montrer bientôt, comme le dit très bien la circulaire de la bibliothèque des Amis de l’instruction, quelle est la fécondité de l’association et, de la liberté. « C’est du concours, des souscriptions et des lecteurs », ajoute celte circulaire, « que dépend la fortune de. la bibliothèque. Elle est la chose du peuple, elle  est faite pour lui, elle ne peut réussir que par lui. Avec beaucoup de petites cotisations, on aura un établissement qui sera l’œuvre du peuple et qui lui fera un éternel honneur.»—Ce sont  des principes salutaires et féconds que nous n’avons jamais omis de propager, et  nous sommes heureux de voir l’œuvre des bibliothèques populaires placée ainsi sous le patronage dé l’initiative. C’est faire l’éducation du peuple en même temps que développer son instruction50.

On peut penser que ce texte émane de Darimon puisqu’à partir des mois suivants il prend le relais de Mahias dans La Presse  pour évoquer les bibliothèques populaires mais dans un esprit différent et plus polémique, reflétant des engagements politiques moins conservateurs (même si on l’accuse d’avoir changé de bord, voir supra) que ceux de son collègue. Pour Darimon en effet, la question des bibliothèques populaires est symbolique des libertés à reconquérir et de l’émancipation du peuple. Dans un article significativement intitulé “les bibliothèques populaires”  le 6 septembre 1864 il rend un hommage appuyé aux différents fondateurs de bibliothèques populaires, salue le rôle de Jean Macé  et de la BAI-III ainsi que de la Société Franklin51. Le 23 octobre, il annonce donc le projet de la BAI-XIII :

Nous apprenons, de notre côté, qu’un certain nombre d’habitants du 13e arrondissement (Gobelins), la plupart ouvriers, songent à fonder une bibliothèque populaire sur le modèle de celle du 5e arrondissement (Panthéon). La demande d’autorisation est depuis la semaine dernière entre les mains de M. le ministre de l’intérieur, qui ne peut tarder à y faire droit. Le 13e arrondissement est un des plus pauvres de Paris. Il compte, suivant M. Husson, 1 indigent sur 5,51 habitants. C’est surtout, dans ces masses déshéritées qu’il faut faire pénétrer l’instruction sous toutes les formes. Les écoles communales laïques y sont nombreuses on y compte six écoles de garçons et sept écoles de filles. La fondation d’une bibliothèque populaire permettrait aux adultes non seulement de perfectionner l’instruction qu’ils ont acquise, mais encore d’en répandre ou d’en conserver goût autour d’eux. Ce serait un véritable bienfait pour toute la population de ces quartiers52.

Le 7 décembre53, Darimon se lance dans un texte très allusif en commentant les préconisations de la Société Franklin pour fonder une bibliothèque populaire sans se voir opposer un refus administratif. Il ironise sur l’estampille du colportage donc sur les Désiré Nisard et autres (voir supra) à qui l’obsession des mauvais livres fait oublier les vertus de la lecture. De manière très transparente, il rappelle aussi les tracasseries que vient d’opposer le maire du IIIe arrondissement à la BAI-III (voir supra) : “Heureux quand le maire, que les fondateurs auront choisi pour être le président honoraire ne se jette pas à la traverse dans l’association et ne cherche pas à lui susciter des obstacles54. ” Et il finit par marteler :

Pour nous, quand nous considérons toutes les formalités qu’il faut remplir et les lenteurs que l’administration apporte dans ses décisions, nous nous étonnons de voir qu’il y ait encore tant de personnes disposées à se dévouer à l’œuvre des bibliothèques populaires.
En présence du besoin d’instruction qui se fait sentir de toutes parts et que tant de gens de bonne volonté se montrent prêts à satisfaire, nous ne comprendrions point que le gouvernement maintînt tous ces règlements qui ne produisent d’autre résultat que de décourager l’esprit d’initiative.
De quoi a-t-on peur ? On craint de voir les mauvais livres venir prendre place sur les rayons des bibliothèques populaires. C’est trop de précautions prises contre un péril imaginaire. Il faut avoir plus de confiance dans la sagesse des citoyens. Il est rare de voir des gens s’associer pour se démoraliser par des lectures malsaines. Il y a là dans les groupes d’hommes un sentiment de pudeur naturelle qui empêchera toujours les écarts de ce genre.
Tout en reconnaissant l’utilité de la notice publiée par les soins de la Société Franklin, nous ne pouvons y voir que la dénonciation d’un état de choses qui appelle un prompt remède55.

Ces diverses allusions aux réticences que devaient opposer les autorités à la fondation de la BAI-XIII au même moment ont sans doute contribué au refus raconté par un autre journaliste de La Presse, Édouard Bauer56. La lettre envoyée par le ministre de l’intérieur à Darimon y est citée et commentée ironiquement. Le 16 décembre57 Bauer, s’appuyant sur la réaction de L’Union de la Sarthe insiste sur le désaccord flagrant entre l’Instruction publique et l’Intérieur pour conclure ainsi :

Tout cela nous fait croire que le gouvernement n’a pas dit son dernier mot sur cette question. M. Boudet, dans sa lettre, se bornait à déclarer que la question était à l’étude. Nous croyons donc qu’après un sérieux examen, il reconnaîtra lui-même que la liberté est encore le système le plus fécond. Quant à l’idée de soumettre Paris à un régime spécial, on nous permettra de ne pas y croire. C’est là une pensée trop injurieuse pour la population de notre capitale pour qu’elle ait pu traverser un seul instant la tête d’un ministre à l’intelligence duquel tous se plaisent à rendre hommage. Les ouvriers de Paris, dont les mains créent ces produits merveilleux qui vont porter notre réputation, en matière de goût, jusqu’aux extrémités du monde, ne seront point condamnés à se priver de lecture ou à ne lire que ce que l’Union de la Sarthe appelle, avec beaucoup d’à-propos, « Les livres du gouvernement58. »

En septembre 1865 59, un article signale que le projet de M. Boudet est abandonné mais que les demandes de fondation de BAI n’aboutissent pas, comme en témoignent les infructueuses demandes du Vicomte Sérurier pour la création de la BAI-VIII. Le 20 octobre 1865, E. Bauer revient sur le refus opposé à Darimon pour la BAI-XIII et évoque le cas de Maurice Block pour la BAI-XVI :

Nous lisons, dans un article de M. Maurice Block, sur les associations ouvrières allemandes inséré dans le dernier numéro du Journal des Économistes : «On a parlé aussi de bibliothèques populaires et de livres à faire circuler dans les associations ; mais — il m’est pénible d’insister sur ce point — quoiqu’il y ait deux ans qu’en société avec quelques hommes de bien j’ai demandé au ministère de l’intérieur la permission de fonder une bibliothèque populaire pour le 16e arrondissement de Paris, malgré nos instances, et bien que nous nous l’eussions soumis d’avance aux exigences de la surveillance la plus rigoureuse, on nous a répondu par un silence dédaigneux. Heureuse Allemagne, qui n’a pas besoin d’une autorisation pour fonder une bibliothèque populaire ! » M. Maurice Block était, il y a quelques années, attaché au ministère de l’agriculture, du commerce et des travaux “publics. Ses ‘sentiments ne peuvent être suspectés ; et cependant, on n’a pas même fait à sa demande l’honneur d’une réponse. – Il serait bien temps, cependant, que les hommes de bien dont parle M. Maurice Block, et qui sont nombreux à Paris, sussent à quoi s’en tenir60.

Lors de l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne, La Presse s’engage de manière logique du côté de Sainte-Beuve et de la défense d’une lecture sans trop d’entraves61. Le clivage entre les bibliothèques communales et les bibliothèques populaires est désormais oublié au nom des libertés : liberté de s’associer, liberté de lire tous les ouvrages…

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le journal La Presse et les bibliothèques populaires," in Bibliothèques populaires, 05/02/2020, https://bai.hypotheses.org/3780.

  1. Voir sur ce rapport : “La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie III – de nombreux donateurs autour du Bibliophile Jacob et d’Auguste Vorbe),” in Bibliothèques populaires, 21/08/2019, https://bai.hypotheses.org/3359. []
  2. Extrait d’acte de naissance contenu par le dossier de Légion d’honneur de Jules Mahias : –  LH/1689/55 (base léonore -AN)- []
  3. LH/1689/56 – (base léonore -AN)- []
  4. Acte de mariage du 14 février 1844, Boulogne-sur-Seine/ Archives des Hauts-de Seine. []
  5. Actes de naissance de Sucé-sur-Erdre et Nantes/ Archives de la Loire Atlantique []
  6. Acte de mariage Mahias/ Muller – Etat-civil reconstitué de Paris, Archives de Paris. []
  7. Acte de mariage Mahias/ Muller – Etat-civil reconstitué de Paris, Archives de Paris, et acte de naissance de Guillaume Muller, né en 1842 à Nantes. []
  8. Voir Agnès Sandras, “La Bibliothèque (populaire) communale de Vernon : une tentative originale de transmission des savoirs dans une petite ville de province sous le Second Empire libéral”, 143e congrès du CTHS, Paris, 2018 – La transmission des savoirs. []
  9. Voir la suite de ce billet.), Émile de la Bédollière ((Agnès Sandras, “Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale),” in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086 []
  10. Ibid. []
  11. Ibid. []
  12. Nom de sa grand-mère maternelle. []
  13. Voir sa circulaire aux électeurs de la Seine dans Le Temps du 29 mai 1863. []
  14. Agnès Sandras, “La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie III – de nombreux donateurs autour du Bibliophile Jacob et d’Auguste Vorbe),” in Bibliothèques populaires, 21/08/2019, https://bai.hypotheses.org/3359 []
  15. Le Figaro, 29 nov. 1881 []
  16. Proche de Corbon et Charton. Voir Agnès Sandras, “La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI),” in Bibliothèques populaires, 16/05/2019, https://bai.hypotheses.org/3235 []
  17. Voir Etienne Naddeo, “Jules Simon (1/2) : l’opposant exalté à l’Empire ou la lecture populaire comme socle républicain”, in Bibliothèques populaires, 17/05/2015 : https://bai.hypotheses.org/920 []
  18. Recueil des lois et actes de l’instruction publique: instruction supérieure …, année 1870 . []
  19. Voir J. Grenet,  Boulogne : son histoire et ses institutions, église, mairie, école, bibliothèque, société de secours mutuel, crèche, etc.  préface par Jules Mahias… Paris, C. Schiller,  1869 []
  20. Ibid. []
  21. Ibid. []
  22. Le Siècle, 16 juin 1879. []
  23. Voir acte de décès, 14 nov. 1881, Archives de l’Isère. []
  24. André Combes, Commune de Paris  : la franc-maçonnerie déchirée, mars-mai 1871  ; préface de Jean-Robert Ragache, Paris, Dervy, 2014. []
  25. Ibid. []
  26. Dossier de légion d’honneur. AN : LH/661/49. []
  27. Voir sa notice dans le Maitron ici: notice DARIMON Alfred, Louis , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 16 janvier 2018. []
  28. Maxime Du Camp, Souvenirs d’un demi-siècle, Paris,  Hachette, 1949. []
  29. Voir ses publications ici. []
  30. Voir  Olivier Chaïbi, “Sur les lectures ouvrières au XIXe : Proudhon et les bibliothèques populaires,” in Bibliothèques populaires, 03/01/2017, https://bai.hypotheses.org/1220.    []
  31. Geslot Jean-Charles, Sandras Agnès, « Les débuts de la bibliothèque populaire de. Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire », Romantisme n° 177, 2017. []
  32. Voir Agnès Sandras, “Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires”, Bibliothèques en utopie, Les socialistes et la lecture au XIXe siècle [Dir. N. Brémand], Villeurbanne,  Presses de l’enssib, 2020. []
  33. Voir les différents billets sur Le SIècle et Le Petit Parisien. []
  34. Voir Agnès Sandras, “Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires”, op.cit. []
  35. Elle ouvrira sous la IIIe République, voir un prochain billet. []
  36. La Presse est en ligne sur Gallica, ici. []
  37. Voir Agnès Sandras, “La “bibliothèque populaire” idéale selon Jacques Matter (1836),” in Bibliothèques populaires, 06/02/2017, https://bai.hypotheses.org/1250. []
  38. La Presse, 2 décembre 1836. []
  39. Ibid. []
  40. Voir Laurent Arzel, “1836, naissance de “La Presse” d’Emile de Girardin“, Blog Gallica. []
  41. Voir Arlette Boulogne, Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), Paris, L’Harmattan, 2016. []
  42. La Presse, 24 nov. 1858. []
  43. La Presse, 30 déc. 1860. []
  44. La Presse, 30 juin 1862. []
  45. La Presse, 30 juin 1862. []
  46. La Presse, 10 août 1862. []
  47. La Presse, 9 octobre  1862. []
  48. La Presse, 13 octobre 1862. []
  49. La Presse, 23 août 1864. []
  50. Ibid. []
  51. La Presse, 6 sept. 1864. []
  52. La Presse, 23 octobre 1864. []
  53. La Presse, 7 décembre 1864. []
  54. Ibid.. []
  55. Ibid. []
  56. La Presse,  10 décembre 1864. []
  57. La Presse, 16 décembre 1864. []
  58. Ibid. []
  59. La Presse, 22 septembre 1865 []
  60. La Presse, 20 octobre 1865. On trouvera ici l’article de Maurice Block []
  61. Voir Agnès Sandras, “Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale),” in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086, et Agnès Sandras, “Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires”, op.cit. []
  62. La Presse, 3 août 1867. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.