Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (I/ Un ingénieur des chemins de fer passionné par l’instruction du peuple)

La tradition associative de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction a dès le XIXe siècle identifié son héros fondateur, Jean-Baptiste Girard1. Cette tradition, confortée par le colloque de 19842, a mis à l’honneur la figure de l’ouvrier méritant, arrivé peu instruit à Paris, et que des rencontres politiques auraient déterminé à s’émanciper grâce à la lecture. Par opposition, Auguste Perdonnet, issu des élites de la grande bourgeoisie, proche du cercle impérial, a peu séduit la tradition associative et les chercheurs… Pourtant, il semble à peu près assuré que sans Perdonnet la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement parisien (BAI-III) serait durablement restée fermée  après seulement quelques mois d’existence (voir prochain billet). Je vais donc tenter de tenir une promesse – répétée depuis des années lors de mes présentations sur les bibliothèques populaires – en livrant ici les différents éléments que j’ai pu trouver sur Auguste Perdonnet.

En 1861, lorsque la BAI-III est ouverte,  Auguste Perdonnet  a une position sociale très différente de celle du  noyau des fondateurs qui sont principalement des ouvriers et des artisans. Il est peut-être dans une situation conflictuelle avec certains des protecteurs de la BAI-IIl, professeurs de l’Association philotechnique, association (prétendument ?) concurrente de l’Association polytechnique qu’il préside. Comprendre pourquoi Perdonnet se retrouve quelques mois après à la tête de la BAI-III et la défend bec et ongles, aide à mieux saisir la complexité de l’histoire initiale des bibliothèques populaires (entre autres le prochain billet de ce carnet qui portera sur la bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance). Perdonnet est en effet lié de mille et une manières à ces bibliothèques, depuis les «  »bibliothèques populaires » » imaginées par Benjamin Delessert aux bibliothèques des Amis de l’Instruction.

I/ Un ingénieur saint-simonien, « patriarche des chemins de fer » français

Auguste Perdonnet est né en mars 1801 dans le Ve arrondissement parisien. Il est l’unique fils d’Alexandre François Vincent Perdonnet (Vevey, 1768 – Lausanne, 1850) et Jeanne Françoise Georgette Bridel3.  Vincent Perdonnet est un riche agent de change suisse  qui compte dans la vie politique  de son pays, tout en déployant une activité économique intense en France (il possède par exemple les forges de la Loue et le haut fourneau de Pontarlier) et en Europe4. Il est naturalisé français en 18185. De religion protestante, Vincent Perdonnet s’intéresse vivement aux sciences et aux arts, aux progrès industriels de son temps, et à toutes les nouveautés. Il n’est donc pas étonnant de retrouver son fils  à Yverdon (Suisse), comme bon nombre d’enfants des élites suisses : Auguste suit les cours d’un des grands fondateurs de l’éducation populaire, Pestalozzi6 ; il y apprend l’importance des activités manuelles, de l’observation, etc., toutes choses qui marquent certainement ses futurs engagements 7.

Reçu à l’École Polytechnique en 1821, Auguste Perdonnet doit en partir dès 1822. Il appartient en effet au groupe d’élèves accusés d’activités carbonaristes hostiles au pouvoir (comme son ami  Léonce Reynaud). Le jeune homme suit alors les cours de l’École des mines, devient ingénieur, voyage en Europe et se passionne pour les chemins de fer naissants. Il joue un rôle prééminent dans la fondation des premiers chemins de fer français (auxquels une partie de la classe politique au pouvoir est farouchement opposée), à la fois par ses connaissances techniques solides, et le réseau paternel qui permet de trouver des actionnaires.  Dès 1830, Reynaud (Jean ou son frère Léonce ?) obtient la réintégration de Perdonnet dans le corps des Ponts-et-Chaussées.

=> cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Perdonnet est  un ingénieur très compétent qui donne rapidement des cours sur les voies ferrées à l’École centrale des Arts et Manufactures et forme plusieurs générations d’ingénieurs tout aussi efficaces. Selon les témoignages contemporains, il est le premier au monde à enseigner la science des chemins de fer, dès 1834, et sera surnommé plus tard à son grand plaisir « le patriarche des chemins de fer ».

École centrale des arts et manufactures. Cours professionnel, par M. A. Perdonnet. Nouvel album des chemins de fer, par A. Jacquin,… avec une introduction par M. A. Perdonnet. Paris, E. Lacroix, 1864. Gallica (BnF).

Il joue  un rôle de premier plan dans L’École centrale des Arts et manufactures (dont il dit lui-même que c’est la « Sorbonne industrielle ») pendant une trentaine d’années : il y donne divers cours  de 1831 à 18648 comme les Cours d’exploitation des mines [1831-1832] ; les Leçons sur les chemins de fer [1833-1834] ; etc., puis co-organise les programmes des cours avant de devenir le directeur de 18629 à sa mort. Il s’acquitte de cette tâche avec un zèle particulier, puisqu’elle lui permet de mêler ses préoccupations, entre instruction, pédagogie et recherche du progrès industriel10.

Armand-Auguste Caqué (1793-1881). Hommage de ses élèves à Auguste Perdonnet (1801-1867), professeur de chemins de fer à l’École Centrale des Arts et Manufactures. Cuivre, 1857. Paris, musée Carnavalet.Creative Commons.

Soucieux de la diffusion de ses enseignements et connaissances, il rédige tout au long de sa vie pour le grand public des ouvrages sur les chemins de fer 11 et pour les ingénieurs12. Signalons notamment sa participation à l’Almanach des chemins de fer d’Évariste Thévenin de 1865 à 1867. Il y raconte par exemple de manière très vivante ses débuts d’ingénieur des chemins de fer, et comment lui et ses collègues (comme Eugène Flachat) n’hésitaient pas à conduire les trains, à mettre la main à la poche pour proposer des améliorations, etc13. Cette collaboration avec Évariste Thévenin s’étend aussi à la publication des  Cours d’économie industrielle  et des Entretiens populaires de l’Association polytechnique (cf. infra). Parmi les autres auteurs et conférenciers, on trouve par exemple le chimiste Jean-Augustin Barral, ancien collaborateur de Considerant, fouriériste14, qui publie dans L’opinion nationale.

=> cliquez sur l’image et sur les flèches ci-dessous pour feuilleter plus commodément les pages dans lesquelles Louis Figuier revient longuement sur l’action d’Auguste Perdonnet et de ses élèves

 

Dans cette épopée des chemins de fer, Perdonnet travaille en effet pour des raisons idéologiques et financières avec  des saint-simoniens qu’il connaissait peut-être déjà par l’entremise paternelle15, comme les frères Pereire ou Arlès-Dufour. Il est également proche de Michel Chevalier16, et correspond avec le « Père Enfantin »17. Ces ingénieurs et/ou hommes d’affaires saint-simoniens, comme Perdonnet et Arlès-Dufour, dont la trajectoire socio-politique est complexe, militent toute leur vie pour l’instruction ouvrière et une émancipation (partielle !)  de la femme. On retrouve par exemple Perdonnet dans le cercle qui réfléchit en 1862-1863 à une « Nouvelle Encyclopédie » saint-simonienne, en compagnie de Chevalier, Arlès-Dufour, mais aussi de Charton, Sainte-Beuve18, soutiens actifs des bibliothèques populaires.

Perdonnet travaille à l’édification du chemin de fer de Versailles19, puis devient notamment administrateur-directeur de la Compagnie des chemins de fer de l’Est en 1845, et de chemins de fer suisses.

II/ Un soutien zélé de l’Association Polytechnique

Dans sa réflexion très marquée par le saint-simonisme, le train est synonyme de progrès pour les régions desservies, et ce progrès doit s’accompagner de la diffusion de l’instruction. Dans les ateliers, mines et usines français visités entre 1820 et 1830, Perdonnet a pu constater un manque d’instruction criant et comparer cette situation  à l’Allemagne20 et  l’Angleterre21. Aux côtés d’Auguste Comte, il est donc l’un des tout premiers membres de l’Association polytechnique (AP). Il se consacre  jusqu’à sa mort à cette association. Fondée en 1830, l’AP se donne pour but de débattre les grandes questions relatives aux constructions et de répandre l’enseignement scientifique parmi les ouvriers. Perdonnet entre dans le second bureau de cette association en 1833 comme secrétaire. En 1837, il devient président du Comité d’enseignement et en 1855 président de l’Association22.

Pour permettre à l’AP de traverser ainsi trois décennies d’agitation politique et de régimes différents, Perdonnet semble l’avoir gardée le plus loin possible d’un quelconque engagement politique. Selon Henri Harant, qui par ailleurs reconnaît à l’homme un dynamisme considérable et de nombreuses créations, Perdonnet aurait même été actif pour écarter  du chemin de l’AP des hommes puis associations rivales en dénonçant leurs activités politiques. Harant précise que lors des scissions politiques de l’AP en 1831-183223, « le comité de l’Association procède à une enquête, et, d’après l’avis d’une commission dont Perdonnet faisait partie, les cours de Lechevalier et de Raucourt sont supprimés24 « . La scission conduit à la création de l’Association libre pour l’instruction gratuite du peuple en 1831 avec comme secrétaire général Lechevalier, puis en 1833 Cabet, association dont les fondateurs ne cachent pas leur opposition au régime et dont certains cours ont un contenu politique25. Harant signale à nouveau un rôle  actif de Perdonnet dans la surveillance (voire la dénonciation ?) de ces activités :  » En juin 1832, et à l’occasion des funérailles du général Lamarque, une insurrection éclate dans Paris; c’est du cloître Saint-Méry, dit-on, que, la veille, le signal est parti ; toujours est-il que Lechevalier est vu sur la place de la Concorde, organisant ses cohortes, M. Perdonnet l’atteste dans une note conservée aux archives de l’Association ».  Devenue une véritable officine de l’opposition politique, l’Association libre pour l’instruction/ éducation gratuite du peuple doit cesser ses activités en 1834 après la dispersion, le 27 décembre 1833, de son comité central et la condamnation de Cabet26. L’AP confirme alors l’orientation prise depuis 1832 en opposition à l’Association libre pour l’instruction/ éducation gratuite du peuple, et développe un programme de cours avec une « base résolument a-politique où seules les sciences positives (cours de géométrie et d’arithmétique ; de dessin linéaire, de la figure et de l’ornement ; de construction ; d’astronomie élémentaire) – et non plus « sociales » telle l’histoire, l’économie politique, la géographie industrielle27 ».

C’est précisément dans la composition de ces cours que Perdonnet joue un rôle-clé et cette volonté d’a-politisme se retrouvera dans sa conception des bibliothèques populaires (voir billet suivant). Le rapport qu’il fait en 1835 sur les premiers cours de l’AP (à lire ici) livre  sa position et ses motivations quant à l’instruction du peuple :

Il fut un temps où l’on osait soutenir qu’il est dangereux de tirer
le peuple de l’ignorance. Ce temps est déjà loin de nous, heureusement ; et dans quel misérable état cependant l’instruction publique ne se trouve-t-elle pas encore aujourd’hui en France ! Sur 52 millions de Français adultes, d’après M. le secrétaire général de la Société d’instruction élémentaire, 14 millions environ ne savent ni lire ni écrire ! Cette proportion est effrayante.

Il est donc trop vrai que la France qui, depuis quarante ans, a joui de l’honorable privilège d’entraîner l’Europe dans la voie des plus grandes réformes sociales, de tous les maux qu’elle a extirpés de son sein, n’a su se débarrasser de l’un des plus funestes, de l’ignorance ; que, de tous les privilèges, elle a conservé l’un des moins excusables, le monopole de l’instruction au profit des classes riches.

Le moment était venu de faire luire enfin pour tous ce soleil qui n’éclaire encore que la moitié du pays, d’émanciper cette notable portion de la population, qui ne cessera d’être asservie que lorsqu’elle sera éclairée : la révolution de juillet, en nous délivrant du joug d’un parti qui n’était pas favorable à tous les genres de progrès, en fournit les moyens28.

L’AP se tourne bientôt exclusivement vers l’enseignement populaire  et fait appel à des professeurs qui n’ont pas fait partie des élèves de l’École polytechnique. C’est parmi ces derniers, mécontents de voir leur influence retreinte à l’enseignement, que se produit une nouvelle sécession en 1848 : Eugène Lionnet, professeur agrégé de mathématiques, fonde l’Association philotechnique (APH). Confortées par leur attitude différente pendant les événements de 1848 (l’AP suspend ses cours, mais pas l’APH) ces divisions se confirment dans les années qui suivent, et se font particulièrement vives entre Eugène Lionnet et Perdonnet en 1857. Si l’on n’en trouve pas trace dans la presse, les autres membres des deux Associations et le gouvernement ayant essayé dans l’intérêt de l’AP et de l’APH et de leurs élèves de montrer une entente officielle et de mettre en avant les bons résultats des uns et des autres, la querelle a duré plusieurs années et affecté sans aucun doute par ricochet les bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction (voir le prochain billet). Perdonnet semble avoir lassé le ministre de l’Instruction publique, Gustave Rouland, si l’on en croit une note du 14 mars 1857 qui indique à propos d’une demande de subsides pour l’AP : « M. Perdonnet n’a pas besoin de me dicter des conditions29 ». En 1857, Lionnet publie une note imprimée30 dans laquelle il accumule  différentes « preuves » contre Perdonnet après la publication de la circulaire par laquelle ce dernier l’a accusé de vouloir empêcher la fusion de l’AP et de l’APH proposée  par le ministre.  Une copie  du texte de Perdonnet   conservée par le ministère de l’Instruction publique  porte d’ailleurs des commentaires manuscrits (de la main de Lionnet ? ou du cabinet du  ministre ?) peu aimables pour Perdonnet, accusé de diffamation contre Lionnet et menacé d’un procès. Après un nouveau texte imprimé de Perdonnet31, le combat se déplace par des luttes intestines faisant que les deux associations se disputent les mêmes lieux pour les cours et les conférences. Les ministres Rouland puis Duruy sont obligés à des trésors de patience et diplomatie entre 1857 et 1867. Ainsi Duruy annote lui-même la lettre que Perdonnet lui adresse pour se plaindre de la « concurrence déloyale » que fait l’APH à l’AP en programmant des conférences une demi-heure avant celles de l’AP le dimanche, alors que l’AP organise de telles conférences depuis 5 ans. Duruy (soutien indéfectible de l’APH) indique face à l’expression « concurrence déloyale » : « si cela était vrai, l’épithète serait méritée ». Il note également pour son cabinet « à vérifier »32.

S’il emploie les formules respectueuses d’usage, Perdonnet semble en effet de plus en plus indépendant et n’hésite pas à contester les observations qui lui sont faites. Ainsi, lorsque le cabinet du ministre s’étonne qu’une autorisation de Perdonnet apparaisse sur les affiches annonçant des cours et conférences de l’AP de Nemours alors que les autorités officielles n’ont pas été sollicitées, Perdonnet indique ne pas avoir donné cette autorisation mais précise :

La Société Franklin est autorisée à favoriser dans une certaine forme l’établissement des bibliothèques populaires dans les départements, nous ne demanderions  qu’une autorisation semblable en ce qui concerne les cours et les conférences populaires33.

Faut-il alors croire le témoignage de Lionnet qui indique que Perdonnet lui a fait signifier oralement qu’il se plaindrait à l’empereur ? Rien n’est moins sûr, mais il est certain que le réseau de Perdonnet a suscité des jalousies dans les Associations et parmi les instances officielles. Ainsi, parmi les commentaires malveillants que l’on peut sans doute attribuer à Lionnet au vu des mentions précises et positives le concernant, on trouve celui-ci :

M. L. [Lionnet] a refusé trois fois le titre de président du conseil d’enseignement et une fois celui de vice-président de l’Association philotechnique. Le 10 décembre 1849, il a refusé la décoration de la légion d’honneur pour la faire obtenir à l’un de ses collègues. Depuis 15 ans il consacre toutes les économies qu’il pourrait faire à l’œuvre de l’Association, en s’occupant de l’organisation, du développement et de la direction des cours. Il n’a pas interrompu une seule année ses fonctions de professeur dans l’Association, tandis que M. P. [Perdonnet], jouissant d’une grande fortune, abandonnait depuis quatorze ans le cours qu’il faisait aux ouvriers et conserve à l’École Centrale un cours largement rétribué. Enfin, M. L. n’a jamais obtenu ni sollicité ni désiré d’obtenir aucune récompense pour les services qu’il a rendus aux ouvriers34.

Malgré ces dissensions, Perdonnet se donne au contraire un rôle de fédérateur des deux associations dans ses Notes sur les Associations polytechnique et philotechnique et sur la Bibliothèque des amis de l’instruction35, tout en glissant ici et là quelques allusions aux différences entre les deux.  Il semble en effet avoir au moins réussi à mettre à la tête de l’APH des hommes qui lui sont dévoués, ce qui aplanit les conflits et permet même un rapprochement à partir de 1864.

Annuaire de l’Industrie française … Paris, Pagnerre, 1851. Gallica (BnF).

Les cours gratuits du soir de l’AP comme de l’APH ont  pour but de renforcer l’instruction des ouvriers qui ont peu (ou pas) fréquenté l’école primaire, en leur donnant notamment accès à des savoirs utiles (arithmétique, chimie, dessin …) dans leurs métiers et dans leur vie (hygiène). Le chant est aussi enseigné, les orphéons et chorales étant vus comme un élément de sociabilité positive, contrairement aux cabarets36

Perdonnet anime dès 1832 un cours de chimie appliqué à la métallurgie et se charge des démarches pour obtenir des salles auprès des autorités37. Il déploie pendant trente ans une activité énorme dans l’animation des cours et  la gestion de l’Association. Il préside tous les ans la remise des prix pour lesquels il a obtenus du ministère de l’Instruction publique des ouvrages et des livrets de caisse d’épargne, récompenses que l’Association philotechnique remet également, tant l’administration impériale semble avoir eu à cœur de récompenser les deux Associations sans attiser leurs différends. Les remises de prix sont donc conjointes, et sont rapportées comme des modèles à suivre par Le Journal d’éducation populaire de la Société pour l’instruction élémentaire : mélange harmonieux des classes sociales ; efforts d’une bourgeoisie philanthrope pour instruire le peuple ; mérites des ouvriers récompensés … le tout sur le fond d’une grande bienveillance impériale :

DISTRIBUTIONS DE PRIX.

ASSOCIATIONS POLYTECHNIQUE ET PHILOTECHNIQUE

Dimanche 8 février a été célébrée, au cirque de l’Impératrice, la distribution des prix aux élèves des Associations polytechnique et philotechnique. M. Rouland, ministre de l’instruction publique, l’a présidée, comme les années précédentes. Cette solennité, qui a le privilège de rapprocher des personnes appartenant à tous les rangs, avait attiré une affluence plus considérable encore que de coutume. Cinq à six mille ouvriers étaient accourus avec leurs familles, jaloux de montrer le prix qu’ils attachent à l’instruction et leur reconnaissance pour le gouvernement qui partout la répand ou l’encourage. A midi, le ministre de l’instruction publique est entré dans la salle et s’est placé sur l’estrade, ayant à sa droite M. de La Riboisière, sénateur, président de l’Association philotechnique, et à sa gauche M. Perdonnet, administrateur du chemin de fer de l’Est, président de l’Association polytechnique. On remarquait parmi les assistants : M. Michel Chevalier, sénateur ; Mgr Coquereau, aumônier en chef de la flotte ; M. Darblay, député; M. Gustave Rouland, secrétaire général du ministère de l’instruction publique ; M. le Prieur de La Comble, maire du 1er arrondissement ; M. Labrouste, directeur de Sainte-Barbe, membre du conseil impérial de l’instruction publique ; M. Tessereau, adjoint au maire du Ie‘ arrondissement ; M. Varin, membre du conseil municipal de Paris; etc., etc. Les membres des Associations et les professeurs avaient aussi pris place sur l’estrade.

Au début de la séance, les Orphéonistes ont chanté, sous la direction de MM. Foulon et Delafontaine. Puis S. Exc. M. Rouland a prononcé un discours, dans lequel le ministre a glorifié le travail, l’instruction, la charité, qui sont la condition d’existence et de prospérité des sociétés modernes.

M. Perdonnet, président de la Société polytechnique, a pris alors la parole. Retraçant dans une chaleureuse allocution les efforts faits par l’Association pour étendre son action bienfaisante, il a constaté le succès toujours croissant de ces conférences auxquelles des savants illustres ne dédaignent pas de prêter le secours de leur talent.

À son tour, M. Menu de Saint-Mesmin a parlé au nom de la Société philotechnique. Dans un récit rapide et animé, il a retracé l’histoire de cette institution, ses modestes commencements, ses progrès et sa prospérité actuelle. Son discours s’est terminé par un hommage rendu à l’esprit généreux de notre siècle, si bien compris et si bien secondé par le gouvernement.

Après ce discours a commencé la distribution des prix et des médailles. Les élèves des deux Associations sont venus recevoir leurs prix des mains du ministre, qui a proclamé les noms des lauréats, auxquels ont été accordés quinze livrets de la caisse d’épargne au nom de S. M. l’Empereur, de S. M. l’Impératrice, de S. A. le Prince Impérial et du ministre. Son Excellence a remis ensuite, au nom de l’Empereur, des prix d’honneur aux ouvriers qui se sont le plus distingués par leurs succès. Dans l’Association polytechnique, le premier de ces prix a été remporté par M. Zerch, mécanicien, et le second par M. Fleury, commis-libraire. Dans l’Association philotechnique, MM. Lévy, dessinateur-mécanicien, et Nébel, piqueur du service municipal, ont obtenu, l’un le premier, l’autre le second prix d’honneur. Enfin, un prix d’honneur a été décerné, pour la section de Vincennes, dépendant de l’Association polytechnique, à M. Cornu, sergent infirmier-major à l’hôpital militaire.

Il était juste que les professeurs, qui remplissent avec tant de dévouement la mission qu’ils se sont généreusement imposée, eussent aussi leur part dans les récompenses du jour. En effet, le ministre a annoncé qu’il avait conféré le titre d’officier de l’instruction publique à M. Moynier, de l’Association polytechnique, et à M. Menu de Saint-Mesmin, de l’Association philotechnique ; le titre d’officier d’Académie à M. de Monhamou, de l’Association polytechnique, et à MM. Revert et Hertz, de l’Association philotechnique. Il a en outre remis, au nom de l’Empereur, la croix de la Légion d’honneur à M. le docteur Dequevauviller, professeur de physique à l’Association philotechnique depuis douze années38.

III/ Un des fondateurs des conférences populaires : « l’apôtre de l’instruction populaire »

À partir de 1860, l’Association polytechnique propose des conférences (les Entretiens populaires évoqués plus haut) au grand amphithéâtre de l’École de médecine qui marquent les esprits par leur succès et sont rapidement imitées.

Cette implication dans l’instruction populaire est encouragée et récompensée par le cercle impérial. Perdonnet fait partie des premiers orateurs qui donnent des conférences aux ouvriers venus en convalescence à l’asile impérial de Vincennes39. Les conférences portent sur les différentes améliorations du sort ouvrier officiellement  encouragées par l’Empire libéral (coopératives ; instruction, etc.) et l’actualité tout aussi officielle (percement de l’isthme de Suez, etc.). Elles sont placées sous le patronage de l’impératrice, organisées par une commission dont Perdonnet fait partie, et font l’objet d’un rapport au ministre de l’Intérieur. Perdonnet donne deux conférences, l’une sur les chemins de fer en 1866, l’autre sur l’utilité de l’instruction pour le peuple.

À la faveur de la période libérale, Perdonnet a réintroduit l’économie politique à l’AP. Son changement de position est analysé de manière très fine par Frédéric Passy qui a donné des cours à l’AP à partir de 1866.  Revenant en 1882 sur l’introduction de l’économie politique dans les différents lieux de réflexion et d’instruction, et sur l’instrument de propagande qu’elle pouvait constituer aussi, Passy décrit chez Perdonnet un mélange d’audace mais également  de défiance quant aux retombées possibles d’une politisation :

J’entendis parler des Entretiens populaires que venait d’ouvrir, à l’amphitéâtre de l’École de médecine, l’Association polytechnique, et qui attiraient la foule. Il me sembla qu’il y avait là, pour l’économie politique, une place à prendre, et, désireux de ne pas manquer l’occasion, j’écrivis à notre ami Paillotet, toujours au service de l’économie politique et des économistes, d’aller de ma part faire des ouvertures au président de cette association. C’était Perdonnet, que nous avons eu, lui aussi, à l’un de nos dîners, dans la grande salle d’en bas, et que je n’ai pas à vous faire connaître. Vous savez quel personnage c’était, combien zélé pour l’instruction, et à quel point homme d’initiative hardie et entraînante. Perdonnet était en relations avec ma famille et me connaissait.

Il accueillit très bien Paillotet, lui donna l’assurance qu’il avait en moi et dans la modération de mon langage la plus entière confiance mais en même temps il ne lui cacha pas qu’il n’osait pas, lui si oseur, s’exposer à compromettre le succès de sa nouvelle œuvre en laissant apparaître sur ses affiches le bout de l’oreille de l’économie politique. Le capital, le salaire, la propriété, c’est-à-dire les questions sociales, montant dans la chaire de la docte faculté, quel effet cela ferait-il, et que dirait-on, en haut lieu et en bas lieu ? Courrier pour courrier, je récrivis à mon excellent ami : Vous allez retourner chez M. Perdonnet, et vous lui demanderez, puisque ce sont les mots qui lui font peur, s’il croit, lui, grand ingénieur, pouvoir refuser des conférences sur les machines. Il est bien entendu que ce sera absolument la même chose, et que ce n’est pas de la mécanique …  mécanique, mais de la mécanique sociale, que je ferai. Le compromis fut accepté je pus, tout à mon aise, et sans que la salle en croulât, parler du rôle des machines dans le développement des sociétés ; et c’est ainsi que l’économie politique fit son entrée dans le monde des conférences parisiennes avec un faux nez, qui ne trompa personne, et qu’elle ne garda pas longtemps. L’année suivante, en 1865, je traitais de la monnaie ; puis de la propriété ; et, dès la seconde année, en 1866, tandis que je donnais une série de leçons à ce même amphithéâtre de l’École de médecine, Perdonnet organisait, à l’École Turgot, ce bel ensemble de conférences pour lesquelles il mettait à contribution tout ce que nous étions alors d’économistes connus et sachant parler40.

Chevalier de la Légion d’honneur dès 1851, Perdonnet est élevé, après l’ouverture du chemin de fer de Strasbourg, au rang d’officier et promu commandeur à l’occasion de l’ouverture de celui de Mulhouse41. Il est récompensé à l’Exposition universelle de 1867 mais déjà malade ne peut venir chercher sa récompense.

Les différentes notices nécrologiques contemporaines soulignent le parcours très riche de ce philanthrope, et son inépuisable énergie. Mais le personnage est sans doute moins lisse qu’il n’y paraît, capable de colères lorsqu’il estime que l’honnêteté morale est bafouée, on vient de le voir lors de ses passes d’armes avec Lionnet. C’est un passionné, « mélange d’activité fébrile et d’idées fixes à jets intermittents42 ». Sa vie personnelle semble aussi avoir été un mélange passionné . Ainsi, j’ai pu découvrir en explorant l’état-civil qu’il s’est marié tardivement, à l’âge de 61 ans, et que ce mariage a non seulement entériné ce qu’on appelait à l’époque une mésalliance mais a été accompagné  de la reconnaissance d’une fille naturelle née dix ans plus tôt. L’acte de mariage nous apprend que sa femme, qualifiée de rentière, réside déjà dans l’hôtel particulier de Perdonnet, rue de Calais. Le mariage se fait dans la plus grande discrétion, sans publication dans la presse, et au mois d’août. Jeanne Émilie (ou Émily)  Mary, qualifiée d’artiste-peintre dans l’acte de naissance de sa fille (plus vraisemblablement peintre sur porcelaine, voir infra), âgée de 29 ans, domiciliée à Paris dans le VIIIe arrondissement, fille de Louis Auguste Mary et Marie Émilie Daliot, a donné en effet naissance à une fille naturelle,  Claire Augustine Mary43,  le 30 mars 1851 à Fontainebleau, sans doute pour des raisons de convenance, à l’aide d’un médecin-accooucheur qui déclare la naissance44. Émily est la fille de parents décédés : Louis-Auguste  Mary, peintre sur porcelaine45, de la rue du Faubourg Saint-Antoine  à Paris, qui avait épousé Marie Daliot en 181846. Émily Mary mourra le 8 août 1884 à Paris dans le domicile de la rue de Calais47. Elle semble n’avoir acquis d’existence officielle dans la vie parisienne qu’après le décès d’Auguste lorsqu’elle remet des prix de l’Association polytechnique au nom de son mari décédé. Auguste Perdonnet a sans doute donné une existence officielle à sa femme et à sa fille lorsqu’il a senti les premiers effets de la maladie. Cette reconnaissance d’un enfant naturel, assortie d’un mariage avec une fille d’artisans du Marais, constitue à l’époque, et pour son milieu d’origine une forte mésalliance, et marque donc une indépendance d’esprit d’Auguste Perdonnet. Le témoignage d’Émile Levasseur  selon lequel la fille de Perdonnet aurait eu Julie Daubié pour préceptrice paraît donc vraisemblable48. Arlès-Dufour, qui a soutenu Julie Daubié dans son combat pour obtenir le baccalauréat, est en effet un proche de Perdonnet, notamment dans son combat pour l’instruction populaire49.

Il semble d’ailleurs ne s’être caché qu’à moitié puisque durant cette période de concubinage, il achète le château des Fontaines à Thorigny -sur-Marne (à côté de Lagny) qu’il aurait découvert en travaillant à l’édification des chemins de fer de la Compagnie de l’Est50 : sa fille et sa compagne y résident-elles à l’année ? Le Journal de Seine-et-Marne du 13 août 1853 (bientôt imité par  L’Éclaireur de l’arrondissement de Coulommiers) rapporte en effet que :

Un charmant bal champêtre a été offert dimanche 7 août aux populations de Dammart et de Thorigny. M. Perdonnet, l’un des administrateurs du chemin de fer de Strasbourg, propriétaire du château des Fontaines, situé entre ces deux communes sur le riche coteau qui s’élève en face de Lagny, avait voulu donner un témoignage d’affection aux laborieux habitants  de son voisinage. Quelques invitations avaient également été adressées à Lagny et dans les maisons bourgeoises des environs. Quatre à cinq cents personnes ont été reçues avec la plus gracieuse affabilité au château qui était splendidement illuminé ainsi que la belle terrasse qui précède l’orangerie et domine la vallée de la Marne. À sept heures M. et Mme Perdonnet ont  ouvert le bal avec le jardinier et la jardinière du château, honorant ainsi d’estimables et intelligents services, et jusqu’à quatre heures du matin la gaîté la plus franche n’a cessé de régner dans cette réunion où tous les sentiments se réunissaient pour bénir le maître et la maîtresse de la maison qui savent faire un si agréable usage de la fortune. C’était un spectacle enchanteur que celui de cette belle propriété et de ces jardins si bien tenus, si bien ornés, animés par l’entrain joyeux des invités auxquels des rafraîchissements ont été abondamment distribués pendant toute la durée du bal. La contrée ne perdra pas le souvenir de cette heureuse soirée, souvenir auquel sera toujours associée une vive reconnaissance pour la bienveillance de bon goût et de bon exemple qui distinguent si éminemment les propriétaires du château des Fontaines51.

 

 

Mise en vente du château de Thorigny-sur-Marne en 1829. Annonce parue dans Le Constitutionnel. Gallica (BnF).

Cet exemple de la vie seine-et-marnaise de Perdonnet reflète bien la vie de ce philanthrope passionné qui n’a eu de cesse de mettre sa fortune et son énergie au service des gens modestes de manière parfois jugée  trop paternaliste et/ou ostentatoire, ce qui ne fera pas toujours bon ménage avec les bibliothèques populaires  (Voir le prochain billet).

Perdonnet, ingénieur : [photographie, tirage de démonstration] / [Atelier Nadar].  Gallica (BnF).

Déjà touché par la maladie, comme le mentionnent à plusieurs reprises les journaux, Perdonnet ne ralentit pas son activité. Au contraire, il semble avoir à cœur à partir de 1864 d’éditer un bilan de ses différentes actions (voir supra), tout en gardant ses fonctions et en menant divers projets. On l’entend à Lyon donner une conférence à la Société d’enseignement professionnel du Rhône fondée par son ami Arlès-Dufour52, on le retrouve dans un train en partance pour Plombières avec l’empereur en juillet 1865, etc. Il déploie enfin une activité intense lors de l’Exposition internationale de 1867, participant à différentes commissions (voir le prochain billet).

Auguste Perdonnet meurt à Cannes le 27 septembre 186753. La presse salue unanimement  sa mémoire. Le Petit Journal lui consacre deux pages, le 2 octobre. Timothée Trimm indique :

Il se nommait Auguste Perdonnet. Il était ancien élève de l’École polytechnique, directeur de l’École centrale des Arts et métiers, ancien ingénieur en chef de plusieurs chemins de fer, président de l’Association polytechnique, président honoraire de la Société des ingénieurs civils de France. Mais ce n’est pas en raison de ces divers titres que je lui veux consacrer une mention spéciale.

C’est parce qu’il s’imposa une glorieuse mission auprès du peuple, et qu’il y fut fidèle non-seulement par le sentiment d’observance au devoir ; mais aussi par une sympathie marquée pour les soldats du travail. Il convient que cet ami du peuple ait son panégyrique dans une feuille populaire54.

Camillle Flammarion lui rend un hommage tout aussi appuyé dans Le Siècle, décrivant un personnage à la fois austère et rieur, organisé et brouillon, qui faisait ses discours sans notes. Il termine par ces mots :

Une richesse plus grande encore nous reste ; si Perdonnet est mort, l’idée dont il fut le représentant n’est pas morte. Immortelle, elle continuera de nous guider dans nos œuvres. Nous savons mieux que jamais que l’antique gloire fondée sur le sabre est un mensonge ; que le gouvernement d’un peuple fondé  sur son ignorance est une calamité ; que le vrai progrès, la « liberté dans la lumière » consiste dans l’instruction de tous et dans l’union de tous les esprits vers la puissance intellectuelle55.

Perdonnet a sans doute réglé par avance les détails de la cérémonie d’enterrement, mêlant les classes sociales, symboliquement dirigée par son demi-frère et ses deux beaux-frères, Alfred56 et Gustave, deux employés57. Parmi les louanges s’élevant autour de sa mémoire, on lui prête souvent la fondation des bibliothèques populaires, ce qui va déclencher les foudres d’un ami de Jean-Baptiste Girard (Voir le prochain billet…).

Cite this article as: Agnès Sandras, "Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (I/ Un ingénieur des chemins de fer passionné par l’instruction du peuple)," in Bibliothèques populaires, 26/03/2020, https://bai.hypotheses.org/3986.

 

 

 

  1. Isabelle Antonutti et Sarah Clément, « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3807 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.3807 []
  2. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement. Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. Colloque, Paris, 10 novembre 1984. []
  3. Indications données par son acte de mariage du 18 août 1862, 9e arrondissement, ADVP : V4E 982. Ses parents ont eu aussi une fillette morte en bas âge. Devenu veuf, le père se remariera et aura d’autres enfants. []
  4. Les Grandes heures des banquiers suisses  : vers une histoire de la banque helvétique du XVe siècle à nos jours / H. Bauer, J. Hugli, F. Jequier, F. Meyer … [et al.] ; sous la dir. de Louis H. Mottet ; préf. de G.-A. Chevallaz, ..Neuchâtel ; Paris : Delachaux & Niestlé, 1986. []
  5. Bulletin des Lois, Nº 247, Décret Nº 5601. []
  6. Selon différentes notices biographiques. []
  7. De la même manière son jeune demi-frère est mis en pension chez Rodolphe Töpffer à Genève dans les années 1830. Voir la Correspondance complète de R. Töpffer éditée par J. Droin, Droz, 2007. []
  8. Voir l’inventaire des Archives de l’École conservées par les AN. []
  9. Renseignements issus de l’Histoire de l’École Centrale des Arts et Manufactures depuis sa fondation … par  Charles de Comberousse, 1879. []
  10. Voir sa Notice sur l’École impériale centrale des arts et manufactures / [signé Aug. Perdonnet], Paris, 1865. []
  11. Voir par exemple Les chemins de fer / par A. Perdonnet,.. Paris, L. Hachette,  1866. []
  12. Voir le Portefeuille de l’ingénieur des chemins de fer, par MM. Auguste Perdonnet,… et Camille Polonceau,… Paris, L. Mathias, 1843-1846. []
  13. Voir un extrait en ligne dans La Science pittoresque du 25 octobre 1866. []
  14. Voir sa notice par Bernard Desmars, Jean Fornasiero sur le site de l’Association d’études fouriéristes. []
  15. Le « fichier Bossu » (fichier des franc-maçons) de la BnF comporte aussi un « Perdonnet ». S’agit-il de Vincent ou d’Auguste ? []
  16. Voir Philippe Régnier, « Du Saint-Simonisme comme science et des Saint-Simoniens comme scientifiques : généralités, panorama et repères »Bulletin de la Sabix, 44 | 2009,  45 – 52. []
  17. Bibliothèque de l’Arsenal > Fonds Enfantin : Ms-7769. []
  18. Voir Philippe Régnier, « Les encyclopédies inachevées des saint-simoniens », La Construction des savoirs : XVIIIe-XIXe siècles [en ligne], Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2009 ; Agnès Sandras, «  Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires« , Bibibliothèques en utopie [dir. N. Brémand], Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2020. []
  19. Chemin de fer de Paris à Versailles (rive gauche de la Seine). Courtes observations sur le projet de loi présenté par M. le Ministre des travaux publics à la Chambre des Députés, dans le but d’obtenir un prêt de cinq millions en faveur du chemin de fer de Versailles [rive gauche], par Aug. Perdonnet, Paris,, impr. de Guiraudet et Jouaust, (s. d.). Perdonnet a quitté cette compagnie quelques mois avant l’accident de Meudon qui coûte entre autres la vie à Dumont d’Urville, mais témoigne longuement lors du procès intenté à la Compagnie. []
  20. Fragmens extraits du journal d’un voyage en Allemagne, pendant l’année 1826. [Signé : Auguste Perdonnet.], Paris, impr. de Rignoux, (s. d.). []
  21. Mémoires métallurgiques sur le traitement des minerais de fer, d’étain et de plomb en Angleterre par MM. Léon Coste,… et Auguste Perdonnet,… Paris, Bachelier, 1830. []
  22. Association polytechnique, « Biographie de feu M. Perdonnet », in Entretiens populaires (8e série)  publiés par M. Evariste Thévenin, Paris, Hachette, 1868. []
  23. Sur ces scissions voir Carole Christen,  « L’éducation populaire sous la Restauration et la monarchie de Juillet », La Révolution française, 4 | 2013. []
  24. Études sur l’Exposition de 1867 ou Les archives de l’Industrie au XIXe siècle : description générale, encyclopédique, méthodique et raisonnée de l’Etat actuel des arts des sciences de l’industrie et de l’agriculture chez toutes les nations…. Série 6, Fascicule 26-30 / par M. M. les rédacteurs des Annales du génie civil, page 119. []
  25. Carole Christen, op. cit. []
  26. Voir la notice CABET Étienne par François Fourn, Dictionnaire Maitron en ligne. []
  27. Carole Christen, op. cit. []
  28. Auguste Perdonnet, « Rapport sur les cours de l’Association », Compte-rendu  1835 / Association polytechnique, Paris, 1835. []
  29. Note du Cabinet de l’Instruction publique, 14 mars 1857, Dossier « Associations Philotechnique et Polytechnique. AN : F17 2684. []
  30. Rapport sur la fusion des Associations polytechnique et philotechnique, par M. Lionnet,… précédé d’une circulaire adressée par M. Perdonnet aux membres de cette association. Paris, impr. de J. Claye, 1857. []
  31. Courte réponse de M. Perdonnet au mémoire de M. Lionnet, Paris, impr. de P. Dupont, 1857. []
  32. Lettre d’Auguste Perdonnet à Victor Duruy, juin 1865. Portant la précision, « S.E. a répondu le 7 juin ». Dossier « Associations Philotechnique et Polytechnique. AN : F17 2684. []
  33. Lettre d’Auguste Perdonnet au ministre de l’IP, 23 janvier 1865. Dossier « Associations Philotechnique et Polytechnique. AN : F17 2684. []
  34. Commentaires manuscrits anonymes [de Lionnet ?] de la Circulaire adressée par M. Perdonnet aux membres de cette association (…) 1857. Dossier « Associations Philotechnique et Polytechnique. AN : F17 2684. []
  35. Notes sur les Associations polytechnique et philotechnique et sur la Bibliothèque des amis de l’instruction, [Signé : Aug. Perdonnet.],  Paris : Impr. impériale, 1865. []
  36. Voir Alan R.H. Baker, Amateur Musical Societies and Sports Clubs in Provincial France, 1848-1914, Palgrave Macmillan, 2017. []
  37. Compte-rendu / Association polytechnique (Paris), Paris, 1832. []
  38. Le Journal d’éducation populaire de la Société pour l’instruction élémentaire, 1863. []
  39. Cet asile est fondé pour s’occuper des nombreux ouvriers venus à Paris à l’occasion des travaux haussmanniens. []
  40. [Discours de Frédéric Passy], « Quarantième anniversaire de la fondation de la Société [d’économie politique] », Journal des économistes : revue mensuelle de l’économie politique, des questions agricoles, manufacturières et commerciales, novembre 1882. []
  41. Annuaire prosopographique du CTHS : PERDONNET Jean Albert Vincent Auguste. []
  42. Biographie de feu M. Perdonnet, op. cit. []
  43. Claire Augustine Perdonnet se marie en 1884, quelques semaines après le décès de sa mère, avec un médecin, Henri Pierre Antoine Lefevre, fils d’un cultivateur de Honnechy (Nord), et meurt à Livry-Gargand (Seine Saint-Denis) en 1913. []
  44. AD 77, BMS : 5MI3973. []
  45. Dans sa conférence « De l’utilité de l’instruction pour le peuple », Perdonnet rend de manière allusive un double hommage à sa femme, en plaidant pour l’instruction des femmes du peuple, et en donnant l’exemple des peintres sur porcelaine  : « Les filles ont aujourd’hui, comme les jeunes garçons, leur École Turgot. Cette école est dirigée avec autant d’habileté que de dévouement par mademoiselle Marchef-Girard. D’autres s’élèvent en ce moment ; les jeunes filles du peuple y acquièrent à un prix excessivement modéré les connaissances nécessaires pour entrer dans  des maisons de commerce, y devenir caissières, comptables, pour devenir institutrices, peintres sur porcelaine, etc. » []
  46. D’après le contrat de mariage du 16 juin 1818 : https://francearchives.fr/facomponent/be2eb790c1dba32f284f599935d8912523cbfb6b ; et l’Inventaire après décès de Marie Daliot en 1848 : https://francearchives.fr/fr/facomponent/57e43030cc520ea2d407bf41532f9b9bf9e1a5a7. []
  47. Archives de Paris : BMS, V4E 6416. []
  48. Émile Levasseur indique dans sa nécrologie de Julie Daubié, parue dans le Journal des économistes en 1875 ; « Je rencontrai au chemin de fer de Lyon mademoiselle Daubié que j’avais vue deux ou trois fois seulement lorsqu’elle donnait des Ieçons aux enfants de M .Perdonnet ». Emilie Mary et Auguste Perdonnet ont-ils eu d’autres enfants mort précocement ? s’agit-il des enfants du demi-frère d’Auguste ? La mention des chemins de fer et d’Arlès-Dufour incite à penser qu’il s’agit plutôt d’Auguste que de son frère. De surcroît, Levasseur a donné de nombreuses conférences aux côtés de Perdonnet. []
  49. Voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », in Bibliothèques en utopie [Dir. Nathalie Brémand]. Presses de l’enssib, 2020. []
  50. Le blog du LEP Auguste Perdonnet de Thorigny, qui utilise les « Notes sur le Château des Fontaines », à Thorigny sur Marne par Monsieur Eberhard, Conservateur du Musée Gatien Bonnet de Lagny sur Marne, 12 janvier 1982, indique que Perdonnet achète ce château (on peut en voir une photographie ici) en 1850 et le revend avant 1863. []
  51. Journal de Seine-et-Marne, 13 août 1853. []
  52. Voir Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000, Lyon 2. []
  53. AD06, BMS 1867, acte 208. []
  54. Timothée Trimm, « Le Patriarche des chemins de fer », Le Petit Journal, 2 octobre 1867. Voir Agnès Sandras, « Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires« . []
  55. Camille Flammarion, « Auguste Perdonnet », Le Siècle, 23 octobre 1867. []
  56. Alfred Jules, dénommé Jules par la presse. Il ne s’agit pas de l’écrivain Jules Mary. []
  57. Voir Le Petit Journal du 6 octobre 1867. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.