Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (II/ De la Halle-aux-draps aux bibliothèques des amis de l’Instruction)

La dernière décennie du Second Empire voit la fondation et la multiplication des bibliothèques populaires. Mais qui est le fondateur des bibliothèques populaires ? Cette question, est officiellement tranchée, mais de manière très ambigüe, par le pouvoir impérial qui décerne une médaille à « Girard – Pour la participation à la création des bibliothèques populaires » lors de l’Exposition universelle de 18671. Jean-Baptiste Girard quant à lui évoquera plus tard « les services que j’avais rendus en fondant et organisant les bibliothèques populaires à une époque (1861) où personne ne les croyait possibles 2 ». En le récompensant, le pouvoir impérial s’épargnait probablement une polémique avec d’autres postulants au titre de créateurs des bibliothèques populaires, tout en cultivant un rapprochement très politique avec la classe ouvrière. Parmi les personnes qui se targuaient d’avoir aidé à la fondation des bibliothèques populaires figurait en effet Auguste Perdonnet, un riche bourgeois philanthrope, président de l’Association polytechnique. Son rôle indéniable est bien complexe à cerner … Nous allons voir comment il a œuvré pour des bibliothèques dites populaires (mais où l’émancipation intellectuelle du lectorat n’est pas de mise) puis joué un rôle majeur et complexe dans les premières années de la BAI-III.

Un philanthrope qui désire « mettre des des bibliothèques sérieuses aux mains des travailleurs ? »

Lors de la mort d’Auguste Perdonnet (voir billet précédent), Timothée Trimm salue dans Le Petit Journal la disparition d’un éminent organisateur des bibliothèques populaires :

L’un des titres principaux de M. Auguste Perdonnet à la reconnaissance publique, c’est l’organisation des bibliothèques populaires. Il a apporté à cette œuvre utile un zèle et une ardeur vraiment remarquables. Voici ce que M. Perdonnet disait lui-même, dans une récente distribution des prix de l’Association polytechnique :

L’idée de ces bibliothèques, destinées plus spécialement à la classe ouvrière n’est pas nouvelle ; il en existe depuis bien des années dans d’autres pays que la France, aux États-Unis, en Angleterre, en Hollande, en Suisse … Il y a vingt-cinq ans que M. François Delessert forma le projet d’en établir dans chacun des arrondissements de Paris, et il y a vingt-cinq ans aussi que l’Association polytechnique en avait établi une pour l’instruction de ses élèves. Cette bibliothèque a été détruite par l’incendie de la halle aux draps. Aujourd’hui nous voulons réaliser la pensée de M. Delessert. Déjà l’Association a ressuscité sa bibliothèque dans un magnifique local que le maire du 1erarrondissement a bien voulu mettre à sa disposition une extrême obligeance. L’entrée en sera entièrement gratuite comme celle de nos cours, et les frais en seront couverts, soit par la caisse de l’Association, soit par des souscriptions particulières. Voilà à quels travaux M. Perdonnet a consacré les heures de loisir de sa virile vieillesse. Créer l’Association polytechnique c’est-à-dire des cours pour les ouvriers, dirigée par les professeurs les plus illustres. Et mettre des bibliothèques sérieuses aux mains des travailleurs. L’usage de l’outil intellectuel enseigne tout d’abord, l’outil donné ensuite. Voilà quel fut le programme de l’éminent philanthrope3.

Ces lignes attirent l’attention de Joseph Delbrouck. Le Petit Journal publie la rectification suivante  :

La seconde lettre est une réclamation en faveur d’un ouvrier que j’aurais dépossédé d’un titre glorieux. La voici :

Monsieur,

« J’ai lu, dans le Petit Journal du 3 octobre, votre intéressant article sur M. Perdonnet.

Je sais, monsieur, que vous voulez ne donner à vos lecteurs que des renseignements exacts aussi, je m’empresse de vous signaler une erreur involontaire que vous avez commise. Si M. Perdonnet n’a pas été le fondateur des bibliothèques populaires ; il fut, en effet, nommé président de cette œuvre, mais seulement six mois après la création de la première bibliothèque.

Le fondateur des Bibliothèques populaires est M. Girard, qui alors était ouvrier lithographe, et qui, dès 1859, eut l’idée de fonder dans Paris plusieurs bibliothèques où les ouvriers viendraient emprunter des livres qu’ils pourraient lire dans leur famille.

Je regrette beaucoup, monsieur, que vous, qui êtes un écrivain sérieux, vous ne connaissiez pas la curieuse histoire de cet ouvrier qui, pendant plus de deux ans, employa ses soirées à chercher des adhérents à l’œuvre qu’il voulait fonder, et qui enfin parvint à ouvrir la première bibliothèque dans une salle prêtée par le directeur de l’École Turgot. L’inauguration eut lieu le 1er octobre 1861. Au mois de décembre, il fondait une autre bibliothèque à Hortes, village de la Haute-Marne, tandis que, d’après ses indications, une autre était fondée à Vernon (Eure). M. Perdonnet n’a été nommé président des Bibliothèques que le 19 février. Les comptes rendus des séances de la société Franklin vous instruiront de tous ces faits dans  lesquels j’en suis certain, vous trouverez les éléments d’un article, intéressant. M. Girard est aujourd’hui agent général de l’association philotechnique, qui a pour but  l’organisation de cours gratuits et publics comme l’association polytechnique dont M. Perdonnet était président.

Le jury de l’Exposition universelle, a su découvrir le véritable fondateur des Bibliothèques, et a décerné à M. Girard une médaille d’argent. Je compte, monsieur, sur les sentiments de justice qui vous animent pour rectifier cette erreur dans un de vos plus prochaines numéros. Recevez, monsieur, l’assurance de ma considération distinguée.

DELBROUCK4.

Ces deux publications successives reflètent l’histoire compliquée des bibliothèques populaires, fondées par des hommes aux aspirations différentes mais contraints d’unir leurs forces face à un pouvoir peu favorable à la création de bibliothèques pour le peuple. Ce que raconte Joseph Delbrouck, compagnon des combats socialistes de Girard dans les années 1850, semble exact. Jean-Baptiste Girard est  le fondateur des bibliothèques populaires, au sens de bibliothèques prenant en compte (dans les limites imposées par le pouvoir) les aspirations du peuple : choisir ses lectures, emporter de quoi lire à la maison, s’instruire et se délasser par la lecture.  Il a de surcroît tenté une expérience de fondation de bibliothèque populaire à la campagne, dans son village natal de Hortes et en a inspiré une autre dans une petite ville, Vernon, où Delbrouck est architecte5. Mais ce que raconte Perdonnet n’est pas totalement dénué de vérité : lui aussi a fait partie d’un groupe d’hommes qui a  désiré établir des bibliothèques populaires et tenté des expériences.

L’histoire de la rencontre entre les uns et les autres est celle de tensions, le plus souvent feutrées, dans un contexte complexe : l’instruction du peuple est officiellement encouragée par l’Empire libéral, mais tout aussi officieusement freinée. Dans cette tension, Perdonnet, en équilibre entre deux mondes,  joue un rôle sans doute décisif, toutefois complexe à cerner. Sa biographie (voir billet précédent) permet de comprendre pourquoi il a eu tant à cœur de présider au développement des bibliothèques populaires, mais il est difficile de démêler son rapport exact au pouvoir impérial, rapport qui a pourtant eu un rôle fondamental dans l’histoire des bibliothèques des Amis de l’Instruction.

Des Delessert à la bibliothèque de la Halle-aux draps

Dans ses différents textes et discours, Perdonnet établit systématiquement un lien entre sa conception des bibliothèques populaires et celle de François Delessert. Si le projet de Delessert a été maintes fois mentionné par les historiens des bibliothèques, et notamment par Noé Richter6, il faut aussi s’intéresser à une véritable dorsale qui va de Benjamin Franklin à la Société Franklin en passant par les Delessert et Perdonnet. Benjamin Franklin, référence incontournable pour sa création d’un des premiers clubs de lecture américains7 a connu la famille Delessert lors de ses séjours à Passy, et « Franklin et la famille Delessert se voyaient souvent8 ». Les Delessert sont des figures importantes de la philanthropie des années 1830-1860, notamment avec les caisses d’épargne, dont l’un des buts est de moraliser la classe ouvrière9. Ils sont force de proposition dans les réflexions des années 1830 sur l’établissement de «  »bibliothèques populaires » » (j’emploie les guillemets doubles pour les distinguer des futures bibliothèques populaires telles que les ont conçues les Amis de l’Instruction). François Delessert présente un projet le 11 décembre 1836 lors d’une réunion des administrateurs de la 3e succursale de la caisse d’épargne, à la mairie du 6e arrondissement municipal de Paris. Le projet semble très abouti puisque le règlement est fixé, et l’adresse de la bibliothèque connue : elle sera accueillie par les Frères de la doctrine chrétienne, rue Montgolfier.

Le règlement (à lire ci-dessus dans l’article), comme la structure d’accueil, indiquent l’orientation de la bibliothèque : il s’agit d’une bibliothèque de lecture sur place, avec des ouvrages instructifs et/ou édifiants choisis par une bourgeoisie philanthrope. Néanmoins, le choix est déjà plus ouvert par exemple que dans les bibliothèques paroissiales, et il est complémentaire des cours donnés aux ouvriers par les frères de la Doctrine chrétienne de la rue Mongolfier … On remarquera cette localisation, car la rue Mongolfier, avec l’extension de Paris, passera du VIe au IIIe arrondissement. Vingt-cinq ans plus tard, la première bibliothèque des Amis de l’Instruction naîtra également dans le IIIe arrondissement, en complément des cours donnés par l’Association philotechnique. Ce tropisme est  lié à la forte concentration d’ouvriers et d’artisans de ces quartiers.

La bibliothèque de la rue Montgolfier a-t-elle fonctionné ? Dans le même temps, le frère de François Delessert, Benjamin10, aurait réfléchi également à une bibliothèque populaire pour Passy11.

Les Delessert et Perdonnet ont mille et une raisons de se fréquenter, tant leurs trajectoires socio-familiales sont similaires : ils sont issus de familles suisses qu’ils continuent à visiter, vivent à Paris dans le milieu de la banque12 et de l’industrie, multiplient les actions philanthropiques, s’intéressent à la bibliophilie (le père de Perdonnet a comme les Delessert une superbe bibliothèque), etc. Plus encore, ils ont les mêmes réseaux idéologiques : comme Perdonnet, les Delessert correspondent avec Arlès-Dufour, le Père Enfantin, etc. Il faut aussi noter que Perdonnet a une demi-soeur, Clémence Perdonnet, dont la fille, Émilie Galline (1829-1901)  se marie en Suisse en 1850 avec Charles Dollfus (1828-1907), chimiste de la maison Dollfus-Mieg & Cie à Mulhouse. Or les Dolfus-Mieg se trouvent au coeur des grandes manufactures alsaciennes qui développeront dans les années 1860 des bibliothèques pour les ouvriers, sur les conseils de Jean Macé. La place importante des familles protestantes aisées dans la création des bibliothèques populaires puis dans la Société Franklin pour le développement des bibliothèques populaires sera d’ailleurs critiquée par une fraction catholique hostile au développement d’une lecture non contrôlée par l’Église catholique.

C’est donc le modèle proposé par les Delessert qu’Auguste Perdonnet a présent à l’esprit lorsqu’il fonde, à la même période, la bibliothèque de l’Association Polytechnique (AP). Il est alors chargé du programme d’enseignement de cette association, programme qu’il a voulu a-politique afin d’éviter toute censure ou fermeture possible (voir billet précédent). Il s’inspire également des bibliothèques ouvrières qu’il a pu visiter dans des pays européens. La bibliothèque est installée rue Saint-Merri puis à la Halle-aux-Draps qui accueille une grande partie des cours de l’AP le soir ainsi que des orphéons pour les ouvriers13. La bibliothèque est ouverte le soir les jours de la semaine et toute la journée le dimanche, aux heures de liberté pour les ouvriers :

Un ancien élève de l’École polytechnique, toujours présent, donnait des conseils sur les meilleurs ouvrages à consulter, sur les lectures à faire. En outre, il leur prêtait des livres à la seule condition d’en déposer la valeur14.

Selon Perdonnet lui-même, cette bibliothèque « a eu peu de succès. Les ouvriers préféraient suivre les cours, et emportaient rarement des livres15 ».  Faute d’archives, on est réduit à des suppositions sur le peu de succès de ce fonds. On sait que primitivement constituée « des débris des bibliothèques littéraires », la bibliothèque  est à « peine recherchée des élèves16 ». En 1848, elle semble recevoir des publications industrielles et scientifiques17, certaines provenant du libraire  Augustin Mathias18. La bibliothèque et ses archives  disparaissent totalement dans l’incendie de la Halle-aux-draps en avril 1855. Perdonnet, aidé par d’autres membres de l’AP, s’emploie alors à la reconstituer. On notera (voir ci-dessous) que les ouvrages sont reçus au siège des Chemins de fer de l’Est.

Gallica (BnF).

Toutefois, un examen attentif de la chronologie attire l’attention. En effet, Perdonnet semble redoubler d’ardeur pour reconstituer cette bibliothèque au moment-même où la bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième Arrondissement (la BAI-III) acquiert une existence officielle… Faut-il y voir un effet de la lutte d’influence (ou peut-être d’une lutte diffuse orchestrée en grande partie par Perdonnet (voir billet précédent) entre l’AP et l’Association philotechnique (APH) dont plusieurs professeurs soutiennent l’éclosion de la BAI-III ? Plusieurs indices donnent à penser que oui. Ainsi dans une de ses dernières conférences intitulée « De l’utilité de l’instruction pour le peuple », Perdonnet revient de manière obsessionnelle et testamentaire sur sa vision de l’amélioration du sort du peuple, établissant une fois encore le lien entre son œuvre pour l’établissement des chemins de fer en France (voir billet précédent), son rôle dans le dynamisme de l’AP, et son rôle de fondateur de bibliothèque populaire :

Au temps de ma jeunesse, Messieurs, le peuple était loin d’avoir pour l’instruction l’ardeur qu’il a aujourd’hui, mais les chemins de fer sont venus, et alors ceux qui vivaient dans un petit cercle, où ils étaient les plus savants, ont voyagé. Ils en ont trouvé beaucoup qui en savaient plus qu’eux, et ils ont rougi de leur ignorance. Le suffrage universel est venu aussi, et le peuple a compris qu’il lui fallait un certain degré d’instruction pour s’en servir librement et avec discernement.

Nos cours se sont alors multipliés ; nous y avons ajouté des conférences et des bibliothèques populaires. L’Association polytechnique, qui avait ouvert la première bibliothèque populaire à Paris en 1835, y ouvrait aussi, en 1860, les premières conférences.

Une arrivée tardive de Perdonnet à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième Arrondissement

On ne trouve pourtant Perdonnet ni dans le noyau des fondateurs de la BAI-III, ni parmi les premiers inscrits puisque son inscription semble tardive (il porte le matricule 243). Et pour cause … La future BAI-III a un comité de patronage et d’organisation qui comprend certes des personnes influentes, mais ces comités sont essentiellement composés de personnalités du Conservatoire des Arts et Métiers et/ou de l’APH, comme Lionnet dont la mésentente avec Perdonnet est très forte (voir billet précédent). Jean-Baptiste Girard y joue un rôle important, enregistré comme ouvrier-lithographe mais aussi comme membre du conseil de la Société de secours mutuels des Arts et métiers et des Enfants rouges. D’autres membres de cette société de Secours mutuels sont présents dans ces premiers pas de la BAI-III, comme son président, M. Margot, par ailleurs responsable du bureau de bienfaisance.

Jeton de la Société de secours mutuels des quartiers des Arts et Métiers et Enfants Rouges. Cuivre, Relief, droit. XIXe siècle. Paris, Musée Carnavalet.  CCommons.

On remarquera aussi la présence d’éditeurs (Hachette, Barral) qui par la suite seront au rang des donateurs, sans prendre de responsabilités dans les BAI. Enfin, notons la présence active de César Daly (fouriériste, ami de Delbrouck) et de Laboulaye, futur fondateur de la BAI-VI avec Girard.

Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe [statuts imprimés avant l’autorisation officielle], Paris, Imprimerie J. Claye, 1861. BnF; Recueil 8 Q […].

C’est à Henri Harant que l’on doit une version, sans doute expurgée car elle date de 1868 et son auteur ne peut tout dire, de l’arrivée de Perdonnet à la tête de la BAI-III. Perdonnet aurait stoppé le projet de refondation de la bibliothèque de l’AP pour se consacrer à la BAI-III …

Nous constatons avec plaisir qu’un grand nombre de ces sociétaires, ouvriers et commis, sont d’anciens élèves des cours des associations polytechnique ; et ce résultat reconnu aujourd’hui, il y a bien longtemps qu’il avait été prévu et annoncé. – Dès 1835, l’Association polytechnique s’occupait de la fondation d’une bibliothèque populaire, comme devant être le complément de son enseignement ; et pendant vingt ans elle a fonctionné dans l’ancien local de la halle aux draps. Mais il lui manquait cette vie qu’a donnée à la nôtre le principe de l’association et le prêt des livres à domicile. Après l’incendie de la halle aux draps, elle ne fut point rétablie ; et elle était de nouveau à l’état de projet, les livres et le local étaient préparés, quand M. Perdonnet, à l’initiative duquel elle  était due, en empêcha l’ouverture au moment où s’organisait celle du 3e arrondissement. Il n’était pas, il faut bien le dire, très convaincu de la supériorité de notre système ; mais, avec la loyauté qui le distinguait, il employa tout son dévouement et tout le pouvoir que lui donnait la considération publique, à l’essai que nous allions tenter. Bientôt sa conviction fut faite, et il devint l’un des plus croyants et des plus ardents propagateurs de notre forme de société19.

On peut supposer à partir de ce récit que tout se joue durant l’été 1861. Les fondateurs qui préparent la naissance de leur bibliothèque populaire depuis plusieurs mois espèrent obtenir en juillet l’autorisation officielle que doivent détenir les associations, comme en témoigne leur premier compte-rendu imprimé qui prévoit la mention de la date.

BnF, Recueil 8 Q 38 [Amis de l’Instruction]

Ils ont commencé à collecter les livres, réfléchi aux statuts et au catalogue et tenu une assemblée générale le 23 juin 1861. Les membres désignés le sont pour six mois.

La BAI-III reçoit l’autorisation officielle le 7 août 1861. Conformément au règlement du 23 juin, une Assemblée générale est tenue le 2 février 1862 qui désigne le bureau. On aurait pu s’attendre à la reconduction du bureau précédent  mais des modifications importantes ont lieu : disparitions, apparitions, et changements de rôles … (voir le tableau récapitulatif  au bas de ce billet). Ces modifications sont à étudier en détail20. Notons pour le moment entre 1861 et 1862 la disparition de Lionnet, personnage très hostile à Perdonnet (voir billet précédent), qui ne fera pas même partie des adhérents. En revanche l’Association polytechnique se taille désormais la part du lion, puisque  son président (Perdonnet) est élu à la présidence de la BAI-III, son vice-président (Leroyer)  et son secrétaire (Blanchet)  deviennent administrateurs de la BAI-III, et des membres de l’AP comme François Bazin et Henri Harant sont désignés vice-secrétaires de la BAI-III.  La plupart de ces hommes ne font pas partie des premiers inscrits, mais d’une vague d’inscriptions apparemment très concertée entre les numéros 243 et 249, dans laquelle on trouve aussi un inspecteur de l’instruction primaire, et le conservateur des Arts et Métiers. Ces hommes ont-ils été invités par les fondateurs de la BAI-III désireux d’obtenir l’autorisation officielle nécessaire à l’association ? Ou Auguste Perdonnet, apprenant  par Silbermann ou par François Bazin,  professeur à l’AP  et à l’École Turgot21, éléments du noyau des fondateurs de la BAI-III, d’une association patronnée par son rival Lionnet, au moment-même où il se prépare à réactiver la bibliothèque de l’AP, s’est-il imposé ? 

Le Rapport dressé par L. Grandeau, fin 1861, montre en effet une activité très importante du conseil provisoire et des premiers inscrits. Nulle trace dans ce premier rapport de Perdonnet, mais en revanche une présence très intrigante, celle du colonel Ildephonse Favé, aide de camp de Napoléon III. Il ne s’agit pas d’une lubie de la part de Favé, qui continuera après la chute de l’Empire à s’intéresser aux bibliothèques populaires et présidera la Société Franklin.  Favé est-il diligenté par Perdonnet à la BAI-III naissante ou fait-il venir Perdonnet à la BAI-III ? Il y arrive en tout cas avant Perdonnet et les membres de l’AP. Perdonnet comme Favé ont fait Polytechnique, et Favé y est étudiant lorsque Perdonnet fonde l’AP. Leurs chemins se croisent ensuite fréquemment jusqu’aux années 1860 où tous deux font partie du cercle impérial. Favé  s’intéresse  aux découvertes scientifiques et techniques de l’époque, et l’aventure de la BAI-III a pu à ses débuts l’intéresser. Enfin, peut-être Favé a-t-il connu l’existence de la bibliothèque par Paul Delamarche, 11e inscrit, qui jouera un rôle de premier plan dans les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Or Étienne Paul Delamarche, natif d’un village proche de celui de Girard en Haute-Marne,  a été un des combattants de la guerre de Crimée dans laquelle le colonel Favé a joué un rôle de premier plan22… Une autre hypothèse serait que Silbermann, déjà présent dans le comité de patronage,  ait entraîné Perdonnet (avec qui il avait des liens professionnels)  à s’inscrire avec lui (leurs  numéros d’inscription sont proches) et que Perdonnet ait ainsi découvert une bibliothèque proche de ses préoccupations.

Nous verrons dans un prochain billet le rôle central joué par Perdonnet au moment où la BAI-III faillit bien disparaître…

 

Annexe . Membres du conseil provisoire de la BAI-III et du conseil de patronage en 1861 puis du conseil en 1862 (tableau établi à partir du registre des inscrits de la BAI-III et des compte-rendus imprimés de la BAI-III)

NOM N°  dans le registre des inscrits Rôle dans les instances  de la bibliothèque  à l’été 1861 Rôle au début 1862
BAZIN, professeur d’histoire, membre de l’Association philotechnique 17 Censeur Vice-secrétaire
GIRARD, ouvrier lithographe, membre du CA de la Société de secours mutuels des Arts et Métiers 1 Censeur Vice-président
JACQUEL, chef d’institution, trésorier de la Société de secours mutuels des Arts et Métiers 68 Censeur Trésorier
VINCENT, avocat, secrétaire de la Société de secours mutuels des Arts et Métiers 69 Censeur Vice-président
GRANDEAU, chimiste, membre de l’Association philotechnique 9 Trésorier-administrateur Administrateur
ADAM, professeur d’histoire, membre de l’Association philotechnique 2 Secrétaire-administrateur Administrateur
PLOMB, ouvrier opticien, prix d’honneur de l’Association philotechnique 23 Bibliothécaire Bibliothécaire
BARRAL, directeur du Journal d’Agriculture pratique NON Conseil de patronage  
BAUDEMENT, professeur au Conservatoire des Arts et Métiers NON Conseil de patronage  
DALY, directeur de la Revue d’Architecture 144 Conseil de patronage  
HACHETTE, libraire-éditeur NON Conseil de patronage  
LABOULAYE, membre de l’Institut, professeur au collège de France 155 Conseil de patronage  
LABROUSTE, directeur de Sainte-Barbe, membre du Conseil impérial de l’Instruction publique NON Conseil de patronage  
LESAGE, chef d’institution 66 Conseil de patronage  
LIONNET, professeur au lycée Louis-le-Grand, président honoraire de l’Association philotechnique NON Conseil de patronage  
MARGOT, propriétaire, président de la Société de secours mutuels des Arts et Métiers 67 Conseil de patronage  
MARGUERIN, directeur de l’école Turgot 10 Conseil de patronage Administrateur
MOLL, professeur au Conservatoire des Arts et Métiers NON Conseil de patronage  
MAGDELEINE, libraire-éditeur NON Conseil de patronage  
SILBERMANN, conservateur des galeries du Conservatoire des Arts et Métiers 249 Conseil de patronage Administrateur
THIERRY, lithographe, membre du Conseil des Prud’hommes 38  (ou 39 ou 40 ou 41) Conseil de patronage  
PERDONNET président de l’Association polytechnique 243 NON Président
MEYER, inspecteur de l’enseignement primaire 244 NON Secrétaire
HARANT, professeur de géométrie à l’Association polytechnique 245 NON Vice-secrétaire
CHARDAR, garnisseur de nécessaires 4 NON Comptable
BELLAMY, tourneur en cuivre 13 NON Administrateur
BLANCHET, secrétaire de l’Association polytechnique 246 NON Administrateur
CLOUET, sellier 5 NON Administrateur
COLLET, brossier 26 NON Administrateur
ERBS, fabricant de plateaux 152 NON Administrateur
FONTAINE, sellier 12 NON Administrateur
GERMINET, lithographe 29 NON Administrateur
LANDRIN, monteur en bronze 15 NON Administrateur
LEROYER, vice-président de l’Association polytechnique 247 NON Administrateur
MORIN, professeur de géographie de l’Association philotechnique 248 NON Administrateur
RIMET, lithographe 28 NON Administrateur

 

  1. Voir Agnès Sandras, « Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction), » in Bibliothèques populaires, 10/09/2013, https://bai.hypotheses.org/717. []
  2. Voir Agnès Sandras, « Les palmes académiques pour le fondateur des bibliothèques populaires », in Bibliothèques populaires, 07/04/2018, https://bai.hypotheses.org/2161. []
  3. Timothée Trimm, « Le patriarche des chemins de fer », Le Petit Journal, 2 octobre 1867. []
  4. Le Petit Journal, 27 décembre 1867. []
  5. Voir les autres billets de ce carnet. []
  6. Il présente le projet dans Les bibliothèques populaires, et l’évoque dans ses diverses publications. []
  7. Voir le récit qu’il en fait dans Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même. Tome 1, suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires, dont la plus grande partie n’avoit pas encore été publiée. Traduit de l’anglais, avec des notes, par J. Castéra. Tome premier, page 179. Le club était loin d’être ouvert à toutes et à tous, voir l’infographie d’Ariel Aberg-Riger sur le site Citylab. []
  8. « Éloge historique de Benjamin Delessert : lu dans la séance publique [Académie des sciences] du 4 mars 1850« , de Pierre Flourens. []
  9. Voir Carole Christen, « Benjamin Delessert, principal fondateur de la Caisse d’épargne de Paris », Bulletin de l’Association pour l’Histoire des Caisses d’Epargne, n° 3, mai 1998, p. 2-3. et ses différents travaux traitant de la philanthropie et/ou de l’instruction du peuple ici. []
  10. Voir le billet de Jean-Paul Fontaine, dit Le Bibliophile Rhemus, sur les Delessert banquiers philanthropes : http://histoire-bibliophilie.blogspot.com/2016/09/les-delessert-banquiers-philanthropes.html et Banquiers et philanthropes : la famille Delessert, 1735-1868, aux origines des Caisses d’épargne françaises / Séverine de Coninck ; préf. de Charles Milhaud,… ; [publ. par l’] Association pour l’histoire des Caisses d’épargne, Paris, Économica : Association pour l’histoire des Caisses d’épargne, 2000. []
  11. « Catalogue de la bibliothèque populaire de Passy, fondée par M. Bin Delessert, en novembre 1835 ». : BNF : NAF 6300. []
  12. Voir Le temps des philanthropes : la philanthropie parisienne des Lumières à la Monarchie de Juillet / Catherine Duprat ; préf. de Maurice Agulhon, Paris, Éd. du CTHS, 1993. []
  13. Sur ces orphéons, voir l’article de Pierre Vinçard, dans La Presse du 11 mars 1868. Rappelons que les orphéons ont une place importante dans la sociabilité ouvrière : voir un prochain billet. []
  14. Lettre d’Auguste Perdonnet, La Presse, 19 juillet 1861. []
  15. Ibid. []
  16. Augustin Mathias, De la nécessité de créer des bibliothèques scientifiques-industrielles ou au moins d’ajouter aux bibliothèques publiques une division des sciences appliquées aux arts et à l’industrie, Paris, L. Mathias, 1848. Page 22. Voir note suivante. []
  17. Ibid. Ce témoignage est à prendre avec précaution, car Augustin Mathias a pour objectif de vendre les ouvrages de sa librairie industrielle du quai Malaquais. Néanmoins, les extraits de textes divers (y compris un texte de Perdonnet) réclamant des dispositifs de lecture pour le peuple et/ou des bibliothèques techniques, et les réflexions personnelles de Mathias qui servent d’introduction à ce catalogue sont très intéressants et montrent la réflexion sur la nécessité d’ouvrages  adaptés aux besoins des ingénieurs et ouvriers spécialisés dans les années 1820-1848. Le catalogue de Mathias propose une rubrique d’économie politique. Enfin, Mathias, récompensé l’année suivante  par une médaille pour sa librairie, fait partie d’un réseau d’hommes du Cercle de la librairie, de l’imprimerie, de la papeterie, que l’on retrouve aux débuts des bibliothèques populaires : Laboulaye, Didot, les papeteries du Marais (selon le Journal des débats politiques et littéraires du 22 décembre 1849), etc. []
  18. Le Journal des chemins de fer du 11 mars 1848 annonce que Mathias vient de donner au gouvernement trois de ses Bibliothèques scientifiques dont une pour la bibliothèque de l’AP. []
  19. Henri Harant, « Compte-rendu des travaux de la bibliothèque des Amis de l’instruction »,  Exercices de 1864 à 1868 de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement, Paris, Imprimerie Édouard Blot, 1869. []
  20. Le carnet donnera prochainement les biographies du noyau des fondateurs. []
  21. Voir « M. François Bazin, apôtre de l’instruction populaire, La Science populaire« , 31 août 1882. François Bazin (1830-1888), professeur de géographie, auteur d’ouvrages et de géographie, a reçu de nombreuses médailles pour son œuvre d’éducation populaire. Ce personnage semble avoir une forte personnalité. Il est volontaire « contre l’émeute de juin » 1848 (Ibid.), puis entraîne ses élèves en 1870 dans un bataillon de franc-tireurs. Recevant en 1882 une médaille d’argent de l’AP, il s’écrie à deux reprises « vive la République! », ce que L’Enseignement populaire : journal hebdomadaire illustré de juin 1882 rapporte comme un incident, même si l’assemblée applaudit. Peut-être est-il invité à la BAI-III par l’intermédaire de Bellamy, puisqu’il est témoin du mariage de celui-ci (Voir Ian Frazer, op. cit.) ou de Marguerin, directeur de l’École Turgot. []
  22. Je remercie Louise Oudin qui m’a signalé ce rapprochement expliquant possiblement la présence de Favé. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.