Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris

par Geneviève et Pierre Deblock

 

Le 59 avenue des Gobelins. Carte postale, XIXe siècle.

Le 13e arrondissement est une extension récente de Paris. Il a été créé sous le Second Empire en 1860, lors de l’agrandissement de la ville par Napoléon III jusqu’à l’enceinte de Thiers. Situé sur la rive gauche de la Seine, il est constitué d’une partie de l’ancien 12e arrondissement, à laquelle sont annexées, au sud et à l’est, des parcelles des communes d’Ivry, de Bicêtre, et de Gentilly.

C’est à cette époque un des territoires de Paris les plus déshérités, peuplé en majorité d’artisans et d’ouvriers. C’est aussi un des quartiers les plus industriels. Outre la manufacture des Gobelins qui longe la Bièvre, très polluée, au pied de la Butte aux Cailles, on y trouve des ateliers et des petites entreprises de travail du bois et du cuir, les chemins de fer d’Orléans, la raffinerie de sucre Say, la Compagnie parisienne du gaz, et à partir de 1890 les usines Delahaye, Panhard et Levassor.

Premières tentatives

 

En 1861, est fondée à Paris dans le 3e arrondissement la première bibliothèque des Amis de l’instruction1 (BAI-III). D’autres bibliothèques populaires naissent dans son sillage, gérées par association d’ouvriers et d’artisans, avec l’aide et sous la protection de philanthropes des associations polytechnique et philotechnique : à Paris (dans le 18e arrondissement en 1862, dans le 5e arrondissement en 1863) ou en province (à Hortes en Haute-Marne en 1862, à Vernon dans l’Eure, à Vincennes en 1864, etc.). Des projets d’ouvrir une bibliothèque populaire naissent également, dont l’un dans le13earrondissement. On lit dans La Presse du 23 octobre 1864 :

Un certain nombre d’habitants du 13e arrondissement (Gobelins), la plupart ouvriers, songent à fonder une bibliothèque populaire sur le modèle de celle du 5e arrondissement (Panthéon). La demande d’autorisation est depuis la semaine dernière entre les mains de M. le Ministre de l’Intérieur, qui ne peut tarder à y faire droit. Le 13e arrondissement est un des plus pauvres de Paris. Il compte, suivant M. Husson2, 1 indigent sur 5.51 habitants. C’est surtout dans ces masses déshéritées qu’il faut faire pénétrer l’instruction sous toutes les formes. Les écoles communales laïques y sont nombreuses : on y compte six écoles de garçons et sept écoles de filles. La fondation d’une bibliothèque populaire permettrait aux adultes, non seulement de perfectionner l’instruction qu’ils ont acquise, mais encore d’en répandre ou d’en conserver le goût autour d’eux. Ce serait un véritable bienfait pour toute la population de ces quartiers.

Mais on apprend le 10 décembre 1864, toujours dans La Presse, que le député de la circonscription Alfred Darimon3, qui avait été chargé « par un groupe de citoyens de suivre auprès de l’administration les autorisations nécessaires », vient de recevoir une réponse négative du ministre de l’Intérieur Paul Boudet :

La création des bibliothèques populaires répondant aux besoins intellectuels et moraux des ouvriers, le gouvernement se propose lui-même d’accroître le nombre de ces utiles établissements. À cet effet, l’administration s’occupe du choix des locaux qui pourraient être affectés à une semblable destination, en même temps qu’elle s’enquiert des questions d’application et de détail se rattachant à la gestion des bibliothèques et à la formation des catalogues. En attendant qu’à cet égard un système ait prévalu, je verrais des inconvénients, monsieur le député, à donner suite au projet que vous avez bien voulu appuyer de votre recommandation.

Le verdict est sans appel. Nous ne savons rien actuellement sur les personnes à l’origine de la démarche, si ce n’est qu’il s’agit pour la plupart d’ouvriers. La Presse, quant à elle, publie la réponse du ministre de l’Intérieur car elle intéresse, écrit le journaliste Édouard Bauer, « toutes les personnes s’occupant de formation de bibliothèques populaires ». Et il conclut :

Nous ne mettons pas en doute les excellentes intentions de l’administration, mais nous croyons qu’en mettant la main sur les bibliothèques populaires, comme elle l’a déjà mise sur les sociétés de secours mutuels, elle se mêle d’une besogne qui n’est pas la sienne.

Cette contestation de la politique impériale vis-à-vis des bibliothèques populaires n’est pas nouvelle dans les pages de La Presse.  Déjà le 23 août, un long article non signé salue l’ouverture d’une nouvelle bibliothèque populaire, celle du 5e arrondissement, mais, poursuit-il, « les auteurs de ces utiles projets rencontrent des difficultés et des lenteurs auxquelles ils ne devaient pas s’attendre », et il mentionne les cas de Maurice Block à Chaillot, et d’Ernest Legouvé dans le 6e arrondissement.

Le 6 septembre, alors qu’il doit être en train de rédiger sa demande d’ouverture d’une bibliothèque populaire dans le 13e arrondissement, Alfred Darimon signe un nouvel article dans lequel il mentionne le retard de la France en la matière par rapport aux États-Unis, à la Grande Bretagne, et même à l’Autriche et à la Suède. Les choses avancent trop lentement en France, écrit-il, malgré les efforts de plusieurs initiatives privées, et malgré ces paroles de Napoléon III le 20 février 1850 : « La fondation d’une bibliothèque dans toutes les communes de France est une œuvre de bienfaisance et d’utilité publique ».

Et le 7 décembre, trois jours avant la parution de la réponse de Paul Boudet dans La Presse, il signe un nouvel article au sujet d’une notice publiée par la société Franklin :

Autorisations administratives nécessaires pour fonder la bibliothèque : Les fondateurs de bibliothèques une fois les souscriptions et adhésions réunies feront bien s’ils le peuvent, de placer leur projet sous le patronage moral du juge de paix et du membre du conseil général qui représente le canton pour avoir ainsi des répondants et des garants auprès de l’administration départementale. Si la bibliothèque qu’il s’agit de créer doit être fondée par une association libre, en dehors de l’action directe du maire et du conseil municipal, le choix du président doit être agréé par le préfet et celui des membres du comité d’administration par le sous-préfet. Autant que possible, le maire doit être nommé président honoraire. Le catalogue doit, chaque année, être mis à la disposition de l’autorité [décision de S. Exe. M. le ministre de l’intérieur du 19 avril 1864]4.

Ces conseils ont pour but d’aider à surmonter les nombreuses difficultés administratives liées à l’ouverture d’une bibliothèque populaire, mais « tout en reconnaissant l’utilité de la notice publiée par les soins de la Société Franklin, nous ne pouvons y voir que la dénonciation d’un état de choses qui appelle un prompt remède.»

Cette insistance d’Alfred Darimon semble plutôt contreproductive pour le 13e arrondissement, et l’on peut se demander s’il n’utilise pas sa démarche pour alimenter sa propre campagne politique contre une tutelle de l’administration qu’il estime trop importante. Sans doute, ses anciennes relations avec Proudhon ont pu effrayer certains cercles impériaux, mais dans cette période où la lecture publique est encore considérée par les pouvoirs publics et religieux comme dangereuse5, la situation n’est pas simple pour les bibliothèques populaires, accablées de formalités et de tracasseries. Il faut dire que des divergences existent au sein même du gouvernement, certaines factions désirant alors les mettre sous surveillance6, d’autres, dont Victor Duruy ministre de l’Instruction publique, étant plus enclines à autoriser l’initiative privée. Dans La Presse, l’éditorialiste Auguste Vermorel résume ainsi la situation en décembre 1865 : « À en juger par ce qui se passe à Paris, il n’est guère plus facile d’établir une bibliothèque populaire que de fonder un journal politique »7.

Il semble d’ailleurs qu’une nouvelle tentative infructueuse se situe cinq ans plus tard, vers la fin du Second Empire. On connaît en effet le compte rendu par le secrétaire de la BAI-XIV Paul Delamarche8, d’une rencontre organisée le 27 novembre 1869 chez le comte Sérurier. Les représentants des bibliothèques des amis de l’instruction de Paris (BAI-III ; V ; VIII9, X ; XV ; XVIII), « ainsi que M. Verne, et d’autres personnes étrangères aux bibliothèques populaires, mais s’occupant d’enseignement populaire »10, ont débattu au sujet de leurs difficultés du moment, et de nouveaux projets d’ouvertures. Cette information fait écho à une note plus tardive retrouvée aux archives de la police, mentionnant une réunion de compte rendu de mandat des conseillers municipaux républicains du 13e arrondissement le 3 juillet 187511. Au cours de cette réunion, l’assemblée se prononce à l’unanimité pour l’ouverture d’une bibliothèque populaire, sur la proposition faite par le même Paul Delamarche à François Combes12. Lors de la discussion, « le sieur Thomas13 dit qu’il y aurait dans la réalisation de ce projet quelque chose d’assurément fort utile, mais il ne croit pas à la réussite (voir le billet suivant). La fondation d’une bibliothèque populaire dans le 13e arrondissement a déjà été tentée en 1869 sans aucun succès », et André Rousselle14 lui répond : « Il ne faut pas se rebuter et se croire perdu parce qu’une première tentative a échoué ». Jean Thomas a pu participer à cette rencontre, ou en entendre parler. La tentative de 1864 semble oubliée, mais on réalise l’effet démobilisateur que peut avoir une démarche infructueuse.

Plus tard, dans une conférence de 1884, Charles Lyon-Caen, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences morales et politiques, évoque ces entraves:

À cette époque, il fallait plaire même pour avoir le droit de s’instruire. L’autorisation nécessaire fut accordée aux arrondissements mieux notés, les 9e, 10e, 11e, 17e et 18e arrondissements. Elle fut refusée aux 6e, 8e et 13e. Pourquoi les ouvriers des premiers arrondissements étaient-ils jugés avoir besoin de lire tandis que ceux des trois autres arrondissements devaient être privés de lecture ? Le régime du bon plaisir avait souvent de ces écarts de logique15.

Le parrainage d’élus respectables ou d’académiciens réputés était un atout, mais il n’y en avait guère dans le 13e arrondissement ouvrier et indiscipliné.

La création de la BAI-XIII, 1875 – 1879

Après la chute de Napoléon III et la Commune, s’ouvre la période dite de « l’Ordre moral », et la situation ne s’améliore pas. Personne ne s’oppose publiquement à la demande de création de bibliothèques populaires, mais pas n’importe lesquelles. La bourgeoisie, même éclairée, est méfiante. Puis, avec les élections législatives de 1876 largement remportées par les républicains, sept autres bibliothèques populaires sont créées à Paris16 entre 1875 et 1878, dont celle du 13e arrondissement (6e, 7e, 10e, 11e, 12e, 13e, 20e arrondissement) .

Les recoupements entre les articles de journaux de l’époque, les archives retrouvées et le discours de François Cantagrel17 président de la BAI-XIII, lors de l’assemblée générale du 11 octobre 187818 permettent de retracer assez précisément son long parcours.

 

1875 – 1876

Il s’agit clairement d’un projet républicain. Comme on l’a vu plus haut, la création d’une bibliothèque populaire est votée à l’unanimité le 3 juillet 187519, au cours de la réunion de compte-rendu de mandat des conseillers municipaux du 13e arrondissement. Une « commission d’initiative » constituée de quatre citoyens et de François Combes20, qui paraît être l’élément moteur du projet, est chargée de réfléchir aux « moyens propres et [aux] mesures nécessaires » à sa fondation21.

Un an plus tard, le 6 juin 1876, à l’occasion d’un banquet patriotique organisé pour fêter l’élection du député François Cantagrel, en présence de plusieurs députés et conseillers municipaux (Greppo, Nadaud, Madier de Montjau, Vauthier), une nouvelle « commission d’initiative » est désignée. Elle comprend les quatre conseillers municipaux du 13e22 et au moins 5 citoyens23. Cette création, on le voit, représente un véritable enjeu politique pour les républicains dans leur lutte pour l’instruction. On annonce des dons de la part d’Ulysse Trélat24, républicain, ministre des Travaux publics du 12 mai au 18 juin 1848, ancien maire du 12e arrondissement, conseiller municipal du quartier de la Salpêtrière de 1871 à 1874, et Philippe Doré25, un des souscripteurs du banquet patriotique, fondateur de la fameuse « Cité Doré » dans laquelle son fils, Constant-Philippe, préparateur à l’École Polytechnique, a donné des cours de chimie aux ouvriers du quartier.

Trois semaines plus tard, le 25 Juin 1876, a lieu une réunion publique au Casino d’Italie sous la présidence de François Cantagrel. François Combes rappelle qu’une « Commission d’initiative » travaille déjà depuis un an. Une « Commission exécutive », ou « Commission provisoire » selon les mots de François Cantagrel, est constituée. Plus importante, elle est composée des quatre conseillers municipaux et de onze citoyens26. Le modèle de l’organisation de la bibliothèque populaire du 3e arrondissement semble « jusqu’à nouvel ordre » le plus intéressant, avec quelques modifications à étudier, par exemple sur le montant des cotisations.

Le 3 juillet 187627, cette nouvelle commission annonce ses décisions : les statuts sont arrêtés, et la bibliothèque s’intitulera « Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 13e arrondissement ». Dix citoyens sont chargés de réunir les adhésions des habitants en vue de la convocation de l’assemblée générale, qui se réunit le 6 août 1876 et vote les statuts28.

Statuts de la BAI-XIII de 1876 (BnF, Recueil 8-Q_38 [Bibliothèques des Amis de l’Instruction]). Cliché G. et P. Deblock

On apprend ensuite dans Le Petit Parisien du 16 novembre la proposition de François Combes au conseil municipal de Paris de voter une subvention de 7 000 francs pour les bibliothèques populaires.

1878 – 1879

L’année 1877 est une période de crise politique, et ce n’est qu’un an et demi plus tard, le 14 février 1878, que le préfet de police Albert Gigot signe l’autorisation d’ouverture. François Cantagrel la reçoit le 16 février, mais de fait, la bibliothèque fonctionne déjà. Le 5 avril 1878, le Conseil d’administration définitif est élu en assemblée générale, et on lit le 24 avril 1878 dans La Petite République, que la bibliothèque du 13e : 

[…] est constituée et a fixé son siège avenue des Gobelins, au n°4829. Elle est ouverte tous les jours de sept heures et demie à dix heures du soir, et le dimanche de midi à deux heures. Les adhésions sont reçues au siège de la Bibliothèque et chez MM. F. Combes, 3, rue Croulebarbe, tous les jours à partir de huit heures du matin ; Rondon, 6, passage Simonet, id. ; Loisel, 132, rue du Château-des-Rentiers, id. ; Jacquiot, 5, rue Clisson, tous les jours de six heures à huit heures du soir ; Imbert, 7, passage Simonet, tous les jours de sept à neuf heures du soir.

Il ne reste plus qu’à alimenter cette bibliothèque, et le 16 juin 1878, au théâtre des Gobelins qui peut accueillir 1 500 personnes, une première conférence payante, de Charles Quentin30, sur « L’histoire du livre », présidée par Léon Gambetta, est organisée par Louis Combes31. Selon les journaux, elle remporte un grand succès. Elle rapporte 1 912, 70 francs, ce qui représente 70 % du premier compte financier. Cette somme, ajoutée aux dons, permet de faire face aux premières dépenses.

Le 2 juillet 1878, deux nouvelles commissions sont créées, la première pour s’occuper de l’achat de mobilier et de fournitures de bureau, est composée des citoyens Sommet, Gobert et Charlot (200 francs), la seconde pour dresser la liste des livres à acheter, est composée des citoyens Louis Combes, Sigismond Lacroix, et Henri Saintin (600 francs).

On discute de l’utilité et de l’indemnité du citoyen Baillet, nommé bibliothécaire32, et le conseil approuve « une dépense de 21 francs pour illuminer le jour de la fête nationale du 30 juin33».

Le 18 juillet, le Conseil approuve, après examen, la liste des livres à acheter. Le fonds prend rapidement de l’ampleur. Il y a environ 1 100 livres et brochures. Cependant, la bibliothèque « ne compte encore que 206 adhérents », mais très avides de lecture car « bien que la saison d’été ne soit pas favorable à la lecture », elle a déjà prêté environ 500 livres».

Enfin, neuf mois plus tard, le 8 avril 187934, la bibliothèque déménage pour cause d’agrandissement au 59 avenue des Gobelins, qu’elle loue durant toute son existence.

 

Le discours de François Cantagrel du 11 octobre 1878

 

François Cantagrel, Gravure de G. Vuillet, Le Monde illustré, 12 mars 1887.

François Cantagrel insiste sur l’appartenance de la bibliothèque aux Amis de l’instruction, qui assurent le « progrès des connaissances » dans tout Paris. Il remercie les efforts du Conseil municipal, destinés à « des adultes parmi lesquels beaucoup [sont] nés pour leur malheur sous l’Empire ». Mais, le grand intérêt de ce discours est qu’il retrace et commente point par point les jalons de la création de la bibliothèque.

En bon orateur soucieux de dynamiser son auditoire, il commence par une boutade, puis il décrit avec émotion la période sombre de l’Ordre moral durant laquelle le conseil municipal de Paris est majoritairement républicain, alors que le Parlement est à dominante monarchiste :

S’il est vrai, – comme l’assurent des personnes peu impatientes de progrès, – que les seules œuvres durables sont celles qui se fondent avec lenteur, notre Bibliothèque populaire du treizième arrondissement devrait pouvoir compter sur de longs jours. Ce n’est pas d’hier en effet que date l’idée de cette création. Bien avant les élections générales de 1876 des citoyens dévoués à la République, et qui savent que les progrès de la République dépendent par-dessus tout des progrès de l’instruction, avaient formé le projet de bibliothèque populaire ; une Commission avait été formée ; mais tant que dura l’assemblée élue en un jour de malheur, c’est-à-dire tant que la forme même du gouvernement fût disputée et que le titre de républicain fût, aux yeux des hommes que la République avait portés au pouvoir, une cause d’exclusion et même de répulsion, les bibliothèques étaient mal vues de ceux qui pouvaient les autoriser. Le projet de cette Commission subit donc un temps d’arrêt. Mais l’idée persistait et, – ce qui donne à notre bibliothèque une garantie de durée plus forte que le temps qu’on a mis à la fonder – les désirs devenaient chaque jour plus vivaces.

Puis il insiste sur les nombreuses réunions, l’implication et la stabilité des équipes qui forment les différentes commissions35, et les parrainages de la bibliothèque. En 1876 en effet, bien avant l’autorisation du préfet, un local a été loué, l’affiliation de la bibliothèque aux Amis de l’instruction a été décidée, les statuts ont été rédigés, et 350 volumes ont été rassemblés grâce à des dons. Il mentionne les deux principaux, offerts par les personnalités du 13e arrondissement que sont le médecin Ulysse Trélat et Philippe Doré. Il mentionne également d’autres donateurs importants que sont les élus Louis Combes et Sigismond Lacroix, l’éditeur Germer-Baillière par ailleurs membre du conseil d’administration de la BAI-VI36, l’anthropologue Abel Hovelacque qui succèdera à François Cantagrel à la députation et à la présidence de la bibliothèque, Tessier (non identifié), Beaufils membre de l’AIT, la veuve d’Edgar Quinet et la Ligue de l’enseignement.

L’année 1877 est très difficile, comme on le voit aussi dans le 20e arrondissement où la bibliothèque populaire semble avoir ouvert « avec l’assentiment verbal de l’administration et la promesse d’autorisation officielle, mais le Préfet vient de faire connaître son refus et en ordonne la fermeture37».

Dans le 13e, François Cantagrel explique le gel de toutes les démarches durant l’année 1877, non par le fait du gouvernement, mais par celui des membres de la bibliothèque eux-mêmes : « Nous avons cru que nous ne devions rien demander aux hommes du 16 mai, et vous nous avez approuvés ». La crise du régime de Mac Mahon dure du 16 mai au 13 décembre 1877. Elle se termine par le succès des républicains aux élections législatives. L’horizon s’éclaircit. Le moment est alors venu d’agir pour la Société, soutenue par le Conseil municipal :

À l’unanimité la commission provisoire chargea le député et les quatre conseillers municipaux de faire les démarches nécessaires auprès de l’autorité en lui communiquant, avec les statuts votés en assemblée générale des adhérents, tenue le 6 août 1876, la liste des ouvrages que nous avions déjà réunis.

Nous avions, pour suivre ce parti, un motif qui n’est pas sans importance. Le Conseil municipal, obéissant à une de ces inspirations libérales, généreuses, intelligentes, qui feront à jamais l’honneur du Conseil élu par le suffrage universel, avait pris une délibération aux termes de laquelle une subvention annuelle de 1000 francs serait accordée à toute bibliothèque populaire fondée depuis un an.

Ensuite, tout va très vite, et la bibliothèque est autorisée par le préfet en février 1878.

François Cantagrel insiste également sur les travaux de la commission. Des discussions sur le choix de la forme juridique à adopter ont eu lieu dans le 13e arrondissement, mais aussi avec d’autres bibliothèques populaires en cours de création. En bon fouriériste, il préfère à l’association la forme coopérative considérée comme une entreprise et a priori plus libre de ses mouvements. Selon lui, le choix définitif d’opter pour une Société (entendre association) plutôt qu’une coopérative, malgré l’article 29138, aurait été fait en 1877, dicté par l’espoir d’un progrès démocratique à l’issue des élections législatives : « quelque opinion qu’on pût avoir du gouvernement du 13 décembre, ce ministère affirmait la République39» :

Elle étudia d’abord la question de savoir ce qu’il y aurait de plus avantageux, ou de fonder la Bibliothèque sous forme de Société coopérative, ou de suivre l’exemple des arrondissements qui possédaient déjà une Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction, en se résignant à demander à l’administration publique l’autorisation que rend nécessaire jusqu’à nouvel ordre – espérons-le – l’application qu’elle fait de l’article 291 du Code pénal, concernant les associations de plus de vingt personnes.

Cette question n’était pas seulement à l’étude dans le treizième arrondissement ; on l’étudiait aussi dans le dix-septième et le dix-huitième40, où furent tentés des essais sous la forme de coopérative, beaucoup plus démocratique, à coup sûr, que celle qui exige l’autorisation de l’administration.

Le temps s’écoulait, et nous allions faire les démarches nécessaires pour nous constituer en Société autorisée, lorsque arriva le 16 mai 1877.

Un prochain article présentera les membres du Conseil d’administration élu le 11 octobre.

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris," in Bibliothèques populaires, 06/04/2020, https://bai.hypotheses.org/4298.

 

  1. Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900) fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction (1861) », dans Lectures et lecteurs au XIXe siècle. La Bibliothèque des amis de l’instruction, Paris, Bibliothèque des amis de l’instruction, 1985. p. 53‑79. []
  2. Armand Husson (1809-1874), économiste et statisticien. []
  3. Alfred Darimon (1819-1902). Dans sa jeunesse secrétaire et ami de Proudhon, il entre en 1852 au journal La Presse . Député en 1857, réélu en 1863, il est l’un des cinq parlementaires républicains ayant accepté de prêter serment à l’Empire. Au Corps législatif, il est chargé des problèmes touchant les chambres syndicales et la coopération. Il entre dans la Société pour la propagation de l’enseignement professionnel en juillet 1864. On ne lui connaît aucune autre participation au mouvement des bibliothèques populaires. Abandonné par la gauche, il emploie ses dernières années à écrire ses mémoires. Légion d’honneur en 1865. Voir Agnès Sandras, « Le journal La Presse et les bibliothèques populaires », dans Bibliothèques populaires, 05/02/2020. []
  4. La Presse, 7 décembre 1864. []
  5. Voir aussi Agnès Sandras, « La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI) », dans Bibliothèques populaires, 16/05/2019 ; Jean-Charles Geslot et Agnès Sandras, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles. Lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire », dans Romantisme, 2017/3 n° 177, p. 31 – 41. []
  6. A. Sandras, « La bibliothèque des Amis de l’instruction du VIe arrondissement de Paris », op. cit. : « Par une circulaire confidentielle aux préfets, le 8 avril 1864, le Ministre de l’intérieur donne des consignes pour retarder, voire empêcher, l’établissement des bibliothèques populaires qui auraient une coloration politique ». []
  7. La Presse, 28 décembre 1865. Auguste Vermorel (1841-1871) journaliste socialiste opposant au Second Empire, emprisonné à de nombreuses reprises, élu membre de la Commune (18e arr.), mortellement blessé sur une barricade pendant la Semaine Sanglante. []
  8. Paul Delamarche un des fondateurs de la BAI-III, puis secrétaire de la bibliothèque populaire du 14e arr. fondée en 1871 après la Commune. []
  9. Une bibliothèque est créée en 1864 dans le 8e arr. par le comte Sérurier, membre de la Commission du colportage. Le Rappel du 21 /12 /1872 écrit : « rien de républicain dans cette fondation, présidence et direction absolues par le comte Sérurier ». On sait qu’elle n’existe plus en 1877. La BAI du 8e n’ouvre que le 14 juillet 1880 ; le journal La Justice écrit alors : « mauvaise nouvelle pour les frères, les jésuites, les cléricaux de toutes robes et les bonapartistes du 8e arrondissement… », et cette bibliothèque est qualifiée « d’officine électorale » par les élus du 8e. []
  10. « Des groupes d’initiatives se sont formés dans tous les arrondissements, et nous avions tout lieu d’espérer que la campagne si bien ouverte se termine bientôt par l’installation d’une bibliothèque dans chacun d’eux. Malheureusement, ses initiateurs éprouvèrent une grande difficulté pour obtenir l’autorisation nécessaire ; ils se découragèrent et abandonnèrent l’œuvre commencée ». Rapport des assemblées générales des 17 et 26 février 1878 de la bibliothèque des Amis de l’instruction du XIVe arrondissement, Paris, impr. Vve P. Larousse et Cie, s.d. []
  11. Arch. PPo, BA/1017, dossier François Combes. []
  12. François Combes, conseiller municipal représentant le quartier de Croulebarbe. Voir infra. []
  13. Jean Thomas (1834-1879), pharmacien, fils d’un boulanger, futur adjoint au maire (1878-1889), puis maire du 13e arr. (1882-1896), alors administrateur du bureau de bienfaisance du 13e arr. []
  14. André Rousselle (1831-1881), membre du comité radical du 6e arr., président de la Société pour l’instruction élémentaire (la plus ancienne association laïque d’enseignement primaire). En 1878, il est membre du conseil d’administration de la bibliothèque populaire du 18e arr. []
  15. BMO, Paris 19 mars 1884. []
  16. Voir Agnès Sandras, « La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI), » in Bibliothèques populaires, 16/05/2019, https://bai.hypotheses.org/3235. []
  17. François Cantagrel (1810-1887), fouriériste, auteur du « Fou du Palais Royal ». Voir le billet suivant sur la BAI-XIII. []
  18. BnF, 8-Q-38 : Compte-rendu de l’assemblée générale du 11 octobre 1878. Ce document précieux de 19 pages contient la composition du conseil d’administration du 11 octobre 1878, le rapport du conseil d’administration et le compte-rendu de la Société, le compte rendu financier et le rapport du trésorier, suivis des premiers statuts, adoptés le 9 août 1876, alors que la bibliothèque n’est pas autorisée, et d’une page intitulée « Moyens pratiques pour fonder une bibliothèque populaire par l’initiative privée ». []
  19. Arch. PPo, Ba/1017, op. cit. []
  20. Un rapport de police de 1880 dit : « Mr Combes professe des idées républicaines avancées ; depuis qu’il est conseiller municipal, il s’est occupé avec beaucoup d’ardeur à fonder dans son quartier des bibliothèques populaires ». []
  21. François Combes et les citoyens Loysel, Sicaire, Fonvieille et Simon, auxquels se joignent ensuite les trois autres conseillers municipaux du 13e arrondissement. []
  22. Comme chaque arrondissement, le 13e est divisé en quatre quartiers, qui envoient chacun un conseiller siéger au conseil municipal de Paris et au conseil général de la Seine (Sigismond Lacroix pour le quartier de la Salpêtrière, Georges Martin pour le quartier de la Gare, Louis Combes pour le quartier de Maison-Blanche, et François Combes pour le quartier Croulebarbe. []
  23. Le Rappel, 6 juin 1876, mentionne les citoyens Boisseau, E. Randon, Lainé, Cazenave et Védrenne. []
  24. Ulysse Trélat (1795-1879). Son fils Émile Trélat, fondateur de l’Ecole Spéciale d’Architecture, souscripteur de la BAI-III, participe lui aussi à la création de la bibliothèque. []
  25. Philippe Doré père (1796-1876). Son fils, Constant-Philippe (1831-1870), s’était présenté aux élections législatives de 1863 contre Alfred Darimon et François Cantagrel. []
  26. Fonvieille, Hunzicker et Monpillar déjà membres de la commission exécutive, auxquels on adjoint les citoyens Conneau, Fossoyeux, Jacquiot, Boisseau, Bénard, Randon, Rappel et Imbert. Voir Le Rappel et La Presse, 25 juin 1876. []
  27. Le Rappel, 3 juillet 1876. []
  28. Compte-rendu, 11 octobre 1878, op. cit. Statuts classiques pour l’époque, très proches de ceux de la BAI-III : article 4, « cette association a pour but de procurer à ses adhérents et à leur famille les livres utiles à leur instruction ou à leur délassement » ; article 6, peuvent adhérer les personnes de plus de 15 ans ; articles 8 et 9, Le droit d’entrée est de 1 franc, la cotisation mensuelle de 50 centimes (pas de demi-tarif pour les femmes) ; article 14, la durée du prêt est de 20 jours. []
  29. Adresse qui jouxte celle de François Combes. []
  30. Charles Quentin (1826-1904), vice-président de la BAI-XX en 1878-79. Voir Christiane Demeulenaere, « Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris », dans Bibliothèques populaires, 30/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2963. []
  31. Voir infra. []
  32. Selon François Combes, « les livres représentent une valeur ; il faut une responsabilité effective.» []
  33. La fête nationale de 1878, année de l’Exposition universelle de Paris, célèbre la paix et le travail. 4 feux d’artifices sont prévus à Paris, dont un, place d’Italie. Cf. Le Temps, 30 juin 1878 ; Le Petit Parisien, 2 juillet 1878. []
  34. Le Rappel, 8 avril 1879. []
  35. La commission provisoire « se composait de seize membres dont huit faisaient partie de la « Commission primitive ». []
  36. Voir Agnès Sandras, « La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris », op. cit. []
  37. Christiane Demeulenaere, « Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement, » in Bibliothèques populaires, 30/11/2018. []
  38. Article 291 du Code pénal, promulgué le 26 février 1810 : « Nulle association de plus de vingt personnes, dont le but sera de se réunir tous les jours ou à certains jours marqués pour s’occuper d’objets religieux, littéraires, politiques ou autres, ne pourra se former qu’avec l’agrément du gouvernement, et sous les conditions qu’il plaira à l’autorité publique d’imposer à la société». []
  39. La Chambre des députés est à majorité républicaine, le gouvernement l’est aussi, mais le président de la République Mac Mahon et le Sénat demeurent conservateurs. []
  40. André Rousselle, op. cit., qui participait à la réunion du 3 juillet 1875, est membre du conseil d’administration de la bibliothèque populaire du 18e arrondissement en 1878. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.