Les membres du conseil d’administration de la bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement en 1878

[Ce billet est la suite du billet de Geneviève et Pierre Deblock, « Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris » que l’on peut consulter ici.]

Composition du Conseil d’administration de la BAI XIII, 1878. Collection des recueils, cote 8-Q-38 .[Amis de l’Instruction], BnF.

Le conseil d’administration de la BAI XIII comprend vingt membres1, tous de sexe masculin mais plusieurs acquis à la cause féministe2 : le député et les quatre conseillers municipaux du 13e arrondissement3, ainsi que quinze autres citoyens dont six ouvriers, plusieurs de la compagnie du Paris-Orléans, trois employés, un instituteur, un architecte, un artiste peintre, et trois dont nous ne connaissons pas la profession.

On remarque quelques remaniements dans le bureau, mais aussi une stabilité de l’équipe : neuf d’entre eux faisaient déjà partie des commissions créées à partir de 1876.

Dix-huit ont pu être identifiés4. Ils sont jeunes seulement cinq d’entre eux, dont le député François Cantagrel et deux conseillers municipaux, ont 50 ans et plus. Ils ont donc connu 1848, le Second Empire et la Commune de Paris. La moitié a entre 30 et 40 ans, deux ont 20 et 22 ans. Ils sont nés en général en province, et ont pu venir chercher du travail dans la capitale. Seuls François Cantagrel, Georges Martin, et peut-être Désiré Bénard sont issus de la bourgeoisie.

Ils appartiennent aux différents mouvements socialistes, républicains, révolutionnaires du 13e arrondissement. Ils sont laïques, libres penseurs5, et plusieurs d’entre eux sont francs-maçons6. Ils sont très impliqués dans des actions de solidarité dans l’arrondissement (bureau de bienfaisance, crèche laïque7, etc).

Les cinq élus 

François Cantagrel (1810-1887), président8 : Député, il est le plus âgé. Il a 68 ans en 1878. Il habite 33 rue Vivienne dans le 2e arrondissement. Il est né à Amboise dans une famille bourgeoise, et arrive à Paris en 1827. Il est ingénieur9, architecte et juriste.

Il adhère aux idées de Charles Fourier et publie en 1841 Le Fou du Palais Royal, dont on dit qu’il a orienté vers le fouriérisme plus de gens que les œuvres de Fourier lui-même.

Lors de la révolution de février 1848, il est élu député du Loir-et-Cher. Il participe avec Ledru-Rollin à l’insurrection du 13 juin 1849 contre l’élection de Louis Napoléon Bonaparte, sauvagement réprimée. Il est en fuite en Belgique puis en Angleterre quand il est condamné par contumace à la déportation à perpétuité.

André Gill, « François Cantagrel »,  Les hommes d’aujourd’hui, 1878 – 1881. Gallica (BnF).

En 1854, il part fonder un phalanstère au Texas avec Victor Considerant, mais à la suite de désaccords il revient en Europe par la Belgique puis la Suisse. L’amnistie de 1859 lui permet de rentrer en France où il joue un rôle très actif dans les mouvements coopératifs. Il tente vainement sa chance dans le 13e aux législatives de 1863 (contre Alfred Darimon, élu, Constant Say, raffineur, candidat du gouvernement, et Philippe Doré) et 1869 (contre Jules Favre, élu, et Henri Rochefort).

Pendant la Commune, il est à Nantes, collabore à plusieurs journaux, et fait la connaissance de Georges Clemenceau. La justice de Mac Mahon le condamne en juin 1871 à six mois de prison et 2 000 F. d’amende pour « excitation à la haine et au mépris du gouvernement et désobéissance aux lois ». Mais en juillet de la même année, il est élu conseiller municipal dans le 18e arrondissement (quartier de la Chapelle), puis vice-président du Conseil Général de la Seine en 1872.

C’est en 1876 qu’il devient député du 13e, à l’occasion d’une élection complémentaire10. Cantagrel est élu avec 64,7% des voix. Il est réélu en 1877, 1881 et 1885.

À la Chambre, il siège à l’extrême gauche, vote pour l’amnistie des communards, pour le droit au divorce, la liberté de la presse, le droit de réunion et d’association. Il vote contre l’expédition du Tonkin, contre la politique coloniale de Jules Ferry et contre le maintien d’une ambassade au Vatican.

Durant son mandat, il préside toujours les manifestations et les conférences de rentrée données à la BAI-XIII.

Il décède en 1887, en cours de mandat. C’est le linguiste et anthropologue Abel Hovelacque (1843-1896) qui lui succède à la députation et à la présidence de la bibliothèque.

 

François Combes (1828-1892), vice-président 11, est né à Espalion (Aveyron). Élu du quartier Croulebarbe, il a 50 ans, est fils de gendarme et habite 3 rue de Croulebarbe. Il est « instituteur libre ». Après la prise de pouvoir par Napoléon III, il a dû fuir le Cantal où il enseignait dans une ferme-école. Il arrive à Paris et ouvre, au 3 de la rue de Croulebarbe, sa propre institution en 185812. Cette école privée n’est pas gratuite, mais elle est laïque. Elle a bonne réputation : en 1864, il obtient une distinction honorifique de la Société pour l’instruction élémentaire.

Vers 1869-70, il se fait remarquer par sa fréquentation de réunions républicaines. Au lendemain du 4 septembre 1870, le Gouvernement de la défense nationale le nomme adjoint au maire du 13e arrondissement.

Appel d’Auguste Passedouet et François Combes pendant le Siège. Les Murailles politiques françaises : depuis le 4 septembre 1870 / [fac-similés d’affiches édités par Armand Le Chevallier] Éditeur : A. Le Chevallier (Paris) Date d’édition : 1873-1874. Gallica (BnF).

On sait peu de choses sur lui pendant le siège de Paris et la Commune. Le journal L’Évènement du 11 septembre 1874 dit qu’il dut son élection « à la reconnaissance de ses administrés pendant le siège de Paris ». Le 19 mars 1871, place d’Italie, avec Léo Melliet13, maire adjoint du 13e et Jean-Baptiste Sérizier14, il sauve la vie du général Chanzy et du député Edmond Turquet, menacés par les insurgés, en les amenant à la prison de la Santé15. Pendant la Commune, il est membre de la Ligue d’Union Républicaine16, qui tente de s’interposer entre les Parisiens et les Versaillais pour éviter les massacres. En juin 1871, il plante le drapeau rouge sur la mairie du 13e. Il expliquera à la police que c’était pour calmer le peuple furieux de ne pas voir leur mairie revêtue de cet insigne. Commentaire du commissaire : « au fond de ses idées, il n’est pas un méchant homme, il s’est très bien conduit pendant le siège de Paris ».

Il est élu cinq fois conseiller municipal du quartier Croulebarbe, de 1871 à 1887. En 1878, il est vice-président du Conseil Général de la Seine.

Il est étroitement surveillé par la police.

Un rapport du 17 octobre 1873 indique : « il fut élu par la popularité parmi les tanneurs et corroyeurs. Il prétend que le radicalisme conduit au bonheur universel et ses théories philanthropiques ou plutôt ses discours réclames le font considérer par les ouvriers comme un profond politique ».

Une anecdote : veuf de son premier mariage, il se remarie en 1875 à l’église pour faire plaisir à la famille de sa femme, mais pour cela, il lui faut un certificat de confession. Il envoie la veille un ami se confesser à sa place.

Dans le quartier, il participe à de nombreuses actions de solidarité, dont il est très souvent le trésorier : avec les familles des détenus politiques (1872), avec des grévistes en cuirs et peaux à Paris (mai 1875), avec les victimes du coup de grisou qui a fait 366 morts à Saint-Étienne (février 1876), avec les sinistrés des inondations de Paris (mars 1877), avec les ouvriers lyonnais au chômage (1877), avec les amnistiés de la Commune (1879), avec les victimes de l’incendie de l’Opéra-Comique (mai 1887). Il soutient le Sou des écoles laïques en hébergeant à son domicile son premier siège social et en organisant des événements qui permettent de collecter des fonds. Il préside la Société de Secours mutuel des quartiers Croulebarbe et Maison Blanche.

Au conseil municipal, il défend les intérêts de l’arrondissement (travaux de voirie, assainissement, déplacement du marché aux chevaux, réalisation du puits artésien, etc.) mais il se fait surtout remarquer par ses combats pour la laïcisation des écoles et des hôpitaux. Il demande que la Ville cesse de financer les écoles congrégationnistes. Il demande l’épuration de la police et plaide en faveur de l’amnistie des communards.

À part son engagement anticlérical, c’est plutôt un modéré. À la fin de sa vie publique, il devient un notable moins engagé. Il est traité de capitaliste et de marchand de soupe par Le Cri du peuple 17, le journal de Jules Vallès. Il est réélu de justesse en 1884 et battu aux élections de 1887 par Simon Soens, un cordonnier, candidat du parti ouvrier.

Il décède en 1892 et est incinéré au cimetière de l’Est parisien (le Père Lachaise). C’est la Ville qui paye les frais d’obsèques. L’éloge funèbre est prononcé par Auguste Vorbe, secrétaire du Conseil municipal18.

Sigismond Lacroix (1845 -1909), membre du bureau19. Élu de la Salpêtrière, il a 33 ans et habite 6 rue Du Bellay dans le 4e arrondissement. Son nom de naissance est Zygmunt Krzyżanowski. Fils d’un réfugié polonais, il est né à Varsovie et naturalisé français.

Portrait de Sigismond Lacroix, Le Monde illustré, 14 novembre 1885. Gallica (BnF).

Franc-maçon, il est docteur en droit et historien, auteur notamment d’une Histoire des prolétaires 20.

Il collabore au journal Le Radical. En 1876, il fonde le journal Les Droits de l’homme, dans lequel écrivent, sous pseudonyme, plusieurs anciens de la Commune en exil. En 1877, il est condamné à 3 mois de prison pour outrage à la religion, parce qu’il a osé qualifier Jésus-Christ « d’enfant adultérin ».

Il est élu en 1874 conseiller municipal du quartier de la Salpêtrière, où il succède à Ulysse Trélat. Il est réélu en 1876 et 1881. Il préside le Conseil municipal en 1881. Il est élu député de la Seine en 1883, dans le 20e après la mort de Gambetta contre lequel il s’était vainement présenté en 1881, et réélu en 1885.

À l’Assemblée, il siège à l’extrême gauche, mais sans être toujours d’accord avec Clemenceau. Farouche partisan de l’autonomie communale, il se bat pour l’établissement d’une mairie de plein exercice à Paris. Il plaide pour l’égalité des droits entre hommes et femmes. Il se prononce pour la séparation des Églises et de l’État, contre la politique coloniale de Jules Ferry. Il est l’un des premiers, dans la presse comme à la Chambre, à se déclarer adversaire du général Boulanger.

Georges Martin (1844-1916) : secrétaire archiviste21. Il est né à Paris. Élu du quartier de la Gare, il a 34 ans et habite 145 rue Mouffetard. Il a d’abord été nommé secrétaire adjoint. Son père est pharmacien dans le bas de la rue Mouffetard. Il commence des études médicales, mais les interrompt pour s’engager dans les troupes de Garibaldi pour la conquête de la Vénétie. Il reprend ensuite ses études de médecine à Montpellier. Pendant le siège de Paris, il soigne les blessés au fort d’Ivry. Il revient s’installer rue Mouffetard où il exerce pendant dix ans. Il y gagne le nom de « médecin des pauvres », car il oublie souvent de réclamer ses honoraires.

En 1874 (il a 30 ans), il est élu par le quartier de la Gare au Conseil municipal de Paris, et réélu à trois reprises (1878, 1881, et 1884). Il préside le Conseil Général de la Seine en 1884. Il siège au conseil de surveillance de l’Assistance Publique et y propose de nombreuses réformes. En 1885, à 41 ans, il est élu sénateur, il est le plus jeune de cette Assemblée.

Mais c’est surtout un personnage important dans l’histoire de la franc-maçonnerie. Il est convaincu que la maçonnerie ne peut pas être utile si elle exclut les femmes. Il essaie d’abord de la faire évoluer de l’intérieur, mais il comprend vite qu’il faut créer quelque chose de neuf. Avec Maria Deraismes, il crée en 1893 la Grande Loge Symbolique Écossaise Le Droit Humain, avec l’aide des premières femmes qu’elle a initiées, dont sa future épouse Marie. Ils n’ont pas d’héritier. Georges Martin vend son hôtel particulier parisien et sa maison de campagne et fait don de sa fortune pour la construction de la Maison du Droit Humain, siège de l’Ordre, rue Jules Breton22. On lit sur le fronton : « Dans l’humanité la femme a les mêmes devoirs que l’homme. Elle doit avoir les mêmes droits dans la famille et dans la société ». Il décède le 1er octobre 1916 dans le petit appartement qu’il s’y était réservé.

Georges Martin,  franc-maçon. Image provenant de la notice Wikipédia Georges Martin. CCommons.

Jean-Louis ou Louis Combes (1822-1881), membre du bureau 23, élu de Maison Blanche. Fils d’un cocher, il est né à Paris. Il a 56 ans et habite 17 rue du Moulin-de-Beurre dans le 14e arrondissement.

En 1850, avec Jean-Baptiste Girard le futur fondateur de la BAI-III, il monte un Comité électoral lithographique pour soutenir la candidature d’Eugène Sue. Il en est secrétaire comptable, et Girard est trésorier24.

Ancien trésorier du club socialiste25, il est impliqué sous la présidence de Louis Napoléon Bonaparte dans l’affaire dite « des bulletins de résistance » (tracts hostiles au Prince-président). Il est condamné avec plusieurs autres personnes dont le libraire-éditeur Gabriel Charavay, à mille francs d’amende et cinq ans d’emprisonnement au bagne de Belle-Île-en-Mer, où il se lie d’amitié avec Auguste Blanqui.

Il consacre ensuite plusieurs années à des études de littérature et d’érudition, et devient journaliste et historien.

Il collabore au Grand Dictionnaire du XIXe siècle de Pierre Larousse, dans lequel il rédige une grande partie des articles historiques. Il collabore aussi à plusieurs revues, dont Le Nain jaune, L’Amateur d’autographes, Le Réveil, et prend part à la création de La République française de Léon Gambetta.

On lui doit plusieurs ouvrages, dont La Grèce ancienne et un recueil d’articles intitulé Épisodes et curiosités révolutionnaires.

Pendant le siège de Paris, il est un des fondateurs de l’Association des défenseurs de la République. Après le 4 septembre 1870, le Gouvernement de la défense nationale le nomme préfet de l’Allier. Il démissionne le 15 mars suivant, puis il est élu conseiller municipal dans le quartier de la Maison Blanche en juillet 1871, réélu en 1874 et en 1878.

En décembre 1878 ou janvier 1879, il est nommé bibliothécaire au Ministère de l’Intérieur.

Franc-maçon, il est initié dans la loge Droit et justice en 1878.

Il décède à 59 ans, en cours de mandat. Il est enterré au cimetière du Montparnasse le 8 janvier 1881. De nombreuses personnalités, dont Léon Gambetta, Étienne Arago, Martin Nadaud, Paul Arène, Antonin Proust, sont présentes à ses obsèques. Sa tombe est ornée de son portrait par son ami le sculpteur Alfred-Ambroise Gauvin. « II avait été l’un des plus durement frappés d’une génération en grande partie immolée26».

Tombe de Louis Combes au cimetière du Montparnasse. Photographie de Pierre Deblock.

 

Les autres fondateurs :

Les conseillers municipaux ont fait parler d’eux au moins dans le bulletin municipal officiel et dans la presse. La plupart des autres fondateurs n’ont pas laissé beaucoup de traces dans les archives. Nous ne connaissons pas toujours leurs prénoms, et si nous avons leurs adresses, nous savons aussi que les gens du peuple occupaient des « garnis » et déménageaient souvent, ce qui ne facilite pas les recherches27.

Mais on peut dresser quelques portraits.

Henri Ernest Jacquiot (1843 – ?), secrétaire 28. Il avait d’abord été nommé secrétaire archiviste. Il est né à Pierry (Marne) et a 35 ans. Fils d’un charpentier, il habite 5 rue Clisson. On le rencontre le 7 février 1876 comme délégué du quartier Maison-Blanche dans une réunion électorale républicaine. Il est une des chevilles ouvrières de la bibliothèque, dont il reste secrétaire jusqu’en 1899, soit pendant plus de 20 ans. Il entre à la Compagnie d’Orléans en qualité de simple tourneur, puis devient vérificateur et chef vérificateur. Il est très impliqué dans l’entreprise où il anime la société de secours mutuels et de prévoyance, et dans l’arrondissement où il est l’un des fondateurs de la crèche laïque et commissaire du bureau de bienfaisance. Il reçoit plusieurs distinctions honorifiques : la médaille d’or de la mutualité, la médaille d’honneur du travail, la médaille de l’Assistance publique, les palmes académiques et la Légion d’honneur.

Henri Saintin (1846-1899), secrétaire 29.

Henri Saintin (1846 – 1899) in Jules Martin, Nos peintres et sculpteurs, graveurs, dessinateurs, Paris, Flammarion, 1897. Cliché G.D.

Fils d’un épicier aisé propriétaire de plusieurs immeubles, il est né à Ivry-sur-Seine et a 32 ans. C’est un artiste peintre assez renommé, ami de Bartholdi. Son atelier est situé 4 rue Nationale. Une de ses peintures, « Les vieilles carrières d’Arcueil » (1889), se trouve dans le Salon des Lettres de l’Hôtel de Ville de Paris, pour laquelle il aurait touché 5 000 francs, soit entre deux et trois fois le salaire annuel d’un ouvrier qualifié de l’époque. Aux dires de la police, il est populaire parmi les ouvriers de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans. Il est à la tête d’un comité électoral radical lors des élections municipales de 1884, et signe en tant que représentant pour le 13e arrondissement un appel du Comité central républicain de Paris, dont le « candidat républicain non autonomiste » est François Combes.

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1891 en tant qu’artiste peintre.

Le citoyen Bagel, trésorier 30. Il habite 55 rue Jeanne-d ’Arc. Il s’agit de Simon Arthur Bagel, né à Cusset (Allier) le 26 septembre 1842, peintre en voitures. Fils d’un tailleur d’habits, il épouse en 1869 Henriette Lancestre, sans profession, qui devient fleuriste. Ils ont trois enfants en 1870, 1871, 1872, et habitent alors 7 rue Jeanne d’Arc.

Henri Rondon (1858- ?), trésorier adjoint 31, est né à Vitry-sur-Seine. Comptable, fils d’un maçon, il a 20 ans et habite 6 passage Simonet, à la même adresse que son père, également militant républicain, et ses frères. Il est aussi trésorier du Comité républicain du 13e arrondissement, dont le secrétaire est François Combes, et fait partie de la commission d’initiative du Sou des écoles laïques définitivement constituée par arrêté du 28 juillet 1879.

Joseph Beaufils (1849-1928) 32 a 29 ans. Il est né à La Suze (Sarthe) et habite 72 rue de Seine à Ivry-sur-Seine. Il est précisé en marge de son acte de naissance qu’il est « fils naturel ». Il avait d’abord été nommé secrétaire, il est simple administrateur. Ouvrier sellier, membre actif de l’AIT sections du Panthéon et du 13e arrondissement, membre du 59e régiment, communard, il est condamné en 1872 à 3 ans de bagne à Belle-Île, mais gracié au bout de six mois car il a pendant le siège protégé du lynchage un militaire, le Comte de Bastard, qui avait été arrêté par les insurgés. Il est conseiller municipal d’Ivry-sur-Seine de 1877 à 1878.

En 1883, il fait partie d’un groupe de citoyens du 13e arrondissement qui organisent une fête pour l’anniversaire du 21 septembre 179233, et on le rencontre en septembre 1900, délégué au XIe congrès national corporatif — 5e de la CGT — tenu à la Bourse du Travail de Paris, où il y représente la chambre syndicale de l’ébénisterie et du meuble sculpté de Paris.

Jean-Joseph Fonvieille (1828 – ?)  a 50 ans34. Il est né à Saint-Affrique (Aveyron), de parents « non mariés », certainement protestants. Son père est tisserand. Il participe dès 1875 à toutes les commissions de création de la bibliothèque. Il a d’abord été nommé trésorier, il est simple administrateur. Comme François Combes, il est instituteur libre, très apprécié selon les archives de la Préfecture de police. Son institution est au 100 rue de la Glacière. La Société pour l’instruction élémentaire lui décerne une médaille d’argent en 1889. Il est administrateur du bureau de bienfaisance du 13e (1886-89). On le trouve dans de nombreuses réunions de républicains. En 1877, il préside à l’Alcazar, avenue de Choisy, un meeting de soutien à la candidature de François Cantagrel qui réunit plus de 1 000 personnes.

Joseph-Désiré Bénard (1826-1902)  a 52 ans35. Il est né à Paris. Il a participé à la Révolution de 1848. Il est architecte, demeure 15 boulevard Arago, et construit des immeubles boulevard Arago, rue Le Brun et avenue des Gobelins. Il est lui aussi présent dès les premières commissions. On le voit dans les réunions républicaines. En 1883, il devient adjoint au maire du 13e Jean Thomas, et le reste au moins jusqu’en 1888.

Frédéric Hunsicker (1841- ?) a 37 ans et habite 7 place Pinel36. Né à Halstat, dans le Bas-Rhin, il fait partie des « optants », qui quittent l’Alsace pour rester français lors de l’annexion de l’Alsace et de la Moselle. Il est menuisier, et devient inspecteur du travail manuel en 1892. Il est gérant du journal Le Radical dont Sigismond Lacroix est éditorialiste. En mai 1877, il est condamné à deux mois de prison et 2 000 francs d’amende pour la publication d’un article antimilitariste de Sigismond Lacroix intitulé « La moralisation de l’armée ».

Jean Claire Imbert (1838- ?) est né à Lyon37. Il a 40 ans. Il est employé à la Compagnie du gaz et habite 7, passage Simonet, en face du trésorier adjoint François Rondon. On sait peu de choses de lui, mais un fait divers nous renseigne sur sa personnalité : Le Rappel du 22 mai 1881 écrit qu’il a arrêté, rue du Château-des-rentiers, un cheval qui s’était emporté. « Sans l’heureuse intervention de M. Imbert, ce cheval aurait pu causer de grands malheurs dans ce quartier si populeux » (voir ci-dessous). On sait aussi que son fils s’est fortement impliqué dans la vie du 13e, dont il a été adjoint au maire en 1928.

Le Rappel, 22 mai 1881. Gallica (BnF).

Charles Loisel ou Loysel (1856- ?), membre du Conseil d’administration, est né à Paris38. Il est fils d’un coiffeur et d’une couturière. Il demeure chez ses parents, 132 rue du Château-des-rentiers. Il fait partie de la première commission en 1875. En 1881, il est inspecteur au gaz et épouse une gantière dont le père est fabricant de cages et la mère gantière. Le docteur Georges Martin, conseiller municipal, est témoin à son mariage. Il est employé (1891) puis comptable (1912). Il est membre du Comité républicain du 13e arrondissement.

Il y a aussi François-Marie Chola (1846 – ?),  né à Ploumenez (Côtes du Nord). Il a 32 ans, il est forgeron et habite 138 boulevard de la Gare39 ; Auguste Fossoyeux (1844 – ?), né à Auxerre (Yonne). Il a 34 ans. Il est mécanicien et habite 30 rue des Cordelières40 ; E. Chariot, qui habite 61 rue Domrémy et est membre du Comité radical du 13e en 188141 ; Delaplane qui habite 151 rue du Chevaleret, et Gobert42, membre du comité d’aide aux amnistiés, qui habite 14 passage Alphan.

Les articles et le compte-rendu nous livrent les noms des membres de différentes commissions, mais de nouvelles archives restent à trouver pour les identifier. La suite de l’histoire de la bibliothèque n’est pas non plus très documentée. On a cependant le témoignage de Maxime Rodinson43, qui a été un lecteur assidu de la bibliothèque dans les années 1930.

Un catalogue de la bibliothèque daté de 1882, son supplément daté de 1884, et une liste manuscrite datée du 2 décembre 1884 ont été conservés. Ils feront l’objet d’un prochain article, ainsi que les conférences données régulièrement entre 1879 et 1890, devenues ensuite plus rares, avec un petit rebond en 1938.

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les membres du conseil d’administration de la bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement en 1878," in Bibliothèques populaires, 16/04/2020, https://bai.hypotheses.org/4332.

  1. Président : le citoyen Cantagrel, député ; Vice-président : le citoyen François Combes, conseiller municipal ; Secrétaire : le citoyen Jacquiot ; secrétaire-archiviste, le citoyen Georges Martin, conseiller municipal ; Secrétaire-adjoint : le citoyen Saintin ; Trésorier : le citoyen Bagel ; Trésorier adjoint : le citoyen Rondon ; Administrateurs, les citoyens Beaufils, Bénard, Chariot, Chola, Louis Combes, conseiller municipal, Delaplane, Fonvieille, Fossoyeux, Gobert, Hunsicker, Imbert, Sigismond Lacroix, conseiller municipal et Loisel. []
  2. F. Cantagrel, S. Lacroix, G. Martin peuvent être qualifiés de féministes. Voir aussi  Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? » dans Laurent Besse, Carole Christen, Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 : Perspectives françaises et internationales, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 199-214. []
  3. Qui ne sont pas membres de droit, mais élus par l’assemblée générale, comme les autres administrateurs. []
  4. Nous remercions Louise Oudin pour son aide dans les recherches biographiques. []
  5. Ils sont enterrés civilement, plusieurs se font incinérer. []
  6. Attesté pour les cinq élus, Désiré Bénard et Henri Saintin. []
  7. Leurs distinctions honorifiques montrent qu’ils sont reconnus par la société : plusieurs recevront des médailles lors des Expositions universelles, deux seront officiers d’académie (Jacquiot, Loisel), et trois (Saintin, Jacquiot, Imbert fils.) seront décorés de la légion d’honneur. []
  8. Voir Jean-Marie Mayeur, Arlette Schweitz,  Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, Volume 1 ; Michel Cordillot, Bernard Desmars, « Cantagrel, François (Jean Félix) », Dictionnaire biographique du fouriérisme en ligne ; Bernard Desmars, « Des cours et des bibliothèques pour changer le monde ? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875) », dans Laurent Besse, Carole Christen, Histoire de l’éducation populaire, 1815 – 1945 : Perspectives françaises et internationales, op.cit.,  p. 141-151 ; Arch. PPo, Ba/991, 5219. []
  9. Il travaille au Pont d’Ivry alors en construction. []
  10. Louis Blanc avait été élu dans le 13e et dans le 5e mais avait opté pour le 5e. []
  11. Arch. PPo, Ba/1017, op. cit. []
  12. « Compromis comme républicain, il perdit sa place et vint à Paris où il fonda en 1858 une institution libre. » Jules Lermina, Dictionnaire universel illustré, 1885. []
  13. Léo Melliet (1843-1909), clerc d’avoué, un des fondateurs du Club démocrate socialiste du 13e arrondissement où il est élu maire adjoint le 5 nov. 1870, membre de l’AIT et de la Commune. Voir Le Maitron. []
  14. Jean-Baptiste, Marie Sérizier (1830-1872), corroyeur, membre de la section du 13e arr. de l’AIT. Fusillé à Satory le 25 mai 1872. Voir Le Maitron. []
  15. Maxime Vuillaume, Mes cahiers rouges au temps de la Commune, Albin Michel 1971, p. 90-91 et 92-97. []
  16. Avec notamment Loiseau-Pinson, Bonvalet et Adam. []
  17. Le Cri du peuple l’accuse de connivence avec Eugène de Ménorval, conseiller municipal de l’Arsenal. Ils dirigent tous les deux une institution scolaire et s’enverraient mutuellement des boursiers soutenus par le département pour accroître leurs effectifs et leur chiffre d’affaires. []
  18. BMO du 28 décembre 1892. []
  19. Voir sa fiche sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques ; Jules Lermina, Dictionnaire universel illustré, 1885 ; Les Hommes d’aujourd’hui, 1870-1881, 3e année, n° 130. []
  20. Avec Yves Guyot, édité en 1874. []
  21. Arch. PPo Ba/556, G.Martin ; Arch. PPo Ba/ 1017 ; Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la dir. de Jean Jolly, PUF, 1960. []
  22. Architecte Charles Nizet, 1912. []
  23. Voir Le Maitron ; Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 5e éd., 1880, p. 456 ; La République française, 10 janvier 1881. []
  24. Paul Chauvet, Les ouvriers du livre en France : de 1789 à la constitution de la Fédération du livre, 1964, p. 232, 416, 695. []
  25. La Gazette de France, 15 févr. 1852. []
  26. Gustave Isambert, [rédacteur en chef de La République française], La République française, 10 janvier 1881. []
  27. Selon Alain Faure, « Les racines de la mobilité populaire à Paris au 19e siècle », dans Changer de région, de métier, changer de quartier. Recherches en région parisienne, dir. O. Benoît-Guilbot, Université de Paris X-Nanterre, 1982, p. 103-119, 89 % des habitants de la rue Nationale ont déménagé entre 1896 et 1898, soit en deux ans. []
  28. Dossier de légion d’honneur. Arch. N : 1349/49 ; La République française, 7 févr. 1876 ; Le Petit Parisien, 14 mars 1908. []
  29. Arch. PPo, Ba/556 dossier Saintin; dossier de légion d’honneur. Arch N : LH/2436 ; [Vente. Art. 1900-05-07 – 1900-05-09. Paris] Catalogue des tableaux, aquarelles et dessins par Henri Saintin, deuxième vente, 7-9 mai 1900, expert Hector Brame, s.l, s.n. [Gallica] ; La République française, 4 mai 1884. []
  30. Arch. Paris, actes de mariage, actes de naissance. On note la participation d’un certain Bagel, au nom des ouvriers peintres de la Compagnie du chemin de fer de Paris-Orléans à une « Souscription pour les ouvriers lyonnais au chômage » organisée à l’issue d’une conférence de Paul Delamarche à la BAI-XV en 1877, mentionnée dans le Rappel du 21 mars 1877 ; Arch. Paris, fichier des électeurs de Paris, 1892. []
  31. Arch. Paris, fichier des électeurs Paris. 1871 ; La Petite République, 10 oct. 1877 ; Le XIXe siècle, 8 août 1879. []
  32. Le Maitron ; Arch. Mun. d’Ivry dur Seine ; Le Siècle, 19 déc. 1871 ; La Lanterne, 26 janvier, 3 février 1878 ; La Justice, 20 sept. 1883. []
  33. Proclamation de l’abolition de la royauté par l’Assemblée nationale. []
  34. Arch. D. Aveyron ; Arch. PPo, Ba/1017, op. cit. ; L’Univers, 14 sept. 1875 ; Recueil des actes administratifs de la Préfecture du département de la Seine, Préfecture du département de la Seine (Paris), 1886 -01, 1887-07, 1888-12, 1889-12 [Gallica] ; Journal d’éducation populaire, Bulletin de la Société pour l’instruction élémentaire, 5e série, tome V, année 1869, Paris, au siège de la Société, 1 rue Hautefeuille, p. 265. []
  35. Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Inculpés de l’insurrection de Juin 1848, Centre Georges Chevrier – (Université de Bourgogne/CNRS), [en ligne] ; Anne Dugast et Isabelle Parizet, Michel Fleury (dir.), Dictionnaire par noms d’architectes des constructions élevées à Paris aux XIXe et XXe siècles, (première série, période 1876-1899), Paris, Service des travaux historiques de la Ville de Paris, 1990 ; Recueil des actes administratifs de la Préfecture du département de la Seine, 1887-05/1889-12 , p. 119 ; La Lanterne 1er janvier 1878. []
  36. Arch. Paris, fichier des électeurs 1871 ; Le Radical, 6 avril 1877. []
  37. Dossier de Légion d’honneur de son fils. Arch N : LH 19800035/761/86406. []
  38. Arch. Paris, actes d’état civil reconstitués, actes de mariage ; Arch. PPo, Ba/1017, dossier François Combes ; Arch. PPo, Ba/556, dossier G. Martin ; La République française, 7 févr. 1876 ; Le Siècle, 2 juillet 1876 ; Le Rappel, 3 juillet 1876 ; La Petite République, 24 avril1878 ; Le Cri du peuple, 13 août 1885 []
  39. Arch. Paris, fichier des électeurs de Paris, 1871 ; Arch. Paris, acte de naissance de Louise Chola, le 5 février 1875. []
  40. Arch. Paris, fichier des électeurs de Paris, 1892 ; Le Rappel, 25 juin 1876. []
  41. Arch. PPo, Ba/1100, dossier Greppo n° 295 ; L’Intransigeant 15 octobre 1881 ; La Justice 30 sept 1889. []
  42. La Lanterne, 31 octobre 1879. []
  43. Voir Ève Netchine, « L’orientaliste Maxime Rodinson (1915-2005) : lecteur à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement« , in Bibliothèques populaires. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.