Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III

Les biographies des premiers fondateurs des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) sont toujours emplies de surprises, et riches d’enseignements sur les trajectoires socio-professionnelles du second dix-neuvième siècle (Voir les différents billets de ce carnet sur Jean-Baptiste Girard, Auguste Vorbe, etc.). C’est le cas de  Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième Arrondissement  (BAI-III), dont nous allons retracer la passionnante trajectoire : entre autres ouvrier-bijoutier, ouvrier-opticien, et bibliothécaire à Paris, puis professeur de solfège au Conservatoire de Genève et critique théâtral …

Alors que je m’intéressais au premier cercle des fondateurs de la BAI-III qui a précédé l’arrivée d’Auguste Perdonnet à la présidence de cette bibliothèque (voir un futur billet), j’ai eu le plaisir de découvrir, grâce à des ressources en ligne toujours plus variées, et à l’aide de nombreuses personnes 1, ce qu’il est advenu après 1870 de ce personnage dont la double profession, déjà connue grâce aux travaux de Ian Frazer,  m’intriguait  depuis longtemps :

Plomb, ouvrier opticien, prix d’Honneur de la Philotechnique, naquit Charles‑Honoré à Paris le 19 janvier 1837, fils d’un ouvrier brossier et devint professeur de chant vers 1866, voir V4 E 572 (n° 883). Peut‑on y déceler l’influence du fouriériste Émile Chevé qui organisait d’énormes chœurs d’ouvriers à Paris, où des socia­listes se rencontraient sous l’Empire2 ?

Je comprenais mal pourquoi Jean-Baptiste Girard avait confié à Charles-Honoré Plomb, alors âgé de 24 ans, la fonction de bibliothécaire, laquelle consistait en l’encadrement d’autres adhérents volontaires pour la mise en place du fonds d’ouvrages, du catalogage et du prêt, alors que d’autres élèves plus âgés de l’Association philotechnique (APH) avaient peut-être davantage d’expérience. Ce « zélé bibliothécaire » ne cachait-il pas aussi un engagement jusqu’ici oublié, pour que Jean-Baptiste Girard lui donne sa confiance ? Les recherches ont dépassé mes espérances …

Parcours modèle d’un  fils de brossiers  … de la rue des Gravilliers !

Charles-Honoré Plomb est né à Paris le 19 janvier 1837 de Bonaventure François Isidore Plomb et d’Antoinette Victoire Thomassin3.  Isidore Plomb s’était marié avec Antoinette Thomassin à Meaux, où il était brossier. Lors de ce mariage, son père, Jean-Baptiste Plomb (I) était alors  »rentier » (ce qui ne signifie pas grand chose), rue du Faubourg Saint-Martin à Paris4. Bonaventure était né à Paris mais sa famille était originaire de Avenay-Val-d’Or (Marne). Il s’agit donc d’une famille plutôt modeste, issue de la Marne5 et qui se fixe là où elle peut trouver du travail. Le grand-père de Charles-Honoré, Jean-Baptiste (I) est parti le 1er Ventôse an VI (19 février 1798) de la Marne (Ay) pour se rendre à Paris6 où il décèdera7. L’un de ses fils, Jean-Baptiste (II), devient domestique (ou homme de confiance selon les documents) à Magny-en-Vexin8, pendant que sa femme réside à Paris où elle est polisseuse, rue Duris, quartier du Père-Lachaise9. Isidore a épousé une brossière meldoise (voir supra), mais on les retrouve bientôt à Paris. Un noyau familial d’artisans de la famille Plomb se fixe alors rue des Gravilliers, ce qui est sans  doute déterminant dans la vie de Charles-Honoré et de ses frères, dont Jean-Baptiste (III) né le 12 septembre 183510.

Charles-Honoré se marie le 15 décembre 1866 avec Antonia Julie  Hochet (ou Hoché), relieuse, âgée alors de 18 ans (née le 14 septembre 1848 à Paris), fille de François Alexandre Hochet, âgé de 60 ans, et de Charlotte Bernard, 55 ans, relieurs, domiciliés 14 rue des Bernardins11.

Charles Marville (1813-1879), Rue des Bernardins, du quai de la Tournelle. Paris Ve. Vers 1866. Site Vergue.

Lors de son mariage, Charles-Honoré demeure au 100 rue Popincourt et est « professeur de musique ». Sa mère, toujours brossière, réside au 41 rue des Gravilliers, et elle est veuve depuis août12. Le premier témoin de Charles-Honoré est son frère Jean-Baptiste (III), 31 ans, brossier au 39 rue des Gravilliers. Jean-Baptiste (III) s’est marié le 12 avril 186613 avec Élise Dever, giletière 19 ans, habitant jusqu’alors au 41 rue des Gravilliers avec sa mère. Élise est née à Meaux, son  père est décédé et sa mère, brossière, née Thomassin, est la soeur d’Antoinette Thomassin14, donc Jean-Baptiste et Élise sont cousins germains15. Le second témoin de Charles-Honoré est Louis Sidelly Radiguet, 34 ans, opticien, 15 boulevard des filles du Calvaire, un des premiers inscrits de la BAI-III16. Les témoins de la mariée sont son frère Charles Sébastien Hochet, 27 ans relieur, 14 rue des Bernardins, et son cousin germain Jean Justin Biston, poêlier, 33 ans, 10 rue de Normandie.

Charles Marville (1813-1879, Rue des Gravilliers, de la rue du Temple. Paris IIIe. Circa 1865.. Site Vergue.

Repérer la formation de Charles-Honoré est compliqué. Comme beaucoup de gens à cette période (voir Jean-Baptiste Girard qui  après avoir aidé ses parents dans les champs de Haute-Marne, est cocher, ouvrier-lithographe, etc.), il change fréquemment de fonction, et semble même les exercer simultanément, ou en tout cas déclarer l’une ou l’autre selon les circonstances. Il est en effet tantôt opticien (il fabrique vraisemblablement des verres pour les lunettes), tantôt ouvrier-bijoutier.  Si Charles-Honoré se dit encore « opticien », lors de son arrestation en 1871 (Voir infra), l’oscillation entre les états d’opticien et d’ouvrier-bijoutier provient sans doute des variations du marché du travail. Il  est toutefois plus surprenant de le voir déclarer à partir de 1866, lors de son mariage, qu’il est professeur de musique ou de chant. Il ne s’agit pas d’une déclaration fantaisiste puisque nous allons le retrouver critique musical vingt ans plus tard (Voir infra).

Il est sans doute initié à la musique lorsqu’il suit les cours du soir de l’Association philotechnique (APH) dont il est un étudiant brillant depuis au moins 1852-53. Il suit les cours les plus divers : en 1855, lui sont décernés un second prix de physique et un second prix de chimie17. En janvier 1857, il reçoit un livret de caisse d’épargne, comme 18 des élèves les plus méritants  (voir ci-dessous). Il est alors bijoutier, c’est-à-dire ouvrier en bijouterie. Dans cette cérémonie, on retrouve bien sûr les fondateurs de l’APH, Lionnet et Marguerin, qui seront bientôt aux côtés du noyau des ouvriers et artisans fondateurs de la BAI-III (voir un prochain billet).

Le Pays, 14 janvier 1857.

Il suit encore ces cours en 1861, année de la fondation de la BAI-III, comme plusieurs des premiers inscrits de la bibliothèque, dont Auguste Rodin18. En janvier 1861, il reçoit le premier prix d’honneur de l’APH19, le second est remporté par Chardar, garnisseur de nécessaires, qui sera le numéro 4 sur le registre dit des lecteurs de la BAI-III. Cette cérémonie de remise des prix de l’Association polytechnique et de l’Association philotechnique est présidée par Rouland, Ministre de l’Instruction publique et des Cultes qui, par sa récente circulaire sur les bibliothèques scolaires, rend possible la mise en place des bibliothèques populaires. Perdonnet, président de l’AP, Marguerin, vice-président de l’APH, prononcent des discours. En plus des ouvriers récompensés, plusieurs personnalités très actives de l’AP et de l’APH sont récompensées, dont Harant, professeur, qui reçoit le titre d’officier d’Académie et Marguerin qui reçoit la croix  de la Légion d’honneur20. Charles-Honoré Plomb va très vite retrouver ces trois hommes à la BAI-III. Notons que les orphéonistes qui suivent les cours des deux associations chantent au début et à la fin de la cérémonie sous la direction de M. Foulon, qui dirige l’orphéon de Paris – rive droite (voir infra.).

L’Indicateur des mariages : relevé des mariages affichés dans les mairies, 25 novembre 1866. Gallica (BnF).

On peut supposer, comme l’a déjà fait Ian Frazer (Voir supra) que ses connaissances musicales proviennent de la formation au chant dispensée par l’APH, tout comme le faisait déjà l’Association Polytechnique (AP), et qu’il appartient à un orphéon ouvrier. À cette période, l’APH utilise la méthode dite Galin-Paris-Chevé, qui ne nécessite pas des connaissances en solfège approfondies, en vue d’une musique « populaire »21. Chevé est un fouriériste22, soutenu dans la décennie 1860 par l’entourage impérial pour sa démarche musicale en direction des ouvriers mais aussi par Adolphe Guéroult ou Arlès-Dufour23. Tout comme les bibliothèques populaires, les orphéons sont alors en effet encouragés comme un  loisir instructif et possible moyen de moralisation, mis en valeur lors des expositions universelles, notamment celle de 186724,  ce qui leur vaudra d’être vus comme des outils de propagande du Second Empire sous la Troisième République. Mais comme dans les bibliothèques populaires, on y trouve des hommes de tous bords. Les orphéons peuvent compter jusqu’à 3000 hommes, et leurs chants sont très prisés.

En 1854, Charles-Honoré reçoit le second prix de la classe de chant de M. Foulon25 à l’APH  pour l’année 1852-185326. On sait de surcroît, grâce à une notice nécrologique, que C.-H. Plomb a reçu un diplôme des écoles de musique de Paris signé de Charles Gounod et d’Ambroise Thomas (voir infra), lesquels ont été  des militants de la musique orphéonique et ont en effet participé à de nombreux jurys d’examens et de concours. Il y a donc de fortes chances pour que le « C. Plomb », « professeur de chant de l’orphéon de Paris – rive droite » en 1870 soit Charles-Honoré27 et que cette fonction s’avérant insuffisante pour vivre28, il continue à exercer ses anciens métiers.

Lettre de Gounod à Jules Barbier, 1858. En tête des Écoles communales et direction de l’Orphéon. Gallica (BnF).

Le 18 février 1868, est déclarée au 100 rue de Popincourt la naissance de Jane Charlotte, la fille aînée de Charles Honoré qui se dit alors professeur de chant. Radiguet est à nouveau témoin, de même qu’un de ses voisins du boulevard des Filles du Calvaire, le libraire Auguste Alexandre Lefrançois29. Le 8 mai 1869, est déclarée au 31 rue de Beyllème la naissance de Jules Henri Plomb. Charles-Honoré est dit opticien dans cet acte. Les témoins de la déclaration sont le grand-père Hochet relieur et Pierre Hippolyte Landrin, monteur en bronze, 26 ans, 12 rue de Beyllème. Ce dernier, un des premiers inscrits et membres du comité d’organisation de la BAI-III, sera membre de la Commission ouvrière de 1867 et adhérent de l’AIT30. Il devra s’exiler à Bruxelles après son rôle dans la Commune.

Tantôt opticien, tantôt bijoutier, tantôt professeur de chant, notre homme se désigne parfois comme « bibliothécaire » à partir de 1867.

« Plomb, bibliothécaire tout particulièrement attaché à propager l’instruction dans le faubourg Saint-Antoine »

Dans l’index de La vie ouvrière en France sous le Second Empire (1946), Georges Duveau a prévu une entrée Plomb : « Plomb, bibliothécaire tout particulièrement attaché à propager l’instruction dans le faubourg Saint-Antoine31 ». Il ignore donc le prénom de ce bibliothécaire dont il ne semble pas savoir non plus qu’il a œuvré à la BAI-III qu’il évoque pourtant plus loin, mais sait qu’il « s’occupa comme Perdonnet d’éducation populaire32 », et cite son appel devant la Commission ouvrière (voir infra). Faute des moyens dont nous disposons aujourd’hui, G. Duveau a remarqué qu’il croisait Plomb dans différentes circonstances, mais n’a pas identifié ses origines, non plus que son destin très particulier. Cela est sans doute lié au silence observé par les bibliothèques populaires autour des événements de 1870-187133 qui fait  que la mémoire de certains de ses membres a été occultée.

Le destin de Charles-Honoré Plomb a certainement tenu à son lieu de résidence, cette rue des Gravilliers où ses parents sont brossiers, de même que sa tante, et un de ses frères. La rue des Gravilliers est une rue du VIe puis du IIIe arrondissement peuplée d’artisans  qui ont pour certains d’entre eux une forte activité politique. Elle est l’épicentre de la naissance du premier bureau parisien de l’AIT (Association internationale du Travail, fondée en 1864 à Londres) au numéro 44 en 1865. Colomés (Philémon) raconte, sous la plume de Lucien Descaves dans Philémon, vieux de la Vieille :

Ils s’exprimaient sans correction, sans élégance, mais leur vocabulaire d’écoliers traduisait fidèlement leur pensée. Les soixante signataires du Manifeste, point de départ de l’Internationale, qui inspira à Proudhon son livre sur la capacité des classes ouvrières, étaient, pour un bon tiers, des ouvriers d’art. Je vous citerai Murat, mécanicien, Tolain, ciseleur, Limousin, passementier, Camélinat, monteur en bronze. Eux et quelques autres avaient acquis, à force de veilles et d’études, un petit fond de savoir qu’ils sentaient la nécessité d’accroître; aussi se réunissaient-ils, le soir, aux Gravilliers…, deux chambres, au premier, meublées de deux tables, de trois chaises et de bancs d’auberge.

— Bethléem et son étable.

— La crèche de l’Internationale, oui. Je me joignis à eux pour suivre des cours improvisés. Un ancien professeur libre employé à l’Hôtel de Ville, Jules Andrieu, nous enseignait des éléments de sciences et de littérature. Il était borgne, comme son ami Gambetta.

— Dans le royaume des aveugles, dit le proverbe…

— Taisez-vous, journaliste ! Andrieu portait, en effet, plus de distinction dans l’esprit que dans les manières. Il a écrit, pour la Bibliothèque populaire de l’École Mutuelle, une Histoire du Moyen Age, qui vaut les meilleures ! Un commis architecte, Chemalé, faisait des cours de géométrie et de comptabilité. Pierre Denis, alors peintre-décorateur, nous initiait aux théories de l’échange et au mécanisme des banques. C’est lui qui m’a révélé Proudhon. Les auditeurs étaient Malon, teinturier, mon cher Varlin, relieur, Combault, bijoutier, Landrin, ciseleur, Charbonneau et Pindy, menuisiers, Debock, typographe, Johannard, feuillagiste…, et des fondeurs, des tourneurs sur métaux, des tailleurs de pierre et des tailleurs d’habits, des brossiers et des doreurs, des cordonniers et   des imprimeurs…, tous animés, comme moi, devant le tableau noir, du désir d’apprendre et de comprendre. A ces ouvriers ne suffisait pas d’avoir affirmé leur existence collective : ils ne voulaient plus d’un corps social composé de pièces rapportées. Ils fournissaient les bras, ils voulaient aussi fournir la tête… Et allez donc34 !

Elle est aussi au centre du groupe le plus ancré à gauche dans les fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. Girard résidait au 14 rue des Gravilliers lors de son arrestation dans l’affaire de la rue Michel le Comte en 185035.  Rimet, qui a fondé avec Girard la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs-lithographes en 1849, lorsqu’il est trésorier de la BAI-III, au moment où Plomb en est bibliothécaire, habite au 44 rue des Gravilliers. Jean-Victor Bellamy, tourneur-fontainier, un des premiers administrateurs de la bibliothèque et un des premiers fondateurs de l’AIT, réside au 88. D’autres sociétaires de la BAI-III résident aussi rue des Gravilliers36. On a donc bien confirmation, via l’histoire personnelle de Charles-Honoré Plomb que l’Association philotechnique joue un rôle primordial dans la formation de la BAI-III (voir un prochain billet), et que l’histoire des premières bibliothèques populaires est avant tout une histoire de réseaux familiaux (Jean-Baptiste III, le frère de Charles Honoré, et Isidore, son père s’inscrivent en 1861 à la bibliothèque), amicaux, socio-professionnels et politiques étroitement imbriqués.

La BAI-III n’ayant pas conservé d’archives de ses premiers mois d’existence, à l’exception notoire du registre dit des lecteurs, il faut se contenter des imprimés plus officiels de cette association. Plomb y apparaît au tout début puisqu’il fait partie de la commission administrative provisoire désignée en AG avant même que l’association reçoive l’autorisation officielle (voir prochain billet). Et le lien avec son statut d’étudiant l’APH est signalé d’emblée (voir ci-dessous).

[Compte-rendu de la Première AG de 1861], Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième Arrondissement, 1861. Fonds des recueils 8 Q 38 […], BnF. Cliché A. Sandras.

La commission administrative à laquelle il appartient dresse la synthèse des premières initiatives de la BAI-III lors de l’AG de 1862. D’emblée, peut-être à cause du rôle qui lui a été confié, Plomb se démarque de ses camarades ouvriers et artisans, car il est le seul d’entre eux à faire partie des premiers donateurs de livres, au même titre que les professeurs de l’APH, par exemple37. Le premier rapport d’activité, lu par M. Grandeau, montre le noyau fondateur en pleine effervescence autour du « zélé bibliothécaire, M. Plomb » pour prendre les inscriptions, ranger les livres, etc38. On retrouve invariablement Plomb dans cette fonction de bibliothécaire de 1861 à 1871, avec la mention de sa profession d' »opticien » dans les premiers rapports.  Il figure toujours parmi les donateurs, accompagné désormais d’autres ouvriers fondateurs (Girard, Erbs, etc.), et  même vraisemblablement de sa mère (« Mme Plomb, veuve ») en 186939, au milieu de donateurs illustres. Pour ses fonctions de bibliothécaire, qui exigent une plus grande disponibilité que les autres fonctions bénévoles, la BAI-III lui verse mensuellement cinquante francs qui passent à soixante en 1863-1864, car ses tâches s’accroissent, le nombre des bonnes volontés se réduisant40. Il est donc loisible d’imaginer que Charles-Honoré Plomb jongle entre ses activités de bibliothécaire, de professeur de chant et complète ses revenus en exerçant son métier d’opticien ou d’ouvrier-bijoutier.

Il a de surcroît une forte activité dans le domaine des associations d’éducation populaire dont la tâche est compliquée sous l’Empire libéral : officiellement favorisées, elles sont en réalité entravées de manière officieuse. En 1867, Frédéric Le Play, encouragé dans cette démarche par Napoléon III, ajoute un volet social à l’Exposition universelle, et les représentants des ouvriers sont invités à venir parler de leurs corps de métiers et de leurs projets41. Charles-Honoré Plomb fait un long exposé militant (à lire ici) pour des écoles professionnelles sous forme de projet de société coopérative, qu’il termine par des accents vibrants : « il s’agit de savoir si nous voulons l’avènement de ce dernier jour de privilège dont parle Jules Simon ; il s’agit de savoir si nous voulons éternellement servir de proie au capital et de marchepied à l’ambition42 ». Ce texte est passionnant, car l’on peut constater en le lisant que Charles-Honoré Plomb fusionne dans son projet les influences multiples que l’on connaît bien autour des premières bibliothèques des Amis de l’Instruction, citant tantôt Jules Simon ou Auguste Perdonnet, tantôt Eugène Tarteret qui est du côté de l’AIT, et adhérent de la société coopérative « La Sincérité » du faubourg Saint-Antoine dont Jean-Baptiste Girard est un des fondateurs. Dans ce plaidoyer, Plomb ne cache pas son ambition de fédérer et améliorer  les réalisations des Associations polytechnique et philotechnique et de la BAI-III (cours, bibliothèque, conférences, excursions, etc.). Tout en se présentant comme « bibliothécaire » il se montre plutôt déçu de son expérience de la BAI-III qu’il ne nomme d’ailleurs pas précisément :

Certes, on a tenté de très louables efforts ; il y a à Paris de nombreux cours du soir, très-bien faits par les professeurs des Associations polytechnique et philotechnique, et cependant M. Perdonnet, l’un de ses plus éminents fondateurs, avouait que « les cours faits aux hommes sont bien loin de donner toute satisfaction : il y vient autant d’employés, de commis, de piqueurs, que de véritables ouvriers. » – J’ai moi-même constaté cela dans une bibliothèque coopérative dont je suis bibliothécaire depuis sept ans. Nous avons pour sociétaires des employés, des piqueurs, des dessinateurs, et enfin des ouvriers dont le métier tient à l’art, comme les bronziers, les bijoutiers ; quant aux ouvriers des nombreux états du bâtiment ou du vêtement, on ne les remarque que par leur petit nombre43.

Ce texte est suivi du projet d’une société civile d’enseignement. Les candidats à l’adhésion peuvent s’inscrire auprès de :

Chez MM. ERBS, photographe, rue Saint-Martin, 158, les mercredis et vendredis soir, de 8 heures à 9 heures.

AMBROISE METIVET, employé, rue du Petit-Musc, 30, les mardis, de 5 heures à 7 heures.

C. PLOMB, bibliothécaire, rue Popincourt, 100, tous les jours de semaine, de midi à 1 heure et de 6 heures à 7 heures44.

Ce projet prend forme quelques mois plus tard avec la société d’enseignement indépendant qui se réunit salle Pilodo, rue de la Douane, et dont  les adhésions et souscriptions sont « reçues tous les jours : au siège de la société les équitables, r. du Petit-Banquier, 12 ; — chez MM. Mollart, gainier boul. de la Villette, 33, et rue de la Chopinette, 55; — Rimet, lithographe, r. Beaubourg, 33; — Plomb, bibliothécaire, r. Folie-Méricourt, 48 (ancienne rue Popincourt, 102) ; — tous les soirs, chez MM. Plomb aîné, employé, r. des Couronnes, 23, de 7 h. à 9 h.; — Arragon, bijoutier, pass. Joinville, 5, de 8 h. à 10h » ou adressées à « MM. Horn, homme de lettres, r. St-Georges, à Batignolles ; Vellu, dessinateur, r. St-Sébastien, 17 ; — Kern, id., villa Léonie, 29 bis;— Erbs, photographe, r. St-Martin, 12845. »  On le voit, Charles-Honoré a le soutien dans ce projet de son frère, désormais employé, et toujours de Rimet et Erbs. Dans le groupe se trouvent le fouriériste Constant Vellu, et Horn qui est vraisemblablement J. Édouard Horn, journaliste et économiste s’intéressant aux associations ouvrières46. Cette annonce (voir ci-dessous) est répercutée dans Le Siècle par Henri Leneveux, ancien gérant de l’Atelier, adhérent de la BAI-III, ami de nombreux soutiens et fondateurs de bibliothèques populaires, directeur de la collection de la Bibliothèque des connaissances utiles. Leneveux défend régulièrement « la cause de l’association ouvrière libre contre les tendances au socialisme ‘étatique’ 47 » dans Le Siècle – un journal qui soutient aussi les bibliothèques populaires48 – , et publie en 1865 avec d’autres membres du « Crédit au travail » de Jean-Pierre Béluze un appel à la création de sociétés d’épargne et de crédit mutuel49. Il n’est sans doute pas innocent que le projet de Plomb soit suivi dans les nouvelles données par Leneveux  d’envois de délégués des bijoutiers et des relieurs au futur congrès de l’AIT à Bruxelles …

Le Siècle, 23 août 1868. Gallica (BnF).

En octobre 1868, la Société coopérative l’Enseignement indépendant tient une AG et nomme ses comités :

On nous communique la note suivante : La Société coopérative l’Enseignement indépendant, dans une assemblée générale tenue au Waux-Hall, le dimanche 27 septembre dernier, a nommé ses deux comités d’administration et d’enseignement. Le comité d’administration est composé de : MM. Briosne, feuillagiste, rue Saint-Maur, 210 ; Combes, avocat à la cour de Paris, rue Montmartre, 122 ; Demay, statuaire, rue Folie-Méricourt, 97 ; Erbs, photographe, rue Saint-Martin, 158 ; Gaillard (Napoléon), cordonnier, rue Julien Lacroix, 16 ; Gaillard (Victor), comptable, rue des Bons Enfants, 19; Godfrin, tailleur, chaussée des Martyrs, 2 ; Héligon, imprimeur en papiers peints, rue de la Grande-Truanderie, 45 ; Jacquier, professeur, rue Gensier, 43 ; Lamouche, gérant de l’Union des limonadiers, rue Montmartre, 137 ; Lefrancais, employé, route des Petits-Ponts, 12, à Pantin ; Martin, cartonnier, passage Ménilmontant, 1 ; Pichon, élève architecte, boulevard de Clichy, 31 ; Plomb aîné, employé, rue des Couronnes, 22 ; Plomb (Charles), opticien, rue Folie-Méricourt, 45 ; Mmes Cotta, Paule Minck et Sertin. Le comité d’enseignement est composé de MM. Bernard, — Boutteville, — Casenave, — Cauzard. — Colfavru, — Collard, — G. Francolin, — Frantz, — L. Hendlé, — Jozon, — Leroy, — Massol, — Mathieu, — Métivet, — Peyrouton, — Cajan-Rogé ; Et de Mmes Brugnerolles et Charles. Le siège social est provisoirement fixé à Paris. rue Folie-Méricourt, 97, où les souscriptions sont reçues tous les jours (dimanches exceptés), de midi à deux heures. Il sera ultérieurement ouvert des bureaux de souscription dans chaque quartier de Paris. Nous annonçons la constitution de la Société coopérative d’Enseignement indépendant, en rappelant que,dans l’esprit des fondateurs, le mot « indépendant » signifie « étranger à toute croyance religieuse. » G. Allard50.

Plomb et ses camarades ont donc réussi à attirer autour de ce projet, entre autres personnes identifiables :

– le mutuelliste et militant actif contre l’Empire Alfred Briosne, un feuillagiste

– l’ami de Briosne, Gustave Lefrançais, ancien instituteur, membre de l’AIT, futur élu de la Commune, dont la présence aurait tout particulièrement contribué aux difficultés rencontrées par cette association. Lefrançais (ou Lefrançois) connait bien Jean-Baptiste Girard puisqu’ils ont tous deux milité avec Jeanne Deroin et Pauline Roland dans les années 1849-1850

Napoléon Gaillard (ou Gaillard, père), cordonnier néo-babouviste, qui aura une activité importante pendant la Commune51

Godfrin, tailleur, membre de la Commission ouvrière de 1867, qui semble avoir joué un rôle pendant la Commune

Jean-Pierre Héligon, ouvrier-imprimeur sur papiers peints, proudhonien, libre penseur et franc-maçon, membre fondateur de l’Internationale

Mathieu Demay, statuaire, franc-maçon, membre de l’Internationale, qui sera  élu membre de la Commune de Paris

Désiré Lamouche, limonadier, futur communard

Paule Minck, journaliste et féministe, qui participera à la Commune. A cette période (1868), elle crée la Société fraternelle de l’ouvrière, défend au Tivoli-Vauxhall, avec Maria Deraismes et André Léo, les droits politiques des femmes et ses conférences sont étroitement surveillées par la police52.

Jean-Claude Colfavru, avocat, proudhonien, franc-maçon

Il semble que cet ancrage politique empêche la société ainsi imaginée d’obtenir les autorisations nécessaires. Toutefois, on retrouve des cours « d’enseignement professionnel indépendant » en 1869, cours complétés par des conférences, le dimanche. Les cours sont prodigués gratuitement, au 3 rue de Beyllème (rue où résident Plomb et Landrin), charge aux auditeurs de payer par leurs cotisations les frais de fonctionnement. Charles-Honoré Plomb donne un « cours de musique vocale » les jeudis et samedis soir53.

Le 20 février 187054, une conférence sur « l’enseignement démocratique en France et en Amérique » est donnée au profit de ces cours par Colfavru (voir supra) et Édouard Laboulaye qui a été un des premiers membres de la BAI-III et le président de la BAI-V au moment (1863) où celle-ci est mise en place par Jean-Baptiste Girard, de futurs militants de l’AIT comme Cohadon, et des représentants éminents de l’APH (son premier président Lionnet, les professeurs Grandeau et Adam).

Ces longs recoupements, même incomplets, grâce à la vie très remplie de Charles-Honoré Plomb, permettent de mieux comprendre les réseaux complexes de la BAI-III. L’Association polytechnique, via son directeur Perdonnet, a sans doute été importante dans la vie de la bibliothèque55, mais on voit au travers de l’itinéraire de Plomb les liens entre des hommes qui se sont rencontrés à l’APH, professeurs et élèves, liens qui restent forts au travers d’autres aventures, comme les bibliothèques des Amis de l’Instruction, dont le maître mot reste l’émancipation politique par l’instruction.

L’AG  de la BAI-III, le 12 novembre 1871, tente de réorganiser la bibliothèque après « les évènements qui viennent de se succéder », « pour reprendre avec une nouvelle ardeur l’œuvre de propagande commencée, quelles que soient les causes des désastres qui en ont occasionné l’interruption ». Charles-Honoré Plomb est toujours mentionné comme bibliothécaire dans le conseil d’administration. Mais le compte-rendu suggère à demi-mots une situation dont l’issue est incertaine :

La réorganisation actuelle de la bibliothèque, le recensement des sociétaires, la recherche des livres, exigeant, dans ce moment, un grand travail, rendu encore plus difficile par l’absence du Bibliothécaire, M. Harant propose à l’assemblée de nommer un certain nombre d’administrateurs  adjoints, qui se partageront avec les anciens administrateurs les diverses opérations, en rendant moins pénible et plus rapide l’organisation de la bibliothèque56.

 

L’exil genevois durable de Charles-Honoré Plomb

L’une des plus grandes surprises de cette recherche a été de découvrir ce qu’il est advenu de Charles-Honoré. S’il n’était pas étonnant, au vu de ce qui précède, d’apprendre que lui et l’un de ses frères ont été arrêtés pour leurs activités pendant la Commune, il est plus déconcertant d’apprendre qu’il s’est définitivement installé en Suisse, après sa naturalisation en 190257.

On sait donc que Charles-Honoré a été arrêté le 28 mai 1871, jugé à Sèvres par le Tribunal de Guerre et acquitté le 23 janvier 187258. Il a déclaré être opticien, et résider au 1, passage Saint-Sébastien. Un de ses frères, Henri Plomb, déclarant résider 41 rue des Gravilliers, sans plus de détails59, bénéficie d’un non-lieu le 8 octobre 1871. Jean-Baptiste, le frère aîné, n’a quant à lui pas été inquiété60.

On retrouve une première trace de Charles-Honoré (professeur de musique)  et de sa femme Julie Antonia Hochet  (sans profession) à Genève, rue de Sismondi, en 1874 : un troisième enfant leur est né le 6 mars, une fille prénommée Louise Antoinette61. Différentes notices nécrologiques consacrées à Charles-Honoré en 1911 permettent de comprendre comment il s’est fixé à Genève.  Celles de la Feuille d’avis de Lausanne et du Ménestrel sont  les plus précises :

On annonce la mort, de M. Charles Plomb, critique musical au Genevois. Ce décès est le sixième qui atteint en peu de mois la presse genevoise. Le défunt était né en France, on 1837. Il fut mêlé aux événements de la Commune, à la suite desquels il vint s’établir en Genève, où il ouvrit un magasin de musique, rue de la Cité. On le nomma professeur de Solfège au Conservatoire, car il était muni d’un diplôme des écoles de Paris, qui portait notamment la signature de Gounod, d’Ambroise Thomas, etc. Puis il collabora au Genevois, en qualité de chroniqueur musical et théâtral, et ses critiques, souvent acerbes, mais documentées, eurent longtemps beaucoup de poids. Plus tard, M. Plomb ferma son magasin de musique et entra définitivement au Genevois, qu’il quitta tout récemment pour séjourner quelque temps à l’Asile des vieillards du Petit-Saconnex. La mort l’a surpris dans son modeste appartement de la rue de Coutance. Il laisse deux filles, dont la cantatrice Jane Ediat, et un fils qui est un violoncelliste de talent. Ses dernières années furent rendues pénibles par une infirmité toujours plus désolante : il était très myope, au point qu’il fallut lui faire subir une opération62.

La Vie musicale, de Lausanne, annonce la mort, à Genève, de Charles Plomb, le doyen de la critique musicale en suisse romande. « A la vérité, écrit M. Ed. C, dans la Gazette de Lausanne, il était depuis quelque temps en retraite; l’âge et les infirmités — il était myope au point d’en être pratiquement aveugle, — l’avaient contraint tout récemment à renoncer à sa chronique au Genevois; mais pendant une trentaine d’années, il fut le plus assidu et le plus consciencieux des critiques, ne manquant ni un concert, ni une reprise au théâtre. Sa silhouette était si familière à tous les habitués qu’on peut affirmer sans exagération que son départ laissera un vide. Charles Plomb était né en 1837. Il était Français. Compromis dans le mouvement de la Commune, il dut fuir Paris en 1871, et vint s’établir à Genève, où il débuta comme marchand de musique, au bas de la Cité. Tous les élèves du Conservatoire de ma génération, à Genève, ont connu sa boutique et en ont gardé le souvenir. Charles Plomb enseigna aussi de longues années le solfège au Conservatoire. Un peu plus tard commença sa collaboration au Genevois, et au bout de quelques années, après la mort de sa femme, il ferma son magasin et se consacra entièrement au journalisme. Charles Plomb laisse une fille qui s’est fait une belle réputation comme cantatrice sous le nom de Jane Ediat, et un fils bien connu à Lausanne et en Suisse romande comme virtuose du violoncelle, Henri Plomb63.

Ces notices disent vrai, les différents éléments en sont aisément vérifiables via la presse. On retrouve bien un magasin de musique dont on liquide instruments et partitions en 188664. Charles-Honoré a en effet collaboré à différents journaux, dont Le Genevois auquel Georges Favon l’invite à participer pour les rubriques théâtrales et musicales vers 188065. Il a acquis une solide réputation de critique musicale en Suisse comme à l’étranger. On sait qu’il a au moins mis en musique « La captive : orientale de Victor Hugo66 ». Sa fille aînée est devenue cantatrice sous le nom de Jane Ediat, chantant un répertoire varié en Suisse comme à l’étranger, et en particulier en France où elle est aussi professeur de musique67. Son fils cadet, Henri (né à Genève en 1881),  est un violoncelliste de talent, – premier prix à seize ans68 – évoqué fréquemment par la presse suisse et la presse française, et qui sera le père de Louis Plomb, plus connu en Suisse sous le pseudonyme de Jack Rollan.

Charles-Honoré ne semble pas avoir perdu son idéal associatif et mutuelliste. Il rejoint en 1893 les fondateurs de l’Association des Artistes Musiciens de Genève qui créent une caisse de retraite69. Pourtant, peu de traces subsistent (ou semblent subsister pour le moment) d’une activité politique en Suisse, et de relations étroites avec les « communards » exilés à Genève.  Plusieurs personnalités de la Commune, et d’autres réfugiés moins connus, arrivent en effet à Genève en 1871. Leur communauté est bien connue : ils ont été surveillés par la police et les espions français ; ils ont constitué des réseaux d’entraide et reconstitué des groupes politiques très actifs ; plusieurs d’entre eux ont raconté leur exil genevois. Parmi ces réfugiés, on trouve des personnes que Plomb a côtoyées à Paris : Claude Dupoizat, cordonnier, un des premiers membres de la BAI-III ; Gustave Lefrançais (voir supra) ; Paule Minck (voir supra) ; Napoléon Gaillard et son fils (voir supra) ; pour ne citer qu’eux. Or je n’ai guère trouvé pour le moment, malgré l’aide éclairée qui m’a été apportée , de traces de Charles-Honoré Plomb, ni dans les recherches menées sur les communards en exil, ni dans les souvenirs laissés par ces derniers. Ainsi si  Daniel-François Ruchon apporte des précisions intéressantes sur le réseau qui a permis à Charles-Honoré Plomb de rédiger des chroniques (voir supra), il l’identifie à tort comme Plom, communard de Belleville70. Charles-Honoré est absent des images connues des cafés fréquentés par ses (anciens ?) amis. Plus étrange encore, il ne fait pas partie des noms cités par Lucien Descaves en 1913 dans Philémon, Vieux de la Vieille, ce singulier récit documenté par des enquêtes très précises71, et qui met par exemple en scène Claude Dupoizat.

J’aime pourtant à croire que  le vieux bijoutier Philémon (Colomès), chanteur, lecteur de brochures, capable de citer du Jules Simon comme du Eugène Varlin72,  n’est pas seulement un mélange de Gustave Lefrançais et de Henri Mathey (il est vrai bijoutier, habitant dans le IIIe arrondissement !) et que Colomès et Baucis (Phonsine) ont aussi des traits de Charles-Honoré et Julie-Antonia Plomb qui doivent une part de leur reconversion économique genevoise à Gounod, l’auteur de l’opéra Philémon et Baucis … Cela n’est pas impossible, Lucien Descaves ayant interrogé  en 1898 les derniers communards encore présents à Genève73

« Le café du Levant, à Genève, l’un des lieux de réunion des réfugiés de la Commune de Paris et de la Commune de Lyon« , Le Monde illustré, 27 avril 1872. Gallica (BnF). On trouvera une analyse de cette image dans une notice de Laure Godineau ici.

Le faire-part de décès donne quelques derniers éléments intéressants. Si Charles-Honoré s’est remarié à Genève, la famille de sa première femme est toujours proche, de même que la famille restée en France. L’enterrement ne semble pas faire l’objet d’une cérémonie religieuse.

Le Journal de Genève, 30 septembre 1911. En ligne sur le site des Archives du Temps.

Un demi-siècle plus tôt, en choisissant le jeune Charles-Honoré Plomb comme bibliothécaire, le noyau des fondateurs avait donc coopté un de ces hommes du second dix-neuvième siècle désireux de transmettre à son tour l’émancipation socio-politique et socio-professionnelle procurée par la lecture pour tous et l’Association philotechnique. S’il est difficile, faute d’archives, de savoir qui a choisi les premiers livres de cette bibliothèque, on comprend mieux par exemple pourquoi on y trouve un lot important de partitions d’opéra.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III," in Bibliothèques populaires, 24/04/2020, https://bai.hypotheses.org/4342.

 

 

 

 

 

  1. Je remercie grandement :

    – Yannik Plomb pour les diverses et riches pistes qu’il m’a signalées – dont celles fournies par le service Interroge des bibliothèques genevoise, et par Madame Arlette Brossard qui a mené des recherches généalogiques aux Archives de Paris.  Yannik Plomb est l’arrière-arrière-petit- fils de Charles-Honoré Plomb, descendant du fils aîné de  Charles-Honoré, Jules-Henri Plomb, né en 1869 à Paris, et devenu électricien en France, qui sera notamment l’inventeur du système de blocs automatiques pour tramway à une voie, brevet déposé en 1905 avec Alexis-Paul-Louis Marmier. J’ajoute le 4 mai 2020 avec grand plaisir ce nouveau billet signé Yannik Plomb : « Charles Honoré Plomb Lorsque l’Histoire rejoint notre Histoire« , à lire ici.

     

    – Jean-Charles Buttier, attaché à l’UNIGE, spécialiste de James Guillaume, qui m’a aidée à entrer en contact avec Marianne Enckell et Michel Cordillot (auteur notamment de Aux origines du socialisme moderne. La première internationale, la Commune de Paris, l’exil, 2010) que je remercie pour ses informations

    – Marianne Enckell, qui gère le Centre International de Recherches sur l’Anarchisme (CIRA), pour les recherches qu’elle a menées et ses encouragements

    – Les différents auteurs du Dictionnaire Maitron et du Dictionnaire biographique du fouriérisme, dont les notices sont  plus précieuses que jamais en ces temps de confinement… []

  2. Ian Frazer, ”Jean-Baptiste Girard (1821_1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction”, in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ill e arrondissement, 1985. []
  3. D’après l’acte de mariage de Charles Honoré à Paris le 15 décembre 1866, ADVP []
  4. Acte de mariage 1834, AD77. []
  5. On notera qu’un frère du Jean-Baptiste (I) parti à Paris, Pierre-Rémy, est resté dans la Marne à Avenay-Val d’or, près d’Épernay, et que de générations en générations la famille s’est enrichie, puisque l’arrière-petit-fils de Pierre-Rémy, Hugues (1843-1906), lègue sa propriété évaluée à deux millions de francs en 1906 à la ville d’Epernay et à Ay selon les journaux. Je remercie Yannik  Plomb pour son indication sur cette branche de l’arbre généalogique. On trouvera ici le testament faisant de Hugues Plomb le bienfaiteur d’Épernay. Je n’ai pas trouvé en revanche de lien entre cette branche de la famille et la création de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay [Agnès Sandras, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014], ni avec la famille Plomb d’Hortes, le village de Jean-Baptiste Girard en Haute-Marne. []
  6. Je remercie Yannik Plomb qui m’a signalé le passeport de Jean-Baptiste Plomb conservé par les AN. []
  7. Acte de décès, ADVP. []
  8. Il est toujours ‘absent’ lors de la naissance de ses enfants – actes de naissance ADVP – et meurt  en 1880, à l’hospice de Magny-en-Vexin – acte de décès AD94. []
  9. D’après l’acte de décès d’Augustine, leur fille, brossière, morte à 16 ans en 1869. ADVP. []
  10. Acte de naissance et acte de mariage, ADVP. []
  11. Acte de mariage de Charles Honoré Plomb et Julie Hochet à Paris, 15 décembre 1866, ADVP. Il existe encore un atelier de reliure au 12 rue des Bernardins aujourd’hui. []
  12. Acte de décès de  Bonaventure François Isidore Plomb, août 1866. ADVP. []
  13. Charles Honoré, qui est son témoin, habite alors 6 rue des filles du Calvaire et est « professeur de chant ». Un des autres témoins est l’oncle Jean-Baptiste Plomb II. Acte de mariage avril 1866, ADVP. []
  14. Actes de naissance, AD77. []
  15. On peut imaginer que ce mariage est en partie dicté par des nécessités économiques. Le couple divorcera en 1889. Mention marginale de leur acte de mariage, ADVP. []
  16. Charles-Honoré sera témoin pour la déclaration de naissance de son fils Jules Maurice Radiguet en juillet 1866. []
  17. Journal d’éducation – Bulletin de la Société pour l’instruction élémentaire, 1856, page 47. []
  18. Voir « Numéro 414, Auguste Rodin, sculpteur » sur ce carnet. []
  19. Journal des débats politiques et littéraires, 15 janvier 1861. []
  20. Ibid. []
  21. Voir Exposition d’une nouvelle méthode pour l’enseignement de la musique (3e édition…) / par P. Galin,… E. Chevé. Paris, 1862. Page 299. []
  22. DESMARS Bernard, GUENGANT Jean-Yves, « Chevé, Emile », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en juin 2010. []
  23. Ce dernier sera un des fondateurs de la bibliothèque populaire des orphéons, voir un prochain billet. []
  24. Sur les orphéons voir entre autres Sophie-Anne Leterrier, « Musique populaire et musique savante au XIXe siècle. Du « peuple » au
    « public » », Revue d’histoire du XIXe siècle [En ligne], 19 | 1999 ; Gerbod, Paul “L’institution Orphéonique En France Du XIX e. Ethnologie Française, vol. 10, no. 1, 1980, pp. 27–44 ; Bernadette Lespinard, La musique chorale et ses pratiques en France 1800-1950. Fayard, 2018. []
  25. Il s’agit de François Joseph Foulon (1809-1875), qui sera inspecteur de l’enseignement du chant dans les Écoles de Paris. D’après le dossier de légion d’honneur ici et une nécrologie ici dans Le Ménestrel. []
  26. Association Philotechnique […] Distribution solennelle des prix […] février 1853. Paris, Simon Raçon, 1854. []
  27. Bulletin de la Société de secours aux blessés militaires des armées de terre et de mer, 1870-09. Page 96. En 1852, Gounod était devenu directeur général de tous les Orphéons, en 1860, il eut deux successeurs, Bazin pour ceux de la rive gauche et Pasdeloup pour ceux de la rive droite, d’après https://data.bnf.fr/fr/14790512/orpheon_de_la_ville_de_paris/ []
  28. Sur les difficultés de subsistance des orphéonistes voir en particulier Gerbod, Paul “L’institution Orphéonique en France du XIX e, Ethnologie Française, vol. 10, no. 1, 1980, pp. 27–44. JSTOR, www.jstor.org/stable/40988588. Voir également l’article « Orphéon » du dictionnaire Buisson mis en ligne par l’INRP. []
  29. Celui-ci a reçu son brevet de libraire, à cette même adresse en 1850 : https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_056952. Début 1866, Charles-Honoré résidait aussi boulevard des filles du Calvaire. Je ne suis pas parvenue pour le moment à établir un éventuel lien de parenté entre Auguste Alexandre et Gustave Lefrançais – voir infra -, que l’on retrouve dans l’entourage de Charles-Honoré dans les associations coopératives, et qui s’exilera également à Genève. []
  30. https://maitron.fr/spip.php?article63207, notice LANDRIN Hippolyte. []
  31. Georges Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946. []
  32. Ibid. page 456. []
  33. J’ai déjà signalé à plusieurs reprises qu’à Épernay des pages de cette période ont été arrachées du registre de correspondance, et qu’à Vernon, la disparition de Joseph Delbrouck liée aux événements parisiens, pourtant à l’origine de la bibliothèque populaire, n’est pas évoquée par les procès-verbaux … []
  34. Philémon, vieux de la Vieille / Lucien Descaves, Paris, 1913 [1922]. On remarquera que Descaves évoque des brossiers et des bijoutiers. Sur cet ouvrage, voir infra. []
  35. Voir Ian Frazer, op. cit. []
  36. Voir Pierre Farouilh et Danièle Majchrzak, « Promenade sur les pas des premiers lecteurs de la bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement« , communication faite lors du colloque sur les bibliothèques populaires [Bibliothèque de l’Arsenal, 6-7 juin 2014], organisé par la Bibliothèque des amis de l’instruction, comité scientifique Jean-Yves Mollier et Agnès Sandras. []
  37. [BAI-III], Rapport de Maurice Meyer, Paris, Blot, 1862. []
  38. [BAI-III], Rapport de M. Grandeau, Paris, J. Claye, 1862. []
  39. [BAI-III], Rapport de MM. Harant et Landrin, Paris, Blot, 1869. []
  40. [BAI-III], Rapport de M. Harant, Paris, Blot, 1865. []
  41. Voir Savoye Antoine, « Frédéric Le Play, concepteur d’une éducation libérale », Le Télémaque, 2008/1 (n° 33), p. 31-44 ; Vasseur Édouard « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le « succès » de l’Exposition universelle de 1867« . In: Histoire, économie et société, 2005, 24ᵉ année, n°4.  pp. 573-594 et « Frédéric Le Play et l’Exposition universelle de 1867 », In : Frédéric Le Play : Parcours, audience, héritage, Paris, Presses des Mines, 2007. []
  42. Exposition universelle de 1867. Commission ouvrière de 1867. Recueil des procès-verbaux des assemblées générales des délégués et des membres des bureaux […] publié avec le concours de la commission d’encouragement aux études des ouvriers délégués, augmenté de tous les documents, lois et arrêts concernant le travail et les travailleurs et pouvant servir à l’intelligence des dimensions recueillis et mis en ordre par Eugène Tartaret,… [Texte imprimé]. Paris, imp. de Augros, 1868. Pages 227 et suivantes. []
  43. Ibid. []
  44. Ibid. Le photographe Erbs est un ancien élève de l’APH, initialement fabricant de plateaux et un des fondateurs de la BAI-III. []
  45. Le Siècle, 23 août 1868 et 12 septembre 1868. []
  46. Voir notamment sa préface au Crédit populaire / par A. Batbie et ses écrits polémiques en 1868 sur le bilan financier de l’Empire comme  Salut au troisième milliard ! []
  47. https://maitron.fr/spip.php?article33849 []
  48. Voir Agnès Sandras, « Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (I. Le rôle clé de Claude Anthime Corbon), » in Bibliothèques populaires, 18/11/2017, https://bai.hypotheses.org/1763 et les deux billes suivants. []
  49. Ibid. []
  50. Le Français, 13 octobre 1868. []
  51. Voir HUARD, Raymond, « Napoléon Gaillard chef barricadier de la Commune, 1815-1900« , in La barricade [CORBIN, Alain (dir.) ; MAYEUR, Jean-Marie (dir.)] , Paris, Éditions de la Sorbonne, 1997. []
  52. Voir Michèle Audin, « 1868-1870, un policier suit Paule Minck dans les réunions publiques« , Blog la Commune de Paris, 4 juin 2018. []
  53. La Liberté, 1er octobre 1869. []
  54. Le Rappel, 17 février 1870. []
  55. Voir Agnès Sandras, « Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (I/ Un ingénieur des chemins de fer passionné par l’instruction du peuple), » in Bibliothèques populaires, 26/03/2020, https://bai.hypotheses.org/3986. et billet suivant à venir. []
  56. [.BAI-III], Compte-rendu de M. Delamarche,  Paris, Blot, 1871. []
  57. Mémorial des Séances du conseil municipal de Genève, 1902, page 52. []
  58. Données provenant du site web http://communards-1871.fr. Base de données réalisée par Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880), LIR3S – (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 26 septembre 2019. []
  59. Ibid. []
  60. Jean-Baptiste meurt à Paris en 1906, ADVP. []
  61. Je remercie Yannik Plomb qui m’a fourni une copie de l’acte de naissance. []
  62. Feuille d’avis de Lausanne, 29 septembre 1911 []
  63. Le Ménestrel, 4 novembre 1911. []
  64. Journal de Genève, 31 décembre 1886. []
  65. Daniel-François Ruchon, “Georges Favon Et Les Réfugiés De La Commune à Genève« , Revue Européenne Des Sciences Sociales, vol. 11, no. 29, 1973, pp. 109–126. Georges Favon a aidé différents réfugiés de la Commune et pris la défense de Gustave Courbet. Il connaissait Paule Minck. []
  66. Voir la notice de cette partition ici. []
  67. Sur la carrière de Jane Ediat voir Yannik Plomb, « Mademoiselle Jane Édiat Cantatrice« ; « Jane Plomb, professeur de musique, dite Jeanne Ediat » a reçu les palmes académiques à Paris en 1901 (Le Journal, 31 mars 1901). On trouvera une jolie caricature de Jane Ediat lorsqu’elle chantait à la Schola cantorum ici. []
  68. Voir André Marcel, « Quand Henri Plomb orchestrait les amours éphémères », Nouvelle revue de Lausanne du 15 décembre 1982. Je remercie Yannik Plomb pour ces informations. []
  69. Rémy Campos, Instituer la musique  : les premières années du Conservatoire de musique de Genève (1835-1859), Genève, Conservatoire de musique, 2003. []
  70. Daniel-François Ruchon, “Georges Favon Et Les Réfugiés De La Commune à Genève« , Revue Européenne Des Sciences Sociales, vol. 11, no. 29, 1973, pp. 109–126. []
  71. Voir l’édition critique de   Philémon, Vieux de la Vieille, nouvelle édition présentée, établie et annotée par Maxime Jourdan, Paris, La Découverte, 2019, 348 p. []
  72. On notera que Varlin est  ouvrier relieur,  un des dirigeants de l’AIT en France ; élu membre de la Commune de Paris, et élève de l’APH en 1860-1861… []
  73. Ibid. []

Une réflexion sur « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.