Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? quand un frère Girard en cache un autre

Ce billet poursuit un travail de longue haleine destiné à reconstituer les biographies des fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. En effet, la première véritable bibliothèque populaire est imaginée et mise en route par des gens aux trajectoires sociales et politiques très variées – on l’a vu avec les derniers billets sur Plomb, modeste ouvrier devenu critique musical à Genève après un intermède « communard » ou sur Perdonnet, le patriarche des chemins de fer, infatigable et redoutable soutien de l’Association Polytechnique -,  ayant en commun une curiosité inépuisable et un inlassable dynamisme. Le fondateur officiel, Jean-Baptiste Girard, semble quant à lui porté par un combat politique dont on découvre, au fil des recherches, qu’il est celui de toute une famille très modeste, issue d’une petite paysannerie haut-marnaise qui, installée à Paris, se passionne pour les combats républicains du milieu du XIXe siècle…

Retour sur le « complot de la rue Michel-le-Comte », ou le procès de l’Association des Associations…

En   1850 Jean-Baptiste Girard, le futur fondateur des bibliothèques populaires, est arrêté, en compagnie de Pauline Roland, Jeanne Deroin, Joseph Delbrouck, et bien d’autres, lors de l’affaire dite  du « complot de la rue Michel-le-Comte ». Il est reproché à ces hommes et femmes qui mettaient en place une Union des Associations1 de se rassembler sans autorisation et d’avoir des menées séditieuses. En effet, le pouvoir s’inquiète devant un mouvement qui prône les échanges de services entre associations, inspiré tantôt des idées phalanstériennes tantôt des idées proudhoniennes, et qui ne se cache pas de désirer ouvrir la voie au socialisme.  La place occupée par Jeanne Deroin dans ce mouvement focalise particulièrement l’attention des autorités, car son activité a été très remarquée dans les mois précédents : rappelons entre autres ses interventions dans les clubs de 18482, son rôle de secrétaire générale de la Société de la Voix des femmes, la création du journal l’Opinion des femmes, sa candidature aux élections législatives de 18493, sa brochure sur l’Association fraternelle des démocrates socialistes des deux sexes pour l’affranchissement politique et social des femmes

Le Constitutionnel, 1er juin 1850. Gallica (BnF).

Le procès du « complot de la rue Michel-le-Comte » est largement rapporté par les journaux qui prennent un plaisir peu dissimulé à narrer les « provocations » des uns et des autres : réparties féministes de Jeanne Deroin4 et Pauline Roland5, plaidoyer  socialiste et associationniste de Joseph Delbrouck6, etc. Les journaux racontant les dépositions et interrogatoires de façon très différente, il faut analyser les éléments rapportés par les uns et les autres pour comprendre à quel point les autorités font de ce procès un symbole et un point d’orgue politique, destiné à étouffer les mouvements associationnistes et socialistes (voir ici la reconstitution  du procès menée par Ian Frazer en 1984).

Les associationnistes jugés (47 personnes ont été arrêtées en mai,  27 comparaissent) ont en effet pour beaucoup d’entre eux, quand il ne s’agit pas de membres de leur famille,  un passé politique déjà actif, voire agité. Après Jeanne Deroin qui irrite d’emblée le président par ses revendications féministes, vient Auguste Billot, cordonnier, qui a présidé la réunion non autorisée, et a déjà été arrêté en 1842 dans une affaire de bombes incendiaires7. Lors de son arrestation rue Michel-le-Comte, il portait sur lui, selon l’accusation, des recettes de poudre. On lui tient rigueur également d’avoir été envoyé à Londres pour discuter avec Ledru-Rollin, alors exilé, de l’éventuelle vente des bâtiments de l’École de commerce afin d’abriter la future Union des Associations. Suit Joseph Delbrouck à qui sont reprochés ses opinions ouvertement socialistes, son passé d’orateur clubiste recherché, sa correspondance avec des membres actifs d’autres associations républicaines, comme Hizay jugé en avril 1850 dans l’affaire des réunions non autorisées de la Solidarité républicaine8. Delbrouck a en effet fait partie du comité de soutien à Jeanne Deroin pour les élections législatives. Jean-Baptiste Blaison, cuisinier phalanstérien9, se voit rappeler ses activités politiques et des échanges de courriers avec Proudhon10. Le pharmacien Joffroy est relativement épargné, l’accusation se bornant à évoquer son passé de journaliste dans un journal socialiste. Robert Nusbaumer, « limonadier » d’origine suisse, tient un café où Jeanne Deroin se rend régulièrement  ainsi que d’autres socialistes, souligne l’accusation. Le très raide avocat général Suin11 déjà déstabilisé par ces différents personnages, arrive alors à Jean-Baptiste Girard, à qui il est reproché d’avoir eu une intense activité. Girard était secrétaire de l’Union, envoyait des lettres de convocation, s’était chargé de demander les autorisations précédentes pour les réunions, etc. On aurait trouvé chez lui, comme chez d’autres accusés, des brochures et papiers compromettants :

Girard, secrétaire de l’Union. Une grande quantité de brochures, de chansons et de mauvais écrits politiques saisis au domicile de cet individu semblent attester, de sa part, des idées, dangereusement anarchiques12.

Quand vient son tour, Girard provoque l’irritation de l’avocat-général par  ses déclarations trop réalistes sur son passé d’enfant tôt mis au travail, et sa conception du socialisme. Avec la même parole économe mais  mâtinée de provocation (voir l’extrait ci-dessous de La République du 14 novembre 1850), Jean-Baptiste répond que certains des documents trouvés chez lui lors des perquisitions appartiennent en réalité à son frère transporté 13.

A la recherche d’un frère Girard transporté en Algérie … et/ou d’un cocher

L’issue du procès de 1850 a été parfaitement retracée par Ian Frazer qui a raconté les différentes condamnations des uns et des autres, dont Jean-Baptiste Girard qui,  condamné à un an de prison et cinq ans de privation de droits, reste enfermé plus longtemps que prévu à Sainte-Pélagie, car il ne peut s’acquitter des 200 francs d’amende. Lors de la préparation du colloque  de 2014 portant sur les bibliothèques populaires, reprenant l’histoire de Jean-Baptiste Girard, je m’étais toutefois étonnée de ne pas trouver trace de la transportation de ce frère, identifié par Ian Frazer comme un frère  cocher14. J’avais alors pu reconstituer que la  fratrie, composée selon Ian Frazer de 3 enfants, comprenait au moins 4 personnes, 2 filles et 2 garçons, et que que les parents avaient longtemps vécu entre Hortes et Paris, sans doute au gré des saisons et des nécessités économiques, poussés vers la capitale par l’exiguïté des terres agricoles familiales  (voir ce billet). Deux éléments me semblaient donc perturbants :

– pourquoi Jean-Baptiste Girard avait-il évoqué son frère devant le tribunal, comme si cela allait de soi  pour les magistrats qui d’ailleurs ne l’interrogeaient pas davantage ? et si cela allait de soi, pourquoi ne retrouvait-on pas parmi les transportés le frère de  Girard,  Auguste, dont Ian Frazer avait établi qu’il était cocher ? Jean-Baptiste Girard semblant tout au long de sa vie avoir été d’une grande rectitude morale, comment comprendre qu’il ait désigné son frère au risque de lui valoir des ennuis  s’il n’avait pas été transporté ?

– la famille Girard, grâce au travail  des parents comme des enfants et leurs navettes entre Paris et Hortes, semblait vers 1846 avoir trouvé un semblant d’aisance. Les parents tenaient désormais un café à Hortes. Or, entre 1847 et 1849, ils partaient de Hortes, sans doute en transmettant la gestion du café à leur gendre et à la seule fille qui leur restait désormais, Anne-Joséphine15. Le couple Girard s’installait alors  dans une modeste maisonnette du village de Trois-Champs qui avait vraisemblablement appartenu aux parents de  Didier Girard16,  désormais manouvrier. Son épouse, Catherine,  mourait en 1849 à 58 ans. Quels événements pouvaient expliquer ces changements ? Des drames successifs ne les avaient-ils pas affectés, après la mort de leur fille aînée en 184317, et/ou avaient-ils tenté d’améliorer  la vie de leurs plus jeunes enfants ?

L’existence d’Auguste n’était pas contestable. Un recensement de  1846 m’apprenait d’ailleurs qu’à l’âge de 28 ans, il avait été recensé chez ses parents à Hortes, tout  comme sa jeune soeur18 … Il fallait donc retrouver davantage d’éléments sur lui.  J’ai croisé son second prénom (Nicolas, apparaissant sur son acte de baptême)  à la fonction que je lui connaissais (cocher), et  pu trouver ainsi un Auguste Nicolas Girard mort en février 1874, au 5 passage des Arts, dans le XIVe Arrondissement, bien né à Paris de Didier Girard et Catherine Moris, en 1818. Lors de son décès, il était  loueur de voitures, marié, et âgé de 56 ans. Le nom de sa femme (Agathe Pépin) me conduisait alors à un acte de mariage qui indiquait qu’à l’occasion de cet événement Auguste Girard avait reconnu une fille née quelques années plus tôt19. En effet, en août 1847, à Montrouge, Agathe Anne Pépin, jeune couturière de 20 ans, donnait naissance à Virginie Agathe, de père inconnu20. Les tables annuelles des naissances montraient d’ailleurs qu’elle avait déjà donné naissance à un autre petite fille prénommée Agathe en 1845, également de père inconnu21. Et lors du mariage de Virginie Agathe, en août 1872, on retrouvait comme témoin … son oncle, Jean-Baptiste Girard, âgé de 51 ans, employé, résidant au 96 route d’Argenteuil à Asnières22. « Notre » Jean-Baptiste Girard réside bien à cette période route d’Argenteuil à Asnières et y fonde une nouvelle bibliothèque populaire !

Il était bien tentant alors de considérer que la complexité de la vie d’Auguste, son absence lors de la naissance de ses filles,  sa réapparition en 1853 pour épouser la mère de ses enfants, correspondaient à une vie semi-clandestine,  puis à une période d’emprisonnement après les événements de 1848. Jean-Baptiste l’aurait alors à tort ou à raison rendu responsable de la présence chez lui de documents compromettants, ce qui ne les aurait pas empêchés de renouer leurs liens familiaux une fois   libérés de leurs prisons respectives…

Néanmoins, je n’avais pas totalement fermé une autre piste. En effet, parmi la liste des déportés de juin 1848 recensés dans la base des transportés figurait un Girard Joseph de 22 ans, né à Paris. Malheureusement, l’état-civil reconstitué de Paris ne me permettait que de repérer un Joseph (sans autre prénom) né en 1846, sans plus de précisions. Par ailleurs, j’avais identifié  dans la presse le procès d’un Joseph Girard accusé en mai 1848 d’être un des principaux acteurs de l’affaire dite du « passage Molière ». Ce Joseph était marchand de bouillon, militant de la Société des Droits de l’homme. Ce Joseph Girard ne pouvait-il être un petit frère non repéré à ce jour, portant le même prénom qu’une sœur aînée (Anne-Joséphine), s’intéressant aux mêmes mouvements politiques que son grand-frère Jean-Baptiste, et tenant un commerce proche de celui de ses parents23 ?  Le fait que les journaux soulignent pour l’un comme pour l’autre qu’on retrouvait chez eux, ou leurs co-accusés, des portraits de révolutionnaires ornées de rubans rouges, des brochures et des chansons socialistes et qu’ils lisaient Considerant, tenait-il du simple fait que les Girard étaient légion ?

Passage Molière – Vue prise de la rue St Martin : [Mai 1906] : [photographie] / [Atget] Auteur : Atget, Eugène (1857-1927). Photographe Date d’édition : 1906-1907. Gallica (BnF).

La solution est venue des registres matricules de la Haute-Marne, numérisés en mode texte, ce qui facilite les recherches. Si l’on n’y retrouve pas Auguste, en revanche y figurent Jean-Baptiste et même son père Didier. On apprend donc que Jean-Baptiste réside à Belleville.  Il est « cocher à Paris, rue Transnonain, 37 ».  Cette indication est déjà précieuse puisqu’elle confirme les dires de Jean-Baptiste Girard sur son premier métier à 20 ans24 et nous permet de savoir qu’il réside Rue Transnonain vers 1840. Doit-on y voir un hasard ? La rue Transnonain est célèbre pour le sort affreux réservé aux habitants d’un immeuble en 1834,  une manifestation organisée par la Société des Droits de l’homme (que nous allons retrouver)  et le conseil exécutif des sociétés ouvrières de secours mutuel de Lyon25 ayant entraîné des soulèvements à Paris. La rue Transnonain donne sur la rue Michel-le-Comte que nous avons déjà rencontrée (cf. supra),  car Jean-Baptiste Girard connaît bien ce quartier…

Plus intéressant encore, le registre matricule porte la trace d’un Joseph Girard, né à Paris en juillet 1826,  fils de Didier Girard et de Catherine Moris ! Il est précisé qu’il a été « reconnu impropre au service pour hernie inguinale » en 184726. Il réside à Paris et est « marchand de vins27 ». Jean-Baptiste Girard avait donc un petit frère, Joseph, dont on va voir qu’il a été particulièrement actif en 1848. On comprend mieux pourquoi Jean-Baptiste parle au tribunal de son frère et de ses activités (selon La République, la question est posée d’emblée à Jean-Baptiste lors du procès de 1850 ; d’autres journaux mentionnent une lettre de son frère à Girard) : les objets trouvés chez Jean-Baptiste sont les mêmes que ceux précédemment saisis chez son frère. … qu’ils appartiennent ou non à Joseph ne change rien au sort de celui-ci, déjà déporté en Algérie,  mais cela peut en revanche tout changer pour Jean-Baptiste…

Un petit frère plus engagé politiquement que l’aîné ?

La base des transportés de 1848, qui recense les informations  collectées sur les personnes déportées suite aux événements de 1848, donne des informations complexes sur Joseph Girard (voir ici) qui répondent à une situation non moins compliquée qu’il a été possible de reconstituer grâce à la presse numérisée. Joseph Girard a en effet des ennuis successifs. Il est soupçonné  dans une première affaire (l’affaire du Passage Molière) et relâché faute de preuves. Puis il est arrêté lors des événements de juin 1848, jugé et transporté au Havre.  Détenu à Belle-Ile, il en est extrait  pour être à nouveau jugé pour l’Affaire du Passage Molière à  Paris, puis est ramené. Il fait donc partie du tout dernier convoi envoyé en Algérie en avril 185028.

La première affaire a fait à l’époque beaucoup de bruit. Joseph Girard tient un  commerce de marchand de bouillon au Passage Molière. Ce passage Molière comprend une salle louée pour des réunions, souvent à caractère politique en 1848… Le 15 juin,  Paris est en proie à une agitation toute particulière, car l’Assemblée nationale vient d’être envahie suite à une manifestation organisée par les clubs en soutien à la cause polonaise. Un gouvernement insurrectionnel (composé de Louis Blanc, Blanqui, Cabet, Leroux, etc.) est formé à l’Hôtel de Ville sur lequel marche déjà la Garde nationale.  La Société des Droits de l’homme et du citoyen, société républicaine « à tonalité clairement ouvriériste29’ qui connaît une activité importante avec les événements de 1848 est constituée en sections fonctionnant de manière pyramidale et secrète. Elle est selon le témoignage  – à prendre avec précaution – d’ Alphonse Lucas, organisée militairement par Joseph Léopold Villain30 qui la préside, héritière de la Société des Droits de l’homme, et espère contribuer à l’installation du socialisme (Lamartine la qualifie de « maçonnerie démocratique« ).

Statuts de la Société des Droits de l’Homme in Tableaux historiques des principaux événements de la Révolution française de 1848 : douze  planches imprimées à deux teintes avec texte explicatif Éditeur : (Paris) Date d’édition : 1848. Gallica (BnF).

 

Villain, ouvrier passementier, néo-babouviste, très influent dans les premiers évènements  de 1848, « aurait tenté de convaincre les manifestants de ne pas chercher à s’approcher de l’Assemblée. Mais ayant constaté son impuissance à peser sur le cours des événements, il serait revenu au siège de la Société des droits de l’Homme pour mettre en lieu sûr divers papiers, ainsi que la liste des adhérents31 », puis se serait rendu à la Salle Molière louée pour les réunions à venir. Selon les témoignages, voyant plusieurs personnes très excitées, dont Villain qui serait sorti par une fenêtre de l’Assemblée nationale pour se rendre  à la Salle Molière y porter des fusils, les riverains du passage auraient prévenu les autorités municipales, lesquelles viennent accompagnées de gardes nationaux. Que s’est-il passé ? Selon les gardes nationaux et une partie des témoins, les gardes auraient été accueillis à coups de fusils par des clubistes. Selon une autre version, les gardes nationaux, arrivant par deux issues différentes, se seraient tiré dessus par erreur. La fusillade fait deux morts parmi les gardes nationaux de Charonne et plusieurs blessés. Aussitôt, les derniers clubistes retranchés sont arrêtés et des perquisitions menées dans le Passage, car des témoins pensent avoir reconnu des tireurs en blouse, dont  … Joseph Girard ! Dans le local de Joseph Girard, des fusils qui viennent de servir sont retrouvés. Girard est arrêté dans sa chambre du 4e étage, ainsi que son colocataire Jean-Charles Mack, ouvrier-tourneur, ex-gardien de Paris32. On retrouve dans leurs affaires des affiches de la Société des Droits de l’homme, des courriers  et autres documents montrant l’implication indiscutable de Joseph Girard dans la Société, et un autre fusil.

L’émotion est grande. Villain a fui33, les adhérents de la Société des Droits de l’homme se désolidarisent, et une souscription est ouverte en faveur des victimes du Passage Molière.

Médaille commémorative. Conflit entre les membres du Club des Droits de l’Homme et la Garde nationale, manifestation du 15 mai 1848 (Passage Molière). Ville de Paris, CC.

 

Médaille sur le conflit entre les membres du Club des Droits de l’Homme et la Garde nationale, manifestation du 15 mai 1848. Cuivre. Après 1848. Paris, musée Carnavalet.

Toutefois, les charges ne paraissent pas suffisantes contre Mack, et seul Girard est emprisonné au donjon de Vincennes, avant d’être relaxé34, une première enquête donnant à penser que ce sont les gardes nationaux qui ont tiré les uns sur les autres. Girard, arrêté lors des journées de juin 1848 les armes à la main35,  est envoyé à ce titre à Belle-Ile. Mack est à nouveau arrêté le 11 octobre 1848 :

On saisit dans la chambre qu’il occupait alors un pistolet chargé, mais non amorcé, cinq cartouches de guerre, une cartouche de chasse, deux balles, trois lingots de plomb, une lithographie représentant Robespierre et Saint-Just ; deux ceintures rouges des Montagnards ; enfin une lettre de Girard dans laquelle celui-ci lui reprochait de l’avoir desservi, et lui demandait de suivre ses conseils, ajoutant que tout autre système pourrait les perdre l’un et l’autre, et entraîner leur condamnation. L’accusation voit dans cette lettre un aveu36.

Devant ces nouveaux éléments, Mack est emprisonné et un procès prévu. Une erreur du système judiciaire fait qu’un Gérard est tiré de la prison de Belle-Ile, à la place de Girard ! La méprise reconnue, Mack criant au scandale depuis  la prison de Sainte-Pélagie37, Joseph est ramené à Paris et « l’Affaire du Passage Molière » enfin jugée en octobre 1849. Voici la description du prévenu Girard donnée par Le Constitutionnel :

Le premier se nomme Joseph Girard. Il est âgé de vingt-trois ans. Son teint est basané, ses yeux enfoncés sous d’épais sourcils, sa bouche proéminente donnant quelque chose de sauvage à sa physionomie38.

Si le journaliste du Constitutionnel fait le portrait à charge d’un dangereux individu, on ne peut s’empêcher néanmoins de penser que Joseph ressemble à son frère Jean-Baptiste …!

Jean-Baptiste Girard vers 1860-1869. Album de 197 photographies positives sur papier albuminé ou tirage au charbon d’après des négatifs sur verre au collodion, format carte de visite. Gallica (BnF).

Les deux co-accusés se chargent mutuellement et nient la majeure partie des accusations. Ils ignorent  ce que pouvaient faire des armes qui venaient de servir dans le local de Joseph Girard, et prétendent n’avoir pas entendu la fusillade … Toutefois, de fil en aiguille, il apparaît, malgré leurs dénégations, que l’un comme l’autre sont bien des membres de la Société des Droits de l’homme et que Girard y a joué un rôle certain. Ainsi on a retrouvé par exemple dans sa chambre un registre sur lequel se trouvent « les noms suivants : Louis Blanc, Caussidière, Chevassu, Dupuis , Huber, Napoléon Lebon, Ledru-Rollin, Pierre Leroux, Mallarmet, Proudhon, Cabet, Considérant, Barbès, etc ». Réponse du prévenu : « C’était une liste que j’avais faite pour les élections39… » Néanmoins, leur culpabilité quant à la fusillade pouvant d’autant moins être prouvée que les fusils ont été perdus par la justice, Girard et Mack, défendus par les avocats Picard et Billiard, sont relaxés.

Joseph Girard est donc ramené à Belle-Ile et transporté en Algérie en 1850 pour sa participation aux événements de juin 1848. C’est là que je perds pour le moment40 sa trace, même si l’on peut supposer qu’il est éventuellement le Joseph Girard qui, revenant d’Oran (Algérie), s’arrête à Montpellier et déclare repartir à Paris, en  février 185141.

La famille Girard semble avoir été une famille soudée. Les parents ont tôt fait travailler leurs enfants mais pour leur  permettre d’avoir un confort – certes relatif – qu’ils n’avaient pas sur des terres de Haute-Marne épuisées par les partages successifs liés à des familles trop nombreuses. La ferme de La Malavisée ne suffisant pas à tous les nourrir, parents comme enfants ont fait des allers-retours entre Hortes (Haute-Marne) et Paris. À force d’économies les parents ont acheté un café à Hortes, qu’ils ont transmis à leur fille cadette, auparavant domestique dans la capitale, comme sa mère. Auguste, l’aîné, suivant le modèle paternel, a conduit des voitures à cheval, comme Jean-Baptiste à son arrivée à la capitale. Joseph a sans doute bénéficié de l’expérience, voire d’une aide de ses parents pour devenir marchand de bouillon. Est-ce le père, lors de ses déplacements, ou Auguste, qui a rencontré des interlocuteurs sensibles aux bouleversements politiques de la capitale ? Ou bien est-ce Jean-Baptiste ? Cette dernière hypothèse semble la plus plausible. En effet, après avoir été cocher, Jean-Baptiste travaille dans un atelier de lithographes, milieu où il rencontre Brout, l’oncle de sa femme, à qui il restera attaché toute sa vie durant (voir un prochain billet). C’est sans doute  à ce moment-là que Girard fait son éducation politique, entraînant bientôt son ou ses frères,  et en particulier Joseph  … Il semble de plus que son ancrage dans un quartier très remuant de la capitale a fortement contribué à ses engagements (voir le plan ci-dessous).

 

Extrait du Plan des barricades de février [1848], 1850. Gallica (BnF).

Sur ce plan, entourée en vert la rue Transnonain où réside J. B. Girard quand il a 20 ans, donc vers 1840. Entourées en rouge, la Rue des Gravilliers où il habite en 1849 (et où vivront encore plusieurs fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction ainsi que de l’AIT au début des années 1860) et la rue Michel le Comte où a lieu la réunion de l’Union des associations non autorisée qui entraîne les arrestations de 1849. En bleu, les Arts-et-Métiers qui abritent en 1848 un des principaux clubs de la Société des Droits de l’homme, celui animé par Villain lequel, le 15 mai 1848, en déménage des papiers pour les abriter à la salle Molière…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. On peut lire le compte-rendu des activités à venir de cette Association dans La Démocratie Pacifique du 7 décembre 1849. Ce compte-rendu est signé entre autres de Girard. Ce même journal donne ensuite le 21 janvier 1850 le Contrat d’Union des Associations signé DECHENAUX, D. M. P., NICLOT, P. PORIER, A. TACHON, LIONNE,  P. MESNEL, TERNAY, BLAISON, JEANNE, BILLOT, GIRARD, L. FORTIN, JEANNE DEROIN, PAULINE ROLAND. Sur l’importance du mouvement associationniste à cette période  voir Riot-Sarcey Michèle, « Chapitre 3. Le temps des associations », dans : , Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France, sous la direction de Riot-Sarcey Michèle. Paris, La Découverte, « Sciences humaines », 2016, p. 41-56. []
  2. Sur les clubs voir Caron Jean-Claude, « Les clubs de 1848 », dans : Jean-Jacques Becker éd., Histoire des gauches en France. Volume 1. Paris, La Découverte, « Poche/Sciences humaines et sociales », 2005, p. 182-188. URL : https://www.cairn.info/histoire-des-gauches-en-france–9782707147363-page-182.htm []
  3. Riot-Sarcey Michèle. L’utopie de Jeanne Deroin. In: 1848. Révolutions et mutations au XIXe siècle, Numéro 9, 1993. Utopies au XIXe siècle. pp. 29-36. []
  4. Selon le journal Le Droit du 15 novembre 1850, lors du verdict, Jeann Deroin tiendra encore excellemment tête au tribunal  : « Mme Desroches (Jeanne Deroin) : Je remercie, dit-elle, MM. les jurés, ils viennent de consacrer les droits politiques de la femme, en condamnant des femmes pour des faits politiques ». []
  5. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée? Quelques pistes de réflexion », in Histoire de l’éducation populaire, 1815- 1945 (éd. Carole Christen et Laurent Besse), Presses du Septentrion, 2017, pages 199 à 220. []
  6. Joseph Delbrouck fondera la bibliothèque populaire de Vernon. Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque (populaire) communale de Vernon : une tentative originale de transmission des savoirs dans une petite ville de province sous le Second Empire libéral », Congrès du CTHS, 2018 et travaux précédents sur Vernon. []
  7. Le procès a eu lieu en 1847 et Billot n’est pas inculpé, faute de preuves. Voir par exemple Le Journal des débats du 8 octobre 1847. []
  8. Sur le procès de la Solidarité républicaine voir par exemple La Gazette des tribunaux ici. Raymond Huard évoque largement l’activité de cette société dans La naissance du parti politique en France, Presses de Sciences Po, 1996. Voir aussi  Michel Cordillot, « Les fouriéristes et l’émergence de la coalition démoc-soc à l’automne 1848  », Cahiers Charles Fourier , 2002 / n° 13 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article55 []
  9. Voir SOSNOWSKI Jean-Claude, « Blaison, Jean-Baptiste (parfois Blaizon) », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2010 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article778 []
  10. Voir La Gazette des Tribunaux, 13 novembre 1850. []
  11. On retrouvera Suin lors de vives joutes orales autour des bibliothèques populaires au sénat en 1867 ; voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires » in Bibliothèques en utopie – Les socialistes et la lecture au XIXe siècle, Nathalie Brémand (dir.). Presses de l’enssib, 2020., []
  12. Gazette nationale ou le Moniteur universel, 13 novembre 1850. []
  13. NB: ll faut faire la synthèse des différents comptes-rendus des journaux pour comprendre ce qui est exactement reproché aux uns et aux autres. Par exemple, La Gazette des Tribunaux du 13 novembre 1850 ; Le Constitutionnel du 13 novembre 1850 ; Le Moniteur universel du 13 novembre 1850La République du 14 novembre 1850 ; Le Journal des villes et des campagnes du 14 novembre 1850 ; etc. []
  14. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900 ) : fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985 []
  15. Anne Joséphine épouse en 1847 à Hortes François Chanticlair dont elle a deux enfants, Élisabeth Adelphine, née en mars 1848, et Jean-Baptiste Ernest, né en juillet 1852. AD52, BMS Hortes. []
  16. Didier Girard était né à Trois-Champs. La maisonnette est décrite dans un acte notarié. AD52. []
  17. Marie-Louise, domestique à Paris, meurt à l’âge de 23 ans. []
  18. Agnès Sandras, « Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?, » in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  19. Je remercie  Louise Oudin qui m’a aidée à reconstituer l’état-civil de la femme et de la fille d’Auguste Girard. []
  20. AD92, BMS Montrouge. []
  21. Ibid. Je n’ai pas trouvé trace du décès de cette petite fille, alors que la mère réside à la même adresse lors des deux naissances  Sans doute est-elle morte en nourrice, comme cela se produisait alors fréquemment à l’époque. Cela expliquerait, autre coutume usitée, que sa sœur a le même prénom. []
  22. ADVP, Mariage Girard/Maillard, XIVe arrondissement, août 1872. []
  23. Le marchand de bouillon dans les fonctions les plus simples vend du bouillon de boeuf ou de mouton, du pain et du vin. []
  24. Les registres matricules donnent théoriquement l’état civil du conscrit, lors de ses 20 ans,  avec les noms de ses parents, son domicile (ainsi que les localités successives habitées), sa profession, son « signalement » physique (taille, couleur des cheveux, marques particulières), son degré d’instruction, la décision du conseil de révision, le détail des services et mutations. Ces mentions sont très incomplètes pour Jean-Baptiste Girard et Joseph. []
  25. Voir le Massacre de la rue Transnonain et deux articles en ligne du Site de l’Histoire par l’image ici. Le massacre de la rue Transnonain a inspiré à Daumier une superbe composition qu’on peut voir ici. []
  26. Registre matricule, AD52 ; http://archives.haute-marne.fr/viewer/viewer/FRAD052_R1075_01/FRAD052_R1075_01_160.jpg []
  27. La délimitation n’est pas claire à cette date entre marchands de vin, marchands de bouillon, gargotiers … []
  28. Selon la base des transportés de 1848, voir ici. []
  29. Samuel Hayat, « La République du travail: 1848 et l’invention d’un républicanisme socialiste ouvrier« , in Olivier Christin (ed.), Républiques et républicanismes. Les cheminements de la liberté, Le Bord de l’eau, p. 177-193. []
  30. Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes : histoire complète critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848 , Paris, E. Dentu, 1851. []
  31. Notice VILLAIN Joseph [VILLAIN Léopold-Joseph], dit Joseph ou VILAIN  par Michel Cordillot et J. Grandjonc., version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009. Maitron en ligne. []
  32. Jean-Charles Mack est né en Alsace, à Beblenheim le 8 novembre 1819 et opte pour la nationalité française en 1872 d’après le Bulletin des Lois ; il se marie à Paris en 1852 avec Anna-Françoise Bonne, une cartonnière, et meurt à Paris en 1887 d’après les actes d’état-civil des ADVP. Il est impliqué par la suite dans d’autres affaires politiques. []
  33. Villain, qui s’est finalement rendu, est jugé en mars 1849 devant la Haute Cour de justice de Bourges en compagnie de Louis Blanc, Auguste Blanqui, et autres personnes accusées pour la journée du 15 juin 1848. Il est innocenté dans cette affaire mais sera condamné ensuite à la déportation pour l’affaire du affaire du 13 Juin 1849. []
  34. Le Siècle, 6 octobre 1849. []
  35. Ibid. []
  36. L’Assemblée nationale, 6 octobre 1849. []
  37. Voir la lettre publiée par Le Peuple du 28 avril 1849. []
  38. Le Constitutionnel, 6 octobre 1849. []
  39. Journal des débats politiques et littéraires6 octobre 1849. []
  40. La fermeture des sites d’archives liée à la pandémie a quelque peu différé mes recherches … []
  41. Voir la Liste nominative des secours ou avances aux émigrants en Algérie passés entre 1838 et 1879 par le gîte d’étape de Montpellier correspondant aux relevés effectués par L’Amicale Généalogie Méditerranée (AGM). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.