Quand Le Charivari défendait la liberté de lire pour les masses (1867-1868)

En  1867 et 1868 les rédacteurs du Charivari se lancent dans la défense des bibliothèques populaires et à travers elles dans un combat pour l’accès pour tous à l’ensemble des livres. En effet, la lecture du peuple est encore surveillée par les instances politiques et religieuses, par crainte des « mauvais livres » qui entraineraient dépravation et sédition… Mais de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer une lecture cantonnée aux livres édifiants et réclamer l’égalité dans l’accès aux ouvrages. C’est l’occasion pour Le Charivari d’exercer sa verve sur des condamnations d’un autre âge et de suggérer que le peuple1 n’est pas suffisamment instruit pour choisir ses représentants en toute indépendance, ce manque d’instruction relevant d’une politique délibérée. Voici deux exemples tirés de ces textes :

« Les masses sont encore à l’état d’enfance intellectuelle. Il faut leur mettre le bourrelet de la bonne censure, les lisières de la prudente répression, il faut les élever au biberon administratif. » 

 » Ce sont là les âmes simples, naïves, candides, innocentes qu’il faut bien se garder de corrompre par le moyen des bibliothèques populaires, oui-da !… Grand dieu ! laisser ternir au souffle impur des idées modernes les vases d’élection, ces fontaines de pureté ! »

Vous retrouverez ces différents propos, et en découvrirez bien d’autres encore dans le billet qui suit…

Le contexte ; les bibliothèques populaires de Saint-Étienne et d’Oullins face aux conservateurs

Revenons sur le contexte, que j’ai déjà évoqué dans plusieurs billets de ce blog. En 1867, une affaire agite la presse durant plusieurs semaines2. Quelques notables conservateurs de Saint-Étienne ont rédigé une pétition contre le contenu de deux bibliothèques populaires locales, jugeant scandaleuse la présence d’ouvrages tels que ceux de Georges Sand et d’auteurs alors considérés comme amoraux et/ou socialistes3 par quelques esprits conservateurs. La pétition fait l’objet d’un rapport au Sénat et provoque l’indignation de Sainte-Beuve4. Si l’intervention passionnée de Sainte-Beuve le 25 juin 1867 ralentit le trop grand empressement de certaines autorités contre les bibliothèques populaires, il n’en reste pas moins que les deux bibliothèques de Saint-Étienne sont fermées et ne rouvriront que de manière très contrôlée. L’année suivante, l’histoire se répète à Oullins5, provoquant à nouveau de vives réactions dans la presse locale, régionale et nationale.

La plupart des journaux rapportent les faits avec ironie, jugeant obsolète le combat des pourfendeurs des bibliothèques populaires. Certains en font le symbole d’une lutte pour la liberté, qu’il s’agisse de la liberté de lire ou de s’associer, les bibliothèques populaires étant constituées par association6. L’attitude du Charivari mérite qu’on s’y arrête. Le journal, connu pour son insolence pendant certaines périodes de l’histoire, est plutôt discret sous l’Empire libéral et laisse à d’autres feuilles satiriques la palme de l’impertinence7. Pourtant, les affaires des bibliothèques populaires de Saint-Étienne et d’Oullins font vivement réagir les plumes du Charivari qui s’attaquent à la fois aux catholiques ultras et à L’Empire libéral, et rappellent avec humour mais fermeté que l’accès à la lecture est un droit fondamental…

Un combat initié par Pierre Véron, le rédacteur en chef du Charivari

Le premier texte évoquant dans Le Charivari l’affaire de Saint-Étienne émane de Pierre Véron qui est alors le rédacteur en chef du Charivari. Ami de nombreux artistes, écrivain, Pierre Véron excelle particulièrement dans des textes incisifs où il s’attaque aux contradictions de la société  contemporaine.

Pierre Véron. Photographie de Nadar. Gallica (BnF).

Il ironise donc sur l’audace soudaine de Sainte-Beuve qui,  demeuré jusqu’alors très silencieux au Sénat8, retrouve ses ardeurs de libre-penseur devant les menaces que font peser les catholiques ultras sur la lecture.  Toutefois, Véron n’hésite pas à  féliciter publiquement et immédiatement Sainte-Beuve pour cette prise de position9. Pour Véron, derrière cette publicité donnée à la pétition stéphanoise se cache un réseau hostile à la  liberté de la lecture favorisé par Pierre Jules Baroche, ministre de la Justice et des Cultes et sénateur, soutenu entre autres par Charles Dupin qui a ardemment combattu les propos de Sainte-Beuve au Sénat et défendu l’appartenance de pétitionnaires stéphanois à la Société de saint-Vincent de Paul…

Nous regrettons qu’il ne nous reste pas plus de place pour vous parler de l’affaire de la bibliothèque de Saint-Étienne qui s’est discutée devant le Sénat.
Pro pudor ! On s’est permis de mettre sur les rayons de cette bibliothèque des œuvres signées Voltaire, Rousseau, Michelet, Renan, Proudhon, Sand, Pelletan, etc.
Inde irae. D’où indignation de l’orthodoxie. M. Sainte-Beuve, avec une hardiesse dont nous le félicitons d’autant plus qu’elle pouvait être inattendue, a revendiqué les droits de la libre-pensée. M. Sainte-Beuve a raison. Le Sénat n’est pas la commission de l’Index, et M. Dupin (Charles) a tort de confondre les mots athéisme et liberté de conscience, tort d’oublier surtout que la religion d’État est et demeurera abolie en dépit des saint Vincent-de-Paulismes coalisés.
Résultat de cette levée de boucliers cléricale : une déclaration d’après laquelle les bibliothèques populaires vont être soumises à une loi d’expurgation.
Mais qu’est-ce que M. Baroche entend par un mauvais livre ?
Est-ce celui qui apprend ou celui qui défend l’usage de la raison ?
That is the question. On verra comment les expurgateurs officiels la résoudront dans la pratique.

Pierre Véron, « Bulletin politique », Le Charivari, 25 juin 1867.

Arthur Pougin, la « vraie bibliothèque populaire » doit contenir la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen …

Pierre Véron n’est pas le seul à réagir. Pendant plusieurs jours, les journaux s’occupent des « mauvaises lectures », de la liberté d’association, etc. Le Charivari revient donc sur le sujet le  4 juillet. Pierre Véron égratigne dans son « bulletin politique » le journal L’Union qui a publié le 1er juillet un article (qu’on peut lire ici) à la fois très hostile à l’accès à tous les livres pour le peuple et à la liberté d’association10 :

L’Union, pour combattre G. Sand et prouver qu’on a bien fait de l’expulser de la très sainte bibliothèque de Saint-Étienne, reproduit une citation de Proudhon, banni lui-même de ces rayons.
Si Proudhon a raison, on a tort de le proscrire ; s’il a tort, George Sand a raison.
Dans quel pétrin se plongent les grands-prêtres de la déesse Censure !
Pierre Véron, « Bulletin politique », Le Charivari, 4 juillet 1867.

Juste après ce texte, on trouve, toujours en première page du Charivari un long article intitulé « Une vraie bibliothèque populaire ».

=> Cliquez sur les flèches ci-dessous pour lire le texte

 

L’auteur en est Arthur Pougin. Ce jeune musicien, critique musical d’origine modeste, écrit également dans des journaux comme L’Opinion nationale qui soutient les bibliothèques populaires. Il s’intéresse aux orphéons, ces chorales populaires dont les membres sont aussi souvent inscrits aux bibliothèques populaires11. Avec beaucoup d’humour, il dénonce la cabale des catholiques ultras contre les « mauvais livres » de George Sand, Rousseau et Voltaire et propose des titres imaginaires qui ne feraient pas peur aux dévots. Mais son texte termine sur une note très politique, rappelant que l’égalité des droits n’est alors pas de mise en matière d’accès à la lecture pour les classes laborieuses qui n’ont pas les moyens d’acheter des ouvrages et à qui une fraction des notables voudrait imposer des bibliothèques censurées …

La séance du Sénat dans laquelle M. Sainte-Beuve a pris, quoi que quelques-uns aient pu dire, la défense de la liberté de penser, et dans laquelle M. le baron Charles Dupin a exalté la moderne inquisition, a fait du bruit dans Landerneau…. et ailleurs.
On sait qu’il s’agissait de la bibliothèque populaire de Saint-Étienne, que certains hommes prudes (d’autres diraient prudhommes) voudraient purger de quelques catégories de livres considérés par eux comme pernicieux au dernier chef.
Je ne voudrais pas envenimer un débat dont la cause est jugée du reste, aujourd’hui, pour l’immense majorité. Mais comme le Charivari ne saurait rester étranger à toutes les grandes questions qui agitent le pays, et qu’il a reçu d’ailleurs à ce sujet, de tous les points de la France, une quantité innombrable de lettres qui le pressent de s’expliquer catégoriquement, il va répondre d’un seul coup à toutes ces lettres afin d’éviter des frais de poste fantasques, qui n’auraient d’autre résultat que de jeter le trouble dans sa caisse et d’enrichir celle du gouvernement, ce qui, d’un côté comme de l’autre, est absolument inutile.
La plupart de nos innombrables correspondants — que je trouve sans gêne, du reste, car ils nous obligent là à un travail auquel nous ne sommes tenus en aucune façon — nous demandent de quelle manière nous comprenons l’établissement des bibliothèques populaires et comment nous voudrions les voir composées. La demande est indiscrète et la réponse quelque peu délicate. Nous allons essayer cependant de satisfaire nos questionneurs.
En l’état, que voyons-nous ? Quelques braves gens, beaucoup trop timorés, qui estiment que la lecture des ouvrages dus aux plus grands hommes dont l’humanité puisse se glorifier est chose pernicieuse, épouvantable et immorale.
Immoral Voltaire et le Dictionnaire philosophique, c’est convenu ; immoral Rousseau et le Contrat social, c’est entendu; immoral aussi Montesquieu, l’Esprit des lois ; immoral encore La Bruyère et les Caractères ; immoral surtout Molière et le Tartuffe ; immoral enfin tout ce qui peut élever l’esprit, échauffer le cœur, soulever l’admiration, fortifier l’âme, agrandir l’imagination, augmenter la somme des vérités immortelles et celle des connaissances positives. Il n’y a de moral que les livres bêtes qui ne servent absolument à rien, et ceux qui servent… les intérêts de la Société de Jésus.

Tout au plus peut-on ajouter à ceux-là un certain nombre d’écrits enfantins, qui ne soulèvent aucun problème et ne font naître dans l’esprit aucune espèce de réflexion.
On est donc fondé à supposer que, selon le vœu des pétitionnaires, la meilleure bibliothèque populaire serait celle qui contiendrait, d’abord et avant tout, un certain nombre d’ouvrages dans le goût de ceux-ci : Histoire du bienheureux saint Labre, patron des pouilleux ; Victoires et conquêtes de la compagnie de Jésus ; De l’avenir de la superstition en France ; Physiologie du crétinisme (suite du précédent) ; Des miracles, de leur naissance, de leurs progrès, de leur splendeur… et de leur utilité pécuniaire pour la sainte cause ; Le serpent du libéralisme terrassé par l’ange de la réaction, parabole en vers (pas libres, surtout). De la culture du nénuphar considérée au point de vue de ses bienfaits sur la civilisation moderne ; Théorie de l’obéissance passive, par des gens qui ne savent que désobéir aux lois de leur pays, etc., etc.
Voilà pour contenter les plus difficiles, les ultras, ceux qui ne veulent faire aucune concession, ceux qui prétendent que tout doit marcher droit et que la bête doit tuer l’esprit.
En ce qui concerne les plus indulgents, ceux qui assurent qu’il faut faire une part aux progrès du siècle et marcher avec son temps, voici un autre rudiment de liste :
Dictionnaire théorique et pratique de la pêche, avec différents moyens d’amorcer ; De l’art d’élever les hannetons et de s’en faire des conserves succulentes ! Les contes de Ma mère l’Oie pour servir à ses enfants et à tous les autres ; Monographie de la carotte, avec les diverses manières de l’accommoder; Histoire des grands hommes, depuis Ignace de Loyola jusques et y compris saint Gicquel, etc., etc., etc.
Il serait on ne peut plus facile d’établir un catalogue complet dans les deux seuls genres que nous avons tenu à aborder; mais c’est parfaitement inutile, et l’échantillon ci-dessus suffit amplement à indiquer l’esprit dans lequel, selon les honorables pétitionnaires de Saint-Étienne, les bibliothèques populaires devraient être conçues et formées.
Que si maintenant on demande au Charivari quelle est son opinion sur ce sujet, il répondra crânement que le premier livre qu’il voudrait voir entrer dans une bibliothèque décorée du qualificatif de populaire, c’est…
LA DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN !
On devine le reste.
Arthur Pougin, « Une vraie bibliothèque populaire », Le Charivari4 juillet 1867.

Un soutien marqué du Charivari  à Eugène Pelletan, député …  et défenseur des bibliothèques populaires

Dans son discours au Sénat, Sainte-Beuve a tenu, non sans humour lui aussi, à défendre les œuvres incriminées, de Sand à Proudhon. Il a donc évoqué les ouvrages d’Eugène Pelletan, un de ses collègues députés :

Je ne suis pas payé pour défendre M. Pelletan : il a été de tous temps pour moi un adversaire, peut-être un ennemi. Mais y pensez-vous bien ? Quoi ! cet écrivain, pour ses livres mêmes, est agréé du peuple ; il est à Paris l’élu du suffrage universel, il est député et membre du Corps qui dans la Constitution est corrélatif au vôtre ; et vous allez, en raison même de ses livres, lui imprimer une note qui le ferait réélire cent fois pour une s’il ne devait pas être réélu sans cela ! (Rumeurs.)

UN SÉNATEUR. Ce n’est pas la question.

M. SAINTE-BEUVE. Élu pour ses ouvrages par le peuple à Paris, vous allez déclarer qu’il ne doit point trouver place dans une bibliothèque pour le peuple à Saint-Étienne ? Est-ce raisonnable ? Est-ce prudent ? Où est la sagesse ? Et puis (car on ne peut pas tout dire), ce livre de lui qu’on incrimine, la Nouvelle Babylone, mais l’avez-vous lu ? C’est un livre de morale, de satire austère, puritaine, presque farouche, contre les corruptions, contre les dépravations, contre les plaisirs ; mais dans ce livre, M. Pelletan est un Tertullien stoïcien. Qu’avez-vous donc à le proscrire ? Vous ne l’avez pas lu ; c’est un livre de morale chagrine et excessive ; lui, c’est un Juvénal ; je ne parle pas du talent, mais je réponds au moins de la sévérité et de l’âpreté. C’est donc sur son nom que vous le proscrivez ?

Avec ce passage de son discours,  Sainte-Beuve a souligné deux des soucis qui entourent alors la lecture dite populaire : peut-on décider que le peuple n’est pas assez mature pour choisir ses lectures mais qu’il peut cependant voter ?  des ouvrages peuvent-ils être interdits au simple motif que leur auteur n’a pas les mêmes opinions politiques que les censeurs ?

Sans doute galvanisé par ce soutien inespéré, le 17 juillet 1867, Eugène Pelletan demande à l’Assemblée un amendement pour augmenter la subvention dévolue aux  bibliothèques scolaires et populaires. Après avoir rappelé l’importance de la lecture et de l’instruction, il revient longuement sur la pétition de Saint-Étienne et la discussion du Sénat. Eugène Pelletan est un farouche opposant à Napoléon III mais aussi un franc-maçon impliqué dans les loges qui s’intéressent à l’ instruction laïque12 :

Un événement est venu paralyser la bonne volonté du ministre et compromettre la propagation des bibliothèques scolaires. Une pétition, j’allais dire une dénonciation… (Rumeurs.) Messieurs, si quelqu’un est astreint à ne rappeler cet incident qu’en termes très-réservés, c’est moi assurément, car j’y ai été non pas compromis, mais engagé. (Très-bien !) Eh bien, on est venu dénoncer la bibliothèque de Saint-Étienne. Un orateur éminent et plus autorisé que moi l’a vengée d’une accusation imméritée et a prouvé suffisamment qu’on jugeait et qu’on condamnait des livres qu’on n’avait pas lus. Je ne veux pas discuter cette question. J’ai là cependant le catalogue de la bibliothèque incriminée. M. le Ministre l’adopterait assurément, car ses ouvrages y figurent avec ceux  des auteurs qui ont enrichi et illustré notre littérature. (On rit.) Cependant on a pris prétexte de cette pétition, car je ne veux plus dire dénonciation… (plusieurs voix.—Non ! non !) . M. Pelletan… pour annoncer au pays qu’on allait proposer au conseil d’État un projet de réglementation et mettre ainsi la main entre la lumière et les regards du peuple pour lui ménager l’ombre. (Très-bien ! à la gauche de l’orateur.) C ‘est cette prétention injustifiable en théorie impraticable en fait que je viens combattre. Nous n’avons pas oublié les brillantes et parfois brûlantes discussions auxquelles la loi sur les sociétés a donné lieu. […] Mais à l’aide de quel critérium établirez-vous la distinction entre un bon et un mauvais livre ? Vous allez donc instituer une agence d’élection, une commission de l’index chargée de désigner les outrages ? Mais ne voyez-vous pas dès aujourd’hui toutes les impossibilités, tous les inconvénients d’une pareille mesure ?  Voici un livre qui a eu un grand succès, qui est signé d’un membre de l’Institut ; vous allez le frapper d’anathème, vous soulevez des polémiques ardentes, vous prenez la responsabilité d’une exclusion qu’il sera très embarrassant de justifier; mais, en même temps il vous faudra prendre la responsabilité d’admissions qui vous engageront d’une façon fâcheuse devant le pays. Par l’exclusion des autres, vous aurez donné, en effet, à ceux là une sorte d’approbation tacite. (Très-bien ! sur quelques bancs.) : Et je dis plus ; en condamnant au lazaret une certaine littérature pestiférée, vous irez contre votre but, car vous l’aurez signalée au public, vous l’aurez mise en relief, vous lui aurez donné tout l’attrait du fruit défendu.  […] M.  le préfet de Nérac signifiait à une société qui voulait fonder une bibliothèque que le président devait être agréé par la préfecture, que les romans pouvant causer une impression fâcheuse, que les livres de polémique sociale et religieuse de nature à propager certaines théories, devaient être écartés … C’est-à-dire qu’il n’entrerait dans les bibliothèques populaires ni livres de religion, ni romans, ni livres d’ économie politique, qui, suivant les économistes du ministère, de l’intérieur ou de l’instruction publique, pourraient, contenir des erreurs.  Mais à quoi réduirez-vous donc l’instruction du peuple, si toutes les questions qui touchent à ses intérêts sont exclues ?

En évoquant les soucis rencontrés par les fondateurs de la bibliothèque populaire de Nérac, Eugène Pelletan insiste sur les difficultés opposées à ces associations par des fonctionnaires trop zélés qui appliquent les consignes du Ministère de l’Intérieur. Mais Pelletan ne s’arrête pas là, ironisant sur le passé politique de l’empereur, et l’action parfois contradictoire des différents ministres  (lire le texte de son intervention  en son entier ici). Il revient à son tour sur l’incohérence qui mène à donner le droit de vote au peuple tout en lui  ôtant le droit de lire les livres jugés séditieux ou amoraux :

M. le ministre de la justice disait qu’il y avait deux classes de lecteurs, comme autrefois il y avait deux classes d’électeurs. D’une part les brahmanes de l’Intelligence auxquels toutes les lectures étaient permises ; de l’autre et au dessous, dans certaines profondeurs, des classes qui n’ont pas le droit de lire les mêmes livres que les élus de la fortune. Eh bien, je m’élève contre cette théorie, parce qu’elle serait la négation du suffrage universel. — Comment, vous reconnaissez au peuple le droit du suffrage, le droit de peser dans sa main la forme de gouvernement qui lui convient le mieux, et vous  viendriez lui dire qu’il n’a pas assez d’intelligence pour choisir les livres qu’il doit lire ?

Pierre Véron est un des rares publicistes à saluer les propos d’Eugène Pelletan. Il les soutient même avec des phrases choc dans Le Charivari du 19 juillet :

La question des bibliothèques populaires est revenue encore une fois devant l’opinion par l’intermédiaire du Corps Législatif. M. Pelletan a prononcé à cette occasion un discours dans lequel (l’orateur du gouvernement a été forcé de le reconnaître lui-même) abondent les nobles sentiments.
Un point nous a surtout frappé. C’est celui dans lequel M. Pelletan a fait ressortir avec juste raison la double façon qu’on a d’apprécier le peuple. Tantôt flatteries à outrance, tantôt dénigrement exclusif.
En certains moments le peuple a l’air d’être tout, dans d’autres il est considéré comme rien ou à peu près.
— Vox populi, vox Dei, s’écrient quand ils ont intérêt à l’exalter les courtisans de la puissance populaire.
Le peuple c’est Dieu lui-même ; le peuple c’est le courage, la raison, la sagesse, la vertu, le dévouement, le… la… les…
Parfait.
Mais attendez le revers de la médaille.
Tout à l’heure on va demander contre ce même peuple, qui est courage, sagesse, raison, vertu, dévouement, une bonne petite loi de répression, et alors changement de langage.
On vous dira alors d’un ton pénétré :
— Vous concevez, le peuple, ce sont les masses. Les masses sont encore à l’état d’enfance intellectuelle. Il faut leur mettre le bourrelet de la bonne censure, les lisières de la prudente répression, il faut les élever au biberon administratif.
Et là-dessus les Darbos autoritaires de lui filtrer ses lectures !
Entendons-nous et entendez-vous une bonne fois.
Sera-t-il dieu, table ou cuvette ?
Si le peuple est dieu il n’est pas enfant, s’il est intelligent et sage il n’a pas besoin de tutelles excessives.
Il faudrait opter. Ou remiser les grandes tirades, ou  remiser les petites vexations.
Bien entendu le discours de M. Pelletan n’a pas empêché la Chambre de repousser l’amendement auquel il avait trait.

Pierre  Véron, « Bulletin politique », Le Charivari19 juillet 1867.

Gabriel Guillemot à l’attaque de la morale des ouvrages édifiants

Le 23 juillet 1867, Gabriel Guillemot poursuit la démonstration du Charivari en matière de lectures imposées, en racontant comment un livre de prix, loin de lui donner le goût de la lecture faillit au contraire l’en détourner. L’ouvrage qu’il avait reçu, publié par la librairie catholique Mame, était en effet un ouvrage édifiant : Séphora, ou Rome et Jérusalem, épisode de l’histoire des Juifs, par Adrien Lemercier. Guillemot craint que les recteurs d’académie, soucieux de ne pas rencontrer d’ennuis après l’affaire de Saint-Étienne, exercent une censure sur les livres de prix13… Le  6 août, il revient à la charge en évoquant un dramatique accident de chemin de fer lors duquel les riverains, des paysans, n’ont pas porté secours aux victimes. Le journaliste s’attaque à nouveau à la morale catholique et aux soutiens des pétitionnaires stéphanois :

Voilà l’homme primitif, inculte, qui n’a reçu d’autres notions de morale que celles qu’il n’a pas même comprises au prône de M. le curé.
Ce sont là les âmes simples, naïves, candides, innocentes qu’il faut bien se garder de corrompre par le moyen des bibliothèques populaires, oui-da !…
Grand dieu ! laisser ternir au souffle impur des idées modernes les vases d’élection, ces fontaines de pureté ! Y songez-vous !
Eh bien ! n’en déplaise à M. le baron Dupin, et à M. le baron Lacaze, et  à M. le baron Heckeren et à tous les barons du Sénat, si les hommes des champs avaient lu Voltaire, s’ils avaient lu George Sand, s’ils avaient lu Michelet, Quinet, Renan, Pelletan, s’ils avaient lu n’importe quel penseur de ceux que la pétition des notables de Saint- Étienne a proscrits, ils auraient appris le dévouement, la compassion pour autrui, la piété, la charité, la fraternité, la solidarité humaine

Gabriel Guillemot, « Chronique du jour », Le Charivari6 août 1867 .

Louis  Leroy et le choix imaginaire des ouvrages d’une bibliothèque populaire

L’offensive du Charivari en faveur de la liberté du choix des ouvrages des bibliothèques populaires et de son corolaire, la liberté de lire pour le peuple, semble très travaillée. Les différentes formes éditoriales du journal sont employées, et les plumes se succèdent. Le 5 août 1867, Louis Leroy14 met en scène les difficultés des bibliothèques populaires à choisir des livres qui n’encourent ni les foudres préfectorales (l’examen du catalogue par l’administration conditionnait l’ouverture et le maintien des bibliothèques) ni celles du clergé. Sa bibliothèque imaginaire de Cornillard-les-Nèfles est une bibliothèque populaire communale, c’est-à-dire une bibliothèque comme celles de Saint-Étienne ou Vernon, placée sous la présidence du maire et de conseillers municipaux.  Inquiets des événements stéphanois, les membres de la commission du choix des livres de la bibliothèque populaire de Cornillard-les-Néfles trouvent tous les livres suspects ! Le texte de Louis Leroy fait écho aux livres incriminés à Saint-Étienne et aux interdictions prononcées par  la commission de colportage. La parodie de Leroy témoigne d’une bonne connaissance des embarras rencontrés par les bibliothèques populaires. En effet, plus les livres sont connus plus ils sont susceptibles de déclencher les soupçons (la bibliothèque d’Oullins fera ainsi le choix de proposer des livres moins connus qui n’éveilleront pas la méfiance des censeurs alors que ces ouvrages ont un contenu bien plus politisé ou «  »amoral » » que ceux de Sand par exemple). En premier lieu, Leroy fait refuser Paul et Virginie par le trésorier de la paroisse, lequel par provocation dit préférer Faublas. La parodie est travaillée par des allusions grivoises (que vous découvrirez en lisant le texte ci-dessous), mécanisme certes coutumier chez Leroy, vaudevilliste collaborateur d’Eugène Labiche, mais aussi  destiné à montrer l’hypocrisie des censeurs des bibliothèques populaires qui connaissent parfaitement le contenu des ouvrages dont ils veulent priver le peuple ! Après la condamnation du roman, bête noire des contempteurs des bibliothèques populaires, viennent les œuvres protestantes, les catholiques ultras soupçonnant les bibliothèques populaires d’être aux mains des protestants15 et désirant empêcher cette influence. Leroy connaît parfaitement les polémiques autour des mauvaises lectures et des censures (rappelons que les vaudevilles étaient alors soumis à la censure préalable).  Ainsi, fait-il proposer à un membre de la Commission la lecture de la pastorale de Florian,  Estelle et Némorin, sur laquelle Sainte-Beuve avait précisément ironisé dix-sept ans plus tôt  : « Il faut lire Estelle à quatorze ans et demi. À quinze ans, pour peu qu’on soit précoce, il est déjà trop tard16.  La pastorale étant écartée, le maire propose Berquin dont les ouvrages moraux pour enfants marquent la lecture édifiante du XIXe siècle17 mais le trésorier prend peur au simple motif que Berquin est contemporain de Voltaire, auteur figurant sur les pétitions contre les bibliothèques populaires. La commission passe alors à des disciplines qui se révèlent possiblement amorales, et rejettent les ouvrages les uns après les autres afin de parvenir à « une bibliothèque populaire modèle » !

Le conseil municipal de Cornillard-les-Nèfles s’est réuni à la sortie de la grand’messe pour délibérer sur le choix des ouvrages destinés à former l’esprit et le cœur des habitants de la commune.

Le maire. — Messieurs du conseil, nous sommes invités par Monseigneur l’évêque et M. le préfet à veiller avec le plus grand soin à la composition de notre bibliothèque populaire. Veillons donc, je ne vous dis que ça. Le 1er adjoint. — Messieurs, s’il est un livre recommandable et vertueux entre tous, c’est bien certainement Paul et Virginie, j’ai donc l’honneur de proposer son acquisition au conseil. (Les membres du parti clérical frappent avec violence sur la table.) Comment! est-ce que ma proposition paraîtrait subversive ?
LE TRÉSORIER DE LA FABRIQUE. — Au plus haut point ! J’aimerais autant Faublas. (Légers murmures.) Au moins avec celui-là on sait à qui l’on a à faire, tandis que, chez les deux amants de l’Ile-de-France la galanterie prend le masque de l’innocence pour mieux pervertir les cœurs.
L’adjoint. — Ah ! vous exagérez.
Le trésorier. — J’exagère ! Mais vous avez donc oublié cet épisode du naufrage où un grand diable de marin ose se présenter sans le moindre costume devant votre Virginie ?
L’adjoint (avec douceur). — Mais c’est pour lui sauver la vie en l’emportant dans ses bras à travers les flots en courroux.
Le trésorier. — Dans ses bras ! Vous l’entendez, messieurs, dans ses bras ! Une jeune fille pure dans les bras d’un homme dévêtu !
L’adjoint. — Du reste Virginie refuse son offre.
Le trésorier —Ce qui m’a toujours étonné de la part d’une fille aussi compromise ; oui, je le répète, horriblement compromise par votre M. Paul ! Et ce serait dans un pays de fabriques que vous voudriez donner un pareil exemple à la jeunesse des deux sexes ?
Le maire. — Je mets l’achat de Paul et Virginie aux voix.
(Une grande majorité se prononce contre l’œuvre immorale de Bernardin de Saint-Pierre.)
L’adjoint, timidement. — Je pense…  je crois…  je suppose que Robinson Crusoé pourrait rallier quelques suffrages.
Le trésorier. — Et après Robinson la Guerre des dieux, n’est-ce pas ?
L’adjoint. — Oh ! quel rapprochement !
Le trésorier. — Vous feignez d’ignorer que Daniel de Foë était protestant.
L’adjoint. — Est-ce bien une raison pour proscrire son chef-d’œuvre ?
Le trésorier. — Ah ! si celle-là ne vous suffit pas, que vous faut-il alors ?
Le maire, venant au secours de son adjoint. — Est-ce que ce Robinson n’est pas toujours seul dans son île ?
Le trésorier, ironiquement. — Jusqu’à l’arrivée de Vendredi.*
Le maire. — C’est vrai, je l’avais oublié. Ne parlons plus de Robinson, messieurs ; mais je crois que l’achat de la Morale en action ne peut soulever aucune objection.
Le trésorier avec aigreur. — Ah ! vous croyez ?
Le maire. — Dame !
Le trésorier. — Mais ce livre fourmille de beaux traits empruntés aux Grecs et aux Romains.
Le maire. — Eh bien ? Le trésorier. — Des païens, des idolâtres, des gens qui adoraient Vénus sous toutes les formes ! Le maire. — Ah ! du moment qu’ils adoraient les formes de Vénus… Passons à autre chose alors. Une voix. — Estelle et Némorin ?
Le trésorier, indigné. — Je somme le membre qui a osé faire une telle proposition de se nommer… (Silence général.) On n’a pas le courage de sa turpitude !
Le maire. — Qu’est-ce que vous pensez de Berquin ?
Le trésorier. — Berquin fut un contemporain de Voltaire !
Le maire. — Ah ! fichtre ! Que dirait M. Lacaze !
L’adjoint. — Je m’incline, tout en faisant remarquer au conseil que nous ne décidons rien. Voyons, la Géographie de l’abbé Gaultier ?
Le trésorier. — Vous tenez donc bien à infiltrer le goût de l’école buissonnière aux habitants de Cornillard-les-Nèfles ?
L’adjoint. — Avec la géographie ?
Le trésorier. — Est-ce qu’elle ne pousse pas aux voyages ?
Le maire. — C’est évident.
L’adjoint. — Eh bien, un traité d’astronomie quelconque ?
Le trésorier. — Pour déifier Galilée et donner tort une fois de plus à Josué, sans doute ?
L’adjoint. — Je vous jure que je n’avais pas l’intention d’être désagréable à Josué !
Le trésorier. — On ne le dirait pas.
Le maire. — Tiens, nous oublions la Grammaire de Lhomond. Je mets aux voix son adoption. Le dépouillement du scrutin donne pour résultat dix voix pour, onze voix contre.
Le maire. — Lhomond est repoussé; c’est singulier. 
Le trésorier. —Il reste encore à notre bibliothèque populaire plus de livres qu’il ne lui en faut.
L’adjoint.—Mais lesquels ? Nous avons tout rejeté.
Le trésorier.—Ce n’est pas le nombre qui fait le mérite d’une bibliothèque, c’est le choix ; et nos administrés pourront puiser au hasard dans la nôtre sans crainte d’y perdre leur pieuse et sainte ignorance !
Louis Leroy, « Une bibliothèque populaire modèle », Le Charivari, 5 août 1867.

Ce texte parodique sur la lecture et l’instruction n’est pas le seul que publie Le Charivari en ces années 1867. Un texte d’Arthur Arnould (personnage que nous allons rencontrer plus longuement) met en scène le célèbre polémiste catholique du journal L’Univers, l’ultramontain Louis Veuillot, en très grande discussion avec saint Ignace (de Loyola, bien sûr). Parmi les actions dont se vante Veuillot, figure le combat contre les bibliothèques populaires :

Ignace. — Avez vous crié à la persécution ?

Louis Veuillot. — Nous avons crié comme des chats qu’on écorche. Nous avons prétendu qu’on portait atteinte à la liberté de l’Église et qu’on violentait nos consciences chaque fois qu’on a voulu nous empêcher de persécuter les philosophes et les libres penseurs, chaque fois que nous avons vu nos adversaires user d’un droit quelque restreint qu’il fût.

Ignace.—Parfait. Avez-vous obtenu des résultats ?

Louis Veuillot. — Nous avons obtenu des résultats importants et nombreux. Nous avons d’abord maintenu le pouvoir temporel ; nous avons souvent entravé la création des bibliothèques populaires, et quand nous n’avons pu l’empêcher absolument, nous avons veillé à ce que ces bibliothèques, fondées par les ennemis de la sainte ignorance, ne continssent aucun des ouvrages qui pourraient éclairer et affranchir l’intelligence du peuple.

Ignace. —Sainte Ignorance, ora pro nobis.

Louis Veuillot, se signant. —Amen ! Nous n’y avons pas toujours réussi, mais nous avons remporté plusieurs victoires partielles. Nous avons aussi combattu l’instruction des femmes.

Ignace. — Très important, cela ! Si les femmes nous échappent, nous sommes…

Louis Veuillot. — Flambés !

Arthur Arnould, « Une consultation », Le Charivari,  7avril 1868.

Les rédacteurs du Charivari soutiennent la bibliothèque d’Oullins

C’est encore Gabriel Guillemot qui évoque dans Le Charivari l’affaire d’Oullins. Dans cette commune voisine de Lyon, le riche manufacturier Arlès-Dufour, légataire universel de Saint-Simon, ami de Jean Macé et Auguste Perdonnet, a fondé une bibliothèque communale populaire, confiée aux soins d’un ouvrier et logée à l’école. L’instituteur est accusé d’avoir prélevé des ouvrages pour ses élèves dans cette bibliothèque, et l’édification d’une cloison entre bibliothèque scolaire et bibliothèque populaire ne calme pas les esprits. Une pétition est lancée et un  rapport confié au sénateur Désiré Nisard qui espère obtenir sa revanche. … Non content d’avoir été démis de ses fonctions de directeur de l’École normale supérieure car des étudiants avaient apporté leur soutien à Sainte-Beuve lors de l’affaire Saint-Étienne18, il est en effet avec son frère Charles (auteur de l’Histoire des livres populaires ou De la littérature du colportage : depuis l’origine de l’imprimerie jusqu’à l’établissement de la commission d’examen des livres de colportage, 30 novembre 1852) partisan du contrôle des lectures du peuple. Les espoirs de Nisard tournent court lors d’une séance présidée par le sénateur Troplong : ce n’est pas Sainte-Beuve cette fois-ci mais Prosper Mérimée qui prend la défense de la lecture populaire au Sénat !

Nous avons eu cette semaine, au Sénat, une nouvelle édition de la trop fameuse pétition contre la bibliothèque de Saint-Étienne.
Il s’agissait cette fois de la bibliothèque communale d’Oullins (Rhône) signalée par les zélés de la paroisse comme renfermant des éléments subversifs de première catégorie.
La discussion eût pu devenir interminable, si l’on s’en fût tenu aux principes, mais l’adversaire officiel de la pétition ayant eu la bonne idée de donner un aperçu du catalogue de la bibliothèque incriminée, le baron Dupin lui-même n’a pas trouvé le plus petit anathème à lancer.
Que dire contre une bibliothèque qui se contente de renfermer, à peu de chose près, Corneille, Racine, Pascal (pas les Provinciales ! s’est hâté d’ajouter l’honorable en question), Montesquieu (pas les Lettres persanes !).
« Quelques volumes de George Sand, c’est vrai !… mais je vous prie de remarquer ceci, messieurs, pas un volume sur la Révolution française I »
Vous les entendez : « Pas un volume sur la Révolution française!… » L’oubli parait inconcevable…
Je me garderai pourtant bien de protester, sachant trop quels volumes sur la Révolution française on pourrait introduire dans la bibliothèque communale d’Oullins.
Mieux vaut laisser croire aux habitants d’Oullins que la Déclaration des droits de l’homme a été trouvée sous une feuille de chou que de leur apprendre à calomnier les grands hommes qui l’ont faite.
Dans cette séance, où l’ordre du jour a fait justice de la pétition des fanatiques, M. Troplong a signalé l’existence d’un parti des niais.
« Les niais, a dit M. Troplong, forment quelquefois un parti. »
Comme je n’ai jamais entendu nommer ce parti parmi ceux qui font ombrage au gouvernement, je suis obligé de conclure que ce parti-là n’est pas de ses ennemis.

Gabriel Guillemot, « Chronique du jour », Le Charivari13 juin 1868 .

Gabriel Guillemot poursuit alors ses démonstrations d’autant plus imparables qu’elles sont tissées sur le mode humoristique. Le  17 juin, il invente une pétition qui émanerait de Léopold Giraud, le rédacteur du catholique Journal des Villes et des Campagnes. Giraud a réellement adressé en mai  une pétition au sénat pour réclamer la liberté de l’enseignement supérieur afin de lutter contre la décadence morale et les doctrines scientifiques … Guillemot imagine donc une pétition de Giraud contre le contenu de la bibliothèque du Sénat, ce qui lui permet de souligner que les sénateurs ont facilement  accès aux ouvrages dont ils refusent la présence dans les bibliothèques populaires. Derrière la plaisanterie, Guillemot signale aux lecteurs  un véritable souci. Les pétitionnaires de Saint-Étienne et Oullins n’ont pas agi au hasard. Les bibliothèques populaires doivent mettre à disposition des autorités leur catalogue sous peine d’être fermées, et on peut leur demander de retirer des ouvrages jugés amoraux et/ou politiquement trop marqués. Si à Saint-Étienne et Oullins les responsables des bibliothèques ont sciemment enfreint  -mais de manière très raisonnable19  !  – la règle, la plupart des bibliothèques évitent soigneusement les ouvrages d’économie politique ou d’histoire dont l’orientation est trop marquée. Et La Révolution française est évidemment un sujet sensible …

Est-ce un canard ?
On nous assure que M. Léopold Giraud songerait à adresser au Sénat une pétition nouvelle tendant cette fois à appeler l’attention du gouvernement sur la bibliothèque… du Sénat lui-même !
Cette bibliothèque contient, parait-il, de nombreux ouvrages de perdition, entre autres (apprêtez-vous à bondir !), une collection complète du journal de Marat, l’Ami du peuple, et une non moins complète collection du Père Duchesne.
Il est évident qu’un sénateur ne peut puiser là-dedans que de fort vilains principes ; et les conséquences de mauvaises lectures, on l’avouera, sont bien autrement graves et pernicieuses pour un législateur que pour un simple citoyen de Saint-Étienne ou d’Oullins.
Voyez-vous le baron Dupin, se familiarisant avec la langue d’Hébert, parsemer ses harangues de f… et de b… et traiter ses honorables collègues MM. Lacaze et Leverrier de « b… à poils? »
Mais on frémit rien que d’y songer !…
Je signerai la pétition de M. Léopold Giraud des deux mains, comme on dit.

Gabriel Guillemot, « Chronique du jour », Le Charivari, 17 juin 1868

Le lendemain, Pierre Véron revient à nouveau sur la mise à l’écart de romans tels que La Mare au diable (rappelons que George Sand est alors très lue et que certains de ses romans ont été réprouvés par la commission de colportage) et sur l’infantilisation d’un peuple à qui on interdit de lire ce qu’il aimerait lire, tout en lui donnant le droit de vote. .. C’est aux frères Nisard qu’il s’en prend plus particulièrement et à leur prédilection pour les écrits jésuites (lesquels comportent fréquemment les intiales ADMG pour rappeler la devise de la compagnie : Ad Majorem Dei Gloriam) :

Au milieu des discussions du Corps législatif, le débat (seconde édition) qui s’est élevé au Sénat à propos de la bibliothèque d’Oullins a presque passé inaperçu. Et c’est vraiment dommage, car il eût été fécond en instructives révélations.
Il a été donné au public de l’an de grâce 1868 d’apprendre qu’au Sénat on poussait des exclamations d’anathème en entendant prononcer le titre de la Mare au Diable de George Sand, ce qui permet de supposer, voire d’affirmer, que tous ceux qui ont crié en cette occasion n’ont pas lu la première ligne du chef-d’œuvre contre lequel ils ont protesté à tue-tête.
Le mot diable, prononcé dans un cénacle où il y a tant de cardinaux, suffit, probablement à alarmer les pudeurs. C’est à n’y pas croire.
La même discussion (quand je vous disais qu’elle avait été féconde) a fourni à l’aimable M. Nisard, breveté avec g. d. g. pour la sublime invention des deux morales, l’occasion de donner un pendant à cette théorie mémorable.
— Nous ne laissons pas tout lire à nos enfants, s’est écrié le moraliste à deux têtes.
Donc pour M. Nisard enfants et ouvriers sont des termes synonymes. M. Nisard oublie que dans un pays de suffrage universel ce sont ces enfants-là qui font les législateurs et par conséquent les lois.
Vous les trouvez bons, vénérable sénateur (je dis vous parce que j’imagine qu’un personnage aussi officiel que vous ne fait qu’un avec le gouvernement), vous les trouvez bons pour voter et, quand il s’agit d’obtenir leurs voix en l’honneur du candidat estampillé, vous les comblez d’aménités, vous ne parlez que de la sagacité, de la prudence, de la perspicacité, du bon sens des masses.
Mais à l’heure où il s’agit de les instruire virilement la gamme change. Ce ne sont plus que des bébés incapables de marcher sans lisière.
Après les deux morales, les deux langages. Décidément M. Nisard est pour les systèmes en partie double.

Pierre Véron, « Bulletin politique », Le Charivari18 juin 1868 .

Un texte militant d’Arthur Arnould, un proche de l’AIT

Cet engagement républicain du Charivari  pour les bibliothèques populaires se marque davantage encore avec un texte d’Arthur Arnould, jeune journaliste, ami de Vallès, collaborateur de Rochefort, qui sera communard puis exilé à Genève20. Il a peut-être  appartenu à l’AIT comme le suggèrent certaines biographies, et fréquentera Bakounine et Elisée Reclus  21. Arthur Arnould a sous le Second Empire une plume acérée qui lui vaut des procès22 Ses témoins de mariage  sont en octobre 1867 les écrivains et journalistes Jules Vallès, qu’on ne présente plus, Jules Claretie,  Henry Maret et  Arthur Ranc23. Jules Claretie partage avec Arthur Arnould un intérêt certain pour les bibliothèques populaires puisqu’il sera chargé par Jules Ferry d’organiser des bibliothèques pour chaque arrondissement lors du Siège de Paris24.

Arthur Arnould rédige donc une pétition parodique, signée Escobardo Tartufini (!) . Le texte est en réalité une attaque en règle contre les Jésuites et Ultramontains qui seraient à l’origine de la pétition d’Oullins. On remarquera qu’il s’appuie, toujours de manière parodique, sur l’autorité de Charles Sauvestre, qui après avoir été typographe puis instituteur, est un journaliste et essayiste, à l’anticléricalisme notoire. Or Charles Sauvestre est  une des plumes qui ont milité pour les bibliothèques populaires25 dans le journal La Presse…

PÉTITION AU SÉNAT.
Messieurs les sénateurs,
À une époque d’impiété et d’irréligion, vous êtes devenus les gardiens de la foi, les pères conscrits de la papauté agonisante, une sorte de concile permanent, où les catholiques de France persécutés viennent épancher leurs âmes meurtries et déverser le trop plein de leur fiel ultramontain.

Chaque jour amène sa nouvelle persécution, nous ne comptons plus nos martyrs, et l’on se croirait retourné aux temps sinistres de Néron et de Dioclétien.
Il suffit d’ouvrir les journaux, — ces infâmes instruments de perdition ! — pour y lire à toutes les lignes le récit de nos douleurs et du triomphe des impies !
Nous étions depuis des siècles chargés d’instruire les femmes, à l’exclusion des laïques.
Suivant la noble et touchante expression de Mgr Dupanloup, elles étaient « sur les genoux de l’Église. »
Tout le monde sait ce que nous avions fait le plus souvent de ces êtres charmants et délicats : — Des coquettes, des ignorantes incapables d’une idée, tombant dans la dévotion la plus ardente dès que leur dernier amant les abandonnait.
Tels étaient les fruits savoureux de l’éducation des couvents.
Des laïques se mêlent à présent de vouloir leur inculquer quelques connaissances sérieuses, de vouloir fortifier leur intelligence.
Proh pudor !
Nous n’avons pu l’empêcher!
D’autre part, ne voilà-t-il pas qu’on s’imagine de créer des bibliothèques populaires, où l’on trouvera d’autres livres que le catéchisme, l’Histoire des saints, le récit du miracle de la Salette et les petits enseignements moraux des R. P. jésuites.
La morale des jésuites, la « morale chrétienne, » telle que nous l’entendons, ne laissait pourtant rien à désirer, et il aurait fallu être bien exigeant pour ne pas s’en contenter.
Il y en avait pour tous les goûts, et nous savions la présenter sous une forme adoucie, qui permettait aux consciences les plus larges d’en accepter les prescriptions commodes.
Que dit, par exemple, M. Y. Marotte, vicaire général de Mgr l’évêque de Verdun, dans son Abrégé en forme de catéchisme du cours complet d’instruction chrétienne, à l’usage des catéchismes et des écoles ?
D’après cet excellent moraliste du peuple, cité, analysé par un folliculaire duruyen, nommé Charles Sauvestre, (1) « Il est permis de se réjouir du meurtre de son père. Il est permis de tuer un innocent… indirectement. Il est permis de voler. On peut aussi ne  point restituer. On n’est point obligé de rétracter ses  calomnies. On peut décacheter et lire les lettres des autres. Il y a huit sortes de conscience. »
Vous reconnaissez là, messieurs les sénateurs, presque tous les principes immuables qui dictent la conduite du parti clérical.
» Ne point restituer ! — ne point rétracter ses calomnies! »
Tout est là.
Devrons-nous donc souhaiter que dans les nouvelles bibliothèques populaires on mette à la portée des simples et des ignorants les livres où s’enseignent les principes fallacieux d’une morale opposée, où des impies s’attachent à développer les sentiments de l’honnêteté mondaine et révolutionnaire ?
Enfin, dernier coup non moins cruel, plus cruel peut-être, on a expulsé les ignoratins des écoles de Lille.
Vous connaissez cet affreux évènement, et il faut avouer qu’il y a eu de notre faute.
Nous sommes tellement habitués depuis quelques années à la faiblesse du pouvoir envers nous que nous n’avons jamais voulu croire que l’on oserait nous appliquer la loi.
En effet, illustres pères, les misérables qui essaieront de défendre dans les journaux et même devant vous la mesure prise par le conseil municipal de Lille ne manqueront pas de soutenir cet odieux et perfide sophisme qu’on a seulement appliqué la loi.
Répondez-leur que les lois sont de deux sortes.
Il y a celles qui nous protègent, et celles-là méritent le respect.
Il y a celles qui nous frappent, et celles-là sont tyranniques, immorales, dépourvues de sanction.
Le monde se divise en deux catégories :
1° Le clergé;
2° Les hommes.
Le clergé a tous les droits et doit concentrer tous les pouvoirs.
Les hommes ont tous les devoirs et doivent être entre nos mains comme une cire molle.
Voilà la vérité.
Nous enlever l’éducation ou nous faire concurrence est donc un crime odieux, et j’espère, messieurs les sénateurs, que vous saurez réprimer un semblable attentat sans vous inquiéter de savoir si un code rédigé par les affreux bandits de la Convention, et publié plus tard sous le nom du premier consul, a décrété l’égalité de tous les citoyens devant la loi.
Veuillez agréez, monsieur le sénateur, l’hommage de votre frère en Jésus-Christ.
ESCOBARDO TARTUFINI
Pour copie conforme :
Arthur Arnould. 

(1) Sur les genoux de l Église, par Charles Sauvestre.

Arthur Arnould, « Les martyrs – Pétition au Sénat », Le Charivari, 19 juin 1868.)).

L’appel à la désobéissance contre la loi sur les associations

Les difficultés rencontrées par les bibliothèques populaires proviennent de leur statut d’associations.  Constituer les fonds de bibliothèques de prêt alors que les livres sont des objets au prix élevé demande de s’associer à plusieurs. Les bibliothèques doivent donc demander – parfois sans succès et le plus souvent avec difficultés26 des autorisations administratives qui ne leur sont octroyées qu’après examen officiel de leurs statuts et catalogues et peuvent leur être retirées en cas de manquement …

À Oullins, le saint-simonien Arlès-Dufour qui est à l’initiative de la bibliothèque à laquelle il a fourni les ouvrages incriminés – et bien d’autres plus séditieux27 s’insurge contre les mesures dont il fait l’objet. Il a de nombreux appuis et n’hésite pas à faire savoir qu’il compte rapatrier la bibliothèque dans ses murs et inviter ceux qui le souhaitent à la consulter pour contourner ainsi la législation trop contraignante imposée aux bibliothèques28. Ce pied-de-nez manifeste aux autorités est goûté du Charivari. Gabriel Guillemot le commente ainsi :

Revenons à la bibliothèque d’Oullins, je le veux bien.
M. le ministre de l’intérieur ayant demandé l’épuration de la susdite et l’exclusion immédiate de sept romans de George Sand et d’Eugène Sue (Indiana, Lélia, Mademoiselle de la Quintinie, Juif-Errant, Mystères de Paris, Sept péchés capitaux), M. Arlès-Dufour a fort nettement répondu à Son Excellence que ses collègues-administrateurs de la bibliothèque populaire d’Oullins ne pourraient, sans manquer ou respect qu’ils se doivent à eux-mêmes, accéder au désir de M. le ministre ; que, si de ce refus devait résulter la fermeture de l’innocente bibliothèque, il la reconstruirait chez lui, en la complétant de son mieux, à l’exclusion de tous les livres dont la congrégation se sert pour pervertir le sens moral des populations.
Bravo ! voilà une idée heureuse et pratique dont il faut s’emparer immédiatement : la bibliothèque à domicile !
Que dans chaque bourgade, chaque libre-penseur pouvant disposer de quelques bons livres en fasse profiter ses voisins ! Le devoir de tout homme de progrès est d’organiser, aussi loin que son action pourra s’étendre, une propagande active, incessante.
Des bibliothèques individuelles partout ! le plus possible ! Il n’y a rien à faire avec vos bibliothèques communales ! Vous le voyez bien !…

Gabriel Guillemot, « La chronique du jour », Le Charivari, 27 juin 1868

Sous couvert d’humour, Le Charivari s’est donc engagé dans la défense des bibliothèques davantage que les  journaux républicains populaires en 1867-1868. Cet engagement est celui de journalistes pour la plupart opposés au gouvernement et libre-penseurs. Il s’agit d’une prise de position de principe, politique et théorique, destinée à un lectorat bourgeois, en mesure de s’abonner à un journal satirique. De la même manière, les lettres félicitant Sainte-Beuve de son coup d’éclat au Sénat  proviennent majoritairement du monde littéraire et de la bourgeoisie29.

 

Honoré Daumier, « Mœurs conjugales », Le Charivari, 30 juin 1839. « Je me fiche bien de votre Madame SAND qui empêche les femmes de raccommoder les pantalons et qui est cause que les dessous-de-pied sont décousus ! Il faut rétablir le divorce ou supprimer ces auteurs-là ! »

 

 

 

  1. On remarquera toutefois que Le Charivari évoque les citoyens sans songer beaucoup penser aux citoyennes… []
  2. Bellet Roger, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », Revue des Sciences Humaines, juillet-septembre 1969? []
  3. Voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », in Bibliotheques en utopie – Les socialistes et la lecture au XIXe siècle [dir. N. Brémand], Presses de l’enssib, 2020. []
  4. Voir Agnès Sandras, « « Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867), » in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, https://bai.hypotheses.org/189. []
  5. Voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », op.cit. []
  6. Ibid. Voir aussi les différents billets de ce blog sur la presse et les bibliothèques populaires à la fin du Second Empire. []
  7. Voir Agnès Sandras. « La caricature sous l’Empire libéral (ou pourquoi un melon peut devenir politique) », in Actes du colloque 2018 sur l’Empire libéral [dir E. Anceau et D. Barjot], à paraître prochainement. []
  8. Voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », op.cit . Sainte-Beuve a en effet élevé à la dignité de sénateur par Napoléon III… []
  9. Ibid. Sainte-Beuve recevra non seulement des louanges dans une grande partie de la presse mais aussi un courrier abondant de lettres de soutien qui a été conservé. Voir aussi Fayolle, Roger. Sainte-Beuve et L’École Normale: L’affaire De 1867, Revue D’Histoire Littéraire De La France, vol. 67, no. 3, 1967, pp. 557 â 576. JSTOR, www.jstor.org/stable/40523064. []
  10. Raphaël Plauzole, L’Union, 1er juillet 1867. []
  11. Aurait-il des liens avec Plomb, le bibliothécaire de la BAI-III, qui appartient aux orphéons et deviendra également critique musical ? Voir Agnès Sandras, « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III, » in Bibliothèques populaires, 24/04/2020, https://bai.hypotheses.org/4342. []
  12. Il a probablement rencontré dans ces loges Charles Fauvéty, ami de Jean-Baptiste Girard et futur fondateur de la bibliothèque d’Asnières. []
  13. Gabriel Guillemot, « Chronique du jour », Le Charivari, 23  juillet 1867 . []
  14. C’est à Louis Leroy qu’on prête l’invention du terme impressionnisme dans Le Charivari. Voir Alexandra Chusseau, « Louis Leroy, une critique impressionnante racontée comme une histoire« , 2015. []
  15. Voir les différents billets de ce blog. []
  16. Sainte-Beuve, « Littérature – Florian », Le Constitutionnel, 30 décembre 1850. []
  17. Voir Jean Stouff,  « L’Ami des Enfants de Berquin« , Biblioweb, 2017. []
  18. Voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », op. cit.) []
  19. Voir Agnès Sandras, « Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », op. cit. []
  20. Je n’ai pas pour le moment identifié de liens certains entre les Bibliothèques des Amis de l’instruction et Arthur Arnould, ni parmi les lecteurs et les donateurs -je remercie Louise Oudin qui m’a aidée à rechercher les liens entre Arnould et les BAI – , ni dans sa biographie. []
  21. On remarquera d’ailleurs qu’il part en exil à Genève comme Charles-Honoré Plomb, le bibliothécaire de la BAI-III. Cet exil genevois, contrairement à celui de Plomb, est connu et évoqué par plusieurs contemporains puis par Lucien Descaves. On peut supposer qu’il connaissait Charles Fauvéty, ami de Jean-Baptiste Girard et fondateur de la bibliothèque populaire d’Asnières, dont l’itinéraire intellectuel est assez proche du sien ; voir Étienne Naddeo, « Charles Fauvéty, intellectuel, franc-maçon et fondateur d’une bibliothèque populaire (1813-1894) » ; Arnould se consacre en effet à la théosophie dans la dernière partie de son existence : voir ANDRO Denis , « L’utopie théosophique. Autour des socialistes des débuts de la Société théosophique en France  », Cahiers Charles Fourier , 2011 / n° 22 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article971 . []
  22. Il sera ensuite très connu sous le pseudonyme de Matthey qu’il a emprunté à sa première femme Jenny, et rédigera des romans populaires à succès. []
  23. Voir le billet de Michelle Audin sur Jenny Matthey (Arnould) ici. []
  24. Sur le rapport de Claretie  – qu’on peut lire ici, voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie III – de nombreux donateurs autour du Bibliophile Jacob et d’Auguste Vorbe), » in Bibliothèques populaires, 21/08/2019, https://bai.hypotheses.org/3359. Le projet ne verra pas le jour… []
  25. Voir Agnès Sandras, « Le journal La Presse et les bibliothèques populaires, » in Bibliothèques populaires, 05/02/2020, https://bai.hypotheses.org/3780 []
  26. Voir Geslot Jean-Charles, Sandras Agnès, « Les débuts de la bibliothèque populaire de. Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire », Romantisme n° 177, 2017. []
  27. Voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », op.cit. []
  28. Ibid. []
  29. Voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », op.cit. []

3 réflexions sur « Quand Le Charivari défendait la liberté de lire pour les masses (1867-1868) »

    1. Merci ! excellente idée cette publication de la satire sur votre carnet (que je fréquente et apprécie moultement) avec les liens vers les ouvrages cités par Leroy …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.