Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Paul Delamarche

DELAMARCHE, Paul (1834-1901)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Membre très actif des amis de l’instruction pendant 30 ans Paul DELAMARCHE est né en Haute-Marne. Sa famille composée de nombreux cochers ou postillons, est enracinée en Haute-Saône. Ce militaire et employé d’octroi est engagé dans la coopération et le mutualisme .

 

NOM : DELAMARCHE PrénomsPaul, Étienne

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 111

Rôle dans la BAI-III : aide à la mise en place de la comptabilité2 ; comptable3, administrateur4, secrétaire en 18675, en 18746,  puis vice-président7 ; encore secrétaire général au moins jusqu’en 1885.

État-civil et famille : né le 12/10/1834 à Fayl-Billot en Haute-Marne8 ; décédé après une longue et douloureuse maladie en 1901 à Mont-le-Frânois (Haute-Saône) à 30 kilomètres au sud9.

La généalogie de Paul s’organise autour de la route royale numéro 15 de Paris à Belfort et des relais de poste entre Langres et Vesoul : Combeaufontaine, Cintrey, Fayl-Billot. Les hommes de son entourage proche sont postillons ou cochers. Les DELAMARCHE sont implantés depuis au moins 6 générations à Mont-le-Frânois10. En 1892, Paul en sera maire et y aura une activité agricole. Claire FLAMISKI, la mère de Paul, est née à Fayl-Billot d’un père Daniel postillon (qui ne sait pas signer) puis cabaretier né en Galicie autrichienne (actuelle Pologne) et arrivé en France avant 1800. Paul a une sœur aînée, Claire Virginie, née le 13 juillet 1831 à Fayl-Billot 11 qu’il retrouvera à Mont-le-Frânois quand ils seront tous les deux veufs. Elle a épousé un cocher, Jean Eugène BEGUIN, né à Paris mais fils d’un cocher de la Haute-Marne12.

Difficile de dire quand Paul arrive à Paris avec sa sœur et ses parents. Son oncle Philibert est installé à Montrouge. En 1844, lors de la naissance d’un fils : il est maréchal ferrant et sa femme est marchande de poisson13. En tout cas, Paul est inscrit à l’Association philotechnique en 1852. Sa grand-mère maternelle Alexandrine Louise ARNOULT, travaillait déjà à Paris en 181114. Son père meurt le 7 juin 1859 à Paris dans l’ancien 9e arrondissement15. Sa mère, couturière, se remarie à Paris dans le 18e arrdt le 16/10/1860 avec Marie François BRÈCHES, cocher, père de Joseph Ismaël, cocher16 ! Elle meurt à Mont-le-Frânois le 6 décembre 189317. Paul est alors maire et témoin.

Veuf sans enfant à son décès, Paul Delamarche s’est marié deux fois : d’abord le 13 juillet 1865 à Paris 10e, civilement et religieusement, avec Eugénie Antoinette LECLERCQ. Les témoins sont Antoine François BIDAULT, entrepreneur de serrurerie, 26 rue de la Paroisse à Versailles, et Jean François BIDAULT18. Elle est née à Versailles le 14/9/1847 de père non dénommé et avec notamment pour témoin Antoine LECLERC, 67 ans, cocher19! Elle habite avec sa mère, couturière en robes, 3 rue de la Félicité à Paris 17e. Il est spécifié dans le contrat  que la future apporte une dot de 7000 francs20. Sa première femme meurt le 29/11/1875, elle a 38 ans et lui 41. Le 24 février 1879, à Mont-le-Frânois, il épouse Marie LÉPINE, fille de Claude BENOIT, maître de forge avec patouillet au hameau Le Crochot. Il apporte au mariage 4000 francs, y compris sa bibliothèque. Elle apporte une somme de 25 000 francs et diverses affaires estimées à 4000 francs21. Sa deuxième femme meurt en 1894, elle a 38 ans et lui 59. Il est témoin lors de la naissance de sa nièce, Caroline Louise Jeanne Marie BEGUIN, née à Paris 17e en 186422. Elle épouse le 15 mai 1888, à Mont-le-Frânois, Jean Adrien MENARD né à Frânois en 1859. Paul DELAMARCHE est à nouveau témoin23. D’où postérité .

Professions : Paul DELAMARCHE exerce trois professions quasiment en même temps :

MILITAIRE24 : à 21 ans, il s’engage le 2 février 1855 à la mairie de l’ancien 7e (actuellement 71 rue du Temple, 3e). Il participe aux trois guerres du Second Empire : dans l’« armée d’Orient », en  Italie, puis  contre l’Allemagne. Il démissionne de la garde nationale en novembre 1870 pour organiser le bataillon des volontaires de Montrouge. Il recrute comme chef de bataillon et en tant que secrétaire de la bibliothèque des Amis de l’instruction. On retrouve Henri HARANT, qui est capitaine d’armement à l’état-major25,  et Édouard FRIBOURG fourrier d’ordre dans la 4e compagnie26. Finalement il est nommé lieutenant-colonel du 53e régiment de la garde nationale mobilisée, qui comprend les volontaires de Montrouge, les 156e, 160e, 161e bataillons, le 27/12/1870. Il recevra la Légion d’honneur pour faits de guerre notamment pour sa participation à la sortie de Buzenval le 2 février 187127. Élu le 24 avril chef de la 14e légion des gardes nationaux ralliés à Versailles, il rentre dans Paris le 22 mai, et devient adjoint au maire du 14e pour la distribution des secours aux gardes nationaux de l’ordre28.

EMPLOYÉ D’OCTROI : Il entre à l’Octroi de Paris en janvier 1860 comme surnuméraire, puis expéditionnaire en 1862, et commis aux écritures en 1871, receveur de 1ère classe à l’entrepôt des alcools à la porte de Bercy en 188229, retraité en 1886, il touche une pension de 4 388 francs comme receveur hors classe30.

AGRICULTEUR : à la fin de sa vie en Haute-Saône (voir futur billet sur ce carnet).

Adresses connues :

Batignolles avant 1860. En 1865, sa mère y demeure toujours 101 rue d’Orléans ; 1861 : 15 rue des Trois Bornes (11e) ; 1863/64 : 9 rue des Deux Ponts, Ile St Louis (4e) ; 1865 : rue de la Fidélité (10e) ; 1866 : 25 rue du Grand-Saint-Michel (10e) ; 1867-1871 : 18 puis 19 rue d’Alembert (14e) ; 1872 :  59 rue Hallé (14e) ; 1873-1889 : 13 rue Brézin (14e).

Mont-le-Frânois, les étés dès qu’il est à la retraite ; sa tombe se trouve à Mont-le-Frânois.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique  D’abord élève de la Philotechnique,  il en  devient professeur. Il y est élève à 18 ans en 1852 mais il ne figure pas au palmarès31. Il y retourne 8 ans plus tard en 1860/1861 et reçoit le 3e prix de français 2e année. Le cours est donné à l’école Turgot par Adolphe ADAM [voir fiche ADAM]. Assistent au cours Jean CHARDAR [voir fiche CHARDAR], Louis FONTAINE [voir fiche FONTAINE], Henry BRIÈLE [voir fiche BRIÈLE]32.

En 1885 il est nommé membre de l’association en qualité de professeur d’histoire de France. Il donne des cours aux premières années 5 ans durant le vendredi soir de 20h30 à 22 heures à la section Montparnasse de 1885 à 189033. Il assiste aussi à des cours de botanique et de géologie du Muséum34.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : inscrit nulle part, mais bonnes relations avec tout le monde et pendant de longues années. Dans un moment très particulier, juste après le premier siège et la Commune, il va réunir35 :

– les pères autodidactes de la République : Henri TOLAIN, Martin NADAUD, Anthime CORBON ;

– les positivistes : Charles CAUZART de la BAI-III et Jules, Octave MAHY de la BAI-XIV, et Pierre LAFFITTE avec qui il a un lien affectueux et qui donne des cours réguliers à la BAI-XIV à partir de 1875. Les jeudis, jours de conférence  LAFFITTE dîne chez DELAMARCHE et ils vont ensemble à la bibliothèque. Les conférences de DELAMARCHE sont qualifiées par  Charles JEANNOLLE de positivistes36. Il fait un discours au nom des volontaires de Montrouge à l’enterrement d’Henri HARANT37. Il dîne chez HARANT avec LAFFITTE  et organise une rencontre entre CORBON et LAFFITTE38;

– les héritiers de FOURIER : Charles PELLARIN, Louis, Eugène TALON ;

– les héritiers de BUCHEZ : Auguste OTT  ;

– les libres penseurs : Jules  ASSEZAT,  Louis ASSELINE,  ;

– les atelieristes : Charles, Mathieu LIMOUSIN et Henri, Charles LENEVEUX ;

– les francs-maçons

– des membres du début de l’AIT : FRIBOURG qu’il connaît depuis 1852, qui vient aux volontaires de Montrouge et qui témoigne au procès en 1885 , Jean-Pierre HÉLIGON.

En 1872 il souscrit en faveur des familles des détenus politiques39.

En 1885, il peut affirmer que « presque tous les républicains qui ont administré le 14e  sont sortis de la bibliothèque ».

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

  • Paul DELAMARCHE est cofondateur de la coopérative de consommation « les équitables de Paris » en octobre 1867, dans le 13e. D’abord installée 12 rue du petit banquier (actuelle rue WATTEAU) elle déménage au 211 boulevard de la gare en 1873. Avec charrette et cheval,  elle distribue épicerie et vin. Initiée par Victoire TYNAIRE40, regroupant 90 membres au départ, l’association adhère à l’Internationale et des délégués vont aux congrès ouvriers de 1876 et de 1879.

On y retrouve Jacques Florent COLLIN de la BAI-V41,  peut-être Louise MICHEL (souvent citée mais les sources font défaut) qui est donatrice à la BAI-XIV42,  Jean POUYET, coutelier qui viendra témoigner en faveur de DELAMARCHE aux assises en 1885. La coopérative perdure jusqu’en 1902.43

  • Paul DELAMARCHE est aussi membre de plusieurs sociétés de secours mutuels et de prévoyance :

L’Union des employés du commerce et de l’industrie  en 1866. Il en est ex-secrétaire général et toujours membre  en 188044. Il crée la société d’aide mutuelle des anciens volontaires de Montrouge le 19/3/1882, 11 ans après la guerre et 2 ans après l’amnistie45. Le 14 juillet 1887 il reçoit un diplôme d’honneur et une médaille d’argent en tant que  vice-président de la Société de secours mutuel des employés de l’Octroi de Paris qui a été fondée le 30 mars 1882 par Louis BIGOT, directeur de l’Octroi46.

  • Paul DELAMARCHE est membre actif de plusieurs œuvres de bienfaisance :

Le 14 juin 1889 il est membre de la commission de surveillance de l’internat municipal des pupilles de la ville de Paris, avenue Philippe Auguste. Il est secrétaire de la commission du 14e pour la surveillance du travail des enfants47 avec notamment Ferdinand FOUQUÉ et Auguste OTT tous deux de la BAI XIV. Il est délégué cantonal le 11/6/1883, et encore en 188748.

Adhésion à la Société Franklin : Il reçoit la médaille d’argent de la société le 27 février 187649 comme secrétaire des BAI-III et BAI-XIV. ll en  est adhérent  avant 1878 puisqu’il parraine cette année là un nouveau membre, X. PATAUD,  le président de la BAI-XII 50.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  :  DELAMARCHE est actif pendant 24 ans à la BAI-III, et entretient des liens privilégiés avec de nombreux membres :

  • avec Jean Baptiste GIRARD : même région  d’origine (Haute-Marne), même quartier à l’arrivée à Paris (Batignolles), même profession familiale : cocher (DELAMARCHE est fils de cocher, beau-fils et beau-frère de cocher. GIRARD a été cocher, son frère Auguste est cocher puis loueur de voitures, voir ici), même suivi de cours du soir en tout cas à la Philotechnique.
  • avec Frédéric ERBS qui lui lègue en 1891 une partie de sa bibliothèque par testament51.
  • avec Charles  PLOMB52 : Henri HARANT, Édouard LABOULAYE, DELAMARCHE témoignent en sa faveur devant le 10e conseil de guerre à Sèvres. PLOMB était sergent major au 57e bataillon fédéré, arrêté le 28 mai 1871 et inculpé de participation à l’insurrection. Il est acquitté, défendu par André ROUSSELLE et le juge ordonne sa sortie de prison immédiate le 23 janvier 187253 .

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Le 21 juin 1871, il fonde la BAI-XIV et il contribue activement à son fonctionnement jusqu’en 189054. Il écrit à LAFFITTE à propos de la BAI-VII, et à propos de la création d’une bibliothèque au Havre le 1 avril 1876 55. HARANT et DELAMARCHE se déplacent pour deux réunions pour la fondation de la BAI-XV les 4 et 11 avril 187556. Il écrit à François COMBES pour l’inciter à la  fondation de la BAI-XIII57.

En août 1882, il remplit les formalités pour l’autorisation du «syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine », structure que lui et Jean-Baptiste Girard rêvent de mettre en place dès le Second Empire. Il en reste président jusqu’en décembre 188858 ; il organise des conférences et y accompagne LAFFITTE ; il demande une subvention pour la bibliothèque positiviste en 1883 en tant que président du syndicat59. Entre 1873 et 1886, 17 conférences de DELAMARCHE sont organisées au bénéfice des BAI (XIV, XV, XIX) sur des sujets notamment historiques (Vercingétorix, , la guerre de 1870 avec visite des champs de bataille).

Éléments biographiques complémentaires : Candidat malheureux deux fois  à des élections : les législatives de février 1871 sur la liste de l’Union républicaine de GAMBETTA opposé à la paix60 et en 1895 au conseil général de la Haute Saône61. Il est élu  maire de Mont-le-Frânois en 1892 et poursuit  son mandat jusqu’à son décès en 1901.

Sa conduite pendant la Commune est scrutée deux fois par la justice en juin 1871, il se défend d’avoir été un fonctionnaire de la Commune, puis 14 ans après, en 1885, d’avoir été le chef d’une cour martiale pendant la Semaine sanglante. Le 2 juin 1871 il est sous le coup d’un mandat d’amener avec ordonnance de perquisition pour avoir été nommé le 2 avril à une commission de réorganisation et de direction de l’octroi de Paris par les membres de la Commune délégués aux finances (dont Eugène VARLIN) le 3/4/187162. Le 21/6/1871, il est jugé pour « usurpation de fonction » et bénéficie d’un non-lieu63.

Un journaliste du Cri du peuple, Jules BOULABERT, publie en 1885  un feuilleton, Les Vaincus,64 dont l’un des personnages : DELAMARCHE, commandant des volontaires de Montrouge préside une cour martiale boulevard des Fourneaux. DELAMARCHE attaque le journal en diffamation, gagne le procès  et en  publie le compte-rendu65. Les éléments contenus peuvent être croisés avec les documents étudiés par Pierre-Henri ZAIDMAN. Le 12 mars 1871 se tient une réunion. Delamarche tente de dissuader son bataillon de rallier la Commune au motif que l’on « ne peut pas se battre entre nous en présence des Prussiens ». Le 18 mars il part s’installer à Versailles chez un parent de sa femme, BIDAULT, serrurier, témoin lors de leur mariage. Il dit qu’il ne sait pas où se trouve le gouvernement et se sent suffisamment menacé pour déposer une plainte au commissariat le 16. Il dit aussi que s’il était resté à Paris il aurait rejoint l’ALUR comme Anthime CORBON et Henri HARANT. Il semble avoir passé le temps de la Commune  à Versailles . Le 27 avril il est nommé chef  des gardes nationales du 14e ralliés à Versailles  Le 21 mai ,les troupes sont au château de Bel-Air à Bièvres.  Le 22 mai au matin elles   quittent Versailles et n’arrivent à la mairie du  14e  que le 24 à 6 heures du matin, ayant passé deux nuits à l’École militaire .  

Le 5/12/1885 se tient le procès qu’il engage contre Le Cri du Peuple. Aucun témoin, même à charge, ne peut affirmer l’avoir vu dans la cour martiale . Viennent témoigner en sa faveur 23 personnes dont 5 anciens volontaires de Montrouge devenus fédérés, arrêtés et passés devant les conseils de guerre, Louis Auguste SEBOURGUE, typographe , Jean ROUCH, cordonnier, Charles Joseph Xavier COLLIN, menuisier , Louis Valérie ROTY, distillateur 66, Gaston ROGGEN qui est donateur à la BAI XIV. Témoignent aussi 2 volontaires partis à Versailles, Nicolas LEMONNIER, fourrier d’ordre, et Ernest Édouard FRIBOURG. Après le procès, le Banquet annuel des républicains du 14e se transforme en une fête d’hommage à DELAMARCHE. Y assistent Jean Baptiste GIRARD, Georges MAURY, architecte, président de la BAI-III, les positivistes avant leur scission : Émile CORRA, Pierre LAFFITTE, Charles JEANNOLLE, Auguste KEUFER, Paul DUBUISSON, ainsi que des anciens volontaires de Montrouge.

DELAMARCHE ne réussira pas à se débarrasser des soupçons et par exemple en 1886 Édouard MÉRLIEUX, professeur à la Philotechnique choisit d’en démissionner et l’annonce par voie de presse pour protester contre la présence de DELAMARCHE à l’association67.

Il est nommé officier d’académie le 30/12/1887, au titre de ses fonctions de président du syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine et délégué cantonal du 14e68.  

Écrits de la personne : Récit du procès déjà cité  Multiples CR des BAI-XIV et BAI-III ; le premier compte-rendu à la BAI-III est rédigé lors de l’assemblée générale du 12 novembre 1861

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici. CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP: Association polytechnique. APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. NMD : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 19 juin 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Paul Delamarche," in Bibliothèques populaires, 19/06/2021, https://bai.hypotheses.org/4933.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, voir  page 286. []
  3. CR BAI-III,  1863-64. []
  4. CR BAI-III, 1864-68. []
  5. CR BAI-III, 1869-71. []
  6. CR BAI-III 1873-74. []
  7. CR BAI-III, 1875-77. []
  8. AD52, Fayl-Billot, registre des naissances, 1833-1842,  E dépôt 10277, vue 35/198 n°65, voir ici. []
  9. AD70, Mont-le-Frânois, NMD 1893-1902,  vue103/117,  acte 2  voir ici. []
  10. Merci à Jean-François BOHÈME (chrimojef) sur Geneanet, voir ici. []
  11. AD52, registre des naissances 1823-1832,  E dépôt 10274, vue 161/220, acte 31, voir ici. []
  12. AD75, registre des mariages, V3E/M 275, vue 38/51, voir ici. []
  13. AD92, registre des naissances, 1844, E_NUM_MON 69 1844, vue 8/50, voir ici. []
  14. AD52, NMD 1807-1812, 1 E 197/12. []
  15. AD75, V3E/D40, vue 20/51 ici . []
  16. AD75, registre des mariages du 18e arrdt,  1860,  V4E2094, vue 15, voir ici. []
  17. AD70,  Mont-le-Frânois, NMD, 1893-1902, vue 19/117, acte n° 6,  voir ici. []
  18. AD75, 1865, registre des mariages, 10 V4E1172, acte 663, vue 15/31 voir ici. []
  19. AD78, 111642, acte 547. []
  20. Merci aux bénévoles du « fil d’Ariane » pour la copie du contrat passé chez Maître BESNARD à  Versailles. []
  21. Merci aux bénévoles de « la SALSA » pour la copie du  contrat passé chez Maitre BIGAUDET, notaire à Champlitte, Haute-Saône, le 23 /2/1879, cote  2 E 4672. []
  22. AD75, registre  des naissances, 17e arrdt, V4E 2016, acte 2474, vue 37/31, voir ici. []
  23. AD70, Mont-le-Frânois, NMD 1883/1892, acte 1, vue 71/121, voir ici. []
  24. Dossier individuel de personnel de DELAMARCHE Étienne, SHD,  cote GR 5 YE 64629. []
  25. Information communiquée par Pierre-Henri ZAIDMAN. []
  26. Communiqué par Pierre-Henri ZAIDMAN. []
  27. Base LEONORE : voir ici. []
  28. ADVP, D2R4 17,  notes communiquées par Pierre-Henri ZAIDMAN à propos de 4 lettres de DELAMARCHE. []
  29. BMO, ville de Paris, 31/10/1882, voir ici. []
  30. BMO, 6/3/1887, voir ici. []
  31. Biographie établie par sa sœur, dossier DELAMARCHE, maison d’Auguste Comte. []
  32. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF []
  33. Bulletin de l’Association philotechnique. []
  34. Bulletin de la société Franklin, 10e volume 1878, assemblée générale du 1 avril 1878, page 74, voir ici. []
  35. AD23, cote 11J850,  CR BAI-XIV 1871, documents signalés par  Agnès SANDRAS  ; CR BAI-XIV 71-72. []
  36. Dossier DELAMARCHE,  maison d’Auguste COMTE, signalé par Michel BLANC :   lettre de JEANNOLLE à Claire DELAMARCHE. []
  37. BMO du 13/1/1884. []
  38. Dossier DELAMARCHE maison d’Auguste COMTE. []
  39. La République française du 18/8/1872,  page 3 /4. []
  40. Claude Schkolnyk, Victoire Tinayre 1831-1895. Du socialisme utopique au positivisme prolétaire, Paris, L’Harmattan, 1997. []
  41. Le Siècle, 3/10/1867, voir ici. []
  42. Louise MICHEL figure sur la liste des donateurs lors du rapport de l’A.G. du 20 /10 /1872 . Elle est alors emprisonnée à Auberive. Figure au premier catalogue de 1877 de la BAI XIV : Lettres du Jour de L’an, publié à son compte par Théodore MAUTÉ de FLEURVILLE , beau-père de Verlaine et délégué cantonal des écoles du XVIIIe. []
  43. Draperi J.F; . La république coopérative ; Jean Gaumont : Histoire générale de la coopération en France, Tomes 1 et 2. []
  44. Le Rappel du 9/9/1880. []
  45. Le Rappel du 20/4/1882, voir ici. []
  46. JO, 14/7/1887, voir ici. []
  47. BMO du 26/6/1888, voir ici. []
  48. JO du 30/12/1887, voir ici. []
  49. Le Bien public 2/3/1876, voir ici. []
  50. Bulletin de la Société Franklin, 1878 page 250, voir ici. []
  51. CARAN : MC/ET/XXVIII/1644. []
  52. Voir billet sur Charles Plomb ici. []
  53. Archives du Service historique de la Défense : 8J 293. []
  54. CR BAI-XIV. []
  55. Dossier DELAMARCHE, maison d’Auguste COMTE. []
  56. CR BAI-XV. []
  57. Voir ici les billets sur la bibliothèque des amis de l’instruction dans le 13e arrondissement de Paris. []
  58. Recueil des actes administratifs de la Préfecture du département de la Seine de 1884 à 1899, voir ici. []
  59. BMO du 30/12/1883, voir ici. []
  60. Les Murailles politiques françaises : depuis le 4 septembre 1870, voir ici. []
  61. Le Réveil de la Haute-Saône du 25 juin 1895, AD Haute Saône : 1PJ2 –  vue 99/104  voir ici. []
  62. Journal des Débats du 3 avril 1871, voir ici. []
  63. Tribunal civil de la Seine, 21/6/1871, AD75, D3U6/1. []
  64. Le cri du Peuple du 12/8/1885 et jours suivants, voir ici. []
  65. Procès en diffamation. M. Delamarche contre le « Cri du peuple » : application de la loi sur la presse du 29 juillet 1881 / Cour d’assises de la Seine (Paris) 1886,  Arnoult, D.- J. Daniel. Voir ici. []
  66. Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie 1871-1880. []
  67. Notice DELAMARCHE Étienne, Paul par Gauthier Langlois, voir ici. []
  68. JO du 30/12/1887, voir ici. []

Une réflexion sur « Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Paul Delamarche »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.