Frédéric Erbs, un photographe du Second Empire au chevet de l’instruction pour tous

Avant-propos (par Agnès Sandras)

Frédéric ERBS (1822-1891), pilier de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement (BAI-III), « mérite » qu’on lui consacre un billet. S’il ne semble pas avoir appartenu au noyau initial d’ouvriers qui suivaient les cours de l’Association philotechnique1, il fait en revanche partie des éléments constamment présents dans la gestion de la bibliothèque.

Sa trajectoire personnelle reflète les profondes mutations professionnelles du XIXe et l’importance des attaches familiales et des cercles amicaux. Les différents éléments repérés donnent en effet à penser que Frédéric ERBS [voir fiche ERBS également] a consacré sa vie à l’instruction, curieux de tout et en particulier des nouveautés scientifiques et techniques de son époque. Soucieux de transmettre le bagage acquis, il se passionne pour les lectures à (dé) conseiller au peuple, au point de pourfendre publiquement L’Assommoir de Zola et de prendre la plume pour l’unique fois de sa vie. Lui et ses amis, le bibliothécaire Plomb, l’opticien Radiguet, sont en effet persuadés qu’il n’y pas de fatalité, que les ouvriers ne sombrent pas nécessairement dans l’alcoolisme et la misère, et que toutes les associations mutuellistes (bibliothèques populaires, cours pour les adultes…) doivent être encouragées. Le testament d’une vie qui semble quasi monacale montre des préoccupations en ce sens : ses seuls « luxes » (des livres, un microscope…) sont légués à qui saura en faire bon usage ; l’argent restant patiemment amassé est destiné à aider une cousine infirme et à son beau-frère et ses neveux.

Retracer son parcours nous permet à nouveau de confirmer que le réseau des premiers lecteurs, et surtout des premiers fondateurs, est d’une richesse incroyable et d’une particulière solidité que les divergences politiques que l’on pressent sous la Commune ne semblent pas avoir outre mesure affecté … Il nous a donc semblé important, en plus de la fiche (dont on retrouvera dans le texte qui suit certains éléments), de consacrer un billet à ce personnage original.

 

Artisan puis photographe

Frédéric ERBS est né le 15 janvier 18222, 11 rue de la vieille Boucherie à Paris – actuelle rue de la Harpe 53. Il décède à 70 ans le 13 septembre 1891. Célibataire et sans enfant, il est alors hébergé par un fils de sa sœur, Adolphe MAUROY, 31 rue Barbès à Adamville, quartier de Saint-Maur-des-Fossés4. Adolphe a dépensé 10 francs pour le médecin, 20 francs pour la garde-malade, 408 francs pour les pompes funèbres et le service religieux5.

Le père de Frédéric, Henry Guillaume, est né le 13 avril 1784 à « Geldren Provinces Unies » comme il est écrit sur la tombe (actuelle Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Sa venue en France avec son frère Pierre Joseph est-elle liée à la défaite de Napoléon I er à Leipzig ? Pierre Joseph est né le 4 juillet 1788 à Aldekerk à 15 kilomètres au sud de Geldren. Les deux villes se trouvent dans ce qui deviendra en 1798 le département français de la Roër, avec pour préfecture Aix-la-Chapelle6. Les deux frères arrivent à Paris avant mai 1815 et sont probablement déjà français puisque l’on ne trouve pas de naturalisations à leurs noms.

Le père de Frédéric, Henry Guillaume meurt le 30 octobre 1871 à 87 ans à son domicile, 158 rue Saint-Martin 3e7. Signent la déclaration de décès son gendre, Auguste MAUROY, 43 ans, « peintre », demeurant 13 rue Vivienne (2 e arrdt) et Adolphe MAUROY, son petit-fils, 25 ans, employé de commerce, habitant avec son père. Selon la volonté de Frédéric ERBS, la profession de « tailleur d’habits » est gravée sous le nom de son père sur la tombe au cimetière du Père-Lachaise8.

Frédéric a pour soeur Rosalie Pauline Caroline, née à Paris le 24 juin 1831, 49 rue de Cléry, actuel 2e9 et mariée le 7/2/1852 à Saint-Merry, actuel 4 e, à Jean Auguste MAUROY. Le futur mari habite 41 rue Saint Martin, elle vit 37 rue Saint-Martin. Les témoins sont Frédéric ERBS, frère de l’épouse et J.B. MAUROY, frère de l’époux10. Elle décède à 44 ans le 29/5/1873 à Saint-Maur-des-Fossés11. Le mari de Caroline est peintre de fleurs lors de la naissance de leur deuxième fils le 17 mai 187012. Ils ont deux enfants, Auguste Adolphe, inspecteur vérificateur de la Cie d’assurance l’Urbaine et la Seine, et Paul Henri Marie, tourneur, qui épousent deux sœurs HEURTAUX.

La mère de Frédéric est Marguerite Eugénie BARBIER, sans profession repérée. Elle est déjà décédée en 1852 quand sa fille se marie. Les grands-parents prussiens sont Jean Frédéric et Marie-Hélène ANSBACHS. Les grands-parents parisiens sont Toussaint, limonadier, et Marguerite, Catherine BESNIER. Ses parents se sont mariés à la mairie de l’anc. 5 e arrdt et à Saint-Eustache le 6/11/1820. Henry Guillaume ERBS habite alors 36 rue de la Grande Truanderie (actuel 1 er), il a 36 ans et il est veuf d’Honorine DELAUNAY qu’il avait épousée en 1818 ; la promise habite 38 de la même rue. Quatre témoins sont présents au mariage des parents dont Pierre Joseph ERBS, frère de l’époux13.

Le cousin germain de Frédéric, du côté maternel, est Eugène, Charles, François WEISS (père Charles André, mère Geneviève Pauline BARBIER sœur de Marguerite Eugénie), avocat demeurant à Montreuil-sous-Bois, 17 rue Buffon14. WEISS sera un des légataires de Frédéric et son exécuteur testamentaire. Il est né à Montreuil le 22/10/1835 d’un père jardinier-fleuriste15. Élève du collège d’Argentan, Weiss obtient son baccalauréat à Caen le 10 août 1854 avec mention bien16.

La cousine germaine de Frédéric, du côté paternel, est Anna Madeleine ERBS17. Anna épouse Dominique SOURIT un ébéniste qui habite 5 rue saint Nicolas ; Anna est couturière et habite 177 rue du Faubourg Saint-Antoine18. Le mariage a lieu à l’église Sainte-Marguerite dans le 11 e arrdt. Devenue veuve, demeurant à Saint-Ouen, Anna est bénéficiaire d’une somme de 2000 francs lors du décès de Frédéric pour « se placer car elle est infirme ». 

Frédéric ERBS acquiert le 23 mai 1877 au cimetière de l’est (actuel Père-Lachaise) une concession à perpétuité, n°448 dans la 46e division. La tombe est surmontée d’un monument grec avec moulure, urne, grille, ornements et d’une croix. Une fois enterrés son père (mort en 1871), sa sœur Pauline Caroline (décédée en 1873), son beau-frère Auguste et lui-même, Frédéric prévoit que la tombe devra être scellée pour l’éternité19.

Tombe de Frédéric Erbs. Cliché L.O.

On ne sait rien de lui jusqu’à ses 39 ans, quand il s’inscrit en 1861 à la BAI-III : il est alors fabricant de plateaux. Il est photographe trois ans plus tard, jusqu’à ses 55 ans en 187720 ; ses contemporains peuvent le trouver dans le Bottin entre 1865 et 1871 par ordre alphabétique de patronymes ou dans la rubrique photographes21 ou encore dans l’Aide-mémoire de photographie22 dans les première et deuxième éditions de 1876 et 1877.           

Il réalise principalement des photographies en studio par la technique du collodion humide23.

Trois photographies signées par ERBS ont pu être repérées à ce jour :

– Un homme en paletot debout accoudé à une chaise24;

– un Parisien du 54e bataillon (3 e) de la Garde nationale de la Seine en 1870-1871 : voir ici ((Reproduite avec l’autorisation de son propriétaire.)).

– François Ferdinand d’ORLÉANS assis tenant une canne, propriété du château de Chantilly qu’on peut voir ici.

D’autres photographes se sont inscrits à la BAI-III : GIRARD25 Rémy Auguste (17/2/1837-16/3/1904), lecteur 441, est photographe et habite 149 chaussée (future rue) Ménilmontant, à Belleville. Lorsque Rémy Auguste se marie avec Augustine Elisabeth WOITIN à Belleville le 22/8/1858, il est lunetier, elle brodeuse, et son beau-père né en Prusse est lunetier. Les beaux-parents meurent à l’adresse de l’atelier de photographie. Rémi Girard s’installe comme photographe en 1859 à cette adresse puis déménage 266 rue des Pyrénées juste au coin de la rue Ménilmontant26.
Clémentine MICHÉ née CHRISTOPHE, lectrice 262, est également photographe.

Les rapports entre l’univers de l’éducation populaire et les premiers photographes sont nombreux. En 1862, deux élèves appartenant au groupe des élèves de l’Association polytechnique partis à l’exposition universelle de Londres rendent un rapport sur la typographie et la photographie27. Il s’agit de Nicolas Stanislas DABROWSKI, lecteur n° 167 de la BAI-III, et d’Auguste VALENS. Signalons également que la photographie de Jean Baptiste GIRARD28 a été prise par Georges NUMA et fait partie de l’ album d’un collectionneur privé dont la valeur s’élève à 600 francs d’après Marc DURAND29. La présence de Jean-Baptiste Girard parmi les personnalités de cet album ne peut qu’interroger : peut-être faut-il chercher du côté de la société Franklin, car les photographies de Charles ROBERT et Louis Rémy Ernest LEVIEZ, membres de la première heure de cette société (qui, rappelons-le, conseille les bibliothèques populaires) figurent non loin.

Une formation scientifique

ERBS a peut-être suivi les cours de l’APH sans être récompensé30. Son attachement à PERDONNET peut aussi donner à penser qu’il a suivi les cours de l’Association polytechnique : Frédéric ERBS signe en effet une lettre publiée dans Le Temps le 6/10/1867 à la mort d’Auguste PERDONNET [voir fiche PERDONNET] avec Hippolyte LANDRIN [voir fiche LANDRIN] qui a tenu les cordons du poêle et prononcé un discours, Jean-Louis RIMET [voir fiche RIMET] et Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY] en tant qu’anciens élèves de l’AP et/ou Amis de l’Instruction31.

Il est en revanche certain qu’il a suivi d’autres cours pour adultes. Il est le premier en assiduité au cours de botanique d’Édouard BUREAU au Museum dont le sujet est cette année-là : « étude des familles apétales de l’embranchement des dicotylédones » ! Le répétiteur est Jules POISSON qui fait deux conférences de botanique pour la BAI-III en juillet 1870 pour préparer une « exploration scientifique populaire » dans le bois de Meudon32. Les cours ont lieu deux fois par semaine du 20 avril au 13 juillet. À l’aide de loupes et de microscopes, les élèves observent et dessinent les préparations microscopiques réalisées33.

ERBS assiste également aux cours de l’hôpital Sainte-Anne. Dans son testament, il demande que l’on donne à Camille Léon LÉTU, 24 rue des Gravilliers, « le tableau où je suis photographié avec ces MM. les professeurs et médecins de Sainte-Anne lorsque j’en suivais les cours ». Il ne précise pas pourquoi mais Camille Léon LÉTU est le fils de Louis André LÉTU, photographe décédé en 1869, et la rue des Gravilliers un épicentre des premiers lecteurs de la BAI-III (PLOMB y a vécu) et de l’AIT34

Les professeurs Valentin MAGNAN (1836-1916) et Gustave BOUCHEREAU35 assurent des cours publics le dimanche matin à partir de 1872. Ils sont membres actifs de la BAI-XIV dès 1873. Valentin MAGNAN, auteur  De l’Alcoolisme, des diverses formes du délire alcoolique et de leur traitement36, en 1874, est membre du comité consultatif et des études de la BAI-XIV dès 1873. Il est médecin responsable des admissions à l’asile des aliénés de Sainte-Anne dès l’ouverture en 1867. Gustave BOUCHEREAU est actif à la BAI-XIV d’abord comme administrateur en 1872-1873 puis comme membre du comité. Les deux médecins sont les auteurs d’une étude chiffrée sur l’alcoolisme pendant la Commune commentée par Michel Caire sur son site histoire de la psychiatrie en France37 et publiée38:

Les pourcentages ne tiennent compte que des hommes. Les résultats globaux montrent, pour la période de mars à juin 1870 : 191 alcooliques internés pour un total de 900 aliénés, soit 21,2 %, et pour la même période de 1871, 156 alcooliques sur 689, soit 22,6 %, différence statistiquement non significative .

BOUCHEREAU assure des conférences au premier siège de la BAI-XIV, 25 rue de la Tombe Issoire. Le 20 mars 1873 devant 30 personnes dont 5 femmes, il intervient sur le système nerveux notamment des animaux. « Les démonstrations auxquelles s’est livré l’orateur en expérimentant sur deux grenouilles ont intéressé fort peu l’auditoire qui paraissait ne rien comprendre à cette étude scientifique » rapporte « l’officier de paix » au préfet de police.
Le 22 avril 1880 le cabinet de la Préfecture de police est informé que BOUCHEREAU est autorisé par le ministre de l’Intérieur à la demande de DELAMARCHE [voir fiche DELAMARCHE] à faire une conférence intitulée : « De l’influence de l’éducation et du milieu social sur le développement des troubles de l’intelligence ».
Le 28 avril 1881, même démarche pour une conférence sur « Le rôle de la sensibilité générale dans le développement de nos connaissances ». Il faut dire que l’hôpital et la BAI-XIV dans ses différentes localisations ne sont éloignés que de quelques centaines de mètres.

Ce n’est donc pas par hasard qu’une bibliothèque est installée à Sainte-Anne en 1880. Les médecins et notamment BOUCHEREAU semblent très inquiets de l’effet de certaines lectures sur les patients rapporte Michel CAIRE dans sa thèse39 dont nous reprenons ici un passage.

– Accès à la bibliothèque :

« Le prêt de livres » avait été prévu dans le règlement intérieur signé par HAUSSMANN en juin 1868 et une salle de bibliothèque installée dans le Pavillon de l’Horloge.

En décembre 1879, le Directeur de l’asile dresse une liste d’ouvrages à acquérir pour constituer la bibliothèque des malades, et la soumet à l’approbation des médecins de l’asile, Magnan, Bouchereau, Dagonet et Dubuisson (1).

Le 24 décembre, le Directeur reçoit une lettre de Bouchereau :
« J’ai pris connaissance d’une liste de livres que vous m’avez transmise, avant d’en commander l’achat et de les mettre à la disposition de nos malades: parmi ces livres, quelques uns sont consacrés à la vulgarisation des découvertes scientifiques contemporaines, ils ont une valeur réelle et méritent toute approbation.

D’autres livres, romans, nouvelles, me sont inconnus, mais je crains qu’ils ne puissent renfermer quelques notions dangereuses de nature à entretenir les conceptions délirantes qui agitent l’intelligence de nos malades.

Certains livres doivent être écartés : œuvres d’Ed. Poë, parce qu’ils ont été conçus durant une période évidente d’aliénation mentale ; donc au lieu d’accepter la liste proposée, je suis d’avis qu’il vaut mieux nous adresser à l’Administration supérieure et de la prier de demander soit à Monsieur le Directeur de l’Instruction pour le département de la Seine, soit au Ministère de l’instruction publique communication des livres de prix recommandés aux différents établissements de l’instruction publique: par ce moyen, nous sommes certains d’éviter des choix que nous pourrions regretter. (…) ».

Comme l’indique éloquemment l’art. 113 du règlement, les livres, comme les journaux, faisaient partie des « objets susceptibles d’un emploi dangereux ou nuisible », au même titre que les instruments tranchants ou piquants, dont l’introduction libre est interdite dans un asile d’aliénés.

(1) Liste des ouvrages et correspondance: Archives de la Ville de Paris (D 2X 9)

Trois médecins proposaient la suppression d’un certain nombre d’ouvrages : ceux de Poë, de Mirecourt (La bourse, ses abus, se mystères), Balzac (Splendeur et misère des courtisanesLa dernière incarnationLa maison Nucingen), E. Sue (Les Mystères de ParisLes sept péchés capitauxLe juif errant) notamment.

La proposition du Directeur est soumise au Préfet qui la refuse et indique la nécessité d’instaurer une commission spéciale sous la présidence de Vergniaud, Secrétaire Général de la préfecture.

Le Directeur de l’administration générale du service des aliénés nomme donc la commission le 31 janvier 1880, qui se réunit le 16 février.
A côté du président Vergniaud, des docteurs Beclard, professeur à la Faculté de Médecine, et Bourneville, et de Gallay, membre de la Commission de surveillance des asiles de la Seine, on trouve l’inspecteur de l’enseignement primaire, Grimon.
La liste du Directeur est expurgée, et approuvée « dans la limite du crédit de 500 f. voté par le Conseil Général ».
D’autres ouvrages sont proposés par Gallay, parmi lesquels sont exclus, entre autres: Voyage de Gulliver (Swift), La case de l’Oncle Tom (Stowe), La Mare au Diable (Sand), Théâtre (de Racine) et Robinson Crusoë (De Foë).
De ceux soumis par Bourneville, sont refusés : Don Quichotte (Cervantès) et trois œuvres de Victor Hugo : Notre Dame de ParisLes Orientales et Histoire de Napoléon le petit.

Une bibliothèque dont la conservation est assurée par des instituteurs sera donc ouverte aux malades, dont les livres choisis ne risqueront pas « d’exalter la sensibilité, fatiguer la mémoire ou l’intelligence, transporter l’âme dans un monde imaginaire et éloigner de la vie réelle et positive.

Girard40 ».

Cette conception de la lecture reprend les discours conservateurs tenus sous le Second Empire à l’encontre du contenu des bibliothèques populaires. Sans doute BOUCHEREAU, instruit des difficultés rencontrées par ces bibliothèques, préfère-t-il éviter les polémiques afin de permettre quelques lectures aux malades, même très contrôlées, d’où le recours aux listes officielles des ouvrages prônés par le Ministère de l’Instruction publique. À cela s’ajoutent les controverses contemporaines sur l’effet possible des lectures sur des populations considérées comme fragiles et/ou peu capables d’identifier la portée des textes lus. BOUCHEREAU considère que les textes de Poe sont néfastes pour les aliénés, ERBS quant à lui suppose que la lecture de L’Assommoir est à déconseiller aux alcooliques…



Une publication très originale

Frédéric ERBS a écrit un unique livre ! Publié en 1879, et vendu 1 franc 50.

Il s’agit d’une des premières critiques publiées de L’Assommoir : M. E. ZOLA et son Assommoir, Étude critique, Paris, Librairie Gauloise, 31 rue Bonaparte, 1879. Le livre de 91 pages, comportant une préface de l’auteur est toujours présent aujourd’hui en deux exemplaires dédicacés rue de Turenne41

Erbs, « M.E. Zola et son Assommoir ». Exemplaire avec envoi à la BAI-III. Cliché L.O.
Erbs, « M.E. Zola et son Assommoir ». Cliché L.O.

ERBS précise dans la préface avoir voulu offrir au lecteur un résumé permettant de se faire une opinion sur « le caractère de vérité ou la valeur morale » et sur « le genre littéraire dont Monsieur ZOLA est le premier champion ». Frédéric ERBS qualifie l’œuvre zolienne « d’intempestive et d’inutile ». Il se range du côté des détracteurs qui pensent que « L’Assommoir est une œuvre complète de démoralisation » et « ce tableau trop hideux du mal offert à ceux que l’on doit chercher à guérir n’est pas le moyen de les ramener à la santé ». Il indique que le comportement du « massacreur Bijard », père de Lalie, est le sommet de l’invraisemblance : selon lui, jamais un père même ivre ne violentera sa fille.

Émile Justin MENIER, le chocolatier de Noisiel, qui publie en feuilleton L’Assommoir à partir d’avril 1876 dans le journal Le Bien public dont il est propriétaire, figure pourtant sur la liste des donateurs de la BAI-XIV quelques années plus tôt42

1879 est l’année du grand hourvari zolien et les bibliothèques populaires y participent en se mobilisant contre L’Assommoir. En novembre 1879, une conférence donnée en soutien à la BAI-XI a un grand retentissement dans les journaux : Charles Floquet dénonce l’image des ouvriers parisiens que délivre selon lui L’Assommoir 43. La BAI-III, alors présidée par Henri HARANT, n’est pas à la traîne et lors de l’assemblée générale de 1879, dans le grand amphithéâtre de l’École centrale, le jeune Édouard ACCARD44 fait à son tour une conférence sur ou plutôt contre le naturalisme. Jean-Baptiste GIRARD préside la réunion ; Georges, Étienne MAUGERY, le secrétaire, évoque la situation morale et l’on retrouve Frédéric ERBS, le trésorier, qui présente la situation financière45.

Un républicain engagé ?

 En 1857, ERBS souscrit pour 50 centimes pour le monument à la mémoire de Danièle MANIN, l’ancien président de la République de Venise mort en exil à Paris46. On remarque que de nombreux souscripteurs sont anonymes ou se signalent uniquement par leurs prénoms. Il ne fait pas bon s’affirmer républicain…

Il est membre de la commission d’initiative de la « la société coopérative d’enseignement indépendant », qui s’organise en juillet 186847. On y retrouve Charles-Honoré PLOMB, Jean Louis RIMET, les Équitables de Paris, société coopérative de consommation née en 1864 du XIII dont DELAMARCHE est un des fondateurs. On y trouve aussi Henri LENEVEUX, futur de la BAI-XIV, Jean-Pierre HELIGON qui favorisera la création de la BAI-XIV en juillet 1871 alors qu’il est encore maire de l’arrondissement. Au comité d’enseignement : Charles CAUZART, lecteur 336 de la BAI-III, puis membre du comité consultatif et des études de la BAI-XIV, Albert LEROY qui fera une conférence organisée par la BAI-III en 1870 et qui participera à la fondation de la BAI-VI. Ernest HENDLÉ qui fait aussi des conférences organisées par la BAI-III en 1870. Et Alexandre MASSOL, proche un temps de Charles FAUVETY un des fondateurs de la BAI d’Asnières. Après cinq séances publiques auxquels participent aussi Jean Baptiste GIRARD, Edouard Ernest FRIBOURG, la société limite l’accès à la sixième séance pour aboutir à la constitution de la société par le vote définitif des statuts lors de la réunion salle PILODO, 16 rue de la Douane (actuelle rue Léon Jouhaux), 10e. Il s’agit d’un salon du Tivoli Vaux-Hall portant le nom d’un chef d’orchestre.

Les discussions sont animées notamment pour fixer le droit d’entrée à 3 francs et la cotisation annuelle à 6 francs et pour fixer l’âge limite pour le droit de voter en assemblée générale que les jeunes coopérateurs veulent baisser à 17 ans au lieu de 21 . La société d’abord dite libre prend le qualificatif d’indépendante c’est à dire sans lien avec l’État et les Églises. Il semble que malgré 400 adhérents la société est mise en difficulté en janvier 1869. Ses statuts ne correspondent pas en effet à la loi sur les coopératives du 24 juillet 186748.

ERBS a également mis cet engagement au service des BAI : il aide le bibliothécaire PLOMB49, est encouragé pour son zèle50, et devient administrateur51, comptable52, trésorier en 187353 et encore en 187954. Il est donateur de livres dès 1862.

Sont parvenus jusqu’à nous deux comptes rendus financiers55 écrits par ERBS, le premier lors de l’AG du 28 mai 1876 (exercices du 30 septembre 1874 au 24 mai 1876) et le deuxième lors de l’AG du 17 mars 1878 (exercices du 30 septembre 1875 au 31 décembre 1877). ERBS explique ainsi le léger déficit d’exercice :

Dès que nous avons quelques sommes disponibles, par leur transformation en volumes au gré et à la convenance des sociétaires. […] La situation de la bibliothèque est bonne, et il est difficile qu’elle s’amoindrisse, car comment le pourrait-elle ? Puisque tous ceux qui veulent acquérir une instruction libérale par des lectures aussi variées qu’étendues (et ils sont nombreux) savent que ce n’est que par la bibliothèque libre, à l’initiative privée et individuelle, que seul, on peut être certain de l’obtenir.

 

Des legs très symboliques

L’inventaire dressé à la mort d’ERBS en 1891 nous apprend que son appartement comprend deux chambres au 3e étage, la première éclairée par une fenêtre donnant sur cour. On y trouve principalement un poêle cuisinière et un bahut en bois peint contenant une balance de demi-kilogramme et sa série de poids en cuivre, une balance Serpolette, douze boîtes pour placer des photographies, un lot de glaces pour les dites et cinquante flacons de réactifs et produits chimiques, le tout prisé vingt-cinq francs56. Dans la deuxième chambre, entre des meubles usuels, un piano palissandre de Winther prisé 200 francs, deux boîtes à herboriser. 850 volumes ainsi que 25 volumes de musique le tout prisé 200 francs. Il s’agit « de livres de physiologie. psychologie, études sur les maladies, médecine pratique, principes de philosophie, anatomie de PORTAL, pathologie, histoire de Paris de DULAURE .VOLTAIRE. Dictionnaires des sciences médicales, chimie organique de RASPAIL, traités de chimie. Histoires naturelles, physiques etc. » écrit le commissaire priseur.

Dans son testament (à lire ici), rédigé le 13/5/1891, quatre mois avant son décès, Erbs détaille sa bibliothèque qui se compose de 930 volumes et d’environ 207 brochures. Il a constitué plusieurs catalogues57 et demande que l’on consulte le dernier. Il donne 24 livres prisés 15 francs à son cousin WEISS, l’avocat, 33 à Paul DELAMARCHE prisés 20 francs et la musique à son neveu Adolphe MAUROY. Le reste doit être vendu pour « rentrer dans la circulation publique et par ce moyen profiter aux chercheurs  et aux érudits ». Ces quelques titres et objets laissent entrevoir la variété et la richesse des centres d’intérêt de Frédéric ERBS dont la bibliothèque est considérable pour un particulier. Le piano et la musique (les partitions) donnent à penser à un point commun supplémentaire avec Charles-Honoré PLOMB : ERBS a-t-il également fait partie d’un orphéon ? Les boîtes à herboriser, le microscope, la longue vue, confirment un intérêt actif pour les sciences.

Outre les livres, il donne en effet à Paul DELAMARCHE (un des grands fondateurs, rappelons-le de la BAI-III puis de la BAI-XIV, voir sa fiche ici) un microscope confectionné par RADIGUET prisé 40 francs et à Louis Émile BOUDEAU, 11 rue du Retrait58 une longue vue de RADIGUET prisée 20 francs.

La maison RADIGUET, installée 15 boulevard des filles du calvaire 3e est d’abord spécialisée en optique. La famille RADIGUET est proche de PLOMB, opticien et  bibliothécaire de la BAI-III puisque :

Un frère RADIGUET, Louis Sidelly dit Sidley (13/6/1832 Paris anc. 6e -19/4/1873 Paris 2e ) est témoin à son mariage ; PLOMB est témoin de la naissance d’un enfant RADIGUET, Jules Maurice, en 1866. Un frère RADIGUET, Honoré Antoine (2/10/1824-11/9/1887) vient comme témoin à décharge au procès de PLOMB qui est inculpé puis acquitté de l’accusation de participation à l’insurrection parisienne par le 10e Conseil de Guerre59.

ERBS laisse enfin des valeurs à partager entre les MAUROY père et fils (son beau-frère et ses neveux) pour 64 153 francs constituées pour moitié de 66 obligations de chemin de fer de Paris à Lyon et pour l’autre moitié « de rente sur l’État ».

 

Pour Eugène WEISS, avocat, son cousin :

Azaïs : Explication universelle, volume 1 lire ici , volume 2 lire ici , volume 3 lire ici ,

 Bautain (Abbé) : Philosophie : psychologie, volume 1 lire ici , volume 2 lire ici  

Cabanis : Rapport du physique au moral, 1e volume lire ici

Constant (Abbé) : Doctrines religieuses, sociales 1 volume lire ici

Cubi i Soler : Leçons de phrénologie,  volume 1 lire ici , volume 2 lire ici

Debreyne : Pensées d’un croyant catholique, 1 volume lire ici

Descuret : Médecine des passions, 2 volumes lire ici

Foissac : La chance et la destinée, 1 volume, lire ici

Lauvergne : De l’agonie et de la mort, 2 volumes,lire ici

Loubert (Abbé) : Le magnétisme, le somnambulisme, 3 volumes . Lire  ici.

Moreau de Tours : Aberration du sens génésique, 1 volume. Présent rue de Turenne. Lire ici

Pompery (E) : La femme dans l’humanité, 3 volumes . Volume 1 lire ici .

Reybaud (L) : Etude sur les réformateurs, 2 volumes. Présent rue de Turenne. Lire ici

Richard (Ch) : Les révolutions inévitables, 1 volume lire ici

Salverte (E) : Des sciences occultes, volume 1 lire ici , volume 2 lire ici

Voisin (F) : De l’homme animal, 1 volume lire ici

 

 

Pour Paul DELAMARCHE :

Azaïs : Système des compensations, 3 volumes

De Bonald : Recherches philosophiques, 2 volumes

Charpignon : Physiologie du magnétisme, 1 volume, lire ici

De la Bodde : Sociétés secrètes, 1 volume

De la Mettrie : Œuvres philosophiques, 2 volumes lire ici

Frégier : Des classes dangereuses de la population, 2 volumes

Lire ici

Godwin : Traité de la population, 1 volume

Helvetius : De l’esprit, 3 volumes60

Lauvergne (H) : Les forçats, 1 volume lire ici

Malthus : Du principe de la population, 4 volumes

Meray : Géos ou l’histoire de la Terre, 2 volumes

Mirabaud : Système de la nature, 2 volumes lire ici

Moreau de Tours : Psychologie morbide, 1 volume, lire ici

Paganel : Essai sur la révolution, 3 volumes lire ici

Pellarin : Critique de la philosophie positive, 1 volume, encore présent rue de Turenne et à lire ici

Raspail : Nouveau système de physiologie végétale avec atlas, 3 volumes lire ici

Vergnaud : Pyrotechnie militaire et civile, 1 volume. Également et toujours présent rue de Turenne (lire ici).

Cite this article as: Louise Oudin, "Frédéric Erbs, un photographe du Second Empire au chevet de l’instruction pour tous," in Bibliothèques populaires, 05/08/2021, https://bai.hypotheses.org/4982.

 

 

 

 

 

 

  1. On ne le trouve pas en tout cas parmi les lauréats de l’Association philotechnique (APH), et il s’inscrit après les fondateurs de la BAI-III qui ont suivi les cours de l’APH, si l’on en croit le registre des lecteurs. []
  2. Les recherches ont été grandement facilitées par le travail de Marc DURAND : De l’image fixe à l’image animée (1820-1910), documents du Minutier central des notaires de Paris relatifs à l’histoire des photographes et de la photographie, Archives nationales, 2013. Nous avons pu ainsi repérer et consulter le testament, l’inventaire et le partage après décès de Frédéric ERBS : AN, cote MC/ET/XXVIII/1644, 1645,1650. []
  3. AD75, 5Mi1 233, vue 30/50, voir ici. []
  4. AD94, Saint-Maur-des-Fossés, décès 1891-1893, 1MI 2251, vue 169/709, acte 316, voir ici. []
  5. AN, Partage après décès, cote MC/ET/XXVIII/1650. []
  6. Carte de l’Empire français, divisé en 130 départements y compris ceux formés dans la Hollande en préfectures…, archevêchés…, chefs-lieux tant militaires que… des préfectures maritimes dressée par Hérisson, Eustache et éditée par Basset  en 1811, voir ici. []
  7. AD75, 1871, décès, 3, V4E 2695, vue 2/31, voir ici. []
  8. AN, testament de Frédéric ERBS, cote MC/ET/XXVIII/1644. []
  9. AD75, 5Mi1 363, vue 39/51, voir ici. []
  10. AD75, 5Mi1 2221, vue 18/49, voir ici. []
  11. AD94, Saint Maur-des-Fossés, décès, 1871-1875, vue 142/288, acte 72, voir ici. []
  12. AD75, 1870, naissances 2 e, vue 90/229, voir ici. []
  13. AD75, 5Mi1 2032, vue 51/51, voirici. []
  14. AD93, Montreuil-sous-Bois, décès 1903, acte 583, voir ici. []
  15. AD93, 1833-1842, naissances MTL 1E6, acte 85, vue 73/271, voir ici. []
  16. Résultats et sujets, Revue de l’instruction publique du 14/9/1854, voir ici. []
  17. Son père Pierre Joseph et sa mère Madeleine Françoise CHEMINON habitent rue de Buci, lui au 15, elle au 42, quand ils se marient le 1 er mai 1815 à Paris ancien 10 e. AD75, 5Mi1 2023, vue 14/58, voir ici. []
  18. Signalé par L’Eclat de bois que nous remercions. Le mariage est publié le 15/8/1853 dans Le Droit, journal des Tribunaux, 15, 16, 17 août 1853, page 779, voir ici. []
  19. AN, Testament, cote MC/ET/XXVIII/1644. []
  20. Communiqué par François Boisjoly ; confirmé par les CR BAI-III de 1864/68, 1869/71 et 1873/74. []
  21. Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration, ou Almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, voir ici. []
  22. Aide mémoire de photographie publié sous les auspices de la Société photographique de Toulouse, voir ici. []
  23. Communiqué par François Boisjoly. On peut voir la technique de préparation du collodion  ici et de la photographie  ici dans les vidéos de Francis COURTEMANCHE. []
  24. Accessible grâce à François BOISJOLY sur son site photo-carte.com : voir ici. []
  25. Aussi loin que l’on puisse remonter, il n’a pas de lien de parenté avec Jean Baptiste GIRARD. []
  26. Hervé Lestang sur son site portraitsepia : voir ici ; et François Boisjoly sur son site photocarte.com, voir ici. []
  27. Voir la fiche LANDRIN. []
  28. Voir « Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?, » in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  29. Recueil des personnalités françaises et étrangères sous le Second Empire, voir ici. []
  30. Seuls les noms des élèves récompensés nous sont parvenus grâce aux palmarès imprimés. []
  31. Le Temps du 6/10/1867, voir ici. []
  32. Voir le Billet d’Agnès SANDRAS ici à propos de ces sorties botaniques. []
  33. Brongniart, Bureau Edouard, Poisson Jules. Laboratoire de Botanique pratique du Muséum. In Rapport sur l’École pratique des hautes études, 1874-1875. 1874, pp. 61-65; voir ici. []
  34. Voir Agnès Sandras, « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III, » in Bibliothèques populaires, 24/04/2020, https://bai.hypotheses.org/4342. []
  35. Histoire de la psychiatrie par Michel CAIRE, voir ici. []
  36. À consulter ici. []
  37. Voir ici. []
  38. « Statistique des alcooliques entrés à Sainte-Anne en 1870-1871« , publiée par Magnan et Bouchereau, Annales médico-psychologiques, 1872, VII, 52-58, Académie de médecine, 21 nov. 1871, voir ici. []
  39. Contribution à l’histoire de l’hôpital Sainte-Anne (Paris): des origines au début du XX° siècle.Thèse de médecine, Paris V, Cochin-Port-Royal, 1981, n°20. []
  40. Il s’agit du directeur de l’hôpital, Henri, Jacques GIRARD de CAILLEUX, 1814-1884. []
  41. Voir le catalogue en ligne de la BAI-III ici. []
  42. CR BAI-XIV 1873-1875. []
  43. Voir Agnès Sandras, « 1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola », in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, https://bai.hypotheses.org/1107 voir ici. []
  44. 30/4/1850-31/7/1882 Édouard, Gustave, professeur de français, franc-maçon, professeur à l’école Monge et à l’école normale d’instituteurs de la Seine. []
  45. Le Globe du 1/12/1879, voir ici. []
  46. Le Siècle 14/10/1857, page 2/4, voir ici. []
  47. Voir Agnès Sandras, « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III, » in Bibliothèques populaires, 24/04/2020, https://bai.hypotheses.org/4342. []
  48. La Liberté du 8/1/1869, voir ici. []
  49. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  50. CR BAI-III, 1863/64. []
  51. CR BAI-III 1863/64 et 69/71. []
  52. CR BAI-III, 1864/68. []
  53. CR BAI-III 1873/74 et 75/77. []
  54. Le Globe du 1/12/1879, voir ici. []
  55. CR BAI-III, 1878. []
  56. AN, inventaire après décès, MC/ET/XXVIII/1645. []
  57. Non retrouvés. []
  58. Né à Paris, bijoutier graveur sur l’acte de décès le 21/1/1899. []
  59. Archives du service historique de la Défense, cote 8J 293. []
  60. Les œuvres complètes déposées par la BAI-XIV sont présentes rue de Turenne, siège actuel de la BAI-III. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.