La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (II- Les livres existent toujours !)

Lors des journées du Patrimoine, il sera possible, le samedi 18 septembre 2021, d’admirer à Jouy-sur-Morin les ouvrages de la bibliothèque populaire des anciennes papeteries du Marais (fondée en 1863) et de découvrir les alentours de certains des sites de ces papeteries, grâce aux Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais. Voir le programme de cette journée ici.

Derrière cette exposition se cache un nouvel épisode de l’épopée de la redécouverte des bibliothèques populaires … Jugez-en plutôt !

Lettres à Sophie, sur la physique, la chimie (…). Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Au XXe siècle, nombre de bibliothèques populaires patiemment créées au siècle précédent ont fermé, le plus souvent dans l’indifférence générale. Leurs fonds ont alors disparu. Il arrive pourtant que les ouvrages de telle ou telle bibliothèque cantonale et/ou populaire ressurgissent, après avoir été conservés par des particuliers qui les avaient sauvés de la destruction, ou bien oubliés dans les greniers de mairies ou de bibliothèques. Depuis quelques années, une poignée d’associations ou des bibliothèques institutionnelles (signalées régulièrement par ce carnet, voir par exemple ici) les remettent à l’honneur. Si les fonds ainsi retrouvés n’offrent généralement pas une grande valeur bibliophilique,  ils contribuent  en revanche à une meilleure connaissance de structures de lecture pionnière et permettent de mieux appréhender tout un pan des histoires locales, voire de la micro-histoire.

La dernière bibliothèque qui vient de resurgir me tient particulièrement à cœur pour mille et une raisons. Il s’agit de la bibliothèque populaire fondée en 1863 dans la vallée du Grand Morin par le directeur des papeteries du Marais et de Sainte-Marie, Auguste Doumerc. Cette bibliothèque appartient aux toutes premières bibliothèques populaires pionnières, et sa création a été suffisamment originale pour être signalée dans la presse1. Elle accompagnait en effet un fort mouvement d’industrialisation de ce coin de la « Brie des moulins ». Conscient du fait que la population rurale employée dans les diverses fabriques n’avait pas (ou peu) eu accès à l’instruction, Doumerc souhaitait  lui donner accès à la lecture et s’y employa en constituant une bibliothèque populaire qu’il alimenta principalement sur ses propres deniers. Il fit également imprimer deux documents, une circulaire annonçant la création de la bibliothèque et ses objectifs, assortie d’un premier  catalogue, puis un second catalogue.

Auguste Doumerc. Circulaire accompagnée du premier catalogue annonçant la création de la bibliothèque populaire du Marais. 1863. Gallica (BnF).
Catalogue de la bibliothèque populaire du Marais. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. 1866. Recueil 8 Q 38 […]. Cliché A. Sandras.

Ces deux traces imprimées, riches de renseignements, m’ont permis de tirer les premiers fils et de proposer un billet (à lire ici) sur ce carnet fin 20192 : j’avais pu évoquer à grands traits la biographie du fondateur (descendant d’une famille très connue aux XVIIIe et XIXe siècles), la fondation de la bibliothèque grâce au solide réseau parisien et seine-et-marnais de Doumerc, et le lectorat potentiel de la bibliothèque. En précisant dans son titre qu’il s’agissait du premier billet, j’espérais qu’il y aurait une suite et que mes démarches pour identifier le devenir de cette bibliothèque ne resteraient pas vaines. Il apparaissait en effet que les papeteries avaient fonctionné jusqu’à une date récente, et on pouvait espérer que livres et archives avaient été conservés. Au moment où je me penchais sur le devenir de cette bibliothèque, le Musée de la Seine-et-Marne organisait d’ailleurs une exposition sur les papeteries du Marais dans la vallée du Grand-Morin autour d’un ensemble de photographies de Louis-Emile Durandelle, prises dans les années 18803.

Vue de la maison des propriétaires de l’usine du Marais, à Jouy-sur-Morin. – Cliché Louis-Emile Durandelle. Vers 1880. Avec l’autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

La suite est allée au-delà de mes espérances, et ce nouveau billet ne constitue qu’un deuxième volet très provisoire, annonçant plusieurs chantiers fructueux. Après avoir lu mon billet, Louise Oudin, qui s’emploie depuis quelques années avec bonheur à reconstituer la trajectoire de membres fondateurs des bibliothèques populaires, parvenait en effet à identifier un descendant d’Auguste Doumerc,  Hugues Doumerc, lequel retrouvait bientôt dans la correspondance familiale de passionnants courriers évoquant le contexte de la genèse de la bibliothèque populaire du Marais.

=> Vous pouvez découvrir les archives suivantes en cliquant sur les liens :

Poème à Madame Doumerc lors de la bénédiction de la chapelle du Marais

Lettre d’Auguste Doumerc à son père, Papeteries du Marais, 1859

Merci à M. Hugues Doumerc pour l’aimable autorisation de reproduction de ces documents

Quelques semaines plus tard, Patrick Quignot, président de l’Association « Les Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais » me contactait, après avoir lu mon premier billet. L’association susnommée venait d’être créée en janvier 20204 avec pour objectif « la promotion et préservation mémorielle du patrimoine industriel papetier de la vallée du Grand Morin (Seine-et-Marne) et en particulier celui issu des papeteries du Marais et Sainte-Marie, création d’un site permanent d’expositions et d’ateliers pédagogiques pour y reproduire les différentes étapes de fabrication et de transformation du papier, organisation d’expositions, conférences, animations autour du papier et des papeteries, contribution au développement local du tourisme5 ». L’ Association a recueilli lors de la liquidation d’Arjowiggins nombre d’objets utiles à l’histoire de la papeterie et de l’édition, les papeteries du Marais s’étant entre autres fait connaître pour la qualité de leurs filigranes, leur participation à des éditions du XIXe siècle, etc. Elle a ainsi contribué aux travaux du Musée départemental de la Seine-et-Marne sur les papeteries6 et conçu sa propre exposition sur cette thématique7. Elle cherche aujourd’hui un lieu pour ses collections8, et réfléchit à un partenariat avec le Musée de l’Imprimerie de Rebais.

Lors de la liquidation, l’association a également pu récupérer une grande partie de la bibliothèque populaire, raison pour laquelle Patrick Quignot me contactait. L’après-midi du 20 juin 2021, Louise Oudin, Hugues Doumerc et moi-même avons été accueillis avec générosité et efficacité par des Compagnon(ne)s papetier(e)s à Jouy-sur-Morin. En leur compagnie, nous avons découvert avec émotion les portraits d’Edmond et Auguste Doumerc et ouvrages de la bibliothèque populaire qui avaient traversé le XXe siècle à l’abri dans les papeteries.

Jean-Edmond Doumerc. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Auguste Doumerc. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Puis nous avons longuement échangé autour de nos connaissances respectives et de nos projets, avant de visiter les extérieurs des anciennes papeteries de Jouy-sur-Morin9.

Visite des alentours des papeteries, juin 2021. Cliché A. Sandras.

Cette rencontre stimulante débouchera sur des réalisations communes, car les sources et témoignages identifiés par les uns et les autres permettront, je n’en doute pas, de mieux cerner le fonctionnement et le succès (ou l’insuccès ?) de la bibliothèque populaire du Marais. Cette bibliothèque prenait place dans un ensemble, mûrement réfléchi par Auguste Doumerc, qui mérite aussi d’être mieux identifié (école, chapelle, etc.). Enfin, la création d’une coopérative d’approvisionnement, dans les mêmes années, demande à être explorée.

Vue de la chapelle du Marais, à Jouy-sur-Morin. – Cliché Louis-Emile Durandelle. Vers 1880. Avec l’autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

Un des premiers chantiers déjà en cours consiste à identifier quels ouvrages de la bibliothèque initiale sont conservés10. Un autre est bien entendu l’identification des diverses archives qui pourront d’en permettre d’en savoir plus sur le fonctionnement de la bibliothèque. Une fois encore, je lance un appel à tous ceux qui détiendraient des éléments nouveaux …!

Littérature de l’adolescence (….) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Recueil des Lettres de Madame la Marquise de Sévigné (…) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Histoire de S. Vincent de Paul (…) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Revue des deux Mondes. Fascicules reliés appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
  1. Voir Agnès Sandras, « La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I), » in Bibliothèques populaires, 14/12/2019, https://bai.hypotheses.org/3583 []
  2. « La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I), » in Bibliothèques populaires, 14/12/2019, https://bai.hypotheses.org/3583 []
  3. Je remercie les responsables de ce musée et les personnes chargées de l’exposition qui ont répondu très volontiers à mes questions. []
  4. En 1954, les papeteries d’ARches (Vosges), JOhannot (Ardèche), MArais (Seine-et-Marne) et RIves (Isère) fusionnent et le groupe ainsi formé est nommé ARJOMARI. En 1990, Arjomari Prioux et l’anglais Wiggins Teape Appleton fusionnent à leur tour pour donner le holding Arjowiggins. En 2019, les sites des papeteries de Crèvecoeur, Le Bourray, Greenfield et Bessé-sur-Braye connaissent une liquidation judiciaire. Voir l’article Arjowiggins sur Wikipedia. []
  5. JO du 18/01/2020. []
  6. Voir : https://www.musee-seine-et-marne.fr/fr/les-papeteries-du-marais []
  7. Voir https://actu.fr/ile-de-france/jouy-sur-morin_77240/seine-marne-anciens-salaries-la-papeterie-arjowiggins-creent-une-association-preparent-une-exposition_31083299.html et http://www.petitrandonneur.fr/exposition-papeterie-arjo-wiggins-77-a201770898 []
  8. Voir https://actu.fr/ile-de-france/la-ferte-gaucher_77182/seine-et-marne-les-anciens-salaries-d-arjowiggins-sont-toujours-en-quete-d-un-lieu-d-exposition-permanent_36334299.html []
  9. Les papeteries s’étendaient sur différents sites le long du Grand Morin. Le sort de certains de ces lieux est encore à l’étude. En 2007, la prestigieuse Galleria Continua a racheté et rénové les sites de Sainte-Marie et du Moulin à Boissy-le-Châtel : on peut y voir dans un écrin formidable, les œuvres de Anish Kapoor, Daniel Buren, Chen Zen, Kader Attia…Voir par exemple : Isabelle Vatan, « A Boissy-le-Châtel, des entrepôts où l’art s’expose en version XXL », Télérama, 23 mai 2019 ; « Seine-et-Marne. Patrimoine : la Galleria Continua à Boissy-le-Châtel », La République de Seine-et-Marne, 30 nov. 2019. []
  10. Ce sera l’objet d’un prochain billet grâce au travail des Compagnon(ne)s. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.