Le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine (II/1883-1890)

Dans un précédent billet, nous avons évoqué la genèse complexe du Syndicat des Bibliothèques populaires libres de la Seine. Sept années ont été nécessaires pour parvenir à sa fondation officielle en 1882, sans doute en raison de divergences entre les bibliothèques le composant et d’inquiétudes des autorités préfectorales sur les motivations politiques de ce Syndicat. Sa naissance est en effet soutenue par les républicains, notamment Louis Blanc et Gambetta, lors d’une fête imposante rassemblant pas moins de 5000 personnes au Palais du Trocadéro. Mais ces deux grandes personnalités meurent bientôt en décembre 1882. Le Syndicat des bibliothèques populaires, présent à leurs funérailles1, reste engagé du côté des républicains, mais est également très marqué par l’influence positiviste entre 1882 et 1890, comme on va le voir. Le Syndicat se donne pour fonction essentielle un rôle de représentation des bibliothèques populaires auprès des instances municipales, dans les grandes manifestations laïques (comme le centenaire de Diderot) ou lors des Expositions. La naissance du Syndicat marque le tournant pris par ces bibliothèques : si sous le Second Empire elles ont fédéré des soutiens aux origines les plus diverses, elles sont désormais ouvertement républicaines et le plus souvent anti-cléricales.

NB. Les fiches signalées sont en cours de réalisation dans la série réseaux des premiers acteurs de la BAI-III. Lorsqu’elles apparaissent en vert, le lien est cliquable, elles sont donc en ligne. Lorsqu’elles apparaissent en noir, elles seront prochainement publiées.

Des débuts très positivistes

On a vu dans le billet précédent que le Syndicat comprend dès l’origine la bibliothèque positiviste de la Rue Réaumur. Celle-ci a été fondée en 1880 par le successeur d’Auguste Comte, Pierre Laffitte, afin d’offrir au prolétariat ouvrier la bibliothèque imaginée à son intention par le maître positiviste entre 1848 et 18512. On notera qu’Alfred Dubuisson3, le bibliothécaire de la rue Réaumur, indique que le noyau initial du fonds de la bibliothèque a été réuni par Laffitte en 1861 (voir ici dans La Revue occidentale, philosophique, sociale et politique). Est-ce un hasard lorsque l’on sait que la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement (BAI-III)  est fondée en 1861 ? On a également noté que la bibliothèque de la rue de Réaumur est une des rares à ne pas participer à l’organisation de la fête du Trocadéro en 1882 : faute de moyens, cette bibliothèque n’ayant pas la taille des BAI ? consigne de Pierre Laffitte ? ou volonté du Syndicat ?

Les fondateurs des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) comptent plusieurs positivistes convaincus : parmi eux, Paul Delamarche, fondateur de la BAI-XIV [voir fiche DELAMARCHE] et Auguste Vorbe [voir billets sur VORBE] fondateur de la BAI-XIX, deviennent tour à tour présidents du Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine. Parmi les fondateurs de la BAI-VI en 1876-1877 (voir ici le billet sur la BAI-VI) , on trouve les Docteur Robinet (voir ci-dessous) et Dubuisson (voir ci-dessous). À la BAI-XIV, en plus de DELAMARCHE déjà cité, CAUZART (déjà présent à la BAI-III)  et MAHY sont également positivistes4.

Delamarche et Laffitte ont des liens solides  : lors du banquet organisé en 1885 pour  célébrer la condamnation du journal  Le Cri du Peuple qui a violemment attaqué Delamarche, Laffitte fait un long discours (voir ici) apportant tout son soutien à un ami de longue date et à son épouse. À ce banquet participent (ou envoient des lettres de soutien) de nombreuses personnalités du monde positiviste5 comme le journaliste Émile Corra, le docteur Paul Dubuisson, Charles Jeannolle, l’ouvrier-typographe Auguste Keufer, etc6, et des BAI, comme Girard [fondateur de la première BAI, la BAI-III, voir fiche et billets GIRARD], Maugery, alors président de la BAI-III, Goudchaux, président de la BAI-VIII, etc. Pierre Laffitte a également été proche de Henri Harant [voir fiche HARANT], autre fondateur important de la BAI-III :  il a rédigé avec lui des Leçons de cosmographie en 18537 et des Leçons de mécanique élémentaire en 1858 (voir ici) il tient les cordons du poêle lors de l’enterrement de Harant8.

La conférence positiviste“, Le Monde illustré, 21 novembre 1891. Gallica (BnF).

Laffitte est convaincu de la nécessité d’un enseignement positiviste populaire9 et les BAI, déjà rompues à organiser des cours, des conférences et des sorties, semblent constituer pour lui un excellent terrain. De manière plus générale, il voit dans les bibliothèques « un heureux moyen de rapprochements fraternels » et un moyen de conquête institutionnelle qu’il souligne dès 186810. Il offre ainsi une série de conférences très appréciées à la bibliothèque populaire du petit Montrouge en 1877 sur la Révolution française, notamment sur Danton, un des personnages historiques qui lui semblent dignes d’intérêt, à l’instar de Diderot.

[Référence et hommage à Pierre Laffitte et ses conférences à Montrouge] Danton et Victor Hugo. Aux 100,000 lecteurs de “Quatrevingt-Treize” ; par un vieux cordelier Éditeur : (Paris) Date d’édition : 1877. Gallica (BnF).

Laffitte est régulièrement invité à donner des conférences pour les BAI. Par exemple, en février-mars 1881 :

* à la BAI-XIV  une série de trois conférences sur “la Diplomatie française” ;

* à la BAI-VI une conférence sur “la Conception positive de la question sociale”, une sur “l’Incorporation du prolétariat” et une autre sur les “Travaux de Paris” ;

* à la BAI-XI  une conférence sur “la nécessité de la Morale positive11”.

Les conférences faites par Laffitte à la BAI-XIV sont parfois suivies de sorties qu’il anime  : une conférence en 1877 sur Diderot entraîne une visite du site de Grand-Val (Sucy-en-Brie) où le baron d’Holbach recevait12 ; une autre conférence en 1879 est suivie d’une présentation à une soixantaine de personnes des lieux-clé des débuts de la Révolution française et de la monarchie à Versailles ; une conférence en juin 1880 sur “l’Ermitage de Jean-Jacques Rousseau, et le Salon de madame d’Epinay” donne lieu le dimanche suivant, à une visite guidée  des sites d’Epinay, la Chevrette et l’Ermitage pour une soixantaine de personnes13. En 1884, une conférence de Laffitte à la BAI-XIV  puis à la BAI-XV sur Port-Royal est suivie d’une excursion le dimanche à Port-Royal des Champs 14. Ces sorties, appelées “pèlerinages15”, sont l’occasion pour Paul Dubuisson d’indiquer que la BAI-XIV et Delamarche sont selon lui d’un dynamisme tout particulier (voir extrait du texte ci-dessous).

P. Dubuisson, “Le pèlerinage civique de Versailles”, La Revue occidentale, philosophique, sociale et politique, 1879, p. 281. Gallica (BnF).

À la BAI-XIX, Auguste Vorbe invite régulièrement  des conférenciers positivistes (voir un prochain billet sur les conférences organisées par la BAI-XIX) comme Laffitte, Paul Dubuisson ou Isidore Finance. La venue régulière de ce dernier et la présence de Keufer et Dubuisson au banquet précédemment évoqué laisse supposer des liens entre les BAI et le cercle des prolétaires positivistes puis la Société d’enseignement populaire positiviste, même si le cercle  n’admet que les «ouvriers manuels et employés » et exclut  les « marchandeurs et membres d’associations coopératives16 ».

Une bibliothèque populaire positiviste diversement appréciée par les républicains du conseil municipal

Ces  liens amicaux et intellectuels, renforcés par l’admission de la bibliothèque positiviste au sein du Syndicat , fragilisent précisément le bel édifice syndical. En effet, le positivisme a de nombreux adversaires, y compris au sein du conseil municipal parisien. Si les édiles sont prêts à voter les subventions aux BAI, ils ne le sont pas tous pour la bibliothèque de la rue de Réaumur. Les discussions agitées du Conseil reflètent les débats et stéréotypes contemporains autour du positivisme. Certains conseillers considèrent en effet que le positivisme est une religion17 et que ce faisant la bibliothèque ne peut, à l’instar des bibliothèques catholiques, bénéficier de subventions destinées à des institutions laïques… La première passe d’armes (voir ici) a lieu le 23 décembre 1882. On comprend à la lecture du compte-rendu municipal que la demande concernant la bibliothèque positiviste a été déposée par le conseiller municipal Gabriel Robinet qui déclare que les fondateurs de cette œuvre sont au nombre de ses amis. Et pour cause ! Lui-même positiviste, ce médecin est le fils de Jean-François Eugène Robinet, un des exécuteurs testamentaires de Comte, et le beau-frère de Paul Dubuisson. Robinet s’oppose dans cette séance au républicain et anti-clérical Yves Guyot. Cette passe d’armes n’est sans doute pas liée qu’à la question du positivisme, et reflète peut-être un affrontement plus général sur les missions des bibliothèques populaires. Yves Guyot est en effet un des fondateurs de la BAI-VII en 1875 avec le docteur Charles Frébault, sénateur républicain radical18.

Nadar, portrait de Yves Guyot. Gallica (BnF).

Les subventions sont refusées à une courte majorité d’une voix à la bibliothèque positiviste19. La polémique revient avec encore plus de force l’année suivante, Robinet recevant l’appui de Léonce Levraud et de Jean-Marie Pichon. En plus des discussions tournant autour du positivisme, des questions sont posées (voir ici) qui ne manquent sans doute pas d’inquiéter le Syndicat : quel est le contenu de cette bibliothèque positiviste ? et plus généralement doit-on subventionner les bibliothèques populaires qui (contrairement à la bibliothèque positiviste) prêtent majoritairement des romans ? si la bibliothèque positiviste n’est pas acceptée, ne conviendrait-il pas que le Syndicat en son entier renonce aux subventions ?  Les voix se répartissant équitablement, et le président refusant de départager, les subventions à la bibliothèque positiviste sont à nouveau refusées20. En 1884, Delamarche demande à nouveau, en tant que président du Syndicat, une subvention pour la rue de Réaumur21. Il est soutenu par Paul Strauss et Ferdinand Dreyfus, lesquels appartiennent aux huit conseillers qui, à l’initiative de Pichon, appuient favorablement la demande, laissant le soin à la Commission du budget de trancher en fonction des renseignements obtenus sur la bibliothèque dont d’autres conseillers croient savoir qu’elle est en voie de dissolution (voir ici). La suite est mystérieuse : la bibliothèque positiviste semble bel et bien avoir cessé de fonctionner (voir ici), et on ne trouve en effet plus trace de son existence dans les imprimés du Syndicat comme dans les délibérations du Conseil municipal. Dans un article intitulé “Qui trompe-t-on ici22 ?”, publié par La Revue occidentale, philosophique, sociale et politique, un certain J.-F.-E. Chardoillet (pseudonyme de J.-F.-E. Robinet, le père de Gabriel) se livre à un réquisitoire féroce contre certains membres du Conseil municipal qui semble bien un dernier baroud d’honneur.

Le Syndicat des bibliothèques populaires libres gagne peut-être avec l’éviction de la bibliothèque positiviste une respectabilité supplémentaire aux yeux du Conseil municipal puisque son président (Delamarche en l’occurrence) devient membre de la “Commission centrale de surveillance des bibliothèques administratives française et étrangère de la préfecture de la Seine et des bibliothèques populaires communales et libres”, de même que Goudchaux, président de la BAI-VIII23. Edmond Goudchaux24, banquier,  républicain radical, est un pionnier  de la Ligue de l’Enseignement à Metz en 1866 et un soutien des bibliothèques populaires dès leur origine25. Créateur de l’œuvre du “Foyer du soldat”  en 190126, il y réserve une place toute particulière aux bibliothèques, lesquelles ont vocation comme les populaires à distraire et instruire.

Bibliothèque du foyer du soldat à Fontainebleau vers 1910. Extraite de Armée et marine (…) 1910. Gallica (BnF).
Edmond Goudchaux vers 1910. Extrait de Armée et marine (…) 1910. Gallica (BnF).

Delamarche et Goudchaux27 insufflent probablement au Syndicat un vent de rigueur dans les statistiques. Certes, dès leurs origines, ces bibliothèques ont tenu des comptes étroits des livres empruntés et de leurs thématiques, du nombre d’emprunteurs par sexes et catégories professionnelles28. Mais les statistiques délivrées par le Syndicat témoignent d’un travail impressionnant des bibliothécaires et/ou  bénévoles(voir ci-dessous) qui doivent remplir des formulaires très précis. Rappelons en effet que les bibliothèques populaires sont tenues par des bénévoles parfois aidés d’une personne rémunérée quelques heures pour faire office de “bibliothécaire”. La synthèse finale facilite l’obtention des subventions municipales.

Peut-on, en ce cas, parler encore de bibliothèques libres ? oui, si on considère qu’elles ne sont pas communales et qu’elles fonctionnent encore selon un système coopératif  …

Le centenaire de Diderot et l’exposition d’Amsterdam

Si la bibliothèque positiviste s’éteint, les liens entre positivistes et membres des BAI demeurent forts dans la décennie 1880, avec des actions communes. L’organisation du centenaire de Diderot en est un exemple. Ce centenaire est diversement apprécié : les catholiques et la droite conservatrice dénoncent un affront particulier ; même dans les rangs républicains, certains hésitent, voyant davantage en Denis Diderot l’homme des écrits licencieux que le chantre de l’esprit des Lumières. Or Laffitte constitue un Comité du centenaire auquel Delamarche, alors président du Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine,  apporte son concours.

Le centenaire de Diderot“, Le Panthéon de l’industrie”, 1er janvier 1884. Gallica (BnF).

Ce Comité, qui se réunit de janvier à mars 1884, décide du déroulement de la fête à venir à Paris.  La fête du centenaire se déroule, tout comme la fête fondatrice du syndicat des bibliothèques, au Trocadéro29. Parmi les personnes dont les journaux soulignent la présence, Paul Bert (voir le billet précédent) et le député Eugène Spuller, collaborateur et ami de Gambetta. Certains publicistes ironisent :

Diderot et Danton, tels sont, en philosophie et en politique, les grands hommes du positivisme orthodoxe et par là même les deux grands hommes du jour, car le positivisme, longtemps réduit à l’état de secte très étroite, est devenu la doctrine régnante, depuis que l’opportunisme s’y est rallié par l’intermédiaire de Gambetta, et l’on a pu voir encore un témoignage de cette alliance dans la conférence du Trocadéro, faite pour la célébration du centenaire de Diderot, la veille de l’inauguration de sa statue, par M. Pierre Laffitte, le représentant attitré d’Auguste Comte, sous la présidence de M. Spuller, l’ami le plus intime et le lieutenant de Gambetta30.

Parmi les nombreux lazzi autour de cette commémoration, il en est un issu du journal conservateur Le Pays, repris par plusieurs journaux. Il concerne Delamarche et le titre dont il se prévaut. Le Syndicat des bibliothèques populaires libres ne semble pas avoir une large renommée … à moins que les sarcasmes visent perfidement les bibliothèques populaires considérés alors par la droite conservatrice et cléricale comme des officines républicaines ! L’Univers, par exemple, reprend les remarques du Pays :

Il vient de se former un comité destiné à procurer la célébration solennelle du centenaire de Diderot, l’immonde encyclopédiste. A ce sujet, nous lisons dans le Pays :
Diderot avait déjà un boulevard, il lui faut maintenant un centenaire. Cet encyclopédiste est insatiable.
Un comité s’est lestement formé, afin de pourvoir à cette nécessité d’un centenaire de Diderot. En France, on fait des comités avec une prodigieuse facilité, parce que la vanité bête y revêt les formes les plus diverses, et que c’est être quelque chose qu’être membre d’un comité. Nous parions qu’avant quinze jours on verra circuler des cartes ainsi libellées :
X…,
Membre du comité du centenaire de Diderot.
Donc un comité s’est formé : on y voit figurer des reporters judiciaires, des avocats, des médecins, des conseillers municipaux, quatre députés, un monsieur qui se pare de cette qualification bizarre : président du syndicat des bibliothèques populaires31.

Notons d’ailleurs  d’ailleurs que cette méfiance des cléricaux envers les bibliothèques populaires qui célèbrent Diderot dépasse le cadre de la Seine. Pierre-Félix Mathé, député (gauche radicale) de l’Allier, est décrit dans L’Avenir de Vichy, du 12 avril 1885 comme un exemple peu recommandable d’homme politique qui trouve dans le centenaire de Diderot et la bibliothèque populaire locale des moyens supplémentaires d’endoctriner le peuple :

En somme, son principal appui c’est le peuple, le bas peuple, ignorant et crédule, dont il exploite la bonne foi.
Dans ce milieu il pontifie, mais dès qu’il a affaire à des gens éclairés, il se dérobe et préfère s’abstenir, de crainte d’être relégué au second plan.
Peu expansif par nature, vivant très retiré, concentré en lui-même, il a peu ou pas d’amis. Très intéressé, son nom ne figure jamais sur les listes de souscription. Lors du Centenaire de Diderot, il eut soin de se glisser au milieu du comité pendant la conférence, afin qu’on le vît, mais il oublia de souscrire.
Pierre-Félix Mathé fréquente assidûment la bibliothèque populaire, dont il a fait, en quelque sorte, son bureau politique. Là, il donne ses consultations, et a transformé ce lieu en un club où il pérore en présence de ses adeptes32.

Le principal organisateur de la fête du Trocadéro est Delamarche, vice-président du Comité pour le centenaire Diderot. Une subvention est ouverte, dont le troisième souscripteur est également Delamarche, “président du syndicat des bibliothèques populaires”. Rejoignent bientôt le Comité Diderot “Worbe [Vorbe] , Étienne, Fontaine, Martin, Trubert, représentants du Syndicat des Bibliothèques populaires de Paris33”. Vorbe représente la BAI-XIX (voir ici), Étienne la BAI-XV, Fontaine la BAI-XVIII, Martin la BAI-VII, Trubert la BAI-VI (voir ici). Le reliquat de la souscription doit servir à l’érection d’une statue à Langres (Haute-Marne), patrie natale de Diderot. Il y a tout lieu de supposer que Delamarche et Girard (fondateur, rappelons-le des bibliothèques populaires) sont d’autant plus favorables à cette manifestation qu’ils sont aussi originaires de la Haute-Marne [voir sur ce carnet les fiches et billets Delamarche et Girard], comme Claude-Anthime Corbon, dont ils sont proches34, et dont la présence est signalée à Langres le jour de l’inauguration.

Ce sont d’ailleurs toutes les bibliothèques populaires libres de Paris qui sont remerciées de leurs efforts (elles ont notamment placé des billets pour la fête du Trocadéro), sous la forme de brochures et ouvrages offerts par le Comité. Il s’agit de35  :

–  Œuvres choisies de Diderot, Reinwald éditeur, 1884 [édition du Comité pour l’érection de sa statue à Paris]

La Revue occidentale, numéro du l er septembre1884 [rendant compte des fêtes en l’honneur de Diderot, qui ont eu lieu à Paris et à Langres]

Les Eleuthéromanes, dithyrambe, par Diderot, avec un commentaire historique, Paris, Ghio, 1884 [préface du Dr Robinet]

Sous l’impulsion de Delamarche et de Vorbe, le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine a donc une activité ouvertement républicaine, influencée par la pensée positiviste, et marquée par le goût contemporain des banquets et grandes cérémonies. Notons entre autres un banquet en mai 1883 auquel les dames sont admises36, une grande fête au profit des bibliothèques syndiquées en décembre 1883 au Cirque des Champs-Elysées37, un banquet de 200 couverts pour le 9e anniversaire du Syndicat en novembre 189038, la présence aux funérailles de Paul Bert, etc., etc.

Mais le Syndicat poursuit aussi le travail ingrat entamé par les fondateurs qui est de produire des documents permettant de mesurer l’activité des bibliothèques et d’en témoigner. La Société Franklin est alors toujours active, avec son Bulletin destiné à la France entière. Sans doute les orientations de la Société Franklin (voir ici), plus conservatrices, expliquent-elles aussi la naissance de ce Syndicat ouvertement gambettiste et positiviste.

Les bibliothèques populaires participent depuis leur création aux Expositions universelles et expositions diverses. Elles ont remporté un grand nombre de médailles sous le Second Empire (voir ici).  En 1883, plusieurs bibliothèques populaires  et le Syndicat participent à l'”exposition spéciale de la ville de Paris et du département de la Seine” lors de l’Exposition internationale d’Amsterdam. La participation des bibliothèques populaires libres au même titre que les bibliothèques populaires communales, de création plus récente,  s’avère défavorable aux populaires. Dans le catalogue d’exposition, les municipales sont présentées en premier, et leur dispositif montre qu’elles sont en train de prendre un ascendant sur les populaires libres plus anciennes et moins dotées. Ainsi l’inventaire (voir ici) nous apprend que les municipales exposent des photographies et des aquarelles des salles de lecture alors que les populaires libres ne sont pas en mesure de montrer de tels dispositifs. Le nombre d’ouvrages empruntés nous enseigne aussi que les municipales, qui ont mis en place le prêt de livres plus tardivement, ont comblé leur retard et prêtent désormais trois fois plus que les populaires libres.

Le rapport sur l’Exposition contient un résumé sur les bibliothèques populaires et le Syndicat. L’ insistance sur le travail de la BAI-XIV, la présence de la BAI-III, la large mention du Syndicat, donne à penser que Delamarche a donné les indications nécessaires au résumé voire l’a lui-même rédigé, peut-être aidé de Girard, afin de montrer que les populaires ont encore une fréquentation importante, et pour certaines un véritable dynamisme. Les conférences et les sorties sont largement mentionnées, car les municipales n’en organisent pas.  En revanche, les documents exposés par les BAI à Amsterdam (voir ci-dessous) sont du même type que ceux que l’on a montré dès 1867 (statuts, catalogues, statistiques) dont on sait qu’ils ne passionnaient déjà pas les foules.

Catalogue de l’exposition spéciale de la ville de Paris et du département de la Seine : Exposition internationale d’Amsterdam en 1883 Auteur  :  Exposition internationale (1883 ; Amsterdam). Auteur du texte Éditeur  :  Imprimerie Chaix (Paris) Date d’édition :  1883. Gallica (BnF).

L’activité du Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine est consacrée lorsque Delamarche “président du syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine” reçoit la décoration universitaire d’officier d’académie en 1887, le même jour que le secrétaire du Syndicat, Vernier39.

L’activité des BAI entre 1882 et 1884

La volonté de fournir des statistiques au Conseil municipal et de les montrer à l’Exposition d’Amsterdam permet de connaître l’activité des bibliothèques syndiquées en 1883-1884. En effet, ces bibliothèques ont parfois laissé peu d’archives et n’ont pas toujours imprimé leurs compte-rendus. Les bilans établis par le Syndicat permettent donc d’avoir quelques renseignements sur certaines bibliothèques et surtout d’avoir une véritable radiographie de l’activité globale de ces bibliothèques.

Syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine, “Tableau des Bibliothèques syndiquées – Compte-rendu de la Fête organisée le 9 décembre 1883, par le Syndicat des Bibliothèques populaires libres au cirque d’été – Discours de M. Madier de Montjau, député – Rapport au Conseil municipal – Tableau des Bibliothèques syndiquées – Exercice 1883 et 1884) – Liste des délégués au Syndicat”, Paris, Imprimerie E. Desgranchamps, 45, avenue d’Orléans, 1884. Coll. privée.

Ces statistiques supposent un travail de fourmi. Elles impliquent que les bénévoles aient le temps et la rigueur nécessaire pour noter les entrées et sorties de livres, puis qu’ils fassent une synthèse et la recopient à l’intention du Syndicat. Dès 1884, les chiffres ne semblent plus remonter aussi régulièrement. Ceux de 1883 ne semblent d’ailleurs pas toujours d’une grande exactitude dans certaines bibliothèques et l’on verra que l’une d’elles prête exactement autant d’ouvrages qu’elle en possède ! Ces réserves faites, il est néanmoins intéressant de les comparer et d’en tenter de premières analyses (voir à la fin du billet les différents tableaux tirés de ces chiffres sur le nombre des lecteurs, la répartition hommes/femmes, le nombre de livres lus, etc. ainsi que les fiches d’identité des bibliothèques libres établies à partir des renseignements figurant dans la synthèse du Syndicat).

Le rapport adressé aux conseils municipaux parisiens et au Conseil général, rédigé par Delamarche, insiste sur l’augmentation entre 1882 et 1883 du nombre de sociétaires et d’ouvrages empruntés. “Nous avons”, précise-t-il, “plus particulièrement appelé l’attention bienfaisante, au point de vue républicain, exercée par les Bibliothèques par association dans le milieu social où elles fonctionnent”. On imagine que les détracteurs conservateurs des bibliothèques populaires ont sursauté à la lecture de ce passage !

Pourtant, les chiffres donnés par Delamarche, montrent que les bibliothèques n’atteignent que partiellement l’objectif de fournir des lectures aux ouvriers :

Sous le rapport professionnel, les membres de nos associations se répartissent de la manière suivante :

Ouvriers et artistes                                                                      1803

Employés                                                                                          1208

Se rattachant aux professions dites libérales                    393

Commerçants, fabricants, propriétaires et rentiers       715

Non classés                                                                                     1648

TOTAL égal                                                                                156740.

Delamarche précise que dans le groupe des non classés “figurent presque toutes les femmes auxquelles il n’est pas d’usage de demander la profession, dans beaucoup de Sociétés”.

Pour ce qui est de la lecture sur place de livres, encyclopédies, revues, brochures, rapports et journaux,  le Syndicat l’évalue à 10 lecteurs par soirée, et pour l’année et l’ensemble des bibliothèques syndiquées à 47 450 lecteurs. On peut douter de la véracité de cette indication, surtout en été  lorsque les lecteurs ne cherchent plus un local chauffé, faute d’avoir un logement correct. Le Syndicat tente sans doute par ce chiffre de montrer que  les populaires peuvent soutenir la concurrence avec les municipales. De la même manière, le paragraphe sur la nature des livres lus (voir ci-dessous) ne donne pas les chiffres mais insiste sur une “amélioration”, une demande accrue des ouvrages instructifs qui serait liée à la réorganisation (comprendre dans un sens républicain) des écoles. De quoi largement contenter un conseil municipal parisien très républicain…

Syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine, “Tableau des Bibliothèques syndiquées – Compte-rendu de la Fête organisée le 9 décembre 1883, par le Syndicat des Bibliothèques populaires libres au cirque d’été – Discours de M. Madier de Montjau, député – Rapport au Conseil municipal – Tableau des Bibliothèques syndiquées – Exercice 1883 et 1884) – Liste des délégués au Syndicat”, Paris, Imprimerie E. Desgranchamps, 45, avenue d’Orléans, 1884. Coll. privée.

Ce flou artistique sur quelques résultats décevants est lié au fait que le Syndicat demande le renouvellement des subventions et espère même qu’elles soient augmentées. Les motifs exposés par Delamarche pour obtenir les crédits nécessaires sont intéressants et montrent que les bibliothèques populaires libres multiplient les initiatives et ont besoin en effet pour ce faire d’argent. Le premier est la tenue des cours et conférences que les BAI ont très tôt organisés afin d’entraîner les auditeurs à des lectures complémentaires. Avec le développement du matériel scientifique, ces séquences sont de plus en plus coûteuses, même si les conférenciers interviennent bénévolement : “on peut indiquer surtout les leçons de science vulgarisée qui nécessitent l’emploi d’instruments ou de produits que l’on ne saurait se procurer sans bourse délier”.  Ces conférences nécessitent des salles plus grandes, et Delamarche leur impute le déménagement de la BAI-III (de la rue de Sévigné à la rue de Turenne) et de la BAI-V. Pour cette dernière de surcroît “nos collègues, par une patriotique reconnaissance, ont ouvert une salle nouvelle pour placer convenablement les livres de notre illustre et regretté Louis Blanc, légués par lui à cette société dont il fut le Président41”.

Le second motif est l’impression des catalogues destinés à aider les lecteurs dans un choix éclairé et personnel42. Delamarche indique que l’impression de ces catalogues et de leurs suppléments  coûte cher, comme viennent de l’expérimenter les BAI-XII et BAI-XIV, et que faute de moyens certaines BAI (comme la BAI-VIII) n’ont toujours pas de catalogue…

Bibliothèques libres ? On ne peut s’empêcher, à la lecture de ce rapport de douter de leur totale liberté, en tout cas par rapport à la municipalité parisienne et au Conseil général. Mais elles demeurent des bibliothèques associatives, où les décisions sont prises par des représentants des lecteurs, et où les initiatives sont encouragées.

Nous verrons, dans un prochain billet, comment le Syndicat s’est mobilisé pour l’Exposition universelle de 1900 et pour le cinquantenaire des bibliothèques populaires.

Bibliothèque Nombre de sociétaires Hommes Femmes Nombre de volumes possédés Nombre de volumes prêtés Nombre annuel de cours Nombre annuel des conférences Nombre annuel des excursions
BAI-II 265 208 57 1080 2292 2 2
BAI-III 310 170 140 5405 6864
BAI-V 532 450 82 9266 8738 6
BAI-VI 385 300 85 5950 2727 4
BAI-VII 315 216 99 3130 4911 120 6
BAI-VIII 281 184 97 2381 1707 10
BAI-XII 772 512 260 5107 13332 104 18
BAI-XIII 445 411 34 3375 10901 21
BAI-XIV 697 419 278 5466 17760 24 4
BAI-XV 385 227 158 4617 8264 20
BAI-XVII 525 400 125 4235 13458
BAI-XIX 384 333 51 5613 5613 4
BAI-XX 471 271 200 4400 11903
Positiviste 155 149 6 662 1024 19
Asnières 432 327 105 5260 10771 1
Malakoff 177 142 35 3175 3388 1
Saint-Mandé 250 160 90 2639 3369
Bondy 111 111 1200 2961
Saint-Ouen 225 210 15 1390 5844
TOTAUX 7117 5200 1917 74351 135827 224 132 6

Chiffres donnés par le Syndicat des bibliothèques en 1884 pour l’exercice 188343

Les relevés de 1882 donnent le nombre d’hommes et de femmes. On constate donc que le lectorat féminin est moindre que le masculin, et parfois très réduit (mis à part le cas de Bondy où visiblement la bibliothèque n’est alors pas ouverte aux femmes). La volonté revendiquée par les bibliothèques populaires de donner aux femmes l’accès à la lecture n’est pas un plein succès, mais on notera que les bibliothèques qui ont oeuvré  dès leur fondation à l’accès pour les femmes à la lecture et aux conférences, comme la BAI-III et la BAI-XIV,  ont un pourcentage élevé de lectrices.  Il faut toutefois nuancer, car l’on sait que souvent les hommes s’inscrivent pour le foyer en son entier44. Il serait intéressant d’analyser les différences observées en les comparant aux compositions socio-professionnelles des quartiers, et à la cartographie des derniers cabinets de lecture et des bibliothèques paroissiales pouvant attirer le lectorat féminin.

Bibliothèque Nombre de sociétaires Hommes Femmes Pourcentage des femmes par rapport au nombre d’inscrits
BAI-II 265 208 57 21
BAI-III 310 170 140 45
BAI-V 532 450 82 15.5
BAI-VI 385 300 85 22
BAI-VII 315 216 99 46
BAI-VIII 281 184 97 31.5
BAI-XII 772 512 260 34
BAI-XIII 445 411 34 7.5
BAI-XIV 697 419 278 39
BAI-XV 385 227 158 40
BAI-XVII 525 400 125 24
BAI-XIX 384 333 51 13
BAI-XX 471 271 200 42.5
Positiviste 155 149 6 4
Asnières 432 327 105 24.5
Malakoff 177 142 35 20
Saint-Mandé 250 160 90 36
Bondy 111 111 0 0
Saint-Ouen 225 210 15 6
TOTAUX 7117 5200 1917 25

Exploitation des données du Syndicat : calcul du pourcentage de femmes chez les sociétaires en 1883

Le nombre de livres possédés par les bibliothèques et le nombre des livres empruntés offrent également de grandes disparités. Il semble que le nombre de prêts est plus important dans les bibliothèques ayant des activités qui drainent le public vers des lectures (cours, conférences) et/ou dans des quartiers ou des villes n’ayant pas d’autres structures de prêt et/ou ayant un lectorat féminin important (rappelons que la lecture des romans, plus fréquente, en tout cas plus avouée chez les femmes, constitue une part importante des prêts).

Bibliothèque Nombre de sociétaires Nombre de volumes prêtés Nombre moyen de livres prêtés par sociétaire
BAI-II 265 2292 9
BAI-III 310 6864 22
BAI-V 532 8738 16
BAI-VI 385 2727 7
BAI-VII 315 4911 16
BAI-VIII 281 1707 6
BAI-XII 772 13332 17
BAI-XIII 445 10901 24
BAI-XIV 697 17760 25
BAI-XV 385 8264 21
BAI-XVII 525 13458 26
BAI-XIX 384 5613 15
BAI-XX 471 11903 25
Positiviste 155 1024 7
Asnières 432 10771 25
Malakoff 177 3388 19
Saint-Mandé 250 3369 13.5
Bondy 111 2961 27
Saint-Ouen 225 5844 26
TOTAUX 7117 135827 19

Exploitation des données du Syndicat : calcul du nombre moyen de livres lus par lecteur en 1883

On constate également de grandes disparités dans le taux de rotation des ouvrages. Elles peuvent avoir les mêmes origines que pour le nombre d’ouvrages lus par lecteur. Mais elles s’expliquent parfois par le contenu des bibliothèques : concessions et dons ne correspondant pas aux centres d’intérêt des lecteurs, et souvent manque de rafraîchissement des collections entraînant une désaffection rapide.

Bibliothèque Nombre de volumes possédés Nombre de volumes prêtés Taux de rotation
BAI-II 1080 2292 2.8
BAI-III 5405 6864 1.3
BAI-V 9266 8738 0.9
BAI-VI 5950 2727 0.5
BAI-VII 3130 4911 1.6
BAI-VIII 2381 1707 0.7
BAI-XII 5107 13332 2.6
BAI-XIII 3375 10901 3.2
BAI-XIV 5466 17760 3.2
BAI-XV 4617 8264 1.8
BAI-XVII 4235 13458 3.2
BAI-XIX 5613 5613 1
BAI-XX 4400 11903 2.7
Positiviste 662 1024 1.5
Asnières 5260 10771 2
Malakoff 3175 3388 1.1
Saint-Mandé 2639 3369 1.3
Bondy 1200 2961 2.5
Saint-Ouen 1390 5844 4.2
TOTAUX 74351 135827 1.8

Exploitation des données du Syndicat : calcul du taux de rotation des ouvrages en 1883

Ces différents chiffres  et informations, et les données que l’on peut en tirer (pourcentage des femmes ; nombre de livres empruntés par lecteur; taux de rotation), permettent de dresser des fiches certes simples mais utiles pour chacune des bibliothèques (voir à la fin de ce billet).  En effet, le Syndicat donne à nouveau des statistiques pour 1884 (l’information du nombre de femmes disparaît, de même que les chiffres des bibliothèques de banlieue) qui permettent une vision plus fine. Sans surprise, on constate entre autres que la bibliothèque positiviste décline rapidement, que certaines BAI manquent totalement de dynamisme et perdent des lecteurs, alors que d’autres s’agrandissent comme la BAI-XIX, ou multiplient les actions comme la BAI-XIV… On remarque également que certaines bibliothèques ont moins d’ouvrages en 1884 qu’en 1883 : ont-elles désherbé leurs fonds ? les ouvrages perdus seraient-ils plus nombreux que ne le prétend la doxa ?

BAI-II Selon exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Selon exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 28 février 1883 28 février 1883
Adresse 15 rue Marie Stuart 15 rue Marie Stuart
Nombre d’inscrits 265 237
Hommes inscrits 208 NP
Femmes inscrites 57 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 1080 1539
Ouvrages lus en une année 2292 7350
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 9 6
Taux de rotation annuel des ouvrages 2.8 4
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 2 4
Excursions organisées par la bibliothèque 2 0
BAI-III Selon l’exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Selon l’exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 17 mars 1861 17 mars 1861
Adresse 54 rue de Turenne 54 rue de Turenne
Nombre d’inscrits 310 280
Hommes inscrits 170 NP
Femmes inscrites 140 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 5405 5300
Ouvrages lus en une année 6864 6401
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 22 23
Taux de rotation annuel des ouvrages 1.3 1.2
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 0 0
Excursions organisées par la bibliothèque 0 0
BAI-V Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 1863 1863
Adresse 75, rue Cardinal-Lemoine 75, rue Cardinal-Lemoine
Nombre d’inscrits 532 518
Hommes inscrits 450 NP
Femmes inscrites 82 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 9266 9916
Ouvrages lus en une année 8738 11204
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 16 22
Taux de rotation annuel des ouvrages 0.9 1.1
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 6 0
Excursions organisées par la bibliothèque 0 0
BAI-VI Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 15 juin 1876 15 juin 1876
Adresse 4 rue Honoré-Chevalier 4 rue Honoré-Chevalier
Nombre d’inscrits 385 350
Hommes inscrits 300 NP
Femmes inscrites 85 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 5950 4716
Ouvrages lus en une année 2727 1527
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 7 4
Taux de rotation annuel des ouvrages 0.5 0.3
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 4 6
Excursions organisées par la bibliothèque 0 0
BAI-VII Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 1875 1875
Adresse 12 rue Duvivier 12 rue Duvivier
Nombre d’inscrits 315 312
Hommes inscrits 216 NP
Femmes inscrites 99 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 3130 3296
Ouvrages lus en une année 4911 5586
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 16 18
Taux de rotation annuel des ouvrages 1.6 1.7
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 120 25
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 6 5
Excursions organisées par la bibliothèque 0 0
BAI-VIII Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en Juillet 1880 Juillet 1880
Adresse 48 rue Miromesnil 48 rue Miromesnil
Nombre d’inscrits 281 312
Hommes inscrits 184 NP
Femmes inscrites 97 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 2381 2666
Ouvrages lus en une année 1707 3315
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 6 11
Taux de rotation annuel des ouvrages 0.7 1.2
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 116
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 10 10
Excursions organisées par la bibliothèque 0 0
BAI-XII Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 5 mai 1876 5 mars 1876
Adresse 12 rue Chaligny 12 rue Chaligny
Nombre d’inscrits 772 831
Hommes inscrits 512 NP
Femmes inscrites 260 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 5107 5709
Ouvrages lus en une année 13332 18413
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 17 22
Taux de rotation annuel des ouvrages 2.6 3
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 104 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 18 22
Excursions organisées par la bibliothèque 0 0
BAI-XIII Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 1er avril 1878 1er avril 1878
Adresse 59 avenue des Gobelins 59 avenue des Gobelins
Nombre d’inscrits 445 446
Hommes inscrits 411 NP
Femmes inscrites 34 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 3375 3576
Ouvrages lus en une année 10901 11286
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 24 25
Taux de rotation annuel des ouvrages 3.2 3.2
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 21 20
Excursions organisées par la bibliothèque 0 0
BAI-XIV Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 24 juin 1871 24 juin 1871
Adresse 34 rue Ducoüedic 34 rue Ducoüedic
Nombre d’inscrits 697 827
Hommes inscrits 419 NP
Femmes inscrites 278 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 5466 6220
Ouvrages lus en une année 17760 19572
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 25 23
Taux de rotation annuel des ouvrages 3.2 3.1
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 24 27
Excursions organisées par la bibliothèque 4 4
BAI-XV Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 1er avril 1875 1er avril 1875
Adresse 127 rue Lecourbe 127 rue Lecourbe
Nombre d’inscrits 385 482
Hommes inscrits 227 NP
Femmes inscrites 158 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 4617 4507
Ouvrages lus en une année 8264 10053
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 21 21
Taux de rotation annuel des ouvrages 1.8 2.2
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 20 18
Excursions organisées par la bibliothèque 0 4
BAI-XVIII Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 1862 1862
Adresse 59 rue de la Chapelle 59 rue de la Chapelle
Nombre d’inscrits 525 608
Hommes inscrits 400 NP
Femmes inscrites 125 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 4235 4126
Ouvrages lus en une année 13458 13963
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 26 23
Taux de rotation annuel des ouvrages 3.2 3.4
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 0 0
Excursions organisées par la bibliothèque 0 0
BAI-XIX Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 12 septembre 1868 12 septembre 1868

1er août 1884 : succursale

Adresse 137 rue d’Allemagne 137 rue d’Allemagne

Succursale : rue de Flandre

Nombre d’inscrits 384 431

+ 50 succursale

= 481

Hommes inscrits 333 NP
Femmes inscrites 51 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 5613 5676

+ 1060 succursale

= 6636

Ouvrages lus en une année 5613 7052

+ 554 succursale

= 7606

Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 15 16
Taux de rotation annuel des ouvrages 1 1.1
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 4 11
Excursions organisées par la bibliothèque 0 0
BAI-XX Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en 1877 1877
Adresse 14 rue Delaître 14 rue Delatre
Nombre d’inscrits 471 460
Hommes inscrits 271 NP
Femmes inscrites 200 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 4400 4520
Ouvrages lus en une année 11903 13057
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 25 28
Taux de rotation annuel des ouvrages 2.7 2.9
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 0 0
Excursions organisées par la bibliothèque 0 0
Bibliothèque positiviste Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883 Exercice du 1er octobre 1883 au 30 septembre 1884
Fondée en Juin 1877 Juin 1877
Adresse 58 rue Réaumur 58 rue Réaumur
Nombre d’inscrits 155 95
Hommes inscrits 146 NP
Femmes inscrites 9 NP
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 662 882
Ouvrages lus en une année 1024 547
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 7 6
Taux de rotation annuel des ouvrages 1.5 0.6
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 19 20
Excursions organisées par la bibliothèque 0 0
Bibliothèque populaire libre d’Asnières Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883
Fondée en 8 septembre 1871
Adresse 29 rue d’Argenteuil
Nombre d’inscrits 432
Hommes inscrits 327
Femmes inscrites 105
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 5260
Ouvrages lus en une année 10771
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 25
Taux de rotation annuel des ouvrages 2
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 1
Excursions organisées par la bibliothèque 0
Bibliothèque populaire libre de Malakoff Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883
Fondée en 1877
Adresse 30 rue de la Tour
Nombre d’inscrits 177
Hommes inscrits 142
Femmes inscrites 35
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 3175
Ouvrages lus en une année 3388
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 19
Taux de rotation annuel des ouvrages 1.1
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 1
Excursions organisées par la bibliothèque 0
Bibliothèque populaire libre de Saint-Mandé Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883
Fondée en 1er mai 1878
Adresse 14 Chaussée de l’étang
Nombre d’inscrits 250
Hommes inscrits 190
Femmes inscrites 60
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 2639
Ouvrages lus en une année 3369
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 13
Taux de rotation annuel des ouvrages 1.3
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 0
Excursions organisées par la bibliothèque 0
Bibliothèque populaire libre de Bondy Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883
Fondée en 1879
Adresse Bondy
Nombre d’inscrits 111
Hommes inscrits 111
Femmes inscrites 0
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 1200
Ouvrages lus en une année 2961
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 27
Taux de rotation annuel des ouvrages 2.5
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 0
Excursions organisées par la bibliothèque 0
Bibliothèque populaire libre de Saint-Ouen Exercice du 1er octobre 1882 au 30 septembre 1883
Fondée en 17 janvier 1879
Adresse 23 avenue des Batignolles
Nombre d’inscrits 225
Hommes inscrits 210
Femmes inscrites 15
Nombre d’ouvrages possédés par la bibliothèque 1390
Ouvrages lus en une année 5844
Moyenne du nombre d’ouvrages lus par inscrit dans l’année 26
Taux de rotation annuel des ouvrages 4.2
Nombre de cours organisés par la bibliothèque 0
Nombre de conférences organisées par la bibliothèque 0
Excursions organisées par la bibliothèque 0

  1. Louis Blanc était très attaché à la BAI-V à laquelle il lègue sa propre bibliothèque. Lors de ses funérailles, le conseil de la BAI-V fait partie du tout début du cortège organisé, celui du Syndicat se trouve plus loin. []
  2. Sur la bibliothèque voir sur ce carnet : David Labreure, “La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur,” in Bibliothèques populaires, 15/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2414 et sur son contenu initial : Annie PETIT, « De la Bibliothèque du prolétaire au XIXe siècle à la Bibliothèque positiviste, » in Bibliothèques populaires, 01/02/2018, https://bai.hypotheses.org/1929 et “Les bibliothèques positivistes, des projets d’Auguste Comte aux réalisations institutionnelles des disciples”, Conférence à la BAI-III, nov. 2014, en ligne ici. []
  3. Alfred Dubuisson est l’un des treize exécuteurs testamentaires de Comte. Il est très présent aux côtés de Laffitte,  rédige des articles, des discours et publie en 1910 Positivisme intégral, foi, morale, politique, d’après les dernières conceptions d’Auguste Comte, Paris, G. Crès, 1910. Sauf erreur de ma part, il s’agit d’Alfred Dubuisson, comptable, né à Paris en 1852, mort en 1929. Lors de son mariage avec Gabrielle Colson en 1887 à Meudon, le directeur de l’Observatoire, Pierre Jules César Janssen, lui sert de témoin. []
  4. Je remercie Louise Oudin qui me signale cette information. []
  5. L’histoire des écoles et mouvances positivistes est complexe. Voir Annie Petit, « Positivisme(s), écoles et mouvances »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 32 | 2018. http://journals.openedition.org/rhsh/314. []
  6. Procès en diffamation. M. Delamarche contre le “Cri du peuple” : application de la loi sur la presse du 29 juillet 1881 / Cour d’assises de la Seine. Paris, 1886. []
  7. L’ouvrage est toujours présent dans les collections de la BAI-III : voir ici. []
  8. Le Temps, 13 septembre 1884. []
  9. Voir Annie Petit, op. cit. []
  10. 20e Circulaire annuelle, 1868, 1. D’après Annie Petit, op. cit. []
  11. La Revue occidentale, philosophique, sociale et politique, 1881, p. 328. []
  12. La Revue occidentale (…), 1879, p. 182. []
  13. La Revue occidentale (…), 1880. Page 164. []
  14. La Revue occidentale (…), 1884. Page 339. []
  15. voir Annie Petit, op. cit. []
  16. Voir David Labreure, “La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur,” in Bibliothèques populaires, 15/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2414. []
  17. Voir Laurent Fedi, « Lien social et religion positiviste chez les penseurs de la Troisième République », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 2003/1 (Tome 87). []
  18. Selon le Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris du 7 janvier 1905. []
  19. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, 24 décembre 1882. []
  20. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, 30 décembre 1883. []
  21. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, 2O décembre 1884. []
  22. J.-F.-E. Chardoillet, “Qui trompe-t-on ici?“, La Revue occidentale, philosophique, sociale et politique ?”, 1884. []
  23. Recueil des actes administratifs de la Préfecture du département de la Seine, Paris, 1884-01. Page XLIV. []
  24. Moyse Edmond Goudchaux (1843-1907), banquier, originaire de Metz. Installé à Paris en 1878, il est président de la Société des forges et aciéries du Nord et de l’Est, des usines métallurgiques de la Basse-Loire, des mines du Quercy, des usines métallurgiques du Hainaut et du conseil d’administration de la Banque de Metz, etc. Très tôt actif aux côtés de Jean Macé, il est membre du conseil de surveillance de l’Assistance publique, membre du conseil général de la Ligue de l’enseignement, fondateur, organisateur et président de l’œuvre du Foyer du soldat, etc. Il est en butte à de nombreuses attaques antisémites de la presse pendant les années 1880-1900, et on l’accuse d’être “Prussien” alors qu’il a défendu Metz en 1870. On trouve une courte nécrologie de lui ici. []
  25. Édouard Sattler, “La Lutte contre les Apaches dans l’Armée – Les Foyers du soldat s’en préoccupent – Une œuvre belle, noble et généreuse“, Armée et marine : revue hebdomadaire illustrée des armées de terre et de mer, 1910-03-15. []
  26. Voir Rocheron E., “Le Foyer du soldat de Vincennes“, La revue pédagogique, tome 42, Janvier-Juin 1903. pp. 377-384. []
  27. Dès 1866, Goudchaux donne des cours de comptabilité au Cercle messin de la Ligue de l’Enseignement. Voir Le Temps du 11 juillet 1910. []
  28. Si les archives ont le plus souvent disparu, des compte-rendus imprimés en font foi. []
  29. “Comité central pour le centenaire de Diderot – 2e circulaire”, La Revue occidentale, philosophique, sociale et politique / publiée sous la direction de M. Pierre Laffitte, 1884, page 450. Sur le Centenaire de Diderot, voir  Daniel Brewer, « Diderot après coup », dans : Luc Fraisse éd., L’histoire littéraire à l’aube du XXIe siècle. Controverses et consensus. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, « Hors collection », 2005, p. 267-283. []
  30. Victor Fournel, “Diderot à Paris et à Langres”, Le Correspondant, 10 septembre 1884. La filiation Diderot-Danton est au coeur de la réflexion de Comte et est reprise par Laffitte : voir Anne-Marie Chouillet, “Diderot et Danton vus par le 19e siècle”, Dix-huitième siècle, 1978, page 337. []
  31. L’Univers, 19 janvier 1884. []
  32. Silhouettes biographiques des hommes de l’Allier“, L’Avenir de Vichy,  12 avril 1885. []
  33. La Revue occidentale (…), 1er janvier 1884. []
  34. Voir ici sur ce carnet les différents billets évoquant Claude-Anthime Corbon. []
  35. Les deux ouvrages sont bien présents dans le fonds conservé aujourd’hui par la BAI-III : voir ici. []
  36. Le Petit Parisien, 27 mai 1883. []
  37. Le Petit Parisien, 23 novembre 1883. []
  38. Le Petit Parisien, 11 novembre 1890. []
  39. “Décorations universitaires”, Le Temps, 2 janvier 1888. []
  40. Syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine, “Tableau des Bibliothèques syndiquées – Compte-rendu de la Fête organisée le 9 décembre 188, par le Syndicat des Bibliothèques populaires libres au cirque d’été – Discours de M. Madier de Montjau, député – Rapport au Conseil municipal – Tableau des Bibliothèques syndiquées 5Exerceice 1883 et 1884) _ Liste des délégués au Syndicat”, Paris, Imprimerie E. Desgranchamps, 45, avenue d’Orléans, 1884. []
  41. Sur ce legs, voir plus haut et un prochain billet. []
  42. Voir  Jean-Charles Geslot, Agnès Sandras. Rendre intelligible l’organisation des savoirs ? Les catalogues de bibliothèques populaires françaises dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Logiques de l’inventaire : classer des archives, des livres, des objets (Moyen Âge – XIXe siècle), Global Studies Institute (Uni. de Genève); IHMC, Oct 2019, Genève, Suisse. ⟨hal-02398136⟩. []
  43. Syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine, “Tableau des Bibliothèques syndiquées – Compte-rendu de la Fête organisée le 9 décembre 188, par le Syndicat des Bibliothèques populaires libres au cirque d’été – Discours de M. Madier de Montjau, député – Rapport au Conseil municipal – Tableau des Bibliothèques syndiquées 5Exerceice 1883 et 1884) _ Liste des délégués au Syndicat”, Paris, Imprimerie E. Desgranchamps, 45, avenue d’Orléans, 1884. []
  44. Voir Des bibliothèques populaires à la lecture publique [dir. A. Sandras], Presses de l’enssib, 2014. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Agnès Sandras (3 novembre 2021). Le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine (II/1883-1890). Bibliothèques populaires. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lv6j


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.