Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : JOSEPH LACROUX

LACROUX, Joseph (1832-1895)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Architecte originaire d’Albi, il est élève de César Daly. Il devient membre de son équipe dès les années 1850/55. Il a 29 ans en 1861, lors de son inscription à la BAI-III, et en 1865 il participe activement à la création de la BAI-V.

 

NOM : LACROUX

PrénomsJoseph Jacques

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : n°25, inscrit juste après Pierre ANDRÉ [voir fiche ANDRÉ]

Rôle dans la BAI-III : simple adhérent

État-civil et famille :

Joseph LACROUX naît le 31 décembre 1832 à Albi dans le Tarn1, où ses parents Joseph LACROUX, propriétaire, et Rose HENRIQ, se sont mariés le 1er mars de la même année2.

Il se marie civilement le 24 avril 1879 à Paris, avec Émilienne Aimée RENARD. Il a alors 47 ans, il est architecte et habite 23 avenue d’Orléans (14e arrdt). Le libraire éditeur Pierre ANDRÉ, membre comme lui de l’équipe de César DALY [voir fiche DALY], et lecteur de la BAI-III [voir fiche ANDRÉ] est témoin à son mariage3.

Émilienne Aimée RENARD a 35 ans lors de son mariage. Elle demeure aussi dans le 14e arrondissement, 21 avenue de l’Observatoire. Elle se présente comme sous-maîtresse puis institutrice en 1867, lors de la naissance de leur fils, puis sans profession le jour de leur mariage en 1879. Elle est née à Saint-Quentin (Aisne) le 16 mai 1844 de Théophile RENARD, maçon, et Anne Scholastique BOURÉ son épouse, tous deux décédés lors du mariage.

Joseph et Émilienne vivent plusieurs années en union libre. Ils ont un fils, Joseph Ferdinand, né à Montrouge le 18 mars 1867, 12 ans avant leur mariage officiel4. L’enfant est reconnu par son père 6 mois plus tard, sous le nom de Joseph Ferdinand LACROUX, le 22 septembre 1867, en présence d’Émilienne Aimée RENARD demeurant 1 rue de Bagneux à Montrouge5. Il est légitimé le jour du mariage.

Joseph Ferdinand est handicapé depuis l’enfance, exempté du service militaire en 1887, en instance d’insoumission en 19156.

Joseph Lacroux décède le 22 février 1895 à l’asile-hospice de Villejuif. Il a 62 ans. Architecte, son adresse est au 51 avenue de l’Observatoire7.

Professions : Architecte8

Adresses connues :

Il donne en 1861, 8 place Saint-Michel, à la même adresse professionnelle que César DALY9.

En 1866-1868 et lors de son mariage en 1879, 23 avenue d’Orléans, 14e arrdt10.

En 1869, 6 rue de la Sorbonne, adresse professionnelle de la Revue générale de l’architecture (RGA) dirigée par César Daly11.

Lors de son décès, 51 avenue de l’Observatoire.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique : non identifiés

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : en 1869, il est membre de la commission d’initiative de la société coopérative civile L’Épargne immobilière12 ; en 1882, il participe à la souscription organisée par la Société française des archives photographiques, historiques et monumentales, pour l’érection d’un monument à la mémoire de DAGUERRE (voir ici), inauguré le dimanche 26 août 1882 à Cormeilles-en-Parisis (actuel Val d’Oise). La Maison Ducher et Cie est aussi signataire13.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

il fait partie de la mouvance des fondateurs de la BAI-V, avec Pierre ANDRÉ lecteur n° 24, vice-président de la BAI-V, cosociétaire de la société commerciale André, Daly et fils, témoin à son mariage et membre de la commission d’initiative de « L’épargne immobilière » ; César DALY [voir fiche DALY] pour qui il travaille ; les libraires éditeurs de César Daly, Auguste MOREL, lecteur n° 145 et Edouard DUCHER, lecteur n° 240, tous deux donateurs à la BAI-V.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : vice-secrétaire de la BAI-V, il connaît ses membres.

Éléments biographiques complémentaires : architecte, originaire d’Albi, il a été élève de César Daly. Il travaille pour lui dès les années 1850/55. Beaucoup plus tard, en 1876, lors de la 5e Exposition de l’Union centrale des Beaux-Arts appliqués à l’industrie, il est chef du bureau des dessins et gravures de la maison Ducher et Cie, et il reçoit une médaille de bronze comme récompense de coopération, un peu tardives semble-t-il. Pour cette récompense, les coopérateurs doivent être présentés par leur maison. César Daly saisit l’occasion pour rendre hommage à son ancien élève qui depuis plus de 20 ans « conduit sous notre direction, avec le dévouement le plus absolu, le service important de la préparation et de l’exécution des planches de nos divers ouvrages » 14.

Il est l’auteur d’un important ouvrage d’architecture sur la brique, édité entre 1878 et 1884, et réédité au XXe siècle. C’est un traité novateur qui contribue à la remise à l’honneur de ce matériau au XIXe siècle pour sa fonction décorative, mais qui annonce aussi l’ère de l’architecture industrielle. Cette véritable grammaire décorative présente un historique de l’emploi du matériau de construction à travers les âges, et donne des adresses de fabricants contemporains. La brique, par ailleurs emblématique de la cathédrale d’Albi, a un grand succès à l’Exposition universelle de 1878 15.

Il semble enfin qu’il reste en rapport avec sa famille provinciale, puisqu’il est à Gaillac vers 188216.

Écrits de la personne :

Constructions en briques. La brique ordinaire au point de vue décoratif. Applications pratiques : hôtels privés, maisons de campagne, villas, dépendances, etc, par Joseph Lacroux architecte,… Texte par C. Détain architecte-ingénieur, Paris, Librairie générale de l’architecture et des travaux publics Ducher et Daly, 51 rue des écoles, 2 tomes In-fol., t. 1. La brique ordinaire, 1878 ; t. 2. Applications pratiques : hôtels privés, maisons de campagne, villas, dépendances etc. pl. en coul. Paris, André, Daly Fils, s.d. (1883-84), réédité en 1992 sous le tire : Architecturak Brickwork, J. Lacroux, David Jenkins, Londres, Studio Editions17.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique.

APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Geneviève Deblock

Fiche publiée le 3 novembre 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : JOSEPH LACROUX," in Bibliothèques populaires, 03/11/2021, https://bai.hypotheses.org/5204.

  1. AD81, Albi, Registre des naissances, 1832 : https://bach.tarn.fr/viewer/series/E_serie/4E/EC000022/4E00401504/ []
  2. AD81, 1er mars 1832, Acte de mariage de son père Joseph LACROUX, menuisier né à Castelnau de Levis (Tarn) le 29 mai 1797, fils d’Alexis, cultivateur, et sa mère Rose HENRIQ née à Saint-Joseph (Tarn) le 13 sep. 1811, fille de défunt Jacques HENRIQ et Jeanne BARREAU. []
  3. Joseph Jacques Lacroux, 1879, Mariage avec Émilienne Aimée RENARD. Les témoins du mariage sont Pierre ANDRÉ, libraire éditeur, 53 ans, demeurant 80 rue de Feuillantines, Alfred JACCAZ, employé, 42 ans, demeurant 11 rue Rataud, Aldérique RENARD, rentier, 42 ans, demeurant 26 avenue de Ternes et Camille RENARD, limonadier, 32 ans, demeurant 41 boulevard du Temple, tous deux frères de l’épouse. Il n’y a pas de contrat de mariage. []
  4. Voir AD92, acte n° 27, naissance de Joseph Ferdinand fils de Émilienne Aimée RENARD, institutrice, 22 ans, demeurant 1 rue de Bagneux à Montrouge. Les déclarants sont Louise Marguerite PETIT, veuve GUILBERT, sage-femme demeurant 79 route d’Orléans à Paris, Antoine Désiré MARONNIER, 40 ans, marchand boucher, et Jacques Hubert EMPEREUR, 43 ans, marchand de vin, domiciliés tous deux 90 avenue du Grand Montrouge. []
  5. AD92, acte n° 102, Reconnaissance, le 22 sept. 1867. Les déclarants sont Étienne PERONNET maître d’hôtel restaurant, et Auguste REIMANN mécanicien, demeurant tous deux 46 bis route d’Orléans. []
  6. ADVP, Recrutement militaire de la Seine, 1887-1921. []
  7. AD94, Villejuif, décès 1895. []
  8. Registre dit des inscriptions de la BAI-III. []
  9. Registre dit des inscriptions de la BAI-III ; COLL84, p. 74. []
  10. CRBAI-V. []
  11. Il est alors membre du comité d’initiative de l’Épargne immobilière. []
  12. Le Rappel, 17/08/1869. []
  13. Revue photographique : organe officiel de la Société française des archives photographiques, historiques et monumentales et de l’Union photographique de France, 1er janvier 1883, p. 97. []
  14. Voir RGA,1876, col. 267  ; Bulletin de l’Union centrale, revue mensuelle des beaux-arts appliqués à l’industrie, 1er août 1876 , p. 143, 326, 8e section, classe XII, Art appliqué à la vulgarisation, « la maison Ducher et Cie obtient une médaille d’argent et des médailles de bronze accordées à M. Lacroux, chef de notre bureau des dessins et gravures, et à M. RIQUOIS, dessinateur  » ; Voir RGA, 1876, col. 267  . []
  15. Voir plus loin, et https://patrimoine.seinesaintdenis.fr/IMG/pdf/lacroux_brique.pdf. []
  16. Voir RGA XXXIX, 1882, col. 103 : « mon collaborateur et ancien élève LACROUX,… l’auteur de l’excellent livre sur la brique ordinaire au plan décoratif…m’a communiqué le dessin d’une porte … prise au presbytère de l’église saint Michel à Gaillac » (planche 20). []
  17. C. DETAIN est un architecte-ingénieur membre lui aussi de l’équipe de la RGA. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.