Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Louis Collet

COLLET, Louis (1818-1891)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

On trouve peu de communards avérés parmi les fondateurs de la BAI-III. Raison de plus pour tenter de mieux identifier Louis Collet, un des premiers amis de l’instruction…

 

NOM : COLLET Prénoms : Louis, Frédéric

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 261

Rôle dans la BAI-III :

Aide le bibliothécaire PLOMB2 

Administrateur3.

État-civil et famille :

Louis Frédéric COLLET est né à Rouen (Seine-Inférieure) le 6 mars 18184. Ses parents se sont mariés 5 ans plus tôt, le 15 septembre 18135 et ont déjà perdu 2 enfants placés en nourrice6. On donne à Louis Frédéric les prénoms d’un enfant mort en nourrice à 8 jours le 13 août 1816.

Son père Jacques est ouvrier toilier, puis journalier et enfin allumeur de réverbères. Il meurt à 32 ans le 27 août 1824 quand Louis a 5 ans7.

Jacques a eu 8 enfants en 10 ans avec Rose Désirée PASDELOUP8, une fille d’ouvriers toiliers. Rose Désirée devient légumière puis poissonnière après le décès de son premier mari. Elle se remarie le 17 février 1827 et a 5 enfants9  avec Jean-Pierre DEVILLE10, débitant de boisson.

La mère de Louis meurt à 72 ans le 29 janvier 186911, deux fois veuve et ayant mis au monde 13 enfants, qui meurent tous à Rouen, et sans descendance, à l’exception de Louis.

Louis COLLET épouse à Rouen, le 8 juillet 1843, Reine Éléonore METAIS12 ; il est alors brossier. Elle est revendeuse de bas puis lingère en 1879. Ils ont trois premiers enfants à Rouen qui meurent en nourrice13, puis ils viennent à Paris avec Victorine Aminthe, née à Rouen en 185114 et qui meurt à 2 ans à Paris en février 185315. Leur dernière enfant, Hélène Césaire, blanchisseuse, naît à Paris (anc. 5e) le 17/8/185516. Elle se marie17 sans contrat le 15/11/1879 à Paris 4e avec Emile Frédéric HANIN, né le 26/7/1852, cartonnier, habitant 38 rue Notre-Dame de Nazareth (3e), elle est alors blanchisseuse ; les témoins sont :

  • Charles HUOT DE NEUVIER, 45 ans, chevalier de la Légion d’honneur, employé de chemin de fer18
  • Jacques LABBE, 62 ans, oncle de l’épouse, cordonnier, 20 rue Saint-Sauveur (2e)
  • Louis HANIN, 53 ans, employé d’usine
  • Victor METAIS, 56 ans, peintre en bâtiment,79 avenue de Clichy, oncle de l’épouse.

Une petite fille, Georgette Stéphanie HANIN (20/2/1883-7/12/1978), cartonnière, épouse à Dammarie-les-Lys le 11/7/1901 Henri PARISSE, ouvrier confiseur19. D’où postérité.

Louis Frédéric COLLET meurt à 73 ans le 16 novembre 1891 à Dammarie-les-Lys20. La table de succession montre qu’il est indigent, c’est à dire qu’au moment de son décès il n’a pas de patrimoine et qu’en particulier les frais d’obsèques ne peuvent être couverts par la succession21.

Professions :

brossier ou ouvrier brossier22 sur tous les actes d’état-civil retrouvés à partir de 1843 à Rouen quand il se marie, en 1861 sur la liste des lecteurs, en 1871 pour les « affaires judiciaires » et jusqu’en 1891 sur la liste électorale.

Adresses connues :

  • en 1861, 20 rue Saint-Sauveur (2e)
  • en 1871, 43 rue Vieille du Temple (4e)
  • du 28/12/1871 au 14/7/1872, emprisonné à la Citadelle de Saint-Martin-en-Ré (Charente inférieure, auj. Charente Maritime)
  • en 1875, emprisonné à la Maison centrale de Clairvaux (Aube)
  • en 1879, 36 rue Vieille du Temple (4e)
  • en 1891, 98 rue Saint-Antoine (4e).
  • Avenue de Chailly chez sa fille et son gendre à Dammarie-les-Lys (auj. Seine-et-Marne) lors de son décès.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique23 :

Louis est inscrit au palmarès de l’APH pendant l’année 1853/1854. Il suit le  cours de « lecture et écriture » 2e division qui se tient à l’école TURGOT et obtient le 2e prix. C’est la dernière année que ce cours est donné. Le professeur, M. LEFÈVRE, est instituteur communal24. Lefèvre fait partie des 13 qui quittent l’AP pour fonder l’APH. Son premier cours (Grammaire 1ère année, orthographe) ouvre à la Halle aux draps le 5 novembre 184925. Il déménage la même année à l’école TURGOT26. On retrouve Louis Collet au palmarès en 1862/1863 pour une 5e mention en comptabilité, avec pour professeur Jules REVERT,  à Turgot.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique27 :

Il participe à la Commune28  en tant que garde au 182e bataillon, dans une compagnie sédentaire, 4e légion (pour le 4e arrondissement).

Il fait partie du conseil de famille29 de son bataillon. Il est arrêté le 21/6/1871, et défendu par un avocat commis d’office. Le dossier comprend 43 pièces dont il ne reste que le jugement30 . Douze témoins sont à charge, 2 témoins à décharge. Il est accusé d’avoir cherché à faire arrêter des voisins. On atteste l’avoir vu sur une barricade rue du Chaume (actuelle portion de la rue des Archives) et rue Saint-Jacques. Il aurait été délégué d’une cour martiale. Il est condamné à l’unanimité le 7/12/1871 par le 10e conseil de Guerre (Sèvres) à la déportation simple31

 et à la dégradation civique pour avoir :

  1. porté des armes apparentes,
  2. aidé à élever des barricades,
  3. tenté de détruire et de changer le gouvernement,
  4. incité à la guerre civile.

Le dossier indique qu’il est catholique.  Louis Collet ne se pourvoit pas en révision. Détenu à la citadelle de Saint-Martin-de-Ré du 28/12/1871 au 14 /7/1872, il forme deux recours en grâce32 à 2 ans d’intervalle. Le dossier comprend principalement le rapport du Garde des sceaux Jules DUFAURE au président de la Commission des grâces Louis MARTEL, daté du 4 juin 1872 et écrit à Versailles, et un avis du général commandant la subdivision militaire de Seine-et-Oise qui conclut qu’il n’y a pas lieu de proposer une mesure de clémence, daté du 3 juin 1872. Le dossier ne contient pas l’argumentaire de la commission qui rend deux décisions de grâce :

  • elle commue la peine en détention de 5 ans le 15/6/1872
  • elle réduit la peine à 4 ans à partir du jugement le 16/12/1874.

Louis Collet serait sorti de prison en 1875.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée, mais il  existe une association des brossiers dont le siège est 76 rue de Bondy en 184933 . L’association adhère à l’AIT avec pour délégué Léopold Auguste  GRANJON qui est condamné dans le deuxième procès de l’AIT en mai 1868 et écroué à Sainte Pélagie  comme caissier de l’AIT à 3 mois de prison et 100 francs d’amende34.

D’après Jean Claude FARCY35 80 brossiers sont l’objet d’une répression judiciaire  après la Commune.

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : avec ceux qui aident le bibliothécaire PLOMB [voir fiche PLOMB] , dont plusieurs parents sont brossiers.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non repérées

Éléments biographiques complémentaires : pas pour le moment.

Écrits de la personne : non repérés à ce jour

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici. CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP : Association polytechnique.

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. MND : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le  18 décembre 2021 ; modifiée le

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CR BAI-III : Rapport Grandeau. []
  3. CR BAI-III 1861-1862, page 20. []
  4. AD76, Rouen, 1818, naissances, 3 E 399, vue 119/189 acte 459, ici. []
  5. AD76, Rouen,1813, mariages 3 E 399, vue 137/189 acte 684 ici. []
  6. AD76, Barentin, 1815,  NMD 3 E 999, vue 97/105, acte 80  pour Jacques Frédéric ici ; AD27, Hauville,1807-1820, NMD 8Mi 2166,  vue 473/665,  Louis Frédéric ici. []
  7. AD76,  Rouen, Décès 3 E 999,  vue 77/152, acte 1379 ici. []
  8. Informations trouvées grâce à la base généalogique Filae. []
  9. Informations trouvées trouvées grâce à la base généalogique Filae. []
  10. AD76, Rouen, mariages, 3 E 999, vue 33/49, acte 82 ici. []
  11. AD76 Rouen (hospice général), décès, 3 E 999, vue 20/204,  acte 74 ici. []
  12. AD76,1843, 3 E 999, mariages, vue 8/177,  acte 425, ici. []
  13. Maria Éléonore naît et meurt  en 1844 ; Rosa Éléonore en 1846 ; Georges Désiré en 1849. []
  14. AD76, 1851, naissances 3 E 999, vue 39/184,  acte 2201 ici. []
  15. AD75, décès V3E/D 317, vue 10/51 ici. []
  16. AD75, naissances, V3E/N 523, vue 39/44 ici. []
  17. AD75, mariages, V4E 2922, vue 11/31, acte 876, ici. []
  18. Chef du 12e bataillon de la garde mobile de la Seine, il est blessé à Stains devant Saint-Denis le 21 décembre 1870, et décoré par le ministre de la Guerre ; voir la base LEONORE ici. []
  19. AD77, 1901, Dammarie, 6 E 160/15, acte 42, vue 151 / 381 ici. []
  20. AD77, 1891, NMD,  6E160/16. Page 287/295, acte 71, ici. []
  21. AD77, tables de successions et absences, bureau de Melun, 207 Q 32, page 33/196, ici. []
  22. Un brossier peut fabriquer des brosses servant à se coiffer, ou à frotter les chevaux, à nettoyer les parquets, à peindre, etc. []
  23. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  24. “Pas d’autre titre, mais lequel vaut celui-là ?” disait un jour Jules SIMON cité par Antoine PRESSARD, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898. Jules SIMON entre à l’APH en 1868 et est nommé second fondateur de cette association (le premier étant Eugène LIONNET) pour sa contribution qu’il poursuit  jusqu’à sa mort en 1896. []
  25. La Démocratie pacifique : journal des intérêts des gouvernements et des peuples. 1848-11-23, voir  ici. []
  26. Annuaire de l’Industrie française …., 1851, page 70,  ici. []
  27. Les informations qui suivent  ont pu être localisées à l’aide de Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880), voir ici ; et de la notice COLLET Louis, Frédéric, version mise en ligne sur le Maitron le 26 juillet 2009, dernière modification le 19 février 2019, voir ici. []
  28. Comme pour beaucoup de communards nous connaissons sa participation uniquement  par les dossiers de  répression : elle fut le fait des conseils de guerre mais aussi des tribunaux correctionnels et des cours d’assises : les peines principales prononcées furent soit celles “habituelles” (mort, emprisonnement, bannissement) soit « spéciales » de la transportation dans un territoire ultra-marin (Nouvelle-Calédonie pour les hommes et les femmes ou Guyane pour les femmes) ; informations fournies par Pierre-Henri ZAIDMAN. []
  29. Le conseil de famille est une institution informelle par bataillon ou compagnie apparue progressivement dont les membres étaient élus sauf le président qui était le chef de bataillon ou le commandant de compagnie et qui réglait les problèmes internes (querelles, tours de garde, prêts et discipline sans passer dans ce cas devant un conseil de discipline etc. Informations fournies par Pierre-Henri ZAIDMAN. []
  30. Dossier aux Archives historiques de la Défense à Vincennes, 8J 291, pour le jugement du 12 décembre 1871 et dossiers de grâce aux Archives nationales à Pierrefitte, BB/24/749, et rapports de grâce C//3124 C//3127 C//3107. []
  31. La déportation simple signifie que les condamnés sont “libres” de circuler sur le territoire, la déportation en enceinte fortifiée signifie qu’ils peuvent sortir la journée mais qu’ils sont détenus la nuit ;  les travaux forcés signifient qu’ils sont enchaînés, astreints à un travail obligatoire et complètement détenus ; informations fournies par Pierre-Henri ZAIDMAN. []
  32. Pierre-Henri Zaidman, « Les sources des recours en grâce des Communards », Criminocorpus [ici]. []
  33. La Démocratie pacifique : journal des intérêts des gouvernements et des peuples,1849-09-11, voir ici. []
  34. Notice GRANJON, CTHS, auteur David LABREURE, en ligne  ici. []
  35. Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880), lire ici. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Louise Oudin (18 décembre 2021). Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Louis Collet. Bibliothèques populaires. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lv6m


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.