Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Ildephonse Favé

FAVÉ, Ildephonse (1812-1894)

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Surveillant des Amis de l’instruction ou philanthrope libre de ses actes ? Qui est Ildephonse FAVÉ, aide de camp de Napoléon III, présent parmi les Amis de l’instruction au moins de 1861 à 1868 ?

 

NOM : FAVÉ

Prénoms : Ildephonse [Idelphonse sur l’acte de naissance]

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 981

Rôle dans la BAI-III :

il aurait apporté par philanthropie son soutien afin que la bibliothèque des Amis de l’Instruction obtienne les autorisations nécessaires à son ouverture. D’autres voient en lui un des espions impériaux de la bibliothèque lors de sa fondation…

État-civil et famille :

Ildephonse (prénom germanique construit à partir du mot Hild signifiant combat) Favé est né à Dreux (Eure-et-Loir) le 28 février 18122. Il est orphelin de mère à 3 ans.

Sa mère, Renée Marguerite Adelaïde GUÉRIN ou GUERIN DUPERRON, née le 23 septembre 1789 à Habloville dans le département voisin de l’Orne, meurt à 26 ans à Dreux le 26 avril 18153. À la naissance d’Ildephonse, ses deux grands-parents maternels sont décédés. Le grand-père maternel Jean Louis Thomas était notaire comme l’arrière-grand-père Thomas René qui fait changer son nom en Maître GUÉRIN sieur du PERRON.

Son père, Louis Pierre Marie, est d’abord marchand de bois à Dreux puis marchand de gravures peu prospère à Paris. Ildefonse n’hérite que de meubles évalués à 200 francs lors du décès de son père à 58 ans le 9 janvier 1845, 18 boulevard du Temple, anc. 6e 4. Le grand-père paternel, Claude Louis, est marchand de bois à Châteauneuf-en-Thymerais (Eure-et-Loir) à 20 kilomètres au sud de Dreux. Il meurt en 18265, Ildephonse a 14 ans et n’a plus qu’une grand-mère en vie : Louise Marie CHAPRON dont on perd la trace.

Les témoins au mariage de ses parents le 1er avril 1811 à Nogent-Le Roulebois6 sont deux oncles maternels de l’épouse, Clément GUYOT, 42 ans, juge de paix à Nogent-Le-Roulebois (actuel Nogent-le-Roi, Eure-et-Loir) et Pierre Victor PRÉHU, 32 ans, officier de santé dans la même commune, un oncle de l’époux, Jean Maurice LHERMINET, aubergiste à Châteauneuf, un ami de l’époux greffier au tribunal de paix dans la même commune.

Nous n’avons pas trouvé où Ildephonse avait passé sa jeunesse.

En 1830, lorsqu’Ildephonse entre à 18 ans à Polytechnique, il est fait mention sur son dossier d’un curateur, Clément GUYOT (1770-1851), déjà témoin au mariage des parents en 1811, juge de paix à Nogent-le-Roi et grand-oncle maternel d’Ildephonse7.

Ildefonse FAVÉ épouse à 39 ans Julie Pauline DELAUNAIS, le 23 août 1851. Un contrat de mariage est signé chez Maître VAUDRON, notaire à Dreux le 16/8/18518. La mariée est une jeune veuve de 30 ans avec un enfant, Georges. Son premier mari, Jacques Edmond LUTTON, de son vivant avoué, demeurait à Versailles (auj. Yvelines), 18 rue de Montbauron. Le contrat est régi par la communauté de biens. Le promis apporte 2000 francs sous forme de ses meubles meublants, effets, habits et hardes, bijoux, armes, instruments de sciences. Il apporte aussi la promesse de 10 125 francs correspondant à la succession de sa tante Louise Victoire FAVÉ après le décès de son époux LEMAITRE. La promise apporte 6 500 francs pour ses meubles meublants, son linge, ses bijoux et son argenterie et 51 064 francs provenant de la succession de son mari.  Dans sa correspondance le général Favé appelle son épouse « Ma petite enfant chérie » et signe « ton ami 9

Elle lui survit et meurt le 21 février 1913 à 92 ans10.

Ildephonse et Julie Pauline ont un fils, Louis Eugène Napoléon, né le 18 juillet 185311. Baptisé le 4 octobre  à la chapelle des Tuileries Saint-Germain-L’Auxerrois, il a pour parrain Napoléon III, et pour marraine l’impératrice Eugénie12. Après des études à Sainte-Barbe, Louis Favé intègre Polytechnique en 1873. Il est ingénieur hydrographe en chef de la Marine. Il meurt célibataire et sans descendant.

Ildephonse meurt le 14 mars 1894, 11 passage de la Visitation 7e  à 82 ans. La cérémonie religieuse se tient à Sainte-Clotilde. L’Inhumation au cimetière de Meudon (auj. Hauts-de-Seine) se tient sans discours selon ses dernières volontés. Il laisse à sa veuve et à son fils héritier un actif commun de 276 907,45 francs qui se décomposent en 11 365,40 francs de mobiliers et 265 542,05 d’obligations et d’actions, principalement de chemins de fer. Il reste un actif de succession de 211 717 francs : en 43 ans, le capital de départ a été multiplié par 3 sans tenir compte de l’inflation13.

 

Professions 14:

Chef militaire : il fait partie du corps de l’artillerie à partir de 1834 ; en 1843 il est à Tulle ; capitaine en second au 4e régiment d’artillerie à Vincennes. Il est chef du cabinet militaire de NAPOLÉON III pendant la campagne d’Italie, ingénieur militaire pendant la guerre de Crimée et dans l’armée active en 1870-1871. Il est gravement blessé à Ville-Évrard (anc. commune de Seine-et-Oise) par un éclat d’obus dans la nuit du 21 décembre.

Ingénieur militaire : adjoint au directeur de l’atelier de précision à Paris au dépôt central d’artillerie de Saint-Thomas-d’Aquin à partir de 1845. Ordonnance du Président de la République Bonaparte le 17 février 1852. En 1854, il appartient à la commission des forges et fonderies.

Aide de camp de l’empereur le 25 avril 1859 et jusqu’à septembre 1871.

Professeur à l’Ecole polytechnique d’art militaire et de fortification du 28 février 1851 à sa retraite.

Commandant de l’Ecole polytechnique du 16 décembre 1865 à juillet 1872.

Adresses connues :

  • en 1845, 24 rue Louis le Grand (2e arrdt actuel) sur l’acte de décès de son père

  • en 1851, 29 rue de Bellechasse (7e actuel) sur le contrat de mariage

  • en 1853, 10 rue des Beaux-Arts actuel (6e) sur l’acte de naissance de son fils

  • en 1861, 26 rue de l’université (7e) et sur la liste des lecteurs, 104 rue du Bac (7e )

  • Versailles pendant la Commune

  • en 1871, en juin, 1 rue Gay Lussac (5e)

  • en 1885, 83 rue de l’université (7e) en 1894

  • 11 passage de la Visitation (7e)

  • adresse professionnelle : palais des Tuileries, cabinet de l’empereur.

  • Enterré au cimetière des Longs-Réages, Meudon, Division D, Section 0, Tombe 79915  dans un caveau qu’il a acquis en 1868 .

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique16 :

pas de lien repéré.  

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

dans ses rares discours publiés dans la presse, FAVÉ se montre fervent admirateur de Napoléon III qu’il représente en public17. Le 8 avril 1874, il demande l’autorisation de se rendre à Londres, voyage motivé par « le besoin d’exprimer mes sentiments de reconnaissance et d’attachement à S.M. l’impératrice » qu’il n’a pas vue depuis le 4 septembre 187018 .       

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

FAVÉ appartient à la « Société internationale des études pratiques d’économie sociale dite aussi société d’économie sociale » créée en 1856. Son siège est quai Malaquais. Elle édite à partir de 1857 et jusqu’en 1928 Les Ouvriers des deux mondes : études sur les travaux, la vie domestique et la condition morale des populations ouvrières des diverses contrées et sur les rapports qui les unissent aux autres classes, publiées sous forme de monographies par la Société internationale des études pratiques d’économie sociale, sous la direction de Frédéric LE PLAY19. Elle édite aussi le Bulletin de la société des études pratiques d’économie sociale de 1865 à 1881. FAVÉ figure au comité d’administration à partir de janvier 1858 et comme un des vice-présidents en 1859 et au moins jusqu’en 1872 et figure toujours comme membre en 1885. On y trouve Charles ROBERT avec Jean Augustin BARRAL [voir fiche BARRAL], Jean-Baptiste BOUSSINGAULT, Auguste PERDONNET [voir fiche PERDONNET], Maurice MEYER [voir fiche MEYER]. En 1865, FAVÉ fait une conférence sur « le moyen d’organiser l’apprentissage pour les adolescents pauvres ». Il propose que l’État intervienne en levant un impôt et en organisant une commission dans chaque canton. Son projet est immédiatement rejeté, la totalité des contradicteurs sont attachés à ce que cette question reste dans le domaine privé et fasse appel à la charité privée.

En 1867 Frédéric Le PLAY, le secrétaire général quasi permanent, est le commissaire général de l’Exposition universelle et la Société d’économie sociale promeut la mise en place d’un volet social. Il s’agit d’exposer pour la première fois un groupe de 7 classes, et d’organiser un concours avec récompenses pour les établissements qui procurent aux ouvriers le bien-être matériel, intellectuel et moral, comme par exemple les bibliothèques dans la classe 9020.

Favé est un des fondateurs de « l’œuvre des pensions militaires » qui veut faciliter l’accès aux pensions aux ayant-droits.

Il est par ailleurs membre de la Société nationale des antiquaires de France.

Adhésion à la Société Franklin : 

il est cofondateur en 1862 et deviendra vice-président en 1883 et président en 1884 et le restera 10 ans jusqu’à sa mort en 1894. Il assiste à toutes les séances et rédige de multiples « comptes rendus de livres » dès la création du Bulletin en 1868.

Il y retrouve Jean-Baptiste BOUSSINGAULT (1801-1887), président dont Jean-Baptiste GIRARD a suivi les cours. Le secrétaire général est Maurice MEYER, alors aussi secrétaire de la BAI III.

Parmi les 7 vice-présidents se trouvent Alexandre LABROUSTE [voir fiche LABROUSTE] et Nicolas Joseph VINCENT [voir fiche VINCENT].

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III :

Il n’est jamais donateur de livres et ses livres ne figurent pas au catalogue de la bibliothèque. Peut-être est-il derrière le don de 40 livres fait par le ministre de l’Instruction publique sur ordre de S.M. l’empereur au 2e semestre 186221 ?

Avec Auguste CHARPENTIER [voir fiche CHARPENTIER] qui est affecté au dépôt central d’artillerie en 1853.

Avec LABROUSTE, VINCENT, MEYER et GIRARD pour la fondation de la Société Franklin22.

Dans un discours en 1878 à la Société Franklin, Charles ROBERT et FARÉ23 prêtent un rôle très positif et dynamique à Favé dans la naissance de la BAI-III et de la Société Franklin24. Il est indéniable que Favé est un expérimentateur et qu’ il élargit son champ à la science civile et avec la société d’économie sociale à la science sociale, en devenant facilitateur. Sa position ne l’oblige en rien à se compromettre dans un rôle de rapporteur au pouvoir. La véracité du récit est étayée par le don de 100 volumes fait par Napoléon III au village d’Hortes, fait sans doute à la demande de FAVÉ25.

Toutefois, pour Odile Vacher qui a tenté en 1984 de retrouver parmi les premiers acteurs de la BAI-III des espions dévoués à Napoléon III, FAVÉ vient à la bibliothèque en tant que « policier » : « Le troisième surveillant retrouvé est le Colonel Ildephonse FAVÉ (qui sera général peu après). Proche collaborateur de Napoléon III sur les questions de l’armement, résidant rue de l’Université, que viendrait-il faire dans le 3e arrondissement si ce n’est exercer un rôle policier, sous une apparence d’instructeur du peuple26 ? »

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

à la mort de LABROUSTE (18/2/1866), il vient le remplacer à la BAI-V et reste administrateur de la bibliothèque pendant trois exercices successifs : 1865/66,1866/67,1867/6827.

Il n’est pas donateur de livres.

Éléments biographiques complémentaires 28:

entré à Polytechnique en 1830, Ildephonse Favé en sort avec le n°16 dans le service de l’artillerie ; il est ensuite élève à l’École d’application de Metz.

Son arrivée auprès du Président donne quelque espoir à Henri Delescluze alors incarcéré à Belle-Ile : « Maintenant, il y a près du Président, un jeune homme de Dreux, Favé, chef d’escadron d’artillerie, officier d’ordonnance ; il est probable que ce garçon ne nuirait pas aux démarches faites si, par suite de son service auprès du Président, il en avait connaissance29».

Chaque année, un rapport des autorités militaires est établi sur son activité. En 1850, il est noté : « A plus de goût pour les recherches biographiques que pour les travaux d’ateliers mais ne manque pas à ses devoirs. » En 1852 : « Détourné très souvent de son emploi par son service d’officier d’ordonnance du Président de la République». En 1861, le rapporteur écrit qu’il n’est plus dans une position qui l’autorise à faire des commentaires vue la position de FAVÉ30.

C’est par ses écrits que Louis-Napoléon Bonaparte  repère Favé :  il lui demande de développer des points d’artillerie et de lui servir de rédacteur. Favé, qui est également chargé de l’examen des mémoires et inventions, rencontre de très nombreux savants qu’il soutient. Par exemple il encourage les travaux de Charles SAINTE-CLAIRE DEVILLE sur l’aluminium à partir de 1854 et ceux de Louis PASTEUR sur les maladies du vin en 1863. Il participe lui-même à des recherches et pas seulement sur des sujets militaires. En mai 1855, il part en Crimée, d’abord sur l’Euphrate puis le Lycurgue. En 1856, il fait partie avec Jean-Baptiste DUMAS d’une commission de subsistance qui s’intéresse au blutage du blé et à la fabrication « d’un pain réglementaire 31». Le 26 mars 1863, il présente à l’empereur une nouvelle poudre de guerre.

Pendant la guerre de 1870, il participe à la défense de Paris à partir du 18 août. Il s’occupe de la défense de la rive droite, du Mont-Valérien à Charenton ;  il est mis à la disposition de TROCHU. Après le 4 septembre, il reste à Paris et sa femme part à La Rochelle. FAVÉ lui écrit  « Je dois et ne veux pas abandonner la défense de Paris tant qu’il y restera des cœurs valides 32». Il est à Versailles pendant la Commune33.

Décoré de la Légion d’honneur sous l’Empire34, il est promu commandeur en 1867, puis élevé à la dignité de grand officier en 1874 sous la IIIe République35. Une rue porte son nom à Dreux. La proposition est d’abord refusée en 1906 car son nom reste associé à la perte de l’Alsace et de la Lorraine36.

 Il est élu membre de l’Académie des sciences le 10 juillet 1876.

Écrits de la personne : 

le catalogue général de la BnF référence 47 notices pour des documents dont FAVÉ est l’auteur ou un des auteurs, voir ici.

On peut notamment lire en ligne  :

Histoire et tactique des trois armes et plus particulièrement de l’artillerie de campagne (1845)

Nos revers (1871)

FAVÉ écrit et reçoit de nombreux courriers dont certains nous mettent au cœur de l’histoire des sciences. 

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP : Association polytechnique.

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

MND : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le  19 décembre 2021 ; modifiée le

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. AD28, Dreux, N.M.D., 1812-1814, 3 E 134/030, vue 13/400,  acte 60  ici. []
  3. AD28, Dreux, NMD, 1815-1818, 3 E 134/31, vue 21/356,  acte 117, ici. []
  4. AD75, fichier numérisé des successions déclarées, puis déclaration de succession à consulter en salle de lecture, DQ7 3672. []
  5. AD28, Châteauneuf, N.M.D., 1822-1829, 3 E 089/009, vue 202/294, acte 45, ici. []
  6. AD28, Nogent-Le-Roi, N.M.D, 1810- 1817,  3 E 279/012, vue 82/372,  acte 6, ici. []
  7. Bibliothèque centrale école polytechnique,fiche matricule d’Ildephonse Favé, voir ici. []
  8. Dossier individuel Ildephonse Favé, SHD. []
  9. Lettres du général Ildephonse à sa femme (improprement répertoriées comme adressées ‘à sa fille’), AN Pierrefitte,   AB/XIX/3970. []
  10. AD75, 1913 décès, 07 7D 142  acte 336 vue 13/31 ici. []
  11. LEONORE ici. []
  12. Registre de l’archevêché, voir ici. []
  13. AD75, fichier numérisé  des successions déclarées, puis déclaration de succession à consulter en salle : DQ7 11 962. []
  14. Service  historique de la Défense, Vincennes, Armée de Terre  dans la sous série GRYd : GR YD 3638, voir ici, puis en salle. []
  15. Éternité en ligne Meudon ici. []
  16. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  17. Voir par exemple le “Discours à la foire agricole de Korn-Er-Houet”, Le Moniteur universel, 12/8/1864, page 2/4, ici. []
  18. Dossier individuel Favé, SHD. []
  19. Voir en particulier les travaux d’Antoine SAVOYE sur Le Play. []
  20. Voir les  3 billets  d’Agnès SANDRAS  “Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 :1. Une participation encouragée,” in Bibliothèques populaires, 14/07/2013, https://bai.hypotheses.org/526. 2. Un tri sur le volet,” in Bibliothèques populaires, 20/07/2013, https://bai.hypotheses.org/601. 3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction,” in Bibliothèques populaires, 10/09/2013, https://bai.hypotheses.org/717. []
  21. CR BAI-III10/8/1862, Rapport MEYER. []
  22. Le Constitutionnel du 7/11/1862, ici. []
  23. Bulletin de la société Franklin, numéros 138 à 161, pages 147, voir ici. []
  24. Bulletin de la société Franklin, numéros 138 à 161, page 147, voir ici. []
  25. CR BAI-III, 10/8/1862, rapport MEYER. []
  26. Odile Vacher, « Contradiction de l’offre et de la demande sur le marché du savoir ? », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, 1984.  Voir ici. []
  27. CR BAI-V. []
  28. Ont notamment servi à leur élaboration : la Notice Favé sur Wikipédia ici  ; la notice FAVE rédigée par Diane DOSSO et Martine FRANÇOIS sur le site du CTHS, ici ; les Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences / publiés… par MM. les secrétaires perpétuels Gauthier (Paris)1897-01 , ici ; l’article de Jean François LEMAIRE, « NAPOLEON III et PASTEUR » dans La revue du Souvenir napoléonien,  N° 407, pages 19-27, ici. []
  29. Travail de l’école nationale des Chartes : Édition critique des carnets de prison et de la correspondance privée  d’Henri DELESCLUZE à Belle-Île (1851-1853)  lettre 6 à Marie DELESCLUZE 22/8/1852, ici. []
  30. Dossier individuel de Favé, SHD. []
  31. Le Pays du 12/8/1856, page 1, ici. []
  32. Lettres de FAVÉ à sa femme conservées aux AN Pierrefitte. []
  33. Dossier individuel Favé, SHD. []
  34. Il est déjà chevalier en 1853 sur l’acte de naissance de son fils. []
  35. Base LEONORE, notice FAVE Ildefonse, ici. []
  36. Selon Pierre FRESSONNET, blog Pierrelouim, voir ici le billet consacré à Favé. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Louise Oudin (19 décembre 2021). Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Ildephonse Favé. Bibliothèques populaires. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lv6n


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.