Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Plomb

PLOMB, Charles (1837-1911)

Charles Plomb, La Patrie suisse, décembre 1911. Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève.

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Issu d’une modeste famille d’artisans, Charles-Honoré Plomb, tantôt ouvrier-bijoutier, tantôt opticien, est le jeune bibliothécaire de la BAI-III. Il se passionne pour les mouvements coopératifs et l’AIT naissante. Il a appris le chant grâce à l’Association philotechnique, ce qui lui permet, au lendemain de la Commune, de devenir professeur de solfège au Conservatoire de Genève et critique musical.

NOM : PLOMB Prénoms : Charles Honoré

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 231

Rôle dans la BAI-III : bibliothécaire de 1861 à 1871

État-civil et famille :

Charles-Honoré Plomb naît à Paris le 19 janvier 1837 de Bonaventure François Isidore Plomb et d’Antoinette Victoire Thomassin2.  Isidore Plomb est également né à Paris mais sa famille est originaire de Avenay-Val-d’Or (Marne). Isidore est brossier lorsqu’il se marie avec Antoinette Thomassin à Meaux, où elle est également brossière3. Un noyau familial d’artisans de la famille Plomb se fixe bientôt rue des Gravilliers, ce qui est sans  doute déterminant dans la vie de Charles-Honoré et de ses frères, Jean-Baptiste né le 12 septembre 18354, Armand-Isidore né le 5 juillet 18495, Henry Victor né le 31 janvier 18526.

Charles-Honoré se marie le 15 décembre 18667 avec Antonia Julie  Hochet (ou Hoché), relieuse, âgée alors de 18 ans (née le 14 septembre 1848 à Paris), fille de François Alexandre Hochet, âgé de 60 ans, et de Charlotte Bernard, 55 ans, relieurs, domiciliés 14 rue des Bernardins. Lors de son mariage, Charles-Honoré est “professeur de musique”. Sa mère réside au 41 rue des Gravilliers, et elle est veuve depuis août. Le premier témoin de Charles-Honoré est son frère Jean-Baptiste, 31 ans, brossier au 39 rue des Gravilliers, qui s’est marié le 12 avril 1866 avec Élise Dever, une giletière 19 ans, habitant 41 rue des Gravilliers, sa cousine germaine8. Le second témoin de Charles-Honoré est Louis Sidelly Radiguet, 34 ans, opticien, 15 boulevard des filles du Calvaire, un des premiers inscrits de la BAI-III. Les témoins de la mariée sont son frère Charles Sébastien Hochet, 27 ans relieur, 14 rue des Bernardins, et son cousin germain Jean Justin Biston, poêlier, 33 ans, 10 rue de Normandie.

En 1867, naît son neveu Alphonse Charles, fils de Jean-Baptiste, au 41 rue des Gravilliers. Charles-Honoré est témoin lors de l’acte de naissance9.

Le 19 février 1868, naît la fille aînée de Charles-Honoré, Jane Charlotte, rue de Popincourt10. Radiguet est à nouveau témoin, de même qu’un de ses voisins du boulevard des Filles du Calvaire, le libraire Auguste Alexandre Lefrançois. Charlotte Jane devient cantatrice sous le nom de Jane Ediat, et chante un répertoire varié en Suisse comme à l’étranger11.

Le 8 mai 1869, est déclarée au 31 rue Debeyllème (3e arrdt) la naissance de Jules Henri Plomb12. Les témoins de la déclaration sont le grand-père Hochet relieur et Pierre Hippolyte Landrin, monteur en bronze, 26 ans, 12 rue Debeyllème, un des premiers inscrits et membres du comité d’organisation de la BAI-III [voir fiche LANDRIN]. Jules devient électricien en France, et est notamment l’inventeur du système de blocs automatiques pour tramway à une voie, brevet déposé en 1905 avec Alexis-Paul-Louis Marmier13. Il meurt dès 190614 à Saint-André (Nord). L’état de ses services militaires15 montre que jeune homme, il circule entre Paris et Genève.

En effet, Charles Plomb et sa femme partent à Genève après 1871, Charles ayant été inquiété pour ses activités sous la Commune (voir ci-dessous). Le 6 mars 1874, une fille prénommée Louise Antoinette naît rue de Sismondi, à Genève16. En mars 1881, naît à Genève un dernier fils, Henri Gustave. Violoncelliste de talent, – premier prix à seize ans17, Henri est le père de Louis Plomb, célèbre en Suisse sous le pseudonyme de Jack Rollan18.

Antonia Julie décède en 1901. Naturalisé Suisse en 190219, Charles-Honoré se remarie en 1902 à Elise Susette Junod et meurt en mars 191120.

Professions

A Paris, Charles-Honoré est tantôt opticien (c’est-à-dire travaillant à l’optique de certaines machines) tantôt ouvrier-bijoutier ou bien encore professeur de chant après 1866. Il se dit aussi « bibliothécaire ».

A Genève, après 1871, il est marchand de partitions,  puis professeur de solfège au conservatoire, critique musical et théâtral au Genevois et à La Scène.

Adresses connues :

  • 41 rue des Gravilliers (6e puis 3e arrdt parisien) durant sa jeunesse
  • 2 rue des filles du Calvaire, lors de son inscription à la BAI-III en 1861
  • 100 rue Popincourt à Paris lors de son mariage et de la naissance de sa fille aînée (1866-1868)
  • 31 rue Debeyllème à Paris lors de la naissance de son fils aîné (1869)
  • 1, passage Saint-Sébastien à Paris, lors de son arrestation, en 1871
  • Rue Sismondi à Genève, lors de la naissance de sa deuxième fille en 1874
  • Il tient un magasin de musique rue de la Cité à Genève dans la décennie 1870
  • Il meurt 26 rue de Coutance en 1911 à Genève

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique21 :

Plomb suit les cours de l’APH au moins depuis 1851/1852 car il reçoit cette année-là, alors qu’il a quatorze ans, un 7e accessit au cours de chant de FOULON. Dès l’année suivante, il est 2e prix au même cours. Il ne cesse quasiment plus ensuite de cumuler pendant une dizaine d’années des mentions et des prix dans des matières variées (algèbre, chimie,  mécanique…), ce qui lui vaut médailles et livrets de caisse d’épargne attribués à titre de récompense par l’Empereur et le Ministre de l’Instruction.

Durant ces dix années, il noue des liens solides avec d’autres ouvriers fondateurs de la BAI-III et des professeurs de l’APH. On peut supposer que Foulon notamment a encouragé ce jeune ouvrier apprenti opticien et bijoutier à développer ses dons musicaux22.

Il y rencontre également Eugène Varlin avec qui il a de nombreux points communs : Varlin est relieur, comme le beau-père de Plomb, fréquente la rue des Gravilliers, chante dans une chorale Galin-Paris-Chevé, etc23. En effet, Varlin et Plomb suivent le cours de langue française de M. Victor Asselin en 1860 à la section Sorbonne de l’APH24 et sont tous deux récompensés (2e prix pour Varlin, 4e mention pour Plomb).

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

La famille Plomb demeure longtemps au 41 rue des Gravilliers, à trois numéros du premier bureau de l’Association internationale du Travail fondé en 1865 au 44 dans un local loué par Édouard FRIBOURG25, inscrit à la BAI-III sous le numéro 20 [voir fiche FRIBOURG]. Jean-Baptiste GIRARD résidait [voir fiche GIRARD] au 14 rue des Gravilliers lors de son arrestation dans l’affaire de la rue Michel le Comte en 1850.  RIMET [voir fiche RIMET], qui a fondé avec Girard la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs-lithographes en 1849, habite au 24 rue des Gravilliers lors de la fondation de la BAI-III et son fils Édouard au 44. Jean-Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY], tourneur-fontainier, un des premiers administrateurs de la bibliothèque et un des premiers fondateurs de l’AIT, réside au 88. Enfin, LANDRIN [voir fiche BELLAMY], qui est témoin lors de la naissance du premier fils de Charles, est membre de l’AIT26.

Cet environnement marque sans doute profondément Charles Plomb qui dans la même décennie s’intéresse au mouvement coopératif. En 1867, il fait un discours lors de la Commission ouvrière qui prépare l’Exposition universelle pour des écoles professionnelles sous forme de projet de société coopérative27, commission à laquelle participe également LANDRIN. Avec son frère aîné, RIMET [voir fiche RIMET]  ERBS [voir fiche et billet Erbs], un autre fondateur de la BAI-III, Victor GAILLARD, comptable, qui lui succède à la fonction de bibliothécaire de la BAI-III après la Commune, et quelques militants futurs membres actifs de la Commune28, Charles PLOMB est membre du CA de la Société coopérative l’Enseignement indépendant en 186829. Plus tard en Suisse, il rejoint les fondateurs de l’Association des Artistes Musiciens de Genève qui créent une caisse de retraite30.

Au lendemain de la Commune, accusé d’activités communardes, il est arrêté et jugé. Il est acquitté en 1872 (voir ci-dessous).

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

voir ci-dessus

Adhésion à la Société Franklin : 

non identifiée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III :

A l’APH, il remporte des prix au même moment que GIRARD [voir fiche et billets GIRARD], CHARDAR [voir fiche CHARDAR], PIQUART [voir fiche PIQUART], MICHEL [voir fiche MICHEL], etc., fondateurs et/ou premiers inscrits de la BAI-III.

Il semble avoir incité son entourage à s’inscrire à la bibliothèque : son frère aîné et son père sont adhérents ; sa mère donne un ouvrage. Il est inscrit sous le n° 23, parmi un premier groupe d’amis : LANDRIN est le n° 15, FRIBOURG le n° 20, PIQUART le n° 22, COLLET [voir fiche COLLET], un autre brossier, le n° 26. Un autre groupe d’inscrits semble avoir aussi un rapport avec lui : le n° 152 est ERBS [voir billets et fiche ERBS] qui possède d’ailleurs un microscope Radiguet, le n° 153 le père de Plomb, le n° 155 Édouard LABOULAYE, fondateur de la BAI6V et le n° 158 Louis Sidelley RADIGUET31.

Pendant 10 ans son rôle est central à la BAI-III. En tant que bibliothécaire, il s’occupe des ouvrages mais aussi des relations avec les différents lecteurs et membres du Conseil. Il fait partie au début  de la commission administrative avec ADAM et GRANDEAU et est aidé par 22 « volontaires » pour la gestion quotidienne32

La confiance qui lui est renouvelée année après année par le Comité montre qu’il s’acquitte avec grand sérieux de cette fonction. Il mentionne parfois qu’il est « bibliothécaire » quand on lui demande sa profession : il est en effet rémunéré pour cette tâche :  ses appointements initiaux passent de 50 francs à 60 francs33.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

avec Édouard LABOULAYE, président de la BAI-V.

Éléments biographiques complémentaires

On trouvera beaucoup plus de détails dans ce billet en ligne.

La trajectoire socio-professionnelle de Charles Plomb est étroitement liée à l’aventure de l’éducation populaire. Ce fils de brossiers trouve sur les bancs de l’APH des cours lui permettant de compléter sa formation d’ouvrier opticien et bijoutier : chimie, trigonométrie, etc. qu’il suit méthodiquement pendant 10 ans. Cette formation explique sans doute l’intérêt que lui porte une famille d’opticiens dont le dynamisme ne se dément pas tout au long du XIXe siècle : les Radiguet, installés boulevard des filles du Calvaire (3e arrondissement), mettent leur savoir-faire au service de nombre d’inventions entre verres pour la marine, plaques pour des projections instructives et rayons Roentgen34. On peut supposer que Charles Plomb, ouvrier opticien a travaillé chez eux. Les liens sont étroits : Louis Sidelly Radiguet35 qui est son témoin de mariage et pour la naissance de Jane Charlotte ; Charles est témoin pour la déclaration de naissance du  second fils de Louis Sidelly, Jules Maurice Radiguet36.

C’est sans doute aussi sur les bancs de l’APH que Charles découvre la musique. Lors du mariage de son frère en 1866 il se déclare « professeur de chant ». Ce métier ne doit pas toujours suffire à la subsistance de sa famille, comme en témoignent de nombreux déménagements, et le retour sur certains actes à ses anciens métiers. Selon un journal suisse, Plomb serait arrivé à Genève « muni d’un diplôme des écoles de Paris, qui portait notamment la signature de Gounod, d’Ambroise Thomas » et qui lui aurait ouvert les portes du conservatoire de Genève où il enseigne avant de devenir un critique musical redouté37.

Au moment de son décès en 1911, les journaux helvètes affirment avec une belle unanimité que le journaliste et critique musical est venu en Suisse après avoir été mêlé à la Commune. Il est exact que Charles Honoré Plomb a connu des soucis à la fin de la Commune. Mais une seule personne l’accuse d’avoir participé, et de manière passive, à une arrestation menée par des communards. Faute d’autres témoins, et comme Plomb dispose en sa faveur le tribunal en indiquant qu’il a eu tort de participer à ces événements, sa seule motivation ayant été la solde lui permettant de se nourrir, il est acquitté en 1872. Il est défendu par André Rousselle, avocat franc maçon, qui le connaît sans doute via les fondateurs de l’AIT38. Deux personnes sont témoins à décharge : Eugène ( ?)  Poitevin, demeurant 52 boulevard Richard Lenoir, fabricant de matériel agricole et Émile Galibert, demeurant 79 boulevard Voltaire, fabricant de soie. Charles Plomb a demandé le témoignage de :

  • Honoré Radiguet, opticien, qui est le frère de Louis Sidelly déjà évoqué
  • Henri Harant, chef d’institution, rue de Jouy. Harant est un pilier de la BAI-III [voir fiche Harant], professeur de l’AP
  • Paul Delamarche [voir fiche Delamarche], autre pilier de la BAI-III
  • Édouard Laboulaye, député, pilier de la BAI-V
  • Adèle Chaillot, couturière, passage Saint-Sébastien, une voisine39.

Le frère aîné de Charles-Honoré, également accusé de menées communardes, est quant à lui relâché dès 1871. Une fois acquitté, et sorti de prison, Charles-Honoré a-t-il jugé plus prudent de partir ? Pourquoi Genève ? A-t-il bénéficié de protections de la part de la bourgeoisie philanthrope qui soutient la BAI-III ou des Radiguet ? En effet, on ne trouve pas sa trace dans les cercles communards réfugiés à Genève dont il connaît pourtant certains membres40. Installé à Genève, Charles est rejoint par sa femme et ses deux aînés. Ils ont deux autres enfants. Il semble aussi que la mère de Charles les a rejoints quelques temps41. Il se consacre désormais à la musique, et devient un critique musical et théâtral reconnu.

Écrits de la personne : 

  • Le projet de société coopérative cité plus haut
  • On lui doit au moins une partition : “La captive : orientale de Victor Hugo »

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Remerciements : cette fiche doit beaucoup aux nombreuses personnes qui m’ont aidée lors des recherches effectuées pour le billet sur Charles Plomb et à celles qui sont citées au fil de cette fiche. Un grand merci à Yannik Plomb, descendant de Charles Honoré, et au Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève, grâce auquel cette fiche peut être illustrée.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP : Association polytechnique.

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

MND : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Agnès Sandras

Fiche publiée le  24 décembre 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Plomb," in Bibliothèques populaires, 24/12/2021, https://bai.hypotheses.org/5258.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. D’après l’acte de mariage de Charles-Honoré à Paris le 15 décembre 1866, AD75. []
  3. AD77, Mariages, Meaux, 1834. Selon l’arbre généalogique établi par Yannik Plomb ici, Isidore meurt en 1866 à Paris, Antoinette à Montreuil en 1892. []
  4. AD75, Actes de naissance, 1835. Il est employé de commerce selon l’acte de naissance de son fils Jean-Baptiste en 1867. []
  5. Selon un relevé collaboratif en ligne ici et divers actes. Selon son acte de remariage en 1917, il est mécanicien, de même que son fils Louis-Isidore, alors âgé de 29 ans : AD94, Vincennes, mariages, 1917. Il meurt en 1929 : AD75, Décès, 12e arrdt, 1929. []
  6. Voir l’arbre généalogique établi par Yannik Plomb ici. Il s’agit vraisemblablement de Henri Plomb, régleur, mort à 26 ans dans le 5e arrondissement le 24 février 1878 : AD75, 5e arrondissement, décès, 1878. []
  7. AD75, Mariages, 5e arrondissement, 1866. []
  8. AD75, Mariages, 1866. []
  9. AD75, 3e arrondissement, Naissances – 14 mai 1867. []
  10. AD75, Naissances, 11e arrdt, 1868. []
  11. Elle reçoit les palmes académiques en 1901, voir ici. Selon une mention marginale de son acte de naissance, elle se marie en 1917 avec Charles-Auguste Mulot. Sur sa carrière, voir le billet que lui a consacré Yannik Plomb ici. []
  12. AD75, Naissances, 3e arrdt, 1869. []
  13. Je remercie Yannik Plomb pour cette information. []
  14. Acte de décès n° 17, 1906, Saint-André. Information transmise par Y. Plomb. L’acte indique que Charles-Honoré Plomb est « reporter demeurant à Genève ». []
  15. Voir ici. []
  16. Elle se marie en 1899 à Gustave Henri François Vidal (né en 1855), voyageur de commerce, dont elle a une fille à Paris en 1900, Jane Georgette Jacqueline. AD75, 6e arrdt, naissances, 1900 puis au moins une seconde fille, Juliette Gabrielle née en 1901 et décédée en 1971. AD75, 14e arrdt, naissances, 1901. []
  17. Voir André Marcel, “Quand Henri Plomb orchestrait les amours éphémères”, Nouvelle revue de Lausanne du 15 décembre 1982. []
  18. Merci à Yannik Plomb []
  19. Mémorial des Séances du conseil municipal de Genève, 1902, page 52. []
  20. Merci à Yannik Plomb. []
  21. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  22. François Joseph Foulon (1809-1875), inspecteur de l’enseignement du chant dans les Écoles de Paris et professeur de chant à l’APH où il dirige un orphéon. D’après le dossier de légion d’honneur ici et une nécrologie ici dans Le Ménestrel. []
  23. Je remercie Michèle Audin qui m’a signalé ces nombreux points communs entre Charles-Honoré Plomb et Eugène Varlin. Voir son édition des écrits d’ Eugène Varlin et sur son blog La Commune de Paris, l’article « relieurs et typographes », septembre 2021. []
  24. Palmarès 1861-1862. []
  25. Voir la notice Fribourg en ligne sur le Maitron : https://maitron.fr/spip.php?article59612. []
  26. D’après la notice Landrin en ligne sur le Maitron : https://maitron.fr/spip.php?article63207. []
  27. Commission ouvrière de 1867. Recueil des procès-verbaux des assemblées générales des délégués et des membres des bureaux […] publié avec le concours de la commission d’encouragement aux études des ouvriers délégués, augmenté de tous les documents, lois et arrêts concernant le travail et les travailleurs et pouvant servir à l’intelligence des dimensions recueillis et mis en ordre par Eugène Tartaret,… [Texte imprimé]. Paris, imp. Augros, 1868. Pages 227 et suivantes. []
  28. Voir ici. []
  29. Voir ici sur ce carnet le billet portant sur Plomb. []
  30. Rémy Campos, Instituer la musique : les premières années du Conservatoire de musique de Genève (1835-1859), Genève, Conservatoire de musique, 2003. []
  31. Le n° 154, Natalis Rondot, personnage en lui-même très intéressant, devra donc faire l’objet d’une enquête sur ses rapports avec la BAI-III… []
  32. CR BAI-III 1,861. []
  33. CR BAI-III, 1863-64 page 7. []
  34. Voir ici ce blog sur la famille Radiguet. []
  35. Louis Sidelly (parfois écrit Sidley),1832-1873, a eu 3 enfants. Il a un frère,  Honoré-Antoine, 1824-1887. []
  36. Caricaturiste connu, voir ici, et père de Raymond Radiguet, l’auteur du Diable au corps. []
  37. Voir ici. []
  38. André Rousselle a co-écrit avec Charles-Mathieu Limousin le Manuel des réunions publiques non politiques, publiques électorales, électorales privées (avec André Rousselle), Paris, A. Le Chevalier, 1869, 128 p. Limousin et son père sont des piliers des débuts de l’AIT : voir DESMARS Bernard, « Limousin, Charles-Mathieu », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en janvier 2011 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article818. []
  39. Je remercie Louise Oudin qui a exploré le dossier de Charles Plomb au SHD, jugement du 23 janvier 1872, 8 J 293. Nous avons utilisé pour identifier ce dossier : Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880), LIR3S – (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 26 septembre 2019, URL : https://communards-1871.fr. []
  40. Voir ici. []
  41. Lors de la publication des bans en 1875, à Bapaume, Pas-de-Calais, le frère de Charles-Honoré, Armand-Isidore, brossier, déclare que sa mère réside à Genève. AD59, Mariages, Bapaume, 1875. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.