Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Victor Bellamy

BELLAMY,  Victor (1833-1890)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Ce tourneur en métaux, membre très actif aux débuts de la BAI-III, est l’un des plus impliqués dans la vie politique contemporaine : il est notamment un des pionniers de l’Internationale.

NOM : BELLAMY

Prénoms : Jean, Victor

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 131

Rôle dans la BAI-III : à la fois administrateur pendant 16 ans au moins, de 1861 à 18772, membre zélé et aidant3.

État-civil et famille

Victor BELLAMY est né à Paris (ancien 7e arrdt) le 3 février 18334. Ses parents sont arrivés de Soignolles-en-Brie (Seine-et-Marne)  avant 1831. Son père, Claude Germain, est argenteur sur métaux  puis cantonnier.  Le grand-père paternel de Victor était maçon. Claude Germain meurt à l’hôpital de Bicêtre en 1870, il est domicilié 88 rue des Gravilliers5. La mère de Victor est Anne MORISET ou MORIZET, originaire de Thionville (Moselle) et qui meurt 63 rue du Château (14e arrdt) en 18726.   

Victor BELLAMY est le deuxième d’une fratrie de 4 :

  • Pierre Gustave, né à Paris 22 cloître Saint-Merri le 25 avril 1831, baptisé à Saint-Merri, et enterré à la fosse commune « aux Amandiers » du Père-Lachaise le 24 avril 1832.
  • Auguste, né le 9 avril 1835 dans l’ancien 7e arrdt. Auguste tire un « mauvais numéro » en 1855 et est incorporé au  2e régiment de zouaves7. Il est candidat non élu à la commission parisienne de l’AIT en mars 18688.

Il est doreur sur métaux et habite 82 rue de Saintonge quand il est arrêté le 31 mai 1871 à la fin de la Commune. Condamné à un an de prison et 5 ans d’interdiction de droits civiques pour « avoir porté un uniforme dans un mouvement insurrectionnel » le 9 août 18729. Il a en effet été sergent au 86e bataillon du 3e arrdt durant la Commune. Louis Fontaine [voir fiche FONTAINE] y est capitaine. Auguste habite dans le 3e arrdt sur la liste électorale de 1891, 52 rue de Saintonge10. Il meurt célibataire 40 rue Bichat, 10e arrdt (Hôpital Saint-Louis) le 28 juillet 188911 et est enterré dans la tranchée gratuite du Père-Lachaise.

  • Joseph Onésime, né le 29 avril 1836, 5 rue de l’homme armé (devenue une portion de la rue des archives),  ancien 7e arrdt12, qui se marie le 2 janvier 1872 à Paris (14e arrdt) ; il habite 33 rue de Vanves (14e arrdt), il est voyageur de commerce, il habite avec sa mère 63 rue du Château (14e arrdt) quand elle y meurt. Il meurt le 24 octobre 1897 65 rue du Faubourg Saint-Denis,  10e arrdt13 et est incinéré au Père-Lachaise.

Victor BELLAMY se marie le 25/4/1863 à Paris, mairie du 3e arrdt et à l’église Saint-Thomas des Champs avec Marie Charlotte GO, née le 1/4/1843 à Paris, polisseuse en or. Les futurs époux sont tous deux domiciliés 88 rue des Gravilliers14. Le père de la mariée, François Charles, est journalier, la mère Geneviève Martine DUPUIS est polisseuse. Ils se sont mariés le 8 janvier 1838 et habitent à quelques pas, 11 rue des Vertus. Marie-Charlotte meurt 4 ans avant Victor le 18 mars 1886 à 42 ans à l’hôpital Saint Louis , elle est alors domestique et le couple demeure   6 rue de la Grange aux Belles, 10e arrdt15.


Victor et Anne-Charlotte ont trois enfants :

  • Adeline Anne, née 88 rue des Gravilliers  à Paris le 4/9/186316
  • . Elle est infirmière, et meurt célibataire à 27 ans à Paris le 25/7/189017.
  • Charles Victor, né à Paris 3e arrdt le 26/8/186418 et dont on perd la trace.  
  • Henriette Marie, née à Paris (3e) le 16/12/186619 et décédée le 30/4/1869 à Paris 3e arrdt20.

Victor BELLAMY meurt à 62 ans, le 15/4/1895 à l’hospice de Bicêtre, 78 rue du Kremlin, Gentilly, où il séjourne depuis au moins 1890. Le décès est déclaré par deux employés21.

Professions :

  • Tourneur-fontainier en 1861 sur la liste des lecteurs.- Tourneur en cuivre, tourneur-robinetier et monteur en bronze.
  • Dans le compte-rendu de la bibliothèque de 1863/1864,  il est noté sellier avec pour adresse 24 rue des Gravilliers , ce qui correspond à l’adresse de RIMET [voir fiche RIMET], peut-être pour se cacher des autorités22.
  • A Bruxelles, il est tourneur en cuivre chez LECHERF, 88 rue Haute, du 13 juillet au 2 octobre 1872, puis il travaille chez le « juif MENZEL», fabricant d’enseignes, 24 rue d’Arenberg23. En mai 1873 il est « homme de peine chez  Monsieur POTEAU »24 70 chaussée d’Anvers ou, selon une autre source, chez Léon FONTAINE25, qui sont l’un comme l’autres des militants de l’AIT.
  • A son retour de Belgique en 1874, il a 41 ans et reprend son métier de tourneur-robinetier qu’il représente dans la défense de la profession.

 

 

Adresses connues :

  • 88 rue des Gravilliers avec ses parents au moins à partir de 1855 ; c’est toujours l’adresse qui figure sur son dossier de police belge en 1872 ;
  • Ixelles et Bruxelles (Belgique) à partir du 5/7/1872 et jusqu’en 1874 ;
  • 6 rue de la Grange aux Belles (10e) sur l’acte de décès de sa femme en 1886 ;
  • 52 rue de Saintonge (3e) en 1877, sur l’acte de décès de sa fille en 1890, sur la liste électorale de 189126 et en 1895 sur l’acte de décès.

 

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique27 :

Victor BELLAMY est inscrit au palmarès trois années de suite de 1859 (il a alors 26 ans) à 186228. Pour l’année 1859/60 il reçoit une première mention en arithmétique première année. Assiste au cours aussi Henry BRIÈLE [voir fiche BRIÈLE]. Pour l’année 1860/61 il reçoit un deuxième prix en arithmétique première année et une troisième mention en géographie avec pour professeur François BAZIN [voir fiche BAZIN]. Assistent au cours PAUL-MARIE [voir fiche PAUL-MARIE] et Henri MICHEL [voir fiche MICHEL]. Pour l’année 1861/62 il reçoit une première mention en arithmétique deuxième année. Assiste au cours Louis FONTAINE [voir fiche FONTAINE]. Il reçoit une deuxième mention en  géographie (cours donné par BAZIN) et une troisième mention en géographie commerciale et industrielle, professeur Ernest MORIN. Assiste à ce cours Jean CHARDAR [voir fiche CHARDAR].

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

Ses activités sont bien renseignées grâce au dossier de 14 pages  de 2 ans de la police belge conservé aux archives de la ville de Bruxelles. Ce dossier contient aussi des informations qui ne peuvent que provenir de  la police française29. Le 18 juillet 1865, il signe une lettre ouverte aux membres de l’Internationale, détaillant les questions mises à l’ordre du jour  au congrès de Bruxelles30

Membre du premier bureau de l’AIT31, le 22 mars 1868 il fait partie des 15 personnes condamnées à 100 francs d’amende pour avoir appartenu à une association de plus de 20 personnes : c’est le premier procès de l’Internationale32.
Pendant la Commune, sergent au 88e bataillon fédéré du 3e arrondissement (d’abord de la 7e compagnie sédentaire puis de la 4e compagnie de marche), il aurait « recherché les réfractaires », c’est à dire les opposants à la Commune33.

On ne retrouve pas trace d’une mise en accusation après la Commune. Il déclare à la police belge ne pas être réfugié politique.     

 

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

A Bruxelles34,  il est secrétaire de la société française « Prêt mutuel et solidarité » et membre de la société d’économie sociale « Le prolétariat »35.

Adhésion à la Société Franklin : 

non identifiée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III :

Avec les fondateurs de la BAI-III appartenant à l’Association  philotechnique, BELLAMY croise élèves et professeurs investis dans la bibliothèque dont François BAZIN [voir fiche BAZIN], dont il est indiqué qu’il est « ami des époux »  quand il est témoin au mariage BELLAMY-GO en 1863.  En 1865, BELLAMY est remercié lors d’une Assemblée générale pour son zèle qui ne s’est jamais démenti avec Hippolyte LANDRIN [voir fiche LANDRIN], Frédéric ERBS [voir fiche ERBS] et BLOCH. Le 5 octobre 1867, lors de l’enterrement d’Auguste PERDONNET, Hippolyte LANDRIN prononce un discours qui est publié dans Le Temps du 6/10/1867 sous forme d’une lettre ouverte36. BELLAMY signe avec notamment Frédéric ERBS  [voir fiche et billets ERBS] et Jean-Louis RIMET [voir fiche RIMET]. En 1882 on le retrouve au syndicat des bibliothèques populaires37 où il représente la BAI-III avec notamment Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche et billets GIRARD].

Avec les membres de la BAI-III qui sont à l’AIT : LANDRIN, FRIBOURG [voir fiche FRIBOURG]

Une madame BELLAMY, lectrice n° 413, 27 ans en 1861, concierge, 88 rue des Gravilliers n’a pu être identifiée avec certitude.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

À l’AIT il croise de futurs amis de l’instruction du 14e arrdt : Jean Pierre HELIGON  qui, maire du 14e arrdt, va faciliter la création de la BAI-XIV dès juin 1871 quelques semaines après la Commune, Charles, Mathieu  LIMOUSIN, Germain CASSE, Henri TOLAIN38.

Éléments biographiques complémentaires :

Il est un des délégués à l’Exposition universelle de 186739. En tant que délégué des tourneurs-robinetiers, il signe un appel  aux corporations pour soutenir la grève des bronziers dans les premiers mois de 186740. En juillet 1867, il participe au projet d’organisation d’un banquet pour l’anniversaire de la prise de la Bastille et signe une lettre au préfet publiée dans la presse avec notamment son frère Auguste et Edouard-Ernest FRIBOURG41. Ce banquet, interdit, n’aura pas lieu.

Le 4 novembre 1867 il participe à une manifestation boulevard Saint-Martin42. Manifestation organisée par des ouvriers travaillant dans des usines des communes annexées par Paris en 1860. Les patrons de ces usines refusent de payer l’octroi et décident de fermer en attendant les conclusions de la procédure en cours43.

Le 19 janvier 1868, il participe à l’hommage rendu au cimetière de Passy pour le troisième anniversaire de la mort de Pierre-Joseph PROUDHON44. Il signe en tant que membre de la Commission le manifeste de la Fédération ouvrière, paru dans la Marseillaise du 19 décembre 186945, destiné “à amener l’affranchissement de tous les membres de la corporation des mégissiers ”. Il s’agit de lancer un emprunt de 40 000 francs en faveur des ouvriers mégissiers alors en grève très prolongée  pour devenir possesseurs de leur outillage et créer un atelier social46

En 1870, BELLAMY signe l’appel contre la guerre de l’AIT avec entre autres Hippolyte LANDRIN de la BAI-III, Henri TOLAIN, Jean-Pierre HELIGON, Germain CASSE de la BAI-XIV47.

En septembre 1870 il est membre élu du Comité Républicain  du 3° arrondissement48, et signe le rapport aux habitants  énumérant les mesures concernant « l’intérêt général » et la « Défense nationale 49».

En 1874, il est délégué de la chambre syndicale des tourneurs-robinetiers au congrès ouvrier qui s’organise rue d’Arras. La première séance de ce congrès se tient le 4 octobre 1876, et BELLAMY toujours délégué50. En 1877, il signe l’invitation au banquet corporatif des ouvriers tourneurs-robinetiers qui aura lieu le 1er avril pour fêter l’anniversaire de la fondation de leur chambre syndicale51.

 

Écrits de la personne : non repérés mais il signe lettres et appels dans la presse.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

 

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP : Association polytechnique.

APH : Association philotechnique.

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

MND : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le   17 mars 2022 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Victor Bellamy," in Bibliothèques populaires, 17/03/2022, https://bai.hypotheses.org/5355.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CR BAI-III, 1862, 1863/64, 1864/68, 1873/74, 1875/77. []
  3. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  4. AD75, actes de l’état civil reconstitué, naissances, 5Mi 1 383, vue 42/51, voir ici. []
  5. AD94, Gentilly, décès, 1870, cote 6 E 71, acte 144,  page 39/298, voir ici. []
  6. AD75, décès, 14e arrdt,  acte 511, vue 10/31, voir ici. []
  7. AD75, 5Mi 1 415, page 8/51, voir ici. []
  8. Procès de l’Association internationale des travailleurs : première et deuxième commissions du bureau de Paris  publié par la Commission de propagande du Conseil fédéral parisien de l’Association internationale des travailleurs. Page 10. Paris, 1870. []
  9. Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880),  voir ici. []
  10. Liste électorale de Paris et ses environs 1891, accessible ici. []
  11. AD75, 10e arrdt, décès 1889, V4E 6452 , acte 2719, page 29/32, ici. []
  12. AD75, actes de l’état civil reconstitué, naissances,  5Mi1 430, page  41/51. []
  13. AD75, décès, 10e arrdt,  1897, V4E 9005, page 17/31, acte 3989, voir ici. []
  14. AD75, mariages, 3e arrdt, 1863, V4E 238, acte 318, page 29 / 31, voir  ici. []
  15. AD75, 1886, décès, 10e arrdt, V4E 6429, acte  699, page 29/31, voir ici. []
  16. AD75, 1863, naissances, 3e arrdt, V4E 235, acte 1766, page 3/31, voirici. []
  17. AD75, 1890, décès, 10e arrdt,  V4E 6459,  acte 3139, page 10/18, voir  ici. []
  18. AD75, 1864, Naissances, 3e arrdt, V4E 246, acte 1679, page 22/51, voir ici. []
  19. AD75,1866, naissances, 3e arrdt, V4E 269, acte 2189, page 5/24, voir ici. []
  20. AD75,1869, décès, V4E 302, acte 599, page11/31, voir ici. []
  21. AD93, Gentilly, décès, 1895, 1 MI 2584, acte 308, page 80/210, ici. []
  22. Voir Ian FRAZER dans Lectures et lecteurs au XIXe siècle: la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, Actes du colloque de 1984, page 73,  lire ici. []
  23. Inventaire 24-2, page 11/113 : carton 180 bis. Dossier de Jean Victor Bellamy (1872-1874), ancien dossier n° 94. []
  24. POTEAU Guillaume, Jules, Bernard, notice par Jean NEUVILLE, MAITRON. []
  25. Notice Léon FONTAINE par Jean PUISSANT, MAITRON. []
  26. Liste électorale de Paris et ses environs, 1891, accessible ici. []
  27. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  28. Recueil de l’Association Philotechnique, BnF. Les palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  29. Inventaire 24-2, page 11/113 : carton 180 bis. Dossier de Jean Victor Bellamy (1872-1874), ancien dossier n° 94. Aimablement numérisé et communiqué. []
  30. L’Avenir national,  18/7/1865, page 1. []
  31. La Liberté, 22/3/1868, page 2/3. []
  32. Voir sur le blog de Michèle AUDIN macommunedeparis  ici. []
  33. Dossier de la police de Bruxelles, voir plus haut. Page 11/113 . []
  34. F.SARTORIUS et J.-L DE PAEPE, « Les communards en exil », Cahiers bruxellois, tome XV-XVI, page 25/79. []
  35. MAITRON, Dictionnaire Belge, ici, notice complète aimablement communiquée par Paul BOULLAND. []
  36. Louise Oudin, “Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin,” in Bibliothèques populaires, 12/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4872. []
  37. Voir les billets de ce carnet sur le Syndicat des bibliothèques populaires : ici et . []
  38. Louise Oudin, “Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin,” in Bibliothèques populaires, 12/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4872. []
  39. Dossier de la police belge cité. []
  40. Voir par exemple : Julien Grimaud, “Les ouvriers du bronze soutenus par l’Internationale ouvrière“, Retronews, 2020. []
  41. Le Temps, 11/7/1867. []
  42. Dossier de la police belge. []
  43. Journal du Cher, 7/11/1867. []
  44. D’après le dossier de la police de Bruxelles. PROUDHON est mort à Passy et y est enterré, puis son corps est transféré dans une concession à perpétuité à Montparnasse par les soins de sa veuve Louise, Euphrasie née PIEGARD. []
  45. Information figurant dans les notes  de  Louis BRETONNIÉRE rédigées pour l’amélioration du MAITRON et communiquée par Michel CORDILLOT que nous remercions. []
  46. La Marseillaise, , mis en ligne le 16 décembre 2017 sur le site  archivesautonomie.org,  lire ici. []
  47. Le Réveil des 12 et 14/7/1870. []
  48. Information figurant dans les notes  de  Louis BRETONNIÉRE rédigée pour l’amélioration du MAITRON et communiquée par Michel CORDILLOT. []
  49. Les révolutions du XIXe siècle, 1852-1872. Tome 6, De la révolution du 4 septembre 1870 à l’insurrection du 18 mars 1871.  Rapport du Comité républicain élu du III e arrondissement aux habitants de l’arrondissement. Paris, à l’ambulance républicaine du 3e arrdt.., 1870. Voir ici. []
  50. Le Temps, 4/10/1876, page 2. []
  51. Le Rappel,  23/3/1877. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.