Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Germinet

GERMINET,  Auguste (1821-1878)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Ce lithographe, qui a  joué un rôle de premier plan dans la fondation de la bibliothèque, est né dans le Cher d’une famille de boulangers. Devenu peintre sur porcelaine, il meurt en Italie.

NOM : GERMINET

Prénoms : Georges, Auguste

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 291

Rôle dans la BAI-III : administrateur2 et donateur de livres3.

État-civil et famille:

Auguste GERMINET est né à Baugy (Cher) le 27 août 18214. Son père, Jean-Baptiste, Hilaire, 25 ans, est maître boulanger et tient  l’Auberge de la Paix où il réside. Deux oncles paternels sont témoins : Georges, 28 ans, en garnison à Paris, militaire voltigeur dans la garde royale5 et  Paul, 29 ans, tondeur de draps à Châteauroux (Indre). Avant d’être établi à Baugy, le père d’Auguste est boulanger à Étréchy (Cher) comme son grand-père6.

Sa mère, 32 ans, est Anne FERRAND. Née à Bourges, elle est orpheline (père meunier de son vivant) et domestique quand elle épouse Jean Baptiste, Hilaire en 1815 à Étréchy7.

Elle meurt à Paris le 16 février 1852 à l’ancien hôpital Trousseau, 110 rue du Faubourg Saint-Antoine (anc. 8e) et demeure alors 26 rue de Miromesnil 8.

La famille d’Auguste Germinet s’installe à Paris avant 1838, Auguste n’a pas 18 ans  et son père Jean-Baptiste y exerce la profession de cocher et au moins jusqu’au 26 avril 18449.

Le père d’Auguste meurt à Paris, à son domicile 8 rue de la Folie Méricourt (11e arrdt.) le 17 mai 186910.

Auguste GERMINET a une sœur, Marie, née à Etréchy le 18/11/1816. Couturière, elle épouse à Paris Claude, Simon, Stanislas ROUX le 28 avril 183811. Il est alors lithographe et l’est encore en 1844 ; il est imprimeur en 1886 lors du décès de sa femme. Le marié est né à Paris, le 26 novembre 1814, 15 rue des Canettes, son père Claude  est tailleur de pierres, sa mère est née Marie Victoire Ambroisine LOYER. Le mariage religieux a lieu à Sainte-Madeleine. Ils ont deux enfants. Elle meurt le 16 février 1886 à Paris 6e arrdt. 16 rue des quatre vents12.

Auguste se marie deux fois :

En 1850, le 17 septembre, avec Mélanie, Augustine, Alphonsine CHARNIER, la mère de son fils13. Native de Paris, 12 rue du Colisée, actuel 8e arrdt, son père est sellier lors de sa naissance le 24 octobre 1826. Elle meurt à Sesto-Fiorentino le 19 février 187414.

Auguste se remarie à une date postérieure non trouvée, en Italie avec Colomba POZZI15. Auguste et Mélanie ont un fils : Louis Élie, né à Paris anc. 1er  arrdt le 17 septembre 1851 et qui se marie à Volterra, province de Pise avec Elisa, Isabelle TESTI, le 5 juin 187516. Il habite Sesto Fiorentino et exerce la profession de lithographe sur porcelaine ou peintre sur porcelaine.

La première épouse de Louis meurt à Paris à l’hôpital Ambroise Paré  10e arrdt le 13 août 190617.

Louis a 4 filles nées à Sesto Fiorentino : Augustine, Elie le 4 juin  octobre 1876 ; Guillaumine, Eugénie, Louise née le 6 mai 1879 (quand elle se marie en 1900 ses parents habitent Neuilly-Plaisance) ; Georgine, Renza, Ida née le 7 décembre 1880 ; Anne, Assomption,  Elvire née le 13 octobre 1883 (quand elle se marie en 1909, son père habite 1 bd de Belleville 20e arrdt).

Louis GERMINET se remarie à Paris 11e  arrdt le 11/4/1907 avec Marie Louise GIRARDIN. Lors du mariage il est alors peintre sur éventail et habite 38 avenue Claude Vellefaux 10e arrdt. Il est établi un contrat de mariage chez Maitre TAUPIN à Clichy le 6 avril 190718.

 Marie Louise  meurt en 1926 Paris 11e arrdt19. Louis meurt entre 1909 et 1926 (sans que son acte de décès ne soit retrouvé).


Auguste GERMINET meurt à 57 ans à Sesto Fiorentino en Italie le 11 août 187820.

Professions :

  • Lithographe en 186121 ; imprimeur-lithographe ; « lithographe de Paris » sur son acte de décès italien.
Impression par Auguste GERMINET, dessin de William MUSSILL. BnF, département des Estampes et de la photographie, Cote : SNR-3-MUSSILL, W. Cliché Louise Oudin.
  • en 1870 « spécialité pour porcelaine » ou « chromo sur porcelaine22”. 

=> cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Adresses connues :

  • Dans l’actuel 8e arrdt :

– en 1838, 2 rue de la Madeleine,  anc.1er arrdt, à l’angle du Faubourg Saint-Honoré au niveau du numéro 2, rue aujourd’hui disparue.

– en 1844 et jusqu’en 1850, 22 rue du Rocher anc. 1er arrdt avec sa sœur, son beau-frère et ses parents. En 1851, 65 rue de l’Arcade anc.1er arrdt (naissance de Louis).

  • Dans l’actuel 10e arrdt :

– en 1864, 55 rue des vinaigriers : adresse personnelle pour son installation comme lithographe23.

– de 1861 à 1870, 2 passage Feuillet, actuel passage Delessert 10e  arrdt24.

  • En septembre 1871 il est domicilié à Rueil (Seine-et-Oise).

  • Après 1871 et jusqu’à son décès, en Italie à Sesto Fiorentino, ville limitrophe de Florence.

 

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique25 :

 Il existait au Conservatoire des Arts et métiers  un cours  gratuit  de « chimie appliquée aux arts » délivré par le professeur Eugène PÉLIGOT (le dimanche à 2 h 1/2 et le jeudi à 8 h 1/2)  qui incluait la porcelaine dans ses sujets d’étude26.

 Dans le premier catalogue de la BAI-III en 1862, on trouve un livre sur la  technique de la céramique en 2 volumes27, dans la série M (Industrie chimique et diverses), qui est toujours présent dans les collections aujourd’hui  rue de Turenne28.  

=> cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir


Dans le « palmarès des élèves de la Philotechnique » déjà étudié nous retrouvons 20 peintres sur porcelaine, 3 peintres décorateurs et  1 peintre en fleurs29.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

non repérée

Adhésion à la Société Franklin : 

non identifiée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III :

Sa femme Mélanie, couturière, est la lectrice 498. Sa belle-sœur, Mademoiselle  Annette (Élisa) CHARNIER, couturière, domiciliée 51 rue de la Bienfaisance (8e arrdt.) est la  lectrice 50830.

Par la profession de cocher de son père, éventuellement avec la famille de Paul DELAMARCHE [voir fiche DELAMARCHE] et avec Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] qui ont parmi elles plusieurs cochers.

Sans doute par la profession de lithographe puisque plus de 33 % des lecteurs de la bibliothèque ont  un lien avec l’imprimerie ou la gravure31. Nous retrouvons Jean Louis RIMET [voir fiche RIMET] et Armand PETTRÉ lecteur 266 et la famille THIERRY [voir fiche THIERRY].

Par le travail sur la porcelaine, éventuellement avec la femme d’Auguste PERDONNET et la belle-famille de Nicolas, Joseph  VINCENT32.

La femme d’Auguste PERDONNET [voir billets et fiche PERDONNET], Jeanne, Émilie  née MARY est peintre selon les actes d’état-civil. Elle travaillait probablement sur porcelaine comme son père Louis, Auguste et son frère Jules, Augustin.

Edouard, Ernest FRIBOURG [voir fiche FRIBOURG] est peintre sur porcelaine entre autres activités.

 Ernest HEURTIN [voir fiche HEURTIN], lecteur n° 21,  est peintre sur porcelaine.

Charles Auguste LAUREAU, lecteur n° 72, est peintre sur porcelaine (1833 Paris –1887 Paris 8e arrdt.).

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

D’autres artistes peintres sont présents dans les BAI, et peuvent avoir travaillé avec GERMINET :

 A la BAI-VI : on trouve parmi les adhérents Charles LAUTH, et les artistes peintres ayant travaillé avec Théodore DECK : Louis, Joseph, Raphaël  COLLIN ; Auguste, Alexandre  HIRSH ; Joseph Victor  RANVIER et   Anthony-Ludovic RÉGNIER33.

A la BAI XV, on retrouveThéodore DECK.

Éléments biographiques complémentaires :

Avant 1864, Auguste GERMINET est contremaître dans l’entreprise de gravure de Julien GUESNU (1810, Paris-1897, Nogent-sur-Marne), qui en 1851 emploie 80 ouvriers et ouvrières, 16 rue Portefoin, actuel 3e arrdt. En 1864, GERMINET rachète le brevet de lithographe de Jean, Louis, Marie SECOND mais réalise déjà des décalques sur porcelaine. On le retrouve comme collaborateur épisodique de la manufacture de Sèvres en 1859 avec la profession de lithographe34. Il imprime dans la rubrique «  enseignement » les travaux35 de William MUSSILL36 et de Léonce GOUTARD37 qui partiront en Angleterre, et seront peintres sur porcelaine dans de grandes manufactures.

A Paris après un période florissante pour la porcelaine, l’activité décline à partir de 1850. Il reste principalement la manufacture CLAUSS et des marchands qui fournissent des pièces «  prêtes à peindre » appelées aussi « blancs » aux peintres en céramique.

De très nombreux ouvriers en céramique, appelés chambrelans, réalisaient décors et dorure en travaillant à domicile. Les peintres appelés parfois « peintres de fabrique » changeaient de supports et passaient de la toile à l’ivoire, aux éventails et à la porcelaine. Certains comme Camille FLERS38, beau frère de VINCENT est  peintre sur porcelaine quand il se marie en 1826 et devient peintre sur toile et appartient à l’école de Barbizon39. Auguste RODIN, lecteur à la BAI-III (voir ici) est d’abord peintre sur porcelaine.

Les pièces avaient déjà été tournées ou moulées puis cuites une première fois. On procédait ensuite à l’application d’une couverte par trempage et à une nouvelle cuisson.  Ensuite « en chambre » il suffisait d’un tour pour réaliser le décor et enfin parfois la dorure. L’outil utilisé était soit le pinceau soit l’impression, comme par exemple le décalque. Les pièces décorées étaient cuites sur place dans un moufle, petit four de basse température. Les brunisseurs ou brunisseuses polissaient après la cuisson les métaux appliqués.

Le Rapport sur la céramique des délégués peintres et décorateurs sur porcelaine40 rédigé par  quatre délégués (élus pour être missionnés à l’Exposition universelle de Londres en 1862) analyse les difficultés rencontrées  par la profession et propose des solutions. Le travail des ouvriers est ignoré : ils doivent pouvoir signer leurs œuvres pour que les marchands et les fabricants ne soient pas les seuls à  recevoir des récompenses.  La formation  en dessin est inexistante : elle doit être organisée et  l’accès à la manufacture de Sèvres doit se faire sur concours. La profession n’est pas défendue : un syndicat doit être formé. Un des quatre délégués peintres en porcelaine  signataire est  Émile SOLON41, rédacteur avec Joseph, Louis DELBROUCK, futur fondateur de la bibliothèque populaire de Vernon [voir fiche DELBROUCK] et Jeanne DEROIN42, des statuts de « l’Association universelle » ou « Union des Associations de travailleurs » en 1849 43 dans laquelle Jean-Baptiste GIRARD, fondateur des bibliothèques populaires  [voir billets et fiche GIRARD]  a une activité importante.  Louis Charles BOUYER, maçon et membre fondateur de la BAI-V  (1812 St. Etienne de Fursac Creuse-29/11/1880 Paris 9e arrdt.) est aussi délégué dans cette association.

Auguste GERMINET part en Italie après 1871. Les éventuelles raisons politiques de son  départ ne sont pas connues aujourd’hui, mais il ne semble pas se cacher puisque le 16 septembre 1871 il est présent à la mairie du 8e arrdt pour le mariage de sa nièce Anne, Adélaïde, Claudine ROUX44. La diminution progressive d’activité des porcelainiers après 1850 et la non reconnaissance de leurs travaux sont les causes probables de son installation en Italie.

Auguste GERMINET n’a pas laissé de trace en Italie probablement parce que les œuvres étaient rarement signées,  mais son fils Louis est toujours cité comme collaborateur dans les écrits sur la manufacture de DOCCIA. Par exemple Louis fait partie des 12 peintres européens  retenus par Marcello MANINNI comme collaborateurs experts (sur les 15 retenus 12 sont français et Louis GERMINET est le seul parisien). Et il est identifié par Rita BALLERI et Oliva  RUCELLAI comme faisant partie au cours du XIXe siècle d’une « élite très qualifiée d’immigrés employée pour moderniser les techniques de fabrication ». Il en est sans doute de même pour Auguste.

Auguste  exerce à la manufacture de DOCCIA jusqu’à sa mort en 1878  et Louis  au moins jusqu’en 1883. Louis expose en 1881 à l’exposition nationale à Milan. 

Manifattura Ginori, Luigi Germinet (pittore), Grande piatto raffigurante una coppia di aironi in uno stagno, maiolica dipinta con colori a gran fuoco, 1870-1880, inv. 1906, XV, 129, Vercelli, Museo Francesco Borgogna. Avec l’aimable autorisation du Museo Borgogna.

Louis expose à Limoges en 1886 des vitraux  puis à l’exposition universelle de Paris en 1889 de nouveau de la céramique45. Quand il rentre en France il vit un temps à Limoges46, puis en  1899 et en 1903 lors du mariage de ses filles, il est éventailliste et habite à Neuilly-Plaisance puis à Paris.

Écrits de la personne : non repérés

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Ont été utilisées les informations des ouvrages suivants :

Michel BLOIT : Trois siècles de porcelaine de Paris, Paris, Hervas, 1988.

Régine de PLINVAL de GUILLEBON, Porcelaine de Paris 1770-1850, Paris, Ed. Vilo, 1972.

Marcello MANNINI, La Manifattura ceramica di Doccia i Ginori e Sesto Fiorentino : Un esempio di collaborazionze europea, 1737-1896, Nuovi contributi ,  Polistampa Firenze, 1998.

Antoinette FAŸ-HALLÉ, La porcelaine  européenne au XIXe,  Paris, Ed. Vilo, 1983 .

Rita Balleri, Oliva Rucellai, Maioliche Ginori nella seconda metà dell’Ottocento: vicende storiche e collaborazioni artistiche, in Livia Frescobaldi Malenchini, Oliva Rucellai,  Il Risorgimento della maiolica italiana: Ginori e Cantagalli, catalogue de l’exposition  au Musée Stibbert, Florence 30 septembre 2011-15 avril 2012,   Firenze Polistampa 2011, pp. 77-118.

. 

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP : Association polytechnique.

APH : Association philotechnique.

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

MND : mariages, naissances, décès

Nous remercions la « Fondazione museo Francesco Borgogna » pour nos échanges notamment  Alessia MEGLIO, schedatore-registror et Cinzia LACCHIA, conservatrice.

Nous remercions Livia FRESCOBALDI, présidente de l’Associazione AMICI DI DOCCIA et la Fondazione Museo Archivio Richard-Ginori della Manifattura di Doccia « notamment   Oliva RUCELLAI capo conservatrice et Rita BALLERI conservatrice.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le  7 avril 2022 ; modifiée le 22 avril 2022.



Citer ce billet
Louise Oudin (2022, 7 avril). Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Germinet. Bibliothèques populaires. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lv6t

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CRBAI-III 1861/62. []
  3. CR BAI-III- 1863/64. []
  4. AD18,Baugy,1813-1823,N.M.D., page167/221, acte 21, voir ici. []
  5. Informations tirées des notices Wikipédia : Dans son sens militaire, le voltigeur est un fantassin porté en première ligne par un cavalier qui le prend en croupe. Plus généralement, le terme désigne les unités d’infanterie légère d’une compagnie d’élite destinées à agir en tirailleurs en avant de la ligne d’un bataillon. []
  6. Naissance de Marie GERMINET, AD18, Étréchy, 1802-1822, N.M.D., page 285/362, acte 25. []
  7. AD18, Étréchy, Registre des mariages, 1802-1822,  page 130/183, acte 15. []
  8. AD75, actes de l’état civil reconstitué, décès 1852, 5Mi1 1433, page 42/51, voir ici. []
  9. D’après l’acte de naissance de sa petite-fille Anne, Adélaïde, Claudine ROUX, AD75, actes d’état-civil reconstitué, 5Mi1 557, page 44/49, voir ici. []
  10. AD75,décès,11, page 21/27, acte 1602, voir ici. []
  11. AD75, actes d’état-civil reconstitués, 5Mi1 2101, page 7/47, voir ici. []
  12. AD75, 1886, décès 6e arrdt, page 21/31, acte 398, voir ici. []
  13. AD75,actes d’état civil reconstitués, 5Mi1 2204, page 43/51, voir ici. []
  14. AD75, décès, transcrit dans le  4e arrdt. le 9 mai 1878,  page 6/31, acte 1227, voir ici. []
  15. Information qui figure sur son acte de décès. []
  16. AD75, mariages, 1876, 4e arrdt, page 9/31, acte transcrit 783, voir ici. []
  17. AD75, décès, 1906, page 30/31, acte 3572, voir ici. []
  18. AD 75,1907, mariages, 11, page 9/31, acte 667, voir ici. []
  19. AD 75, décès, 1926, page 22/31 acte 1337 voir ici. []
  20. AD75, décès, 4e arrdt, 1879, page 22/31, acte 3297, voir ici. []
  21. Liste des lecteurs. []
  22. Il figure en 1870 dans l’annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis avec les deux compétences voir ici. []
  23. Dictionnaire des imprimeurs lithographes du XIXe siècle, éditions en ligne de l’école des Chartes, voir ici. []
  24. Sur la liste des lecteurs et dans l’annuaire Firmin Didot 1870, déjà cité. []
  25. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  26. Le cours traitait du verre, de la poterie puis de la photographie et le professeur faisait partie du jury des Expositions universelles, groupe III classe 20, pour la spécialité céramique. []
  27. F. BASTENAIRE-DAUDENART, L’art de fabriquer la porcelaine suivi d’un vocabulaire des mots techniques et d’un traité de la peinture et de la dorure sur porcelaine, tome 1 et 2, Paris, à la librairie scientifique et industrielle de MALHER et Cie, passage Dauphine, 1827. []
  28. Voir ici. []
  29. Voir Groupe réseaux des bibliothèques populaires, “Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793. []
  30. AD75, actes d’état civil reconstitué, naissance, 24/10/1835, page 46/51, voir ici. []
  31. Colloque 1984, Ian FRAZER, page 72,, voir ici. []
  32. La belle famille de Nicolas, Joseph VINCENT appartient à des manufacturiers en porcelaine  par les deux branches. Son  épouse Élisabeth, Pauline  est née CLAUSS. Après 1860 les CLAUSS restent les seuls porcelainiers actifs dans Paris intra-muros et fournissent en « blanc » peintres et doreurs sur porcelaine. La manufacture CLAUSS vend aussi des moufles. Trois générations se succèdent : Jean Marx puis Marc Alphonse jusqu’en 1868 puis Marc Eugène jusqu’en 1887. Élisabeth, Pauline a pour  mère Odile SEEGER dont la famille de chimistes  avait œuvré à  la manufacture de Niderviller. []
  33. Agnès Sandras, “La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI),” in Bibliothèques populaires, 16/05/2019, https://bai.hypotheses.org/3235. []
  34. “Les collaborateurs de la Manufacture de Sèvres d’après le dépouillement des archives”, page20 /45, voir ici. []
  35. Cercle de la librairie. Bibliographie de la France : ou Journal général de l’imprimerie et de la librairie. 1865. Page 279 et 540. []
  36. De La Villette, marché aux puces de Paris, voir ici. []
  37. Léonce, Julien GOUTARD, 1836 Villaines-la Carelle (Sarthe )- 1898, Paris, noté parfois GONTARD,  voir fiche MAITRON et la rubrique «  enterrements civils » tenue par Paule MINK dans L’Aurore, littéraire, artistique, sociale du 4/12/1898, voir page 5. []
  38. Son père est d’abord caissier puis directeur de la manufacture de porcelaine NAST. []
  39. Voir le Catalogue des tableaux, études, pastels et dessins… dont la vente aura lieu par suite du décès de Camille Flers…,  Febvre, 1868, ici. []
  40. Rapport sur la céramique des délégués peintres et décorateurs sur porcelaine et des délégués pour les pâtes, faïence, porcelaine opaque, gros grès etc. exposition internationale, 1863 chez CHABAUD, voir le site du Conservatoire des Arts et Métiers. []
  41. SOLON voir MAITRON. []
  42. Michèle RIOT-SARCEY, Jeanne DEROIN, MAITRON. []
  43. Cité  par exemple par Martin NADAUD dans Discours et conférences de Martin Nadaud (1870-1878). Six mois de préfecture et comment j’ai connu Gambetta ; Cinq ans au conseil municipal de Paris / avec une préface par un vieux journaliste. 1889. Guéret. []
  44. AD75, 1871, mariages, page 5 /13, acte 244 voir ici. []
  45. Pierre SANCHEZ, Dictionnaire des céramistes, peintres sur porcelaine, verre et émail, verriers et émailleurs, exposant dans les salons, expositions universelles, industrielles, d’art décoratif, et des manufactures nationales : 1700-1920, chez l’échelle de Jacob, 2005. []
  46. Catalogue général officiel de l’exposition universelle de 1889. Tome III-IV / Exposition universelle internationale de 1889, à Paris. 1889  groupe III, classe 20 page 8  voir ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.