Une lectrice de la BAI-III, Anne Moriset épouse de Claude Germain Bellamy 

Le registre dit des premiers lecteurs de la BAI-III comporte 559 inscrits du 1er juillet 1861 au 3 juillet 1862 [1], qui devraient représenter les tout premiers sociétaires de la bibliothèque. « Cette réunion d’hommes dévoués et actifs pour fonder dans le IIIe arrondissement la Bibliothèque des Amis de l’Instruction » [2], est sensible, dès sa création, à l’accès des femmes à la lecture. Leurs droits d’inscription et leurs cotisations sont fixés à la moitié de ceux des hommes, car leurs salaires sont beaucoup plus bas [3]. Le prêt à domicile doit aussi leur être favorable :

C’est aux enfants et aux femmes au moins autant qu’à nous-même [est-il expliqué], qu’est destinée notre bibliothèque ; aussi avons-nous décidé d’un accord unanime que les livres ne seront pas lus dans la bibliothèque seulement, mais qu’ils iront, véritables missionnaires, développer au foyer de la famille les idées saines et les bons sentiments ».

Le vocabulaire utilisé est celui d’ une société patriarcale qui se veut ouverte, mais dans laquelle l’organisation et les décisions restent l’apanage des hommes. Parmi « cette réunion d’hommes dévoués et actifs », se sont tout de même glissées quelques femmes qui ont fait le pas de devenir sociétaires à part entière [4]. Elles sont 39, à peine 6% de l’ensemble. Mais qui sont-elles ?

Une lecture rapide du registre d’inscription nous montre que les femmes mariées ou non mariées (24 « Mme » suivi du nom marital, 15 « Melle ») sont bien identifiées par rapport aux hommes, dont les noms ne sont précédés d’aucun titre de civilité. Pour 18 d’entre elles seulement, le prénom est inscrit, et pour une l’initiale du prénom. Chaque nom est suivi d’une adresse. L’âge (entre 15 et 31 ans) n’est indiqué que pour 9 femmes. Ce n’est pas beaucoup, mais il est difficile d’en tirer une règle générale car, selon les pages du registre, si les métiers sont en général indiqués, les âges de nombreux lecteurs masculins ne sont pas notés non plus. Les métiers de 19 d’entre elles sont indiqués (dont une veuve rentière, et un E. pour une étudiante). Ils sont très divers, avec une dominante pour ceux de l’enseignement et de la couture : il y a une coloriste, une comptable, une concierge, quatre couturières, une étudiante, trois institutrices, une libraire, deux lingères, une maîtresse d’institution, une marchande de vin, deux modistes, une photographe et une rentière. 25 d’entre elles ne sont pas inscrites seules car on peut identifier dans le registre un membre de leur famille, époux, père, mère, frère ou sœur (dans l’état actuel des connaissances). Enfin, parmi les membres d’une même famille, l’homme est inscrit avant la femme, et souvent séparément, ce qui incite à penser que leur démarche a été incitée par leur mari, leur père leur fils ou leur frère.

Madame BELLAMY est l’une de ces 39 femmes. Elle est inscrite entre le 29 novembre 1861 et le 4 janvier 1862. Son nom figure sous le n° 413. On apprend qu’elle est concierge. Elle demeure 88 rue des Gravilliers, à la même adresse que son fils Victor Bellamy (1833-1895) inscrit sous le n° 13 [voir sur ce carnet la fiche biographique de Victor BELLAMY]. Ni le prénom ni l’âge de cette lectrice ne sont indiqués, mais on retrouve ses coordonnées dans l’acte respectueux que doit produire Victor en 1863 à son père Claude Germain qui refuse de consentir à son mariage. Sa mère Anne MORIZET est bien concierge. Elle est alors âgée de 51 ans. Victor est tourneur-fontainier. Il est administrateur de la BAI-III dès sa création et durant plus de 15 ans.

Anne ou Annette Moriset ou Morizet, est née à Thionville (Moselle), où ses parents, Jean Moriset, vigneron, et Madeleine Billon se sont mariés en 1805. Ils sont ensuite venus à Paris, comme leurs enfants, après 1821, date de naissance à Thionville de Madeleine, sœur de Anne [6]. La famille est restée à Paris. Les parents sont décédés avant 1865.

Anne Moriset vit à Paris en union libre avec Claude Germain Bellamy (1799-1870), lui aussi provincial d’origine très modeste. Né à Soignolles-en-Brie, en Seine-et-Marne, il est argenteur sur métaux [7]. Son père est maçon, il a un frère cantonnier.

Le couple a six enfants, tous nés à Paris et déclarés comme enfants des époux Bellamy dans leurs actes de naissance comme dans leurs actes de baptême [8], alors que les parents ne sont officiellement mariés civilement que le 10 août 1842. Pierre Gustave (1831-1832) décède en bas âge. Jean-Victor (1833-1895) sera comme on l’a vu tourneur fontainier et adhérent de la BAI-III. Il deviendra membre de l’AIT, et participera vraisemblablement à la Commune. Il épousera en 1863 Marie Charlotte GO (1843-1886), polisseuse en or, puis domestique lors de son décès à l’âge de 42 ans [9]. Auguste (1835-1889) sera incorporé en 1855 au  2e régiment de zouaves créé en 1852 et affecté à la province d’Oran. Célibataire, doreur sur métaux, il sera membre de l’AIT et communard [voir fiche Victor BELLAMY]. Joseph Onésime (1836-1897) sera voyageur de commerce. Marie Anne Joséphine (1839-1849) et Charles Amable (1846-1849), décèderont à la colonie agricole de Fleurus en Algérie, l’un à l’âge de 2 ans, l’autre à l’âge de 10 ans [10].

Les Bellamy vivent dans le 7e arrondissement ancien (nouveaux 3e et 4e arrondissements). En 1831, lors de la naissance de leur premier enfant, Anne a 21 ans et Claude Germain en a 32. Ils demeurent alors 22 rue du Cloître-Saint-Merri.

Signature de Claude Germain Bellamy sur l’acte de baptême de son fils Pierre Gustave, le 25 mai 1831 à Saint-Merri, Paris, ancien 1er arrondissement. Cliché G. Deblock.

Ils déménagent ensuite pour une adresse non retrouvée, où naîtra Jean Victor en 1833 [11]. De 1835 à 1839, ils demeurent 5 rue de l’Homme-Armé, une ancienne rue absorbée lors de la restructuration de la rue des Archives. Ils se marient le 10 août 1842 à Paris, dans l’ancien 1er arrondissement. Font-ils uniquement un mariage civil ? Seul le fichier reconstitué d’état civil a été retrouvé, et leur adresse à cette époque n’a pas été identifiée. Ils déménagent encore et se trouvent en 1846 10 rue Jean-Robert. Cette adresse, dans le prolongement de la rue des Gravilliers à laquelle elle est ensuite réunie, pourrait correspondre déjà au 88 rue des Gravilliers, leur adresse définitive à partir des années 1855.

En 1848, la situation politique et économique de la France est grave, les ateliers nationaux ferment. Après une répression violente en juin, et pour tenter d’enrayer un chômage terrible, l’Assemblée nationale constituante issue des élections du 23 avril 1848 lance par le décret du 18 septembre [12] une entreprise officielle de colonisation agricole de peuplement en Algérie. Un crédit considérable de 50 millions de francs est affecté dans ce but au ministère de la guerre pour les années 1848 à 1850.

Médaille. Au droit circulaire extérieur : "[étoile] UN CREDIT DE 50 MILLIONS EST ACCORDE [étoile]" ; au droit circulaire intérieur : "POUR LA COLONISATION DE L ALGERIE" ; au droit dans le champ : "DECRET / DU / 19 7_BRE 1848" ; au revers circulaire : "1_IER DEPART DES COLONS" ; au revers à l'exergue : "8 / OCTOBRE 1848". Anonyme, médaille de laiton, Paris, 2, 7 cm. Paris,  Musée Carnavalet, Histoire de Paris, inv. ND10043. CCommons :https://www.parismuseescollections.paris.fr/en/node/120825

 

Quarante-deux colonies agricoles doivent se créer, et dès le 8 octobre, date de paiement des petits loyers à Paris, part le premier convoi. Il y en aura effectivement 17 en 1848 et 1849, pour transporter environ 14 000 colons volontaires [13]. Ils seront acheminés et installés aux frais de l’État (ministère de la guerre). Chaque famille devra recevoir en arrivant « une maison d’habitation construite en maçonnerie, couverte de tuiles et divisée en deux pièces, chacune de 3 mètres 50 sur 5 mètres, un lot de terre de 2 à 10 hectares, indépendamment d’une parcelle de terrain affectée au jardin [14]», qui leur seront ensuite concédés. Ils recevront du matériel agricole, du bétail, des semences, et seront nourris ainsi que leurs familles durant les trois premières années. Une campagne d’information lancée par affiches, dans la presse et dans les mairies, remporte un grand succès dans l’ensemble de la France. Il est cependant décidé de ne retenir que les candidatures parisiennes, preuve du caractère au moins aussi politique que social de cette entreprise. Après un premier tri effectué par les mairies, les candidats passent devant la commission des colonies agricoles présidée par Ulysse Trélat [15], maire du XIIe arrondissement. Il est demandé à chacun une fiche d’état civil, un certificat médical, un certificat de bonne vie et mœurs. Une attestation de bonne conduite durant les journées de juin n’est pas inutile.

Après la conquête de l’Algérie en 1830, on a vu se mettre en place plusieurs politiques coloniales, noatmment des concessions à des sociétés financières, et en 1845, la propriété collective saint-simonienne et fouriériste de l’Union Agricole de Saint Denis du Sig, à environ 50 km d’Oran. César Daly, membre lui aussi de la BAI-III [voir sur ce carnet la fiche César DALY], s’y était engagé financièrement. Mais si la situation de crise relance l’idée de nouvelles colonisations, les idées d’Ulysse Trélat sont diamétralement opposées aux principes sociétaires du père Enfantin, qui voulait associer prolétaires français et algériens[16]. Ces colonies sont aussi tout à fait différentes des colonies pénitentiaires de 1850, où seront transportés de force les condamnés des journées d’insurrection de juin 1848 après avoir été enfermés à Belle-Île. Joseph, le jeune frère de Jean Baptiste Girard fondateur officiel de la BAI-III, y sera envoyé comme détenu [17].

Comme le montre Yvette Katan [18], les partants de 1848 et 1849 ne sont pas des provinciaux récemment attirés par l’ouverture des ateliers nationaux, mais pour la majorité des ouvriers, « néo-parisiens » nés en province et arrivés dans les années 1830 à 1845. En cela, ils peuvent être issus de familles de cultivateurs. Cependant, le climat et les terrains arides qu’ils vont trouver sont de natures bien différentes de ceux qu’ils peuvent connaître. Ils sont issus des quartiers populaires de l’est parisien, dont le 7e arrondissement ancien, mais ne sont ni contestataires, ni délinquants, ni condamnés. Il s’agit d’une « émigration de la misère », comme le montre une des lettres de demande de départ, maladroitement orthographiée mais très bien tournée, pour laquelle l’auteur a dû avoir recours à un écrivain public [19].

La famille Bellamy est tout à fait représentative de ce profil. On peut penser que ses déménagements successifs ont aussi pour origine le problème de loyers impayés décrit par Jean Rabassier. Elle prend la décision grave de demander à partir, et elle est intégrée au 6e convoi, à destination de la colonie agricole de peuplement de Fleurus, à 20 km d’Oran [20]. Le couple a déjà un certain âge : Anne Moriset a 39 ans et Claude Germain Bellamy a 49 ans. Lui est inscrit comme argenteur, originaire de Paris, 6e arrondissement, mais il n’y a aucune information sur les métiers des femmes qui font partie de la colonie de peuplement. Seuls les métiers des chefs de famille sont relevés. Leurs cinq enfants les accompagnent, Jean-Victor 15 ans, Auguste 13 ans, Onésime 12 ans, Joséphine 9 ans, et Charles 2 ans. Ils font partie des sept familles nombreuses du village.

Gustave Rabisse, un des colons qui avait alors 11 ans, a laissé un petit mémoire sur cet évènement [21] : le départ de Paris a lieu le 29 octobre sur cinq bateaux à fond plat remorqués sur la Seine par le vapeur Neptune, et aux mâts desquels flottent des drapeaux au nom du village. Les bagages ont été embarqués la veille du départ, dans la limite de 50 kg maximum par adulte et par enfant de plus de 2 ans, en échange d’une carte indiquant le nombre de pièces de la future maison (deux pièces au maximum). Le numéro matricule de la famille Bellamy est le 1831 [22]. Une foule immense très émue [voir annexe 1], accompagne le départ des colons [23]. Le roman historique de Michèle Perret, Le premier convoi, 1848 [24], relate avec justesse l’aventure très proche que vécurent les premier « colons » partis le 8 octobre : leur embarquement est immortalisé par une représentation parue dans L’Illustration du samedi 14 octobre 1848.

Le voyage du 6e convoi commencé par beau temps s’effectue ensuite dans des conditions d’hygiène très difficiles.

 

Ils sont transportés en bateau jusqu’à Chalon-sur-Saône, puis Lyon, Arles, ensuite en train vers Marseille, et après 3 jours de mer très pénibles sur le navire de guerre “Le Cacique”, ils arrivent à Oran. Alors commence le trajet à dos de mulet à travers chemins, puis brousse. Ils arrivent à Fleurus le 20 novembre, au bout de 3 semaines de voyage, devant de longues files de baraquements en planches au milieu des broussailles, à 500 mètres de puits à l’eau saumâtre.

Tout était à faire, cependant, « il y avait là dans cette réunion de gens, une sorte d’énergie prédominante, même encore inconsciente – mais sûrement il y avait un espoir [25]». Claude Germain commence à monter un commerce de vin (encore importé de France à l’époque). C’est l’espoir d’une nouvelle vie. Cependant, à la grande difficulté du travail s’ajoutent rapidement les fièvres, puis une épidémie de choléra. Les enfants sont les premiers touchés. Charles Amable et Marie Anne Joséphine décèdent à Fleurus en 1849, Charles le 10 février de fièvres, puis Joséphine le 15 juillet du choléra [26].

Entre temps, le 28 avril 1849, le maire du 6e arrondissement de Paris reçoit une réponse positive à la demande d’un supplément de concession qu’il avait faite pour le colon Bellamy [27]. Le maire semble suivre de près les évènements de cette émigration pour ses ressortissants, à moins qu’il n’ait fait que transmettre une demande rédigée par une tierce personne. N’ayant pas trouvé d’autre information au sujet de cette démarche, on peut supposer qu’elle est une tentative de soutien à la famille à la suite du décès d’un, puis deux de leurs enfants. Cependant, « devant tant de calamités, beaucoup de ces gens, arrivés là débordant d’espoir, s’effondrèrent, et n’eurent plus qu’une idée : repartir en France avant que leur famille ne disparaisse complètement. Ils signèrent alors l’acte de renonciation à leur concession, avant même de l’avoir eue [28]». La famille Bellamy fait partie des colons qui abandonnent. Elle revient à Paris, vers 1850 selon Adrien Campos, certainement très ébranlée et affaiblie par cette aventure tragique.

Dans quelles conditions et quand sont-ils rentrés à Paris et que s’est-il passé entre 1850 et 1861 ? On ne sait que très peu de choses sur cette période. En 1855, les Bellamy demeurent 88 rue des Gravilliers. Leur troisième fils, Auguste, est incorporé au 2e régiment des zouaves [29] constitué en 1852. Cette incorporation dans un régiment créé lors de la conquête de l’Algérie et participant à la campagne de pacification de la colonie pourrait avoir un lien avec le voyage des Bellamy en Algérie. Sur sa fiche de recrutement, rien n’est indiqué au sujet de sa mère si ce n’est son nom, « Anne Moriset [30] ». Leur second fils, Victor, est inscrit aux cours du soir de la Société philotechnique entre 1859 et 1862. Mais comment découvre-t-il cette société dont plusieurs membres participent à la fondation de la BAI [voir sur ce carnet le billet “Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique“]?

Le 25 avril 1863, Victor Bellamy épouse Marie Charlotte Go. Il ne semble pas qu’il y ait eu un mariage religieux. De même, pour les trois enfants du couple, aucun acte de baptême n’a été retrouvé. Est-ce pour cette raison que le père désavoue le mariage ? Sur l’acte respectueux que doit produire Victor Bellamy pour avoir le droit de se marier [31], il est écrit que son père « dit qu’il ne voulait et ne pouvait pas répondre [au notaire], et s’est de suite retiré de la loge où il se trouvait ». De son côté, Anne Moriset dit ne pas comprendre « le refus de son mari », signe l’acte respectueux, et s’engage à le communiquer à son mari.

Signature de Anne Moriset sur l’acte de mariage de son fils Victor Bellamy avec Charlotte GO, le 25 avril 1863, Paris, 3e arrondissement. Photographie G. Deblock.

Sur l’acte de mariage de son fils, Anne Moriset est dite « sans profession », et sur l’acte respectueux, le notaire écrit «Père et mère, sans profession, concierge ». Que ce soit, seule ou avec la participation de son mari, lors de son inscription à la BAI-III en 1861 elle se dit bien concierge. Ce personnage est incontournable dans le Paris du XIXe siècle [32].

Physiologie de la portière, par James Rousseau, ill. Honoré Daumier, 1841. (Gallica, BnF).

 

« Portier, concierge ou suisse, quel que soit le nom donné à ce muscle essentiel du monstre parisien, il est toujours conforme au quartier dont il fait partie, et souvent il le résume [33] », écrit Honoré de Balzac. En effet, avec les grands travaux haussmanniens les immeubles locatifs parisiens sont désertés par leurs propriétaires. Ceux-ci se font seconder par des portiers ou concierges, et vont demeurer dans des quartiers plus huppés. Cependant, « dans les demeures pauvres surtout [ce qui est ici le cas], le portier, relégué dans un réduit obscur – sa loge – n’est guère mieux logé qu’un chien [34] ».

Ce métier est fréquemment exercé par une femme, en général issue de l’immigration provinciale. Marquée par les accidents de la vie, elle est souvent veuve, ou n’a plus d’enfants à élever. Elle n’est pas jeune. Mais elle a l’assurance d’un logement, même médiocre. Sa position est inconfortable, mal définie, entre le propriétaire et les locataires, peu ou pas rémunérée, mais aucun apprentissage ne lui est nécessaire. C’est une situation proche des métiers de domesticité, mais elle paraît tout de même plus noble, avec des possibilités de revenus annexes ou d’un métier d’appoint. L’image de la concierge est largement galvaudée dans la littérature et croquée par les caricaturistes. L’article « Concierge » du Grand dictionnaire de Pierre Larousse [35] est cocasse, tout comme la description que fait Eugène Sue de madame Pipelet dans Les mystères de Paris [36]. Rodolphe, le héros du roman, s’amuse à la flatter, en lui donnant le titre de concierge plus respectable que celui de portière : « Je voudrais savoir si vous pouvez, madame, vous charger de mon ménage. J’ai l’habitude de ne jamais employer que les concierges, toutefois quand ils y consentent. Cette proposition, exprimée en termes si flatteurs : concierge !… gagna complètement madame Pipelet [37] ».

Pour Anne Moriset et son mari aussi, cette profession est un gage d’honorabilité et de stabilité. L’accès à un logement même s’il est plus ou moins salubre, un métier, un statut social reconnu, l’espoir de quelques revenus, sont appréciables à leur retour d’Algérie. C’est avec ce titre qu’elle s’inscrit à  la BAI-III, poussée ou inspirée par son fils Victor, qui est un des fondateurs de la bibliothèque. Serait-elle une de ces lectrices, grandes consommatrices de romans populaires, qui lisent plus que les hommes, mais qui lisent des romans, comme les décrit Pierre Marie André en 1868 pour la BAI-V [Voir fiche Pierre-Marie ANDRÉ][38]. « Mais l’important est que le goût de la lecture se développe », ajoute-t-il.

Son mari Claude Germain Bellamy entre à l’hospice de Bicêtre le 2 mai 1864 à l’âge de 65 ans pour y décéder six ans plus tard, le 1er mars 1870 d’un emphysème [39]. L’adresse du 88 rue des Gravilliers est inscrite sur son acte de décès, ainsi que le métier de cantonnier qu’il a dû exercer à son retour à Paris. Ces informations datent vraisemblablement de 1864. Claude Germain n’a aucun héritage à transmettre lors de son décès [40]. Anne Moriset va vivre chez son fils Onésime, 63 rue du Château dans le 14e arrondissement, on ne sait pas exactement à quelle date après 1864. Elle y décède le 18 mars 1872, à l’âge de 62 ans [41]. Elle non plus ne possède rien [42]. Son fils est à son chevet, ainsi que Jean Nicolas KELLE son cousin par alliance, certainement accompagné de son épouse Marie Anne CLEMENT, nièce de Anne Moriset.

Annexe 1.

Un nouveau départ de colons algériens a eu lieu hier ; comme aux précédents convois, une foule immense couvrait les quais et les berges de la Seine ; les ponts, depuis Notre-Dame jusqu’à Bercy, étaient envahis depuis sept heures du matin, et la rivière était sillonnée par une quantité innombrable de barques. À huit heures et demie les préparatifs de départ étaient terminés ; 800 personnes étaient embarquées à bord de cinq grands bateaux que devait remorquer le vapeur le Neptune; M. Sibour, représentant du peuple, vicaire général du diocèse de Paris, précédé d’un nombreux clergé, est arrivé à neuf heures sur le quai Saint-Bernard, avec les membres de la commission algérienne. Plusieurs représentants, parmi lesquels nous avons remarqué MM. Corbon, Pierre Buonaparte, Pascal Duprat, Roger (du Loiret), Fayolle, Didier, etc. ; MM. Adam, secrétaire général de la préfecture de la Seine, et Martelet, maire du 6e arrondissement, assistaient à cette cérémonie.

Un cordon de troupes, formé par un bataillon du 18e de ligne, a entouré l’endroit du quai qui servait d’embarcadère ; M. Didier, représentant du peuple nommé par l’Algérie, a remis aux colons le drapeau de leur colonie et a prononcé une allocution touchante quia été saluée par les cris de : Vive la République ! M. Sibour a pris à son tour la parole, puis le Neptune s’est mis en marche remorquant les cinq bateaux sur lesquels se trouvaient les colons, qui, tous montés sur le pont, ont salué une dernière fois la capitale de la France et la foule qui avait voulu assister à leur départ, et le convoi s’est mis en marche.

La musique du 18e de ligne, placée à bord du Neptune, jouait des airs patriotiques, et de toutes parts la foule lui répondait par ses acclamations. La commission de l’Algérie et les autorités ont accompagné le convoi jusqu’au Port-à-l’Anglais. Ce convoi est destiné à occuper la commune de Fleurus, à 18 kilomètres d’Oran et 20 kilomètres d’Arzew ; les Arabes appellent cet endroit Assian Toual, les puits nombreux. Le convoi est parti sous la direction de M. de Lavrande, chef de bataillon aux zouaves.

Le Droit, 30 octobre 1848

[1] Pierre Farouilh et Danièle Majchrzak, « Registre des premiers lecteurs de la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement, édition critique », dans Agnès Sandras (dir.), Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014.

[2] Rapport sur la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (IIIe arrondissement) fait dans l’assemblée générale du 10 août 1862 au Conservatoire des arts & métiers par M. Maurice Meyer, secrétaire, Paris, Impr. Édouard Blot, 1862, p. 3-4.

[3] Bibliothèque des Amis de l’Instruction, IIIe arrondissement, autorisée par décision ministérielle de juillet 1861, Paris, Impr. J. Claye, [s. d.], p. 2, 7 pages.

[4] Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? Quelques pistes de réflexion », dans Histoire de l’éducation populaire 1815-1945. Perspectives françaises et internationales, dir. Carole Christen et Laurent Besse, Lille, Presses univ. du Septentrion, 2017.

[5] Victor ne se marie qu’en 1863. Sa future épouse Marie Charlotte Go (1843-1886) n’a que 18 ans en 1861. Elle a un métier, polisseuse en or comme sa mère, et elle ne se nomme pas encore madame Bellamy. À l’occasion de son mariage (ADP), Victor Bellamy est dans l’obligation de produire un acte respectueux prescrit par la loi, présenté à ses parents par Maître Louis Marie Pascal et son collègue notaire à Paris, fait le 28 février 1863, notifié le 6 mars suivant (AN, Cote MC/ET/XCIV/977 et 978). En effet, ne donne pas son consentement au mariage.

[6] Madeleine Morizet (14/05/1821-01/07/1911) est casquettière lors de son mariage, le 12/01/1865 à Paris, 3e arrdt. Son neveu Victor Bellamy est témoin. À cette date, ses parents sont décédés. La marraine du troisième enfant Bellamy, Auguste né en 1835, est sa grand-mère maternelle Madeleine BILLION, femme MORIZET, demeurant rue Montmorency, n° 10 (ADP, Baptême le 12 avril 1835, St Merri).

[7] Voir son acte de naissance, le 26 mai 1799 à Soignolles-en-Brie (AD77) et l’acte de naissance de leur premier enfant, Pierre Gustave, le 23 avril 1831 (ADP).

[8] Excepté l’acte de baptême de Victor qui n’a pas été retrouvé.

[9] Son père est journalier, sa mère polisseuse en or.

[10] Actes de décès de Marie Anne Joséphine et Charles Amable.

[11] Il est né dans le 7e arrondissement selon l’acte respectueux rédigé avant son mariage, en 1863 (AN, Cote MC/ET/XCIV/977 et 978).

[12] Décret du 18 septembre 1848 (Moniteur algérien du 30 septembre 1848), rapidement suivi d’un arrêté daté du 27 septembre.

[13] Il est difficile de chiffrer exactement le nombre de colons qui partent dans les 17 convois des années 1848-1849. Voir : Yvette Katan, « Le voyage “organisé” d’émigrants parisiens vers l’Algérie 1848 – 1849 », dans Nicole Fouché, L’émigration française. Études de cas : Algérie, Canada, Etats-Unis, Paris, Éditions de la Sorbonne, 1986, ainsi que son article Yvette Katan, “Les colons de 1848 en Algérie – Mythes et Réalités”, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine“, n° spécial, la France et ses Colonies, Avril/Juin 1984, Vol. XXXI, p.177-201.

[14] Émile Violard, Les villages algériens, Alger, V. Heintz, 2 vol., 1925-1926.

[15] La Commission des colonies agricoles d’Algérie a été instituée le 22 septembre 1842. Ulysse Trélat (1795-1879) et son fils seront donateurs à la BAI-XIII en 1878. Voir :https://bai.hypotheses.org/4645.

[16] Voir : Michèle Madonna-Desbazeille, « L’Union agricole d’Afrique, une communauté fouriériste à Saint-Denis du Sig, Algérie », Cahiers Charles Fourier , 2005 ; Emile Violard, Les villages algériens, op. cit. ; Jules Duval, L’Algérie : tableau historique, descriptif et statistique… (1ère éd. révisée et complétée), 1859, p. 320 [Gallica].

[17] Voir : https://bai.hypotheses.org/4497.

[18] Yvette Catan, op. cit. ; Louis Reybaud, « Rapport présenté au ministre de la guerre au nom de la commission chargée d’examiner le projet de loi tendant à assurer l’emploi du crédit des 5 000 000 de fr pour les colonies agricoles de l’Algérie… », dans Le Moniteur universel, 12 avril 1850, p. 14-16.

[19] Lettre de demande de participation à un convoi de colons pour l’Algérie, rédigée au nom du postulant : « Monsieur Le président, Rabassier, Jean, âgé de 34 ans, n’ayant pas put (sic) obtenir une audience particulière, vous envoy sa communication par Ecrit, Dont en voilla (sic) le sujet, Monsieur le président, je désirerait(sic) par votre protection partir pour l’algérie imédiatement (sic) avec ma famille. Voila (sic) ce qui m’en donne le sujet. Je suis admis au(sic) récompenses nationales. Je suis père de 5 enfants dont l’aîné n’a encore que 14 ans. J’ai des effets au mont de piété. Je dois bientôt deux termes de loyer. Je suis sans ouvrage depuis le 15 octobre dernier et je crains d’etre(sic) obligé de me délester de mon mobilier avant qu’il ne parte en convoy ordinaire. J’ai travailler(sic) la terre pendant 10 années, depuis je suis maçon et je croit(sic) remplir le devoir d’un bon colon. Je suit(sic) Monsieur Le président en attendant votre réponse de consolation votre fidèle et dévoué serviteur. Signé : Rabassier ». Rue de la ………20 Paris 29 mai 1849 ». Est ajouté en marge : « Je suis sergent de la garde nationale, 9e compagnie, 3e bataillon, 4e Légion ».(AOM, 92 Q6).

[20] Fleurus, dont le nom actuel, Assian Toual ou Hassiane Ettoual signifie en arabe « Les puits nombreux ».

[21] Voir : Christophe Campos, Fleurus en Oranie, 1848-1962 : monographie communale, Paris, Riveneuve éditions, 2016 ; https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01676048/document ; Liste des premiers colons de Fleurus , par Adrien Campos.

[22] ANOM, F90 1314.

[23] L’Évènement, 31 octobre 1848 [Retronews].

[24] Michèle Perret, Le premier convoi, 1848, Montpellier, éd. Chèvre-feuille étoilée, 2020.

[25] Gustave Rabisse, op. cit.

[26] Actes de décès de  Charles Amable et Marie Anne Joséphine.

[27] Lettre datée du 28 avril 1849, signée du secrétaire A. Caillez : « Monsieur le Maire, J’ai l’honneur de vous informer que M. le Ministre de la Guerre vient de me faire connaître qu’il avait transmis au Commandant supérieur de la province d’Oran, la demande de supplément de concession que vous m’aviez adressée en faveur du colon Bellamy de Fleurus. M. le Ministre ajoute qu’il a recommandé à cet officier général d’examiner cette demande avec intérêt. J’ai communiqué ces renseignements au colon Bellamy. Agréez , Monsieur le Maire l’assurance de mes sentiments de considération distinguée ( ADP, VD6 360 n°3).

[28] Dans une lettre du 16 janvier 1850 au gouverneur général de l’Algérie, les organisateurs reconnaissent que le choix des emplacements s’est effectué trop rapidement (ANOM, F80 1315).

[29] Logé à la Caserne du Château Neuf en Oranais. Voir aussi : Documents algériens, 1850 , Eurequoi, histoire de zouaves d’Algérie, 2018. Le corps d’infanterie des zouaves, a été créé en 1830, lors de la conquête de l’Algérie.

[30]Il y a une ligne destinée à indiquer la profession du père, mais aucune pour celle de la mère (ADP 75).

[31] Acte respectueux, op. cit.

[32] Jean-Louis Deaucourt, Premières loges. Paris et ses concierges  au XIXe siècle, Paris, Aubier, coll. Historique, 1992. Jean-Louis Deaucourt donne même plusieurs exemples de concierges qui, comme métier d’appoint, installent un cabinet de lecture dans leur loge.

[33] Honoré de Balzac, Ferragus, BeQ, La Bibliothèque électronique du Québec, Collection À tous les vents, p 174.

[34] Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…. Paris, 1866-1877, T. 4, article Concierge.

[35]Ibidem.

[36] « L’Hogarth français Henri Monnier a si admirablement stéréotypé la portière que nous nous contenterons de prier le lecteur, s’il veut se figurer madame Pipelet, d’évoquer dans son souvenir la plus laide, la plus ridée, la plus bourgeonnée, la plus sordide, la plus dépenaillée, la plus hargneuse, la plus vénéneuse des portières immortalisées par cet éminant artiste ».

[37] Eugène Sue, Les mystères de Paris, Partie, II, chapitre VIII, « Une maison de la rue du Temple », p. 53.

Le nom de la concierge, Anastasie Pipelet dans Les mystères de Paris, est devenu un nom commun péjoratif, plutôt féminin, « pipelette », synonyme de concierge, ou de personne très bavarde et indiscrète.

[38] CRBAI-V, 1867, 1868.

[39] APHP.Archives en ligne, BCT/1/Q/1/116, 1861-1868, p. 13 et BCT/3/Q/2/61, p. 98. Voir ici.

[40] Registre des décès, ADP DQ8 1264, p. 67/196).

[41]  ADP, acte de décès de Anne Moriset.

[42] ADP, Registre des décès.

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Une lectrice de la BAI-III, Anne Moriset épouse de Claude Germain Bellamy ," in Bibliothèques populaires, 26/03/2023, https://bai.hypotheses.org/5549.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.