Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alexandre Vincent

VINCENT,  Alexandre (1802-1872)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Alexandre VINCENT est avocat depuis 37 ans au moment de la création de la BAI-III dont il est un des fondateurs officiels. C’est probablement à la société de secours mutuels du quartier qu’il a rencontré GIRARD. Malgré un rôle controversé dans l’association il restera actif au moins jusqu’en 1868.

NOM : VINCENT Prénoms : Alexandre, Nicolas, Joseph N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 691 Rôle dans la BAI-III : Censeur puis vice-président2

État-civil et famille3

Alexandre VINCENT est né le 11/2/1802 (22 Pluviôse an X) à Valenciennes, département du Nord4, l’année qui suit le mariage de ses parents Alexandre, Désiré, Joseph VINCENT et  Augustine, Joseph MARMOTTAN5.

Le père d’Alexandre VINCENT, né le 4 novembre 1774 à Valenciennes est mentionné dans les actes d’état-civil comme « artiste »,  « musicien » ou « maître de musique ». Il est noté une fois « marchand mercier » en 1811 sur l’acte de décès de sa femme : peut-être reprend-il alors la profession de son beau-père, plus respectable ou plus rentable pour un jeune veuf de 37 ans avec 3 enfants.

Le grand-père paternel Jean, Nicolas VINCENT est témoin lors de la naissance d’Alexandre VINCENT. Il est né à Paris paroisse Saint-Paul vers 1740 et il est établi perruquier à Valenciennes quand il se marie le 1er octobre 1770.

A Paris, on retrouve la trace d’un premier VINCENT perruquier dès 16926 quai des Augustins (le bureau des 2OO barbiers, baigneurs, étuvistes et perruquiers se trouve aussi quai des Augustins). La profession était un office héréditaire dont il fallait acheter la charge (300 livres en 1692). Ce VINCENT a eu deux fils Nicolas VINCENT et Claude VINCENT tous deux perruquiers à Paris, le deuxième rue de l’Hirondelle dans le même pâté de maisons que le quai Saint-Augustin. Nicolas VINCENT est maître perruquier à Paris quand il y épouse Claude Jeanne ROBERT le 1er juillet 17267. Il est à l’origine de la souche qui s’établit à Valenciennes.

La mère d’Alexandre VINCENT est Augustine, Joseph MARMOTTAN.  De ce côté-là, on est « apothicaire », « marchand », souvent « marchand mercier » ou « cabaretier » .

Alexandre a deux petites sœurs :

– Joséphine Émelie (née le 30 juin 1805). Alexandre sera le témoin de son mariage à Valenciennes  avec François, Pierre Joseph AZEMBERG, horloger8.

– Sophie, Joséphine (née le 23 décembre 1807). Elle se mariera à Valenciennes avec Honoré François, Désiré BOUCHER, maître de langues9, puis elle résidera à Paris où elle meurt le 7 décembre 186110.

Leur mère meurt à Valenciennes le 26 avril 1811. Alexandre a 9 ans et ses sœurs  6 et 4 ans. Leurs deux grand-mères sont décédées11.  Son grand-père paternel, Jean Nicolas,  meurt le 18 décembre 181212.

Leur père se remarie très rapidement le 8 janvier 1812 avec Bernardine Augustine Joseph BOULY dont le père maître mulquinier (qui tisse le lin) est décédé et la mère est fabricante de toilettes, dont il a deux enfants :

  • Charles, Adolphe, Désiré (né le 14 juin 1813 ; le grand-père MARMOTTAN est témoin), qui se marie le 27 mars 1848 avec Adèle DEMAIN,  est propriétaire.
  • Edmond, Théophile (né le 6 janvier 1816), est d’abord économe des hospices à Valenciennes puis associé dans la gestion  d’une brasserie en 1851.

Alexandre se marie à Paris avec Elisabeth, Pauline CLAUSS le 04/08/1830 à Paris, ancien 6e arrdt13. Elle est née à Paris le 06/07/1805 18 rue d’Angoulême, ancien 6e arrdt. Son père Jean Marx est fabricant de porcelaine et fondateur de la manufacture CLAUSS à Paris et sa mère Odile SEEGER est aussi d’une famille de peintres et chimistes en  porcelaine mais en Lorraine à Niderviller. Les parents se sont mariés en 1804 à Paris14. Les CLAUSS fournissent moufles et blancs aux peintres sur porcelaine [Voir fiche GERMINET].

Alexandre VINCENT est très proche de sa belle-famille de la paroisse de l’église protestante luthérienne des Billettes, rue des Archives. Son beau-frère Camille FLERS est un des deux témoins pour la signature du contrat de mariage chez le notaire en 1830. Auguste VINCENT est témoin lors du décès de sa belle-sœur Caroline CLAUSS, le 1 avril 184515 et au mariage de ses nièces et neveu : de Joséphine Estelle CLAUSS avec Hector Alexandre MONIN le 28 janvier186016,  de Louise Adèle avec Vincent Narcisse THOMET le 26 septembre 186817 et de Marx Eugène CLAUSS   avec Juliette  COTTAIS le 4 novembre 186918. Son beau-frère Joab PINEDO est témoin lors du décès de sa femme en 188619.

Alexandre VINCENT et sa femme ne semblent pas avoir eu d’enfants, ce qui peut expliquer leur présence forte auprès de leurs neveux et nièces. Il reste également proche de ses deux demi-frères : il séjourne à Valenciennes quand il y meurt le 16 novembre 1872, et ce sont eux qui déclarent son décès20.

 

Professions :

– chroniqueur

– avocat

Trois avocats se nomment Alexandre Vincent à la période qui nous intéresse, ce qui rend les recherches compliquées.

On sait néanmoins qu’il est avocat en 1824 à l’âge de 22 ans21.

Selon un chroniqueur anonyme de L’Écho de la Frontière « attaché à la Gazette des Tribunaux pour les comptes rendus des procédures, Vincent s’y fit une position fort honorable qui, après quelques années lui permit de figurer au tableau des Avocats d’appel au Palais et même de s’y distinguer22.

Lors de son décès il est  « doyen des avocats à la cour d’appel» [de Paris]23. Sa mort est annoncée dans Le Droit avec le commentaire : « il était de ces hommes qui peuvent traverser une profession sans y laisser de traces profondes ; mais sans jamais y compromettre la modération ni la dignité du caractère24». L’Écho de la Frontière confirme qu’il ne « fut pas un orateur de premier ordre » mais qu’il « gagnait souvent des procès qu’il défendait contre des sommités ».

    Adresses connues :

  • En 1827, 4  rue saint Claude, actuel 3e arrdt.25
  • En 1830, 18 rue Saint Sauveur, actuel 2e arrdt
  • En 183326  et toujours en 1851, 20 rue Notre Dame de Nazareth, actuel 3e arrdt.
  • En 1861, 12 rue de Ménilmontant, 20e arrdt.27
  • A partir de 1868, 12 rue Oberkampf, 11e arrdt28. C’est à cette adresse que mourra sa femme en 1886.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique29 :

non repérés

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

non repérés

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

Alexandre VINCENT appartient à «  la Société de secours mutuels des quartiers  des Arts et Métiers et des Enfants Rouges » d’abord comme secrétaire en tout cas en 1860. Il en devient le président en janvier 1866 après la démission d’Eugène, François MARGOT [voir fiche MARGOT]30. ll y croise : Jean Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] ; François BAZIN [voir fiche BAZIN] ; Jean-Louis RIMET [voir fiche RIMET] ; Simon JACQUEL [voir fiche JACQUEL].

Adhésion à la Société Franklin : 

Alexandre VINCENT fait partie du groupe initiateur officiel issu de la BAI-III avec Ildefonse FAVÉ [Voir fiche FAVÉ], Alexandre LABROUSTE [Voir fiche LABROUSTE], Maurice MEYER [Voir fiche MEYER31]. GIRARD y travaille de manière officieuse de 1862 à 186632.  C’est seulement en Juillet 1866 que GIRARD figure au conseil d’administration avec la profession d’agent général de la philotechnique33.

En 1866 Alexandre VINCENT fait un don en argent à la Société Franklin et il est aussi souscripteur, c’est à dire qu’il s’engage à donner une somme de 10 francs chaque année. On retrouve 10 avocats parisiens et 7 de province à la société Franklin.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III :

En 1861 : il est membre du conseil de patronage et il est aussi un des 4 censeurs élus pour 6 mois avec BAZIN, GIRARD et JACQUEL34.

Alexandre VINCENT préside l’assemblée générale de la bibliothèque le  2 février 1862. Il déclare : « l’accès au livre c’est l’égalité des moyens pour se retrouver parmi les meilleurs. La bibliothèque va faciliter cet accès pour certains qui n’ont pas d’autres moyens ». GRANDEAU le remercie car « depuis 8 mois il apporte son aide et son expérience des sociétés de secours mutuels »35. Il devient membre de la commission administrative puis vice-président conjointement avec GIRARD quand PERDONNET [voir fiche PERDONNET] est président36.

En 1863/1864 il reste seul vice-président quand GIRARD part à la BAI-V37.

En 1864/1868 il est vice-président, Henri HARANT est président38.

Il figure comme donateurs de livres sur toutes les listes.

– En 1870 trois de ses collègues avocats à la cour impériale viennent donner des conférences au siège social de la bibliothèque alors hébergée à l’école centrale 5 rue de Thorigny39. Ernest DESMAREST vient faire deux leçons : sur les divisions administratives de la France en 1791 et sur la biographie de JACQUART40. Ernest HENDLÉ fait des conférences sur la Renaissance et la Réforme puis sur le Crédit au travail en 1873. Ferdinand HÉROLD  évoque l’histoire de la République de Venise et de son dictateur Manin.

_ Un cousin, Charles, Hubert VINCENT (1826-1888), écrivain, est donateur à la BAI-III41.

Une nièce par alliance, Clémentine PINEDO (20 ans en 1862), demeurant 110 rue St Louis (Marais) est la lectrice 573. Elle est née à Paris le 27/9/1841, anc.6e. Son père est Joab ou David PINEDO, sa mère Émelie Eugénie CLAUSS. Elle épouse Eugène, Gustave FANO. Elle meurt à Paris 11e le 11/11/1907. Son fils Émile est témoin lors du décès de la mère de VINCENT.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

pas de relations repérées

Éléments biographiques complémentaires :

  • Alexandre VINCENT « a participé à la répression en juin 1848, mais n’a pas eu assez de zèle pour être décoré »42. Il participe aussi à la répression des insurrections le 13 juin 1849. Ce soulèvement a été organisé par les députés de la Montagne qui protestent contre le soutien de la France à Pie IX en Italie. Un Comité insurrectionnel s’installe au Conservatoire des Arts-et-Métiers43. Alexandre VINCENT qui a alors  47 ans est capitaine en second, 1er bataillon, 6ème légion. A la tête de 12 hommes, il prend part à l’attaque des barricades de la rue du Pont aux Biches (Paris 3e arr.). Alexandre VINCENT est assigné comme 94e témoin sur 191 par le ministère public dans un procès qui se tient en octobre-novembre, avec 67 accusés  dont  30 accusés d’attentat : 9 membres de la commission des 25, 4 membres du comité de la presse, 20 représentants du peuple. Les 36 absents sont condamnés à la déportation par contumace ainsi que  17 présents. Quatre des accusés présents au procès sont condamnés à 5 ans de prison44. VINCENT accuse principalement son colonel Henri-Joseph de FORESTIER de ne pas avoir fait preuve de zèle contre les manifestants mais celui-ci n’est pas condamné.
  • On retrouve Vincent dans une affaire tout aussi ambigüe concernant la BAI-III. Le 24 avril 1863 la bibliothèque est contrainte de  déménager de la mairie du 3e arrdt. à l’École centrale sous la protection de PERDONNET.Vincent semble avoir voulu se ménager les bonnes grâces du pouvoir impérial (ou du moins se protéger) en dénonçant au maire ARNAUD-JEANTI, qui fournissait un local à la bibliothèque, les menées séditieuses des ouvriers socialistes appartenant à la  BAI-III. Une lettre de VINCENT au maire ARNAUD-JEANTI datée du 16 novembre 1862  amène à penser que le rôle de Vincent au sein de l’Association pose question : véritable philanthrope, ou surveillant missionné par le pouvoir impérial45 ? Cette affaire amène une scission du conseil et le départ de la plupart des militants socialistes. Alexandre VINCENT est régulièrement réélu et travaille avec les équipes successives de la BAI-III au moins jusqu’en 1868.

Écrits de la personne : 

compte-rendus de la Gazette des Tribunaux

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici. CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP : Association polytechnique. APH : Association philotechnique. Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. MND : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le   18 mai 2023 ; modifiée le



Citer ce billet
Louise Oudin (2023, 18 mai). Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alexandre Vincent. Bibliothèques populaires. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lv6x

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CR BAI III. []
  3. Je remercie grandement Arlette BROSSARD pour son aide. []
  4. AD59, Valenciennes (Le Couchant), Registre des naissances 1801-1802,  page 77. []
  5. AD59,   Valenciennes (Le Levant), 29  germinal, an IX (19 avril 1801), page 371. []
  6. Le livre commode des adresses de Paris pour 1692. Tome 2 / par Abraham Du Pradel. []
  7. Fonds ANDRIVEAU, mariages à Paris 1613-1805. []
  8. Mariage du  14 novembre 1827,  AD59, NMD 1826-1828, page 701,    acte 138. []
  9. Mariage du 19 juin 1833, AD59, Valenciennes, NMD 1831-1833, page 96/1196, acte 75. []
  10. AD75,1861, décès,18 arrdt., acte 2268. []
  11. La grand-mère MARMOTTAN née BIECOUR est témoin lors de la naissance d’Alexandre VINCENT et meurt le 19 mars 1811 ; la grand-mère VINCENT née DUPOMEREULLE dont le père est maître-cordonnier est décédée le 27 décembre 1804. []
  12. AD59, Valenciennes, NMD 1811-1813, page 936/1237, acte 802. []
  13. MC/ET/XXVIII/836 : contrat de mariage VINCENT/CLAUSS chez maitre Guillaume DANLOUX-DUMESNILS. []
  14. Dominique DUBUS,  La Famille Seeger : aperçu des manufactures de Niderviller et de la rue Pierre Levée à Paris aux XVIII et XIX siècles. []
  15. AD75, registre des décès, page 18/50. []
  16. AD75, mariages, 1860, 11° arrdt., page 5/31, acte 67. []
  17. AD75, mariages, 1868, 11° arrdt., page 25/31, acte 1204. []
  18. AD75, mariages, 1868, 11° arrdt., page 30/31,acte 1543. []
  19. AD75, décès,1886, 11°arrdt., page  8 / 14 , acte 4158. []
  20. AD59, Valenciennes, Registre des décès 1872-1874, Page 11/415 act496. []
  21. Précision figurant sur le tableau des Avocats dans l’Almanach Impérial du 1/1/1857. []
  22. Un Valenciennois, « Un concitoyen rendu providentiellement à sa terre natale », L’Écho de la Frontière, 19 novembre 1872. Témoignage à prendre avec quelques précautions, Alexandre y étant nommé Adolphe. []
  23. Le Français, 29/11/1872. []
  24. Le Droit, 1/12/1872. []
  25. Almanach du commerce de Paris…, 1827. []
  26. Almanach du commerce et de l’industrie, 1833. []
  27. Liste des lecteurs de la BAI-III et Almanach impérial présenté à Leurs Majestés, 1/1/1861. []
  28. Almanach impérial présenté à Leurs Majesté, 1/1/1868 et Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottinb réunis,1870. []
  29. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  30. Décret du 13/01/1866, Le Moniteur universel, 01/02/1866. []
  31. Le Constitutionnel, 7/11/1862. []
  32. Agnès SANDRAS, “LES RÉSEAUX DES PREMIERS ACTEURS DE LA BAI-III : JEAN-BAPTISTE GIRARD”. []
  33. Société FRANKLIN pour la propagation des bibliothèques populaires ,1864 et 1866 page 71. []
  34. CR-BAI-III 1861. []
  35. “Rapport sur la situation de la BAI-III” par Louis GRANDEAU publié dans l’Ami des sciences du 1/1/1862, page 286. []
  36. CR BAI-III 1862. []
  37. CR BAI-III 1863/1864. []
  38. CR BAI-III 1864/1868. []
  39. CR BAI-III, 1871. []
  40. CR BAI-III, 1871 []
  41. Geneanet : arbre généalogique de Pascal HEROLD. []
  42. Propos tenus par son colonel lors du procès en 1849, voir plus loin). []
  43. Yvan Boude, “13 juin 1849 : les Montagnards investissent le Conservatoire“, Cnam mag, 2018. []
  44. L’Assemblée Nationale, 14, 25, 26 octobre et 1,7 novembre 1849. []
  45. Voir Odile VACHET Actes du colloque du 10 novembre 1984, pages 90 et 91, et Agnès SANDRAS, Actes du colloque des 6 et 7 juin 2014, pages 128 et 129. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.