Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (1/3)

Chromo – Chocolat Félix Potin – Le melon – 1900 – Médiathèque de Roubaix-  Cote : IMA_CI04_L3_D021. Bibliothèque numérique de Roubaix : https://www.bn-r.fr/ark:/20179/BNR136861

En 1864, Alexandre Dumas obtient de la ville de Cavaillon (Vaucluse) une rente annuelle de douze melons contre l’envoi de ses ouvrages à la bibliothèque locale. La presse s’empare de cette nouvelle qui constitue encore aujourd’hui, dans les journaux comme sur Internet, un véritable marronnier. Au-delà de l’anecdote amusante, le troc de douze melons contre des romans populaires recèle bien des enseignements sur les débuts des bibliothèques populaires (car on le verra dans de prochains billets la bibliothèque locale est populaire, et cela a son importance dans le don de Dumas et les réactions des journaux), les effets de mode dans la presse satirique du Second Empire, et la relation du public aux romanciers populaires.

Un romancier très gourmand
Portrait de Dumas en 1857. La Presse illustrée, 13 avril 1872. Gallica (BnF).

À l’été 1864 Alexandre Dumas est au faîte de sa gloire. Il a 62 ans et sa vie est bien remplie : des dizaines d’œuvres, de nombreuses maîtresses qui lui ont donné plusieurs enfants dont Alexandre Dumas fils, des voyages à travers l’Europe… Il est revenu récemment de Naples où il a passé trois années et dépensé ce qui lui restait de sa fortune (il a vendu le château de Monte-Cristo depuis belle lurette) pour soutenir la cause garibaldienne. Il loue la villa Catinat, au bord du lac d’Enghien, afin de rédiger dans le calme, quand sa jeune amante, une cantatrice encore balbutiante, et leurs nombreux amis lui en laissent l’opportunité1.

Marqué par la cuisine d’un grand-père aubergiste, Dumas est un gastronome averti et se met volontiers aux fourneaux. Charles Monselet dira : “Alexandre Dumas partageait son temps, comme d’habitude, entre la littérature & la cuisine : lorsqu’il ne faisait pas sauter un roman, il faisait sauter des petits oignons2”. Sa vie est marquée par des souvenirs gustatifs et la recherche de mets de choix.

Aussi, lorsqu’à la fin de l’été 1864, des habitants de Cavaillon lui écrivent pour lui demander quelques ouvrages pour une bibliothèque en voie de constitution, Dumas se remémore aussitôt une gourmandise qu’il affectionne et qu’il ne trouve pas facilement en Ile-de-France.  Il offre plusieurs dizaines de ses livres assortis de cette demande restée dans les annales : « Si la ville et les autorités de Cavaillon estiment mes livres, j’aime fort leurs melons ; et je désire qu’en échange de mes trois ou quatre cents volumes, il me soit constitué par arrêté municipal, une rente viagère de douze melons par an. Les frais d’envoi bien entendu demeurant à ma charge3».

Dans une de ses dernières  réalisations, le Grand dictionnaire de cuisine, publié de manière posthume, Dumas raconte ce marché extraordinaire passé avec la mairie de Cavaillon et conclut :

[…] je répète que je n’ai jamais rien mangé de plus frais, de plus savoureux et de plus sapide que les melons de ma rente. Je n’ai donc qu’un désir à émettre, c’est que mes livres aient toujours pour les Cavaillonnais le même charme que leurs melons ont pour moi ; c’est à la fois une occasion qui se présente d’exprimer à mes bons amis de Cavaillon toute ma reconnaissance, et de désigner à toute l’Europe leurs melons comme les meilleurs que je connaisse4.

Pour bien comprendre l’enthousiasme de Dumas, il faut se souvenir que le melon est alors un mets très recherché, loin d’être à la portée de toutes les bourses, et que le développement des axes ferroviaires ne permet que de manière récente le transport de produits tels que  les fraises de Bretagne ou les melons de Provence5. Le melon de Cavaillon a de surcroît la qualité de pousser tardivement, après d’autres variétés.

Planche extraite de la Monographie complète du melon : contenant la culture, la description et le classement de toutes les variétés de cette espèce, suivies de celles de la pastèque à chair fondante, avec la figure de chacune dessinée et coloriée d’après nature par Jacquin, Ainé.  1832.  Hortalia, consulté le 21 mai 2023, https://bibliotheque-numerique.hortalia.org/items/show/5110

Une presse satirique d’autant plus gourmande en anecdotes qu’elle est censurée

En 1864 la presse est sévèrement muselée. Les journaux satiriques sont particulièrement surveillés sous Napoléon III et doivent s’abstenir de plaisanteries politiques critiques envers le pouvoir impérial, de réaliser des charges de la famille régnante et des membres du gouvernement, etc. Les contrevenants s’exposent non seulement à la fermeture de leurs feuilles mais aussi à des peines d’emprisonnement6. Dessinateurs et rédacteurs résistent aux foudres de la censure par des allusions difficilement décelables, des textes et dessins à double sens, etc. On connaît par exemple leur appétence pour les poires ou les melons qui leur valent des procès célèbres7. Ils modifient aussi leurs thèmes de prédilection en attendant des jours meilleurs : humour autour des nouveautés8, moqueries sur les artistes et sur le développement de formes d’art plus populaires, etc9.

Une anecdote mêlant des fruits et un auteur de romans populaires est donc une aubaine, surtout quand ce romancier joue volontiers avec les images et les dessinateurs10. Comme le souligne Christophe Averty : “Provocateur, il [Dumas] encourage, toujours avec humour et distance, les dessinateurs satiriques à le croquer, comme on lance un camouflet aux idées reçues, comme on nargue une société bourgeoise engoncée dans ses codes convenus et ses usages hypocrites11”. La presse satirique se repait pendant plusieurs semaines de l’historiette entre Dumas et Cavaillon et en fait de manière mimétique de véritables feuilletons à la manière de l’écrivain.

Tout commence en page 2 du Petit Journal, le 7 septembre… On annonce que “M. Dumas a reçu la lettre suivante”. La page 3 (cliquer puis feuilleter ci-dessous le journal en question dans Gallica) contient la réponse du romancier.

 

Il y a lieu de s’interroger sur la manière dont ce journal a obtenu copie des différents courriers. Alexandre Dumas incarne alors, comme le souligne Sandrine Carvalhosa : “[…] de manière exemplaire le phénomène de « starisation » de l’écrivain au XIXe siècle. La célébrité suppose qu’un individu (son nom, son histoire, son physique) soit connu par un très grand nombre de personnes, et que cela suscite une forme de curiosité et même d’attachement à son égard pouvant se traduire de diverses manières12”. Dumas sait parfaitement entretenir désir et fascination chez ses lecteurs en utilisant la presse, y compris satirique, comme on utilisera au XXIe siècle les réseaux sociaux. Le romancier ayant ses entrées régulières au Petit Journal, il est donc plus que probable qu’il a donné copie des lettres en question, et plus encore qu’il a escompté que la mise en scène de son appétit gargantuesque et d’une générosité tout aussi pléthorique (le don de centaines de livres !) trouverait un écho favorable dans la presse, même sous une forme charivarique13.

Dans la torpeur des premiers jours de septembre (rappelons que les gens les plus aisés prenaient leurs quartiers d’été jusqu’au début du mois d’octobre), la nouvelle passe inaperçue. Elle est toutefois reprise dix jours plus tard par La Gazette de France qui lui donne une tonalité différente. La lettre de demande des Cavaillonais disparaît. Seule subsiste la réponse de Dumas surmontée d’un paragraphe introductif ironique :

La ville de Cavaillon (Vaucluse) est justement renommée pour ses melons, dont elle approvisionne tous les marchés de la ligne du Rhône et de la Saône, et même le marché de Paris.

Les habitants les plus éclairés (?) de Cavaillon ayant conçu le projet de former une bibliothèque communale, se sont adressés à Alexandre Dumas pour le prier de vouloir bien accorder quelques-uns de ses ouvrages à leur bibliothèque. Le célèbre romancier a répondu à cette demande par la lettre suivante, adressée au maire de Cavaillon14.

Dans les jours qui suivent, des dizaines de journaux reprennent cet article soit dans sa forme initiale, soit en enlevant l’italique et le point d’interrogation aux “habitants les plus éclairés ?“, ou même en faisant disparaître la mention (sur laquelle on reviendra dans les prochains billets) “les plus éclairés”. La publicité probablement imaginée par Dumas fonctionne. Pour lui, comme pour les melons, la célébrité est assurée ! Dès le 18 septembre une première feuille satirique, Le Tintamarre, réagit :

M. Alexandre Dumas père vient enfin d’obtenir (voir pour les détails le Petit Journal du 7 septembre) du conseil municipal de Cavaillon (Provence) une rente annuelle et viagère de douze melons en échange de ses œuvres complètes. MM. Victor Hugo et Lamartine, les B C du radieux triangle dont il est l’A, seront sans aucun doute décorés du même fruit. Le seigneur de Saint-Point, qui ne compte dans ses états de service que deux drames incompris, se contentera de la demi-douzaine, qui sera peut-être ajoutée à la part de l’auteur de Ruy-Blas.

La bibliothèque de Cavaillon deviendra bientôt une des plus riches de l’Europe, car les Théophile Gautier, Léon Gozlan, Théodore Barrière, Hipolyte Lucas, Victorien Sardou et tant d’autres chevronnés, de la grosse cavalerie qui trotte derrière les trois maréchaux de notre armée dramatique, se sont empressés d’envoyer à M. le maire de Cavaillon leurs titres à la prochaine distribution des cantaloups. A partir du 1er janvier 1865, on comptera donc des auteurs à plusieurs melons, comme on désigne en Turquie des pachas à deux et trois queues. Les melons isolés auront le droit de présenter un lever de rideau aux Variétés ou au Palais-Royal. M. Dufour, constamment à cheval sur l’idée de faire une scène littéraire du théâtre Beaumarchais, a formellement déclaré qu’il n’accorderait lecture qu’aux écrivains rentes d’une citrouille, ou au moins d’un pot de cornichons cavaillonnais. Un beau jour se prépare pour la famille si nombreuse et si intéressante des cucurbitacées15.

Dans le deuxième billet nous verrons comment la presse satirique a joué avec le personnage du romancier populaire. Et dans le troisième billet nous étudierons la manière très allusive dont la presse en son ensemble évoque le fait que le don concerne une bibliothèque populaire. 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Agnès Sandras (2023, 27 mai). Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (1/3). Bibliothèques populaires. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lv6y

  1. Les dernières années d’Alexandre Dumas, 1864-1870 par Gabriel Ferry (Gabriel de Bellemare), Paris, C. Lévy, 1883. []
  2. L’Almanach gourmand par Charles Monselet, Paris, Librairie du Petit journal, 1867. []
  3. Réponse autographe d’Alexandre Dumas à Antoine SEGUIN (extrait), 17 août 1864. Carpentras, bibliothèque-musée Inguimbertine. On peut en voir un extrait en ligne sur cette page : https://www.destinationluberon.com/page/cavaillon+56982.html. []
  4. Article “Cavaillon” du Grand dictionnaire de cuisine par Alexandre Dumas, Paris, A. Lemerre, 1872. []
  5. Voir Agnès Sandras, « La caricature sous l’Empire libéral (ou pourquoi un melon peut devenir politique) », in L’Empire libéral  : essai d’histoire globale sous la direction de Éric Anceau et Dominique Barjot, Paris : SPM, 2021. []
  6. Ibid. []
  7. Voir notamment Fabrice ‪Erre, ‪Le règne de la Poire. Caricatures de l’esprit bourgeois de Louis-Philippe à nos jours, Paris, Champ Vallon, 2011 ; Ségolène Le Men, « Le Roi-Poire et le Charivari-monstre », dans Sophie Harent et Martial Guédron, Rire avec les monstres : Caricature, Étrangeté et Fantasmagorie, Trouville-sur-mer, Illustria – Librairie des musées, , p 99-108 ; Agnès Sandras, « La caricature sous l’Empire libéral (ou pourquoi un melon peut devenir politique) », op. cit. []
  8. Voir par exemple Agnès Sandras, Henri Viltard, “Caricaturistes et photographes, Bataille autour du réel (1840-1900)“, in Daniel Fabre ; Marie Scarpa, Le moment réaliste, un tournant de l’ethnologie, EthnocritiqueS, Presses universitaires de Nancy, 2017. []
  9. Voir Agnès Sandras, “« La purée de littérature moderne » – Les genres du roman chahutés par la presse satirique”, in E. Pezard, V. Stiénon, Les Genres du roman au XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2022. []
  10. Voir Dumas en caricatures, dir. J. Anselmini et I. Safa, Cahiers Dumas, 45, 2019. []
  11. Christophe Averty, “Alexandre Dumas, l’image comme complice“, Le Monde, 2 août 2022. []
  12. CARVALHOSA, Sandrine. La fabrique médiatique du désir d’auteur : le cas d’Alexandre Dumas In : Dumas amoureux : Formes et imaginaires de l’Éros dumasien (ANSELMINI, Julie et SCHOPP, dir.), Presses universitaires de Caen, 2020. []
  13. Sur le rôle de consécration que jouent les caricatures d’écrivains, voir Agnès Sandras, Quand Céard collectionnait Zola, Garnier classique, 2012. Voir également sur la célébrité littéraire : Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850, Paris, Fayard (L’Épreuve de l’histoire), 2014. []
  14. La Gazette, 17 septembre 1864. []
  15. Canards septembriseurs“, Le Tintamarre, 18 septembre 1864. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.