Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (2/3)

Dans le précédent billet, nous avons vu comment Alexandre Dumas accepta en 1864 d’envoyer ses livres à une bibliothèque contre une rente annuelle constituée de … melons ! L’affaire fit grand bruit et contribua à la réputation du melon de Cavaillon. Dans le cadre de ce carnet de recherche sur lectures et bibliothèques populaires elle nous intéresse particulièrement puisqu’elle concerne une bibliothèque populaire et des romans populaires, nous y viendrons dans le troisième billet. Pour le moment, intéressons-nous  à la réception dans la presse (notamment satirique) de cet étrange marché …

Littérature alimentaire et alimentation littéraire

La nouvelle de cet échange de melons contre des ouvrages avait été annoncée début septembre par Le Petit Journal, sans doute à l’instigation de Dumas (voir billet précédent) et reprise une dizaine de jours plus tard par La Gazette1. La presse quotidienne et généraliste la transmit de manière assez uniforme à une variante près que nous étudierons dans le 3e billet.  Mais dès le 18 septembre une première feuille satirique, Le Tintamarre,  réagissait (voir précédent billet) et imaginait quelles récompenses pourraient échoir dans cette lignée alimentaire aux grands maîtres du romantisme, amis de Dumas, et à ses concurrents. Le 22 septembre, Le Figaro ne manqua pas de réagir à son tour par un article caustique dont ses colonnes étaient coutumières :

Les clairons de la Renommée sont toujours pleins du nom d’Alexandre Dumas. Homme étonnant ! Pas une semaine où il ne parvienne à nous occuper de lui par quelque action marquante. Il y a quinze jours, on ne parlait que de sa lettre à l’Empereur. Il y a huit jours, — j’ai dit comment, — on voyait Soissons à ses pieds. L’événement d’aujourd’hui, c’est son achat de terrains à Enghien et son traité avec la ville de Cavaillon. Dumas cesse de vaincre ou nous cessons d’écrire.

Les terrains que le plus populaire des romanciers achète à Enghien, il les paie, nous dit l’Europe, de Francfort, — cinquante mille lignes ; — l’Europe nous garantit les termes du traité. Qu’on lui reproche encore, après cela, de proclamer lui-même sa supériorité. Je voudrais voir un autre écrivain essayer de payer ses fournisseurs en pareille monnaie ; comme il serait reçu ! Quant à l’affaire de la ville de Cavaillon, on sait déjà qu’il s’agit d’un marché non moins remarquable. La ville réclame, par ambassade, les œuvres de Dumas pour sa bibliothèque. Dumas les octroie en échange d’une rente viagère de douze melons par an, que lui assurera la ville. Au premier coup d’œil, tout le profit paraît être pour la ville de Cavaillon. Mais cette rente viagère est quelque chose, pourtant ! Savez-vous bien, habitants de Cavaillon, la prédiction de Desbarolles sur Dumas ? Alexandre Dumas, — selon les cartes de Desbarolles, — ne doit mourir qu’à l’âge de 104 ans accomplis. Et à cet âge, ce sera encore un jeune homme, capable de digérer tous les melons possibles, car, — toujours selon Desbarolles, — il mourra des suites d’un duel2 !

Le Charivari du 26 septembre 1864 imagina des “échanges de melons et de volumes” : corporations et villes diverses écrivant à Dumas pour tenter d’obtenir des livres ; écrivains proposant leurs ouvrages contre des denrées variées3. Le 29, le même journal feignit  se demander comment il serait possible d’expédier les melons lorsque Dumas, grand voyageur,  se trouverait à Tombouctou ou en Russie4.

Le 1er octobre 1864, Le Journal amusant sous la plume de Paul Girard5 pasticha les feuilletons dumasiens dans un texte savoureux nommé “Les melons d’Alexandre Dumas – légende”. On y voyait Dumas dévorer consciencieusement les tributs alimentaires des 1815 villes auxquelles il avait soi-disant envoyé ses livres :

N’ayant pas osé refuser les présents d’Artaxercès, Dumas le grand tomba raide mort, frappé d’indigestion foudroyante.

Ainsi mourut le Vulgarisateur, une des gloires du dix-neuvième siècle.

Puisse son exemple inspirer au lecteur l’horreur des Melons et de l’orgueil6!

Quelques jours plus tard le Vert-Vert, feuille satirique, reprit un récit publié dans L’Argus soissonnais. René Fossé d’Arcosse, écrivain et fils d’un imprimeur, y racontait qu’il avait été le convive d’ un des repas fastueux  concoctés par Dumas à Enghien (voir billet précédent) …

Entre mille choses, nous avons mangé de ces fameux melons de Cavaillon dont les journaux de Paris ont raconté l’histoire.

Les journaux qui ont publié la lettre de Dumas n’ont pas donné la fin de l’histoire, ils l’ignorent peut-être. Cette fin la voici : Le conseil municipal de Cavaillon a voté par acclamation l’ouverture d’un crédit pour l’achat des douze melons qu’on a expédiés à Enghien ces jours derniers. Nous devons consigner ici l’hommage qui leur est dû, parce qu’ils sont vraiment délicieux7.

Difficile de savoir si R. Fossé d’Arcosse disait vrai ou s’il a ajouté sa pierre aux plaisanteries qui ont suivi l’annonce du don (réel) de Dumas à Cavaillon et de la rente (tout aussi réelle) des douze melons. Désormais, réalité et fantaisie se télescopaient. Ainsi le 2 octobre 1864 Le Tintamarre s’appuyait sur une information dont la correspondance entre Dumas et Cavaillon confirmait par ailleurs la véracité : s’apercevant que M. Lévy, son éditeur, avait bien envoyé les ouvrages mais omis de payer le port ce qui avait contraint la ville de Cavaillon à débourser les frais, Dumas  tenait la somme à disposition de l’édile à condition que celui-ci la versât  à la première mère nécessiteuse. Le Tintamarre transformait totalement l’anecdote en la faisant intervenir au milieu d’une délibération imaginaire destinée à récompenser d’aubergines et de cornichons d’or les nombreux écrivains candidats aux melons ! Selon ce pastiche, de nombreuses mères de famille auraient en effet convergé vers la ville et encerclé le maire :

Aussi calme que le président Molay dans des circonstances identiques, le premier magistrat de Cavaillon fit monter à cheval son brigadier et ses quatre gendarmes, qui dirigèrent sur la foulée ameutée un feu nourri et nourrissant d’oranges, de pruneaux, de nougat de Marseille et de saucissons d’Arles.

Cette diversion rétablit le calme ; mais il n’aurait pas été de longue durée, si par un télégramme dont l’adjoint, Séguin (Pierre Zacharie), s’est empressé de donner connaissance aux insurgés, M. Alexandre Dumas père n’avait pris l’engagement solennel d’adopter tous les mioches alléchés par son affriolante promesse, s’il pouvait aussi épouser leurs mamans. Quelle noce8!

Ces premières réactions quasi épidermiques étaient  guidées par le singulier marché de Dumas. S’il faut bien replacer l’échange dans son contexte, à une période où le melon constituait  un mets d’exception, il n’en demeure pas moins que troquer la littérature contre des aliments semblait saugrenu pour les contemporains de l’écrivain, voire même comme un mélange des genres entre art et nourriture inconvenant qui donnait lieu à s’offusquer, du moins à rire9. S’ajoutait également le fait que la presse  du XIXe siècle, majoritairement parisienne, avait la blague anti-méridionale facile. À la même période, Le Figaro présentait de la sorte l’arrivée du premier melon cavaillonais à la table de Dumas :

Avant-hier soir, à dix heures, le bruit courait à une table ordinairement bien informée qu’un télégramme venait de signaler l’arrivée en gare, à Paris, du premier melon mensuel voté par le Conseil municipal de Cavaillon — au jeune et déjà célèbre auteur des Trois Mousquetaires.

Ce melon, qui voyage en première classe et dans le sens du train, est accompagné d’un maraîcher en cravate blanche, et d’un interprète. Cette rente annuelle de douze melons — nous écrit-on de Cavaillon — est incessible et insaisissable. Et transmissible de mâle en mâle — par ordre de primogéniture.

Je devais bien ce souvenir à Alexandre le juste, a dit Alexandre le prodigue, ne fût-ce que pour le forcer à manger — ce patrimoine. Et quand il découpera ce souvenir, il pensera à moi. Non omnis moriar ((Le Figaro, 13 octobre 1864.)).

 

Quand Dumas tire les ficelles (publicitaires ?)

La situation semblait beaucoup amuser Alexandre Dumas qui usa bientôt de ses appuis au Petit Journal pour se moquer du rédacteur en chef du Mercure aptésien. Dumas y raconta  que ce dernier lui avait envoyé ce mot belliqueux non signé :

Le propriétaire-gérant et rédacteur en chef du Mercure aptésien a l’honneur d’envoyer le présent numéro de son journal à M. Alexandre Dumas. Puisse-t-il, par cet article, avoir un avant-goût de la saveur d’un melon.

L’avant-goût était en réalité plutôt acide ! Il s’agissait d’un article publié dans Le Mercure aptésien qui citait et commentait la réponse de Dumas à la bibliothèque de Cavaillon :

La réponse, dites-vous, après avoir cité ma lettre, est digne du spirituel écrivain ; mais nous dirons que chacun a son
goût et que si nos bons voisins ont voulu former le noyau de leur bibliothèque avec les drames et les histoires excentriques de
cet fécond romancier il faut avouer que les édiles aptésiens ont été certainement mieux inspirés en s’adressant aux maîtres
de la langue et aux plus savants historiens, les Villemain, les Guizot, les Thiers, les Mignet, les Cousin, les Thierry, les Duruy, les Calu, etc., et qu’à l’heure qu’il est, notre bibliothèque a été gracieusement dotée de leurs ouvrages Passe pour les élucubrations du grand Alexandre, mais nous préférons une nourriture plus substantielle et surtout plus saine10.

Piqué à vif, Dumas régla dans un long texte (à lire ici dans son intégralité) son compte à l’imp(r)udent rédacteur en chef du Mercure aptésien en lui rappelant  les règles de la syntaxe et de la versification. Dans l’estocade finale, Dumas citait intégralement pour preuve de son étonnement  la lettre que la Société littéraire de la ville d’Apt venait de lui envoyer pour lui demander  son œuvre et indiquait que la caisse de  200 à 300 livres était prête à être expédiée ! Et de conclure perfidement, en filant la métaphore du goût :

Que faire ?

Le sous-préfet, le maire, le président de la société littéraire, le bibliothécaire enfin de la ville d’Apt me demandent mes livres ;
Vous me dites qu’ils ont trop bon goût pour en vouloir.

Le sage dit « Dans le doute, abstiens-toi » ; mais moi, qui suis un fou, monsieur, je ferai tout le contraire de ce que le sage recommande.

J’enverrai mes livres à la ville d’Apt ; vous en serez quitte pour ne pas les lire.
Veuillez agréger, monsieur, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

Nous reviendrons dans le troisième billet sur cet épisode symbolique qui s’inscrit nettement dans la bataille des années 1860 quant au contenu des bibliothèques populaires11.

Une semaine plus tard, Dumas profitait à nouveau des colonnes du Petit Journal dont il appréciait décidément le large lectorat12. Après avoir informé son interlocuteur aptésien quelques jours plus tôt que la feuille avait 200 000 lecteurs, il indiquait cette fois-ci que les abonnés étaient au nombre de 170 000, ce qui selon lui constituait un lectorat d’environ un million de lecteurs, le journal étant prêté de mains en mains. Dumas expliquait donc au million de lecteurs potentiels du Petit Journal qu’il était désormais submergé par les demandes gracieuses d’envoi de ses livres à des bibliothèques. Il se lançait dans une démonstration, chiffres à l’appui, montrant qu’il ne pouvait poursuivre ces envois sans très vite se ruiner mais qu’il était prêt en revanche, avec l’appui de son éditeur, à consentir une ristourne importante aux bibliothèques qui l’en prieraient et achèteraient (y compris à crédit) son opus (voir cet article du Petit Journal  ici). On peut donc se demander si Dumas n’a pas, comme différents éditeurs et hommes de lettres (voir les différents billets de ce carnet), flairé l’aubaine que constituait la manne possible des acquisitions faites par les bibliothèques populaires, et ce d’autant plus qu’il était un des romanciers populaires les plus prisés.

La question des droits d’auteur

Le Tintamarre soupirait en retour :

Encore les œuvres complètes et la douzaine de melons du papa Alexandre Dumas ! Elle est mauvaise, à la fin.

A l’œuvre! messieurs les vaudevillistes, à l’œuvre !… Voici un beau titre à prendre :

LITTÉRATURE ET CUCURBITACÉS [sic]((Touchatout, “Emploi de ma semaine”, Le Tintamarre, 30 octobre 1864.)) .

Les interventions répétées de Dumas dans les journaux, l’exposition de son intimité de bon vivant, contribuaient en effet à sa réputation d’homme cherchant à tout prix célébrité et publicité. Au même moment, Le Charivari se gaussait aussi de l’ego de l’homme de lettres :

On connaissait déjà Dumas romancier,

Dumas dramaturge,

Dumas marquis,

Dumas homme d’État,

Dumas conquérant,

Dumas poëte,

Dumas capitaine de vaisseau,

Dumas cuisinier,

Dumas imprésario,

Dumas amateur de melons, etc, etc. ;

Mais on ne connaissait pas encore Dumas orateur.

Cette lacune va être comblée.

L’illustre écrivain va — assure-t-on — tenir conférence dans les salons de l’exposition de Delacroix.

La foule ne peut manquer de prendre d’assaut toutes
les places disponibles.

Car on sait que la verve que le feuilletoniste a tant de fois prouvée la plume à la main, il la possède aussi dans sa conversation toujours éblouissante, et à laquelle on ne peut reprocher, au dire des amateurs, qu’un abus trop grand de la personnalité.

D’où ce jugement porté par quelqu’un à propos des conférences futures.

– De quoi parlera Dumas ? demandait-on.
– Parbleu ! de lui, fut-il répondu13.

Désormais blagues des journaux satiriques et attaques des journaux conservateurs allaient alterner et cristalliser autour de cette thématique alors jugée choquante d’un marché de livres contre des victuailles. Dans La Semaine des familles, le journaliste Nathaniel (le catholique légitimiste Alfred Nettement) criait à l’hommage féodal, et piétinait les arguments des amis de Dumas (“Vous n’y êtes pas. Ce n’est pas comme hommage féodal que Dumas demande ces douze melons. Envoyant ses meilleurs ouvrages à la commune en question, il se considère comme lui ayant envoyé sa photographie intellectuelle ; s’il demande les melons, c’est à titre d’échange de photographies ») d’un  méprisant : “Malhonnête14!” En novembre Le Charivari dans un texte enjoué, intitulé “la ressource des auteurs15 mettait en scène un poète bradant ses recueils aux municipalités, sous prétexte qu’un minuscule bénéfice multiplié par un grand nombre lui serait toujours plus avantageux que quelques dizaines de ventes …

Derrière la rente cucurbitacée et la proposition de Dumas d’envoyer son œuvre avec une réduction consentie aux bibliothèques populaires se cache la difficile question des droits d’auteur. On comprend entre les lignes que si les frais de port de la caisse des livres envoyée de Paris à Cavaillon n’avaient pas été payés par l’éditeur cela n’était sans doute pas par hasard… Rappelons que Dumas a été brièvement le président de la Société des gens de lettres en 1840 et qu’il a milité pour les droits des auteurs. Mais n’oublions pas non plus que plus d’une fois la question de ses innombrables collaborateurs et de leur rétribution se posa. Lorsqu’en 1865, Dumas reconnut volontiers que Les deux Diane étaient nées sous la plume de Paul Meurice, Le Charivari revint à la question des melons :

On n’est vraiment pas distrait à ce point-là, et nous n’avons dans le théâtre moderne rien de plus beau qu’Alexandre Dumas rappelant à ce sujet, parla voie des journaux, qu’il a rendu un service » à M. Paul Meurice.

Toutefois, nous n’avons pas à chercher combien M. Dumas a fait payer au véritable auteur des Deux Diane le service qu’il lui a rendu en lui prêtant son nom ce qui nous inquiète dans cet échange de politesses, c’est la situation du lecteur qui n’a rien touché du tout, lui, mais qui, au contraire, a versé ses trois francs cinquante par volume pour avoir un roman qu’il croyait être de Dumas, et à qui on a servi le roman d’un autre.

Qu’en faites-vous de cet excellent lecteur, et que répondriez-vous-si, votre lettre à la main, il vous redemandait son argent ?

Il y a quelques mois, Alexandre Dumas a adressé à la municipalité de Cavaillon la collection complète de ses œuvres, moyennant une rente de douze melons par an. Dans ce traité, qui,  d’ailleurs, n’avait rien de léonin, pour quel nombre de melons figuraient les Deux Diane ? Quelle position fâcheuse pour Dumas si la municipalité de Cavaillon, après avoir pris l’avis du conseil municipal, annonçait au grand écrivain qu’elle ne veut plus lui envoyer que six melons au lieu de douze16 ?

Nous verrons dans un prochain billet que l’anecdote des melons de Cavaillon et Dumas recelait une thématique non moins à la mode dans la France des années 1864-1865, celle du contenu des bibliothèques populaires…

 

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Agnès Sandras (2023, 15 août). Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (2/3). Bibliothèques populaires. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lv6z

  1. La Gazette, 17 septembre 1864. []
  2. Le Figaro, 22 septembre 1864. Desbarolles était un bonaventuriste et chiromancien, ami de Dumas. []
  3. A. Brémond, “Le libre-échange littéraire et gastronomique”,  Le Charivari, 26 septembre 1864 []
  4. “Causeries”, Le Charivari, 29 septembre 1864. []
  5. Selon Sylvain Nicolle dans “La Mythologie politique de Paul Hadol : des figures du pouvoir à l ’épreuve des mythes grecs dans la caricature au début de la Troisième République (1871-1872)” (Quêtes littéraires nº 10, 2020) Paul Girard est un pseudonyme d’ Adolphe Perreau. []
  6. Paul Girard, “Les melons d’Alexandre Dumas – légende”, Le Journal amusant, 1er octobre 1864. Sur ce pastiche voir CARVALHOSA, Sandrine. La fabrique médiatique du désir d’auteur : le cas d’Alexandre Dumas In : Dumas amoureux : Formes et imaginaires de l’Éros dumasien (ANSELMINI, Julie et SCHOPP, dir.), Presses universitaires de Caen, 2020. []
  7. R. Fossé d’Arcosse, “Un dîner chez Alexandre Dumas”, Vert-Vert, 4 octobre 1864 []
  8. P. de Faulquemont, “Vendanges de septembre”, Le Tintamarre, 2 octobre 1864. []
  9. Voir Agnès Sandras, “Rire des peintres : la métaphore alimentaire”, Humoresques, dossier “Faire rire : mode d’emploi”, 2008. []
  10. Chronique – Encore un melon !“, Le Petit Journal, 13 octobre 1864. []
  11. Voir Agnès Sandras, “Défense et promotion de la littérature : le rôle clé des bibliothèques populaires”, in Splendeurs et misères de la littérature ou la démocratisation des lettres, de Balzac à Houellebecq (dir. Olivier Bessard-Banquy), Armand Colin, 2022. []
  12. Correspondance“, Le Petit Journal, 19 octobre 1864. []
  13. Pierre Véron, “Fantasias”, Le Journal amusant, 29 octobre 1864. []
  14. Nathaniel, “Chronique“, La Semaine des familles, 1 er octobre 1864 []
  15. “La ressource des auteurs”,  Le Charivari , 20 novembre 1864. []
  16. Le Charivari, 20 novembre 1864. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.