« Chapeau vissé »: les bibliothèques populaires de la Drôme, fer de lance de l’anticléricalisme dans les années 1900?

AN bib pop DRôme estampille

 

Un dossier conservé aux Archives nationales sur une partie des concessions de livres accordées aux bibliothèques populaires de la Drôme permet une visite très vivante de ces bibliothèques vers 1900. En effet, le ministère de l’Instruction publique se montre alors plus exigeant quant aux règles à respecter pour obtenir des ouvrages de l’Etat. La bibliothèque populaire qui souhaite étoffer ses fonds doit en faire la demande au préfet du département, lequel la transmet en donnant son avis au Ministère. Celui-ci va vérifier en particulier que ladite bibliothèque prête gratuitement tous ses livres aux habitants de la commune et que ses statuts prévoient bien qu’en cas de dissolution les ouvrages reviendront à l’Etat. Il s’ensuit donc des échanges appuyés sur divers documents dont la variété permet de mieux connaître ces bibliothèques populaires:

– enquête émanant du ministère, généralement remplie par le bibliothécaire et signée par le maire. Aux questions fermées (nombre d’ouvrages, heures du prêt…), s’ajoute un espace à la fin du formulaire où des précisions peuvent être apportées.

– statuts de la bibliothèque

– rapports éventuels des inspecteurs des bibliothèques

– lettres émanant du maire, du président de la bibliothèque; des députés; échanges entre le préfet et le ministère; etc.

– listes des concessions d’ouvrages accordés

Dans un précédent billet, j’évoquais les beaux noms des bibliothèques populaires. Ceux de la Drôme reflètent le combat pour l’instruction mené par les Républicains:

Commune (dans l’ordre des sous-dossiers des communes entre les lettes P et V) Nom de la bibliothèque populaire (date de fondation [np= non précisée])
Ponsas Bibliothèque populaire communale (np)
Rioms Bibliothèque populaire (1913)
Romans Bibliothèque populaire communale (1883)
Romans Bibliothèque populaire libre de la Bourse de Travail de Romans et Bourg de Péage (1905)
Romans Bibliothèque populaire du Cercle démocratique (1901)
Sahune « La lecture pour tous » (1907)
Saillans Bibliothèque populaire communale (1893)
Saillans Bibliothèque de la Société républicaine d’Instruction (1887)
Saint-Agnant-en-Vercors Bibliothèque scolaire et populaire (1906)
Saint-Donat Bibliothèque populaire laïque (1909)
Saint-Martin d’Albon Bibliothèque populaire (1900)
Saint-Nazaire-le-Désert Bibliothèque populaire communale (1883)
Saint-Paul-Trois-Châteaux Bibliothèque populaire libre, « La Tricastine littéraire » (1906)
Saint-Restitut Bibliothèque populaire de l’Association amicale des Anciens élèves (1908)
Saint-Uze Bibliothèque populaire libre du Cercle de la Jeunesse républicaine de Saint-Uze (1905)
Saint-Romain d’Albon Bibliothèque populaire municipale (np.)
Séderon Bibliothèque populaire (np.)
Séderon Société de lecture de Séderon (np.)
Tain-Tournon Bibliothèque populaire du Cercle républicain démocratique de Tain-Tournon,« Bibliothèque d’éducation sociale » (1902)
 Nyons  Bibliothèque de la Société l’Union ouvrière de Nyons (1889)
 Vinsobres  Bibliothèque populaire de la Société de lecture de diction et de musique de Vinsobres («l’abeille vinsobraise ») (1906)
 Vercoiran  Bibliothèque de la Société des « Amis réunis » (1898)
 Valence Bibliothèque de la Bourse du Travail (np.)
 Valence Bibliothèque populaire libre (1851; 1872)
 Valence Bibliothèque de de la chambre syndicale typographique valentinoise (1881)
Valence Bibliothèque populaire du Cercle républicain démocratique de Valence (1901)
Valence « Bibliothèque du Foyer du Soldat » de l’association polytechnique de Valence (1901)

Les dates des fondations nous rappellent qu’il y a en effet plusieurs périodes d’effervescence pour les bibliothèques populaires. La première, sous le Second Empire, correspond surtout à des initiatives privées. Sous la IIIe République, la création de bibliothèques populaires est encouragée par certains préfets et/ou députés. On note donc, selon les départements, une accélération des créations selon la personnalité et les engagements des hommes politiques et des fonctionnaires.

La Drôme est célèbre pour la bibliothèque protestante  de Dieulefit, exemple de Société de propagande  ayant pratiqué le prêt avant même la loi autorisant les bibliothèques populaires. On voit que dans un deuxième temps, des bibliothèques se sont créées dans les années 1880 pour fournir des lectures aux ouvriers (Nyons, Valence). Enfin, une troisième période est propice dans les années 1900, associée à un nouvel élan républicain dans un contexte anticlérical.

Dans « L’organisation d’un espace public de la lecture autour de 1880: Les bibliothèques populaires dans la Drôme et en Ardèche », Mariangela Roselli a montré avec brio combien les bibliothèques populaires drômoises avaient joué un rôle essentiel dans la décennie 1873-1885, s’engageant pour l’instruction du peuple en relation étroite avec l’ordre social et politique1. Elle s’appuyait pour ce faire sur les réponses à l’enquête de 1873 lancée par Jules Simon sur les bibliothèques populaires conservées par les archives départementales de la Drôme.

La vitalité observée par Mariangela Roselli pour la décennie 1880 ne se dément pas vingt ans plus tard. Les quelques exemples de la fin de l’alphabet (communes entre les lettes P et V) conservés par les Archives nationales permettent de dessiner un espace de la lecture très convoité par les cléricaux comme les anticléricaux. Le maillage en paraît désormais assez serré. A Rioms, selon l’enquête remplie en 1914, une bibliothèque vient d’être ouverte l’année précédente dans un village de 51 habitants. Elle est située dans l’école, et gérée par institutrice aux heures de récréation, mais il ne s’agit pas d’une « scolaire ». Demandant des concessions d’ouvrages, le maire indique:

Grâce au dévouement de notre institutrice communale Melle Bonfils, les élèves qui ont dépassé l’âge scolaire ont conservé le goût de la lecture. Le conseil municipal, secondant leurs bonnes intentions a voté sur le budget communal une somme de 25 francs pour fonder une bibliothèque communale, mais notre commune est si petite et si pauvre qu’elle ne peut supporter de lourds sacrifices.

Dans les plus grandes villes, des créations nouvelles, conduisent même à la coexistence de plusieurs bibliothèques. A Romans, trois fonctionnent simultanément, et à Valence, on monte jusqu’à  52 ! Cette inflation explique sans doute en partie le délitement des associations après la Première Guerre mondiale car le ministère répartissait les concessions de livres pour une même ville. Leur concurrence se retournait donc contre elles.

Les nouvelles fondations, après 1890, se réclament pour la plupart de valeurs républicaines et anticléricales qui font hésiter à la fois les inspecteurs des bibliothèques et le gouvernement. Ainsi, à Saint-Uze, en 1903, le président du « Cercle de la jeunesse républicaine » s’indigne auprès du député:

Le gouvernement a tort de nous refuser ce que nous lui demandons car il est avéré que notre société doit exister, et ce n’est pas pour les simples raisons  que l’on nous donne qu’il faut que l’œuvre que nous avons entreprise reste lettre morte.

Vous avez sans nul doute appris que la Société Jeunesse républicaine avait été créée à seule fin de faire la contrepartie au cercle catholique installé et dirigé depuis trois ans par le curé Gauthier. Cet individu aidé par la bourgeoisie qui ne lui ménage pas ses bonnes grâces et son argent cherche depuis à diviser le pays.

N’ayant rien pu obtenir des citoyens de ceux qui ont droit au bulletin de vote, il s’est rabattu sur les  jeunes, pensant à juste raison qu’une pression de plusieurs années, qu’un abrutissement continu du cerveau, lui procurerait plus tard une phalange d’électeurs qui marcheraient selon sa volonté et principalement contre tous les principes de la Révolution.

Comprenant ce danger, nous avons voulu l’éviter.

Le président de « L’abeille vinsobraise » tient sensiblement le même discours au ministre de l’Instruction publique en 1909. La petite bibliothèque ouvre tout l’hiver pour ses 80 lecteurs:

Cette jeune association est très populaire dans la commune car en dehors du côté éducatif, elle est destinée à faire échec au patronage clérical existant ici mais presque à l’état d’embryon , grâce à l’importance de notre groupement.

Le maire de Vinsobres souligne de son côté que l’association « animée de l’esprit laïque et républicaine, travaille pour conserver à notre modeste village son antique renom républicain dont nous sommes fiers ».

Le militantisme évident de ces associations dérange parfois. Ainsi, Ulysse Robert, à qui l’on a confié une mission dans la Drôme au cours de laquelle il doit visiter les « publiques » et les « populaires », se sentant mal reçu en 1902 à la Bibliothèque populaire du Cercle démocratique de Romans, élargit-il ses critiques aux bibliothèques populaires de ce style. Les passages soulignés l’ont été par l’administration…

Fondée à la fin de l’année 1901, elle se compose d’environ 200 volumes provenant de l’importante concession faite par le 24 novembre et le reste de dons faits par les membres du cercle. Elle est installée dans une salle du café où le cercle tient ses réunions. Les volumes sont estampillés , mais non catalogués. Il en est sorti cinquante cinq, ce qui est peu pour une association de 350 membres. Le bibliothécaire, jeune homme « au chapeau vissé », mais poli d’ailleurs, ne m’a pas paru apprécier comme elle le mérite la libéralité du Ministère; elle ne répond pas suffisamment aux « tendances » du Cercle ; les ouvrages relatifs à la révolution et à la République de 1848 y seraient plus consultés.

Que j’en ai vu de ces cercles, à Bourges, à Châlons-sur-Marne, à Limoges, à Perpignan et ailleurs, où l’on a demandé au Ministère des livres que l‘on a laissé pourrir, ou que l’on n’a même pas feuilletés ou encore que le tenancier du cercle a gardés pour se couvrir des frais de loyer, de gaz ou de consommations non payés. Voir le dossier du Cercle des employés des Ponts et chaussées de Perpignan. Le Ministère sera, paraît-il, prochainement saisi d’une nouvelle demande de concession d’ouvrages répondant mieux aux « tendances » des membres du cercle. Je laisse à l’administration le soin de décider s’il y a lieu d’y donner suite.

Cite this article as: Agnès Sandras, "« Chapeau vissé »: les bibliothèques populaires de la Drôme, fer de lance de l’anticléricalisme dans les années 1900?," in Bibliothèques populaires, 21/11/2013, http://bai.hypotheses.org/747.

  1. Mariangella Roselli, . « L’organisation d’un espace public de la lecture autour de 1880: Les bibliothèques populaires dans la Drôme et en Ardèche », Politiques locales enjeux culturelles, les clochers d’une querelle, XIXe-XXe siècles sous la direction de Vincent Dubois avec la collaboration de Philippe Poirrier, Comité d’histoire, La Documentation française, 1998 []
  2. voir tableau ci-dessus []

2 réflexions au sujet de « « Chapeau vissé »: les bibliothèques populaires de la Drôme, fer de lance de l’anticléricalisme dans les années 1900? »

  1. Il serait interessant de savoir quels étaient les ouvrages envoyés par le ministère
    j’ai oublié quel bibliothècaire se plaignait vers la même époque d’envois d’ouvrages couteux et inadaptés auxquels le ministère avait souscrit pour encourager l’auteur ou pour d’autres raisons.
    par exemple L’Histoire de la Guinée Française d’Arcin était un ouvrage bien fait, son utilité en deux exemplaires dans une bibliothèque de l’ouest de la France n’était peut être pas indispensable.

    1. En effet, de nombreuses bibliothèques populaires se plaignaient d’envois inadaptés …Un prochain billet pourrait les évoquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *