Du colloque à Ken Loach en passant par Toulouse!

Grâce à l’énergie des bénévoles de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement et au soutien de la BnF comme des Presses de l’enssib, le colloque sur les bibliothèques populaires s’est accompagné en juin 2014 d’une petite exposition à la Bibliothèque de l’Arsenal (BnF) et de la parution de l’ouvrage Des bibliothèques populaires à la lecture publique (http://www.enssib.fr/presses/catalogue/des-bibliotheques-populaires-la-lecture-publique). Un grand merci également aux Archives municipales de Choisy-le-Roi et de Meudon et aux Bibliothèques municipales de Vernon et Asnières qui ont prêté à cette occasion des documents passionnants.

S’adaptant volontiers au jeu d’un colloque ouvert aux universitaires, aux bibliothécaires mais aussi aux non-spécialistes, les intervenants ont repris de manière très vivante et instructive les textes qu’ils avaient écrits pour l’ouvrage cité plus haut. Les auditeurs ont ainsi pu découvrir de fascinantes expériences, de la volonté de la Bibliothèque impériale de s’ouvrir au « peuple » aux véritables bibliothèques populaires, en passant aussi par l’Angleterre, l’Argentine, et la Belgique (http://bbf.enssib.fr/tour-d-horizon/les-bibliotheques-populaires-d-hier-a-aujourd-hui_64613 ).

Au fil des communications, des questions du public, et de la conclusion de Jean-Yves Mollier, s’est dégagée très nettement la certitude que l’histoire des bibliothèques populaires est en pleine mutation. Beaucoup de mairies et/ou de particuliers et d’associations s’intéressent désormais au passé d’une bibliothèque populaire dans leur commune et désirent mieux en connaître la genèse. De nombreux documents émergent et permettent des analyses renouvelées. La numérisation de documents manuscrits et imprimés par des bibliothèques ou des archives donne aussi accès à des documents peu exploités jusqu’ici.

Les bibliothèques populaires auraient-elles encore de beaux jours devant elles sous des formes renouvelées? On en veut pour preuve cette initiative dans la ville rose:

http://www.ladepeche.fr/article/2014/08/11/1932467-cree-bibliotheque-400-livres-500-salaries-auchan.html

Soulignons enfin une belle coïncidence. Ken Loach a consacré son dernier film (Jimmy’s hall) à Jimmy Gralton, « coupable » d’avoir rêvé avec d’autres villageois irlandais d’une éducation populaire dans la joie et la bonne humeur. Dans le dancing de Jimmy cohabitaient en 1932 la danse, les cours de dessin, de poésie, les lectures. Or c’est à une femme que Jimmy Gralton devait son goût de la lecture et de l’instruction puisque sa mère, une ancienne ouvrière, avait longtemps animé une bibliothèque circulante…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.