Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Adolphe Noret

NORET, Adolphe (1840-1910)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

La présence d’Adolphe Noret est très représentative de celle de nombreux élèves et professeurs de l’Association Philotechnique qui ont vu dans la BAI-III une excellente initiative permettant aux ouvriers et artisans d’accéder aux ouvrages instructifs qu’ils n’avaient pas les moyens de s’acheter eux-mêmes.

 

NOM : NORET

Prénoms : Adolphe, Pierre, Paul

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 191

Rôle dans la BAI-III : lecteur à 21 ans, un des plus jeunes inscrits

État-civil et famille :

Adolphe est né le 11 janvier 1840, 2 rue des Lavandières Sainte-Opportune, anc. 3e arrdt.2. Il est baptisé le lendemain à Saint-Germain l’Auxerrois3. Ses parents se sont mariés 8 mois plus tôt, le 20 mai 1839 dans l’anc.7earrdt4.

Lors du mariage des parents d’Adolphe, sa mère Françoise MULON a 37 ans. Couturière, elle est veuve d’un brossier et mère d’un enfant de 9 ans qui meurt 4 ans plus tard5. Elle ne sait pas signer. Elle est née en 1802 à Tournon-en-Ardèche, où son père militaire était cantonné. Elle meurt à 75 ans à Paris en 18776. Elle est enterrée au Père-Lachaise dans le caveau de la 74e division que son mari vient d’acquérir.

Lors du mariage des parents d’Adolphe, son père Louis Antoine NORET est horloger-mécanicien, il est né à Paris en 1808. On le retrouve mécanicien-lampiste au mariage de son fils en 1880. Il meurt dans le 3e arrdt en 1892, à 83 ans7.

L’année de la naissance d’Adolphe, trois de ses grands-parents sont encore vivants et parisiens.

Son grand-père maternel, Pierre Denis MULON, est « sergent-invalide » et habite à l’Hôtel royal des Invalides. Il déclare ne pas pouvoir signer par cécité. Il a épousé à Lyon le 3 juillet  1797 une blanchisseuse de son bataillon8. Né à Paris d’un père militaire, il voyage pour l’armée impériale et on le trouve sergent au 70e régiment d’infanterie en Guadeloupe « la 5e année de l’empire de Napoléon » (8/9/1808) lors de la naissance de son fils Hubert, Denis9. Il meurt en 1842 quand Adolphe a 2 ans10. Il est enterré dans la fosse commune du cimetière de Montparnasse.

Sa grand-mère maternelle, Thérèse Renée DUMOLARD, est née à Marcilly en Indre-et-Loire d’une famille de cultivateurs et meurt à 77 ans à Paris quand Adolphe a 9 ans11. Elle est enterrée dans la fosse commune du Père-Lachaise.

Son grand-père paternel, Georges Jean, peintre en bâtiment, est décédé à 64 ans à Paris, 4 impasse Faron, le 12 avril 183212. Il est enterré dans la fosse commune du Père-Lachaise.

Sa grand-mère paternelle, Marie Catherine MOREL, couturière, naît et meurt à Paris à 83 ans en 186513. Son père est ouvrier-boisselier.

Son frère Louis Henri, né le 19 août 1841 est baptisé 3 jours après. Louis est mécanicien en 1861.
Adolphe épouse à 40 ans Marie Isidore LABARRE, 33 ans, dans le 3e arrdt le 4 septembre 188014. Son père est mécanicien-lampiste, sa mère est décédée. Elle est employée de commerce. Elle est née dans la Sarthe à René. Son père est alors cantonnier à Thoigné. Elle meurt en 1917 à l’hôpital Broussais, 14e15, et est enterrée dans le caveau familial au Père-Lachaise16.

Les quatre témoins au mariage d’Adolphe et Marie Isidore sont : Mathieu MULON, opticien, 75 ans, un oncle maternel ; Jean-Baptiste LANDREVIN, restaurateur, 69 ans, un autre oncle ; Jean-Louis ROGER ; Jean-Louis LARNAZ.

Adolphe et Marie Isidore ont une fille, Marthe Eugénie Henriette le 15 mars 1882 qui meurt à 26 ans le 28 octobre 1908 au 37 rue des Volontaires à l’hôpital homéopathique Saint-Jacques17. Cet hôpital a été fondé en 1867 par souscription par notamment le docteur Claude GONNARD (1827-1904) qui y fut médecin en  chef. Franc-maçon18, il est un temps vice-président du syndicat des bibliothèques libres et membre actif de la BAI-VIII.

Adolphe NORET  meurt le 25 mars 1910, 9 cité Riverin dans le 10e, à 70 ans19 . Il est enterré dans le caveau familial au Père-Lachaise20.

Professions :

dessinateur ou dessinateur de machines d’après le palmarès de la philotechnique entre 1856 et 1860 ; employé en 1861 ; comptable en 1880 quand il se marie à 40 ans ; employé de la maison GOUPIL à Paris21. Entre 1860 et 1890, la maison GOUPIL a son siège social au 9 rue Chaptal dans le 9e. La maison Goupil ou Goupil et Cie22 établit un commerce mondial de reproduction d’œuvres d’art, peintures et sculptures. Les estampes de reproduction sont réalisées à l’aide de toutes les techniques disponibles, y compris la photographie. Un atelier est installé à Asnières en 1869 pour la « photomécanisation23». Les deux frères Adolphe (1806-1893) et Auguste GOUPIL (1794-1877), docteur médecin, 9  rue des orties Saint Honoré, sont souscripteurs de la société Franklin c’est-à-dire qu’ils versent 10 francs par an24.

Adresses connues :

  • en 1861, 33 boulevard du temple 3e arrdt

  • en 1872 ,17 boulevard Saint Martin 3e  arrdt et jusqu’en 1892 lors du décès de son père

  • en 1910, 9 cité Riverin 10e arrdt.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique25 :

Adolphe est inscrit au palmarès de l’APH en 1856/57, 1858/59 et 1859/60. D’après ce palmarès il suit au moins les cours de comptabilité de Jules REVERT le mercredi soir de 20h30 à 22h dans l’amphithéâtre est de l’école Turgot. En 56/67 il reçoit le 3e prix ; en 58/59 il reçoit le 2e prix ; en 59/60 il reçoit le 1er prix et un livret de caisse d’épargne au nom de S.A. le Prince impérial. Suivent le même cours Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] et  Louis SALLÉ [voir fiche SALLÉ].

Jules REVERT est donateur de livres à la BAI III en 1861 et à la BAI V en 186526. Il habite alors 42 rue Meslay 3e. Il publie en 1861 à compte d’auteur et dédie aux élèves de la Philotechnique un Traité de comptabilité appliquée à l’industrie et au commerce qui est au catalogue de la BAI-III en 5 exemplaires en 186227. Il invite les élèves de l’APH à remercier dans l’ordre : Monsieur ROULAND, ministre de l’Instruction publique, l’Empereur et le président de l’association le Comte de LARIBOISIÈRE. Jules REVERT  est membre de l’APH dès 1854 et professeur à l’école supérieure de commerce de la rue Amelot. C’est un scientifique et il publie en 1854 le Traité pratique des engrenages, contenant les calculs relatifs à leur puissance, à leur vitesse et à leur construction. Il  écrit deux autres livres  un Mémento pratique de comptabilité paru en 1845  et un Questionnaire de comptabilité, contenant 1.500 questions et réponses sur les diverses branches de la comptabilité, 86 p. publié aux éditions Chaix en 187128.

Avant REVERT, le professeur de comptabilité de l’APH est E. DAUDET, chef d’institution à Vincennes, issu de l’AP qu’il quitte en 1848 avec le groupe des 1329 qui enseigne aussi le français. Henri LENEVEUX30. devient professeur et donne ses cours à la Sorbonne en 1861. Il est membre actif de la BAI-XIV31.
Les cours de comptabilité suivis à l’APH ont permis à Jean CHARDAR d’être comptable (trésorier) à la BAI-III32, à Jean-Baptiste GIRARD d’être comptable à la BAI-V33 et à Lippmann LEVY  d’être comptable à la BAI XVIII34. Professionnellement CHARDAR [voir fiche CHARDAR] part comme comptable sur le chantier du canal de Suez.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

il fréquente les professeurs et les élèves de l’APH que l’on retrouve à la BAI III.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : pas de relations repérées à ce jour.

Éléments biographiques complémentaires : pas pour le moment.

Écrits de la personne : non repérés à ce jour

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici. CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique.

APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. MND : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le  7 novembre 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Adolphe Noret," in Bibliothèques populaires, 07/11/2021, https://bai.hypotheses.org/5212.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. AD75, 5Mi 1 487, vue 16/40 ici. []
  3. Relevé des registres de baptêmes. []
  4. AD75, 5Mi 1 2108, vue 29/51 ici. []
  5. AD75, décès V3E/D 625, vue 29/51 ici. []
  6. AD75,  Décès 1877, 03 V4E 2754 acte 572, vue 15/31 ici. []
  7. AD75, décès 1892, 03 V4E 5590, acte 2 voir ici. []
  8. AML Lyon, Mariages Lyon division du nord, Cote 2 e26, vue 97/101, acte 272  ici. []
  9. ANOM,  naissances Basse Terre, acte 75 page 40 / 172 ici. []
  10. AD75, V3E /D 1104, vue 11/50 ici. []
  11. AD75, V3E/D 503, vue 37/51 ici. []
  12. AD75, V3E/D 1122, vue 30/51 ici. []
  13. AD75, 1865, décès,19 V4E 2309, acte  1719 vue 25/31  ici. []
  14. AD75, mariages, 03 V4E2783, acte 655, vue 27/31 ici. []
  15. AD75, 1917, décès,14D 292, acte 2681, vue 26/31 voir ici. []
  16. AD75, décès 1915-1919, CPL_RA19151919_01,  vue 13/31 ici. []
  17. AD75, décès, 10 10D 311, acte 4902, vue 6/31 ici. []
  18. Fichier Bossu, BnF. []
  19. AD75, 1910, décès,  10D 321, vue 19/31  acte 1486 ici. []
  20. CPL_RJ19091910_01, vue 7/31 ici. []
  21. JO du 1er août 1901, il reçoit une médaille d’honneur du travail du ministre du Commerce, de l’industrie, des postes et des télégraphes voir ici. []
  22. Dictionnaire de l’école nationale des Chartes des imprimeurs lithographes, voir ici. []
  23. Les collections sont archivées dans un musée à Bordeaux mais ne contiennent pas de documents sur l’organisation de la maison. Madame Régine BIGORNE  responsable du musée n’a pas connaissance de documents sur l’existence d’une société de secours mutuel ou autre. []
  24. Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, 1864, voir  ici. []
  25. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  26. CR BAI-III et CR BAI-V. []
  27. Voir ici sur la bibliothèque virtuelle de la BAI-III. []
  28. D’après Pierre LABARDIN  dans Autour du mot comptabilité (Pierre LABARDIN, Autour du mot comptabilité, Laboratoire orléanais de gestion, voir ici.), Jules REVERT serait un des premiers à considérer la comptabilité comme une science et non comme un art. 1871 : Comptabilité : « La comptabilité est la science des faits exprimés par des comptes. Formée par le concours des sciences mathématiques, de l’histoire du commerce et de la finance, de la statistique et de la législation, la comptabilité embrasse la conception et l’exécution des opérations commerciales dans leurs diverses combinaisons financières, et indique les moyens de les constater régulièrement sur des livres d’après des règles établies selon leur nature et les circonstances dans lesquelles elles se produisent. Elle peut ainsi servir de guide au commerçant en l’éclairant constamment sur l’état de sa fortune et les causes de ses variations, et en lui traçant la marche à suivre pour qu’il ne s’expose pas aux dangers d’entreprises hasardeuses ou de produits chimériques (REVERT [1871])”. 1871 : Tenue des livres : « C’est le moyen de constater régulièrement sur des livres les opérations qui s’exécutent dans une maison de commerce ou un établissement quelconque, et d’en faire connaître les résultats (REVERT [1871]).» []
  29. A. Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898. []
  30. MAITRON, notice LENEVEUX Henri, Charles , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 19 octobre 2020. Voir ici. []
  31. CR BAI-XIV. []
  32. CR BAI-III. []
  33. CR BAI-V. []
  34. CR BAI-XVIII. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : JOSEPH LACROUX

LACROUX, Joseph (1832-1895)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Architecte originaire d’Albi, il est élève de César Daly. Il devient membre de son équipe dès les années 1850/55. Il a 29 ans en 1861, lors de son inscription à la BAI-III, et en 1865 il participe activement à la création de la BAI-V.

 

NOM : LACROUX

PrénomsJoseph Jacques

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : n°25, inscrit juste après Pierre ANDRÉ [voir fiche ANDRÉ]

Rôle dans la BAI-III : simple adhérent

Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : JOSEPH LACROUX

Le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine (II/1883-1890)

Dans un précédent billet, nous avons évoqué la genèse complexe du Syndicat des Bibliothèques populaires libres de la Seine. Sept années ont été nécessaires pour parvenir à sa fondation officielle en 1882, sans doute en raison de divergences entre les bibliothèques le composant et d’inquiétudes des autorités préfectorales sur les motivations politiques de ce Syndicat. Sa naissance est en effet soutenue par les républicains, notamment Louis Blanc et Gambetta, lors d’une fête imposante rassemblant pas moins de 5000 personnes au Palais du Trocadéro. Mais ces deux grandes personnalités meurent bientôt en décembre 1882. Le Syndicat des bibliothèques populaires, présent à leurs funérailles1, reste engagé du côté des républicains, mais est également très marqué par l’influence positiviste entre 1882 et 1890, comme on va le voir. Le Syndicat se donne pour fonction essentielle un rôle de représentation des bibliothèques populaires auprès des instances municipales, dans les grandes manifestations laïques (comme le centenaire de Diderot) ou lors des Expositions. La naissance du Syndicat marque le tournant pris par ces bibliothèques : si sous le Second Empire elles ont fédéré des soutiens aux origines les plus diverses, elles sont désormais ouvertement républicaines et le plus souvent anti-cléricales.

NB. Les fiches signalées sont en cours de réalisation dans la série réseaux des premiers acteurs de la BAI-III. Lorsqu’elles apparaissent en vert, le lien est cliquable, elles sont donc en ligne. Lorsqu’elles apparaissent en noir, elles seront prochainement publiées. Continuer la lecture de Le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine (II/1883-1890)

  1. Louis Blanc était très attaché à la BAI-V à laquelle il lègue sa propre bibliothèque. Lors de ses funérailles, le conseil de la BAI-V fait partie du tout début du cortège organisé, celui du Syndicat se trouve plus loin. []

Le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine (I/ Les débuts)

Ses fondateurs en attendaient certainement beaucoup, mais le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine, fondé en 1881, ne semble pas avoir eu le rôle éminent qu’on attendait de lui. Son existence est cependant révélatrice des difficultés que les bibliothèques populaires rencontrent encore sous la Troisième République, et du net engagement des bibliothèques populaires libres parisiennes du côté des anticléricaux. Les documents produits lors des réunions et actions diverses sont riches de renseignements sur les différentes bibliothèques populaires libres de la Seine entre 1882 et 1900. Voyons ici les circonstances de sa naissance et ses tout premiers pas.

Continuer la lecture de Le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine (I/ Les débuts)

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Pierre Marie André

ANDRÉ (1826-1899), Pierre Marie

 

Pierre Marie ANDRÉ a environ 25 ans lorsque, dans les années 1850, il monte à Paris. Publiciste socialiste, il milite activement dans les clubs, puis il rencontre César Daly. Il le suit dans l’aventure de la Revue Générale de l’architecture  et les mouvements associationnistes. Il est un des premiers adhérents de la BAI-III, participe à la création de la BAI-V, et influence la fondation d’une bibliothèque populaire en 1877 au Bois-d’Oingt, son village natal.

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici).]

Nom : ANDRÉ

Prénom : Pierre Marie Anne

N° d’ordre dans le registre dit des inscriptions de la BAI-III :n° 24, entre Charles-Honoré Plomb [voir billets et fiche PLOMB] et Joseph Lacroux [voir fiche LACROUX].

Rôle dans la BAI : simple adhérent.

 

État civil et famille :

Pierre Marie ANDRÉ naît le 27 mars 1826 au Bois-d’Oingt (Rhône)1. Les déclarants sont ses aïeuls Claude François ANDRÉ, huissier royal, époux de Anne MALLEVAL, et Pierre Marie LOUIS, propriétaire.

Son père, Philibert Marie ANDRÉ, est géomètre2. À la naissance de celui-ci, en 1795, les déclarants sont son père, Claude François ANDRÉ fabricant de mousseline, et ses grands-parents paternels, Philibert ANDRÉ, jardinier et Marie PATISSIER, son épouse, qui déclare ne pas savoir signer.

Sa mère, Jeanne LOUIS, est tailleuse d’habits pour femmes3.

Trois de ses sœurs et deux de ses  frères sont décédés en bas âge4.

Il a un frère, Nicolas Thérèse (1827-1897), fabricant de tapis à Lyon en 18785, et trois sœurs : Antoinette Camille, couturière tailleuse, qui épouse en 1856 Barthélémy ROUSSET, clerc de notaire 6; Marguerite Micheline, modiste, qui épouse  en 1856 Jean-Antoine GIRAUD, huissier7 ; et Marguerite Euphémie, née en1842, qui vit chez sa sœur Antoinette en 18728. Toutes les trois signent avec les témoins et la mère de la mariée en 1878, au bas de l’acte de mariage de leur neveu Alphonse Antonin. Cela ne semble pas être un cas particulier si l’on consulte les différents actes de l’époque au Bois-d’Oingt. De même, en 1795, à Tarare, Marie PATISSIER est témoin déclarant la naissance de son petit-fils Philibert Marie, avec son mari Claude François ANDRÉ. Elle dit alors ne pas savoir signer.

La population du Bois d’Oingt est alors essentiellement constituée d’artisans et de commerçants.

Pierre Marie épouse à Paris (ancien 4e arrdt) Marie Sophie DUBOIS le 15 janvier 18539. Née à Bains (Bains-les-Bains, Vosges) en 1824, elle décède à 63 ans le 19 juillet 1888 à Paris, 80 rue Claude-Bernard (5e arrdt)10.

Sophie a un frère, Auguste, né en 1822, et trois sœurs : Augustine née en 1826 ; Joséphine née en 1827 ; Célestine Apolline née en 184011.

Pierre Marie et Sophie vivent quelques années en union libre, et leurs deux premiers enfants naissent avant leur mariage.

Ils ont trois enfants, une fille, et deux fils qui sont déclarants lors du décès de leur mère, en 1888. Alphonse Antonin habite alors 18 rue Flatters, et Philibert 80 rue Claude Bernard à l’adresse de sa mère.

Antonin Alphonse ANDRÉ, artiste graveur, naît à Paris (3e arrdt) le 20 décembre 1848. Il épouse, le 30 août 1878, Jenny Étiennette LEPIN, une jeune fille originaire du village de naissance de son père. Lors de leur mariage, au Bois-d’Oingt, César DALY qui a alors 67 ans, fait le voyage pour être premier témoin12.

Eulalie Sophie ANDRÉ naît, le 20 janvier 1852 à Paris (2e arrdt ancien)13.

Louis Philibert naît le 12 décembre 185514. En 1888, il est employé en librairie et demeure 80 rue Claude Bernard.

Pierre Marie ANDRÉ décède le 9 juin 1899, 12 rue du Sommerard (5e arrdt)15.

 

Profession(s) :

En 1851, il est homme de lettres, publiciste, copropriétaire et co-gérant du journal Le vote universel.

En 1861, selon le Registre dit des inscriptions de la BAI-III, il est employé16.

En 1869, il est secrétaire de la Revue générale de l’architecture17.

En 1871, durant les événements de la Commune de Paris, il se dit voyageur de commerce.

Entre 1870 et 1899, il est libraire éditeur.

Adresses connues :

En 1851, il demeure 67 rue Montmartre18, et travaille 3 rue Jean-Jacques Rousseau, adresse des bureaux de son journal19.

Entre 1861 et 1866, lors de son inscription à la BAI-III, son adhésion à la société de crédit au travail, puis son élection à la BAI-V, il demeure 240 rue Saint-Jacques.

Entre 1869 et 1879, 80 rue des Feuillantines20.

De 1870 à 1885, l’adresse de la nouvelle société qu’il vient de créer, DUCHER et Cie, se trouve 6 rue de la Sorbonne ; puis est créée en 1885 la société André, Daly fils et Cie, 51 rue des Écoles.

En 1888, lors du décès de Sophie, il demeure 80 rue Claude Bernard21, et lors de son décès, en 1899, 12 rue Du Sommerard (5e arrdt).

Liens avec l’Association Philotechnique et/ou polytechnique22

Non identifiés.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

En 1848, il fait partie des délégués spéciaux du Club des clubs, qui fédère une centaine de clubs23.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

Il fait partie de la Société de crédit au travail, dont il est en 1863 le 235e inscrit, juste après César Daly24 ; en 1868-1869, il est membre de la commission d’initiative de « L’épargne immobilière », société coopérative civile cogérée par COHADON25.

Adhésion à la Société Franklin : il est souscripteur en 1866. Il se déclare alors architecte26. Lors de la 3e séance publique qui a lieu au Conservatoire le 14 février 1869, Il reçoit une médaille en tant que vice-président de la BAI-V27.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III

Relations amicales et réseaux : il fait partie des membres de la BAI-III fondateurs de la BAI-V et de leurs soutiens 28 : Joseph Jacques LACROUX [voir fiche LACROUX], au mariage duquel il est témoin en 1879, et qui fait aussi partie de la commission d’initiative de L’épargne immobilière ; l’imprimeur-lithographe Nicolas FÉLIX (lecteur n° 147), domicilié à la même adresse qu’André, 240 rue Saint-Jacques ; César Daly [voir fiche DALY] témoin en 1878 au mariage de son fils, avec qui il s’inscrit à la Société du crédit au travail en 1863 ; les libraires éditeurs de César Daly, Auguste MOREL, lecteur n° 145 et Edouard DUCHER, lecteur n° 240, tous deux donateurs à la BAI-V.

 

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Sophie DUBOIS, son épouse, est donatrice de livres à la BAI-V en 1865, sous le nom de Sophie ANDRÉ. Elle est accompagnée en 1866 d’une autre donatrice nommée ANDRÉ, qui pourrait être une sœur de Pierre Marie André, habitant au Bois-d’Oingt, ou bien sa mère Jeanne Louis.

Il représente la BAI-V avec LABOULAYE [voir fiche LABOULAYE], GIRARD [voir billets et fiche GIRARD], BOURGOIN, le 27/11/1869 lors d’une réunion chez le comte SERURIER, pour discuter d’un projet de fédération des bibliothèques populaires29.

D’autres membres de BAI font partie, comme lui, de la Société du crédit au travail, dont  : COHADON (BAI-V) ; CORBON (BAI-XIV ET XV ) ; DELBROUCK (BAI-III et Vernon) [voir fiche DELBROUCK] ; FONTAINE, lecteur n° 12 à la BAI-III [voir fiche FONTAINE] ; LENEVEUX (BAI-XIV) ; LIMOUSIN (BAI-XIV) ; NADAUD (BAI-XIV).

Le 4 novembre 187730, au lendemain des élections législatives remportées par les républicains, une bibliothèque populaire est fondée au Bois-d’Oingt. Pierre Marie ANDRÉ a conservé un lien étroit tout au long de sa vie avec sa bourgade natale, et l’on constate que plusieurs membres fondateurs de la bibliothèque font partie de sa famille ou de connaissances, souvent anciennes. Il a donc vraisemblablement joué un rôle dans sa création.

Ainsi, son fils Louis Philibert est en nourrice chez son beau-frère Barthélémy ROUSSET en 1861, comme cela se fait beaucoup31, son fils Antonin Alphonse épouse une jeune fille originaire du village en 1878, et Pierre Marie André lui-même est témoin au mariage de Claude Marie LEPIN frère de sa belle-fille Jenny, et de Françoise Marie THOMAS, en tant qu’ami de l’épouse, en 188432.

Le président de la bibliothèque , Jean Antoine GIRAUD, ancien huissier, est son beau-frère. Il est témoin en 1878 au mariage de son fils Antonin Alphonse. On apprend en 1884, lors d’une souscription pour un monument à Gambetta, qu’il est président du cercle démocratique du canton de Bois-d’Oingt,33.

Le vice-président, le médecin Émile René GONNET, lors de sa naissance en 1833, a eu Philibert Marie, père de Pierre Marie ANDRÉ pour déclarant34. Il s’agit donc d’un ami de la famille, et il est plaisant de remarquer que la propriété donnée à la ville du Bois-d’Oingt par Louis Pichat, qui abrite actuellement le fonds de la bibliothèque, a été construite dans les années 1860 par monsieur Gonnet35.

Le sous-bibliothécaire, Joseph Marie MANGON, plâtrier, 33 ans, est un petit cousin de Pierre Marie ANDRÉ36. En 1883, Joseph Marie Mangon représente Le Bois-d’Oingt au congrès tenu à L’Arbresle par 600 délégués de la démocratie du Rhône, où il ouvre les débats37.

Le trésorier, Jean Baptiste Antoine PAPILLON38, est le notaire successeur de maître ROUSSET, beau-frère de Pierre Marie André. Il est nommé en 1879 suppléant du juge de paix du canton du Bois-d’Oingt avec Antoine Giraud39. Dans un rapport présenté le 21 septembre 1879, il donne une définition de la bibliothèque populaire qui rappelle le « but moral et élevé » qu’assigne Pierre Marie ANDRÉ à ce genre d’institution : « les uns ont créé des sociétés militaires ayant pour but de familiariser les Français jeunes ou vieux au maniement des armes. D’autres ont voulu accoutumer nos nationaux aux marches et fatigues, ils ont établi des sociétés de gymnastique, de tourisme, d’études militaires. D’autres ont voulu démocratiser l’instruction et, par des conférences ou autrement ont inculqué à la nation laborieuse le peu de science qu’ils possédaient… Mais les fondateurs de cette bibliothèque avaient un but patriotique. L’idée était féconde, profitable, et réalisait dans une certaine proportion une idée bien ancienne : l’instruction générale et économique. Les sociétaires sont des révolutionnaires pacifiques car ils peuvent arriver à changer ou détourner les idées des oisifs et des inutiles ».

Éléments biographiques complémentaires :

Issu d’un milieu aisé provincial, seul membre de sa famille à « monter » à Paris, il s’y trouve très engagé dans le mouvement quarante-huitard.

Sa rencontre avec César DALY [voir fiche DALY] est déterminante pour lui. On ne sait pas à quelle époque elle a pu avoir lieu. Tous les deux ont été publicistes et ont milité dans les clubs de 1848, ont participé à la création de la BAI-III en 1861, et s’inscrivent ensemble en 1863 à la Société du crédit au travail.

En 1851, à 25 ans, il est rédacteur, puis cogérant et copropriétaire du quotidien Le vote universel40 dirigé par Jacques BRIVES (1800-1889)41. Le gérant précédent, Jean-Joseph VIÉ, et le rédacteur Maurice TREILLARD42, originaire du Rhône comme ANDRÉ, viennent d’être condamnés à 3 mois de prison et 500 francs d’amende pour un article sur les prisons de Belle-Île et de Mazas43.

Le vote universel remplace le quotidien républicain La Réforme, créé en 1843 par LEDRU-ROLLIN et interdit en 1850. Il ne paraît que du 14 novembre 1850 au 28 février 1851. En effet, le 20 février 1851, ANDRÉ est lui aussi condamné, comme gérant du Vote universel, à un an de prison et à 8 000 francs d’amende, pour la publication d’un texte de Charles-Nicolas-Joseph ROBIN intitulé « Aux Paysans. Études politiques et sociales ». Cet article est estimé être une excitation à la haine des citoyens les uns contre les autres et au trouble à l’ordre public. ROBIN est condamné à six mois de prison et à 1 000 francs d’amende44. La suppression et la destruction des numéros saisis le 20 février 1851 est ordonnée, et la publication du journal est interrompue pendant un mois. Il ne reparaît pas45.

On ne sait rien de lui durant les dix premières années de l’Empire. Charles Robin raconte dans Les confessions d’un journaliste : « un régime des plus rigoureux pour la presse réduisit au silence les écrivains qui ne voulurent pas se rallier.[…]Tout ce qui avait tenu une plume démocratique fut dispersé. Les uns furent exilés ou s’exilèrent, les autres entrèrent dans l’industrie ».

En 1861, il est parmi les premiers lecteurs inscrits à la BAI-III, et en 1865 il participe activement à la fondation de la BAI-V, dont il est vice-président de 1866 à 1868. On peut ainsi lire ses interventions dans les comptes-rendus des conseils d’administration : il déplore en 1866 que le nombre d’œuvres d’économie politique empruntées diminue. Il remarque que la BAI-V est « trop peu fréquentée par les ouvriers, pourtant nombreux dans le quartier46”, qu’il y a « des femmes en bonne proportion », et qu’elles lisent plus que les hommes47. Elles lisent surtout des romans, « mais l’important est que le goût de la lecture se développe48». Il donne une définition de ce que doit être pour lui une bibliothèque populaire, un établissement utilitaire, un complément d’instruction : « contrairement à un simple cabinet de lecture que le lecteur quitte et reprend au gré de sa convenance et de sa fantaisie, […] [une bibliothèque populaire] est l’œuvre de tous… [elle] n’est pas œuvre de spéculation ; elle a un but moral et élevé, et ceux-là se trompent qui viennent y chercher le roman du jour et lui seulement […] Mais ceux qui sont désireux, au contraire, d’élever leurs esprit, de développer leur intelligence par des lectures plus sérieuses, quoique intéressantes, amusantes même, il n’en manque pas, que ceux-là viennent à nous […]. Qu’ils viennent, qu’ils nous étudient, qu’ils nous comprennent et qu’ils nous aident ensuite, chacun dans son cercle, à faire de la propagande […]. Nous arriverons alors et rapidement, à un chiffre de souscripteurs qui nous permettra de tenir la Bibliothèque au courant des nouvelles les plus intéressantes, et de réaliser ainsi plus complètement notre programme49».

En 1866, il travaille avec César Daly. Le 1er mai, il fait partie de l’équipe réunie pour créer le mensuel Croquis d’architecture, Intime-Club50, et se présente d’ailleurs comme architecte dans le Bulletin de la société Franklin.

En 1869, il est secrétaire de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics (RGA) (1840-1890) fondée par César Daly. Il exprime son admiration pour le « travail d’une importance exceptionnelle, avec un caractère propre à attirer l’attention immédiate du lecteur », au sujet d’un grand article théorique de César Daly intitulé « De l’architecture de l’Avenir ; à propos de la Renaissance… » qui se conclut ainsi : « Nous terminons cette trop rapide esquisse en exprimant notre conviction réfléchie et profonde, que la Liberté et l’Autorité consentie, la Paix et le Travail productif, ainsi que la Solidarité et l’Indépendance des nations auront leur symbole artistique dans l’évolution sociale qui se prépare, comme l’Autorité oppressive, la Guerre, la Misère des masses, ainsi que la Servitude & l’Isolement des peuples, ont eu le leur dans l’évolution sociale qui expire 51».

En 1871, pendant la Commune, il est commandant au 119e bataillon de la garde nationale, bataillon du 5e arrondissement composé d’hommes très déterminés selon le journal Le Vengeur, du 12 mai 1871, et auquel appartient Élisée RECLUS. Le bataillon, qui avait programmé un grand concert au bénéfice des blessés, prisonniers, veuves et orphelins de la 5e légion place du Panthéon le jeudi 25 mai52 , défend les forts de la rive gauche le 22 mai contre les troupes versaillaises, qui entrent dans Paris53. Pierre Marie ANDRÉ est inquiété par la justice de Versailles. Il se dit voyageur de commerce, et il ne semble pas être poursuivi54. Son nom figure cependant avec celui de PUZENAT – est-ce Jean Puzenat 55? – sur une liste « d’individus qui se sont réfugiés en Suisse à la suite de l’insurrection de 1871 ». Il avait quitté la Suisse à la date du 1er janvier 1873 selon les archives d’État de Genève56.

Il se trouve en tout cas à Paris le 1er juillet 1871. En effet, à la clôture du contrat de 10 ans signé entre César Daly et les éditions Morel et Cie pour l’édition de la RGA (1860-1870), César Daly réclame à la veuve d’Auguste Jean MOREL, décédé en 1869, des droits de propriété importants57, et Édouard Ducher, ancien directeur des éditions Morel crée le 1er juillet 1871, en association avec Pierre Marie ANDRÉ, une société en nom collectif et en commandite, la société Ducher et Cie « ayant pour objet la librairie spéciale d’architecture et des travaux publics, et toutes les opérations accessoires »58. « La durée de la Société est de quinze années, qui ont commencé à courir à partir du premier mars mil huit cent soixante-dix », c’est-à-dire avant la chute de l’Empire. Le siège social de cette société est à Paris, 6 rue de la Sorbonne, adresse qu’il donne lorsqu’il est inquiété en 1871. La RGA qui avait cessé de paraître en 1870 reprend dès juillet 1871. Il y signe un article en 1872, dans lequel il écrit : « M. César Daly a sauvé par le dessin plus d’un précieux souvenir du vieux Paris démoli sous l’Empire, de même aussi, la Revue contribuera à arracher de l’oubli des œuvres modernes dignes d’éloge et que déjà les flammes de la guerre civile ont rendues historiques, en les détruisant 59 ».

En 1885, à l’échéance des 15 ans de vie de la Société Ducher et Cie stipulés en juillet 1871, mais aussi au terme de « conflits juridiques »,  celle-ci est liquidée. Ses héritiers et successeurs sont la maison André, Daly fils et Cie, dans laquelle ANDRÉ reste gérant, Victor Daly fils remplace Ducher, et Marcel Daly devient sous-directeur d’un nouvel hebdomadaire intitulé la Semaine des constructeurs60. Enfin, en 1893 – est-ce pour cause d’endettement ?,  Pierre Marie ANDRÉ et Victor Daly vendent la société André, Daly fils et Compagnie à Mme Louise-Henriette Dallier61. Charles Schmid reprend vers 1900 la Librairie générale de l’architecture et des arts décoratifs, ancienne maison André Daly fils & Cie, rachetée ensuite par les éditions Massin62.     

 

Écrits de la personne : CRBAI-V, 1867-1868.

Sources :

CRBAI-III 

 CRBAI-V

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

COLL84 : Actes du colloque de 1984

COLL14 : Actes du colloque de 2014

MAITRON : site du Dictionnaire biographique en ligne

 

Auteure principale de la fiche : Geneviève Deblock

Nous remercions chaleureusement Angélique Bouchet-Merle (secrétaire de la mairie du Bois-d’Oingt)  qui a travaillé à la généalogie des ANDRÉ et  Marie France Rochard (conservateur des bibliothèques à la retraite qui dans le cadre de l’Association « Bien vivre au Bois-d’Oingt et en Pays Beaujolais » fait revivre avec des bénévoles la bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt – voir ici). Elles nous ont permis de confirmer le lien étroit  entre Pierre ANDRÉ et la création de la bibliothèque du Bois-d’Oingt et d’étoffer ainsi cette fiche en novembre 2021.

Fiche publiée le 9 octobre 2021 ; modifiée le 3 novembre 2021.

 

 

Liste des souscripteurs, 1850, Le vote universel, BnF. Cliché G. Deblock.

 

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Pierre Marie André," in Bibliothèques populaires, 09/10/2021, https://bai.hypotheses.org/5105.

  1. AD69. Pierre André, actes de naissance, Bois-d’Oingt, 1826. []
  2. AD69. Philibert Marie André, Acte de naissance le 3 mai 1795 à Tarare (Rhône), acte de décès le 15 juin 1842 au Bois d’Oingt (Rhône). []
  3. AD69. Jeanne Louis, acte de naissance le 24 septembre 1803 au Bois-d’Oingt. acte de mariage le 8 février 1824 au Bois-d’Oingt avec Philibert Marie ; acte de décès le 19 juin 1870, le Bois-d’Oingt. []
  4. AD69. Le Bois d’Oingt : naissances 1821-1832 ; naissances 1833-1842 ; décès ,1823-1832 : Catherine Claudine (19/11/1824-1825) ; Claudine Joséphine (08/10/1829-16/10/1829) ; Claude François (19/08/1833-19/08/1833) ; Joseph Catherine (26/01/1836-07/02/1836) ; Catherine Pierrette (02/04/1838-21/11/1838). []
  5. AD69. Nicolas Thérèse, acte de naissance le 5 novembre 1827 au Bois-d’Oingt, acte de décès le 6 mars 1897 à Lyon. Il est célibataire. []
  6. AD69. Antoinette Camille André et Rousset Barthelemy, Bancs. Mariages. 1856. []
  7. AD69. Acte de mariage de Marguerite André et Jean Antoine Giraud.1856. []
  8. AD69. Recensement,1872. Foyer de Barthélémy Rousset, son épouse Antoinette André, et sa belle-sœur Euphrémie André, Le Bois-d’Oingt. []
  9. ADP. Pierre André et Marie Sophie Dubois, acte de mariage, 1853. []
  10. AD88. Sophie Dubois, acte de naissance le 10/08/1824 à Bains-les-Bains (Vosges), de Antoine, bourrelier, et de Marie Louise SOUVAIS, couturière en linge ; ADP, acte de décès, Sophie Dubois, 1888. []
  11. AD88. Dubois, Auguste, né le 16/05/1822 ; Augustine, née le 05.08.1826 ; Joséphine née le 27/12/1827 ; Célestine Apolline née le 05/10/1840. []
  12. AD69. Acte de mariage en 1878, d’Alphonse Antonin ANDRÉ demeurant chez ses parents à Paris, 80 rue des Feuillantines, avec Jenny Étiennette LEPIN, née à Bois d’Oingt le 28 /05/1856, où elle demeure avec ses parents Claude LEPIN propriétaire agriculteur et Louise ANDRILLAT. Témoins : César DALY, 66 ans, architecte, Louis ANDRILLAT, 73 ans, aïeul, et deux oncles de l’époux, Antoine GIRAUD, 49 ans, et Nicolas ANDRÉ, 50 ans, fabricant de tapis, demeurant à Lyon, rue de la Sparterie. []
  13. ADP. Eulalie Sophie ANDRÉ, 1852. Naissances. []
  14. ADP. Louis Philibert, acte de naissance, 1855. []
  15. ADP. Pierre André, acte de décès, 1899. Les déclarants sont Édouard MARTEAU, 45 ans, négociant demeurant 11 place du Panthéon, et Henri ALLARDEL, 32 ans, employé demeurant 1 passage Joinville, 10e arrdt. []
  16. Registre dit des inscriptions de la BAI-III, 1861. []
  17. Le Rappel, 17 août 1869. []
  18. Le Droit, journal des tribunaux, 1/02/1851. []
  19. Le vote universel, BnF, MICR D-1071 ; Les clubs et les clubistes : histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848... / par Alphonse Lucas, 1851, p. 66 . Selon Alphonse Lucas, l’adresse du journal serait 2 rue Thevenot. []
  20. AD69. Acte de mariage de Claude Marie LEPIN, frère de Jenny, sa belle-fille et Françoise Marie THOMAS, en tant qu’ami de l’épouse, le 19/10/1884 : THOMAS-LEPIN. Mariage.1884. []
  21. La rue des Feuillantines ayant été remaniée et renommée rue Claude-Bernard en 1881, il s’agit vraisemblablement de la même adresse que celle de la rue des Feuillantines. []
  22. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  23. Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes, 1851, op. cit., p. 66 ; Le Droit, journal des tribunaux, 1/02/1851. []
  24. Jean-Pierre BÉLUZE. Liste des commanditaires de la Société du Crédit au Travail 1863-1868, premierssocialismes.edel.univ-poitiers.fr [en ligne]. []
  25. Le Rappel, 17 août 1869. []
  26. Voir le Bulletin de la Société Franklin. []
  27. Le Moniteur universel, 21 février 1869. []
  28. Il est vice-président de la BAI-V en 1866-68, donateur de livres en 1865 (ainsi que son épouse) et 1866. En 1866, il présente le bilan financier des années 1864 et 1865. []
  29. CR BAI-III, 1871. []
  30. Voir sur ce carnet :« Une troisième bibliothèque populaire revit au Bois-d’Oingt (Rhône) » ; et voir Martine Deroy et N’Drin Dougrou, La bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt (Rhône), Mémoire présenté à l’Ecole nationale supérieurs de bibliothécaires sous la direction de Pierre Gras, 1979. []
  31. AD69. Recensement 1861, Le Bois-d’Oingt. []
  32. AD69. Acte de mariage, 1884, op.cit. []
  33. Voir le journal Paris, du 21 février 1884. []
  34. AD69, acte de naissance du 12 novembre 1833 acte ; acte de mariage du 3 décembre 1867 à Paris, avec Henriette Joséphine Peignaud, et consentement de son père passé devant maître ROUSSET, notaire. []
  35. selon la Coordination des associations du Beaujolais. []
  36. Petit-fils de Thérèse LOUIS, sœur de Jeanne LOUIS, voir l’arbre généalogique de Thérèse LOUIS sur Geneanet, ainsi que son acte de mariage avec Joseph Marie DEVAY, AD69 du 05/05/1824, dans lequel ont signé comme témoins le beau-père de sa sœur Claude-François ANDRÉ, huissier royal, et son beau-frère Philibert Marie ANDRÉ, géomètre. []
  37. Voir La Vérité du 13 juin 1883, journal républicain, proche des idées communardes, fondé en 1870 par Édouard Portalis. []
  38. Voir AD69, acte de mariage le 18 octobre 1880 à Écully, Rhône, avec Marie BELUZE. []
  39. Voir le Journal officiel du 9 mai 1879 : sont nommés « suppléants du juge de paix du canton du Bois-d’Oingt, MM. PAPILLON, notaire et GIRAUD ancien huissier, en remplacement de MM. DUPLAT et LAVERRIERE, MARDUEL » []
  40. Le Droit, 1 février 1851 ; Le vote universel, BnF, MICR D-1071 []
  41. Voir le MAITRON en ligne. []
  42. Voir le MAITRON en ligne. []
  43. Le Droit, 29 décembre 1850 ; Le Moniteur universel, 14 janvier 1851. []
  44. Voir Charles Robin, Les confessions d’un journaliste , p. 107 et suivantes. []
  45. Le Droit, 27/02/1851. []
  46. CRBAI-V, 1867, p. 9-10 ; COLL84. []
  47. CRBAI-V, 1868, p. 11. []
  48. CRBAI-V, 1867, p. 9. []
  49. CRBAI-V 1868, p. 11. []
  50. Marc Saboya, op. cit , p. 114. []
  51. RGA, XXVII, 1869, col. 10, note ; col. 70. []
  52. [Commune de Paris. Fédération de la garde nationale. Mairie du Panthéon-5e arrondissement. Affiche], Grand concert au bénéfice des blessés, prisonniers, veuves et orphelins de la 5e légion, Paris, 1871. []
  53. Paris insurgé : histoire illustrée des événements accomplis du 18 mars au 28 mai 1871 : pièces et documents recueillis au jour le jour / classés, coordonnés et annotés par A. de Balathier-Bargelonne , Paris, 1872, p. 64, 248, 254. []
  54. Voir Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : André, Pierre Marie Anne, voyageur de commerce. Adresse : Paris, 6 Rue de la Sorbonne. Garde national, commandant au bataillon n° 119. []
  55. MAITRON. []
  56. Voir : APPO., B a/431, pièces 786 à 791 ; MAITRON. []
  57. Béatrice Bouvier, l’édition d’architecture à Paris au XIXe siècle. Les maisons Bance et Morel et la presse architecturale, Genève, Droz, 2004, p. 46-49. []
  58. « Société en nom collectif et en commandite DUCHER et Cie […] entre M. Édouard-Charles DUCHER, libraire, demeurant à Paris, rue Saint-Lazare, numéro 107 d’une part ; M. Pierre-Marie ANDRÉ, employé, demeurant à Paris, rue des Feuillantines, numéro 80, d’autre part; tous deux gérants de ladite Société, et un commanditaire dénommé en l’acte », Le Droit, 09/07/1871 ; Voir aussi  : RGA XVIII, 1871, p. 99. []
  59. P. André, RGA, XXIX, 1872, coll. 21-22 : Mairie du IVe arrondissement de Paris. []
  60. Voir : RGA XLII, 1885, col. 97. []
  61. MM. Pierre Marie ANDRÉ et Victor DALY, libraires-éditeurs, demeurant à Paris, rue des Écoles, 51, associés en nom collectif sous la raison et la signature sociales : André, Daly fils et Compagnie pour l’exploitation d’un fonds de commerce de libraire éditeur, dont le siége est à Paris, rue des Ecoles, n° 51, ont vendu à Mme Louise-Henriette DALLIER, propriétaire, demeurant à Dourdan, veuve en premières noces non remariée de M. Félix Jules LAJOTTE, La Loi, 13/05/1893. []
  62. Voir :  article « Editions Massin », Wikipédia ;  Gélis-Didot Pierre, La Peinture décorative en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris,Librairie générale de l’architecture et des arts décoratifs, ancienne maison André Daly fils et Cie, Ch. Schmid, 51, rue des Écoles, s.d. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Marie PAUL dit Paul-Marie

PAUL (1830-1882) Marie, dit PAUL-MARIE

 

Parisien de naissance, issu d’une famille ouvrière, il suit les cours de l’Association philotechnique, adhère à la BAI-III et participe activement à la fondation de la BAI-XVIII en 1862.

 

NB : Toute information complémentaire sera la bienvenue …

Nom : PAUL

Prénom : Jean Baptiste Marie

N° d’ordre dans le registre dit des inscriptions de la BAI-III : numéro 18 ; après François BAZIN [voir fiche BAZIN] lecteur n° 17, et avec des élèves de l’Association philotechnique (APH)

Rôle dans la BAI : aide le bibliothécaire PLOMB1 [voir fiche PLOMB]

État civil et famille :

Jean Baptiste Marie PAUL dit PAUL MARIE naît à Paris le 21 janvier 1830 (5e arr. ancien), de Simon Théodore PAUL, plombier en 1861, et Louise Charlotte Lucile ROUSSEAU2. Ses parents s’étaient mariés à Paris, ancien 3e arrdt, le 15 juin 18223. Il a un frère, Henri Marie, né le 26 mai 1831 dans le 5e arrdt ancien, qui sera témoin à son mariage4.

Lors de son mariage, le 21 septembre 1861, Paul Marie a 30 ans. Il est dessinateur sur étoffes, et demeure 29 rue des Poissonniers (18e arrdt). Ses parents, demeurent à Paris, 24 rue de l’Orillon (11e arrdt). François BAZIN, son professeur d’histoire et géographie à l’APH, est l’un des témoins et se présente comme employé5.

Paul Marie épouse Anne Clémentine MÉAUX, qui est blanchisseuse. Née à Bouxières (Meurthe-et-Moselle) le 17 novembre 1841, elle est mineure6. Elle demeure à Paris, 15 rue des Martyrs, et de droit chez ses parents Joseph MEAUX et Jeanne CHENOT, propriétaires à Bouxières. Son adresse à Paris est aussi celle de son oncle par alliance, mosellan lui aussi, Louis BOUDOT, témoin à leur mariage. Il est l’époux de Anne-Marie CHENOT, sœur aînée de Jeanne CHENOT. Anne Clémentine est donc à Paris sous la protection de ses oncles et tantes, et certainement hébergée par le couple BOUDOT. Lors du recensement de 1872, Anne-Marie et Louis BOUDOT se disent photographes7.

Une fille, Lucie Céline, naît le 25 janvier 1877 au 32 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois. Elle épouse, le 7 décembre 1895, Louis Jules BARBIER, employé aux chemins de fer, né à Pontoise le 1er juillet 1873. Elle est alors blanchisseuse comme sa mère. Elle décèdera à Paris, 14e arrdt, le 5 juin 19598.

PAUL MARIE décède à l’âge de 52 ans, le 22 juin 1882, 17 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Son épouse a 42 ans et sa fille a 6 ans9.

Anne Clémentine se remarie à Rosny-Sous-Bois le 27 octobre 1888 avec Léon Elisée LEMARCHAND (1863-1890), qui est garde moulin10. Elle décède le 21 janvier 1916, 18 rue Racine à Montrouge (futurs Hauts-de-Seine)11.

Profession(s) :

Dessinateur pour châles (lors de son inscription à l’APH).

Dessinateur sur étoffes (en 1861, lors de son mariage).

Adresses connues :

Il habite 29 rue des Poissonniers lors de son mariage

46 rue des Bois, près de la porte Saint-Gervais, Belleville (20e arrdt) en 186412 ;

17 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois lors de son décès.

 

Liens avec l’Association Philotechnique et/ou polytechnique13

Il suit les cours de l’Association philotechnique durant au moins 4 ans, et reçoit des prix :

-Pour l’année 1856 /57, 1ère mention de chimie 2ème année (professeur Ernest BAUDRIMONT, pharmacien en chef de l’hôpital Sainte-Eugénie, 22 rue Saint-Victor, lecteur n°139).

-Pour l’année1858-59 : Physique, 1e année, 1e mention ; hygiène et médecine usuelle, 1e année, hors concours, 2e année 1er prix. Médaille de bronze et un livret de la Caisse d’épargne (professeur Félix HÉMENT, enseignant à l’école Turgot et au collège Chaptal, 67 rue Taitbout, lecteur n° 221). Une médaille de bronze lui est octroyée pour un premier prix et une mention14.

-Pour l’année 1859-60 : langue française, 1e année (professeur Émile MARGUERIN [voir fiche MARGUERIN], lecteur n° 10, remplacé par GALLIEN ), 2e mention ; chimie 1e année, 1er prix. Médaille de bronze et un livret de la Caisse d’épargne.

-Pour l’année 1860-61 : Physique, 2e année, 1er prix ; géographie, 1er prix. Médaille de bronze15.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III

Réseau de l’Association philotechnique : comme compagnons de cours, il connaît Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche et billets  GIRARD], lecteur n° 1, Charles Honoré PLOMB [voir fiche et billets PLOMB], lecteur n° 23 (année 1856-1857) ;

Jean CHARDAR [voir fiche CHARDAR], lecteur n° 4 ; Zéphirin CLOUET [voir fiche CLOUET] lecteur n° 5 ; Alphonse PASCAL [voir fiche PASCAL] lecteur n° 7 ; Henri MICHEL [voir fiche MICHEL], lecteur n° 16 ; Charles-Honoré PLOMB [voir fiche PLOMB], lecteur n°23 ; Louis CLAUDIN, lecteur n° 74 ; Charles MURET, lecteur n° 181 (années 1858-1859) ;

Jean CHARDAR [voir fiche CHARDAR], lecteur n° 4 ; Henry BRIELE, lecteur n° 81 (année 1859-1860) ;

Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY], lecteur n° 13 ; Henri MICHEL [voir fiche MICHEL] suit les cours de Ernest BAUDRIMONT, lecteur n° 139 ; Félix HÉMENT, lecteur n° 221 ; HÉBERT, donateur de livres ; François BAZIN [voir fiche BAZIN], lecteur n°17 et témoin à son mariage.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

  • en 1862, il est un des deux vice-présidents de la BAI-XVIII, dont il est membre-fondateur
  •  avec Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche et billets GIRARD], lecteur n°1 , Mathieu Auguste LAMOUROUX [voir fiche LAMOUROUX] lecteur n° 27, attaché à l’administration des finances, président directeur de la BAI-XVIII ; Adolphe-Albert DUBOIS, lecteur n° 457, employé aux chemins de fer de l’Est , LEVY- LIPPMANN, dessinateur aux chemins de fer du Nord, lecteur n° 311 ; Joseph MAILLARD, déclarant lors du décès de PAUL-MARIE, est dessinateur lui aussi, et sera un des bibliothécaires de la BAI-XVIII (lien de parenté avec Édouard, lecteur n° 502 de la BAI-III ?)16.

Éléments biographiques complémentaires :

Jean Baptiste Marie PAUL prend au cours de sa vie le pseudonyme de Paul Marie. Cela entraine des difficultés d’identification, comme on le voit dès 1859 sur la médaille qui lui est décernée par la société philotechnique, puis dans la Bibliographie de la France ou l’ Inventaire du Fonds français du département des estampes de la Bibliothèque nationale, où il est mentionné sous le nom de Marie, prénom Paul. On conserve de lui une série de 40 lithographies décoratives de belle qualité, ainsi que des illustrations de livres pour enfants.

Productions de la personne :

[Voir la notice d’autorité du catalogue de la BnF :  Marie, Paul. Illustrateur.]

Les décorations Égyptiennes, Paris, Nadaud & Cie éditeur, 1880. Dessins de Paul Marie, lithographies de E. Debénais. BnF, Département des Estampes et de la photographie, cote SNR-3 (MARIE, Paul). Cliché G. Deblock.

Les décorations Égyptiennes, 40 planches sur papier de Chine, Paris, Nadaud & Cie éditeur, 1881. Dessins de Paul Marie ; lithographies de E. Debénais. « Cet ouvrage s’adresse spécialement à MM. les fabricants et dessinateurs de bijouterie, de céramique, de papiers de tenture, d’étoffes d’ameublement et autres, de dentelles, etc. ». 75 fr.17.

Victorine VALLAT, Lia l’intrépide, ill. P. Marie. Paris, Émile Gaillard, vers 1900. BnF, Département Littérature et art. Cote : 2000-17664. Cliché G. Deblock.

Victorine VALLAT, Lia l’intrépide, ill. P. Marie. Paris, imprimé et relié dans les ateliers Émile Gaillard, 37 rue Gandon sd18.

 

Abréviations :

APH : Association philotechnique.

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement)

COLL84 : Actes du colloque de 1984

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur principal de la fiche : Geneviève Deblock

Fiche publiée le 2 octobre 2021.

Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici).

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Marie PAUL dit Paul-Marie," in Bibliothèques populaires, 02/10/2021, https://bai.hypotheses.org/5087.

  1. CR BAI-III : Rapport Grandeau. []
  2. ADVP, 1830 ; Union des cercles généalogiques lorrains, 1861 []
  3. ADVP, 1822. []
  4. ADVP, 1831. []
  5. ADVP, 1861. Témoins : son frère Henri PAUL, 30 ans, tapissier, 21 rue Rochechouart, François BAZIN, 31 ans, employé, 36 Bd du Temple, Louis HOUDOT, sic pour BOUDOT, 39 ans, photographe, 15 rue des Martyrs, même adresse que la mariée, Joseph CHENOT, 53 ans, mécanicien, 132 avenue de Clichy, oncle de l’épouse. []
  6. Elle a trois sœurs et un frère, Anne Marie, 1843-1844, Joseph né en 1845, Marguerite,1848-1848, et Apolline née en 1850. AD54. Voir la généalogie de la famille ici. []
  7. AD54, naissance le 20 août 1823 de Anne-Marie Chenot, fille de Anne Louise Gillet et Charles François Chenot ; AD54 mariage de sa sœur Jeanne Chenot avec Joseph Meaux le 9 février 1841 à Louvigny ; AD95, recensement de 1872 à Herblay ; AD95, acte de décès de Anne-Marie Chenot le 27 janvier 1879 à Herblay. []
  8. AD93, 1877, acte de naissance de Lucie Céline. Déclarants : son père Jean Baptiste Marie PAUL, Sulpice François LEROY, grainetier, 54 ans, 32 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois, et Émile Rose AUXERRE, charron, 32 ans, 17 rue de Paris ; AD93, 1895, acte de mariage de Lucie Céline. Témoins : Florent Germain BERTRAND, 43 ans, employé aux chemins de fer, et Joseph COTTIN, 53 ans, employé à la Compagnie des chemins de fer du Nord, tous deux amis de l’époux ; Louis GARCIN, 55 ans, imprimeur, cousin germain de l’épouse du côté maternel, Paul MOUTON, 56 ans, dessinateur, ami de l’épouse. []
  9. AD93, 1882. Déclarants : Joseph Isidore MAILLARD, 55 ans, dessinateur, 15 rue des Jeuneurs à Paris, et Émile Rose AUXERRE, 38 ans, maître charron, 17 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois, amis du défunt. []
  10. AD93,1888, remariage de Anne Clémentine MÉAUX []
  11. AD92, 1816. Déclarants : Louis BARBIER gendre de la défunte, 43 ans, employé de bureau, demeurant 18 rue Racine ; François HUDENT, 56 ans, journalier, demeurant 42 Grand-Rue. []
  12. CRBAI-XVIII, 1864, p. 14-16. []
  13. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  14. voir ill. in “Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793 []
  15. Société philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers…, années 1856-57, 1858-59, 1859-60, 1860-61. Voir “Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793 []
  16. CRBAI-XVIII, 1864, p. 14-16 ; Colloque 84. []
  17. Inventaire du Fonds français de la Bibliothèque nationale, département des estampes, tome XV, MARIE, Paul [erreur, pour PAUL, Marie], dessinateur et décorateur. []
  18. Illustrateur de livres pour enfants. []

La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (II- Les livres existent toujours !)

Lors des journées du Patrimoine, il sera possible, le samedi 18 septembre 2021, d’admirer à Jouy-sur-Morin les ouvrages de la bibliothèque populaire des anciennes papeteries du Marais (fondée en 1863) et de découvrir les alentours de certains des sites de ces papeteries, grâce aux Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais. Voir le programme de cette journée ici.

Derrière cette exposition se cache un nouvel épisode de l’épopée de la redécouverte des bibliothèques populaires … Jugez-en plutôt !

Lettres à Sophie, sur la physique, la chimie (…). Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Au XXe siècle, nombre de bibliothèques populaires patiemment créées au siècle précédent ont fermé, le plus souvent dans l’indifférence générale. Leurs fonds ont alors disparu. Il arrive pourtant que les ouvrages de telle ou telle bibliothèque cantonale et/ou populaire ressurgissent, après avoir été conservés par des particuliers qui les avaient sauvés de la destruction, ou bien oubliés dans les greniers de mairies ou de bibliothèques. Depuis quelques années, une poignée d’associations ou des bibliothèques institutionnelles (signalées régulièrement par ce carnet, voir par exemple ici) les remettent à l’honneur. Si les fonds ainsi retrouvés n’offrent généralement pas une grande valeur bibliophilique,  ils contribuent  en revanche à une meilleure connaissance de structures de lecture pionnière et permettent de mieux appréhender tout un pan des histoires locales, voire de la micro-histoire.

La dernière bibliothèque qui vient de resurgir me tient particulièrement à cœur pour mille et une raisons. Il s’agit de la bibliothèque populaire fondée en 1863 dans la vallée du Grand Morin par le directeur des papeteries du Marais et de Sainte-Marie, Auguste Doumerc. Cette bibliothèque appartient aux toutes premières bibliothèques populaires pionnières, et sa création a été suffisamment originale pour être signalée dans la presse1. Elle accompagnait en effet un fort mouvement d’industrialisation de ce coin de la “Brie des moulins”. Conscient du fait que la population rurale employée dans les diverses fabriques n’avait pas (ou peu) eu accès à l’instruction, Doumerc souhaitait  lui donner accès à la lecture et s’y employa en constituant une bibliothèque populaire qu’il alimenta principalement sur ses propres deniers. Il fit également imprimer deux documents, une circulaire annonçant la création de la bibliothèque et ses objectifs, assortie d’un premier  catalogue, puis un second catalogue.

Auguste Doumerc. Circulaire accompagnée du premier catalogue annonçant la création de la bibliothèque populaire du Marais. 1863. Gallica (BnF).

Catalogue de la bibliothèque populaire du Marais. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. 1866. Recueil 8 Q 38 […]. Cliché A. Sandras.

Ces deux traces imprimées, riches de renseignements, m’ont permis de tirer les premiers fils et de proposer un billet (à lire ici) sur ce carnet fin 20192 : j’avais pu évoquer à grands traits la biographie du fondateur (descendant d’une famille très connue aux XVIIIe et XIXe siècles), la fondation de la bibliothèque grâce au solide réseau parisien et seine-et-marnais de Doumerc, et le lectorat potentiel de la bibliothèque. En précisant dans son titre qu’il s’agissait du premier billet, j’espérais qu’il y aurait une suite et que mes démarches pour identifier le devenir de cette bibliothèque ne resteraient pas vaines. Il apparaissait en effet que les papeteries avaient fonctionné jusqu’à une date récente, et on pouvait espérer que livres et archives avaient été conservés. Au moment où je me penchais sur le devenir de cette bibliothèque, le Musée de la Seine-et-Marne organisait d’ailleurs une exposition sur les papeteries du Marais dans la vallée du Grand-Morin autour d’un ensemble de photographies de Louis-Emile Durandelle, prises dans les années 18803.

Vue de la maison des propriétaires de l’usine du Marais, à Jouy-sur-Morin. – Cliché Louis-Emile Durandelle. Vers 1880. Avec l’autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

La suite est allée au-delà de mes espérances, et ce nouveau billet ne constitue qu’un deuxième volet très provisoire, annonçant plusieurs chantiers fructueux. Après avoir lu mon billet, Louise Oudin, qui s’emploie depuis quelques années avec bonheur à reconstituer la trajectoire de membres fondateurs des bibliothèques populaires, parvenait en effet à identifier un descendant d’Auguste Doumerc,  Hugues Doumerc, lequel retrouvait bientôt dans la correspondance familiale de passionnants courriers évoquant le contexte de la genèse de la bibliothèque populaire du Marais.

=> Vous pouvez découvrir les archives suivantes en cliquant sur les liens :

Poème à Madame Doumerc lors de la bénédiction de la chapelle du Marais

Lettre d’Auguste Doumerc à son père, Papeteries du Marais, 1859

Merci à M. Hugues Doumerc pour l’aimable autorisation de reproduction de ces documents

Quelques semaines plus tard, Patrick Quignot, président de l’Association « Les Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais » me contactait, après avoir lu mon premier billet. L’association susnommée venait d’être créée en janvier 20204 avec pour objectif “la promotion et préservation mémorielle du patrimoine industriel papetier de la vallée du Grand Morin (Seine-et-Marne) et en particulier celui issu des papeteries du Marais et Sainte-Marie, création d’un site permanent d’expositions et d’ateliers pédagogiques pour y reproduire les différentes étapes de fabrication et de transformation du papier, organisation d’expositions, conférences, animations autour du papier et des papeteries, contribution au développement local du tourisme5”. L’ Association a recueilli lors de la liquidation d’Arjowiggins nombre d’objets utiles à l’histoire de la papeterie et de l’édition, les papeteries du Marais s’étant entre autres fait connaître pour la qualité de leurs filigranes, leur participation à des éditions du XIXe siècle, etc. Elle a ainsi contribué aux travaux du Musée départemental de la Seine-et-Marne sur les papeteries6 et conçu sa propre exposition sur cette thématique7. Elle cherche aujourd’hui un lieu pour ses collections8, et réfléchit à un partenariat avec le Musée de l’Imprimerie de Rebais.

Lors de la liquidation, l’association a également pu récupérer une grande partie de la bibliothèque populaire, raison pour laquelle Patrick Quignot me contactait. L’après-midi du 20 juin 2021, Louise Oudin, Hugues Doumerc et moi-même avons été accueillis avec générosité et efficacité par des Compagnon(ne)s papetier(e)s à Jouy-sur-Morin. En leur compagnie, nous avons découvert avec émotion les portraits d’Edmond et Auguste Doumerc et ouvrages de la bibliothèque populaire qui avaient traversé le XXe siècle à l’abri dans les papeteries.

Jean-Edmond Doumerc. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Auguste Doumerc. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Puis nous avons longuement échangé autour de nos connaissances respectives et de nos projets, avant de visiter les extérieurs des anciennes papeteries de Jouy-sur-Morin9.

Visite des alentours des papeteries, juin 2021. Cliché A. Sandras.

Cette rencontre stimulante débouchera sur des réalisations communes, car les sources et témoignages identifiés par les uns et les autres permettront, je n’en doute pas, de mieux cerner le fonctionnement et le succès (ou l’insuccès ?) de la bibliothèque populaire du Marais. Cette bibliothèque prenait place dans un ensemble, mûrement réfléchi par Auguste Doumerc, qui mérite aussi d’être mieux identifié (école, chapelle, etc.). Enfin, la création d’une coopérative d’approvisionnement, dans les mêmes années, demande à être explorée.

Vue de la chapelle du Marais, à Jouy-sur-Morin. – Cliché Louis-Emile Durandelle. Vers 1880. Avec l’autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

Un des premiers chantiers déjà en cours consiste à identifier quels ouvrages de la bibliothèque initiale sont conservés10. Un autre est bien entendu l’identification des diverses archives qui pourront d’en permettre d’en savoir plus sur le fonctionnement de la bibliothèque. Une fois encore, je lance un appel à tous ceux qui détiendraient des éléments nouveaux …!

Littérature de l’adolescence (….) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Recueil des Lettres de Madame la Marquise de Sévigné (…) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Histoire de S. Vincent de Paul (…) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Revue des deux Mondes. Fascicules reliés appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

  1. Voir Agnès Sandras, “La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I),” in Bibliothèques populaires, 14/12/2019, https://bai.hypotheses.org/3583 []
  2. “La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I),” in Bibliothèques populaires, 14/12/2019, https://bai.hypotheses.org/3583 []
  3. Je remercie les responsables de ce musée et les personnes chargées de l’exposition qui ont répondu très volontiers à mes questions. []
  4. En 1954, les papeteries d’ARches (Vosges), JOhannot (Ardèche), MArais (Seine-et-Marne) et RIves (Isère) fusionnent et le groupe ainsi formé est nommé ARJOMARI. En 1990, Arjomari Prioux et l’anglais Wiggins Teape Appleton fusionnent à leur tour pour donner le holding Arjowiggins. En 2019, les sites des papeteries de Crèvecoeur, Le Bourray, Greenfield et Bessé-sur-Braye connaissent une liquidation judiciaire. Voir l’article Arjowiggins sur Wikipedia. []
  5. JO du 18/01/2020. []
  6. Voir : https://www.musee-seine-et-marne.fr/fr/les-papeteries-du-marais []
  7. Voir https://actu.fr/ile-de-france/jouy-sur-morin_77240/seine-marne-anciens-salaries-la-papeterie-arjowiggins-creent-une-association-preparent-une-exposition_31083299.html et http://www.petitrandonneur.fr/exposition-papeterie-arjo-wiggins-77-a201770898 []
  8. Voir https://actu.fr/ile-de-france/la-ferte-gaucher_77182/seine-et-marne-les-anciens-salaries-d-arjowiggins-sont-toujours-en-quete-d-un-lieu-d-exposition-permanent_36334299.html []
  9. Les papeteries s’étendaient sur différents sites le long du Grand Morin. Le sort de certains de ces lieux est encore à l’étude. En 2007, la prestigieuse Galleria Continua a racheté et rénové les sites de Sainte-Marie et du Moulin à Boissy-le-Châtel : on peut y voir dans un écrin formidable, les œuvres de Anish Kapoor, Daniel Buren, Chen Zen, Kader Attia…Voir par exemple : Isabelle Vatan, « A Boissy-le-Châtel, des entrepôts où l’art s’expose en version XXL », Télérama, 23 mai 2019 ; « Seine-et-Marne. Patrimoine : la Galleria Continua à Boissy-le-Châtel », La République de Seine-et-Marne, 30 nov. 2019. []
  10. Ce sera l’objet d’un prochain billet grâce au travail des Compagnon(ne)s. []

Frédéric Erbs, un photographe du Second Empire au chevet de l’instruction pour tous

Avant-propos (par Agnès Sandras)

Frédéric ERBS (1822-1891), pilier de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement (BAI-III), « mérite » qu’on lui consacre un billet. S’il ne semble pas avoir appartenu au noyau initial d’ouvriers qui suivaient les cours de l’Association philotechnique1, il fait en revanche partie des éléments constamment présents dans la gestion de la bibliothèque.

Sa trajectoire personnelle reflète les profondes mutations professionnelles du XIXe et l’importance des attaches familiales et des cercles amicaux. Les différents éléments repérés donnent en effet à penser que Frédéric ERBS [voir fiche ERBS également] a consacré sa vie à l’instruction, curieux de tout et en particulier des nouveautés scientifiques et techniques de son époque. Soucieux de transmettre le bagage acquis, il se passionne pour les lectures à (dé) conseiller au peuple, au point de pourfendre publiquement L’Assommoir de Zola et de prendre la plume pour l’unique fois de sa vie. Lui et ses amis, le bibliothécaire Plomb, l’opticien Radiguet, sont en effet persuadés qu’il n’y pas de fatalité, que les ouvriers ne sombrent pas nécessairement dans l’alcoolisme et la misère, et que toutes les associations mutuellistes (bibliothèques populaires, cours pour les adultes…) doivent être encouragées. Le testament d’une vie qui semble quasi monacale montre des préoccupations en ce sens : ses seuls « luxes » (des livres, un microscope…) sont légués à qui saura en faire bon usage ; l’argent restant patiemment amassé est destiné à aider une cousine infirme et à son beau-frère et ses neveux.

Retracer son parcours nous permet à nouveau de confirmer que le réseau des premiers lecteurs, et surtout des premiers fondateurs, est d’une richesse incroyable et d’une particulière solidité que les divergences politiques que l’on pressent sous la Commune ne semblent pas avoir outre mesure affecté … Il nous a donc semblé important, en plus de la fiche (dont on retrouvera dans le texte qui suit certains éléments), de consacrer un billet à ce personnage original.

 

Artisan puis photographe

Frédéric ERBS est né le 15 janvier 18222, 11 rue de la vieille Boucherie à Paris – actuelle rue de la Harpe 53. Il décède à 70 ans le 13 septembre 1891. Célibataire et sans enfant, il est alors hébergé par un fils de sa sœur, Adolphe MAUROY, 31 rue Barbès à Adamville, quartier de Saint-Maur-des-Fossés4. Adolphe a dépensé 10 francs pour le médecin, 20 francs pour la garde-malade, 408 francs pour les pompes funèbres et le service religieux5.

Le père de Frédéric, Henry Guillaume, est né le 13 avril 1784 à « Geldren Provinces Unies » comme il est écrit sur la tombe (actuelle Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Sa venue en France avec son frère Pierre Joseph est-elle liée à la défaite de Napoléon I er à Leipzig ? Pierre Joseph est né le 4 juillet 1788 à Aldekerk à 15 kilomètres au sud de Geldren. Les deux villes se trouvent dans ce qui deviendra en 1798 le département français de la Roër, avec pour préfecture Aix-la-Chapelle6. Les deux frères arrivent à Paris avant mai 1815 et sont probablement déjà français puisque l’on ne trouve pas de naturalisations à leurs noms.

Le père de Frédéric, Henry Guillaume meurt le 30 octobre 1871 à 87 ans à son domicile, 158 rue Saint-Martin 3e7. Signent la déclaration de décès son gendre, Auguste MAUROY, 43 ans, « peintre », demeurant 13 rue Vivienne (2 e arrdt) et Adolphe MAUROY, son petit-fils, 25 ans, employé de commerce, habitant avec son père. Selon la volonté de Frédéric ERBS, la profession de « tailleur d’habits » est gravée sous le nom de son père sur la tombe au cimetière du Père-Lachaise8.

Frédéric a pour soeur Rosalie Pauline Caroline, née à Paris le 24 juin 1831, 49 rue de Cléry, actuel 2e9 et mariée le 7/2/1852 à Saint-Merry, actuel 4 e, à Jean Auguste MAUROY. Le futur mari habite 41 rue Saint Martin, elle vit 37 rue Saint-Martin. Les témoins sont Frédéric ERBS, frère de l’épouse et J.B. MAUROY, frère de l’époux10. Elle décède à 44 ans le 29/5/1873 à Saint-Maur-des-Fossés11. Le mari de Caroline est peintre de fleurs lors de la naissance de leur deuxième fils le 17 mai 187012. Ils ont deux enfants, Auguste Adolphe, inspecteur vérificateur de la Cie d’assurance l’Urbaine et la Seine, et Paul Henri Marie, tourneur, qui épousent deux sœurs HEURTAUX.

La mère de Frédéric est Marguerite Eugénie BARBIER, sans profession repérée. Elle est déjà décédée en 1852 quand sa fille se marie. Les grands-parents prussiens sont Jean Frédéric et Marie-Hélène ANSBACHS. Les grands-parents parisiens sont Toussaint, limonadier, et Marguerite, Catherine BESNIER. Ses parents se sont mariés à la mairie de l’anc. 5 e arrdt et à Saint-Eustache le 6/11/1820. Henry Guillaume ERBS habite alors 36 rue de la Grande Truanderie (actuel 1 er), il a 36 ans et il est veuf d’Honorine DELAUNAY qu’il avait épousée en 1818 ; la promise habite 38 de la même rue. Quatre témoins sont présents au mariage des parents dont Pierre Joseph ERBS, frère de l’époux13.

Le cousin germain de Frédéric, du côté maternel, est Eugène, Charles, François WEISS (père Charles André, mère Geneviève Pauline BARBIER sœur de Marguerite Eugénie), avocat demeurant à Montreuil-sous-Bois, 17 rue Buffon14. WEISS sera un des légataires de Frédéric et son exécuteur testamentaire. Il est né à Montreuil le 22/10/1835 d’un père jardinier-fleuriste15. Élève du collège d’Argentan, Weiss obtient son baccalauréat à Caen le 10 août 1854 avec mention bien16.

La cousine germaine de Frédéric, du côté paternel, est Anna Madeleine ERBS17. Anna épouse Dominique SOURIT un ébéniste qui habite 5 rue saint Nicolas ; Anna est couturière et habite 177 rue du Faubourg Saint-Antoine18. Le mariage a lieu à l’église Sainte-Marguerite dans le 11 e arrdt. Devenue veuve, demeurant à Saint-Ouen, Anna est bénéficiaire d’une somme de 2000 francs lors du décès de Frédéric pour « se placer car elle est infirme ». 

Frédéric ERBS acquiert le 23 mai 1877 au cimetière de l’est (actuel Père-Lachaise) une concession à perpétuité, n°448 dans la 46e division. La tombe est surmontée d’un monument grec avec moulure, urne, grille, ornements et d’une croix. Une fois enterrés son père (mort en 1871), sa sœur Pauline Caroline (décédée en 1873), son beau-frère Auguste et lui-même, Frédéric prévoit que la tombe devra être scellée pour l’éternité19.

Tombe de Frédéric Erbs. Cliché L.O.

On ne sait rien de lui jusqu’à ses 39 ans, quand il s’inscrit en 1861 à la BAI-III : il est alors fabricant de plateaux. Il est photographe trois ans plus tard, jusqu’à ses 55 ans en 187720 ; ses contemporains peuvent le trouver dans le Bottin entre 1865 et 1871 par ordre alphabétique de patronymes ou dans la rubrique photographes21 ou encore dans l’Aide-mémoire de photographie22 dans les première et deuxième éditions de 1876 et 1877.           

Il réalise principalement des photographies en studio par la technique du collodion humide23.

Trois photographies signées par ERBS ont pu être repérées à ce jour :

– Un homme en paletot debout accoudé à une chaise24;

– un Parisien du 54e bataillon (3 e) de la Garde nationale de la Seine en 1870-1871 : voir ici ((Reproduite avec l’autorisation de son propriétaire.)).

– François Ferdinand d’ORLÉANS assis tenant une canne, propriété du château de Chantilly qu’on peut voir ici.

D’autres photographes se sont inscrits à la BAI-III : GIRARD25 Rémy Auguste (17/2/1837-16/3/1904), lecteur 441, est photographe et habite 149 chaussée (future rue) Ménilmontant, à Belleville. Lorsque Rémy Auguste se marie avec Augustine Elisabeth WOITIN à Belleville le 22/8/1858, il est lunetier, elle brodeuse, et son beau-père né en Prusse est lunetier. Les beaux-parents meurent à l’adresse de l’atelier de photographie. Rémi Girard s’installe comme photographe en 1859 à cette adresse puis déménage 266 rue des Pyrénées juste au coin de la rue Ménilmontant26.
Clémentine MICHÉ née CHRISTOPHE, lectrice 262, est également photographe.

Les rapports entre l’univers de l’éducation populaire et les premiers photographes sont nombreux. En 1862, deux élèves appartenant au groupe des élèves de l’Association polytechnique partis à l’exposition universelle de Londres rendent un rapport sur la typographie et la photographie27. Il s’agit de Nicolas Stanislas DABROWSKI, lecteur n° 167 de la BAI-III, et d’Auguste VALENS. Signalons également que la photographie de Jean Baptiste GIRARD28 a été prise par Georges NUMA et fait partie de l’ album d’un collectionneur privé dont la valeur s’élève à 600 francs d’après Marc DURAND29. La présence de Jean-Baptiste Girard parmi les personnalités de cet album ne peut qu’interroger : peut-être faut-il chercher du côté de la société Franklin, car les photographies de Charles ROBERT et Louis Rémy Ernest LEVIEZ, membres de la première heure de cette société (qui, rappelons-le, conseille les bibliothèques populaires) figurent non loin.

Une formation scientifique

ERBS a peut-être suivi les cours de l’APH sans être récompensé30. Son attachement à PERDONNET peut aussi donner à penser qu’il a suivi les cours de l’Association polytechnique : Frédéric ERBS signe en effet une lettre publiée dans Le Temps le 6/10/1867 à la mort d’Auguste PERDONNET [voir fiche PERDONNET] avec Hippolyte LANDRIN [voir fiche LANDRIN] qui a tenu les cordons du poêle et prononcé un discours, Jean-Louis RIMET [voir fiche RIMET] et Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY] en tant qu’anciens élèves de l’AP et/ou Amis de l’Instruction31.

Il est en revanche certain qu’il a suivi d’autres cours pour adultes. Il est le premier en assiduité au cours de botanique d’Édouard BUREAU au Museum dont le sujet est cette année-là : « étude des familles apétales de l’embranchement des dicotylédones » ! Le répétiteur est Jules POISSON qui fait deux conférences de botanique pour la BAI-III en juillet 1870 pour préparer une « exploration scientifique populaire » dans le bois de Meudon32. Les cours ont lieu deux fois par semaine du 20 avril au 13 juillet. À l’aide de loupes et de microscopes, les élèves observent et dessinent les préparations microscopiques réalisées33.

ERBS assiste également aux cours de l’hôpital Sainte-Anne. Dans son testament, il demande que l’on donne à Camille Léon LÉTU, 24 rue des Gravilliers, « le tableau où je suis photographié avec ces MM. les professeurs et médecins de Sainte-Anne lorsque j’en suivais les cours ». Il ne précise pas pourquoi mais Camille Léon LÉTU est le fils de Louis André LÉTU, photographe décédé en 1869, et la rue des Gravilliers un épicentre des premiers lecteurs de la BAI-III (PLOMB y a vécu) et de l’AIT34

Les professeurs Valentin MAGNAN (1836-1916) et Gustave BOUCHEREAU35 assurent des cours publics le dimanche matin à partir de 1872. Ils sont membres actifs de la BAI-XIV dès 1873. Valentin MAGNAN, auteur  De l’Alcoolisme, des diverses formes du délire alcoolique et de leur traitement36, en 1874, est membre du comité consultatif et des études de la BAI-XIV dès 1873. Il est médecin responsable des admissions à l’asile des aliénés de Sainte-Anne dès l’ouverture en 1867. Gustave BOUCHEREAU est actif à la BAI-XIV d’abord comme administrateur en 1872-1873 puis comme membre du comité. Les deux médecins sont les auteurs d’une étude chiffrée sur l’alcoolisme pendant la Commune commentée par Michel Caire sur son site histoire de la psychiatrie en France37 et publiée38:

Les pourcentages ne tiennent compte que des hommes. Les résultats globaux montrent, pour la période de mars à juin 1870 : 191 alcooliques internés pour un total de 900 aliénés, soit 21,2 %, et pour la même période de 1871, 156 alcooliques sur 689, soit 22,6 %, différence statistiquement non significative .

BOUCHEREAU assure des conférences au premier siège de la BAI-XIV, 25 rue de la Tombe Issoire. Le 20 mars 1873 devant 30 personnes dont 5 femmes, il intervient sur le système nerveux notamment des animaux. « Les démonstrations auxquelles s’est livré l’orateur en expérimentant sur deux grenouilles ont intéressé fort peu l’auditoire qui paraissait ne rien comprendre à cette étude scientifique » rapporte « l’officier de paix » au préfet de police.
Le 22 avril 1880 le cabinet de la Préfecture de police est informé que BOUCHEREAU est autorisé par le ministre de l’Intérieur à la demande de DELAMARCHE [voir fiche DELAMARCHE] à faire une conférence intitulée : « De l’influence de l’éducation et du milieu social sur le développement des troubles de l’intelligence ».
Le 28 avril 1881, même démarche pour une conférence sur « Le rôle de la sensibilité générale dans le développement de nos connaissances ». Il faut dire que l’hôpital et la BAI-XIV dans ses différentes localisations ne sont éloignés que de quelques centaines de mètres.

Ce n’est donc pas par hasard qu’une bibliothèque est installée à Sainte-Anne en 1880. Les médecins et notamment BOUCHEREAU semblent très inquiets de l’effet de certaines lectures sur les patients rapporte Michel CAIRE dans sa thèse39 dont nous reprenons ici un passage.

– Accès à la bibliothèque :

“Le prêt de livres” avait été prévu dans le règlement intérieur signé par HAUSSMANN en juin 1868 et une salle de bibliothèque installée dans le Pavillon de l’Horloge.

En décembre 1879, le Directeur de l’asile dresse une liste d’ouvrages à acquérir pour constituer la bibliothèque des malades, et la soumet à l’approbation des médecins de l’asile, Magnan, Bouchereau, Dagonet et Dubuisson (1).

Le 24 décembre, le Directeur reçoit une lettre de Bouchereau :
“J’ai pris connaissance d’une liste de livres que vous m’avez transmise, avant d’en commander l’achat et de les mettre à la disposition de nos malades: parmi ces livres, quelques uns sont consacrés à la vulgarisation des découvertes scientifiques contemporaines, ils ont une valeur réelle et méritent toute approbation.

D’autres livres, romans, nouvelles, me sont inconnus, mais je crains qu’ils ne puissent renfermer quelques notions dangereuses de nature à entretenir les conceptions délirantes qui agitent l’intelligence de nos malades.

Certains livres doivent être écartés : œuvres d’Ed. Poë, parce qu’ils ont été conçus durant une période évidente d’aliénation mentale ; donc au lieu d’accepter la liste proposée, je suis d’avis qu’il vaut mieux nous adresser à l’Administration supérieure et de la prier de demander soit à Monsieur le Directeur de l’Instruction pour le département de la Seine, soit au Ministère de l’instruction publique communication des livres de prix recommandés aux différents établissements de l’instruction publique: par ce moyen, nous sommes certains d’éviter des choix que nous pourrions regretter. (…)”.

Comme l’indique éloquemment l’art. 113 du règlement, les livres, comme les journaux, faisaient partie des “objets susceptibles d’un emploi dangereux ou nuisible”, au même titre que les instruments tranchants ou piquants, dont l’introduction libre est interdite dans un asile d’aliénés.

(1) Liste des ouvrages et correspondance: Archives de la Ville de Paris (D 2X 9)

Trois médecins proposaient la suppression d’un certain nombre d’ouvrages : ceux de Poë, de Mirecourt (La bourse, ses abus, se mystères), Balzac (Splendeur et misère des courtisanesLa dernière incarnationLa maison Nucingen), E. Sue (Les Mystères de ParisLes sept péchés capitauxLe juif errant) notamment.

La proposition du Directeur est soumise au Préfet qui la refuse et indique la nécessité d’instaurer une commission spéciale sous la présidence de Vergniaud, Secrétaire Général de la préfecture.

Le Directeur de l’administration générale du service des aliénés nomme donc la commission le 31 janvier 1880, qui se réunit le 16 février.
A côté du président Vergniaud, des docteurs Beclard, professeur à la Faculté de Médecine, et Bourneville, et de Gallay, membre de la Commission de surveillance des asiles de la Seine, on trouve l’inspecteur de l’enseignement primaire, Grimon.
La liste du Directeur est expurgée, et approuvée “dans la limite du crédit de 500 f. voté par le Conseil Général”.
D’autres ouvrages sont proposés par Gallay, parmi lesquels sont exclus, entre autres: Voyage de Gulliver (Swift), La case de l’Oncle Tom (Stowe), La Mare au Diable (Sand), Théâtre (de Racine) et Robinson Crusoë (De Foë).
De ceux soumis par Bourneville, sont refusés : Don Quichotte (Cervantès) et trois œuvres de Victor Hugo : Notre Dame de ParisLes Orientales et Histoire de Napoléon le petit.

Une bibliothèque dont la conservation est assurée par des instituteurs sera donc ouverte aux malades, dont les livres choisis ne risqueront pas “d’exalter la sensibilité, fatiguer la mémoire ou l’intelligence, transporter l’âme dans un monde imaginaire et éloigner de la vie réelle et positive.

Girard40”.

Cette conception de la lecture reprend les discours conservateurs tenus sous le Second Empire à l’encontre du contenu des bibliothèques populaires. Sans doute BOUCHEREAU, instruit des difficultés rencontrées par ces bibliothèques, préfère-t-il éviter les polémiques afin de permettre quelques lectures aux malades, même très contrôlées, d’où le recours aux listes officielles des ouvrages prônés par le Ministère de l’Instruction publique. À cela s’ajoutent les controverses contemporaines sur l’effet possible des lectures sur des populations considérées comme fragiles et/ou peu capables d’identifier la portée des textes lus. BOUCHEREAU considère que les textes de Poe sont néfastes pour les aliénés, ERBS quant à lui suppose que la lecture de L’Assommoir est à déconseiller aux alcooliques…



Une publication très originale

Frédéric ERBS a écrit un unique livre ! Publié en 1879, et vendu 1 franc 50.

Il s’agit d’une des premières critiques publiées de L’Assommoir : M. E. ZOLA et son Assommoir, Étude critique, Paris, Librairie Gauloise, 31 rue Bonaparte, 1879. Le livre de 91 pages, comportant une préface de l’auteur est toujours présent aujourd’hui en deux exemplaires dédicacés rue de Turenne41

Erbs, “M.E. Zola et son Assommoir”. Exemplaire avec envoi à la BAI-III. Cliché L.O.
Erbs, “M.E. Zola et son Assommoir”. Cliché L.O.

ERBS précise dans la préface avoir voulu offrir au lecteur un résumé permettant de se faire une opinion sur « le caractère de vérité ou la valeur morale » et sur « le genre littéraire dont Monsieur ZOLA est le premier champion ». Frédéric ERBS qualifie l’œuvre zolienne « d’intempestive et d’inutile ». Il se range du côté des détracteurs qui pensent que « L’Assommoir est une œuvre complète de démoralisation » et « ce tableau trop hideux du mal offert à ceux que l’on doit chercher à guérir n’est pas le moyen de les ramener à la santé ». Il indique que le comportement du « massacreur Bijard », père de Lalie, est le sommet de l’invraisemblance : selon lui, jamais un père même ivre ne violentera sa fille.

Émile Justin MENIER, le chocolatier de Noisiel, qui publie en feuilleton L’Assommoir à partir d’avril 1876 dans le journal Le Bien public dont il est propriétaire, figure pourtant sur la liste des donateurs de la BAI-XIV quelques années plus tôt42

1879 est l’année du grand hourvari zolien et les bibliothèques populaires y participent en se mobilisant contre L’Assommoir. En novembre 1879, une conférence donnée en soutien à la BAI-XI a un grand retentissement dans les journaux : Charles Floquet dénonce l’image des ouvriers parisiens que délivre selon lui L’Assommoir 43. La BAI-III, alors présidée par Henri HARANT, n’est pas à la traîne et lors de l’assemblée générale de 1879, dans le grand amphithéâtre de l’École centrale, le jeune Édouard ACCARD44 fait à son tour une conférence sur ou plutôt contre le naturalisme. Jean-Baptiste GIRARD préside la réunion ; Georges, Étienne MAUGERY, le secrétaire, évoque la situation morale et l’on retrouve Frédéric ERBS, le trésorier, qui présente la situation financière45.

Un républicain engagé ?

 En 1857, ERBS souscrit pour 50 centimes pour le monument à la mémoire de Danièle MANIN, l’ancien président de la République de Venise mort en exil à Paris46. On remarque que de nombreux souscripteurs sont anonymes ou se signalent uniquement par leurs prénoms. Il ne fait pas bon s’affirmer républicain…

Il est membre de la commission d’initiative de la « la société coopérative d’enseignement indépendant », qui s’organise en juillet 186847. On y retrouve Charles-Honoré PLOMB, Jean Louis RIMET, les Équitables de Paris, société coopérative de consommation née en 1864 du XIII dont DELAMARCHE est un des fondateurs. On y trouve aussi Henri LENEVEUX, futur de la BAI-XIV, Jean-Pierre HELIGON qui favorisera la création de la BAI-XIV en juillet 1871 alors qu’il est encore maire de l’arrondissement. Au comité d’enseignement : Charles CAUZART, lecteur 336 de la BAI-III, puis membre du comité consultatif et des études de la BAI-XIV, Albert LEROY qui fera une conférence organisée par la BAI-III en 1870 et qui participera à la fondation de la BAI-VI. Ernest HENDLÉ qui fait aussi des conférences organisées par la BAI-III en 1870. Et Alexandre MASSOL, proche un temps de Charles FAUVETY un des fondateurs de la BAI d’Asnières. Après cinq séances publiques auxquels participent aussi Jean Baptiste GIRARD, Edouard Ernest FRIBOURG, la société limite l’accès à la sixième séance pour aboutir à la constitution de la société par le vote définitif des statuts lors de la réunion salle PILODO, 16 rue de la Douane (actuelle rue Léon Jouhaux), 10e. Il s’agit d’un salon du Tivoli Vaux-Hall portant le nom d’un chef d’orchestre.

Les discussions sont animées notamment pour fixer le droit d’entrée à 3 francs et la cotisation annuelle à 6 francs et pour fixer l’âge limite pour le droit de voter en assemblée générale que les jeunes coopérateurs veulent baisser à 17 ans au lieu de 21 . La société d’abord dite libre prend le qualificatif d’indépendante c’est à dire sans lien avec l’État et les Églises. Il semble que malgré 400 adhérents la société est mise en difficulté en janvier 1869. Ses statuts ne correspondent pas en effet à la loi sur les coopératives du 24 juillet 186748.

ERBS a également mis cet engagement au service des BAI : il aide le bibliothécaire PLOMB49, est encouragé pour son zèle50, et devient administrateur51, comptable52, trésorier en 187353 et encore en 187954. Il est donateur de livres dès 1862.

Sont parvenus jusqu’à nous deux comptes rendus financiers55 écrits par ERBS, le premier lors de l’AG du 28 mai 1876 (exercices du 30 septembre 1874 au 24 mai 1876) et le deuxième lors de l’AG du 17 mars 1878 (exercices du 30 septembre 1875 au 31 décembre 1877). ERBS explique ainsi le léger déficit d’exercice :

Dès que nous avons quelques sommes disponibles, par leur transformation en volumes au gré et à la convenance des sociétaires. […] La situation de la bibliothèque est bonne, et il est difficile qu’elle s’amoindrisse, car comment le pourrait-elle ? Puisque tous ceux qui veulent acquérir une instruction libérale par des lectures aussi variées qu’étendues (et ils sont nombreux) savent que ce n’est que par la bibliothèque libre, à l’initiative privée et individuelle, que seul, on peut être certain de l’obtenir.

 

Des legs très symboliques

L’inventaire dressé à la mort d’ERBS en 1891 nous apprend que son appartement comprend deux chambres au 3e étage, la première éclairée par une fenêtre donnant sur cour. On y trouve principalement un poêle cuisinière et un bahut en bois peint contenant une balance de demi-kilogramme et sa série de poids en cuivre, une balance Serpolette, douze boîtes pour placer des photographies, un lot de glaces pour les dites et cinquante flacons de réactifs et produits chimiques, le tout prisé vingt-cinq francs56. Dans la deuxième chambre, entre des meubles usuels, un piano palissandre de Winther prisé 200 francs, deux boîtes à herboriser. 850 volumes ainsi que 25 volumes de musique le tout prisé 200 francs. Il s’agit « de livres de physiologie. psychologie, études sur les maladies, médecine pratique, principes de philosophie, anatomie de PORTAL, pathologie, histoire de Paris de DULAURE .VOLTAIRE. Dictionnaires des sciences médicales, chimie organique de RASPAIL, traités de chimie. Histoires naturelles, physiques etc. » écrit le commissaire priseur.

Dans son testament (à lire ici), rédigé le 13/5/1891, quatre mois avant son décès, Erbs détaille sa bibliothèque qui se compose de 930 volumes et d’environ 207 brochures. Il a constitué plusieurs catalogues57 et demande que l’on consulte le dernier. Il donne 24 livres prisés 15 francs à son cousin WEISS, l’avocat, 33 à Paul DELAMARCHE prisés 20 francs et la musique à son neveu Adolphe MAUROY. Le reste doit être vendu pour “rentrer dans la circulation publique et par ce moyen profiter aux chercheurs  et aux érudits”. Ces quelques titres et objets laissent entrevoir la variété et la richesse des centres d’intérêt de Frédéric ERBS dont la bibliothèque est considérable pour un particulier. Le piano et la musique (les partitions) donnent à penser à un point commun supplémentaire avec Charles-Honoré PLOMB : ERBS a-t-il également fait partie d’un orphéon ? Les boîtes à herboriser, le microscope, la longue vue, confirment un intérêt actif pour les sciences.

Outre les livres, il donne en effet à Paul DELAMARCHE (un des grands fondateurs, rappelons-le de la BAI-III puis de la BAI-XIV, voir sa fiche ici) un microscope confectionné par RADIGUET prisé 40 francs et à Louis Émile BOUDEAU, 11 rue du Retrait58 une longue vue de RADIGUET prisée 20 francs.

La maison RADIGUET, installée 15 boulevard des filles du calvaire 3e est d’abord spécialisée en optique. La famille RADIGUET est proche de PLOMB, opticien et  bibliothécaire de la BAI-III puisque :

Un frère RADIGUET, Louis Sidelly dit Sidley (13/6/1832 Paris anc. 6e -19/4/1873 Paris 2e ) est témoin à son mariage ; PLOMB est témoin de la naissance d’un enfant RADIGUET, Jules Maurice, en 1866. Un frère RADIGUET, Honoré Antoine (2/10/1824-11/9/1887) vient comme témoin à décharge au procès de PLOMB qui est inculpé puis acquitté de l’accusation de participation à l’insurrection parisienne par le 10e Conseil de Guerre59.

ERBS laisse enfin des valeurs à partager entre les MAUROY père et fils (son beau-frère et ses neveux) pour 64 153 francs constituées pour moitié de 66 obligations de chemin de fer de Paris à Lyon et pour l’autre moitié « de rente sur l’État ».

 

Pour Eugène WEISS, avocat, son cousin :

Azaïs : Explication universelle, volume 1 lire ici , volume 2 lire ici , volume 3 lire ici ,

 Bautain (Abbé) : Philosophie : psychologie, volume 1 lire ici , volume 2 lire ici  

Cabanis : Rapport du physique au moral, 1e volume lire ici

Constant (Abbé) : Doctrines religieuses, sociales 1 volume lire ici

Cubi i Soler : Leçons de phrénologie,  volume 1 lire ici , volume 2 lire ici

Debreyne : Pensées d’un croyant catholique, 1 volume lire ici

Descuret : Médecine des passions, 2 volumes lire ici

Foissac : La chance et la destinée, 1 volume, lire ici

Lauvergne : De l’agonie et de la mort, 2 volumes,lire ici

Loubert (Abbé) : Le magnétisme, le somnambulisme, 3 volumes . Lire  ici.

Moreau de Tours : Aberration du sens génésique, 1 volume. Présent rue de Turenne. Lire ici

Pompery (E) : La femme dans l’humanité, 3 volumes . Volume 1 lire ici .

Reybaud (L) : Etude sur les réformateurs, 2 volumes. Présent rue de Turenne. Lire ici

Richard (Ch) : Les révolutions inévitables, 1 volume lire ici

Salverte (E) : Des sciences occultes, volume 1 lire ici , volume 2 lire ici

Voisin (F) : De l’homme animal, 1 volume lire ici

 

 

Pour Paul DELAMARCHE :

Azaïs : Système des compensations, 3 volumes

De Bonald : Recherches philosophiques, 2 volumes

Charpignon : Physiologie du magnétisme, 1 volume, lire ici

De la Bodde : Sociétés secrètes, 1 volume

De la Mettrie : Œuvres philosophiques, 2 volumes lire ici

Frégier : Des classes dangereuses de la population, 2 volumes

Lire ici

Godwin : Traité de la population, 1 volume

Helvetius : De l’esprit, 3 volumes60

Lauvergne (H) : Les forçats, 1 volume lire ici

Malthus : Du principe de la population, 4 volumes

Meray : Géos ou l’histoire de la Terre, 2 volumes

Mirabaud : Système de la nature, 2 volumes lire ici

Moreau de Tours : Psychologie morbide, 1 volume, lire ici

Paganel : Essai sur la révolution, 3 volumes lire ici

Pellarin : Critique de la philosophie positive, 1 volume, encore présent rue de Turenne et à lire ici

Raspail : Nouveau système de physiologie végétale avec atlas, 3 volumes lire ici

Vergnaud : Pyrotechnie militaire et civile, 1 volume. Également et toujours présent rue de Turenne (lire ici).

Cite this article as: Louise Oudin, "Frédéric Erbs, un photographe du Second Empire au chevet de l’instruction pour tous," in Bibliothèques populaires, 05/08/2021, https://bai.hypotheses.org/4982.

 

 

 

 

 

 

  1. On ne le trouve pas en tout cas parmi les lauréats de l’Association philotechnique (APH), et il s’inscrit après les fondateurs de la BAI-III qui ont suivi les cours de l’APH, si l’on en croit le registre des lecteurs. []
  2. Les recherches ont été grandement facilitées par le travail de Marc DURAND : De l’image fixe à l’image animée (1820-1910), documents du Minutier central des notaires de Paris relatifs à l’histoire des photographes et de la photographie, Archives nationales, 2013. Nous avons pu ainsi repérer et consulter le testament, l’inventaire et le partage après décès de Frédéric ERBS : AN, cote MC/ET/XXVIII/1644, 1645,1650. []
  3. AD75, 5Mi1 233, vue 30/50, voir ici. []
  4. AD94, Saint-Maur-des-Fossés, décès 1891-1893, 1MI 2251, vue 169/709, acte 316, voir ici. []
  5. AN, Partage après décès, cote MC/ET/XXVIII/1650. []
  6. Carte de l’Empire français, divisé en 130 départements y compris ceux formés dans la Hollande en préfectures…, archevêchés…, chefs-lieux tant militaires que… des préfectures maritimes dressée par Hérisson, Eustache et éditée par Basset  en 1811, voir ici. []
  7. AD75, 1871, décès, 3, V4E 2695, vue 2/31, voir ici. []
  8. AN, testament de Frédéric ERBS, cote MC/ET/XXVIII/1644. []
  9. AD75, 5Mi1 363, vue 39/51, voir ici. []
  10. AD75, 5Mi1 2221, vue 18/49, voir ici. []
  11. AD94, Saint Maur-des-Fossés, décès, 1871-1875, vue 142/288, acte 72, voir ici. []
  12. AD75, 1870, naissances 2 e, vue 90/229, voir ici. []
  13. AD75, 5Mi1 2032, vue 51/51, voirici. []
  14. AD93, Montreuil-sous-Bois, décès 1903, acte 583, voir ici. []
  15. AD93, 1833-1842, naissances MTL 1E6, acte 85, vue 73/271, voir ici. []
  16. Résultats et sujets, Revue de l’instruction publique du 14/9/1854, voir ici. []
  17. Son père Pierre Joseph et sa mère Madeleine Françoise CHEMINON habitent rue de Buci, lui au 15, elle au 42, quand ils se marient le 1 er mai 1815 à Paris ancien 10 e. AD75, 5Mi1 2023, vue 14/58, voir ici. []
  18. Signalé par L’Eclat de bois que nous remercions. Le mariage est publié le 15/8/1853 dans Le Droit, journal des Tribunaux, 15, 16, 17 août 1853, page 779, voir ici. []
  19. AN, Testament, cote MC/ET/XXVIII/1644. []
  20. Communiqué par François Boisjoly ; confirmé par les CR BAI-III de 1864/68, 1869/71 et 1873/74. []
  21. Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration, ou Almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, voir ici. []
  22. Aide mémoire de photographie publié sous les auspices de la Société photographique de Toulouse, voir ici. []
  23. Communiqué par François Boisjoly. On peut voir la technique de préparation du collodion  ici et de la photographie  ici dans les vidéos de Francis COURTEMANCHE. []
  24. Accessible grâce à François BOISJOLY sur son site photo-carte.com : voir ici. []
  25. Aussi loin que l’on puisse remonter, il n’a pas de lien de parenté avec Jean Baptiste GIRARD. []
  26. Hervé Lestang sur son site portraitsepia : voir ici ; et François Boisjoly sur son site photocarte.com, voir ici. []
  27. Voir la fiche LANDRIN. []
  28. Voir “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?,” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  29. Recueil des personnalités françaises et étrangères sous le Second Empire, voir ici. []
  30. Seuls les noms des élèves récompensés nous sont parvenus grâce aux palmarès imprimés. []
  31. Le Temps du 6/10/1867, voir ici. []
  32. Voir le Billet d’Agnès SANDRAS ici à propos de ces sorties botaniques. []
  33. Brongniart, Bureau Edouard, Poisson Jules. Laboratoire de Botanique pratique du Muséum. In Rapport sur l’École pratique des hautes études, 1874-1875. 1874, pp. 61-65; voir ici. []
  34. Voir Agnès Sandras, “Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III,” in Bibliothèques populaires, 24/04/2020, https://bai.hypotheses.org/4342. []
  35. Histoire de la psychiatrie par Michel CAIRE, voir ici. []
  36. À consulter ici. []
  37. Voir ici. []
  38. Statistique des alcooliques entrés à Sainte-Anne en 1870-1871“, publiée par Magnan et Bouchereau, Annales médico-psychologiques, 1872, VII, 52-58, Académie de médecine, 21 nov. 1871, voir ici. []
  39. Contribution à l’histoire de l’hôpital Sainte-Anne (Paris): des origines au début du XX° siècle.Thèse de médecine, Paris V, Cochin-Port-Royal, 1981, n°20. []
  40. Il s’agit du directeur de l’hôpital, Henri, Jacques GIRARD de CAILLEUX, 1814-1884. []
  41. Voir le catalogue en ligne de la BAI-III ici. []
  42. CR BAI-XIV 1873-1875. []
  43. Voir Agnès Sandras, « 1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola », in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, https://bai.hypotheses.org/1107 voir ici. []
  44. 30/4/1850-31/7/1882 Édouard, Gustave, professeur de français, franc-maçon, professeur à l’école Monge et à l’école normale d’instituteurs de la Seine. []
  45. Le Globe du 1/12/1879, voir ici. []
  46. Le Siècle 14/10/1857, page 2/4, voir ici. []
  47. Voir Agnès Sandras, “Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III,” in Bibliothèques populaires, 24/04/2020, https://bai.hypotheses.org/4342. []
  48. La Liberté du 8/1/1869, voir ici. []
  49. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  50. CR BAI-III, 1863/64. []
  51. CR BAI-III 1863/64 et 69/71. []
  52. CR BAI-III, 1864/68. []
  53. CR BAI-III 1873/74 et 75/77. []
  54. Le Globe du 1/12/1879, voir ici. []
  55. CR BAI-III, 1878. []
  56. AN, inventaire après décès, MC/ET/XXVIII/1645. []
  57. Non retrouvés. []
  58. Né à Paris, bijoutier graveur sur l’acte de décès le 21/1/1899. []
  59. Archives du service historique de la Défense, cote 8J 293. []
  60. Les œuvres complètes déposées par la BAI-XIV sont présentes rue de Turenne, siège actuel de la BAI-III. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Eugène Schneider

SCHNEIDER, Eugène (1834-1889)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Militaire et employé d’octroi, il est lecteur de la BAI-III et aide le bibliothécaire. Resté à Paris pendant la Commune, il espionne les Fédérés pour l’armée de Versailles.

 

NOM : SCHNEIDER

PrénomsEugène, Jean-Baptiste

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 351

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB2

État-civil et famille :

Il est né le 15/3/1834  à Dinteville, en Haute-Marne3 où ses parents résident temporairement. Son père a 42 ans, sa mère 36 .

Son père, Jean-Baptiste, est né en Alsace à Turckheim (Haut-Rhin). Il est jardinier sur tous les actes d’état-civil retrouvés. Il change souvent de résidence : Villeneuve-sur-Yonne (Yonne) en 1823-1825 lors de la naissance des deux frères d’Eugène, Jean-Baptiste et Louis Étienne4 ; Dinteville (Haute-Marne) en 1834 lors de la naissance d’Eugène ; Grancey-le-Château-Neuvelle (Côte-d’Or) en 1850 sur son acte de décès le 3 mai5. Eugène a alors 16 ans.

La Mère d’Eugène,  Angélique FORESTIER, est née à La Chapelle en Vexin, ancienne Seine-et-Oise (Val d’Oise), son père est jardinier. En 1854, elle habite à Montcharvot, en Haute-Marne6. En 1861, elle est journalière à Dijon (acte de mariage d’Eugène). Elle meurt à 76 ans à Dijon le 8/1/18767.

Eugène épouse Constance Victoire TOUZÉ, née à Paris le 6/10/1836 de Jean Édouard et de Victoire TOURNIER8. Son père meurt quand elle a 13 ans. Sa mère se remarie le 11 octobre 1851 avec Louis Jean-Baptiste André FINES, horloger, dit FINES fils, dont le père Jean-Baptiste est aussi horloger9. Elle est couturière quand elle se marie et le reste en 1864 et 1866 (lors de la naissances de ses filles) et habite avenue de Marigny 8e avec sa mère et son beau-père jusqu’à son mariage.

Le mariage a lieu sans contrat à Paris 8e le 17/10/186110. Les témoins sont Louis André FINES, horloger, 42 ans, 25 avenue de Marigny (le beau-père), Jean-Baptiste FINES, horloger, 72 ans, 202 rue du Faubourg St Honoré (le père du beau-père), Alexandre Louis LEFEVRE, 44 ans, graveur sur bois, 32 rue du Cherche Midi, Jean TREMEREL, propriétaire, 50 ans, 19 rue de la Terrasse, Batignolles.

Le couple a deux filles : la première est Virginie Aimée Eugénie, née le 28/1/1864 à Paris 8et qui n’est plus en vie en 187111, témoins Louis Aimé GOUMANT, 110 rue des Bois 19e , charron, et Louis André FINES ; la deuxième fille est Cécile Victoire, née le 07/12/1866 à Paris 8e, que l’on retrouve employée de commerce à Berlin en 1899 quand elle divorce12. Les témoins sont les mêmes que pour sa sœur.

Eugène meurt le 05/05/1889 à Paris (17e arrdt) à 55 ans. Les témoins sont un oncle, Charles Louis Aimé GOUMANT, 72 ans, et un cousin, Jules LAFITTE, 60 ans13.

Professions :

Militaire de 1851 à 188914 :

  • 20/6/1851 : engagé volontaire à la mairie de Dijon. Il n’a pas 18 ans. Ne  fait pas  campagne en Crimée ni en Italie.
  • 20/6/1858 : quitte l’armée avec le grade de sergent fourrier.
  • 10/9/1870 au 7/3/1871 : fait campagne contre l’Allemagne dans le 69e bataillon de la garde mobile de la Seine, bataillon du 8e , un « bataillon des quartiers riches ou qui l’ont été, des intelligences réfléchies des raisonneurs » écrit Henri MARTIN15  qui rapporte la montée à Buzenval le 19 janvier  ((Henri MARTIN dans Le Siècle du 24/1/1871 page 2 voir ici.)). C’est le bataillon notamment du peintre Henri REGNAULT, mort à Buzenval à 27 ans.
  • 29/12/1875 -1885 : 15e régiment territorial d’infanterie avec le grade de capitaine adjudant major, sans campagne mais avec des périodes d’exercices itératives de 15 jours en 1878-1881-1883-1885 ;
  • en 1889,  demande à être rayé des listes pour raison de santé .

Employé :  dans l’administration de l’octroi dépendant de la  préfecture de la Seine ; probablement déjà en 1861 ; commis en 1874 il gagne 2500 francs ;  commis-principal de 2e classe en 188416. Sa veuve touche une pension de 777 francs17. En 1875, il participe à une souscription pour les inondés18. dans un groupe de l’octroi appartenant tous à l’administration centrale, avec  Paul Étienne DELAMARCHE [voir fiche DELAMARCHE], Charles Victor FINSTERWALD (BAI-XIV et XV), Louis François PASQUIER (BAI XIV).

 

Adresses connues :

  • 1861 : 14 rue Royer Collard, 5 (d’après la liste des lecteurs de la BAI-III), Paris ;
  • 27/01/1864 et 5/12/1866 : 170, rue du Faubourg Saint Honoré, 8e (naissances de ses filles) ;
  • 1873-1874 : 7 rue de Ponthieu, 8e (dossier militaire) ;
  • 1889 : 16 rue Brey, 17e (décès).

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique  : non repérés

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

En 1871, il espionne les Fédérés pour l’armée de Versailles. Dans une lettre (rangée dans son dossier militaire) qu’il rédige en 1874 pour appuyer sa demande de promotion dans l’armée, il explique :

  • qu’il a refusé le «  service insurrectionnel « et accepté le licenciement ordonné par l’amiral SAISSET
  • qu’il est resté à Paris pendant la « période communaliste » car sa femme avait la petite vérole
  • qu’il est allé prendre des ordres du colonel Charles CORBIN à Enghien le 13 mai
  • qu’il a rempli la mission demandée : évaluer les forces des fédérés, ce qui était facile car les bataillons circulaient dans la rue ; décrire les travaux de défenses entre la porte des Ternes et Auteuil et de l’Arc de Triomphe à la Concorde, ce qui était difficile à cause des projectiles
  • que les informations sont parvenues à Monsieur CORBIN par la voie de Saint-Denis19
  • que le 24 mai, son bataillon a pris campement au lycée Condorcet et s’est occupé d’éteindre les incendies.

En 1876, le beau-père d’Eugène, Louis André FINES, gagne en appel un procès en dommages et intérêts, 2500 francs (il en demandait 10 000) contre un horloger de ses voisins. Maurice CAUDRON,  est reconnu coupable de l’avoir dénoncé à de multiples reprises comme communard, ce qui a fait subir 5 arrestations à FINES entre le 24 et le 27 mai 1871 avec le risque d’une exécution sommaire rapporte l’article non signé20 .                     

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

Il côtoie les 22 amis de l’instruction qui aident le  bibliothécaire PLOMB [voir fiche PLOMB].

Paul Étienne DELAMARCHE ; Jules Charles FESSARD [fiche FESSARD] sont employés à l’administration centrale de l’octroi ; Paul Étienne DELAMARCHE est engagé volontaire.

SCHNEIDER, FESSARD et Louis SALLÉ [voir fiche SALLÉ] habitent le 5e en 1861 ainsi que  Adolphe ADAM [voir fiche ADAM], Pierre ANDRÉ [voir fiche ANDRÉ], LIONNET [voir fiche LIONNET].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Charles Victor FINSTERWALD (BAI-XIV et XV), Louis François PASQUIER (BAI-XIV) sont employés à l’administration centrale de l’octroi.

Éléments biographiques complémentaires : pas pour le moment.

Écrits de la personne :

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici. CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP: Association polytechnique. APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. NMD : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 1er août 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Eugène Schneider," in Bibliothèques populaires, 03/08/2021, https://bai.hypotheses.org/4961.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. “Rapport sur la situation de la BAI-III” par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, voir  page 286. []
  3. AD52, Dinteville, NMD 1833-1842, Edepot 11689, acte 2,  image 7/116, voir ici. []
  4. AD89 Villeneuve-sur-Yonne : N ( 27/4/1822-1825 ) – 5 Mi 1062/ 10, voir ici acte 69 page 60, et  acte 50 page 163. []
  5. AD 21 Grancey-le-Château – 1811-1853 – FRAD021EC 312/005,  vue 704/759, voir ici. []
  6. AD21 Dijon,1854, mariages, FRAD021EC 239/326 acte 66, vue 101/645, voir ici. []
  7. AD21, Dijon, 1876,  décès,  FRAD021EC 239/382, acte 19, vue 6/329, voir ici. []
  8. AD75, naissances, V3E/N 2146, vue 28/51, voir ici. []
  9. AD75, mariages, V3E/M 378, vue 42/51, voir ici. Repérés par l’équipe de  « l’éclat de bois ». []
  10. AD75 mariages 8e, V4E 878,   acte 576 vue 27/31, voir ici. []
  11. AD75,  Registre des naissances du 8e, 1864, voir V4E 897, acte 119, vue 23/31, voir ici. []
  12. AD75, 1866, Registre des naissances du 8e, V4E 915 acte 1472, vue 7/14, voir ici ; AD 75 1899, mariages, V4E 10204,  acte 1025, vue 23/31, voir ici. []
  13. AD75, décès 17e,  V4E 7486, vue 14/14, acte 1023 voir ici. []
  14. Archives SHD Vincennes, dossier individuel de personnel de SCHNEIDER Eugène Jean Baptiste,  SHD Cote  GR 5 YE 51353. []
  15. Rédacteur en chef au Siècle et ami du bibliophile Jacob, voir sa notice Wikipedia ici. []
  16. Bulletin Municipal officiel de la ville de Paris du  8/4/1884, page 607, voir ici. []
  17. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris du 7/9/1889, page 1969, voir ici. []
  18. JO du 26/7/1875. Voir ici. []
  19. Le courrier rentrait et sortait librement de Paris par « la voie de  Saint DENIS » : les Prussiens occupaient cette zone et ne faisait pas de blocus. Remarque de Michèle AUDIN lors de la journée BnF : Nommer et raconter la Commune, 10 juin 2021. []
  20. Le Constitutionnel du 27/9/1876, voir ici. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Frédéric Erbs

 

ERBS, Frédéric (1822-1891)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Ce fabricant de plateaux devenu photographe professionnel consacre son existence à favoriser l’instruction des autres, notamment à la BAI-III. Il parvient également à constituer une bibliothèque personnelle de près d’un millier d’ouvrages.

 

NOM : ERBS

PrénomsFrédéric, Joseph, Marie

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 1521

Rôle dans la BAI-III : présent pendant au moins 18 ans à la BAI-III, il aide le bibliothécaire PLOMB2, puis devient administrateur3, comptable4, trésorier en 18735 et encore en 18796, donateur de livres dès 1862

Voir également Louise Oudin, “Frédéric Erbs, un photographe du Second Empire au chevet de l’instruction pour tous,” in Bibliothèques populaires, 05/08/2021, https://bai.hypotheses.org/4982.

État-civil et famille 7:

Frédéric ERBS est né le 15 janvier 1822 11 rue de la vieille Boucherie à Paris, actuelle rue de la Harpe 5e arrdt8. Il décède à 70 ans le 13 septembre 1891. Célibataire et sans enfant, il est alors hébergé par un neveu, 31 rue Barbès à Adamville, quartier de l’actuel Saint-Maur-des-Fossés, Val-de-Marne9.

Le père de Frédéric, Henry Guillaume, né le 13 avril 1784 à « Gueldre Provinces Unies » (actuelle Rhénanie-du-Nord-Westphalie), meurt le 30 octobre 1871 dans le 3e arrondissement parisien10. La mère de Frédéric, Marguerite Eugénie BARBIER, sans profession repérée, meurt avant le mariage de sa fille en 1852 . Les parents de Frédéric se sont mariés à la mairie de l’anc. 5e arrdt et à Saint-Eustache le 6/11/1820. Les grands-parents prussiens sont Jean Frédéric et Marie-Hélène ANSBACHS. Les grands-parents français sont Toussaint, limonadier, et Catherine BESNIER.

Frédéric a pour soeur Rosalie Pauline Caroline, née à Paris le 24 juin 1831, 49 rue de Cléry11 et mariée le 7/2/1852 à Saint-Merry (4 e) à Jean Auguste MAUROY, peintre de fleurs lors de la naissance de son deuxième fils le 17 mai 187012. Rosalie et Jean-Auguste MAUROY ont deux enfants,  Auguste Adolphe, inspecteur vérificateur de la Cie d’assurance l’Urbaine et la Seine, et Paul Henri Marie, tourneur.

Frédéric ERBS acquiert le 23 mai 1877 au cimetière de l’est (actuel Père-Lachaise) une concession à perpétuité (n°448 dans la 46e division).

Professions :

  • Fabricant de plateaux à 39 ans quand il s’inscrit à la BAI-III en 1861
  • Photographe trois ans plus tard à 42 ans en 1864 et jusqu’à 55 ans en 187713. Il fait principalement des photographies en studio par la technique du collodion humide14.

Il est dit rentier lors de son décès.

Adresses connues :

158 rue Saint-Martin15. Son père meurt à cette adresse en 1871.

Puis 18 quai d’Orléans16 ; il y est toujours domicilié lors de son décès.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique  il ne figure aux palmarès ni de l’une ni de l’autre. Par contre, il assiste assidûment aux cours du Muséum au moins en 1875. Il est le premier en assiduité au cours de botanique d’Édouard BUREAU17.

Il assiste également aux cours de l’hôpital Sainte-Anne. Les professeurs seront des membres actifs des bibliothèques parisiennes des Amis de l’instruction18.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

En 1857, il souscrit pour 50 centimes pour le monument à la mémoire de Danièle MANIN, l’ancien président de la République de Venise mort en exil à Paris19.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

Il est membre de « la société coopérative d’enseignement indépendant », qui s’organise en juillet 186820. On y retrouve les Équitables de Paris, société coopérative de consommation née en 1864 dont DELAMARCHE [voir fiche DELAMARCHE] est un des fondateurs, Henri LENEVEUX, futur de la BAI-XIV, et Jean-Pierre HELIGON qui favorisera la création de la BAI-XIV en juillet 1871 alors qu’il est encore maire de l’arrondissement, etc21.

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

Frédéric ERBS signe la lettre ouverte publiée dans Le Temps le 6/10/1867 à la mort d’Auguste PERDONNET [voir fiche PERDONNET] avec Hippolyte LANDRIN [voir fiche LANDRIN] (qui a tenu les cordons du poêle et prononcé un discours), Jean-Louis RIMET [voir fiche RIMET] et Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY] en tant qu’anciens élèves de l’Association polytechnique et/ou Amis de l’Instruction22.

Peut-être par sa profession de photographe et par le lien avec la Prusse, relations avec GIRARD Rémy Auguste (17/2/1837-16/3/1904), lecteur 441 qui est photographe et qui habite 149 chaussée (future rue) Ménilmontant, Belleville puis 20e 23. Aussi loin que l’on puisse remonter pas de lien familial de Rémy Auguste avec Jean Baptiste Girard.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

A la BAI-XIV , avec Paul DELAMARCHE,  MAGNAN, BOUCHEREAU. Avec la BAI-XII en 1885 : il figure comme donateur au catalogue24.

Éléments biographiques complémentaires : voir le billet sur ERBS ici.

Écrits de la personne :

Sont parvenus jusqu’à nous deux compte-rendus financiers25 écrits par ERBS, le premier lors de l’AG du 28 mai 187626 et le deuxième lors de l’AG du 17 mars 187827.

Fabricant de plateaux puis photographe, Frédéric ERBS a écrit un unique livre ! Publié en 1879 et vendu 1franc 50.

Il s’agit d’une des premières critiques publiées de L’Assommoir : M. E. ZOLA et son Assommoir, Étude critique, Paris, Librairie Gauloise, 31 rue Bonaparte, 1879. Le livre  de 91 pages précédées d’une préface de l’auteur est toujours présent en deux exemplaires dédicacés dans les collections de la BAI-III conservées au 54 rue de Turenne (voir le catalogue de la BAI III en cliquant  ici). 
ERBS précise dans la préface avoir voulu offrir au lecteur un résumé permettant de se faire une opinion sur « le caractère de vérité ou la valeur morale » et sur « le genre littéraire dont Monsieur ZOLA est le premier champion ». Pour Frédéric ERBS, « L’Assommoir est une œuvre complète de démoralisation » et « ce tableau trop hideux du mal offert à ceux que l’on doit chercher à guérir n’est pas le moyen de les ramener à la santé28”.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici. CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP: Association polytechnique. APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. NMD : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 1er août 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Frédéric Erbs," in Bibliothèques populaires, 01/08/2021, https://bai.hypotheses.org/4974.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. “Rapport sur la situation de la BAI-III” par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  3. CR BAI-III 1863/64 et 1869/71. []
  4. CR BAI-III 1864/68. []
  5. CR BAI-III 1873/74 et 75/77. []
  6. Le Globe du 1/12/1879. []
  7. Les recherches ont été grandement facilitées par le travail de Marc DURAND : De l’image fixe à l’image animée (1820-1910), documents du Minutier central des notaires de Paris relatifs à l’histoire des photographes et de la photographie, Archives nationales, 2013. Nous avons pu ainsi repérer et consulter le testament, l’inventaire et le partage après décès de Frédéric ERBS : AN Paris cotes MC/ET/XXVIII/1644 ,1645,1650 et par Michel TROMPESAUCE, sur Geneanet. []
  8. AD75, 5Mi1 233, vue 30/50, voir ici. []
  9. AD94 Saint-Maur-des-Fossés, décès 1891-1893, 1MI 2251, vue 169/709, acte 316, voir ici. []
  10. AD75, 1871, décès, 3, V4E 2695, vue 2/31, voir ici. []
  11. AD75, 5Mi1 363, vue 39/51, voir ici. []
  12. AD75, 1870, naissances 2e,  vue 90/229, voir ici. []
  13. Communiqué par François Boisjoly ; CR BAI-III de 1864/68, 1869/71 et 1873/74. []
  14. Communiqué par François Boisjoly. []
  15. CR BAI-III 1861/62 à 73/74. []
  16. CRBAI-III 1875/77. []
  17. Voir le billet sur ERBS ici. []
  18. Voir le billet sur ERBS ici. []
  19. Le Siècle, 14/10/1857, page 2/4, voir ici. []
  20. Déjà largement évoquée par Agnès SANDRAS : Agnès Sandras, “Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III,” in Bibliothèques populaires, 24/04/2020, https://bai.hypotheses.org/4342 []
  21. Voir le billet sur ERBS ici. []
  22. Le Temps du 6/10/1867, voir ici. []
  23. Voir le billet sur ERBS ici. []
  24. Bibliothèque populaire des amis de l’instruction du XII e, Statuts et catalogue,Paris, 1885, page 7, voir ici. []
  25. CR BAI-III 1878. []
  26. Exercices du 30 septembre 1874 au 24 mai 1876. []
  27. Exercices du 30 septembre 1875 au 31 décembre 1877. []
  28. Page 74. Voir le billet sur ERBS ici. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Paul Delamarche

DELAMARCHE, Paul (1834-1901)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Membre très actif des amis de l’instruction pendant 30 ans Paul DELAMARCHE est né en Haute-Marne. Sa famille composée de nombreux cochers ou postillons, est enracinée en Haute-Saône. Ce militaire et employé d’octroi est engagé dans la coopération et le mutualisme .

 

NOM : DELAMARCHE PrénomsPaul, Étienne

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 111

Rôle dans la BAI-III : aide à la mise en place de la comptabilité2 ; comptable3, administrateur4, secrétaire en 18675, en 18746,  puis vice-président7 ; encore secrétaire général au moins jusqu’en 1885.

État-civil et famille : né le 12/10/1834 à Fayl-Billot en Haute-Marne8 ; décédé après une longue et douloureuse maladie en 1901 à Mont-le-Frânois (Haute-Saône) à 30 kilomètres au sud9.

La généalogie de Paul s’organise autour de la route royale numéro 15 de Paris à Belfort et des relais de poste entre Langres et Vesoul : Combeaufontaine, Cintrey, Fayl-Billot. Les hommes de son entourage proche sont postillons ou cochers. Les DELAMARCHE sont implantés depuis au moins 6 générations à Mont-le-Frânois10. En 1892, Paul en sera maire et y aura une activité agricole. Claire FLAMISKI, la mère de Paul, est née à Fayl-Billot d’un père Daniel postillon (qui ne sait pas signer) puis cabaretier né en Galicie autrichienne (actuelle Pologne) et arrivé en France avant 1800. Paul a une sœur aînée, Claire Virginie, née le 13 juillet 1831 à Fayl-Billot 11 qu’il retrouvera à Mont-le-Frânois quand ils seront tous les deux veufs. Elle a épousé un cocher, Jean Eugène BEGUIN, né à Paris mais fils d’un cocher de la Haute-Marne12.

Difficile de dire quand Paul arrive à Paris avec sa sœur et ses parents. Son oncle Philibert est installé à Montrouge. En 1844, lors de la naissance d’un fils : il est maréchal ferrant et sa femme est marchande de poisson13. En tout cas, Paul est inscrit à l’Association philotechnique en 1852. Sa grand-mère maternelle Alexandrine Louise ARNOULT, travaillait déjà à Paris en 181114. Son père meurt le 7 juin 1859 à Paris dans l’ancien 9e arrondissement15. Sa mère, couturière, se remarie à Paris dans le 18e arrdt le 16/10/1860 avec Marie François BRÈCHES, cocher, père de Joseph Ismaël, cocher16 ! Elle meurt à Mont-le-Frânois le 6 décembre 189317. Paul est alors maire et témoin.

Veuf sans enfant à son décès, Paul Delamarche s’est marié deux fois : d’abord le 13 juillet 1865 à Paris 10e, civilement et religieusement, avec Eugénie Antoinette LECLERCQ. Les témoins sont Antoine François BIDAULT, entrepreneur de serrurerie, 26 rue de la Paroisse à Versailles, et Jean François BIDAULT18. Elle est née à Versailles le 14/9/1847 de père non dénommé et avec notamment pour témoin Antoine LECLERC, 67 ans, cocher19! Elle habite avec sa mère, couturière en robes, 3 rue de la Félicité à Paris 17e. Il est spécifié dans le contrat  que la future apporte une dot de 7000 francs20. Sa première femme meurt le 29/11/1875, elle a 38 ans et lui 41. Le 24 février 1879, à Mont-le-Frânois, il épouse Marie LÉPINE, fille de Claude BENOIT, maître de forge avec patouillet au hameau Le Crochot. Il apporte au mariage 4000 francs, y compris sa bibliothèque. Elle apporte une somme de 25 000 francs et diverses affaires estimées à 4000 francs21. Sa deuxième femme meurt en 1894, elle a 38 ans et lui 59. Il est témoin lors de la naissance de sa nièce, Caroline Louise Jeanne Marie BEGUIN, née à Paris 17e en 186422. Elle épouse le 15 mai 1888, à Mont-le-Frânois, Jean Adrien MENARD né à Frânois en 1859. Paul DELAMARCHE est à nouveau témoin23. D’où postérité .

Professions : Paul DELAMARCHE exerce trois professions quasiment en même temps :

MILITAIRE24 : à 21 ans, il s’engage le 2 février 1855 à la mairie de l’ancien 7e (actuellement 71 rue du Temple, 3e). Il participe aux trois guerres du Second Empire : dans l’« armée d’Orient », en  Italie, puis  contre l’Allemagne. Il démissionne de la garde nationale en novembre 1870 pour organiser le bataillon des volontaires de Montrouge. Il recrute comme chef de bataillon et en tant que secrétaire de la bibliothèque des Amis de l’instruction. On retrouve Henri HARANT, qui est capitaine d’armement à l’état-major25,  et Édouard FRIBOURG fourrier d’ordre dans la 4e compagnie26. Finalement il est nommé lieutenant-colonel du 53e régiment de la garde nationale mobilisée, qui comprend les volontaires de Montrouge, les 156e, 160e, 161e bataillons, le 27/12/1870. Il recevra la Légion d’honneur pour faits de guerre notamment pour sa participation à la sortie de Buzenval le 2 février 187127. Élu le 24 avril chef de la 14e légion des gardes nationaux ralliés à Versailles, il rentre dans Paris le 22 mai, et devient adjoint au maire du 14e pour la distribution des secours aux gardes nationaux de l’ordre28.

EMPLOYÉ D’OCTROI : Il entre à l’Octroi de Paris en janvier 1860 comme surnuméraire, puis expéditionnaire en 1862, et commis aux écritures en 1871, receveur de 1ère classe à l’entrepôt des alcools à la porte de Bercy en 188229, retraité en 1886, il touche une pension de 4 388 francs comme receveur hors classe30.

AGRICULTEUR : à la fin de sa vie en Haute-Saône (voir futur billet sur ce carnet).

Adresses connues :

Batignolles avant 1860. En 1865, sa mère y demeure toujours 101 rue d’Orléans ; 1861 : 15 rue des Trois Bornes (11e) ; 1863/64 : 9 rue des Deux Ponts, Ile St Louis (4e) ; 1865 : rue de la Fidélité (10e) ; 1866 : 25 rue du Grand-Saint-Michel (10e) ; 1867-1871 : 18 puis 19 rue d’Alembert (14e) ; 1872 :  59 rue Hallé (14e) ; 1873-1889 : 13 rue Brézin (14e).

Mont-le-Frânois, les étés dès qu’il est à la retraite ; sa tombe se trouve à Mont-le-Frânois.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique  D’abord élève de la Philotechnique,  il en  devient professeur. Il y est élève à 18 ans en 1852 mais il ne figure pas au palmarès31. Il y retourne 8 ans plus tard en 1860/1861 et reçoit le 3e prix de français 2e année. Le cours est donné à l’école Turgot par Adolphe ADAM [voir fiche ADAM]. Assistent au cours Jean CHARDAR [voir fiche CHARDAR], Louis FONTAINE [voir fiche FONTAINE], Henry BRIÈLE [voir fiche BRIÈLE]32.

En 1885 il est nommé membre de l’association en qualité de professeur d’histoire de France. Il donne des cours aux premières années 5 ans durant le vendredi soir de 20h30 à 22 heures à la section Montparnasse de 1885 à 189033. Il assiste aussi à des cours de botanique et de géologie du Muséum34.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : inscrit nulle part, mais bonnes relations avec tout le monde et pendant de longues années. Dans un moment très particulier, juste après le premier siège et la Commune, il va réunir35 :

– les pères autodidactes de la République : Henri TOLAIN, Martin NADAUD, Anthime CORBON ;

– les positivistes : Charles CAUZART de la BAI-III et Jules, Octave MAHY de la BAI-XIV, et Pierre LAFFITTE avec qui il a un lien affectueux et qui donne des cours réguliers à la BAI-XIV à partir de 1875. Les jeudis, jours de conférence  LAFFITTE dîne chez DELAMARCHE et ils vont ensemble à la bibliothèque. Les conférences de DELAMARCHE sont qualifiées par  Charles JEANNOLLE de positivistes36. Il fait un discours au nom des volontaires de Montrouge à l’enterrement d’Henri HARANT37. Il dîne chez HARANT avec LAFFITTE  et organise une rencontre entre CORBON et LAFFITTE38;

– les héritiers de FOURIER : Charles PELLARIN, Louis, Eugène TALON ;

– les héritiers de BUCHEZ : Auguste OTT  ;

– les libres penseurs : Jules  ASSEZAT,  Louis ASSELINE,  ;

– les atelieristes : Charles, Mathieu LIMOUSIN et Henri, Charles LENEVEUX ;

– les francs-maçons

– des membres du début de l’AIT : FRIBOURG qu’il connaît depuis 1852, qui vient aux volontaires de Montrouge et qui témoigne au procès en 1885 , Jean-Pierre HÉLIGON.

En 1872 il souscrit en faveur des familles des détenus politiques39.

En 1885, il peut affirmer que « presque tous les républicains qui ont administré le 14e  sont sortis de la bibliothèque ».

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

  • Paul DELAMARCHE est cofondateur de la coopérative de consommation « les équitables de Paris » en octobre 1867, dans le 13e. D’abord installée 12 rue du petit banquier (actuelle rue WATTEAU) elle déménage au 211 boulevard de la gare en 1873. Avec charrette et cheval,  elle distribue épicerie et vin. Initiée par Victoire TYNAIRE40, regroupant 90 membres au départ, l’association adhère à l’Internationale et des délégués vont aux congrès ouvriers de 1876 et de 1879.

On y retrouve Jacques Florent COLLIN de la BAI-V41,  peut-être Louise MICHEL (souvent citée mais les sources font défaut) qui est donatrice à la BAI-XIV42,  Jean POUYET, coutelier qui viendra témoigner en faveur de DELAMARCHE aux assises en 1885. La coopérative perdure jusqu’en 1902.43

  • Paul DELAMARCHE est aussi membre de plusieurs sociétés de secours mutuels et de prévoyance :

L’Union des employés du commerce et de l’industrie  en 1866. Il en est ex-secrétaire général et toujours membre  en 188044. Il crée la société d’aide mutuelle des anciens volontaires de Montrouge le 19/3/1882, 11 ans après la guerre et 2 ans après l’amnistie45. Le 14 juillet 1887 il reçoit un diplôme d’honneur et une médaille d’argent en tant que  vice-président de la Société de secours mutuel des employés de l’Octroi de Paris qui a été fondée le 30 mars 1882 par Louis BIGOT, directeur de l’Octroi46.

  • Paul DELAMARCHE est membre actif de plusieurs œuvres de bienfaisance :

Le 14 juin 1889 il est membre de la commission de surveillance de l’internat municipal des pupilles de la ville de Paris, avenue Philippe Auguste. Il est secrétaire de la commission du 14e pour la surveillance du travail des enfants47 avec notamment Ferdinand FOUQUÉ et Auguste OTT tous deux de la BAI XIV. Il est délégué cantonal le 11/6/1883, et encore en 188748.

Adhésion à la Société Franklin : Il reçoit la médaille d’argent de la société le 27 février 187649 comme secrétaire des BAI-III et BAI-XIV. ll en  est adhérent  avant 1878 puisqu’il parraine cette année là un nouveau membre, X. PATAUD,  le président de la BAI-XII 50.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  :  DELAMARCHE est actif pendant 24 ans à la BAI-III, et entretient des liens privilégiés avec de nombreux membres :

  • avec Jean Baptiste GIRARD : même région  d’origine (Haute-Marne), même quartier à l’arrivée à Paris (Batignolles), même profession familiale : cocher (DELAMARCHE est fils de cocher, beau-fils et beau-frère de cocher. GIRARD a été cocher, son frère Auguste est cocher puis loueur de voitures, voir ici), même suivi de cours du soir en tout cas à la Philotechnique.
  • avec Frédéric ERBS qui lui lègue en 1891 une partie de sa bibliothèque par testament51.
  • avec Charles  PLOMB52 : Henri HARANT, Édouard LABOULAYE, DELAMARCHE témoignent en sa faveur devant le 10e conseil de guerre à Sèvres. PLOMB était sergent major au 57e bataillon fédéré, arrêté le 28 mai 1871 et inculpé de participation à l’insurrection. Il est acquitté, défendu par André ROUSSELLE et le juge ordonne sa sortie de prison immédiate le 23 janvier 187253 .

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Le 21 juin 1871, il fonde la BAI-XIV et il contribue activement à son fonctionnement jusqu’en 189054. Il écrit à LAFFITTE à propos de la BAI-VII, et à propos de la création d’une bibliothèque au Havre le 1 avril 1876 55. HARANT et DELAMARCHE se déplacent pour deux réunions pour la fondation de la BAI-XV les 4 et 11 avril 187556. Il écrit à François COMBES pour l’inciter à la  fondation de la BAI-XIII57.

En août 1882, il remplit les formalités pour l’autorisation du «syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine », structure que lui et Jean-Baptiste Girard rêvent de mettre en place dès le Second Empire. Il en reste président jusqu’en décembre 188858 ; il organise des conférences et y accompagne LAFFITTE ; il demande une subvention pour la bibliothèque positiviste en 1883 en tant que président du syndicat59. Entre 1873 et 1886, 17 conférences de DELAMARCHE sont organisées au bénéfice des BAI (XIV, XV, XIX) sur des sujets notamment historiques (Vercingétorix, , la guerre de 1870 avec visite des champs de bataille).

Éléments biographiques complémentaires : Candidat malheureux deux fois  à des élections : les législatives de février 1871 sur la liste de l’Union républicaine de GAMBETTA opposé à la paix60 et en 1895 au conseil général de la Haute Saône61. Il est élu  maire de Mont-le-Frânois en 1892 et poursuit  son mandat jusqu’à son décès en 1901.

Sa conduite pendant la Commune est scrutée deux fois par la justice en juin 1871, il se défend d’avoir été un fonctionnaire de la Commune, puis 14 ans après, en 1885, d’avoir été le chef d’une cour martiale pendant la Semaine sanglante. Le 2 juin 1871 il est sous le coup d’un mandat d’amener avec ordonnance de perquisition pour avoir été nommé le 2 avril à une commission de réorganisation et de direction de l’octroi de Paris par les membres de la Commune délégués aux finances (dont Eugène VARLIN) le 3/4/187162. Le 21/6/1871, il est jugé pour « usurpation de fonction » et bénéficie d’un non-lieu63.

Un journaliste du Cri du peuple, Jules BOULABERT, publie en 1885  un feuilleton, Les Vaincus,64 dont l’un des personnages : DELAMARCHE, commandant des volontaires de Montrouge préside une cour martiale boulevard des Fourneaux. DELAMARCHE attaque le journal en diffamation, gagne le procès  et en  publie le compte-rendu65. Les éléments contenus peuvent être croisés avec les documents étudiés par Pierre-Henri ZAIDMAN. Le 12 mars 1871 se tient une réunion. Delamarche tente de dissuader son bataillon de rallier la Commune au motif que l’on « ne peut pas se battre entre nous en présence des Prussiens ». Le 18 mars il part s’installer à Versailles chez un parent de sa femme, BIDAULT, serrurier, témoin lors de leur mariage. Il dit qu’il ne sait pas où se trouve le gouvernement et se sent suffisamment menacé pour déposer une plainte au commissariat le 16. Il dit aussi que s’il était resté à Paris il aurait rejoint l’ALUR comme Anthime CORBON et Henri HARANT. Il semble avoir passé le temps de la Commune  à Versailles . Le 27 avril il est nommé chef  des gardes nationales du 14e ralliés à Versailles  Le 21 mai ,les troupes sont au château de Bel-Air à Bièvres.  Le 22 mai au matin elles   quittent Versailles et n’arrivent à la mairie du  14e  que le 24 à 6 heures du matin, ayant passé deux nuits à l’École militaire .  

Le 5/12/1885 se tient le procès qu’il engage contre Le Cri du Peuple. Aucun témoin, même à charge, ne peut affirmer l’avoir vu dans la cour martiale . Viennent témoigner en sa faveur 23 personnes dont 5 anciens volontaires de Montrouge devenus fédérés, arrêtés et passés devant les conseils de guerre, Louis Auguste SEBOURGUE, typographe , Jean ROUCH, cordonnier, Charles Joseph Xavier COLLIN, menuisier , Louis Valérie ROTY, distillateur 66, Gaston ROGGEN qui est donateur à la BAI XIV. Témoignent aussi 2 volontaires partis à Versailles, Nicolas LEMONNIER, fourrier d’ordre, et Ernest Édouard FRIBOURG. Après le procès, le Banquet annuel des républicains du 14e se transforme en une fête d’hommage à DELAMARCHE. Y assistent Jean Baptiste GIRARD, Georges MAURY, architecte, président de la BAI-III, les positivistes avant leur scission : Émile CORRA, Pierre LAFFITTE, Charles JEANNOLLE, Auguste KEUFER, Paul DUBUISSON, ainsi que des anciens volontaires de Montrouge.

DELAMARCHE ne réussira pas à se débarrasser des soupçons et par exemple en 1886 Édouard MÉRLIEUX, professeur à la Philotechnique choisit d’en démissionner et l’annonce par voie de presse pour protester contre la présence de DELAMARCHE à l’association67.

Il est nommé officier d’académie le 30/12/1887, au titre de ses fonctions de président du syndicat des bibliothèques populaires libres du département de la Seine et délégué cantonal du 14e68.  

Écrits de la personne : Récit du procès déjà cité  Multiples CR des BAI-XIV et BAI-III ; le premier compte-rendu à la BAI-III est rédigé lors de l’assemblée générale du 12 novembre 1861

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici. CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP: Association polytechnique. APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. NMD : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 19 juin 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Paul Delamarche," in Bibliothèques populaires, 19/06/2021, https://bai.hypotheses.org/4933.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, voir  page 286. []
  3. CR BAI-III,  1863-64. []
  4. CR BAI-III, 1864-68. []
  5. CR BAI-III, 1869-71. []
  6. CR BAI-III 1873-74. []
  7. CR BAI-III, 1875-77. []
  8. AD52, Fayl-Billot, registre des naissances, 1833-1842,  E dépôt 10277, vue 35/198 n°65, voir ici. []
  9. AD70, Mont-le-Frânois, NMD 1893-1902,  vue103/117,  acte 2  voir ici. []
  10. Merci à Jean-François BOHÈME (chrimojef) sur Geneanet, voir ici. []
  11. AD52, registre des naissances 1823-1832,  E dépôt 10274, vue 161/220, acte 31, voir ici. []
  12. AD75, registre des mariages, V3E/M 275, vue 38/51, voir ici. []
  13. AD92, registre des naissances, 1844, E_NUM_MON 69 1844, vue 8/50, voir ici. []
  14. AD52, NMD 1807-1812, 1 E 197/12. []
  15. AD75, V3E/D40, vue 20/51 ici . []
  16. AD75, registre des mariages du 18e arrdt,  1860,  V4E2094, vue 15, voir ici. []
  17. AD70,  Mont-le-Frânois, NMD, 1893-1902, vue 19/117, acte n° 6,  voir ici. []
  18. AD75, 1865, registre des mariages, 10 V4E1172, acte 663, vue 15/31 voir ici. []
  19. AD78, 111642, acte 547. []
  20. Merci aux bénévoles du “fil d’Ariane” pour la copie du contrat passé chez Maître BESNARD à  Versailles. []
  21. Merci aux bénévoles de “la SALSA” pour la copie du  contrat passé chez Maitre BIGAUDET, notaire à Champlitte, Haute-Saône, le 23 /2/1879, cote  2 E 4672. []
  22. AD75, registre  des naissances, 17e arrdt, V4E 2016, acte 2474, vue 37/31, voir ici. []
  23. AD70, Mont-le-Frânois, NMD 1883/1892, acte 1, vue 71/121, voir ici. []
  24. Dossier individuel de personnel de DELAMARCHE Étienne, SHD,  cote GR 5 YE 64629. []
  25. Information communiquée par Pierre-Henri ZAIDMAN. []
  26. Communiqué par Pierre-Henri ZAIDMAN. []
  27. Base LEONORE : voir ici. []
  28. ADVP, D2R4 17,  notes communiquées par Pierre-Henri ZAIDMAN à propos de 4 lettres de DELAMARCHE. []
  29. BMO, ville de Paris, 31/10/1882, voir ici. []
  30. BMO, 6/3/1887, voir ici. []
  31. Biographie établie par sa sœur, dossier DELAMARCHE, maison d’Auguste Comte. []
  32. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF []
  33. Bulletin de l’Association philotechnique. []
  34. Bulletin de la société Franklin, 10e volume 1878, assemblée générale du 1 avril 1878, page 74, voir ici. []
  35. AD23, cote 11J850,  CR BAI-XIV 1871, documents signalés par  Agnès SANDRAS  ; CR BAI-XIV 71-72. []
  36. Dossier DELAMARCHE,  maison d’Auguste COMTE, signalé par Michel BLANC :   lettre de JEANNOLLE à Claire DELAMARCHE. []
  37. BMO du 13/1/1884. []
  38. Dossier DELAMARCHE maison d’Auguste COMTE. []
  39. La République française du 18/8/1872,  page 3 /4. []
  40. Claude Schkolnyk, Victoire Tinayre 1831-1895. Du socialisme utopique au positivisme prolétaire, Paris, L’Harmattan, 1997. []
  41. Le Siècle, 3/10/1867, voir ici. []
  42. Louise MICHEL figure sur la liste des donateurs lors du rapport de l’A.G. du 20 /10 /1872 . Elle est alors emprisonnée à Auberive. Figure au premier catalogue de 1877 de la BAI XIV : Lettres du Jour de L’an, publié à son compte par Théodore MAUTÉ de FLEURVILLE , beau-père de Verlaine et délégué cantonal des écoles du XVIIIe. []
  43. Draperi J.F; . La république coopérative ; Jean Gaumont : Histoire générale de la coopération en France, Tomes 1 et 2. []
  44. Le Rappel du 9/9/1880. []
  45. Le Rappel du 20/4/1882, voir ici. []
  46. JO, 14/7/1887, voir ici. []
  47. BMO du 26/6/1888, voir ici. []
  48. JO du 30/12/1887, voir ici. []
  49. Le Bien public 2/3/1876, voir ici. []
  50. Bulletin de la Société Franklin, 1878 page 250, voir ici. []
  51. CARAN : MC/ET/XXVIII/1644. []
  52. Voir billet sur Charles Plomb ici. []
  53. Archives du Service historique de la Défense : 8J 293. []
  54. CR BAI-XIV. []
  55. Dossier DELAMARCHE, maison d’Auguste COMTE. []
  56. CR BAI-XV. []
  57. Voir ici les billets sur la bibliothèque des amis de l’instruction dans le 13e arrondissement de Paris. []
  58. Recueil des actes administratifs de la Préfecture du département de la Seine de 1884 à 1899, voir ici. []
  59. BMO du 30/12/1883, voir ici. []
  60. Les Murailles politiques françaises : depuis le 4 septembre 1870, voir ici. []
  61. Le Réveil de la Haute-Saône du 25 juin 1895, AD Haute Saône : 1PJ2 –  vue 99/104  voir ici. []
  62. Journal des Débats du 3 avril 1871, voir ici. []
  63. Tribunal civil de la Seine, 21/6/1871, AD75, D3U6/1. []
  64. Le cri du Peuple du 12/8/1885 et jours suivants, voir ici. []
  65. Procès en diffamation. M. Delamarche contre le “Cri du peuple” : application de la loi sur la presse du 29 juillet 1881 / Cour d’assises de la Seine (Paris) 1886,  Arnoult, D.- J. Daniel. Voir ici. []
  66. Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie 1871-1880. []
  67. Notice DELAMARCHE Étienne, Paul par Gauthier Langlois, voir ici. []
  68. JO du 30/12/1887, voir ici. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : César Daly

DALY, César Denis (1811-1894)

César Daly par François Gobinet de Villecholle dit Franck (1816-1906). Photographie, tirage albuminé, 2e moitié du 19e siècle. Musée Carnavalet, Histoire de Paris, numéro d’inventaire : PH48899

 

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

César Daly a 50 ans en 1861. Architecte reconnu, il est le fondateur de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics. Proche des Fouriéristes, ami de Victor Considerant, il est l’architecte du phalanstère. Il a été un candidat malheureux à l’Assemblée constituante en 1848. Architecte diocésain chargé de la restauration de la cathédrale d’Albi, il se rapproche de l’Empire après 1856.

 

NOM : DALY

Prénoms : César Denis

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 144,  juste avant Auguste MOREL, son imprimeur libraire, patron libéral et social.

Rôle dans la BAI-III : membre du Conseil de patronage (1861) ; donateur de livres1.

 

État-civil et famille :

César DALY nait à Verdun (Meuse) le 17 juillet 1811 sous le nom de DALEY2.

Il est le fils naturel reconnu de John Denis DALEY, commissaire des vivres de la marine royale britannique, et de Camille Augustine de BERNARD, âgée de 25 ans selon la déclaration3, née à Calonne-Ricouart (Pas-de-Calais), fille de Louis Marie Joseph de BERNARD seigneur comte de Calonne et autres lieux, et de Marie Louise Charlotte Adélaïde de RAULIN. John DALEY est un prisonnier de guerre anglais âgé de 32 ans, natif de Portsmouth en Angleterre, logé à Verdun chez la dame veuve QUINAUT, rentière, demeurant rue Saint-Lambert.

Il a une sœur, Camille Charlotte, née en 18134.

Leurs parents  se marient en Angleterre.
À 49 ans, il épouse le 12 janvier 1860 à Paris (6e arr.) Marie Joséphine Sidonie AYGALENG, sa cousine et sa secrétaire5, âgée de 39 ans, née le 12 novembre 1821 à Roclincourt (Pas-de-Calais), fille majeure de Jean Pierre AYGALENG et Adélaïde Augustine [illisible], tous deux décédés au moment du mariage.
Ils ont trois fils, deux architectes, Marcel Robert Dyonis né en18606, Raymond Auguste né en 18627, et un éditeur, Victor Camille né en 1862, frère jumeau de Raymond Auguste8.

Il décède à Wissous (Seine-et-Oise, aujourd’hui Essonne) le 11 janvier 18949.

Professions : Dessinateur, architecte, sculpteur, éditeur, directeur de publication.

Adresses connues :

Il habite à Paris, 6 rue de Fürstenberg lorsqu’il dépose un brevet d’invention, le 13 juin 184210 ;
8 place Saint Michel en 1861, lorsqu’il est membre du Conseil de patronage de la BAI-III11  ;
60, rue Monsieur le Prince le 22/10/1863, lors de son inscription à la Société du crédit au travail (voir plus bas).
6 rue de la Sorbonne en 1862-1865 : 4 appartements loués, comportant probablement habitations et bureaux12  ;
et il décède à Wissous13.
Les adresses professionnelles de la Revue générale d’architecture sont à Paris, 6 rue de Fürstenberg (1843-1859), rue de la Sorbonne (1862-1865).

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique : non.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique 14 :
Il est fouriériste dès 1830, ami personnel de Victor CONSIDERANT, collaborateur de La Démocratie pacifique (1843-1851), architecte du phalanstère. Il participe à l’organisation des banquets politiques commémoratifs de l’anniversaire de la naissance de Charles Fourier.
En 1848, il s’implique pleinement, comme d’autres fouriéristes15 dans le mouvement associationniste : il adhère au club de Blanqui, la Société républicaine centrale16, offre sa participation à la commission du Luxembourg et fait partie de la commission chargée d’organiser la Banque du peuple de Pierre Joseph PROUDHON17. Le but de ce projet révolutionnaire de banque mutualiste et de coopération entre associations ouvrières, est de créer une sorte de monnaie alternative sous forme de bons de circulation qui peuvent représenter des sommes peu importantes, et ainsi soutenir l’activité économique des adhérents.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association18:
Il est membre dès 1848 de l’Académie d’architecture et de la Commission des arts et édifices religieux, membre correspondant de la Société académique d’architecture de Lyon à partir de 1862, membre de la commission du Mexique au Comité des travaux historiques et scientifiques19. Il crée une Société d’artistes décorateurs et industriels en 1848.
Grand voyageur, il fait aussi partie de nombreuses académies européennes, américaines et russes.
Il est membre de la Société de géographie de Paris et de la Société d’anthropologie de Paris en 1865.
Souscripteur de l’Union ouvrière de Flora TRISTAN en 1843 et 184420, il participe au lancement en 1863 du Crédit au travail dirigé par BELUZE, ex icarien, avec Joseph DELBROUCK, lecteur n° 30, Louis-Marie FONTAINE, lecteur n° 12 [voir fiche FONTAINE], et à des coopératives de consommation telles que l’Association générale d’approvisionnement et de consommation, ou l’Association générale d’approvisionnement de Passy (Poindron et Cie), avec Jean-Baptiste GIRARD, Joseph DELBROUCK et de nombreux fouriéristes, ou la Sincérité21.


Il s’engage aussi dans l’aventure colonisatrice de l’Union agricole d’Afrique (Saint-Denis-du-Sig, Algérie), et participe à L’Économiste français, « organe des colonies, de la colonisation et de la réforme sociale par l’association et par l’amélioration du sort des classes pauvres », du fouriériste Jules Duval22.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  :

Donateur à la BAI-III, il suit et soutient comme donateur les neuf membres connus de la bibliothèque qui vont fonder la BAI-V en 186323.
Jean Baptiste GIRARD, aussi membre de l’Association générale d’approvisionnement de Passy [voir fiche GIRARD].
Des amis, simples lecteurs  : Pierre ANDRÉ [voir fiche], membre de la Société commerciale André, Daly et fils, et adhérent à la Société du crédit au travail24 ; Joseph LACROUX, qui habite avec DALY en 1861, 8 place Saint-Michel [voir fiche], et l’imprimeur-lithographe Nicolas FÉLIX, domicilié à la même adresse que Pierre ANDRÉ, 240 rue Saint-Jacques, en 1861.
Des membres du conseil de patronage, dont il fait partie : Edouard LABOULAYE [voir fiche LABOULAYE], Eugène LIONNET [voir fiche LIONNET] ; Jean Augustin BARRAL [voir fiche BARRAL] dont il est témoin à son deuxième mariage, donateur à la BAI-III, puis lui aussi donateur à la BAI-V25.

Louis-Marie FONTAINE, simple lecteur, et comme lui un des membres du Crédit au travail.

Il connait aussi et apprécie, dès les années 1849, Joseph DELBROUCK, simple lecteur à la BAI-III et fondateur de la BAI de Vernon (Eure). Il publie dans la Revue générale de l’architecture et des travaux publics 26 les projets de cet architecte fouriériste, pacifiste militant, très engagé dans le mouvement associationniste27.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : Outre les précédents (voir ci-dessus), Marc Aurèle RATAUD, maire du 5e arr. entre 1860 et 1870 et donateur comme lui à la BAI-V, qui participe le 18 mars 1866 à la 1ère assemblée générale dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne.

Éléments biographiques complémentaires28:

César Daly est Anglais par son père. Il est issu par sa mère de deux puissantes familles d’Artois de l’Ancien Régime, les BERNARD de CALONNE et les RAULIN de BELVAL. Ce sont des légitimistes ruinés. Ayant perdu toute influence politique, ils sont exclus des postes prestigieux, mais bénéficieront de la loi dite du « milliard des émigrés » votée sous Charles X.
Sa position sociale est ambigüe. « Daly, aristocrate déclassé de naissance illégitime, comme d’autres enfants de naissance ambigüe, comme Émile de Girardin, a choisi la carrière de journaliste et en est sorti un pionnier de la presse française29» : naissance illégitime, double nationalité, aristocratie ruinée, jeunesse dans la gêne, architecte non passé par l’École des Beaux-Arts. Mais il est talentueux, chaleureux, beau parleur et brillant. Il rencontre le fouriérisme et surtout son ami Victor Considerant. Il devient l’architecte des phalanstères, mais garde toujours des liens avec le milieu de ses origines.
Il soutient avec plus ou moins de bonheur « la classe si intelligente de nos ouvriers et artistes-industriels », définition qui s’applique bien aux artisans fondateurs de la BAI-III. Il défend l’existence et l’utilité d’un art d’émulation vivant et inventif, accessible au plus grand nombre, mais il ne s’engage pas totalement dans le fouriérisme. Il participe activement, dans ses écrits, à la réflexion sur le métier d’architecte. Attiré par le faste et fidèle en amitié, il se rapproche de l’Empire après 1856.
Vers 1828-1830, sa mère, veuve depuis 1824 et sans argent, rentre en France. Il prépare l’entrée à Polytechnique au collège de Douai, échoue et travaille chez l’architecte M. MALTAIS.
En 1831-35, à Paris, il s’inscrit à l’atelier d’architecture de Félix DUBAN et se lance aussi dans des études de droit avec son beau-frère LOY, fils d’un avoué à la Cour d’appel de Douai. Il n’est jamais élève de l’École des Beaux-Arts.
En 1836, il fréquente les milieux socialistes, est compagnon de route des fouriéristes. Après l’incendie de la cathédrale de Chartres, il en écrit l’histoire et dessine des planches pour le journal fouriériste La Phalange 30. Elles sont exposées au Salon et dans plusieurs grandes villes. Trois d’entre elles sont offertes aux nouveaux abonnés du journal ou vendues au profit de la restauration de la cathédrale. Il est lancé.
Sur la proposition de « l’École sociétaire », structure instaurée par les fouriéristes qui se réclament non pas d’un homme mais d’une science sociale, il reprend un projet de phalanstère pour 400 enfants à Condé-sur-Vesgre. Il reçoit 10 000 francs pour ce travail, qui s’enlise par manque de budget. Il est désormais connu comme l’architecte du Phalanstère.
En 1837, il supervise la confection du masque mortuaire de Charles FOURIER.
À la même époque, il se lie d’amitié à Paris avec Jules BARBEY d’AUREVILLY, dandy, journaliste à l’Europe, président d’un club catholique, défenseur des idées orléanistes, qui lui dédicacera en 1861 son ouvrage Du Dandysme et de George Brummell. Son cousin Alphonse de CALONNE, à l’origine de cette rencontre, deviendra plus tard rédacteur de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics.
En 1838, il écrit dans La Phalange « Le système social de Monsieur Owen31.
En 1840, il fonde la Revue d’architecture et des travaux publics32. Cette date est considérée comme celle de la création de la presse d’architecture en France33.

La revue a un rayonnement international considérable, et elle devient sa préoccupation première. Il en est le directeur. On y retrouve des influences saint-simoniennes et fouriéristes sur les notions d’art, d’architecture et de sociabilité, d’industrie et d’innovation technique. Une aide de sa mère, grâce au « milliard des émigrés », ne serait pas étrangère au luxe et au raffinement de la revue. Il obtient des médailles pour ses publications aux Expositions universelles de Paris (1855) et de Londres (1862), et une médaille d’argent à l’Exposition universelle (Paris) de 186734. .
En 1843-44, il est choisi par Flora TRISTAN pour construire le Palais de l’Union ouvrière (voir plus haut). Il compte parmi les souscripteurs de son ouvrage intitulé Union ouvrière. Un brevet d’invention demandé en 1842 lui est délivré pour un système de pavage.
En 1845, débutent ses grands travaux de restauration de la cathédrale d’Albi ; il devient architecte diocésain, poste qu’il conserve pendant 32 ans. Il est membre de la commission des arts et édifices religieux.
Il est alors un des neuf membres du conseil de l’École sociétaire, mais il rédige très peu d’articles dans La Phalange. Les articles parus dans la presse fouriériste sont en général repris de la Revue générale d’architecture.
En 1848, il est membre de la Société républicaine centrale, le Club fondé par Auguste BLANQUI. (V. CONSIDERANT et F. CANTAGREL sont en exil).
Il se propose pour participer à la Commission du Luxembourg créée par le gouvernement provisoire, destinée à réfléchir à l’organisation du travail, et que préside Louis BLANC. À la demande de celui-ci, il dessine pour la Commission les plans d’établissements où 400 ménages ouvriers, disposant chacun d’un logement distinct, pourraient bénéficier des avantages de la consommation en commun.
Il se bat pour que les artistes industriels soient reconnus au même titre que les autres, et fonde une Société d’artistes décorateurs et industriels d’environ 400 membres, en insistant « pour qu’ils soient admis dans les Sociétés des Beaux-Arts35». Mais cette société sera éphémère. Il se bat également pour la reconnaissance de l’art dans la vie de la nation : il provoque « une réunion d’architectes, peintres, sculpteurs, poètes et critiques d’art dans le but d’élire à la Constituante un député dont le mandat aurait été en toute occasion, les intérêts de l’art ; mais l’assemblée ne [peut] s’entendre36», quoi que plusieurs corporations, dont la corporation des ouvriers maçons et le corps des architectes, aient soutenu sa candidature37.
Il est candidat malheureux à l’Assemblée nationale constituante. Dans sa profession de foi, il demandait « la République avec toutes ses conséquences », suffrage universel, éducation professionnelle et générale garantie à tous, droit au travail, respect de la propriété, « union fraternelle entre les chefs d’industrie et les ouvriers », retraite pour les travailleurs.
Enfin, PROUDHON le charge de participer à l’organisation d’une banque du peuple, en liaison avec les travaux de la Commission du Luxembourg. Mais, outre les divergences de celui-ci avec le gouvernement, la mutualité du crédit n’est pas acceptée par la législation.
La même année, il entre à l’Académie d’architecture, est nommé membre de la commission des arts et édifices religieux.
1854-57, il rejoint Victor CONSIDERANT à Washington, puis le groupe « Réunion » au Texas, visite l’Amérique centrale, élabore des projets, et revient en France, où il se rapproche du gouvernement de l’Empire.
1861, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur38.
1864, il dédie la première livraison de son Architecture privée au XIXe siècle au baron HAUSSMANN.
Il dédicace à Prosper MÉRIMÉE, président de la commission des monuments historiques et proche de la famille impériale, son ouvrage intitulé Des concours pour les monuments publics, dans lequel il affirme que « le concours, c’est la démocratie dans l’art, c’est l’égalité des talents devant l’administration ». MÉRIMÉE le propose pour le jury de l’Exposition universelle de Londres, puis pour représenter l’architecture à la commission scientifique du Mexique.
1880, à l’initiative de César DALY et d’Eugène BURNOUF, Jules FERRY fait attribuer à Victor CONSIDERANT une pension annuelle de 1000 francs, qu’il refuse.
Il reçoit Victor CONSIDERANT à Wissous, durant 3 ans.
1891, il reçoit la Royal Gold Médal.
En 1894, il décède, très endetté39. Il est incinéré au Père Lachaise comme un libre-penseur. Son épouse Sidonie lui survit. À son décès, il laisse le manuscrit d’un Dictionnaire universel d’architecture inachevé40.

 

Écrits de la personne :

Notice ISNI : http://isni.org/isni/0000000066416536

  • Des concours pour les monuments publics dans le passé, le présent et l’avenir /par M. César Daly, Paris, 1861.
  • Des droits et des devoirs de l’architecte : envisagés comme constituant le programme nécessaire de tout journal […], César Daly, C. Daly (Paris), 1870.
    Les deux titres suivants sont conservés à la BAI-III :*
  • Revue générale de l’architecture et des travaux publics
  • L’ architecture privée au XIXe siècle : nouvelles maisons de Paris et de ses environs (Série. 1,3): Villas suburbaines — Paris: Ducher, 1870
Décorations intérieures peintes : l’architecture privée au XIXe siècle (troisième série). Vol. 2, Cabinets de travail, bibliothèque, accès et dépandances [i.e.], salles de concert, magasin, détails divers et parrallèles / par M. César Daly, Paris, Ducher, 1877, p. 3. Gallica (BnF).

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR BAI-III 
CR BAI-V

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).
BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).
CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.
COLL84 : Actes du colloque de 1984
COLL14 : Actes du colloque de 2014
CTHS : Comité des travaux historiques et scientifiques
DATA-BnF : BnF, Des fiches de référence sur les auteurs, les œuvres et les thèmes.
D. FOUR : dictionnaire du fouriérisme en ligne
LEONORE : base de la Légion d’honneur en ligne
MAITRON : site du Dictionnaire biographique en ligne

Auteur de la fiche : Geneviève Deblock

Fiche publiée le 24 juin 2021

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : César Daly," in Bibliothèques populaires, 24/05/2021, https://bai.hypotheses.org/4916.

  1. CR BAI-III 1861 ; CR BAI-III 1862/1. []
  2. AD 55. C. Daly, acte de naissance ; Arbre généalogique de César Daly. Les témoins de la déclaration de naissance sont Jean SALMON, marchand orfèvre âgé de 47 ans, et Louis CÉZILE, traiteur âgé de 32 ans, tous deux amis de ses père et mère. Le dossier de la Légion d’honneur indique une date de naissance erronée, 1809. []
  3. Elle est en fait mineure, née le 20 mai 1790. []
  4. Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle. César Daly et la Revue générale d’architecture et des travaux publics Paris, Picard, 1991. []
  5. ADP, C. Daly, Mariage , 1860 ; Ian Frazer, « La Vie secrète de César Daly » dans Hélène Lipstadt (dir.), Architectes et ingénieurs dans la presse, CORDA, 1980. Un contrat de mariage est signé chez Me Simon, notaire à Paris. Les témoins sont François Eugène Victor Auguste HERMILLE, chef de division au Ministère de l’Instruction publique et des Cultes, chevalier de la légion d’honneur et de saint Grégoire le Grand, 47 ans, demeurant 43 avenue de Neuilly, Désiré Gabriel LAVEDANT, homme de lettres demeurant 6 rue Lavoisier, tous deux amis de l’époux, Louis Auguste AYGALENG, ingénieur mécanicien, 45 ans, demeurant 1 rue du Cardinal Lemoine, frère de l’épouse, et Pierre Dominique BAZAINE, ingénieur en chef des Ponts et chaussées, chevalier de la légion d’honneur, 50 ans, demeurant 27 cité Vindé. []
  6. Marcel Robert Dyonis, né le 13 octobre 1860 à Wissous (Essonne), décédé le 15 septembre 1932 à Seattle (États-Unis), à l’âge de 71 ans, ingénieur civil, consul de France à Seattle (États-Unis). Voir ici sur Geneanet. RGA XXXIX, 1882, col. 103 ; Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle. César Daly et la Revue générale d’architecture et des travaux publics Paris, Picard, 1991. []
  7. Raymond Auguste, né le 23 février 1862, décédé après 1900. Il est inscrit à l’Ecole des Beaux-arts entre 1882 et 1885 sous le matricule 3432. Voir : AGORA. Base de données de l’INHA. ; D. FOUR : notice de Raymond Daly par B. Desmars. []
  8. Voir : AD91. DALY. Victor Camille. 1862. Naissance. Né à Wissous le 23 février 1862. AD91, voir ici. []
  9. AD 91, C. Daly, acte de décès. Les déclarants sont Victor Camille Daly, son fils, âgé de 33 ans, domicilié à Paris, 5 rue de Navarre, et Paul THOUVENEL, docteur en médecine, âgé de 40 ans, domicilié à Antony. []
  10. Bulletin des lois,  nº 1167, p. 1304, décret Nº 11729. []
  11. CR BAI-III, 1861. []
  12. ADVP, calepins du cadastre DP4 C, 1102, 1862-65. []
  13. AD91, C. Daly, acte de décès. []
  14. D. FOUR ; COLL 84 ; Banque du peuple : déclaration / [signée : P.-J. Proudhon], impr. De Boulé, Paris, 1849, suivi d’un rapport de la commission des délégués du Luxembourg et des corporations ouvrière, p. 8 ;  Jean-Claude Sosnowski, “Les banquets phalanstériens : une tentative d’initiation à l’harmonie“, Carnet de recherche « Une tradition oubliée : intellectuels et expérimentateurs socialistes 1830-1870 ». []
  15. Voir « La singulière actualité du fouriérisme sous la Deuxième République », D. FOUR. []
  16. Voir : Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes, histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848…, Paris, 1851. []
  17. Voir Olivier Chaïbi, « Banque (d’Échange et du Peuple) », Société P.-J. Proudhon. []
  18. Daly, César, L’ architecture privée au XIXe siècle: nouvelles maisons de Paris et de ses environs (Série 1,3): Villas suburbaines — Paris: Ducher, 1870 ; C. Daly, faire-part de décès ; CTHS. []
  19. Le technologiste, tome 17, 1894, p. 60. []
  20. D. FOUR ; Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? Quelques pistes de réflexion », Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, dir. Carole Christen, Laurent Besse, Presses universitaires du Septentrion, 2017. []
  21. Colloque 1984 ; Béluze, Jean-Pierre. Liste des commanditaires de la Société du Crédit au Travail 1863-1868. [s.l.], [s.n.], 1868. La banque coopérative fait faillite en 1868. ; MAITRON ; D. FOUR ; Bernard Desmars, « Des cours et des bibliothèques pour changer le monde ? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875) », dans Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, op. cit., p.151. []
  22. Jules Duval, 1862-1870. Voir Michèle Madonna-Desbazeille, « L’Union agricole d’Afrique, une communauté fouriériste à Saint-Denis du Sig, Algérie », D. FOUR, 2005 ; L’Union agricole d’Afrique : nouveau système de colonisation de l’Algérie, Lyon, 1846. []
  23. CRBAI-V 1865, 1866. []
  24. César Daly est témoin au mariage de son fils Antonin Adolphe André en 1878. []
  25. ADP. J.A. Barral, 2e mariage. 04/06/1866, Paris, 10e arr. Colloque 2004 ; D. FOUR ; dans un entrefilet de La démocratie pacifique du 22 février 1849, C. Daly rétablit une erreur dans le compte-rendu du banquet des ouvriers maçons de la Creuse du 20 février. Il en profite pour témoigner tout son respect pour Louis Delbrouck, défenseur des associations ouvrières. On voit par parenthèse, la loyauté du personnage, mais aussi sa popularité et son sens de la communication, car il semble avoir donné par écrit sa déclaration et le journal l’a donc imprimée. []
  26. Colloque 2004. []
  27. Colloque 2004 ; D.FOUR ; dans un entrefilet de La démocratie pacifique du 22 février 1849, C. Daly rétablit une erreur dans le compte-rendu du banquet des ouvriers maçons de la Creuse du 20 février. Il en profite pour témoigner tout son respect pour Louis Delbrouck, défenseur des associations ouvrières. On voit par parenthèse, la loyauté du personnage, mais aussi sa popularité et son sens de la communication, car il semble avoir donné par écrit sa déclaration et journal l’a donc imprimée. []
  28. CR-BAI-III 1861, 1862, 1865, 68-69 ; D. FOUR ; MAITRON ; Ian Frazer, « La Vie secrète de César Daly », op. cit. ; Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle, op. cit ., chronologie, p. 290-292 ; Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle. []
  29. Ian Frazer, op. cit. []
  30. Des concours pour les monuments publics dans le passé, le présent et l’avenir, par M. César Daly, Paris, 1861. []
  31. La Phalange, p. 27, 49, 81, 37. []
  32. 1840-1888. Imprimée par LACRAMPE, une association de 19 ouvriers dirigée par le lithographe et imprimeur en taille douce Jean Baptiste Xavier LACRAMPE, et connu pour la qualité de son travail. Voir : le Dictionnaire des imprimeurs libraires du XIXe siècle. []
  33. 4 ans auparavant,  parait Le Journal de l’industrie et du capitalisme (1836-1840), organe luxueux consacré principalement aux transports et aux chemins de fer. Il est dirigé par un groupe d’ingénieurs issus de la grande bourgeoisie, dont Auguste Perdonnet, et correspond à une période d’essor d’une presse spécialisée. []
  34. Daly, César, L’ architecture privée au XIXe siècle: nouvelles maisons de Paris et de ses environs (Sér. 1,3): Villas suburbaines — Paris : Ducher, 1870, op. cit. []
  35. Le Technologiste, tome 17, op. cit. ; La Démocratie pacifique, 24 mars 1848, p. 3, 4 : « Ce sont les artistes industriels surtout qui font comprendre au peuple les beautés de l’art ». []
  36. Le technologiste, tome 17, 1894, p. 60. []
  37. La Démocratie pacifique, 24 mars 1848, op. cit. []
  38. Légion d’honneur. Dossier : LH/650/13 []
  39. Ian Frazer, « La Vie secrète de César Daly », op. cit. []
  40. Le Technologiste, op. cit. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alphonse Pascal

PASCAL, Alphonse (1827-1894)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Venu de l’Isère avant novembre 1856, il est menuisier et suit les cours du soir pour les ouvriers. À 34 ans, en 1861, il s’inscrit à la bibliothèque, et aide un temps le bibliothécaire PLOMB.

 

NOM : PASCAL

PrénomsAlphonse, François

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 71

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB2

État-civil et famille :

Alphonse François PASCAL est né le 5 septembre 1827 à Saint-Romans (Isère), canton de Saint-Marcellin3. Pour la naissance d’Alphonse témoignent un menuisier et un maréchal ferrant. Son père, François Antoine, est boulanger à Saint-Romans. Sa mère, Marie Anne Hélène GUILLET, est sans profession déclarée.

Alphonse PASCAL se marie à 40 ans le 3 août 1867 à La Sône (Isère), canton de Saint-Marcellin4. Il épouse Marie, Célina ALLEMAND, 28 ans, ouvrière en soie puis dévideuse (c’est-à-dire qu’elle enroule en bobines la soie qui se présente en écheveaux), en 1868 d’après l’acte de naissance de son fils, et concierge à 58 ans en 1894 lors du décès de son mari. Elle est née le 17/6/1839 à Saint-Romans  et habite à La Sône jusqu’à son mariage. Le contrat  de mariage est passé chez Maître Arnaud Félix, notaire de Saint-Romans, le 1er août 1867, devant 4 témoins : un maître maçon, un propriétaire cultivateur, un rentier et Eugène PASCAL, 22 ans, tailleur à Saint-Just-de-Claix, canton de Saint-Marcellin, frère de l’époux.

Les futurs époux déclarent adopter le régime dotal à l’exclusion de toute communauté. Alphonse Pascal, ouvrier-menuisier a 40 ans.L’acte  définit  l’usage que l’époux peut faire des biens de  la future épouse, 28ans, ouvrière en soie, orpheline de père et de mère. Elle  apporte 1500 francs qui se décomposent ainsi :

  • 400 Francs représentant principalement son trousseau (linge, habillement, bijoux) qu’elle se réserve le droit de reprendre.
  • 300 francs fruits de son épargne et de ses économies, que son mari ne pourra utiliser qu’en sa présence et si elle y consent.

800 francs venant de la succession de sa mère qui devront être employé par Monsieur Pascal « solidement » : en acquisitions, en paiement de dettes hypothécaires grevant les biens des époux, ou en hypothèques ou privilèges qui devront être acquis au nom de l’épouse5.

Alphonse et Marie ont un fils, né le 15 juillet 1868 à Paris 11e arrondissement6. Alphonse François fils se marie à 28 ans le 8 septembre 18947, un mois avant le décès de son père. Menuisier, Alphonse fils habite 7 rue Voltaire. En 1935, il est ébéniste et habite 45 rue Crozatier dans le 12e. Il meurt à Paris 13e le 25 février 19488.

Alphonse PASCAL père est décédé le 12 octobre 1894 à Paris 11e9.

Professions : 1861 : menuisier (selon la liste des  lecteurs) ; 1867 : menuisier-ébéniste sur l’acte de mariage ; 1894 : concierge sur l’acte de décès.

Adresses connues : 1861 : 16 rue du roi de Sicile 4e arrondissement sur la liste des lecteurs ; 1867 : il habite 68 (12e arrondissement)  puis 61 rue du Faubourg Saint-Antoine (11e arrondissement) d’après les actes d’état-civil) ; 1888 : 98 rue Saint-Antoine 4e arrondissement d’après le dossier militaire de son  fils ; 1894 : 12 avenue de la République 11e arrondissement sur son acte de décès.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique10

il est élève des deux associations.

Polytechnique :

  • année scolaire 58/59, distribution des prix le 22/1/1860.  Le cours  a lieu à l’École Centrale. Il reçoit le 3e prix de langue française 2e année11. Assiste aussi au cours DABROWSKY, lecteur 167.
  • année scolaire 62/63, distribution des prix le 4 février 1864 : le cours se tient rue Jean Lantier. Il reçoit le 1er prix de géométrie élémentaire et une médaille12.

Philotechnique13 :

Il en suit les cours de 1856 à mars 186114.

  • Année scolaire 56/57, distribution des prix le 31 janvier 1858. Les cours se déroulent à l’école Turgot. Il reçoit un 2e prix au cours de géographie commerciale et industrielle.
  • Année scolaire 57/58, distribution des prix le 23 janvier 1859 : il reçoit une 4e mention en arithmétique1ère année .
  • Année scolaire 58/59, distribution des prix le 22 janvier 1860  : il reçoit une 3e mention au cours d’hygiène et de médecine usuelle, professeur HEBERT, donateur de livres15. Suivent le même cours PAUL Marie [voir fiche PAUL], MURET Charles, lecteur 181, PLOMB Charles [voir fiche PLOMB], CLOUET Zéphirin [voir fiche CLOUET], CLAUDIN Louis, lecteur 74, MICHEL Henri-François [voir fiche MICHEL]. Il reçoit le 1er prix au cours de chimie 1ère année, professeur DAVANNE, donateur de livres au 1er semestre 186216. Il reçoit une 4e mention au cours d’arithmétique 2e année, professeur LIONNET [voir fiche LIONNET]. Il reçoit un 4e prix au cours de langue française 1ère année, professeur MARGUERIN [voir fiche MARGUERIN]. Suivent le même cours MICHEL Henri-François, CHARDAR Jean-Eugène [voir fiche CHARDAR] et BRIÈLE Henri [voir fiche BRIÈLE]. Il reçoit une médaille.
  • Année scolaire 59/60 avec remise des prix commune aux deux associations (AP et APH) le 13 janvier 1861. En plus du prix déjà reçu de l’AP, il reçoit le 2e prix d’hygiène et médecine usuelle 1ère année, professeur POIRSON suppléé par SÉE. Suivent aussi le cours SALLÉ Louis [voir fiche SALLÉ], HALLIER Paul, lecteur 79 et FONTAINE Louis-Marie [voir fiche FONTAINE] ;
  • Année scolaire 60/61 avec remise des prix le 9 février 1862 : il reçoit une 1ère mention en géométrie 1ère année, le cours est à l’école Turgot, et une 3e mention au cours d’arithmétique 1ère année, professeur LIONNET [voir fiche LIONNET], le cours est à la Sorbonne. Alphonse y retrouve Louis SALLÉ inscrit juste avant lui sur la liste des lecteurs de la BAI-III.

 

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  :  relation avec les élèves de l’AP et de  l’APH et avec les 22 sociétaires qui aident le bibliothécaire PLOMB.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non repérées.

Éléments biographiques complémentaires :

Alphonse PASCAL est déjà  à Paris  en novembre 1856. Il a alors 29 ans. Menuisier, il suit les cours du soir. En 1867, il retourne se marier au “pays”, où sa famille demeure encore17.

 

Écrits de la personne : pas d’écrits à notre connaissance.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP: Association polytechnique. APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 7 mai 2021 ; modifiée le 3 octobre 2021.

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alphonse Pascal," in Bibliothèques populaires, 07/05/2021, https://bai.hypotheses.org/4907.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, voir  page 286. []
  3. AD38, Registre des naissances de Saint-Romans, 9NUM1/5E454/2,  année  1827, page 353, acte 17. Voir ici. []
  4. AD38, Registre des  mariages de La Sône, 9NUM2/5E496/3,   page 148,  acte 7. Voir ici. []
  5. Merci au bénévole du centre généalogique du Dauphiné pour la photographie de l’acte. []
  6. AD75, Registre des naissances, 1868, voir V4 E 1396, page 15, acte 2710. []
  7. AD75, Registre des mariages, 1894, voir  V4E 9149,   page 10, acte 1525. []
  8. Information reportée sur l’acte de naissance. []
  9. AD75, Registre des décès 1894, voir V4 E 9154, page 27, acte 2772. []
  10. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BNF. []
  11. L’ami des sciences 1860, voir ici. []
  12. Le Petit Journal 4/2/1864, voir ici. []
  13. Recueil de l’Association philotechnique– Palmarès, BnF. []
  14. Selon le palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  15. CR BAI –III, 1863/64 []
  16. CR BAI -III 1862 []
  17. Merci à Claude LEBRUN, fondateur et animateur du site « L’éclat de bois » de recherche généalogique sur les métiers de l’ameublement à Paris, qui nous confirme qu’il n’existe pas de déclaration de société au nom de PASCAL menuisier ou ébéniste ni aux adresses où il est repéré dans les actes d’état civil []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Louis Sallé

SALLÉ, Louis (1837–1870)

 

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

 

Venu à 19 ans d’Auxerre avec sa famille, il s’installe vers 1856 à Paris . En 1861, il est batteur d’or, tient son commerce et s’inscrit à la bibliothèque tout en suivant les cours de l’Association philotechnique. Il meurt à 33 ans pendant l’hiver 1870.

 

 

NOM : SALLÉ PrénomsLouis

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 81

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB2. Donateur de livres avant le 1/1/18623

 

État-civil et famille Louis Sallé naît le 31/3/1837 à Auxerre (Yonne). Les déclarants sont : Joseph MAQUAIRE, 57 ans, son grand-père maternel, agent de police, et Pierre Thomas GUIGNON, capitaine retraité, 59 ans4. Son père, Louis, Étienne, est marinier et fils de marinier quand il se marie le 12/1/18365. Il est charpentier de bateaux en 1837, sur l’acte de naissance de Louis. En 1840-1841, sur une durée de 15 mois, 739 bateaux ont franchi l’écluse d’Auxerre, 610 en montant et 129 en descendant. Il faut alors 60 heures pour gagner Paris par le « coche d’eau » qu’il ne faut  pas rater,  et un peu plus pour le retour, car  le bateau est tiré par des chevaux6. En 1856 et jusqu’en 1863 on trouve le père de Louis SALLÉ à Paris à l’hôtel de la place du Panthéon, 1 place du Panthéon, dans le 5e arrondissement parisien7. Il exerce la profession de « maître d’hôtel »8. En 1865, il est domicilié à Boulogne-sur-Seine (actuels Hauts-de-Seine) et clôt une société pour l’exploitation d’un hôtel rue Sedaine9. Il meurt à Boulogne le 6/7/187810. Sa mère, Françoise MAQUAIRE, 22 ans en 1837, est couturière quand elle se marie. Fille de Joseph, agent de police et de mère décédée.   Fratrie :

  • Thérèse Delphine, née le 18/4/1839, le père est absent11 . Elle se marie le 23/10/1856 avec HUGON Antoine à Saint-Etienne du Mont. Le marié habite Belleville. Témoins du mariage de la sœur : le père et Émile SALLÉ, domiciliés rue du pourtour Saint Gervais, actuelle rue François Miron (AD-75).
  • Ernest Louis né le 9/8/1841 à Auxerre12. Il habite un temps à Paris puis retourne vivre dans l’Yonne. On le retrouve domicilié à Saint Florentin en 1902 lorsqu’il déclare le décès de sa fille13.

Louis SALLÉ épouse Germaine, Eléonore BLONDEL  à Troyes (Aube) le 15/11/186214. La mariée a 17 ans, elle est née à Troyes le 20/6/1845. Son père, Nicolas, est marchand de grains ; sa mère est Madeleine Marie-Jeanne PATEAUX. Il y a un contrat de mariage chez maître Rousselès, notaire à Troyes, établi le 15/11/1862. Germaine est batteuse d’or en 1870 sur l’acte de décès de son mari. Elle se remarie le 12/12/1871. Elle habite alors 44 boulevard de Ménilmontant et exerce la profession de marchande de vin15.

Louis et Germaine ont eu une fille : Louise Delphine, née le 2/10 /1863 à Paris 10e arrondissement. Déclarants : Ernest SALLÉ, oncle, 22 ans, caporal au 78e de lignes en garnison à Limoges, et Charles Victor VARENNES, 33 ans, gérant de commerce, 25 rue du Faubourg du Temple 10e arrondissement16. Louis décède à 33 ans le 11/1/1870, au 139 rue Saint Maur, Paris 11e. Déclarants : Ernest SALLÉ, confectionneur d’adresses, 29 ans, son frère, 5 rue Saint Paul Paris 4e ; Apollinaire MERAT, boulanger, 31 ans, demeurant à Troyes, son beau-frère17. On ne connaît pas la cause de son décès, mais la France connaît alors une épidémie importante de variole, des cas de fièvre typhoïde et de rougeole18.

 

Professions : batteur d’or au 139 rue Saint-Maur, Paris 11e19. Il est gérant de la société de commerce20. Cette profession est rangée dans les métiers d’art et avec les orfèvres. Le produit final : des « feuilles » très fines rangées entre des papiers de soie. C’est l’alliage réalisé avec du cuivre ou de l’argent qui donne la couleur et la consistance. Le mélange est chauffé, puis laminé, puis battu. L’apprentissage était très long.

L’affaire est rapidement prospère. Si l’on compare la communauté des époux en 1862 et 1870 :

  • 13 000 francs lors du mariage21
  • 54 880 francs lors de l’inventaire22 après le décès prématuré de Louis SALLÉ.

Les 13 000 francs se décomposent en : habits, linge, hardes, bijoux, divers objets mobiliers personnels estimés à 2000 francs pour chacun des futurs et en dots faites par les mères sous l’autorisation des époux : 4000 pour le futur, 5000 pour la future.

Les 54 880 francs se décomposent principalement en : prisée du matériel 11 449 ; prisée des marchandises 14 230 ; créances commerciales 22 231.

 

Adresses connues : 26 rue des Fossés saint Jacques 5e (1861, registre dit des lecteurs) ; 185 rue Saint-Maur 10e (1862 et 1863) ; 139 rue Saint-Maur 11e (1870, décès et Firmin Didot).

 

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique23 Il est élève de l’APH de novembre 1859 à mars 1862 24.

  • Année scolaire 1859/1860, distribution des prix le 13 janvier 1861 : les cours sont à l’École Centrale. Il suit le cours de langue française 2e année et reçoit le premier prix. Il suit le cours d’hygiène et de médecine usuelle 1ère année et reçoit le premier prix. Le professeur est monsieur POIRSON, donateur de livres avant le 1er janvier 186225. Suivent le même cours : Alphonse PASCAL [voir fiche PASCAL] et Louis-Marie FONTAINE [voir fiche FONTAINE] ; Il suit aussi le cours de géographie commerciale et industrielle, professeur François BAZIN [voir fiche BAZIN] et reçoit le 1er prix. Suit le même cours : Louis-Marie FONTAINE. Il suit aussi le cours de comptabilité et reçoit une 2e mention. Professeur REVERT, donateur de livres en 1863/186426. Suivent aussi le cours : Adolphe NORET [voir fiche NORET] et Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD]. Il reçoit une médaille pour ces trois premiers prix et un livret de caisse d’épargne au nom de S. M. l’Empereur.
  • Année scolaire 60/61 avec distribution des prix le 9 février 1862 : il reçoit une deuxième mention au cours d’arithmétique 2e année et le deuxième prix de chimie 1ère année, professeur DAVANNE, donateur de livres le premier semestre 186227. Il reçoit le 1er prix d’arithmétique 1ère année (professeur LIONNET) [voir fiche LIONNET] ; le cours est à la Sorbonne. Il reçoit une médaille et un livret de caisse d’épargne au nom de S. M. l’Impératrice.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

 

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

 

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

 

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  :  relation avec les élèves de la philotechnique et avec les 22 sociétaires qui aident le bibliothécaire PLOMB.

 

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non repérées.

 

Éléments biographiques complémentaires : pas pour le moment.

 

Écrits de la personne : pas d’écrits à notre connaissance.

 

Sources :

 

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

 

Abréviations :

 

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP: Association polytechnique. APH: Association philotechnique.

 

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

 

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

 

Auteur de la fiche : Louise Oudin

 

Fiche publiée le 27 avril 2021 ; modifiée le

 

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Louis Sallé," in Bibliothèques populaires, 27/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4891.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, voir  page 286. []
  3. CR BAI-III 1861/62. []
  4. AD 89 NMD 1837 5Mi122 /4 acte 85, voir ici. []
  5. AD-89 NMD  1836 : 5Mi 122/3 vue 173/391, voir ici. []
  6. Paris synoptique : nouveau guide parisien illustré, présentant… les indications nécessaires à un étranger pour s’orienter et se diriger facilement dans Paris, pour se loger, se nourrir, se vêtir, vaquer à ses affaires ou à ses plaisirs… par M. Van-Tenac  Charles (1798-18..),Paris, 1845, voir ici. []
  7. Mariage de Thérèse, Delphine, sœur de Louis. []
  8. Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Firmin Didot et Bottin réunis 1857 à 1863, voir ici. []
  9. Le moniteur universel du 22/11/1865, pages 6/8. []
  10. AD-92, Boulogne Billancourt, décès 1878, voir ici. []
  11. AD-89, NMD, 1839 : 5 Mi 123/1, acte 116, voir ici. []
  12. AD-89, NMD 1841 : 5 Mi 123/3, acte 220, voir ici.)). Il se marie à Bordeaux en 1884 et légitime alors une fille née à Bordeaux en 1874 ((AD-33, 1884, mariages :  4 E 15545, acte 53. []
  13. AD-89, NMD, 1900-1904 : 5MI 1325/7, vue 280/323, voir ici. []
  14. AD-10, 1862, mariages :  4 E 387-354, vue 229/255, voir ici. []
  15. AD-75, 1871, mariages : 20 V4E 5220, vue 17/31, voir ici. []
  16. AD-75 []
  17. AD-75 []
  18. Le Rappel, 18/1/1870, voir ici. []
  19. Voir la liste des lecteurs de 1861 et le CR BAI-III 1863/64, ainsi que son acte de décès et l’ Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Firmin Didot et Bottin réunis, 1870. []
  20. Actes de mariage et de naissance de sa fille. []
  21. Merci aux bénévoles de l’Association de généalogie de l’Aube pour la photographie prise aux AD du contrat de mariage chez Maître Rousselet à Troyes le 18 novembre 1862. []
  22. AD75 Fichier des successions 1870 DQ7 12919. []
  23. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BNF. []
  24. Selon le palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  25. CR BAI-III, 1861/62, page 21. []
  26. CR BAI-III, 1863/64. []
  27. CR BAI-III, 1862. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin

LANDRIN, Hippolyte (1842-1926)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Né à Paris, bronzier dès l’âge de 16 ans, il est élève des cours du soir. En 1861, à 19 ans, il s’engage à la BAI-III. Il est élu à 25 ans délégué des ouvriers du bronze en 1867 et devient membre de la commission ouvrière à l’Exposition universelle de Paris. Adhérent de l’AIT, il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au congrès de Bâle en 1869.

NOM : LANDRIN

PrénomsHippolyte, Pierre 

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 151

Rôle dans la BAI-III : de 1861 à au moins 1871 : aide le bibliothécaire PLOMB2, administrateur3, secrétaire4 puis comptable5

État-civil et famille6: né à Paris (anc.4e arrdt) le 11 avril 18427. Son père François Hippolyte, né à Paris en 1819, est ciseleur en 1870 et meurt à 73 ans le 22/1/1892 à son domicile 41 rue de Turenne Paris 3e8. Sa mère, Adélaïde Joséphine COULON, née à Paris vers 1820, meurt à 71 ans quelques jours après son mari au domicile conjugal le 29/1/18929. Hippolyte LANDRIN est déclarant du décès de ses deux parents et aussi de ses beaux-parents.

Il s’est marié à Paris 11e le 10 février 187010 avec Anne Rose DELEZEVE, reperceuse en bijoux. Elle est née à Paris (anc. 6e) le 27/1/185011. Elle a pour parents  Pierre Hercule DELEVEZE propriétaire et Anne ANTHEAUME qui habitent 43 rue des Trois Couronnes, Paris 11e arrdt. L’annonce du mariage d’Hippolyte et Anne-Rose paraît dans le journal Le Pays12. Les témoins sont : Léon, Mars LEGAL, 31 ans, menuisier-modeleur, lecteur 163 de la BAI-III, 41 rue des Rigoles, et élève avec lui de l’APH ; GIROD ; François Victor DELEZEVE, ciseleur, 24 ans, frère de l’épouse ; Julien Joseph COULON, mouleur, oncle de l’époux. Leur fille,  Fernande Adrienne, est née le 8/2/1873 à Paris 3e. Elle se marie le 4 janvier 1909 à Fontenay-sous-Bois13. Elle habite 26 rue Pauline. Ses deux parents présents au mariage habitent alors le 15e.

Hippolyte meurt à 84 ans à Fontenay-sous-Bois (actuel Val de Marne), ville de résidence de sa fille le 22/11/192614. Anne-Rose meurt le 28/2/1940 à Fontenay-sous-Bois15.

Professions : en 1861 il est monteur en bronze16 ; même profession en 1870 et en 189117 ; en 1892, à 50 ans, il est lampiste d’après l’acte de décès de sa mère. 

Adresses connues : 1861 : 3 rue de Saintonge18 ; 1863/64 et 1870 : 12 rue Neuve Saint-François qui devient le 12 rue Debelleyme Paris 3e, où il habite avec père et mère ; 1873 : 7 rue des Enfants Rouges, Paris 3e; 1891 et 1892 : 17 rue de Poitou, Paris 3e19 ; 1897 et 1909 : 19 rue Copreaux Paris15e arrdt . Ils s’installent chez ses beaux-parents après leur décès. Les beaux-parents habitaient rue Copreaux depuis au moins 1873. 1926 : Fontenay-sous-Bois (adresse non trouvée), actuel Val-de-Marne.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 

il est élève des deux de novembre 1858 – il a alors 16 ans – à mars 186320.

À l’AP : année scolaire 1858/1859, distribution des prix le 22/1/1860. Les cours sont à l’École Centrale. Il est premier prix d’hygiène, avec pour professeur le docteur M.C. de MONTMAHOU, qui est donateur de livres à la BAI-III21. Il suit le cours avec CHARPENTIER [Voir fiche CHARPENTIER]. Il est aussi deuxième prix de chimie22. Année scolaire 1861/1862, distribution des prix le 8/2/1863 : il reçoit plusieurs prix23. Année scolaire 1862/1863,  les cours ont lieu à l’École Centrale. Il reçoit le 2e prix de chimie (2e partie) et le prix unique avec médaille de géographie24.

A l’APH : 1859/1860 : il reçoit une 1ère mention de chimie 2e année, cours qu’il suit avec Jean Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] et Henri MICHEL [voir fiche MICHEL]. Le cours est assuré par GRANDEAU [voir fiche GRANDEAU] qui est suppléant25.

 En 1853, l’AP avait envoyé des élèves à l’Exposition universelle de Londres. L’expérience ayant été jugée positive, 14 élèves de l’AP se rendent à celle de 186226. Quatre des délégués sont lecteurs à la bibliothèque et deux y sont membres actifs. Ils vont y passer 8 jours « sous le même toit » que les Italiens qui sont conduits par un ancien élève de l’École Centrale. Ils consignent l’expérience dans des rapports individuels malheureusement non retrouvés. LANDRIN fait partie du voyage de 1862 et rédige comme BERGER, sculpteur, LEGAL, menuisier (il s’agit de Léon LEGAL, lecteur 163 de la BAI-III, menuisier-modeleur, qui sera témoin de LANDRIN à son mariage en 1870), BOUCART, doreur, MATRE, dessinateur et comme le fouriériste VELLU, lithographe27, un rapport sur « les objets d’art, les bronzes, dorures, peintures, sculptures, meubles, etc. » ; LANDRIN reçoit une mention de deuxième ordre. Quant à CHARPENTIER, il est le seul à rédiger un rapport sur « la question des métaux » et reçoit une mention de premier ordre. Nous retrouvons aussi DABROWSKI, Nicolas Stanislas, lecteur 16728 et VALENS Auguste, élève de l’APH en 1862/186329 qui étudient la photographie et la typographie. BRUNEAU et LERCH, mécaniciens, traitent des grandes machines ; DIOT, peintre, étudie la décoration et MAUVOISIN la fabrication des chaussures.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : il est  délégué des ouvriers du bronze en 1867 et membre de la « commission ouvrière » et adhérent à l’AIT dans une « adhésion collective de la société des ouvriers du bronze » dont il est un des dirigeants30.

Nous n’avons pas retrouvé ce qu’il a fait pendant la guerre franco-prussienne ni pendant la Commune. En décembre 1871 il reprend ses  fonctions de comptable de la BAI lors de la réouverture après un an d’interruption. Il évoque dans son rapport les « oscillations financières que les événements douloureux traversés ont provoquées31 ».

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

en 1865 il est remercié lors d’une AG32 pour son zèle qui ne s’est jamais démenti avec Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY], Frédéric ERBS [voir fiche ERBS]  et BLOCH33.

Le le 5 octobre 1867, Hippolyte LANDRIN tient avec 7 autres personnes les cordons du poêle à l’enterrement d’Auguste PERDONNET 34, président de la BAI-III [voir fiche PERDONNET]. C’est le seul ouvrier à remplir ce rôle, aux côtés du ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, de deux sénateurs, du secrétaire général du Ministère de l’Instruction publique et de personnalités de l’industrie et des chemins de fer. Le discours que prononce alors LANDRIN est publié dans Le Temps sous forme d’une lettre ouverte signée notamment par Hippolyte LANDRIN, Frédéric ERBS [voir fiche ERBS], Jean Louis RIMET[voir fiche RIMET] et Jean Victor BELLAMY[voir fiche BELLAMY]35.

À l’AIT il retrouve des membres de la BAI-III comme : Édouard Ernest FRIBOURG [voir fiche FRIBOURG], Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY].

Il est témoin de la naissance de Jules Henri PLOMB le 8/5/1869, fils d’Honoré [voir fiche PLOMB].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

(voir également ci-dessus).

À l’AIT il croise de futurs amis de l’instruction du 14arrondissement :  Jean Pierre HELIGON qui, maire du 14e, va faciliter la création de la BAI  dès juin 1871 quelques semaines après la Commune, Charles LIMOUSIN, Germain CASSE, Henri TOLAIN.

 

Éléments biographiques complémentaires :

l’industrie du bronze à Paris vers 1860 donne du travail à 6000 ouvriers dans des ateliers situés en majorité dans les 3e et 11e.

Dans le rapport de l’Exposition universelle de 1862 figure la demande d’« une bibliothèque pour nous » par les délégués du bronze, ciseleurs36.

À la veille de l’exposition universelle qui se tient à Paris en 1867,  une grève est organisée37. Parmi les premiers membres de l’AIT38 se trouvent 6 bronziers en 1865. En octobre 1867, c’est avec  deux premiers membres de l’AIT, dirigeants de la première heure de la Société des bronziers : Arsène KIN, Joseph, Etienne dit Blaise PERRACHON qu’il souscrit pour 1 franc pour « les combattants de l’insurrection romaine »39. Pour l’exposition universelle en 1867, sept membres de la société des ouvriers du bronze partent en délégation sans le concours de la société d’encouragement.

Il s’agit de s’affranchir de toute tutelle. Les délégués de chaque corps de métier (qu’ils soient sous les auspices de la société d’encouragement ou indépendants) sont élus au « suffrage universel ». L’organisation des élections repose sur le réseau des sociétés de secours mutuels. Les 7 membres dont Hippolyte LANDRIN deviennent les représentants officiels et font partie de la Commission ouvrière créée à l’occasion.  La commission ouvrière est autorisée et peut multiplier les réunions. Après l’exposition les délégués rédigent un rapport40. Le rapport est imprimé par leur société de secours mutuel. Hippolyte LANDRIN adhère à l’AIT non pas individuellement mais comme membre de la « société des ouvriers en bronze ». Il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au 4e congrès de l’AIT à Bâle du 6 au 12 septembre 186941. Il signe en tant que délégué des sociétés ouvrières une protestation contre la répression des mineurs d’Aubin42. avec notamment Albert THEISZ43.

 

Le parcours d’Hippolyte LANDRIN est donc une illustration du lien entre «  la société des bronziers » et l’AIT qui  s’installe progressivement, même si l’AIT rencontre bien des obstacles comme des poursuites, procès et condamnations44. Déjà en 1864, avant la création de l’AIT, le “Manifeste des 60” rédigé par Henri TOLAIN (BAI XIV) avait été  signé par les dirigeants des bronziers : Zéphirin CAMELINAT, Arsène KIN, Blaise PERRACHON, Charles LIMOUSIN45.

Hippolyte LANDRIN croise à plusieurs reprises dans sa vie professionnelle et « militante » les « frères LANDRIN » Léon et Émile46. Les deux familles sont « pays », originaires du Vexin de deux communes (Magny en Vexin et Boissy l’Allier) distantes de 25 kilomètres. Aucun lien familial n’est trouvé en remontant jusque vers 1730 (Voir ici.). Émile est ciseleur (sur bronze) quand il est témoin au mariage de son frère Léon, tourneur en bronze, le 20/6/1863. Leur père Charles Antoine est lithographe imprimeur et né à Paris le 24/1/1812.

En 1870 l’appel contre la guerre de l’AIT est signé entre autres par Hippolyte LANDRIN, Henri TOLAIN, Jean-Pierre HELIGON, Germain CASSE  de la BAI XIV et Jean-Victor BELLAMY de la BAI-III47.

Rapport des délégués ciseleurs (…), Exposition universelle, 1867., BnF, cliché Louise Oudin.

 

Écrits de la personne :

Il est signataire du rapport écrit sur l’Exposition universelle de  1867 déjà cité (voir ici).

Il rédige 2 rapports comme comptable de la bibliothèque dont le premier est à lire ici48. LANDRIN y défend  «  l’idée coopérative appliquée  à la vulgarisation des lectures, pour tous et à l’aide de tous,  ». Il regrette «  le manque de vie sociale dans la bibliothèque, l’absence de lien dans la mutualité ». Il souhaite » le développement de l’idée coopérative grâce à la reprise des assemblées générales ».

 

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique.

APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 12 avril 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin," in Bibliothèques populaires, 12/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4872.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport GRANDEAU dans l’Ami des sciences. []
  3. CR BAI-III, 1862. []
  4. CR BAI-III, 1864/68. []
  5. CR BAI-III, 1869/71. []
  6. Merci à Christian Polydore et à Brigitte Legros (polydorech) de Geneanet. []
  7. AD 75, état-civil reconstitué, naissances V3 E/N 1293, vue 3/51, à voir ici. []
  8. AD 75 1892, décès, 03V4E5590, vue 18/ 31, voir ici. []
  9. AD 75 1892, décès, 03V4E5590 vue 23/ 31, voir ici. []
  10. AD 75,1870, mariages, 11 V4E1434, vue 4/31 ici. []
  11. AD 75, état-civil reconstitué, naissances, V3 E/N 673, vue 22/101, voir ici. []
  12. Le Pays du 12/2/1870, voir ici. []
  13. AD94, mariages, 1909, 4E2157, vue 1/203, voir ici. []
  14. Table décennale NMD 1923-1932, AD94, voir ici. Déclaration succession 1926 bureau de Vincennes, vue 72/119, voir ici. []
  15. AD94, table des décès 1933-1942, voir ici. []
  16. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  17. Liste électorale sur Ancestry. []
  18. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  19. Liste électorale de 1891 et acte de décès de sa  mère. []
  20. Selon les palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  21. CR BAI-III. []
  22. L’Ami des sciences, 1860, page 160. []
  23. Le Constitutionnel, 9/2/1863, page 2. []
  24. Le Petit Journal 4/2/1864, page 2. []
  25. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  26. Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  27. Il s’agit de Constant VELLU, 28 ans en 1862, fouriériste dès 1840 dont Bernard DESMARS avait repéré la présence à la polytechnique : DESMARS Bernard, « Vellu, Constant », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020, voir ici. []
  28. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  29. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  30. Jean MAITRON et R. SKOUTELSKY : Notice LANDRIN Hippolyte voir ici. []
  31. CR BAI III 1869/71, page 15. []
  32. CR BAI-III, 1863/64, page 7. []
  33. Il s’agit d’Émile BLOCH, lecteur 300, 19 ans, noté architecte (?) Registre dit des lecteurs. On le retrouve piqueur du service municipal pour un deuxième prix de trigonométrie et courbes usuelles sur le palmarès de la philotechnique en 60/61. Plus tard il sera architecte expert auprès du tribunal de commerce et professeur aux cours d’adultes de la ville de Paris []
  34. Journal des débats politiques et littéraires, 5/10/1867, page 2. []
  35. Le Temps du 6/10/1867. Le discours n’est pas reproduit par les autres journaux, ce qui explique la lettre ouverte… []
  36. Commission ouvrière (Paris).  Rapports des délégués du bronze, ciseleurs, tourneurs et monteurs publiés par la Commission ouvrière [Grandpierre, secrétaire]. 1863, page 40. []
  37. Voir par exemple : 1867 : Les ouvriers du bronze français soutenus par l’Internationale ouvrière, par Julien Grimaud sur Retronews. []
  38. Voir les sections françaises de l’AIT Annexe IV par ROUGERIE ici. []
  39. Le Courrier français du 23/10/1867, voir ici. []
  40. Rapport des délégués ciseleurs, tourneurs et monteurs, lu en séance publique le 8 novembre 1868 : bronze, orfèvrerie,  imitation, cuivrerie”.  Éditeur : société de crédit mutuel des ouvriers du bronze (Paris), date d’édition : 1869. []
  41. Rapport sur le congrès de Bâle par  Mollin, Gabriel (1835-1912). Paris, 1870, voir ici. []
  42. La Gironde du 17/10/1869, page 1, voir ici. []
  43. Voir la fiche MAITRON sur Albert Theisz élaborée par Michèle Audin ici. []
  44. Nous remercions Michel CORDILLOT qui nous a aidés à établir et comprendre ces liens. []
  45. L’Opinion Nationale,17/2/1864, voir ici. []
  46. voir la biographie établie par Jean MAITRON pour Emile ici et pour Léon ici. []
  47. Le Réveil des12 et 14 /7/1870, BnF, cliché Louise Oudin. []
  48. CR BAI-III 1864/68 et CR BAI-III  1869/71. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search