A propos

En 1984, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement parisien célébrait le centenaire de son installation au 54 rue de Turenne en organisant le colloque, « Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction », qui lui permettait de mieux connaître les hommes et les faits qui avaient joué un rôle dans sa création en 1861. En conclusion étaient évoqués pistes de recherches et futurs chantiers possibles, comme par exemple la reconstitution virtuelle des premiers fonds des bibliothèques populaires. Aujourd’hui, la découverte de certains fonds d’archives, les progrès de la bibliographie et de la numérisation facilitent de tels  projets.

En 2014, un nouveau colloque, intitulé « Les bibliothèques populaires du XIXe siècle à aujourd’hui », a permis de faire le point sur les recherches en cours, donnant lieu à une publication (Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014) et d’en susciter de nouvelles. Ouvert pour accompagner la préparation de ce colloque, ce carnet continue à recenser les sources connues sur les bibliothèques populaires et à en identifier d’autres, également passionnantes.

Des bibliothèques à la lecture publique

 

2 réflexions sur « A propos »

  1. Il semble y avoir peu d’information sur ces bibliotheques populaires Francaises: La domination des bibliotheques Municipales genre « musee » a cette epoque semble tres etendue, a en juger ce que Je lis a leur sujet…

    Les horaires des « municipales-musee » semblent incroyablement restreints au XIX siecle: 6-8 heures semaines, moins en Aout-Septembre… Seulement a l’approche du XX ieme siecle voit-on des horaires plus larges… J’aimerais savoir si il en etait de meme avec les bibliotheques populaires?

    Les bibliotheques jouent un role important dans une histoire que J’ecris, et je serais curieux de savoir si les librairies du XIX ieme siecle etaient moins cheres en France qu’en Angleterre, ou s’est developpe des 1750, vu le prix croissant des livres, le phenomene massif des « Circulating Libraries », sans equivalent en France (plus de 1000 au Royaume Uni en 1800!: Une chaine avait 7-8 millions de volumes en 1890, et bien qu’il y avait des copies multiples du meme romans « triple tome » -pour plus de 50% du volume des livres- il semble que 70-80% des titres n’etaient tout de meme pas des romans…)

    Bien que les « Circulating Libraries » etaient relativement cheres a souscrire (variable selon les etablissements), elles multipliaient tout de meme l’accessibilite des livres: La France du XIX eme donne en comparaison une impression de grand denuement pour l’accessibilite a bas prix des livres: Est-ce une fausse impression? Aux USA, a l’epoque, on semblait produire les livres (sans respecter les droits d’auteur toutefois) a un prix beaucoup moindre, et en grande quantitees: Etait-ce le cas en France? Ou est-ce que simplement la lecture y etait un privilege rare et/ou cher?

    Merci d’avance pour toute reponse. Gaston

    1. Les bibliothèques populaires avaient également des horaires restreints (par exemple deux soirs par semaine et le dimanche matin) pour la bonne raison qu’elles étaient gérées par des bénévoles, se limitaient le plus souvent au prêt d’ouvrages, et s’adressaient à des populations qui n’étaient libres qu’après leurs heures de travail. Pour les différences entre France et Angleterre, il faut lire la communication de M.-F. Cachin dans le livre qui vient de paraître sur les bibliothèques populaires (voir billet du 17/08 sur le colloque).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Histoire des bibliothèques et de la lecture populaires