Tous les articles par Geneviève et Pierre Deblock

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : JOSEPH LACROUX

LACROUX, Joseph (1832-1895)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Architecte originaire d’Albi, il est élève de César Daly. Il devient membre de son équipe dès les années 1850/55. Il a 29 ans en 1861, lors de son inscription à la BAI-III, et en 1865 il participe activement à la création de la BAI-V.

 

NOM : LACROUX

PrénomsJoseph Jacques

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : n°25, inscrit juste après Pierre ANDRÉ [voir fiche ANDRÉ]

Rôle dans la BAI-III : simple adhérent

Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : JOSEPH LACROUX

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Pierre Marie André

ANDRÉ (1826-1899), Pierre Marie

 

Pierre Marie ANDRÉ a environ 25 ans lorsque, dans les années 1850, il monte à Paris. Publiciste socialiste, il milite activement dans les clubs, puis il rencontre César Daly. Il le suit dans l’aventure de la Revue Générale de l’architecture  et les mouvements associationnistes. Il est un des premiers adhérents de la BAI-III, participe à la création de la BAI-V, et influence la fondation d’une bibliothèque populaire en 1877 au Bois-d’Oingt, son village natal.

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici).]

Nom : ANDRÉ

Prénom : Pierre Marie Anne

N° d’ordre dans le registre dit des inscriptions de la BAI-III :n° 24, entre Charles-Honoré Plomb [voir billets et fiche PLOMB] et Joseph Lacroux [voir fiche LACROUX].

Rôle dans la BAI : simple adhérent.

 

État civil et famille :

Pierre Marie ANDRÉ naît le 27 mars 1826 au Bois-d’Oingt (Rhône)1. Les déclarants sont ses aïeuls Claude François ANDRÉ, huissier royal, époux de Anne MALLEVAL, et Pierre Marie LOUIS, propriétaire.

Son père, Philibert Marie ANDRÉ, est géomètre2. À la naissance de celui-ci, en 1795, les déclarants sont son père, Claude François ANDRÉ fabricant de mousseline, et ses grands-parents paternels, Philibert ANDRÉ, jardinier et Marie PATISSIER, son épouse, qui déclare ne pas savoir signer.

Sa mère, Jeanne LOUIS, est tailleuse d’habits pour femmes3.

Trois de ses sœurs et deux de ses  frères sont décédés en bas âge4.

Il a un frère, Nicolas Thérèse (1827-1897), fabricant de tapis à Lyon en 18785, et trois sœurs : Antoinette Camille, couturière tailleuse, qui épouse en 1856 Barthélémy ROUSSET, clerc de notaire 6; Marguerite Micheline, modiste, qui épouse  en 1856 Jean-Antoine GIRAUD, huissier7 ; et Marguerite Euphémie, née en1842, qui vit chez sa sœur Antoinette en 18728. Toutes les trois signent avec les témoins et la mère de la mariée en 1878, au bas de l’acte de mariage de leur neveu Alphonse Antonin. Cela ne semble pas être un cas particulier si l’on consulte les différents actes de l’époque au Bois-d’Oingt. De même, en 1795, à Tarare, Marie PATISSIER est témoin déclarant la naissance de son petit-fils Philibert Marie, avec son mari Claude François ANDRÉ. Elle dit alors ne pas savoir signer.

La population du Bois d’Oingt est alors essentiellement constituée d’artisans et de commerçants.

Pierre Marie épouse à Paris (ancien 4e arrdt) Marie Sophie DUBOIS le 15 janvier 18539. Née à Bains (Bains-les-Bains, Vosges) en 1824, elle décède à 63 ans le 19 juillet 1888 à Paris, 80 rue Claude-Bernard (5e arrdt)10.

Sophie a un frère, Auguste, né en 1822, et trois sœurs : Augustine née en 1826 ; Joséphine née en 1827 ; Célestine Apolline née en 184011.

Pierre Marie et Sophie vivent quelques années en union libre, et leurs deux premiers enfants naissent avant leur mariage.

Ils ont trois enfants, une fille, et deux fils qui sont déclarants lors du décès de leur mère, en 1888. Alphonse Antonin habite alors 18 rue Flatters, et Philibert 80 rue Claude Bernard à l’adresse de sa mère.

Antonin Alphonse ANDRÉ, artiste graveur, naît à Paris (3e arrdt) le 20 décembre 1848. Il épouse, le 30 août 1878, Jenny Étiennette LEPIN, une jeune fille originaire du village de naissance de son père. Lors de leur mariage, au Bois-d’Oingt, César DALY qui a alors 67 ans, fait le voyage pour être premier témoin12.

Eulalie Sophie ANDRÉ naît, le 20 janvier 1852 à Paris (2e arrdt ancien)13.

Louis Philibert naît le 12 décembre 185514. En 1888, il est employé en librairie et demeure 80 rue Claude Bernard.

Pierre Marie ANDRÉ décède le 9 juin 1899, 12 rue du Sommerard (5e arrdt)15.

 

Profession(s) :

En 1851, il est homme de lettres, publiciste, copropriétaire et co-gérant du journal Le vote universel.

En 1861, selon le Registre dit des inscriptions de la BAI-III, il est employé16.

En 1869, il est secrétaire de la Revue générale de l’architecture17.

En 1871, durant les événements de la Commune de Paris, il se dit voyageur de commerce.

Entre 1870 et 1899, il est libraire éditeur.

Adresses connues :

En 1851, il demeure 67 rue Montmartre18, et travaille 3 rue Jean-Jacques Rousseau, adresse des bureaux de son journal19.

Entre 1861 et 1866, lors de son inscription à la BAI-III, son adhésion à la société de crédit au travail, puis son élection à la BAI-V, il demeure 240 rue Saint-Jacques.

Entre 1869 et 1879, 80 rue des Feuillantines20.

De 1870 à 1885, l’adresse de la nouvelle société qu’il vient de créer, DUCHER et Cie, se trouve 6 rue de la Sorbonne ; puis est créée en 1885 la société André, Daly fils et Cie, 51 rue des Écoles.

En 1888, lors du décès de Sophie, il demeure 80 rue Claude Bernard21, et lors de son décès, en 1899, 12 rue Du Sommerard (5e arrdt).

Liens avec l’Association Philotechnique et/ou polytechnique22

Non identifiés.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

En 1848, il fait partie des délégués spéciaux du Club des clubs, qui fédère une centaine de clubs23.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

Il fait partie de la Société de crédit au travail, dont il est en 1863 le 235e inscrit, juste après César Daly24 ; en 1868-1869, il est membre de la commission d’initiative de « L’épargne immobilière », société coopérative civile cogérée par COHADON25.

Adhésion à la Société Franklin : il est souscripteur en 1866. Il se déclare alors architecte26. Lors de la 3e séance publique qui a lieu au Conservatoire le 14 février 1869, Il reçoit une médaille en tant que vice-président de la BAI-V27.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III

Relations amicales et réseaux : il fait partie des membres de la BAI-III fondateurs de la BAI-V et de leurs soutiens 28 : Joseph Jacques LACROUX [voir fiche LACROUX], au mariage duquel il est témoin en 1879, et qui fait aussi partie de la commission d’initiative de L’épargne immobilière ; l’imprimeur-lithographe Nicolas FÉLIX (lecteur n° 147), domicilié à la même adresse qu’André, 240 rue Saint-Jacques ; César Daly [voir fiche DALY] témoin en 1878 au mariage de son fils, avec qui il s’inscrit à la Société du crédit au travail en 1863 ; les libraires éditeurs de César Daly, Auguste MOREL, lecteur n° 145 et Edouard DUCHER, lecteur n° 240, tous deux donateurs à la BAI-V.

 

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Sophie DUBOIS, son épouse, est donatrice de livres à la BAI-V en 1865, sous le nom de Sophie ANDRÉ. Elle est accompagnée en 1866 d’une autre donatrice nommée ANDRÉ, qui pourrait être une sœur de Pierre Marie André, habitant au Bois-d’Oingt, ou bien sa mère Jeanne Louis.

Il représente la BAI-V avec LABOULAYE [voir fiche LABOULAYE], GIRARD [voir billets et fiche GIRARD], BOURGOIN, le 27/11/1869 lors d’une réunion chez le comte SERURIER, pour discuter d’un projet de fédération des bibliothèques populaires29.

D’autres membres de BAI font partie, comme lui, de la Société du crédit au travail, dont  : COHADON (BAI-V) ; CORBON (BAI-XIV ET XV ) ; DELBROUCK (BAI-III et Vernon) [voir fiche DELBROUCK] ; FONTAINE, lecteur n° 12 à la BAI-III [voir fiche FONTAINE] ; LENEVEUX (BAI-XIV) ; LIMOUSIN (BAI-XIV) ; NADAUD (BAI-XIV).

Le 4 novembre 187730, au lendemain des élections législatives remportées par les républicains, une bibliothèque populaire est fondée au Bois-d’Oingt. Pierre Marie ANDRÉ a conservé un lien étroit tout au long de sa vie avec sa bourgade natale, et l’on constate que plusieurs membres fondateurs de la bibliothèque font partie de sa famille ou de connaissances, souvent anciennes. Il a donc vraisemblablement joué un rôle dans sa création.

Ainsi, son fils Louis Philibert est en nourrice chez son beau-frère Barthélémy ROUSSET en 1861, comme cela se fait beaucoup31, son fils Antonin Alphonse épouse une jeune fille originaire du village en 1878, et Pierre Marie André lui-même est témoin au mariage de Claude Marie LEPIN frère de sa belle-fille Jenny, et de Françoise Marie THOMAS, en tant qu’ami de l’épouse, en 188432.

Le président de la bibliothèque , Jean Antoine GIRAUD, ancien huissier, est son beau-frère. Il est témoin en 1878 au mariage de son fils Antonin Alphonse. On apprend en 1884, lors d’une souscription pour un monument à Gambetta, qu’il est président du cercle démocratique du canton de Bois-d’Oingt,33.

Le vice-président, le médecin Émile René GONNET, lors de sa naissance en 1833, a eu Philibert Marie, père de Pierre Marie ANDRÉ pour déclarant34. Il s’agit donc d’un ami de la famille, et il est plaisant de remarquer que la propriété donnée à la ville du Bois-d’Oingt par Louis Pichat, qui abrite actuellement le fonds de la bibliothèque, a été construite dans les années 1860 par monsieur Gonnet35.

Le sous-bibliothécaire, Joseph Marie MANGON, plâtrier, 33 ans, est un petit cousin de Pierre Marie ANDRÉ36. En 1883, Joseph Marie Mangon représente Le Bois-d’Oingt au congrès tenu à L’Arbresle par 600 délégués de la démocratie du Rhône, où il ouvre les débats37.

Le trésorier, Jean Baptiste Antoine PAPILLON38, est le notaire successeur de maître ROUSSET, beau-frère de Pierre Marie André. Il est nommé en 1879 suppléant du juge de paix du canton du Bois-d’Oingt avec Antoine Giraud39. Dans un rapport présenté le 21 septembre 1879, il donne une définition de la bibliothèque populaire qui rappelle le « but moral et élevé » qu’assigne Pierre Marie ANDRÉ à ce genre d’institution : « les uns ont créé des sociétés militaires ayant pour but de familiariser les Français jeunes ou vieux au maniement des armes. D’autres ont voulu accoutumer nos nationaux aux marches et fatigues, ils ont établi des sociétés de gymnastique, de tourisme, d’études militaires. D’autres ont voulu démocratiser l’instruction et, par des conférences ou autrement ont inculqué à la nation laborieuse le peu de science qu’ils possédaient… Mais les fondateurs de cette bibliothèque avaient un but patriotique. L’idée était féconde, profitable, et réalisait dans une certaine proportion une idée bien ancienne : l’instruction générale et économique. Les sociétaires sont des révolutionnaires pacifiques car ils peuvent arriver à changer ou détourner les idées des oisifs et des inutiles ».

Éléments biographiques complémentaires :

Issu d’un milieu aisé provincial, seul membre de sa famille à « monter » à Paris, il s’y trouve très engagé dans le mouvement quarante-huitard.

Sa rencontre avec César DALY [voir fiche DALY] est déterminante pour lui. On ne sait pas à quelle époque elle a pu avoir lieu. Tous les deux ont été publicistes et ont milité dans les clubs de 1848, ont participé à la création de la BAI-III en 1861, et s’inscrivent ensemble en 1863 à la Société du crédit au travail.

En 1851, à 25 ans, il est rédacteur, puis cogérant et copropriétaire du quotidien Le vote universel40 dirigé par Jacques BRIVES (1800-1889)41. Le gérant précédent, Jean-Joseph VIÉ, et le rédacteur Maurice TREILLARD42, originaire du Rhône comme ANDRÉ, viennent d’être condamnés à 3 mois de prison et 500 francs d’amende pour un article sur les prisons de Belle-Île et de Mazas43.

Le vote universel remplace le quotidien républicain La Réforme, créé en 1843 par LEDRU-ROLLIN et interdit en 1850. Il ne paraît que du 14 novembre 1850 au 28 février 1851. En effet, le 20 février 1851, ANDRÉ est lui aussi condamné, comme gérant du Vote universel, à un an de prison et à 8 000 francs d’amende, pour la publication d’un texte de Charles-Nicolas-Joseph ROBIN intitulé « Aux Paysans. Études politiques et sociales ». Cet article est estimé être une excitation à la haine des citoyens les uns contre les autres et au trouble à l’ordre public. ROBIN est condamné à six mois de prison et à 1 000 francs d’amende44. La suppression et la destruction des numéros saisis le 20 février 1851 est ordonnée, et la publication du journal est interrompue pendant un mois. Il ne reparaît pas45.

On ne sait rien de lui durant les dix premières années de l’Empire. Charles Robin raconte dans Les confessions d’un journaliste : « un régime des plus rigoureux pour la presse réduisit au silence les écrivains qui ne voulurent pas se rallier.[…]Tout ce qui avait tenu une plume démocratique fut dispersé. Les uns furent exilés ou s’exilèrent, les autres entrèrent dans l’industrie ».

En 1861, il est parmi les premiers lecteurs inscrits à la BAI-III, et en 1865 il participe activement à la fondation de la BAI-V, dont il est vice-président de 1866 à 1868. On peut ainsi lire ses interventions dans les comptes-rendus des conseils d’administration : il déplore en 1866 que le nombre d’œuvres d’économie politique empruntées diminue. Il remarque que la BAI-V est « trop peu fréquentée par les ouvriers, pourtant nombreux dans le quartier46”, qu’il y a « des femmes en bonne proportion », et qu’elles lisent plus que les hommes47. Elles lisent surtout des romans, « mais l’important est que le goût de la lecture se développe48». Il donne une définition de ce que doit être pour lui une bibliothèque populaire, un établissement utilitaire, un complément d’instruction : « contrairement à un simple cabinet de lecture que le lecteur quitte et reprend au gré de sa convenance et de sa fantaisie, […] [une bibliothèque populaire] est l’œuvre de tous… [elle] n’est pas œuvre de spéculation ; elle a un but moral et élevé, et ceux-là se trompent qui viennent y chercher le roman du jour et lui seulement […] Mais ceux qui sont désireux, au contraire, d’élever leurs esprit, de développer leur intelligence par des lectures plus sérieuses, quoique intéressantes, amusantes même, il n’en manque pas, que ceux-là viennent à nous […]. Qu’ils viennent, qu’ils nous étudient, qu’ils nous comprennent et qu’ils nous aident ensuite, chacun dans son cercle, à faire de la propagande […]. Nous arriverons alors et rapidement, à un chiffre de souscripteurs qui nous permettra de tenir la Bibliothèque au courant des nouvelles les plus intéressantes, et de réaliser ainsi plus complètement notre programme49».

En 1866, il travaille avec César Daly. Le 1er mai, il fait partie de l’équipe réunie pour créer le mensuel Croquis d’architecture, Intime-Club50, et se présente d’ailleurs comme architecte dans le Bulletin de la société Franklin.

En 1869, il est secrétaire de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics (RGA) (1840-1890) fondée par César Daly. Il exprime son admiration pour le « travail d’une importance exceptionnelle, avec un caractère propre à attirer l’attention immédiate du lecteur », au sujet d’un grand article théorique de César Daly intitulé « De l’architecture de l’Avenir ; à propos de la Renaissance… » qui se conclut ainsi : « Nous terminons cette trop rapide esquisse en exprimant notre conviction réfléchie et profonde, que la Liberté et l’Autorité consentie, la Paix et le Travail productif, ainsi que la Solidarité et l’Indépendance des nations auront leur symbole artistique dans l’évolution sociale qui se prépare, comme l’Autorité oppressive, la Guerre, la Misère des masses, ainsi que la Servitude & l’Isolement des peuples, ont eu le leur dans l’évolution sociale qui expire 51».

En 1871, pendant la Commune, il est commandant au 119e bataillon de la garde nationale, bataillon du 5e arrondissement composé d’hommes très déterminés selon le journal Le Vengeur, du 12 mai 1871, et auquel appartient Élisée RECLUS. Le bataillon, qui avait programmé un grand concert au bénéfice des blessés, prisonniers, veuves et orphelins de la 5e légion place du Panthéon le jeudi 25 mai52 , défend les forts de la rive gauche le 22 mai contre les troupes versaillaises, qui entrent dans Paris53. Pierre Marie ANDRÉ est inquiété par la justice de Versailles. Il se dit voyageur de commerce, et il ne semble pas être poursuivi54. Son nom figure cependant avec celui de PUZENAT – est-ce Jean Puzenat 55? – sur une liste « d’individus qui se sont réfugiés en Suisse à la suite de l’insurrection de 1871 ». Il avait quitté la Suisse à la date du 1er janvier 1873 selon les archives d’État de Genève56.

Il se trouve en tout cas à Paris le 1er juillet 1871. En effet, à la clôture du contrat de 10 ans signé entre César Daly et les éditions Morel et Cie pour l’édition de la RGA (1860-1870), César Daly réclame à la veuve d’Auguste Jean MOREL, décédé en 1869, des droits de propriété importants57, et Édouard Ducher, ancien directeur des éditions Morel crée le 1er juillet 1871, en association avec Pierre Marie ANDRÉ, une société en nom collectif et en commandite, la société Ducher et Cie « ayant pour objet la librairie spéciale d’architecture et des travaux publics, et toutes les opérations accessoires »58. « La durée de la Société est de quinze années, qui ont commencé à courir à partir du premier mars mil huit cent soixante-dix », c’est-à-dire avant la chute de l’Empire. Le siège social de cette société est à Paris, 6 rue de la Sorbonne, adresse qu’il donne lorsqu’il est inquiété en 1871. La RGA qui avait cessé de paraître en 1870 reprend dès juillet 1871. Il y signe un article en 1872, dans lequel il écrit : « M. César Daly a sauvé par le dessin plus d’un précieux souvenir du vieux Paris démoli sous l’Empire, de même aussi, la Revue contribuera à arracher de l’oubli des œuvres modernes dignes d’éloge et que déjà les flammes de la guerre civile ont rendues historiques, en les détruisant 59 ».

En 1885, à l’échéance des 15 ans de vie de la Société Ducher et Cie stipulés en juillet 1871, mais aussi au terme de « conflits juridiques »,  celle-ci est liquidée. Ses héritiers et successeurs sont la maison André, Daly fils et Cie, dans laquelle ANDRÉ reste gérant, Victor Daly fils remplace Ducher, et Marcel Daly devient sous-directeur d’un nouvel hebdomadaire intitulé la Semaine des constructeurs60. Enfin, en 1893 – est-ce pour cause d’endettement ?,  Pierre Marie ANDRÉ et Victor Daly vendent la société André, Daly fils et Compagnie à Mme Louise-Henriette Dallier61. Charles Schmid reprend vers 1900 la Librairie générale de l’architecture et des arts décoratifs, ancienne maison André Daly fils & Cie, rachetée ensuite par les éditions Massin62.     

 

Écrits de la personne : CRBAI-V, 1867-1868.

Sources :

CRBAI-III 

 CRBAI-V

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

COLL84 : Actes du colloque de 1984

COLL14 : Actes du colloque de 2014

MAITRON : site du Dictionnaire biographique en ligne

 

Auteure principale de la fiche : Geneviève Deblock

Nous remercions chaleureusement Angélique Bouchet-Merle (secrétaire de la mairie du Bois-d’Oingt)  qui a travaillé à la généalogie des ANDRÉ et  Marie France Rochard (conservateur des bibliothèques à la retraite qui dans le cadre de l’Association « Bien vivre au Bois-d’Oingt et en Pays Beaujolais » fait revivre avec des bénévoles la bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt – voir ici). Elles nous ont permis de confirmer le lien étroit  entre Pierre ANDRÉ et la création de la bibliothèque du Bois-d’Oingt et d’étoffer ainsi cette fiche en novembre 2021.

Fiche publiée le 9 octobre 2021 ; modifiée le 3 novembre 2021.

 

 

Liste des souscripteurs, 1850, Le vote universel, BnF. Cliché G. Deblock.

 

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Pierre Marie André," in Bibliothèques populaires, 09/10/2021, https://bai.hypotheses.org/5105.

  1. AD69. Pierre André, actes de naissance, Bois-d’Oingt, 1826. []
  2. AD69. Philibert Marie André, Acte de naissance le 3 mai 1795 à Tarare (Rhône), acte de décès le 15 juin 1842 au Bois d’Oingt (Rhône). []
  3. AD69. Jeanne Louis, acte de naissance le 24 septembre 1803 au Bois-d’Oingt. acte de mariage le 8 février 1824 au Bois-d’Oingt avec Philibert Marie ; acte de décès le 19 juin 1870, le Bois-d’Oingt. []
  4. AD69. Le Bois d’Oingt : naissances 1821-1832 ; naissances 1833-1842 ; décès ,1823-1832 : Catherine Claudine (19/11/1824-1825) ; Claudine Joséphine (08/10/1829-16/10/1829) ; Claude François (19/08/1833-19/08/1833) ; Joseph Catherine (26/01/1836-07/02/1836) ; Catherine Pierrette (02/04/1838-21/11/1838). []
  5. AD69. Nicolas Thérèse, acte de naissance le 5 novembre 1827 au Bois-d’Oingt, acte de décès le 6 mars 1897 à Lyon. Il est célibataire. []
  6. AD69. Antoinette Camille André et Rousset Barthelemy, Bancs. Mariages. 1856. []
  7. AD69. Acte de mariage de Marguerite André et Jean Antoine Giraud.1856. []
  8. AD69. Recensement,1872. Foyer de Barthélémy Rousset, son épouse Antoinette André, et sa belle-sœur Euphrémie André, Le Bois-d’Oingt. []
  9. ADP. Pierre André et Marie Sophie Dubois, acte de mariage, 1853. []
  10. AD88. Sophie Dubois, acte de naissance le 10/08/1824 à Bains-les-Bains (Vosges), de Antoine, bourrelier, et de Marie Louise SOUVAIS, couturière en linge ; ADP, acte de décès, Sophie Dubois, 1888. []
  11. AD88. Dubois, Auguste, né le 16/05/1822 ; Augustine, née le 05.08.1826 ; Joséphine née le 27/12/1827 ; Célestine Apolline née le 05/10/1840. []
  12. AD69. Acte de mariage en 1878, d’Alphonse Antonin ANDRÉ demeurant chez ses parents à Paris, 80 rue des Feuillantines, avec Jenny Étiennette LEPIN, née à Bois d’Oingt le 28 /05/1856, où elle demeure avec ses parents Claude LEPIN propriétaire agriculteur et Louise ANDRILLAT. Témoins : César DALY, 66 ans, architecte, Louis ANDRILLAT, 73 ans, aïeul, et deux oncles de l’époux, Antoine GIRAUD, 49 ans, et Nicolas ANDRÉ, 50 ans, fabricant de tapis, demeurant à Lyon, rue de la Sparterie. []
  13. ADP. Eulalie Sophie ANDRÉ, 1852. Naissances. []
  14. ADP. Louis Philibert, acte de naissance, 1855. []
  15. ADP. Pierre André, acte de décès, 1899. Les déclarants sont Édouard MARTEAU, 45 ans, négociant demeurant 11 place du Panthéon, et Henri ALLARDEL, 32 ans, employé demeurant 1 passage Joinville, 10e arrdt. []
  16. Registre dit des inscriptions de la BAI-III, 1861. []
  17. Le Rappel, 17 août 1869. []
  18. Le Droit, journal des tribunaux, 1/02/1851. []
  19. Le vote universel, BnF, MICR D-1071 ; Les clubs et les clubistes : histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848... / par Alphonse Lucas, 1851, p. 66 . Selon Alphonse Lucas, l’adresse du journal serait 2 rue Thevenot. []
  20. AD69. Acte de mariage de Claude Marie LEPIN, frère de Jenny, sa belle-fille et Françoise Marie THOMAS, en tant qu’ami de l’épouse, le 19/10/1884 : THOMAS-LEPIN. Mariage.1884. []
  21. La rue des Feuillantines ayant été remaniée et renommée rue Claude-Bernard en 1881, il s’agit vraisemblablement de la même adresse que celle de la rue des Feuillantines. []
  22. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  23. Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes, 1851, op. cit., p. 66 ; Le Droit, journal des tribunaux, 1/02/1851. []
  24. Jean-Pierre BÉLUZE. Liste des commanditaires de la Société du Crédit au Travail 1863-1868, premierssocialismes.edel.univ-poitiers.fr [en ligne]. []
  25. Le Rappel, 17 août 1869. []
  26. Voir le Bulletin de la Société Franklin. []
  27. Le Moniteur universel, 21 février 1869. []
  28. Il est vice-président de la BAI-V en 1866-68, donateur de livres en 1865 (ainsi que son épouse) et 1866. En 1866, il présente le bilan financier des années 1864 et 1865. []
  29. CR BAI-III, 1871. []
  30. Voir sur ce carnet :« Une troisième bibliothèque populaire revit au Bois-d’Oingt (Rhône) » ; et voir Martine Deroy et N’Drin Dougrou, La bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt (Rhône), Mémoire présenté à l’Ecole nationale supérieurs de bibliothécaires sous la direction de Pierre Gras, 1979. []
  31. AD69. Recensement 1861, Le Bois-d’Oingt. []
  32. AD69. Acte de mariage, 1884, op.cit. []
  33. Voir le journal Paris, du 21 février 1884. []
  34. AD69, acte de naissance du 12 novembre 1833 acte ; acte de mariage du 3 décembre 1867 à Paris, avec Henriette Joséphine Peignaud, et consentement de son père passé devant maître ROUSSET, notaire. []
  35. selon la Coordination des associations du Beaujolais. []
  36. Petit-fils de Thérèse LOUIS, sœur de Jeanne LOUIS, voir l’arbre généalogique de Thérèse LOUIS sur Geneanet, ainsi que son acte de mariage avec Joseph Marie DEVAY, AD69 du 05/05/1824, dans lequel ont signé comme témoins le beau-père de sa sœur Claude-François ANDRÉ, huissier royal, et son beau-frère Philibert Marie ANDRÉ, géomètre. []
  37. Voir La Vérité du 13 juin 1883, journal républicain, proche des idées communardes, fondé en 1870 par Édouard Portalis. []
  38. Voir AD69, acte de mariage le 18 octobre 1880 à Écully, Rhône, avec Marie BELUZE. []
  39. Voir le Journal officiel du 9 mai 1879 : sont nommés « suppléants du juge de paix du canton du Bois-d’Oingt, MM. PAPILLON, notaire et GIRAUD ancien huissier, en remplacement de MM. DUPLAT et LAVERRIERE, MARDUEL » []
  40. Le Droit, 1 février 1851 ; Le vote universel, BnF, MICR D-1071 []
  41. Voir le MAITRON en ligne. []
  42. Voir le MAITRON en ligne. []
  43. Le Droit, 29 décembre 1850 ; Le Moniteur universel, 14 janvier 1851. []
  44. Voir Charles Robin, Les confessions d’un journaliste , p. 107 et suivantes. []
  45. Le Droit, 27/02/1851. []
  46. CRBAI-V, 1867, p. 9-10 ; COLL84. []
  47. CRBAI-V, 1868, p. 11. []
  48. CRBAI-V, 1867, p. 9. []
  49. CRBAI-V 1868, p. 11. []
  50. Marc Saboya, op. cit , p. 114. []
  51. RGA, XXVII, 1869, col. 10, note ; col. 70. []
  52. [Commune de Paris. Fédération de la garde nationale. Mairie du Panthéon-5e arrondissement. Affiche], Grand concert au bénéfice des blessés, prisonniers, veuves et orphelins de la 5e légion, Paris, 1871. []
  53. Paris insurgé : histoire illustrée des événements accomplis du 18 mars au 28 mai 1871 : pièces et documents recueillis au jour le jour / classés, coordonnés et annotés par A. de Balathier-Bargelonne , Paris, 1872, p. 64, 248, 254. []
  54. Voir Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : André, Pierre Marie Anne, voyageur de commerce. Adresse : Paris, 6 Rue de la Sorbonne. Garde national, commandant au bataillon n° 119. []
  55. MAITRON. []
  56. Voir : APPO., B a/431, pièces 786 à 791 ; MAITRON. []
  57. Béatrice Bouvier, l’édition d’architecture à Paris au XIXe siècle. Les maisons Bance et Morel et la presse architecturale, Genève, Droz, 2004, p. 46-49. []
  58. « Société en nom collectif et en commandite DUCHER et Cie […] entre M. Édouard-Charles DUCHER, libraire, demeurant à Paris, rue Saint-Lazare, numéro 107 d’une part ; M. Pierre-Marie ANDRÉ, employé, demeurant à Paris, rue des Feuillantines, numéro 80, d’autre part; tous deux gérants de ladite Société, et un commanditaire dénommé en l’acte », Le Droit, 09/07/1871 ; Voir aussi  : RGA XVIII, 1871, p. 99. []
  59. P. André, RGA, XXIX, 1872, coll. 21-22 : Mairie du IVe arrondissement de Paris. []
  60. Voir : RGA XLII, 1885, col. 97. []
  61. MM. Pierre Marie ANDRÉ et Victor DALY, libraires-éditeurs, demeurant à Paris, rue des Écoles, 51, associés en nom collectif sous la raison et la signature sociales : André, Daly fils et Compagnie pour l’exploitation d’un fonds de commerce de libraire éditeur, dont le siége est à Paris, rue des Ecoles, n° 51, ont vendu à Mme Louise-Henriette DALLIER, propriétaire, demeurant à Dourdan, veuve en premières noces non remariée de M. Félix Jules LAJOTTE, La Loi, 13/05/1893. []
  62. Voir :  article « Editions Massin », Wikipédia ;  Gélis-Didot Pierre, La Peinture décorative en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris,Librairie générale de l’architecture et des arts décoratifs, ancienne maison André Daly fils et Cie, Ch. Schmid, 51, rue des Écoles, s.d. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Marie PAUL dit Paul-Marie

PAUL (1830-1882) Marie, dit PAUL-MARIE

 

Parisien de naissance, issu d’une famille ouvrière, il suit les cours de l’Association philotechnique, adhère à la BAI-III et participe activement à la fondation de la BAI-XVIII en 1862.

 

NB : Toute information complémentaire sera la bienvenue …

Nom : PAUL

Prénom : Jean Baptiste Marie

N° d’ordre dans le registre dit des inscriptions de la BAI-III : numéro 18 ; après François BAZIN [voir fiche BAZIN] lecteur n° 17, et avec des élèves de l’Association philotechnique (APH)

Rôle dans la BAI : aide le bibliothécaire PLOMB1 [voir fiche PLOMB]

État civil et famille :

Jean Baptiste Marie PAUL dit PAUL MARIE naît à Paris le 21 janvier 1830 (5e arr. ancien), de Simon Théodore PAUL, plombier en 1861, et Louise Charlotte Lucile ROUSSEAU2. Ses parents s’étaient mariés à Paris, ancien 3e arrdt, le 15 juin 18223. Il a un frère, Henri Marie, né le 26 mai 1831 dans le 5e arrdt ancien, qui sera témoin à son mariage4.

Lors de son mariage, le 21 septembre 1861, Paul Marie a 30 ans. Il est dessinateur sur étoffes, et demeure 29 rue des Poissonniers (18e arrdt). Ses parents, demeurent à Paris, 24 rue de l’Orillon (11e arrdt). François BAZIN, son professeur d’histoire et géographie à l’APH, est l’un des témoins et se présente comme employé5.

Paul Marie épouse Anne Clémentine MÉAUX, qui est blanchisseuse. Née à Bouxières (Meurthe-et-Moselle) le 17 novembre 1841, elle est mineure6. Elle demeure à Paris, 15 rue des Martyrs, et de droit chez ses parents Joseph MEAUX et Jeanne CHENOT, propriétaires à Bouxières. Son adresse à Paris est aussi celle de son oncle par alliance, mosellan lui aussi, Louis BOUDOT, témoin à leur mariage. Il est l’époux de Anne-Marie CHENOT, sœur aînée de Jeanne CHENOT. Anne Clémentine est donc à Paris sous la protection de ses oncles et tantes, et certainement hébergée par le couple BOUDOT. Lors du recensement de 1872, Anne-Marie et Louis BOUDOT se disent photographes7.

Une fille, Lucie Céline, naît le 25 janvier 1877 au 32 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois. Elle épouse, le 7 décembre 1895, Louis Jules BARBIER, employé aux chemins de fer, né à Pontoise le 1er juillet 1873. Elle est alors blanchisseuse comme sa mère. Elle décèdera à Paris, 14e arrdt, le 5 juin 19598.

PAUL MARIE décède à l’âge de 52 ans, le 22 juin 1882, 17 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Son épouse a 42 ans et sa fille a 6 ans9.

Anne Clémentine se remarie à Rosny-Sous-Bois le 27 octobre 1888 avec Léon Elisée LEMARCHAND (1863-1890), qui est garde moulin10. Elle décède le 21 janvier 1916, 18 rue Racine à Montrouge (futurs Hauts-de-Seine)11.

Profession(s) :

Dessinateur pour châles (lors de son inscription à l’APH).

Dessinateur sur étoffes (en 1861, lors de son mariage).

Adresses connues :

Il habite 29 rue des Poissonniers lors de son mariage

46 rue des Bois, près de la porte Saint-Gervais, Belleville (20e arrdt) en 186412 ;

17 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois lors de son décès.

 

Liens avec l’Association Philotechnique et/ou polytechnique13

Il suit les cours de l’Association philotechnique durant au moins 4 ans, et reçoit des prix :

-Pour l’année 1856 /57, 1ère mention de chimie 2ème année (professeur Ernest BAUDRIMONT, pharmacien en chef de l’hôpital Sainte-Eugénie, 22 rue Saint-Victor, lecteur n°139).

-Pour l’année1858-59 : Physique, 1e année, 1e mention ; hygiène et médecine usuelle, 1e année, hors concours, 2e année 1er prix. Médaille de bronze et un livret de la Caisse d’épargne (professeur Félix HÉMENT, enseignant à l’école Turgot et au collège Chaptal, 67 rue Taitbout, lecteur n° 221). Une médaille de bronze lui est octroyée pour un premier prix et une mention14.

-Pour l’année 1859-60 : langue française, 1e année (professeur Émile MARGUERIN [voir fiche MARGUERIN], lecteur n° 10, remplacé par GALLIEN ), 2e mention ; chimie 1e année, 1er prix. Médaille de bronze et un livret de la Caisse d’épargne.

-Pour l’année 1860-61 : Physique, 2e année, 1er prix ; géographie, 1er prix. Médaille de bronze15.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III

Réseau de l’Association philotechnique : comme compagnons de cours, il connaît Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche et billets  GIRARD], lecteur n° 1, Charles Honoré PLOMB [voir fiche et billets PLOMB], lecteur n° 23 (année 1856-1857) ;

Jean CHARDAR [voir fiche CHARDAR], lecteur n° 4 ; Zéphirin CLOUET [voir fiche CLOUET] lecteur n° 5 ; Alphonse PASCAL [voir fiche PASCAL] lecteur n° 7 ; Henri MICHEL [voir fiche MICHEL], lecteur n° 16 ; Charles-Honoré PLOMB [voir fiche PLOMB], lecteur n°23 ; Louis CLAUDIN, lecteur n° 74 ; Charles MURET, lecteur n° 181 (années 1858-1859) ;

Jean CHARDAR [voir fiche CHARDAR], lecteur n° 4 ; Henry BRIELE, lecteur n° 81 (année 1859-1860) ;

Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY], lecteur n° 13 ; Henri MICHEL [voir fiche MICHEL] suit les cours de Ernest BAUDRIMONT, lecteur n° 139 ; Félix HÉMENT, lecteur n° 221 ; HÉBERT, donateur de livres ; François BAZIN [voir fiche BAZIN], lecteur n°17 et témoin à son mariage.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

  • en 1862, il est un des deux vice-présidents de la BAI-XVIII, dont il est membre-fondateur
  •  avec Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche et billets GIRARD], lecteur n°1 , Mathieu Auguste LAMOUROUX [voir fiche LAMOUROUX] lecteur n° 27, attaché à l’administration des finances, président directeur de la BAI-XVIII ; Adolphe-Albert DUBOIS, lecteur n° 457, employé aux chemins de fer de l’Est , LEVY- LIPPMANN, dessinateur aux chemins de fer du Nord, lecteur n° 311 ; Joseph MAILLARD, déclarant lors du décès de PAUL-MARIE, est dessinateur lui aussi, et sera un des bibliothécaires de la BAI-XVIII (lien de parenté avec Édouard, lecteur n° 502 de la BAI-III ?)16.

Éléments biographiques complémentaires :

Jean Baptiste Marie PAUL prend au cours de sa vie le pseudonyme de Paul Marie. Cela entraine des difficultés d’identification, comme on le voit dès 1859 sur la médaille qui lui est décernée par la société philotechnique, puis dans la Bibliographie de la France ou l’ Inventaire du Fonds français du département des estampes de la Bibliothèque nationale, où il est mentionné sous le nom de Marie, prénom Paul. On conserve de lui une série de 40 lithographies décoratives de belle qualité, ainsi que des illustrations de livres pour enfants.

Productions de la personne :

[Voir la notice d’autorité du catalogue de la BnF :  Marie, Paul. Illustrateur.]

Les décorations Égyptiennes, Paris, Nadaud & Cie éditeur, 1880. Dessins de Paul Marie, lithographies de E. Debénais. BnF, Département des Estampes et de la photographie, cote SNR-3 (MARIE, Paul). Cliché G. Deblock.

Les décorations Égyptiennes, 40 planches sur papier de Chine, Paris, Nadaud & Cie éditeur, 1881. Dessins de Paul Marie ; lithographies de E. Debénais. « Cet ouvrage s’adresse spécialement à MM. les fabricants et dessinateurs de bijouterie, de céramique, de papiers de tenture, d’étoffes d’ameublement et autres, de dentelles, etc. ». 75 fr.17.

Victorine VALLAT, Lia l’intrépide, ill. P. Marie. Paris, Émile Gaillard, vers 1900. BnF, Département Littérature et art. Cote : 2000-17664. Cliché G. Deblock.

Victorine VALLAT, Lia l’intrépide, ill. P. Marie. Paris, imprimé et relié dans les ateliers Émile Gaillard, 37 rue Gandon sd18.

 

Abréviations :

APH : Association philotechnique.

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement)

COLL84 : Actes du colloque de 1984

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur principal de la fiche : Geneviève Deblock

Fiche publiée le 2 octobre 2021.

Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici).

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Marie PAUL dit Paul-Marie," in Bibliothèques populaires, 02/10/2021, https://bai.hypotheses.org/5087.

  1. CR BAI-III : Rapport Grandeau. []
  2. ADVP, 1830 ; Union des cercles généalogiques lorrains, 1861 []
  3. ADVP, 1822. []
  4. ADVP, 1831. []
  5. ADVP, 1861. Témoins : son frère Henri PAUL, 30 ans, tapissier, 21 rue Rochechouart, François BAZIN, 31 ans, employé, 36 Bd du Temple, Louis HOUDOT, sic pour BOUDOT, 39 ans, photographe, 15 rue des Martyrs, même adresse que la mariée, Joseph CHENOT, 53 ans, mécanicien, 132 avenue de Clichy, oncle de l’épouse. []
  6. Elle a trois sœurs et un frère, Anne Marie, 1843-1844, Joseph né en 1845, Marguerite,1848-1848, et Apolline née en 1850. AD54. Voir la généalogie de la famille ici. []
  7. AD54, naissance le 20 août 1823 de Anne-Marie Chenot, fille de Anne Louise Gillet et Charles François Chenot ; AD54 mariage de sa sœur Jeanne Chenot avec Joseph Meaux le 9 février 1841 à Louvigny ; AD95, recensement de 1872 à Herblay ; AD95, acte de décès de Anne-Marie Chenot le 27 janvier 1879 à Herblay. []
  8. AD93, 1877, acte de naissance de Lucie Céline. Déclarants : son père Jean Baptiste Marie PAUL, Sulpice François LEROY, grainetier, 54 ans, 32 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois, et Émile Rose AUXERRE, charron, 32 ans, 17 rue de Paris ; AD93, 1895, acte de mariage de Lucie Céline. Témoins : Florent Germain BERTRAND, 43 ans, employé aux chemins de fer, et Joseph COTTIN, 53 ans, employé à la Compagnie des chemins de fer du Nord, tous deux amis de l’époux ; Louis GARCIN, 55 ans, imprimeur, cousin germain de l’épouse du côté maternel, Paul MOUTON, 56 ans, dessinateur, ami de l’épouse. []
  9. AD93, 1882. Déclarants : Joseph Isidore MAILLARD, 55 ans, dessinateur, 15 rue des Jeuneurs à Paris, et Émile Rose AUXERRE, 38 ans, maître charron, 17 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois, amis du défunt. []
  10. AD93,1888, remariage de Anne Clémentine MÉAUX []
  11. AD92, 1816. Déclarants : Louis BARBIER gendre de la défunte, 43 ans, employé de bureau, demeurant 18 rue Racine ; François HUDENT, 56 ans, journalier, demeurant 42 Grand-Rue. []
  12. CRBAI-XVIII, 1864, p. 14-16. []
  13. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  14. voir ill. in “Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793 []
  15. Société philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers…, années 1856-57, 1858-59, 1859-60, 1860-61. Voir “Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793 []
  16. CRBAI-XVIII, 1864, p. 14-16 ; Colloque 84. []
  17. Inventaire du Fonds français de la Bibliothèque nationale, département des estampes, tome XV, MARIE, Paul [erreur, pour PAUL, Marie], dessinateur et décorateur. []
  18. Illustrateur de livres pour enfants. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : César Daly

DALY, César Denis (1811-1894)

César Daly par François Gobinet de Villecholle dit Franck (1816-1906). Photographie, tirage albuminé, 2e moitié du 19e siècle. Musée Carnavalet, Histoire de Paris, numéro d’inventaire : PH48899

 

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

César Daly a 50 ans en 1861. Architecte reconnu, il est le fondateur de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics. Proche des Fouriéristes, ami de Victor Considerant, il est l’architecte du phalanstère. Il a été un candidat malheureux à l’Assemblée constituante en 1848. Architecte diocésain chargé de la restauration de la cathédrale d’Albi, il se rapproche de l’Empire après 1856.

 

NOM : DALY

Prénoms : César Denis

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 144,  juste avant Auguste MOREL, son imprimeur libraire, patron libéral et social.

Rôle dans la BAI-III : membre du Conseil de patronage (1861) ; donateur de livres1.

 

État-civil et famille :

César DALY nait à Verdun (Meuse) le 17 juillet 1811 sous le nom de DALEY2.

Il est le fils naturel reconnu de John Denis DALEY, commissaire des vivres de la marine royale britannique, et de Camille Augustine de BERNARD, âgée de 25 ans selon la déclaration3, née à Calonne-Ricouart (Pas-de-Calais), fille de Louis Marie Joseph de BERNARD seigneur comte de Calonne et autres lieux, et de Marie Louise Charlotte Adélaïde de RAULIN. John DALEY est un prisonnier de guerre anglais âgé de 32 ans, natif de Portsmouth en Angleterre, logé à Verdun chez la dame veuve QUINAUT, rentière, demeurant rue Saint-Lambert.

Il a une sœur, Camille Charlotte, née en 18134.

Leurs parents  se marient en Angleterre.
À 49 ans, il épouse le 12 janvier 1860 à Paris (6e arr.) Marie Joséphine Sidonie AYGALENG, sa cousine et sa secrétaire5, âgée de 39 ans, née le 12 novembre 1821 à Roclincourt (Pas-de-Calais), fille majeure de Jean Pierre AYGALENG et Adélaïde Augustine [illisible], tous deux décédés au moment du mariage.
Ils ont trois fils, deux architectes, Marcel Robert Dyonis né en18606, Raymond Auguste né en 18627, et un éditeur, Victor Camille né en 1862, frère jumeau de Raymond Auguste8.

Il décède à Wissous (Seine-et-Oise, aujourd’hui Essonne) le 11 janvier 18949.

Professions : Dessinateur, architecte, sculpteur, éditeur, directeur de publication.

Adresses connues :

Il habite à Paris, 6 rue de Fürstenberg lorsqu’il dépose un brevet d’invention, le 13 juin 184210 ;
8 place Saint Michel en 1861, lorsqu’il est membre du Conseil de patronage de la BAI-III11  ;
60, rue Monsieur le Prince le 22/10/1863, lors de son inscription à la Société du crédit au travail (voir plus bas).
6 rue de la Sorbonne en 1862-1865 : 4 appartements loués, comportant probablement habitations et bureaux12  ;
et il décède à Wissous13.
Les adresses professionnelles de la Revue générale d’architecture sont à Paris, 6 rue de Fürstenberg (1843-1859), rue de la Sorbonne (1862-1865).

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique : non.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique 14 :
Il est fouriériste dès 1830, ami personnel de Victor CONSIDERANT, collaborateur de La Démocratie pacifique (1843-1851), architecte du phalanstère. Il participe à l’organisation des banquets politiques commémoratifs de l’anniversaire de la naissance de Charles Fourier.
En 1848, il s’implique pleinement, comme d’autres fouriéristes15 dans le mouvement associationniste : il adhère au club de Blanqui, la Société républicaine centrale16, offre sa participation à la commission du Luxembourg et fait partie de la commission chargée d’organiser la Banque du peuple de Pierre Joseph PROUDHON17. Le but de ce projet révolutionnaire de banque mutualiste et de coopération entre associations ouvrières, est de créer une sorte de monnaie alternative sous forme de bons de circulation qui peuvent représenter des sommes peu importantes, et ainsi soutenir l’activité économique des adhérents.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association18:
Il est membre dès 1848 de l’Académie d’architecture et de la Commission des arts et édifices religieux, membre correspondant de la Société académique d’architecture de Lyon à partir de 1862, membre de la commission du Mexique au Comité des travaux historiques et scientifiques19. Il crée une Société d’artistes décorateurs et industriels en 1848.
Grand voyageur, il fait aussi partie de nombreuses académies européennes, américaines et russes.
Il est membre de la Société de géographie de Paris et de la Société d’anthropologie de Paris en 1865.
Souscripteur de l’Union ouvrière de Flora TRISTAN en 1843 et 184420, il participe au lancement en 1863 du Crédit au travail dirigé par BELUZE, ex icarien, avec Joseph DELBROUCK, lecteur n° 30, Louis-Marie FONTAINE, lecteur n° 12 [voir fiche FONTAINE], et à des coopératives de consommation telles que l’Association générale d’approvisionnement et de consommation, ou l’Association générale d’approvisionnement de Passy (Poindron et Cie), avec Jean-Baptiste GIRARD, Joseph DELBROUCK et de nombreux fouriéristes, ou la Sincérité21.


Il s’engage aussi dans l’aventure colonisatrice de l’Union agricole d’Afrique (Saint-Denis-du-Sig, Algérie), et participe à L’Économiste français, « organe des colonies, de la colonisation et de la réforme sociale par l’association et par l’amélioration du sort des classes pauvres », du fouriériste Jules Duval22.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  :

Donateur à la BAI-III, il suit et soutient comme donateur les neuf membres connus de la bibliothèque qui vont fonder la BAI-V en 186323.
Jean Baptiste GIRARD, aussi membre de l’Association générale d’approvisionnement de Passy [voir fiche GIRARD].
Des amis, simples lecteurs  : Pierre ANDRÉ [voir fiche], membre de la Société commerciale André, Daly et fils, et adhérent à la Société du crédit au travail24 ; Joseph LACROUX, qui habite avec DALY en 1861, 8 place Saint-Michel [voir fiche], et l’imprimeur-lithographe Nicolas FÉLIX, domicilié à la même adresse que Pierre ANDRÉ, 240 rue Saint-Jacques, en 1861.
Des membres du conseil de patronage, dont il fait partie : Edouard LABOULAYE [voir fiche LABOULAYE], Eugène LIONNET [voir fiche LIONNET] ; Jean Augustin BARRAL [voir fiche BARRAL] dont il est témoin à son deuxième mariage, donateur à la BAI-III, puis lui aussi donateur à la BAI-V25.

Louis-Marie FONTAINE, simple lecteur, et comme lui un des membres du Crédit au travail.

Il connait aussi et apprécie, dès les années 1849, Joseph DELBROUCK, simple lecteur à la BAI-III et fondateur de la BAI de Vernon (Eure). Il publie dans la Revue générale de l’architecture et des travaux publics 26 les projets de cet architecte fouriériste, pacifiste militant, très engagé dans le mouvement associationniste27.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : Outre les précédents (voir ci-dessus), Marc Aurèle RATAUD, maire du 5e arr. entre 1860 et 1870 et donateur comme lui à la BAI-V, qui participe le 18 mars 1866 à la 1ère assemblée générale dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne.

Éléments biographiques complémentaires28:

César Daly est Anglais par son père. Il est issu par sa mère de deux puissantes familles d’Artois de l’Ancien Régime, les BERNARD de CALONNE et les RAULIN de BELVAL. Ce sont des légitimistes ruinés. Ayant perdu toute influence politique, ils sont exclus des postes prestigieux, mais bénéficieront de la loi dite du « milliard des émigrés » votée sous Charles X.
Sa position sociale est ambigüe. « Daly, aristocrate déclassé de naissance illégitime, comme d’autres enfants de naissance ambigüe, comme Émile de Girardin, a choisi la carrière de journaliste et en est sorti un pionnier de la presse française29» : naissance illégitime, double nationalité, aristocratie ruinée, jeunesse dans la gêne, architecte non passé par l’École des Beaux-Arts. Mais il est talentueux, chaleureux, beau parleur et brillant. Il rencontre le fouriérisme et surtout son ami Victor Considerant. Il devient l’architecte des phalanstères, mais garde toujours des liens avec le milieu de ses origines.
Il soutient avec plus ou moins de bonheur « la classe si intelligente de nos ouvriers et artistes-industriels », définition qui s’applique bien aux artisans fondateurs de la BAI-III. Il défend l’existence et l’utilité d’un art d’émulation vivant et inventif, accessible au plus grand nombre, mais il ne s’engage pas totalement dans le fouriérisme. Il participe activement, dans ses écrits, à la réflexion sur le métier d’architecte. Attiré par le faste et fidèle en amitié, il se rapproche de l’Empire après 1856.
Vers 1828-1830, sa mère, veuve depuis 1824 et sans argent, rentre en France. Il prépare l’entrée à Polytechnique au collège de Douai, échoue et travaille chez l’architecte M. MALTAIS.
En 1831-35, à Paris, il s’inscrit à l’atelier d’architecture de Félix DUBAN et se lance aussi dans des études de droit avec son beau-frère LOY, fils d’un avoué à la Cour d’appel de Douai. Il n’est jamais élève de l’École des Beaux-Arts.
En 1836, il fréquente les milieux socialistes, est compagnon de route des fouriéristes. Après l’incendie de la cathédrale de Chartres, il en écrit l’histoire et dessine des planches pour le journal fouriériste La Phalange 30. Elles sont exposées au Salon et dans plusieurs grandes villes. Trois d’entre elles sont offertes aux nouveaux abonnés du journal ou vendues au profit de la restauration de la cathédrale. Il est lancé.
Sur la proposition de « l’École sociétaire », structure instaurée par les fouriéristes qui se réclament non pas d’un homme mais d’une science sociale, il reprend un projet de phalanstère pour 400 enfants à Condé-sur-Vesgre. Il reçoit 10 000 francs pour ce travail, qui s’enlise par manque de budget. Il est désormais connu comme l’architecte du Phalanstère.
En 1837, il supervise la confection du masque mortuaire de Charles FOURIER.
À la même époque, il se lie d’amitié à Paris avec Jules BARBEY d’AUREVILLY, dandy, journaliste à l’Europe, président d’un club catholique, défenseur des idées orléanistes, qui lui dédicacera en 1861 son ouvrage Du Dandysme et de George Brummell. Son cousin Alphonse de CALONNE, à l’origine de cette rencontre, deviendra plus tard rédacteur de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics.
En 1838, il écrit dans La Phalange « Le système social de Monsieur Owen31.
En 1840, il fonde la Revue d’architecture et des travaux publics32. Cette date est considérée comme celle de la création de la presse d’architecture en France33.

La revue a un rayonnement international considérable, et elle devient sa préoccupation première. Il en est le directeur. On y retrouve des influences saint-simoniennes et fouriéristes sur les notions d’art, d’architecture et de sociabilité, d’industrie et d’innovation technique. Une aide de sa mère, grâce au « milliard des émigrés », ne serait pas étrangère au luxe et au raffinement de la revue. Il obtient des médailles pour ses publications aux Expositions universelles de Paris (1855) et de Londres (1862), et une médaille d’argent à l’Exposition universelle (Paris) de 186734. .
En 1843-44, il est choisi par Flora TRISTAN pour construire le Palais de l’Union ouvrière (voir plus haut). Il compte parmi les souscripteurs de son ouvrage intitulé Union ouvrière. Un brevet d’invention demandé en 1842 lui est délivré pour un système de pavage.
En 1845, débutent ses grands travaux de restauration de la cathédrale d’Albi ; il devient architecte diocésain, poste qu’il conserve pendant 32 ans. Il est membre de la commission des arts et édifices religieux.
Il est alors un des neuf membres du conseil de l’École sociétaire, mais il rédige très peu d’articles dans La Phalange. Les articles parus dans la presse fouriériste sont en général repris de la Revue générale d’architecture.
En 1848, il est membre de la Société républicaine centrale, le Club fondé par Auguste BLANQUI. (V. CONSIDERANT et F. CANTAGREL sont en exil).
Il se propose pour participer à la Commission du Luxembourg créée par le gouvernement provisoire, destinée à réfléchir à l’organisation du travail, et que préside Louis BLANC. À la demande de celui-ci, il dessine pour la Commission les plans d’établissements où 400 ménages ouvriers, disposant chacun d’un logement distinct, pourraient bénéficier des avantages de la consommation en commun.
Il se bat pour que les artistes industriels soient reconnus au même titre que les autres, et fonde une Société d’artistes décorateurs et industriels d’environ 400 membres, en insistant « pour qu’ils soient admis dans les Sociétés des Beaux-Arts35». Mais cette société sera éphémère. Il se bat également pour la reconnaissance de l’art dans la vie de la nation : il provoque « une réunion d’architectes, peintres, sculpteurs, poètes et critiques d’art dans le but d’élire à la Constituante un député dont le mandat aurait été en toute occasion, les intérêts de l’art ; mais l’assemblée ne [peut] s’entendre36», quoi que plusieurs corporations, dont la corporation des ouvriers maçons et le corps des architectes, aient soutenu sa candidature37.
Il est candidat malheureux à l’Assemblée nationale constituante. Dans sa profession de foi, il demandait « la République avec toutes ses conséquences », suffrage universel, éducation professionnelle et générale garantie à tous, droit au travail, respect de la propriété, « union fraternelle entre les chefs d’industrie et les ouvriers », retraite pour les travailleurs.
Enfin, PROUDHON le charge de participer à l’organisation d’une banque du peuple, en liaison avec les travaux de la Commission du Luxembourg. Mais, outre les divergences de celui-ci avec le gouvernement, la mutualité du crédit n’est pas acceptée par la législation.
La même année, il entre à l’Académie d’architecture, est nommé membre de la commission des arts et édifices religieux.
1854-57, il rejoint Victor CONSIDERANT à Washington, puis le groupe « Réunion » au Texas, visite l’Amérique centrale, élabore des projets, et revient en France, où il se rapproche du gouvernement de l’Empire.
1861, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur38.
1864, il dédie la première livraison de son Architecture privée au XIXe siècle au baron HAUSSMANN.
Il dédicace à Prosper MÉRIMÉE, président de la commission des monuments historiques et proche de la famille impériale, son ouvrage intitulé Des concours pour les monuments publics, dans lequel il affirme que « le concours, c’est la démocratie dans l’art, c’est l’égalité des talents devant l’administration ». MÉRIMÉE le propose pour le jury de l’Exposition universelle de Londres, puis pour représenter l’architecture à la commission scientifique du Mexique.
1880, à l’initiative de César DALY et d’Eugène BURNOUF, Jules FERRY fait attribuer à Victor CONSIDERANT une pension annuelle de 1000 francs, qu’il refuse.
Il reçoit Victor CONSIDERANT à Wissous, durant 3 ans.
1891, il reçoit la Royal Gold Médal.
En 1894, il décède, très endetté39. Il est incinéré au Père Lachaise comme un libre-penseur. Son épouse Sidonie lui survit. À son décès, il laisse le manuscrit d’un Dictionnaire universel d’architecture inachevé40.

 

Écrits de la personne :

Notice ISNI : http://isni.org/isni/0000000066416536

  • Des concours pour les monuments publics dans le passé, le présent et l’avenir /par M. César Daly, Paris, 1861.
  • Des droits et des devoirs de l’architecte : envisagés comme constituant le programme nécessaire de tout journal […], César Daly, C. Daly (Paris), 1870.
    Les deux titres suivants sont conservés à la BAI-III :*
  • Revue générale de l’architecture et des travaux publics
  • L’ architecture privée au XIXe siècle : nouvelles maisons de Paris et de ses environs (Série. 1,3): Villas suburbaines — Paris: Ducher, 1870
Décorations intérieures peintes : l’architecture privée au XIXe siècle (troisième série). Vol. 2, Cabinets de travail, bibliothèque, accès et dépandances [i.e.], salles de concert, magasin, détails divers et parrallèles / par M. César Daly, Paris, Ducher, 1877, p. 3. Gallica (BnF).

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR BAI-III 
CR BAI-V

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).
BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).
CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.
COLL84 : Actes du colloque de 1984
COLL14 : Actes du colloque de 2014
CTHS : Comité des travaux historiques et scientifiques
DATA-BnF : BnF, Des fiches de référence sur les auteurs, les œuvres et les thèmes.
D. FOUR : dictionnaire du fouriérisme en ligne
LEONORE : base de la Légion d’honneur en ligne
MAITRON : site du Dictionnaire biographique en ligne

Auteur de la fiche : Geneviève Deblock

Fiche publiée le 24 juin 2021

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : César Daly," in Bibliothèques populaires, 24/05/2021, https://bai.hypotheses.org/4916.

  1. CR BAI-III 1861 ; CR BAI-III 1862/1. []
  2. AD 55. C. Daly, acte de naissance ; Arbre généalogique de César Daly. Les témoins de la déclaration de naissance sont Jean SALMON, marchand orfèvre âgé de 47 ans, et Louis CÉZILE, traiteur âgé de 32 ans, tous deux amis de ses père et mère. Le dossier de la Légion d’honneur indique une date de naissance erronée, 1809. []
  3. Elle est en fait mineure, née le 20 mai 1790. []
  4. Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle. César Daly et la Revue générale d’architecture et des travaux publics Paris, Picard, 1991. []
  5. ADP, C. Daly, Mariage , 1860 ; Ian Frazer, « La Vie secrète de César Daly » dans Hélène Lipstadt (dir.), Architectes et ingénieurs dans la presse, CORDA, 1980. Un contrat de mariage est signé chez Me Simon, notaire à Paris. Les témoins sont François Eugène Victor Auguste HERMILLE, chef de division au Ministère de l’Instruction publique et des Cultes, chevalier de la légion d’honneur et de saint Grégoire le Grand, 47 ans, demeurant 43 avenue de Neuilly, Désiré Gabriel LAVEDANT, homme de lettres demeurant 6 rue Lavoisier, tous deux amis de l’époux, Louis Auguste AYGALENG, ingénieur mécanicien, 45 ans, demeurant 1 rue du Cardinal Lemoine, frère de l’épouse, et Pierre Dominique BAZAINE, ingénieur en chef des Ponts et chaussées, chevalier de la légion d’honneur, 50 ans, demeurant 27 cité Vindé. []
  6. Marcel Robert Dyonis, né le 13 octobre 1860 à Wissous (Essonne), décédé le 15 septembre 1932 à Seattle (États-Unis), à l’âge de 71 ans, ingénieur civil, consul de France à Seattle (États-Unis). Voir ici sur Geneanet. RGA XXXIX, 1882, col. 103 ; Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle. César Daly et la Revue générale d’architecture et des travaux publics Paris, Picard, 1991. []
  7. Raymond Auguste, né le 23 février 1862, décédé après 1900. Il est inscrit à l’Ecole des Beaux-arts entre 1882 et 1885 sous le matricule 3432. Voir : AGORA. Base de données de l’INHA. ; D. FOUR : notice de Raymond Daly par B. Desmars. []
  8. Voir : AD91. DALY. Victor Camille. 1862. Naissance. Né à Wissous le 23 février 1862. AD91, voir ici. []
  9. AD 91, C. Daly, acte de décès. Les déclarants sont Victor Camille Daly, son fils, âgé de 33 ans, domicilié à Paris, 5 rue de Navarre, et Paul THOUVENEL, docteur en médecine, âgé de 40 ans, domicilié à Antony. []
  10. Bulletin des lois,  nº 1167, p. 1304, décret Nº 11729. []
  11. CR BAI-III, 1861. []
  12. ADVP, calepins du cadastre DP4 C, 1102, 1862-65. []
  13. AD91, C. Daly, acte de décès. []
  14. D. FOUR ; COLL 84 ; Banque du peuple : déclaration / [signée : P.-J. Proudhon], impr. De Boulé, Paris, 1849, suivi d’un rapport de la commission des délégués du Luxembourg et des corporations ouvrière, p. 8 ;  Jean-Claude Sosnowski, “Les banquets phalanstériens : une tentative d’initiation à l’harmonie“, Carnet de recherche « Une tradition oubliée : intellectuels et expérimentateurs socialistes 1830-1870 ». []
  15. Voir « La singulière actualité du fouriérisme sous la Deuxième République », D. FOUR. []
  16. Voir : Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes, histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848…, Paris, 1851. []
  17. Voir Olivier Chaïbi, « Banque (d’Échange et du Peuple) », Société P.-J. Proudhon. []
  18. Daly, César, L’ architecture privée au XIXe siècle: nouvelles maisons de Paris et de ses environs (Série 1,3): Villas suburbaines — Paris: Ducher, 1870 ; C. Daly, faire-part de décès ; CTHS. []
  19. Le technologiste, tome 17, 1894, p. 60. []
  20. D. FOUR ; Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? Quelques pistes de réflexion », Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, dir. Carole Christen, Laurent Besse, Presses universitaires du Septentrion, 2017. []
  21. Colloque 1984 ; Béluze, Jean-Pierre. Liste des commanditaires de la Société du Crédit au Travail 1863-1868. [s.l.], [s.n.], 1868. La banque coopérative fait faillite en 1868. ; MAITRON ; D. FOUR ; Bernard Desmars, « Des cours et des bibliothèques pour changer le monde ? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875) », dans Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, op. cit., p.151. []
  22. Jules Duval, 1862-1870. Voir Michèle Madonna-Desbazeille, « L’Union agricole d’Afrique, une communauté fouriériste à Saint-Denis du Sig, Algérie », D. FOUR, 2005 ; L’Union agricole d’Afrique : nouveau système de colonisation de l’Algérie, Lyon, 1846. []
  23. CRBAI-V 1865, 1866. []
  24. César Daly est témoin au mariage de son fils Antonin Adolphe André en 1878. []
  25. ADP. J.A. Barral, 2e mariage. 04/06/1866, Paris, 10e arr. Colloque 2004 ; D. FOUR ; dans un entrefilet de La démocratie pacifique du 22 février 1849, C. Daly rétablit une erreur dans le compte-rendu du banquet des ouvriers maçons de la Creuse du 20 février. Il en profite pour témoigner tout son respect pour Louis Delbrouck, défenseur des associations ouvrières. On voit par parenthèse, la loyauté du personnage, mais aussi sa popularité et son sens de la communication, car il semble avoir donné par écrit sa déclaration et le journal l’a donc imprimée. []
  26. Colloque 2004. []
  27. Colloque 2004 ; D.FOUR ; dans un entrefilet de La démocratie pacifique du 22 février 1849, C. Daly rétablit une erreur dans le compte-rendu du banquet des ouvriers maçons de la Creuse du 20 février. Il en profite pour témoigner tout son respect pour Louis Delbrouck, défenseur des associations ouvrières. On voit par parenthèse, la loyauté du personnage, mais aussi sa popularité et son sens de la communication, car il semble avoir donné par écrit sa déclaration et journal l’a donc imprimée. []
  28. CR-BAI-III 1861, 1862, 1865, 68-69 ; D. FOUR ; MAITRON ; Ian Frazer, « La Vie secrète de César Daly », op. cit. ; Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle, op. cit ., chronologie, p. 290-292 ; Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle. []
  29. Ian Frazer, op. cit. []
  30. Des concours pour les monuments publics dans le passé, le présent et l’avenir, par M. César Daly, Paris, 1861. []
  31. La Phalange, p. 27, 49, 81, 37. []
  32. 1840-1888. Imprimée par LACRAMPE, une association de 19 ouvriers dirigée par le lithographe et imprimeur en taille douce Jean Baptiste Xavier LACRAMPE, et connu pour la qualité de son travail. Voir : le Dictionnaire des imprimeurs libraires du XIXe siècle. []
  33. 4 ans auparavant,  parait Le Journal de l’industrie et du capitalisme (1836-1840), organe luxueux consacré principalement aux transports et aux chemins de fer. Il est dirigé par un groupe d’ingénieurs issus de la grande bourgeoisie, dont Auguste Perdonnet, et correspond à une période d’essor d’une presse spécialisée. []
  34. Daly, César, L’ architecture privée au XIXe siècle: nouvelles maisons de Paris et de ses environs (Sér. 1,3): Villas suburbaines — Paris : Ducher, 1870, op. cit. []
  35. Le Technologiste, tome 17, op. cit. ; La Démocratie pacifique, 24 mars 1848, p. 3, 4 : « Ce sont les artistes industriels surtout qui font comprendre au peuple les beautés de l’art ». []
  36. Le technologiste, tome 17, 1894, p. 60. []
  37. La Démocratie pacifique, 24 mars 1848, op. cit. []
  38. Légion d’honneur. Dossier : LH/650/13 []
  39. Ian Frazer, « La Vie secrète de César Daly », op. cit. []
  40. Le Technologiste, op. cit. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet

BLANCHET, Pierre Armand Charles (1819-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)

Héritier d’une célèbre famille de facteurs de clavecins, dirigeant d’une entreprise de fabrication de pianos, notable proche du pouvoir (membre du tribunal de commerce, maire du 10e arrondissement en 1877), fondateur d’une société de secours mutuels, secrétaire de l’association polytechnique où il donne des cours gratuits d’arithmétique, il a 42 ans lors de la création de la BAI-III.

 

NOM : BLANCHET

Prénoms : Pierre Armand Charles

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III :

numéro 246 parmi des enseignants de l’Association polytechnique, PERDONNET 243 [voir fiche], MEYER 244 [voir fiche], HARANT 245 [voir fiche], LEROYER 247 [voir fiche].

Rôle dans la BAI-III : administrateur1 en 1861-1862.

État-civil et famille 2:

Pierre Armand Charles naît le 07/04/1819 à Paris, 2e arrdt et prend la suite de cinq générations de célèbres facteurs de clavecins et de pianos.  Il se marie le 14/10/1844 dans le 10e arrdt où il décède le 23/03/1900. Il est mentionné en général sous le nom de « Blanchet fils ». Son père, Nicolas, facteur breveté de la duchesse de Berry, et durant la monarchie de Juillet de la reine Marie-Amélie, est associé en 1826 à Jean ROLLER, inventeur des pianos droits. Sa mère se nomme Charlotte Pierrine PETIT (Besançon 1799-Paris 9e arrdt 12/09/1863). Son épouse, Henriette Zélie BULLY, née le 24/12/1824 à Meaux (Seine-et-Marne), est la fille du principal du collège de Meaux, officier d’université, et la sœur de Joseph BULLY, procureur révoqué depuis le coup d’État de 1851 et homme politique3. Mariés en 1844, Charles et Zélie semblent avoir eu trois enfants4.

Leur fils, Henri Marcel (Paris, 18/11/1852–Pau, 12/02/1922) abandonne la tradition et devient officier de cavalerie. Il épouse le 08/02/1893 à Paris, 8e arrdt. Suzanne Salomé DOLLFUS (1860-1896), protestante, divorcée, fille de Camille DOLLFUS (1826-1906), ancien député bonapartiste, gendre du baron HAUSSMANN, petit-fils de Nicolas KOECHLIN entrepreneur mulhousien pionnier des chemins de fer en Alsace.

Professions: Facteur de pianos. Dans le registre d’inscription à la BAI-III, il n’indique pas de profession, et sur la liste des administrateurs de la bibliothèque il se présente comme « secrétaire de l’association polytechnique5”.

Adresse connue :

1848 -1900 : 26 rue d’Hauteville, 10 arrdt, Paris, qui était déjà l’adresse de la maison Roller et Blanchet en 18426.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 7 :

très actif, il est membre du bureau de l’AP dès 1850. Il en est secrétaire jusqu’en 1868. Il donne des cours d’arithmétique (à l’École centrale en 1860). En 1865 est créé un conseil d’enseignement de 22 membres dont il est un des 11 vice-présidents. En 1868, est nommée une commission de révision des statuts dont il fait partie ; il est nommé vice -président honoraire, et on le voit délégué de la section de la « mairie du Prince Eugène » (11e arr.), responsabilité qu’il semble avoir assurée dès les années 1865-67. Enfin, à la suite des élections du bureau de 1875, il est nommé délégué de la 8e section, Faubourg Saint-Martin.

L’enseignement du chant s’appuie sur le piano, et il est certainement en rapport avec François Joseph FOULON professeur de chant à l’AP et à l’APH  et propagateur  des orphéons.

Dans un discours prononcé lors de la distribution des prix, le président de l’Association polytechnique Auguste PERDONNET le donne en exemple : « il est jeune, riche, considéré, et a obtenu comme industriel la plus haute récompense. D’autres dans sa position ne trouvent de bonheur que dans le monde où ils sont si bien placés. Pour lui au contraire, le plus grand plaisir est de venir vous instruire. C’est un de nos professeurs les plus zélés, les plus capables. Ah ! messieurs, si les hommes riches savaient ce que l’on trouve de jouissance dans les rapports intellectuels avec le peuple, on en verrait en plus grand nombre suivre l’exemple de notre collègue8 ».

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée, mais par ses productions il est proche de la royauté, puis de l’Empire.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : il « fonde une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers9”.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : avec les enseignants et élèves de l’AP.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires :

Pierre Armand Charles Blanchet est un notable10. En 1838, il est admis à l’École polytechnique où il ne reste que quelques mois. Admis de nouveau en 1840, il est sous-lieutenant élève du génie en 1842, mais il donne sa démission en 1843. Il prend alors la suite de son père puis de son associé Jean ROLLER11, inventeur des pianos droits et peintre. À la tête de l’établissement Blanchet fils, il est nommé en 1853 « facteur de pianos droits de S. M. l’Impératrice12». Il met à profit ses connaissances scientifiques, dépose des brevets et remporte des prix (1844, Paris, exposition nationale des produits de l’industrie, médaille d’or ; 1849, Paris, exposition nationale, hors concours ; 1851, Londres, exposition universelle, « prize medal » ; 1855, Paris, exposition universelle, médaille de 1ère classe, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur13 ; 1867, Paris, exposition universelle, une médaille d’argent décernée à Blanchet fils et des médailles décernées à deux de ses ouvriers). En 1859, il rachète la part de son associé ROLLER, qui désire se consacrer pleinement à la peinture, et il crée « un nouveau piano dit de format commerce…. accessible à toutes les fortunes. Désormais cette importante manufacture réunira donc les deux branches, également essentielles, d’une fabrication à la fois artistique et commerciale14 ». Charles Blanchet et son épouse organisent à cette période des soirées musicales dans leurs “riches appartements15”.

Le système Roller de piano droit, moins encombrant et moins onéreux que le piano à queue, est repris par plusieurs manufacturiers. Il est destiné à une petite bourgeoisie, et même à des milieux relativement modestes. On compte dans les années 1850  environ 60 000 pianos à Paris. Cette démocratisation de la pratique instrumentale correspond à l’expression d’une aspiration profonde à un idéal de fraternité, de liberté et de savoir qui passe par une médiation culturelle. On la retrouve dans les chorales laïques d’hommes que sont les orphéons. Le premier catalogue de la BAI III comporte des partitions pour piano et chœurs d’hommes, « réductions d’opéras » et recueils de chants. Parmi ses lecteurs, on sait que Frédéric ERBS [voir fiche] possédait un piano et que Charles-Honoré PLOMB [voir fiche], premier bibliothécaire, était musicien16.

Blanchet s’implique également dans la vie de la cité : « ce fabricant, qui réunit aux plus éminentes qualités de l’industriel les meilleures qualités du cœur, a fondé une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers, et les fait participer au cours gratuit qu’il professe depuis de longues années à l’Association polytechnique17». Il est élu membre du tribunal de commerce le 20 juin 185818, il est nommé adjoint au maire du Xe arrondissement le 24 septembre 1873, puis maire le 10 août 1877.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

ADVP, actes d’état civil.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Geneviève  Deblock

Fiche publiée le  24 mars 2021 ; modifiée le …

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet," in Bibliothèques populaires, 25/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4774.

  1. CRBAI-III 1862/ ; CRBAI-III ADVP 1861/62. []
  2. Pierre Armand Charles Blanchet, ADVP : acte de naissance, 1819 ; acte de mariage, 1844 ; acte de décès, 1900 ; acte de mariage de son fils Henri Marcel, 1893. []
  3. Il meurt en 1890 rue de la Bienfaisance à Paris. Charles Blanchet est d’ailleurs l’un des témoins de l’acte de décès. On notera que Joseph BULLY lors de sa révocation s’installe près de Vernon – il aura une activité politique importante dans l’Eure sous la IIIe République -, mais  on ne le trouve ni dans les premiers membres ni dans les premiers donateurs de la bibliothèque populaire de Vernon qui a pourtant des liens très étroits avec la BAI-III. [Voir la fiche DELBROUCK]. []
  4. Nous avons pu identifier également une fille, Caroline-Henriette-Jeanne née en octobre 1848 à Meaux, selon le Journal de Seine-et-Marne, 14 octobre 1848. []
  5. Registre d’inscription de la BAI-III ; CRBAI-III 1862/1. []
  6. Registre d’inscription de la BAI-III ; Didot-Bottin, 1842 ; adresse figurant sur l’acte de sa naissance de sa fille en 1848 : BMS Meaux Année 1848, cote 5MI46391848. AD77. []
  7. Voir Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  8. Discours de Perdonnet lors de la distribution des prix aux élèves des cours gratuits des Associations polytechnique et philotechnique,  La Presse, 26/01/1860. []
  9. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie & du commerce, 1855, p. 12-13 ; Musée de la mutualité française, sociétés de secours mutuels. []
  10. Voir une biographie sur la famille Blanchet dans le Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 15/02/1855 ; Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 1865 ; Charles-Joseph-Nicolas Robin, Histoire illustrée de l’Exposition universelle de 1855, p. 97-100 ; CARNET4127 ; Jean Claude Yon, La démocratisation de la pratique musicale au XIXe siècle, conférence donnée le 12 mai 2006 à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement ; Paul Gerbod, « L’institution orphéonique en France du XIXe au XXe siècle », dans Ethnologie française, janvier-mars 1980, nouvelle série, T. 10, No. 1 (janvier-mars 1980), p. 27-44. []
  11. Voir sur le site lieveverbeeck.eu les Brevets Roller et Blanchet, pianosfrancais1850-1874, La Gazette des tribunaux,11 mars 1852, p. 4. []
  12. Revue et gazette musicale de Paris, vol. 10, p. 127. []
  13. Son dossier ne figure pas dans la base Léonore où l’on trouve en revanche le dossier de son fils et celui de Roller. []
  14. Revue et gazette musicale de Paris, 13/05/1858, p. 204. []
  15. Le Ménestrel, 1er avril 1855. []
  16. Voir sur ce carnet, le billet “Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III. []
  17. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 1855, p. 12-13. []
  18. Le Ménestrel,  20/6/1858. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier

CHARPENTIER, Auguste (1826-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)

Parisien, fils d’un serrurier, il entre dans l’armée à l’âge de 21 ans. En 1860, il figure au palmarès des cours gratuits des Associations philotechnique et polytechnique, et en 1861 il adhère à la BAI-III où il est pressenti comme administrateur. Il participe à la défense de Paris pendant le Siège prussien, puis est rattaché à l’armée de Versailles pendant la Commune.

 

NOM : CHARPENTIER

PrénomsAuguste Joseph

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 3

Rôle dans la BAI-III1:

Il figure comme administrateur avec la mention « prix d’honneur de l’association polytechnique », dans une liste manuscrite2 qui peut être datée entre l’A.G. provisoire de 1861 et l’A.G du 02/02/1862. Il participe bénévolement au recueil des cotisations et au catalogage.

État-civil et famille 3: Auguste CHARPENTIER naît à Paris, 39 rue de Buci (ancien 10e arr.) le 21/03/1826. Ses parents, Pierre Guillaume, serrurier, et Anne Joséphine CHARPENTIER, demeurent 24 rue Saint Paul (4e arr.) en 1859 quand Auguste se marie. Un frère, Adolphe, naît en 1830.

Il épouse le 05/06/1855 à Tournan en Brie (Seine-et-Marne) Joséphine Adalie VALLET (09/02/1835 – 23/10/1859). Sa première fille, Joanina Adalie Alexandrine Augustine, née le 17/06/57 à Paris de ce premier mariage, épouse Jules FRANÇOIS, fils d’un menuisier, le 01/06/1880 à Paris (14e arr.)

Veuf le 23/10/1859, il épouse en secondes noces le 04/06/1872 à Paris (14e arr.) Alexandrine-Marie ÉCAILLE née le 19/11/1834 à Aisey-le-Duc (actuellement Aisey-sur Seine, Côte d’Or), sans profession, fille d’un cantonnier, dont il a une seconde fille, Sylvia Niobâe (1866-1942) née hors mariage et reconnue.

Il décède le 29/07/1900 à 74 ans, Villa Parrot à Sèvres (Seine-et-Oise, auj. Hauts-de-Seine).

Professions 4 : Ouvrier d’artillerie de 1847 à 1857, successivement dans les 11e, 3e, 9e compagnies, il monte en grade et devient maréchal des logis en 1857. Il devient ouvrier d’État de 1860 à 1865, puis garde d’artillerie au dépôt central à Paris de 1871 à1878. Le 10/01/1886, il a 60 ans, cesse ses activités et reçoit une pension de retraite.

Adresses connues 5:

1855, lors de son 1er mariage : 24 rue Saint Paul, Paris, 4e arr.

1861, lors de l’ouverture de la BAI-III : 32 rue du Château (Plaisance), Paris 14e (adresse qui correspond avant l’annexion au 115 rue du chemin de fer, Vaugirard).

1872, lors de son 2e mariage : 29 rue Saint Médard, Paris, 5e arr.

1880, lors du mariage de sa fille : 29 rue du Texel, Paris 14e arr.

1900, à son décès : Villa Parrot, Sèvres.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique6

Il suit les cours gratuits de l’APH à l’école Turgot7 : il obtient en 1853-54 le 3e prix de grammaire, en 1854-55, le 2e prix de grammaire.

Il suit aussi les cours de l’AP, qui ont lieu à l’École centrale8 : il reçoit le 22/01/1860 pour l’année 1858-1859 un prix d’honneur accordé par l’Empereur et trois premiers prix : géométrie appliquée aux arts avec le professeur Henri  HARANT [voir fiche HARANT] ; chimie ; machines.

En 1861, il fait partie d’un comité organisé par les élèves de l’AP désirant offrir une médaille en or à Auguste PERDONNET [Voir fiche et billets PERDONNET] en témoignage de leur reconnaissance pour ses 32 années consacrés à l’association9. Celle-ci est remise par le ministre de l’Instruction publique lors de la distribution solennelle des prix du 9 février 1862. Le président de cette commission, Claude LIONNET, devient ou reste un très bon ami de CHARPENTIER, puisque, toujours bronzier, il est témoin au mariage de sa fille en 1880 à Paris10.

En 1862, CHARPENTIER fait partie des 14 délégués de l’AP à l’exposition universelle de Londres. Ceux-ci rédigent des rapports qui doivent être publiés, mais sont finalement classés. Une mention de premier ordre est allouée à Charpentier pour son travail. Nous connaissons 13 noms sur 14 : « MM. BRUNEAU et LERCH, mécaniciens, avaient traité des grandes machines ; MM. LANDRIN, monteur en bronzes, BERGER, sculpteur, LEGAL menuisier, BOUCART doreur, MATRE dessinateur, et VELLU lithographe, avaient étudié les objets d’art, les bronzes, dorures, peintures, sculptures, meubles, etc.. ; M. Charpentier, ouvrier d’artillerie, avait traité de la question des métaux ; M. DIOT peintre avait étudié la décoration ; MM. VALENS et DABROWSKI avaient porté leur attention sur la photographie et la typographie ; enfin, M. MAUVOISIN cordonnier avait passé en revue les progrès de la fabrication des chaussures ».

Parmi ces délégués, le monteur en bronze Hippolyte LANDRIN, lecteur n° 15 à la BAI-III [voir fiche LANDRIN], membre aussi de la philotechnique en 1859/60, sera membre de la Commission ouvrière de 1867 et adhérent de l’AIT ; le menuisier Léon LEGAL, lecteur n°163, est témoin au mariage d’Hippolyte Landrin en 1870 ; BRUNEAU a vraisemblablement un lien avec le lecteur n° 82  Léon Bruneau, commis ; le nom du cordonnier MAUVOISIN coïncide avec celui du lecteur n° 126 de la BAI-III nommé Désiré Monvoisin, cordonnier, domicilié 5 rue des Écouffes dans le 4e arrondissement, mais il n’a pas pu être précisément identifié11. Il en est de même pour le typographe lecteur n° 167, Nicolas-Stanislas Théophile DABROWSKI12. Constant VELLU est fouriériste13.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III14: avec GIRARD [voir fiche GIRARD], BELLAMY [voir fiche], BRIÈLE [voir fiche], CHARDAR [voir fiche], CHRETIEN [voir fiche CHRETIEN], CLOUET [voir fiche CLOUET], COLLET [voir fiche], … il participe aux petits travaux de bibliothèque. À l’association polytechnique, il a comme professeur HARANT [voir fiche].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires 15

Il est engagé volontaire le 17 mai 1847 à l’âge de 21 ans, dans la 11e compagnie des ouvriers d’artillerie, chargée de la réparation et de l’entretien de l’armement. Son premier acte de mariage nous apprend qu’il est en garnison à Vincennes, le second qu’il travaille au dépôt central. Le 28/12/1859, il est décoré de la médaille militaire. Selon ses états de services, en 1851 il fait campagne pendant les « troubles de Paris ». Affecté au dépôt central de l’artillerie, il participe à la défense de Paris pendant le Siège. Pendant la Commune, il reste au dépôt central « par ordre du Général Directeur. Arrêté le 10 mai par la Commune, sorti de Paris le 12 mai16». Le 05/02/1878, il est promu chevalier de la Légion d’honneur.

À 27 ans, il s’inscrit dans les cours gratuits des associations philotechnique et polytechnique, qui lui valent certainement les promotions professionnelles que l’on constate.

Un inventaire établi après le décès de sa première épouse, mentionne un livret de la caisse d’épargne et de prévoyance de Paris contenant 50 francs, décerné le 17 juillet 1859 par « sa Majesté l’Empereur Napoléon III », certainement à l’occasion d’une distribution de prix de l’AP. Cet inventaire précise également qu’il possède « 28 volumes reliés de différents auteurs, prisés 30 francs » et a en dépôt un petit matériel d’imprimerie.

En 1861 il est un des premiers sociétaires de la BAI-III, où il est pressenti comme administrateur en tant que « prix d’honneur de l’association polytechnique ». Mais il n’est pas retenu dans le bureau de 1862, tout comme le menuisier Benjamin DUMOUTIER et le dessinateur Jean Baptiste Marie PAUL [voir fiche].

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1 ; Légion d’honneur,  LH/493/63 ; A. J. Charpentier, acte de mariage 1855 ; acte de mariage 1872 ;  Mariage de sa première fille ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès 1900.

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteurs de la fiche : Geneviève et Pierre Deblock

Fiche publiée le  10 mars 2021 ; modifiée le 3 octobre 2021.

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier," in Bibliothèques populaires, 10/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4758.

  1. CRBAI-III ADVP 1861/62 ; CRBAI-III 1862/1. []
  2. ADVP VD6 1191-1. []
  3. A.J. Charpentier, Légion d’honneur 05/02/1878,  LH/493/63 ; acte de mariage, 1855, AD77 ; acte de mariage, 1872, ADP ;  Mariage de sa première fille, ADP ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès, 1900, AD77. []
  4. Voir Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 à 1860-61, le Registre des premiers lecteurs. []
  5. Registre dit des lecteurs de la BAI-III ; Légion d’honneur ; arbre généalogique. []
  6. Voir : Recueil APH, BnF, Département Philosophie, Histoire, sciences de l’homme, distributions des prix (palmarès),  extraites du Journal d’éducation populaire  : bulletin de la société pour l’instruction élémentaire,  programmes de cours et  règlements ; Le Constitutionnel, 24/01/1860 ; Le Monde illustré, 28/01/1860 ; Victor Meunier, L’ami des sciences, 1860, p. 160 ; “Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793. []
  7. voir https://bai.hypotheses.org/4793 []
  8. Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  9. C. Lionnet président ; Lepreux secrétaire ; Veller, Charpentier, A. Lionnet membres. []
  10. AD75, Mariages 14 e arrdt, 1er juin 1880. []
  11. Les deux orthographes Monvoisin et Mauvoisin se rencontrent. Voir : AD77, MONVOISIN. Naissances.1839, né à Melun (Seine et Marne) le 22 novembre 1839, témoin Étienne PERROT, cordonnier, 39 ans, et Gabriel SANQUIER, limonadier, 51 ans ; ADVP, Pierre Désiré Monvoisin, célibataire, décédé à l’âge de 25 ans le 5/10/1865, 5 rue des Écouffes, fils de Louis Denis, cordonnier, 61 ans, et de Marie-Antoinette Lecuyer son épouse, 41 ans, blanchisseuse. Le témoin est Léon Léonard FAURE, 33 ans, cordonnier, domicilié 17 rue des Trois-Canettes. []
  12. Né à Dombrowska en Pologne le 06/12/1807, il épouse Céline Félicité DESAUBLIAUX à Paris le 22/10/1842 à Paris, est naturalisé en 1849. Voir : DABROWSKI. Mariage. 1842 ; Bulletin des lois de la République française, vol. 3, 1849. []
  13. Voir DESMARS Bernard, « Vellu, Constant », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2191. []
  14. CRBAI-III 1862/1.. []
  15. Légion d’honneur ; Bulletin des lois, op. cit. ; CRBAI-III ADVP 1861/62 ;  Le Constitutionnel, 30 août 1858 ; Inventaire après le décès de Mme Charpentier, 13 avril 1860, études maître Aveline notaire à Paris, AN cote MC/ET/CIII/729. []
  16. Le Journal officiel de Paris pendant la Commune (20 Mars-24 Mai 1871). Histoire. Extraits, fac-similé du dernier n° (24 Mai), de  Charles Louis Livet, 1871, mentionne pour le 17 avril, p. 193, « Art. 5 : toutes les armes recueillies par les mairies seront renvoyées à Saint Thomas d ’Aquin ». Le dépôt central de l’artillerie semble donc être aux mains des communards. Cependant, Auguste Charpentier dit y être resté jusqu’au 10 mai. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Henri Michel

MICHEL, Henri (1837-1876)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Originaire de province, il suit pendant quatre ans les cours gratuits de l’Association philotechnique et obtient de nombreux prix. Inscrit à l’âge de 24 ans, il est un des premiers membres de la BAI-III, et y reste jusqu’à son décès à l’âge de 39 ans.

NOM : MICHEL

Prénoms : Henri François

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 16

Rôle dans la BAI-III : Lors de l’Assemblée Générale du 28 mars 1876, il fait partie des 15 plus anciens sociétaires convoqués pour vérifier les comptes, dont CHOUVY, DEBISCHOPP (Alexis Debischopp, lecteur n° 554 ?), FRECAULT, MOINE [1].

 

État-civil et famille [2] : fils de François, manouvrier, et Françoise FANET il naît à Heuilley-sur-Saône (Côte-d’Or) le 05/05/1837. Il est célibataire et décède le 30/08/1876 à Paris, 16e arr. Les déclarants sont Pierre Bourrot, employé à la ville de Paris, 64 ans, et Alfred Piquet, couvreur, 22 ans, demeurant comme Henri Michel 8 rue de Bouillé (actuelle rue Duban).

Lors du mariage de ses parents, le 05/10/1835, on apprend que l’oncle maternel de Françoise FANET est maire de Heuilley-sur-Saône.

Professions [3]: mécanicien en 1858-59, attaché au plan de Paris en 1861.

Adresse connue [4] : en 1861, Grande rue à Passy [actuellement, rue de Passy à Paris]. En 1876, à son décès : 8 rue de Bouillé (actuelle rue Duban), Paris, 16e arr.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique [5] : il suit durant quatre ans les cours gratuits de l’association philotechnique, reçoit plusieurs prix et obtient trois certificats d’études :

En 1857-58 : trigonométrie et courbes usuelles, 3e mention ; mécanique, 1er prix. Récompense : un livret de la Caisse d’épargne.

En 1858-59 : langue française, 1e année (professeur MARGUERIN), 2e prix ; algèbre 2e année, 2e prix ; géométrie 2e année, 2e prix ; trigonométrie et courbes usuelles, 1e mention ; mécanique 2e année, 2e mention ; physique 1e année, 2e prix ; hygiène et médecine usuelle 1e année, 4e mention. « Un certificat d’étude relatif aux sciences physiques est accordé à l’élève Michel (H.F.), qui a obtenu 7 nominations, dont 5 prix dans les cours de langue française, hygiène, dessin linéaire, algèbre, géométrie, physique et chimie ». Récompense : un livret de la Caisse d’épargne.

En 1859-60 : Arithmétique 2e année (professeur LIONNET), 2e prix ; mécanique 2e année, 1e mention ; chimie 2e année, 2e mention ; dessin linéaire, 1er prix ; lavis, 3e prix, figure 3e mention. Médaille de bronze, certificat d’études relatif aux sciences mathématiques pour 7 nominations dont 4 prix.

En 1860-61 : physique 2e année, 2e prix ; géographie 1e mention. Certificat d’étude relatif aux arts industriels pour 7 nominations dont 5 prix, 1er prix d’honneur.

 Selon le journal Le Siècle[6], de nombreux prix sont décernés en Janvier 1861 à Charles Honoré PLOMB, Jean CHARDAR, Henri MICHEL, Charles MURET. La distribution se termine par une prière et une acclamation : « vive l’Empereur !».

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : Non identifiée mais on sait cependant que sa famille maternelle est impliquée politiquement dans son village de Heuilley-sur-Saône, et donne plusieurs maires au cours du XIXe siècle1.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III [7] : le réseau de l’Association philotechnique : les professeurs François BAZIN, inscrit juste après lui sur la liste des premiers lecteurs, MARGUERIN, LIONNET, et ses compagnons des cours du soir inscrits à la BAI-III, dont GIRARD, PLOMB, CHARDAR, MURET.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires : Né en province, fils d’un manouvrier, son grand-oncle maternel est maire de son village en 1835. Il vient habiter à Passy, et s’inscrit à l’âge de 20 ans aux cours gratuits de la Société philotechnique qui se déroulent le soir de 20h 30 à 22 h et le dimanche matin à l’école Turgot 17 rue du Vert Bois et à l’école communale Saint Élisabeth. En 4 ans, il obtient de nombreux prix et trois certificats d’études. C’est probablement fort de ce bagage qu’il entre en 1860 au Service du plan de Paris, que le préfet Haussmann développe considérablement pour les besoins des grandes transformations de la capitale [8]. Il est un des premiers inscrits à la BAI-III en 1861.  Il en reste toujours membre malgré l’éloignement. Il est sans profession lors de son décès. Il a donc quitté le service du plan de Paris, pour cause de maladie ou autre.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

 

Auteur de la fiche : Geneviève Deblock

Fiche publiée le 15 février 2021 ; modifiée le 23 mars 2021.

 

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Henri Michel," in Bibliothèques populaires, 15/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4732.

Notes :

[1] CRBAI-III 1878.

[2] Voir, AD 21, Henri François Michel, acte de naissance, 1837. Acte de mariage des parents, 1835 ; ADVP, acte de décès, 1876. Pierre Bourrot (1811-1900),  titulaire de la Légion d’honneur le 9 mai 1855, et de la médaille militaire le 11 avril 1855  LH/334/59, ancien maréchal des logis au 5e bataillon d’artillerie, est natif de Renève, à 9 km d’Heuilley-sur-Saône, ce qui peut expliquer la confusion faite sur le lieu de naissance d’Henri Michel entre Heuilley et Renève.

[3] Voir Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 à 1860-61, le Registre des premiers lecteurs.

[4] Voir le Registre des premiers lecteurs.

[5] Voir le dépouillement des palmarès de l’APH par L. Oudin à partir de Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 p. 22, 34 ; 1858-59, p. 18 ; 1859-60, p. 21, 35 ; 1860-61, p. 26.

[6] Le Siècle ,15/01/1861.

[7] Registre des premiers lecteurs de la BAI-III ; Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, Distribution solennelle des prix, 1859-1862 ; Le Siècle ,15/01/1861.

[8] Voir les Mémoires du baron Haussmann, III, Paris, 1890-1893, Almanach impérial, 1859.

 

  1. Voir la notice Heuilley-sur-Saône sur Wikipedia. []

LA BAI-XIII (suite). Budget, catalogue, lecteurs, conférences

Après avoir relaté la naissance de la BAI du XIIIe arrondissement, puis présenté les membres qui ont composé le Conseil d’administration de l’année 1878,1 voici quelques notes sur la vie de la bibliothèque.

=> vous pouvez  lire ici le compte-rendu de l’Assemblée générale de 1878 : compte-rendu de l’assemblée générale de la BAI-XIII  en 1878

Le budget


Une source importante de revenus, lors de la création de la bibliothèque, est l’organisation d’événements payants. Ils ont lieu au théâtre des Gobelins, qui peut accueillir jusqu’à 1 500 personnes. Les animateurs de la bibliothèque, notamment Louis Combes, savent attirer des têtes d’affiche :

  • Le dimanche 16 juin 1878, une conférence sur L’histoire du livre par Charles Quentin2 qui retrace la vie et la mort d’Étienne Dolet, considéré comme le premier martyr libre-penseur. La réunion est présidée par Gambetta et rapporte 1 912,70 francs, somme considérable qui représente 70 % du premier compte financier.
  • Le 15 décembre de la même année, conférence de Louis Blanc, présidée par François Cantagrel, assisté des députés Barodet et Martin Nadaud. Sous un titre un peu énigmatique, La conversation au dix-huitième siècle, Louis Blanc parle de l’influence des Lumières sur la Révolution de 1789. Prix des places, 50 cts, 1fr, 2fr, 3fr. et 5fr.
  • Le 20 octobre 1879, représentation de Ruy Blas par une troupe d’artistes amateurs. Victor Hugo abandonne ses droits d’auteur (58,17 francs).
  • Le 31 octobre 1880, conférence d’Alphonse Humbert3, ancien communard déporté en Nouvelle Calédonie, ayant pour thème Le peuple, sous la présidence d’Auguste Blanqui. Clovis Hugues4 récite une poésie sur Blanqui. Le journal L’Intransigeant du 3 novembre écrit que l’orphéon de la gare d’Ivry termine la réunion par une « magistrale interprétation de la Marseillaise ». C’est l’une des dernières apparitions publiques de Blanqui qui décède deux mois plus tard, le 1er janvier 18815, dans l’appartement du boulevard qui ne porte pas encore son nom.

Le Petit Parisien 27 octobre 1880
Le Petit Parisien, 27 octobre 1880. Gallica (BnF).
  • Le 22 mai 1881, salle de la Renaissance (198 avenue de Choisy), conférence d’Alfred Talandier6, député de Paris, sur Le programme de l’alliance socialiste républicaine, suivie d’un concert. Prix d’entrée : 50 cts
  • Le 23 novembre 1884, conférence de Camille Pelletan,7 rédacteur en chef du journal La Justice, sur Diderot. Prix des places : 1fr, 50, 1fr, 75 et 50 cts.

Nous avons retrouvé le compte financier de 18788, qui n’est pas très significatif, puisqu’il contient les frais de la première installation. Il est plus intéressant de commenter les comptes de 1892. Ce budget s’élève à 3 989,20 francs.

Les dépenses :

Le premier poste est celui des charges locatives (35 %) : la bibliothèque est locataire et a des charges de chauffage et d’éclairage ;

Viennent ensuite les frais généraux (21 %) : les statuts et le catalogue sont imprimés pour être remis aux sociétaires ;

Puis les dépenses de personnel (20 %). Après débat, il a été décidé de ne pas recourir à des bénévoles pour assurer les fonctions de bibliothécaire, mais d’en avoir un rémunéré.

L’achat de livres représente 24 % des dépenses.

Les recettes

Il y a d’abord les produits du droit d’entrée, et des cotisations.

Il y a aussi quelques dons d’argent. Nous avons la trace d’un don de François Cantagrel en 1878, d’un montant de 209,10 francs. Les dons de livres sont une ressource importante, mais elle n’est pas estimée dans le budget.

Et, dès 1879, lorsque la bibliothèque a un an d’existence, s’ajoutent les subventions municipales, qui constituent une aide et un soutien importants : 1 000 francs en 1879, 1 500 francs de 1880 à 1892, puis 2 000 francs. En 1892, la subvention représente la moitié du budget.

Le Conseil municipal vire à droite (pour un siècle) après les élections municipales de 1901. En 1902, la subvention est abaissée à 800 francs, le rapporteur du budget estimant que les bibliothèques populaires ne sont pas suffisamment contrôlées par l’administration 9. Un compromis, négocié par Auguste Navarre, permet de la rétablir à 2 000 francs en 1904.

En 1933, la subvention est de 8 000 francs, et sera ensuite diminuée de 10% sous l’effet du « rabotage » prévu par les décrets-lois Laval.

En 1934, Louis Gélis10, conseiller municipal du 13e, demande une subvention exceptionnelle pour notre bibliothèque. Elle sera inscrite au budget de 1935, mais nous n’en connaissons pas la motivation précise. Nous n’avons pas de traces de financements publics ultérieurs.

Les livres et les lecteurs

Lors de l’ouverture de la bibliothèque, il y a déjà 350 ouvrages, provenant essentiellement de dons, ceux de la famille Trélat et de Philippe Doré qui a offert « toute une bibliothèque de science et jurisprudence » ainsi que les œuvres complètes de Voltaire. Sigismond Lacroix et Louis Combes sont également des donateurs importants, ainsi que l’éditeur Germer-Baillière par ailleurs membre du conseil d’administration de la BAI du 6e arrondissement, l’anthropologue Abel Hovelacque, Isidore Beaufils membre de l’AIT, la veuve d’Edgar Quinet, et la Ligue de l’enseignement11.

En 1878, une commission est chargée de dresser la liste des livres à acheter. Elle est composée de trois personnes, les deux conseillers municipaux Sigismond Lacroix et Louis Combes ainsi que l’artiste peintre Henri Saintin.

Il y aura 2 885 titres en 1882, 5 650 en 1884 et 9 000 en 1904.

Nous avons retrouvé à la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville le catalogue imprimé daté du 1er juillet 1882, son supplément daté du 1er avril 1884 et un complément manuscrit du 2 décembre 1884, daté et signé du bibliothécaire. Ce manuscrit est certainement un document destiné au contrôle par les services de la Préfecture.

Voici quelques traits, retenus à la lecture du catalogue : on ne voit plus l’autocensure que l’on a rencontrée dans les bibliothèques populaires ouvertes sous l’Empire, mais il y a toujours la volonté de proposer une culture générale solide, en commençant parles grands classiques, anciens et modernes.

Dans ses souvenirs, Maxime Rodinson nous parle des livres qu’il lisait dans les années 1930. Il écrit que le fonds est idéologiquement orienté, mais pas sectaire. La littérature engagée est anticléricale et antimonarchique. Il signale qu’il y a de nombreux ouvrages classiques, de littérature française, mais aussi anglaise ou allemande ainsi que des auteurs grecs et latins, tous en traduction évidemment. Il signale la présence de livres de vulgarisation (sciences physiques et naturelles, astronomie), dont certains, remontant au fonds de départ, sont dépassés par le progrès scientifique. Ce qui l’intéresse le plus, c’est la collection l’Univers pittoresque qui lui permet de voyager. Il signale, avec une certaine tendresse, la présence parmi les lecteurs « d’un brave artisan, passionné par la lecture de l’historien grec Diodore de Sicile ».


Le catalogue présente les ouvrages, non pas uniquement par ordre alphabétique d’auteur, mais selon un plan de classement qui reflète les buts poursuivis. Comme cela est indiqué dans les statuts, la bibliothèque désire procurer à ses adhérents et à leur famille les livres utiles à leur instruction et/ou à leur délassement. C’est le sens des cinq grandes rubriques divisées en sous-rubriques : la première concerne le délassement, les suivantes l’instruction.

Le catalogue 1882

La 1e section, est de loin la plus fournie puisqu’elle représente à elle seule la moitié du fonds. Elle comprend les ouvrages dits de « délassement », c’est-à-dire la littérature, dont de nombreux romans populaires, des livres de géographie, des récits de voyages eux aussi très demandés, des ouvrages de poésie et de théâtre.

  • Littérature ancienne : les grands classiques grecs et latins.
  • Littérature étrangère : Cervantes, Dickens, Hoffmann, Shakespeare (traduit par François Hugo), les livres de Thomas Mayne Reid, un écrivain américain d’origine irlandaise, anti-esclavagiste, un des premiers et rares écrivains à écrire un roman dont le héros est un noir : William-le-Mousse.
  • Littérature française : 720 romans dont Alexandre Dumas (110 vol.), les écrivains engagés George Sand (65 vol.), Erckmann-Chatrian, Victor Hugo, Eugène Sue, Hector Malot, et même très controversés ou mis à l’index comme « les pornographes » Émile Zola et Charles Baudelaire, ou Marie-Louise Gagneur12, une romancière fouriériste, féministe et libre-penseuse, qui attaque avec virulence les congrégations (La croisade noire, Le calvaire des femmes). Il y a aussi des auteurs à succès au XIXe siècle mais aujourd’hui oubliés, tels que Gustave Aimard, un enfant abandonné, devenu aventurier, qui raconte sa vie de chercheur d’or en Amérique du Nord. Et il y a des romans franchement provocateurs comme Le fils du jésuite de Léo Taxil, roman qui lui vaudra d’être excommunié par le pape Léon XIII.
  • Géographie, voyages : curieusement pour nous, c’est là qu’on trouve les œuvres complètes de Jules Verne. Il y aussi les récits de voyage de Lamartine et de Gérard de Nerval et des monographies sur des pays étrangers.
  • Poésie, théâtre : les grands classiques du XVIIe siècle, mais aussi le théâtre de George Sand, de Voltaire, de Lamartine et de Victor Hugo.

La 2e section, qu’on appellerait aujourd’hui « sciences humaines » (histoire, philosophie, économie politique) comprend les livres d’histoire, suivis d’ouvrages destinés à la réflexion et à la formation du citoyen.

  • Histoire : 386 volumes, dont Tocqueville, Michelet, Henri Martin, Louis Blanc.
  • Morale, philosophie, controverses religieuses : 231 volumes, dont Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Diderot, Proudhon, Michelet.
  • Economie politique, sciences sociales : 138 volumes, Voltaire, qu’on retrouve dans presque toutes les catégories, Sismondi, Auguste Blanqui, Karl Marx13 . Il y a même Extinction du paupérisme d’un certain Louis Napoléon Bonaparte.
  • Biographies, mémoires : 205 titres dont la correspondance de Voltaire, les mémoires de Saint Simon

L’histoire en général, et particulièrement l’histoire de France occupe une place de choix. La tonalité anticléricale du fonds n’a cependant pas fait oublier les textes fondamentaux des grandes religions, puisqu’on peut lire la Bible, le Coran, Saint Augustin et les écrits de Confucius.

Le socialisme utopique est bien représenté avec en particulier toute l’œuvre de Proudhon, un livre de Victor Considerant, et Le fou du Palais Royal de François Cantagrel14.

La 3e section, sciences et arts, instruction, éducation (188 titres), est composée d’ouvrages de vulgarisation et de manuels techniques. Ces derniers sont destinés à améliorer la qualification des ouvriers et peut-être leur permettre une promotion professionnelle. Plusieurs traités et recueils de mécanique et de construction métallique, certainement destinés aux ouvriers de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans, ont été offerts par Hervé Mangon, ingénieur, membre de l’Institut, qui sera nommé directeur du CNAM en 188015. Les autres sections comprennent des brochures, des dictionnaires, des annuaires. Certains romans, qui paraissent en fascicules sont indiqués dans la rubrique « littérature » du catalogue, avec la mention « voir aux brochures ». Cette indication facilite l’autonomie du lecteur, qui se déplace dans les rayons en libre accès.

Les lecteurs

L’obligation de rendre très régulièrement des comptes précis aux services de la Préfecture sur les acquisitions, le nombre de lecteurs, le nombre de prêts, est intéressante : c’est actuellement pour nous le seul moyen d’avoir quelques renseignements sur l’activité de la bibliothèque et son évolution au fil des années, ses collections, ses lecteurs, leur nombre, leurs profils, leurs goûts.

Le nombre des sociétaires s’élève à 206 en 1877, avant même que la bibliothèque soit officiellement créée. Il y en aura 390 (dont 5 femmes) en 1879 et 569 (dont 57 femmes) en 1893. Le nombre de femmes est faible mais il progresse. Par comparaison, elles représentent un tiers des sociétaires dans le 20e et la moitié dans le 14e. Ces chiffres ne veulent pas forcément dire que les femmes du 13e ne lisent pas. Les quelques listes d’inscription conservées montrent que c’est en général l’homme qui adhère à la bibliothèque pour toute la famille. Les adhésions féminines sont celles des célibataires (lingères, couturières, institutrices), des veuves souvent rentières, et de quelques femmes engagées qui s’inscrivent pour l’exemple16. En 1882-83, sur 445 adhérents, il y a 139 ouvriers et 110 employés (soit au total plus de la moitié), 33 membres des professions libérales et enseignants, 45 commerçants et 118 autres sociétaires dont la profession n’est pas indiquée. On peut réellement employer le qualificatif de populaire.

Sociétaires de la BAI en 1882

Ces statistiques nous renseignent aussi sur le goût des lecteurs. En 1882-83, 12 492 livres ont été lus sur place ou prêtés, sur un fonds de 3 375 volumes. Ce qui fait une moyenne de 28 livres par sociétaire.

La catégorie la plus demandée est — et de loin — la littérature (73%), suivie par la géographie et les voyages (10%) et l’histoire (5%). On voit qu’on est assez loin du souhait de Léon Gambetta qui voulait « qu’on meublât la bibliothèque de traités techniques … ». Le « délassement » l’a emporté sur l’utilitaire.

Ouvrages lus en 1882

Les conférences

La bibliothèque ne se contente pas de prêter des livres. Comme la moitié des bibliothèques populaires parisiennes, elle organise des conférences.

Celles-ci sont un moyen de se retrouver et d’échanger. Elles permettent de compenser les difficultés que rencontrent les ouvriers fatigués par leur journée de travail et qui n’ont pas assez de temps libre pour lire17.

Dans l’esprit des lettrés paternalistes des premières années, il s’agit surtout de guider les personnes peu habituées à lire, et de leur donner des conseils pour les orienter vers les « bons » livres. En annonce de l’ouverture de la bibliothèque de Versailles, on lit dans La Liberté du 18 mars 1879 : « Il faut que les associés ordinaires d’une bibliothèque populaire puissent rencontrer souvent, aux heures où se rapportent et se distribuent les livres, des membres instruits à qui ils puissent demander des conseils. »

Ce n’est pas tout à fait l’impression que nous donne la liste des conférences organisées dans le 13e.

Dans la presse, nous avons retrouvé la trace d’invitations à 253 conférences gratuites données au 59 avenue des Gobelins. Elles ont lieu le samedi, à huit heures et demie du soir, de mi-novembre à début avril. On peut supposer que les habitués ont autre chose à faire quand il fait beau …

Les annonces précisent souvent que « les dames sont priées d’y assister » et parfois que « la salle est chauffée ».

Tant qu’il est vivant, c’est François Cantagrel qui préside la séance de rentrée.

On dénombre une vingtaine de conférences par an entre 1879 et 1890, c’est-à-dire tous les samedis de la saison. Ce nombre diminue ensuite pour se réduire à 3 ou 4 par an jusqu’en 1902. Puis plus rien, sauf une en 1920. Maxime Rodinson ne parle pas des conférences qui auraient pu avoir lieu dans les années 30. Elles réapparaissent toutefois pendant l’hiver 1938-39 (8 conférences). On peut se demander quelles sont les causes de cette disparition : est-ce qu’elles ont lieu, mais que la presse ne publie pas les annonces ? Plus vraisemblablement, il doit se produire une démotivation des organisateurs. Il y aussi la concurrence d’autres formes de loisirs : on sait qu’une dizaine de salles de cinéma ouvrent dans le 13e arrondissement entre 1911 et 1914. Nous connaissons le thème de presque toutes les conférences et presque toujours le nom du conférencier18, et avons tenté de faire une typologie : les thèmes les plus évoqués sont, dans l’ordre :


  • la Révolution de 1789 et ses acteurs : Robespierre, Marat, Mirabeau … (une conférence sur cinq),
  • les questions sociales : l’enfance, l’assistance publique, … (une sur six),
  • la laïcité et la religion (une sur dix),
  • la littérature : Zola, Diderot, Rabelais, Sully Prudhomme etc. (une sur dix),
  • Des sujets directement politiques : la représentation du prolétariat au Parlement, le statut de Paris, par exemple,
  • La question des droits de la femme n’est pas oubliée (huit conférences),
  • Une quinzaine de conférences portent sur des sujets plus techniques (les égouts, les puits artésiens, l’architecture…).

Nous avons identifié 112 conférenciers : de nombreux avocats, des médecins, des publicistes, c’est-à-dire des journalistes. Beaucoup d’entre eux sont aussi conseillers municipaux, députés ou sénateurs.

71 intervenants donnent une seule conférence. Mais il y a des habitués. Le record est détenu par Louis Lucipia (13 conférences), ancien élève de l’École des Chartes, adhérent de l’AIT, communard. Soupçonné dans l’affaire des dominicains d’Arcueil, il est condamné à mort. La peine est commuée en travaux forcés à perpétuité et il est déporté en Nouvelle Calédonie. Rentré en France en 1880, il est journaliste au Radical. La même année, il est élu conseiller municipal dans le 3e arrondissement. Il préside le Conseil municipal en 1899. Il sera ensuite directeur de l’asile psychiatrique de Villejuif, membre du conseil de surveillance de l’Assistance publique et président de la société des journalistes républicains. Franc maçon, il est, de 1895 à 1896 et de 1898 à 1900, président du Grand Orient de France. Dans ses conférences, il parle de la déportation des communards, de la Révolution française et de problèmes sociaux (la question des loyers, par exemple).

Vient ensuite Alexandre Millerand, le futur président de la République. Il donne 11 conférences, sur des questions sociales (la répartition des richesses) et sur des questions juridico-politiques (la Constitution, le budget). Il est d’abord présenté comme étudiant en droit, puis comme avocat, avocat à la Cour d’appel, ensuite conseiller municipal (il est élu en 1884 à l’âge de 25 ans), enfin député (élu en 1886 à l’âge de 26 ans).

Stephen Pichon (1857-1933), Portrait par Jules Valadon, 1893 . Wikipédia : CC.

H. Gaston (10 conférences). Nous avons eu beaucoup de mal à trouver son prénom, une seule coupure de presse, qui annonce une conférence dans le 6e arrondissement, nous dit qu’il s’appelle Henri. Il est ingénieur, libre-penseur et franc maçon. Gaston est aussi poète et membre du Comité républicain du 13e, pour lequel il se présente aux élections de 1883, et se désiste au profit de Stephen Pichon. En avril 1881, Il présente à la BAI 13 une conférence intitulée « L’idée de Dieu, la religion », qui donne ensuite lieu à une publication dont le titre est Dieu, voilà l’ennemi ! premier volume d’une nouvelle collection, « la Bibliothèque anti-religieuse ».

Henri Gaston, Dieu, voilà l’ennemi, Paris, H.-E. Martin, (1881), Bibliothèque antireligieuse. BnF, Arsenal, 8-NF-3230. Photographie G. Deblock.

Georges Martin (voir ce billet), conseiller municipal  : Il donne 9 conférences, surtout sur les questions sociales (l’enfance, les invalides, le droit des travailleurs à la retraite …).

Le docteur Auguste Navarre qui sera conseiller municipal du 13e en 1898 et député de 1914 à 1919. Il fait 8 conférences où il parle de questions sociales, de médecine et de science. Une conférence parle du darwinisme. Une autre s’intitule « Dieu et la politique contemporaine ».

Stephen Pichon (7 conférences) Il a préparé Normale Sup, mais a vite bifurqué vers le journalisme et la politique avec Sigismond Lacroix et Clemenceau. Conseiller municipal de la Salpêtrière en 1883. Député de 1885 à 1893. Anticlérical, il plaide pour la séparation de l’Église et de l’État. Anti boulangiste. Sénateur de 1906 à 1924, plusieurs fois ministre des affaires étrangères dans les gouvernements Clemenceau et Briand.

Jules Lermina, 7 conférences.  C’est un orateur brillant,journaliste et romancier. Il a écrit une quarantaine de romans et une dizaine d’ouvrages historiques. En 1870, il est l’auteur d’un acte d’accusation contre Napoléon III, dans lequel il demande sa condamnation aux travaux forcés comme « assassin, voleur et faux monnayeur », ce qui vaudra 2 ans de prison, dont il ne fera qu’une partie car il réussit à s’évader. Sa condamnation est annulée après le 4 septembre.

Raymond Poincaré, avocat, futur président de la République (7 conférences). Il parle de la Révolution de 1789 et, plusieurs fois, de Rabelais.

Ernest Rousselle, conseiller municipal de Maison Blanche de 1881 à 1896, président du Conseil Général en 1885 et du Conseil municipal en 1889. Il parle notamment de l’enfance abandonnée, et fait connaître ses préconisations pour que ces enfants soient soustraits à l’influence des congrégations. Le monument qui lui est dédié boulevard Auguste-Blanqui19 rappelle cet engagement.

Sigismond Lacroix (voir ce billet) donne quatre conférences, sur l’autonomie communale, le droit de la jeunesse et le droit de la femme.

Albert Pétrot, avocat, conseiller municipal du 6e, puis député (7 conférences). Il parle de la révolution de 1848 mais aussi de sujets de société (l’octroi, …).

Le docteur Désiré-Magloire Bourneville, médecin aliéniste à Bicêtre, a soigné les fédérés blessés pendant la Semaine sanglante. Il se bat pour la laïcisation des hôpitaux, la création de bibliothèques pour le personnel soignant et les malades, et pour la création d’écoles publiques d’infirmières, afin que l’hôpital puisse remplacer les religieuses par du personnel compétent. Il préside la Société de propagande pour l’incinération.

Louis Martin, avocat. (5 conférences) Il donne des cours gratuits à l’association polytechnique et à l’Union républicaine de la jeunesse. Anti boulangiste. Le dictionnaire national des contemporains nous dit qu’il est « membre du comité de patronage de la bibliothèque du 13e ». Il parle de Michel de Bourges et de la recherche de la paternité, sujets de deux de ses livres.

Onésime Prudent-Dervillers, ouvrier coupeur-tailleur, communard, un des fondateurs du Parti Ouvrier Socialiste Révolutionnaire, conseiller municipal de Croulebarbe en 1889 et 1893, puis député du 18e. Il est enterré au Père Lachaise face au mur des Fédérés, à côté de Jean-Baptiste Clément, le célèbre auteur du Temps des Cerises. Prudent-Dervillers parle de l’assistance publique et du socialisme.

Eugène Baillet, chansonnier populaire, poursuivi et arrêté après la Commune. En 1879, il est secrétaire de la Société des auteurs et compositeurs de musique (SACEM).

Jean Bernard (Passerieu) avocat et publiciste, romancier et auteur dramatique. Sous le gouvernement du 16 mai, il est condamné quatre fois à de la prison pour des délits de presse. Il est l’avocat des anarchistes de Lyon, de La Bataille, le journal de Lissagaray, et intervient dans plusieurs procès contre des prêtres soupçonnés d’abus sexuels ou de malversations financières. Il donne 4 conférences, notamment sur la Révolution française.

La profession de quelques conférenciers venus à plusieurs reprises, mais dont nous ne savons rien de plus, est parfois indiquée dans la presse : André Bergé, préparateur à la faculté de médecine, Chrétien, conducteur des Ponts et Chaussées, qui s’intéresse au puits artésien de la Butte aux cailles, Raynald Legouëz, élève ingénieur des ponts et chaussées, Jean-Baptiste (ou Alfred) Schacre, alsacien « optant », architecte, fils (ou neveu) de Jean-Baptiste Schacre, bâtisseur de plusieurs églises, temples et synagogues à Mulhouse avant l’annexion.

Les conférenciers, même ceux qui parlent des droits des femmes, sont des hommes. Nous avons toutefois trouvé deux conférencières :

Léonie Rouzade militante féministe, fondatrice de l’Union des femmes, dont la conférence du 28 mars 1880 porte sur « les dirigeants, le peuple et le clergé » :« Dans notre programme, dit-elle, nous avons mis la revendication des droits qui nous manquent à nous, femmes, et ils nous manquent presque tous, mais nous avons mis aussi la revendication des droits qui manquent à nos frères prolétaires et il leur en manque beaucoup … ». Bien que non-éligible, elle est candidate aux élections municipales dans le 12e en 1881 et aux législatives de la Seine en 1885.

Le Petit Journal, supplément illustré du dimanche, 11 décembre 1898. Gallica (BnF).

Jeanne Chauvin première femme docteur en droit et première avocate à gagner le droit de plaider en 190120 . Sa conférence du 11 décembre 1898 a pour titre « Lamartine et l’éducation du peuple » Elle se tient à l’Éden, à l’occasion du 20e anniversaire de la bibliothèque, en présence de plus de 500 personnes. À cette occasion, Eugène Leboucher retrace l’histoire de la bibliothèque. Sigismond Lacroix, qui préside la réunion, fait ovationner la proposition de loi qui permettrait aux femmes de s’inscrire au barreau.

Et on peut ajouter Maria Deraismes qui donne au théâtre des Gobelins le 1er avril 1881 et le 11 mars 1883 deux conférences (« les droits de l’enfant » et « la dépopulation »), dans le cadre de manifestations destinées à recueillir des fonds pour le Sou des écoles laïques et la Maison maternelle laïque.

Des livres, des conférences, mais aussi d’autres activités

La bibliothèque est aussi un lieu où on donne des cours, notamment de chimie, d’anglais, de dessin et surtout de musique, solfège et violon. Elle accueille le mardi et le vendredi les cours gratuits Galin-Paris-Chevé,21 institution qui a mis au point une méthode simplifiée de lecture des partitions musicales pour les choristes. Ce système inspiré de Jean Jacques Rousseau est développé par des fouriéristes.

Le Radical du 23 novembre 1883 précise que « des places spéciales sont réservées aux dames et aux enfants. » Un compte rendu de 1882 nous dit qu’il a eu 104 cours cette année-là, mais nous n’en connaissons pas le détail.

La bibliothèque présente l’ensemble de ses activités (lecture, conférences, cours) à l’exposition internationale de Paris en 1900 où elle obtient une médaille d’argent et à celle de Saint-Louis en 1904 où elle est récompensée par une médaille d’or dans la catégorie « Mouvement général du progrès social »

Liste des conférences données à la bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du 13e arrdt en 1879-1880

 

année

date

conférencier

sujet

Notes et précisions

saison 1879-1880 (15 conférences)

 

1879

23-déc

Ouverture solennelle des cours publics et gratuits de l’Union française de la jeunesse, sous la présidence de Cantagrel

 

1879

23-déc

Lucien Henry,

Avocat

Paul Louis Courier

Hippolyte-Lucien Henry (1851-1897)

La Conférence

1880

04-janv

Alfred Naquet

non précisé

Médecin, député, inspirateur de la loi de 1884 sur le divorce. (1834-1916)

MAITRON

1880

24-janv

Docteur Thulier, conseiller municipal

Les enfants assistés

Jean-Baptiste-Henri Thulié (1832- ?), conseiller municipal

1880

31-janv

Eugène Baillet

Le génie de la Révolution

Bijoutier, photographe ambulant, chansonnier,

(1829-1906)

MAITRON

1880

07-févr

Docteur Bourneville, conseiller municipal

Les Miracles et la folie (les convulsionnaires de Saint- Médard)

Désiré Bourneville, médecin aliéniste (1840- 1909)

MAITRON

1880

15-févr

Aimé Lavy

La représentation du prolétariat au Parlement

Instituteur, rédacteur du journal Le prolétaire

(1850-1921) La représentation du prolétariat au parlement

MAITRON

1880

22-févr

Albert Gauttard

L’art du dessin mis à la portée de tout le monde

Lithographe, illustrateur

(1841-1903)

Professeur de dessin, fouriériste

1880

28-févr.

Albert Setrat

La magistrature et la République

 

1880

07-mars

Jean Thomas

adjoint au maire

L’instruction primaire à Paris

Pharmacien,

maire du 13e arr. de 1882 à 1896

(1834-1899)

(Le Petit Parisien 31 août 1899)

1880

13-mars

Yves Guyot,

conseiller municipal

Les réformes par les communes

Publiciste, homme politique

(1843-1928)

WIKIPEDIA

1880

21-mars

Docteur Bourneville, conseiller municipal

Les Miracles et la folie

Désiré Bourneville, médecin aliéniste (1840- 1909)

MAITRON

1880

28-mars

Léonie Rouzade,

Les dirigeants, le peuple et le clergé

Écrivaine, fondatrice des Femmes socialistes (1839-1916)

MAITRON

1880

04-avr

Chrétien

conducteur des ponts et chaussées

Les puits artésiens

Directeur du puits artésien de la Butte aux cailles

1880

25-avr

Sigismond Lacroix, conseiller municipal

Le droit de la femme

Historien journaliste, homme politique, vice-président de la BAI-XIII

(1845-1909)

WIKIPEDIA

1880

02-mai

Victor Meunier, journaliste

La conquête de l’Afrique par la science

Écrivain scientifique,

vulgarisateur

(1817-1903)

=> vous trouverez ici la  liste des conférences de la BAI-XIII identifiées entre 1879 et 1939

La bibliothèque est naturellement le lieu où se retrouvent les défenseurs de l’école laïque : elle organise des événements pour soutenir la Société du Sou des écoles laïques, créée en 1878 pour favoriser la fréquentation des enfants d’ouvriers à l’école laïque. Elle accueillera son siège social, initialement fixé au domicile de François Combes. La société laïque des Maisons maternelles tient plusieurs assemblées générales dans la salle de la bibliothèque.

Maison de Victor Hugo
Avec l’aimable autorisation de la Maison de Victor Hugo. Photographie de Nathalie Voynet.

Le 59 de l’avenue des Gobelins sera aussi un lieu de nombreuses réunions politiques. Quelques exemples : en 1881 réunion de la Solidarité des femmes avec le concours du Choral du 13e (l’invitation précise que « les hommes seront admis ») ; en 1889, l’Alliance socialiste et républicaine et le comité de soutien à la candidature d’Abel Hovelacque ; en 1890 le Comité socialiste autonomiste ; en 1904 le groupe de la Libre Pensée … Enfin, c’est à la bibliothèque que se réunissent le 27 février 1881 plusieurs institutions républicaines du 13e pour aller porter une adresse à Victor Hugo à l’occasion de ses 80 ans22 : la Bibliothèque populaire, le Sou des écoles laïques, la société de secours mutuels de la Maison Blanche et Croulebarbe, les francs-maçons habitant le 13e, la fanfare La Renaissance, la Chorale les Enfants du progrès. Il y aura 600 000 personnes sur l’avenue d’Eylau, qui sera nommée avenue Victor Hugo le 8 avril suivant.

La fin ?

En 1933, le syndicat des bibliothèques des Amis de l’Instruction a son siège au 59 de l’avenue des Gobelins, ce qui prouve que la bibliothèque fonctionne encore.

En 1937, le Rassemblement populaire des vieux travailleurs (secteur sud) tient encore des permanences dans la salle de la bibliothèque. Les dernières traces sont celles laissées par les conférences de l’hiver 1938-1939.

Nous avons la certitude que la BAI du 13e n’existe plus en 1950. À cette date, la moitié des BAI parisiennes ont disparu. Un rapport au conseil municipal de Paris23 nous dit que la principale raison est financière. Les bibliothèques municipales ont grandi, sont gratuites et prêtent désormais à domicile. Elles ont certainement pris le relai.

On sait aussi qu’en 1940, le gouvernement de Vichy a demandé aux préfets de confisquer dans les bibliothèques tous les ouvrages « à tendances communistes, libertaires et extrémistes de gauche ». Les autorités d’occupation soumettent les bibliothèques populaires à un contrôle sévère, en leur imposant une autorisation pour fonctionner. Tout cela n’a certainement pas arrangé les affaires de notre bibliothèque. Maxime Rodinson nous dit que le local de la bibliothèque est devenu une pizzéria et qu’il a acheté aux Puces de Saint-Ouen des livres portant le tampon de la bibliothèque

 

Nous allons poursuivre nos recherches sur cette disparition.

Sources bibliographiques :

  • Archives de la Préfecture de Police : Arch. PPo.
  • Archives de la Ville de Paris : Arch. P.
  • Bibliothèque de l’Hôtel de Ville de Paris : BHdV.
  • Journaux consultés sur Gallica et/ou Retronews (BnF): Le Petit Parisien, La Lanterne, Le Radical, Le Rappel, La Presse, Le Temps, Le Gaulois, Le Constitutionnel, Le Siècle, Le Moniteur Universel, La France, La Gazette, Le journal des débats politiques et littéraires, Le Pays, journal de l’Empire, La Liberté, Le Cri du Peuple, le XIXe siècle, La Petite République, La Justice, L’Intransigeant, L’Aurore, Le Journal, L’Homme Libre, L’Excelsior, Le Populaire, L’Œuvre, L’Action Française, Le Monde Illustré, le Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, le Recueil des actes administratifs de la Préfecture du département de la Seine.
  • Dictionnaire universel illustré biographique et bibliographique de la France contemporaine par une Société de gens de lettres et de savants, sous la direction de Jules LERMINA, Paris, L. Boulanger, 1885 [BnF, en ligne].
  • Les Hommes d’aujourd’hui, F. CHAMPSAUR et A. GILL, Paris, éditeur A. Cinqualbre (en ligne).
  • Dictionnaire national des contemporains : contenant les notices des membres de l’Institut de France, du gouvernement et du parlement français, de l’Académie de médecine…. Tome 3 / sous la dir. de C.-E. Curinier, Paris, 1899-1919 (BnF, en ligne)
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (le Maitron) [en ligne].
  • www.bai.hypotheses.org
  • Emmanuel FUREIX, Le siècle des possibles, éd. PUF, 2004
  • Arnaud-Dominique HOUTE Le triomphe de la République, Le Seuil, coll. Points, 2014.
  • Jules Ferry, la République des citoyens, textes présentés par Odile Rudelle, Imprimerie Nationale, 1996.
  • Alain FAURE Les racines de la mobilité populaire à Paris au 19e siècle – Nanterre – IDHE
  1. Voir les billets bai.hypotheses.org/4298 ; bai.hypotheses.org/4332 []
  2. Charles Quentin (1826-1904). Il « prend » la bibliothèque du Sénat pendant la Commune. Ami de Gambetta, conseiller municipal du Père Lachaise (1876-80), vice-président de la BAI du 20e, directeur de l’Assistance publique (1880-85). Voir Christiane Demeulenaere, « Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris », dans Bibliothèques populaires, 30/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2963. []
  3. La petite presse du 3 novembre 1880 cite un extrait de cette conférence : « Il reste à faire la révolution du prolétariat, dès que la bourgeoisie aura fini la sienne. C’est pourquoi M. Gambetta et ses amis ne sont pas pressés de la terminer ; c’est pourquoi aussi nous devons nous liguer pour en hâter l’achèvement ».

    Alphonse Humbert, 1844-1922. Journaliste au Père Duchêne sous la Commune, un des signataires de l’Affiche rouge. Condamné aux travaux forcés à perpétuité. Après l’amnistie de 1879, il est élu conseiller municipal du 15e, mais l’élection est annulée parce qu’il n’a pas les six mois de résidence requis. Conseiller municipal du 15e de 1886 à 1893, et député en 1893. []

  4. Clovis Hugues, 1851-1907, poète et romancier, membre actif de la Commune de Marseille, député de 1881 à 1906. []
  5. Le MAITRON signale deux réunions qui achèvent de consumer les forces de Blanqui : le 21 novembre 1880, une conférence à Lille devant 6 000 personnes, et le 27 décembre, une intervention salle Ragache rue Lecourbe, 15e. []
  6. Alfred Talandier, d’abord avocat, révoqué par Louis-Napoléon Bonaparte, 1849, exilé en Angleterre. Sous-préfet après le 4 septembre, révoqué par Thiers, il devient professeur d’anglais à Henri IV, une troisième fois révoqué en 1874 quand il devient conseiller municipal. Député de 1876 à 1885, il siège à l’extrême gauche Les hommes d’aujourd’hui n°132. []
  7. Camille Pelletan, historien et journaliste au Rappel puis à La Justice, le journal de Clémenceau. Ami de Verlaine et de Rimbaud. Anticlérical et antiboulangiste. Député des Bouches du Rhône de 1881 à 1912. Ministre de la Marine de 1902 à 1905 []
  8. Ce budget figure en annexe, après le rapport du Conseil d’administration []
  9. La subvention à la BAI du 8e est même supprimée. Elle est qualifiée « d’officine électorale » par les élus conservateurs. []
  10. Louis Gélis (1896-1940), métallurgiste, membre du parti communiste français, puis du parti ouvrier et paysan, conseiller municipal du 13e de 1926 à 1940, député de 1932 à 1940. []
  11. En 1905, le Conseil municipal autorise l’École Estienne à donner à la bibliothèque « divers ouvrages qui encombrent les magasins », d’une valeur de 500,25 francs (BMO du 18/12/1905). []
  12. Voir https://bai.hypotheses.org/3147 []
  13. D’après Bernard Desmars (Bibliothèques en utopie, les socialistes et la lecture au XIXe siècle, Presses de l’Enssib, 2020.), la bibliothèque du 13e serait en 1882 la seule bibliothèque populaire à comprendre Le Capital dans son catalogue. []
  14. Ouvrage offert par son auteur []
  15. Dictionnaire Universel de Jules Lermina, page 974. []
  16. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? » dans Laurent Besse, Carole Christen, Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 : Perspectives françaises et internationales, Presses Univ. Septentrion, 2017, p. 199-214. []
  17. Opinion exprimée par Georges de Peyrebrune, pseudonyme de Mathilde Marie Georgina de Peyrebrune, dans une conférence du 27 mars 1877 à la BAI du 15e arrondissement https://bai.hypotheses.org/3445. []
  18. Voir la liste en annexe. []
  19. Le sculpteur Michel Béguine est présent le 15 mai 1896 à l’état civil de la Mairie du 14e et contresigne l’acte de décès d’Ernest Rousselle. []
  20. Inscrite au barreau de Paris, ses premières plaidoiries sont prononcées devant le tribunal civil de Château-Thierry. Celui-ci est présidé par le « bon juge Magnaud », le magistrat qui a créé la notion « d’absolue nécessité », prononcé le premier divorce aux torts réciproques, la garde alternée des enfants, et demandé que l’adultère ne soit plus qualifié de délit. La figure du « bon juge » est évoquée à la bibliothèque dans deux conférences. []
  21. Voir le blog de Michèle Audin, macommunedeparis.com, 2018/09. []
  22. C’est en réalité le jour de ses 79 ans, l’entrée dans sa 80e année. Bulletin Municipal Officiel du 1er janvier 1952. []
  23. Bulletin Municipal Officiel du 1er janvier 1952 []

Les membres du conseil d’administration de la bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement en 1878

[Ce billet est la suite du billet de Geneviève et Pierre Deblock, “Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris” que l’on peut consulter ici.]

Composition du Conseil d’administration de la BAI XIII, 1878. Collection des recueils, cote 8-Q-38 .[Amis de l’Instruction], BnF.

Le conseil d’administration de la BAI XIII comprend vingt membres1, tous de sexe masculin mais plusieurs acquis à la cause féministe2 : le député et les quatre conseillers municipaux du 13e arrondissement3, ainsi que quinze autres citoyens dont six ouvriers, plusieurs de la compagnie du Paris-Orléans, trois employés, un instituteur, un architecte, un artiste peintre, et trois dont nous ne connaissons pas la profession. Continuer la lecture de Les membres du conseil d’administration de la bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement en 1878

  1. Président : le citoyen Cantagrel, député ; Vice-président : le citoyen François Combes, conseiller municipal ; Secrétaire : le citoyen Jacquiot ; secrétaire-archiviste, le citoyen Georges Martin, conseiller municipal ; Secrétaire-adjoint : le citoyen Saintin ; Trésorier : le citoyen Bagel ; Trésorier adjoint : le citoyen Rondon ; Administrateurs, les citoyens Beaufils, Bénard, Chariot, Chola, Louis Combes, conseiller municipal, Delaplane, Fonvieille, Fossoyeux, Gobert, Hunsicker, Imbert, Sigismond Lacroix, conseiller municipal et Loisel. []
  2. F. Cantagrel, S. Lacroix, G. Martin peuvent être qualifiés de féministes. Voir aussi  Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? » dans Laurent Besse, Carole Christen, Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 : Perspectives françaises et internationales, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 199-214. []
  3. Qui ne sont pas membres de droit, mais élus par l’assemblée générale, comme les autres administrateurs. []

Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris

par Geneviève et Pierre Deblock

 

Le 59 avenue des Gobelins. Carte postale, XIXe siècle.

Le 13e arrondissement est une extension récente de Paris. Il a été créé sous le Second Empire en 1860, lors de l’agrandissement de la ville par Napoléon III jusqu’à l’enceinte de Thiers. Situé sur la rive gauche de la Seine, il est constitué d’une partie de l’ancien 12e arrondissement, à laquelle sont annexées, au sud et à l’est, des parcelles des communes d’Ivry, de Bicêtre, et de Gentilly.

C’est à cette époque un des territoires de Paris les plus déshérités, peuplé en majorité d’artisans et d’ouvriers. C’est aussi un des quartiers les plus industriels. Outre la manufacture des Gobelins qui longe la Bièvre, très polluée, au pied de la Butte aux Cailles, on y trouve des ateliers et des petites entreprises de travail du bois et du cuir, les chemins de fer d’Orléans, la raffinerie de sucre Say, la Compagnie parisienne du gaz, et à partir de 1890 les usines Delahaye, Panhard et Levassor.

Continuer la lecture de Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris