Archives de catégorie : Bibibliothèques des Amis de l’Instruction

Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (I/ Un ingénieur des chemins de fer passionné par l’instruction du peuple)

La tradition associative de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction a dès le XIXe siècle identifié son héros fondateur, Jean-Baptiste Girard1. Cette tradition, confortée par le colloque de 19842,  a mis à l’honneur la figure de l’ouvrier méritant, arrivé peu instruit à Paris, et que des rencontres politiques auraient déterminé à s’émanciper grâce à la lecture. Par opposition, Auguste Perdonnet, issu des élites de la grande bourgeoisie, proche du cercle impérial, a peu séduit la tradition associative et les chercheurs… Pourtant, il semble à peu près assuré que sans Perdonnet la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement parisien (BAI-III) serait durablement restée fermée  après seulement quelques mois d’existence (voir prochain billet). Je vais donc tenter de tenir une promesse – répétée depuis des années lors de mes présentations sur les bibliothèques populaires – en livrant ici les différents éléments que j’ai pu trouver sur Auguste Perdonnet. Continuer la lecture de Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (I/ Un ingénieur des chemins de fer passionné par l’instruction du peuple)

  1. Isabelle Antonutti et Sarah Clément, « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3807 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.3807 []
  2. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement. Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. Colloque, Paris, 10 novembre 1984. []

Le journal La Presse et les bibliothèques populaires

J’ai déjà souligné dans d’autres articles le rôle de journaux comme Le Petit Parisien (voir ici)  et Le Siècle (voir ici)  dans la défense et la promotion des bibliothèques populaires. Jules Claretie évoque, dans son Rapport sur la fondation d’une bibliothèque communale et d’une salle de lectures et conférences dans chacun des arrondissements de Paris1, “deux publicistes, M. Jules Mahias dans la Presse, et M. Ch. Sauvestre dans l’Opinion nationale,  [qui] s’attachèrent alors à faire triompher cette idée des bibliothèques populaires.” On découvrira dans ce billet le rôle de Jules Mahias, puis d’Alfred Darimon, dans un soutien aux  bibliothèques populaires que La Presse leur permet d’amplifier, même si leurs motivations semblent sensiblement différentes.

Continuer la lecture de Le journal La Presse et les bibliothèques populaires

  1. Voir sur ce rapport : “La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie III – de nombreux donateurs autour du Bibliophile Jacob et d’Auguste Vorbe),” in Bibliothèques populaires, 21/08/2019, https://bai.hypotheses.org/3359. []

Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit

Portrait de Georges de Peyrebrune, In Mes Contemporaines par Camille Delaville, Paris, P. Sévin, 1887. Cliché de l’auteur.

Michel Blanc, de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement de Paris (BAI-III), est la première personne qui m’a exprimé son intérêt pour ce manuscrit et m’a suggéré de le publier en ligne. Qu’il en soit ici remercié. Il en fait une brève présentation (voir l’encadré ci-dessous) avant la transcription, et propose quelques remarques conclusives à la suite de notre analyse de ce texte.

Jean-Paul Socard

Continuer la lecture de Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)

Un don récent fait aux Archives de la Ville de Paris (AVP)  permet de découvrir la BAI-XIX et son destin placé sous le signe de la littérature et du positivisme. Elle a en effet pour président d’honneur le bibliophile Jacob, et compte de généreux donateurs, comme Victor Hugo ou Jules Claretie…

Portrait photographique de Paul Lacroix (Bibliophile Jacob) par Nadar. Vers 1900. Gallica (BnF)

Continuer la lecture de La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)

Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

Dans un billet de ce carnet intitulé : « Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires » Agnès Sandras nous rappelle les principaux traits de la personnalité du rédacteur en chef du quotidien à un sou, et son action, décriée parfois, en faveur de l’instruction du peuple. C’est ainsi que nous prenons connaissance de l’éditorial, publié le mardi 21 janvier 1868, et intitulé : « La société Benjamin Franklin » de Thimothée Trimm (alias Léo Lespès, 1815-1875). Il y fait l’éloge de la société Franklin, la promotion des bibliothèques populaires et souligne enfin le rôle central de Jean-Baptiste Girard :

Continuer la lecture de Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

Ce texte est le fruit d’une collaboration  fructueuse avec Louise Oudin que je remercie pour la qualité de ses recherches. Je le publie au moment-même où Louise Oudin donne une conférence, avec Michel Blanc, à la mairie du VIe arrondissement, dans le cadre des activités de la Société historique du VIe Arrondissement, sur l’histoire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Sixième Arrondissement (BAI-VI) : « La bibliothèque des Amis de l’instruction du 6e (1876-1900) ».
La vie de la BAI-VI est brève (un quart de siècle), et cette bibliothèque ne semble pas avoir marqué profondément les pratiques de lecture du sixième arrondissement au XIXe siècle. En revanche, sa fondation entre en résonance étroite avec une politique d’instruction plus volontariste au lendemain de la défaite de 1870 et une lutte électorale des républicains s’adossant aux lieux parisiens de sociabilité culturelle.

Continuer la lecture de La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

“C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

 

 Les Hommes d’aujourd’hui Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934). Auteur du texte Éditeur : (Paris) Éditeur : Librairie Vanier (Paris) Date d’édition : 1878 Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Lors de l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne en 18671,  le journal Le Siècle, inlassable défenseur des bibliothèques populaires, donne quelques indications ironiques sur les ouvrages incriminés :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani ; la Vie de Jésus, par Renan !

Continuer la lecture de “C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

  1. Voir Agnès Sandras, “« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867),” in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, https://bai.hypotheses.org/189 []

Le Petit Parisien et les bibliothèques populaires

Lorsqu’il est fondé en 1876, Le Petit Parisien est dirigé par des radicaux et anticléricaux. Trois décennies plus tard, il s’enorgueillit d’obtenir « le plus fort tirage des journaux du monde entier », tirage obtenu par de nouveaux propriétaires rompus à des techniques éditoriales à succès auprès du grand public. Cette évolution rend sa lecture particulièrement fructueuse lorsqu’on veut en savoir davantage sur les bibliothèques populaires. En effet, dans sa période radicale, Le Petit Parisien rend compte avec grand plaisir des manifestations des bibliothèques populaires parisiennes, les bibliothèques des Amis de l’Instruction  (BAI), qui sont pour certaines d’entre elles fortement marquées par un militantisme républicain. Par la suite, la préoccupation de plaire à un public “populaire”  n’est sans doute pas étrangère à des articles consacrés aux vertus des bibliothèques populaires …

Une caisse de résonance des manifestations des bibliothèques des Amis de l’Instruction

Peu de journaux se font autant que Le Petit Parisien l’écho des activités des BAI, activités fortement guidées par un militantisme républicain dans une période où la Troisième République est encore  marquée par l’Ordre moral. Si les premières BAI ont été sous le Second Empire fondées par des personnes venant (ou se prétendant) d’horizons politiques différents, elles sont après 1871 nettement aux mains des républicains. La composition des comités d’administration de ces bibliothèques, la tonalité des différentes manifestations qui y sont organisées ne laissent aucun doute sur cette orientation politique. Les archives faisant défaut pour la plupart de ces bibliothèques la presse est précieuse pour reconstituer leurs activités et Le Petit Parisien y  occupe une place de choix. Ainsi, un entrefilet nous renseigne sur un projet que l’on n’a pas retrouvé jusqu’ici dans d’autres sources. Une bibliothèque populaire aurait été prévue dans le XVIIe Arrondissement et Louis Blanc aurait, comme il l’a fait pour d’autres BAI (il intervient à la BAI-XIX -voir un prochain billet sur la BAI-XIX- par exemple, et lègue un fonds d’ouvrages à la BAI-V), manifesté son soutien :

De bonne heure, la salle de bal de la rue Lévis est emplie d’un public sympathique. Les dames occupent le centre. M. Lockroy préside, il dit le but de la réunion : Fondation d’une bibliothèque populaire du dix-septième arrondissement, Il lit une magnifique lettre de Louis Blanc. L’illustre historien regrette bien vivement de ne pouvoir assister à la réunion où il s’agit de la fondation d’une bibliothèque. « Je veux la liberté, dit-il, pour l’enseignement, l’ignorance fait beaucoup de mal; c’est en la combattant qu’un peuple se relève 1.”

Trois jours plus tard, le journal annonce la tenue d’une conférence du député Alfred Naquet sur le divorce au grand théâtre d’Asnières2. Le socialiste Naquet vient de proposer une première fois, cinq mois plus tôt, la loi sur le divorce qui sera finalement votée en 1884. La conférence est tenue au profit de la bibliothèque populaire d’Asnières, initiée en 1871 par le fondateur des bibliothèques populaires, Jean-Baptiste Girard, qui vient de s’installer dans cette ville.  Les animateurs de la Bibliothèque populaire d’Asnières marquent ainsi un engagement politique sur une question particulièrement sensible que relaie à son tour Le Petit Parisien. Cela n’a rien d’étonnant, car Girard comme son acolyte Fauvéty, s’intéressent aux questions sociales.

De la même façon, Le Petit Parisien suit de très près les premiers mois de la BAI-XI (voir prochainement un billet sur la BAI-XI), en mettant en valeur les sympathies républicaines de ses fondateurs.  Il insère l’annonce indiquant auprès de qui on peut souscrire ou donner des livres à la BAI-XI ((4 décembre 1876.)), puis raconte avec force détails et une sympathie évidente, la conférence donnée par Gambetta et Tolain au profit de la bibliothèque. On remarquera dans ce récit un certain nombre d’invariants que l’on retrouve dans l’élan républicain autour de l’instruction dans les débuts de la Troisième République: présence des femmes ; valeur de l’exemple venant de personnes qui ont connu une ascension socio-culturelle ; importance des discours devant les foules. Le premier discours est donné par Henri Tolain, un des fondateurs de l’Association internationale des Travailleurs, dont un des premiers cercles est constitué par des personnes appartenant à la BAI-III3 :

CONFÉRENCE DU SÉNATEUR TOLAIN
Hier, à une heure, la réunion publique, tenue en faveur de la bibliothèque populaire du onzième arrondissement, avait rassemblé plus de 2000 personnes dans l’immense salle du Vaux Hall. Une foule presque aussi nombreuse stationnait dans la rue de la Douane ; elle était composée de tous ceux qui avaient attendu au dernier moment pour se procurer des billets.

On remarquait dans l’assistance un grand nombre de dames. Sur l’estrade, nous avons reconnu plusieurs sénateurs, députés ou conseillers municipaux de Paris, entre autres MM. Laurent Pichat, Tolain, Floquet, Brlsson, Villain, Greppo, Jules Cazot, Germain Casse, Nadaud, Cadet, Clairet, Levraud, Ripert, et MM. Mahure et Ripert, fondateurs de la bibliothèque.

A deux heures, M. Gambetta a pris place au bureau, et M. Douville, secrétaire, a fait connaître que la bibliothèque s’est fondée, il y a cinq mois seulement, avec des ressources fort restreintes. Aujourd’hui, après les démarches faites près de l’autorité, son existence est définitivement assurée. Elle possède déjà 1 000 volumes, et son local de la rue Blaise se trouve trop exigu.

M. Tolain a la parole. L’honorable sénateur remercie l’assistance de l’empressement  qu’elle a mis à se rendre à l’appel des  sociétaires. Cela prouve qu’il se manifeste un courant qui veut l’instruction populaire que les gouvernement monarchiques voyaient avec tant de méfiance. La démocratie travaille à l’instruction primaire,gratuite et laïque, mais l’instruction primaire n’est que l’instrument à l’aide duquel on peut s’instruire. En sortant de l’école, l’enfant, au spectacle des choses nouvelles, perd l’habitude de l’étude.

Dans le pays du suffrage universel, on trouve encore deux catégories, les savants et les Ignorants. Les uns peuvent, en quelques années s’approprier tous les trésors des connaissances humaines; les autres, préoccupés du pain quotidien, ne peuvent goûter les grands délassements de l’étude. L’éducation populaire fera disparaître ces différences.

L’orateur retrace ses débuts dans la vie et dit avec quelle peine il put, tout jeune, être admis dans une bibliothèque publique. Le livre est un regard qui fait revivre, pour le travailleur, les temps passés, et qui éclaire l’avenir; il fait participer l’ouvrier à la vie intellectuelle; il lui découvre l’ordre universel dans sa plus haute acception; il le mène par les périodes religieuses, philosophiques et scientifiques à repousser le mystère pour courir vers la raison.

L’heure est venue d’ouvrir le grand livre de l’univers pour apprendre les règles de la vraie morale. Au lendemain de nos revers, il faut se retremper aux sources de notre histoire dans l’esprit de justice, d’examen, et dans le profond sentiment de l’égalité. Fondons une démocratie savante et la nation régénérée ne tardera pas à  reprendre la force nécessaire à l’accomplissement de ses destinées.

Ce discours est couvert par les applaudissements de toute l’assemblée.

S’il est un orateur qui à cette période attire les foules, c’est bien Gambetta.  Gambetta trouve alors dans  les BAI, comme la pionnière BAI-III4 ou les nouvelles BAI comme la BAI-XX en pleine création5 une “machine de guerre politique6” appuyant son programme. De la même manière, les BAI trouvent dans les conférences de Gambetta, une publicité extraordinaire. Venus pour voir le célèbre tribun, les auditeurs entendent parler des bienfaits des bibliothèques populaires :

M. Gambetta expose ensuite que ces entreprises qui s’élèvent à Paris et gagnent la province ont pour base le patriotisme, la justice et la science. Bientôt arrivera l’enseignement mutuel de tous les citoyens les uns par les autres. L’orateur fait l’éloge de M. Tolain qui a prouvé si bien la force du capital de l’intelligence.

Des désastres immérités ont été amenés par les ennemis de l’éducation. La méthode nouvelle ne s’arrêtera point à la fondation des écoles; elle apprendra à chaque citoyen la valeur de son vote et par cela même, nous ne serons plus exposés à voir notre pays humilié ou asservi. […] Trois salves d’applaudissements accueillent cette brillante et chaleureuse improvisation7.

Une semaine plus tôt, Le Petit Parisien a relaté avec le même enthousiasme une réunion publique organisée aux Folies Bobino pour la BAI-XIV. Après une présentation de l’activité de la bibliothèque par son secrétaire général (Delamarche, un des tout premiers fondateurs des BAI sous le Second Empire), le député Germain Casse  prononce un discours “sur la famille et le rôle qui incombe à la femme dans l’éducation des enfants. La femme, première éducatrice de l’homme, doit nécessairement avoir des principes solides de patriotisme et de liberté pour lutter contre les influences des adversaires du progrès8”. Gambetta tire alors “la moralité de la réunion” . Il insiste “sur le danger d’abandonner à une secte quelconque la direction de l’esprit des femmes”; et démontre “que, dans chaque tentative pour répandre l’instruction, il y a[vait] un service rendu à la cause républicaine  ((Ibid.))”.

On pourrait ainsi multiplier les exemples de manifestations organisées par les bibliothèques populaires et que Le Petit Parisien nous permet, quand des archives existent, de documenter. Citons encore, parmi les conférences confirmant les positions républicaines d’une grande majorité de ces bibliothèques populaires, celle organisée par la Bibliothèque populaire libre de Courbevoie “sur les adversaires de l’instruction”. Le Petit Parisien précise que l’oratrice est “Mlle Maria Deraisme” et que son intervention a lieu “au profit des ouvriers lyonnais9”,  dans la salle des Folies-Marcel, rue de Paris, à Courbevoie, en février 1877 10Maria Deraismes, libre-penseuse, féministe, vient de fonder la « Société pour l’amélioration du sort de la femme » et de se lancer dans une série de conférences sur des thèmes de société. Ici encore, le bénéfice est évident pour la bibliothèque populaire qui profite de l’effet de curiosité autour d’une des premières femmes conférencières, et pour Maria Deraismes qui trouve ainsi une tribune supplémentaire. Très engagée dans la défense et la promotion d’une instruction républicaine pour les hommes comme pour les femmes, Maria Deraismes côtoie de nombreux soutiens des bibliothèques populaires, comme les rédacteurs de l’Opinion nationale.

Les Hommes d’aujourd’hui. Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934).  Éditeur : (Paris) Éditeur: Librairie Vanier (Paris). Date d’édition : 1878. Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. Gallica (BnF).

Ce positionnement de nombre de BAI et autres bibliothèques populaires en région parisienne indispose bientôt le pouvoir politique en place. Le Petit Parisien signale en juin 1877 :

Les bibliothèques populaires empêchent fort les triomphateurs du 16 mai de dormir. Cela se conçoit, ces institutions si utiles ne prennent elles pas chaque jour un développement bien menaçant pour les bons apôtres qui méditent de replonger la masse de leurs concitoyens dans les ténèbres du moyen âge?

On assure donc qu’au ministère de l’intérieur on s’occupe, en ce moment, de réglementer d’une façon efficace, c’est-à-dire de paralyser complètement les efforts patriotiques des hommes de bonne volonté, qui, depuis la dernière guerre, cherchent à élever le niveau Intellectuel de notre pays11.

Il n’est pas surprenant, dans ce contexte, que la bibliothèque d’Asnières (voir plus haut) soit la cible sans doute symbolique d’une mesure provisoire de fermeture :

Les membres du conseil d’administration de la Bibliothèque populaire d’Asnières, qui vient d’être fermée par M. de Fourtou, ont adressé hier une protestation au ministère de l’intérieur. Jamais le local de la bibliothèque n’a servi de lieu de propagande radicale. Environ 4,000 volumes, appartenant aux sociétaires, étaient à la disposition de ceux qui en faisaient la demande, et le catalogue de tous ces volumes avait été communiqué depuis longtemps à la préfecture de police12.

Des articles en forme de manifestes pour la défense des bibliothèques populaires

Le Petit Parisien, dont les dirigeants font un périodique ouvert aux bourses les plus modestes par sa modicité, se préoccupe bientôt d’offrir à son lectorat des articles susceptibles de  l’intéresser particulièrement. Les bibliothèques populaires sont donc un thème récurrent, puisqu’elles ont pour vocation de proposer à ceux qui  n’accèdent pas à la lecture pour des raisons diverses des ouvrages ou instructifs ou délassants, des horaires adaptés à leurs contraintes (ouverture en soirée, le dimanche …), etc. Ce “marronnier” des bibliothèques populaires trouve facilement sa place à une période de la IIIe République à laquelle l’Instruction populaire est vivement encouragée. Le premier article, sobrement et logiquement intitulé “les bibliothèques populaires” est publié en 188313. Il tire ses informations d’un rapport d’Edmond Dardenne, chef du très récent Bureau des bibliothèques pour la ville de Paris.  Chargé sous l’autorité du préfet républicain Hérold de dynamiser les bibliothèques municipales parisiennes, Dardenne  a remis un rapport très complet sur les bibliothèques existantes, qui fait la part belle aux bibliothèques populaires libres14, en s’appuyant largement sur les compte rendus des BAI et de la Société Franklin, L’article du Petit Parisien est donc un parfait résumé des traits saillants du discours contemporain des bibliothèques populaires sur elles-mêmes :

  • présentation d’emprunteurs respectueux des livres., afin de combattre l’idée reçue selon laquelle le peuple serait incapable de traiter les ouvrages avec égards
  • regrets quant à la répartition des emprunts (domination large du roman) mais assortis de l’idée selon laquelle l’essentiel est d’apprivoiser le goût de la lecture :

L’habitude de lire est le premier degré, la base indispensable il est reconnu que, cette habitude une fois établie, les emprunteurs de livres passent des lectures les plus banales aux plus sérieuses ; ils prennent goût peu à peu à des récits moins frivoles à’ mesure que leur intelligence se développe, à des narrations de voyages et d’aventures véritables, à la biographie, à l’histoire, aux ouvrages qui popularisent la science. Un bibliothécaire, dit M. Dardenne, ne remplit pas tout son devoir s’il ne s’efforce pas d’élever le goût de ses lecteurs. Il peut le faire non en refusant de mettre entre leurs mains les livres que le plus grand nombre d’entre eux demandent, mais en tâchant de diriger leurs choix. Une multitude de lecteurs surtout parmi les jeunes gens, n’ont besoin que d’être mis sur cette voie pour la suivre. On aurait tort de choisir pour former une Bibliothèque populaire des livres trop savants ou trop sérieux. C’est un faux principe que de rassembler d’abord des livres que le public DOIT LIRE et de tâcher ensuite de le décider A LES LIRE. La seule méthode pratique est de commencer par procurer au public les livres qu’il a actuellement envie de lire et de faire, ensuite, tout ce qu’on pourra pour lui donner des habitudes et des goûts plus élevés en fait de lectures ((18 mars 1883.)).

Et Jean Frollo de conclure  que “En somme, ce qu’il faut, c’est augmenter les Bibliothèques populaires, afin de donner au peuple, qui a soif d’étude, les moyens de s’instruire. Des livres, encore des livres, toujours des livres, c’est avec cela qu’on fait une nation intelligente, généreuse et libre15.

Deux années plus tard, dans un article sur “Le livre”, le “grand mouvement en faveur des Bibliothèques populaires” apparaît comme  “le meilleur gage du prochain et définitif affranchissement intellectuel de notre démocratie16”.

En 1898, toujours sous le pseudonyme de Jean Frollo, un nouvel article sur “Les bibliothèques populaires” est publié par Le Petit Parisien17. Cet article se situe très clairement à la charnière de deux périodes : celle où les bibliothèques populaires ont servi de modèle aux bibliothèques publiques18, celle où elles ont au contraire servi de repoussoir. Il reprend les conclusions de Dardenne sur l’utilité des bibliothèques populaires et ajoute que le nombre des emprunts y est encore croissant. Mais, s’appuyant sur un rapport récent et sur les expériences anglo-saxonnes, il souligne l’exiguïté et le manque d’éclairage des salles de lecture :

On a reconnu que l’installation des Bibliothèques populaires était défectueuse. « C’est le plus souvent, fait-on remarquer, un dépôt de livres qui ne s’ouvre qu’une ou deux fois la semaine, et où tout semble décourager ceux qui ont envie de lire. Le local est pauvre, il est mal éclairé, il reste fermé des mois entiers, il y a là des milliers de livres qui dorment en proie à la poussière   ((Ibid.))».

Huit années plus tard,  la tonalité est la même dans “Une oeuvre utile” : bien que reconnues indispensables, les bibliothèques populaires se voient reprocher leur côté désuet et la comparaison avec les bibliothèques allemandes ou anglo-saxonnes leur est très défavorable19.

Un dernier article avant la Première Guerre mondiale scelle l’évolution20. Bien qu’intitulé “les bibliothèques populaires”, toujours signé Jean Frollo, il reflète une évolution très nette de la réflexion contemporaine sur la lecture publique. En effet, par “bibliothèques populaires”, l’auteur entend les bibliothèques à destination d’un public large. Il a lu Eugène Morel21 et en reprend les conclusions. Toutes les bibliothèques, à commencer par la Bibliothèque nationale, souligne cet article, ont à accomplir des efforts pour offrir des  horaires plus larges et un éclairage adapté. Les bibliothèques qui prêtent des ouvrages doivent proposer des ouvrages en bon état. Ce dernier article, à l’instar des précédents, livre donc au grand public les conclusions récentes des travaux et réflexions sur les bibliothèques.

La lecture du Petit Parisien, entre 1876 et 1914, permet de mieux comprendre comment les bibliothèques populaires ont pour la plupart sombré dans l’oubli après la Première Guerre mondiale.  Identifiées par les radicaux et les socialistes comme des lieux de résistance au pouvoir sous le Second Empire et au début de la Troisième République, leur action (et en particulier celle des BAI) a été largement mise en avant par les journaux républicains dans les deux dernières décennies du XIXe siècle. Puis, progressivement identifiées par un monde des bibliothèques en pleine transformation comme des modèles désuets et /ou à gommer, elles ont été présentées par la presse grand public  comme des lieux obsolètes au début du XXe siècle.

  1. 21 nov. 1876. []
  2. 24 novembre 1876. []
  3. Voir Agnès Sandras, “Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière),” in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/1951. []
  4. 15 mai 1877. []
  5. Voir Christiane Demeulenaere, “Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris,” in Bibliothèques populaires, 30/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2963. []
  6. Ibid. []
  7. 30 janvier 1877. []
  8. 24 janvier 1877. []
  9. La soierie lyonnaise a connu une crise importante dans les années 1876-1877. []
  10. 24 février 1877 []
  11. 15 juin 1877 []
  12. 28 août 1877. []
  13. 18 mars 1883. []
  14. Guérin, Denis. « La Lecture publique à Paris au XIXe siècle »Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1983, n° 2, p. 143-153. []
  15. Ibid. []
  16. 12 février 1885. []
  17. 18 novembre 1898. []
  18. Voir Des bibliothèques populaires à la lecture publique [dir. A. Sandras], 2014. []
  19. 3 février 1906. []
  20. 1er mars 1911 []
  21. Voir Agnès Sandras, « Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale « , Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 167 à 186 ; et Des bibliothèques populaires à la lecture publique, op.cit. []

Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

 

La bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris a disparu depuis longtemps de la mémoire collective de l’Est parisien, peut-être occultée par d’autres initiatives. Pourtant, créée en 1877 par le Dr Auguste Métivier (1827-1893), conseiller municipal républicain de Paris et en exercice au moins jusqu’en 1904, elle s’inscrit dans une volonté politique et sociale qui a marqué cet arrondissement profondément populaire, traumatisé par les épisodes tragiques de la Commune et de la Semaine sanglante, confronté aux difficultés de la vie quotidienne.

Continuer la lecture de Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

Comme on le sait, le mouvement des bibliothèques populaires libres s’est développé à partir du Second Empire. Le monde ouvrier, notamment celui des artisans et des ateliers très nombreux à Paris, est bien conscient de l’importance de la lecture, car lire est à ses yeux un moyen de s’approprier le savoir. Il crée donc des lieux, gérés par lui ou à la gestion desquels il est associé, où il peut consulter des ouvrages à la fois pour développer son instruction personnelle, améliorer son niveau professionnel et pour se divertir. La vocation de ces lieux de lecture tend rapidement à s’élargir pour accueillir aussi des cours du soir et des conférences.

En 1898, la Liste des bibliothèques populaires libres adhérentes au Syndicat des bibliothèques populaires de la Seine[1] indique que la plupart des arrondissements parisiens (14 sur 20) sont pourvus d’une bibliothèque populaire. La plus ancienne est celle des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, fondée en 1861 et installée depuis 1884 au 54 rue de Turenne. Les autres bibliothèques populaires parisiennes ont vu le jour entre 1862 et 1877, cette même année 1877 voyant la création à la fois de la bibliothèque populaire du XIIIe  arrondissement et de celle du XXe arrondissement. Continuer la lecture de Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

1870 : une excursion botanique à Meudon pour les Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement

Bois de Meudon. Porte de Fleury : [dessin] 1834. Gallica (BnF).

Les premières bibliothèques populaires ont multiplié les initiatives pour cultiver le goût de la lecture et de l’instruction chez leurs sociétaires. Parmi elles, la toujours pionnière Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement a eu l’idée en 1868 de cycles de leçons, rejetant catégoriquement les conférences (trop synonymes de spectacles), et la leçon unique insuffisante pour épuiser un thème (Voir un prochain billet sur les conférences). Ces leçons, données par des intellectuels déjà habitués aux cours du soir (délivrés par l’Association philotechnique, par exemple) ont pour but de procurer aux gens qui ne peuvent aller à l’université les mêmes savoirs que ceux dispensés aux élites et/ou de leur donner envie de prolonger les leçons par des lectures instructives. Les sociétaires peuvent amener leurs familles, leurs amis, et se pressent par centaines le dimanche à l’amphithéâtre de l’École centrale. Continuer la lecture de 1870 : une excursion botanique à Meudon pour les Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement

L’orientaliste Maxime Rodinson (1915-2005) : lecteur à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement

Parmi les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI), celle du XIIIe arrondissement est évoquée par Maxime Rodinson, historien, sociologue et linguiste spécialiste de l’Islam dans ses Mémoires d’un marginal parues un an après sa mort : le rôle vital qu’a rempli ce foyer de lecture et de sociabilité pour le jeune apprenti né de parents juifs immigrés d’Europe de l’Est épris de valeurs universalistes y est décrit avec conviction.

Évoquant le Paris populaire dont faisait partie le quartier des Gobelins de son enfance, il explique comment le jeune autodidacte qu’il était nourrissait grâce aux livres de la BAI son insatiable appétit de livres et de culture qui allait faire de lui un des grands orientalistes français, titulaire de la chaire d’éthiopien et de sud-arabique à l’École pratique des hautes études :

La bibliothèque paternelle ou plutôt ses vestiges étaient fort loin de suffire à ma boulimie de savoir. Je passerai vite sur la curieuse et minuscule bibliothèque d’une classe supérieure de l’école primaire … une réserve de livres bien plus importante m’était offerte au lieu même de ma naissance, tout près de notre domicile-atelier de la rue Véronèse, dans le « passage » du 59, rue des Gobelins … Il y avait là, sur la gauche en entrant, au rez-de chaussée, mais un peu surélevé, un vaste local qui servit plus tard à une pizzeria. Dans mon enfance (et un peu auparavant) y était installée … [la] « Bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement ». Si vous notez ce titre, prenez garde de ne pas écrire « XIIIe » en chiffres romains… tradition archaïque liée à l’Ancien Régime, à l’aristocratie et au cléricalisme. Le modernisme progressiste et républicain devait l’abolir !

J’ai totalement oublié comment était organisée cette bibliothèque à laquelle on pouvait s’inscrire en payant une cotisation très modique … Je me souviens seulement de la grande salle rectangulaire encadrée par des rayonnages du plancher au plafond. Au fond de la salle aux rayonnages, une petite porte menait à une plus petite arrière-salle … où on gardait les livres les plus précieux. Mais surtout une grande table centrale permettait de tenir des réunions de bureau.

Là se réunissaient quelques personnes en charge de l’administration de l’institution, en général barbues, avec toutes les particularités vestimentaires, physionomiques et capillaires qui sont devenues classiques pour représenter les républicains du temps du Second Empire et leurs successeurs du temps de la IIIe République, radicaux-socialistes et militants de la laïcité, souvent francs-maçons. Du moins c’est l’image que j’en ai gardée.

… Il est peut être … intéressant de rapporter ici l’apport de la fréquentation de cette bibliothèque à ma formation globale et d’abord, ce qu’elle offrait à mes appétits culturels … il y avait évidemment de nombreux ouvrages classiques de littérature française, mais aussi anglaise, allemande, etc., ou encore grecs et latins, tous en traduction évidemment. Beaucoup de livres de vulgarisation concernaient les sciences physiques et naturelles ou l’astronomie. C’étaient des livres honnêtes, sans particularité, ou avec des orientations diverses et contradictoires. Certains étaient dépassés par le progrès des études, remontant à des achats anciens, peut-être au fond de départ. Il y avait beaucoup de livres d’histoire (y compris d’histoire des religions et d’histoire non occidentale) et certains classiques philosophiques.

Mais le fonds de littérature engagée était néanmoins très important. De nombreux livres étaient consacrés à la polémique anticléricale, ou tout au moins nettement inclinés dans ce sens. De même pour la polémique républicaine contre l’Ancien Régime. L’anticléricalisme débouchait très souvent sur la critique des religions. L’extrême gauche était relativement peu représentée. Mais tout de même, on trouvait là des ouvrages critiquant la morale traditionnelle. Très globalement, on peut dire que l’inspiration générale suggérée se rattachait à un déisme agnostique.

Ma passion pour l’histoire orienta le plus souvent mes lectures. Je savais déjà beaucoup de choses par l’école sur l’histoire de France, avec un complément factuellement très douteux, mais utilement mémorisable, comme pour tous les Français et beaucoup d’autres, puisé chez Alexandre Dumas père. Mais cela ne me suffisait pas. C’est le hasard, je crois – livres laissés libres par les emprunteurs –, qui me fit lire Michelet, mais systématiquement au moins les les premiers volumes de la grande Histoire de France d’Henri Martin (1810-1883) en dix-neuf volumes, « pesante compilation dit le rigoureux historien Louis Halphen … je dévorais donc passionnément les pages sur les révoltés du Moyen Âge à l’époque de la Grande Jacquerie de 1368… sur la révolution bourgeoise déclenchée à Paris par le prévôt des marchands Etienne Marcel… [sur] le mouvement des communes en Flandres… Mais les rayonnages de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction portaient d’autres livres qui recelaient bien d’autres trésors, lesquels élargissaient énormément mon horizon… c’est l’histoire qui m’attirait primordialement et, de la façon la plus séductive [sic], mais non exclusivement, l’histoire des pays lointains, celle qui était la plus négligée par l’enseignement scolaire. La bibliothèque contenait presque tous les volumes de « L’Univers pittoresque que ou Histoire et description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs et coutumes, etc. », collection publiée par le célèbre éditeur Firmin Didot, dans les années 1830 et 1840.

Je ne me dissimulais pas que ces ouvrages contenaient des informations déjà anciennes et périmées… je ne disposais de rien de mieux pour le moment. En attendant, un noyau de connaissances valables se trouvait là et me fournissait des repères précieux.

Bibliographie :

Maxime Rodinson, Souvenirs d’un marginal, Fayard, 2005, p.260 et suivantes

Jérémie Chaponneau, “L’Orient sans fantasmes. Maxime Rodinson (1915-2004)”, Revue de la BnF, 2018/1, n° 56, p. 174-183

Les palmes académiques pour le fondateur des bibliothèques populaires

Une lettre sur la question des retraites ouvrières des femmes, adressée par Jean-Baptiste Girard à Jules Ferry en 1883, évoque le moment où le “fondateur des bibliothèques populaires” a reçu du ministre les palmes académiques :

À Monsieur Jules Ferry, Président du Conseil des Ministres

Le 11 juillet 1880, au Palais du Trocadéro, où avait lieu la distribution des prix de l’Association philotechnique, j’ai eu l’honneur de recevoir de vous, et l’accolade et les palmes d’officier d’Académie, pour les services que j’avais rendus en fondant et organisant les bibliothèques populaires à une époque (1861) où personne ne les croyait possibles.

Maintenant, les bibliothèques n’ont plus besoin de mon concours actif1.

Il est intéressant de voir comment la presse a pu présenter cet hommage au fondateur des bibliothèques populaires, à travers trois exemples différents : Le Rappel, La Petite République et Le Temps.

Les trois journaux rapportent en effet un événement plus large qui est celui de la Séance annuelle de l’Association philotechnique. À l’occasion de cette séance, accompagnée de festivités et remises de prix aux étudiants, Jules Ferry prononce un discours et remet les palmes d’officier d’académie à cinq personnes. La présence de Jean-Baptiste Girard est liée à son rôle très actif dans l’Association. Il a en effet d’abord été l’élève de cette association. Soucieux d’acquérir les livres indispensables à l’approfondissement des cours pour lui et ses camarades, il a exposé aux professeurs de l’Association philotechnique son projet de fonder une bibliothèque populaire qui deviendra la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III). Certains des professeurs n’ont eu alors cesse d’aider le projet, devenant des membres très actifs des premières BAI, et désignant Jean-Baptiste Girard agent de l’Association philotechnique, ce qui lui a permis de travailler au rayonnement de la Société Franklin2.

Le Rappel évoque les discours du secrétaire général de la Philotechnique et du ministre. Les palmes d’académie sont mentionnées très rapidement et sans explicitation :

MM. Vinot, Hermann, J.-B. Girard, Abel, Jouassin et Unal ont été nommés officiers d’Académie3.

La Petite République passe aussi par l’inévitable rappel des discours, mais choisit d’insister en conclusion sur la récompense reçue par Girard. On remarquera que les bibliothèques populaires ne sont pas mentionnées, et que le journaliste relie la récompense à l’Association philotechnique :

Enfin, dans cette séance publique, il a été rendu justice à un brave homme aimé de tous ceux qui font partie de l’Association philotechnique, à M. Girard, l’employé modeste et zélé qui seconde si activement le secrétaire général. M. Deschanel a rappelé en quelques mots émus la vie si digne de M. Girard, et M. Ferry l’a embrassé en attachant sur sa poitrine les palmes d’officier d’Académie4.

Quant au journal Le Temps, il offre une version extrêmement édifiante et paternaliste, qui rejoint cependant la version de Girard sur le fait que la récompense lui est octroyée pour son rôle dans la fondation des bibliothèques populaires :

M. Deschanel ayant raconté la touchante histoire d’un vieux serviteur de l’Association, nommé Girard, ancien cocher de fiacre, qui, sachant à peine lire à dix-neuf ans, eut le premier l’idée des bibliothèques populaires et de la Société Franklin, M. Jules Ferry remet, séance tenante, les palmes d’officier d’académie au brave homme, qui les a reçues en pleurant de joie5.

  1. Sur cette lettre voir le billet  “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017. []
  2. Voir les différents billets de ce blog. []
  3. Le Rappel, 14 juillet 1880. []
  4. La Petite République, 13 juillet 1880. []
  5. Le Temps, 13 juillet 1880. []

Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires

Timothée Trimm. [Recueil.] Célébrités du XIXe siècle. VI . 1860-1880. Gallica (BnF).
 

Timothée Trimm (Léo Lespès : 1815-1875) a connu un long oubli proportionnel à une célébrité fulgurante1. C’est sur son infatigable plume et sa capacité à mettre à la portée d’un large public les sujets plus variés que repose en grande partie le succès initial du Petit Journal. Le Petit Journal est alors vendu au numéro à un prix défiant toute concurrence (5 centimes, soit « un sou »), et propose au grand public des textes alléchants : feuilletons, faits divers, etc.

La célébrité et la puissance de travail de Timothée Trimm lui valent de sévères jalousies de la part de certains de ses collègues. Adolphe Racot, par exemple, lui consacre un de ses Portraits d’hier (1887), et dénonce « la vulgarisation poussée à ses limites extrêmes, jusqu’aux limites mêmes de la naïveté épique » :

Le Petit Journal, idée sublime pour la réalisation de laquelle Millaud eut la chance providentielle de trouver tout à propos, sous sa main le seul homme capable de lui donner un corps, le seul écrivain rompu au métier, spirituel et habile, de force à mettre en action ce principe admirable de la presse à un sou, coulé en bronze un jour par ce grand remueur de millions et de feuilles imprimées, dans cette formule, dans ce moule superbe :

« J’ai eu le courage d’être bête2 ».

Nombre de journaux contemporains se font une joie de relever les approximations et les fautes supposées de Timothée Trimm, et lui reprochent de se mêler de l’instruction du peuple. Le Figaro comme Le Tintamarre plaisantent quasi quotidiennement sur Timothée Trimm, “la machine à coudre des articles de confection impertinemment étiquetés littérature populaire par le propriétaire-éleveur des grenouilles et des escargots aquatiques du bazar Frascati3”.

Timothée Trimm s’est chargé de l’instruction des masses. Il le dit lui-même, en termes dignes :

« —J’ai fait de cette chronique quotidienne du Petit Journal un perpétuel enseignement. »

Et le fait est que le bon Timothée apprend au peuple mille choses dont les savants eux-mêmes ne se doutent pas.

[…] Il faut bien instruire le peuple.

Mais le peuple est-il si ignorant qu’on veut bien le dire4?

Charles Monselet ironise dans ses souvenirs sur “l’emploi de chroniqueur du peuple, d’éducateur et d’amuseur des masses”, et analyse ce qui a fait selon lui le succès de la prose de Trimm:

Sur ces entrefaites il fut appelé au Petit Journal pour y écrire un article par jour.

Un article par jour ! Dans l’origine cela parut insensé, énorme, monstrueux. On n’avait jamais assisté à un tel tour de force. […]
Un article par jour? cela supposait pour le peuple un phénomène d’imagination, un puits de science, un colosse d’esprit, un foudre d’éloquence. Un article par jour ! cela résumait aux yeux éblouis des fruitiers et des cochers de fiacre Homère, Chateaubriand et Eugène de Pradel. Aussi la renommée de Timothée Trimm ne connut-elle plus de bornes ; il n’y a pas eu d’acteur plus applaudi dans un théâtre, de gymnaste plus acclamé dans un cirque. C’était bien là l’idée que le peuple se faisait d’un homme de lettres, chez qui il aime à retrouver quelque chose de l’écrivain public.

Et puis, pour tout dire, Timothée Trimm avait eu une trouvaille de génie : il avait inventé une langue particulière composée de petits alinéas, qu’il avait empruntés à Emile de Girardin, puis, qu’il s’était ensuite appropriés, et qu’il avait perfectionnés. Et ce style propre à tout rendre, effroyablement clair, il le débitait en menues tranches, à la façon de l’ancien marchand de galette du Gymnase.

Quant à la manière de penser, il avait choisi, sans grand tâtonnements, celle de M. Prudhomme, qui de bonne heure lui avait paru la meilleure, la seule, l’éternelle5.

D’autres au contraire prennent la défense de ce journalisme populaire, comme Eugène de Mirecourt:

Soutenez tant qu’il vous plaira que c’est un écrivain de second ordre; accusez le public d’engouement; dites qu’il y a dans cette cuisine de journaliste des épices inusitées, et qu’elle ne peut agréer aux gourmets du style, – je ne trouve pas que vous ayez absolument tort.

Mais prenez garde, ô critique, ma mie! Je vous soupçonne de manquer de bienveillance, et d’être même un peu jalouse. […]

Honneur au fourneau populaire qui fait la cuisine aux masses et ne les empoisonne pas!

Honneur à l’écrivain qui se rapproche des intelligences modestes, les élève sans s’abaisser, et les instruit sans les corrompre6!

Nadar, “Timothée Trimm”. Caricature, dessin au fusain rehaussé de gouache, sur papier brun. Vers 1850. Gallica (BnF).

Qui faut-il croire? les détracteurs ou Eugène de Mirecourt? Un article de Timothée Trimm sur la Société Franklin, portant plus largement sur les bibliothèques populaires, donne raison à de Mirecourt. En effet, ce texte7, datant de janvier 1868, est plutôt bien rédigé, soigneusement documenté, et a des vertus pédagogiques indéniables. Timothée Trimm part de la raréfaction des cabinets de lecture pour rappeler que ces derniers, comme les bibliothèques d’hôpitaux contemporaines, offraient un choix limité et le plus souvent daté. Il se félicite de la création de la Société Franklin qui aide les bibliothèques populaires alors récemment créées à choisir des ouvrages, évoque le rôle moteur des bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) et de leur véritable initiateur, Jean-Baptiste Girard.

Le Petit Journal, 20 janvier 1868. Gallica (BnF).

Pour décrire le fonctionnement de la Société Franklin comme des premières BAI, Trimm emprunte ouvertement ses données au Dictionnaire Larousse. En effet, le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique a publié en 1867 un article “Bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction”. Mais le journaliste a bénéficié d’autres sources, puisqu’il commente par exemple les statistiques d’emprunts que l’on peut trouver soit dans le Bulletin de la Société Franklin soit dans les compte rendus d’activités des BAI. Les a-t-il consultées lui-même, ou s’agit-il des “notes précieuses pour l’article du jour” apportées par “tout un état-major d’hommes érudits” dont l’avait entouré le directeur du Petit Journal selon Albert Wolff 8 ? Quoi qu’il en soit, cet article se caractérise, toujours comme le souligne Wolff, par “une forme juste et claire pour intéresser la foule à des questions historiques ou scientifiques auxquelles l’écrivain, lui-même, ne s’intéressait que médiocrement9.” La mention de “livres bien choisis”, d’une “cotisation très minime”, à destination des “deux sexes”, a forcément contribué à attirer aux BAI de nouveaux sociétaires.

Soulignons enfin, à la fin de l’article, une suggestion ingénieuse et novatrice de Timothée Trimm:

Je fais à la Société Benjamin Franklin mon salut le plus cordial.
Je lui souhaite pour l’exercice 1868 qu’elle commence avec ses administrateurs élus d’hier un succès toujours croissant.

Mais je lui demande humblement la permission de lui donner un conseil.
On ne met pas, dans notre société moderne, un homme en face d’un autre homme, sans un cérémonial de présentation.
Je crois fermement qu’un ouvrier de Paris demandera à lire Pascal, Cicéron, Marc-Aurèle, Montesquieu, Plutarque ou Cuvier.
Mais il les demandera bien plus volontiers, si la Société des Bibliothèques populaires ajoutait à chaque ouvrage une page volante qui vint apprendre au lecteur quel fut celui dont il lira l’ouvrage, quelles étaient ses tendances, quelles sont ses qualités.

On ne s’enferme pas toujours avec un inconnu, se présentât-il sous la forme portative d’un livre.

La notice sur chaque auteur que le lecteur lirait tout d’abord, serait comme l’ouverture d’un opéra, indiquant à l’avance les principales mélodies de la partition.
En ce faisant, les administrateurs de la Société Franklin et ceux de toutes les bibliothèques populaires étendront encore, avec gloire pour eux et profit pour tous, leur mission civilisatrice10.

 

 

  1. Pierre-Robert Leclercq, Les destins extraordinaires de Timothée Trimm et de son “Petit Journal”. Paris, A. Carrière, 2011. []
  2.  Adolphe Racot, Portraits d’hier. Paris, Librairie illustrée,1887. []
  3. Tantinet, “Léo Lespès méfiez-vous de Trimm! ….”, Le Tintamarre, 27 août 1865. []
  4. Le Passe-temps : journal de l’entr’acte, 8 janvier 1865 []
  5. Charles Monselet, Mes souvenirs littéraires. Librairie illustrée, Paris, 1888. []
  6. Eugène de Mirecourt, Timothée Trimm (3e éd.). Paris, Librairie des contemporains, 1869. []
  7. Timothée Trimm, “La société Benjamin Franklin“, Le Petit Journal, 21 janvier 1868. []
  8. Albert Wolff, La gloire à Paris. Paris, V. Havard, 1886. []
  9. Ibid. []
  10. Timothée Trimm, “La société Benjamin Franklin“, Le Petit Journal, 21 janvier 1868. []

La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (II. Hortes – Haute Amance)

Dans un précédent billet, j’évoquais le caractère exceptionnel de la fondation vers 1840 d’une bibliothèque cantonale de prêt à Laferté-sur Amance, village de Haute-Marne.  Laferté-sur-Amance se trouve à une vingtaine de kilomètres de Hortes (Haute Amance aujourd’hui). La bibliothèque populaire d’Hortes, récompensée à l’Exposition universelle de 1867,  a été le terrain d’expérimentation pour les Amis de l’Instruction de l’implantation d’une bibliothèque populaire de prêt dans un village rural1. La bibliothèque de Laferté-sur-Amance serait une des toutes premières bibliothèques cantonales de prêt à la campagne, tandis que Hortes est probablement la première bibliothèque associative de prêt, bibliothèque populaire,  en milieu rural. Cette coïncidence troublante n’est sans doute pas due au hasard, et correspond  à un réseau d’influences très complexe tissé autour des créations de bibliothèques dans une période où les pouvoirs politiques, tout en encourageant officiellement les bonnes lectures, sont suspicieux par rapport à des initiatives soupçonnées d’encourager la sédition. Aussi, après avoir rappelé dans ce billet les circonstances de l’établissement de la petite bibliothèque d’Hortes, tentera-t-on d’étudier les deux ou trois réseaux qui ont présidé à sa naissance.

Département de la Haute-Marne réduit d’après la Carte de l’Etat-Major 1 : 240 000 / Chatelain, lith ; par A. Descaves, … Auteur : Descaves, Arsène (1815-1892). Auteur du texte Auteur : Châtelain, Anatole. Fonction indéterminée Éditeur : imp. C. Cavaniol (Chaumont) Date d’édition : 1863. [zoom sur Hortes et Laferté-sur-Amance] Gallica (BnF)

La bibliothèque d’Hortes, “fille de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement”

À Paris, en 1861, des ouvriers et artisans fondent dans le Marais, quartier alors très populaire, la” bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement” (BAI-III). L’initiative vient d’un ouvrier nommé Jean-Baptiste Girard, né à Hortes, dont la légende assure qu’il serait arrivé à vingt ans analphabète à Paris. Il n’en est rien, mais cette mythologie contribue au topos du bon ouvrier:  sauvé des dangers du cabaret par les cours du soir de l’ association philotechnique, il rend au centuple les bienfaits délivrés par la bourgeoisie philanthrope en fondant des bibliothèques. Jean-Baptiste Girard a sans doute encouragé momentanément ce récit édifiant qui contribue à faire oublier ses ennuis politiques de 1850, et lui permet de continuer à agir dans l’esprit mutuelliste qui l’animera jusqu’à la fin de ses jours.  Un autre récit tout aussi édifiant, à destination d’un autre public, assure qu’entre deux lectures d’un ouvrage de Victor Considerant à la prison de Mazas, en attente de son procès pour associationnisme et socialisme en compagnie entre autres de Jeanne Deroin et Pauline Rolland, il aurait imaginé la création des bibliothèques populaires.

Grâce aux recherches initiées en 1984 par Ian Frazer2, on sait que les origines de la BAI-III sont plus complexes. On doit bien à Jean-Baptiste Girard la conception d’une bibliothèque sur un modèle associatif et le plus démocratique possible (n’oublions pas que la BAI-III naît sous le Second Empire…). C’est à ce titre que la BAI-III est considérée comme la première véritable bibliothèque populaire: à l’aide de statuts soigneusement préparés, elle propose le prêt des ouvrages à domicile à toutes et tous, ouvrages choisis par le conseil, composé de membres élus par l’assemblée générale. Autour de Girard, se trouvent des ouvriers et artisans  aux activités politiques intenses. Plusieurs d’entre eux appartiennent par exemple  à la future Association internationale des Travailleurs3, ou Première Internationale.  Enfin, Joseph Delbrouck, architecte socialiste qui a été arrêté avec Girard en 1850, fonde au même moment la bibliothèque populaire de Vernon dans l’Eure.  Leur ami César Daly, fouriériste, architecte phalanstérien, proche de Considerant, fait aussi partie de l’aventure de la BAI-III.

Toutefois, la BAI-III compte  rapidement parmi ses membres le colonel Ildephonse Favé, aide de camp de Napoléon III, et des membres de la haute bourgeoisie proches également de la famille impériale. Ce second cercle rassure le pouvoir qui se targue de surveiller ainsi les activités de la bibliothèque. Il est difficile, faute de sources suffisantes, de mesurer les interactions des deux groupes. La clé de voûte du second semble être Auguste Perdonnet, un ingénieur saint-simonien et fouriériste, dont la présence à la BAI-III ne laisse pas d’intriguer.  Il est vraisemblablement imposé par le pouvoir impérial en tant que spécialiste de la question de l’éducation populaire: en effet, il a participé à la fondation de l’Association polytechnique, donné des cours aux ouvriers et même créé pour eux une bibliothèque à la Halle-aux-Draps qui a brûlé. Des journaux comme La Presse pensent que la BAI-III a été fondée par l’Association polytechnique4. Les plus politisés des membres de la BAI-III (dont Girard) partent bientôt fonder la BAI-V en compagnie de professeurs de l’association philotechnique. Perdonnet protège toutefois la BAI-III de la tentative de fermeture orchestrée par le maire du IIIe arrondissement  qui croyait ainsi être ainsi être agréable au pouvoir impérial5. Le rôle de Perdonnet est donc complexe: est-il chargé de préserver les apparences de la libéralisation du Second Empire en permettant à une bibliothèque ouvrière de subsister tout en la surveillant étroitement? ou profite-t-il de sa position officielle (il est directeur à partir de 1862 de l’École centrale des arts et manufactures et administrateur-directeur des chemins de fer de l’Est) pour protéger un groupe dont il connaît les aspirations politiques?

Le troisième groupe est  celui des professeurs de l’Association philotechnique, inscrits parmi les premiers membres de la BAI-III, et qui l’accompagnent dans la migration vers la BAI-V. L’Association philotechnique, par ailleurs rivale de l’Association polytechnique présidée par Perdonnet, fournit un emploi d’agent à Girard qui le met visiblement à profit pour favoriser discrètement mais efficacement le destin des bibliothèques populaires en servant la Société Franklin. Dans la Société Franklin, Girard fréquente des hommes influents issus des deux réseaux cités. Son rôle semble avoir été minimisé officiellement, sans doute pour lui permettre en réalité d’avoir les coudées franches.

Les Associations philotechnique et polytechnique se partagent donc officieusement  les Bibliothèques des Amis de l’Instruction des arrondissements parisiens  et soutiennent des initiatives différentes en province. Par exemple, pendant que Hortes et Vernon reçoivent l’aide de la philotechnique, la bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay est dirigée par de jeunes ingénieurs de la Compagnie des chemins de fer de l’Est, élèves d’Auguste Perdonnet et professeurs à l’Association polytechnique6.

Ce long rappel est nécessaire pour comprendre pourquoi Hortes, modeste commune de Haute-Marne d’un peu plus d’un millier d’habitants voit s’établir sur son territoire une bibliothèque rurale pionnière (du moins dans ses intentions.). L’initiative vient clairement de la BAI-III qui en fait état :

Vos premiers sociétaires, animés du désir de propager autant qu’il était en eux les moyens d’instruction, ont pensé que non-seulement notre organisation pourrait s’appliquer à la création de bibliothèques par souscription dans les grands centres de population; mais que les chefs- lieux de canton et les communes rurales même seraient en mesure, avec l’aide de quelques hommes dévoués, de fournir les éléments d’associations analogues à la nôtre. En ces matières, comme en beaucoup d’autres, le meilleur maître est l’expérience; aussi avons-nous cherché à créer sur un théâtre plus modeste une institution dont nous avions tout lieu d’espérer ici le succès. Les relations que l’un des membres du bureau avait avec la commune d’Hortes (Haute-Marne), l’intelligence et le dévouement bien connu de plusieurs d’entre vous, de M. Viard, maire de cette commune, nous l’ont fait choisir pour la fondation d’une bibliothèque communale par souscription qui pût servir, à l’avenir, de modèle à d’autres institutions du même genre. Nos prévisions se sont réalisées, grâce au dévouement de M. Viard, qui a su en quelques mois approprier nos règlements aux besoins des habitants de sa commune, et organiser une bibliothèque qui possède 120 volumes et compte déjà cinquante-trois sociétaires7.

On remarquera que le nom de Girard n’est pas écrit mais que celui de Viard l’est. L’identité précise de Girard fait encore l’objet d’un flou, son emprisonnement étant encore récent et le régime politique exerce encore une surveillance étroite. Toutefois l’allusion est assez transparente (“les relations que l’un des membres du bureau avait avec la commune d’Hortes” ), et sera confirmée par un récit rendu possible par l’avènement de la IIIe République. Alexandre Viard racontera en effet en 1872:

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’oeuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village.

M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dont il est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires8

Le témoignage d’Alexandre Viard semble des plus vraisemblables. L’analyse de l’établissement des premières bibliothèques des Amis de l’Instruction montre en effet que J.B. Girard est un spécialiste de la fondation d’associations (arrêté en 1850 pour associationnisme, il participe à des sociétés comme la Fraternelle des Ouvriers imprimeurs-lithographes, et à la fin de sa vie s’occupe de projets de caisses de retraite pour les ouvrières), et sait que les statuts doivent être rédigés avec la plus grande attention pour éviter les tracas administratifs. Ce témoignage confirme l’aide apportée par l’Association philotechnique à la fondation des BAI, donc les relations étroites entre le réseau d’ouvriers et artisans formé autour de Girard et le réseau de la philotechnique.  Désireux de prolonger par des lectures les cours du soir suivis à l’Association philotechnique, les ouvriers souhaitent une bibliothèque qui prête des ouvrages et la BAI-III répond à ce vœu en organisant son premier catalogue selon la distribution des cours de la philotechnique.

La fondation de la bibliothèque d’Hortes: le pouvoir impérial entre méfiance et encouragements

La méfiance de l’administration impériale est très forte autour des fondations de bibliothèques populaires. Celle d’Hortes n’échappe pas à la règle. Ses fondateurs vont donc devoir apporter les preuves du caractère inoffensif de cette œuvre et la cautionner par la présence de notables agréables au pouvoir. On comprendra par conséquent que Jean-Baptiste Girard, trop suspect politiquement, n’apparaisse pas clairement dans les démarches (voir plus bas). C’est donc le maire d’Hortes, Alexandre Viard, qui se charge de solliciter l’autorisation en septembre 1861, par une dépêche au ministre de l’Instruction publique et des Cultes. Il se présente comme le président de l’association à venir. Pour rassurer les pouvoirs politiques, les bibliothèques populaires vont prendre pour règle  de désigner le maire comme président d’une bibliothèque associative9. Le ministre de l’Instruction publique et des Cultes est bien  en charge des bibliothèques mais comme il s’agit de la constitution d’une association, il transmet en novembre le dossier au ministre de l’Intérieur, non sans avoir souligné qu’il “porte le plus vif intérêt à la création dont il s’agit.” En effet, Gustave Rouland, alors ministre de l’Instruction publique et des Cultes, a pris dès 1860 des mesures pour obliger les communes à doter les nouvelles écoles d’une armoire-bibliothèques. Dans cette circulaire, il a insisté sur la nécessité de doter la France “laborieuse” de bibliothèques:

L’acquisition d’un corps de bibliothèque est le point de départ de la réalisation d’une pensée qui, depuis longtemps, a été l’objet des plus légitimes efforts. Doter les populations laborieuses d’un fonds d’ouvrages intéressants et utiles est un besoin qui, chaque jour, se fait plus sérieusement sentir. Une vaste organisation de bibliothèques communales répondrait à ce but ; mais cette organisation présente des difficultés qu’un concours multiple de volontés et de sacrifices permettrait seul de résoudre complètement10.

Le ministre de l’Intérieur envoie donc une demande de renseignements assortie de documents indiquant la procédure à suivre au préfet de la Haute-Marne, lequel fait suivre les différentes pièces à la sous-préfecture de Langres. Il s’agit de vérifier les buts de l’association et la respectabilité de ses différents membres. Une telle procédure peut aboutir à un refus (voir un prochain billet sur la bibliothèque populaire de Verzenay) ou prendre de longs mois, comme cela sera le cas à Versailles11. Elle ne demande pas de longs délais à Hortes, ce qui prouve que le réseau qui l’entoure officiellement n’éveille pas la méfiance du pouvoir impérial. Le sous-préfet donne un avis favorable dès le 4 décembre:

Vu la demande formée par M. le Maire d’Hortes à l’effet d’obtenir l’autorisation de l’association établie entre différents propriétaires de cette commune pour la création d’une bibliothèque locale.

Vu le projet de règlement de l’association [illisible]  et la liste des membres qui la composent.

Vu les art. 291 et suivants du Code pénal

Considérant  que l’association dont l’autorisation est sollicitée a un but entièrement étranger aux matières politiques ou religieuses; que les personnes qui en font partie offrent par leur probité et leur moralité les garanties nécessaires;

Est d’avis qu’il y a lieu d’autoriser l’autorisation […]12.

Le préfet reprend ces éléments pour donner à son tour son accord dès le 7 décembre. Après plusieurs échanges de courriers portant sur la rédaction des statuts définitifs, le ministère de l’Intérieur autorise l’association le 31 janvier 1862. Pour obtenir l’avis favorable du sous-préfet conditionnant celui du préfet et donc du ministère de l’Intérieur, la future bibliothèque associative a dû donner les noms des membres du conseil à venir et une première mouture des statuts. Ce document, joint aux courriers échangés par les autorités, est de loin le plus intéressant. On apprend qu’une réunion préparatoire a eu lieu le 28 juillet 186113. Or la BAI-III est née en mars et sera autorisée en août, mois qui voit aussi la naissance de la Société Franklin. Cela confirme le fait que le projet des fondateurs des bibliothèques des Amis de l’instruction est d’expérimenter simultanément des établissements à Paris et en province.

L’organisateur officiel à Hortes est Alexandre Viard (1820-1906) qui présente toutes les garanties pour les autorités. Notaire du village, fils de notaire, il est maire de la commune et comme son père Claude, qui a également été maire,  fait preuve d’un grand souci de développer l’économie de la région qui ne peut que être agréable aux yeux des autorités, en militant par exemple pour le passage du chemin de fer d’Hortes.

L’assemblée élit un conseil d’administration et un conseil de surveillance dont les membres sont pris parmi ceux de l’association. Elle poursuit  par une justification très prudente de la double protection sous laquelle elle va se placer:

L’assemblée après s’être constituée a émis le vœu qu’en présence des désastres récents que l’orage du 22 juin dernier a répandus sur la commune d’Hortes, il soit sollicité, soit du gouvernement, soit de toute association s’intéressant à la création des bibliothèques communales, un secours pour venir en aide aux commencements ordinairement si difficiles de toute organisation qui modifie les conditions habituelles de la vie sociale des communes.

Nous déclarons que notre programme et nos principes sont ceux émis par les adhérents à la bibliothèque des amis de l’Instruction du troisième arrondissement de Paris.

Nous nous mettons sous son patronage et en rapport direct avec le conseil d’administration de cette bibliothèque pour l’acquisition de nos livres et pour tous les renseignements qui sont nécessaires à l’organisation de cette bibliothèque.

Jusqu’à présent l’éducation du peuple dans les communes rurales s’était bornée à l’instruction donnée à l’enfance : une fois sorti de l’école il n’avait plus pour le jeune homme de moyens pour alimenter et perfectionner les notions premières.

Le gouvernement de l’empereur qui s’occupe avec tant de sollicitude du bien-être moral et matériel des habitants des campagnes a donné l’impulsion à un nouvel ordre d’idées, nous voulons marcher à sa suite et nous prévoyons les plus heureux résultats de l’établissement des bibliothèques communales.

L’éducation raisonnée du peuple, notions du juste et de l’injuste développées, attrait pour le travail, éloignements des lieux dangereux, habitudes d’ordre et d’économie ; tels seront les bienfaits que nous aurons à recueillir de la création d’une bibliothèque, pour les habitants de nos campagnes14.

Toutefois, avant de se séparer, la nouvelle assemblée vote des remerciements à “M. Girard, typographe à Paris, vice-président de la commission organisatrice des bibliothèques communales à Paris, qui le premier a conçu l’idée de l’établissement de ces bibliothèques”15. Remarquons qu’il n’est toujours pas possible lui donner un prénom.

L’année suivante, la bibliothèque d’Hortes peut dresser un premier bilan16. Elle se plaint avec retenue du manque d’aide des autorités officielles (“Nous sommes il est vrai trop faibles encore, trop petits, pour aspirer à l’attention des autorités importantes”) et compose une supplique demandant à la famille impériale de bien vouloir l’aider17. En revanche, elle ne tarit pas d’éloges sur l’aide apportée par la BAI-III:

Tout ce qui vient de vous être exposé, Messieurs, nous trace la route que nous devons suivre, c’est un précieux encouragement, c’est une condition essentielle de vie, nous ne pouvons pas marcher seuls, nous devons, nous voulons suivre de loin, il est vrai, car notre théâtre est bien modeste, les traces de nos aînés, notre programme et nos principes sont ceux des sociétaires de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction.

Nous nous mettons sous leur patronage, nous vivrons de leur vie, nous aurons recours à eux, et dans toutes les circonstances, nous ne réclamerons jamais en vain, j’en ai la conviction, le concours de leur bonne volonté18.

Deux membres de la BAI-III, tous deux professeurs à la Philotechnique sont plus particulièrement évoqués:

Nous avons de plus, conquis les sympathies des hommes des plus éminents dont la mission semble sur la terre toute la charité et de dévouement, et qui n’ont d’aspiration que pour le bien des sociétés.

Qu’ils me permettent de vous citer leurs noms : c’est M. Marguerin directeur de l’Ecole Turgot à Paris, qui dernièrement encore voulait bien nous assurer de sa sympathie pour l’œuvre que nous avions entreprise et nous promettait son concours pour notre institution naissante.

C’est M. Grandeau, professeur de chimie à l’association philotechnique de Paris, qui nous dirigeait, nous encourageait, et recommandait chaleureusement notre œuvre19.

Dans le même temps, la BAI-III se réjouit de l’aide apportée à la bibliothèque d’Hortes. Après avoir expliqué pourquoi dans l’actif du budget de la BAI-III apparaît une petite somme due par la bibliothèque d’Hortes pour un achat de livres, le trésorier explique:

Vos premiers sociétaires, animés du désir de propager autant qu’il était en eux les moyens d’instruction, ont pensé que non-seulement notre organisation pourrait s’appliquer à la création de bibliothèques par souscription dans les grands centres de population; mais que les chefs- lieux de canton et les communes rurales même seraient en mesure, avec l’aide de quelques hommes dévoués, de fournir les éléments d’associations analogues à la nôtre. En ces matières, comme en beaucoup d’autres, le meilleur maître est l’expérience; aussi avons-nous cherché à créer sur un théâtre plus modeste une institution dont nous avions tout lieu d’espérer ici le succès. Les relations que l’un des membres du bureau avait avec la commune d’Hortes (Haute-Marne), l’intelligence et le dévouement bien connu de plusieurs d’entre vous, de M. Viard, maire de cette commune, nous l’ont fait choisir pour la fondation d’une bibliothèque communale par souscription qui pût servir, à l’avenir, de modèle à d’autres institutions du même genre. Nos prévisions se sont réalisées, grâce au dévouement de M. Viard, qui a su en quelques mois approprier nos règlements aux besoins des habitants de sa commune, et organiser une bibliothèque qui possède 120 volumes et compte déjà cinquante-trois sociétaires20.

Ces relations perdurent-elles lorsque Girard et les professeurs de la philotechnique quittent la BAI-III? Quand Alexandre Viard retrace les débuts de la bibliothèque devant la Société d’émulation de Besançon, en 1872, il évoque Girard et l’Association philotechnique mais ne mentionne pas de relations pérennes. On remarquera en revanche qu’Émile Marguerin, Louis Grandeau, Alexandre Viard et Girard sont tous récompensés lors de l’Exposition universelle de 1867, à des titres divers, comme nombre d’acteurs de ces premières bibliothèques populaires. Le premier “réseau” de la bibliothèque d’Hortes est donc un réseau de philanthropes passionné par l’éducation du peuple, proche du cercle impérial qui les encourage dans cette voie afin de développer un système d’éducation tout en le surveillant. À la protection de ce réseau, s’ajoutent les garanties fournies par un conseil d’administration composé de notables locaux, à commencer par le frère du maire, le chanoine Alexis Viard:

  • un directeur trésorier:  “M. Viard Alexandre-Antoine maire à Hortes”
  • un secrétaire: “Laujorrois  Jean-Baptiste”
  • un bibliothécaire: ” Ignard Didier, membre du conseil municipal”
  • un premier censeur: “M. l’abbé Viard, missionnaire apostolique, chanoine de Langres et d’Arras”.
  • un deuxième censeur: “M. Bailly de Paris, propriétaire”
  • un troisième censeur: “Merger, adjoint au maire”
  • un quatrième censeur, “Naudet, major en retraite, officier de la légion d’honneur, conseiller municipal21.”

On manque malheureusement d’éléments sur le rôle réel de ces différents membres du conseil. Seule l’implication d’Alexandre Viard est avérée. Il rédige les quelques courriers qui ont subsisté, et présente comme on l’a déjà mentionné plus haut, un bilan positif au terme d’une dizaine d’années d’existence puisque la bibliothèque proposera 2000 ouvrages variés en 1872. Lors de l’exposition universelle de 1867 ont été présentés des statuts, des registres, des livrets, “tous les détails enfin d’une administration pratique.”

La cheville-ouvrière de la création de cette bibliothèque est donc la relation entre le notaire d’Hortes et Girard, le modeste “enfant du pays”, le fils de paysans contraint à l’exode rural. Viard raconte en 1872, on l’a vu plus haut, ses “longs entretiens” avec Girard à l’été 1859. Les deux hommes se connaissent donc, ce qui n’a rien de surprenant dans un village de 1500 habitants, et ce d’autant plus qu’ils ont le même âge.  En revanche, on ignore la nature exacte de la motivation d’Alexandre Viard. Est-il séduit par l’idée d’être l’un des premiers maires à fonder une bibliothèque communale de prêt? L’expérience est-elle facilitée par l’existence de la bibliothèque voisine de Laferté-sur-Amance? Ou bien Alexandre Viard est-il intéressé par la portée politique possible d’une instruction mise à la portée de tous? Aurait-il par exemple, lors de ses études à Paris, déjà retrouvé son compatriote alors en pleine effervescence socialiste? Il est en tout cas certain que Viard manifestera tout au long de sa vie le souci de développer et mettre sa commune à l’honneur, tout en conservant une indépendance d’esprit certaine22.

Le 15 juin 1862, Taxile Delord évoque dans Le Siècle la BAI-III et la bibliothèque d’Hortes. Il fait de cette dernière un modèle à suivre pour les campagnes, ajoutant que les habitants des communes voisines d’Hortes sont autorisés à venir emprunter les ouvrages.

Le Siècle, 15 juin 1862. Gallica (BnF)

La bibliothèque d’Hortes et la population locale

Derrière le réseau protecteur des premières bibliothèques populaires, préoccupé le plus souvent d’aider à la moralisation du peuple par la lecture,  se cache parfois le réseau des véritables fondateurs pour qui la lecture est vecteur d’émancipation et d’instruction politique. Enfin viennent les lecteurs qui quant à eux attendent surtout des livres un délassement, comme le déploreront régulièrement les fondateurs de ces structures, même si la dimension récréative est revendiquée.

Faute (pour le moment?) d’archives privées, il est compliqué d’aller au-delà du réseau officiel. Néanmoins, la composition des deux conseils et la liste des premiers lecteurs donnée par le compte rendu de 1861 permettent de mieux connaître les personnes qui ont contribué à la naissance de la bibliothèque d’Hortes. En comparant ces données avec celles du recensement de 186123  qui précise  les noms et âges des différentes personnes d’un foyer ainsi que la profession du chef de famille, on obtient non seulement une approche sociologique mais spatiale des membres de la bibliothèque populaire.

En 1861, Hortes a 1309 habitants (674 de sexe masculin, 635 de sexe féminin). Les chefs de famille dont la profession est indiquée sont à une écrasante majorité des paysans: 132 vignerons, 43 cultivateurs et 12 manouvriers. Hormis 30 propriétaires, la commune comprend  11 chefs de famille maçons, 8 tisserands, 7 couturières, etc.

Le recrutement des sympathisants de la bibliothèque s’est clairement opéré par cooptation sociale, liens de voisinage et familiaux. Lorsque l’on classe les noms par numéros de foyers (ces derniers correspondant à une avancée des enquêteurs maison après maison lors du recensement), on obtient en effet des habitations voisines. On retrouve également des liens professionnels et des liens familiaux qu’on ne pourra ici reprendre dans le détail.Tous les adhérents d’Hortes ont pu être identifiés, les homonymies ayant pu être levées grâce au fait qu’Alexandre Viard a consigné  dans le premier compte-rendu de l’assemblée  de la bibliothèque populaire  les noms masculins très répandus dans le village en y ajoutant le nom de leur épouse et que le recensement indique le nom de jeune fille des femmes mariées.

Nom Prénom Profession ou fonction Qualité à la bibliothèque en 1861 N° de la maison et foyer lors du recensement de 1861 Age
Figuet Germain Vigneron Hortes Membre fondateur Maison 12 Foyer 13 48 ans
Petit Nicolas Vigneron Hortes Membre fondateur Maison 13 Ménage 14 62 ans
Roby Nicolas Sabotier Hortes Membre fondateur Maison 15 Foyer 16 43 ans
Ignard Didier Membre du conseil municipal – Propriétaire Hortes Bibliothécaire Maison 30 Foyer 31 53 ans
Chanticlaire François Cafetier Hortes Membre fondateur Maison 31 Foyer 32 40 ans
Caillet Claude-Zacharie Propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 32 Foyer 33 70 ans
Bailly (Boisselier) Jean Garde-forestier Hortes Conseil de surveillance Maison 66 foyer 69 36 ans
Viard Alexandre-Antoine Maire – Notaire Hortes Directeur-trésorier Maison 74 foyer 77 40 ans
Viard Lucien Etudiant Hortes Membre fondateur Maison 74 foyer 77 9 ans
Viard Alexis Jean-Baptiste Missionnaire apostolique, chanoine de Langres Langres 1er censeur Maison 75 foyer 78 47 ans
Naudet Jean Conseiller municipal- Major retraité Hortes 4e censeur Maison 78 foyer 82 79 ans
Bauleret Nicolas Buraliste Hortes Membre fondateur Maison 79 foyer 82 50 ans
Merger Maurice Adjoint au maire – Propriétaire Hortes 3e censeur Maison 88 Foyer 91 63 ans
Lamotte Jules Artiste-vétérinaire Hortes Membre fondateur Maison 89 Foyer 93 25 ans
Petit (Dantigny) Antoine Vigneron Hortes Membre fondateur Maison 110 Foyer 116 24 ans
Bailly (Gillot) Etienne Propriétaire (vigneron) Hortes Conseil de surveillance Maison 111 foyer 117 42 ans
Brayer Charles Négociant Hortes Membre fondateur Maison 150 Foyer 157 33 ans
Bascin Romuald Maître-coutelier Hortes Membre fondateur Maison 152 Foyer 159 38 ans
Laurent (Ignard) Jean Restaurant (?) – propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 157 Foyer 165 31 ans
Brayer Jean Maître-armurier Hortes Membre fondateur Maison 158 Foyer 166? 60 ans
L’Huillier Jean Boucher Hortes Conseil de surveillance Maison 159 Foyer 167 35 ans
Pinot François Garde-champêtre Hortes Conseil de surveillance Maison 160 Foyer 168 40 ans
Corbillet (Plomb) Zacharie Négociant (marchand épicier) Hortes Conseil de surveillance Maison 163

Foyer 172

47 ans
Merger (Babouot) Jean-Baptiste Propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 170 Foyer 180 29 ans
Véret Camille Piqueur au chemin de fer Hortes Membre fondateur Maison 254 Foyer 265 33 ans
Petit François Propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 262 Foyer 273 60 ans
Brayer Denis Maître-menuisier Hortes Conseil de surveillance Maison 264 Foyer 275 45 ans
Babouot François Membre du conseil municipal – Vigneron Hortes Conseil de surveillance Maison 271 Foyer 282 30 ans
Laujorrois Jean-Baptiste Membre du conseil municipal – Propriétaire (fils médecin) Hortes Secrétaire Maison 276 Foyer 288 61 ans
Brayer Jean-Baptiste Maître-menuisier Hortes Conseil de surveillance Maison 318 foyer 334 49 ans
Bailly (Testevuide) Nicolas Cultivateur Hortes Membre fondateur Maison 320 foyer 336 40 ans
Belin Rémy Membre du conseil municipal -cultivateur Hortes Conseil de surveillance Maison 324 Foyer 340 55 ans
Testevuide Jean-Baptiste Conseiller municipal – propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 326 Foyer 342 47 ans
Magnier Jean-Marie Membre du conseil municipal -cultivateur Hortes Conseil de surveillance Maison 329 Foyer 345 47 ans
Girard (Vincent) François Propriétaire Hortes Membre fondateur Maison 363 Foyer 382 64 ans
Mugnier (Ragot) Pierre Propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 372 Foyer 391 52 ans
Aubertin Propriétaire Paris Membre fondateur NON  ?
Magnier Nicolas Agent d’affaires Paris Membre fondateur NON  ?
Bailly Propriétaire Paris 2d censeur NON  ?

Trois groupes différents s’intéressent donc à la constitution de la bibliothèque d’Hortes:

  •  les pionniers de la BAI-III, et  en particulier des professeurs  de l’association philotechnique qui seront récompensés lors de l’Exposition universelle de 1867
  • les notables d’Hortes, qui sont à la tête des institutions locales et dont la présence rassure les autorités préfectorales
  • des gens d’origine sociale plus modeste mais souvent déjà actifs au niveau local (conseillers municipaux par exemple) et leurs voisins. La fondation de la bibliothèque a visiblement constitué un sujet de discussion entre voisins et éveillé  l’intérêt

Enfin, on peut au moins déceler deux familles actives, la famille d’Auguste Viard et de Jean-Baptiste Girard. À cette date,  deux proches de Girard résident encore sur la commune d’Hortes, sa sœur et son oncle. Dans la liste des membres fondateurs, on retrouve son beau-frère (Chanticlaire) et son oncle, François Girard, dernier habitant de la ferme familiale de la Malavisée24. Du côté d’Alexandre Viard, son frère chanoine apporte une caution importante aux yeux des autorités. De manière très symbolique, sont également inscrits la femme d4Alexandre, Henriette Poullain, et leur fils aîné, Lucien, âgé de 9 ans, enregistré comme “étudiant”,

Inspirée une fois encore par les statuts de la BAI-III, la bibliothèque d’Hortes accueille les inscriptions féminines et les encourage par des cotisations moindres que celles demandées aux hommes. L’inscription d’Henriette Poullain a une fonction pédagogique. La jeune femme d’Alexandre Viard, fille d’un médecin et érudit d’Arc-en-Barrois (Haute-Marne) est donc la première à apparaître dans la rubrique des “dames adhérentes”. On peut supposer que Madame Anne Bailly est l’épouse du deuxième censeur et Catherine Brayer, la troisième adhérente, la fille ou l’épouse d’un des Brayer inscrits25.

Les trois groupes joignent leurs efforts pour que la bibliothèque puisse naître. L’empreinte de la BAI-III, telle que Girard l’avait imaginée, demeure très présente. Ainsi, lors de l’assemblée générale de 1862 à Hortes, Alexandre Viard reprend de larges extraits des discours tenus lors de la première assemblée générale de la BAI-III, en 1861:

La Bibliothèque d’Hortes est fondée sur les mêmes principes que la Bibliothèque des Amis de l’instruction du 3e arrondissement de la Ville de Paris.

Les lecteurs s’unissent pour acquérir, avec le produit d’une faible cotisation mensuelle, les ouvrages que recommandent leur mérite et leur utilité. Ces ouvrages sont déposés dans la Bibliothèque commune, tous les souscripteurs ont droit à les lire en se conformant aux règlements.

L’esprit dans le quel sont choisis les livres est indiqué par les extraits suivants du rapport présenté à l’assemblée des premiers souscripteurs de la Bibliothèque de Paris.

“Les livres d’étude, les traités de toute espèce, les ouvrages professionnels, les Revues et les annales de la science pratique occuperont une grande place dans cette Bibliothèque, mais la science ne suffit pas à former l’homme… l’histoire, la poésie, le théâtre, les voyages, les publications pittoresques, les romans même, nous entendons ceux qui, écrits avec talent, ne sont ni frivoles ni immoraux, mais provoquent la pensée et forment le langage, les romans même recevront une large hospitalité sur nos rayons…”

” … Pas de ces livres spécialement adressés aux classes populaires, mais rien non plus de ce qui peut exciter les passions… pas de polémique religieuse ou politique, pas d’histoire travestie…”

“… C’est aux enfants et aux femmes, au moins autant qu’à nous-mêmes, qu’est destinée notre Bibliothèque, aussi avons-nous décidé d’un accord unanime que les livres ne seront pas lus dans la Bibliothèque seulement, mais qu’ils iront, véritables missionnaires, développer au foyer de la famille les idées saines et les bons sentiments…((AD52: 107 M3.)). “

La BAI-III, lors de ces premières assemblées générales a mis en place un canevas dont s’inspirent les autres bibliothèques débutant selon son modèle, canevas que l’on retrouvera bientôt dans les bulletins de la Société Franklin26. Il s’agit en effet de mêler des discours sur les intentions de ce nouveau type de bibliothèque, destinés à galvaniser les ardeurs des adhérents et des bénévoles et à rassurer les autorités politiques présentes dans la salle, tout en présentant des bilans parfois moins enthousiasmants. On entrevoit d’ailleurs  entre les lignes dans des bibliothèques comme celles de Versailles ou la BAI-III que les tâches sont souvent réparties entre les deux ou trois réseaux : les philanthropes produisent le discours officiel, les bénévoles des classes plus modestes préparent les bilans statistiques. À Hortes, il semblerait cependant que Alexandre Viard se soit dévoué pour la plupart des fonctions. Il peut dresser le bilan suivant en 1862. La bibliothèque a  68 sociétaires et possède 180 volumes:

Recettes

Droits d’admission 28 f. 25

Cotisations 35

Produits de la vente de livrets 1

Dons volontaires 10

Dû sur les cotisations 60

Total des recettes 134 f 25

Dépenses

Frais d’impression 20f 45

Affranchissements et ports 7. 50

Frais de reliure 60

Frais généraux 1

Dû à la Bibliothèque de Paris pour achat de livres 6.25

Total 95. 90

Balance

La recette est de 134 f.

25

La dépense de 95.90

Il reste 38. 2527.

Ce premier bilan est à examiner avec attention. On y retrouve deux difficultés éprouvées par ces bibliothèques populaires débutantes. La première est celle de la reliure des ouvrages, rendue nécessaire par le prêt. Ce poste important obère les budgets au point que la société Franklin proposera bientôt un système de reliure moins esthétique mais moins cher. La seconde est le paiement des cotisations, nécessaires à l’accroissement des fonds. Ces deux difficultés conjuguées peuvent entraîner un problème de renouvellement des collections. Hortes, bibliothèque expérimentale, découvre ces soucis, aggravés par un contexte ponctuellement compliqué par de mauvaises récoltes. Alexandre Viard se garde bien lors de cette assemblée de souligner le paiement des cotisations en retard. Conscient du fait que la bibliothèque ne pourra acheter de nouveaux livres, il en appelle  aux dons. Cet appel a été entendu, et la bibliothèque a sans doute obtenu des concessions de livres puisqu’en 1872 elle a deux mille ouvrages.

Le non-paiement des cotisations est-il réellement lié à la grêle? On peut en douter. Le droit d’admission fixé par les statuts, même s’il est adapté au milieu rural, demeure élevé et une cotisation mensuelle s’y ajoute.

Art. 7« Le droit d’admission est fixé à un franc pour les hommes, et 50 centimes pour les dames »BAI-III Art. 7« Le droit d’admission est fixé à 50 centimes pour les hommes et 25 centimes pour les dames » Hortes
Art. 8« La cotisation mensuelle est fixée à 40 centimes pour les hommes, 25 centimes pour les dames » BAI-III Art. 8« La cotisation mensuelle est fixée à 30 centimes pour les hommes, 15 centimes pour les dames » Hortes

Les hommes et femmes des populations modestes d’Hortes ont-ils les moyens de payer cette cotisation? Rappelons que Girard et ses frères et sœurs, très représentatifs d’une partie de cette population vivant sur de petites exploitations viticoles, ont dû aller chercher du travail à Paris. Lorsque par exemple le père de Girard se remarie, en 1851, dans la commune voisine de Troischamps, ses biens se résument en une maisonnette flanquée d’une grange et d’un cellier sur 9 ares, ce qui le contraint à être manouvrier28. Près des deux tiers des premiers sociétaires n’ont pas payé leur adhésion lors de l’assemblée générale, et très peu semblent avoir payé le livret qui sert à enregistrer les cotisations.

De ce bilan financier, il semble également ressortir que la bibliothèque d’Hortes s’est contentée d’imprimer des livrets et n’a pu éditer un catalogue des fonds, du moins dans les premiers temps29.

La bibliothèque d’Hortes et un plus large réseau d’influences

Les deux réseaux cités plus haut ont pour dénominateur commun Jean-Baptiste Girard qui semble avoir eu la capacité à s’adapter à divers univers et s’en être fait apprécier. D’autres influences ont certainement joué mais les traces avérées n’en ont pas encore été trouvées. La première, on l’a déjà souligné, est la proximité de la bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance. Cette bibliothèque fonctionne-t-elle encore lors de la naissance de celle d’Hortes? Rien n’est moins sûr. Mais moins de vingt ans les séparent et comme elles ont toutes deux ouvert leurs fonds à des communes voisines, il est certain que quelques personnes au moins à Hortes avaient entendu parler de la bibliothèque de Laferté. Le fait que Henri Harant l’évoque lors de l’exposition universelle de 186730 mais en écorchant le nom de son fondateur, est intéressant. Ce professeur de l’Association polytechnique, secrétaire général de la BAI-III en 1867,  récompensé à l’Exposition universelle de 1867 pour ses travaux scientifiques, a  pu entendre parler de Laferté par Girard (réseau des BAI), ou par Perdonnet (réseau de l’Association polytechnique).

On notera en effet que Laferté-sur-Amance et Hortes possèdent des gares sur la même ligne de chemin de fer grâce à la pugnacité de Messieurs Chauchard et Viard, tous deux à l’origine des bibliothèques de leur commune. Or Auguste Perdonnet,  un des acteurs principaux de de l’élaboration de  la  compagnie des chemins de fer de l’est, un des premiers présidents de la BAI-III, surveille étroitement la fondation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay, ville des ateliers de la Compagnie de l’Est… De surcroît, le baron Hippolyte Chauchard (1808-1877), travaille au ministère de l’Instruction publique en 1848 et obtient des concessions de livres pour la bibliothèque de Laferté-sur-Amance31. On peut donc supposer que tout un réseau large de notables haut-marnais ayant un entregent dans les différentes sphères parisiennes a protégé la naissance des bibliothèques de Laferté-sur-Amance et d’Hortes. Rappelons par exemple que le savant Julien-Joseph Virey (1775-1846), a également grandi à Hortes et qu’il a été député.

Reste un autre réseau encore plus difficile à reconstituer. Claude-Anthime Corbon (1808-1891) est  né à Arbigny-sous-Varennes, à 10 kilomètres d’Hortes et de Laferté-sur-Amance. Son itinéraire personnel est proche de celui de Girard: très vite mis au travail par ses parents, il part à Paris où il travaille dans un atelier d’imprimerie. Il milite dans le milieu des associations32, et devient l’un des premiers députés ouvriers. Corbon correspond avec Martin Naudaud, lequel reçoit aussi des lettres de Delbrouck, ami de Girard. Corbon et Girard se sont donc croisés, voire fréquentés. On retrouve d’ailleurs Corbon dans le comité fondateur de la BAI-XV en 187533, et invité d’honneur dans plusieurs conférences organisées par les BAI. Il est par exemple présent en tant que sénateur lors de l’Assemblée générale de la BAI-III en mai 1876, BAI-III alors présidée par  Harant, avec comme secrétaire Delamarche, autre pionnier de la BAI-III aux côtés de Girard34. Ian Frazer a noté que ” La Bibliothèque des Amis du IIIe et la Bibliothèque d’Asnières possèdent des collections d’un seul journal socialiste : l’Atelier.35

Département de la Haute-Marne réduit d’après la Carte de l’Etat-Major 1 : 240 000 / Chatelain, lith ; par A. Descaves, … Auteur : Descaves, Arsène (1815-1892). Auteur du texte Auteur : Châtelain, Anatole. Fonction indéterminée Éditeur : imp. C. Cavaniol (Chaumont) Date d’édition : 1863. [zoom sur Arbigny, Hortes et Laferté-sur-Amance] Gallica (BnF)

Corbon a-t-il connu Girard en Haute-Marne? Aucun lien familial n’est pour le moment avéré, même si selon Ian Frazer les descendants de Girard affirmaient que deux de ses petites filles avaient épousé des Corbon apparentés à Claude Anthime Corbon36.

Cite this article as: Agnès Sandras, "La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (II. Hortes – Haute Amance)," in Bibliothèques populaires, 22/10/2017, https://bai.hypotheses.org/1582.

  1. Voir Agnès Sandras, ” Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon”, in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014. []
  2. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985. []
  3. Ibid. []
  4. Voir La Presse des 28 et 30 avril 1862. []
  5. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », op. cit. []
  6. Voir Agnès Sandras, “La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay” , in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014. []
  7. Exercice 1861-1862 de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement. Paris, Imprimerie de J. Claye, 1862. []
  8. Alexandre Viard,  Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872. Paris,   impr. de A. Parent, 1874. []
  9. Cette préconisation figurera par exemple dans les conseils donnés par la Société Franklin. []
  10. Gustave Rouland, « Circulaire relative à l’établissement de bibliothèques scolaires près des écoles communales », 31 mai 1860 cité par Louis Hachette, Les Bibliothèques scolaires prescrites par arrêté de son Exc. le Ministre de l’Instruction Publique en date du 1er juin 1862, Paris : Imprimerie de Ch. Lahure et Cie, Chez tous les libraires de Paris et des départements, 182. Page 38. []
  11. Jean-Charles Geslot et Agnès Sandras, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire », Romantisme, 117, octobre 2017. []
  12. Lettre du sous-préfet de Langres, 4 décembre 1861. Archives départementales de la Haute-Marne (AD52): 107 M3. Hortes : Association pour la création d’une bibliothèque communale (1861-1862). []
  13. AD52: 107 M3. []
  14. Ibid. []
  15. Ibid. []
  16. Ibid. []
  17. Voir Agnès Sandras, ” Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon”, in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014. []
  18. AD52: 107 M3. []
  19. Ibid. []
  20. Exercice 1861-1862 de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement. Paris, Imprimerie de J. Claye, 1862. []
  21. AD52: 107 M3. []
  22. Alexandre Viard a publié : Étude sur les origines du notariat, Langres, impr. de E. L’Huillier, 1877, et Voyage humoristique autour du Comité des notaires des départements à Paris, Chaumont : impr. de Cavaniol, 1886 []
  23. Archives de la Haute-Marne: Recensement à Hortes (1861) : 158 M 242 []
  24. Voir  Agnès Sandras, “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?,” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  25. Il existe  alors plusieurs Catherine Brayer à Hortes []
  26. Etienne Naddeo, “Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?,” in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019 []
  27. AD52: 107 M3. []
  28. AD52: contrat de mariage entre Didier Girard et Élisabeth Richardot, étude de Maître Alexandre Viard, Hortes: 4 E 58/145. []
  29. J’appelle à nouveau aux bonnes volontés: jusqu’à ce jour, il n’a pas été possible de retrouver les archives de cette bibliothèque ni d’archives privées l’évoquant, et les fonds de la bibliothèque semblent avoir disparu… []
  30. Agnès Sandras, “La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (I. LaFerté-sur-Amance),” in Bibliothèques populaires, 12/07/2017, https://bai.hypotheses.org/1484. []
  31. Voir prochain billet []
  32. Voir le passage que Michèle Riot-Sarcey a consacré à “Antoine Corbon, un point de vue singulier sur le monde ouvrier” dans Le procès de la liberté: Une histoire souterraine du XIXe siècle,  2016. []
  33. La Presse, 29 juillet 1875 []
  34. Le Siècle, 30 mai 1876 []
  35. Ian Frazer, op.cit. La bibliothèque d’Asnières a été fondée par Girard. []
  36. Ian Frazer n’avait pas retrouvé de liens familiaux entre ces Corbon; Gilles Blanzin (que je remercie), généalogiste à Hortes, me confirme que Marguerite et Anna Baillif, ont épousé 2 frères Corbon, mais cette famille est de Fleury la Rivière (51) depuis le XVIIe siècle alors que la famille de Claude Anthime Corbon  est présente à Arbigny sous Varennes depuis 1665. []