Archives de catégorie : Bibibliothèques des Amis de l’Instruction

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)

Capture

L’Exposition universelle de 1867 se caractérise par son ambition. Dix groupes sont organisés, fédérés par des questions transverses telles que la question sociale vue, il faut le souligner d’emblée, à travers le prisme des élites1.

Les jeunes bibliothèques populaires n’ont pas échappé à cette revue d’ensemble. Elles relèvent de la classe 90, groupe X.

 

Suivons d’abord, à partir du très officiel Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, le parcours à emprunter pour une bibliothèque populaire désireuse de participer à l’Exposition. Le 4 février 1866, la composition du groupe dix est annoncée et soigneusement justifiée :

Il nous reste aujourd’hui à parler du dixième groupe qui, par son importance au point de vue matériel et moral, mérite particulièrement de fixer l’attention de tous les hommes dévoués au progrès de la civilisation. Dans les expositions universelles précédentes, le visiteur admis à contempler les produits les plus parfaits de l’industrie et des beaux-arts s’étonnait, en trouvant la matière et l’instrument de production côte à côte, qu’on n’eût pas songé à leur trait d’union naturel, au producteur, dont le rôle si important demeurait cependant dans l’ombre. Le grand concours international qui doit s’ouvrir à Paris en 1867 comblera cette lacune regrettable et résoudra par la création d’un groupe spécial, destiné à faire ressortir le rôle de l’ouvrier dans le travail, un progrès dont l’importance frappera tous les esprits.

L’idée qui a présidé à la conception et à la formation du dixième groupe n’est pas nouvelle. Depuis la première exposition universelle, des esprits élevés avaient été frappés des avantages que présenterait le rapprochement des travailleurs de toutes les nations. La question de l’éducation des classes ouvrières, de leur moralisation, tient la sollicitude générale sans cesse éveillée : si l’on parvenait à rapprocher momentanément les ouvriers ; si, par suite de ce contact, chaque travailleur devait acquérir des enseignements précieux, des moyens de perfectionnement nouveaux, ne serait-il pas permis d’espérer pour un avenir prochain la solution d’un problème qui intéresse à un si haut point le progrès social le bien public2.

Après avoir expliqué qu’on verra par conséquent « l’attrayant spectacle » des « travailleurs de tous les pays du monde, revêtus de leurs costumes particuliers, et s’occupant chacun de son industrie propre », le journal annonce que les objets du groupe X seront « spécialement exposés en vue d’améliorer la condition physique et morale de la population. »  La classe 89 présente « le matériel et les  méthodes de l’enseignement des enfants » et la classe 90 « comprend les bibliothèques et le matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la communauté ou la corporation ». Les auteurs n’escomptent visiblement pas un grand succès pour cette partie de l’exposition dont ils savent qu’elle attirera moins que les inventions nouvelles ou les sections exotiques:

Les curieux passeront vite devant ces modestes objets, mais l’homme intelligent s’arrêtera avec plaisir devant les ouvrages propres à former la bibliothèque du chef d’atelier, du cultivateur, de l’instituteur communal ; l’influence des bons livres est immense et constitue un des moyens les plus sûrs d’arriver à la moralisation des masses. 72mq.3 ont été attribués à cette classe dans la galerie II du palais4.

La superficie attribuée à la classe 90 (72 mètres carrés) est donc très modeste. Songeons que dans le même temps la classe 92 (spécimens des costumes populaires des diverses contrées) obtient 190 mètres carrés car on espère, à raison d’ailleurs, qu’elle attirera les foules.

Quinze jours plus tard, le Moniteur universel de l’Exposition de 1867 donne la composition exacte du comité d’admission de la classe 90 :

Le comité se compose de MM. Charles Robert, conseiller d’Etat, président ; de Watteville, secrétaire ; Lefèvre-Pontalis, secrétaire ; Bazin ; Bertin,  homme de lettres ; Biaise (des Vosges), homme de lettres ; Cohen, homme de lettres ; Cusco, chirurgien ; de Mofras, secrétaire d’ambassade ; Drouin (Victor) ; Octave Feuillet, de l’Institut ; Lecocq de Boisbaudran, professeur de dessin au lycée Saint-Louis ; Lefébure, auditeur au conseil d’Etat ; Martelet père ; Nefftzer, homme de lettres ; Ph. Pompée, vice-président de l’Association polytechnique ; vicomte Sérurier, ancien préfet ; Ch. Thierry-Mieg, fabricant de tissus ; Anatole Duruy, chef du cabinet de S. Exc. le ministre de l’instruction publique ; E. Leviez, maître des requêtes au conseil d’Etat, sous-gouverneur du Crédit foncier de France ; Arthur Leroy, maître des requêtes au conseil d’Etat ; S. Cornu, peintre dhistoire ; Guiffrey, avocat, membre du conseil géneral des Hautes-Alpes ; Anatole Flandin, auditeur au conseil d’Etat5.

On peut d’ores et déjà s’étonner de la présence au Comité de Ph. Pompée, grand ami d’Auguste Perdonnet, alors président de la Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 3e arrondissement et du Vicomte Sérurier, président d’une autre bibliothèque des Amis de l’Instruction, et se demander (naïvement ?!) si cela ne va pas gêner les candidatures de ces deux bibliothèques…

Le Comité rappelle en quelques phrases la mission de la classe 90. On retrouve le discours alors dominant sur le temps de lecture très soigneusement restreint que le peuple peut employer à une lecture instructive, c’est-à-dire qui l’aide à mieux travailler aux champs comme à l’usine. Mais le comité souligne aussi que la lecture peut être un temps de délassement, notion qui quant à elle vient des bibliothèques des Amis de l’Instruction…

La classe 90 doit réunir les livres, journaux, publications diverses que chaque nation a produits pour satisfaire à ces divers besoins ; elle doit révéler les institutions utiles qui y répondent dans chaque pays. Enfin dans cette classe seront représentés les ouvrages destinée aux délassements de l’ouvrier et de sa famille. Ces productions de la littérature populaire ont une grande influence pour le bien comme pour le mal. Il importe de signaler celles qui, tout en cultivant l’esprit, élèvent le coeur et inspirent l’amour du bien. Les bibliothèques dont s’occupera la classe 90 n’excluent pas les ouvrages d’un ordre très-élevé, mais il est évident qu’ils n’y peuvent figurer qu’à titre d’exceptions. Il s’agit surtout des livres destinés à être lus par les masses, par un grand nombre de lecteurs de toute condition, et surtout par les cultivateurs et les ouvriers6.

Après un appel aux comités départementaux qui doivent signaler toutes les initiatives relevant des classes 89 et/ou 90, le Comité se lance dans un inventaire précis des documents qui pourront être exposés. Pour les bibliothèques, il donne donc les consignes suivantes :

II. — BIBLIOTHÈQUES.

& 1er. — CHOIX DES LIVRES.

Catalogues choisis d’ouvrages bons à placer dans toute bibliothèque communale on autre, destinée aux adultes ; catalogues restreints contenant un petit nombre de livres propres à former la bihliothèque du père de famille ouvrier ou cultivateur.

Catalogues spéciaux d’ouvrages à mettre dans la partie d’une bibliothèque scolaire spéciale aux enfants des deux sexes de moins de treize ans ; dans une bibliothèque scolaire spéciale aux jeunes gens de treize à vingt ans ; dans une bibliothèque spéciale aux jeunes filles ; dans la bibliothèque des hôpitaux (malades) ; dans celles des divers hospices d’infirmes, d’un comice agricole, d’un instituteur primaire, d’un régimcnt (pour les soldats, et les sous-officiers), d’un simple poste ou corps de garde, d’un navire (pour les matelots), d’une prison d’hommes, de femmes, de jeunes détenus ; dans la bibliothèque d’une petite commune rurale ; dans un grand établissement ou dans une maison de campagne, pour l’usage des gens de service ; dans la bibliothèque d’une usine affectée : à la métallurgie, à une industrie textile, à la construction de machines, à la teinture, à la céramique, etc.

Catalogue d’ouvrages spécialement propres à être lus à haute voix dans une veillée de village ou dans une réunion d’ouvriers.

Publications périodiques pouvant se rattacher à l’une ou à plusieurs des bibliothèques ci-dessus.

Collections de tables ou catalogues indiquant les travaux des sociétés savantes (lettres, sciences, économie sociale, industrie, agriculture, etc.).

§ 2. — INSTALLATION ET MOBILIER DES BIBLIOTHÈQUES.

Spécimens d’armoires ou simples rayons. Salles de lecture. Eclairage. Tables. Aménagements divers.

Reliures des ouvrages — Types divers de reliures ou couvertures quelconques à bon marché. Règlements. Catalogues. Registres divers. Timbres à apposer à l’intérieur des volumes. Matériel de reliure à l’usage d’un instituteur, pour le service de l’école, (de la bibliothèque et des archives de la mairie.)

Almanachs sous leurs diverses formes, illustrés ou non. Aide-mémoire. Manuels.

Colportage pour la vente des livres et publications utiles.

Circulation des livres à titre de location ou de prêt.

Images, estampes, gravures, photographies, moulages, à bon marché7.

Le suspense est alors à son comble. Les bibliothèques des Amis de l’instruction et la Société Franklin, dont les initiatives sont le calque de celles demandées par le Comité, vont-elles obtenir des médailles ? Nous le verrons, période du roman-feuilleton oblige, dans un  prochain billet.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)," in Bibliothèques populaires, 14/07/2013, https://bai.hypotheses.org/526.

  1. Voir Vasseur Édouard, « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le « succès » de l’Exposition universelle de 1867 », in: Histoire, économie et société. 2005, 24e année, n°4.
    url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2005_num_24_4_2573
    Consulté le 14 juillet 2013. []
  2. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 4 février 1866 []
  3. mq = mètre quarré au XIXe siècle []
  4. ibid. []
  5. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 18 février 1866 []
  6. ibid. []
  7. ibid. []

Les noms instructifs des bibliothèques populaires

On demande souvent aux bénévoles de la « bibliothèque des Amis de l’Instruction » d’où vient ce nom qui « fleure bon sa Troisième République ». Hélas! la petite bibliothèque a en réalité été fondée en 1861, et il n’ y a pas d’archives donnant les raisons exactes du choix de son nom. Rappelons seulement qu’elle est née de l’initiative d’artisans et ouvriers lecteurs de Proudhon et de Louis Blanc et que ses statuts stipulent  que « cette association a pour but de procurer à ses adhérents tous les livres nécessaires à leur instruction ou à leur délassement »…

La presse s’est fait l’écho de cette fondation dès 1861. La « bibliothèque des Amis de l’Instruction » reçoit une médaille à l’Exposition universelle de 1867 (ce sera l’objet d’un prochain billet). Elle est citée par les bulletins de la Société Franklin, société destinée à encourager par des conseils pratiques la fondation de bibliothèques populaires. On ne s’étonnera donc pas que sous la Troisième République (nous y voilà!), elle soit source d’inspiration au moins pour son nom qui fait vibrer tous les tenants d’une instruction à la portée de tous, d’une lecture ferment de progrès. Les bibliothèques populaires éclosent les unes après les autres, mettant fièrement en avant leur côté « populaire », leur œuvre « instructive ».

À la demande du Ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts, le jeune inspecteur des bibliothèques Camille Bloch1 remet en 1904 un rapport sur les bibliothèques populaires. Ce texte, largement élogieux, s’appuie sur la visite méthodique de plusieurs départements. Voici donc, grâce à ce rapport, selon la chronologie des déplacements de Camille Bloch, les beaux noms des bibliothèques populaires de Gironde et d’Indre-et-Loire en 1904…

GIRONDE:

– Bordeaux: bibliothèque du cercle girondin de la Ligue de l’Enseignement

– Bordeaux: bibliothèque de la Société des Amis de l’Instruction

– Bordeaux: bibliothèque de la Chambre syndicale des Employés de Commerce

– Bordeaux: bibliothèque de l’Association amicale des anciens élèves des Chartrons

– Bordeaux: bibliothèque populaire de Bordeaux, rue Sainte Eugénie

– Le Bouscat: bibliothèque populaire municipale

– Talence: bibliothèque populaire municipale

– Arès: société de la Bibliothèque populaire

– Eysines : bibliothèque du Cercle des Amis du Progrès

– Saint-Médard en Jalles: société de la Bibliothèque populaire

– Blésignac: bibliothèque républicaine d’instruction

– Cénac: bibliothèque populaire communale

– Gujan-Mestras: bibliothèque populaire communale

– Le Teich: bibliothèque populaire communale

– Cérons: bibliothèque populaire communale

– Preignac: bibliothèque populaire communale

– Bazas: bibliothèque populaire communale

– Blaye: société de la Bibliothèque populaire

– Bourg sur Gironde: société de la Bibliothèque populaire

– Saint-Savin de Blaye: société de la Bibliothèque populaire

– La Réole: bibliothèque de la Société Réolaise de la Ligue de l’Enseignement

– Saint-Macaire: bibliothèque populaire du Canton

– Lesparre: bibliothèque populaire communale

– Libourne: bibliothèque de l’union de la Jeunesse laïque et démocratique

– Branne : bibliothèque populaire de la Ligue de l’Enseignement

– Castillon: bibliothèque populaire de la Ligue de l’Enseignement

– Coutras: bibliothèque populaire et scolaire

– Saint-Denis de Pile: bibliothèque populaire et scolaire

– Lussac: bibliothèque populaire de la Ligue d’Enseignement

– Sainte-Foy: bibliothèque populaire municipale

INDRE ET LOIRE

– Tours: bibliothèque du Cercle tourangeau de la Ligue de l’enseignement

– Tours: bibliothèque du Foyer du Soldat

– Tours: bibliothèque du patronage laïque (sic) de La Faye

– Saint-Symphorien: bibliothèque de la Société cantonale Populaire d’Instruction et d’Education, ou Bibliothèque populaire circulante du Canton

– Amboise: bibliothèque populaire municipale

-Azay- sur-Cher: bibliothèque populaire municipale

– Bléré: bibliothèque de la société cantonale d’instruction et d’éducation

– Civray-sur-Cher: bibliothèque populaire municipale

– Luzillé: bibliothèque de la Société d’éducation populaire, « l ‘Éducation des adultes »

– Courcelles: bibliothèque de la Société d’Instruction, d’Education et de tempérance

– Sorigny: bibliothèque de l’association amicale des anciens élèves de l’école

– Chinon: bibliothèque de la Société d’Instruction de l’arrondissement

– Cinq-Mars-la Ville: bibliothèque populaire communale

– Sainte-Maure: bibliothèque populaire communale

– Le Grand Pressigny: bibliothèque populaire municipale

– Abilly: bibliothèque de l’association  des anciens élèves de l’école

– Chevigny: bibliothèque populaire communale

 

 

 

 

 

  1. sur l’inspection générale des bibliothèques et Camille Bloch, voir : Caillet, Maurice, « L’inspection générale des bibliothèques  », BBF, 1970, n° 12, p. 597-608
    [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 11 juillet 2013   []

Numéro 414, Auguste Rodin, sculpteur

On peut voir sur la liste des premiers lecteurs conservée par la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement que le numéro 414 est  Auguste Rodin, sculpteur, demeurant 6 rue des Fossés Saint Jacques, âgé de 21 ans. La date de l’inscription est le 23 novembre 1861.

registre_414_petit

 

rod_aubry  

 

 

Charles Hippolyte Aubry,
Portrait de Rodin en blouse de travail,
vers 1862
http://www.musee-rodin.fr/sites/musee/files/resourceSpace/2710scr_07fbfc69a981698.jpg

Comment est-il devenu sociétaire de la toute jeune bibliothèque ?

* 1ère piste : le milieu professionnel

Cette période de sa vie (1858-1862)1 est relativement peu connue2, on sait cependant qu’il travaille chez différents décorateurs et ornemanistes. « … l’obligation de gagner sa vie le contraint à dix-huit ans à travailler chez des entrepreneurs en maçonnerie ou de décoration, tels Blanche, Garnier, Cruchet ; la tâche est abondante car l’architecture du temps affectionne les façades ornées de guirlandes, les masques décoratifs, les balcons soutenus par des cariatides et le Paris du baron Haussmann est un vaste chantier. … [Il pratique] le modelage, la taille, le moulage … En août 1860, il gagne 5 francs par jour … »3
Auguste Rodin a lui-même évoqué ces années : « La nécessité de vivre m’a fait apprendre toutes les parties de mon métier. J’ai fait la mise au point, dégrossi des marbres, des pierres, des ornements, des bijoux chez un orfèvre … J’ai donc beaucoup travaillé chez les autres. Ceux qui ont été pauvres comme moi, n’ayant ni secours d’état, ni pension, ont travaillé chez tout le monde. Cela m’a fait un apprentissage déguisé ; j’ai fait, successivement, tantôt des boucles d’oreilles chez un orfèvre, tantôt des figures décoratives aux torses de 3 mètres, et j’ai ainsi appris toutes les parties du métier. … On disait alors de Barye, avec mépris : « Il fait du bronze. » On entendait par là un petit travail du faubourg Saint-Antoine ou du Marais. … Je travaillais chez un ornemaniste. »4

Plusieurs sociétaires, parmi les premiers inscrits, appartiennent à ce milieu professionnel : au 30 janvier 1862, on dénombre huit sculpteurs (y compris Auguste Rodin), et, on trouve également un décorateur, des dessinateurs, des estampeurs, un modeleur, deux menuisiers modeleurs, un tailleur de pierre, des monteurs en bronze …

* 2e piste : les « réseaux de recrutement » de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement

Les fondateurs et les premiers sociétaires de la bibliothèque fréquentent assidûment les cours du soir gratuits qui existent alors à Paris, et tout particulièrement ceux donnés par l’Association philotechnique5.

« L’Association distribue chaque année, dans une séance solennelle, des mentions, des prix, des médailles et des certificats d’étude aux élèves qui se sont le plus distingués par leur exactitude, leur travail et leur progrès. »6
Des règles précises organisent l’attribution des récompenses :
« Art. IV. Pour qu’un élève d’un cours puisse obtenir une nomination à la distribution des prix d’une année scolaire, il devra :
1° Avoir quinze ans révolus au 1er janvier de cette année ; 2° faire inscrire par l’agent des cours sur un registre spécial, et avant le 1er janvier de la même année, ses nom, prénoms, âge, profession et domicile ; 3° prendre part à la composition de fin d’année ; 4° être inscrit sur une liste par ordre de mérite, dressé par le professeur du cours, des élèves qui, ayant suivi ses leçons avec assiduité, lui paraissent dignes de récompense.
 »

Les lauréats sont proclamés et célébrés au cours d’une « distribution solennelle des prix ». Le compte rendu de l’évènement est publié dans une brochure, qui reprend les textes des discours prononcés, donne la liste des élèves distingués, « l’ordre des cours » pour l’année scolaire suivante avec le nom du professeur et le détail du lieu et de l’horaire. La brochure publiée pour l’année scolaire 1861-1862 indique qu’il existe « … à Paris seulement, cinquante-quatre cours par semaine et plus de deux mille auditeurs. »

Le dépouillement de ces publications pour la période 1853-1865 nous apprend qu’Auguste Rodin obtient, pour l’année scolaire 1860-1861, une 2e mention pour le cours d’Hygiène (1ère année), donné à la toute nouvelle Section de la Sorbonne.7.
On trouve page 30 les noms des élèves distingués pour le cours d’Hygiène. :

 

hygiene

 

Lors de la distribution des prix du dimanche 9 février 1862, au Cirque de l’Impératrice, M. Hébert, un des secrétaires de l’Association philotechnique, déclare : « Convaincus de l’utilité de notre entreprise et encouragé par nos succès, nous avons, cette année même, … établi sur la rive gauche de la Seine, à la Sorbonne et à l’Ecole de pharmacie, un enseignement complet identique à l’enseignement si prospère des Ecoles Turgot et Sainte-Elisabeth. … Sans doute, ces cours qui viennent d’ouvrir, et sont encore à peine connus, ne peuvent prétendre immédiatement au succès qu’ont acquis à l’Ecole Turgot quatorze années d’efforts non interrompus ; mais ils prospèrent tous, et particulièrement ceux de français, d’anglais, d’allemand, d’arithmétique, d’hygiène et de comptabilité. »8

La rentrée des classes s’est faite le samedi 3 novembre 1861. La section de la Sorbonne propose les cours suivants : Langue française (1ère année), Arithmétique (1ère année), Comptabilité, Langue anglaise, Législation usuelle et Hygiène (1ère année).
Ce dernier cours a lieu le jeudi, de 8 heures et demie à 10 heures du soir, rue des Poirées (actuelle rue Toullier). Le professeur est le docteur Taurin, médecin.

 poiree

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8494305w

Le 2e prix du cours d’hygiène est attribué à Emile Fortier, sellier, qui est … sociétaire de la bibliothèque, inscrit sous le numéro 78 (1er juillet 1861), âgé de 17 ans. Pour cette même année scolaire, Emile obtient un 3e prix de Langue française (1ère année) et une 2e mention de Géographie.

Parmi les lauréats de la section de la Sorbonne, on retrouve plusieurs noms connus à la Bibliothèque des amis de l’instruction (ils figurent sur la liste des premiers lecteurs, tous inscrits à la date du 1er juillet 1861) :
– Charles-Honoré Plomb, suit le cours de Langue française (1ère année), professeur M. Asselin ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 23 et il assume la fonction de bibliothécaire
– Louis Sallé et Alphonse Pascal suivent le cours d’Arithmétique (1ère année), professeur M. Lionnet ; ils sont respectivement inscrits à la bibliothèque sous les numéros 8 et 7
– Henri Brièle suit le cours de Comptabilité, professeur M. Vannier ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 81
Parmi les professeurs, M. Cadet, cours de Législation usuelle, est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 32.

On peut raisonnablement supposer qu’en fréquentant la section de la Sorbonne Auguste Rodin a appris qu’une bibliothèque d’un genre entièrement nouveau, proposant le prêt de livres, venait de se créer et qu’Emile Fortier a su convaincre son condisciple de s’y inscrire.

Rappelons les 5 dates de l’année 1861 qui marquent la naissance de la bibliothèque :
– 17 mars : décision de s’associer
– 12 mai : constitution définitive de l’association
– 23 juin : assemblée générale et vote des statuts
– 7 août : autorisation ministérielle
– 1er octobre : ouverture de la bibliothèque dans un local de l’Ecole Turgot (rue du Vertbois)

Auguste Rodin s’inscrit le 23 novembre 1861.

Suit-il à nouveau un cours de l’Association philotechnique ? L’année scolaire 1861-1862 a débuté le dimanche 3 novembre. La section de la Sorbonne propose de nouveaux cours (Langue allemande, Géométrie, Géographie …) ; la section de l’Ecole Turgot propose un cours d’Hygiène et Médecine usuelle (2e année).

En décembre 1861, la bibliothèque offre à ses sociétaires « douze cents volumes », rangés dans un cadre de classement reflétant « l’ordre des cours » de l’Association philotechnique. Par exemple, la série D, Hygiène, compte 14 titres dans le 1er catalogue de la bibliothèque publié en 1862.

Mais, le nom de Rodin ne figure pas au palmarès de l’année 1861-1862 …

Est-ce une autre raison qui l’a poussé à s’inscrire ?

 

A-t-il fréquenté la bibliothèque ? emprunté des livres ?

Les statuts de la bibliothèque9 détaillent le processus d’inscription et d’emprunt des livres :
« Art. 6. Il suffit pour devenir sociétaire d’être âgé de quinze ans, d’avoir une résidence connue, de se faire inscrire au bureau de l’association, de payer le droit d’admission, et de s’engager au payement de la cotisation mensuelle.
Art. 7. Le droit d’admission est fixé à un franc pour les hommes, et cinquante centimes pour les dames.
Art. 8. La cotisation mensuelle est fixée à quarante centimes pour les hommes, vingt centimes pour les dames
.

Art. 11. Chaque personne inscrite reçoit un livret dans lequel on émarge le payement du droit d’inscription et des cotisations mensuelles.
Le prix du livret se paye en sus du droit d’inscription.
Le bibliothécaire inscrit aussi dans ce livret les livres confiés à celui qui en est porteur ; il y accuse réception de ces livres à leur retour.
Art. 12 Le bibliothécaire inscrit les livres prêtés au dehors dans un livre de sortie et de rentrée ; au retour des livres, il les émarge dans le même registre
. »

Pour cette période, la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement n’a conservé ni « livre de sortie et de rentrée », ni livret de lecteurs. Il n’est donc pas possible de savoir si Auguste Rodin, après s’être inscrit, a fréquenté la bibliothèque et emprunté des livres.


  1. http://www.musee-rodin.fr/fr/rodin/chronologie-dauguste-rodin/jeunesse-et-formation []
  2. Signalons le travail universitaire en cours de Maxime Paz, « La formation d’Auguste Rodin : 1854-1864 ». []
  3. Laurent, Monique. Rodin. Paris, Hachette, Chêne, 1988. P. 7 et 8 []
  4. Dujardin-Beaumetz, Henri. Entretiens avec Rodin. Paris, P. Dupont, 1913. P. 81. []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k863017/f608.image
    France. Commission de l’enseignement professionnel. Enquête sur l’enseignement professionnel ou Recueil de dépositions faites en 1863 et 1864 devant la Commission de l’enseignement professionnel … Vol. 2. Paris, Impr. impériale, 1865. []
  6. Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers. Année scolaire 1860-1861. Distribution solennelle des prix, mentions, certificats d’étude et livrets de la Caisse d’épargne sous la présidence de S. Exc. M. le Ministre de l’Instruction publique, le 9 février 1862. Paris : Imprimerie J. Claye, 1862. 46 pages.
    Article 1 du « Règlement relatif aux nominations et aux certificats d’étude du 6 février 1859 » (pages 40 à 42) qui compte au total 15 articles. []
  7. Ibidem []
  8. Ibidem, pages 17-18. []
  9. Bibliothèque des Amis de l’instruction (IIIe arrondissement), fondée le 17 mars 1861 et autorisée par décision ministérielle du 7 août 1861. Paris, Imprimerie de Moquet, 1862. []

Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?

 

Patronymes répandus … chercheurs perdus ?

Il y a des chercheurs vernis. Le personnage qui les intéresse porte un nom unique entre tous et n’a pas multiplié les professions. Et il y a des chercheurs qui errent entre des homonymes, des récits de vie, des mythologies savamment (dé)construites…

Le héros de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement s’appelle Jean-Baptiste Girard. Si l’on visite la Bibliothèque des Amis de l’Instruction aujourd’hui (car il faut visiter ce lieu extraordinaire, ouvert les samedis, en période scolaire de 15 à 18 heures…)1 on entendra dire, sous le portrait de Jean-Baptiste Girard, que cet ouvrier-lithographe originaire de la Haute-Marne, arrivé illettré à Paris, fut à l’origine des bibliothèques des Amis de l’Instruction, et contribua largement au développement des bibliothèques populaires.

Pourtant, on peut trouver d’autres versions du XIX e siècle  qui font de M. Auguste Perdonnet  le fondateur de ladite bibliothèque, assisté de quelques ouvriers dont Girard. Parfois Girard est nommé au détour d’une phrase, parfois l’on parle d’un « ouvrier » qui  aida M. Perdonnet, parfois on ne l’évoque même pas …

À l’occasion d’un colloque organisé pour fêter les 120 ans  de l’installation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien au 54 rue de Turenne, Ian Frazer a pu établir qui était Jean-Baptiste Girard, et a ainsi permis de comprendre pourquoi le rôle de cet ouvrier avait été occulté puis peut-être exagéré. Depuis 1984, le portrait de l’ouvrier–lithographe trône donc dans une bibliothèque dont il est certain qu’il a contribué à la fonder. Mais aujourd’hui une autre injustice le poursuit : s’il est possible de trouver des « Jean-Baptiste Girard » (Jean-Baptiste Girard, jésuite soupçonné du pire ; Jean-Baptiste-Girard, général d’Empire ; etc.) dans les archives et ouvrages numérisés,  comment retrouver au milieu de tous les « M. Girard » celui dont on aimerait connaître encore et toujours des pans de vie éventuellement cachés ?

 Versions multiples … chercheurs perdus?

Il était une fois … un fondateur, des fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

Napoléon III ayant lui-même reconnu que les bibliothèques populaires étaient nécessaires, différentes expériences sont tentées. Une des premières réalisations est la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 1861.  Ses débuts sont compliqués : après quelques mois de fonctionnement, elle est fermée brièvement et doit déménager, reformuler ses statuts, accepter une tutelle parfois envahissante (on y reviendra dans un prochain billet). Il existe donc plusieurs versions de sa fondation, selon les périodes, selon l’origine des rédacteurs. L’empilement de ces récits et contre-récits fondateurs est très révélateur des tensions autour des bibliothèques populaires au XIXe siècle mais il brouille encore la lecture que l’on peut en faire.

Un premier récit placé sous le sceau rassurant d’un rapport présente Jean-Baptiste Girard comme  le fondateur incontournable de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien. Il est dressé par M. Grandeau, professeur à l’ Association philotechnique, et trésorier-administrateur de la bibliothèque:

Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté, sachant que l’on peut beaucoup lorsqu’on veut fermement, résolurent de s’associer pour se procurer les livres nécessaires à leur éducation morale, littéraire et professionnelle. L’un d’eux, à l’initiative duquel était due en grande partie cette réunion, notre honorable censeur, M. Girard, apportait, avec l’idée de créer une bibliothèque par souscription, un projet de statuts qui fut longuement discuté, amendé en plusieurs  points, puis adopté à l’unanimité par les personnes présentes2 .

Le deuxième nom cité par ce rapport est celui du « colonel Favé, professeur à l’Ecole polytechnique ». Enfin, Grandeau évoque tous ceux qui contribuent journellement au développement de la bibliothèque, prenant bien soin de placer Girard en premier:

Mais il ne suffisait pas, Messieurs, d’organiser la Bibliothèque sur le papier, de préparer les éléments de la comptabilité et de choisir les livres; il fallait, chaque soir, inscrire les nouveaux sociétaires, leur délivrer des livrets, effectuer les rentrées, distribuer les livres, en un mot, consacrer un temps considérable à la partie matérielle de notre institution.
MM. Girard, Bellamy, Briel, Chardar, Charpentier, Chrétien, Clouet, Collet, Dumoutier, Erbs, Fessard, Fontaine, Fribourg, Heurtin, Lamouroux, Landrin, Pascal, Paul-Marie, Picquart, Rimet, Sallé, Schneider, se sont astreints à venir chaque. soir, à tour de rôle, à l’École Turgot pour aider notre zélé bibliothécaire, M. Plomb, dans l’inscription des sociétaires, le catalogage et le prêt des livres, la rentrée des cotisations, etc3 .

Le récit est intéressant. Girard est reconnu comme le fondateur mais son métier n’est pas précisé. A  l »inverse, les associations  philotechnique et polytechnique sont indiquées car elles sont pour le pouvoir une garantie morale au même titre que le colonel Favé, aide de camp de l’empereur.

Mais bientôt, la petite bibliothèque semble constituer un élément de sédition possible car les lecteurs discutent à sa sortie, et l’assemblée refuse de donner un rôle important au maire de l’arrondissement, Arnaud Jeanti. Fermée provisoirement, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction doit son salut à Auguste Perdonnet qui l’héberge. Ce dernier est un personnage influent, ingénieur, directeur de l’association polytechnique, ami de fouriéristes et de saint-simoniens.

Les versions suivantes de la fondation de la Bibliothèque vont donc faire disparaître Girard, ou du moins ne le rendre reconnaissable qu’aux yeux des initiés:

C’est le troisième arrondissement de Paris qui a montré le chemin. Il s’est fondé en 1861, dans son ressort, une société dite des Amis de l’instruction, par l’initiative d’un ouvrier monteur en bronze, d’un garnisseur de nécessaires, d’un sellier, d’un lithographe et de quelques professeurs.

Parfois oublié, Girard, quand il est nommé, n’a pas de prénom et se réduit bientôt à sa classe laborieuse. Sa qualification est même oubliée:

Tous les noms les plus honorables dans la presse, des membres de l’Institut, de l’enseignement, du conseil d’Etat, se sont inscrits dès l’origine dans le conseil d’administration de la Société Franklin. On compte parmi tous ses membres le nom du simple ouvrier Girard, un des fondateurs de la bibliothèque du 3e arrondissement.4

Quoi de plus commode en effet que ce quasi anonymat de l’ « ouvrier Girard »  pour des élites qui souhaitent faire des bibliothèques populaires un moyen d’instruire le peuple qu’on rendrait ainsi  plus travailleur et moins violent ? Un patronyme passe-partout, un état professionnel vague, rendent le personnage sans consistance et symbolique de la classe ouvrière dont on dit que la (bonne) lecture l’éloigne du cabaret. Cet anonymat a sans doute satisfait l’intéressé qui sait  que son passé peut jouer des tours à l’œuvre entreprise (cf. infra).

Auguste Perdonnet ne se résout pas à gommer les origines prolétaires de la bibliothèque.  En revanche,  ses écrits veulent établir que  les ouvriers ne peuvent en assumer seuls la bonne marche:

 Il y a trois ou quatre ans, de simples ouvriers ont eu d’eux-mêmes la pensée de créer, dans le troisième arrondissement, une bibliothèque populaire sur un nouveau plan, et ils nous ont fait l’honneur de nous appeler à la présidence de leur société.

Les statuts de cette société, approuvés par M. le Ministre de l’intérieur, autorisaient des assemblées générales toutes les fois que la nécessité s’en ferait sentir, et en confiaient l’administration à un comité composé de trente membres, dont la moitié seulement devait appartenir à la classe ouvrière. Le président et le comité étaient nommés par l’assemblée générale.

Les vices de cette organisation se sont bientôt fait sentir. Les quinze ouvriers étaient très-assidus aux réunions du comité, les autres membres étaient pour la plupart absents. Les quinze ouvriers, hommes généralement pleins de bonnes intentions, mais étrangers au maniement des affaires, rendaient les débats longs et pénibles5 .

Aujourd’hui encore, faute de documents très spontanés,  il est difficile de démêler si Auguste Perdonnet a véritablement cru en ses propres discours sur la lecture ouvrière, ou s’il a essayé de protéger la petite bibliothèque d’une fermeture définitive en  feignant une main-mise bonapartiste. Avec la fin du Second Empire, le nom de Girard va revenir, et on voit le mythe se construire. Les propos qui suivent sont tenus par le maire d’Hortes (village natal de Girard) où une expérience de bibliothèque populaire rurale est menée conjointement à celle du troisième arrondissement parisien:

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’oeuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dontil est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires.

Voilà l’honneur de la vie de cet homme, qui a mérité d’être appelé le Franklin de la France ! Je ne dirai ni les ajournements de l’autorité, ni les mécomptes, ni les déceptions de toute sorte que l’oeuvre, au début, eût à subir : c’est la loi commune aux grandes oeuvres, mais le 17 mars 1861, la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement de la Ville de Paris, fonctionnait avec 15 volumes sur une planche de sapin et 23 francs en caisse !

Ce récit rétablit un semblant de vérité quant aux rapports entre ouvriers et élite intellectuelle. On y voit comment Girard qui suit les cours de l’Association philotechnique discute avec l’un des professeurs (Perdonnet) et sera plus tard l’agent général de cette même association. Mais se construit aussi la légende de l’ouvrier luttant contre la misère ambiante (la boue), le manque de moyens (la planche de sapin),  d’où sont exclus les gens d’origine sociale moins modeste qui donnent des livres et protègent le projet.

La célébration du cinquantenaire de la bibliothèque, en 1911, ajoute une dimension mi-sulfureuse mi-romantique à la fondation ouvrière. Serge Jacob déclare en effet :

Savez-vous où le promoteur de notre oeuvre en conçut l’idée? A Mazas, oui, à Mazas, dans la prison où le gouvernement impérial faisait expier à J.-B. Girard l’ardente et trop zélée conviction de ses opinions humanitaires6 .

 

Mais qui donc était « notre » Jean-Baptiste Girard?  Appropriation, réappropriation … chercheurs perdus?

   À l’occasion du colloque de 1984 (cf. supra), Ian Frazer décide donc « d’examiner la validité de cette tradition ». Son enquête, d’une qualité remarquable, permet de  découvrir le Jean-Baptiste Girard « fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction »7 . Il fait en effet apparaître que:

– Jean-Baptiste Girard  serait arrivé à 19 ans à Paris sans savoir lire ni écrire. Il aurait été homme de peine, cocher de fiacre, lithographe…

– il s’est inscrit à l’association philotechnique (dissidente de l’association polytechnique fondée par Perdonnet) pour apprendre à lire et écrire et s’instruire

– il a participé au mouvement associationniste et milité dans plusieurs associations fraternelles ouvrières. Arrêté en 1849 dans une réunion de l’union des associations fraternelles ouvrières en compagnie entre autres  de Jeanne Deroin, Billot et Joffroy, il est inculpé d’appartenance à une société secrète et de réunion politique non autorisée. Emprisonné à Mazas durant six mois, il est ensuite  jugé avec 26 autres prévenus. Le procès, qui est celui du socialisme et du militantisme féminin, passionne les journaux. Girard répond aux juges de manière ferme et courtoise, sans renier ses opinions. Au président qui lui reproche d’avoir parlé dans un écrit de la « bourgeoisie cupide et égoïste », il répond: « je ne disais pas cela dans un mauvais sentiment. Je repousse partout la brutalité; l’homme doit parler par la raison et non par la force. »

Alors transféré pendant environ un an à la prison de Sainte-Pélagie  qui possède une sorte de cabinet de lecture, Girard aurait réfléchi pendant sa captivité aux futures bibliothèques populaires. Ce passé que Girard semble avoir caché aux autorités lors de la fondation de la bibliothèque en 1861 resurgit et s’ajoute à la méfiance que suscite une telle création de la classe ouvrière. D’où les soucis de 1863 et l’intervention (bienveillante ? invasive) de son ancien professeur, M. Perdonnet.

Cette découverte du passé de Jean-Baptiste Girard a coïncidé avec la renaissance de la Bibliothèque des amis de l’Instruction dans les années 1980. Consacrée par ailleurs « lieu de mémoire »8 , la bibliothèque avait aussi un héros fondateur. Et quel héros ! Un modeste ouvrier, arrivé analphabète à Paris, qui crée une des premières bibliothèques de prêt … Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, trente ans après cette refondation, il faut essayer de comprendre de quelles aides, de quelles amitiés, Jean-Baptiste Girard a pu bénéficier. Ian Frazer a déjà découvert une quantité de personnages extraordinaires autour de Girard dont il est important de comprendre toutes les interactions: Jeanne Deroin, Flora Tristan, Laboulaye, Proudhon, Delbrouck, pour ne citer qu’eux…

Chercheurs perdus? non! Tâche ardue? oui!

Cite this article as: Agnès Sandras, "Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?," in Bibliothèques populaires, 11/02/2013, https://bai.hypotheses.org/148.
  1. http://www.bai.asso.fr/ []
  2. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  4. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5424159q/f215.image []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6388053r/f57.image []
  6. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe, Fête du Cinquantenaire 1861-1911 []
  7. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985 []
  8. Pascale Marie, « Étude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, 1984 []

L’exercice 1861 de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction

Dans leurs travaux sur la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3earrondissement, Ian Frazer1 et Pascale Marie2 font référence à plusieurs rapports d’exercice, le plus ancien concernant l’exercice  1862.

Or, une recherche récente sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, nous a fait découvrir un texte qui complète cette série.

En 1862, le journal hebdomadaire « L’ami des sciences » publie dans son numéro 18 (4 mai), un texte intitulé « Rapport sur la situation de la Bibliothèque des Amis de l’instruction au 31 décembre 1861 ». Son auteur est Louis Grandeau, « professeur à l’Association philotechnique, administrateur trésorier de la Bibliothèque ».

On y trouve un historique de la fondation de la bibliothèque, une courte mais vivante description des premiers mois de son fonctionnement (les noms des sociétaires qui chaque soir, à leur tour, aident le bibliothécaire à inscrire les nouveaux lecteurs, à prêter les livres …, sont cités) et une présentation des comptes au 31 décembre 1861 qui fournit plusieurs éléments chiffrés.

Les cinq dates importantes retenues sont les suivantes :

– 17 mars : décision de s’associer
– 12 mai : constitution définitive de l’association
– 23 juin : assemblée générale et vote des statuts
– 7 août : autorisation ministérielle
– 1er octobre : ouverture de la bibliothèque dans un local de l’Ecole Turgot

Après quelques mois de fonctionnement, la bibliothèque compte 450 sociétaires qui ont à leur disposition environ « douze cents volumes » et qui en ont emprunté 504 au cours du mois de décembre 1861.

 

1 – FRAZER, Ian. Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction (1861). In : Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction. Paris : Bibliothèque des amis de l’instruction, 1985. P. 53‑79.

2  – MARIE, Pascale. Etude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement. Mémoire de DEA d’histoire de l’Institut d’études politiques de Paris. Paris, 1983.

MARIE, Pascale. La Bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement : un temple, quartier du Temple. In : Les lieux de mémoire, T. 1, La République. Paris : Gallimard, 1984. P. 323 à 351.

 

 

 

 

 

 

Prêter des livres à toutes et à tous

ctus

« Article 11. Chaque personne inscrite reçoit un livret dans lequel on émarge le payement du droit d’inscription et des cotisations mensuelles. …
Le bibliothécaire inscrit aussi dans ce livret les livres confiés à celui qui en est porteur; il y accuse réception de ces livres à leur retour. »

Dès son ouverture en 1861, le droit d’emprunter les livres est inscrit dans les statuts de la bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement.

Dans le cadre du séminaire « Conférence d’Histoire et civilisation du livre », animé par Frédéric Barbier à l’École pratique des hautes études, IVe Section (Sciences historiques et philologiques), Agnès Sandras interviendra le lundi 17 décembre 2012 pour rendre compte de l’inventivité des bibliothèques des Amis de l’Instruction dans ce domaine durant les années 1861-1914.