Archives de catégorie : Billets

Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

Dans un billet de ce carnet intitulé : « Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires » Agnès Sandras nous rappelle les principaux traits de la personnalité du rédacteur en chef du quotidien à un sou, et son action, décriée parfois, en faveur de l’instruction du peuple. C’est ainsi que nous prenons connaissance de l’éditorial, publié le mardi 21 janvier 1868, et intitulé : « La société Benjamin Franklin » de Thimothée Trimm (alias Léo Lespès, 1815-1875). Il y fait l’éloge de la société Franklin, la promotion des bibliothèques populaires et souligne enfin le rôle central de Jean-Baptiste Girard :

Continuer la lecture de Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

Ce texte est le fruit d’une collaboration  fructueuse avec Louise Oudin que je remercie pour la qualité de ses recherches. Je le publie au moment-même où Louise Oudin donne une conférence, avec Michel Blanc, à la mairie du VIe arrondissement, dans le cadre des activités de la Société historique du VIe Arrondissement, sur l’histoire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Sixième Arrondissement (BAI-VI) : « La bibliothèque des Amis de l’instruction du 6e (1876-1900) ».
La vie de la BAI-VI est brève (un quart de siècle), et cette bibliothèque ne semble pas avoir marqué profondément les pratiques de lecture du sixième arrondissement au XIXe siècle. En revanche, sa fondation entre en résonance étroite avec une politique d’instruction plus volontariste au lendemain de la défaite de 1870 et une lutte électorale des républicains s’adossant aux lieux parisiens de sociabilité culturelle.

Continuer la lecture de La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

“C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

 

 Les Hommes d’aujourd’hui Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934). Auteur du texte Éditeur : (Paris) Éditeur : Librairie Vanier (Paris) Date d’édition : 1878 Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Lors de l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne en 18671,  le journal Le Siècle, inlassable défenseur des bibliothèques populaires, donne quelques indications ironiques sur les ouvrages incriminés :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani ; la Vie de Jésus, par Renan !

Continuer la lecture de “C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

  1. Voir Agnès Sandras, “« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867),” in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, https://bai.hypotheses.org/189 []

Le Petit Parisien et les bibliothèques populaires

Lorsqu’il est fondé en 1876, Le Petit Parisien est dirigé par des radicaux et anticléricaux. Trois décennies plus tard, il s’enorgueillit d’obtenir « le plus fort tirage des journaux du monde entier », tirage obtenu par de nouveaux propriétaires rompus à des techniques éditoriales à succès auprès du grand public. Cette évolution rend sa lecture particulièrement fructueuse lorsqu’on veut en savoir davantage sur les bibliothèques populaires. En effet, dans sa période radicale, Le Petit Parisien rend compte avec grand plaisir des manifestations des bibliothèques populaires parisiennes, les bibliothèques des Amis de l’Instruction  (BAI), qui sont pour certaines d’entre elles fortement marquées par un militantisme républicain. Par la suite, la préoccupation de plaire à un public “populaire”  n’est sans doute pas étrangère à des articles consacrés aux vertus des bibliothèques populaires …

Une caisse de résonance des manifestations des bibliothèques des Amis de l’Instruction

Peu de journaux se font autant que Le Petit Parisien l’écho des activités des BAI, activités fortement guidées par un militantisme républicain dans une période où la Troisième République est encore  marquée par l’Ordre moral. Si les premières BAI ont été sous le Second Empire fondées par des personnes venant (ou se prétendant) d’horizons politiques différents, elles sont après 1871 nettement aux mains des républicains. La composition des comités d’administration de ces bibliothèques, la tonalité des différentes manifestations qui y sont organisées ne laissent aucun doute sur cette orientation politique. Les archives faisant défaut pour la plupart de ces bibliothèques la presse est précieuse pour reconstituer leurs activités et Le Petit Parisien y  occupe une place de choix. Ainsi, un entrefilet nous renseigne sur un projet que l’on n’a pas retrouvé jusqu’ici dans d’autres sources. Une bibliothèque populaire aurait été prévue dans le XVIIe Arrondissement et Louis Blanc aurait, comme il l’a fait pour d’autres BAI (il intervient à la BAI-XIX -voir un prochain billet sur la BAI-XIX- par exemple, et lègue un fonds d’ouvrages à la BAI-V), manifesté son soutien :

De bonne heure, la salle de bal de la rue Lévis est emplie d’un public sympathique. Les dames occupent le centre. M. Lockroy préside, il dit le but de la réunion : Fondation d’une bibliothèque populaire du dix-septième arrondissement, Il lit une magnifique lettre de Louis Blanc. L’illustre historien regrette bien vivement de ne pouvoir assister à la réunion où il s’agit de la fondation d’une bibliothèque. « Je veux la liberté, dit-il, pour l’enseignement, l’ignorance fait beaucoup de mal; c’est en la combattant qu’un peuple se relève 1.”

Trois jours plus tard, le journal annonce la tenue d’une conférence du député Alfred Naquet sur le divorce au grand théâtre d’Asnières2. Le socialiste Naquet vient de proposer une première fois, cinq mois plus tôt, la loi sur le divorce qui sera finalement votée en 1884. La conférence est tenue au profit de la bibliothèque populaire d’Asnières, initiée en 1871 par le fondateur des bibliothèques populaires, Jean-Baptiste Girard, qui vient de s’installer dans cette ville.  Les animateurs de la Bibliothèque populaire d’Asnières marquent ainsi un engagement politique sur une question particulièrement sensible que relaie à son tour Le Petit Parisien. Cela n’a rien d’étonnant, car Girard comme son acolyte Fauvéty, s’intéressent aux questions sociales.

De la même façon, Le Petit Parisien suit de très près les premiers mois de la BAI-XI (voir prochainement un billet sur la BAI-XI), en mettant en valeur les sympathies républicaines de ses fondateurs.  Il insère l’annonce indiquant auprès de qui on peut souscrire ou donner des livres à la BAI-XI ((4 décembre 1876.)), puis raconte avec force détails et une sympathie évidente, la conférence donnée par Gambetta et Tolain au profit de la bibliothèque. On remarquera dans ce récit un certain nombre d’invariants que l’on retrouve dans l’élan républicain autour de l’instruction dans les débuts de la Troisième République: présence des femmes ; valeur de l’exemple venant de personnes qui ont connu une ascension socio-culturelle ; importance des discours devant les foules. Le premier discours est donné par Henri Tolain, un des fondateurs de l’Association internationale des Travailleurs, dont un des premiers cercles est constitué par des personnes appartenant à la BAI-III3 :

CONFÉRENCE DU SÉNATEUR TOLAIN
Hier, à une heure, la réunion publique, tenue en faveur de la bibliothèque populaire du onzième arrondissement, avait rassemblé plus de 2000 personnes dans l’immense salle du Vaux Hall. Une foule presque aussi nombreuse stationnait dans la rue de la Douane ; elle était composée de tous ceux qui avaient attendu au dernier moment pour se procurer des billets.

On remarquait dans l’assistance un grand nombre de dames. Sur l’estrade, nous avons reconnu plusieurs sénateurs, députés ou conseillers municipaux de Paris, entre autres MM. Laurent Pichat, Tolain, Floquet, Brlsson, Villain, Greppo, Jules Cazot, Germain Casse, Nadaud, Cadet, Clairet, Levraud, Ripert, et MM. Mahure et Ripert, fondateurs de la bibliothèque.

A deux heures, M. Gambetta a pris place au bureau, et M. Douville, secrétaire, a fait connaître que la bibliothèque s’est fondée, il y a cinq mois seulement, avec des ressources fort restreintes. Aujourd’hui, après les démarches faites près de l’autorité, son existence est définitivement assurée. Elle possède déjà 1 000 volumes, et son local de la rue Blaise se trouve trop exigu.

M. Tolain a la parole. L’honorable sénateur remercie l’assistance de l’empressement  qu’elle a mis à se rendre à l’appel des  sociétaires. Cela prouve qu’il se manifeste un courant qui veut l’instruction populaire que les gouvernement monarchiques voyaient avec tant de méfiance. La démocratie travaille à l’instruction primaire,gratuite et laïque, mais l’instruction primaire n’est que l’instrument à l’aide duquel on peut s’instruire. En sortant de l’école, l’enfant, au spectacle des choses nouvelles, perd l’habitude de l’étude.

Dans le pays du suffrage universel, on trouve encore deux catégories, les savants et les Ignorants. Les uns peuvent, en quelques années s’approprier tous les trésors des connaissances humaines; les autres, préoccupés du pain quotidien, ne peuvent goûter les grands délassements de l’étude. L’éducation populaire fera disparaître ces différences.

L’orateur retrace ses débuts dans la vie et dit avec quelle peine il put, tout jeune, être admis dans une bibliothèque publique. Le livre est un regard qui fait revivre, pour le travailleur, les temps passés, et qui éclaire l’avenir; il fait participer l’ouvrier à la vie intellectuelle; il lui découvre l’ordre universel dans sa plus haute acception; il le mène par les périodes religieuses, philosophiques et scientifiques à repousser le mystère pour courir vers la raison.

L’heure est venue d’ouvrir le grand livre de l’univers pour apprendre les règles de la vraie morale. Au lendemain de nos revers, il faut se retremper aux sources de notre histoire dans l’esprit de justice, d’examen, et dans le profond sentiment de l’égalité. Fondons une démocratie savante et la nation régénérée ne tardera pas à  reprendre la force nécessaire à l’accomplissement de ses destinées.

Ce discours est couvert par les applaudissements de toute l’assemblée.

S’il est un orateur qui à cette période attire les foules, c’est bien Gambetta.  Gambetta trouve alors dans  les BAI, comme la pionnière BAI-III4 ou les nouvelles BAI comme la BAI-XX en pleine création5 une “machine de guerre politique6” appuyant son programme. De la même manière, les BAI trouvent dans les conférences de Gambetta, une publicité extraordinaire. Venus pour voir le célèbre tribun, les auditeurs entendent parler des bienfaits des bibliothèques populaires :

M. Gambetta expose ensuite que ces entreprises qui s’élèvent à Paris et gagnent la province ont pour base le patriotisme, la justice et la science. Bientôt arrivera l’enseignement mutuel de tous les citoyens les uns par les autres. L’orateur fait l’éloge de M. Tolain qui a prouvé si bien la force du capital de l’intelligence.

Des désastres immérités ont été amenés par les ennemis de l’éducation. La méthode nouvelle ne s’arrêtera point à la fondation des écoles; elle apprendra à chaque citoyen la valeur de son vote et par cela même, nous ne serons plus exposés à voir notre pays humilié ou asservi. […] Trois salves d’applaudissements accueillent cette brillante et chaleureuse improvisation7.

Une semaine plus tôt, Le Petit Parisien a relaté avec le même enthousiasme une réunion publique organisée aux Folies Bobino pour la BAI-XIV. Après une présentation de l’activité de la bibliothèque par son secrétaire général (Delamarche, un des tout premiers fondateurs des BAI sous le Second Empire), le député Germain Casse  prononce un discours “sur la famille et le rôle qui incombe à la femme dans l’éducation des enfants. La femme, première éducatrice de l’homme, doit nécessairement avoir des principes solides de patriotisme et de liberté pour lutter contre les influences des adversaires du progrès8”. Gambetta tire alors “la moralité de la réunion” . Il insiste “sur le danger d’abandonner à une secte quelconque la direction de l’esprit des femmes”; et démontre “que, dans chaque tentative pour répandre l’instruction, il y a[vait] un service rendu à la cause républicaine  ((Ibid.))”.

On pourrait ainsi multiplier les exemples de manifestations organisées par les bibliothèques populaires et que Le Petit Parisien nous permet, quand des archives existent, de documenter. Citons encore, parmi les conférences confirmant les positions républicaines d’une grande majorité de ces bibliothèques populaires, celle organisée par la Bibliothèque populaire libre de Courbevoie “sur les adversaires de l’instruction”. Le Petit Parisien précise que l’oratrice est “Mlle Maria Deraisme” et que son intervention a lieu “au profit des ouvriers lyonnais9”,  dans la salle des Folies-Marcel, rue de Paris, à Courbevoie, en février 1877 10Maria Deraismes, libre-penseuse, féministe, vient de fonder la « Société pour l’amélioration du sort de la femme » et de se lancer dans une série de conférences sur des thèmes de société. Ici encore, le bénéfice est évident pour la bibliothèque populaire qui profite de l’effet de curiosité autour d’une des premières femmes conférencières, et pour Maria Deraismes qui trouve ainsi une tribune supplémentaire. Très engagée dans la défense et la promotion d’une instruction républicaine pour les hommes comme pour les femmes, Maria Deraismes côtoie de nombreux soutiens des bibliothèques populaires, comme les rédacteurs de l’Opinion nationale.

Les Hommes d’aujourd’hui. Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934).  Éditeur : (Paris) Éditeur: Librairie Vanier (Paris). Date d’édition : 1878. Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. Gallica (BnF).

Ce positionnement de nombre de BAI et autres bibliothèques populaires en région parisienne indispose bientôt le pouvoir politique en place. Le Petit Parisien signale en juin 1877 :

Les bibliothèques populaires empêchent fort les triomphateurs du 16 mai de dormir. Cela se conçoit, ces institutions si utiles ne prennent elles pas chaque jour un développement bien menaçant pour les bons apôtres qui méditent de replonger la masse de leurs concitoyens dans les ténèbres du moyen âge?

On assure donc qu’au ministère de l’intérieur on s’occupe, en ce moment, de réglementer d’une façon efficace, c’est-à-dire de paralyser complètement les efforts patriotiques des hommes de bonne volonté, qui, depuis la dernière guerre, cherchent à élever le niveau Intellectuel de notre pays11.

Il n’est pas surprenant, dans ce contexte, que la bibliothèque d’Asnières (voir plus haut) soit la cible sans doute symbolique d’une mesure provisoire de fermeture :

Les membres du conseil d’administration de la Bibliothèque populaire d’Asnières, qui vient d’être fermée par M. de Fourtou, ont adressé hier une protestation au ministère de l’intérieur. Jamais le local de la bibliothèque n’a servi de lieu de propagande radicale. Environ 4,000 volumes, appartenant aux sociétaires, étaient à la disposition de ceux qui en faisaient la demande, et le catalogue de tous ces volumes avait été communiqué depuis longtemps à la préfecture de police12.

Des articles en forme de manifestes pour la défense des bibliothèques populaires

Le Petit Parisien, dont les dirigeants font un périodique ouvert aux bourses les plus modestes par sa modicité, se préoccupe bientôt d’offrir à son lectorat des articles susceptibles de  l’intéresser particulièrement. Les bibliothèques populaires sont donc un thème récurrent, puisqu’elles ont pour vocation de proposer à ceux qui  n’accèdent pas à la lecture pour des raisons diverses des ouvrages ou instructifs ou délassants, des horaires adaptés à leurs contraintes (ouverture en soirée, le dimanche …), etc. Ce “marronnier” des bibliothèques populaires trouve facilement sa place à une période de la IIIe République à laquelle l’Instruction populaire est vivement encouragée. Le premier article, sobrement et logiquement intitulé “les bibliothèques populaires” est publié en 188313. Il tire ses informations d’un rapport d’Edmond Dardenne, chef du très récent Bureau des bibliothèques pour la ville de Paris.  Chargé sous l’autorité du préfet républicain Hérold de dynamiser les bibliothèques municipales parisiennes, Dardenne  a remis un rapport très complet sur les bibliothèques existantes, qui fait la part belle aux bibliothèques populaires libres14, en s’appuyant largement sur les compte rendus des BAI et de la Société Franklin, L’article du Petit Parisien est donc un parfait résumé des traits saillants du discours contemporain des bibliothèques populaires sur elles-mêmes :

  • présentation d’emprunteurs respectueux des livres., afin de combattre l’idée reçue selon laquelle le peuple serait incapable de traiter les ouvrages avec égards
  • regrets quant à la répartition des emprunts (domination large du roman) mais assortis de l’idée selon laquelle l’essentiel est d’apprivoiser le goût de la lecture :

L’habitude de lire est le premier degré, la base indispensable il est reconnu que, cette habitude une fois établie, les emprunteurs de livres passent des lectures les plus banales aux plus sérieuses ; ils prennent goût peu à peu à des récits moins frivoles à’ mesure que leur intelligence se développe, à des narrations de voyages et d’aventures véritables, à la biographie, à l’histoire, aux ouvrages qui popularisent la science. Un bibliothécaire, dit M. Dardenne, ne remplit pas tout son devoir s’il ne s’efforce pas d’élever le goût de ses lecteurs. Il peut le faire non en refusant de mettre entre leurs mains les livres que le plus grand nombre d’entre eux demandent, mais en tâchant de diriger leurs choix. Une multitude de lecteurs surtout parmi les jeunes gens, n’ont besoin que d’être mis sur cette voie pour la suivre. On aurait tort de choisir pour former une Bibliothèque populaire des livres trop savants ou trop sérieux. C’est un faux principe que de rassembler d’abord des livres que le public DOIT LIRE et de tâcher ensuite de le décider A LES LIRE. La seule méthode pratique est de commencer par procurer au public les livres qu’il a actuellement envie de lire et de faire, ensuite, tout ce qu’on pourra pour lui donner des habitudes et des goûts plus élevés en fait de lectures ((18 mars 1883.)).

Et Jean Frollo de conclure  que “En somme, ce qu’il faut, c’est augmenter les Bibliothèques populaires, afin de donner au peuple, qui a soif d’étude, les moyens de s’instruire. Des livres, encore des livres, toujours des livres, c’est avec cela qu’on fait une nation intelligente, généreuse et libre15.

Deux années plus tard, dans un article sur “Le livre”, le “grand mouvement en faveur des Bibliothèques populaires” apparaît comme  “le meilleur gage du prochain et définitif affranchissement intellectuel de notre démocratie16”.

En 1898, toujours sous le pseudonyme de Jean Frollo, un nouvel article sur “Les bibliothèques populaires” est publié par Le Petit Parisien17. Cet article se situe très clairement à la charnière de deux périodes : celle où les bibliothèques populaires ont servi de modèle aux bibliothèques publiques18, celle où elles ont au contraire servi de repoussoir. Il reprend les conclusions de Dardenne sur l’utilité des bibliothèques populaires et ajoute que le nombre des emprunts y est encore croissant. Mais, s’appuyant sur un rapport récent et sur les expériences anglo-saxonnes, il souligne l’exiguïté et le manque d’éclairage des salles de lecture :

On a reconnu que l’installation des Bibliothèques populaires était défectueuse. « C’est le plus souvent, fait-on remarquer, un dépôt de livres qui ne s’ouvre qu’une ou deux fois la semaine, et où tout semble décourager ceux qui ont envie de lire. Le local est pauvre, il est mal éclairé, il reste fermé des mois entiers, il y a là des milliers de livres qui dorment en proie à la poussière   ((Ibid.))».

Huit années plus tard,  la tonalité est la même dans “Une oeuvre utile” : bien que reconnues indispensables, les bibliothèques populaires se voient reprocher leur côté désuet et la comparaison avec les bibliothèques allemandes ou anglo-saxonnes leur est très défavorable19.

Un dernier article avant la Première Guerre mondiale scelle l’évolution20. Bien qu’intitulé “les bibliothèques populaires”, toujours signé Jean Frollo, il reflète une évolution très nette de la réflexion contemporaine sur la lecture publique. En effet, par “bibliothèques populaires”, l’auteur entend les bibliothèques à destination d’un public large. Il a lu Eugène Morel21 et en reprend les conclusions. Toutes les bibliothèques, à commencer par la Bibliothèque nationale, souligne cet article, ont à accomplir des efforts pour offrir des  horaires plus larges et un éclairage adapté. Les bibliothèques qui prêtent des ouvrages doivent proposer des ouvrages en bon état. Ce dernier article, à l’instar des précédents, livre donc au grand public les conclusions récentes des travaux et réflexions sur les bibliothèques.

La lecture du Petit Parisien, entre 1876 et 1914, permet de mieux comprendre comment les bibliothèques populaires ont pour la plupart sombré dans l’oubli après la Première Guerre mondiale.  Identifiées par les radicaux et les socialistes comme des lieux de résistance au pouvoir sous le Second Empire et au début de la Troisième République, leur action (et en particulier celle des BAI) a été largement mise en avant par les journaux républicains dans les deux dernières décennies du XIXe siècle. Puis, progressivement identifiées par un monde des bibliothèques en pleine transformation comme des modèles désuets et /ou à gommer, elles ont été présentées par la presse grand public  comme des lieux obsolètes au début du XXe siècle.

  1. 21 nov. 1876. []
  2. 24 novembre 1876. []
  3. Voir Agnès Sandras, “Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière),” in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/1951. []
  4. 15 mai 1877. []
  5. Voir Christiane Demeulenaere, “Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris,” in Bibliothèques populaires, 30/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2963. []
  6. Ibid. []
  7. 30 janvier 1877. []
  8. 24 janvier 1877. []
  9. La soierie lyonnaise a connu une crise importante dans les années 1876-1877. []
  10. 24 février 1877 []
  11. 15 juin 1877 []
  12. 28 août 1877. []
  13. 18 mars 1883. []
  14. Guérin, Denis. « La Lecture publique à Paris au XIXe siècle »Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1983, n° 2, p. 143-153. []
  15. Ibid. []
  16. 12 février 1885. []
  17. 18 novembre 1898. []
  18. Voir Des bibliothèques populaires à la lecture publique [dir. A. Sandras], 2014. []
  19. 3 février 1906. []
  20. 1er mars 1911 []
  21. Voir Agnès Sandras, « Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale « , Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 167 à 186 ; et Des bibliothèques populaires à la lecture publique, op.cit. []

Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

 

La bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris a disparu depuis longtemps de la mémoire collective de l’Est parisien, peut-être occultée par d’autres initiatives. Pourtant, créée en 1877 par le Dr Auguste Métivier (1827-1893), conseiller municipal républicain de Paris et en exercice au moins jusqu’en 1904, elle s’inscrit dans une volonté politique et sociale qui a marqué cet arrondissement profondément populaire, traumatisé par les épisodes tragiques de la Commune et de la Semaine sanglante, confronté aux difficultés de la vie quotidienne.

Continuer la lecture de Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

Comme on le sait, le mouvement des bibliothèques populaires libres s’est développé à partir du Second Empire. Le monde ouvrier, notamment celui des artisans et des ateliers très nombreux à Paris, est bien conscient de l’importance de la lecture, car lire est à ses yeux un moyen de s’approprier le savoir. Il crée donc des lieux, gérés par lui ou à la gestion desquels il est associé, où il peut consulter des ouvrages à la fois pour développer son instruction personnelle, améliorer son niveau professionnel et pour se divertir. La vocation de ces lieux de lecture tend rapidement à s’élargir pour accueillir aussi des cours du soir et des conférences.

En 1898, la Liste des bibliothèques populaires libres adhérentes au Syndicat des bibliothèques populaires de la Seine[1] indique que la plupart des arrondissements parisiens (14 sur 20) sont pourvus d’une bibliothèque populaire. La plus ancienne est celle des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, fondée en 1861 et installée depuis 1884 au 54 rue de Turenne. Les autres bibliothèques populaires parisiennes ont vu le jour entre 1862 et 1877, cette même année 1877 voyant la création à la fois de la bibliothèque populaire du XIIIe  arrondissement et de celle du XXe arrondissement. Continuer la lecture de Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

1870 : une excursion botanique à Meudon pour les Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement

Bois de Meudon. Porte de Fleury : [dessin] 1834. Gallica (BnF).

Les premières bibliothèques populaires ont multiplié les initiatives pour cultiver le goût de la lecture et de l’instruction chez leurs sociétaires. Parmi elles, la toujours pionnière Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement a eu l’idée en 1868 de cycles de leçons, rejetant catégoriquement les conférences (trop synonymes de spectacles), et la leçon unique insuffisante pour épuiser un thème (Voir un prochain billet sur les conférences). Ces leçons, données par des intellectuels déjà habitués aux cours du soir (délivrés par l’Association philotechnique, par exemple) ont pour but de procurer aux gens qui ne peuvent aller à l’université les mêmes savoirs que ceux dispensés aux élites et/ou de leur donner envie de prolonger les leçons par des lectures instructives. Les sociétaires peuvent amener leurs familles, leurs amis, et se pressent par centaines le dimanche à l’amphithéâtre de l’École centrale. Continuer la lecture de 1870 : une excursion botanique à Meudon pour les Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement

Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

J’ai déjà évoqué dans plusieurs billets une singularité dans l’histoire des premières bibliothèques de prêt. En effet, une des premières bibliothèques de prêt de livres dues à l’initiative privée est née vers 1850 à Laferté-sur-Amance, alors que la première bibliothèque rurale populaire de prêt  a été établie à vingt kilomètres de là, une douzaine d’année plus tard, à Hortes (Haute-Amance), toujours en Haute-Marne. Doit-on voir là une simple coïncidence, tant il est vrai que la première a été fondée par un député de la Haute-Marne soucieux de l’instruction du peuple, possédant une maison à Laferté, et la seconde par l’initiateur des bibliothèques populaires, natif de Hortes ? Pour l’instant, les différentes archives que j’ai pu consulter ne m’ont pas permis d’établir un lien particulier que ce soit entre ces bibliothèques ou leurs acteurs.

Le second point commun de ces bibliothèques haut-marnaises est d’avoir laissé des traces infimes dans l’histoire des bibliothèques. On connaissait l’existence de celle d’Hortes par sa mention dans les premiers compte-rendus des Bibliothèques des Amis de l’Instruction parisiennes, par un rapport dressé par son président devant la société d’émulation du Doubs1 et par la médaille obtenue par son président (A. Viard), lors de l’exposition universelle de 1867. Celle de Laferté était évoquée au détour de l’historique des bibliothèques populaires dressé lors de l’Exposition universelle de 1867. Il était donc intéressant de chercher ce qu’il était advenu de ces bibliothèques.

Travaillant à reconstituer l’itinéraire de Jean-Baptiste Girard, Ian Frazer avait dans les années 80 écrit à la mairie d’Hortes qui lui avait répondu que la bibliothèque n’existait plus2. En 2014, lors de la préparation du colloque sur les bibliothèques populaires, j’avais reçu la même réponse de la mairie comme des personnes ayant travaillé sur l’histoire du village3. Cela semblait d’autant plus curieux qu’en 1872, le président de la Bibliothèque populaire d’Hortes assurait que la bibliothèque possédait 2000 ouvrages. Était-il possible qu’une bibliothèque de 2000 ouvrages ait disparu ? Continuer la lecture de Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

  1. Alexandre Viard,  Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872. Paris,   impr. de A. Parent, 1874. []
  2. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985. []
  3. Agnès Sandras,  « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014.. []

La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

     Après la mort d’Auguste Comte, les disciples « orthodoxes » du positivisme, dirigés selon les vœux du « Maître » par Pierre Laffitte, professeur de mathématiques, s’engagent à continuer l’œuvre pédagogique du philosophe : ils reprennent les cours publics et gratuits, en suivant au plus près les plans d’enseignement de Comte. Ils diffusent également des brochures et de petits opuscules sur des points précis de la doctrine positiviste, susceptibles de cimenter l’opinion. Ils fondent et financent aussi une « Imprimerie positiviste » et reconstituent le fonds d’ouvrages de la Bibliothèque positiviste imaginée par Auguste Comte. Continuer la lecture de La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

Et si vous furetiez dans Les Lectures de Prison ?

J’ai exploré les Lectures de prison, Le Lampadaire, 2017. 464 p. Et je vous incite à mener cette exploration à votre tour.

Préface : Philippe Claudel. Postface : Jean-Lucien Sanchez.

Direction éditoriale : Sophie Saulnier

Thomas Bellegarde et Philippine Chaumont, graphistes.

L’objet est surprenant. Pavé aux tons de grisaille, comme déchaussé d’une cour de prison. Le titre et le code barre l’apparentent  quant à eux à une thèse. Ça va être sévère, se dit-on. Impression confirmée par une série de photographies en noir et blanc, sans légendes. Des photographies anciennes de l’univers carcéral. Perte de repères. Le lecteur  se débat, cherche la table des légendes, les têtes de chapitres. Les trouve et respire ! la lecture le pose, il peut comprendre, retrouver la légende de chaque photographie … On réalise qu’on vient de vivre une expérience d’enfermement, un égarement, et que la lecture  a permis de sortir du labyrinthe, de se calmer. Alors, l’objet surprenant, très esthétisant, donne ses clés, grâce à la préface et aux cinq présentations des thématiques par des spécialistes des bibliothèques et/ou des prisons … Continuer la lecture de Et si vous furetiez dans Les Lectures de Prison ?

Le biblioteche del popolo (Consorzio milanese per le biblioteche popolari) : les bibliothèques du peuple (Consortium milanais pour les bibliothèques populaires)

couverture bib del popolo

Le livre instrument de rédemption sociale [1]  !

    À Milan, au début du XXe siècle, un ensemble d’institutions de statuts variés s’associent pour créer un réseau de bibliothèques populaires. En une année, quatre bibliothèques ouvrent et connaissent un franc succès qui est rapporté dans un état des lieux détaillé [2]. Continuer la lecture de Le biblioteche del popolo (Consorzio milanese per le biblioteche popolari) : les bibliothèques du peuple (Consortium milanais pour les bibliothèques populaires)

Les bibliothèques populaires hongroises vers 1900

Dans son  très riche ouvrage sur Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France (1906), Maurice Pellisson évoque  les bibliothèques populaires en Autriche-Hongrie. Il passe rapidement sur les bibliothèques hongroises et souligne :

On peut donc dire qu’en Hongrie tout reste à faire, ou peu s’en faut. Et cependant il est certain que la population, en  général, a le goût de la lecture; c’est un fait qui est attesté par le succès qu’obtiennent les publications procurées par les nombreuses sociétés qui s’emploient à propager les bons écrits. Ces sociétés, il est vrai, ont presque toutes un caractère confessionnel et les bons écrits qu’elles distribuent sont faits dans un but d’édification. Mais il est bien vraisemblable que le peuple, qui les lit, lirait volontiers autre chose, s’il le pouvait1.

Un jeune Hongrois, Pál Gulyás (1881-1963), futur directeur de la Bibliothèque nationale hongroise, réagit courtoisement mais fermement dans un long article donné au Bibliographe moderne: courrier international des archives et des bibliothèques en 1907. Ce texte, à lire ici, dresse un intéressant panorama des bibliothèques populaires hongroises vers 1900.

 

 

  1. Maurice Pellisson, Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France. Paris, Impr. nationale, 1906 . []

“Le désir fou de lire ces choses” … littérature catholique et bibliothèques populaires

“Rêverie”, illustration de “Noëlle”, Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904

 

Les bibliothèques populaires  ont souvent été décrites par la littérature catholique comme des lieux de perdition pour la jeunesse : fonds de livres inadaptés, bibliothécaires inconscients ou pervers…

Le Journal de la jeune fille nous offre en 1904 un bel exemple de ce topos. Noëlle, jeune orpheline, a gardé de son père professeur  l’amour des livres. Elle devient institutrice, et emploie volontiers ses loisirs à la lecture :

Il lui vint un jour l’idée d’aller prendre des livres à la bibliothèque populaire de la ville voisine lorsqu’elle s’y rendait le jeudi, pour des commissions.

Il y avait là un bibliothécaire assez indifférent et qui, certes, ne se pourfendait pas en connaissances littéraires. Ses conseils à Noëlle variaient seulement d’après les titres des ouvrages.

Beauté fatale ! Tenez, Mademoiselle, cela est exquis. On me le demande beaucoup. Voici encore : La fille de l’Actrice, oh ! çà alors, c’est d’un palpitant ! — Puis, Divorcée ; c’est tout nouveau et tout à fait pathétique. On y pleure dessus !

Noëlle écoutait, partagée entre le désir fou de lire ces choses et une crainte instinctive d’offenser Dieu et la mémoire vénérée de ses parents.

La première l’emporta1.

Et voilà Noëlle subjuguée par des “histoires violentes de passions déchaînées et malsaines”, des “pages criminelles” . Grisée par ses lectures, en proie aux effets délétères de la littérature romanesque, elle en oublie sa vocation enseignante :

Sa classe lui devint à charge. La vulgarité de ses élèves lui portait  sur les nerfs. Quand on a passé tant d’heures brillantes en société de marquises, de duchesses, d’élégantes actrices et de jeunes snobs à monocles, on trouve pénible de faire faire la dictée à une troupe de petits enfants campagnards2.

Sa “rêverie” la conduit à s’amouracher d’un jeune médecin venant de la ville. Elle croit enfin vivre comme une héroïne de roman, lorsque son séducteur la trahit. Alors, la jeune femme décide de brûler les livres qui l’ont égarée … La fin de cette nouvelle édifiante donne quand même à penser qu’elle rendra les ouvrages empruntés à la bibliothèque populaire !

Là, à côté de la cheminée, sur l’étagère coquette, s’alignent quelques livres jaunes, rouges, verts. Noëlle les prend, les trie avec soin, met de côté ceux qui ne lui appartiennent pas. Puis, méthodiquement, énergiquement, elle jette les autres dans la flamme, un à un, en les déchirant lentement3.

Divorcée par René de Pont-Jest. Paris, E. Flammarion, 1891.

  1. Mme Henri Contesse, “Noëlle“,  Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904. []
  2. Ibid. []
  3. Ibid. []

L’orientaliste Maxime Rodinson (1915-2005) : lecteur à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement

Parmi les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI), celle du XIIIe arrondissement est évoquée par Maxime Rodinson, historien, sociologue et linguiste spécialiste de l’Islam dans ses Mémoires d’un marginal parues un an après sa mort : le rôle vital qu’a rempli ce foyer de lecture et de sociabilité pour le jeune apprenti né de parents juifs immigrés d’Europe de l’Est épris de valeurs universalistes y est décrit avec conviction.

Évoquant le Paris populaire dont faisait partie le quartier des Gobelins de son enfance, il explique comment le jeune autodidacte qu’il était nourrissait grâce aux livres de la BAI son insatiable appétit de livres et de culture qui allait faire de lui un des grands orientalistes français, titulaire de la chaire d’éthiopien et de sud-arabique à l’École pratique des hautes études :

La bibliothèque paternelle ou plutôt ses vestiges étaient fort loin de suffire à ma boulimie de savoir. Je passerai vite sur la curieuse et minuscule bibliothèque d’une classe supérieure de l’école primaire … une réserve de livres bien plus importante m’était offerte au lieu même de ma naissance, tout près de notre domicile-atelier de la rue Véronèse, dans le « passage » du 59, rue des Gobelins … Il y avait là, sur la gauche en entrant, au rez-de chaussée, mais un peu surélevé, un vaste local qui servit plus tard à une pizzeria. Dans mon enfance (et un peu auparavant) y était installée … [la] « Bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement ». Si vous notez ce titre, prenez garde de ne pas écrire « XIIIe » en chiffres romains… tradition archaïque liée à l’Ancien Régime, à l’aristocratie et au cléricalisme. Le modernisme progressiste et républicain devait l’abolir !

J’ai totalement oublié comment était organisée cette bibliothèque à laquelle on pouvait s’inscrire en payant une cotisation très modique … Je me souviens seulement de la grande salle rectangulaire encadrée par des rayonnages du plancher au plafond. Au fond de la salle aux rayonnages, une petite porte menait à une plus petite arrière-salle … où on gardait les livres les plus précieux. Mais surtout une grande table centrale permettait de tenir des réunions de bureau.

Là se réunissaient quelques personnes en charge de l’administration de l’institution, en général barbues, avec toutes les particularités vestimentaires, physionomiques et capillaires qui sont devenues classiques pour représenter les républicains du temps du Second Empire et leurs successeurs du temps de la IIIe République, radicaux-socialistes et militants de la laïcité, souvent francs-maçons. Du moins c’est l’image que j’en ai gardée.

… Il est peut être … intéressant de rapporter ici l’apport de la fréquentation de cette bibliothèque à ma formation globale et d’abord, ce qu’elle offrait à mes appétits culturels … il y avait évidemment de nombreux ouvrages classiques de littérature française, mais aussi anglaise, allemande, etc., ou encore grecs et latins, tous en traduction évidemment. Beaucoup de livres de vulgarisation concernaient les sciences physiques et naturelles ou l’astronomie. C’étaient des livres honnêtes, sans particularité, ou avec des orientations diverses et contradictoires. Certains étaient dépassés par le progrès des études, remontant à des achats anciens, peut-être au fond de départ. Il y avait beaucoup de livres d’histoire (y compris d’histoire des religions et d’histoire non occidentale) et certains classiques philosophiques.

Mais le fonds de littérature engagée était néanmoins très important. De nombreux livres étaient consacrés à la polémique anticléricale, ou tout au moins nettement inclinés dans ce sens. De même pour la polémique républicaine contre l’Ancien Régime. L’anticléricalisme débouchait très souvent sur la critique des religions. L’extrême gauche était relativement peu représentée. Mais tout de même, on trouvait là des ouvrages critiquant la morale traditionnelle. Très globalement, on peut dire que l’inspiration générale suggérée se rattachait à un déisme agnostique.

Ma passion pour l’histoire orienta le plus souvent mes lectures. Je savais déjà beaucoup de choses par l’école sur l’histoire de France, avec un complément factuellement très douteux, mais utilement mémorisable, comme pour tous les Français et beaucoup d’autres, puisé chez Alexandre Dumas père. Mais cela ne me suffisait pas. C’est le hasard, je crois – livres laissés libres par les emprunteurs –, qui me fit lire Michelet, mais systématiquement au moins les les premiers volumes de la grande Histoire de France d’Henri Martin (1810-1883) en dix-neuf volumes, « pesante compilation dit le rigoureux historien Louis Halphen … je dévorais donc passionnément les pages sur les révoltés du Moyen Âge à l’époque de la Grande Jacquerie de 1368… sur la révolution bourgeoise déclenchée à Paris par le prévôt des marchands Etienne Marcel… [sur] le mouvement des communes en Flandres… Mais les rayonnages de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction portaient d’autres livres qui recelaient bien d’autres trésors, lesquels élargissaient énormément mon horizon… c’est l’histoire qui m’attirait primordialement et, de la façon la plus séductive [sic], mais non exclusivement, l’histoire des pays lointains, celle qui était la plus négligée par l’enseignement scolaire. La bibliothèque contenait presque tous les volumes de « L’Univers pittoresque que ou Histoire et description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs et coutumes, etc. », collection publiée par le célèbre éditeur Firmin Didot, dans les années 1830 et 1840.

Je ne me dissimulais pas que ces ouvrages contenaient des informations déjà anciennes et périmées… je ne disposais de rien de mieux pour le moment. En attendant, un noyau de connaissances valables se trouvait là et me fournissait des repères précieux.

Bibliographie :

Maxime Rodinson, Souvenirs d’un marginal, Fayard, 2005, p.260 et suivantes

Jérémie Chaponneau, “L’Orient sans fantasmes. Maxime Rodinson (1915-2004)”, Revue de la BnF, 2018/1, n° 56, p. 174-183