Archives de catégorie : Billets

On parle toujours des bibliothèques populaires : 18e Festival Victor Hugo et Égaux

Dans le cadre du 18e Festival Victor Hugo et Égaux dédié cette année à Victor Hugo et Émile Zola, j’ai eu le plaisir de donner une conférence sur le thème « Lire Hugo et Zola dans les bibliothèques populaires ».

Je remercie les organisateurs de ce passionnant festival, notamment Danièle et Arnaud Laster.

Merci également à la dynamique équipe de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction grâce à laquelle on peut déjà réécouter cette conférence ici.

Les documents qui ont illustré cette conférence sont issus de Gallica et Retronews. Nous avons également évoqué un billet de Louise Oudin (“Frédéric Erbs, un photographe du Second Empire au chevet de l’instruction pour tous”. Bibliothèques populaires. Consulté le 8 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lv6e) et une précédente conférence sur Zola et les bibliothèques populaires à réécouter ici.

 

 

 

On parle toujours des bibliothèques populaires : la bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt

Nous avons évoqué à plusieurs reprises sur ce carnet la bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt. Elle a en effet été fondée semble-t-il à l’instigation de Pierre-Marie André, natif de cette commune et l’un des tout premiers adhérents de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement de Paris1. En 2017, nous avions le plaisir d’annoncer que cette bibliothèque pouvait revivre grâce à une Association. Jean-Charles Geslot a récemment évoqué la bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt dans son Histoire d’un livre – L’histoire de France de Victor Duruy2.

Nous avons maintenant le plaisir d’annoncer que Marie-France Rochard, présidente de la fédération Patrimoine des Pierres dorées, conservatrice générale honoraire des bibliothèques, évoquera ” La bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt dans le dernier quartdu 19e siècle” le 7 octobre 2023 à Theizé (Rhône) dans le cadre d’une journée d’étude dont on trouvera le programme ici, et qui s’accompagne de la publication d’un ouvrage.

 

 

 

  1. Voir Geneviève et Pierre Deblock, “Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Pierre Marie André,” in Bibliothèques populaires, 09/10/2021, https://bai.hypotheses.org/5105. []
  2. Agnès Sandras, “On parle toujours des bibliothèques populaires avec L’histoire de France de Victor Duruy,” in Bibliothèques populaires, 04/04/2022, https://bai.hypotheses.org/5401. []

Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (2/3)

Dans le précédent billet, nous avons vu comment Alexandre Dumas accepta en 1864 d’envoyer ses livres à une bibliothèque contre une rente annuelle constituée de … melons ! L’affaire fit grand bruit et contribua à la réputation du melon de Cavaillon. Dans le cadre de ce carnet de recherche sur lectures et bibliothèques populaires elle nous intéresse particulièrement puisqu’elle concerne une bibliothèque populaire et des romans populaires, nous y viendrons dans le troisième billet. Pour le moment, intéressons-nous  à la réception dans la presse (notamment satirique) de cet étrange marché … Continuer la lecture de Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (2/3)

Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (1/3)

Chromo – Chocolat Félix Potin – Le melon – 1900 – Médiathèque de Roubaix-  Cote : IMA_CI04_L3_D021. Bibliothèque numérique de Roubaix : https://www.bn-r.fr/ark:/20179/BNR136861

En 1864, Alexandre Dumas obtient de la ville de Cavaillon (Vaucluse) une rente annuelle de douze melons contre l’envoi de ses ouvrages à la bibliothèque locale. La presse s’empare de cette nouvelle qui constitue encore aujourd’hui, dans les journaux comme sur Internet, un véritable marronnier. Au-delà de l’anecdote amusante, le troc de douze melons contre des romans populaires recèle bien des enseignements sur les débuts des bibliothèques populaires (car on le verra dans de prochains billets la bibliothèque locale est populaire, et cela a son importance dans le don de Dumas et les réactions des journaux), les effets de mode dans la presse satirique du Second Empire, et la relation du public aux romanciers populaires. Continuer la lecture de Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (1/3)

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alexandre Vincent

VINCENT,  Alexandre (1802-1872)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Alexandre VINCENT est avocat depuis 37 ans au moment de la création de la BAI-III dont il est un des fondateurs officiels. C’est probablement à la société de secours mutuels du quartier qu’il a rencontré GIRARD. Malgré un rôle controversé dans l’association il restera actif au moins jusqu’en 1868.

NOM : VINCENT Prénoms : Alexandre, Nicolas, Joseph N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 691 Rôle dans la BAI-III : Censeur puis vice-président2

Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alexandre Vincent

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CR BAI III. []

Les “Bibliothèques Populaires” de René Bazin (1908)

En 1908, dans La Revue française politique et littéraire, l’académicien René Bazin décrit une bibliothèque populaire parisienne et son atmosphère au moment du prêt de livres. Je vous laisse d’abord découvrir ce texte et vous propose ensuite quelques éléments de réflexion à son propos. Continuer la lecture de Les “Bibliothèques Populaires” de René Bazin (1908)

Une lectrice de la BAI-III, Anne Moriset épouse de Claude Germain Bellamy 

Le registre dit des premiers lecteurs de la BAI-III comporte 559 inscrits du 1er juillet 1861 au 3 juillet 1862 [1], qui devraient représenter les tout premiers sociétaires de la bibliothèque. « Cette réunion d’hommes dévoués et actifs pour fonder dans le IIIe arrondissement la Bibliothèque des Amis de l’Instruction » [2], est sensible, dès sa création, à l’accès des femmes à la lecture. Leurs droits d’inscription et leurs cotisations sont fixés à la moitié de ceux des hommes, car leurs salaires sont beaucoup plus bas [3]. Le prêt à domicile doit aussi leur être favorable :

C’est aux enfants et aux femmes au moins autant qu’à nous-même [est-il expliqué], qu’est destinée notre bibliothèque ; aussi avons-nous décidé d’un accord unanime que les livres ne seront pas lus dans la bibliothèque seulement, mais qu’ils iront, véritables missionnaires, développer au foyer de la famille les idées saines et les bons sentiments ».

Le vocabulaire utilisé est celui d’ une société patriarcale qui se veut ouverte, mais dans laquelle l’organisation et les décisions restent l’apanage des hommes. Parmi « cette réunion d’hommes dévoués et actifs », se sont tout de même glissées quelques femmes qui ont fait le pas de devenir sociétaires à part entière [4]. Elles sont 39, à peine 6% de l’ensemble. Mais qui sont-elles ? Continuer la lecture de Une lectrice de la BAI-III, Anne Moriset épouse de Claude Germain Bellamy 

On parle toujours des bibliothèques populaires : délassement et préservation des fonds

  • Vendredi 30 septembre, dans le cadre d’une journée consacrée à la thématique “conserver ou désherber ? la gestion des collections XIXe-XXe en bibliothèques territoriales”, la question des fonds provenant des bibliothèques populaires sera abordée : “préserver et valoriser les fonds des bibliothèques populaires“.

Voir ici le programme de cette journée qui se déroulera à la Bibliothèque municipale de Tours.

  • Parution en ligne de l’ouvrage Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles) dirigé par Jean-Charles Buttier, Clothilde Roullier et Agnès Sandras. En 2019 et en 2020, les Archives nationales se sont engagées dans un programme de recherche consacré à l’histoire et à l’actualité de l’éducation populaire, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours. Le programme, intitulé “Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (xixe–xxie siècles)”, a bénéficié du soutien de la Comue Université Paris Lumières. Il a pris la suite d’une initiative de la BnF, qui avait, en 2018, organisé un colloque et des ateliers sur cette même thématique, en collaboration avec les Archives nationales et le Fonjep. Le présent ouvrage est le résultat de ces travaux.

L’ouvrage est en ligne ici. On y trouvera  un texte intitulé Le choix des ouvrages dans les premières bibliothèques populaires : instruction et/ou délassement ? (1861-1870)”.

Signalons également, toujours dans le cadre de l’histoire des bibliothèques, le texte de David Hamelin, Au carrefour des savoirs militants et de l’éducation populaire : Passé et présent des bibliothèques des bourses du travail”

L’histoire de ces bibliothèques et leur fonctionnement sont en effet très proches de ceux des bibliothèques populaires.

 

 

 

 

 

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Germinet

GERMINET,  Auguste (1821-1878)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Ce lithographe, qui a  joué un rôle de premier plan dans la fondation de la bibliothèque, est né dans le Cher d’une famille de boulangers. Devenu peintre sur porcelaine, il meurt en Italie.

NOM : GERMINET

Prénoms : Georges, Auguste

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 291

Rôle dans la BAI-III : administrateur2 et donateur de livres3.

État-civil et famille:

Auguste GERMINET est né à Baugy (Cher) le 27 août 18214. Son père, Jean-Baptiste, Hilaire, 25 ans, est maître boulanger et tient  l’Auberge de la Paix où il réside. Deux oncles paternels sont témoins : Georges, 28 ans, en garnison à Paris, militaire voltigeur dans la garde royale5 et  Paul, 29 ans, tondeur de draps à Châteauroux (Indre). Avant d’être établi à Baugy, le père d’Auguste est boulanger à Étréchy (Cher) comme son grand-père6.

Sa mère, 32 ans, est Anne FERRAND. Née à Bourges, elle est orpheline (père meunier de son vivant) et domestique quand elle épouse Jean Baptiste, Hilaire en 1815 à Étréchy7.

Elle meurt à Paris le 16 février 1852 à l’ancien hôpital Trousseau, 110 rue du Faubourg Saint-Antoine (anc. 8e) et demeure alors 26 rue de Miromesnil 8.

La famille d’Auguste Germinet s’installe à Paris avant 1838, Auguste n’a pas 18 ans  et son père Jean-Baptiste y exerce la profession de cocher et au moins jusqu’au 26 avril 18449.

Le père d’Auguste meurt à Paris, à son domicile 8 rue de la Folie Méricourt (11e arrdt.) le 17 mai 186910.

Auguste GERMINET a une sœur, Marie, née à Etréchy le 18/11/1816. Couturière, elle épouse à Paris Claude, Simon, Stanislas ROUX le 28 avril 183811. Il est alors lithographe et l’est encore en 1844 ; il est imprimeur en 1886 lors du décès de sa femme. Le marié est né à Paris, le 26 novembre 1814, 15 rue des Canettes, son père Claude  est tailleur de pierres, sa mère est née Marie Victoire Ambroisine LOYER. Le mariage religieux a lieu à Sainte-Madeleine. Ils ont deux enfants. Elle meurt le 16 février 1886 à Paris 6e arrdt. 16 rue des quatre vents12.

Auguste se marie deux fois :

En 1850, le 17 septembre, avec Mélanie, Augustine, Alphonsine CHARNIER, la mère de son fils13. Native de Paris, 12 rue du Colisée, actuel 8e arrdt, son père est sellier lors de sa naissance le 24 octobre 1826. Elle meurt à Sesto-Fiorentino le 19 février 187414.

Auguste se remarie à une date postérieure non trouvée, en Italie avec Colomba POZZI15. Auguste et Mélanie ont un fils : Louis Élie, né à Paris anc. 1er  arrdt le 17 septembre 1851 et qui se marie à Volterra, province de Pise avec Elisa, Isabelle TESTI, le 5 juin 187516. Il habite Sesto Fiorentino et exerce la profession de lithographe sur porcelaine ou peintre sur porcelaine.

La première épouse de Louis meurt à Paris à l’hôpital Ambroise Paré  10e arrdt le 13 août 190617.

Louis a 4 filles nées à Sesto Fiorentino : Augustine, Elie le 4 juin  octobre 1876 ; Guillaumine, Eugénie, Louise née le 6 mai 1879 (quand elle se marie en 1900 ses parents habitent Neuilly-Plaisance) ; Georgine, Renza, Ida née le 7 décembre 1880 ; Anne, Assomption,  Elvire née le 13 octobre 1883 (quand elle se marie en 1909, son père habite 1 bd de Belleville 20e arrdt).

Louis GERMINET se remarie à Paris 11e  arrdt le 11/4/1907 avec Marie Louise GIRARDIN. Lors du mariage il est alors peintre sur éventail et habite 38 avenue Claude Vellefaux 10e arrdt. Il est établi un contrat de mariage chez Maitre TAUPIN à Clichy le 6 avril 190718.

 Marie Louise  meurt en 1926 Paris 11e arrdt19. Louis meurt entre 1909 et 1926 (sans que son acte de décès ne soit retrouvé).


Auguste GERMINET meurt à 57 ans à Sesto Fiorentino en Italie le 11 août 187820.

Professions :

  • Lithographe en 186121 ; imprimeur-lithographe ; « lithographe de Paris » sur son acte de décès italien.
Impression par Auguste GERMINET, dessin de William MUSSILL. BnF, département des Estampes et de la photographie, Cote : SNR-3-MUSSILL, W. Cliché Louise Oudin.
  • en 1870 « spécialité pour porcelaine » ou « chromo sur porcelaine22”. 

Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Germinet

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CRBAI-III 1861/62. []
  3. CR BAI-III- 1863/64. []
  4. AD18,Baugy,1813-1823,N.M.D., page167/221, acte 21, voir ici. []
  5. Informations tirées des notices Wikipédia : Dans son sens militaire, le voltigeur est un fantassin porté en première ligne par un cavalier qui le prend en croupe. Plus généralement, le terme désigne les unités d’infanterie légère d’une compagnie d’élite destinées à agir en tirailleurs en avant de la ligne d’un bataillon. []
  6. Naissance de Marie GERMINET, AD18, Étréchy, 1802-1822, N.M.D., page 285/362, acte 25. []
  7. AD18, Étréchy, Registre des mariages, 1802-1822,  page 130/183, acte 15. []
  8. AD75, actes de l’état civil reconstitué, décès 1852, 5Mi1 1433, page 42/51, voir ici. []
  9. D’après l’acte de naissance de sa petite-fille Anne, Adélaïde, Claudine ROUX, AD75, actes d’état-civil reconstitué, 5Mi1 557, page 44/49, voir ici. []
  10. AD75,décès,11, page 21/27, acte 1602, voir ici. []
  11. AD75, actes d’état-civil reconstitués, 5Mi1 2101, page 7/47, voir ici. []
  12. AD75, 1886, décès 6e arrdt, page 21/31, acte 398, voir ici. []
  13. AD75,actes d’état civil reconstitués, 5Mi1 2204, page 43/51, voir ici. []
  14. AD75, décès, transcrit dans le  4e arrdt. le 9 mai 1878,  page 6/31, acte 1227, voir ici. []
  15. Information qui figure sur son acte de décès. []
  16. AD75, mariages, 1876, 4e arrdt, page 9/31, acte transcrit 783, voir ici. []
  17. AD75, décès, 1906, page 30/31, acte 3572, voir ici. []
  18. AD 75,1907, mariages, 11, page 9/31, acte 667, voir ici. []
  19. AD 75, décès, 1926, page 22/31 acte 1337 voir ici. []
  20. AD75, décès, 4e arrdt, 1879, page 22/31, acte 3297, voir ici. []
  21. Liste des lecteurs. []
  22. Il figure en 1870 dans l’annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis avec les deux compétences voir ici. []

On parle toujours des bibliothèques populaires avec L’histoire de France de Victor Duruy

Les bibliothèques populaires sont à l’honneur cette semaine avec la publication aux Editions du CNRS d’un ouvrage de Jean-Charles Geslot qui fera date : Histoire d’un livre – L’histoire de France de Victor Duruy.

Comme l’indique la présentation de l’éditeur, “cet essai d’histoire culturelle nous plonge dans les modes d’élaboration et de circulation du livre et les pratiques de lecture du second XIXe siècle”. Édité en 1858, le livre de  Victor Duruy a connu un succès important, au beau milieu des débats sur le roman national et la place de l’histoire à l’école, succès qui ne s’est guère démenti jusqu’en 1914. 

Histoire de France par Victor Duruy. 50 livraisons à 50 cents la livraison de 16 pages. En vente chez tous les libraires. Librairie Hachette & Cie, Paris. 79. Boul[evar]d St Germain… : [affiche] / EG [monogramme Eugène Grasset] ; Verdoux, Ducourtioux & Huillard, sc. 1894-1895. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de On parle toujours des bibliothèques populaires avec L’histoire de France de Victor Duruy

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Victor Bellamy

BELLAMY,  Victor (1833-1890)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Ce tourneur en métaux, membre très actif aux débuts de la BAI-III, est l’un des plus impliqués dans la vie politique contemporaine : il est notamment un des pionniers de l’Internationale.

NOM : BELLAMY

Prénoms : Jean, Victor

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 131

Rôle dans la BAI-III : à la fois administrateur pendant 16 ans au moins, de 1861 à 18772, membre zélé et aidant3.

État-civil et famille Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Victor Bellamy

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CR BAI-III, 1862, 1863/64, 1864/68, 1873/74, 1875/77. []
  3. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []

On parle encore et toujours des bibliothèques populaires (petite revue 2021-2022)

Avec un peu de retard, mais “le cœur y est” :

– Nos amis les “Compagnons Papetiers de Crèvecoeur et du Marais” ont organisé une petite exposition sur la bibliothèque populaire du Marais lors des dernières Journées du Patrimoine à Jouy-sur-Morin (77) en septembre 2022 ainsi qu’à la Librairie éphémère de Coulommiers (77) en décembre 2022.

Exposition des Compagnons de Crèvecoeur et du Marais aux JDP 2022 de Jouy-sur-Morin. Clichés Sophie Barre. Avec mes remerciements.

 

– La bibliothèque municipale de Chambéry (73)  a organisé une exposition de septembre 2021 à janvier 2022 : ” Pop’ ! un siècle de littératures et de lectures populaires (1830-1930)“. Voir ici la bande-annonce de cette exposition.

Affiche de l’exposition. Avec mes remerciements à S. MANAVELLA (Médiathèque Jean-Jacques Rousseau – Chambéry).

– Vient de paraître Splendeurs et misères de la littérature. De la démocratisation des lettres dirigé par Olivier Bessard-Banquy. Le chapitre 4 est consacré au “rôle clé des bibliothèques populaires”

Sommaire

1.  Le livre et la littérature au début du XIXe siècle (Jean-Yves Mollier)

2.  Être homme de lettre au XIXe  siècle : entre contrainte économique et contrainte médiatique (Anthony Glinoer)

3.  La révolution du roman-feuilleton (Pascal Durand)

4.  Le rôle clé des  bibliothèques populaires (Agnès Sandras)

5.  De l’enseignement du français d’hier à aujourd’hui (Martine Jey)

6.  L’écriture ordinaire, paramètre de  la  démocratie (Nelly Wolf)

7.  Médiamorphoses de  la  critique (Marie-Eve Thérenty)

8.  Mythe et réalité du grand écrivain (Laurent Demanze)

9.  Best-sellers d’hier et d’aujourd’hui (Sylvie Ducas)

10.  Du snobisme des  lettres dans l’entre-deux-guerres (David Martens)

11. A rebours de l’élitisme (Michel Murat)

12.  Entre démocratisation et  inégalités  : les  traductions littéraires (Gisèle Sapiro)

13.  Le poche de  l’après-guerre, un  outil démocratique  ? (Bertrand Legendre)

14. Splendeurs et misères de la figure de l’intellectuel  (Guillaume Louet)

15.  Les lettres et  la  génération de  1968 (François Chaubet)

16.  Quelle politique culturelle possible à l’heure de l’hyper-démocratisation ? (Laurent Martin)

17.  Démocratie contre littérature (William Marx)

18.  La littérature par la voix (Pierre Jourde)

19.  La démocratisation de l’écriture (Alexandre Gefen)

20.  La littérature comme relation (Dominique Viart)

 

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean Chardar

CHARDAR, Jean (1837-1906)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Après des études brillantes à l’APH et de sages débuts à la BAI-III pour laquelle il est comptable, Jean CHARDAR, originaire de Lorraine, mène la vie bouillonnante des aventuriers économiques du XIXe siècle, sillonnant le monde, entre Égypte, Australie, Nouvelle Calédonie, Tonkin, Japon , France, Argentine et Madagascar…

NOM : CHARDAR

Prénoms : Jean à l’état-civil, Jean Eugène parfois par l’usage

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 41

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB puis premier comptable de la bibliothèque2. Il ne semble rester que trois ans à la BAI-III.

État-civil et famille3:

Jean CHARDAR est né le 3/9/1837 dans une famille catholique  à Hayange, canton et arrondissement de Thionville (Moselle), en Lorraine. Hayange – devenue allemande après le traité de Francfort, en 1871 –  et ses environs (avec par exemple Avril à 10 km restée française), demeurent  le berceau de la famille (voir ci-dessous). Jean CHARDAR  est déclaré français en 1872 (liste des optants).

Le père de Jean est tonnelier puis marchand de vin en gros, et meurt à Hayange le 29 juillet 1868. Marié deux fois, il a eu 11 enfants en 27 ans. La mère de Jean, Marie Victoire GASSEAUX, couturière, a 23 ans l’année de la naissance de Jean. Elle est domiciliée à Hayange sur l’acte de mariage de Jean CHARDAR en 1878 et meurt à Paris (17e arrdt) le 4 mai 1894.

Le père de Jean CHARDAR a 53 ans lors de la naissance de Jean. Il est né à Volkrange, à 5 km d’Hayange, d’un père tonnelier. Il est arrivé à Hayange avant la naissance de son premier enfant en 1823 avec sa première femme, probablement attiré par la bonne santé de la commune.  

Jean CHARDAR se marie deux fois. À 34 ans, il épouse à Waverley (Australie), le 17/4/1870, Mary Anne MANSFIELD, 17 ans, née en Tasmanie en 1852. Il est alors installé depuis deux ans en Nouvelle Calédonie. Elle est britannique d’origine irlandaise de par sa mère Margaret O’Donnell & de son père, William John Mansfield, capitaine de vaisseaux baleiniers. Mary Anne meurt à 24 ans d’un accident de cheval  à Boulouparis, Nouvelle-Calédonie, le 21/4/ 18774. Chardar se retrouve veuf avec 3 enfants de 6, 3 et 1 an.

Il se remarie à Nouméa, Nouvelle-Calédonie, le 5/9/1878 avec Annie Mac CARROL5 dont il se sépare de corps et de biens en 1880. Pour ce deuxième mariage, Jean CHARDAR a pour témoin Jules Ange CHRISTOPHE, son cousin germain (voir ci-dessous).  

Jean Chardar a eu 3 enfants avec sa première femme :

* Adèle Victoire née en 1871 à Nouméa avec pour parrain représenté son oncle Jean baptiste CHARDAR qui vit à Hayange , qui se marie à Buenos Aires en Argentine d’où postérité.

* Eugénie Ida, née en 1873 à Nouméa6, qui se marie à Madagascar le 29/11/19027 d’où postérité, et qui reviendra en France ; elle meurt le 18/5/1954 à Bourg-Lès-Valence (Drôme)

* Jean Eugène Charles né à Boulouparis le 27 mars 1876. En 1896, il est domicilié rue Mexico à Buenos Aires en Argentine où il se mariera, d’où postérité et il est cartonnier. Décédé à Paris, 10e arrdt, le 13 septembre 1954.

Jean CHARDAR est décédé à Nice le 16 janvier 19068.

Professions

* en 1861, garnisseur de nécessaires9, c’est-à-dire de boîte ou étui renfermant les ustensiles indispensables à la toilette, à un ouvrage).

* après 1863, CHARDAR figure comme employé comptable au canal de Suez, travaillant en Égypte10.

* après 1868, CHARDAR est éleveur et cultivateur en Nouvelle-Calédonie et remplit des fonctions pour le gouvernement (comptabilité, responsable du magasin des Ponts et Chaussées, assesseur auprès du tribunal de Nouméa, membre de la commission sanitaire du bétail).

* après 1885, il est imprimeur et fondateur d’un journal au Tonkin à Hanoï mais n’y reste que 3 mois11. Il est probablement régisseur d’un domaine en France12

* après 1895, il est à Buenos Aires recensé comme cartonero. Il retourne à son premier métier et fonde un atelier de maroquinerie13.

* après 1899 (62 ans), il est à Madagascar d’abord écrivain auxiliaire puis régisseur-comptable du service des travaux publics de Tananarive14 .

Adresses connues :

– 11 rue Pavée au Marais (7/61 et 2/62 ; actuelle rue Pavée 4e) ;

– Nouméa en 1872 lors de la déclaration d’optant ;

– Boulouparis ;

– Hanoï 3 mois en 1885 ;

– Yokohama, Japon 28 jours ;

– Buenos Aires ;

– villa « Moselle » rue Théodore Villette, quartier Isoraka à Tananarive, Madagascar en 1902 ;

– Nice en 1906.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique15 :

Il a 21 ans quand il commence à être inscrit au palmarès de l’APH en 1856. Pendant 6 ans, cet élève brillant et assidu suit des cours jusqu’à 5 soirs par semaine de 20 h 30 à 22 h16. Il est un des rares amis de l’instruction à obtenir un certificat d’études17. En 1856/57, Chardar suit les deux cours de français 1ère et 2e année, de langue allemande 2e année (le professeur est Hermann BIRMANN donateur de livres à la BAI-III). En 1857/58, il suit le cours de langue française 2e année, de langue allemande 2e année. En 1858/59 il suit le cours de langue française 1ère année (délivré par Émile MARGUERIN, [voir fiche MARGUERIN] du conseil de patronage de la BAI-III, lecteur 10), il suit le cours d’arithmétique 1ère année, de langue allemande 2e année, d’hygiène et de médecine usuelle 2e année (donné par le docteur-médecin Victor POIRSON, donateur de livres à la BAI-III), de géographie commerciale et industrielle (animé par François BAZIN, censeur, lecteur 17, donateur de livres à la BAI-III). Il a trois premiers prix et deux mentions. Il reçoit un livret de caisse d’épargne de l’Empereur. En 1859/60,  il suit le cours de langue anglaise 1ère année, d’arithmétique 2e année (délivré par Émile LIONNET du conseil de patronage, professeur à Louis-Le-Grand, donateur de livres à la BAI-III), de physique 1ère année (donné par Félix HÉMENT, professeur au collège Chaptal et à l’école Turgot, lecteur 221, donateur de livres à la BAI III), de chimie 1ère année (animé par Ernest BAUDRIMONT, pharmacien en chef de l’hôpital Sainte Eugénie, lecteur 139), d’hygiène et de médecine usuelle 2e année (donné Louis HEBERT, pharmacien en chef de l’hôpital de Bicêtre, donateur de livres à la BAI-III). En 60/61 il suit le cours de langue française 2e année (délivré par Adolphe ADAM [voir fiche ADAM], de la commission administrative, lecteur 2, donateur de livres à la BAI-III), 1er prix, il suit le cours de physique 1ère année (Jules Joseph BONDON, professeur de physique, lecteur 222, donateur de livres à la BAI-III), 1er prix, il suit le cours de chimie 1ère année (animé par Louis Alphonse DAVANNE, chimiste et surtout photographe, donateur de livres à la BAI-III), 2e mention, il suit le cours de comptabilité (donné par Jules REVERT, professeur de comptabilité, donateur de livres à la BAI-III), 1ère mention, il suit le cours de dessin linéaire, 5e mention. Il obtient un premier, un second et un troisième prix et deux mentions. Il obtient un prix d’honneur du Ministre de l’Instruction et surtout un certificat d’études relatif au commerce pour 6 nominations. En 1861/62, il suit le cours de comptabilité, le cours de géographie commerciale et industrielle (donné par Ernest MORIN, lecteur 248 et administrateur et donateur de livres), le cours de législation usuelle (donné par Ernest CADET, lecteur 32) et de matière première. Il obtient un premier et deux seconds prix et une mention. Il reçoit un livret de caisse d’épargne de l’impératrice lors de la remise des prix le 8 février 1863. BIRMANN, BAZIN, MORIN et HÉMENT sont professeurs à Turgot. Par la philotechnique CHARDAR est en contact avec de nombreux professeurs « aidants » à la BAI : soit juste donateurs BIRMANN, POIRSON, HEBERT, DAVANNE et REVERT, soit  inscrits comme lecteurs BAUDRIMONT, BONDON et CADET, soit dans l’organigramme MARGUERIN, BAZIN, LIONNET, ADAM et MORIN .

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

CHARDAR s’investit dans la colonisation de la Nouvelle-Calédonie. Il publie des articles dans les journaux locaux. Par exemple il défend la culture de la canne à sucre plutôt que le café, le coton et le riz  et l’introduction d’oiseaux insectivores : les merles des Moluques contre les sauterelles qui l’attaquent18. D’abord opposé à  l’accaparement des terres par l’administration pénitentiaire, il se range à l’avis opposé : « La transportation est la vache à lait de la colonie, il ne faut pas lui ménager la place. »19.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

non repérée

Adhésion à la Société Franklin : 

non identifiée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III :

Simon JACQUEL [voir fiche JACQUEL] et Paul DELAMARCHE [voir fiche DELAMARCHE] ont mis en place la comptabilité20 et Jean CHARDAR est le premier à prendre la fonction de comptable21, relayé par DELAMARCHE, Frédéric ERBS [voir fiche ERBS] puis Hippolyte LANDRIN [voir fiche LANDRIN]. À l’APH il suit les mêmes cours que le futur bibliothécaire Charles PLOMB [voir fiche et billets PLOMB]  dès 1856, Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche et billets GIRARD], l’initiateur de la bibliothèque dès 1858, et  DELAMARCHE [voir fiche et billets DELAMARCHE] en 1860. Il suit les mêmes cours que ceux qui vont aider activement ces fondateurs, comme Stanislas PIQUART dès 1856, PAUL-MARIE [voir fiche PAUL-MARIE], Alphonse PASCAL [voir fiche PASCAL], Henry BRIÈLE dès 1858, Louis FONTAINE, Zéphirin CLOUET [voir fiche CLOUET], Louis SALLÉ [voir fiche SALLÉ] en 1860 et que Jean-Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY] en 1861.

Son frère Charles, 15 ans, serrurier, qui habite à la même adresse s’inscrit à la bibliothèque sous le numéro 92. Sa cousine germaine Clémentine MICHÉ, photographe, s’inscrit aussi sous le numéro 262 (voir ci-dessous).

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Avec HÉMENT qui est fondateur de la BAI-IX22.

Éléments biographiques complémentaires :

Hayange, berceau de la famille :

Hayange est la capitale de l’entreprise de sidérurgie de la famille WENDEL dès 1704, fleuron de l’exploitation du fer et du charbon et de la production d’acier de la Lorraine et de la France23. En 1848, le père de Jean est inscrit sur la liste électorale de 413 électeurs parmi 150 commerçants et artisans et 261 « travailleurs de l’usine », avec Charles de WENDEL, 28 ans, 5e génération des maîtres de forge WENDEL, et Charles MONDELANGE, alors employé aux forges. Douze ans plus tard, en août 1860, Nicolas CHARDAR, lui aussi tonnelier et marchand de vin, un demi-frère de Jean, né en 1828, est candidat sur la liste gagnante pour les élections municipales de Charles MONDELANGE, devenu directeur de la forge WENDEL et qui reste maire 17 ans24. Nicolas CHARDAR meurt à Avril (Meurthe et Moselle) le 2 septembre 1906, ville frontière à 10 km d’Hayange. Peu avant sa mort Jean CHARDAR rend visite à ce demi-frère Nicolas resté dans l’est français. Charles de WENDEL est administrateur des chemins de fer de l’Est (comme Auguste PERDONNET). Il est  député de la Moselle, candidat du gouvernement. Il demeure 24   rue de Clichy 9e arrdt. et est  membre du conseil de patronage de la philotechnique dès 1858. Auguste PERDONNET vient avec ses élèves le 12 mai 1864 visiter un des sites WENDEL25.

Une famille également enracinée à Paris

Paris et son bassin agissent comme un aimant sur la famille même avant 1816 :

 Deux enfants sur trois dans la fratrie du père de Jean sont parisiens. Les deux tantes de Jean CHARDAR partent y travailler et s’y marient.

La première tante, Anne Élisabeth CHARDAR, née en 1786 à Hayange se marie  à Paris avec Denis Marie LEGENDRE en 1816. Cuisinière, elle est alors enceinte. Ils habitent 81 rue des Martyrs. Il  apporte 300 francs, compris son denier comptant, elle apporte 1000 francs dont 600 francs de mobilier, habits, linge et bijoux26.  Elle meurt, étant garde-malade  à Paris le 10 août 184727. Elle habite alors 44 rue du Faubourg-Montmartre.

La deuxième tante, Marie Magdelaine CHARDAR,  née en 1792 à Neufchâteau dans les Vosges,  se marie à Paris, à Notre-Dame des Lorettes  le 22/8/1821 avec Jean CHRISTOPHE, bottier originaire de Noisseville (Moselle). Elle habite alors 44 rue du Faubourg-Montmartre28.

Dans la fratrie des 11 à laquelle appartient Jean,  4 partent à Paris.

Une demi-sœur de Jean, Agathe née en 1824, est ouvrière en linge en 1849 quand elle épouse à paris Michel CALIS, né en 1829 aussi en Moselle à Grosbliederstroff. Sur l’acte de mariage, il est  domestique à Paris anc. 2e29. Il est optant en 1872. Elle retourne à Hayange, ville alors allemande et y meurt le 14 janvier 187930.

La plus jeune sœur de Jean CHARDAR, Adélaïde, 19 ans, épouse à Hayange le 23 novembre 1869 son demi-neveu Louis DEJONC, 25 ans, fils de l’aînée d’une de ses demi-soeurs, munie de « lettres de dispense de parenté31. Ils vivent à Evry et Adélaïde y meurt en 188432. Louis DEJONC est ajusteur quand il est optant en 1872 et devient directeur des « ateliers de Petit-Bourg » qui appartiennent à la famille DECAUVILLE de 1848 à 1894. La pratique de l’agriculture betteravière associée à une distillerie permet à la famille DECAUVILLE de prospérer et d’allier la philanthropie au paternalisme. D’abord contremaître puis directeur vers 1880, Louis DEJONC est aussi conseiller municipal pendant 11 ans à partir de 188133.  

Son frère CHARDAR Charles Jean-Baptiste, même adresse, serrurier, est lecteur à la BAI-III à 15 ans en 1861 (n°92). Il est né à Hayange le 29/1/184634, et s’est marié à Hayange avec Elisabeth MARX, d’Hayange, le 2/4/1872. Ils sont tous les deux  optants en 1872. Quand il est témoin du décès de sa sœur en 1884, il est épicier et habite Paris, 34 rue Eugène Sue et 105 rue de Clignancourt 18e. Il meurt le 19 mars 1917, 77 Bd Barbès 18e35.

On retrouve à la BAI-III le jeune frère de Jean,  Charles CHARDAR,  et leur cousine germaine Clémentine MICHÉ née CHRISTOPHE. Clémentine, Pauline s’inscrit à la bibliothèque (lectrice 262) avec la profession de photographe sous son nom de femme mariée MICHÉ (mariage le 8 décembre 1851 à Paris). Elle est la fille de Marie Magdelaine CHARDAR et de Jean CHRISTOPHE.  Clémentine, née en 1830, habite Belleville, 51 rue des Rigoles quand elle s’inscrit à la bibliothèque. Elle a 4 frères dont Jules Ange qui suivra CHARDAR  en Nouvelle-Calédonie (voir plus loin).

 

Jean Chardar, aventurier du XIXe siècle

En Nouvelle-Calédonie, Chardar vend  612 hectares de pâturage aux enchères avec une mise à prix de 16 200 francs36  et reçoit une mention honorable pour son maïs en août 1877 à l’exposition de Nouméa37. Il crée 3 centres d’exploitation agricole et d’élevage à Boulouparis, Thio et Poya soit plusieurs milliers d’hectares. On retrouve aussi son cousin Jules Ange CHRISTOPHE en Nouvelle-Calédonie. Né en 1832 à Paris, d’abord horloger mécanicien puis fabricant de mitrailleuses, Jules Ange est jugé et bénéficie d’un non-lieu après la Commune38. Jules, d’abord horloger,  devient  « piqueur de 1ère classe », c’est-à-dire surveillant du bagne de l’île des PINS39. Les deux enfants de Jules CHRISTOPHE,  nés à Paris, se  marient et meurent en Nouvelle-Calédonie.

La famille vit un épisode terrifiant pendant l’insurrection Kanak : le  26 juin 1878 ,  les 3 enfants CHARDAR échappent au massacre grâce à un « libéré » et un condamné qui portent les 2 plus jeunes sur leurs épaules, ils réussissent  après une marche harassante à atteindre Bouraké vers 9 heures du soir et embarquent in extemis sur le vapeur La Dépêche appareillant pour Nouméa (Récit ayant fait l’objet de plusieurs publications et souvenir toujours vivace dans la famille, Jean  se trouvait, à cheval, vers Thio, sur la côte est). Il tient plusieurs postes administratifs pour le gouvernement. Il est président élu  de la commission municipale de Boulouparis de sa création en 1879 à 1881.

Vers 1885, il est au Tonkin. Il se trouve sur le SS City of Tokyo qui partant pour San Francisco par mauvais temps, s’échoue et coule dans la baie de Tokyo le 24 juin 1885. Ensuite, il rentre en France où ses deux filles sont pensionnaires au Couvent des oiseaux et il est probablement gérant d’un domaine en France40. Entre 1895 et 1900, il s’essaie à divers métiers (voir plus haut) en Argentine et à Madagascar, où il est fait chevalier de l’Ordre de l’étoile d’Anjouan41.

Liste des bateaux pris par Jean Chardar42 : L’aviso Coëtlogon en 1868 ; le Roturoa en 1877 ; le paquebot Dupleix en 188443;  le Melbourne des messageries maritimes parti  de Madagascar et arrivant à Marseille le 14/6/1902 en passant par Zanzibar, et Djibouti. Cedernier  bateau transporte 291 passagers et 1000 tonnes de marchandises44.

Écrits de la personne : 

Nombreux articles dans la presse de Nouvelle-Calédonie. Par exemple dans Le Néo-calédonien n° 638, p.2, 21 août 1885,45 que l’on peut lire46 ici.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

 

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP : Association polytechnique.

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

MND : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le  18 février 2022 ; modifiée le

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CRBAI-III, ADVP : V6 1191. et rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  3. Cette fiche doit beaucoup à Pierre ESCALIER des ORRES, rencontré sur Geneanet. Descendant de Jean CHARDAR, il a bien voulu multiplier les échanges avec nous et mener conjointement  de nombreuses et fructueuses recherches, et nous l’en remercions. Voir la généalogie de Jean CHARDAR ici. []
  4. ANOM, Nouvelle-Calédonie Boulouparis , 1877,  acte 3 voir ici. []
  5. ANOM, Nouméa, 1878, mariages   acte 18, voir ici. []
  6. ANOM, Nouvelle Calédonie. []
  7. ANOM, Madagascar, Tanarive, 1902, mariages, page 13, voir ici. []
  8. AD 6, Nice, décès, 1906, acte 137 voir ici. []
  9. Registre dit des lecteurs. []
  10. Le canal de Suez. Tome 1, partie 1 / par Voisin-Bey,… François-Philippe (1821-1918). (Paris) 1902-1906, page 131, ici.  Noté « Chardard », mais confirmé par la famille. []
  11. Lettre communiqué par Georges COQUILHAT. []
  12. Source familiale. []
  13. Source familiale. []
  14. BO de Madagascar et de ses dépendances, 1/5/1899,  ici. []
  15. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  16. Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793. []
  17. Charles BRESSON obtient les 4 certificats d’études en 1858, ceux relatifs aux « arts », au « commerce », aux « sciences mathématiques », aux « sciences physiques » ; Charles-Honoré PLOMB obtient deux certificats en 1860, ceux relatifs aux « sciences physiques » et aux « sciences mathématiques » et Henri-François MICHEL obtient 3 certificats, ceux relatifs aux « sciences mathématiques » en 1860 et ceux relatifs aux « arts industriels » et aux « sciences physiques » en 1861. []
  18. Le Moniteur de la Nouvelle Calédonie et de ses dépendances  du 5 /7 /1871, page 158,  ici. []
  19. Le Néo-calédonien n° 638, p.2, 21 août 1885, communiqué par Georges COQUILHAT, historien de la Nouvelle Calédonie et de sa presse. []
  20. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  21. CR BAI-III, exercice 1861-1862, page 19. []
  22. Le Petit Journal, 27/3/1865,  ici. []
  23. Voir Philippe MIOCHE, « Une dynastie de maîtres de forges, les WENDEL », Archives ouvertes de l’université d’Aix-Marseille, voir ici. []
  24. Adrien PRINTZ, Hayange d’un siècle à l’autre, 1980, publié chez l’auteur. []
  25. Le Temps, 12/5/1864. []
  26. AD75, Archives notariées,  MC/ET/CVIII 942. []
  27. AD 75, acte d’état civil reconstitué, 5Mi1 1359, vue 18/51, ici. []
  28. Merci à Solange DENIEUL contactée sur Geneanet par Geneviève Deblock-Perret de nous avoir communiqué les recherches d’Arlette BROSSARD, généalogiste déjà rencontrée pour la généalogie de Charles-Honoré PLOMB. []
  29. AD75, 5Mi1 2191, vue 10/43 ici []
  30. AD57, tables décennales 1792-1952, 9 NUM/8 E 311/1, vue 277/710, ici. []
  31. AD    9NUM/1MIE311/18  NMD 1868-1871 page 257/540 voir ici. []
  32. AD91, Evry,  NMD  (1883-1889), 4E/3339, vue 67/262. []
  33. Thèse de Déborah COLIN, Histoire de la municipalité d’Évry : étude de la vie politique et des mutations du pouvoir municipal de Charles Bonaventure Delage à Manuel Valls (1787-2008), 2016, sous la direction de Jean-Louis Loubet Université Paris-Saclay (ComUE). Tome 1. Page 818 et suivantes, ici. []
  34. AD57, Hayange, NMD 1843-1852, 9NUM/1MIE311/141843-1852, vue 143/500 ici. []
  35. AD 75, 1917,  18 D 276,  acte 1265, vue 19/31 ici. []
  36. Le Nouvelliste du 15/3/1884, ici. []
  37. J.O. de la République française du 20 août 1877, page 5893, ici. []
  38. Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880), ici. []
  39. L’Annuaire de la Nouvelle Calédonie, 1890. []
  40. Source familiale. []
  41. B.O. du Ministère des Colonies, 1/1/1905, voir ici. []
  42. Communiqué par Pierre Escalier des Orres. []
  43. Encyclopédie des messageries maritimes ici. []
  44. Le Sémaphore de Marseille du 14/6/1902, page 1, ici. []
  45. Communiqué par Georges COQUILHAT, historien de la Nouvelle Calédonie et de sa presse voir son site ici. []
  46. Saisi par Pierre ESCALIER des ORRES, que nous remercions à nouveau. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Plomb

PLOMB, Charles (1837-1911)

Charles Plomb, La Patrie suisse, décembre 1911. Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève.

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Issu d’une modeste famille d’artisans, Charles-Honoré Plomb, tantôt ouvrier-bijoutier, tantôt opticien, est le jeune bibliothécaire de la BAI-III. Il se passionne pour les mouvements coopératifs et l’AIT naissante. Il a appris le chant grâce à l’Association philotechnique, ce qui lui permet, au lendemain de la Commune, de devenir professeur de solfège au Conservatoire de Genève et critique musical.

NOM : PLOMB Prénoms : Charles Honoré

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 231

Rôle dans la BAI-III : bibliothécaire de 1861 à 1871

État-civil et famille : Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Plomb

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Ildephonse Favé

FAVÉ, Ildephonse (1812-1894)

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Surveillant des Amis de l’instruction ou philanthrope libre de ses actes ? Qui est Ildephonse FAVÉ, aide de camp de Napoléon III, présent parmi les Amis de l’instruction au moins de 1861 à 1868 ?

 

NOM : FAVÉ

Prénoms : Ildephonse [Idelphonse sur l’acte de naissance]

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 981

Rôle dans la BAI-III :

il aurait apporté par philanthropie son soutien afin que la bibliothèque des Amis de l’Instruction obtienne les autorisations nécessaires à son ouverture. D’autres voient en lui un des espions impériaux de la bibliothèque lors de sa fondation…

État-civil et famille : Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Ildephonse Favé

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []