Archives de catégorie : Billets

La Bibliothèque populaire municipale de Toulouse (Blog d’histoire culturelle et sociale de la Ville Rose)

Règlement intérieur de la Bibliothèque populaire Municipale. 1885. Ville de Toulouse : Archives Municipales, 2R19. Cliché MC.

 

Je signale avec grand plaisir trois billets du blog Fragments d’histoire(s) de Toulouse (XIXe~XXe siècles) – Blog d’histoire culturelle et sociale de la Ville Rose qui portent sur la Bibliothèque populaire municipale de Toulouse : Continuer la lecture de La Bibliothèque populaire municipale de Toulouse (Blog d’histoire culturelle et sociale de la Ville Rose)

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie II – LA BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLETTE)

On a vu dans le précédent billet que la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (BAI-XIX) est née dans le quartier de la Villette en 1868 grâce aux efforts d’Auguste Vorbe et aux dons du  bibliophile Jacob. Les documents conservés par les Archives de la Ville de Paris, les statuts imprimés et quelques entrefilets dans la presse permettent de reconstituer en partie les débuts de la BAI-XIX. Deux aspects font en effet particulièrement défaut : la sociologie des adhérents, faute de statistiques et de listes conservées, n’est pas connue ; la composition du fonds ne peut être que très imparfaitement repérée, le premier catalogue imprimé datant de 1882 et les catalogues manuscrits ayant disparu…

I/ Les premiers animateurs de la BAI-XIX : une inscription dans le quartier de la Villette

Les historiques de la BAI-XIX dressés à la fin du XIXe et au milieu du XXe siècles (voir billet précédent)  permettent de repérer que la bibliothèque est fondée en 1868 avec la volonté de ne pas indisposer l’administration impériale et les édiles parisiens. En effet, le contexte est difficile : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III) a failli fermer suite au mécontentement du maire d’arrondissement, les bibliothèques populaires de Saint-Étienne et d’Oullins ont fait l’objet de pétitions portées devant le Sénat en 1867 et 18681, et d’autres bibliothèques peinent à obtenir les autorisations administratives nécessaires. Les créateurs de la BAI-XIX suivent par conséquent les recommandations de la Société Franklin (qui préconise de fluidifier les relations avec les autorités en donnant la présidence au maire ou à un édile local), et proposent la présidence à Alfred Mallet, édile parisien du XIXe arrondissement résidant boulevard de la Villette. Celui-ci a en effet un itinéraire socio-professionnel et intellectuel entrant en résonance étroite avec les préoccupations des fondateurs des bibliothèques populaires (Voir billet précédent). On a donc la même configuration qu’à la BAI-III : un président qui s’intéresse à l’instruction du peuple (à la BAI-III c’est Auguste Perdonnet) et laisse œuvrer les véritables fondateurs (à la BAI-III, Girard) tout en donnant la respectabilité nécessaire à l’association. À la BAI-XIX, Auguste Vorbe2 est désigné comme l’un des secrétaires, dans le premier des bureaux dont on connaît la composition, celui de 1876.

 

NOM/ PRÉNOM FONCTION DANS LA BAI-XIX EN 1876 PROFESSION ADRESSE PERSONNELLE
LACROIX Paul (Bibliophile Jacob) Président honoraire et bienfaiteur Conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal Np.
MALLET Président du CA Conseiller municipal 54 boulevard de la Villette
HERVE Vice-président du CA Employé 1 rue Debrousse
VORBE, A. Secrétaire du CA Fondeur 75 rue d’Allemagne
PANIER Secrétaire du CA Employé 184 rue d’Allemagne
FEUTRY Trésorier du CA Négociant en bois 169 rue de Crimée
LANHER Trésorier du CA Employé 211 rue d’Allemagne
ROUSSEL Comptable du CA Employé 94 rue de Meaux
BESCHER, Paul Administrateur Employé 136 rue de Belleville
BITRY Administrateur Employé 107 rue d’Allemagne
BRAIN Administrateur Négociant en vins 81 rue de Meaux
DEBORD Administrateur Charron Avenue Laumière
DESCHAMPS Administrateur Forgeron 95 rue de Crimée
DURGY, Just Administrateur Employé 108 rue de Flandre
GUICHETEAU (E.) Administrateur Commissionnaire en bestiaux 100 rue d’Allemagne
MARECHAL (Eug.) Administrateur Fondeur 128 rue de Crimée
MARTIN (E.) Administrateur Propriétaire 48 rue Petit
MARTIN Administrateur Épicier 64 rue d’Allemagne
DE PREAUX Administrateur Employé 5 rue Meynadier
RUPPE Administrateur Employé 53 rue de l’Ourcq
SCHULTES Administrateur Employé 127 rue d’Allemagne
DUCROT Administrateur-adjoint Employé 110 rue de Meaux
FOUCHARD Administrateur-adjoint Mécanicien 4 rue Tandou
LEGRAND Administrateur-adjoint Employé 110 rue de Meaux
LOUVET Administrateur-adjoint Employé 78 rue de Belleville
POMMIER Administrateur-adjoint Forgeron Aubervilliers

Sur les 26 membres, 7 résident rue d’Allemagne, 4 rue de Meaux,  rue de Crimée. Deux vivent en dehors de l’arrondissement, le Bibliophile Jacob, logé à la bibliothèque de l’Arsenal (voir le prochain billet), et un forgeron d’Aubervilliers (commune voisine). Les métiers correspondent étroitement à la sociologie du quartier. La rue d’Allemagne (actuelle avenue Jean-Jaurès) est alors une rue populeuse, fourmillant en activités diverses, délimitant une partie du quartier de La Villette (La Villette, ancienne commune annexée à Paris en 1859, comprenait les quartiers du Pont-de-Flandre, d’Amérique, du Combat et de La Villette). En effet, le quartier de La Villette est devenu, grâce au bassin de La Villette (10 000 bateaux par an en 1860), au chemin de fer de l’Est, aux abattoirs et à l’usine à gaz, la zone industrielle la plus dynamique de Paris dans la décennie 1870. Les fondateurs de la BAI-XIX travaillent dans les nouvelles entreprises et maisons  créées au milieu de cette effervescence.

Compagnie parisienne d’éclairage et de chauffage par le gaz : vue des usines et des ateliers / A. Fernique, photogr. Auteur : Fernique, Albert (1841-1898). Photographe Éditeur : [Ecole nationale des ponts et chaussées] (Paris) Date d’édition : 1878-1880. Gallica (BnF).

Comme dans les autres bibliothèques populaires, le recrutement des animateurs de la BAI-XIX est donc lié à des relations de voisinage et/ou de travail, à de possibles affinités politiques, à une demande d’instruction pour tous, et   à des préoccupations philanthropiques. On retrouve par exemple Feutry et Vorbe dans le comité du bureau de bienfaisance du XIXe arrondissement en 18973.

II / Les débuts de la BAI-XIX : sous le signe de la mutualité

Les statuts de la BAI-XIX sont inspirés de ceux de la BAI-III modifiés en 18624, l’appellation “amis de l’instruction” indiquant déjà une filiation. Dès le premier article, la BAI-XIX insiste sur l’idée de la mutualité, ce que n’avait pas fait la BAI-III en 1861-1862, peut-être pour des raisons politiques :

ARTICLE PREMIER. – Une Société, basée sur le principe de la mutualité, est fondée dans la 19e circonscription de la ville de Paris, sous la dénomination de : Bibliothèque des Amis de l’Instruction du19e Arrondissement5.

On notera aussi avec intérêt que l’article 4 de la BAI-III (« Cette association a pour but de procurer à ses adhérents tous les livres nécessaires à leur instruction ou à leur délassement ») devient l’article 2 de la BAI-XIX avec une explicitation :

Cette association a pour objet de mettre à la disposition de ses sociétaires les livres nécessaires à leur instruction, au développement de leurs facultés morales et intellectuelles, et à leur délassement6.

L’article 3 introduit quant à lui l’idée de lecture sur place, ce que n’avait pu mentionner la BAI-III, les autorités administratives ne souhaitant sans doute pas que les sociétaires puissent se trouver ensemble sans surveillance dans un lieu commun :

Les livres peuvent être lus dans la salle de la Bibliothèque ou emportés à domicile7.

Les dispositions concernant les conditions pour être sociétaire et emprunter les livres sont sensiblement les mêmes qu’à la BAI-III. On retrouve par exemple l’idée d’une cotisation des femmes inférieure de moitié à celle des hommes, afin de permettre aux femmes modestes (ayant de plus faibles revenus que les hommes, et souvent isolées en ville) de s’instruire. La BAI-XIX a en revanche ajouté des articles spécifiques sur les dons qui correspondent peut-être à une situation particulière. Si la BAI-III a eu de nombreux donateurs, la BAI-XIX a un donateur très généreux (Paul Lacroix, voir prochain billet) et des donateurs de renom :

Article 36  . – Les bienfaiteurs et donateurs de la Bibliothèque sont :

Les auteurs qui ont mis leurs œuvres à la disposition de la Société.

Les personnes qui, par des dons de livres, par des souscriptions ou donations particulières, contribuent au développement et à la prospérité de la Bibliothèque.

Art. 37. Les noms des bienfaiteurs et des donateurs, inscrits sur un registre spécial, sont proclamés en Assemblée générale8.

Le fonctionnement de la BAI-XIX peut être retracé au gré des rares rapports d’activité dressés en Assemblée générale qui subsistent des années 1875-18769. Ils ont été rédigés au préalable ou retranscrits par Auguste Vorbe et portent l’empreinte de ses croyances personnelles. Ils débutent en effet par des développements sur l’instruction largement inspirés par son engagement positiviste (Voir le prochain billet) et ses lectures. La  bibliothèque populaire est placée par Vorbe parmi les vecteurs du progrès par la science, la technicité  et l’instruction :

Exposé de la situation morale de la Bibliothèque populaire du 19e arrondissement.

Les livres sont les propagateurs de l’instruction, ils augmentent nos idées et nous procurent des jouissances élevées inconnues à ceux qui n’aiment pas ces amis fidèles ; ils nous donnent la merveilleuse faculté de vivre dans tous les temps.

En remontant le cours des années écoulées, à travers les siècles et malgré la mort, ils nous permettent de converser, de nous entretenir avec les grands hommes de l’Antiquité. Et les savants, les philosophes, les poètes et les orateurs des temps anciens revivant dans d’innombrables lectures sont ainsi augmentés, amplifiés, multipliés à l’infini.

L’instruction est la compagne du progrès. Elle rend plus agréables les relations des hommes entre eux, elle utilise les forces de la nature, les asservit à nos besoins, les transforme : la vapeur supprime la distance et l’électricité unit la pensée des peuples.

Par l’instruction l’Humanité, indéfiniment perfectible, marche vers le bien, vers le beau entier ayant sans cesse une perfection supérieure à celle qui est réalisée.

Par l’instruction, par l’élévation de ses idées, l’homme s’élevant davantage dans l’ordre intellectuel, grandit la distance qui le sépare des autres êtres. La Science lui apprend la véritable place qu’il occupe dans la nature et le met en relation avec tout l’Univers.

La Science des grands génies de l’Humanité : des Copernic, des Galilée, des Newton, a fait descendre l’homme du fastueux piédestal que lui avait élevé l’assurance orgueilleuse et la superstition, elle lui a montré l’immensité de l’Univers ; Sphère infinie, a dit Pascal, dont la circonférence est partout et le centre nulle part : elle lui a fait voir, à lui qui se croyait seul digne des faveurs célestes, le peu de place qu’il occupait dans le sein de la Nature.

Mais, si d’un côté, l’Astronomie a retiré à l’homme une grandeur fictive, de l’autre, elle lui en a donné une réelle ; la véritable grandeur qui peuvent donner l’amour de la vérité, l’intelligence et la raison.

La Science en apprenant à l’homme toute l’étendue de sa responsabilité, lui donne un sentiment plus profond de la Justice ; par la Justice, l’homme se sent en relation non seulement avec ses semblables ; mais encore avec les humanités sans nombre qui peuplent l’espace. Qu’elles [sic] que soient la diversité des lois physiques auxquelles obéissent les mondes nous pouvons affirmer qu’ils sont soumis aux mêmes  lois morales. Les immuables vérités mathématiques sont les mêmes pour eux que pour nous ; comme nous, ils ont besoin de Justice pour se gouverner et de liberté pour développer leurs facultés intellectuelles.

En travaillant pour le bien de tous, en faisant des œuvres de Justice, l’homme, du grain de sable qu’il habite, contribue à l’ordre universel.

Les bibliothèques populaires qui sont le complément nécessaire de l’école, ainsi que nous avons déjà eu l’honneur de vous le dire dans un de nos précédents rapports, sont pour ceux qui ne peuvent acheter des livres, un puissant moyen de propagande de l’Instruction10 […]

Ce positionnement idéologique d’Auguste Vorbe explique partiellement son engagement en faveur de conférences pour les bibliothèques populaires sur des thématiques diverses dont il est un des plus précoces et zélés fondateurs (voir le prochain billet). Il s’agit en effet non seulement de permettre aux gens de lire mais d’accéder aux découvertes les plus récentes menant à l’émancipation intellectuelle, en leur donnant les ressources nécessaires comme le souligne l’article 1 des statuts. Il nous permet aussi de comprendre l’obstination avec laquelle il tente d’obtenir les ouvrages les plus récents pour la bibliothèque (voir également le prochain billet).

Vorbe semble en revanche avoir moins accordé d’importance aux statistiques et à l’organisation de la bibliothèque que d’autres fondateurs de BAI. Dans les deux rapports qui nous sont parvenus, les statistiques sont données rapidement, sans analyse particulière des efforts à mener ou des résultats obtenus.

Les chiffres dont nous disposons sont donc les suivants :

Série Nombre de volumes de la série lus en 1874
Littérature 2108
Romans 1286
Histoire 289
Géographie 248
Philosophie 58
Histoire naturelle 44
Théâtre 30
Sciences diverses 27
Mathématiques 26
Hygiène et médecine 21
Chimie et physique 12
Industries 6
Beaux Arts 3
Législation 1
Agriculture 1
TOTAL 416011

Faute de connaître la composition précise du fonds à cette date, il n’est pas possible d’analyser les sorties en fonction des ouvrages proposés. On remarquera cependant des tendances similaires à celles que d’autres BAI, plus férues de statistiques, déplorent alors : un intérêt indéniable pour la littérature et les romans, plus mesuré pour l’histoire et la géographie, et peu de sorties d’ouvrages “instructifs”. Vorbe précise en revanche que les sorties ont augmenté de 500 ouvrages par rapport à l’année précédente. Estimant que sur les 515 sociétaires (contre 370 l’année précédente), 150 sont “sérieux”, il en tire la conclusion qu’un lecteur sérieux”  a lu en moyenne 28 volumes durant l’année 1874. S’il se félicite des résultats et de la générosité des donateurs12, Vorbe ne cache pas les difficultés d’organisation de la bibliothèque dans son rapport sur l’année (1874) écoulée.  Il indique que faute de ressources suffisantes, la bibliothèque renonce à l’aide d’un bibliothécaire rémunéré, et que la distribution des ouvrages repose sur la bonne volonté des membres du conseil après leur journée de travail.

On trouve également dans les archives qui subsistent un compte-rendu de l’Assemblée générale de 1877  dressant un bilan très rapide de 187613. Si ce bilan déplore une baisse du nombre de lecteurs par rapport à 1875, les chiffres restent satisfaisants : la bibliothèque possède 4534 documents, et 7377 volumes ont été au total empruntés. La baisse “regrettable” est imputée  aux événements politiques qui font que “le journal remplace le livre”.  Le compte-rendu préconise la “patience” et à la “réserve” pour ne “donner aucun prétexte à des hostilités plus ou moins déguisées”, rappelant que les événements récents [du 16 mai] ” font de la circonspection un devoir”. Les bibliothèques populaires ont été tout aussi bridées sous l’Ordre moral que sous le Second Empire. Dans le contexte très complexe de  la crise du 16 mai 1877, les administrateurs de la BAI-XIX hésitent donc encore à  manifester leur soutien aux républicains (ils le feront très largement par la suite), craignant  une fermeture possible de la Bibliothèque.

III/ Une bibliothèque républicaine dans les années 1880-1900, avec pour “apôtre” le libre-penseur Auguste Vorbe

Dans les années 1880-1900, la BAI-XIX compte toujours dans ses membres les plus actifs Auguste Vorbe qui remplit des fonctions diverses au CA. Le 30 mars 1878, il fait d’ailleurs partie des lauréats de la Société Franklin qui récompense chaque année les personnalités les plus actives des bibliothèques populaires14. En effet, la BAI-XIX, si elle manque toujours de moyens (le premier catalogue n’est imprimé qu’en 1882), se distingue par des activités multiples, comme des conférences  et l’organisation de concours de diction pour les enfants, activités dont on reparlera dans le prochain billet sur la BAI-XIX.

La première trace dans la presse d’une activité politique officielle de Vorbe date de 1879, même si la famille ne se fait pas mystère depuis une vingtaine d’années de ses sympathies républicaines (voir billet précédent). Il est alors un des soutiens du député d’extrême-gauche François Allain-Targé, ami de Gambetta :

M. Allain-Targé, député du 19e arrondissement, avait convoqué hier ses électeurs, salle Chaynes, 12, rue d’Allemagne, pour leur rendre compte du mandat qu’ils lui ont confié (…) Le bureau, élu par acclamation, se composait de MM. Spuller, président, docteur Leroyer et Vorbe, assesseurs15.

On remarquera que la rue d’Allemagne est alors l’épicentre d’une activité républicaine. La salle Chaynes accueille les manifestations politiques comme les conférences de la BAI-XIX, située dans cette même rue qui abrite aussi la fonderie de Vorbe. C’est aussi dans la salle Chaynes que Vorbe fait de la BAI-XIX le soutien d’actions à destination des plus défavorisés. En décembre 1880, la BAI-XIX organise par exemple une fête de soutien à la fondation d’une Caisse des orphelins et enfants abandonnés dans l’arrondissement.  La Lanterne souligne que “Le service d’ordre est fait par les membres de la Bibliothèque, leur infatigable président, M. Vorbe, en tête, avec l’empressement sympathique de vieux républicains16”. Trois membres de la BAI-XIX (Rampon, Maréchal, Potron) sont d’ailleurs élus au premier bureau de cette Caisse des Orphelins17.

On retrouve Vorbe en 1882 dans les  commissions municipales scolaires pour la ville de Paris, instituées par la loi du 28 mars 1882 sur l’obligation de l’instruction primaire pour surveiller et encourager la fréquentation des écoles. Il fait  naturellement partie de la commission du XIXe arrondissement18. En 1890, il franchit le pas et se présente aux élections :

Le comité républicain radical antiboulangiste présente la candidature de M. Auguste Vorbe, fondeur, qui adresse aux électeurs un appel dans lequel nous lisons :

La réalisation du programme municipal qui m’a été imposé n’est pas le seul motif qui a déterminé le comité antiboulangiste à m’offrir la candidature. En raison de mon dévouement aux institutions qui ont pour but l’amélioration du sort de la classe la plus nombreuse, en raison surtout de la fermeté de mes convictions républicaines, mes amis ont pensé que l’union des vrais républicains, ceux, qui n’admettent pas qu’une nation soit subordonnée à un individu, pourrait se faire sur mon nom19.

Le Rappel évoque cette candidature en insistant sur l’appartenance de Vorbe au quartier et son engagement pour la bibliothèque populaire :

Un groupe d’électeurs républicains du quartier de la Villette a offert la candidature au citoyen Auguste Vorbe, fondeur en fer, 75, rue d’Allemagne.

Le citoyen Vorbe habite le quartier de la Villette depuis trente-trois ans, et il n’a cessé de se signaler par son dévouement à la cause républicaine. Il est un des fondateurs de la bibliothèque populaire de la Villette20.

En ballotage au premier tour, Vorbe se trouve élu pour le quartier de la Villette sous l’étiquette radical-socialiste à l’issue du second tour, dans un climat particulièrement tendu. Il bénéficie en effet du désistement de Jules Proal, un “révisionniste” (favorable donc au boulangisme). Il fait bientôt partie de la commission municipale de la mairie de Paris  qui s’occupe de l’Enseignement et des Beaux-arts. Dès 1890, son zèle pour l’Instruction et notamment pour les bibliothèques populaires se fait sentir lors du vote du budget :

M. Pierre Baudin rapporte divers articles ayant droit à des subventions : 7,000 fr. pour distribution de prix aux élèves des écoles de la banlieue ; 25,000 fr. pour entretien de cours d’adultes ; 4,000 fr. pour les bibliothèques pédagogiques cantonales, etc. De son côté, M. Vorbe fait adopter les articles suivants : 21,100 fr. pour les bibliothèques populaires de Sceaux et de Saint-Denis ; 12,000 fr. à titre de subvention pour l’enseignement du chant dans les communautés suburbaines21.

En 1891 une proposition de Vorbe déchaîne la presse. Il a en effet proposé une communion laïque en lieu et place de la communion catholique. Les journaux cléricaux et tous ceux que la libre-pensée indisposent le brocardent. La Croix indique :

Le citoyen Vorbe espère qu’on lui prêtera le Panthéon pour cette parodie, aussi sacrilège que ridicule. En province, on devra se contenter de se réunir autour de la statue d’un grand homme. On dit que M. Vorbe va envoyer son buste à toutes les communes de France qui manqueraient de statues 22.

Dans “Les rigolades laïques”, Le Petit Caporal est encore plus violent, dans un texte très acerbe non seulement contre Vorbe mais contre le quartier populaire de La Villette :

Singer les rites de l’Église à la naissance, au mariage et à la mort, c’était déjà très gentil, mais cela ne devait point suffire aux pontifes de la Libre Pensée. L’un d’entre eux, le citoyen Vorbe, — un conseiller municipal, s il vous plaît, — s’est dit qu’il n’était pas juste de priver la marmaille de la Villette d’un jour de fête aux environs de la douzième année. Il avait remarqué, le brave homme, que, tous les ans, vers le mois de mai, on rencontre dans les rues des enfants endimanchés,les filles habillées de blanc, les garçons portant au bras un brassard à fils argentés.  Qu’est-ce que font ces mioches ? a dit un jour l’honorable conseiller à un brave ouvrier qui regardait d’un œil attendri un groupe d’enfants sortant de l’église. Il viennent de faire leur première : communion, les bons petits, lui fut-il répondu. Ah! très bien, répliqua le citoyen Vorbe, nous aviserons à remplacer cela. Et il institua la première communion laïque. Celle-ci aura lieu tous les ans, non  au mois de mai, mais le 4 août. Les filles, seront amenées en grande pompe par leurs parents dans la grande salle d’un mastroquet de la barrière et là on fera ripaille. Seulement, il sera interdit aux jeunes de se pocharder avant d’avoir prêté un serment solennel. Ce serment, j’en ai lu il y a quelques jours la formule je ne sais plus où. Voici comment les choses doivent se passer. Les ancêtres se grouperont à un  bout de la salle au dessous d’une image représentant Marianne, et les mômes défileront devant eux en jurant à tour de rôle fidélité à la « Trinité Humaine, c’est à dire à l’Humanité, à la Famille et à la Patrie. » Après quoi, la fête commencera et jeunes et vieux auront le droit de s’en fourrer selon la capacité de leur bourse et de leur estomac. On dira tout ce qu’on voudra, mais ce citoyen Vorbe a des idées qui ne viendraient pas au premier venu. Je m’étais souvent dit que les libres-penseurs étaient des imbéciles. Je tiens à  faire ici amende honorable. S’ils sont généralement idiots, il en est parmi eux qui comprennent la rigolade, et, ma foi, je ne cache pas qu’ils m’ont procuré de bons moments23.

De la même manière, la présence du conseiller municipal Vorbe aux commémorations autour du Mur des Fédérés ne passe pas inaperçue et est relayée par plusieurs journaux :

AU PÈRE-LACHAISE

-. C’était hier le 24 mai et, comme les autres années, toutes les fractions communardes ou socialistes se sont rendues au cimetière du Père-Lachaise pour célébrer ce qu’elles appellent « l’anniversaire de la semaine sanglante ».

Ces réunions se ressemblent toutes. Leur principal objet est de se compter et de se disputer entre possibilistes, broussistes, guesdistes et autres partis en iste. Quelquefois ces disputes ont été jusqu’aux coups de poing, de canné et de revolver. Aussi la préfecture de police prend-elle soin d’envoyer une brigade centrale de gardiens de la paix et un peloton de cavaliers de la garde républicaine. Cette année, heureusement, on s’est borné à des charades. Ainsi, la couronne qui portait le nom de L’Intransigeant a été enlevée et placée sur le monument de M. Thiers, où, en enlevant deux lettres, on a laissé transigeant.

Tour à tour, MM. Brousse, Caumeau, Réties, Prudent, Dervillers, Heppenheimer, Vorbe, André Gély, Gaulard et Mme Astié de Valsayre ont fait des discours à leurs partisans, qui les ont acclamés. On a déposé des couronnes sur les tombes des citoyens Joffrin, Chabert et Simon-Soëns. On a fait flotter le drapeau rouge et le drapeau noir devant le « mur des fédérés ». On a crié : « Vive la Commune ! Vive l’anarchie ! » et le soir on a banqueté dans diverses brasseries…

Peut-être la pluie a-t-elle beaucoup aidé au maintien de l’ordre. Cela nous fera lui pardonner d’avoir gâté encore un dimanche de printemps24.

La pensée de Vorbe, curieux mélange de positivisme (voir billet suivant), de libre-pensée et d’idées républicaines, est mise au service des bibliothèques populaires et inversement.  Souvent tourné en dérision par les journaux, son esprit idéaliste le pousse à produire de longs discours pour lesquels il trouve une tribune devant l’auditoire des bibliothèques populaires, lors des assemblées générales (voir plus loin). Ses adversaires dénoncent une inconstance politique, grief alors souvent adressé aux radicaux. On le trouve tantôt du côté des conservateurs tantôt dans des actions de sympathie à l’extrême-gauche. Néanmoins, son ancrage demeure le même : l’aide à l’instruction du peuple de La VIllette dans l’espoir d’amener ainsi le progrès. Toutes ses activités municipales se cristallisent autour d’encouragements à des œuvres scolaires, à des caisses pour les orphelins, à des mutualités, etc. Dans Le Rappel, en mai 1892, ce “partisan ardent de l’initiation civique des enfants […] figure d’apôtre, encadrée d’une vigoureuse chevelure” revient sur l’idée des communions laïques, son souhait d’une “fête planétaire pour le centenaire de Christophe Colomb”, et sa conception du premier mai :

Ce serait la fête du travail universel, la moralisation éclatante d’une date qui semble consacrée par l’adhésion du prolétariat international. En s’y associant, les pouvoirs publics se placeraient au-dessus de l’habileté vulgaire, ils accompliraient un acte de prévoyance sociale.

Je rêve, du reste, tout un système de fêtes ayant pour but de rendre la vie attrayante sur tous les points du territoire. Il faut revenir aux traditions démocratiques, substituer aux saints métaphysiques de l’Église des saints laïques, encourager les commémorations locales.

— Eh mais, monsieur, c’est un peu le panem et circenses des césars ?

– Avec cette différence, réplique en riant M. Vorbe, que tout le monde est césar en République25.

En juillet 1892, il parvient à faire voter au Conseil municipal parisien une somme de 214,600 fr.  répartie entre divers établissements d’enseignement, des chambres syndicales ouvrières, des Associations et des Cours, dont “15,000 fr. à l’association philotechnique: 15,000 à l’association polytechnique ; 18,000 aux écoles Élisa-Lemonnier ; 8,000 à la société d’horlogerie de Paris ; 5,000 aux cours commerciaux du Grand-Orient26”. On retrouve là les réseaux de soutien aux bibliothèques populaires du Second Empire27: associations philotechnique et polytechnique, franc-maçonnerie, etc.

En septembre de la même année, il préside la fête donnée au théâtre de la Villette au profit des ouvriers malades, et fait un discours remarqué où il donne son appui aux syndicats ouvriers28. On le retrouve en effet parmi les orateurs qui soutiennent différentes grèves : grève des ouvriers du gaz en août 1892, grève des casseuses de sucre et des scieurs de sucre en septembre 1892, etc. En 1893, il reçoit donc l’appui du Comité socialiste de son quartier pour se représenter, “considérant que le citoyen Vorbe s’est conduit loyalement pendant la durée de son mandat, qu’il a toujours tenu avec fermeté et honneur le drapeau des revendications populaires et des droits de Paris, s’engage à soutenir énergiquement sa candidature et fera tous ses efforts pour la faire triompher aux élections municipales du 16 avril29”. Cette nouvelle candidature suscite les moqueries fielleuses de La Libre Parole :

Vorbe. — Long, voûté, chevelu, barbu, tout blanc, déambule comme un canard, porte des lunettes, mais regarde par-dessus. L’air timide, boiteux. N’a jamais pardonné à ses collègues de lui avoir fait gravir les six marches aboutissant au secrétariat, à lui qui a toujours reculé devant les quatre de la tribune. N’a fait de mal à personne, puisqu’il n’a rien fait. Semble avoir la nostalgie de sa fonderie; les électeurs de La Villette seraient coupables en ne l’y renvoyant pas30.

Le Temps, 18 avril 1893. Gallica (BnF).

La réélection à une large majorité de Vorbe (voir résultats ci-dessus) tend à prouver que ses électeurs ont apprécié son premier mandat. Son second mandat est également dominé par le soutien aux classes modestes. Il fait par exemple partie en 1894 des fondateurs  la Soupe populaire du XIXe arrondissement. Les élections de 1896 lui valent des déclarations très hostiles de La Libre  Parole qui lui reproche entre autres sa lutte contre l’antisémitisme :

QUARTIER DE LA VILLETTE Représenté depuis 1890 par M. Vorbe, radical socialiste; s’occupe surtout à l’Hôtel de Ville des questions d’enseignement. Repassa très facilement en 1893 ; il n’en sera probablement pas de même cette fois, car sa réélection est vivement combattue par divers candidats, parmi lesquels au premier rang, M. Feitesse, socialiste révisionniste, et M. Henri Gilmer, républicain catholique. Anticlérical farouche, M. Vorbe se prononça nettement en 1890 contre le mouvement antisémite dont l’impulsion, disait-il, « est due à des esprits dénués de valeur philosophique et absolument rétrogrades. » Ces paroles, dans la bouche du conseiller insignifiant du quartier de la Villette, laissent l’esprit rêveur… Les électeurs indépendants du quartier se souviendront de ces déclarations dénuées de valeur philosophique, et ne renverront pas M. Vorbe à l’Hôtel de Ville31.

Le Radical appuie quant à lui la candidature de Vorbe dont il loue la  quête philosophique :

M. Vorbe est entré au Conseil municipal en 1890. C’est un doux philosophe qui va et vient dans la vie comme à l’Hôtel de Ville, sans bruit, sans heurt, tout en étant un esprit décidé.

On dirait que, si rien ne l’étonne, rien, non plus, ne le prend au dépourvu. Ancien membre de la municipalité du dix-neuvième arrondissement, M. Vorbe s’est présenté candidat aux élections municipales avec un programme très net : autonomie communale, abolition des privilèges, suppression du Sénat et vote obligatoire pour tous les électeurs. Sa sanction serait que l’électeur qui n’exerce pas ses droits électoraux soit privé de ses droits civiques.

Il s’occupe des questions d’enseignement et, dans une sphère plus personnelle, il a pris part aux travaux de l’histoire de Paris pendant la Révolution.

M. Vorbe a contre lui un candidat catholique, un ouvrier typographe, un conseiller prudhomme du parti broussiste et un socialiste indépendant, cocher de fiacre.

Nos renseignements disent que M. Vorbe passera au premier tour32.

Vorbe enchaîne donc les mandats, et se consacre dans son arrondissement et la capitale aux actions philanthropiques, à l’instruction, et à la mémoire des grands hommes (il est à l’origine de l’érection de plusieurs statues). Il  n’oublie pas de faire prospérer sa passion de jeunesse, les bibliothèques populaires. Son appartenance aux commissions successives de l’instruction de la Ville de Paris lui permet de les valoriser et de les épauler. Il  accueille par exemple, au titre de conseiller municipal,  le premier congrès parisien de la “Library Association of the United Kingdom” tenu en 1892 33.

En 1876, les bibliothèques populaires libres de Paris se sont fédérées en un Syndicat sous l’impulsion de Jean-Baptiste Girard, le fondateur de la première Bibliothèque des Amis de l’lnstruction34 et de ses premiers compagnons de lutte comme Delamarche et Harant35. Dans les années 1890, Vorbe devient président de ce syndicat et du fait de son statut de conseiller municipal en charge des questions de l’Instruction à Paris occupe une place privilégiée pour soutenir les bibliothèques populaires de la capitale et de la banlieue. Les sympathies socialistes des fondateurs des bibliothèques populaires peuvent s’exprimer à l’occasion de l’anniversaire du 21 février 1848 :

Le Syndicat des bibliothèques populaires libres de Paris et du département de la Seine a donné hier soir dans les salons Vianey, quai de la Rapée, un banquet sons la présidence de M. Bassinet, président du Conseil général de la Seine. On remarquait à la table d’honneur MM. Vorbe, président du syndicat; Albert Pétrot, député; Meurgé, maire du cinquième arrondissement ; Jules Lermina, Turban, secrétaire général, et Leboucher, vice-président du Syndicat. Après de nombreux toasts, portés à la République et à l’Œuvre des bibliothèques libres, M. Coutard a dit diverses poésies que l’Assemblée a vivement applaudies .

La plus franche cordialité n’a cessé de régner durant le banquet qui s’est prolongé jusqu’à minuit36.

L’action de Vorbe à la tête du Syndicat est aussi destinée à fédérer les efforts de ces bibliothèques et à leur obtenir des soutiens. C’est ainsi qu’il dresse pour la municipalité de Paris des rapports annuels qui soulignent l’oeuvre accomplie. On peut lire ici le rapport qu’il présente en 1897 au nom de la 4e Sous-Commission  du budget et du contrôle sur les Bibliothèques populaires libres de Paris, à partir du  bilan dressé par le secrétaire général du Syndicat des bibliothèques populaires libres. Ce bilan, très détaillé, offre des perspectives intéressantes sur la mission et la vitalité des populaires,  même si le tout est probablement enjolivé pour des raisons évidentes. Il décrit notamment les actions telles que les cours, conférences, visites, etc (voir le billet suivant), ce qui lui permet d’obtenir les 34 000 francs qu’il demande chaque année au Conseil municipal.  La Presse du 10 janvier 1898 revient dans un long article (dont on voit le début ci-dessous)  sur le rapport de Vorbe (dont le nom est écorché !).

 

La Presse, 10 janvier 1898. Gallica (BnF).

Vorbe  espère ainsi motiver toujours davantage les membres  de la BAI-XIX, comme il le souligne lors de l’Assemblée générale en 1892, alors qu’il est président de la bibliothèque :

Monsieur Vorbe demande à l’Assemblée de bien vouloir l’excuser s’il n’apporte pas de rapport écrit. Ses nombreuses occupations au Conseil municipal l’en ont empêchées [sic], que notamment chargé du rapport sur les livres de prix à décerner aux élèves des écoles de la Ville de Paris, il avait été obligé d’en lire une très grande quantité. mais que néanmoins il ne cessait de s’occuper des bibliothèques populaires, lesquells sont pour lui les préférées et qu’une preuve qu’il en pouvait donner c’est qu’à la suite de son rapport sur les bibliothèques, le Conseil avait diminué la somme qu’elle alloue annuellement aux bibliothèques municipales, mais que les bibliothèques populaires avaient touché sans aucune diminution les subventions annuelles. Il ressort donc de ces faits que les bibliothèques populaires doivent pour légitimer la subvention de 34. 000 francs qui leur est allouée, faire de leur mieux pour la mériter, entre autres q’il faut s’occuper de multiplier les conférences qui sont un enseignement oral ajouté à l’enseignement écrit37.

Notons enfin que la fonction de Vorbe au Conseil municipal lui permet d’inciter ses collègues à voter l’acquisition de livres pour les bibliothèques de la ville. C’est ainsi que, selon La Petite République, il fait acheter en 1899 cent exemplaires de L’idéalisme social d’Eugène Fournière. Ce dernier, ” ouvrier bijoutier ; autodidacte ; journaliste notamment à La Revue socialiste, à La Petite République et à La Lanterne ; militant ouvrier et député socialiste ; coopérateur ; professeur à l’École polytechnique et au Conservatoire des Arts et Métiers38” est bien un personnage emblématique du combat de Vorbe pour une instruction émancipatrice …

« L’Idéalisme social ». Tout le monde connaît de nom le dernier et bel ouvrage de notre ami Eugène Foumière, que tout le monde aussi voudrait pouvoir lire, devinant par avance combien il doit y exprimer de belles idées, dans le style élevé, précis et élégant dont tous ses écrits portent la marque. Le Conseil municipal vient de voter l’acquisition de cent exemplaires de L’Idéalisme social pour les bibliothèques de la ville de Paris, après un rapport sympathique et élogieux de M. Vorbe, qui se termine ainsi : « Puissent le savoir et le grand souffle d’altruisme qui éclairent et vivifient le livre dont je vous entretiens, passer dans l’âme de ses lecteurs, et puissent ceux-ci être nombreux, pour le plus grand bien du présent et de l’avenir39. »

Le prochain et dernier billet sur la BAI-XIX évoquera les différentes actions de cette bibliothèque (cours, conférences…), et la constellation de savants et écrivains qui l’ont soutenue par des dons, lui permettant même d’ouvrir une annexe.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie II – LA BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLETTE)," in Bibliothèques populaires, 12/07/2019, https://bai.hypotheses.org/3316.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Voir les autres billets de ce carnet. []
  2. Voir les éléments biographiques donnés dans le billet précédent. []
  3. Le Globe, 2 octobre 1879. []
  4. On peut les consulter en ligne ici. []
  5. [Statuts], Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 19e Arrondissement. Paris, Imprimerie moderne Barthier, 1876. []
  6. Ibid. On notera que les statuts de 1911 (Bibliothèque des Amis de l’Instruction du19e Arrondissement (([Statuts], Bibliothèque des Amis de l’Instruction du19e Arrondissement. Paris, Imprimerie Georges Leroux, 1911), reviennent à la formulation de la BAI-III. []
  7. Ibid. []
  8. Ibid. []
  9. Dossier BAI-XIX, AVP.  Ces feuillets numérotés, portant des traces de reliure, ont visiblement été prélevés dans ce qui devait être un registre de délibérations. Nulle trace, par exemple, des délibérations initiales sous le Second Empire. []
  10. Exposé de la situation morale de la Bibliothèque populaire du 19e arrondissement. Rapport manuscrit d’Auguste Vorbe, janvier 1875. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  11. Exposé de la situation morale […], op. cit. []
  12. Voir prochain billet. []
  13. Compte-rendu de l’Assemblée générale de la Bibliothèque populaire du 19e arrondissement. Rapport manuscrit de Just Durgy. Vers juin 1877. Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  14. La France, 30 mars 1878. []
  15. Le Temps, 18 février 1879 []
  16. La Lanterne, 18 décembre 1880. []
  17. Ibid. []
  18. Le Temps, 1 septembre 1882. []
  19. Le Siècle, 27 avril 1890. []
  20. Le Rappel.15 avril 1890. []
  21. Le Siècle, 16 décembre 1890. []
  22. La Croix, 22 mai 1891. []
  23. Maurice Marck, “Les rigolades laïques”, Le Petit Caporal, 23 mai 1891. []
  24. Le Figaro, 25 mai 1891. []
  25. Noël Amaudru, “Premières communions laïques”, Le Rappel, 2 mai 1892. Rappelons que la fusillade de Fourmies a eu lieu le 1er mai 1891, les propos de Vorbe font donc allusion à ce premier anniversaire d’un épisode sanglant et à la décision de la IIe Internationale en juillet 1889 de faire du 1er mai une journée d’action. []
  26. L’Écho de Paris, 3 juillet 1892. []
  27. Voir les billets de ce carnet de recherche. []
  28. Le Rappel, 1er septembre 1892. []
  29. La Petite République, 4 avril 1893. []
  30. La Libre Parole, 31 mars 1893. []
  31. La Libre Parole, 29 avril 1896. []
  32. Le Radical, 2 mai 1896. []
  33. Le Petit Journal, 14 septembre 1892 []
  34. Voir les différents billets de ce carnet. []
  35. Le Temps, 17 août 1876. []
  36. Le Petit Parisien, 25 février 1895. []
  37. Procès-verbal de l’Assemblée générale du 18 février 1894.Archives de la BAI-XIX. ADVP. []
  38. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76077, notice FOURNIÈRE Eugène [FOURNIÈRE Joseph, Eugène] par Justinien Raymond, version mise en ligne le 27 janvier 2010, dernière modification le 4 mai 2019. []
  39. La Petite République, 29 octobre 1899. []

Les masses et le besoin d’instruction, une caricature sous le Second Empire

Plusieurs années du Charivari viennent d’être numérisées par Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF. Je ne résiste donc pas au plaisir de vous proposer la caricature ci-dessous, extraite du numéro du 18 mai 1870.

=> Cliquez sur l’image pour mieux la voir

Cham, “Actualités”, Charivari, 18 mai 1870.

Légendé “où l’autorité comprend le besoin de l’instruction des masses”, montrant un enseignant apprenant à un paysan à distinguer le oui du non,  ce dessin revient sur le plébiscite du 8 mai. Les citoyens ont dû répondre à la question :”« Le peuple approuve les réformes libérales opérées dans la Constitution depuis 1860 par l’Empereur, avec le concours des grands corps de l’État, et ratifie le sénatus-consulte du 20 avril 18701. » Le “oui” (7 358 000 suffrages) l’a très largement emporté sur le “non” (1 538 000), grâce au vote des campagnes notamment. Cette victoire est dénoncée par une partie des républicains qui soulignent que les populations les plus modestes ont été amenées à voter “oui”, faute d’une instruction suffisante pour s’émanciper intellectuellement.

Cham ironise donc à la fois sur les conditions du plébiscite et sur la politique d’instruction du Second Empire. On a déjà en effet rappelé à diverses occasions dans ce carnet qu’une grande partie de l’effort d’instruction était alors pris en charge  par des particuliers et des associations – dont les bibliothèques populaires …

  1. Voir Choisel, F. (2008). “La procédure de révision constitutionnelle (1852-1870)“. Parlement[s], Revue d’histoire politique, hs 4(3), 50-68. []

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)

Un don récent fait aux Archives de la Ville de Paris (AVP)  permet de découvrir la BAI-XIX et son destin placé sous le signe de la littérature et du positivisme. Elle a en effet pour président d’honneur le bibliophile Jacob, et compte de généreux donateurs, comme Victor Hugo ou Jules Claretie…

Portrait photographique de Paul Lacroix (Bibliophile Jacob) par Nadar. Vers 1900. Gallica (BnF)

 

Les archives entrées  aux AVP ne correspondent  pas à la production initiale d’une bibliothèque populaire (pas de registre des lecteurs ou des délibérations par exemple, que devaient théoriquement tenir les bibliothèques populaires) et portent les traces d’une sélection très ancienne (au moment de la dissolution de la BAI-XIX ?),  qui ne semble pas toujours avoir été judicieuse. On peut en revanche se féliciter qu’en découvrant  ces papiers ayant trait aux bibliothèques populaires des personnes aient  la bonne idée de les déposer auprès d’institutions comme les AVP. En effet, ce lot de documents épars a déjà permis d’en savoir davantage sur le rôle exact de Jean-Baptiste Girard à la tête de la Société Franklin1, et nous renseigne non seulement sur la naissance de la BAI-XIX mais aussi sur un pan jusqu’ici mal connu  des relations entre les communautés littéraire et scientifique et les BAI.

I. Un historique de la BAI-XIX datant de 1960

Parmi ces archives de la BAI-XIX, figure la copie d’une réponse à un universitaire qui recherchait des ouvrages envoyés par Victor Hugo aux bibliothèques populaires. Cette lettre, qui date de 1960, brosse l’historique que voici :

Monsieur,

Après avoir fait part de votre lettre à la Fédération des bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction, 59, rue des Epinettes, Paris, 17e, au cours de la réunion du 17 juin, j’ai l’honneur de vous donner quelques renseignements concernant notre bibliothèque.


Le Second Empire influençait la vie publique et cherchait  à dominer tous les esprits assoiffés de liberté, quelques Parisiens, membres de l’Association philotechnique rongeaient leur frein en silence.

L’un d’eux, J.B. Girard, simple ouvrier typographe, connut la prison en raison de ses idées trop libérales, pendant sa captivité, il concevait la bibliothèque du 3 e arrondissement de Paris – “Le caractère originale de l’idée de Girard, c’est le prêt du livre à domicile et la pénétration sous tous les toits, la présence au foyer domestique du livre qui sera lu à la clarté de la lampe après le labeur du jour, c’est la haute communion de l’âme familiale avec le génie national et l’esprit humain, c’est la possibilité pour le chef de famille de devenir une lumière spirituelle pour les siens et pour les autres, pour le plus grand bien de la patrie et de la République”. Ainsi s’exprimait le 9 décembre 1911, en Sorbonne lors du Centenaire des Bibliothèques Populaires de Paris, Mr A. Vorbe, président du Syndicat desdites Bibliothèques, car la semence jetée par Girard avait porté rapidement ses fruits, à l’époque du Cinquantenaire, il existait 21 établissements de ce genre dans Paris.

Le dix-neuvième arrondissement avait été particulièrement doté, avec le Siège Social, 137 ave Jean Jaurès et la succursale 76 rue de Flandre.

Voici comment ces bibliothèques avaient pris naissance :

Le 22 décembre 1868 à deux heures de l’après-midi, sous la présidence de Mr Justus Mallen, nommé par décision ministérielle, se sont réunis à la salle d’école des garçons du 19e arrondissement: rue de l’Église, quarante et un adhérents au projet de fondation d’une bibliothèque populaire dans cet arrondissement, lesquels après avoir versé la cotisation mensuelle fixée par les statuts soumis à l’approbation ministérielle se sont déclarés constitués à partir du 1er janvier 1869.

Grâce aux dons de divers ouvrages faits par les Administrateurs, l’œuvre allait pouvoir fonctionner dans une certaine limite et ce fut le 21 janvier 1869 qu’elle était déclarée ouverte dans un local : 5, rue de Nancy, au rez de chaussée, mais qui devait devenir par suite du changement du nom de la rue, 36 rue de Lorraine.

Il était décidé que les Administrateurs rempliraient l’emploi de bibliothécaire chaque soir, un tour de roulement avait été arrêté entre eux.

Des dons de volumes par Messieurs Victor Hugo, Louis Blanc, Carnot, Jules Claretie, Barthélémy St Hilaire, Delescluze, Louis Figuier, Erckmann Chatrian, Émile de Girardin, A. Vacquerie, Monsieur le Ministre de l’Instruction Publique, la Société Franklin, Sa Majesté Napoléon, et surtout de Monsieur Paul Lacroix, “Bibliophile Jacob” Président de l’œuvre et conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal, finissaient par rendre le local trop petit et la bibliothèque se trouvait transférée le 15 juillet 1873, rue de Crimée, n° 142.

Des cours de dessins, des conférences scientifiques et littéraires à l’usage des sociétaires, avec un musée, des concerts et des bals contribuèrent à l’agrandir si bien qu’elle devait se fixer ensuite 137, Ave Jean Jaurès avec une succursale 78, rue de Flandre.

Malheureusement les vicissitudes de la vie devaient amener la disparition du Siège Social, 137 Ave Jean Jaurès en 1939.

La succursale qui est devenue le Siège Social s’est maintenue par miracle dans ce siècle motorisé. Pourtant, l’Institut de loisirs et de Culture Populaires qui tout dernièrement est venu lui tendre une main fraternelle fait espérer la conservation de ce flambeau de lumière et de vérité.

Les titres des dons de volumes de Victor Hugo ne sont pas mentionnés à part : ” Les Châtiments”, d’après le procès-verbal d’Administration du 17 février 1871.

Je pense que ce petit historique pourra vous intéresser, et je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Pour le Président

Un Administrateur

Mme Stoller, bibliothécaire

Cette lettre a un double intérêt. Elle confirme le rôle joué par Suzanne Stoller dans les dernières années de la BAI-XIX et de la Fédération des BAI2. Suzanne Stoller, bibliothécaire bénévole  de la BAI-XIX, avait pour projet d’écrire l’histoire de sa bibliothèque et plus largement des BAI3. Il apparaît clairement à la lecture de la lettre ci-dessus que Suzanne Stoller avait pour ce faire d’une part accès à un ensemble d’archives moins disparate que celui qui est parvenu aux ADVP et d’autre part à l’historique rédigé pour le cinquantenaire en 1911, comme elle le souligne d’ailleurs. En effet l’interprétation qu’elle a pu faire des documents à sa disposition est orientée par le texte de 1911, texte qui a marqué durablement les bénévoles des dernières BAI du XXe siècle, en proposant une mythologie fondatrice de la BAI-III et des autres BAI. C’est l’occasion pour moi de signaler l’ étude menée à ce propos  par Isabelle Antonutti et Sarah Clément en 2018, intitulée « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction »4.

II/  Les débuts de la BAI-XIX : Justus Mallen et /ou Alfred Mallet ?

Le récit de Madame Stoller présente certes des points communs  mais aussi des divergences avec celui d’un bénévole qui raconte en 1898 son expérience :

M. POTRON, bibliothécaire, fait ensuite la communication suivante sur la bibliothèque populaire du XIXe arrondissement de Paris :

Vers le milieu de l’année 1868, quelques citoyens du XIXe arrondissement, désireux de propager les bienfaits de l’instruction et de la littérature dans les familles, prenaient rendez-vous à la mairie, dans le but de fonder une bibliothèque.

L’entente fut bientôt faite, et séance tenante, il fut décidé qu’un conseil d’administration provisoire serait nommé et demanderait l’autorisation légale au ministère.

Cette autorisation fut accordée et la bibliothèque commença à fonctionner le 1er septembre 1868, sous le nom de : Bibliothèque populaire des amis de l’Instruction du XIXe arrondissement.

Les fondateurs louèrent un petit rez-de-chaussée au n° 36 de la rue de Lorraine et firent de leurs propres deniers les premières avances de fonds ; chacun apporta son concours dévoué et gratuit selon ses aptitudes; les uns installèrent les rayons pour le placement des volumes, d’autres écrivirent des lettres faisant appel à la générosité des auteurs et éditeurs en renom.

Les réponses ne se firent pas attendre en raison de la moralité de l’œuvre et des bienfaits qu’elle devait forcément apporter dans la classe ouvrière. Des envois de livres furent faits : par le Ministère de l’instruction publique, la librairie Hachette, la Bibliothèque nationale et par Victor Hugo ; mais le plus grand don fut fait par le bibliophile Jacob, qui nous fit chaque année, jusqu’à sa mort, de nombreux envois.

Grâce à ces dons, ainsi qu’au dévouement des membres fondateurs, la bibliothèque prospéra et même, pendant la guerre, le service fut fait aussi régulièrement que possible.

Au fur et à mesure des achats et des dons de livres, les rayons de la bibliothèque devinrent insuffisants ; il fallut louer un nouveau local rue de Crimée, n° 142, puis ensuite rue d’Allemagne, n° 137.

Les livres que le bibliophile Jacob nous adressait chaque année, permirent de fonder plus tard une succursale de l’autre côté du canal de l’Ourcq, rue de Flandre, n° 68 ; mais ce local, devenant bientôt insuffisant par suite de l’accroissement du nombre des volumes, il fallut le transférer au n° 78 de la même rue, siège social de la succursale5.

Canal de l’Ourcq. Lavis de Frederick Nash, 18.. Gallica (BnF).

À ces deux “historiques”, on peut donc ajouter les renseignements tirés de quelques rares lettres subsistant de cette période, issues des archives des AVP,  et ceux provenant des statuts imprimés de la BAI-XIX en 1876 qui donnent la composition du conseil d’administration. Ni les archives ni les statuts ne contiennent de précisions quant aux débuts de la BAI-XIX, à part la mention figurant sur les statuts : “autorisée par décision ministérielle du 12 septembre 1868”. Les journaux ne se font pas non plus l’écho de cette création, alors qu’ils annoncent la naissance de la BAI-XX. Les indications de Suzanne Stoller étant précises, coïncidant avec la date des statuts  imprimés, et s’apparentant à la manière dont ont été fondées les autres BAI, il y a lieu de supposer qu’elle a eu accès à des archives de la BAI-XIX disparues entre les années soixante et aujourd’hui, après la fermeture de cette bibliothèque, comme le compte-rendu de l’Assemblée générale de 1871 qu’elle cite et qui ne figure pas dans les archives données aux ADVP.  Ces maigres informations nous permettent cependant de tirer un premier fil. Si la présidence de Justus Mallen a été imposée par décision ministérielle, comme le dit Mme Stoller, cela signifie que les débuts de cette bibliothèque ont éveillé la méfiance du pouvoir impérial qui a sans doute assorti les autorisations de la nomination de cet homme, que l’on ne retrouve déjà plus dans le conseil d’administration de 1876. On sait que cet avocat, originaire de St-Vallier (26) où il est né en 1836, a soutenu une thèse de licence de droit en 18556 et publié un ouvrage sur la puissance paternelle en 1858. En 1870, il se trouve bien à Paris puisqu’il propose  un Essai sur l’organisation future du Conseil municipal de Paris et du département de la Seine.

La “disparition de Justus Mallen”  entre la fondation de 1868 et l’Assemblée générale de 1876 signifie peut-être tout simplement que Justus Mallen n’a(urait?) rien à voir avec la bibliothèque. On peut en effet se demander si une erreur de lecture, ou une transmission orale imparfaite, ne serait pas à l’origine d’une confusion entre Justus Mallen et Alfred Mallet qui préside la bibliothèque en 1876. Alfrède [sic] Antoine Paulin Mallet7 est l’exemple-type des parcours de vie des personnages que l’on trouve parmi les fondateurs des bibliothèques populaires. Ce fils d’un chapelier, et petit-fils d’un marchand de fer, né à Lille en 1813, devient professeur de sciences physiques et de chimie au collège de Saint-Quentin entre 1835 et 1840. Il déborde alors d’activité, fondant des cours publics, recevant un prix de l’Académie pour ses recherches sur le gaz (1850), plusieurs médailles aux Expositions universelles pour ses travaux sur les produits ammoniacaux, et devient chef du service des produits chimiques de la Compagnie du gaz parisien. Entre 1870 et 1880, il est très présent dans la vie municipale parisienne, tantôt conseiller municipal, adjoint au maire, ou maire, dans le XIXe arrondissement8. Il réside alors au 54 boulevard de la Villette (Voir ci-dessous.) .

Conseil d’administration de la BAI XIX en 1876. BnF. Cote : 8 Q 38. Cliché Agnès Sandras.

III/ Auguste Vorbe : une ascension sociale au service des bibliothèques populaires

Portrait d’Auguste Vorbe in Nos édiles d’Ernest Gay. La “Nouvelle Revue française illustrée” ; Publication du journal municipal “la Cité” (Paris), 1895. Gallica (BnF).

Deux personnalités ont particulièrement compté dans l’histoire de la BAI-XIX : Auguste Vorbe, un militant de l’émancipation du peuple par l’instruction qui a inlassablement mis son énergie au service des bibliothèques populaires ; Paul Lacroix (dit Bibliophile Jacob) qui donne de nombreux livres à la BAI-XIX, la fait connaître aux écrivains, mais n’apprécie pas toujours les orientations politiques du conseil de cette bibliothèque… On reparlera longuement du bibliophile Jacob dans un prochain billet, mais pour comprendre les origines de la BAI-XIX, il faut tout d’abord s’intéresser à la biographie de Louis-Auguste Vorbe.

Louis Auguste Vorbe est né à Choisy-le-Roi  le 6 octobre 1843, d’un père domestique (Pierre-Marie-Gilbert Vorbe) et d’une mère (Louise Hortense Joséphine Tulliez) sans profession qui s’étaient mariés en avril, sans doute pour régulariser leur union avant une naissance non désirée9. P.-M.-G. Vorbe est domestique au 11 rue de l’Université, au cœur d’un faubourg Saint-Germain alors habité par la noblesse. Il est né  en 1814 à Sombacour  dans le Doubs de Charles-Jean-Baptiste Vorbe et Marie-Claudine, fermiers. Sa migration à Paris est ordinaire à une époque où la pression démographique pousse les enfants d’agriculteurs vers la capitale. Mais elle s’inscrit dans la dynamique plus particulière d’une grande famille qui a recherché l’ascension sociale de manière très active jusqu’en Californie. En effet parmi le millier de Franc-Comtois partis entre 1849 et 1851 faire fortune en Californie figurent une douzaine de Vorbe originaires de Sombacour et de la commune voisine de Septfontaines, qui ont fondé à San Francisco une briqueterie et sont devenus propriétaires de plusieurs immeubles. Annick Foucrier, qui a étudié leur cas, souligne que les Vorbe ont su pratiquer une cohabitation familiale évolutive depuis les fermes du Doubs à la Californie, une grande solidarité et que “les signes d’ambition ne manquent pas10”. La branche qui nous intéresse – et qui n’a pas été étudiée par Annick Foucrier – n’est pas partie en Californie, mais elle est tout aussi dynamique que ses cousins et a peut-être bénéficié de leur aide financière, comme on le verra plus loin puisque le père d’Auguste Vorbe passe de l’état de domestique à celui de patron d’une fonderie11.

La mère de Louis-Aguste Vorbe, Louise Hortense Joséphine Tulliez, est née en 1815 à Bièvres (Seine-et-Oise). Elle est l’aînée d’au moins trois enfants, et ses parents ne sont pas mariés lors de sa naissance12. Son père (Martin-Joseph Tulliez, originaire de Dunkerque) est gendarme et a fait les dernières campagnes napoléoniennes qui lui valent d’être nommé chevalier de la légion d’honneur en 1844. Son dossier de légion d’honneur mentionne qu’il réside à Choisy-le-Roi, ce qui explique que Louis-Auguste Vorbe soit né dans cette commune13.

La jeunesse et l’éducation de Louis-Auguste Vorbe ne sont pas (pour le moment!) connues. On le retrouve à la fin des années 1850 avec ses parents rue d’Allemagne (quartier de La Villette, Paris) où son père est devenu en 1856 le patron d’une fonderie en fer qui aura au mieux de sa forme environ trente-cinq employés14.  P.-M.-G. Vorbe est d’abord l’associé d’un autre Vorbe, François-Flavien, qui est par ailleurs comptable. Le fils de François-Flavien, meurt précocement à 25 ans, en 1876. Louis-Auguste s’associe ensuite avec un certain Maréchal15. Tout au long de sa vie, Louis-Auguste Vorbe fait de cette entreprise sa raison sociale (“fondeur en fer”) voire politique jusqu’à la dissolution de la fonderie en 189816. Il habite pendant longtemps à l’adresse de la fonderie, 75, rue d’Allemagne (actuelle avenue Jean-Jaurès), ce qui explique sans doute la localisation de la BAI-XIX dans la même rue, au numéro 137. Il vit donc à quelques centaines de mètres des abattoirs de La Villette (situés au n° 211) dont la construction commence en 1859 et s’achève en 1867, et dans un quartier industriel certes très dynamique mais où la misère est encore endémique.

La misère à Paris, un intérieur à la Villette : [un défet d’après un] dessin d’Haenen. Collection Jaquet. Gallica (BnF).
 

Très tôt, Auguste Vorbe s’intéresse aux bibliothèques populaires. Il a  23 ans lorsqu’il devient administrateur de la BAI-XVIII, et 25 ans lorsqu’il fonde la BAI-XIX. Il s’en occupera de manière durable avec le même zèle :

Élevé par une famille républicaine, il a toujours travaillé et lutté pour la République. Pense que la science doit succéder à l’empirisme dans la direction des sociétés humaines et qu’un suffrage universel éclairé est indispensable à la. conservation de la République, aux progrès des institutions républicaines, et s’est particulièrement occupé d’œuvres d’enseignement populaire.

Nommé en mars 1866 administrateur de la bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du XVIIIe arrondissement, il remplit ces  fonctions jusqu’en 1872. En septembre 1868, il fonda une bibliothèque populaire dans le XIXe arrondissement. Son zèle ne s’arrêta pas là. Sachant que, dans un très grand nombre de cas, la lecture ne suffit pas pour instruire les hommes et que l’enseignement ne peut être fructueux qu’à la condition de compléter le livre par des explications orales, il organisa des conférences qui eurent, dès le début, un très grand succès. Et, depuis 1874, cette propagande de la science par la parole continue chaque année 17.

Sous le Second Empire fonder une bibliothèque populaire est une affaire compliquée, car les autorités craignent des foyers de sédition et/ ou de “mauvaises lectures18”. C’est encore plus compliqué lorsque l’on est un républicain connu. Or le jeune Vorbe ne cache pas ses sympathies : en 1867, il répond avec son atelier à une souscription du Siècle pour une statue de Voltaire. Cette souscription a un gros succès chez les anticléricaux, comme par exemple Marie-Louise Gagneur et son mari19 qui s’empressent de la signer. Rappelons que Le Siècle est alors un journal d’opposition  qui se lance aussi cette année-là dans la défense des bibliothèques populaires menacées pour leurs choix de livres, dont Voltaire20

Souscription pour une statue de Voltaire. Le Siècle 10 février 1867. Gallica (BnF).

En 1870, Vorbe  fait partie des patrons de fonderie solidaires avec leurs ouvriers lors de la grève des fondeurs du fer21. Avec son père, il accepte un système de coopérative provisoire pour que les ouvriers puissent travailler22.

Son activité en 1870-1871 est probable, mais il ne fait pas partie des Communards. Il propose par exemple à la Société Franklin que les bibliothèques populaires se cotisent pour acheter les canons qui font défaut à Paris.  C’est Jean-Baptiste Girard lui-même qui lui répond que l’idée “d’établir un canon par les bibliothèques populaires à titre de protestation, et aussi de défense nationale est excellente”, mais qu’elle n’est pas réaliste23

Sous la IIIe République, Auguste Vorbe se lance dans une carrière politique qui lui permet de soutenir son action en faveur de l’instruction populaire et des nombreuses personnes déshéritées de son quartier :

Fit partie, sous l’Empire, des comités Gambetta, Rochefort et Cantagrel. Il combattit le boulangisme avec cette idée que l’armée devant servir plus à la défense qu’à l’attaque, l’élément civil doit l’emporter sur l’élément militaire.

Élu pour la première fois, au second tour de scrutin, le 4 mai 1890 par 3,250 voix contre 3,058 à M. Léouzon-Leduc, boulangiste, M. Vorbe a été réélu au premier tour, le 16 avril 1893, par 4146 voix contre 1416 à M. Louis Paris,le plus favori de ses concurrents.

Il est le quatrième conseiller depuis 1871 du quartier de la Villette, que représentèrent MM. Richard, Delattre et Guichard.  l’Hôtel de Ville, M. Vorbe s’occupe principalement des questions d’enseignement. Il appartient à l’opinion radicale-socialiste. Il est très estimé par tous ses collègues. C’est un travailleur et un érudit 24.

Son action en matière d’éducation populaire est loin d’être isolée. Nobuhito Nagaï25 indique dans Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République (1871-1914)  que ” 26 conseillers au moins participèrent au mouvement des bibliothèques populaires : parmi eux, 17 sont de la gauche, 4 du centre gauche, 2 de l’extrême gauche, contre 3 seulement pour l’ensemble de la droite (un pour chaque courant)”. Si certains de ses collègues ont peut-être vu dans les bibliothèques populaires un argument électoral supplémentaire et /ou une tribune politique, Vorbe n’abandonne jamais la BAI-XIX. Plus encore, il déploie une activité intense pour la fondation et l’animation du Syndicat des bibliothèques populaires libres, et soutient de tout son poids les subventions municipales aux bibliothèques populaires.

Son mariage avec Marie Henriette Augiéras (1851-1934) le 8 juin 1879 à Bergerac  conforte probablement son ascension sociale. Cette fille de gros propriétaires de Bergerac, négociants en vins, a un oncle juge au tribunal de Bordeaux, un cousin avocat, etc. Ils ont deux enfants, une fille26 qui deviendra institutrice et un garçon27,  qui sera architecte.  Auguste Vorbe est alors d’une activité débordante et propose inlassablement de nouveaux projets qui font sourire – voire se moquer largement –  certains journaux. En 1892, La Petite Presse se déchaîne contre son projet de communion laïque :

M. Auguste Vorbe, dans une brochure que nous avons sous les yeux, réclame l’institution de premières communions laïques. Son rêve serait d’appeler la jeunesse à son premier banquet civique le 4 août, pour célébrer l’anniversaire d’un des faits les plus émouvants de la Révolution ! le renoncement aux privilèges28

En 1900, il suggère la “création de sept fêtes internationales, célébrées en l’honneur des sciences ou des arts avec le concours des ouvriers des différents corps de métier, coopérant à l’établissement ou à la mise en valeur des œuvres émanant de ces sciences ou de ces arts29”.

La fin de sa vie semble avoir été difficile. Séparé de sa femme, il connaît la défaite électorale après une campagne de ses adversaires mettant en cause son honnêteté  et ses motivations. Lors de son décès, à 82 ans, il a droit aux honneurs du conseil municipal, mais les journaux ne lui consacrent que quelques lignes. On verra dans les deux prochains billets comment il a attiré autour de la BAI-XIX des personnalités différentes comme le Bibliophile Jacob ou le positiviste PIerre Laffitte, et les initiatives intéressantes qu’il a pu prendre dans les bibliothèques populaires.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)," in Bibliothèques populaires, 10/06/2019, https://bai.hypotheses.org/3093.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Voir Agnès Sandras, “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?,” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  2. Voir Hélène Personnaz, “Suzanne Stoller, “Portrait”,  site de la BAI. []
  3. Ibid. []
  4. Isabelle Antonutti et Sarah Clément, « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 14 | 2018. []
  5. Bulletin du Comité des travaux historiques et scientifiques. Section des sciences économiques et sociales. Paris, 1898. Page 140. []
  6. De Captivis, postliminio reversis, et redemptis ab hostibus… Droit français : Code Nap. tit 1er, chap. 2e, sect. 2e, art. 22-33. Thèse pour la licence… 28-11-1855… par P. G. J. Mallen, né à St-Vallier (26) le 21.12.1836… []
  7. Voir son dossier de légion d’honneur ici. []
  8. Ibid. []
  9. Voir l’acte de naissance, Archives départementales du Val-de-Marne, 1E 10, en ligne ici. []
  10. Foucrier Annick, « Comment trouver mille francs ? Familles et émigration vers la Californie en Franche-Comté au début de la ruée vers l’or 1849-1851” in Gérard Béaur, Christian Dessureault, Joseph Goy, Familles, terre, marchés: logiques économiques et stratégies dans les milieux ruraux, XVIIe-XXe siècles : actes du colloque France-Québec-Suisse,  Paris, novembre 2002. Presses Universitaires de Rennes, 2004. []
  11. Le père de Louis-Auguste Vorbe est un cousin des Vorbe partis en Californie, et ils ont dans les collatéraux de leurs ascendants des Vorbe partis à Saint-Domingue. Je remercie Louise Oudin qui m’a aidée à démêler la généalogie franc-comtoise de Vorbe. []
  12. Ils se marient en 1817. []
  13. C’est d’ailleurs M.-J. Tulliez qui, accompagné d’un de ses collègues, sert de témoin à P.-M.-G. Vorbe,  pour la déclaration à l’état-civil de la naissance de son petit-fils. []
  14. Voir L’Écho des mines et de la métallurgie, 25 janvier 1891. []
  15. Voir la notice d’Auguste Vorbe ici sur le site du CTHS, qui mentionne l’en-tête des courriers de Vorbe : « Fonderie de fer / Ancienne Maison G. & F. VORBE / A. VORBE & MARÉCHAL / Successeurs / 75, rue d’Allemagne, 75 / Moulages sur plans & sur modèles / On fond tous les jours / Pièces mécaniques / Ornements / Fumisterie ». []
  16. Voir L’Écho des mines et de la métallurgie, 7 juillet 1898. []
  17. Ernest Gay, “Nos édiles”, La Presse, 17 novembre 1894. []
  18. Voir à ce propos les différents billets de ce carnet. []
  19. Agnès Sandras, ““C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires,” in Bibliothèques populaires, 08/03/2019, https://bai.hypotheses.org/3147. []
  20. Voir Agnès Sandras, “Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale),” in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086 []
  21. Le Rappel, 25 mai et 29 juin 1870. []
  22. Le Rappel, 22 mai 1870. []
  23. Voir Agnès Sandras, “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?,” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  24. Ernest Gay, “Nos édiles”, op.cit. []
  25. NAGAÏ, Nobuhito. Chapitre IX. Aires d’influence In : Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République (1871-1914) [en ligne]. Paris : Éditions de la Sorbonne, 2002 (généré le 09 juin 2019). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/psorbonne/1324> []
  26. Juliette, née le 11 février 1881, qui épousera le peintre Eugène Zigliara. []
  27. Jean Joseph Gilbert, né le 15 juin 1882. []
  28. La Petite Presse, 24 mai 1892. []
  29. Voir Le Rappel, du 21 mars 1900. []

Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

Dans un billet de ce carnet intitulé : « Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires » Agnès Sandras nous rappelle les principaux traits de la personnalité du rédacteur en chef du quotidien à un sou, et son action, décriée parfois, en faveur de l’instruction du peuple. C’est ainsi que nous prenons connaissance de l’éditorial, publié le mardi 21 janvier 1868, et intitulé : « La société Benjamin Franklin » de Thimothée Trimm (alias Léo Lespès, 1815-1875). Il y fait l’éloge de la société Franklin, la promotion des bibliothèques populaires et souligne enfin le rôle central de Jean-Baptiste Girard :

Continuer la lecture de Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

Ce texte est le fruit d’une collaboration  fructueuse avec Louise Oudin que je remercie pour la qualité de ses recherches. Je le publie au moment-même où Louise Oudin donne une conférence, avec Michel Blanc, à la mairie du VIe arrondissement, dans le cadre des activités de la Société historique du VIe Arrondissement, sur l’histoire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Sixième Arrondissement (BAI-VI) : « La bibliothèque des Amis de l’instruction du 6e (1876-1900) ».
La vie de la BAI-VI est brève (un quart de siècle), et cette bibliothèque ne semble pas avoir marqué profondément les pratiques de lecture du sixième arrondissement au XIXe siècle. En revanche, sa fondation entre en résonance étroite avec une politique d’instruction plus volontariste au lendemain de la défaite de 1870 et une lutte électorale des républicains s’adossant aux lieux parisiens de sociabilité culturelle.

Continuer la lecture de La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

“C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

 

 Les Hommes d’aujourd’hui Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934). Auteur du texte Éditeur : (Paris) Éditeur : Librairie Vanier (Paris) Date d’édition : 1878 Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Lors de l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne en 18671,  le journal Le Siècle, inlassable défenseur des bibliothèques populaires, donne quelques indications ironiques sur les ouvrages incriminés :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani ; la Vie de Jésus, par Renan !

Continuer la lecture de “C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

  1. Voir Agnès Sandras, “« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867),” in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, https://bai.hypotheses.org/189 []

Le Petit Parisien et les bibliothèques populaires

Lorsqu’il est fondé en 1876, Le Petit Parisien est dirigé par des radicaux et anticléricaux. Trois décennies plus tard, il s’enorgueillit d’obtenir « le plus fort tirage des journaux du monde entier », tirage obtenu par de nouveaux propriétaires rompus à des techniques éditoriales à succès auprès du grand public. Cette évolution rend sa lecture particulièrement fructueuse lorsqu’on veut en savoir davantage sur les bibliothèques populaires. En effet, dans sa période radicale, Le Petit Parisien rend compte avec grand plaisir des manifestations des bibliothèques populaires parisiennes, les bibliothèques des Amis de l’Instruction  (BAI), qui sont pour certaines d’entre elles fortement marquées par un militantisme républicain. Par la suite, la préoccupation de plaire à un public “populaire”  n’est sans doute pas étrangère à des articles consacrés aux vertus des bibliothèques populaires …

Une caisse de résonance des manifestations des bibliothèques des Amis de l’Instruction

Peu de journaux se font autant que Le Petit Parisien l’écho des activités des BAI, activités fortement guidées par un militantisme républicain dans une période où la Troisième République est encore  marquée par l’Ordre moral. Si les premières BAI ont été sous le Second Empire fondées par des personnes venant (ou se prétendant) d’horizons politiques différents, elles sont après 1871 nettement aux mains des républicains. La composition des comités d’administration de ces bibliothèques, la tonalité des différentes manifestations qui y sont organisées ne laissent aucun doute sur cette orientation politique. Les archives faisant défaut pour la plupart de ces bibliothèques la presse est précieuse pour reconstituer leurs activités et Le Petit Parisien y  occupe une place de choix. Ainsi, un entrefilet nous renseigne sur un projet que l’on n’a pas retrouvé jusqu’ici dans d’autres sources. Une bibliothèque populaire aurait été prévue dans le XVIIe Arrondissement et Louis Blanc aurait, comme il l’a fait pour d’autres BAI (il intervient à la BAI-XIX -voir un prochain billet sur la BAI-XIX- par exemple, et lègue un fonds d’ouvrages à la BAI-V), manifesté son soutien :

De bonne heure, la salle de bal de la rue Lévis est emplie d’un public sympathique. Les dames occupent le centre. M. Lockroy préside, il dit le but de la réunion : Fondation d’une bibliothèque populaire du dix-septième arrondissement, Il lit une magnifique lettre de Louis Blanc. L’illustre historien regrette bien vivement de ne pouvoir assister à la réunion où il s’agit de la fondation d’une bibliothèque. « Je veux la liberté, dit-il, pour l’enseignement, l’ignorance fait beaucoup de mal; c’est en la combattant qu’un peuple se relève 1.”

Trois jours plus tard, le journal annonce la tenue d’une conférence du député Alfred Naquet sur le divorce au grand théâtre d’Asnières2. Le socialiste Naquet vient de proposer une première fois, cinq mois plus tôt, la loi sur le divorce qui sera finalement votée en 1884. La conférence est tenue au profit de la bibliothèque populaire d’Asnières, initiée en 1871 par le fondateur des bibliothèques populaires, Jean-Baptiste Girard, qui vient de s’installer dans cette ville.  Les animateurs de la Bibliothèque populaire d’Asnières marquent ainsi un engagement politique sur une question particulièrement sensible que relaie à son tour Le Petit Parisien. Cela n’a rien d’étonnant, car Girard comme son acolyte Fauvéty, s’intéressent aux questions sociales.

De la même façon, Le Petit Parisien suit de très près les premiers mois de la BAI-XI (voir prochainement un billet sur la BAI-XI), en mettant en valeur les sympathies républicaines de ses fondateurs.  Il insère l’annonce indiquant auprès de qui on peut souscrire ou donner des livres à la BAI-XI ((4 décembre 1876.)), puis raconte avec force détails et une sympathie évidente, la conférence donnée par Gambetta et Tolain au profit de la bibliothèque. On remarquera dans ce récit un certain nombre d’invariants que l’on retrouve dans l’élan républicain autour de l’instruction dans les débuts de la Troisième République: présence des femmes ; valeur de l’exemple venant de personnes qui ont connu une ascension socio-culturelle ; importance des discours devant les foules. Le premier discours est donné par Henri Tolain, un des fondateurs de l’Association internationale des Travailleurs, dont un des premiers cercles est constitué par des personnes appartenant à la BAI-III3 :

CONFÉRENCE DU SÉNATEUR TOLAIN
Hier, à une heure, la réunion publique, tenue en faveur de la bibliothèque populaire du onzième arrondissement, avait rassemblé plus de 2000 personnes dans l’immense salle du Vaux Hall. Une foule presque aussi nombreuse stationnait dans la rue de la Douane ; elle était composée de tous ceux qui avaient attendu au dernier moment pour se procurer des billets.

On remarquait dans l’assistance un grand nombre de dames. Sur l’estrade, nous avons reconnu plusieurs sénateurs, députés ou conseillers municipaux de Paris, entre autres MM. Laurent Pichat, Tolain, Floquet, Brlsson, Villain, Greppo, Jules Cazot, Germain Casse, Nadaud, Cadet, Clairet, Levraud, Ripert, et MM. Mahure et Ripert, fondateurs de la bibliothèque.

A deux heures, M. Gambetta a pris place au bureau, et M. Douville, secrétaire, a fait connaître que la bibliothèque s’est fondée, il y a cinq mois seulement, avec des ressources fort restreintes. Aujourd’hui, après les démarches faites près de l’autorité, son existence est définitivement assurée. Elle possède déjà 1 000 volumes, et son local de la rue Blaise se trouve trop exigu.

M. Tolain a la parole. L’honorable sénateur remercie l’assistance de l’empressement  qu’elle a mis à se rendre à l’appel des  sociétaires. Cela prouve qu’il se manifeste un courant qui veut l’instruction populaire que les gouvernement monarchiques voyaient avec tant de méfiance. La démocratie travaille à l’instruction primaire,gratuite et laïque, mais l’instruction primaire n’est que l’instrument à l’aide duquel on peut s’instruire. En sortant de l’école, l’enfant, au spectacle des choses nouvelles, perd l’habitude de l’étude.

Dans le pays du suffrage universel, on trouve encore deux catégories, les savants et les Ignorants. Les uns peuvent, en quelques années s’approprier tous les trésors des connaissances humaines; les autres, préoccupés du pain quotidien, ne peuvent goûter les grands délassements de l’étude. L’éducation populaire fera disparaître ces différences.

L’orateur retrace ses débuts dans la vie et dit avec quelle peine il put, tout jeune, être admis dans une bibliothèque publique. Le livre est un regard qui fait revivre, pour le travailleur, les temps passés, et qui éclaire l’avenir; il fait participer l’ouvrier à la vie intellectuelle; il lui découvre l’ordre universel dans sa plus haute acception; il le mène par les périodes religieuses, philosophiques et scientifiques à repousser le mystère pour courir vers la raison.

L’heure est venue d’ouvrir le grand livre de l’univers pour apprendre les règles de la vraie morale. Au lendemain de nos revers, il faut se retremper aux sources de notre histoire dans l’esprit de justice, d’examen, et dans le profond sentiment de l’égalité. Fondons une démocratie savante et la nation régénérée ne tardera pas à  reprendre la force nécessaire à l’accomplissement de ses destinées.

Ce discours est couvert par les applaudissements de toute l’assemblée.

S’il est un orateur qui à cette période attire les foules, c’est bien Gambetta.  Gambetta trouve alors dans  les BAI, comme la pionnière BAI-III4 ou les nouvelles BAI comme la BAI-XX en pleine création5 une “machine de guerre politique6” appuyant son programme. De la même manière, les BAI trouvent dans les conférences de Gambetta, une publicité extraordinaire. Venus pour voir le célèbre tribun, les auditeurs entendent parler des bienfaits des bibliothèques populaires :

M. Gambetta expose ensuite que ces entreprises qui s’élèvent à Paris et gagnent la province ont pour base le patriotisme, la justice et la science. Bientôt arrivera l’enseignement mutuel de tous les citoyens les uns par les autres. L’orateur fait l’éloge de M. Tolain qui a prouvé si bien la force du capital de l’intelligence.

Des désastres immérités ont été amenés par les ennemis de l’éducation. La méthode nouvelle ne s’arrêtera point à la fondation des écoles; elle apprendra à chaque citoyen la valeur de son vote et par cela même, nous ne serons plus exposés à voir notre pays humilié ou asservi. […] Trois salves d’applaudissements accueillent cette brillante et chaleureuse improvisation7.

Une semaine plus tôt, Le Petit Parisien a relaté avec le même enthousiasme une réunion publique organisée aux Folies Bobino pour la BAI-XIV. Après une présentation de l’activité de la bibliothèque par son secrétaire général (Delamarche, un des tout premiers fondateurs des BAI sous le Second Empire), le député Germain Casse  prononce un discours “sur la famille et le rôle qui incombe à la femme dans l’éducation des enfants. La femme, première éducatrice de l’homme, doit nécessairement avoir des principes solides de patriotisme et de liberté pour lutter contre les influences des adversaires du progrès8”. Gambetta tire alors “la moralité de la réunion” . Il insiste “sur le danger d’abandonner à une secte quelconque la direction de l’esprit des femmes”; et démontre “que, dans chaque tentative pour répandre l’instruction, il y a[vait] un service rendu à la cause républicaine  ((Ibid.))”.

On pourrait ainsi multiplier les exemples de manifestations organisées par les bibliothèques populaires et que Le Petit Parisien nous permet, quand des archives existent, de documenter. Citons encore, parmi les conférences confirmant les positions républicaines d’une grande majorité de ces bibliothèques populaires, celle organisée par la Bibliothèque populaire libre de Courbevoie “sur les adversaires de l’instruction”. Le Petit Parisien précise que l’oratrice est “Mlle Maria Deraisme” et que son intervention a lieu “au profit des ouvriers lyonnais9”,  dans la salle des Folies-Marcel, rue de Paris, à Courbevoie, en février 1877 10Maria Deraismes, libre-penseuse, féministe, vient de fonder la « Société pour l’amélioration du sort de la femme » et de se lancer dans une série de conférences sur des thèmes de société. Ici encore, le bénéfice est évident pour la bibliothèque populaire qui profite de l’effet de curiosité autour d’une des premières femmes conférencières, et pour Maria Deraismes qui trouve ainsi une tribune supplémentaire. Très engagée dans la défense et la promotion d’une instruction républicaine pour les hommes comme pour les femmes, Maria Deraismes côtoie de nombreux soutiens des bibliothèques populaires, comme les rédacteurs de l’Opinion nationale.

Les Hommes d’aujourd’hui. Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934).  Éditeur : (Paris) Éditeur: Librairie Vanier (Paris). Date d’édition : 1878. Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. Gallica (BnF).

Ce positionnement de nombre de BAI et autres bibliothèques populaires en région parisienne indispose bientôt le pouvoir politique en place. Le Petit Parisien signale en juin 1877 :

Les bibliothèques populaires empêchent fort les triomphateurs du 16 mai de dormir. Cela se conçoit, ces institutions si utiles ne prennent elles pas chaque jour un développement bien menaçant pour les bons apôtres qui méditent de replonger la masse de leurs concitoyens dans les ténèbres du moyen âge?

On assure donc qu’au ministère de l’intérieur on s’occupe, en ce moment, de réglementer d’une façon efficace, c’est-à-dire de paralyser complètement les efforts patriotiques des hommes de bonne volonté, qui, depuis la dernière guerre, cherchent à élever le niveau Intellectuel de notre pays11.

Il n’est pas surprenant, dans ce contexte, que la bibliothèque d’Asnières (voir plus haut) soit la cible sans doute symbolique d’une mesure provisoire de fermeture :

Les membres du conseil d’administration de la Bibliothèque populaire d’Asnières, qui vient d’être fermée par M. de Fourtou, ont adressé hier une protestation au ministère de l’intérieur. Jamais le local de la bibliothèque n’a servi de lieu de propagande radicale. Environ 4,000 volumes, appartenant aux sociétaires, étaient à la disposition de ceux qui en faisaient la demande, et le catalogue de tous ces volumes avait été communiqué depuis longtemps à la préfecture de police12.

Des articles en forme de manifestes pour la défense des bibliothèques populaires

Le Petit Parisien, dont les dirigeants font un périodique ouvert aux bourses les plus modestes par sa modicité, se préoccupe bientôt d’offrir à son lectorat des articles susceptibles de  l’intéresser particulièrement. Les bibliothèques populaires sont donc un thème récurrent, puisqu’elles ont pour vocation de proposer à ceux qui  n’accèdent pas à la lecture pour des raisons diverses des ouvrages ou instructifs ou délassants, des horaires adaptés à leurs contraintes (ouverture en soirée, le dimanche …), etc. Ce “marronnier” des bibliothèques populaires trouve facilement sa place à une période de la IIIe République à laquelle l’Instruction populaire est vivement encouragée. Le premier article, sobrement et logiquement intitulé “les bibliothèques populaires” est publié en 188313. Il tire ses informations d’un rapport d’Edmond Dardenne, chef du très récent Bureau des bibliothèques pour la ville de Paris.  Chargé sous l’autorité du préfet républicain Hérold de dynamiser les bibliothèques municipales parisiennes, Dardenne  a remis un rapport très complet sur les bibliothèques existantes, qui fait la part belle aux bibliothèques populaires libres14, en s’appuyant largement sur les compte rendus des BAI et de la Société Franklin, L’article du Petit Parisien est donc un parfait résumé des traits saillants du discours contemporain des bibliothèques populaires sur elles-mêmes :

  • présentation d’emprunteurs respectueux des livres., afin de combattre l’idée reçue selon laquelle le peuple serait incapable de traiter les ouvrages avec égards
  • regrets quant à la répartition des emprunts (domination large du roman) mais assortis de l’idée selon laquelle l’essentiel est d’apprivoiser le goût de la lecture :

L’habitude de lire est le premier degré, la base indispensable il est reconnu que, cette habitude une fois établie, les emprunteurs de livres passent des lectures les plus banales aux plus sérieuses ; ils prennent goût peu à peu à des récits moins frivoles à’ mesure que leur intelligence se développe, à des narrations de voyages et d’aventures véritables, à la biographie, à l’histoire, aux ouvrages qui popularisent la science. Un bibliothécaire, dit M. Dardenne, ne remplit pas tout son devoir s’il ne s’efforce pas d’élever le goût de ses lecteurs. Il peut le faire non en refusant de mettre entre leurs mains les livres que le plus grand nombre d’entre eux demandent, mais en tâchant de diriger leurs choix. Une multitude de lecteurs surtout parmi les jeunes gens, n’ont besoin que d’être mis sur cette voie pour la suivre. On aurait tort de choisir pour former une Bibliothèque populaire des livres trop savants ou trop sérieux. C’est un faux principe que de rassembler d’abord des livres que le public DOIT LIRE et de tâcher ensuite de le décider A LES LIRE. La seule méthode pratique est de commencer par procurer au public les livres qu’il a actuellement envie de lire et de faire, ensuite, tout ce qu’on pourra pour lui donner des habitudes et des goûts plus élevés en fait de lectures ((18 mars 1883.)).

Et Jean Frollo de conclure  que “En somme, ce qu’il faut, c’est augmenter les Bibliothèques populaires, afin de donner au peuple, qui a soif d’étude, les moyens de s’instruire. Des livres, encore des livres, toujours des livres, c’est avec cela qu’on fait une nation intelligente, généreuse et libre15.

Deux années plus tard, dans un article sur “Le livre”, le “grand mouvement en faveur des Bibliothèques populaires” apparaît comme  “le meilleur gage du prochain et définitif affranchissement intellectuel de notre démocratie16”.

En 1898, toujours sous le pseudonyme de Jean Frollo, un nouvel article sur “Les bibliothèques populaires” est publié par Le Petit Parisien17. Cet article se situe très clairement à la charnière de deux périodes : celle où les bibliothèques populaires ont servi de modèle aux bibliothèques publiques18, celle où elles ont au contraire servi de repoussoir. Il reprend les conclusions de Dardenne sur l’utilité des bibliothèques populaires et ajoute que le nombre des emprunts y est encore croissant. Mais, s’appuyant sur un rapport récent et sur les expériences anglo-saxonnes, il souligne l’exiguïté et le manque d’éclairage des salles de lecture :

On a reconnu que l’installation des Bibliothèques populaires était défectueuse. « C’est le plus souvent, fait-on remarquer, un dépôt de livres qui ne s’ouvre qu’une ou deux fois la semaine, et où tout semble décourager ceux qui ont envie de lire. Le local est pauvre, il est mal éclairé, il reste fermé des mois entiers, il y a là des milliers de livres qui dorment en proie à la poussière   ((Ibid.))».

Huit années plus tard,  la tonalité est la même dans “Une oeuvre utile” : bien que reconnues indispensables, les bibliothèques populaires se voient reprocher leur côté désuet et la comparaison avec les bibliothèques allemandes ou anglo-saxonnes leur est très défavorable19.

Un dernier article avant la Première Guerre mondiale scelle l’évolution20. Bien qu’intitulé “les bibliothèques populaires”, toujours signé Jean Frollo, il reflète une évolution très nette de la réflexion contemporaine sur la lecture publique. En effet, par “bibliothèques populaires”, l’auteur entend les bibliothèques à destination d’un public large. Il a lu Eugène Morel21 et en reprend les conclusions. Toutes les bibliothèques, à commencer par la Bibliothèque nationale, souligne cet article, ont à accomplir des efforts pour offrir des  horaires plus larges et un éclairage adapté. Les bibliothèques qui prêtent des ouvrages doivent proposer des ouvrages en bon état. Ce dernier article, à l’instar des précédents, livre donc au grand public les conclusions récentes des travaux et réflexions sur les bibliothèques.

La lecture du Petit Parisien, entre 1876 et 1914, permet de mieux comprendre comment les bibliothèques populaires ont pour la plupart sombré dans l’oubli après la Première Guerre mondiale.  Identifiées par les radicaux et les socialistes comme des lieux de résistance au pouvoir sous le Second Empire et au début de la Troisième République, leur action (et en particulier celle des BAI) a été largement mise en avant par les journaux républicains dans les deux dernières décennies du XIXe siècle. Puis, progressivement identifiées par un monde des bibliothèques en pleine transformation comme des modèles désuets et /ou à gommer, elles ont été présentées par la presse grand public  comme des lieux obsolètes au début du XXe siècle.

  1. 21 nov. 1876. []
  2. 24 novembre 1876. []
  3. Voir Agnès Sandras, “Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière),” in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/1951. []
  4. 15 mai 1877. []
  5. Voir Christiane Demeulenaere, “Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris,” in Bibliothèques populaires, 30/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2963. []
  6. Ibid. []
  7. 30 janvier 1877. []
  8. 24 janvier 1877. []
  9. La soierie lyonnaise a connu une crise importante dans les années 1876-1877. []
  10. 24 février 1877 []
  11. 15 juin 1877 []
  12. 28 août 1877. []
  13. 18 mars 1883. []
  14. Guérin, Denis. « La Lecture publique à Paris au XIXe siècle »Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1983, n° 2, p. 143-153. []
  15. Ibid. []
  16. 12 février 1885. []
  17. 18 novembre 1898. []
  18. Voir Des bibliothèques populaires à la lecture publique [dir. A. Sandras], 2014. []
  19. 3 février 1906. []
  20. 1er mars 1911 []
  21. Voir Agnès Sandras, « Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale « , Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 167 à 186 ; et Des bibliothèques populaires à la lecture publique, op.cit. []

Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

 

La bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris a disparu depuis longtemps de la mémoire collective de l’Est parisien, peut-être occultée par d’autres initiatives. Pourtant, créée en 1877 par le Dr Auguste Métivier (1827-1893), conseiller municipal républicain de Paris et en exercice au moins jusqu’en 1904, elle s’inscrit dans une volonté politique et sociale qui a marqué cet arrondissement profondément populaire, traumatisé par les épisodes tragiques de la Commune et de la Semaine sanglante, confronté aux difficultés de la vie quotidienne.

Continuer la lecture de Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

Comme on le sait, le mouvement des bibliothèques populaires libres s’est développé à partir du Second Empire. Le monde ouvrier, notamment celui des artisans et des ateliers très nombreux à Paris, est bien conscient de l’importance de la lecture, car lire est à ses yeux un moyen de s’approprier le savoir. Il crée donc des lieux, gérés par lui ou à la gestion desquels il est associé, où il peut consulter des ouvrages à la fois pour développer son instruction personnelle, améliorer son niveau professionnel et pour se divertir. La vocation de ces lieux de lecture tend rapidement à s’élargir pour accueillir aussi des cours du soir et des conférences.

En 1898, la Liste des bibliothèques populaires libres adhérentes au Syndicat des bibliothèques populaires de la Seine[1] indique que la plupart des arrondissements parisiens (14 sur 20) sont pourvus d’une bibliothèque populaire. La plus ancienne est celle des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, fondée en 1861 et installée depuis 1884 au 54 rue de Turenne. Les autres bibliothèques populaires parisiennes ont vu le jour entre 1862 et 1877, cette même année 1877 voyant la création à la fois de la bibliothèque populaire du XIIIe  arrondissement et de celle du XXe arrondissement. Continuer la lecture de Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

1870 : une excursion botanique à Meudon pour les Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement

Bois de Meudon. Porte de Fleury : [dessin] 1834. Gallica (BnF).

Les premières bibliothèques populaires ont multiplié les initiatives pour cultiver le goût de la lecture et de l’instruction chez leurs sociétaires. Parmi elles, la toujours pionnière Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement a eu l’idée en 1868 de cycles de leçons, rejetant catégoriquement les conférences (trop synonymes de spectacles), et la leçon unique insuffisante pour épuiser un thème (Voir un prochain billet sur les conférences). Ces leçons, données par des intellectuels déjà habitués aux cours du soir (délivrés par l’Association philotechnique, par exemple) ont pour but de procurer aux gens qui ne peuvent aller à l’université les mêmes savoirs que ceux dispensés aux élites et/ou de leur donner envie de prolonger les leçons par des lectures instructives. Les sociétaires peuvent amener leurs familles, leurs amis, et se pressent par centaines le dimanche à l’amphithéâtre de l’École centrale. Continuer la lecture de 1870 : une excursion botanique à Meudon pour les Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement

Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

J’ai déjà évoqué dans plusieurs billets une singularité dans l’histoire des premières bibliothèques de prêt. En effet, une des premières bibliothèques de prêt de livres dues à l’initiative privée est née vers 1850 à Laferté-sur-Amance, alors que la première bibliothèque rurale populaire de prêt  a été établie à vingt kilomètres de là, une douzaine d’année plus tard, à Hortes (Haute-Amance), toujours en Haute-Marne. Doit-on voir là une simple coïncidence, tant il est vrai que la première a été fondée par un député de la Haute-Marne soucieux de l’instruction du peuple, possédant une maison à Laferté, et la seconde par l’initiateur des bibliothèques populaires, natif de Hortes ? Pour l’instant, les différentes archives que j’ai pu consulter ne m’ont pas permis d’établir un lien particulier que ce soit entre ces bibliothèques ou leurs acteurs.

Le second point commun de ces bibliothèques haut-marnaises est d’avoir laissé des traces infimes dans l’histoire des bibliothèques. On connaissait l’existence de celle d’Hortes par sa mention dans les premiers compte-rendus des Bibliothèques des Amis de l’Instruction parisiennes, par un rapport dressé par son président devant la société d’émulation du Doubs1 et par la médaille obtenue par son président (A. Viard), lors de l’exposition universelle de 1867. Celle de Laferté était évoquée au détour de l’historique des bibliothèques populaires dressé lors de l’Exposition universelle de 1867. Il était donc intéressant de chercher ce qu’il était advenu de ces bibliothèques.

Travaillant à reconstituer l’itinéraire de Jean-Baptiste Girard, Ian Frazer avait dans les années 80 écrit à la mairie d’Hortes qui lui avait répondu que la bibliothèque n’existait plus2. En 2014, lors de la préparation du colloque sur les bibliothèques populaires, j’avais reçu la même réponse de la mairie comme des personnes ayant travaillé sur l’histoire du village3. Cela semblait d’autant plus curieux qu’en 1872, le président de la Bibliothèque populaire d’Hortes assurait que la bibliothèque possédait 2000 ouvrages. Était-il possible qu’une bibliothèque de 2000 ouvrages ait disparu ? Continuer la lecture de Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

  1. Alexandre Viard,  Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872. Paris,   impr. de A. Parent, 1874. []
  2. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985. []
  3. Agnès Sandras,  « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014.. []

La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

     Après la mort d’Auguste Comte, les disciples « orthodoxes » du positivisme, dirigés selon les vœux du « Maître » par Pierre Laffitte, professeur de mathématiques, s’engagent à continuer l’œuvre pédagogique du philosophe : ils reprennent les cours publics et gratuits, en suivant au plus près les plans d’enseignement de Comte. Ils diffusent également des brochures et de petits opuscules sur des points précis de la doctrine positiviste, susceptibles de cimenter l’opinion. Ils fondent et financent aussi une « Imprimerie positiviste » et reconstituent le fonds d’ouvrages de la Bibliothèque positiviste imaginée par Auguste Comte. Continuer la lecture de La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

Et si vous furetiez dans Les Lectures de Prison ?

J’ai exploré les Lectures de prison, Le Lampadaire, 2017. 464 p. Et je vous incite à mener cette exploration à votre tour.

Préface : Philippe Claudel. Postface : Jean-Lucien Sanchez.

Direction éditoriale : Sophie Saulnier

Thomas Bellegarde et Philippine Chaumont, graphistes.

L’objet est surprenant. Pavé aux tons de grisaille, comme déchaussé d’une cour de prison. Le titre et le code barre l’apparentent  quant à eux à une thèse. Ça va être sévère, se dit-on. Impression confirmée par une série de photographies en noir et blanc, sans légendes. Des photographies anciennes de l’univers carcéral. Perte de repères. Le lecteur  se débat, cherche la table des légendes, les têtes de chapitres. Les trouve et respire ! la lecture le pose, il peut comprendre, retrouver la légende de chaque photographie … On réalise qu’on vient de vivre une expérience d’enfermement, un égarement, et que la lecture  a permis de sortir du labyrinthe, de se calmer. Alors, l’objet surprenant, très esthétisant, donne ses clés, grâce à la préface et aux cinq présentations des thématiques par des spécialistes des bibliothèques et/ou des prisons … Continuer la lecture de Et si vous furetiez dans Les Lectures de Prison ?