Archives de catégorie : Billets

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet

BLANCHET, Pierre Armand Charles (1819-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Héritier d’une célèbre famille de facteurs de clavecins, dirigeant d’une entreprise de fabrication de pianos, notable proche du pouvoir (membre du tribunal de commerce, maire du 10e arrondissement en 1877), fondateur d’une société de secours mutuels, secrétaire de l’association polytechnique où il donne des cours gratuits d’arithmétique, il a 42 ans lors de la création de la BAI-III.

 

NOM : BLANCHET

Prénoms : Pierre Armand Charles

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III :

numéro 246 parmi des enseignants de l’Association polytechnique, PERDONNET 243 [voir fiche], MEYER 244 [voir fiche], HARANT 245 [voir fiche], LEROYER 247 [voir fiche].

Rôle dans la BAI-III : administrateur1 en 1861-1862.

État-civil et famille 2:

Pierre Armand Charles naît le 07/04/1819 à Paris, 2e arrdt et prend la suite de cinq générations de célèbres facteurs de clavecins et de pianos.  Il se marie le 14/10/1844 dans le 10e arrdt où il décède le 23/03/1900. Il est mentionné en général sous le nom de « Blanchet fils ». Son père, Nicolas, facteur breveté de la duchesse de Berry, et durant la monarchie de Juillet de la reine Marie-Amélie, est associé en 1826 à Jean ROLLER, inventeur des pianos droits. Sa mère se nomme Charlotte Pierrine PETIT (Besançon 1799-Paris 9e arrdt 12/09/1863). Son épouse, Henriette Zélie BULLY, née le 24/12/1824 à Meaux (Seine-et-Marne), est la fille du principal du collège de Meaux, officier d’université, et la sœur de Joseph BULLY, procureur révoqué depuis le coup d’État de 1851 et homme politique3. Mariés en 1844, Charles et Zélie semblent avoir eu trois enfants4.

Leur fils, Henri Marcel (Paris, 18/11/1852–Pau, 12/02/1922) abandonne la tradition et devient officier de cavalerie. Il épouse le 08/02/1893 à Paris, 8e arrdt. Suzanne Salomé DOLLFUS (1860-1896), protestante, divorcée, fille de Camille DOLLFUS (1826-1906), ancien député bonapartiste, gendre du baron HAUSSMANN, petit-fils de Nicolas KOECHLIN entrepreneur mulhousien pionnier des chemins de fer en Alsace.

Professions: Facteur de pianos. Dans le registre d’inscription à la BAI-III, il n’indique pas de profession, et sur la liste des administrateurs de la bibliothèque il se présente comme « secrétaire de l’association polytechnique5 ».

Adresse connue :

1848 -1900 : 26 rue d’Hauteville, 10 arrdt, Paris, qui était déjà l’adresse de la maison Roller et Blanchet en 18426.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 7 :

très actif, il est membre du bureau de l’AP dès 1850. Il en est secrétaire jusqu’en 1868. Il donne des cours d’arithmétique (à l’École centrale en 1860). En 1865 est créé un conseil d’enseignement de 22 membres dont il est un des 11 vice-présidents. En 1868, est nommée une commission de révision des statuts dont il fait partie ; il est nommé vice -président honoraire, et on le voit délégué de la section de la « mairie du Prince Eugène » (11e arr.), responsabilité qu’il semble avoir assurée dès les années 1865-67. Enfin, à la suite des élections du bureau de 1875, il est nommé délégué de la 8e section, Faubourg Saint-Martin.

L’enseignement du chant s’appuie sur le piano, et il est certainement en rapport avec François Joseph FOULON professeur de chant à l’AP et à l’APH  et propagateur  des orphéons.

Dans un discours prononcé lors de la distribution des prix, le président de l’Association polytechnique Auguste PERDONNET le donne en exemple : « il est jeune, riche, considéré, et a obtenu comme industriel la plus haute récompense. D’autres dans sa position ne trouvent de bonheur que dans le monde où ils sont si bien placés. Pour lui au contraire, le plus grand plaisir est de venir vous instruire. C’est un de nos professeurs les plus zélés, les plus capables. Ah ! messieurs, si les hommes riches savaient ce que l’on trouve de jouissance dans les rapports intellectuels avec le peuple, on en verrait en plus grand nombre suivre l’exemple de notre collègue8 ».

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée, mais par ses productions il est proche de la royauté, puis de l’Empire.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : il « fonde une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers9 ».

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : avec les enseignants et élèves de l’AP.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires :

Pierre Armand Charles Blanchet est un notable10. En 1838, il est admis à l’École polytechnique où il ne reste que quelques mois. Admis de nouveau en 1840, il est sous-lieutenant élève du génie en 1842, mais il donne sa démission en 1843. Il prend alors la suite de son père puis de son associé Jean ROLLER11, inventeur des pianos droits et peintre. À la tête de l’établissement Blanchet fils, il est nommé en 1853 « facteur de pianos droits de S. M. l’Impératrice12». Il met à profit ses connaissances scientifiques, dépose des brevets et remporte des prix (1844, Paris, exposition nationale des produits de l’industrie, médaille d’or ; 1849, Paris, exposition nationale, hors concours ; 1851, Londres, exposition universelle, « prize medal » ; 1855, Paris, exposition universelle, médaille de 1ère classe, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur13 ; 1867, Paris, exposition universelle, une médaille d’argent décernée à Blanchet fils et des médailles décernées à deux de ses ouvriers). En 1859, il rachète la part de son associé ROLLER, qui désire se consacrer pleinement à la peinture, et il crée « un nouveau piano dit de format commerce…. accessible à toutes les fortunes. Désormais cette importante manufacture réunira donc les deux branches, également essentielles, d’une fabrication à la fois artistique et commerciale14 ». Charles Blanchet et son épouse organisent à cette période des soirées musicales dans leurs « riches appartements15 ».

Le système Roller de piano droit, moins encombrant et moins onéreux que le piano à queue, est repris par plusieurs manufacturiers. Il est destiné à une petite bourgeoisie, et même à des milieux relativement modestes. On compte dans les années 1850  environ 60 000 pianos à Paris. Cette démocratisation de la pratique instrumentale correspond à l’expression d’une aspiration profonde à un idéal de fraternité, de liberté et de savoir qui passe par une médiation culturelle. On la retrouve dans les chorales laïques d’hommes que sont les orphéons. Le premier catalogue de la BAI III comporte des partitions pour piano et chœurs d’hommes, « réductions d’opéras » et recueils de chants. Parmi ses lecteurs, on sait que Frédéric ERBS [voir fiche] possédait un piano et que Charles-Honoré PLOMB [voir fiche], premier bibliothécaire, était musicien16.

Blanchet s’implique également dans la vie de la cité : « ce fabricant, qui réunit aux plus éminentes qualités de l’industriel les meilleures qualités du cœur, a fondé une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers, et les fait participer au cours gratuit qu’il professe depuis de longues années à l’Association polytechnique17». Il est élu membre du tribunal de commerce le 20 juin 185818, il est nommé adjoint au maire du Xe arrondissement le 24 septembre 1873, puis maire le 10 août 1877.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

ADVP, actes d’état civil.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Geneviève  Deblock

Fiche publiée le  24 mars 2021 ; modifiée le …

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet," in Bibliothèques populaires, 25/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4774.

  1. CRBAI-III 1862/ ; CRBAI-III ADVP 1861/62. []
  2. Pierre Armand Charles Blanchet, ADVP : acte de naissance, 1819 ; acte de mariage, 1844 ; acte de décès, 1900 ; acte de mariage de son fils Henri Marcel, 1893. []
  3. Il meurt en 1890 rue de la Bienfaisance à Paris. Charles Blanchet est d’ailleurs l’un des témoins de l’acte de décès. On notera que Joseph BULLY lors de sa révocation s’installe près de Vernon – il aura une activité politique importante dans l’Eure sous la IIIe République -, mais  on ne le trouve ni dans les premiers membres ni dans les premiers donateurs de la bibliothèque populaire de Vernon qui a pourtant des liens très étroits avec la BAI-III. [Voir la fiche DELBROUCK]. []
  4. Nous avons pu identifier également une fille, Caroline-Henriette-Jeanne née en octobre 1848 à Meaux, selon le Journal de Seine-et-Marne, 14 octobre 1848. []
  5. Registre d’inscription de la BAI-III ; CRBAI-III 1862/1. []
  6. Registre d’inscription de la BAI-III ; Didot-Bottin, 1842 ; adresse figurant sur l’acte de sa naissance de sa fille en 1848 : BMS Meaux Année 1848, cote 5MI46391848. AD77. []
  7. Voir Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  8. Discours de Perdonnet lors de la distribution des prix aux élèves des cours gratuits des Associations polytechnique et philotechnique,  La Presse, 26/01/1860. []
  9. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie & du commerce, 1855, p. 12-13 ; Musée de la mutualité française, sociétés de secours mutuels. []
  10. Voir une biographie sur la famille Blanchet dans le Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 15/02/1855 ; Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 1865 ; Charles-Joseph-Nicolas Robin, Histoire illustrée de l’Exposition universelle de 1855, p. 97-100 ; CARNET4127 ; Jean Claude Yon, La démocratisation de la pratique musicale au XIXe siècle, conférence donnée le 12 mai 2006 à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement ; Paul Gerbod, « L’institution orphéonique en France du XIXe au XXe siècle », dans Ethnologie française, janvier-mars 1980, nouvelle série, T. 10, No. 1 (janvier-mars 1980), p. 27-44. []
  11. Voir sur le site lieveverbeeck.eu les Brevets Roller et Blanchet, pianosfrancais1850-1874, La Gazette des tribunaux,11 mars 1852, p. 4. []
  12. Revue et gazette musicale de Paris, vol. 10, p. 127. []
  13. Son dossier ne figure pas dans la base Léonore où l’on trouve en revanche le dossier de son fils et celui de Roller. []
  14. Revue et gazette musicale de Paris, 13/05/1858, p. 204. []
  15. Le Ménestrel, 1er avril 1855. []
  16. Voir sur ce carnet, le billet « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III. []
  17. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 1855, p. 12-13. []
  18. Le Ménestrel,  20/6/1858. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier

CHARPENTIER, Auguste (1826-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Parisien, fils d’un serrurier, il entre dans l’armée à l’âge de 21 ans. En 1860, il figure au palmarès des cours gratuits des Associations philotechnique et polytechnique, et en 1861 il adhère à la BAI-III où il est pressenti comme administrateur. Il participe à la défense de Paris pendant le Siège prussien, puis est rattaché à l’armée de Versailles pendant la Commune.

 

NOM : CHARPENTIER

PrénomsAuguste Joseph

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 3

Rôle dans la BAI-III1:

Il figure comme administrateur avec la mention « prix d’honneur de l’association polytechnique », dans une liste manuscrite2 qui peut être datée entre l’A.G. provisoire de 1861 et l’A.G du 02/02/1862. Il participe bénévolement au recueil des cotisations et au catalogage.

État-civil et famille 3: Auguste CHARPENTIER naît à Paris, 39 rue de Buci (ancien 10e arr.) le 21/03/1826. Ses parents, Pierre Guillaume, serrurier, et Anne Joséphine CHARPENTIER, demeurent 24 rue Saint Paul (4e arr.) en 1859 quand Auguste se marie. Un frère, Adolphe, naît en 1830.

Il épouse le 05/06/1855 à Tournan en Brie (Seine-et-Marne) Joséphine Adalie VALLET (09/02/1835 – 23/10/1859). Sa première fille, Joanina Adalie Alexandrine Augustine, née le 17/06/57 à Paris de ce premier mariage, épouse Jules FRANÇOIS, fils d’un menuisier, le 01/06/1880 à Paris (14e arr.)

Veuf le 23/10/1859, il épouse en secondes noces le 04/06/1872 à Paris (14e arr.) Alexandrine-Marie ÉCAILLE née le 19/11/1834 à Aisey-le-Duc (actuellement Aisey-sur Seine, Côte d’Or), sans profession, fille d’un cantonnier, dont il a une seconde fille, Sylvia Niobâe (1866-1942) née hors mariage et reconnue.

Il décède le 29/07/1900 à 74 ans, Villa Parrot à Sèvres (Seine-et-Oise, auj. Hauts-de-Seine).

Professions 4 : Ouvrier d’artillerie de 1847 à 1857, successivement dans les 11e, 3e, 9e compagnies, il monte en grade et devient maréchal des logis en 1857. Il devient ouvrier d’État de 1860 à 1865, puis garde d’artillerie au dépôt central à Paris de 1871 à1878. Le 10/01/1886, il a 60 ans, cesse ses activités et reçoit une pension de retraite.

Adresses connues 5:

1855, lors de son 1er mariage : 24 rue Saint Paul, Paris, 4e arr.

1861, lors de l’ouverture de la BAI-III : 32 rue du Château (Plaisance), Paris 14e (adresse qui correspond avant l’annexion au 115 rue du chemin de fer, Vaugirard).

1872, lors de son 2e mariage : 29 rue Saint Médard, Paris, 5e arr.

1880, lors du mariage de sa fille : 29 rue du Texel, Paris 14e arr.

1900, à son décès : Villa Parrot, Sèvres.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique6

Il suit les cours gratuits de l’APH à l’école Turgot7 : il obtient en 1853-54 le 3e prix de grammaire, en 1854-55, le 2e prix de grammaire.

Il suit aussi les cours de l’AP, qui ont lieu à l’École centrale8 : il reçoit le 22/01/1860 pour l’année 1858-1859 un prix d’honneur accordé par l’Empereur et trois premiers prix : géométrie appliquée aux arts avec le professeur Henri  HARANT [voir fiche HARANT] ; chimie ; machines.

En 1861, il fait partie d’un comité organisé par les élèves de l’AP désirant offrir une médaille en or à Auguste PERDONNET [Voir fiche et billets PERDONNET] en témoignage de leur reconnaissance pour ses 32 années consacrés à l’association9. Celle-ci est remise par le ministre de l’Instruction publique lors de la distribution solennelle des prix du 9 février 1862. Le président de cette commission, Claude LIONNET, devient ou reste un très bon ami de CHARPENTIER, puisque, toujours bronzier, il est témoin au mariage de sa fille en 1880 à Paris10.

En 1862, CHARPENTIER fait partie des 14 délégués de l’AP à l’exposition universelle de Londres. Ceux-ci rédigent des rapports qui doivent être publiés, mais sont finalement classés. Une mention de premier ordre est allouée à Charpentier pour son travail. Nous connaissons 13 noms sur 14 : « MM. BRUNEAU et LERCH, mécaniciens, avaient traité des grandes machines ; MM. LANDRIN, monteur en bronzes, BERGER, sculpteur, LEGAL menuisier, BOUCART doreur, MATRE dessinateur, et VELLU lithographe, avaient étudié les objets d’art, les bronzes, dorures, peintures, sculptures, meubles, etc.. ; M. Charpentier, ouvrier d’artillerie, avait traité de la question des métaux ; M. DIOT peintre avait étudié la décoration ; MM. VALENS et DABROWSKI avaient porté leur attention sur la photographie et la typographie ; enfin, M. MAUVOISIN cordonnier avait passé en revue les progrès de la fabrication des chaussures ».

Parmi ces délégués, le monteur en bronze Hippolyte LANDRIN, lecteur n° 15 à la BAI-III [voir fiche LANDRIN], membre aussi de la philotechnique en 1859/60, sera membre de la Commission ouvrière de 1867 et adhérent de l’AIT ; le menuisier Léon LEGAL, lecteur n°163, est témoin au mariage d’Hippolyte Landrin en 1870 ; BRUNEAU a vraisemblablement un lien avec le lecteur n° 82  Léon Bruneau, commis ; le nom du cordonnier MAUVOISIN coïncide avec celui du lecteur n° 126 de la BAI-III nommé Désiré Monvoisin, cordonnier, domicilié 5 rue des Écouffes dans le 4e arrondissement, mais il n’a pas pu être précisément identifié11. Il en est de même pour le typographe lecteur n° 167, Nicolas-Stanislas Théophile DABROWSKI12. Constant VELLU est fouriériste13.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III14: avec GIRARD [voir fiche GIRARD], BELLAMY [voir fiche], BRIÈLE [voir fiche], CHARDAR [voir fiche], CHRETIEN [voir fiche CHRETIEN], CLOUET [voir fiche CLOUET], COLLET [voir fiche], … il participe aux petits travaux de bibliothèque. À l’association polytechnique, il a comme professeur HARANT [voir fiche].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires 15

Il est engagé volontaire le 17 mai 1847 à l’âge de 21 ans, dans la 11e compagnie des ouvriers d’artillerie, chargée de la réparation et de l’entretien de l’armement. Son premier acte de mariage nous apprend qu’il est en garnison à Vincennes, le second qu’il travaille au dépôt central. Le 28/12/1859, il est décoré de la médaille militaire. Selon ses états de services, en 1851 il fait campagne pendant les « troubles de Paris ». Affecté au dépôt central de l’artillerie, il participe à la défense de Paris pendant le Siège. Pendant la Commune, il reste au dépôt central « par ordre du Général Directeur. Arrêté le 10 mai par la Commune, sorti de Paris le 12 mai16». Le 05/02/1878, il est promu chevalier de la Légion d’honneur.

À 27 ans, il s’inscrit dans les cours gratuits des associations philotechnique et polytechnique, qui lui valent certainement les promotions professionnelles que l’on constate.

Un inventaire établi après le décès de sa première épouse, mentionne un livret de la caisse d’épargne et de prévoyance de Paris contenant 50 francs, décerné le 17 juillet 1859 par « sa Majesté l’Empereur Napoléon III », certainement à l’occasion d’une distribution de prix de l’AP. Cet inventaire précise également qu’il possède « 28 volumes reliés de différents auteurs, prisés 30 francs » et a en dépôt un petit matériel d’imprimerie.

En 1861 il est un des premiers sociétaires de la BAI-III, où il est pressenti comme administrateur en tant que « prix d’honneur de l’association polytechnique ». Mais il n’est pas retenu dans le bureau de 1862, tout comme le menuisier Benjamin DUMOUTIER et le dessinateur Jean Baptiste Marie PAUL [voir fiche].

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1 ; Légion d’honneur,  LH/493/63 ; A. J. Charpentier, acte de mariage 1855 ; acte de mariage 1872 ;  Mariage de sa première fille ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès 1900.

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteurs de la fiche : Geneviève et Pierre Deblock

Fiche publiée le  10 mars 2021 ; modifiée le 3 octobre 2021.

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier," in Bibliothèques populaires, 10/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4758.

  1. CRBAI-III ADVP 1861/62 ; CRBAI-III 1862/1. []
  2. ADVP VD6 1191-1. []
  3. A.J. Charpentier, Légion d’honneur 05/02/1878,  LH/493/63 ; acte de mariage, 1855, AD77 ; acte de mariage, 1872, ADP ;  Mariage de sa première fille, ADP ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès, 1900, AD77. []
  4. Voir Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 à 1860-61, le Registre des premiers lecteurs. []
  5. Registre dit des lecteurs de la BAI-III ; Légion d’honneur ; arbre généalogique. []
  6. Voir : Recueil APH, BnF, Département Philosophie, Histoire, sciences de l’homme, distributions des prix (palmarès),  extraites du Journal d’éducation populaire  : bulletin de la société pour l’instruction élémentaire,  programmes de cours et  règlements ; Le Constitutionnel, 24/01/1860 ; Le Monde illustré, 28/01/1860 ; Victor Meunier, L’ami des sciences, 1860, p. 160 ; « Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique, » in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793. []
  7. voir https://bai.hypotheses.org/4793 []
  8. Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  9. C. Lionnet président ; Lepreux secrétaire ; Veller, Charpentier, A. Lionnet membres. []
  10. AD75, Mariages 14 e arrdt, 1er juin 1880. []
  11. Les deux orthographes Monvoisin et Mauvoisin se rencontrent. Voir : AD77, MONVOISIN. Naissances.1839, né à Melun (Seine et Marne) le 22 novembre 1839, témoin Étienne PERROT, cordonnier, 39 ans, et Gabriel SANQUIER, limonadier, 51 ans ; ADVP, Pierre Désiré Monvoisin, célibataire, décédé à l’âge de 25 ans le 5/10/1865, 5 rue des Écouffes, fils de Louis Denis, cordonnier, 61 ans, et de Marie-Antoinette Lecuyer son épouse, 41 ans, blanchisseuse. Le témoin est Léon Léonard FAURE, 33 ans, cordonnier, domicilié 17 rue des Trois-Canettes. []
  12. Né à Dombrowska en Pologne le 06/12/1807, il épouse Céline Félicité DESAUBLIAUX à Paris le 22/10/1842 à Paris, est naturalisé en 1849. Voir : DABROWSKI. Mariage. 1842 ; Bulletin des lois de la République française, vol. 3, 1849. []
  13. Voir DESMARS Bernard, « Vellu, Constant », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2191. []
  14. CRBAI-III 1862/1.. []
  15. Légion d’honneur ; Bulletin des lois, op. cit. ; CRBAI-III ADVP 1861/62 ;  Le Constitutionnel, 30 août 1858 ; Inventaire après le décès de Mme Charpentier, 13 avril 1860, études maître Aveline notaire à Paris, AN cote MC/ET/CIII/729. []
  16. Le Journal officiel de Paris pendant la Commune (20 Mars-24 Mai 1871). Histoire. Extraits, fac-similé du dernier n° (24 Mai), de  Charles Louis Livet, 1871, mentionne pour le 17 avril, p. 193, « Art. 5 : toutes les armes recueillies par les mairies seront renvoyées à Saint Thomas d ’Aquin ». Le dépôt central de l’artillerie semble donc être aux mains des communards. Cependant, Auguste Charpentier dit y être resté jusqu’au 10 mai. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Joseph Chrétien

            CHRÉTIEN Joseph (1843-1901)

Joseph CHRÉTIEN est un des plus jeunes lecteurs de la bibliothèque des Amis de l’Instruction en 1861. Il aide alors le bibliothécaire PLOMB. Son cursus aux « cours gratuits pour les ouvriers » de l’Association philotechnique (APH) lui a ouvert une activité professionnelle indépendante.

NB : Toute information complémentaire sera la bienvenue …

Nom : CHRÉTIEN

Prénom : Joseph

N° d’ordre dans le registre dit des inscriptions de la BAI-III : numéro 83

Rôle dans la BAI : aide le bibliothécaire PLOMB1 [voir fiche Plomb]

État civil et famille :

Joseph CHRÉTIEN est né à Sénones (Vosges) le 25 mai 1843.

Son père Jean-Baptiste est fileur de coton. Sa mère Marie Barbe VIRIOT est sans profession déclarée2.

Joseph CHRÉTIEN épouse à Paris, 9e arrdt, le 12 octobre 1875, Marie Eugénie BAUMBACH, professeur de langue anglaise et de musique. Elle est née à Paris le 25 octobre 1845 de Jean Guillaume Ephraïm et de Marguerite BAUER3.

La première adresse de Joseph CHRÉTIEN se situe à Paris 2 rue de la Parcheminerie 5e arrdt. C’est celle de son oncle Joseph CHRÉTIEN, imprimeur sur étoffes, qui y décède le 21 aout 18674. L’oncle figure dans l’Annuaire Firmin Didot à cette adresse comme  imprimeur sur étoffes de laine de 1857 à 1864.

Joseph CHRÉTIEN meurt à Paris 11e le 21 octobre 1901  ((AD75, décès 1901, 11e, V4E 9309, acte 3958, vue 18/31, voir ici.)).

Profession(s) :

1861 : employé (mention sur la liste des lecteurs)


1860 à 1865 : commis aux écritures (mention sur les palmarès de l’APH)

1876 à 1893 : négociant commissionnaire

1901 : comptable (acte de décès)

 

Adresses connues :

1861 : 2 rue de la Parcheminerie, 5e arrdt (d’après la liste des lecteurs).

1867 : 39 rue Rochechouart, 9e arrdt (lors du décès de son oncle).

1875 : 8 rue Montyon, 9e arrdt (lors de son mariage).

1876 à 1880 : 41 rue de l’échiquier, 10e arrdt (liste 1876 des adhérents à l’APH et  faillite de 1880)
.

1887 : 119 boulevard Voltaire, 11e arrdt5 et jusqu’à son décès en 1901.

1887 et 1893 : 120 rue de Charonne, 11e arrdt,  pour le négoce de marbre
.

1889 : mairie de Remchi (Algérie), domiciliation pour la signature.

Profession(s) :

  • 1861 : employé (mention sur la liste des lecteurs)
  • 1860 à 1865 : commis aux écritures (mention sur les palmarès de l’APH)
  • 1876 à 1893 : négociant commissionnaire

Liens avec l’Association Philotechnique et/ou polytechnique6

Il est l’élève de l’APH de novembre 1860 à mars 1864 et devient adhérent en 1876 :

  • Année scolaire 60/61 ; distribution des prix du 9 février 1862. Les cours sont à Turgot. Première mention de langue française, première année, professeur MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN] qui est suppléé par ADAM [Voir fiche ADAM]. Troisième mention de comptabilité. Assistent au cours : GIRARD [Voir fiche GIRARD] et CHARDAR [Voir fiche CHARDAR]
  • Année scolaire 61/62 ; distribution des prix le 9/2/1862. Il va à la Sorbonne où des cours viennent juste d’être créés
  • Deuxième mention langue française deuxième année, professeur ASSELIN. Deuxième mention d’arithmétique, professeur LIONNET [Voir fiche LIONNET] suppléé par Bertrand. Premier prix de comptabilité première année de LENEVEUX (BAI-XIV). Quatrième mention de langue anglaise Il reçoit un livret de Caisse d’Épargne au nom de S.A. le prince impérial et une médaille de bronze (un premier prix et 3 mentions).
  • Année scolaire 62/63 avec distribution des prix le 31 janvier 1864. A la Sorbonne alors qu’il est commis : 2e prix de littérature française 2e année, 2e prix de langue anglaise 1ère année, 2e prix de législation usuelle, cours de CADET (lecteur 32) avec FONTAINE [Voir fiche FONTAINE].
  • Année scolaire 63 /64, la remise des prix a lieu au « Cirque de l’Impératrice » aujourd’hui disparu (cirque d’été) plusieurs prix à la Philotechnique avec remise d’un livret de Caisse d’Épargne offert par l’empereur7.
  • Année scolaire 76/77 : On le retrouve, négociant, 41 rue de l’échiquier, 10e, pour une adhésion à la philotechnique de 10 francs8.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée

 

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

 

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III

Il fréquente les professeurs et les élèves de l’APH.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Pas de relations repérées à ce jour.

 

Éléments biographiques complémentaires :

 

  • 1876 : il figure dans le Firmin Didot9 comme négociant commissionnaire. Il recherche un associé pour développer un commerce de tissu alors qu’il est déjà associé avec WEISS10.
  • 1879 : il apparaît dans une société en nom collectif CHRETIEN, WEISS et CIE « exploitant une composition d’ingrédients pour la destruction des insectes, vers et pucerons infectant les vignes11. La société commercialise un procédé expérimenté  dans l’Hérault par G.W. Davis. Procédé dont l’efficacité  contre le Phylloxera est vantée dans le Panthéon de l’industrie  et la France : politique et scientifique.
  • 1880 : il possède un dépôt de vin de Madère et Porto12.
  • 1880 : il fait faillite13.
  • 1887-1893 : on le retrouve 120 rue de Charonne 11ème arrdt, négociant en marbre et traitant en Algérie pour l’exploitation de carrières sur deux terrains qu’il loue  l’un  de 96 hectares et l’autre de 45 hectares à Remchi14.

Abréviations :

APH : Association philotechnique.

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur principal de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 21 février 2021 ; modifiée le 2 octobre 2021.

Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici).

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Joseph Chrétien," in Bibliothèques populaires, 21/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4746.

 

 

  1. CR BAI-III : Rapport Grandeau. []
  2. AD88,  Edpt 458-71057 NMD 1843, acte 84, vue  20/30, voir ici. []
  3. AD75, mariages 1875, 9e arrdt, V4E 3524, acte  1017, vue 23/31, voir ici. []
  4. AD75, décès 1867, 5e, V4E 588 acte 2042, vue 6/21, voir ici. []
  5. Lors de la signature d’un acte : voir Le Droit, 28/2/1887, page 202 . []
  6. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  7. Le Moniteur universel, 14/2/1865, page 3. []
  8. « Tout membre adhérent doit être agréé par le conseil d’administration et venir en aide à l’association par une somme dont le minimum est fixée à 5 francs. Tout adhérent devient membre à vie quand il a versé une somme de 200 francs ». []
  9. Page 203. []
  10. Le Temps du 1/9/1876. []
  11. Archives commerciales de la France, 20/4/1879, page 522. []
  12. Firmin Didot, page1683. []
  13. Le Petit Bulletin des tribunaux,  4/4/1880. []
  14. Courrier de Tlemcen,  28/6/1889, et encore en 1893 : Firmin Didot, page 1708. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Henri Michel

MICHEL, Henri (1837-1876)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Originaire de province, il suit pendant quatre ans les cours gratuits de l’Association philotechnique et obtient de nombreux prix. Inscrit à l’âge de 24 ans, il est un des premiers membres de la BAI-III, et y reste jusqu’à son décès à l’âge de 39 ans.

NOM : MICHEL

Prénoms : Henri François

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 16

Rôle dans la BAI-III : Lors de l’Assemblée Générale du 28 mars 1876, il fait partie des 15 plus anciens sociétaires convoqués pour vérifier les comptes, dont CHOUVY, DEBISCHOPP (Alexis Debischopp, lecteur n° 554 ?), FRECAULT, MOINE [1].

 

État-civil et famille [2] : fils de François, manouvrier, et Françoise FANET il naît à Heuilley-sur-Saône (Côte-d’Or) le 05/05/1837. Il est célibataire et décède le 30/08/1876 à Paris, 16e arr. Les déclarants sont Pierre Bourrot, employé à la ville de Paris, 64 ans, et Alfred Piquet, couvreur, 22 ans, demeurant comme Henri Michel 8 rue de Bouillé (actuelle rue Duban).

Lors du mariage de ses parents, le 05/10/1835, on apprend que l’oncle maternel de Françoise FANET est maire de Heuilley-sur-Saône.

Professions [3]: mécanicien en 1858-59, attaché au plan de Paris en 1861.

Adresse connue [4] : en 1861, Grande rue à Passy [actuellement, rue de Passy à Paris]. En 1876, à son décès : 8 rue de Bouillé (actuelle rue Duban), Paris, 16e arr.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique [5] : il suit durant quatre ans les cours gratuits de l’association philotechnique, reçoit plusieurs prix et obtient trois certificats d’études :

En 1857-58 : trigonométrie et courbes usuelles, 3e mention ; mécanique, 1er prix. Récompense : un livret de la Caisse d’épargne.

En 1858-59 : langue française, 1e année (professeur MARGUERIN), 2e prix ; algèbre 2e année, 2e prix ; géométrie 2e année, 2e prix ; trigonométrie et courbes usuelles, 1e mention ; mécanique 2e année, 2e mention ; physique 1e année, 2e prix ; hygiène et médecine usuelle 1e année, 4e mention. « Un certificat d’étude relatif aux sciences physiques est accordé à l’élève Michel (H.F.), qui a obtenu 7 nominations, dont 5 prix dans les cours de langue française, hygiène, dessin linéaire, algèbre, géométrie, physique et chimie ». Récompense : un livret de la Caisse d’épargne.

En 1859-60 : Arithmétique 2e année (professeur LIONNET), 2e prix ; mécanique 2e année, 1e mention ; chimie 2e année, 2e mention ; dessin linéaire, 1er prix ; lavis, 3e prix, figure 3e mention. Médaille de bronze, certificat d’études relatif aux sciences mathématiques pour 7 nominations dont 4 prix.

En 1860-61 : physique 2e année, 2e prix ; géographie 1e mention. Certificat d’étude relatif aux arts industriels pour 7 nominations dont 5 prix, 1er prix d’honneur.

 Selon le journal Le Siècle[6], de nombreux prix sont décernés en Janvier 1861 à Charles Honoré PLOMB, Jean CHARDAR, Henri MICHEL, Charles MURET. La distribution se termine par une prière et une acclamation : « vive l’Empereur !».

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : Non identifiée mais on sait cependant que sa famille maternelle est impliquée politiquement dans son village de Heuilley-sur-Saône, et donne plusieurs maires au cours du XIXe siècle1.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III [7] : le réseau de l’Association philotechnique : les professeurs François BAZIN, inscrit juste après lui sur la liste des premiers lecteurs, MARGUERIN, LIONNET, et ses compagnons des cours du soir inscrits à la BAI-III, dont GIRARD, PLOMB, CHARDAR, MURET.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires : Né en province, fils d’un manouvrier, son grand-oncle maternel est maire de son village en 1835. Il vient habiter à Passy, et s’inscrit à l’âge de 20 ans aux cours gratuits de la Société philotechnique qui se déroulent le soir de 20h 30 à 22 h et le dimanche matin à l’école Turgot 17 rue du Vert Bois et à l’école communale Saint Élisabeth. En 4 ans, il obtient de nombreux prix et trois certificats d’études. C’est probablement fort de ce bagage qu’il entre en 1860 au Service du plan de Paris, que le préfet Haussmann développe considérablement pour les besoins des grandes transformations de la capitale [8]. Il est un des premiers inscrits à la BAI-III en 1861.  Il en reste toujours membre malgré l’éloignement. Il est sans profession lors de son décès. Il a donc quitté le service du plan de Paris, pour cause de maladie ou autre.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

 

Auteur de la fiche : Geneviève Deblock

Fiche publiée le 15 février 2021 ; modifiée le 23 mars 2021.

 

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Henri Michel," in Bibliothèques populaires, 15/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4732.

Notes :

[1] CRBAI-III 1878.

[2] Voir, AD 21, Henri François Michel, acte de naissance, 1837. Acte de mariage des parents, 1835 ; ADVP, acte de décès, 1876. Pierre Bourrot (1811-1900),  titulaire de la Légion d’honneur le 9 mai 1855, et de la médaille militaire le 11 avril 1855  LH/334/59, ancien maréchal des logis au 5e bataillon d’artillerie, est natif de Renève, à 9 km d’Heuilley-sur-Saône, ce qui peut expliquer la confusion faite sur le lieu de naissance d’Henri Michel entre Heuilley et Renève.

[3] Voir Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 à 1860-61, le Registre des premiers lecteurs.

[4] Voir le Registre des premiers lecteurs.

[5] Voir le dépouillement des palmarès de l’APH par L. Oudin à partir de Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 p. 22, 34 ; 1858-59, p. 18 ; 1859-60, p. 21, 35 ; 1860-61, p. 26.

[6] Le Siècle ,15/01/1861.

[7] Registre des premiers lecteurs de la BAI-III ; Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, Distribution solennelle des prix, 1859-1862 ; Le Siècle ,15/01/1861.

[8] Voir les Mémoires du baron Haussmann, III, Paris, 1890-1893, Almanach impérial, 1859.

 

  1. Voir la notice Heuilley-sur-Saône sur Wikipedia. []

LA BAI-XIII (suite). Budget, catalogue, lecteurs, conférences

Après avoir relaté la naissance de la BAI du XIIIe arrondissement, puis présenté les membres qui ont composé le Conseil d’administration de l’année 1878,1 voici quelques notes sur la vie de la bibliothèque.

=> vous pouvez  lire ici le compte-rendu de l’Assemblée générale de 1878 : compte-rendu de l’assemblée générale de la BAI-XIII  en 1878

Le budget


Une source importante de revenus, lors de la création de la bibliothèque, est l’organisation d’événements payants. Ils ont lieu au théâtre des Gobelins, qui peut accueillir jusqu’à 1 500 personnes. Les animateurs de la bibliothèque, notamment Louis Combes, savent attirer des têtes d’affiche :

  • Le dimanche 16 juin 1878, une conférence sur L’histoire du livre par Charles Quentin2 qui retrace la vie et la mort d’Étienne Dolet, considéré comme le premier martyr libre-penseur. La réunion est présidée par Gambetta et rapporte 1 912,70 francs, somme considérable qui représente 70 % du premier compte financier.
  • Le 15 décembre de la même année, conférence de Louis Blanc, présidée par François Cantagrel, assisté des députés Barodet et Martin Nadaud. Sous un titre un peu énigmatique, La conversation au dix-huitième siècle, Louis Blanc parle de l’influence des Lumières sur la Révolution de 1789. Prix des places, 50 cts, 1fr, 2fr, 3fr. et 5fr.
  • Le 20 octobre 1879, représentation de Ruy Blas par une troupe d’artistes amateurs. Victor Hugo abandonne ses droits d’auteur (58,17 francs).
  • Le 31 octobre 1880, conférence d’Alphonse Humbert3, ancien communard déporté en Nouvelle Calédonie, ayant pour thème Le peuple, sous la présidence d’Auguste Blanqui. Clovis Hugues4 récite une poésie sur Blanqui. Le journal L’Intransigeant du 3 novembre écrit que l’orphéon de la gare d’Ivry termine la réunion par une « magistrale interprétation de la Marseillaise ». C’est l’une des dernières apparitions publiques de Blanqui qui décède deux mois plus tard, le 1er janvier 18815, dans l’appartement du boulevard qui ne porte pas encore son nom.

Le Petit Parisien 27 octobre 1880
Le Petit Parisien, 27 octobre 1880. Gallica (BnF).
  • Le 22 mai 1881, salle de la Renaissance (198 avenue de Choisy), conférence d’Alfred Talandier6, député de Paris, sur Le programme de l’alliance socialiste républicaine, suivie d’un concert. Prix d’entrée : 50 cts
  • Le 23 novembre 1884, conférence de Camille Pelletan,7 rédacteur en chef du journal La Justice, sur Diderot. Prix des places : 1fr, 50, 1fr, 75 et 50 cts.

Nous avons retrouvé le compte financier de 18788, qui n’est pas très significatif, puisqu’il contient les frais de la première installation. Il est plus intéressant de commenter les comptes de 1892. Ce budget s’élève à 3 989,20 francs.

Les dépenses :

Le premier poste est celui des charges locatives (35 %) : la bibliothèque est locataire et a des charges de chauffage et d’éclairage ;

Viennent ensuite les frais généraux (21 %) : les statuts et le catalogue sont imprimés pour être remis aux sociétaires ;

Puis les dépenses de personnel (20 %). Après débat, il a été décidé de ne pas recourir à des bénévoles pour assurer les fonctions de bibliothécaire, mais d’en avoir un rémunéré.

L’achat de livres représente 24 % des dépenses.

Les recettes

Il y a d’abord les produits du droit d’entrée, et des cotisations.

Il y a aussi quelques dons d’argent. Nous avons la trace d’un don de François Cantagrel en 1878, d’un montant de 209,10 francs. Les dons de livres sont une ressource importante, mais elle n’est pas estimée dans le budget.

Et, dès 1879, lorsque la bibliothèque a un an d’existence, s’ajoutent les subventions municipales, qui constituent une aide et un soutien importants : 1 000 francs en 1879, 1 500 francs de 1880 à 1892, puis 2 000 francs. En 1892, la subvention représente la moitié du budget.

Le Conseil municipal vire à droite (pour un siècle) après les élections municipales de 1901. En 1902, la subvention est abaissée à 800 francs, le rapporteur du budget estimant que les bibliothèques populaires ne sont pas suffisamment contrôlées par l’administration 9. Un compromis, négocié par Auguste Navarre, permet de la rétablir à 2 000 francs en 1904.

En 1933, la subvention est de 8 000 francs, et sera ensuite diminuée de 10% sous l’effet du « rabotage » prévu par les décrets-lois Laval.

En 1934, Louis Gélis10, conseiller municipal du 13e, demande une subvention exceptionnelle pour notre bibliothèque. Elle sera inscrite au budget de 1935, mais nous n’en connaissons pas la motivation précise. Nous n’avons pas de traces de financements publics ultérieurs.

Les livres et les lecteurs

Lors de l’ouverture de la bibliothèque, il y a déjà 350 ouvrages, provenant essentiellement de dons, ceux de la famille Trélat et de Philippe Doré qui a offert « toute une bibliothèque de science et jurisprudence » ainsi que les œuvres complètes de Voltaire. Sigismond Lacroix et Louis Combes sont également des donateurs importants, ainsi que l’éditeur Germer-Baillière par ailleurs membre du conseil d’administration de la BAI du 6e arrondissement, l’anthropologue Abel Hovelacque, Isidore Beaufils membre de l’AIT, la veuve d’Edgar Quinet, et la Ligue de l’enseignement11.

En 1878, une commission est chargée de dresser la liste des livres à acheter. Elle est composée de trois personnes, les deux conseillers municipaux Sigismond Lacroix et Louis Combes ainsi que l’artiste peintre Henri Saintin.

Il y aura 2 885 titres en 1882, 5 650 en 1884 et 9 000 en 1904.

Nous avons retrouvé à la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville le catalogue imprimé daté du 1er juillet 1882, son supplément daté du 1er avril 1884 et un complément manuscrit du 2 décembre 1884, daté et signé du bibliothécaire. Ce manuscrit est certainement un document destiné au contrôle par les services de la Préfecture.

Voici quelques traits, retenus à la lecture du catalogue : on ne voit plus l’autocensure que l’on a rencontrée dans les bibliothèques populaires ouvertes sous l’Empire, mais il y a toujours la volonté de proposer une culture générale solide, en commençant parles grands classiques, anciens et modernes.

Dans ses souvenirs, Maxime Rodinson nous parle des livres qu’il lisait dans les années 1930. Il écrit que le fonds est idéologiquement orienté, mais pas sectaire. La littérature engagée est anticléricale et antimonarchique. Il signale qu’il y a de nombreux ouvrages classiques, de littérature française, mais aussi anglaise ou allemande ainsi que des auteurs grecs et latins, tous en traduction évidemment. Il signale la présence de livres de vulgarisation (sciences physiques et naturelles, astronomie), dont certains, remontant au fonds de départ, sont dépassés par le progrès scientifique. Ce qui l’intéresse le plus, c’est la collection l’Univers pittoresque qui lui permet de voyager. Il signale, avec une certaine tendresse, la présence parmi les lecteurs « d’un brave artisan, passionné par la lecture de l’historien grec Diodore de Sicile ».


Le catalogue présente les ouvrages, non pas uniquement par ordre alphabétique d’auteur, mais selon un plan de classement qui reflète les buts poursuivis. Comme cela est indiqué dans les statuts, la bibliothèque désire procurer à ses adhérents et à leur famille les livres utiles à leur instruction et/ou à leur délassement. C’est le sens des cinq grandes rubriques divisées en sous-rubriques : la première concerne le délassement, les suivantes l’instruction.

Le catalogue 1882

La 1e section, est de loin la plus fournie puisqu’elle représente à elle seule la moitié du fonds. Elle comprend les ouvrages dits de « délassement », c’est-à-dire la littérature, dont de nombreux romans populaires, des livres de géographie, des récits de voyages eux aussi très demandés, des ouvrages de poésie et de théâtre.

  • Littérature ancienne : les grands classiques grecs et latins.
  • Littérature étrangère : Cervantes, Dickens, Hoffmann, Shakespeare (traduit par François Hugo), les livres de Thomas Mayne Reid, un écrivain américain d’origine irlandaise, anti-esclavagiste, un des premiers et rares écrivains à écrire un roman dont le héros est un noir : William-le-Mousse.
  • Littérature française : 720 romans dont Alexandre Dumas (110 vol.), les écrivains engagés George Sand (65 vol.), Erckmann-Chatrian, Victor Hugo, Eugène Sue, Hector Malot, et même très controversés ou mis à l’index comme « les pornographes » Émile Zola et Charles Baudelaire, ou Marie-Louise Gagneur12, une romancière fouriériste, féministe et libre-penseuse, qui attaque avec virulence les congrégations (La croisade noire, Le calvaire des femmes). Il y a aussi des auteurs à succès au XIXe siècle mais aujourd’hui oubliés, tels que Gustave Aimard, un enfant abandonné, devenu aventurier, qui raconte sa vie de chercheur d’or en Amérique du Nord. Et il y a des romans franchement provocateurs comme Le fils du jésuite de Léo Taxil, roman qui lui vaudra d’être excommunié par le pape Léon XIII.
  • Géographie, voyages : curieusement pour nous, c’est là qu’on trouve les œuvres complètes de Jules Verne. Il y aussi les récits de voyage de Lamartine et de Gérard de Nerval et des monographies sur des pays étrangers.
  • Poésie, théâtre : les grands classiques du XVIIe siècle, mais aussi le théâtre de George Sand, de Voltaire, de Lamartine et de Victor Hugo.

La 2e section, qu’on appellerait aujourd’hui « sciences humaines » (histoire, philosophie, économie politique) comprend les livres d’histoire, suivis d’ouvrages destinés à la réflexion et à la formation du citoyen.

  • Histoire : 386 volumes, dont Tocqueville, Michelet, Henri Martin, Louis Blanc.
  • Morale, philosophie, controverses religieuses : 231 volumes, dont Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Diderot, Proudhon, Michelet.
  • Economie politique, sciences sociales : 138 volumes, Voltaire, qu’on retrouve dans presque toutes les catégories, Sismondi, Auguste Blanqui, Karl Marx13 . Il y a même Extinction du paupérisme d’un certain Louis Napoléon Bonaparte.
  • Biographies, mémoires : 205 titres dont la correspondance de Voltaire, les mémoires de Saint Simon

L’histoire en général, et particulièrement l’histoire de France occupe une place de choix. La tonalité anticléricale du fonds n’a cependant pas fait oublier les textes fondamentaux des grandes religions, puisqu’on peut lire la Bible, le Coran, Saint Augustin et les écrits de Confucius.

Le socialisme utopique est bien représenté avec en particulier toute l’œuvre de Proudhon, un livre de Victor Considerant, et Le fou du Palais Royal de François Cantagrel14.

La 3e section, sciences et arts, instruction, éducation (188 titres), est composée d’ouvrages de vulgarisation et de manuels techniques. Ces derniers sont destinés à améliorer la qualification des ouvriers et peut-être leur permettre une promotion professionnelle. Plusieurs traités et recueils de mécanique et de construction métallique, certainement destinés aux ouvriers de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans, ont été offerts par Hervé Mangon, ingénieur, membre de l’Institut, qui sera nommé directeur du CNAM en 188015. Les autres sections comprennent des brochures, des dictionnaires, des annuaires. Certains romans, qui paraissent en fascicules sont indiqués dans la rubrique « littérature » du catalogue, avec la mention « voir aux brochures ». Cette indication facilite l’autonomie du lecteur, qui se déplace dans les rayons en libre accès.

Les lecteurs

L’obligation de rendre très régulièrement des comptes précis aux services de la Préfecture sur les acquisitions, le nombre de lecteurs, le nombre de prêts, est intéressante : c’est actuellement pour nous le seul moyen d’avoir quelques renseignements sur l’activité de la bibliothèque et son évolution au fil des années, ses collections, ses lecteurs, leur nombre, leurs profils, leurs goûts.

Le nombre des sociétaires s’élève à 206 en 1877, avant même que la bibliothèque soit officiellement créée. Il y en aura 390 (dont 5 femmes) en 1879 et 569 (dont 57 femmes) en 1893. Le nombre de femmes est faible mais il progresse. Par comparaison, elles représentent un tiers des sociétaires dans le 20e et la moitié dans le 14e. Ces chiffres ne veulent pas forcément dire que les femmes du 13e ne lisent pas. Les quelques listes d’inscription conservées montrent que c’est en général l’homme qui adhère à la bibliothèque pour toute la famille. Les adhésions féminines sont celles des célibataires (lingères, couturières, institutrices), des veuves souvent rentières, et de quelques femmes engagées qui s’inscrivent pour l’exemple16. En 1882-83, sur 445 adhérents, il y a 139 ouvriers et 110 employés (soit au total plus de la moitié), 33 membres des professions libérales et enseignants, 45 commerçants et 118 autres sociétaires dont la profession n’est pas indiquée. On peut réellement employer le qualificatif de populaire.

Sociétaires de la BAI en 1882

Ces statistiques nous renseignent aussi sur le goût des lecteurs. En 1882-83, 12 492 livres ont été lus sur place ou prêtés, sur un fonds de 3 375 volumes. Ce qui fait une moyenne de 28 livres par sociétaire.

La catégorie la plus demandée est — et de loin — la littérature (73%), suivie par la géographie et les voyages (10%) et l’histoire (5%). On voit qu’on est assez loin du souhait de Léon Gambetta qui voulait « qu’on meublât la bibliothèque de traités techniques … ». Le « délassement » l’a emporté sur l’utilitaire.

Ouvrages lus en 1882

Les conférences

La bibliothèque ne se contente pas de prêter des livres. Comme la moitié des bibliothèques populaires parisiennes, elle organise des conférences.

Celles-ci sont un moyen de se retrouver et d’échanger. Elles permettent de compenser les difficultés que rencontrent les ouvriers fatigués par leur journée de travail et qui n’ont pas assez de temps libre pour lire17.

Dans l’esprit des lettrés paternalistes des premières années, il s’agit surtout de guider les personnes peu habituées à lire, et de leur donner des conseils pour les orienter vers les « bons » livres. En annonce de l’ouverture de la bibliothèque de Versailles, on lit dans La Liberté du 18 mars 1879 : « Il faut que les associés ordinaires d’une bibliothèque populaire puissent rencontrer souvent, aux heures où se rapportent et se distribuent les livres, des membres instruits à qui ils puissent demander des conseils. »

Ce n’est pas tout à fait l’impression que nous donne la liste des conférences organisées dans le 13e.

Dans la presse, nous avons retrouvé la trace d’invitations à 253 conférences gratuites données au 59 avenue des Gobelins. Elles ont lieu le samedi, à huit heures et demie du soir, de mi-novembre à début avril. On peut supposer que les habitués ont autre chose à faire quand il fait beau …

Les annonces précisent souvent que « les dames sont priées d’y assister » et parfois que « la salle est chauffée ».

Tant qu’il est vivant, c’est François Cantagrel qui préside la séance de rentrée.

On dénombre une vingtaine de conférences par an entre 1879 et 1890, c’est-à-dire tous les samedis de la saison. Ce nombre diminue ensuite pour se réduire à 3 ou 4 par an jusqu’en 1902. Puis plus rien, sauf une en 1920. Maxime Rodinson ne parle pas des conférences qui auraient pu avoir lieu dans les années 30. Elles réapparaissent toutefois pendant l’hiver 1938-39 (8 conférences). On peut se demander quelles sont les causes de cette disparition : est-ce qu’elles ont lieu, mais que la presse ne publie pas les annonces ? Plus vraisemblablement, il doit se produire une démotivation des organisateurs. Il y aussi la concurrence d’autres formes de loisirs : on sait qu’une dizaine de salles de cinéma ouvrent dans le 13e arrondissement entre 1911 et 1914. Nous connaissons le thème de presque toutes les conférences et presque toujours le nom du conférencier18, et avons tenté de faire une typologie : les thèmes les plus évoqués sont, dans l’ordre :


  • la Révolution de 1789 et ses acteurs : Robespierre, Marat, Mirabeau … (une conférence sur cinq),
  • les questions sociales : l’enfance, l’assistance publique, … (une sur six),
  • la laïcité et la religion (une sur dix),
  • la littérature : Zola, Diderot, Rabelais, Sully Prudhomme etc. (une sur dix),
  • Des sujets directement politiques : la représentation du prolétariat au Parlement, le statut de Paris, par exemple,
  • La question des droits de la femme n’est pas oubliée (huit conférences),
  • Une quinzaine de conférences portent sur des sujets plus techniques (les égouts, les puits artésiens, l’architecture…).

Nous avons identifié 112 conférenciers : de nombreux avocats, des médecins, des publicistes, c’est-à-dire des journalistes. Beaucoup d’entre eux sont aussi conseillers municipaux, députés ou sénateurs.

71 intervenants donnent une seule conférence. Mais il y a des habitués. Le record est détenu par Louis Lucipia (13 conférences), ancien élève de l’École des Chartes, adhérent de l’AIT, communard. Soupçonné dans l’affaire des dominicains d’Arcueil, il est condamné à mort. La peine est commuée en travaux forcés à perpétuité et il est déporté en Nouvelle Calédonie. Rentré en France en 1880, il est journaliste au Radical. La même année, il est élu conseiller municipal dans le 3e arrondissement. Il préside le Conseil municipal en 1899. Il sera ensuite directeur de l’asile psychiatrique de Villejuif, membre du conseil de surveillance de l’Assistance publique et président de la société des journalistes républicains. Franc maçon, il est, de 1895 à 1896 et de 1898 à 1900, président du Grand Orient de France. Dans ses conférences, il parle de la déportation des communards, de la Révolution française et de problèmes sociaux (la question des loyers, par exemple).

Vient ensuite Alexandre Millerand, le futur président de la République. Il donne 11 conférences, sur des questions sociales (la répartition des richesses) et sur des questions juridico-politiques (la Constitution, le budget). Il est d’abord présenté comme étudiant en droit, puis comme avocat, avocat à la Cour d’appel, ensuite conseiller municipal (il est élu en 1884 à l’âge de 25 ans), enfin député (élu en 1886 à l’âge de 26 ans).

Stephen Pichon (1857-1933), Portrait par Jules Valadon, 1893 . Wikipédia : CC.

H. Gaston (10 conférences). Nous avons eu beaucoup de mal à trouver son prénom, une seule coupure de presse, qui annonce une conférence dans le 6e arrondissement, nous dit qu’il s’appelle Henri. Il est ingénieur, libre-penseur et franc maçon. Gaston est aussi poète et membre du Comité républicain du 13e, pour lequel il se présente aux élections de 1883, et se désiste au profit de Stephen Pichon. En avril 1881, Il présente à la BAI 13 une conférence intitulée « L’idée de Dieu, la religion », qui donne ensuite lieu à une publication dont le titre est Dieu, voilà l’ennemi ! premier volume d’une nouvelle collection, « la Bibliothèque anti-religieuse ».

Henri Gaston, Dieu, voilà l’ennemi, Paris, H.-E. Martin, (1881), Bibliothèque antireligieuse. BnF, Arsenal, 8-NF-3230. Photographie G. Deblock.

Georges Martin (voir ce billet), conseiller municipal  : Il donne 9 conférences, surtout sur les questions sociales (l’enfance, les invalides, le droit des travailleurs à la retraite …).

Le docteur Auguste Navarre qui sera conseiller municipal du 13e en 1898 et député de 1914 à 1919. Il fait 8 conférences où il parle de questions sociales, de médecine et de science. Une conférence parle du darwinisme. Une autre s’intitule « Dieu et la politique contemporaine ».

Stephen Pichon (7 conférences) Il a préparé Normale Sup, mais a vite bifurqué vers le journalisme et la politique avec Sigismond Lacroix et Clemenceau. Conseiller municipal de la Salpêtrière en 1883. Député de 1885 à 1893. Anticlérical, il plaide pour la séparation de l’Église et de l’État. Anti boulangiste. Sénateur de 1906 à 1924, plusieurs fois ministre des affaires étrangères dans les gouvernements Clemenceau et Briand.

Jules Lermina, 7 conférences.  C’est un orateur brillant,journaliste et romancier. Il a écrit une quarantaine de romans et une dizaine d’ouvrages historiques. En 1870, il est l’auteur d’un acte d’accusation contre Napoléon III, dans lequel il demande sa condamnation aux travaux forcés comme « assassin, voleur et faux monnayeur », ce qui vaudra 2 ans de prison, dont il ne fera qu’une partie car il réussit à s’évader. Sa condamnation est annulée après le 4 septembre.

Raymond Poincaré, avocat, futur président de la République (7 conférences). Il parle de la Révolution de 1789 et, plusieurs fois, de Rabelais.

Ernest Rousselle, conseiller municipal de Maison Blanche de 1881 à 1896, président du Conseil Général en 1885 et du Conseil municipal en 1889. Il parle notamment de l’enfance abandonnée, et fait connaître ses préconisations pour que ces enfants soient soustraits à l’influence des congrégations. Le monument qui lui est dédié boulevard Auguste-Blanqui19 rappelle cet engagement.

Sigismond Lacroix (voir ce billet) donne quatre conférences, sur l’autonomie communale, le droit de la jeunesse et le droit de la femme.

Albert Pétrot, avocat, conseiller municipal du 6e, puis député (7 conférences). Il parle de la révolution de 1848 mais aussi de sujets de société (l’octroi, …).

Le docteur Désiré-Magloire Bourneville, médecin aliéniste à Bicêtre, a soigné les fédérés blessés pendant la Semaine sanglante. Il se bat pour la laïcisation des hôpitaux, la création de bibliothèques pour le personnel soignant et les malades, et pour la création d’écoles publiques d’infirmières, afin que l’hôpital puisse remplacer les religieuses par du personnel compétent. Il préside la Société de propagande pour l’incinération.

Louis Martin, avocat. (5 conférences) Il donne des cours gratuits à l’association polytechnique et à l’Union républicaine de la jeunesse. Anti boulangiste. Le dictionnaire national des contemporains nous dit qu’il est « membre du comité de patronage de la bibliothèque du 13e ». Il parle de Michel de Bourges et de la recherche de la paternité, sujets de deux de ses livres.

Onésime Prudent-Dervillers, ouvrier coupeur-tailleur, communard, un des fondateurs du Parti Ouvrier Socialiste Révolutionnaire, conseiller municipal de Croulebarbe en 1889 et 1893, puis député du 18e. Il est enterré au Père Lachaise face au mur des Fédérés, à côté de Jean-Baptiste Clément, le célèbre auteur du Temps des Cerises. Prudent-Dervillers parle de l’assistance publique et du socialisme.

Eugène Baillet, chansonnier populaire, poursuivi et arrêté après la Commune. En 1879, il est secrétaire de la Société des auteurs et compositeurs de musique (SACEM).

Jean Bernard (Passerieu) avocat et publiciste, romancier et auteur dramatique. Sous le gouvernement du 16 mai, il est condamné quatre fois à de la prison pour des délits de presse. Il est l’avocat des anarchistes de Lyon, de La Bataille, le journal de Lissagaray, et intervient dans plusieurs procès contre des prêtres soupçonnés d’abus sexuels ou de malversations financières. Il donne 4 conférences, notamment sur la Révolution française.

La profession de quelques conférenciers venus à plusieurs reprises, mais dont nous ne savons rien de plus, est parfois indiquée dans la presse : André Bergé, préparateur à la faculté de médecine, Chrétien, conducteur des Ponts et Chaussées, qui s’intéresse au puits artésien de la Butte aux cailles, Raynald Legouëz, élève ingénieur des ponts et chaussées, Jean-Baptiste (ou Alfred) Schacre, alsacien « optant », architecte, fils (ou neveu) de Jean-Baptiste Schacre, bâtisseur de plusieurs églises, temples et synagogues à Mulhouse avant l’annexion.

Les conférenciers, même ceux qui parlent des droits des femmes, sont des hommes. Nous avons toutefois trouvé deux conférencières :

Léonie Rouzade militante féministe, fondatrice de l’Union des femmes, dont la conférence du 28 mars 1880 porte sur « les dirigeants, le peuple et le clergé » :« Dans notre programme, dit-elle, nous avons mis la revendication des droits qui nous manquent à nous, femmes, et ils nous manquent presque tous, mais nous avons mis aussi la revendication des droits qui manquent à nos frères prolétaires et il leur en manque beaucoup … ». Bien que non-éligible, elle est candidate aux élections municipales dans le 12e en 1881 et aux législatives de la Seine en 1885.

Le Petit Journal, supplément illustré du dimanche, 11 décembre 1898. Gallica (BnF).

Jeanne Chauvin première femme docteur en droit et première avocate à gagner le droit de plaider en 190120 . Sa conférence du 11 décembre 1898 a pour titre « Lamartine et l’éducation du peuple » Elle se tient à l’Éden, à l’occasion du 20e anniversaire de la bibliothèque, en présence de plus de 500 personnes. À cette occasion, Eugène Leboucher retrace l’histoire de la bibliothèque. Sigismond Lacroix, qui préside la réunion, fait ovationner la proposition de loi qui permettrait aux femmes de s’inscrire au barreau.

Et on peut ajouter Maria Deraismes qui donne au théâtre des Gobelins le 1er avril 1881 et le 11 mars 1883 deux conférences (« les droits de l’enfant » et « la dépopulation »), dans le cadre de manifestations destinées à recueillir des fonds pour le Sou des écoles laïques et la Maison maternelle laïque.

Des livres, des conférences, mais aussi d’autres activités

La bibliothèque est aussi un lieu où on donne des cours, notamment de chimie, d’anglais, de dessin et surtout de musique, solfège et violon. Elle accueille le mardi et le vendredi les cours gratuits Galin-Paris-Chevé,21 institution qui a mis au point une méthode simplifiée de lecture des partitions musicales pour les choristes. Ce système inspiré de Jean Jacques Rousseau est développé par des fouriéristes.

Le Radical du 23 novembre 1883 précise que « des places spéciales sont réservées aux dames et aux enfants. » Un compte rendu de 1882 nous dit qu’il a eu 104 cours cette année-là, mais nous n’en connaissons pas le détail.

La bibliothèque présente l’ensemble de ses activités (lecture, conférences, cours) à l’exposition internationale de Paris en 1900 où elle obtient une médaille d’argent et à celle de Saint-Louis en 1904 où elle est récompensée par une médaille d’or dans la catégorie « Mouvement général du progrès social »

Liste des conférences données à la bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du 13e arrdt en 1879-1880

 

année

date

conférencier

sujet

Notes et précisions

saison 1879-1880 (15 conférences)

 

1879

23-déc

Ouverture solennelle des cours publics et gratuits de l’Union française de la jeunesse, sous la présidence de Cantagrel

 

1879

23-déc

Lucien Henry,

Avocat

Paul Louis Courier

Hippolyte-Lucien Henry (1851-1897)

La Conférence

1880

04-janv

Alfred Naquet

non précisé

Médecin, député, inspirateur de la loi de 1884 sur le divorce. (1834-1916)

MAITRON

1880

24-janv

Docteur Thulier, conseiller municipal

Les enfants assistés

Jean-Baptiste-Henri Thulié (1832- ?), conseiller municipal

1880

31-janv

Eugène Baillet

Le génie de la Révolution

Bijoutier, photographe ambulant, chansonnier,

(1829-1906)

MAITRON

1880

07-févr

Docteur Bourneville, conseiller municipal

Les Miracles et la folie (les convulsionnaires de Saint- Médard)

Désiré Bourneville, médecin aliéniste (1840- 1909)

MAITRON

1880

15-févr

Aimé Lavy

La représentation du prolétariat au Parlement

Instituteur, rédacteur du journal Le prolétaire

(1850-1921) La représentation du prolétariat au parlement

MAITRON

1880

22-févr

Albert Gauttard

L’art du dessin mis à la portée de tout le monde

Lithographe, illustrateur

(1841-1903)

Professeur de dessin, fouriériste

1880

28-févr.

Albert Setrat

La magistrature et la République

 

1880

07-mars

Jean Thomas

adjoint au maire

L’instruction primaire à Paris

Pharmacien,

maire du 13e arr. de 1882 à 1896

(1834-1899)

(Le Petit Parisien 31 août 1899)

1880

13-mars

Yves Guyot,

conseiller municipal

Les réformes par les communes

Publiciste, homme politique

(1843-1928)

WIKIPEDIA

1880

21-mars

Docteur Bourneville, conseiller municipal

Les Miracles et la folie

Désiré Bourneville, médecin aliéniste (1840- 1909)

MAITRON

1880

28-mars

Léonie Rouzade,

Les dirigeants, le peuple et le clergé

Écrivaine, fondatrice des Femmes socialistes (1839-1916)

MAITRON

1880

04-avr

Chrétien

conducteur des ponts et chaussées

Les puits artésiens

Directeur du puits artésien de la Butte aux cailles

1880

25-avr

Sigismond Lacroix, conseiller municipal

Le droit de la femme

Historien journaliste, homme politique, vice-président de la BAI-XIII

(1845-1909)

WIKIPEDIA

1880

02-mai

Victor Meunier, journaliste

La conquête de l’Afrique par la science

Écrivain scientifique,

vulgarisateur

(1817-1903)

=> vous trouverez ici la  liste des conférences de la BAI-XIII identifiées entre 1879 et 1939

La bibliothèque est naturellement le lieu où se retrouvent les défenseurs de l’école laïque : elle organise des événements pour soutenir la Société du Sou des écoles laïques, créée en 1878 pour favoriser la fréquentation des enfants d’ouvriers à l’école laïque. Elle accueillera son siège social, initialement fixé au domicile de François Combes. La société laïque des Maisons maternelles tient plusieurs assemblées générales dans la salle de la bibliothèque.

Maison de Victor Hugo
Avec l’aimable autorisation de la Maison de Victor Hugo. Photographie de Nathalie Voynet.

Le 59 de l’avenue des Gobelins sera aussi un lieu de nombreuses réunions politiques. Quelques exemples : en 1881 réunion de la Solidarité des femmes avec le concours du Choral du 13e (l’invitation précise que « les hommes seront admis ») ; en 1889, l’Alliance socialiste et républicaine et le comité de soutien à la candidature d’Abel Hovelacque ; en 1890 le Comité socialiste autonomiste ; en 1904 le groupe de la Libre Pensée … Enfin, c’est à la bibliothèque que se réunissent le 27 février 1881 plusieurs institutions républicaines du 13e pour aller porter une adresse à Victor Hugo à l’occasion de ses 80 ans22 : la Bibliothèque populaire, le Sou des écoles laïques, la société de secours mutuels de la Maison Blanche et Croulebarbe, les francs-maçons habitant le 13e, la fanfare La Renaissance, la Chorale les Enfants du progrès. Il y aura 600 000 personnes sur l’avenue d’Eylau, qui sera nommée avenue Victor Hugo le 8 avril suivant.

La fin ?

En 1933, le syndicat des bibliothèques des Amis de l’Instruction a son siège au 59 de l’avenue des Gobelins, ce qui prouve que la bibliothèque fonctionne encore.

En 1937, le Rassemblement populaire des vieux travailleurs (secteur sud) tient encore des permanences dans la salle de la bibliothèque. Les dernières traces sont celles laissées par les conférences de l’hiver 1938-1939.

Nous avons la certitude que la BAI du 13e n’existe plus en 1950. À cette date, la moitié des BAI parisiennes ont disparu. Un rapport au conseil municipal de Paris23 nous dit que la principale raison est financière. Les bibliothèques municipales ont grandi, sont gratuites et prêtent désormais à domicile. Elles ont certainement pris le relai.

On sait aussi qu’en 1940, le gouvernement de Vichy a demandé aux préfets de confisquer dans les bibliothèques tous les ouvrages « à tendances communistes, libertaires et extrémistes de gauche ». Les autorités d’occupation soumettent les bibliothèques populaires à un contrôle sévère, en leur imposant une autorisation pour fonctionner. Tout cela n’a certainement pas arrangé les affaires de notre bibliothèque. Maxime Rodinson nous dit que le local de la bibliothèque est devenu une pizzéria et qu’il a acheté aux Puces de Saint-Ouen des livres portant le tampon de la bibliothèque

 

Nous allons poursuivre nos recherches sur cette disparition.

Sources bibliographiques :

  • Archives de la Préfecture de Police : Arch. PPo.
  • Archives de la Ville de Paris : Arch. P.
  • Bibliothèque de l’Hôtel de Ville de Paris : BHdV.
  • Journaux consultés sur Gallica et/ou Retronews (BnF): Le Petit Parisien, La Lanterne, Le Radical, Le Rappel, La Presse, Le Temps, Le Gaulois, Le Constitutionnel, Le Siècle, Le Moniteur Universel, La France, La Gazette, Le journal des débats politiques et littéraires, Le Pays, journal de l’Empire, La Liberté, Le Cri du Peuple, le XIXe siècle, La Petite République, La Justice, L’Intransigeant, L’Aurore, Le Journal, L’Homme Libre, L’Excelsior, Le Populaire, L’Œuvre, L’Action Française, Le Monde Illustré, le Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, le Recueil des actes administratifs de la Préfecture du département de la Seine.
  • Dictionnaire universel illustré biographique et bibliographique de la France contemporaine par une Société de gens de lettres et de savants, sous la direction de Jules LERMINA, Paris, L. Boulanger, 1885 [BnF, en ligne].
  • Les Hommes d’aujourd’hui, F. CHAMPSAUR et A. GILL, Paris, éditeur A. Cinqualbre (en ligne).
  • Dictionnaire national des contemporains : contenant les notices des membres de l’Institut de France, du gouvernement et du parlement français, de l’Académie de médecine…. Tome 3 / sous la dir. de C.-E. Curinier, Paris, 1899-1919 (BnF, en ligne)
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (le Maitron) [en ligne].
  • www.bai.hypotheses.org
  • Emmanuel FUREIX, Le siècle des possibles, éd. PUF, 2004
  • Arnaud-Dominique HOUTE Le triomphe de la République, Le Seuil, coll. Points, 2014.
  • Jules Ferry, la République des citoyens, textes présentés par Odile Rudelle, Imprimerie Nationale, 1996.
  • Alain FAURE Les racines de la mobilité populaire à Paris au 19e siècle – Nanterre – IDHE
  1. Voir les billets bai.hypotheses.org/4298 ; bai.hypotheses.org/4332 []
  2. Charles Quentin (1826-1904). Il « prend » la bibliothèque du Sénat pendant la Commune. Ami de Gambetta, conseiller municipal du Père Lachaise (1876-80), vice-président de la BAI du 20e, directeur de l’Assistance publique (1880-85). Voir Christiane Demeulenaere, « Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris », dans Bibliothèques populaires, 30/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2963. []
  3. La petite presse du 3 novembre 1880 cite un extrait de cette conférence : « Il reste à faire la révolution du prolétariat, dès que la bourgeoisie aura fini la sienne. C’est pourquoi M. Gambetta et ses amis ne sont pas pressés de la terminer ; c’est pourquoi aussi nous devons nous liguer pour en hâter l’achèvement ».

    Alphonse Humbert, 1844-1922. Journaliste au Père Duchêne sous la Commune, un des signataires de l’Affiche rouge. Condamné aux travaux forcés à perpétuité. Après l’amnistie de 1879, il est élu conseiller municipal du 15e, mais l’élection est annulée parce qu’il n’a pas les six mois de résidence requis. Conseiller municipal du 15e de 1886 à 1893, et député en 1893. []

  4. Clovis Hugues, 1851-1907, poète et romancier, membre actif de la Commune de Marseille, député de 1881 à 1906. []
  5. Le MAITRON signale deux réunions qui achèvent de consumer les forces de Blanqui : le 21 novembre 1880, une conférence à Lille devant 6 000 personnes, et le 27 décembre, une intervention salle Ragache rue Lecourbe, 15e. []
  6. Alfred Talandier, d’abord avocat, révoqué par Louis-Napoléon Bonaparte, 1849, exilé en Angleterre. Sous-préfet après le 4 septembre, révoqué par Thiers, il devient professeur d’anglais à Henri IV, une troisième fois révoqué en 1874 quand il devient conseiller municipal. Député de 1876 à 1885, il siège à l’extrême gauche Les hommes d’aujourd’hui n°132. []
  7. Camille Pelletan, historien et journaliste au Rappel puis à La Justice, le journal de Clémenceau. Ami de Verlaine et de Rimbaud. Anticlérical et antiboulangiste. Député des Bouches du Rhône de 1881 à 1912. Ministre de la Marine de 1902 à 1905 []
  8. Ce budget figure en annexe, après le rapport du Conseil d’administration []
  9. La subvention à la BAI du 8e est même supprimée. Elle est qualifiée « d’officine électorale » par les élus conservateurs. []
  10. Louis Gélis (1896-1940), métallurgiste, membre du parti communiste français, puis du parti ouvrier et paysan, conseiller municipal du 13e de 1926 à 1940, député de 1932 à 1940. []
  11. En 1905, le Conseil municipal autorise l’École Estienne à donner à la bibliothèque « divers ouvrages qui encombrent les magasins », d’une valeur de 500,25 francs (BMO du 18/12/1905). []
  12. Voir https://bai.hypotheses.org/3147 []
  13. D’après Bernard Desmars (Bibliothèques en utopie, les socialistes et la lecture au XIXe siècle, Presses de l’Enssib, 2020.), la bibliothèque du 13e serait en 1882 la seule bibliothèque populaire à comprendre Le Capital dans son catalogue. []
  14. Ouvrage offert par son auteur []
  15. Dictionnaire Universel de Jules Lermina, page 974. []
  16. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? » dans Laurent Besse, Carole Christen, Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 : Perspectives françaises et internationales, Presses Univ. Septentrion, 2017, p. 199-214. []
  17. Opinion exprimée par Georges de Peyrebrune, pseudonyme de Mathilde Marie Georgina de Peyrebrune, dans une conférence du 27 mars 1877 à la BAI du 15e arrondissement https://bai.hypotheses.org/3445. []
  18. Voir la liste en annexe. []
  19. Le sculpteur Michel Béguine est présent le 15 mai 1896 à l’état civil de la Mairie du 14e et contresigne l’acte de décès d’Ernest Rousselle. []
  20. Inscrite au barreau de Paris, ses premières plaidoiries sont prononcées devant le tribunal civil de Château-Thierry. Celui-ci est présidé par le « bon juge Magnaud », le magistrat qui a créé la notion « d’absolue nécessité », prononcé le premier divorce aux torts réciproques, la garde alternée des enfants, et demandé que l’adultère ne soit plus qualifié de délit. La figure du « bon juge » est évoquée à la bibliothèque dans deux conférences. []
  21. Voir le blog de Michèle Audin, macommunedeparis.com, 2018/09. []
  22. C’est en réalité le jour de ses 79 ans, l’entrée dans sa 80e année. Bulletin Municipal Officiel du 1er janvier 1952. []
  23. Bulletin Municipal Officiel du 1er janvier 1952 []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean-Baptiste Girard

GIRARD (1821-1900), Jean-Baptiste

 

Jean-Baptiste Girard vers 1880. Gallica (BnF).

Jean-Baptiste Girard a une importance toute particulière dans l’histoire des bibliothèques populaires. Originaire d’une famille modeste de la Haute-Marne, il a fondé la première véritable bibliothèque populaire à Paris, et œuvré inlassablement pour le développement de ce type de bibliothèques en France.

NOM : GIRARD

Prénoms : Jean-Baptiste

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 1

Rôle dans la BAI-III : Il en est le fondateur entre 1861 et l’un des principaux animateurs durant plusieurs années au moins jusqu’en 1884 avec plusieurs interruptions dont une de 1863 à 1867. Le plus souvent, il a le rôle officiel de vice-président de la BAI-III[1].

 

État-civil et famille : naissance de Jean-Baptiste (JBG) à Hortes (Haute-Marne) chez son grand-père François GIRARD (1756-1828), agriculteur, qui fait la déclaration le 28 mai 1821. JBG est le fils de Didier GIRARD (absent) et Catherine MORIS [Mauris][2]. Didier GIRARD (1793-1864) travaille entre Paris et Hortes pour le commerce du vin et Catherine (1790-1849) est cuisinière à Paris ; puis ils acquièrent un café à Hortes[3]. Ils ont quatre autres enfants : Auguste, né à Paris en 1818, est cocher puis loueur de voitures à Paris ; Marie-Louise, née à Paris en 1820, est domestique à Paris ; Anne-Joséphine, née à Paris en 1823, est femme de chambre puis reprend le café à Hortes ; Joseph, né à Paris en 1826, est marchand de bouillon à Paris[4].

JBG épouse le 9 mai 1846, à Saint-Eustache (Paris), Françoise Marguerite Zoé BERTHY (1824-1889), blanchisseuse, dont la mère est née BACHELIN[5]. Leur fille, Anna Augustine Alphonsine Girard (1847-1893), naît au domicile conjugal, 6 rue des Fontaines-du-Temple, le 27 février 1847[6].

Anna Girard se marie à Alphonse-Joseph BAILLIF (1831-1893), sculpteur dont le frère est marié avec une fille BACHELIN. Anna et son mari ont quatre enfants : Alphonse, Marguerite, Eugénie, Mathilde[7]. JBG meurt à Asnières-sur-Seine, « rentier » le 22 mai 1900. L’acte de décès est signé par son petit-gendre Joseph, Ernest CORBON, architecte[8].

Remarque : il existe des dizaines de Jean-Baptiste Girard à cette période et au moins deux autres Girard lithographes à Paris

Professions : diverses. Notamment : cocher, lithographe, peintre sur étoffes (lors de son procès), typographe (mention acte de décès), etc. Est également « agent de l’Association philotechnique » vers 1864-1884.

Adresses connues :

  • Enfance : ferme de la Malavisée à Hortes (Haute-Marne)
  • Lors du recensement militaire en 1842 : réside à Belleville et est cocher 37, rue Transnonain, Paris[9]
  • Lors de son mariage : 5 rue Beaurepaire [Greneta], 10e arrdt actuel, Paris
  • Lors de la naissance de sa fille : 6 rue des Fontaines-du-Temple, 3e arrdt actuel, Paris
  • Lors de la fondation de la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs-lithographes : 2 rue des Vertus, 3e arrdt actuel, Paris[10]
  • Lors de son arrestation en 1850 : 30 rue des Gravilliers, 3e arrdt actuel, Paris (sa femme réside ensuite au 14)[11]
  • Dans les années 1860 : 47 rue de Bretagne, Paris[12]
  • Lors de la faillite de la Société générale d’approvisionnement et de consommation : chez Théodore BROUT, 8 route d’Argenteuil, Asnières-sur-Seine[13] (il résidera ensuite à différents numéros rue d’Argenteuil)
  • À partir des années 1880 : chez son gendre, Alphonse Joseph BAILLIF puis son petit-gendre Ernest CORBON, 7 rue Sainte-Sophie, Asnières-sur-Seine[14]

Lien avec l’Association philotechnique et /ou polytechnique : il suit les cours de l’APH (hygiène et médecine usuelle, arithmétique, comptabilité, physique, chimie…) au moins de 1855 (voire depuis 1848[15]) à 1861 et reçoit de nombreux prix[16]. Dans le même temps, il suit les cours du Conservatoire des Arts-et-Métiers[17].

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : socialisme, mutualisme (voir ci-dessous). Bon nombre de ses amis et/ou compagnons de lutte seront communards, comme Charles-Honoré PLOMB [voir fiche Plomb] JBG a vécu rue des Gravilliers et connaît plusieurs membres de l’AIT comme Jean-Victor BELLAMY [voir fiche Bellamy] et Hippolyte LANDRIN [voir fiche Landrin], qui appartiennent au noyau initial de la BAI-III.                                                                                                                             

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : conseil d’administration de la société de secours mutuels des Arts et métiers (quartiers Arts et Métiers et Enfants rouges[18]) en 1861 ; coopératives de production ou de consommation et associations mutualistes diverses de 1849 à la fin du Second Empire (voir ci-dessous)

Adhésion à la Société Franklin : oui. Il en anime les débuts de manière officieuse sous le Second Empire.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : noyau initial des fondateurs et animateurs et conseils jusqu’aux années 1880. Sa fille, son gendre et le frère de celui-ci sont inscrits à la BAI-III[19]

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

  • avec le noyau initial de la bibliothèque de Hortes (Haute-Marne) dont il est un des fondateurs en 1861[20]
  • avec Joseph DELBROUCK [voir fiche Delbrouck], fondateur de la bibliothèque populaire communale de Vernon (Eure) en 1862[21]
  • avec le noyau initial de la BAI-V dont il est un des fondateurs (comptable de l’ouverture (1864) à 1869, il assure des permanences et donne des ouvrages[22]) : Édouard LABOULAYE [voir fiche Laboulaye], Adolphe ADAM [voir fiche Adam], Louis GRANDEAU [voir fiche Grandeau], le général Ildephonse FAVÉ [voir fiche Favé], anciens de la BAI-III, Émile LIONNET (président honoraire de l’APH) [voir fiche Lionnet], Antoine COHADON, etc.
  • avec le noyau initial de la BAI-XIV : Paul DELAMARCHE [voir fiche Delamarche], fondateur de la BAI-XIV, originaire comme lui de Haute-Marne et membre actif de la BAI-III. JBG est membre du comité consultatif et des études de la BAI-XIV de 1873 à 1877. Il y côtoie Anthime CORBON (également originaire de la Haute-Marne) que l’on retrouvera à la BAIXV ), Charles PELLARIN, Henri TOLAIN, Louis COMBES (que l’on retrouvera à la BAI-XIII[23]), Charles LENEVEUX, Auguste OTT, buchézien et défenseur des associations ouvrières
  • avec le noyau initial de la BAI-XVIII dont il est un des fondateurs
  • avec Charles FAUVETY et le noyau initial de la bibliothèque populaire d’Asnières 
  • avec les fondateurs de la Société Franklin 
  • avec les fondateurs du Syndicat des bibliothèques populaires libres.

Éléments biographiques complémentaires :

JBG naît dans une famille d’agriculteurs haute-marnaise que la pauvreté pousse à rechercher des sources de revenus à Paris. Il doit travailler très jeune pour aider ses parents, et devient cocher comme son frère aîné à Paris. Puis il travaille comme lithographe. C’est sans doute dans ce milieu qu’il rencontre Théodore BROUT (1800-1873), l’oncle de sa future femme, un imprimeur (il a fait partie de la Société d’imprimeurs coopérative LACRAMPE et Cie en 1848) qui les aidera tout au long de leur vie[24]. Il fait aussi son apprentissage politique, et participe vraisemblablement à certains clubs de 1848[25]. Son jeune frère Joseph, militant de la Société des Droits de l’homme et de la Montagne, compromis dans l’Affaire du Passage Molière et les journées de juin, est déporté en Algérie[26].

Jean-Baptiste Girard se lance également dans les combats socialistes (il semble s’être intéressé entre autres aux écrits de Victor CONSIDERANT, BUCHEZ, etc.) et milite dans les mouvements mutualistes et associationnistes. En 1849, il fonde avec d’autres ouvriers, dont Jean-Louis RIMET [voir fiche Rimet], la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs‑lithographes. Délégué de la Fraternelle à l’Union des Associations fraternelles ou ouvrières fondée le 5 octo­bre 1849, il devient un des membres élus des commissions de fonctionnement de cette dernière et membre actif et trésorier d’un Comité électoral lithographique (dont COMBES est secrétaire comptable[27]) pour soutenir la candidature d’Eugène SUE[28]. Arrêté lors de l’Affaire de la rue Michel-le-Comte, il est jugé pour son rôle d’organisateur de réunions interdites et de secrétaire de l’Union des Associations, en compagnie de Pauline ROLAND, Jeanne DEROIN,  DELBROUCK, etc[29]. Il est emprisonné à Mazas puis Sainte-Pélagie. La Fraternelle est alors dissoute. Durant sa captivité qui aurait duré entre un an et 22 mois selon les sources, sa femme peine à élever leur fille Anna.

Sans doute marqué par cet emprisonnement, il passe à des actions toujours militantes mais moins risquées. Il suit notamment divers cours à l’APH de 1855 à 1861, et fédère bientôt élèves et professeurs autour d’un projet de bibliothèque populaire associative. Il parvient ainsi à fonder la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième arrondissement (BAI-III) en 1861 et à initier un mouvement qui gagne Paris, la région parisienne puis la province. Cette bibliothèque est très novatrice : il s’agit d’une association qui implique les lectrices et lecteurs dans le fonctionnement de la bibliothèque et le choix des livres qui sont prêtés[30]. Il fonde également une bibliothèque dans son village natal en juillet 1861 (Hortes[31]). Il déploie une activité considérable, mais en restant dans l’ombre, pour aider à la création de la Société Franklin[32] en août 1861, société qui à partir de 1862 aide à fonder et gérer des bibliothèques populaires. Le comité d’administration de la Société Franklin comprend, à côté de personnages prestigieux, différents membres de la BAI-III : FAVÉ, LABOULAYE, Émile MARGUERIN [voir fiche Marguerin], Maurice MEYER [voir fiche Meyer], Alexandre VINCENT [voir fiche Vincent]. JBG en devient officiellement conseiller en 1866.

Lorsque la BAI-III connaît des soucis politico-administratifs en 1863, il part créer avec LABOULAYE la BAI-V et devient agent général de l’APH en 1864[33]. Sa fille Anna épouse Joseph BAILLIF, lecteur de la BAI-III et dont le frère est marié avec une fille BACHELIN : ils ont un premier enfant en 1865.

Il continue à s’intéresser à la pensée mutualiste et participe à diverses expériences : il est nommé en 1866 dans le triumvirat directeur de La Sincérité, avec Antoine FAVELIER[34]. La Sincérité est le premier magasin coopératif créé à l’instigation de l’Association générale d’approvisionnement de Passy, POINDRON et Cie (fondée en 1864 par Arthur de BONNARD[35], COHADON, etc., et ouverte aux femmes[36]), il se trouve au 18 rue de la Forge Royale, quartier Saint-Antoine, sous la raison sociale H. Vannaisse et Cie[37]. En 1867, JBG représente la Sincérité (qui a désormais pour raison sociale FOURNERET, GIRARD,  LESAGE[38]) dans un Syndicat qui fédère les associations coopératives de consommation parisiennes[39]. Une médaille à l’Exposition universelle de 1867 consacre le rôle de Girard en tant que fondateur des bibliothèques populaires[40]. JBG participe aux réunions pour la fondation d’une Société coopérative d’enseignement indépendant en 1868 et milite aux côtés de Paule MINK, Ernest FRIBOURG et DELAMARCHE pour que les femmes aient accès à toutes les activités envisagées[41].

La Sincérité fait faillite en 1868[42]. JBG s’installe vers cette date chez BROUT à Asnières avec sa femme et sa belle-mère, comme les BAILLIF. Il fonde la bibliothèque populaire d’Asnières, notamment avec l’aide de FAUVETY (qui fonde également l’APH d’Asnières en 1876[43]) et Cyprien SPIES, un fouriériste, en 1871[44]. On ne lui connaît pas d’activité particulière pendant la Commune, bien que nombre de ses proches soient communards. Il est président de la bibliothèque de 1871 à 1873, et laisse sa place à FAUVETY, peut-être trop pris par sa vie personnelle (BROUT meurt en 1873 à Caen, et Girard est témoin de l’acte de décès[45]). Il impulse en 1876 avec notamment DELAMARCHE et Henri HARANT [voir fiche Harant] la naissance du Syndicat des bibliothèques populaires libres qui vise notamment à conserver une indépendance dans leurs choix d’acquisition aux bibliothèques populaires[46]. La même année, poussé par HARANT, FAUVETY et LABOULAYE, il propose sa « candidature ouvrière » aux élections sénatoriales[47]. C’est un échec. Il figure également sur la liste républicaine pour les élections municipales d’Asnières, aux côtés notamment de FAUVETY, LESAGE et SPIES en 1871[48], puis en1878[49]. En 1880, il reçoit de Jules FERRY les palmes académiques pour la fondation des bibliothèques populaires[50]. JBG continue à militer pour la classe ouvrière et s’attelle par exemple à la question des retraites ouvrières des femmes en 1883[51]. En 1884, il est désigné président de la BAI-III[52], probablement à la mort de HARANT.

Les Baillif ont reçu des commandes rémunératrices, et la famille, plus à l’aise, s’installe rue Sainte-Sophie. Après avoir perdu sa femme en 1889, il voit mourir sa fille et son gendre en 1893[53]. Les deux aînées de ses petites-filles se sont mariées le 20 septembre 1892 avec deux frères architectes, les Corbon[54]. Jean-Baptiste vit alors avec la plus jeune de ses petites-filles et son petit-fils qu’il marie tous deux en 1894[55]. Il termine son existence avec Marguerite et son petit-gendre dans une villa rue Sainte-Sophie à Asnières[56], et s’occupe de jardinage.

Écrits de la personne :

[JBG semble ne pas avoir écrit d’ouvrage ou d’article. En revanche, il a participé à la rédaction des statuts de plusieurs coopératives, associations et bibliothèques, et écrit nombre de courriers (dont quelques-uns publiés par la presse) qui ne sont pas forcément identifiés, son patronyme étant répandu.]

Sources :

FRAZER : Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985.

SANDRAS (Des bibliothèques …) : Agnès Sandras [Dir.], Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, Villeurbanne, 2014

Les différents billets de ce carnet (voir Girard)

Auteur(e)s de la fiche : Agnès Sandras et Louise Oudin, aidées de Geneviève Deblock

Abréviations utilisées dans cette  fiche :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements)

Arrdt : arrondissement

APH : Association philotechnique

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement)

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Fiche publiée le 7 février 2021 ; modifiée le …

Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean-Baptiste Girard," in Bibliothèques populaires, 07/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4701.

Notes :

[1] Dépouillement des différents CR imprimés de la BAI-III et Almanach Didot de 1884, page 817.

[2] Registre d’état-civil, Hortes, conservé par les AD52 : 1E0242.

[3] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1522

[4] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/4497

[5] AD75, arch. 296, n° 151 et série V2E, même mariage (selon FRAZER). Voir ici et ici sur la base Filae.

[6] AD75, état-civil reconstitué : voir ici et ici sur la base Filae.

[7] AD. 92. Asnières-sur-Seine, 1881. D_NUM_ASN_1881

[8] AD. 92. Voir ici sur la base Filae.

[9] Voir les registres matricules des AD52 : http://archives.haute-marne.fr/viewer/viewer/FRAD052_R1186_01/FRAD052_R1186_01_152.jpg

[10] Voir FRAZER.

[11] Voir FRAZER.

[12] Voir FRAZER.

[13] Selon Le Droit du 19 février 1869.

[14] Selon les actes d’état-civil déjà cités.

[15] Voir Nécrologie de Jean-Baptiste GIRARD par Émile Rotival dans Le Bulletin de l’association philotechnique, mai 1900. Pages 144 à 146.

[16] Voir le dépouillement des palmarès de l’APH par L. Oudin.

[17] Séance du 7 juin 1866 de la Société Franklin, discours de M. Leviez. Page 11.

[18] CR BAI-III, 1862.

[19] « Registre des lecteurs » de la BAI-III.

[20] Voir ci-dessous.

[21] Voir ci-dessous.

[22] CR imprimés.

[23] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4332

[24] Voir Le Droit du 15 septembre 1841.

[25] Voir Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes : histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848, Paris, 1851.Page 183.

[26] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4497

[28] FRAZER.

[29] FRAZER et sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4497

[30] FRAZER ; SANDRAS dir. (Des bibliothèques populaires …)

[31] SANDRAS dir. (Des bibliothèques populaires …)

[32] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/1019

[33] A. Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898.

[34] Gazette nationale ou le Moniteur universel, 28 décembre 1866.

[35] Arthur de Bonnard est un proche de Fauvety et réside aussi à la fin de sa vie à Asnières.

[36] Voir Jacques Rougerie, Eugène Varlin, Aux origines du mouvement ouvrier, Paris, 2019. Page 22.

[37] Voir note 34.

[38] Le Siècle, 13 février 1867. François-Joseph Lesage est chef de bureau au chemin de fer de l’Ouest et réside à Asnières. Nicolas-Marie Isidore Fourneret est comptable et réside rue Chapon à Paris selon La Gazette du 28 décembre 1866.

[39] Le Siècle, 13 février 1867.

[40] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/526

[41] Voir L’Avenir national du 1er août 1868.

[42] Le Droit, 16 août 1868.

[43] Le Progrès de la Côte-d’Or, 13 décembre 1876.

[44] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/821

[45] AD14 : Registre des décès de Caen, 1873 : 4 E 1606.

[46] Le Temps, 17 août 1876.

[47] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1091

[48] Le Siècle, 23 juillet 1871.

[49] Le XIXe siècle, 5 janvier 1878.

[50] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/2161

[51] Ibid.

[52] Voir plus haut.

[53] AD92 : registres des décès d’Asnières-sur-Seine. Girard signe les actes de décès des trois.

[54] AD92 : registre des mariages d’Asnières-sur-Seine, 20 septembre 1892. Girard signe l’acte. Pas de parenté avec Anthime Corbon.

[55] AD92 : registre des mariages d’Asnières-sur-Seine, 28 août 1894 et 25 octobre 1894. Girard signe les actes.

[56] FRAZER.

[57] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1522

[58] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/3223

Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire

Par Agnès Sandras, Geneviève Deblock, Louise Oudin

 

Ce billet annonce une série qui aura pour but d’approcher le plus possible, grâce aux documents de toutes sortes désormais numérisés, les réseaux préexistant entre les hommes qui ont fondé la première véritable bibliothèque populaire en 18611. La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième arrondissement (BAI-III) a en effet la première proposé un accès à toutes et tous à un prêt de livres choisis par les lecteurs. Elle fonctionnait de manière associative, avec un conseil qui tentait de respecter un équilibre entre des membres issus de la bourgeoisie et d’autres d’origine plus modeste. La respectabilité et les relations des premiers devaient protéger la bibliothèque des tracasseries administratives alors opposées aux associations, pendant que les bénévoles, ouvriers et artisans du Marais, se chargeaient de son fonctionnement. De nouveaux réseaux ont également résulté de leurs rencontres et de leurs luttes pour développer ce type de lecture et de bibliothèque dans un environnement parfois très hostile sous le Second Empire…

 

Un projet dans la continuité des projets précédents, à l’heure du numérique

Longtemps négligées par l’histoire de la lecture, les bibliothèques populaires avaient été magistralement sorties de l’oubli par Noé Richter en 1979. Celui-ci, qui avait souligné le rôle des Bibliothèques des Amis de l’Instruction, avait accepté de soutenir l’organisation d’un colloque organisé par la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement et présidé par Madeleine Rebérioux. Lors des recherches menées pour ce colloque de 1984 qui portait sur « Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction2 », différents auteurs avaient méticuleusement exploré les archives alors à leur disposition pour mieux connaître les fondateurs et les premiers lecteurs, ainsi que le contexte de la naissance de ce lieu original.

Ian Frazer s’était plus particulièrement attaché à retrouver des éléments biographiques sur Jean-Baptiste Girard, l’ouvrier moteur de la naissance de la bibliothèque3. Ces éléments confirmaient une tradition vivace à la Bibliothèque4 selon laquelle Girard, issu de la petite paysannerie haute-marnaise émigrée à Paris, avait eu un rôle décisif dans la conception de la BAI-III. Frazer avait identifié l’aide de l’Association philotechnique à la jeune bibliothèque, souligné l’importance du passé politique de Jean-Baptiste Girard qu’il avait reconstitué, et montré l’éventail socio-politique important des soutiens apportés.

Danièle Majchrzak et Pierre Farouilh se penchaient quant à eux sur le registre dit des premiers lecteurs. Ils identifiaient les différents métiers des personnes inscrites dans ces listes (voir ici)  et leurs adresses (voir ici). La forte présence des artisans conduisait Madeleine Rebérioux à en conduire l’analyse dans des événements politiques contemporains, comme l’Exposition internationale de 1867.

Toujours en 1984, la bibliothèque était consacrée lieu de mémoire par Pascale Marie – qui avait également soutenu un travail essentiel à la BAI-III5 – dans l’ouvrage de Pierre Nora6. Elle montrait l’importance de l’inscription de cette bibliothèque dans le quartier du Temple, un quartier industrieux et toujours prêt à la rébellion au XIXe siècle.

Trente années plus tard, en 2014, un nouveau colloque organisé par la BAI-III permettait de compléter les pistes ouvertes en 1984, notamment par la création de ce carnet de recherches dès 2013. Le jour même du colloque, l’ouvrage Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique paraissait, grâce à l’effort exceptionnel des auteurs et des Presses de l’Enssib, 20147. Parmi ces auteurs, certains ont continué à travailler régulièrement sur les bibliothèques populaires. Deux exemples. Étienne Naddeo a soutenu sa thèse de l’ENC en 2015 sur Les bibliothèques populaires du département de la Seine (1861-1945), et s’est attaché à la naissance de la Société Franklin et à la bibliothèque populaire d’Asnières, fondée également par Girard, et a mis en lumière l’importance des réseaux francs-maçons et spirites autour des premières bibliothèques populaires. Jean-Charles Geslot a montré le rôle d’Édouard Charton dans la fondation de la bibliothèque populaire de Versailles, et s’intéresse depuis régulièrement à la constitution des premiers catalogues des bibliothèques populaires.

Plus largement, depuis le colloque de 2014, chercheurs et curieux se penchent sur l’histoire des bibliothèques populaires, et cette synergie permet d’identifier bien des acteurs oubliés et de mieux connaître les plus célèbres d’entre eux. Arlette Boulogne a publié en 2016 aux éditions L’Harmattan, Des Livres pour éduquer les citoyens : Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), ouvrage tiré de la thèse de 3e cycle qu’elle avait soutenue en 1984. Plusieurs organisateurs de colloques ont sollicité des communications sur les bibliothèques populaires, des associations ont recréé les fonds initiaux de bibliothèques populaires, etc. Ce carnet rend compte régulièrement des diverses explorations menées ainsi.

Cette synergie et ce dynamisme ne seraient pas possibles sans les avancées numériques. En effet, on peut désormais ouvrir de nouvelles pistes grâce au repérage de sources dont l’inventaire se trouve en ligne. Par ailleurs, des bases de données comme celle des Communards déportés en 1871, la numérisation de nombreux journaux dans Gallica, Retronews, etc., et d’archives sur différents sites institutionnels, des dictionnaires en ligne comme le Maitron, l’Annuaire prosopographique « La France savante » du CTHS, etc., permettent de reconstituer des itinéraires, des motivations, et des rencontres. Ainsi, il n’est pas innocent de découvrir que Jean-Baptiste Girard, impliqué dans l’Affaire de l’Union des Associations en 1850, avait un jeune frère et que celui-ci avait été arrêté et déporté en 1848.8 Il est tout aussi révélateur d’apprendre que le premier ouvrier en charge du fonds et du catalogue, Charles-Honoré Plomb9, avait vraisemblablement connu Jean-Baptiste Girard sur les bancs de la Philotechnique où il apprit aussi le solfège, ce qui lui permit de devenir critique musical lorsqu’il se réfugia à Lausanne après avoir été inquiété à l’issue de la Commune … Il n’est pas moins intéressant de constater qu’Auguste Perdonnet10, très honorable représentant de la riche bourgeoisie philanthrope franco-suisse, avait une vie moins lisse que celle qu’il affichait, et que son soutien à la BAI-III reposait sur des motivations pour le moins complexes… Plus encore, en explorant les différentes bibliothèques des Amis de l’Instruction, à Paris ou en banlieue, on découvre bien des liens entre différents personnages : ce travail a été mené par exemple par Louise Oudin et Agnès Sandras pour la BAI-VI, par Geneviève et Pierre Deblock pour la BAI-XIII, par Christiane Demeulenaere-Douyère pour la BAI-XX.

 

Identification en cours des réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire : méthodologie et buts

Les liens entre les fondateurs de la BAI-III s’avèrent donc denses. Ils reflètent des engagements familiaux (des frères, des couples, etc., s’inscrivent), des amitiés (visibles lorsque l’on examine les témoins des actes d’état-civil), des affinités intellectuelles, des sociabilités :

  • de quartiers (voir la cartographie ici), qui ont été repérées également dans le cadre d’autres bibliothèques populaires comme celles de Hortes ou Vernon. On parle à son voisin et celui-ci signe la pétition pour demander l’établissement de la bibliothèque populaire (Épernay) ou vient s’inscrire (Hortes)
  • socio-professionnelles 
  • associatives
  • « éducatives » : les élèves des associations philotechnique et polytechnique demandent le soutien de leurs professeurs pour fonder les bibliothèques populaires
  • militantes et/ou politiques

Mais comment repérer ces liens ? Notre petite équipe (Geneviève et Pierre Deblock, Louise Oudin et Agnès Sandras) a décidé de partir de deux types de listes permettant d’identifier les personnes les plus attachées à la fondation de la BAI-III.

La première liste est issue du registre dit des premiers lecteurs. Ce registre a une genèse complexe, étudiée en détail par Danièle Majchrzak et Pierre Farouilh (voir ici). Lorsque l’on connaît les noms inscrits, on constate qu’ils correspondent le plus probablement à des vagues d’inscription différentes. Nous avons donc choisi pour le moment de retenir pour notre échantillon les trente premiers patronymes, même si des noms dont nous savons qu’ils ont compté pour la BAI-III apparaissent après ces trente personnes. En effet, notre seconde liste étant constituée des membres des conseils cités dans les comptes rendus imprimés sous le Second Empire, on peut supposer que l’addition des deux listes nous fournit les noms des principaux personnages ayant travaillé à l’édification de la BAI-III. L’échantillon étudié comprend 57 personnes : 43 individus sont à la fois lecteurs et membres d’un conseil de la BAI-III ; 7 « lecteurs » n’ont pas appartenu à un conseil et, plus étonnant, 7 membres de conseils n’apparaissent pas sur la liste dite des premiers lecteurs.

Pour chacun d’entre eux, nous avons décidé de rechercher les éléments qui nous permettent de repérer au mieux les liens décrits plus haut : actes d’état-civil avec une attention particulière apportée aux témoins ; appartenance à des associations, des mouvements politiques, etc. ; adhésion à l’AIT (la rue des Gravilliers étant un épicentre des fondateurs de la BAI-III) ; attitude lors de la Commune, etc. Notre but est de reconstituer ainsi les réseaux qui ont préexisté à la BAI-III. Ainsi nous savons par exemple que l’Association philotechnique a joué un rôle certain, mais il importe de le définir plus précisément : quels futurs adhérents de la BAI-III ont suivi des cours en commun à la Philotechnique ? Lesquels de leurs professeurs ont-ils entraînés dans cette aventure ? Il est également intéressant de voir quels autres liens la fondation de la BAI-III a pu créer ou consolider entre ces hommes, notamment quand une partie d’entre eux quittent la BAI-III et/ou fondent d’autres BAI. L’enquête n’est pas que socio-politique. Elle permettra aussi d’entrevoir les réseaux amicaux, politiques, qui ont guidé le choix des premiers ouvrages et déterminer les classements adoptés, les soutiens recherchés, les dons de livres obtenus.

Enfin, l’expérience a déjà montré à plusieurs reprises que l’évocation de ces différents personnages éveille l’intérêt de leurs descendants, de chercheurs, etc., qui nous fournissent à leur tour des renseignements inédits11. Nous espérons donc que ces nouveaux billets nous apporteront aussi des précieux contacts …

Ci-dessous la liste triée par ordre alphabétique des personnages que nous allons présenter au cours de l’année 2021, selon un rythme hebdomadaire. Les liens cliquables (en vert) vers les fiches publiées en ligne y  seront insérés au fur et à mesure.

NOM                            

Prénom

N° dans le « registre des lecteurs »

Fonctions à la BAI-III selon les compte rendus imprimés de 1861-1862

[NB : certains d’entre eux ont des fonctions dans d’autres bibliothèques populaires et/ou plus tard dans la BAI-III]

 

ADAM

Adolphe

2

secrétaire-administrateur en 1861

administrateur en 1862

ANDRÉ

Pierre

24

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

BARRAL

Jean Augustin

non inscrit

conseil de patronage en 1861

BAUDEMENT

Émile

non inscrit

conseil de patronage en 1861

BAZIN

François

17

censeur puis secrétaire en 1861

BELLAMY

Jean-Victor

13

 aide le bibliothécaire en 1861

devient administrateur en 1862

BLANCHET

Pierre, Armand, Charles

246

administrateur en 1862

BRESSON

Charles

14

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

BRIÈLE

Henry

81

 aide le bibliothécaire en 1861

CHARDAR

Jean

4

 aide le bibliothécaire en 1861

comptable en 1862

CHARPENTIER

Auguste

3

 aide le bibliothécaire en 1861

CHRÉTIEN

Joseph

83

 aide le bibliothécaire en 1861

CLOUET

Zéphirin  Théophile

5

 aide le bibliothécaire en 1861

puis administrateur en 1862

COLLET

Louis-Frédéric

26

 aide le bibliothécaire

puis administrateur en 1862

DALY

César

144

conseil de patronage en 1861

DELAMARCHE

Paul, Étienne

11

 aide le censeur en 1861

 

DELBROUCK

Joseph

30

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

DUMOUTIER

Benjamin  

108

 aide le bibliothécaire en 1861

ERBS

Frédéric

152

 aide le bibliothécaire en 1861

devient administrateur en 1862

FAVÉ

Ildefonse

98

apporte son appui et une aide pratique à la bibliothèque

FESSARD

Jules  

58

 aide le bibliothécaire en 1861

FONTAINE

Louis

12

 aide le bibliothécaire en 1861 puis administrateur en 1862

FRIBOURG

Édouard

20

 aide le bibliothécaire en 1861

GERMINET

Georges Auguste (?)

29

 administrateur en 1862

GIRARD

[fondateur de la BAI-III, et plus largement du mouvement des bibliothèques populaires]

Jean-Baptiste

1

censeur en 1861

vice-président en 1862

GRANDEAU

Louis

9

trésorier-administrateur en 1861 puis administrateur en 1862

HACHETTE

Georges

non inscrit

conseil de patronage en 1861

HARANT

Henri, Raphaël, Joseph, Auguste

245

 vice-secrétaire en 1862

HEURTIN

Ernest

21

 aide le bibliothécaire en 1861

JACQUEL

Simon

68

censeur puis comptable en 1861

devient trésorier en 1862

LABOULAYE

Édouard

155

conseil de patronage en 1861

LABROUSTE

Alexandre

non inscrit

conseil de patronage en 1861

LACROUX

Joseph

25

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

LAMOUROUX

Mathieu, Auguste

27

 aide le bibliothécaire en 1861

LANDRIN

Hippolyte

15

 aide le bibliothécaire en 1861

devient administrateur en 1862

LEROYER

Germain, Auguste

247

 administrateur en 1862

LESAGE

Jean, Jacques, Louis, Galliot

66

conseil de patronage en 1861

LIONNET

Émile

non inscrit

conseil de patronage en 1861

MAGDELEINE

Emmanuel Charles

non inscrit

conseil de patronage en 1861

MARGOT

Eugène  François

67

conseil de patronage en 1861

MARGUERIN

Émile

10

conseil de patronage en 1861, prête le local et accroît les fonds

devient administrateur en 1862

MOYSE dit MEYER

Maurice

244

 secrétaire en 1862

MICHEL

Henri François

16

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

 MOLL

Louis, Constantin, Eugène

non inscrit

conseil de patronage en 1861

MORIN

Ernest

248

 administrateur en 1862

MORTIER

Joanny

6

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

NORET

Adolphe, Pierre, Paul

19

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

PASCAL

Alphonse

7

 aide le bibliothécaire en 1861

PAUL

Marie, Jean Baptiste

18

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

PERDONNET Auguste 243 président en 1862

PIQUART

Stanislas  Jean

22

 aide le bibliothécaire en 1861

PLOMB

Charles-Honoré

23

bibliothécaire

RIMET

Jean-Louis

28

 aide le bibliothécaire en 1861

SALLE

Louis

8

 aide le bibliothécaire en 1861

SCHNEIDER

Eugène, Jean-Baptiste

35

 aide le bibliothécaire en 1861

SILBERMANN

Jean Thiebault

249

conseil de patronage en 1861 puis administrateur en 1862

THIERRY

Pierre

38

conseil de patronage en 1861 ? ou un des « Thierry » suivants

THIERRY

Jean

39

voir précédent

THIERRY

Henri

40

voir précédent

THIERRY

Charles

41

voir précédent

VINCENT

Alexandre, Nicolas, Joseph

69

censeur en 1861 puis vice-président en 1862

  1. Elle a ouvert la voie à un raz-de-marée de bibliothèques populaires et inspiré la lecture publique. Voir les différents billets de ce blog et Richter Noé, Les Bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978 ; Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction: actes du colloque tenu le 10 nov. 1984 sous la présidence de Madeleine Rebérioux, réunis et présentés par Marie-Josèphe Beaud, Jean Grigorieff et Georges-Guillaume Kerourédan, Paris, Bibliothèque des Amis de l’Instruction, 1985 ; Sandras Agnès (dir.), Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014. []
  2. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement. Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. Colloque, Paris, 10 novembre 1984 []
  3. Ian Frazer, « JEAN-BAPTISTE GIRARD (1821-1900) : FONDATEUR DES BIBLIOTHÈQUES DES AMIS DE L’INSTRUCTION (1861) », Lectures et lecteurs au XIXe siècle, op.cit. []
  4. Isabelle Antonutti et Sarah Clément, « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 14 | 2018. []
  5. Pascale Marie, Étude d’un lieu de mémoire populaire : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement. Mémoire de DEA d’histoire de l’Institut d’études politiques de Paris. Paris, 1983 []
  6. Pascale Marie, « Étude d’un lieu de mémoire populaire : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième », in Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, 1984. []
  7. Sandras Agnès (dir.), Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014. []
  8. Voir Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? quand un frère Girard en cache un autre. []
  9. Voir Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III. []
  10. Voir Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? []
  11. Voir par exemple le billet sur Charles-Honoré Plomb. []

On parle encore et toujours des bibliothèques POPULAIRES (la BAI-XIII)

Geneviève et Pierre Deblock publient dans le Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du 13e arrondissement de Paris (n°48/2020) un article sur la création de la bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement  (BAI-XIII). Cet article passionnant, très fouillé, complète les billets qu’ils ont déjà donnés à ce carnet (« Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris » et « les membres du conseil d’administration de la bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement en 1878« )  et le billet d’Eve Netchine qui attirait notre attention sur un des lecteurs de la BAI-XIII, Maxime Rodinson (« L’orientaliste Maxime Rodinson (1915-2005) : lecteur à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement« ). On attend donc avec impatience la suite de leurs recherches…

Figures de bibliothécaires (on parle à nouveau des bibliothèques populaires !)

 
Signalons la parution aux Presses de l’enssib de Figures de bibliothécaires. L’ouvrage a été dirigé par Isabelle Antonutti, assistée d’un comité de pilotage scientifique.
 
 
Sur les 90 figures de bibliothécaires retenues, deux ont également œuvré pour les bibliothèques populaires, dont il a été déjà plusieurs fois question dans ce carnet : Paul Lacroix et Eugène Morel.
 
 
 

Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (II/ De la Halle-aux-draps aux bibliothèques des amis de l’Instruction)

La dernière décennie du Second Empire voit la fondation et la multiplication des bibliothèques populaires. Mais qui est le fondateur des bibliothèques populaires ? Cette question, est officiellement tranchée, mais de manière très ambigüe, par le pouvoir impérial qui décerne une médaille à « Girard – Pour la participation à la création des bibliothèques populaires » lors de l’Exposition universelle de 18671. Jean-Baptiste Girard quant à lui évoquera plus tard « les services que j’avais rendus en fondant et organisant les bibliothèques populaires à une époque (1861) où personne ne les croyait possibles 2 ». En le récompensant, le pouvoir impérial s’épargnait probablement une polémique avec d’autres postulants au titre de créateurs des bibliothèques populaires, tout en cultivant un rapprochement très politique avec la classe ouvrière. Parmi les personnes qui se targuaient d’avoir aidé à la fondation des bibliothèques populaires figurait en effet Auguste Perdonnet, un riche bourgeois philanthrope, président de l’Association polytechnique. Son rôle indéniable est bien complexe à cerner … Nous allons voir comment il a œuvré pour des bibliothèques dites populaires (mais où l’émancipation intellectuelle du lectorat n’est pas de mise) puis joué un rôle majeur et complexe dans les premières années de la BAI-III. Continuer la lecture de Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (II/ De la Halle-aux-draps aux bibliothèques des amis de l’Instruction)

  1. Voir Agnès Sandras, « Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction), » in Bibliothèques populaires, 10/09/2013, https://bai.hypotheses.org/717. []
  2. Voir Agnès Sandras, « Les palmes académiques pour le fondateur des bibliothèques populaires », in Bibliothèques populaires, 07/04/2018, https://bai.hypotheses.org/2161. []

Quand Le Charivari défendait la liberté de lire pour les masses (1867-1868)

En  1867 et 1868 les rédacteurs du Charivari se lancent dans la défense des bibliothèques populaires et à travers elles dans un combat pour l’accès pour tous à l’ensemble des livres. En effet, la lecture du peuple est encore surveillée par les instances politiques et religieuses, par crainte des « mauvais livres » qui entraineraient dépravation et sédition… Mais de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer une lecture cantonnée aux livres édifiants et réclamer l’égalité dans l’accès aux ouvrages. C’est l’occasion pour Le Charivari d’exercer sa verve sur des condamnations d’un autre âge et de suggérer que le peuple1 n’est pas suffisamment instruit pour choisir ses représentants en toute indépendance, ce manque d’instruction relevant d’une politique délibérée. Voici deux exemples tirés de ces textes :

« Les masses sont encore à l’état d’enfance intellectuelle. Il faut leur mettre le bourrelet de la bonne censure, les lisières de la prudente répression, il faut les élever au biberon administratif. » 

 » Ce sont là les âmes simples, naïves, candides, innocentes qu’il faut bien se garder de corrompre par le moyen des bibliothèques populaires, oui-da !… Grand dieu ! laisser ternir au souffle impur des idées modernes les vases d’élection, ces fontaines de pureté ! »

Vous retrouverez ces différents propos, et en découvrirez bien d’autres encore dans le billet qui suit… Continuer la lecture de Quand Le Charivari défendait la liberté de lire pour les masses (1867-1868)

  1. On remarquera toutefois que Le Charivari évoque les citoyens sans songer beaucoup penser aux citoyennes… []

Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? quand un frère Girard en cache un autre

Ce billet poursuit un travail de longue haleine destiné à reconstituer les biographies des fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. En effet, la première véritable bibliothèque populaire est imaginée et mise en route par des gens aux trajectoires sociales et politiques très variées – on l’a vu avec les derniers billets sur Plomb, modeste ouvrier devenu critique musical à Genève après un intermède « communard » ou sur Perdonnet, le patriarche des chemins de fer, infatigable et redoutable soutien de l’Association Polytechnique -,  ayant en commun une curiosité inépuisable et un inlassable dynamisme. Le fondateur officiel, Jean-Baptiste Girard, semble quant à lui porté par un combat politique dont on découvre, au fil des recherches, qu’il est celui de toute une famille très modeste, issue d’une petite paysannerie haut-marnaise qui, installée à Paris, se passionne pour les combats républicains du milieu du XIXe siècle…

Retour sur le « complot de la rue Michel-le-Comte », ou le procès de l’Association des Associations…

En   1850 Jean-Baptiste Girard, le futur fondateur des bibliothèques populaires, est arrêté, en compagnie de Pauline Roland, Jeanne Deroin, Joseph Delbrouck, et bien d’autres, lors de l’affaire dite  du « complot de la rue Michel-le-Comte ». Il est reproché à ces hommes et femmes qui mettaient en place une Union des Associations1 de se rassembler sans autorisation et d’avoir des menées séditieuses. En effet, le pouvoir s’inquiète devant un mouvement qui prône les échanges de services entre associations, inspiré tantôt des idées phalanstériennes tantôt des idées proudhoniennes, et qui ne se cache pas de désirer ouvrir la voie au socialisme.  La place occupée par Jeanne Deroin dans ce mouvement focalise particulièrement l’attention des autorités, car son activité a été très remarquée dans les mois précédents : rappelons entre autres ses interventions dans les clubs de 18482, son rôle de secrétaire générale de la Société de la Voix des femmes, la création du journal l’Opinion des femmes, sa candidature aux élections législatives de 18493, sa brochure sur l’Association fraternelle des démocrates socialistes des deux sexes pour l’affranchissement politique et social des femmes

Le Constitutionnel, 1er juin 1850. Gallica (BnF).

Le procès du « complot de la rue Michel-le-Comte » est largement rapporté par les journaux qui prennent un plaisir peu dissimulé à narrer les « provocations » des uns et des autres : réparties féministes de Jeanne Deroin4 et Pauline Roland5, plaidoyer  socialiste et associationniste de Joseph Delbrouck6, etc. Les journaux racontant les dépositions et interrogatoires de façon très différente, il faut analyser les éléments rapportés par les uns et les autres pour comprendre à quel point les autorités font de ce procès un symbole et un point d’orgue politique, destiné à étouffer les mouvements associationnistes et socialistes (voir ici la reconstitution  du procès menée par Ian Frazer en 1984).

Les associationnistes jugés (47 personnes ont été arrêtées en mai,  27 comparaissent) ont en effet pour beaucoup d’entre eux, quand il ne s’agit pas de membres de leur famille,  un passé politique déjà actif, voire agité. Après Jeanne Deroin qui irrite d’emblée le président par ses revendications féministes, vient Auguste Billot, cordonnier, qui a présidé la réunion non autorisée, et a déjà été arrêté en 1842 dans une affaire de bombes incendiaires7. Lors de son arrestation rue Michel-le-Comte, il portait sur lui, selon l’accusation, des recettes de poudre. On lui tient rigueur également d’avoir été envoyé à Londres pour discuter avec Ledru-Rollin, alors exilé, de l’éventuelle vente des bâtiments de l’École de commerce afin d’abriter la future Union des Associations. Suit Joseph Delbrouck à qui sont reprochés ses opinions ouvertement socialistes, son passé d’orateur clubiste recherché, sa correspondance avec des membres actifs d’autres associations républicaines, comme Hizay jugé en avril 1850 dans l’affaire des réunions non autorisées de la Solidarité républicaine8. Delbrouck a en effet fait partie du comité de soutien à Jeanne Deroin pour les élections législatives. Jean-Baptiste Blaison, cuisinier phalanstérien9, se voit rappeler ses activités politiques et des échanges de courriers avec Proudhon10. Le pharmacien Joffroy est relativement épargné, l’accusation se bornant à évoquer son passé de journaliste dans un journal socialiste. Robert Nusbaumer, « limonadier » d’origine suisse, tient un café où Jeanne Deroin se rend régulièrement  ainsi que d’autres socialistes, souligne l’accusation. Le très raide avocat général Suin11 déjà déstabilisé par ces différents personnages, arrive alors à Jean-Baptiste Girard, à qui il est reproché d’avoir eu une intense activité. Girard était secrétaire de l’Union, envoyait des lettres de convocation, s’était chargé de demander les autorisations précédentes pour les réunions, etc. On aurait trouvé chez lui, comme chez d’autres accusés, des brochures et papiers compromettants :

Girard, secrétaire de l’Union. Une grande quantité de brochures, de chansons et de mauvais écrits politiques saisis au domicile de cet individu semblent attester, de sa part, des idées, dangereusement anarchiques12.

Quand vient son tour, Girard provoque l’irritation de l’avocat-général par  ses déclarations trop réalistes sur son passé d’enfant tôt mis au travail, et sa conception du socialisme. Avec la même parole économe mais  mâtinée de provocation (voir l’extrait ci-dessous de La République du 14 novembre 1850), Jean-Baptiste répond que certains des documents trouvés chez lui lors des perquisitions appartiennent en réalité à son frère transporté 13.

A la recherche d’un frère Girard transporté en Algérie … et/ou d’un cocher

L’issue du procès de 1850 a été parfaitement retracée par Ian Frazer qui a raconté les différentes condamnations des uns et des autres, dont Jean-Baptiste Girard qui,  condamné à un an de prison et cinq ans de privation de droits, reste enfermé plus longtemps que prévu à Sainte-Pélagie, car il ne peut s’acquitter des 200 francs d’amende. Lors de la préparation du colloque  de 2014 portant sur les bibliothèques populaires, reprenant l’histoire de Jean-Baptiste Girard, je m’étais toutefois étonnée de ne pas trouver trace de la transportation de ce frère, identifié par Ian Frazer comme un frère  cocher14. J’avais alors pu reconstituer que la  fratrie, composée selon Ian Frazer de 3 enfants, comprenait au moins 4 personnes, 2 filles et 2 garçons, et que que les parents avaient longtemps vécu entre Hortes et Paris, sans doute au gré des saisons et des nécessités économiques, poussés vers la capitale par l’exiguïté des terres agricoles familiales  (voir ce billet). Deux éléments me semblaient donc perturbants :

– pourquoi Jean-Baptiste Girard avait-il évoqué son frère devant le tribunal, comme si cela allait de soi  pour les magistrats qui d’ailleurs ne l’interrogeaient pas davantage ? et si cela allait de soi, pourquoi ne retrouvait-on pas parmi les transportés le frère de  Girard,  Auguste, dont Ian Frazer avait établi qu’il était cocher ? Jean-Baptiste Girard semblant tout au long de sa vie avoir été d’une grande rectitude morale, comment comprendre qu’il ait désigné son frère au risque de lui valoir des ennuis  s’il n’avait pas été transporté ?

– la famille Girard, grâce au travail  des parents comme des enfants et leurs navettes entre Paris et Hortes, semblait vers 1846 avoir trouvé un semblant d’aisance. Les parents tenaient désormais un café à Hortes. Or, entre 1847 et 1849, ils partaient de Hortes, sans doute en transmettant la gestion du café à leur gendre et à la seule fille qui leur restait désormais, Anne-Joséphine15. Le couple Girard s’installait alors  dans une modeste maisonnette du village de Trois-Champs qui avait vraisemblablement appartenu aux parents de  Didier Girard16,  désormais manouvrier. Son épouse, Catherine,  mourait en 1849 à 58 ans. Quels événements pouvaient expliquer ces changements ? Des drames successifs ne les avaient-ils pas affectés, après la mort de leur fille aînée en 184317, et/ou avaient-ils tenté d’améliorer  la vie de leurs plus jeunes enfants ?

L’existence d’Auguste n’était pas contestable. Un recensement de  1846 m’apprenait d’ailleurs qu’à l’âge de 28 ans, il avait été recensé chez ses parents à Hortes, tout  comme sa jeune soeur18 … Il fallait donc retrouver davantage d’éléments sur lui.  J’ai croisé son second prénom (Nicolas, apparaissant sur son acte de baptême)  à la fonction que je lui connaissais (cocher), et  pu trouver ainsi un Auguste Nicolas Girard mort en février 1874, au 5 passage des Arts, dans le XIVe Arrondissement, bien né à Paris de Didier Girard et Catherine Moris, en 1818. Lors de son décès, il était  loueur de voitures, marié, et âgé de 56 ans. Le nom de sa femme (Agathe Pépin) me conduisait alors à un acte de mariage qui indiquait qu’à l’occasion de cet événement Auguste Girard avait reconnu une fille née quelques années plus tôt19. En effet, en août 1847, à Montrouge, Agathe Anne Pépin, jeune couturière de 20 ans, donnait naissance à Virginie Agathe, de père inconnu20. Les tables annuelles des naissances montraient d’ailleurs qu’elle avait déjà donné naissance à un autre petite fille prénommée Agathe en 1845, également de père inconnu21. Et lors du mariage de Virginie Agathe, en août 1872, on retrouvait comme témoin … son oncle, Jean-Baptiste Girard, âgé de 51 ans, employé, résidant au 96 route d’Argenteuil à Asnières22. « Notre » Jean-Baptiste Girard réside bien à cette période route d’Argenteuil à Asnières et y fonde une nouvelle bibliothèque populaire !

Il était bien tentant alors de considérer que la complexité de la vie d’Auguste, son absence lors de la naissance de ses filles,  sa réapparition en 1853 pour épouser la mère de ses enfants, correspondaient à une vie semi-clandestine,  puis à une période d’emprisonnement après les événements de 1848. Jean-Baptiste l’aurait alors à tort ou à raison rendu responsable de la présence chez lui de documents compromettants, ce qui ne les aurait pas empêchés de renouer leurs liens familiaux une fois   libérés de leurs prisons respectives…

Néanmoins, je n’avais pas totalement fermé une autre piste. En effet, parmi la liste des déportés de juin 1848 recensés dans la base des transportés figurait un Girard Joseph de 22 ans, né à Paris. Malheureusement, l’état-civil reconstitué de Paris ne me permettait que de repérer un Joseph (sans autre prénom) né en 1846, sans plus de précisions. Par ailleurs, j’avais identifié  dans la presse le procès d’un Joseph Girard accusé en mai 1848 d’être un des principaux acteurs de l’affaire dite du « passage Molière ». Ce Joseph était marchand de bouillon, militant de la Société des Droits de l’homme. Ce Joseph Girard ne pouvait-il être un petit frère non repéré à ce jour, portant le même prénom qu’une sœur aînée (Anne-Joséphine), s’intéressant aux mêmes mouvements politiques que son grand-frère Jean-Baptiste, et tenant un commerce proche de celui de ses parents23 ?  Le fait que les journaux soulignent pour l’un comme pour l’autre qu’on retrouvait chez eux, ou leurs co-accusés, des portraits de révolutionnaires ornées de rubans rouges, des brochures et des chansons socialistes et qu’ils lisaient Considerant, tenait-il du simple fait que les Girard étaient légion ?

Passage Molière – Vue prise de la rue St Martin : [Mai 1906] : [photographie] / [Atget] Auteur : Atget, Eugène (1857-1927). Photographe Date d’édition : 1906-1907. Gallica (BnF).

La solution est venue des registres matricules de la Haute-Marne, numérisés en mode texte, ce qui facilite les recherches. Si l’on n’y retrouve pas Auguste, en revanche y figurent Jean-Baptiste et même son père Didier. On apprend donc que Jean-Baptiste réside à Belleville.  Il est « cocher à Paris, rue Transnonain, 37 ».  Cette indication est déjà précieuse puisqu’elle confirme les dires de Jean-Baptiste Girard sur son premier métier à 20 ans24 et nous permet de savoir qu’il réside Rue Transnonain vers 1840. Doit-on y voir un hasard ? La rue Transnonain est célèbre pour le sort affreux réservé aux habitants d’un immeuble en 1834,  une manifestation organisée par la Société des Droits de l’homme (que nous allons retrouver)  et le conseil exécutif des sociétés ouvrières de secours mutuel de Lyon25 ayant entraîné des soulèvements à Paris. La rue Transnonain donne sur la rue Michel-le-Comte que nous avons déjà rencontrée (cf. supra),  car Jean-Baptiste Girard connaît bien ce quartier…

Plus intéressant encore, le registre matricule porte la trace d’un Joseph Girard, né à Paris en juillet 1826,  fils de Didier Girard et de Catherine Moris ! Il est précisé qu’il a été « reconnu impropre au service pour hernie inguinale » en 184726. Il réside à Paris et est « marchand de vins27 ». Jean-Baptiste Girard avait donc un petit frère, Joseph, dont on va voir qu’il a été particulièrement actif en 1848. On comprend mieux pourquoi Jean-Baptiste parle au tribunal de son frère et de ses activités (selon La République, la question est posée d’emblée à Jean-Baptiste lors du procès de 1850 ; d’autres journaux mentionnent une lettre de son frère à Girard) : les objets trouvés chez Jean-Baptiste sont les mêmes que ceux précédemment saisis chez son frère. … qu’ils appartiennent ou non à Joseph ne change rien au sort de celui-ci, déjà déporté en Algérie,  mais cela peut en revanche tout changer pour Jean-Baptiste…

Un petit frère plus engagé politiquement que l’aîné ?

La base des transportés de 1848, qui recense les informations  collectées sur les personnes déportées suite aux événements de 1848, donne des informations complexes sur Joseph Girard (voir ici) qui répondent à une situation non moins compliquée qu’il a été possible de reconstituer grâce à la presse numérisée. Joseph Girard a en effet des ennuis successifs. Il est soupçonné  dans une première affaire (l’affaire du Passage Molière) et relâché faute de preuves. Puis il est arrêté lors des événements de juin 1848, jugé et transporté au Havre.  Détenu à Belle-Ile, il en est extrait  pour être à nouveau jugé pour l’Affaire du Passage Molière à  Paris, puis est ramené. Il fait donc partie du tout dernier convoi envoyé en Algérie en avril 185028.

La première affaire a fait à l’époque beaucoup de bruit. Joseph Girard tient un  commerce de marchand de bouillon au Passage Molière. Ce passage Molière comprend une salle louée pour des réunions, souvent à caractère politique en 1848… Le 15 juin,  Paris est en proie à une agitation toute particulière, car l’Assemblée nationale vient d’être envahie suite à une manifestation organisée par les clubs en soutien à la cause polonaise. Un gouvernement insurrectionnel (composé de Louis Blanc, Blanqui, Cabet, Leroux, etc.) est formé à l’Hôtel de Ville sur lequel marche déjà la Garde nationale.  La Société des Droits de l’homme et du citoyen, société républicaine « à tonalité clairement ouvriériste29’ qui connaît une activité importante avec les événements de 1848 est constituée en sections fonctionnant de manière pyramidale et secrète. Elle est selon le témoignage  – à prendre avec précaution – d’ Alphonse Lucas, organisée militairement par Joseph Léopold Villain30 qui la préside, héritière de la Société des Droits de l’homme, et espère contribuer à l’installation du socialisme (Lamartine la qualifie de « maçonnerie démocratique« ).

Statuts de la Société des Droits de l’Homme in Tableaux historiques des principaux événements de la Révolution française de 1848 : douze  planches imprimées à deux teintes avec texte explicatif Éditeur : (Paris) Date d’édition : 1848. Gallica (BnF).

 

Villain, ouvrier passementier, néo-babouviste, très influent dans les premiers évènements  de 1848, « aurait tenté de convaincre les manifestants de ne pas chercher à s’approcher de l’Assemblée. Mais ayant constaté son impuissance à peser sur le cours des événements, il serait revenu au siège de la Société des droits de l’Homme pour mettre en lieu sûr divers papiers, ainsi que la liste des adhérents31 », puis se serait rendu à la Salle Molière louée pour les réunions à venir. Selon les témoignages, voyant plusieurs personnes très excitées, dont Villain qui serait sorti par une fenêtre de l’Assemblée nationale pour se rendre  à la Salle Molière y porter des fusils, les riverains du passage auraient prévenu les autorités municipales, lesquelles viennent accompagnées de gardes nationaux. Que s’est-il passé ? Selon les gardes nationaux et une partie des témoins, les gardes auraient été accueillis à coups de fusils par des clubistes. Selon une autre version, les gardes nationaux, arrivant par deux issues différentes, se seraient tiré dessus par erreur. La fusillade fait deux morts parmi les gardes nationaux de Charonne et plusieurs blessés. Aussitôt, les derniers clubistes retranchés sont arrêtés et des perquisitions menées dans le Passage, car des témoins pensent avoir reconnu des tireurs en blouse, dont  … Joseph Girard ! Dans le local de Joseph Girard, des fusils qui viennent de servir sont retrouvés. Girard est arrêté dans sa chambre du 4e étage, ainsi que son colocataire Jean-Charles Mack, ouvrier-tourneur, ex-gardien de Paris32. On retrouve dans leurs affaires des affiches de la Société des Droits de l’homme, des courriers  et autres documents montrant l’implication indiscutable de Joseph Girard dans la Société, et un autre fusil.

L’émotion est grande. Villain a fui33, les adhérents de la Société des Droits de l’homme se désolidarisent, et une souscription est ouverte en faveur des victimes du Passage Molière.

Médaille commémorative. Conflit entre les membres du Club des Droits de l’Homme et la Garde nationale, manifestation du 15 mai 1848 (Passage Molière). Ville de Paris, CC.

 

Médaille sur le conflit entre les membres du Club des Droits de l’Homme et la Garde nationale, manifestation du 15 mai 1848. Cuivre. Après 1848. Paris, musée Carnavalet.

Toutefois, les charges ne paraissent pas suffisantes contre Mack, et seul Girard est emprisonné au donjon de Vincennes, avant d’être relaxé34, une première enquête donnant à penser que ce sont les gardes nationaux qui ont tiré les uns sur les autres. Girard, arrêté lors des journées de juin 1848 les armes à la main35,  est envoyé à ce titre à Belle-Ile. Mack est à nouveau arrêté le 11 octobre 1848 :

On saisit dans la chambre qu’il occupait alors un pistolet chargé, mais non amorcé, cinq cartouches de guerre, une cartouche de chasse, deux balles, trois lingots de plomb, une lithographie représentant Robespierre et Saint-Just ; deux ceintures rouges des Montagnards ; enfin une lettre de Girard dans laquelle celui-ci lui reprochait de l’avoir desservi, et lui demandait de suivre ses conseils, ajoutant que tout autre système pourrait les perdre l’un et l’autre, et entraîner leur condamnation. L’accusation voit dans cette lettre un aveu36.

Devant ces nouveaux éléments, Mack est emprisonné et un procès prévu. Une erreur du système judiciaire fait qu’un Gérard est tiré de la prison de Belle-Ile, à la place de Girard ! La méprise reconnue, Mack criant au scandale depuis  la prison de Sainte-Pélagie37, Joseph est ramené à Paris et « l’Affaire du Passage Molière » enfin jugée en octobre 1849. Voici la description du prévenu Girard donnée par Le Constitutionnel :

Le premier se nomme Joseph Girard. Il est âgé de vingt-trois ans. Son teint est basané, ses yeux enfoncés sous d’épais sourcils, sa bouche proéminente donnant quelque chose de sauvage à sa physionomie38.

Si le journaliste du Constitutionnel fait le portrait à charge d’un dangereux individu, on ne peut s’empêcher néanmoins de penser que Joseph ressemble à son frère Jean-Baptiste …!

Jean-Baptiste Girard vers 1860-1869. Album de 197 photographies positives sur papier albuminé ou tirage au charbon d’après des négatifs sur verre au collodion, format carte de visite. Gallica (BnF).

Les deux co-accusés se chargent mutuellement et nient la majeure partie des accusations. Ils ignorent  ce que pouvaient faire des armes qui venaient de servir dans le local de Joseph Girard, et prétendent n’avoir pas entendu la fusillade … Toutefois, de fil en aiguille, il apparaît, malgré leurs dénégations, que l’un comme l’autre sont bien des membres de la Société des Droits de l’homme et que Girard y a joué un rôle certain. Ainsi on a retrouvé par exemple dans sa chambre un registre sur lequel se trouvent « les noms suivants : Louis Blanc, Caussidière, Chevassu, Dupuis , Huber, Napoléon Lebon, Ledru-Rollin, Pierre Leroux, Mallarmet, Proudhon, Cabet, Considérant, Barbès, etc ». Réponse du prévenu : « C’était une liste que j’avais faite pour les élections39… » Néanmoins, leur culpabilité quant à la fusillade pouvant d’autant moins être prouvée que les fusils ont été perdus par la justice, Girard et Mack, défendus par les avocats Picard et Billiard, sont relaxés.

Joseph Girard est donc ramené à Belle-Ile et transporté en Algérie en 1850 pour sa participation aux événements de juin 1848. C’est là que je perds pour le moment40 sa trace, même si l’on peut supposer qu’il est éventuellement le Joseph Girard qui, revenant d’Oran (Algérie), s’arrête à Montpellier et déclare repartir à Paris, en  février 185141.

La famille Girard semble avoir été une famille soudée. Les parents ont tôt fait travailler leurs enfants mais pour leur  permettre d’avoir un confort – certes relatif – qu’ils n’avaient pas sur des terres de Haute-Marne épuisées par les partages successifs liés à des familles trop nombreuses. La ferme de La Malavisée ne suffisant pas à tous les nourrir, parents comme enfants ont fait des allers-retours entre Hortes (Haute-Marne) et Paris. À force d’économies les parents ont acheté un café à Hortes, qu’ils ont transmis à leur fille cadette, auparavant domestique dans la capitale, comme sa mère. Auguste, l’aîné, suivant le modèle paternel, a conduit des voitures à cheval, comme Jean-Baptiste à son arrivée à la capitale. Joseph a sans doute bénéficié de l’expérience, voire d’une aide de ses parents pour devenir marchand de bouillon. Est-ce le père, lors de ses déplacements, ou Auguste, qui a rencontré des interlocuteurs sensibles aux bouleversements politiques de la capitale ? Ou bien est-ce Jean-Baptiste ? Cette dernière hypothèse semble la plus plausible. En effet, après avoir été cocher, Jean-Baptiste travaille dans un atelier de lithographes, milieu où il rencontre Brout, l’oncle de sa femme, à qui il restera attaché toute sa vie durant (voir un prochain billet). C’est sans doute  à ce moment-là que Girard fait son éducation politique, entraînant bientôt son ou ses frères,  et en particulier Joseph  … Il semble de plus que son ancrage dans un quartier très remuant de la capitale a fortement contribué à ses engagements (voir le plan ci-dessous).

 

Extrait du Plan des barricades de février [1848], 1850. Gallica (BnF).

Sur ce plan, entourée en vert la rue Transnonain où réside J. B. Girard quand il a 20 ans, donc vers 1840. Entourées en rouge, la Rue des Gravilliers où il habite en 1849 (et où vivront encore plusieurs fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction ainsi que de l’AIT au début des années 1860) et la rue Michel le Comte où a lieu la réunion de l’Union des associations non autorisée qui entraîne les arrestations de 1849. En bleu, les Arts-et-Métiers qui abritent en 1848 un des principaux clubs de la Société des Droits de l’homme, celui animé par Villain lequel, le 15 mai 1848, en déménage des papiers pour les abriter à la salle Molière…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. On peut lire le compte-rendu des activités à venir de cette Association dans La Démocratie Pacifique du 7 décembre 1849. Ce compte-rendu est signé entre autres de Girard. Ce même journal donne ensuite le 21 janvier 1850 le Contrat d’Union des Associations signé DECHENAUX, D. M. P., NICLOT, P. PORIER, A. TACHON, LIONNE,  P. MESNEL, TERNAY, BLAISON, JEANNE, BILLOT, GIRARD, L. FORTIN, JEANNE DEROIN, PAULINE ROLAND. Sur l’importance du mouvement associationniste à cette période  voir Riot-Sarcey Michèle, « Chapitre 3. Le temps des associations », dans : , Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France, sous la direction de Riot-Sarcey Michèle. Paris, La Découverte, « Sciences humaines », 2016, p. 41-56. []
  2. Sur les clubs voir Caron Jean-Claude, « Les clubs de 1848 », dans : Jean-Jacques Becker éd., Histoire des gauches en France. Volume 1. Paris, La Découverte, « Poche/Sciences humaines et sociales », 2005, p. 182-188. URL : https://www.cairn.info/histoire-des-gauches-en-france–9782707147363-page-182.htm []
  3. Riot-Sarcey Michèle. L’utopie de Jeanne Deroin. In: 1848. Révolutions et mutations au XIXe siècle, Numéro 9, 1993. Utopies au XIXe siècle. pp. 29-36. []
  4. Selon le journal Le Droit du 15 novembre 1850, lors du verdict, Jeann Deroin tiendra encore excellemment tête au tribunal  : « Mme Desroches (Jeanne Deroin) : Je remercie, dit-elle, MM. les jurés, ils viennent de consacrer les droits politiques de la femme, en condamnant des femmes pour des faits politiques ». []
  5. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée? Quelques pistes de réflexion », in Histoire de l’éducation populaire, 1815- 1945 (éd. Carole Christen et Laurent Besse), Presses du Septentrion, 2017, pages 199 à 220. []
  6. Joseph Delbrouck fondera la bibliothèque populaire de Vernon. Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque (populaire) communale de Vernon : une tentative originale de transmission des savoirs dans une petite ville de province sous le Second Empire libéral », Congrès du CTHS, 2018 et travaux précédents sur Vernon. []
  7. Le procès a eu lieu en 1847 et Billot n’est pas inculpé, faute de preuves. Voir par exemple Le Journal des débats du 8 octobre 1847. []
  8. Sur le procès de la Solidarité républicaine voir par exemple La Gazette des tribunaux ici. Raymond Huard évoque largement l’activité de cette société dans La naissance du parti politique en France, Presses de Sciences Po, 1996. Voir aussi  Michel Cordillot, « Les fouriéristes et l’émergence de la coalition démoc-soc à l’automne 1848  », Cahiers Charles Fourier , 2002 / n° 13 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article55 []
  9. Voir SOSNOWSKI Jean-Claude, « Blaison, Jean-Baptiste (parfois Blaizon) », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2010 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article778 []
  10. Voir La Gazette des Tribunaux, 13 novembre 1850. []
  11. On retrouvera Suin lors de vives joutes orales autour des bibliothèques populaires au sénat en 1867 ; voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires » in Bibliothèques en utopie – Les socialistes et la lecture au XIXe siècle, Nathalie Brémand (dir.). Presses de l’enssib, 2020., []
  12. Gazette nationale ou le Moniteur universel, 13 novembre 1850. []
  13. NB: ll faut faire la synthèse des différents comptes-rendus des journaux pour comprendre ce qui est exactement reproché aux uns et aux autres. Par exemple, La Gazette des Tribunaux du 13 novembre 1850 ; Le Constitutionnel du 13 novembre 1850 ; Le Moniteur universel du 13 novembre 1850La République du 14 novembre 1850 ; Le Journal des villes et des campagnes du 14 novembre 1850 ; etc. []
  14. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900 ) : fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985 []
  15. Anne Joséphine épouse en 1847 à Hortes François Chanticlair dont elle a deux enfants, Élisabeth Adelphine, née en mars 1848, et Jean-Baptiste Ernest, né en juillet 1852. AD52, BMS Hortes. []
  16. Didier Girard était né à Trois-Champs. La maisonnette est décrite dans un acte notarié. AD52. []
  17. Marie-Louise, domestique à Paris, meurt à l’âge de 23 ans. []
  18. Agnès Sandras, « Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?, » in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  19. Je remercie  Louise Oudin qui m’a aidée à reconstituer l’état-civil de la femme et de la fille d’Auguste Girard. []
  20. AD92, BMS Montrouge. []
  21. Ibid. Je n’ai pas trouvé trace du décès de cette petite fille, alors que la mère réside à la même adresse lors des deux naissances  Sans doute est-elle morte en nourrice, comme cela se produisait alors fréquemment à l’époque. Cela expliquerait, autre coutume usitée, que sa sœur a le même prénom. []
  22. ADVP, Mariage Girard/Maillard, XIVe arrondissement, août 1872. []
  23. Le marchand de bouillon dans les fonctions les plus simples vend du bouillon de boeuf ou de mouton, du pain et du vin. []
  24. Les registres matricules donnent théoriquement l’état civil du conscrit, lors de ses 20 ans,  avec les noms de ses parents, son domicile (ainsi que les localités successives habitées), sa profession, son « signalement » physique (taille, couleur des cheveux, marques particulières), son degré d’instruction, la décision du conseil de révision, le détail des services et mutations. Ces mentions sont très incomplètes pour Jean-Baptiste Girard et Joseph. []
  25. Voir le Massacre de la rue Transnonain et deux articles en ligne du Site de l’Histoire par l’image ici. Le massacre de la rue Transnonain a inspiré à Daumier une superbe composition qu’on peut voir ici. []
  26. Registre matricule, AD52 ; http://archives.haute-marne.fr/viewer/viewer/FRAD052_R1075_01/FRAD052_R1075_01_160.jpg []
  27. La délimitation n’est pas claire à cette date entre marchands de vin, marchands de bouillon, gargotiers … []
  28. Selon la base des transportés de 1848, voir ici. []
  29. Samuel Hayat, « La République du travail: 1848 et l’invention d’un républicanisme socialiste ouvrier« , in Olivier Christin (ed.), Républiques et républicanismes. Les cheminements de la liberté, Le Bord de l’eau, p. 177-193. []
  30. Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes : histoire complète critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848 , Paris, E. Dentu, 1851. []
  31. Notice VILLAIN Joseph [VILLAIN Léopold-Joseph], dit Joseph ou VILAIN  par Michel Cordillot et J. Grandjonc., version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009. Maitron en ligne. []
  32. Jean-Charles Mack est né en Alsace, à Beblenheim le 8 novembre 1819 et opte pour la nationalité française en 1872 d’après le Bulletin des Lois ; il se marie à Paris en 1852 avec Anna-Françoise Bonne, une cartonnière, et meurt à Paris en 1887 d’après les actes d’état-civil des ADVP. Il est impliqué par la suite dans d’autres affaires politiques. []
  33. Villain, qui s’est finalement rendu, est jugé en mars 1849 devant la Haute Cour de justice de Bourges en compagnie de Louis Blanc, Auguste Blanqui, et autres personnes accusées pour la journée du 15 juin 1848. Il est innocenté dans cette affaire mais sera condamné ensuite à la déportation pour l’affaire du affaire du 13 Juin 1849. []
  34. Le Siècle, 6 octobre 1849. []
  35. Ibid. []
  36. L’Assemblée nationale, 6 octobre 1849. []
  37. Voir la lettre publiée par Le Peuple du 28 avril 1849. []
  38. Le Constitutionnel, 6 octobre 1849. []
  39. Journal des débats politiques et littéraires6 octobre 1849. []
  40. La fermeture des sites d’archives liée à la pandémie a quelque peu différé mes recherches … []
  41. Voir la Liste nominative des secours ou avances aux émigrants en Algérie passés entre 1838 et 1879 par le gîte d’étape de Montpellier correspondant aux relevés effectués par L’Amicale Généalogie Méditerranée (AGM). []

Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III

Les biographies des premiers fondateurs des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) sont toujours emplies de surprises, et riches d’enseignements sur les trajectoires socio-professionnelles du second dix-neuvième siècle (Voir les différents billets de ce carnet sur Jean-Baptiste Girard, Auguste Vorbe, etc.). C’est le cas de  Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième Arrondissement  (BAI-III), dont nous allons retracer la passionnante trajectoire : entre autres ouvrier-bijoutier, ouvrier-opticien, et bibliothécaire à Paris, puis professeur de solfège au Conservatoire de Genève et critique théâtral … Continuer la lecture de Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III

Les membres du conseil d’administration de la bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement en 1878

[Ce billet est la suite du billet de Geneviève et Pierre Deblock, « Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris » que l’on peut consulter ici.]

Composition du Conseil d’administration de la BAI XIII, 1878. Collection des recueils, cote 8-Q-38 .[Amis de l’Instruction], BnF.

Le conseil d’administration de la BAI XIII comprend vingt membres1, tous de sexe masculin mais plusieurs acquis à la cause féministe2 : le député et les quatre conseillers municipaux du 13e arrondissement3, ainsi que quinze autres citoyens dont six ouvriers, plusieurs de la compagnie du Paris-Orléans, trois employés, un instituteur, un architecte, un artiste peintre, et trois dont nous ne connaissons pas la profession. Continuer la lecture de Les membres du conseil d’administration de la bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement en 1878

  1. Président : le citoyen Cantagrel, député ; Vice-président : le citoyen François Combes, conseiller municipal ; Secrétaire : le citoyen Jacquiot ; secrétaire-archiviste, le citoyen Georges Martin, conseiller municipal ; Secrétaire-adjoint : le citoyen Saintin ; Trésorier : le citoyen Bagel ; Trésorier adjoint : le citoyen Rondon ; Administrateurs, les citoyens Beaufils, Bénard, Chariot, Chola, Louis Combes, conseiller municipal, Delaplane, Fonvieille, Fossoyeux, Gobert, Hunsicker, Imbert, Sigismond Lacroix, conseiller municipal et Loisel. []
  2. F. Cantagrel, S. Lacroix, G. Martin peuvent être qualifiés de féministes. Voir aussi  Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? » dans Laurent Besse, Carole Christen, Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 : Perspectives françaises et internationales, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 199-214. []
  3. Qui ne sont pas membres de droit, mais élus par l’assemblée générale, comme les autres administrateurs. []

Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris

par Geneviève et Pierre Deblock

 

Le 59 avenue des Gobelins. Carte postale, XIXe siècle.

Le 13e arrondissement est une extension récente de Paris. Il a été créé sous le Second Empire en 1860, lors de l’agrandissement de la ville par Napoléon III jusqu’à l’enceinte de Thiers. Situé sur la rive gauche de la Seine, il est constitué d’une partie de l’ancien 12e arrondissement, à laquelle sont annexées, au sud et à l’est, des parcelles des communes d’Ivry, de Bicêtre, et de Gentilly.

C’est à cette époque un des territoires de Paris les plus déshérités, peuplé en majorité d’artisans et d’ouvriers. C’est aussi un des quartiers les plus industriels. Outre la manufacture des Gobelins qui longe la Bièvre, très polluée, au pied de la Butte aux Cailles, on y trouve des ateliers et des petites entreprises de travail du bois et du cuir, les chemins de fer d’Orléans, la raffinerie de sucre Say, la Compagnie parisienne du gaz, et à partir de 1890 les usines Delahaye, Panhard et Levassor.

Continuer la lecture de Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris