Archives de catégorie : Lectures, lecteurs, catalogues…

La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (II- Les livres existent toujours !)

Lors des journées du Patrimoine, il sera possible, le samedi 18 septembre 2021, d’admirer à Jouy-sur-Morin les ouvrages de la bibliothèque populaire des anciennes papeteries du Marais (fondée en 1863) et de découvrir les alentours de certains des sites de ces papeteries, grâce aux Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais. Voir le programme de cette journée ici.

Derrière cette exposition se cache un nouvel épisode de l’épopée de la redécouverte des bibliothèques populaires … Jugez-en plutôt !

Lettres à Sophie, sur la physique, la chimie (…). Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Au XXe siècle, nombre de bibliothèques populaires patiemment créées au siècle précédent ont fermé, le plus souvent dans l’indifférence générale. Leurs fonds ont alors disparu. Il arrive pourtant que les ouvrages de telle ou telle bibliothèque cantonale et/ou populaire ressurgissent, après avoir été conservés par des particuliers qui les avaient sauvés de la destruction, ou bien oubliés dans les greniers de mairies ou de bibliothèques. Depuis quelques années, une poignée d’associations ou des bibliothèques institutionnelles (signalées régulièrement par ce carnet, voir par exemple ici) les remettent à l’honneur. Si les fonds ainsi retrouvés n’offrent généralement pas une grande valeur bibliophilique,  ils contribuent  en revanche à une meilleure connaissance de structures de lecture pionnière et permettent de mieux appréhender tout un pan des histoires locales, voire de la micro-histoire.

La dernière bibliothèque qui vient de resurgir me tient particulièrement à cœur pour mille et une raisons. Il s’agit de la bibliothèque populaire fondée en 1863 dans la vallée du Grand Morin par le directeur des papeteries du Marais et de Sainte-Marie, Auguste Doumerc. Cette bibliothèque appartient aux toutes premières bibliothèques populaires pionnières, et sa création a été suffisamment originale pour être signalée dans la presse1. Elle accompagnait en effet un fort mouvement d’industrialisation de ce coin de la « Brie des moulins ». Conscient du fait que la population rurale employée dans les diverses fabriques n’avait pas (ou peu) eu accès à l’instruction, Doumerc souhaitait  lui donner accès à la lecture et s’y employa en constituant une bibliothèque populaire qu’il alimenta principalement sur ses propres deniers. Il fit également imprimer deux documents, une circulaire annonçant la création de la bibliothèque et ses objectifs, assortie d’un premier  catalogue, puis un second catalogue.

Auguste Doumerc. Circulaire accompagnée du premier catalogue annonçant la création de la bibliothèque populaire du Marais. 1863. Gallica (BnF).
Catalogue de la bibliothèque populaire du Marais. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. 1866. Recueil 8 Q 38 […]. Cliché A. Sandras.

Ces deux traces imprimées, riches de renseignements, m’ont permis de tirer les premiers fils et de proposer un billet (à lire ici) sur ce carnet fin 20192 : j’avais pu évoquer à grands traits la biographie du fondateur (descendant d’une famille très connue aux XVIIIe et XIXe siècles), la fondation de la bibliothèque grâce au solide réseau parisien et seine-et-marnais de Doumerc, et le lectorat potentiel de la bibliothèque. En précisant dans son titre qu’il s’agissait du premier billet, j’espérais qu’il y aurait une suite et que mes démarches pour identifier le devenir de cette bibliothèque ne resteraient pas vaines. Il apparaissait en effet que les papeteries avaient fonctionné jusqu’à une date récente, et on pouvait espérer que livres et archives avaient été conservés. Au moment où je me penchais sur le devenir de cette bibliothèque, le Musée de la Seine-et-Marne organisait d’ailleurs une exposition sur les papeteries du Marais dans la vallée du Grand-Morin autour d’un ensemble de photographies de Louis-Emile Durandelle, prises dans les années 18803.

Vue de la maison des propriétaires de l’usine du Marais, à Jouy-sur-Morin. – Cliché Louis-Emile Durandelle. Vers 1880. Avec l’autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

La suite est allée au-delà de mes espérances, et ce nouveau billet ne constitue qu’un deuxième volet très provisoire, annonçant plusieurs chantiers fructueux. Après avoir lu mon billet, Louise Oudin, qui s’emploie depuis quelques années avec bonheur à reconstituer la trajectoire de membres fondateurs des bibliothèques populaires, parvenait en effet à identifier un descendant d’Auguste Doumerc,  Hugues Doumerc, lequel retrouvait bientôt dans la correspondance familiale de passionnants courriers évoquant le contexte de la genèse de la bibliothèque populaire du Marais.

=> Vous pouvez découvrir les archives suivantes en cliquant sur les liens :

Poème à Madame Doumerc lors de la bénédiction de la chapelle du Marais

Lettre d’Auguste Doumerc à son père, Papeteries du Marais, 1859

Merci à M. Hugues Doumerc pour l’aimable autorisation de reproduction de ces documents

Quelques semaines plus tard, Patrick Quignot, président de l’Association « Les Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais » me contactait, après avoir lu mon premier billet. L’association susnommée venait d’être créée en janvier 20204 avec pour objectif « la promotion et préservation mémorielle du patrimoine industriel papetier de la vallée du Grand Morin (Seine-et-Marne) et en particulier celui issu des papeteries du Marais et Sainte-Marie, création d’un site permanent d’expositions et d’ateliers pédagogiques pour y reproduire les différentes étapes de fabrication et de transformation du papier, organisation d’expositions, conférences, animations autour du papier et des papeteries, contribution au développement local du tourisme5 ». L’ Association a recueilli lors de la liquidation d’Arjowiggins nombre d’objets utiles à l’histoire de la papeterie et de l’édition, les papeteries du Marais s’étant entre autres fait connaître pour la qualité de leurs filigranes, leur participation à des éditions du XIXe siècle, etc. Elle a ainsi contribué aux travaux du Musée départemental de la Seine-et-Marne sur les papeteries6 et conçu sa propre exposition sur cette thématique7. Elle cherche aujourd’hui un lieu pour ses collections8, et réfléchit à un partenariat avec le Musée de l’Imprimerie de Rebais.

Lors de la liquidation, l’association a également pu récupérer une grande partie de la bibliothèque populaire, raison pour laquelle Patrick Quignot me contactait. L’après-midi du 20 juin 2021, Louise Oudin, Hugues Doumerc et moi-même avons été accueillis avec générosité et efficacité par des Compagnon(ne)s papetier(e)s à Jouy-sur-Morin. En leur compagnie, nous avons découvert avec émotion les portraits d’Edmond et Auguste Doumerc et ouvrages de la bibliothèque populaire qui avaient traversé le XXe siècle à l’abri dans les papeteries.

Jean-Edmond Doumerc. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Auguste Doumerc. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Puis nous avons longuement échangé autour de nos connaissances respectives et de nos projets, avant de visiter les extérieurs des anciennes papeteries de Jouy-sur-Morin9.

Visite des alentours des papeteries, juin 2021. Cliché A. Sandras.

Cette rencontre stimulante débouchera sur des réalisations communes, car les sources et témoignages identifiés par les uns et les autres permettront, je n’en doute pas, de mieux cerner le fonctionnement et le succès (ou l’insuccès ?) de la bibliothèque populaire du Marais. Cette bibliothèque prenait place dans un ensemble, mûrement réfléchi par Auguste Doumerc, qui mérite aussi d’être mieux identifié (école, chapelle, etc.). Enfin, la création d’une coopérative d’approvisionnement, dans les mêmes années, demande à être explorée.

Vue de la chapelle du Marais, à Jouy-sur-Morin. – Cliché Louis-Emile Durandelle. Vers 1880. Avec l’autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

Un des premiers chantiers déjà en cours consiste à identifier quels ouvrages de la bibliothèque initiale sont conservés10. Un autre est bien entendu l’identification des diverses archives qui pourront d’en permettre d’en savoir plus sur le fonctionnement de la bibliothèque. Une fois encore, je lance un appel à tous ceux qui détiendraient des éléments nouveaux …!

Littérature de l’adolescence (….) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Recueil des Lettres de Madame la Marquise de Sévigné (…) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Histoire de S. Vincent de Paul (…) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Revue des deux Mondes. Fascicules reliés appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
  1. Voir Agnès Sandras, « La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I), » in Bibliothèques populaires, 14/12/2019, https://bai.hypotheses.org/3583 []
  2. « La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I), » in Bibliothèques populaires, 14/12/2019, https://bai.hypotheses.org/3583 []
  3. Je remercie les responsables de ce musée et les personnes chargées de l’exposition qui ont répondu très volontiers à mes questions. []
  4. En 1954, les papeteries d’ARches (Vosges), JOhannot (Ardèche), MArais (Seine-et-Marne) et RIves (Isère) fusionnent et le groupe ainsi formé est nommé ARJOMARI. En 1990, Arjomari Prioux et l’anglais Wiggins Teape Appleton fusionnent à leur tour pour donner le holding Arjowiggins. En 2019, les sites des papeteries de Crèvecoeur, Le Bourray, Greenfield et Bessé-sur-Braye connaissent une liquidation judiciaire. Voir l’article Arjowiggins sur Wikipedia. []
  5. JO du 18/01/2020. []
  6. Voir : https://www.musee-seine-et-marne.fr/fr/les-papeteries-du-marais []
  7. Voir https://actu.fr/ile-de-france/jouy-sur-morin_77240/seine-marne-anciens-salaries-la-papeterie-arjowiggins-creent-une-association-preparent-une-exposition_31083299.html et http://www.petitrandonneur.fr/exposition-papeterie-arjo-wiggins-77-a201770898 []
  8. Voir https://actu.fr/ile-de-france/la-ferte-gaucher_77182/seine-et-marne-les-anciens-salaries-d-arjowiggins-sont-toujours-en-quete-d-un-lieu-d-exposition-permanent_36334299.html []
  9. Les papeteries s’étendaient sur différents sites le long du Grand Morin. Le sort de certains de ces lieux est encore à l’étude. En 2007, la prestigieuse Galleria Continua a racheté et rénové les sites de Sainte-Marie et du Moulin à Boissy-le-Châtel : on peut y voir dans un écrin formidable, les œuvres de Anish Kapoor, Daniel Buren, Chen Zen, Kader Attia…Voir par exemple : Isabelle Vatan, « A Boissy-le-Châtel, des entrepôts où l’art s’expose en version XXL », Télérama, 23 mai 2019 ; « Seine-et-Marne. Patrimoine : la Galleria Continua à Boissy-le-Châtel », La République de Seine-et-Marne, 30 nov. 2019. []
  10. Ce sera l’objet d’un prochain billet grâce au travail des Compagnon(ne)s. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Louis Sallé

SALLÉ, Louis (1837–1870)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Venu à 19 ans d’Auxerre avec sa famille, il s’installe vers 1856 à Paris . En 1861, il est batteur d’or, tient son commerce et s’inscrit à la bibliothèque tout en suivant les cours de l’Association philotechnique. Il meurt à 33 ans pendant l’hiver 1870.

 

NOM : SALLÉ PrénomsLouis

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 81

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB2. Donateur de livres avant le 1/1/18623

État-civil et famille Louis Sallé naît le 31/3/1837 à Auxerre (Yonne). Les déclarants sont : Joseph MAQUAIRE, 57 ans, son grand-père maternel, agent de police, et Pierre Thomas GUIGNON, capitaine retraité, 59 ans4. Son père, Louis, Étienne, est marinier et fils de marinier quand il se marie le 12/1/18365. Il est charpentier de bateaux en 1837, sur l’acte de naissance de Louis. En 1840-1841, sur une durée de 15 mois, 739 bateaux ont franchi l’écluse d’Auxerre, 610 en montant et 129 en descendant. Il faut alors 60 heures pour gagner Paris par le « coche d’eau » qu’il ne faut  pas rater,  et un peu plus pour le retour, car  le bateau est tiré par des chevaux6. En 1856 et jusqu’en 1863 on trouve le père de Louis SALLÉ à Paris à l’hôtel de la place du Panthéon, 1 place du Panthéon, dans le 5e arrondissement parisien7. Il exerce la profession de « maître d’hôtel »8. En 1865, il est domicilié à Boulogne-sur-Seine (actuels Hauts-de-Seine) et clôt une société pour l’exploitation d’un hôtel rue Sedaine9. Il meurt à Boulogne le 6/7/187810. Sa mère, Françoise MAQUAIRE, 22 ans en 1837, est couturière quand elle se marie. Fille de Joseph, agent de police et de mère décédée.   Fratrie :

  • Thérèse Delphine, née le 18/4/1839, le père est absent11 . Elle se marie le 23/10/1856 avec HUGON Antoine à Saint-Etienne du Mont. Le marié habite Belleville. Témoins du mariage de la sœur : le père et Émile SALLÉ, domiciliés rue du pourtour Saint Gervais, actuelle rue François Miron (AD-75).
  • Ernest Louis né le 9/8/1841 à Auxerre12. Il habite un temps à Paris puis retourne vivre dans l’Yonne. On le retrouve domicilié à Saint Florentin en 1902 lorsqu’il déclare le décès de sa fille13.

Louis SALLÉ épouse Germaine, Eléonore BLONDEL  à Troyes (Aube) le 15/11/186214. La mariée a 17 ans, elle est née à Troyes le 20/6/1845. Son père, Nicolas, est marchand de grains ; sa mère est Madeleine Marie-Jeanne PATEAUX. Il y a un contrat de mariage chez maître Rousselès, notaire à Troyes, établi le 15/11/1862. Germaine est batteuse d’or en 1870 sur l’acte de décès de son mari. Elle se remarie le 12/12/1871. Elle habite alors 44 boulevard de Ménilmontant et exerce la profession de marchande de vin15.

Louis et Germaine ont eu une fille : Louise Delphine, née le 2/10 /1863 à Paris 10e arrondissement. Déclarants : Ernest SALLÉ, oncle, 22 ans, caporal au 78e de lignes en garnison à Limoges, et Charles Victor VARENNES, 33 ans, gérant de commerce, 25 rue du Faubourg du Temple 10e arrondissement16. Louis décède à 33 ans le 11/1/1870, au 139 rue Saint Maur, Paris 11e. Déclarants : Ernest SALLÉ, confectionneur d’adresses, 29 ans, son frère, 5 rue Saint Paul Paris 4e ; Apollinaire MERAT, boulanger, 31 ans, demeurant à Troyes, son beau-frère17. On ne connaît pas la cause de son décès, mais la France connaît alors une épidémie importante de variole, des cas de fièvre typhoïde et de rougeole18.

Professions : batteur d’or au 139 rue Saint-Maur, Paris 11e19. Il est gérant de la société de commerce20. Cette profession est rangée dans les métiers d’art et avec les orfèvres. Le produit final : des « feuilles » très fines rangées entre des papiers de soie. C’est l’alliage réalisé avec du cuivre ou de l’argent qui donne la couleur et la consistance. Le mélange est chauffé, puis laminé, puis battu. L’apprentissage était très long.

Adresses connues : 26 rue des Fossés saint Jacques 5e (1861, registre dit des lecteurs) ; 185 rue Saint-Maur 10e (1862 et 1863) ; 139 rue Saint-Maur 11e (1870, décès et Firmin Didot).

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique21 Il est élève de l’APH de novembre 1859 à mars 1862 22.

  • Année scolaire 1859/1860, distribution des prix le 13 janvier 1861 : les cours sont à l’École Centrale. Il suit le cours de langue française 2e année et reçoit le premier prix. Il suit le cours d’hygiène et de médecine usuelle 1ère année et reçoit le premier prix. Le professeur est monsieur POIRSON, donateur de livres avant le 1er janvier 186223. Suivent le même cours : Alphonse PASCAL [voir fiche PASCAL] et Louis-Marie FONTAINE [voir fiche FONTAINE] ; Il suit aussi le cours de géographie commerciale et industrielle, professeur François BAZIN [voir fiche BAZIN] et reçoit le 1er prix. Suit le même cours : Louis-Marie FONTAINE. Il suit aussi le cours de comptabilité et reçoit une 2e mention. Professeur REVERT, donateur de livres en 1863/186424. Suivent aussi le cours : Adolphe NORET [voir fiche NORET] et Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD]. Il reçoit une médaille pour ces trois premiers prix et un livret de caisse d’épargne au nom de S. M. l’Empereur.
  • Année scolaire 60/61 avec distribution des prix le 9 février 1862 : il reçoit une deuxième mention au cours d’arithmétique 2e année et le deuxième prix de chimie 1ère année, professeur DAVANNE, donateur de livres le premier semestre 186225. Il reçoit le 1er prix d’arithmétique 1ère année (professeur LIONNET) [voir fiche LIONNET] ; le cours est à la Sorbonne. Il reçoit une médaille et un livret de caisse d’épargne au nom de S. M. l’Impératrice.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  :  relation avec les élèves de la philotechnique et avec les 22 sociétaires qui aident le bibliothécaire PLOMB.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non repérées.

Éléments biographiques complémentaires : pas pour le moment.

Écrits de la personne : pas d’écrits à notre connaissance.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP: Association polytechnique. APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 27 avril 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Louis Sallé," in Bibliothèques populaires, 27/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4891.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, voir  page 286. []
  3. CR BAI-III 1861/62. []
  4. AD 89 NMD 1837 5Mi122 /4 acte 85, voir ici. []
  5. AD-89 NMD  1836 : 5Mi 122/3 vue 173/391, voir ici. []
  6. Paris synoptique : nouveau guide parisien illustré, présentant… les indications nécessaires à un étranger pour s’orienter et se diriger facilement dans Paris, pour se loger, se nourrir, se vêtir, vaquer à ses affaires ou à ses plaisirs… par M. Van-Tenac  Charles (1798-18..),Paris, 1845, voir ici. []
  7. Mariage de Thérèse, Delphine, sœur de Louis. []
  8. Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Firmin Didot et Bottin réunis 1857 à 1863, voir ici. []
  9. Le moniteur universel du 22/11/1865, pages 6/8. []
  10. AD-92, Boulogne Billancourt, décès 1878, voir ici. []
  11. AD-89, NMD, 1839 : 5 Mi 123/1, acte 116, voir ici. []
  12. AD-89, NMD 1841 : 5 Mi 123/3, acte 220, voir ici.)). Il se marie à Bordeaux en 1884 et légitime alors une fille née à Bordeaux en 1874 ((AD-33, 1884, mariages :  4 E 15545, acte 53. []
  13. AD-89, NMD, 1900-1904 : 5MI 1325/7, vue 280/323, voir ici. []
  14. AD-10, 1862, mariages :  4 E 387-354, vue 229/255, voir ici. []
  15. AD-75, 1871, mariages : 20 V4E 5220, vue 17/31, voir ici. []
  16. AD-75 []
  17. AD-75 []
  18. Le Rappel, 18/1/1870, voir ici. []
  19. Voir la liste des lecteurs de 1861 et le CR BAI-III 1863/64, ainsi que son acte de décès et l’ Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Firmin Didot et Bottin réunis, 1870. []
  20. Actes de mariage et de naissance de sa fille. []
  21. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BNF. []
  22. Selon le palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  23. CR BAI-III, 1861/62, page 21. []
  24. CR BAI-III, 1863/64. []
  25. CR BAI-III, 1862. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin

LANDRIN, Hippolyte (1842-1926)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Né à Paris, bronzier dès l’âge de 16 ans, il est élève des cours du soir. En 1861, à 19 ans, il s’engage à la BAI-III. Il est élu à 25 ans délégué des ouvriers du bronze en 1867 et devient membre de la commission ouvrière à l’Exposition universelle de Paris. Adhérent de l’AIT, il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au congrès de Bâle en 1869.

NOM : LANDRIN

PrénomsHippolyte, Pierre 

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 151

Rôle dans la BAI-III : de 1861 à au moins 1871 : aide le bibliothécaire PLOMB2, administrateur3, secrétaire4 puis comptable5

État-civil et famille6: né à Paris (anc.4e arrdt) le 11 avril 18427. Son père François Hippolyte, né à Paris en 1819, est ciseleur en 1870 et meurt à 73 ans le 22/1/1892 à son domicile 41 rue de Turenne Paris 3e8. Sa mère, Adélaïde Joséphine COULON, née à Paris vers 1820, meurt à 71 ans quelques jours après son mari au domicile conjugal le 29/1/18929. Hippolyte LANDRIN est déclarant du décès de ses deux parents et aussi de ses beaux-parents.

Il s’est marié à Paris 11e le 10 février 187010 avec Anne Rose DELEZEVE, reperceuse en bijoux. Elle est née à Paris (anc. 6e) le 27/1/185011. Elle a pour parents  Pierre Hercule DELEVEZE propriétaire et Anne ANTHEAUME qui habitent 43 rue des Trois Couronnes, Paris 11e arrdt. L’annonce du mariage d’Hippolyte et Anne-Rose paraît dans le journal Le Pays12. Les témoins sont : Léon, Mars LEGAL, 31 ans, menuisier-modeleur, lecteur 163 de la BAI-III, 41 rue des Rigoles, et élève avec lui de l’APH ; GIROD ; François Victor DELEZEVE, ciseleur, 24 ans, frère de l’épouse ; Julien Joseph COULON, mouleur, oncle de l’époux. Leur fille,  Fernande Adrienne, est née le 8/2/1873 à Paris 3e. Elle se marie le 4 janvier 1909 à Fontenay-sous-Bois13. Elle habite 26 rue Pauline. Ses deux parents présents au mariage habitent alors le 15e.

Hippolyte meurt à 84 ans à Fontenay-sous-Bois (actuel Val de Marne), ville de résidence de sa fille le 22/11/192614. Anne-Rose meurt le 28/2/1940 à Fontenay-sous-Bois15.

Professions : en 1861 il est monteur en bronze16 ; même profession en 1870 et en 189117 ; en 1892, à 50 ans, il est lampiste d’après l’acte de décès de sa mère. 

Adresses connues : 1861 : 3 rue de Saintonge18 ; 1863/64 et 1870 : 12 rue Neuve Saint-François qui devient le 12 rue Debelleyme Paris 3e, où il habite avec père et mère ; 1873 : 7 rue des Enfants Rouges, Paris 3e; 1891 et 1892 : 17 rue de Poitou, Paris 3e19 ; 1897 et 1909 : 19 rue Copreaux Paris15e arrdt . Ils s’installent chez ses beaux-parents après leur décès. Les beaux-parents habitaient rue Copreaux depuis au moins 1873. 1926 : Fontenay-sous-Bois (adresse non trouvée), actuel Val-de-Marne.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 

il est élève des deux de novembre 1858 – il a alors 16 ans – à mars 186320.

À l’AP : année scolaire 1858/1859, distribution des prix le 22/1/1860. Les cours sont à l’École Centrale. Il est premier prix d’hygiène, avec pour professeur le docteur M.C. de MONTMAHOU, qui est donateur de livres à la BAI-III21. Il suit le cours avec CHARPENTIER [Voir fiche CHARPENTIER]. Il est aussi deuxième prix de chimie22. Année scolaire 1861/1862, distribution des prix le 8/2/1863 : il reçoit plusieurs prix23. Année scolaire 1862/1863,  les cours ont lieu à l’École Centrale. Il reçoit le 2e prix de chimie (2e partie) et le prix unique avec médaille de géographie24.

A l’APH : 1859/1860 : il reçoit une 1ère mention de chimie 2e année, cours qu’il suit avec Jean Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] et Henri MICHEL [voir fiche MICHEL]. Le cours est assuré par GRANDEAU [voir fiche GRANDEAU] qui est suppléant25.

 En 1853, l’AP avait envoyé des élèves à l’Exposition universelle de Londres. L’expérience ayant été jugée positive, 14 élèves de l’AP se rendent à celle de 186226. Quatre des délégués sont lecteurs à la bibliothèque et deux y sont membres actifs. Ils vont y passer 8 jours « sous le même toit » que les Italiens qui sont conduits par un ancien élève de l’École Centrale. Ils consignent l’expérience dans des rapports individuels malheureusement non retrouvés. LANDRIN fait partie du voyage de 1862 et rédige comme BERGER, sculpteur, LEGAL, menuisier (il s’agit de Léon LEGAL, lecteur 163 de la BAI-III, menuisier-modeleur, qui sera témoin de LANDRIN à son mariage en 1870), BOUCART, doreur, MATRE, dessinateur et comme le fouriériste VELLU, lithographe27, un rapport sur « les objets d’art, les bronzes, dorures, peintures, sculptures, meubles, etc. » ; LANDRIN reçoit une mention de deuxième ordre. Quant à CHARPENTIER, il est le seul à rédiger un rapport sur « la question des métaux » et reçoit une mention de premier ordre. Nous retrouvons aussi DABROWSKI, Nicolas Stanislas, lecteur 16728 et VALENS Auguste, élève de l’APH en 1862/186329 qui étudient la photographie et la typographie. BRUNEAU et LERCH, mécaniciens, traitent des grandes machines ; DIOT, peintre, étudie la décoration et MAUVOISIN la fabrication des chaussures.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : il est  délégué des ouvriers du bronze en 1867 et membre de la « commission ouvrière » et adhérent à l’AIT dans une « adhésion collective de la société des ouvriers du bronze » dont il est un des dirigeants30.

Nous n’avons pas retrouvé ce qu’il a fait pendant la guerre franco-prussienne ni pendant la Commune. En décembre 1871 il reprend ses  fonctions de comptable de la BAI lors de la réouverture après un an d’interruption. Il évoque dans son rapport les « oscillations financières que les événements douloureux traversés ont provoquées31 ».

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

en 1865 il est remercié lors d’une AG32 pour son zèle qui ne s’est jamais démenti avec Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY], Frédéric ERBS [voir fiche ERBS]  et BLOCH33.

Le le 5 octobre 1867, Hippolyte LANDRIN tient avec 7 autres personnes les cordons du poêle à l’enterrement d’Auguste PERDONNET 34, président de la BAI-III [voir fiche PERDONNET]. C’est le seul ouvrier à remplir ce rôle, aux côtés du ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, de deux sénateurs, du secrétaire général du Ministère de l’Instruction publique et de personnalités de l’industrie et des chemins de fer. Le discours que prononce alors LANDRIN est publié dans Le Temps sous forme d’une lettre ouverte signée notamment par Hippolyte LANDRIN, Frédéric ERBS [voir fiche ERBS], Jean Louis RIMET[voir fiche RIMET] et Jean Victor BELLAMY[voir fiche BELLAMY]35.

À l’AIT il retrouve des membres de la BAI-III comme : Édouard Ernest FRIBOURG [voir fiche FRIBOURG], Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY].

Il est témoin de la naissance de Jules Henri PLOMB le 8/5/1869, fils d’Honoré [voir fiche PLOMB].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

(voir également ci-dessus).

À l’AIT il croise de futurs amis de l’instruction du 14arrondissement :  Jean Pierre HELIGON qui, maire du 14e, va faciliter la création de la BAI  dès juin 1871 quelques semaines après la Commune, Charles LIMOUSIN, Germain CASSE, Henri TOLAIN.

 

Éléments biographiques complémentaires :

l’industrie du bronze à Paris vers 1860 donne du travail à 6000 ouvriers dans des ateliers situés en majorité dans les 3e et 11e.

Dans le rapport de l’Exposition universelle de 1862 figure la demande d’« une bibliothèque pour nous » par les délégués du bronze, ciseleurs36.

À la veille de l’exposition universelle qui se tient à Paris en 1867,  une grève est organisée37. Parmi les premiers membres de l’AIT38 se trouvent 6 bronziers en 1865. En octobre 1867, c’est avec  deux premiers membres de l’AIT, dirigeants de la première heure de la Société des bronziers : Arsène KIN, Joseph, Etienne dit Blaise PERRACHON qu’il souscrit pour 1 franc pour « les combattants de l’insurrection romaine »39. Pour l’exposition universelle en 1867, sept membres de la société des ouvriers du bronze partent en délégation sans le concours de la société d’encouragement.

Il s’agit de s’affranchir de toute tutelle. Les délégués de chaque corps de métier (qu’ils soient sous les auspices de la société d’encouragement ou indépendants) sont élus au « suffrage universel ». L’organisation des élections repose sur le réseau des sociétés de secours mutuels. Les 7 membres dont Hippolyte LANDRIN deviennent les représentants officiels et font partie de la Commission ouvrière créée à l’occasion.  La commission ouvrière est autorisée et peut multiplier les réunions. Après l’exposition les délégués rédigent un rapport40. Le rapport est imprimé par leur société de secours mutuel. Hippolyte LANDRIN adhère à l’AIT non pas individuellement mais comme membre de la « société des ouvriers en bronze ». Il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au 4e congrès de l’AIT à Bâle du 6 au 12 septembre 186941. Il signe en tant que délégué des sociétés ouvrières une protestation contre la répression des mineurs d’Aubin42. avec notamment Albert THEISZ43.

 

Le parcours d’Hippolyte LANDRIN est donc une illustration du lien entre «  la société des bronziers » et l’AIT qui  s’installe progressivement, même si l’AIT rencontre bien des obstacles comme des poursuites, procès et condamnations44. Déjà en 1864, avant la création de l’AIT, le « Manifeste des 60 » rédigé par Henri TOLAIN (BAI XIV) avait été  signé par les dirigeants des bronziers : Zéphirin CAMELINAT, Arsène KIN, Blaise PERRACHON, Charles LIMOUSIN45.

Hippolyte LANDRIN croise à plusieurs reprises dans sa vie professionnelle et « militante » les « frères LANDRIN » Léon et Émile46. Les deux familles sont « pays », originaires du Vexin de deux communes (Magny en Vexin et Boissy l’Allier) distantes de 25 kilomètres. Aucun lien familial n’est trouvé en remontant jusque vers 1730 (Voir ici.). Émile est ciseleur (sur bronze) quand il est témoin au mariage de son frère Léon, tourneur en bronze, le 20/6/1863. Leur père Charles Antoine est lithographe imprimeur et né à Paris le 24/1/1812.

En 1870 l’appel contre la guerre de l’AIT est signé entre autres par Hippolyte LANDRIN, Henri TOLAIN, Jean-Pierre HELIGON, Germain CASSE  de la BAI XIV et Jean-Victor BELLAMY de la BAI-III47.

Rapport des délégués ciseleurs (…), Exposition universelle, 1867., BnF, cliché Louise Oudin.

 

Écrits de la personne :

Il est signataire du rapport écrit sur l’Exposition universelle de  1867 déjà cité (voir ici).

Il rédige 2 rapports comme comptable de la bibliothèque dont le premier est à lire ici48. LANDRIN y défend  «  l’idée coopérative appliquée  à la vulgarisation des lectures, pour tous et à l’aide de tous,  ». Il regrette «  le manque de vie sociale dans la bibliothèque, l’absence de lien dans la mutualité ». Il souhaite » le développement de l’idée coopérative grâce à la reprise des assemblées générales ».

 

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique.

APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 12 avril 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin," in Bibliothèques populaires, 12/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4872.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport GRANDEAU dans l’Ami des sciences. []
  3. CR BAI-III, 1862. []
  4. CR BAI-III, 1864/68. []
  5. CR BAI-III, 1869/71. []
  6. Merci à Christian Polydore et à Brigitte Legros (polydorech) de Geneanet. []
  7. AD 75, état-civil reconstitué, naissances V3 E/N 1293, vue 3/51, à voir ici. []
  8. AD 75 1892, décès, 03V4E5590, vue 18/ 31, voir ici. []
  9. AD 75 1892, décès, 03V4E5590 vue 23/ 31, voir ici. []
  10. AD 75,1870, mariages, 11 V4E1434, vue 4/31 ici. []
  11. AD 75, état-civil reconstitué, naissances, V3 E/N 673, vue 22/101, voir ici. []
  12. Le Pays du 12/2/1870, voir ici. []
  13. AD94, mariages, 1909, 4E2157, vue 1/203, voir ici. []
  14. Table décennale NMD 1923-1932, AD94, voir ici. Déclaration succession 1926 bureau de Vincennes, vue 72/119, voir ici. []
  15. AD94, table des décès 1933-1942, voir ici. []
  16. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  17. Liste électorale sur Ancestry. []
  18. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  19. Liste électorale de 1891 et acte de décès de sa  mère. []
  20. Selon les palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  21. CR BAI-III. []
  22. L’Ami des sciences, 1860, page 160. []
  23. Le Constitutionnel, 9/2/1863, page 2. []
  24. Le Petit Journal 4/2/1864, page 2. []
  25. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  26. Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  27. Il s’agit de Constant VELLU, 28 ans en 1862, fouriériste dès 1840 dont Bernard DESMARS avait repéré la présence à la polytechnique : DESMARS Bernard, « Vellu, Constant », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020, voir ici. []
  28. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  29. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  30. Jean MAITRON et R. SKOUTELSKY : Notice LANDRIN Hippolyte voir ici. []
  31. CR BAI III 1869/71, page 15. []
  32. CR BAI-III, 1863/64, page 7. []
  33. Il s’agit d’Émile BLOCH, lecteur 300, 19 ans, noté architecte (?) Registre dit des lecteurs. On le retrouve piqueur du service municipal pour un deuxième prix de trigonométrie et courbes usuelles sur le palmarès de la philotechnique en 60/61. Plus tard il sera architecte expert auprès du tribunal de commerce et professeur aux cours d’adultes de la ville de Paris []
  34. Journal des débats politiques et littéraires, 5/10/1867, page 2. []
  35. Le Temps du 6/10/1867. Le discours n’est pas reproduit par les autres journaux, ce qui explique la lettre ouverte… []
  36. Commission ouvrière (Paris).  Rapports des délégués du bronze, ciseleurs, tourneurs et monteurs publiés par la Commission ouvrière [Grandpierre, secrétaire]. 1863, page 40. []
  37. Voir par exemple : 1867 : Les ouvriers du bronze français soutenus par l’Internationale ouvrière, par Julien Grimaud sur Retronews. []
  38. Voir les sections françaises de l’AIT Annexe IV par ROUGERIE ici. []
  39. Le Courrier français du 23/10/1867, voir ici. []
  40. « Rapport des délégués ciseleurs, tourneurs et monteurs, lu en séance publique le 8 novembre 1868 : bronze, orfèvrerie,  imitation, cuivrerie ».  Éditeur : société de crédit mutuel des ouvriers du bronze (Paris), date d’édition : 1869. []
  41. Rapport sur le congrès de Bâle par  Mollin, Gabriel (1835-1912). Paris, 1870, voir ici. []
  42. La Gironde du 17/10/1869, page 1, voir ici. []
  43. Voir la fiche MAITRON sur Albert Theisz élaborée par Michèle Audin ici. []
  44. Nous remercions Michel CORDILLOT qui nous a aidés à établir et comprendre ces liens. []
  45. L’Opinion Nationale,17/2/1864, voir ici. []
  46. voir la biographie établie par Jean MAITRON pour Emile ici et pour Léon ici. []
  47. Le Réveil des12 et 14 /7/1870, BnF, cliché Louise Oudin. []
  48. CR BAI-III 1864/68 et CR BAI-III  1869/71. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Ernest Heurtin

HEURTIN, Ernest (1837-1865)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Ce jeune peintre sur porcelaine parisien, un des premiers adhérents de la BAI-III,  fait partie du petit groupe constitué autour de Girard et Plomb qui s’affaire pour donner vie à la bibliothèque.

NOM : HEURTIN

Prénoms : Ernest1, Antoine

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 21

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB2 ; donateur de livres avant le 1/1/18623

 

État-civil et famille : né le 8 novembre 1837 à Paris dans l’ancien 8e arrondissement 4 ; décédé à 28 ans le 5 mars 1865 à Paris à son domicile, 108 quai de Jemmapes, 10e arrondissement parisien5. Le décès est annoncé dans Le Siècle du 7 mars 1865.

Le premier témoin de son décès est son beau-frère Ernest FRIBOURG ; Ernest a 44 ans, il est alors chimiste et domicilié 5 impasse Sainte Opportune, actuelle rue Legouvé (10e). C’est le frère d’Édouard FRIBOURG [voir fiche FRIBOURG] et il vit à la même adresse que les parents d’Ernest HEURTIN.

Le deuxième témoin de son décès est Ulrich Gustave LEBEAU, un artiste qui habite 18 rue de Paris (rebaptisée rue de Bagnolet en 1868) et a 30 ans. LEBEAU est artiste céramiste quand il se marie à Paris 10e le 6/2/1875.

La mère d’Ernest Heurtin, Claudine CHANOINE, est décédée le 3/9/1851 à Belleville, 45 rue Saint Laurent6.
Son père, Jean-Baptiste Victor, est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 257 et l’indication « Heurtin Père ». Il est né le 14 novembre 1798 (24 brumaire an 7) à Saint-Germain en Laye, ancienne Seine-et-Oise7. En 1861, il est bijoutier et habite 86 rue des cascades, 20e, quartier Belleville, selon  la liste des lecteurs de la Bai-III. En 1865, sur l’acte de décès de son fils il est indiqué comme  graveur, 5 impasse Sainte Opportune, Paris 10e .

Les deux sœurs d’Ernest sont Léonide Claudine, née le 31/2/18248, qui épouse Ernest Léon FRIBOURG le 11/12/1845 à Belleville, et Claudine Victorine, née le 3/8/18239.

Professions : 1861 : décorateur10 ; 1865 : « peintre sur porcelaine », d’après  l’acte de décès.

Adresses connues : naissance : ancien 10; 1861 : 86 rue des cascades 20e11 ; 1865 :198, quai de Jemmapes, Paris 10e lors de son décès.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique  : non repéré.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : d’autres membres de la BAI sont « céramiciens » : FRIBOURG Édouard Ernest et Auguste GERMINET [voir fiche GERMINET].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires : rien pour le moment.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 5 avril 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Ernest Heurtin," in Bibliothèques populaires, 05/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4858.

 

  1. Liste des lecteurs []
  2. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  3. CR BAI III – 1861/62. []
  4. AD75 : V3E/N 1152,  vue 18. []
  5. AD 75, 10 V4E 1176,  vue 10. []
  6. AD 75 : état civil reconstitué.  Accès retrouvé par la base généalogique Filae. []
  7. AD 78 Saint Germain en Laye:  1798-1799 1139090 vue 36. []
  8. AD75,  V3E/N 1152, vue 12. []
  9. AD75, V3E/N 1152,  vue 10. []
  10. Selon la liste des lecteurs de la BAI-III. []
  11. Liste des lecteurs. []

Quand Le Charivari défendait la liberté de lire pour les masses (1867-1868)

En  1867 et 1868 les rédacteurs du Charivari se lancent dans la défense des bibliothèques populaires et à travers elles dans un combat pour l’accès pour tous à l’ensemble des livres. En effet, la lecture du peuple est encore surveillée par les instances politiques et religieuses, par crainte des « mauvais livres » qui entraineraient dépravation et sédition… Mais de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer une lecture cantonnée aux livres édifiants et réclamer l’égalité dans l’accès aux ouvrages. C’est l’occasion pour Le Charivari d’exercer sa verve sur des condamnations d’un autre âge et de suggérer que le peuple1 n’est pas suffisamment instruit pour choisir ses représentants en toute indépendance, ce manque d’instruction relevant d’une politique délibérée. Voici deux exemples tirés de ces textes :

« Les masses sont encore à l’état d’enfance intellectuelle. Il faut leur mettre le bourrelet de la bonne censure, les lisières de la prudente répression, il faut les élever au biberon administratif. » 

 » Ce sont là les âmes simples, naïves, candides, innocentes qu’il faut bien se garder de corrompre par le moyen des bibliothèques populaires, oui-da !… Grand dieu ! laisser ternir au souffle impur des idées modernes les vases d’élection, ces fontaines de pureté ! »

Vous retrouverez ces différents propos, et en découvrirez bien d’autres encore dans le billet qui suit… Continuer la lecture de Quand Le Charivari défendait la liberté de lire pour les masses (1867-1868)

  1. On remarquera toutefois que Le Charivari évoque les citoyens sans songer beaucoup penser aux citoyennes… []

Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III

Les biographies des premiers fondateurs des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) sont toujours emplies de surprises, et riches d’enseignements sur les trajectoires socio-professionnelles du second dix-neuvième siècle (Voir les différents billets de ce carnet sur Jean-Baptiste Girard, Auguste Vorbe, etc.). C’est le cas de  Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième Arrondissement  (BAI-III), dont nous allons retracer la passionnante trajectoire : entre autres ouvrier-bijoutier, ouvrier-opticien, et bibliothécaire à Paris, puis professeur de solfège au Conservatoire de Genève et critique théâtral … Continuer la lecture de Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III

La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

Les papeteries du Marais. Cliché de Durandelle, vers 1880. Avec l’aimable autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

 

Le Musée de la Seine-et-Marne propose actuellement et jusqu’au 23 décembre une intéressante exposition sur « les papeteries de la vallée du Grand-Morin : une aventure industrielle« .  Cette exposition « retrace l’épopée industrielle, prestigieuse et très particulière, de la fabrication des papiers fiduciaires et «sécurité» dans les papeteries du Grand Morin ». 

La vallée du Grand Morin accueillait en effet traditionnellement des moulins dont certains étaient utilisés par des papeteries. En 1785, Louis Delagarde, propriétaire des Papeteries du Marais, devient également gérant des Papeteries d’Arches dans les Vosges, près d’Épinal. Les papeteries du Marais comprennent des moulins répartis sur plusieurs communes de la vallée du Grand-Morin dont  Jouy-sur-Morin qui est choisi pour la fabrication des assignats. Les « Papeteries du Marais et de Sainte-Marie », riches de 13 moulins, sont créées en 18281. La qualité et la variété des différents papiers produits font leur réputation internationale : elles obtiennent une médaille d’or aux Expositions de 1831, 1839, 1844, 18492, etc. En 1863, elles fabriquent des « papiers pour écriture, pour impression, pour lithographie et photographie; des papiers filigranés pour billets de banque, des papiers de couleur pour tentures et enfin des cartons doubles3 ». Elles connaissent, comme toutes les industries du XIXe siècle, de fortes mutations technologiques et apportent des modifications importantes dans la vie socio-économique locale. Parmi les changements liés à ces papeteries, je souhaiterais évoquer la « bibliothèque populaire du Marais », dont l’histoire n’a pas été (sauf erreur de ma part) encore été explorée, alors qu’elle présente une  originalité certaine.

Continuer la lecture de La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

  1. Voir http://www.musee-seine-et-marne.fr/les-papeteries-du-marais []
  2. Voir Le Progrès manufacturier : journal spécial de toutes les grandes industries et du crédit manufacturier, 23 septembre1855. []
  3. Journal des travaux de l’Académie de l’industrie agricole, manufacturière et commerciale, février 1863, p. 195. []

En décembre, on parle aussi des bibliothèques populaires (III)

Extrait du CR de l’AG de la Bibliothèque populaire de Saint-Omer (1877). BnF.

 

Le 4 décembre 2019, un atelier « Emporter la bibliothèque : le prêt en perspective » est organisé par la BnF à la Bibliothèque de l’Arsenal (on trouvera les indications pratiques et le programme détaillé ici). Les bibliothèques populaires y seront à l’honneur pour leur combat pionnier !

Programme

Petite histoire du prêt en bibliothèque
* Emprunter la bibliothèque : le combat pionnier des bibliothèques populaires
Par Agnès Sandras
* Le prêt à la Bibliothèque royale (1815-1848) : un autre regard sur le public
Par Bruno Blasselle et Ségolène Blettner
* De la bataille du droit de prêt aux 20 ans de la Sofia
Par Geoffroy Pelletier

La bibliothèque de prêt au XXIe siècle : mesure, diversité, évolutions
* La mesure de l’emprunt en lecture publique : baromètre des prêts et enquêtes d’usages
Par Laurine Arnould et Quentin Auffret
* Le prêt de livres anciens à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris : retour d’expérience
Par Pauline Darleguy

Table-ronde : la bibliothèque de prêt au défi du numérique
Table-ronde modérée par Claire Nguyen avec Alban Cerisier et Guillaume de la Taille

La Bibliothèque populaire municipale de Toulouse (Blog d’histoire culturelle et sociale de la Ville Rose)

Règlement intérieur de la Bibliothèque populaire Municipale. 1885. Ville de Toulouse : Archives Municipales, 2R19. Cliché MC.

 

Je signale avec grand plaisir trois billets du blog Fragments d’histoire(s) de Toulouse (XIXe~XXe siècles) – Blog d’histoire culturelle et sociale de la Ville Rose qui portent sur la Bibliothèque populaire municipale de Toulouse : Continuer la lecture de La Bibliothèque populaire municipale de Toulouse (Blog d’histoire culturelle et sociale de la Ville Rose)

« C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences » : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

 

 Les Hommes d’aujourd’hui Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934). Auteur du texte Éditeur : (Paris) Éditeur : Librairie Vanier (Paris) Date d’édition : 1878 Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Lors de l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne en 18671,  le journal Le Siècle, inlassable défenseur des bibliothèques populaires, donne quelques indications ironiques sur les ouvrages incriminés :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani ; la Vie de Jésus, par Renan !

Continuer la lecture de « C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences » : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

  1. Voir Agnès Sandras, « « Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867), » in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, https://bai.hypotheses.org/189 []

Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

Comme on le sait, le mouvement des bibliothèques populaires libres s’est développé à partir du Second Empire. Le monde ouvrier, notamment celui des artisans et des ateliers très nombreux à Paris, est bien conscient de l’importance de la lecture, car lire est à ses yeux un moyen de s’approprier le savoir. Il crée donc des lieux, gérés par lui ou à la gestion desquels il est associé, où il peut consulter des ouvrages à la fois pour développer son instruction personnelle, améliorer son niveau professionnel et pour se divertir. La vocation de ces lieux de lecture tend rapidement à s’élargir pour accueillir aussi des cours du soir et des conférences.

En 1898, la Liste des bibliothèques populaires libres adhérentes au Syndicat des bibliothèques populaires de la Seine[1] indique que la plupart des arrondissements parisiens (14 sur 20) sont pourvus d’une bibliothèque populaire. La plus ancienne est celle des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, fondée en 1861 et installée depuis 1884 au 54 rue de Turenne. Les autres bibliothèques populaires parisiennes ont vu le jour entre 1862 et 1877, cette même année 1877 voyant la création à la fois de la bibliothèque populaire du XIIIe  arrondissement et de celle du XXe arrondissement. Continuer la lecture de Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

J’ai déjà évoqué dans plusieurs billets une singularité dans l’histoire des premières bibliothèques de prêt. En effet, une des premières bibliothèques de prêt de livres dues à l’initiative privée est née vers 1850 à Laferté-sur-Amance, alors que la première bibliothèque rurale populaire de prêt  a été établie à vingt kilomètres de là, une douzaine d’année plus tard, à Hortes (Haute-Amance), toujours en Haute-Marne. Doit-on voir là une simple coïncidence, tant il est vrai que la première a été fondée par un député de la Haute-Marne soucieux de l’instruction du peuple, possédant une maison à Laferté, et la seconde par l’initiateur des bibliothèques populaires, natif de Hortes ? Pour l’instant, les différentes archives que j’ai pu consulter ne m’ont pas permis d’établir un lien particulier que ce soit entre ces bibliothèques ou leurs acteurs.

Le second point commun de ces bibliothèques haut-marnaises est d’avoir laissé des traces infimes dans l’histoire des bibliothèques. On connaissait l’existence de celle d’Hortes par sa mention dans les premiers compte-rendus des Bibliothèques des Amis de l’Instruction parisiennes, par un rapport dressé par son président devant la société d’émulation du Doubs1 et par la médaille obtenue par son président (A. Viard), lors de l’exposition universelle de 1867. Celle de Laferté était évoquée au détour de l’historique des bibliothèques populaires dressé lors de l’Exposition universelle de 1867. Il était donc intéressant de chercher ce qu’il était advenu de ces bibliothèques.

Travaillant à reconstituer l’itinéraire de Jean-Baptiste Girard, Ian Frazer avait dans les années 80 écrit à la mairie d’Hortes qui lui avait répondu que la bibliothèque n’existait plus2. En 2014, lors de la préparation du colloque sur les bibliothèques populaires, j’avais reçu la même réponse de la mairie comme des personnes ayant travaillé sur l’histoire du village3. Cela semblait d’autant plus curieux qu’en 1872, le président de la Bibliothèque populaire d’Hortes assurait que la bibliothèque possédait 2000 ouvrages. Était-il possible qu’une bibliothèque de 2000 ouvrages ait disparu ? Continuer la lecture de Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

  1. Alexandre Viard,  Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872. Paris,   impr. de A. Parent, 1874. []
  2. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985. []
  3. Agnès Sandras,  « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014.. []

La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

     Après la mort d’Auguste Comte, les disciples « orthodoxes » du positivisme, dirigés selon les vœux du « Maître » par Pierre Laffitte, professeur de mathématiques, s’engagent à continuer l’œuvre pédagogique du philosophe : ils reprennent les cours publics et gratuits, en suivant au plus près les plans d’enseignement de Comte. Ils diffusent également des brochures et de petits opuscules sur des points précis de la doctrine positiviste, susceptibles de cimenter l’opinion. Ils fondent et financent aussi une « Imprimerie positiviste » et reconstituent le fonds d’ouvrages de la Bibliothèque positiviste imaginée par Auguste Comte. Continuer la lecture de La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

« Le désir fou de lire ces choses » … littérature catholique et bibliothèques populaires

« Rêverie », illustration de « Noëlle », Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904

 

Les bibliothèques populaires  ont souvent été décrites par la littérature catholique comme des lieux de perdition pour la jeunesse : fonds de livres inadaptés, bibliothécaires inconscients ou pervers…

Le Journal de la jeune fille nous offre en 1904 un bel exemple de ce topos. Noëlle, jeune orpheline, a gardé de son père professeur  l’amour des livres. Elle devient institutrice, et emploie volontiers ses loisirs à la lecture :

Il lui vint un jour l’idée d’aller prendre des livres à la bibliothèque populaire de la ville voisine lorsqu’elle s’y rendait le jeudi, pour des commissions.

Il y avait là un bibliothécaire assez indifférent et qui, certes, ne se pourfendait pas en connaissances littéraires. Ses conseils à Noëlle variaient seulement d’après les titres des ouvrages.

Beauté fatale ! Tenez, Mademoiselle, cela est exquis. On me le demande beaucoup. Voici encore : La fille de l’Actrice, oh ! çà alors, c’est d’un palpitant ! — Puis, Divorcée ; c’est tout nouveau et tout à fait pathétique. On y pleure dessus !

Noëlle écoutait, partagée entre le désir fou de lire ces choses et une crainte instinctive d’offenser Dieu et la mémoire vénérée de ses parents.

La première l’emporta1.

Et voilà Noëlle subjuguée par des « histoires violentes de passions déchaînées et malsaines », des « pages criminelles » . Grisée par ses lectures, en proie aux effets délétères de la littérature romanesque, elle en oublie sa vocation enseignante :

Sa classe lui devint à charge. La vulgarité de ses élèves lui portait  sur les nerfs. Quand on a passé tant d’heures brillantes en société de marquises, de duchesses, d’élégantes actrices et de jeunes snobs à monocles, on trouve pénible de faire faire la dictée à une troupe de petits enfants campagnards2.

Sa « rêverie » la conduit à s’amouracher d’un jeune médecin venant de la ville. Elle croit enfin vivre comme une héroïne de roman, lorsque son séducteur la trahit. Alors, la jeune femme décide de brûler les livres qui l’ont égarée … La fin de cette nouvelle édifiante donne quand même à penser qu’elle rendra les ouvrages empruntés à la bibliothèque populaire !

Là, à côté de la cheminée, sur l’étagère coquette, s’alignent quelques livres jaunes, rouges, verts. Noëlle les prend, les trie avec soin, met de côté ceux qui ne lui appartiennent pas. Puis, méthodiquement, énergiquement, elle jette les autres dans la flamme, un à un, en les déchirant lentement3.

Divorcée par René de Pont-Jest. Paris, E. Flammarion, 1891.

  1. Mme Henri Contesse, « Noëlle« ,  Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904. []
  2. Ibid. []
  3. Ibid. []

L’orientaliste Maxime Rodinson (1915-2005) : lecteur à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement

Parmi les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI), celle du XIIIe arrondissement est évoquée par Maxime Rodinson, historien, sociologue et linguiste spécialiste de l’Islam dans ses Mémoires d’un marginal parues un an après sa mort : le rôle vital qu’a rempli ce foyer de lecture et de sociabilité pour le jeune apprenti né de parents juifs immigrés d’Europe de l’Est épris de valeurs universalistes y est décrit avec conviction.

Évoquant le Paris populaire dont faisait partie le quartier des Gobelins de son enfance, il explique comment le jeune autodidacte qu’il était nourrissait grâce aux livres de la BAI son insatiable appétit de livres et de culture qui allait faire de lui un des grands orientalistes français, titulaire de la chaire d’éthiopien et de sud-arabique à l’École pratique des hautes études :

La bibliothèque paternelle ou plutôt ses vestiges étaient fort loin de suffire à ma boulimie de savoir. Je passerai vite sur la curieuse et minuscule bibliothèque d’une classe supérieure de l’école primaire … une réserve de livres bien plus importante m’était offerte au lieu même de ma naissance, tout près de notre domicile-atelier de la rue Véronèse, dans le « passage » du 59, rue des Gobelins … Il y avait là, sur la gauche en entrant, au rez-de chaussée, mais un peu surélevé, un vaste local qui servit plus tard à une pizzeria. Dans mon enfance (et un peu auparavant) y était installée … [la] « Bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement ». Si vous notez ce titre, prenez garde de ne pas écrire « XIIIe » en chiffres romains… tradition archaïque liée à l’Ancien Régime, à l’aristocratie et au cléricalisme. Le modernisme progressiste et républicain devait l’abolir !

J’ai totalement oublié comment était organisée cette bibliothèque à laquelle on pouvait s’inscrire en payant une cotisation très modique … Je me souviens seulement de la grande salle rectangulaire encadrée par des rayonnages du plancher au plafond. Au fond de la salle aux rayonnages, une petite porte menait à une plus petite arrière-salle … où on gardait les livres les plus précieux. Mais surtout une grande table centrale permettait de tenir des réunions de bureau.

Là se réunissaient quelques personnes en charge de l’administration de l’institution, en général barbues, avec toutes les particularités vestimentaires, physionomiques et capillaires qui sont devenues classiques pour représenter les républicains du temps du Second Empire et leurs successeurs du temps de la IIIe République, radicaux-socialistes et militants de la laïcité, souvent francs-maçons. Du moins c’est l’image que j’en ai gardée.

… Il est peut être … intéressant de rapporter ici l’apport de la fréquentation de cette bibliothèque à ma formation globale et d’abord, ce qu’elle offrait à mes appétits culturels … il y avait évidemment de nombreux ouvrages classiques de littérature française, mais aussi anglaise, allemande, etc., ou encore grecs et latins, tous en traduction évidemment. Beaucoup de livres de vulgarisation concernaient les sciences physiques et naturelles ou l’astronomie. C’étaient des livres honnêtes, sans particularité, ou avec des orientations diverses et contradictoires. Certains étaient dépassés par le progrès des études, remontant à des achats anciens, peut-être au fond de départ. Il y avait beaucoup de livres d’histoire (y compris d’histoire des religions et d’histoire non occidentale) et certains classiques philosophiques.

Mais le fonds de littérature engagée était néanmoins très important. De nombreux livres étaient consacrés à la polémique anticléricale, ou tout au moins nettement inclinés dans ce sens. De même pour la polémique républicaine contre l’Ancien Régime. L’anticléricalisme débouchait très souvent sur la critique des religions. L’extrême gauche était relativement peu représentée. Mais tout de même, on trouvait là des ouvrages critiquant la morale traditionnelle. Très globalement, on peut dire que l’inspiration générale suggérée se rattachait à un déisme agnostique.

Ma passion pour l’histoire orienta le plus souvent mes lectures. Je savais déjà beaucoup de choses par l’école sur l’histoire de France, avec un complément factuellement très douteux, mais utilement mémorisable, comme pour tous les Français et beaucoup d’autres, puisé chez Alexandre Dumas père. Mais cela ne me suffisait pas. C’est le hasard, je crois – livres laissés libres par les emprunteurs –, qui me fit lire Michelet, mais systématiquement au moins les les premiers volumes de la grande Histoire de France d’Henri Martin (1810-1883) en dix-neuf volumes, « pesante compilation dit le rigoureux historien Louis Halphen … je dévorais donc passionnément les pages sur les révoltés du Moyen Âge à l’époque de la Grande Jacquerie de 1368… sur la révolution bourgeoise déclenchée à Paris par le prévôt des marchands Etienne Marcel… [sur] le mouvement des communes en Flandres… Mais les rayonnages de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction portaient d’autres livres qui recelaient bien d’autres trésors, lesquels élargissaient énormément mon horizon… c’est l’histoire qui m’attirait primordialement et, de la façon la plus séductive [sic], mais non exclusivement, l’histoire des pays lointains, celle qui était la plus négligée par l’enseignement scolaire. La bibliothèque contenait presque tous les volumes de « L’Univers pittoresque que ou Histoire et description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs et coutumes, etc. », collection publiée par le célèbre éditeur Firmin Didot, dans les années 1830 et 1840.

Je ne me dissimulais pas que ces ouvrages contenaient des informations déjà anciennes et périmées… je ne disposais de rien de mieux pour le moment. En attendant, un noyau de connaissances valables se trouvait là et me fournissait des repères précieux.

Bibliographie :

Maxime Rodinson, Souvenirs d’un marginal, Fayard, 2005, p.260 et suivantes

Jérémie Chaponneau, « L’Orient sans fantasmes. Maxime Rodinson (1915-2004) », Revue de la BnF, 2018/1, n° 56, p. 174-183