Archives de catégorie : Personnalités

Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit

Portrait de Georges de Peyrebrune, In Mes Contemporaines par Camille Delaville, Paris, P. Sévin, 1887. Cliché de l’auteur.

Michel Blanc, de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement de Paris (BAI-III), est la première personne qui m’a exprimé son intérêt pour ce manuscrit et m’a suggéré de le publier en ligne. Qu’il en soit ici remercié. Il en fait une brève présentation (voir l’encadré ci-dessous) avant la transcription, et propose quelques remarques conclusives à la suite de notre analyse de ce texte.

Jean-Paul Socard

Continuer la lecture de Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit

La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

Les papeteries du Marais. Cliché de Durandelle, vers 1880. Avec l’aimable autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

 

Le Musée de la Seine-et-Marne propose actuellement et jusqu’au 23 décembre une intéressante exposition sur “les papeteries de la vallée du Grand-Morin : une aventure industrielle“.  Cette exposition “retrace l’épopée industrielle, prestigieuse et très particulière, de la fabrication des papiers fiduciaires et «sécurité» dans les papeteries du Grand Morin”. 

La vallée du Grand Morin accueillait en effet traditionnellement des moulins dont certains étaient utilisés par des papeteries. En 1785, Louis Delagarde, propriétaire des Papeteries du Marais, devient également gérant des Papeteries d’Arches dans les Vosges, près d’Épinal. Les papeteries du Marais comprennent des moulins répartis sur plusieurs communes de la vallée du Grand-Morin dont  Jouy-sur-Morin qui est choisi pour la fabrication des assignats. Les « Papeteries du Marais et de Sainte-Marie », riches de 13 moulins, sont créées en 18281. La qualité et la variété des différents papiers produits font leur réputation internationale : elles obtiennent une médaille d’or aux Expositions de 1831, 1839, 1844, 18492, etc. En 1863, elles fabriquent des “papiers pour écriture, pour impression, pour lithographie et photographie; des papiers filigranés pour billets de banque, des papiers de couleur pour tentures et enfin des cartons doubles3”. Elles connaissent, comme toutes les industries du XIXe siècle, de fortes mutations technologiques et apportent des modifications importantes dans la vie socio-économique locale. Parmi les changements liés à ces papeteries, je souhaiterais évoquer la “bibliothèque populaire du Marais”, dont l’histoire n’a pas été (sauf erreur de ma part) encore été explorée, alors qu’elle présente une  originalité certaine.

Continuer la lecture de La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

  1. Voir http://www.musee-seine-et-marne.fr/les-papeteries-du-marais []
  2. Voir Le Progrès manufacturier : journal spécial de toutes les grandes industries et du crédit manufacturier, 23 septembre1855. []
  3. Journal des travaux de l’Académie de l’industrie agricole, manufacturière et commerciale, février 1863, p. 195. []

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)

Un don récent fait aux Archives de la Ville de Paris (AVP)  permet de découvrir la BAI-XIX et son destin placé sous le signe de la littérature et du positivisme. Elle a en effet pour président d’honneur le bibliophile Jacob, et compte de généreux donateurs, comme Victor Hugo ou Jules Claretie…

Portrait photographique de Paul Lacroix (Bibliophile Jacob) par Nadar. Vers 1900. Gallica (BnF)

Continuer la lecture de La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)

Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

Dans un billet de ce carnet intitulé : « Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires » Agnès Sandras nous rappelle les principaux traits de la personnalité du rédacteur en chef du quotidien à un sou, et son action, décriée parfois, en faveur de l’instruction du peuple. C’est ainsi que nous prenons connaissance de l’éditorial, publié le mardi 21 janvier 1868, et intitulé : « La société Benjamin Franklin » de Thimothée Trimm (alias Léo Lespès, 1815-1875). Il y fait l’éloge de la société Franklin, la promotion des bibliothèques populaires et souligne enfin le rôle central de Jean-Baptiste Girard :

Continuer la lecture de Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

Ce texte est le fruit d’une collaboration  fructueuse avec Louise Oudin que je remercie pour la qualité de ses recherches. Je le publie au moment-même où Louise Oudin donne une conférence, avec Michel Blanc, à la mairie du VIe arrondissement, dans le cadre des activités de la Société historique du VIe Arrondissement, sur l’histoire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Sixième Arrondissement (BAI-VI) : « La bibliothèque des Amis de l’instruction du 6e (1876-1900) ».
La vie de la BAI-VI est brève (un quart de siècle), et cette bibliothèque ne semble pas avoir marqué profondément les pratiques de lecture du sixième arrondissement au XIXe siècle. En revanche, sa fondation entre en résonance étroite avec une politique d’instruction plus volontariste au lendemain de la défaite de 1870 et une lutte électorale des républicains s’adossant aux lieux parisiens de sociabilité culturelle.

Continuer la lecture de La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

“C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

 

 Les Hommes d’aujourd’hui Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934). Auteur du texte Éditeur : (Paris) Éditeur : Librairie Vanier (Paris) Date d’édition : 1878 Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Lors de l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne en 18671,  le journal Le Siècle, inlassable défenseur des bibliothèques populaires, donne quelques indications ironiques sur les ouvrages incriminés :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani ; la Vie de Jésus, par Renan !

Continuer la lecture de “C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

  1. Voir Agnès Sandras, “« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867),” in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, https://bai.hypotheses.org/189 []

Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

 

La bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris a disparu depuis longtemps de la mémoire collective de l’Est parisien, peut-être occultée par d’autres initiatives. Pourtant, créée en 1877 par le Dr Auguste Métivier (1827-1893), conseiller municipal républicain de Paris et en exercice au moins jusqu’en 1904, elle s’inscrit dans une volonté politique et sociale qui a marqué cet arrondissement profondément populaire, traumatisé par les épisodes tragiques de la Commune et de la Semaine sanglante, confronté aux difficultés de la vie quotidienne.

Continuer la lecture de Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

Comme on le sait, le mouvement des bibliothèques populaires libres s’est développé à partir du Second Empire. Le monde ouvrier, notamment celui des artisans et des ateliers très nombreux à Paris, est bien conscient de l’importance de la lecture, car lire est à ses yeux un moyen de s’approprier le savoir. Il crée donc des lieux, gérés par lui ou à la gestion desquels il est associé, où il peut consulter des ouvrages à la fois pour développer son instruction personnelle, améliorer son niveau professionnel et pour se divertir. La vocation de ces lieux de lecture tend rapidement à s’élargir pour accueillir aussi des cours du soir et des conférences.

En 1898, la Liste des bibliothèques populaires libres adhérentes au Syndicat des bibliothèques populaires de la Seine[1] indique que la plupart des arrondissements parisiens (14 sur 20) sont pourvus d’une bibliothèque populaire. La plus ancienne est celle des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, fondée en 1861 et installée depuis 1884 au 54 rue de Turenne. Les autres bibliothèques populaires parisiennes ont vu le jour entre 1862 et 1877, cette même année 1877 voyant la création à la fois de la bibliothèque populaire du XIIIe  arrondissement et de celle du XXe arrondissement. Continuer la lecture de Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

     Après la mort d’Auguste Comte, les disciples « orthodoxes » du positivisme, dirigés selon les vœux du « Maître » par Pierre Laffitte, professeur de mathématiques, s’engagent à continuer l’œuvre pédagogique du philosophe : ils reprennent les cours publics et gratuits, en suivant au plus près les plans d’enseignement de Comte. Ils diffusent également des brochures et de petits opuscules sur des points précis de la doctrine positiviste, susceptibles de cimenter l’opinion. Ils fondent et financent aussi une « Imprimerie positiviste » et reconstituent le fonds d’ouvrages de la Bibliothèque positiviste imaginée par Auguste Comte. Continuer la lecture de La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

Les bibliothèques populaires hongroises vers 1900

Dans son  très riche ouvrage sur Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France (1906), Maurice Pellisson évoque  les bibliothèques populaires en Autriche-Hongrie. Il passe rapidement sur les bibliothèques hongroises et souligne :

On peut donc dire qu’en Hongrie tout reste à faire, ou peu s’en faut. Et cependant il est certain que la population, en  général, a le goût de la lecture; c’est un fait qui est attesté par le succès qu’obtiennent les publications procurées par les nombreuses sociétés qui s’emploient à propager les bons écrits. Ces sociétés, il est vrai, ont presque toutes un caractère confessionnel et les bons écrits qu’elles distribuent sont faits dans un but d’édification. Mais il est bien vraisemblable que le peuple, qui les lit, lirait volontiers autre chose, s’il le pouvait1.

Un jeune Hongrois, Pál Gulyás (1881-1963), futur directeur de la Bibliothèque nationale hongroise, réagit courtoisement mais fermement dans un long article donné au Bibliographe moderne: courrier international des archives et des bibliothèques en 1907. Ce texte, à lire ici, dresse un intéressant panorama des bibliothèques populaires hongroises vers 1900.

 

 

  1. Maurice Pellisson, Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France. Paris, Impr. nationale, 1906 . []

L’orientaliste Maxime Rodinson (1915-2005) : lecteur à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement

Parmi les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI), celle du XIIIe arrondissement est évoquée par Maxime Rodinson, historien, sociologue et linguiste spécialiste de l’Islam dans ses Mémoires d’un marginal parues un an après sa mort : le rôle vital qu’a rempli ce foyer de lecture et de sociabilité pour le jeune apprenti né de parents juifs immigrés d’Europe de l’Est épris de valeurs universalistes y est décrit avec conviction.

Évoquant le Paris populaire dont faisait partie le quartier des Gobelins de son enfance, il explique comment le jeune autodidacte qu’il était nourrissait grâce aux livres de la BAI son insatiable appétit de livres et de culture qui allait faire de lui un des grands orientalistes français, titulaire de la chaire d’éthiopien et de sud-arabique à l’École pratique des hautes études :

La bibliothèque paternelle ou plutôt ses vestiges étaient fort loin de suffire à ma boulimie de savoir. Je passerai vite sur la curieuse et minuscule bibliothèque d’une classe supérieure de l’école primaire … une réserve de livres bien plus importante m’était offerte au lieu même de ma naissance, tout près de notre domicile-atelier de la rue Véronèse, dans le « passage » du 59, rue des Gobelins … Il y avait là, sur la gauche en entrant, au rez-de chaussée, mais un peu surélevé, un vaste local qui servit plus tard à une pizzeria. Dans mon enfance (et un peu auparavant) y était installée … [la] « Bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement ». Si vous notez ce titre, prenez garde de ne pas écrire « XIIIe » en chiffres romains… tradition archaïque liée à l’Ancien Régime, à l’aristocratie et au cléricalisme. Le modernisme progressiste et républicain devait l’abolir !

J’ai totalement oublié comment était organisée cette bibliothèque à laquelle on pouvait s’inscrire en payant une cotisation très modique … Je me souviens seulement de la grande salle rectangulaire encadrée par des rayonnages du plancher au plafond. Au fond de la salle aux rayonnages, une petite porte menait à une plus petite arrière-salle … où on gardait les livres les plus précieux. Mais surtout une grande table centrale permettait de tenir des réunions de bureau.

Là se réunissaient quelques personnes en charge de l’administration de l’institution, en général barbues, avec toutes les particularités vestimentaires, physionomiques et capillaires qui sont devenues classiques pour représenter les républicains du temps du Second Empire et leurs successeurs du temps de la IIIe République, radicaux-socialistes et militants de la laïcité, souvent francs-maçons. Du moins c’est l’image que j’en ai gardée.

… Il est peut être … intéressant de rapporter ici l’apport de la fréquentation de cette bibliothèque à ma formation globale et d’abord, ce qu’elle offrait à mes appétits culturels … il y avait évidemment de nombreux ouvrages classiques de littérature française, mais aussi anglaise, allemande, etc., ou encore grecs et latins, tous en traduction évidemment. Beaucoup de livres de vulgarisation concernaient les sciences physiques et naturelles ou l’astronomie. C’étaient des livres honnêtes, sans particularité, ou avec des orientations diverses et contradictoires. Certains étaient dépassés par le progrès des études, remontant à des achats anciens, peut-être au fond de départ. Il y avait beaucoup de livres d’histoire (y compris d’histoire des religions et d’histoire non occidentale) et certains classiques philosophiques.

Mais le fonds de littérature engagée était néanmoins très important. De nombreux livres étaient consacrés à la polémique anticléricale, ou tout au moins nettement inclinés dans ce sens. De même pour la polémique républicaine contre l’Ancien Régime. L’anticléricalisme débouchait très souvent sur la critique des religions. L’extrême gauche était relativement peu représentée. Mais tout de même, on trouvait là des ouvrages critiquant la morale traditionnelle. Très globalement, on peut dire que l’inspiration générale suggérée se rattachait à un déisme agnostique.

Ma passion pour l’histoire orienta le plus souvent mes lectures. Je savais déjà beaucoup de choses par l’école sur l’histoire de France, avec un complément factuellement très douteux, mais utilement mémorisable, comme pour tous les Français et beaucoup d’autres, puisé chez Alexandre Dumas père. Mais cela ne me suffisait pas. C’est le hasard, je crois – livres laissés libres par les emprunteurs –, qui me fit lire Michelet, mais systématiquement au moins les les premiers volumes de la grande Histoire de France d’Henri Martin (1810-1883) en dix-neuf volumes, « pesante compilation dit le rigoureux historien Louis Halphen … je dévorais donc passionnément les pages sur les révoltés du Moyen Âge à l’époque de la Grande Jacquerie de 1368… sur la révolution bourgeoise déclenchée à Paris par le prévôt des marchands Etienne Marcel… [sur] le mouvement des communes en Flandres… Mais les rayonnages de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction portaient d’autres livres qui recelaient bien d’autres trésors, lesquels élargissaient énormément mon horizon… c’est l’histoire qui m’attirait primordialement et, de la façon la plus séductive [sic], mais non exclusivement, l’histoire des pays lointains, celle qui était la plus négligée par l’enseignement scolaire. La bibliothèque contenait presque tous les volumes de « L’Univers pittoresque que ou Histoire et description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs et coutumes, etc. », collection publiée par le célèbre éditeur Firmin Didot, dans les années 1830 et 1840.

Je ne me dissimulais pas que ces ouvrages contenaient des informations déjà anciennes et périmées… je ne disposais de rien de mieux pour le moment. En attendant, un noyau de connaissances valables se trouvait là et me fournissait des repères précieux.

Bibliographie :

Maxime Rodinson, Souvenirs d’un marginal, Fayard, 2005, p.260 et suivantes

Jérémie Chaponneau, “L’Orient sans fantasmes. Maxime Rodinson (1915-2004)”, Revue de la BnF, 2018/1, n° 56, p. 174-183

Les palmes académiques pour le fondateur des bibliothèques populaires

Une lettre sur la question des retraites ouvrières des femmes, adressée par Jean-Baptiste Girard à Jules Ferry en 1883, évoque le moment où le “fondateur des bibliothèques populaires” a reçu du ministre les palmes académiques :

À Monsieur Jules Ferry, Président du Conseil des Ministres

Le 11 juillet 1880, au Palais du Trocadéro, où avait lieu la distribution des prix de l’Association philotechnique, j’ai eu l’honneur de recevoir de vous, et l’accolade et les palmes d’officier d’Académie, pour les services que j’avais rendus en fondant et organisant les bibliothèques populaires à une époque (1861) où personne ne les croyait possibles.

Maintenant, les bibliothèques n’ont plus besoin de mon concours actif1.

Il est intéressant de voir comment la presse a pu présenter cet hommage au fondateur des bibliothèques populaires, à travers trois exemples différents : Le Rappel, La Petite République et Le Temps.

Les trois journaux rapportent en effet un événement plus large qui est celui de la Séance annuelle de l’Association philotechnique. À l’occasion de cette séance, accompagnée de festivités et remises de prix aux étudiants, Jules Ferry prononce un discours et remet les palmes d’officier d’académie à cinq personnes. La présence de Jean-Baptiste Girard est liée à son rôle très actif dans l’Association. Il a en effet d’abord été l’élève de cette association. Soucieux d’acquérir les livres indispensables à l’approfondissement des cours pour lui et ses camarades, il a exposé aux professeurs de l’Association philotechnique son projet de fonder une bibliothèque populaire qui deviendra la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III). Certains des professeurs n’ont eu alors cesse d’aider le projet, devenant des membres très actifs des premières BAI, et désignant Jean-Baptiste Girard agent de l’Association philotechnique, ce qui lui a permis de travailler au rayonnement de la Société Franklin2.

Le Rappel évoque les discours du secrétaire général de la Philotechnique et du ministre. Les palmes d’académie sont mentionnées très rapidement et sans explicitation :

MM. Vinot, Hermann, J.-B. Girard, Abel, Jouassin et Unal ont été nommés officiers d’Académie3.

La Petite République passe aussi par l’inévitable rappel des discours, mais choisit d’insister en conclusion sur la récompense reçue par Girard. On remarquera que les bibliothèques populaires ne sont pas mentionnées, et que le journaliste relie la récompense à l’Association philotechnique :

Enfin, dans cette séance publique, il a été rendu justice à un brave homme aimé de tous ceux qui font partie de l’Association philotechnique, à M. Girard, l’employé modeste et zélé qui seconde si activement le secrétaire général. M. Deschanel a rappelé en quelques mots émus la vie si digne de M. Girard, et M. Ferry l’a embrassé en attachant sur sa poitrine les palmes d’officier d’Académie4.

Quant au journal Le Temps, il offre une version extrêmement édifiante et paternaliste, qui rejoint cependant la version de Girard sur le fait que la récompense lui est octroyée pour son rôle dans la fondation des bibliothèques populaires :

M. Deschanel ayant raconté la touchante histoire d’un vieux serviteur de l’Association, nommé Girard, ancien cocher de fiacre, qui, sachant à peine lire à dix-neuf ans, eut le premier l’idée des bibliothèques populaires et de la Société Franklin, M. Jules Ferry remet, séance tenante, les palmes d’officier d’académie au brave homme, qui les a reçues en pleurant de joie5.

  1. Sur cette lettre voir le billet  “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017. []
  2. Voir les différents billets de ce blog. []
  3. Le Rappel, 14 juillet 1880. []
  4. La Petite République, 13 juillet 1880. []
  5. Le Temps, 13 juillet 1880. []

Quand la classification décimale était expérimentée … dans une bibliothèque populaire !

La revue Les Études sociales publie dans son numéro 166 un dossier intitulé Bibliothèques et sciences sociales.

Le sommaire de ce dossier, coordonné par Matthieu Béra, est le suivant :

  • des bibliothèques et des savants
  • des bibliothèques et des lecteurs
  • des bibliothèques et des domaines de savoirs
  • des bibliothèques et des disciplines savantes
  • des bibliothèques et des professionnels

On signalera plus particulièrement dans ce dossier très riche  deux articles éclairant l’histoire des bibliothèques populaires :

  • Les lecteurs de la Bibliothèque nationale au XIX e siècle. L’apport des registres de prêt1.
  • Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale2.

Le premier de ces articles apporte en effet des précisions importantes sur la pratique du prêt par la Bibliothèque nationale dans la première moitié du XIXe siècle et permet de mieux comprendre à quel(s) public(s) s’adresseront les bibliothèques populaires en 1860 lorsqu’elles décident de prêter à toutes et à tous

Le second nous mène à la rencontre d’Eugène Morel, bibliothécaire à « la Nationale »  et polygraphe repenti. Eugène Morel a marqué l’histoire des bibliothèques par son engagement  pour la lecture publique.  Engagement dont on a longtemps cru qu’il se construisait sur la volonté de faire disparaître les bibliothèques populaires. Pourtant, Morel expérimente avant la Première Guerre mondiale la première application française de la classification  décimale de Dewey à un catalogue de la bibliothèque populaire de Levallois-Perret. Un dossier du fonds Morel, conservé par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, permet de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce grand écart de Morel  entre bibliothèques populaires et bibliothèques publiques ….

=> Cliquer sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Signalons également la parution  d’un billet du blog des archivistes de Levallois  sur Eugène Morel et la bibliothèque de Levallois-Perret que l’on peut retrouver ici.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Quand la classification décimale était expérimentée … dans une bibliothèque populaire !," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2120.

  1. Bruno Blasselle, “Les lecteurs de la Bibliothèque nationale au XIX e siècle. L’apport des registres de prêt”, Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 69 à 88. []
  2. Agnès Sandras, “Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale “, Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 167 à 186. []

Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)

On a vu dans un précédent billet le combat très solitaire du journal Le Siècle pour soutenir les fondateurs des bibliothèques populaires devant les difficultés administratives variées qu’ils rencontraient en 1866. En effet, si le pouvoir impérial était plutôt favorable à une prise en charge privée de l’instruction privée, il redoutait des troubles politiques liés aux constitutions d’associations et à des lectures séditieuses. Les consignes de prudence données aux préfets par des circulaires officieuses ont été en certains endroits appliquées avec zèle, et sans doute plus de zèle que ne le souhaitaient Napoléon III et son entourage ou le ministre de l’Instruction publique et des Cultes.

En 1867, s’ajoute une autre difficulté. Dans les endroits où l’administration s’est montrée moins pointilleuse quant au contenu des fonds des bibliothèques populaires, des voix s’élèvent pour dénoncer des lectures immorales. Des pétitions sont envoyées au Sénat, et l’on voit désormais la question des bibliothèques populaires gagner les colonnes de tous les journaux. Le graphique ci-dessous mesurant la fréquence de l’expression “bibliothèque populaire” dans les journaux numérisés par le site de presse Retronews permet de constater l’acmé de 1867 dans la décennie 1860-1870.

En menant la recherche “bibliothèque populaire” pour l’année 1867, toujours dans Retronews, on peut obtenir une liste de journaux dans lesquels on trouve cette occurrence1. Le résultat est intéressant puisque le plus fort nombre d’occurrences correspond à un journal local, évoquant abondamment l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne (voir plus bas). On notera que le suivant, un journal national, n’est autre que Le Siècle qui garde donc au milieu du tohu-bohu créé par les pétitions autour des bibliothèques populaires un rôle important.

L’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne a été évoquée dans un précédent billet de ce carnet. Rappelons qu’en février 1867, les journaux et la mairie  de Saint-Étienne reçoivent des courriers dénonçant le contenu de deux nouvelles bibliothèques populaires. Dès mars, les journaux locaux s’emparent de l’affaire comme par exemple Le Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire2. Une brochure lance un  Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne, dénonçant « des publications malsaines, anti-sociales et anti-chrétiennes, de ces écrivains que l’on a appelés à bon droit des malfaiteurs intellectuels ». L’affaire est portée par une pétition devant le Sénat, et l’intervention passionnée de Sainte-Beuve sauve les deux bibliothèques stéphanoises.

Dans  « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », R. Bellet a recensé et analysé la façon dont les journaux locaux et nationaux, de tendances diverses, se sont emparés de cette affaire3. On se contentera donc dans ce billet de voir comment Le Siècle la rapporte et l’utilise au beau milieu de sa bataille pour les bibliothèques populaires.

La presse nationale s’empare de l’affaire au mois de mai lorsque la pétition est connue. Le Siècle, journal anticlérical, la présente immédiatement comme un dépit des « cléricaux » face au succès  des bibliothèques populaires. En effet, ces dernières peuvent constituer une concurrence sérieuse aux bibliothèques paroissiales déjà mises en place depuis une vingtaine d’années dans les villes et  dont le contenu était étroitement surveillé par les instances religieuses  :

Les bibliothèques populaires se propagent dans toute la France. Leur organisation se perfectionne ; leurs avantages, qui s’étendent, sont de plus en plus appréciés. À Paris, la société de la bibliothèque populaire du huitième arrondissement4, secondée par l’association polytechnique, a créé des conférences qui sont très suivies. Des cours d’adultes s’adjoignent ainsi presque partout aux bibliothèques et en complètent les bienfaits. ce que voyant, les cléricaux de Saint-Étienne n’ont pu contenir leur dépit. Ils sont allés, de porte en porte, de magasin en magasin, colporter une pétition au sénat sur le danger de nos bibliothèques populaires. Le président et le vice-président de la société de Saint-Vincent-de-Paul étaient en tête de la manifestation… Cris impuissants ! fureurs bizarres ! ses promoteurs, dans une ville de cent mille habitants , n’ont recueilli que cent deux signatures.

C’est une grande déroute pour les partisans de l’ignorance ; et nous ne pensons pas qu’ils s’en relèvent devant le sénat, quelles que soient les tendances de quelques uns de ses membres5.

Dans ses livraisons suivantes, Le Siècle s’intéresse à la question alors centrale de la lecture. Depuis des décennies, les pouvoirs politiques et religieux brandissent le spectre des « mauvaises lectures ». Les Églises tentent de modeler la lecture depuis une trentaine  d’années par la création de bibliothèques, comme celles de l’Œuvre des Bons Livres. Les premières bibliothèques des Amis de l’Instruction, comme les premières bibliothèques populaires alsaciennes, ont adopté une certaine prudence dans leurs acquisitions. Leurs catalogues ont franchi un très grand pas en proposant des ouvrages variés, de distraction (romans) et d’instruction (disciplines variées), mais ont évité les auteurs trop polémiques. La BAI-V s’insurgera d’ailleurs contre une rumeur lui prêtant un catalogue semblable à ceux de Saint-Etienne, comme en témoigne une lettre adressée au Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire publiée le 29 mai 1867 (voir ci-dessous, cliquez sur l’image). Cette lettre met en valeur le rôle des appuis très officiels de la BAI-V.

En affichant du Proudhon et du Fourier, les bibliothèques stéphanoises entraînent non seulement la polémique sur ces œuvres mais aussi sur d’autres ouvrages et sur le contenu des bibliothèques populaires. Le Siècle constate :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire6, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani; la Vie de Jésus, par Renan !

Eh bien ! pourquoi proscrire la lecture de livres dont la notoriété est grande et qui ont une portée philosophique ? Les cléricaux admettent les bibliothèques populaires comme ils admettent l’enseignement, pour imposer leur joug et s’emparer des esprits. Imaginez une bibliothèque populaire composée par eux : on y trouvera l’Écriture sainte; l’Imitation de Jésus-Christ, ce code de la dévotion égoïste ; la Somme, de saint Thomas;  la Vie des saints ; l’Histoire de France, du père Loriquet.  Les classiques français n’y seront admis qu’après triage, amputation, mutilation, expurgation ; bon système pour faire, non des êtres pensants et des citoyens, mais des fanatiques et des esclaves ! L’homme n’est pas né pour être constamment tenu en tutelle, confisqué au profit des ministres de tel ou tel culte, régenté par des maîtres qui lui indiquent ce qu’il doit lire, ce qu’il doit écrire, ce qu’il doit penser. Il faut le mettre à même de choisir, d’exercer son libre arbitre, de se prononcer en pleine connaissance de cause entre les doctrines, les dogmes, les idées qui se partagent le monde. Nous ne cesserons de lutter à outrance contre ceux qui lui demandent tout d’abord l’obéissance passive, et le sacrifice de sa raison7.

Le Siècle s’efface ensuite derrière l’éloquence de Sainte-Beuve puis d’Eugène Pelletan qui défendent avec énergie devant le Sénat la liberté pour les bibliothèques populaires de mettre à disposition des lecteurs un choix varié de livres. Le journal choisit de retranscrire les débats, en notant :

Il sera curieux de savoir si le premier de nos grands corps de l’État trouve bon de se transformer en congrégation de l’index8.

Les débats se succèdent ainsi :

  • discussion du 25 juin 1867. Question mise à l’ordre du jour : discussion sur « une pétition de cent deux habitants de Saint-Etienne (Loire) qui se plaignent du choix que I’on a fait de certains ouvrages pour former deux bibliothèques populaires fondées à Saint-Etienne sous le patronage de l’autorité municipale. Le rapport, présenté par M. Suin à la dernière séance, conclut, au nom de la commission, au renvoi au ministre de l’instruction publique ». Interventions de Sainte-Beuve et Charles Dupin9.
  • discussion du 17 juillet 1867 sur un amendement portant sur une « subvention de 100 000 francs pour les bibliothèques scolaires et populaires ». Intervention de M. Eugène Pelletan10 :

Eh bien ! si je suis ici, c’est, je le crois, parce que l’empereur, qui n’ignorait pas mon insuffisance, a songé que je pourrais de temps en temps apporter une note discordante peut-être, mais sincère. C’est ce devoir que je remplis aujourd’hui, et c’est au nom de ce devoir que je supplie le sénat de résister à la faute qu’on lui propose de faire11.

Un mois plus tard, Eugène Pelletan profite d’un amendement au budget des bibliothèques pour revenir sur la question de la lecture populaire. Ce député républicain est concerné à double titre : ses ouvrages font partie de la liste dénoncée par la pétition de Saint-Étienne ; il milite depuis plusieurs années pour l’éducation du peuple, et a participé par exemple aux côtés de Corbon à la « Bibliothèque des Connaissances utiles »12, collection de vulgarisation destinée aux ouvriers suivant les cours du soir. Le Siècle restitue également son intervention qui se place très symboliquement dans la suite de celle de Sainte-Beuve. Mais Eugène Pelletan, du fait de ses convictions politiques, prolonge l’analyse sous un angle politique :

Le ministre de la justice disait qu’il y avait deux classes de lecteurs, comme autrefois il y avait deux  classes d’électeurs. (Bruit et rires.) D’une part les brahmanes de l’Intelligence auxquels toutes les lectures étaient permises ; de l’autre et au dessous, dans certaines profondeurs des classes qui n’ont pas le droit de lire les mêmes livres que les élus de la fortune. Eh bien, je m’élève contre cette théorie, parce qu’elle serait la négation du suffrage universel.

Comment, vous reconnaissez au peuple le droit de suffrage, le droit de peser dans sa main la forme de gouvernement qui lui convient le mieux, et vous viendriez lui dire qu’il n’a pas assez d’intelligence pour choisir les livres qu’il doit lire ! Si M. le ministre d’État était à son banc, il se lèverait et viendrait m’apporter l’autorité de sa parole et de son témoignage, car il a présidé l’enquête sur les sociétés coopératives et il pourrait vous dire que les ouvriers n’ont rien à envier aux autres classes en fait de bon sens, d’intelligence et d’élévation des idées13.

Si l’affaire de Saint-Etienne occupe les colonnes de tous les journaux, et parfois avec une grande violence, Le Siècle est comme en 1866, le seul à signaler les soucis rencontrés par d’autres bibliothèques.  C’est le cas dans la Nièvre. Le ministre de l’Intérieur a opposé, via le sous-préfet, un refus à une demande de création d’une bibliothèque populaire à la Châtre. Eugène Ténot ironise dans les colonnes du Siècle :

Pas un mot d’explication, pas une raison à l’appui n’accompagnent ce refus. Le pouvoir discrétionnaire y fait sentir crûment son omnipotence. Qu’en pense M. Duruy, si zélé pour la diffusion de l’instruction publique et la création des bibliothèques populaires ? Peut-être obtiendra-t-il de son collègue de l’intérieur les explications que celui-ci ne daigne pas accorder à un humble administré14.

En plein cœur de l’affaire des bibliothèques de Saint-Étienne, les ennuis rencontrés par le Cercle de la Ligue de l’Enseignement à Nérac (Lot-et-Garonne) sont l’occasion pour Émile de La Bédollière d’insister sur le manque de liberté des bibliothèques populaires lors de la composition des collections. Quinze années plus tôt, ce même journaliste s’inquiétait déjà du zèle des préfets dans l’application de la loi sur le colportage qui exposait les « infortunés colporteurs » de livres à  « de mortelles variations de température administrative15 ». Or le préfet du Lot-et-Garonne semble avoir eu à cœur en 1867 d’opposer à la fondation de la bibliothèque de Nérac tous les freins administratifs à sa disposition  :

Voici sa lettre, transmise aux intéressés par le sous-préfet, M. La Vigne :

“Lorsqu’une association veut se former pour créer une bibliothèque, il y a lieu de procéder comme s’il s’agissait d’ouvrir un cercle. Vous voudrez bien, en conséquence, m’adresser les statuts et y joindre la liste des fondateurs en triple expédition.

Le gouvernement tient à ce que le président soit nommé et agréé par le préfet. Quant aux membres du comité désignés pour administrer la bibliothèque, ils doivent être proposés à votre choix ou à votre agrément. Il serait à désirer que le maire fût nommé président honoraire.

Le catalogue des livres mis en lecture ne devra comprendre que des ouvrages professionnels utiles, appartenant à une littérature saine et propres à moraliser ou à instruire les classes ouvrières. on devra en éliminer avec une juste sévérité les romans dont la lecture pourrait laisser une impression regrettable ; on aura soin également d’exclure les livres de polémique sociale ou religieuse, et ceux qui sous prétexte d’économie politique, pourraient servir à propager des théories dangereuses ou subversives.

Les catalogues, chaque année, doivent être soumis à l’examen de l’autorité.

Quant à la réunion générale des souscripteurs, je n’ai aucune objection à faire, et je vous laisse les soin d’en régler les conditions. “

 La liberté des bibliothèques populaires n’est-elle pas le pendant de la liberté de la presse telle qu’elle était conçue à Madrid au temps de Figaro ?

Quand on aura écarté tous les ouvrages énumérés dans la lettre préfectorale, devra-t-on laisser intacts ceux qui seront tolérés ?

Le Siècle de Louis XIV n’a été admis dans les lycées qu’après une censure préalable qui en a retranché avec un soin scrupuleux les passages attentatoires à l’honneur et à la considération des jésuites. Le préfet de Lot et-Garonne est tenu, pour être conséquent avec lui-même, de ne livrer à la population de Nérac que des éditions expurgées16.

Emile de La Bédollière. Recueil. Portraits d’écrivains et hommes de lettres de la seconde moitié du XIXe siècle. Gallica (BnF).

Les médailles octroyées à certaines bibliothèques populaires lors de l’Exposition universelle de 186717, les discussions passionnées au Sénat, n’empêchent pas que la création des bibliothèques populaires continue à être entourée d’un double mouvement strictement opposé : alliances inattendues autour de certaines fondations, coteries à d’autres endroits, les bibliothèques étant souvent prétexte à attiser des rivalités politico-religieuses déjà existantes. Le Siècle s’en fait encore et toujours l’écho à la fin du Second Empire comme sous les débuts de la Troisième République. Ainsi, rapporte-t-il l’affaire de la bibliothèque populaire d’Oullins (1868) en ces termes :

Beaucoup pensent peut-être que lorsqu’ils ont organisé une bibliothèque populaire, sans subvention de l’État ou de la commune, qu’ils ont loué le local et acheté les livres de leurs propres deniers, ils sont libres de conserver dans la bibliothèque fondée par leurs sacrifices les livres qui leur plaisent, à cette seule condition que ces ouvrages n’aient été l’objet d’aucune condamnation judiciaire. Beaucoup, disons-nous, pensent sans doute ainsi. Eh bien ! profonde est leur erreur. Les ouvriers, d’Oullins (Rhône) viennent d’en faire l’épreuve. La bibliothèque que ces ouvriers avaient créée, grâce à des cotisations prises sur les salaires, et à des dons de personnes aisées, a été dénoncée au sénat par quelques-uns de ces cléricaux, fougueux partisans, comme on sait, de la liberté de l’enseignement supérieur, et, au vu de la pieuse dénonciation le gouvernement s’est ému. Le ministre de l’intérieur, agissant en vertu de l’article 291 du code de 1810 et de la loi de 1834 sur les associations, s’est saisi de l’examen du catalogue de la bibliothèque d’Oullins, bibliothèque qui ne doit pas un centime à la commune, au département ou à l’État. M. le ministre s’est livré, en vertu de la loi sur les associations, à l’épuration du catalogue. et il a expulsé de la bibliothèque les romans d’Eugène Sue et  la plupart de ceux de George Sand, entre autres le roman philosophique, mais déiste et spiritualiste, Mademoiselle de la Quintinie, toujours en vertu de l’article 291 du code et de la loi de 1834, il a daigné amnistier la Mare au diable du même auteur, les Paysans, de Balzac et quelques romans historiques de Frédéric Soulié, lesquels étaient dénoncés avec les autres dans la pétition des catholiques amis de la liberté de l’enseignement d’Oullins. Nous prions nos lecteurs de vouloir bien considérer que nous ne discutons pas en ce moment le droit du ministre ; nous voulons bien admettre que la loi sur les associations lui donne ce droit d’inquisition sur les bibliothèques populaires, mais nous avons à cœur de faire ressortir ce fait que tous les citoyens qui n’ont pas consenti à s’humilier jusqu’au point d’abdiquer tout libre arbitre entre les mains de l’administration devraient avoir présent à l’esprit :  dans le libre pays des principes de 1789, les citoyens qui ont acheté, à frais communs, une bibliothèque, n’ont pas la liberté d’y introduire les ouvrages judiciairement irréprochables qu’il leur plairait d’acheter ((Eugène Ténot, “Courrier”, Le Siècle, 11 juin 1868.)).

Ce dernier exemple, à l’instar des précédents, permet aujourd’hui, grâce aux progrès de la numérisation, de mieux repérer les différentes bibliothèques populaires qui ont connu des difficultés lors de leur établissement, et de dépasser les versions données par des documents officiels et les journaux. En effet, les soucis rencontrés par la bibliothèque populaire d’Oullins sont documentés par des archives privées exploitées dans le cadre de travaux  autour de l’homme d’affaires lyonnais Arlès-Dufour.  Ce saint-simonien convaincu18, rencontre dans l’entourage de son ami Prosper Enfantin  d’autres personnages comme Auguste Perdonnet (un des premiers présidents de la BAI-III) ou Édouard Charton (fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles). C’est donc tout naturellement que la Société d’enseignement professionnel du Rhône, dont il est le fondateur (1864), prévoit de fonder une bibliothèque populaire et de donner également son patronage à une bibliothèque créée par les travailleurs à Oullins. De surcroît, Arlès-Dufour a un autre ami qui n’est autre que Jean Dolfus, président de la Société des bibliothèques communales, qui joue l’intermédiaire avec Jean Macé19 lorsque celui-ci conseille à Arlès-Dufour de fonder des bibliothèques populaires dans sa région20.

Arlès-Dufour transmet le dossier de demande d’établissement d’une bibliothèque populaire dans sa commune de naissance (Oullins) début 1868. L’autorisation préfectorale accordée le 2 avril 1868 est accompagnée d’une lettre regrettant de voir dans le catalogue quelques “ouvrages de polémique sociale et religieuse” et espérant le “plaisir […] de les voir disparaître”21.

Le 8 juin 1868, la préfecture transmet la requête du ministère de l’Intérieur : est demandée la suppression des ouvrages de George Sand et d’Eugène Sue, pouvant « présenter des dangers au point de vue de la famille et de la société » et « être de nature à altérer gravement le sentiment moral des personnes inexpérimentées, crédules et faciles à impressionner. La paix des familles pourrait en être troublée ; le respect des choses saintes et de l’autorité pourrait en souffrir22 ».

Le Sénat, la presse locale et nationale, s’emparent alors d’une affaire complexe, sur fond politique et religieux (la commune connaît aussi de fortes dissensions entre catholiques et protestants.). L’intérêt est redoublé par le soutien de George Sand à Arlès-Dufour. La lettre écrite au prince Napoléon par Arlès-Dufour une fois le calme revenu en dit long :

Petit exemple du résultat de l’intolérance et des taquineries gouvernementales : la bibliothèque populaire d’Oullins qui ne comptait que quarante-trois sociétaires, compte cent-dix inscrits, et au lieu des sept ouvrages anathématisés par le Sénat et M. Pinard, elle en a cent de plus qui mériteraient bien mieux leur excommunication23.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086.

  1. Bien entendu, il faut être conscient des limites de ce type d’exercice, toute la presse contemporaine de ces événements n’étant pas numérisée. []
  2. En ligne sur Retronews. []
  3. R. Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », Revue des Sciences Humaines, juillet-septembre 1969. []
  4. Note de l’auteur du billet : C’est à dire la BAI-VIII. []
  5. Émile de La Bédollière, “Courrier”, Le Siècle, 16 mai 1867. []
  6. Note de l’auteur du billet : La Croisade noire qui s’élevait contre le fanatisme avait été initialement publié par Le Siècle, et violemment dénoncé par les feuilles cléricales comme une attaque contre les congrégations… []
  7. Émile de La Bédollière, “Courrier”, Le Siècle, 23 mai 1867. []
  8. Eugène Ténot, “Courrier”, Le Siècle, 23 juin 1867. []
  9. Le Siècle, 27 juin et 28 juin 1867. []
  10. Le Siècle, 20 juillet 1867 []
  11. Le Siècle, 27 juin 1867 []
  12. Voir Nobuhito Nagai, Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République, 1871-1914, Publications de La Sorbonne, 2002. []
  13. Le Siècle, 20 juillet 1867. []
  14. Eugène Ténot, “Courrier”, Le Siècle, 22 juin 1867. []
  15. Émile de La Bédollière, “Des nouvelles mesures contre le colportage”, Le Siècle, 9 août 1852. []
  16. Émile de La Bédollière, “Courrier”, Le Siècle, 17 juillet 1867. []
  17. Voir Agnès Sandras, “Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction),” in Bibliothèques populaires. []
  18. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000, Lyon 2. []
  19. Sur Jean Macé et les bibliothèques populaires, voir Arlette Boulogne, Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881). Paris, l’Harmattan , 2016. []
  20. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000,  Lyon 2. []
  21. Ibid. []
  22. Ibid. []
  23. Lettre d’Arlès-Dufour, 11 septembre 1868, au prince Napoléon (Archives familiales). Ibid. []