Archives de catégorie : Personnalités

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)

Un don récent fait aux Archives de la Ville de Paris (AVP)  permet de découvrir la BAI-XIX et son destin placé sous le signe de la littérature et du positivisme. Elle a en effet pour président d’honneur le bibliophile Jacob, et compte de généreux donateurs, comme Victor Hugo ou Jules Claretie…

Portrait photographique de Paul Lacroix (Bibliophile Jacob) par Nadar. Vers 1900. Gallica (BnF)

 

Les archives entrées  aux AVP ne correspondent  pas à la production initiale d’une bibliothèque populaire (pas de registre des lecteurs ou des délibérations par exemple, que devaient théoriquement tenir les bibliothèques populaires) et portent les traces d’une sélection très ancienne (au moment de la dissolution de la BAI-XIX ?),  qui ne semble pas toujours avoir été judicieuse. On peut en revanche se féliciter qu’en découvrant  ces papiers ayant trait aux bibliothèques populaires des personnes aient  la bonne idée de les déposer auprès d’institutions comme les AVP. En effet, ce lot de documents épars a déjà permis d’en savoir davantage sur le rôle exact de Jean-Baptiste Girard à la tête de la Société Franklin1, et nous renseigne non seulement sur la naissance de la BAI-XIX mais aussi sur un pan jusqu’ici mal connu  des relations entre les communautés littéraire et scientifique et les BAI.

I. Un historique de la BAI-XIX datant de 1960

Parmi ces archives de la BAI-XIX, figure la copie d’une réponse à un universitaire qui recherchait des ouvrages envoyés par Victor Hugo aux bibliothèques populaires. Cette lettre, qui date de 1960, brosse l’historique que voici :

Monsieur,

Après avoir fait part de votre lettre à la Fédération des bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction, 59, rue des Epinettes, Paris, 17e, au cours de la réunion du 17 juin, j’ai l’honneur de vous donner quelques renseignements concernant notre bibliothèque.


Le Second Empire influençait la vie publique et cherchait  à dominer tous les esprits assoiffés de liberté, quelques Parisiens, membres de l’Association philotechnique rongeaient leur frein en silence.

L’un d’eux, J.B. Girard, simple ouvrier typographe, connut la prison en raison de ses idées trop libérales, pendant sa captivité, il concevait la bibliothèque du 3 e arrondissement de Paris – “Le caractère originale de l’idée de Girard, c’est le prêt du livre à domicile et la pénétration sous tous les toits, la présence au foyer domestique du livre qui sera lu à la clarté de la lampe après le labeur du jour, c’est la haute communion de l’âme familiale avec le génie national et l’esprit humain, c’est la possibilité pour le chef de famille de devenir une lumière spirituelle pour les siens et pour les autres, pour le plus grand bien de la patrie et de la République”. Ainsi s’exprimait le 9 décembre 1911, en Sorbonne lors du Centenaire des Bibliothèques Populaires de Paris, Mr A. Vorbe, président du Syndicat desdites Bibliothèques, car la semence jetée par Girard avait porté rapidement ses fruits, à l’époque du Cinquantenaire, il existait 21 établissements de ce genre dans Paris.

Le dix-neuvième arrondissement avait été particulièrement doté, avec le Siège Social, 137 ave Jean Jaurès et la succursale 76 rue de Flandre.

Voici comment ces bibliothèques avaient pris naissance :

Le 22 décembre 1868 à deux heures de l’après-midi, sous la présidence de Mr Justus Mallen, nommé par décision ministérielle, se sont réunis à la salle d’école des garçons du 19e arrondissement: rue de l’Église, quarante et un adhérents au projet de fondation d’une bibliothèque populaire dans cet arrondissement, lesquels après avoir versé la cotisation mensuelle fixée par les statuts soumis à l’approbation ministérielle se sont déclarés constitués à partir du 1er janvier 1869.

Grâce aux dons de divers ouvrages faits par les Administrateurs, l’œuvre allait pouvoir fonctionner dans une certaine limite et ce fut le 21 janvier 1869 qu’elle était déclarée ouverte dans un local : 5, rue de Nancy, au rez de chaussée, mais qui devait devenir par suite du changement du nom de la rue, 36 rue de Lorraine.

Il était décidé que les Administrateurs rempliraient l’emploi de bibliothécaire chaque soir, un tour de roulement avait été arrêté entre eux.

Des dons de volumes par Messieurs Victor Hugo, Louis Blanc, Carnot, Jules Claretie, Barthélémy St Hilaire, Delescluze, Louis Figuier, Erckmann Chatrian, Émile de Girardin, A. Vacquerie, Monsieur le Ministre de l’Instruction Publique, la Société Franklin, Sa Majesté Napoléon, et surtout de Monsieur Paul Lacroix, “Bibliophile Jacob” Président de l’œuvre et conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal, finissaient par rendre le local trop petit et la bibliothèque se trouvait transférée le 15 juillet 1873, rue de Crimée, n° 142.

Des cours de dessins, des conférences scientifiques et littéraires à l’usage des sociétaires, avec un musée, des concerts et des bals contribuèrent à l’agrandir si bien qu’elle devait se fixer ensuite 137, Ave Jean Jaurès avec une succursale 78, rue de Flandre.

Malheureusement les vicissitudes de la vie devaient amener la disparition du Siège Social, 137 Ave Jean Jaurès en 1939.

La succursale qui est devenue le Siège Social s’est maintenue par miracle dans ce siècle motorisé. Pourtant, l’Institut de loisirs et de Culture Populaires qui tout dernièrement est venu lui tendre une main fraternelle fait espérer la conservation de ce flambeau de lumière et de vérité.

Les titres des dons de volumes de Victor Hugo ne sont pas mentionnés à part : ” Les Châtiments”, d’après le procès-verbal d’Administration du 17 février 1871.

Je pense que ce petit historique pourra vous intéresser, et je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Pour le Président

Un Administrateur

Mme Stoller, bibliothécaire

Cette lettre a un double intérêt. Elle confirme le rôle joué par Suzanne Stoller dans les dernières années de la BAI-XIX et de la Fédération des BAI2. Suzanne Stoller, bibliothécaire bénévole  de la BAI-XIX, avait pour projet d’écrire l’histoire de sa bibliothèque et plus largement des BAI3. Il apparaît clairement à la lecture de la lettre ci-dessus que Suzanne Stoller avait pour ce faire d’une part accès à un ensemble d’archives moins disparate que celui qui est parvenu aux ADVP et d’autre part à l’historique rédigé pour le cinquantenaire en 1911, comme elle le souligne d’ailleurs. En effet l’interprétation qu’elle a pu faire des documents à sa disposition est orientée par le texte de 1911, texte qui a marqué durablement les bénévoles des dernières BAI du XXe siècle, en proposant une mythologie fondatrice de la BAI-III et des autres BAI. C’est l’occasion pour moi de signaler l’ étude menée à ce propos  par Isabelle Antonutti et Sarah Clément en 2018, intitulée « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction »4.

II/  Les débuts de la BAI-XIX : Justus Mallen et /ou Alfred Mallet ?

Le récit de Madame Stoller présente certes des points communs  mais aussi des divergences avec celui d’un bénévole qui raconte en 1898 son expérience :

M. POTRON, bibliothécaire, fait ensuite la communication suivante sur la bibliothèque populaire du XIXe arrondissement de Paris :

Vers le milieu de l’année 1868, quelques citoyens du XIXe arrondissement, désireux de propager les bienfaits de l’instruction et de la littérature dans les familles, prenaient rendez-vous à la mairie, dans le but de fonder une bibliothèque.

L’entente fut bientôt faite, et séance tenante, il fut décidé qu’un conseil d’administration provisoire serait nommé et demanderait l’autorisation légale au ministère.

Cette autorisation fut accordée et la bibliothèque commença à fonctionner le 1er septembre 1868, sous le nom de : Bibliothèque populaire des amis de l’Instruction du XIXe arrondissement.

Les fondateurs louèrent un petit rez-de-chaussée au n° 36 de la rue de Lorraine et firent de leurs propres deniers les premières avances de fonds ; chacun apporta son concours dévoué et gratuit selon ses aptitudes; les uns installèrent les rayons pour le placement des volumes, d’autres écrivirent des lettres faisant appel à la générosité des auteurs et éditeurs en renom.

Les réponses ne se firent pas attendre en raison de la moralité de l’œuvre et des bienfaits qu’elle devait forcément apporter dans la classe ouvrière. Des envois de livres furent faits : par le Ministère de l’instruction publique, la librairie Hachette, la Bibliothèque nationale et par Victor Hugo ; mais le plus grand don fut fait par le bibliophile Jacob, qui nous fit chaque année, jusqu’à sa mort, de nombreux envois.

Grâce à ces dons, ainsi qu’au dévouement des membres fondateurs, la bibliothèque prospéra et même, pendant la guerre, le service fut fait aussi régulièrement que possible.

Au fur et à mesure des achats et des dons de livres, les rayons de la bibliothèque devinrent insuffisants ; il fallut louer un nouveau local rue de Crimée, n° 142, puis ensuite rue d’Allemagne, n° 137.

Les livres que le bibliophile Jacob nous adressait chaque année, permirent de fonder plus tard une succursale de l’autre côté du canal de l’Ourcq, rue de Flandre, n° 68 ; mais ce local, devenant bientôt insuffisant par suite de l’accroissement du nombre des volumes, il fallut le transférer au n° 78 de la même rue, siège social de la succursale5.

Canal de l’Ourcq. Lavis de Frederick Nash, 18.. Gallica (BnF).

À ces deux “historiques”, on peut donc ajouter les renseignements tirés de quelques rares lettres subsistant de cette période, issues des archives des AVP,  et ceux provenant des statuts imprimés de la BAI-XIX en 1876 qui donnent la composition du conseil d’administration. Ni les archives ni les statuts ne contiennent de précisions quant aux débuts de la BAI-XIX, à part la mention figurant sur les statuts : “autorisée par décision ministérielle du 12 septembre 1868”. Les journaux ne se font pas non plus l’écho de cette création, alors qu’ils annoncent la naissance de la BAI-XX. Les indications de Suzanne Stoller étant précises, coïncidant avec la date des statuts  imprimés, et s’apparentant à la manière dont ont été fondées les autres BAI, il y a lieu de supposer qu’elle a eu accès à des archives de la BAI-XIX disparues entre les années soixante et aujourd’hui, après la fermeture de cette bibliothèque, comme le compte-rendu de l’Assemblée générale de 1871 qu’elle cite et qui ne figure pas dans les archives données aux ADVP.  Ces maigres informations nous permettent cependant de tirer un premier fil. Si la présidence de Justus Mallen a été imposée par décision ministérielle, comme le dit Mme Stoller, cela signifie que les débuts de cette bibliothèque ont éveillé la méfiance du pouvoir impérial qui a sans doute assorti les autorisations de la nomination de cet homme, que l’on ne retrouve déjà plus dans le conseil d’administration de 1876. On sait que cet avocat, originaire de St-Vallier (26) où il est né en 1836, a soutenu une thèse de licence de droit en 18556 et publié un ouvrage sur la puissance paternelle en 1858. En 1870, il se trouve bien à Paris puisqu’il propose  un Essai sur l’organisation future du Conseil municipal de Paris et du département de la Seine.

La “disparition de Justus Mallen”  entre la fondation de 1868 et l’Assemblée générale de 1876 signifie peut-être tout simplement que Justus Mallen n’a(urait?) rien à voir avec la bibliothèque. On peut en effet se demander si une erreur de lecture, ou une transmission orale imparfaite, ne serait pas à l’origine d’une confusion entre Justus Mallen et Alfred Mallet qui préside la bibliothèque en 1876. Alfrède [sic] Antoine Paulin Mallet7 est l’exemple-type des parcours de vie des personnages que l’on trouve parmi les fondateurs des bibliothèques populaires. Ce fils d’un chapelier, et petit-fils d’un marchand de fer, né à Lille en 1813, devient professeur de sciences physiques et de chimie au collège de Saint-Quentin entre 1835 et 1840. Il déborde alors d’activité, fondant des cours publics, recevant un prix de l’Académie pour ses recherches sur le gaz (1850), plusieurs médailles aux Expositions universelles pour ses travaux sur les produits ammoniacaux, et devient chef du service des produits chimiques de la Compagnie du gaz parisien. Entre 1870 et 1880, il est très présent dans la vie municipale parisienne, tantôt conseiller municipal, adjoint au maire, ou maire, dans le XIXe arrondissement8. Il réside alors au 54 boulevard de la Villette (Voir ci-dessous.) .

Conseil d’administration de la BAI XIX en 1876. BnF. Cote : 8 Q 38. Cliché Agnès Sandras.

III/ Auguste Vorbe : une ascension sociale au service des bibliothèques populaires

Portrait d’Auguste Vorbe in Nos édiles d’Ernest Gay. La “Nouvelle Revue française illustrée” ; Publication du journal municipal “la Cité” (Paris), 1895. Gallica (BnF).

Deux personnalités ont particulièrement compté dans l’histoire de la BAI-XIX : Auguste Vorbe, un militant de l’émancipation du peuple par l’instruction qui a inlassablement mis son énergie au service des bibliothèques populaires ; Paul Lacroix (dit Bibliophile Jacob) qui donne de nombreux livres à la BAI-XIX, la fait connaître aux écrivains, mais n’apprécie pas toujours les orientations politiques du conseil de cette bibliothèque… On reparlera longuement du bibliophile Jacob dans un prochain billet, mais pour comprendre les origines de la BAI-XIX, il faut tout d’abord s’intéresser à la biographie de Louis-Auguste Vorbe.

Louis Auguste Vorbe est né à Choisy-le-Roi  le 6 octobre 1843, d’un père domestique (Pierre-Marie-Gilbert Vorbe) et d’une mère (Louise Hortense Joséphine Tulliez) sans profession qui s’étaient mariés en avril, sans doute pour régulariser leur union avant une naissance non désirée9. P.-M.-G. Vorbe est domestique au 11 rue de l’Université, au cœur d’un faubourg Saint-Germain alors habité par la noblesse. Il est né  en 1814 à Sombacour  dans le Doubs de Charles-Jean-Baptiste Vorbe et Marie-Claudine, fermiers. Sa migration à Paris est ordinaire à une époque où la pression démographique pousse les enfants d’agriculteurs vers la capitale. Mais elle s’inscrit dans la dynamique plus particulière d’une grande famille qui a recherché l’ascension sociale de manière très active jusqu’en Californie. En effet parmi le millier de Franc-Comtois partis entre 1849 et 1851 faire fortune en Californie figurent une douzaine de Vorbe originaires de Sombacour et de la commune voisine de Septfontaines, qui ont fondé à San Francisco une briqueterie et sont devenus propriétaires de plusieurs immeubles. Annick Foucrier, qui a étudié leur cas, souligne que les Vorbe ont su pratiquer une cohabitation familiale évolutive depuis les fermes du Doubs à la Californie, une grande solidarité et que “les signes d’ambition ne manquent pas10”. La branche qui nous intéresse – et qui n’a pas été étudiée par Annick Foucrier – n’est pas partie en Californie, mais elle est tout aussi dynamique que ses cousins et a peut-être bénéficié de leur aide financière, comme on le verra plus loin puisque le père d’Auguste Vorbe passe de l’état de domestique à celui de patron d’une fonderie11.

La mère de Louis-Aguste Vorbe, Louise Hortense Joséphine Tulliez, est née en 1815 à Bièvres (Seine-et-Oise). Elle est l’aînée d’au moins trois enfants, et ses parents ne sont pas mariés lors de sa naissance12. Son père (Martin-Joseph Tulliez, originaire de Dunkerque) est gendarme et a fait les dernières campagnes napoléoniennes qui lui valent d’être nommé chevalier de la légion d’honneur en 1844. Son dossier de légion d’honneur mentionne qu’il réside à Choisy-le-Roi, ce qui explique que Louis-Auguste Vorbe soit né dans cette commune13.

La jeunesse et l’éducation de Louis-Auguste Vorbe ne sont pas (pour le moment!) connues. On le retrouve à la fin des années 1850 avec ses parents rue d’Allemagne (quartier de La Villette, Paris) où son père est devenu en 1856 le patron d’une fonderie en fer qui aura au mieux de sa forme environ trente-cinq employés14.  P.-M.-G. Vorbe est d’abord l’associé d’un autre Vorbe, François-Flavien, qui est par ailleurs comptable. Le fils de François-Flavien, meurt précocement à 25 ans, en 1876. Louis-Auguste s’associe ensuite avec un certain Maréchal15. Tout au long de sa vie, Louis-Auguste Vorbe fait de cette entreprise sa raison sociale (“fondeur en fer”) voire politique jusqu’à la dissolution de la fonderie en 189816. Il habite pendant longtemps à l’adresse de la fonderie, 75, rue d’Allemagne (actuelle avenue Jean-Jaurès), ce qui explique sans doute la localisation de la BAI-XIX dans la même rue, au numéro 137. Il vit donc à quelques centaines de mètres des abattoirs de La Villette (situés au n° 211) dont la construction commence en 1859 et s’achève en 1867, et dans un quartier industriel certes très dynamique mais où la misère est encore endémique.

La misère à Paris, un intérieur à la Villette : [un défet d’après un] dessin d’Haenen. Collection Jaquet. Gallica (BnF).

Très tôt, Auguste Vorbe s’intéresse aux bibliothèques populaires. Il a  23 ans lorsqu’il devient administrateur de la BAI-XVIII, et 25 ans lorsqu’il fonde la BAI-XIX. Il s’en occupera de manière durable avec le même zèle :

Élevé par une famille républicaine, il a toujours travaillé et lutté pour la République. Pense que la science doit succéder à l’empirisme dans la direction des sociétés humaines et qu’un suffrage universel éclairé est indispensable à la. conservation de la République, aux progrès des institutions républicaines, et s’est particulièrement occupé d’œuvres d’enseignement populaire.

Nommé en mars 1866 administrateur de la bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du XVIIIe arrondissement, il remplit ces  fonctions jusqu’en 1872. En septembre 1868, il fonda une bibliothèque populaire dans le XIXe arrondissement. Son zèle ne s’arrêta pas là. Sachant que, dans un très grand nombre de cas, la lecture ne suffit pas pour instruire les hommes et que l’enseignement ne peut être fructueux qu’à la condition de compléter le livre par des explications orales, il organisa des conférences qui eurent, dès le début, un très grand succès. Et, depuis 1874, cette propagande de la science par la parole continue chaque année 17.

Sous le Second Empire fonder une bibliothèque populaire est une affaire compliquée, car les autorités craignent des foyers de sédition et/ ou de “mauvaises lectures18”. C’est encore plus compliqué lorsque l’on est un républicain connu. Or le jeune Vorbe ne cache pas ses sympathies : en 1867, il répond avec son atelier à une souscription du Siècle pour une statue de Voltaire. Cette souscription a un gros succès chez les anticléricaux, comme par exemple Marie-Louise Gagneur et son mari19 qui s’empressent de la signer. Rappelons que Le Siècle est alors un journal d’opposition  qui se lance aussi cette année-là dans la défense des bibliothèques populaires menacées pour leurs choix de livres, dont Voltaire20

Souscription pour une statue de Voltaire. Le Siècle 10 février 1867. Gallica (BnF).

En 1870, Vorbe  fait partie des patrons de fonderie solidaires avec leurs ouvriers lors de la grève des fondeurs du fer21. Avec son père, il accepte un système de coopérative provisoire pour que les ouvriers puissent travailler22.

Son activité en 1870-1871 est probable, mais il ne fait pas partie des Communards. Il propose par exemple à la Société Franklin que les bibliothèques populaires se cotisent pour acheter les canons qui font défaut à Paris.  C’est Jean-Baptiste Girard lui-même qui lui répond que l’idée “d’établir un canon par les bibliothèques populaires à titre de protestation, et aussi de défense nationale est excellente”, mais qu’elle n’est pas réaliste23

Sous la IIIe République, Auguste Vorbe se lance dans une carrière politique qui lui permet de soutenir son action en faveur de l’instruction populaire et des nombreuses personnes déshéritées de son quartier :

Fit partie, sous l’Empire, des comités Gambetta, Rochefort et Cantagrel. Il combattit le boulangisme avec cette idée que l’armée devant servir plus à la défense qu’à l’attaque, l’élément civil doit l’emporter sur l’élément militaire.

Élu pour la première fois, au second tour de scrutin, le 4 mai 1890 par 3,250 voix contre 3,058 à M. Léouzon-Leduc, boulangiste, M. Vorbe a été réélu au premier tour, le 16 avril 1893, par 4146 voix contre 1416 à M. Louis Paris,le plus favori de ses concurrents.

Il est le quatrième conseiller depuis 1871 du quartier de la Villette, que représentèrent MM. Richard, Delattre et Guichard.  l’Hôtel de Ville, M. Vorbe s’occupe principalement des questions d’enseignement. Il appartient à l’opinion radicale-socialiste. Il est très estimé par tous ses collègues. C’est un travailleur et un érudit 24.

Son action en matière d’éducation populaire est loin d’être isolée. Nobuhito Nagaï25 indique dans Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République (1871-1914)  que ” 26 conseillers au moins participèrent au mouvement des bibliothèques populaires : parmi eux, 17 sont de la gauche, 4 du centre gauche, 2 de l’extrême gauche, contre 3 seulement pour l’ensemble de la droite (un pour chaque courant)”. Si certains de ses collègues ont peut-être vu dans les bibliothèques populaires un argument électoral supplémentaire et /ou une tribune politique, Vorbe n’abandonne jamais la BAI-XIX. Plus encore, il déploie une activité intense pour la fondation et l’animation du Syndicat des bibliothèques populaires libres, et soutient de tout son poids les subventions municipales aux bibliothèques populaires.

Son mariage avec Marie Henriette Augiéras (1851-1934) le 8 juin 1879 à Bergerac  conforte probablement son ascension sociale. Cette fille de gros propriétaires de Bergerac, négociants en vins, a un oncle juge au tribunal de Bordeaux, un cousin avocat, etc. Ils ont deux enfants, une fille26 qui deviendra institutrice et un garçon27,  qui sera architecte.  Auguste Vorbe est alors d’une activité débordante et propose inlassablement de nouveaux projets qui font sourire – voire se moquer largement –  certains journaux. En 1892, La Petite Presse se déchaîne contre son projet de communion laïque :

M. Auguste Vorbe, dans une brochure que nous avons sous les yeux, réclame l’institution de premières communions laïques. Son rêve serait d’appeler la jeunesse à son premier banquet civique le 4 août, pour célébrer l’anniversaire d’un des faits les plus émouvants de la Révolution ! le renoncement aux privilèges28

En 1900, il suggère la “création de sept fêtes internationales, célébrées en l’honneur des sciences ou des arts avec le concours des ouvriers des différents corps de métier, coopérant à l’établissement ou à la mise en valeur des œuvres émanant de ces sciences ou de ces arts29”.

La fin de sa vie semble avoir été difficile. Séparé de sa femme, il connaît la défaite électorale après une campagne de ses adversaires mettant en cause son honnêteté  et ses motivations. Lors de son décès, à 82 ans, il a droit aux honneurs du conseil municipal, mais les journaux ne lui consacrent que quelques lignes. On verra dans les deux prochains billets comment il a attiré autour de la BAI-XIX des personnalités différentes comme le Bibliophile Jacob ou le positiviste PIerre Laffitte, et les initiatives intéressantes qu’il a pu prendre dans les bibliothèques populaires.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)," in Bibliothèques populaires, 10/06/2019, https://bai.hypotheses.org/3093.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Voir Agnès Sandras, “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?,” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  2. Voir Hélène Personnaz, “Suzanne Stoller, “Portrait”,  site de la BAI. []
  3. Ibid. []
  4. Isabelle Antonutti et Sarah Clément, « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 14 | 2018. []
  5. Bulletin du Comité des travaux historiques et scientifiques. Section des sciences économiques et sociales. Paris, 1898. Page 140. []
  6. De Captivis, postliminio reversis, et redemptis ab hostibus… Droit français : Code Nap. tit 1er, chap. 2e, sect. 2e, art. 22-33. Thèse pour la licence… 28-11-1855… par P. G. J. Mallen, né à St-Vallier (26) le 21.12.1836… []
  7. Voir son dossier de légion d’honneur ici. []
  8. Ibid. []
  9. Voir l’acte de naissance, Archives départementales du Val-de-Marne, 1E 10, en ligne ici. []
  10. Foucrier Annick, « Comment trouver mille francs ? Familles et émigration vers la Californie en Franche-Comté au début de la ruée vers l’or 1849-1851” in Gérard Béaur, Christian Dessureault, Joseph Goy, Familles, terre, marchés: logiques économiques et stratégies dans les milieux ruraux, XVIIe-XXe siècles : actes du colloque France-Québec-Suisse,  Paris, novembre 2002. Presses Universitaires de Rennes, 2004. []
  11. Le père de Louis-Auguste Vorbe est un cousin des Vorbe partis en Californie, et ils ont dans les collatéraux de leurs ascendants des Vorbe partis à Saint-Domingue. Je remercie Louise Oudin qui m’a aidée à démêler la généalogie franc-comtoise de Vorbe. []
  12. Ils se marient en 1817. []
  13. C’est d’ailleurs M.-J. Tulliez qui, accompagné d’un de ses collègues, sert de témoin à P.-M.-G. Vorbe,  pour la déclaration à l’état-civil de la naissance de son petit-fils. []
  14. Voir L’Écho des mines et de la métallurgie, 25 janvier 1891. []
  15. Voir la notice d’Auguste Vorbe ici sur le site du CTHS, qui mentionne l’en-tête des courriers de Vorbe : « Fonderie de fer / Ancienne Maison G. & F. VORBE / A. VORBE & MARÉCHAL / Successeurs / 75, rue d’Allemagne, 75 / Moulages sur plans & sur modèles / On fond tous les jours / Pièces mécaniques / Ornements / Fumisterie ». []
  16. Voir L’Écho des mines et de la métallurgie, 7 juillet 1898. []
  17. Ernest Gay, “Nos édiles”, La Presse, 17 novembre 1894. []
  18. Voir à ce propos les différents billets de ce carnet. []
  19. Agnès Sandras, ““C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires,” in Bibliothèques populaires, 08/03/2019, https://bai.hypotheses.org/3147. []
  20. Voir Agnès Sandras, “Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale),” in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086 []
  21. Le Rappel, 25 mai et 29 juin 1870. []
  22. Le Rappel, 22 mai 1870. []
  23. Voir Agnès Sandras, “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?,” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  24. Ernest Gay, “Nos édiles”, op.cit. []
  25. NAGAÏ, Nobuhito. Chapitre IX. Aires d’influence In : Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République (1871-1914) [en ligne]. Paris : Éditions de la Sorbonne, 2002 (généré le 09 juin 2019). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/psorbonne/1324> []
  26. Juliette, née le 11 février 1881, qui épousera le peintre Eugène Zigliara. []
  27. Jean Joseph Gilbert, né le 15 juin 1882. []
  28. La Petite Presse, 24 mai 1892. []
  29. Voir Le Rappel, du 21 mars 1900. []

Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

Dans un billet de ce carnet intitulé : « Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires » Agnès Sandras nous rappelle les principaux traits de la personnalité du rédacteur en chef du quotidien à un sou, et son action, décriée parfois, en faveur de l’instruction du peuple. C’est ainsi que nous prenons connaissance de l’éditorial, publié le mardi 21 janvier 1868, et intitulé : « La société Benjamin Franklin » de Thimothée Trimm (alias Léo Lespès, 1815-1875). Il y fait l’éloge de la société Franklin, la promotion des bibliothèques populaires et souligne enfin le rôle central de Jean-Baptiste Girard :

Continuer la lecture de Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

Ce texte est le fruit d’une collaboration  fructueuse avec Louise Oudin que je remercie pour la qualité de ses recherches. Je le publie au moment-même où Louise Oudin donne une conférence, avec Michel Blanc, à la mairie du VIe arrondissement, dans le cadre des activités de la Société historique du VIe Arrondissement, sur l’histoire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Sixième Arrondissement (BAI-VI) : « La bibliothèque des Amis de l’instruction du 6e (1876-1900) ».
La vie de la BAI-VI est brève (un quart de siècle), et cette bibliothèque ne semble pas avoir marqué profondément les pratiques de lecture du sixième arrondissement au XIXe siècle. En revanche, sa fondation entre en résonance étroite avec une politique d’instruction plus volontariste au lendemain de la défaite de 1870 et une lutte électorale des républicains s’adossant aux lieux parisiens de sociabilité culturelle.

Continuer la lecture de La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

“C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

 

 Les Hommes d’aujourd’hui Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934). Auteur du texte Éditeur : (Paris) Éditeur : Librairie Vanier (Paris) Date d’édition : 1878 Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Lors de l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne en 18671,  le journal Le Siècle, inlassable défenseur des bibliothèques populaires, donne quelques indications ironiques sur les ouvrages incriminés :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani ; la Vie de Jésus, par Renan !

Continuer la lecture de “C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

  1. Voir Agnès Sandras, “« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867),” in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, https://bai.hypotheses.org/189 []

Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

 

La bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris a disparu depuis longtemps de la mémoire collective de l’Est parisien, peut-être occultée par d’autres initiatives. Pourtant, créée en 1877 par le Dr Auguste Métivier (1827-1893), conseiller municipal républicain de Paris et en exercice au moins jusqu’en 1904, elle s’inscrit dans une volonté politique et sociale qui a marqué cet arrondissement profondément populaire, traumatisé par les épisodes tragiques de la Commune et de la Semaine sanglante, confronté aux difficultés de la vie quotidienne.

Continuer la lecture de Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

Comme on le sait, le mouvement des bibliothèques populaires libres s’est développé à partir du Second Empire. Le monde ouvrier, notamment celui des artisans et des ateliers très nombreux à Paris, est bien conscient de l’importance de la lecture, car lire est à ses yeux un moyen de s’approprier le savoir. Il crée donc des lieux, gérés par lui ou à la gestion desquels il est associé, où il peut consulter des ouvrages à la fois pour développer son instruction personnelle, améliorer son niveau professionnel et pour se divertir. La vocation de ces lieux de lecture tend rapidement à s’élargir pour accueillir aussi des cours du soir et des conférences.

En 1898, la Liste des bibliothèques populaires libres adhérentes au Syndicat des bibliothèques populaires de la Seine[1] indique que la plupart des arrondissements parisiens (14 sur 20) sont pourvus d’une bibliothèque populaire. La plus ancienne est celle des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, fondée en 1861 et installée depuis 1884 au 54 rue de Turenne. Les autres bibliothèques populaires parisiennes ont vu le jour entre 1862 et 1877, cette même année 1877 voyant la création à la fois de la bibliothèque populaire du XIIIe  arrondissement et de celle du XXe arrondissement. Continuer la lecture de Une bibliothèque populaire inconnue à Paris : celle du XXe arrondissement

La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

     Après la mort d’Auguste Comte, les disciples « orthodoxes » du positivisme, dirigés selon les vœux du « Maître » par Pierre Laffitte, professeur de mathématiques, s’engagent à continuer l’œuvre pédagogique du philosophe : ils reprennent les cours publics et gratuits, en suivant au plus près les plans d’enseignement de Comte. Ils diffusent également des brochures et de petits opuscules sur des points précis de la doctrine positiviste, susceptibles de cimenter l’opinion. Ils fondent et financent aussi une « Imprimerie positiviste » et reconstituent le fonds d’ouvrages de la Bibliothèque positiviste imaginée par Auguste Comte. Continuer la lecture de La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

Les bibliothèques populaires hongroises vers 1900

Dans son  très riche ouvrage sur Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France (1906), Maurice Pellisson évoque  les bibliothèques populaires en Autriche-Hongrie. Il passe rapidement sur les bibliothèques hongroises et souligne :

On peut donc dire qu’en Hongrie tout reste à faire, ou peu s’en faut. Et cependant il est certain que la population, en  général, a le goût de la lecture; c’est un fait qui est attesté par le succès qu’obtiennent les publications procurées par les nombreuses sociétés qui s’emploient à propager les bons écrits. Ces sociétés, il est vrai, ont presque toutes un caractère confessionnel et les bons écrits qu’elles distribuent sont faits dans un but d’édification. Mais il est bien vraisemblable que le peuple, qui les lit, lirait volontiers autre chose, s’il le pouvait1.

Un jeune Hongrois, Pál Gulyás (1881-1963), futur directeur de la Bibliothèque nationale hongroise, réagit courtoisement mais fermement dans un long article donné au Bibliographe moderne: courrier international des archives et des bibliothèques en 1907. Ce texte, à lire ici, dresse un intéressant panorama des bibliothèques populaires hongroises vers 1900.

 

 

  1. Maurice Pellisson, Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France. Paris, Impr. nationale, 1906 . []

L’orientaliste Maxime Rodinson (1915-2005) : lecteur à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement

Parmi les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI), celle du XIIIe arrondissement est évoquée par Maxime Rodinson, historien, sociologue et linguiste spécialiste de l’Islam dans ses Mémoires d’un marginal parues un an après sa mort : le rôle vital qu’a rempli ce foyer de lecture et de sociabilité pour le jeune apprenti né de parents juifs immigrés d’Europe de l’Est épris de valeurs universalistes y est décrit avec conviction.

Évoquant le Paris populaire dont faisait partie le quartier des Gobelins de son enfance, il explique comment le jeune autodidacte qu’il était nourrissait grâce aux livres de la BAI son insatiable appétit de livres et de culture qui allait faire de lui un des grands orientalistes français, titulaire de la chaire d’éthiopien et de sud-arabique à l’École pratique des hautes études :

La bibliothèque paternelle ou plutôt ses vestiges étaient fort loin de suffire à ma boulimie de savoir. Je passerai vite sur la curieuse et minuscule bibliothèque d’une classe supérieure de l’école primaire … une réserve de livres bien plus importante m’était offerte au lieu même de ma naissance, tout près de notre domicile-atelier de la rue Véronèse, dans le « passage » du 59, rue des Gobelins … Il y avait là, sur la gauche en entrant, au rez-de chaussée, mais un peu surélevé, un vaste local qui servit plus tard à une pizzeria. Dans mon enfance (et un peu auparavant) y était installée … [la] « Bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement ». Si vous notez ce titre, prenez garde de ne pas écrire « XIIIe » en chiffres romains… tradition archaïque liée à l’Ancien Régime, à l’aristocratie et au cléricalisme. Le modernisme progressiste et républicain devait l’abolir !

J’ai totalement oublié comment était organisée cette bibliothèque à laquelle on pouvait s’inscrire en payant une cotisation très modique … Je me souviens seulement de la grande salle rectangulaire encadrée par des rayonnages du plancher au plafond. Au fond de la salle aux rayonnages, une petite porte menait à une plus petite arrière-salle … où on gardait les livres les plus précieux. Mais surtout une grande table centrale permettait de tenir des réunions de bureau.

Là se réunissaient quelques personnes en charge de l’administration de l’institution, en général barbues, avec toutes les particularités vestimentaires, physionomiques et capillaires qui sont devenues classiques pour représenter les républicains du temps du Second Empire et leurs successeurs du temps de la IIIe République, radicaux-socialistes et militants de la laïcité, souvent francs-maçons. Du moins c’est l’image que j’en ai gardée.

… Il est peut être … intéressant de rapporter ici l’apport de la fréquentation de cette bibliothèque à ma formation globale et d’abord, ce qu’elle offrait à mes appétits culturels … il y avait évidemment de nombreux ouvrages classiques de littérature française, mais aussi anglaise, allemande, etc., ou encore grecs et latins, tous en traduction évidemment. Beaucoup de livres de vulgarisation concernaient les sciences physiques et naturelles ou l’astronomie. C’étaient des livres honnêtes, sans particularité, ou avec des orientations diverses et contradictoires. Certains étaient dépassés par le progrès des études, remontant à des achats anciens, peut-être au fond de départ. Il y avait beaucoup de livres d’histoire (y compris d’histoire des religions et d’histoire non occidentale) et certains classiques philosophiques.

Mais le fonds de littérature engagée était néanmoins très important. De nombreux livres étaient consacrés à la polémique anticléricale, ou tout au moins nettement inclinés dans ce sens. De même pour la polémique républicaine contre l’Ancien Régime. L’anticléricalisme débouchait très souvent sur la critique des religions. L’extrême gauche était relativement peu représentée. Mais tout de même, on trouvait là des ouvrages critiquant la morale traditionnelle. Très globalement, on peut dire que l’inspiration générale suggérée se rattachait à un déisme agnostique.

Ma passion pour l’histoire orienta le plus souvent mes lectures. Je savais déjà beaucoup de choses par l’école sur l’histoire de France, avec un complément factuellement très douteux, mais utilement mémorisable, comme pour tous les Français et beaucoup d’autres, puisé chez Alexandre Dumas père. Mais cela ne me suffisait pas. C’est le hasard, je crois – livres laissés libres par les emprunteurs –, qui me fit lire Michelet, mais systématiquement au moins les les premiers volumes de la grande Histoire de France d’Henri Martin (1810-1883) en dix-neuf volumes, « pesante compilation dit le rigoureux historien Louis Halphen … je dévorais donc passionnément les pages sur les révoltés du Moyen Âge à l’époque de la Grande Jacquerie de 1368… sur la révolution bourgeoise déclenchée à Paris par le prévôt des marchands Etienne Marcel… [sur] le mouvement des communes en Flandres… Mais les rayonnages de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction portaient d’autres livres qui recelaient bien d’autres trésors, lesquels élargissaient énormément mon horizon… c’est l’histoire qui m’attirait primordialement et, de la façon la plus séductive [sic], mais non exclusivement, l’histoire des pays lointains, celle qui était la plus négligée par l’enseignement scolaire. La bibliothèque contenait presque tous les volumes de « L’Univers pittoresque que ou Histoire et description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs et coutumes, etc. », collection publiée par le célèbre éditeur Firmin Didot, dans les années 1830 et 1840.

Je ne me dissimulais pas que ces ouvrages contenaient des informations déjà anciennes et périmées… je ne disposais de rien de mieux pour le moment. En attendant, un noyau de connaissances valables se trouvait là et me fournissait des repères précieux.

Bibliographie :

Maxime Rodinson, Souvenirs d’un marginal, Fayard, 2005, p.260 et suivantes

Jérémie Chaponneau, “L’Orient sans fantasmes. Maxime Rodinson (1915-2004)”, Revue de la BnF, 2018/1, n° 56, p. 174-183

Les palmes académiques pour le fondateur des bibliothèques populaires

Une lettre sur la question des retraites ouvrières des femmes, adressée par Jean-Baptiste Girard à Jules Ferry en 1883, évoque le moment où le “fondateur des bibliothèques populaires” a reçu du ministre les palmes académiques :

À Monsieur Jules Ferry, Président du Conseil des Ministres

Le 11 juillet 1880, au Palais du Trocadéro, où avait lieu la distribution des prix de l’Association philotechnique, j’ai eu l’honneur de recevoir de vous, et l’accolade et les palmes d’officier d’Académie, pour les services que j’avais rendus en fondant et organisant les bibliothèques populaires à une époque (1861) où personne ne les croyait possibles.

Maintenant, les bibliothèques n’ont plus besoin de mon concours actif1.

Il est intéressant de voir comment la presse a pu présenter cet hommage au fondateur des bibliothèques populaires, à travers trois exemples différents : Le Rappel, La Petite République et Le Temps.

Les trois journaux rapportent en effet un événement plus large qui est celui de la Séance annuelle de l’Association philotechnique. À l’occasion de cette séance, accompagnée de festivités et remises de prix aux étudiants, Jules Ferry prononce un discours et remet les palmes d’officier d’académie à cinq personnes. La présence de Jean-Baptiste Girard est liée à son rôle très actif dans l’Association. Il a en effet d’abord été l’élève de cette association. Soucieux d’acquérir les livres indispensables à l’approfondissement des cours pour lui et ses camarades, il a exposé aux professeurs de l’Association philotechnique son projet de fonder une bibliothèque populaire qui deviendra la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III). Certains des professeurs n’ont eu alors cesse d’aider le projet, devenant des membres très actifs des premières BAI, et désignant Jean-Baptiste Girard agent de l’Association philotechnique, ce qui lui a permis de travailler au rayonnement de la Société Franklin2.

Le Rappel évoque les discours du secrétaire général de la Philotechnique et du ministre. Les palmes d’académie sont mentionnées très rapidement et sans explicitation :

MM. Vinot, Hermann, J.-B. Girard, Abel, Jouassin et Unal ont été nommés officiers d’Académie3.

La Petite République passe aussi par l’inévitable rappel des discours, mais choisit d’insister en conclusion sur la récompense reçue par Girard. On remarquera que les bibliothèques populaires ne sont pas mentionnées, et que le journaliste relie la récompense à l’Association philotechnique :

Enfin, dans cette séance publique, il a été rendu justice à un brave homme aimé de tous ceux qui font partie de l’Association philotechnique, à M. Girard, l’employé modeste et zélé qui seconde si activement le secrétaire général. M. Deschanel a rappelé en quelques mots émus la vie si digne de M. Girard, et M. Ferry l’a embrassé en attachant sur sa poitrine les palmes d’officier d’Académie4.

Quant au journal Le Temps, il offre une version extrêmement édifiante et paternaliste, qui rejoint cependant la version de Girard sur le fait que la récompense lui est octroyée pour son rôle dans la fondation des bibliothèques populaires :

M. Deschanel ayant raconté la touchante histoire d’un vieux serviteur de l’Association, nommé Girard, ancien cocher de fiacre, qui, sachant à peine lire à dix-neuf ans, eut le premier l’idée des bibliothèques populaires et de la Société Franklin, M. Jules Ferry remet, séance tenante, les palmes d’officier d’académie au brave homme, qui les a reçues en pleurant de joie5.

  1. Sur cette lettre voir le billet  “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017. []
  2. Voir les différents billets de ce blog. []
  3. Le Rappel, 14 juillet 1880. []
  4. La Petite République, 13 juillet 1880. []
  5. Le Temps, 13 juillet 1880. []

Quand la classification décimale était expérimentée … dans une bibliothèque populaire !

La revue Les Études sociales publie dans son numéro 166 un dossier intitulé Bibliothèques et sciences sociales.

Le sommaire de ce dossier, coordonné par Matthieu Béra, est le suivant :

  • des bibliothèques et des savants
  • des bibliothèques et des lecteurs
  • des bibliothèques et des domaines de savoirs
  • des bibliothèques et des disciplines savantes
  • des bibliothèques et des professionnels

On signalera plus particulièrement dans ce dossier très riche  deux articles éclairant l’histoire des bibliothèques populaires :

  • Les lecteurs de la Bibliothèque nationale au XIX e siècle. L’apport des registres de prêt1.
  • Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale2.

Le premier de ces articles apporte en effet des précisions importantes sur la pratique du prêt par la Bibliothèque nationale dans la première moitié du XIXe siècle et permet de mieux comprendre à quel(s) public(s) s’adresseront les bibliothèques populaires en 1860 lorsqu’elles décident de prêter à toutes et à tous

Le second nous mène à la rencontre d’Eugène Morel, bibliothécaire à « la Nationale »  et polygraphe repenti. Eugène Morel a marqué l’histoire des bibliothèques par son engagement  pour la lecture publique.  Engagement dont on a longtemps cru qu’il se construisait sur la volonté de faire disparaître les bibliothèques populaires. Pourtant, Morel expérimente avant la Première Guerre mondiale la première application française de la classification  décimale de Dewey à un catalogue de la bibliothèque populaire de Levallois-Perret. Un dossier du fonds Morel, conservé par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, permet de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce grand écart de Morel  entre bibliothèques populaires et bibliothèques publiques ….

=> Cliquer sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Signalons également la parution  d’un billet du blog des archivistes de Levallois  sur Eugène Morel et la bibliothèque de Levallois-Perret que l’on peut retrouver ici.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Quand la classification décimale était expérimentée … dans une bibliothèque populaire !," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2120.

  1. Bruno Blasselle, “Les lecteurs de la Bibliothèque nationale au XIX e siècle. L’apport des registres de prêt”, Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 69 à 88. []
  2. Agnès Sandras, “Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale “, Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 167 à 186. []

Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)

On a vu dans un précédent billet le combat très solitaire du journal Le Siècle pour soutenir les fondateurs des bibliothèques populaires devant les difficultés administratives variées qu’ils rencontraient en 1866. En effet, si le pouvoir impérial était plutôt favorable à une prise en charge privée de l’instruction privée, il redoutait des troubles politiques liés aux constitutions d’associations et à des lectures séditieuses. Les consignes de prudence données aux préfets par des circulaires officieuses ont été en certains endroits appliquées avec zèle, et sans doute plus de zèle que ne le souhaitaient Napoléon III et son entourage ou le ministre de l’Instruction publique et des Cultes.

En 1867, s’ajoute une autre difficulté. Dans les endroits où l’administration s’est montrée moins pointilleuse quant au contenu des fonds des bibliothèques populaires, des voix s’élèvent pour dénoncer des lectures immorales. Des pétitions sont envoyées au Sénat, et l’on voit désormais la question des bibliothèques populaires gagner les colonnes de tous les journaux. Le graphique ci-dessous mesurant la fréquence de l’expression “bibliothèque populaire” dans les journaux numérisés par le site de presse Retronews permet de constater l’acmé de 1867 dans la décennie 1860-1870.

En menant la recherche “bibliothèque populaire” pour l’année 1867, toujours dans Retronews, on peut obtenir une liste de journaux dans lesquels on trouve cette occurrence1. Le résultat est intéressant puisque le plus fort nombre d’occurrences correspond à un journal local, évoquant abondamment l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne (voir plus bas). On notera que le suivant, un journal national, n’est autre que Le Siècle qui garde donc au milieu du tohu-bohu créé par les pétitions autour des bibliothèques populaires un rôle important.

L’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne a été évoquée dans un précédent billet de ce carnet. Rappelons qu’en février 1867, les journaux et la mairie  de Saint-Étienne reçoivent des courriers dénonçant le contenu de deux nouvelles bibliothèques populaires. Dès mars, les journaux locaux s’emparent de l’affaire comme par exemple Le Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire2. Une brochure lance un  Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne, dénonçant « des publications malsaines, anti-sociales et anti-chrétiennes, de ces écrivains que l’on a appelés à bon droit des malfaiteurs intellectuels ». L’affaire est portée par une pétition devant le Sénat, et l’intervention passionnée de Sainte-Beuve sauve les deux bibliothèques stéphanoises.

Dans  « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », R. Bellet a recensé et analysé la façon dont les journaux locaux et nationaux, de tendances diverses, se sont emparés de cette affaire3. On se contentera donc dans ce billet de voir comment Le Siècle la rapporte et l’utilise au beau milieu de sa bataille pour les bibliothèques populaires.

La presse nationale s’empare de l’affaire au mois de mai lorsque la pétition est connue. Le Siècle, journal anticlérical, la présente immédiatement comme un dépit des « cléricaux » face au succès  des bibliothèques populaires. En effet, ces dernières peuvent constituer une concurrence sérieuse aux bibliothèques paroissiales déjà mises en place depuis une vingtaine d’années dans les villes et  dont le contenu était étroitement surveillé par les instances religieuses  :

Les bibliothèques populaires se propagent dans toute la France. Leur organisation se perfectionne ; leurs avantages, qui s’étendent, sont de plus en plus appréciés. À Paris, la société de la bibliothèque populaire du huitième arrondissement4, secondée par l’association polytechnique, a créé des conférences qui sont très suivies. Des cours d’adultes s’adjoignent ainsi presque partout aux bibliothèques et en complètent les bienfaits. ce que voyant, les cléricaux de Saint-Étienne n’ont pu contenir leur dépit. Ils sont allés, de porte en porte, de magasin en magasin, colporter une pétition au sénat sur le danger de nos bibliothèques populaires. Le président et le vice-président de la société de Saint-Vincent-de-Paul étaient en tête de la manifestation… Cris impuissants ! fureurs bizarres ! ses promoteurs, dans une ville de cent mille habitants , n’ont recueilli que cent deux signatures.

C’est une grande déroute pour les partisans de l’ignorance ; et nous ne pensons pas qu’ils s’en relèvent devant le sénat, quelles que soient les tendances de quelques uns de ses membres5.

Dans ses livraisons suivantes, Le Siècle s’intéresse à la question alors centrale de la lecture. Depuis des décennies, les pouvoirs politiques et religieux brandissent le spectre des « mauvaises lectures ». Les Églises tentent de modeler la lecture depuis une trentaine  d’années par la création de bibliothèques, comme celles de l’Œuvre des Bons Livres. Les premières bibliothèques des Amis de l’Instruction, comme les premières bibliothèques populaires alsaciennes, ont adopté une certaine prudence dans leurs acquisitions. Leurs catalogues ont franchi un très grand pas en proposant des ouvrages variés, de distraction (romans) et d’instruction (disciplines variées), mais ont évité les auteurs trop polémiques. La BAI-V s’insurgera d’ailleurs contre une rumeur lui prêtant un catalogue semblable à ceux de Saint-Etienne, comme en témoigne une lettre adressée au Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire publiée le 29 mai 1867 (voir ci-dessous, cliquez sur l’image). Cette lettre met en valeur le rôle des appuis très officiels de la BAI-V.

En affichant du Proudhon et du Fourier, les bibliothèques stéphanoises entraînent non seulement la polémique sur ces œuvres mais aussi sur d’autres ouvrages et sur le contenu des bibliothèques populaires. Le Siècle constate :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire6, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani; la Vie de Jésus, par Renan !

Eh bien ! pourquoi proscrire la lecture de livres dont la notoriété est grande et qui ont une portée philosophique ? Les cléricaux admettent les bibliothèques populaires comme ils admettent l’enseignement, pour imposer leur joug et s’emparer des esprits. Imaginez une bibliothèque populaire composée par eux : on y trouvera l’Écriture sainte; l’Imitation de Jésus-Christ, ce code de la dévotion égoïste ; la Somme, de saint Thomas;  la Vie des saints ; l’Histoire de France, du père Loriquet.  Les classiques français n’y seront admis qu’après triage, amputation, mutilation, expurgation ; bon système pour faire, non des êtres pensants et des citoyens, mais des fanatiques et des esclaves ! L’homme n’est pas né pour être constamment tenu en tutelle, confisqué au profit des ministres de tel ou tel culte, régenté par des maîtres qui lui indiquent ce qu’il doit lire, ce qu’il doit écrire, ce qu’il doit penser. Il faut le mettre à même de choisir, d’exercer son libre arbitre, de se prononcer en pleine connaissance de cause entre les doctrines, les dogmes, les idées qui se partagent le monde. Nous ne cesserons de lutter à outrance contre ceux qui lui demandent tout d’abord l’obéissance passive, et le sacrifice de sa raison7.

Le Siècle s’efface ensuite derrière l’éloquence de Sainte-Beuve puis d’Eugène Pelletan qui défendent avec énergie devant le Sénat la liberté pour les bibliothèques populaires de mettre à disposition des lecteurs un choix varié de livres. Le journal choisit de retranscrire les débats, en notant :

Il sera curieux de savoir si le premier de nos grands corps de l’État trouve bon de se transformer en congrégation de l’index8.

Les débats se succèdent ainsi :

  • discussion du 25 juin 1867. Question mise à l’ordre du jour : discussion sur « une pétition de cent deux habitants de Saint-Etienne (Loire) qui se plaignent du choix que I’on a fait de certains ouvrages pour former deux bibliothèques populaires fondées à Saint-Etienne sous le patronage de l’autorité municipale. Le rapport, présenté par M. Suin à la dernière séance, conclut, au nom de la commission, au renvoi au ministre de l’instruction publique ». Interventions de Sainte-Beuve et Charles Dupin9.
  • discussion du 17 juillet 1867 sur un amendement portant sur une « subvention de 100 000 francs pour les bibliothèques scolaires et populaires ». Intervention de M. Eugène Pelletan10 :

Eh bien ! si je suis ici, c’est, je le crois, parce que l’empereur, qui n’ignorait pas mon insuffisance, a songé que je pourrais de temps en temps apporter une note discordante peut-être, mais sincère. C’est ce devoir que je remplis aujourd’hui, et c’est au nom de ce devoir que je supplie le sénat de résister à la faute qu’on lui propose de faire11.

Un mois plus tard, Eugène Pelletan profite d’un amendement au budget des bibliothèques pour revenir sur la question de la lecture populaire. Ce député républicain est concerné à double titre : ses ouvrages font partie de la liste dénoncée par la pétition de Saint-Étienne ; il milite depuis plusieurs années pour l’éducation du peuple, et a participé par exemple aux côtés de Corbon à la « Bibliothèque des Connaissances utiles »12, collection de vulgarisation destinée aux ouvriers suivant les cours du soir. Le Siècle restitue également son intervention qui se place très symboliquement dans la suite de celle de Sainte-Beuve. Mais Eugène Pelletan, du fait de ses convictions politiques, prolonge l’analyse sous un angle politique :

Le ministre de la justice disait qu’il y avait deux classes de lecteurs, comme autrefois il y avait deux  classes d’électeurs. (Bruit et rires.) D’une part les brahmanes de l’Intelligence auxquels toutes les lectures étaient permises ; de l’autre et au dessous, dans certaines profondeurs des classes qui n’ont pas le droit de lire les mêmes livres que les élus de la fortune. Eh bien, je m’élève contre cette théorie, parce qu’elle serait la négation du suffrage universel.

Comment, vous reconnaissez au peuple le droit de suffrage, le droit de peser dans sa main la forme de gouvernement qui lui convient le mieux, et vous viendriez lui dire qu’il n’a pas assez d’intelligence pour choisir les livres qu’il doit lire ! Si M. le ministre d’État était à son banc, il se lèverait et viendrait m’apporter l’autorité de sa parole et de son témoignage, car il a présidé l’enquête sur les sociétés coopératives et il pourrait vous dire que les ouvriers n’ont rien à envier aux autres classes en fait de bon sens, d’intelligence et d’élévation des idées13.

Si l’affaire de Saint-Etienne occupe les colonnes de tous les journaux, et parfois avec une grande violence, Le Siècle est comme en 1866, le seul à signaler les soucis rencontrés par d’autres bibliothèques.  C’est le cas dans la Nièvre. Le ministre de l’Intérieur a opposé, via le sous-préfet, un refus à une demande de création d’une bibliothèque populaire à la Châtre. Eugène Ténot ironise dans les colonnes du Siècle :

Pas un mot d’explication, pas une raison à l’appui n’accompagnent ce refus. Le pouvoir discrétionnaire y fait sentir crûment son omnipotence. Qu’en pense M. Duruy, si zélé pour la diffusion de l’instruction publique et la création des bibliothèques populaires ? Peut-être obtiendra-t-il de son collègue de l’intérieur les explications que celui-ci ne daigne pas accorder à un humble administré14.

En plein cœur de l’affaire des bibliothèques de Saint-Étienne, les ennuis rencontrés par le Cercle de la Ligue de l’Enseignement à Nérac (Lot-et-Garonne) sont l’occasion pour Émile de La Bédollière d’insister sur le manque de liberté des bibliothèques populaires lors de la composition des collections. Quinze années plus tôt, ce même journaliste s’inquiétait déjà du zèle des préfets dans l’application de la loi sur le colportage qui exposait les « infortunés colporteurs » de livres à  « de mortelles variations de température administrative15 ». Or le préfet du Lot-et-Garonne semble avoir eu à cœur en 1867 d’opposer à la fondation de la bibliothèque de Nérac tous les freins administratifs à sa disposition  :

Voici sa lettre, transmise aux intéressés par le sous-préfet, M. La Vigne :

“Lorsqu’une association veut se former pour créer une bibliothèque, il y a lieu de procéder comme s’il s’agissait d’ouvrir un cercle. Vous voudrez bien, en conséquence, m’adresser les statuts et y joindre la liste des fondateurs en triple expédition.

Le gouvernement tient à ce que le président soit nommé et agréé par le préfet. Quant aux membres du comité désignés pour administrer la bibliothèque, ils doivent être proposés à votre choix ou à votre agrément. Il serait à désirer que le maire fût nommé président honoraire.

Le catalogue des livres mis en lecture ne devra comprendre que des ouvrages professionnels utiles, appartenant à une littérature saine et propres à moraliser ou à instruire les classes ouvrières. on devra en éliminer avec une juste sévérité les romans dont la lecture pourrait laisser une impression regrettable ; on aura soin également d’exclure les livres de polémique sociale ou religieuse, et ceux qui sous prétexte d’économie politique, pourraient servir à propager des théories dangereuses ou subversives.

Les catalogues, chaque année, doivent être soumis à l’examen de l’autorité.

Quant à la réunion générale des souscripteurs, je n’ai aucune objection à faire, et je vous laisse les soin d’en régler les conditions. “

 La liberté des bibliothèques populaires n’est-elle pas le pendant de la liberté de la presse telle qu’elle était conçue à Madrid au temps de Figaro ?

Quand on aura écarté tous les ouvrages énumérés dans la lettre préfectorale, devra-t-on laisser intacts ceux qui seront tolérés ?

Le Siècle de Louis XIV n’a été admis dans les lycées qu’après une censure préalable qui en a retranché avec un soin scrupuleux les passages attentatoires à l’honneur et à la considération des jésuites. Le préfet de Lot et-Garonne est tenu, pour être conséquent avec lui-même, de ne livrer à la population de Nérac que des éditions expurgées16.

Emile de La Bédollière. Recueil. Portraits d’écrivains et hommes de lettres de la seconde moitié du XIXe siècle. Gallica (BnF).

Les médailles octroyées à certaines bibliothèques populaires lors de l’Exposition universelle de 186717, les discussions passionnées au Sénat, n’empêchent pas que la création des bibliothèques populaires continue à être entourée d’un double mouvement strictement opposé : alliances inattendues autour de certaines fondations, coteries à d’autres endroits, les bibliothèques étant souvent prétexte à attiser des rivalités politico-religieuses déjà existantes. Le Siècle s’en fait encore et toujours l’écho à la fin du Second Empire comme sous les débuts de la Troisième République. Ainsi, rapporte-t-il l’affaire de la bibliothèque populaire d’Oullins (1868) en ces termes :

Beaucoup pensent peut-être que lorsqu’ils ont organisé une bibliothèque populaire, sans subvention de l’État ou de la commune, qu’ils ont loué le local et acheté les livres de leurs propres deniers, ils sont libres de conserver dans la bibliothèque fondée par leurs sacrifices les livres qui leur plaisent, à cette seule condition que ces ouvrages n’aient été l’objet d’aucune condamnation judiciaire. Beaucoup, disons-nous, pensent sans doute ainsi. Eh bien ! profonde est leur erreur. Les ouvriers, d’Oullins (Rhône) viennent d’en faire l’épreuve. La bibliothèque que ces ouvriers avaient créée, grâce à des cotisations prises sur les salaires, et à des dons de personnes aisées, a été dénoncée au sénat par quelques-uns de ces cléricaux, fougueux partisans, comme on sait, de la liberté de l’enseignement supérieur, et, au vu de la pieuse dénonciation le gouvernement s’est ému. Le ministre de l’intérieur, agissant en vertu de l’article 291 du code de 1810 et de la loi de 1834 sur les associations, s’est saisi de l’examen du catalogue de la bibliothèque d’Oullins, bibliothèque qui ne doit pas un centime à la commune, au département ou à l’État. M. le ministre s’est livré, en vertu de la loi sur les associations, à l’épuration du catalogue. et il a expulsé de la bibliothèque les romans d’Eugène Sue et  la plupart de ceux de George Sand, entre autres le roman philosophique, mais déiste et spiritualiste, Mademoiselle de la Quintinie, toujours en vertu de l’article 291 du code et de la loi de 1834, il a daigné amnistier la Mare au diable du même auteur, les Paysans, de Balzac et quelques romans historiques de Frédéric Soulié, lesquels étaient dénoncés avec les autres dans la pétition des catholiques amis de la liberté de l’enseignement d’Oullins. Nous prions nos lecteurs de vouloir bien considérer que nous ne discutons pas en ce moment le droit du ministre ; nous voulons bien admettre que la loi sur les associations lui donne ce droit d’inquisition sur les bibliothèques populaires, mais nous avons à cœur de faire ressortir ce fait que tous les citoyens qui n’ont pas consenti à s’humilier jusqu’au point d’abdiquer tout libre arbitre entre les mains de l’administration devraient avoir présent à l’esprit :  dans le libre pays des principes de 1789, les citoyens qui ont acheté, à frais communs, une bibliothèque, n’ont pas la liberté d’y introduire les ouvrages judiciairement irréprochables qu’il leur plairait d’acheter ((Eugène Ténot, “Courrier”, Le Siècle, 11 juin 1868.)).

Ce dernier exemple, à l’instar des précédents, permet aujourd’hui, grâce aux progrès de la numérisation, de mieux repérer les différentes bibliothèques populaires qui ont connu des difficultés lors de leur établissement, et de dépasser les versions données par des documents officiels et les journaux. En effet, les soucis rencontrés par la bibliothèque populaire d’Oullins sont documentés par des archives privées exploitées dans le cadre de travaux  autour de l’homme d’affaires lyonnais Arlès-Dufour.  Ce saint-simonien convaincu18, rencontre dans l’entourage de son ami Prosper Enfantin  d’autres personnages comme Auguste Perdonnet (un des premiers présidents de la BAI-III) ou Édouard Charton (fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles). C’est donc tout naturellement que la Société d’enseignement professionnel du Rhône, dont il est le fondateur (1864), prévoit de fonder une bibliothèque populaire et de donner également son patronage à une bibliothèque créée par les travailleurs à Oullins. De surcroît, Arlès-Dufour a un autre ami qui n’est autre que Jean Dolfus, président de la Société des bibliothèques communales, qui joue l’intermédiaire avec Jean Macé19 lorsque celui-ci conseille à Arlès-Dufour de fonder des bibliothèques populaires dans sa région20.

Arlès-Dufour transmet le dossier de demande d’établissement d’une bibliothèque populaire dans sa commune de naissance (Oullins) début 1868. L’autorisation préfectorale accordée le 2 avril 1868 est accompagnée d’une lettre regrettant de voir dans le catalogue quelques “ouvrages de polémique sociale et religieuse” et espérant le “plaisir […] de les voir disparaître”21.

Le 8 juin 1868, la préfecture transmet la requête du ministère de l’Intérieur : est demandée la suppression des ouvrages de George Sand et d’Eugène Sue, pouvant « présenter des dangers au point de vue de la famille et de la société » et « être de nature à altérer gravement le sentiment moral des personnes inexpérimentées, crédules et faciles à impressionner. La paix des familles pourrait en être troublée ; le respect des choses saintes et de l’autorité pourrait en souffrir22 ».

Le Sénat, la presse locale et nationale, s’emparent alors d’une affaire complexe, sur fond politique et religieux (la commune connaît aussi de fortes dissensions entre catholiques et protestants.). L’intérêt est redoublé par le soutien de George Sand à Arlès-Dufour. La lettre écrite au prince Napoléon par Arlès-Dufour une fois le calme revenu en dit long :

Petit exemple du résultat de l’intolérance et des taquineries gouvernementales : la bibliothèque populaire d’Oullins qui ne comptait que quarante-trois sociétaires, compte cent-dix inscrits, et au lieu des sept ouvrages anathématisés par le Sénat et M. Pinard, elle en a cent de plus qui mériteraient bien mieux leur excommunication23.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086.

  1. Bien entendu, il faut être conscient des limites de ce type d’exercice, toute la presse contemporaine de ces événements n’étant pas numérisée. []
  2. En ligne sur Retronews. []
  3. R. Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », Revue des Sciences Humaines, juillet-septembre 1969. []
  4. Note de l’auteur du billet : C’est à dire la BAI-VIII. []
  5. Émile de La Bédollière, “Courrier”, Le Siècle, 16 mai 1867. []
  6. Note de l’auteur du billet : La Croisade noire qui s’élevait contre le fanatisme avait été initialement publié par Le Siècle, et violemment dénoncé par les feuilles cléricales comme une attaque contre les congrégations… []
  7. Émile de La Bédollière, “Courrier”, Le Siècle, 23 mai 1867. []
  8. Eugène Ténot, “Courrier”, Le Siècle, 23 juin 1867. []
  9. Le Siècle, 27 juin et 28 juin 1867. []
  10. Le Siècle, 20 juillet 1867 []
  11. Le Siècle, 27 juin 1867 []
  12. Voir Nobuhito Nagai, Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République, 1871-1914, Publications de La Sorbonne, 2002. []
  13. Le Siècle, 20 juillet 1867. []
  14. Eugène Ténot, “Courrier”, Le Siècle, 22 juin 1867. []
  15. Émile de La Bédollière, “Des nouvelles mesures contre le colportage”, Le Siècle, 9 août 1852. []
  16. Émile de La Bédollière, “Courrier”, Le Siècle, 17 juillet 1867. []
  17. Voir Agnès Sandras, “Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction),” in Bibliothèques populaires. []
  18. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000, Lyon 2. []
  19. Sur Jean Macé et les bibliothèques populaires, voir Arlette Boulogne, Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881). Paris, l’Harmattan , 2016. []
  20. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000,  Lyon 2. []
  21. Ibid. []
  22. Ibid. []
  23. Lettre d’Arlès-Dufour, 11 septembre 1868, au prince Napoléon (Archives familiales). Ibid. []

Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière)

Dans un précédent billet, nous avons vu comment Le Siècle1 s’est intéressé à la réflexion autour de la création des bibliothèques populaires sous l’impulsion d’Anthime Corbon. Dans ce billet, nous allons découvrir que tout au long de l’année 1866, Le Siècle a pris la défense des bibliothèques populaires en butte aux tracasseries de l’administration impériale alors que la quasi totalité de la presse observait un silence prudent… Cet engagement du Siècle nous permet un siècle et demi plus tard de repérer les  véritables combats qui se sont engagés un peu partout en France pour la naissance des bibliothèques populaires, et de les documenter grâce aux ressources croissantes fournies par la numérisation. Nous allons ainsi voyager de Verzenay (Marne) à Marseille, en passant par Épernay (Marne), Chevilly (Loiret), et Anduze (Gard). Ces différentes bibliothèques ont reçu le soutien, parfois conjoint, des bibliothèques des Amis de l’Instruction, de la Société Franklin, et de la Ligue de l’enseignement.

Si Le Siècle se soucie de la possibilité de créer des bibliothèques populaires, dans la réflexion plus large qu’il soutient sur l’instruction populaire, il ne se passionne pas immédiatement pour les fondations effectives. Ainsi, la naissance de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III), en 1861, n’est évoquée qu’un an plus tard dans ses colonnes. L’aide des autorités politiques est soulignée, peut-être pour suggérer entre les lignes que les ouvriers fondateurs n’ont pas eu d’autre choix, pour obtenir l’ouverture de la BAI-III, que d’accepter des parrainages qui s’apparentent à une surveillance et les débordent rapidement : présence par exemple dans ses rangs d’Ildephonse Favé, aide de camp de Napoléon III ; rôles-clé détenus par des notables familiers de l’entourage impérial, comme Auguste Perdonnet ; locaux de la bibliothèque situés dans la mairie du IIIe Arrondissement …

Il y a quelque temps, la bibliothèque des Amis de l’Instruction a eu sa première séance publique au Conservatoire des arts-et-métiers, devant un auditoire nombreux.

Après un discours applaudi de M. Perdonnet, président, le secrétaire général, M. Meyer, inspecteur de l’instruction primaire, a lu un rapport, interrompu à plusieurs reprises par les marques d’approbation chaleureuses de l’assemblée. Suivant ce rapport, le 17 mars 1861, deux professeurs réunis à quelques ouvriers, se concertèrent pour se procurer les livres nécessaires à toute bibliothèque utile et pour en faire profiter les autres au meilleur marché possible. Le problème à résoudre, c’était de rendre cette institution accessible à tous, sans qu’ils fussent obligés, après une longue journée de labeur, de quitter chaque soir leur logis. Au commencement de juin, dans une première réunion de l’assemblée générale, qui eut lieu chez M. Marguerin, directeur de l’école Turgot, le problème fut résolu. On vota l’association et la cotisation, et deux cents adhérents avaient déjà accepté ce double principe. Le 7 août., 1861, l’autorisation ministérielle était accordée à la société, qui s’assura le concours des deux grandes associations polytechnique et philotechnique. M. Arnaud Jeanti, maire du 3e arrondissement, offrit dans sa mairie un emplacement convenable pour la bibliothèque et pour les lecteurs. Toutes les autorités, le ministre de l’instruction en tête, se sont empressées d’encourager cette œuvre populaire. Aujourd’hui la société compte 700 souscripteurs et possède 2,000 volumes. Le mouvement du prêt s’est élevé, dans les six premiers mois de l’année, à 3,875 volumes2.

Le Siècle ne s’intéresse ni aux difficultés rencontrées par la BAI-III, en 1863, lorsque celle-ci faillit fermer, le maire du IIIe Arrondissement  ayant vu en elle une assemblée de factieux3, ni à celles entourant la naissance de la bibliothèque populaire de Versailles. En revanche, il dénonce âprement les difficultés rencontrées par les bibliothèques populaires de province dans les années 1866-1867. Plusieurs hypothèses peuvent être émises :

  • les obstacles éprouvés par certaines BAI parisiennes et celle de Versailles touchent sans doute  de trop près le pouvoir impérial pour que Le Siècle s’y frotte. En effet, c’est prendre de gros risques dans une période où la presse est étroitement surveillée et facilement bâillonnée
  • Le Siècle tente peut-être toutefois de faire réagir  le pouvoir impérial sur des cas rencontrés dans toute la France, à un moment où l’on rassemble des exemples d’éducation populaire pour en faire la promotion à la future Exposition universelle de 1867 et ainsi vanter les mérites de la politique libérale
  • Les premiers résultats encourageants des bibliothèques populaires et de la Société Franklin permettent  de plaider la cause de nouvelles créations et démontrer que les craintes des autorités sont infondées

Le premier cas rapporté par Le Siècle date de janvier 1866. Il est englobé dans un ensemble de nouvelles destinées à montrer que l’éducation populaire des communes rurales est prise en main par des hommes dévoués et pourtant en butte aux tracasseries administratives. Il s’agit du combat épique mené depuis 1862 par le médecin d’un bourg champenois contre un sous-préfet qui applique de manière très stricte les consignes données par le ministère (on y reviendra très prochainement dans un billet) :

Verzenay fait partie de l’arrondissement de Reims, et Verzenay voudrait bien avoir une bibliothèque populaire ; mais voilà trois ans qu’on sollicite en vain l’autorisation. Cinq fois le règlement a été modifié, corrigé, retouché, sans que l’administration ait été satisfaite. Nous voyons seulement par une lettre du sous-préfet de Reims au docteur Mailliart que la susdite administration ne sera contente qu’à la condition de choisir elle-même non-seulement le président et les membres du comité, mais encore les livres et le local. Trois ans pour en venir à ce résultat ! Si nous parvenons à instruire le peuple, nous y aurons mis le temps. Au nombre des braves instituteurs qui, pendant ces longues soirées d’hiver, ont tenu des cours gratuits d’adultes, il faut citer M. Jules Thielon, à Mont-Louis-sur-Loir (Indre-et-Loire), qui fournissait le chauffage, l’éclairage et les livres à ses élèves. Honneur à ces hommes désintéressés et dévoués qui, sans autre récompense que le sentiment d’une bonne action accomplie, répandent parmi nos populations rurales l’instruction, dont elles ont un si grand besoin4 !

Notons que les autres grands journaux ne semblent pas s’être souciés de cette affaire, sans doute par crainte de trop s’engager. Ainsi, elle sera racontée en détail, mais en 1875, par La Presse (voir un prochain billet) !

Au cœur des tracasseries connues par les fondateurs de bibliothèques populaires, la législation qui interdit alors les réunions de plus de vingt personnes (même par petits groupes) sous peine de constituer une association illicite (loi de 1834 complétant l’article 291 du Code pénal). Or pour fonder une association et la déclarer aux autorités, encore faut-il pouvoir se réunir une première fois… Le Siècle répercute donc avec  humour une circulaire incitant les  préfets à plus de souplesse dans des cas très précis et limités. Le journaliste conclut d’ailleurs :

Quoi qu’il en soit, tous les citoyens qui songent à former des sociétés de secours mutuels, des associations coopératives, des bibliothèques populaires ou même des cabinets de lecture, grâce à la circulaire ministérielle, devront trouver dans les dispositions de l’autorité plus de bienveillance et de sympathie que par le passé. Nous devions, sous ce rapport, signaler le progrès5.

Le 10 avril 1866, c’est toujours l’humour que manie Le Siècle pour se moquer d’une décision prise cette fois-ci à  Paris. Il s’agit du cas non moins épineux des conférences encouragées à double titre par les bibliothèques populaires : elles permettent de dispenser une instruction et de prolonger ou de susciter des lectures ; la libre participation des auditeurs alimente les budgets souvent très restreints d’acquisitions d’ouvrages. Ces conférences nécessitent des autorisations préfectorales, et les préfets examinent très attentivement le thème des conférences et la réputation du conférencier. Des agents de police sont chargés d’écouter les conférences et font des rapports (Voir un prochain billet sur les conférences). Taxile Delord   signale que si la bibliothèque populaire de Versailles a pu organiser une manifestation, il n’a pas été possible à M. Guéroult de donner une conférence sur le saint-simonisme à Paris :

M. Saint-Marc Girardin a pu faire dimanche à Versailles, et dans la salle du Jeu-de-Paume encore, une très-intéressante conférence au profit de la bibliothèque populaire de la ville ; à Paris, M. Adolphe Guéroult, moins heureux, n’a point été autorisé à consacrer une heure à parler devant le public de la rue Cadet des œuvres de Saint-Simon ; le gouvernement ne voulant pas que la participation des hommes politiques aux conférences leur fasse perdre leur caractère scientifique et littéraire. Ainsi, l’illustre Arago, s’il vivait encore, demanderait en vain à faire à Paris une conférence sur Condorcet, dont il a raconté la vie. « Prenez-le coche, lui dirait-on, et allez faire votre conférence à Pontoise »6.

Cette brève en révèle beaucoup sur les enjeux politiques de l’instruction populaire à cette période. Rappelons déjà que la bibliothèque populaire de Versailles, après avoir connu bien des réticences de la part des pouvoirs politiques7, a pu ouvrir grâce à l’obstination d’Édouard Charton, républicain saint-simonien. Une fois installée, la bibliothèque a connu une paix relative de la part des autorités, et disposé pour ses conférences de la salle du Jeu de Paume, au haut pouvoir symbolique. Au début du mois d’avril 186, Saint-Marc Girardin a donc parlé du « choix des lectures populaires » devant un vaste public, et déclaré que « en initiant de nouvelles classes de lecteurs à de nobles jouissances, on parviendra à effacer des distinctions artificielles et à créer la vraie égalité, l’égalité en haut8 ! » Adolphe Guéroult est quant à lui un publiciste très renommé, franc-maçon et  ancien saint-simonien, qui vient de publier dans son journal L’Opinion nationale 9 le Manifeste des Soixante, cette « première charte de classe d’un mouvement ouvrier français en voie de devenir adulte » selon Marx10. Le Manifeste des Soixante a principalement été initié par l’ouvrier ciseleur Henri Tolain. Rappelons que « la rue Cadet » désigne le Grand Orient de France.  Cet entrefilet et ses sous-entendus nous plongent donc au cœur des relations très complexes de plusieurs réseaux d’influence autour de l’instruction populaire, et plus particulièrement des bibliothèques populaires. 

Pilotell, Le Bouffon, juin 1867.
Pilotell, “Adolphe Guéroult”, Le Bouffon, juin 1867.

Le Grand Orient met alors sa grande salle à la disposition de conférences instructives et de lectures. Édouard Laboulaye, par exemple, président de la BAI-V, y donnera une conférence pour la Société de l’Instruction élémentaire11. Les franc-maçons, comme Charles Fauvéty, ont été très actifs dans la fondation des premières bibliothèques populaires. Le second réseau est celui des saint-simoniens, comme on l’a vu plus haut. Adolphe Guéroult comme Charles Fauvéty et Édouard Laboulaye seront quatre ans plus tard parmi les soutiens de l’Association pour le droit des femmes12 fondée par le franc-maçon Léon Richer. Or, Charles Fauvéty a été proche, comme son ami Jean-Baptiste Girard, le principal fondateur des BAI, de Jeanne Deroin, ce qui explique en partie l’accueil favorable fait aux femmes lectrices dans ces premières bibliothèques populaires13. Enfin, Henri Tolain œuvre à la fondation de l’Association internationale des Travailleurs, dont le premier bureau ouvre rue des Gravilliers, rue où résident Jean-Baptiste Girard, fondateur de la BAI-III, ou bien encore Jean-Victor Bellamy, administrateur de la BAI-III et membre actif de l’AIT.

Trois jours après Le Siècle signale de nouvelles difficultés dans le Sud de la France, à Marseille cette fois :

Le Père Tranquille, journal de Marseille, se mêlant un peu de tout chaque jeudi, s’est mêlé de créer une bibliothèque populaire libre dans le chef-lieu du département des Bouches-du-Rhône. Qui se serait jamais douté qu’aucune institution de ce genre n’existât encore dans une ville comme Marseille ? C’est là une lacune qu’il faut s’empresser de combler. Espérons que les Marseillais s’empresseront de répondre à l’appel du rédacteur en chef du journal dont nous venons de parler, M. Royaunès [sic] , un écrivain distingué dont nous avons lu dernièrement une excellente brochure, L’Athéisme et la Révolution14.

Notons qu’à nouveau Le Siècle semble être un des seuls journaux à signaler ce cas désagréable aux autorités politiques. En effet, Adolphe Royannez est un publiciste connu à Marseille pour ses positions anticléricales et proudhoniennes15. Il a beau déclarer dans que dans le cas où ses opinions philosophiques le feraient juger indigne de la confiance de l’autorité, il s’engage à se démettre de ses fonctions provisoires de président et à  ne pas faire partie du bureau après validation des statuts, sa demande est rejetée16. Adolphe Royannez répercute la décision préfectorale dans son journal (Le Père tranquille) et en appelle à la presse politique parisienne17. Mais Le Siècle semble avoir été un des rares journaux à réagir…

Deux jours plus tard, Taxile Delord attire à nouveau l’attention des lecteurs du Siècle sur les difficultés d’établissement d’une bibliothèque populaire, cette fois dans une commune proche d’Orléans, Chevilly  :

La petite commune de Chevilly, dans les environs d’Orléans, est célèbre dans le département du Loiret par ses luttes en faveur de l’enseignement laïque. Quelques habitants de cette commune ont eu l’idée d’y fonder une bibliothèque populaire. Le 16 novembre dernier, ces honorables citoyens se présentaient à l’hôtel de la préfecture, à Orléans, pour demander au préfet l’autorisation nécessaire en pareil cas, et laissaient entre les mains de ce haut fonctionnaire une copie des statuts, les noms des membres du conseil d’administration et le catalogue des ouvrages destinés à la bibliothèque. Charmés de l’accueil bienveillant et aimable du préfet, convaincus qu’ils s’étaient entièrement conformés à la loi et aux règles tracées par le gouvernement, les promoteurs de la bibliothèque s’étaient retirés avec la douce certitude que l’autorisation allait leur être accordée ; ils l’attendent encore. Trois lettres écrites à M. le préfet sont restées sans réponse ; de nouvelles démarches ont eu pour résultat des réponses évasives. Ce n’est pas tout : le parti qui depuis quatre ans combat à Chevilly l’enseignement laïque, ce parti qui récemment faisait signer à domicile une pétition pour demander la suppression du traitement de l’institutrice laïque adjointe, et par conséquent son renvoi, est autorisé à ouvrir une bibliothèque populaire : Sic vos non vobis. Les libéraux de Chevilly ne protestent point contre l’autorisation donnée à d’autres qu’à eux, ils se félicitent au contraire de leur avoir montré le chemin du progrès ; mais ils s’étonnent, à bon droit, de la lenteur qu’apporte M. le préfet à leur faire connaître sa décision. Espérons qu’il se décidera à les tirer d’incertitude18.

La bibliothèque sera établie grâce aux efforts du Cercle de la Ligue de l’Enseignement. En 1868, elle possèdera 140 volumes et organisera des lectures du soir19.

En novembre 1866, c’est une petite ville du Gard qui occupe Le Siècle, sans doute désireux d’attirer l’attention sur un autre type de souci rencontré par les bibliothèques populaires, à savoir l’autorité possiblement exercée par les maires du Second Empire sur les  structures associatives. En effet, la Société Franklin recommandait lors de la fondation d’une bibliothèque populaire de désigner le maire comme président honoraire afin de faciliter les relations avec les autorités préfectorales. Il est alors plutôt d’usage que le maire se contente de ce  rôle honorifique, mais tous  ne respectent pas cet usage. Dans un premier article, le 15 novembre, Le Siècle accuse le maire d’Anduze de s’immiscer dans l’utilisation des fonds de la bibliothèque20. Dès le lendemain, l’édile, Albin de Montvaillant, envoie une réponse au Siècle qui la publie le 28 novembre. Il faut lire in extenso ce courrier (ici) et l’analyse qu’en fait Le Siècle pour comprendre les enjeux qui se nouent dans des conceptions différentes des bibliothèques, et en particulier la notion de bibliothèque populaire libre face à la bibliothèque populaire communale.

 En effet, la circulaire Rouland sur les bibliothèques scolaires en mai 1860 a permis aux bibliothèques populaires de trouver une légitimité. À cette occasion, le ministre de l’Instruction et des Cultes a lancé un appel à l’initiative privée, appel qui souligne l’impuissance du gouvernement impérial à satisfaire les besoins en instruction de la population et ouvre la brèche pour des bibliothèques libres. Les premières bibliothèques populaires libres relèvent cependant du Ministère de l’Intérieur puisque ce sont des associations. Sous-préfets et préfets examinent leurs statuts, la composition des membres du bureau et peuvent demander  des modifications, voire opposer un refus21. Ils ont aussi la tâche de  prendre connaissance du catalogue, lors de la constitution des fonds, puis d’exercer une surveillance annuelle sur les nouvelles acquisitions, le pouvoir craignant des ouvrages séditieux et/ou immoraux. Or cet examen demande des connaissances spécifiques. Dans un premier temps, le ministère de l’Intérieur semble avoir réclamé les lumières du ministère de l’Instruction. En témoigne une lettre de juin 1866 par laquelle le ministre de l’instruction, sollicité par l’Intérieur à propos de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay, explique qu’il ne pourra fournir à son homologue qu’une aide très ponctuelle et lui conseille de suivre les règles suivantes :

Considérant que, par la lettre précitée, le Ministre de l’Intérieur demande quels sont les livres qu’il y aurait lieu d’exclure « dans l’intérêt de la moralité, de l’utilité et de la valeur scientifique et littéraire ». Que pour donner son avis sur une demande de cette nature, la commission ne peut se placer au point de vue sévère et rigoureux qu’elle a adopté en ce qui touche le choix des livres à distribuer, par le Ministère, aux bibliothèques scolaires d’adultes ; qu’en effet, il ne s’agit, ni d’une bibliothèque placée dans l’école sous la direction et le contrôle du maître comme appendice du cours d’adultes, ou à titre de moyen d’éducation et pour la surveillance de laquelle le Ministre de l’Instruction Publique serait compétent, ni même d’une bibliothèque communale à fonder par la municipalité au moyen de deniers communaux, sous la responsabilité de l’administration locale et sous la surveillance du Ministère de l’Intérieur ; qu’il s’agit d’une bibliothèque libre, établie au moyen de souscriptions particulières, soit pour l’usage des classes ouvrières, soit pour fournir à des lecteurs plus instruits un moyen de l’instruction ou même d’amusement ou de distraction ; que si une bibliothèque de cette nature ne peut s’ouvrir qu’en vertu d’une autorisation administrative qu’il appartient au Ministère de l’Intérieur ou au Préfet, en son nom, d’accorder ou de refuser, le choix des livres doit être laissé aux intéressés eux-mêmes, dans le droit essentiel pour l’autorité publique d’intervenir dans la composition des catalogues par voie d’exclusion dans un intérêt de moralité ou d’ordre public.

   Considérant qu’il sera fait une juste appréciation de ce double intérêt par l’adoption des règles suivantes :

     1° Ne conserver dans un catalogue de cette nature aucun livre qui n’aurait pas obtenu l’estampille du colportage, la Commission de Colportage est instituée, en effet, pour empêcher la circulation dans les villes ou dans les campagnes des ouvrages dangereux offerts à domicile au lecteur dans un but de lucre, ou dans un but de propagande. Peu importe que la circulation s’opère soit par un colporteur, soit par l’intermédiaire d’un bibliothécaire qui au lieu de poursuivre le lecteur, l’attendrait au siège de la bibliothèque et répandrait dans le pays des ouvrages nuisibles.

     2° Y tolérer des ouvrages qui, par leurs tendances frivoles, n’auraient pas été admis dans les bibliothèques scolaires ;

     3° Faire, au besoin, deux catégories dans les ouvrages conservés pour signaler aux fondateurs de la bibliothèque ceux qui, jugés nuisibles pour certains lecteurs, pourraient cependant être lus sans inconvénients par des lecteurs plus âgés, plus instruits ou moins nombreux.

     Considérant que si, en ce qui concerne le choix des livres destinés aux bibliothèques scolaires, la Commission permanente ne statue pour chacun d’eux qu’après un rapport écrit, elle ne pourrait songer à adopter, pour examiner l’affaire actuelle, cette forme de procédure ; qu’elle a pu et dû se borner, pour répondre à l’avis qui lui est demandé, à entendre la lecture complète du catalogue, sauf à délibérer sur les propositions d’exclusion ou de mise à part qui seraient faites sur tel ou tel ouvrage, par le rapporteur ou par un de ses membres de la Commission ; qu’en ce qui touche les ouvrages d’inconnus à tous les membres précédents et sur lesquels, par la seule mention du titre ou du nom de l’auteur, un scrupule pourrait s’élever, elle se borne, eu égard au temps et aux recherches que réclameraient l’apport et la lecture complète de ces livres, à dégager à leur égard sa responsabilité en plaçant à côté du titre de l’ouvrage le mot inconnu : ces ouvrages cependant seront examinés si S.E. le Ministre de l’Intérieur envoie le volume avec une demande formelle d’examen22.

 À Épernay, la question des ouvrages jugés licencieux par le pouvoir se règle discrètement. En effet, cette bibliothèque bénéficie du soutien d’Auguste Perdonnet, proche du cercle impérial, qui a fait partie des premiers fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement23. Auguste Perdonnet est d’ailleurs le donateur des œuvres de Voltaire que la bibliothèque des Amis de l’Instruction met à part dans une armoire grillagée pour rassurer les autorités… Pour d’autres bibliothèques populaires, en particulier celles de Saint-Étienne et d’Oullins en 1867, cette question viendra au grand jour, et Le Siècle ne sera plus désormais seul à évoquer la question des bibliothèques populaires (voir prochain billet ici).

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière)," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/1951.

  1. En ligne sur Gallica ici. []
  2. Le Siècle, 30 septembre 1862 []
  3. Sur cette crise voir Ian Frazer, ” Jean-Baptiste Girard (1821_1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction”, in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ille arrondissement, 1985. []
  4. Le Siècle, 2 janvier 1866. []
  5. E. André-Pasquet, ” Le droit de réunion”, Le Siècle, 2 avril 1866. []
  6. Taxile Delord,”Partie politique”, Le Siècle, 10 avril 1866. []
  7. Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, “Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire”. Romantisme, Armand Colin, 2017. []
  8. Ernest Bersot, Le Journal des Débats politiques et littéraires, 10 avril 1866. []
  9. Voir Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau [et alii], Quand les socialistes inventaient l’avenir, 1825-1860, La Découverte, 2016. []
  10. Jacques Julliard, Jean-Claude Michéa, La gauche et le peuple, Flammarion, 2014. []
  11. Le Petit Journal, 28 janvier 1870. []
  12. Voir Alban Jacquemart, “Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d’un engagement improbable“. EHESS, 2011. []
  13. Voir Agnès Sandras, “Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? Quelques pistes de réflexion”, in Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 (dir. Carole Christen, Laurent Besse), Presses universitaires du Septentrion, 2016. []
  14. Taxile Delord, “Courrier”, Le Siècle, 11 avril 1866. []
  15. Voir Michael Pakenham, Keith Cameron, Le Champ littéraire 1860-1900 : études offertes à Michael Pakenham. Rodopi, 1996. []
  16. Voir Robert Rossi, Léo Taxil (1854-1907) : du journalisme anticlérical à la mystification transcendante, Le Fioupélan, 2016. []
  17. Ibid. []
  18. Taxile Delord, “Courrier”, Le Siècle, 11 avril 1866. []
  19. Voir Jean Macé, Les Origines de la Ligue de l’Enseignement 1861-1870, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1891. []
  20. “Courrier”, Le Siècle, 15 novembre 1866. []
  21. Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, “Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire”. Romantisme, Armand Colin, 2017. []
  22. Lettre du Ministre de l’Instruction Publique  au Ministre de l’Intérieur, 14 juin 1866. Archives Nationales : F/1a/632. []
  23. Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay » , in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014. []

Enjeux éditoriaux des lectures populaires : le cas de Jules Radu et des bibliothèques communales (1846-1852)

Nouvelles méthodes. Lecture, écriture, calcul, grammaire, géographie, histoire générale, par Jules Radu,… Paris, chez l’auteur, 1868. Gallica (BnF).

Les événements de 1848 mettent en relief le désir de lecture du peuple (Voir un futur billet sur les lectures en 1848). En juillet 1848, la  proposition de M. de Montrol sur la création de bibliothèques communales est prise en considération. Une commission est nommée pour faire un rapport à l’Assemblée nationale qui doit aussi statuer sur un « journal destiné aux ouvriers »1. Les éditeurs s’intéressent vivement à l’idée d’ouvrages rédigés spécialement pour l’instruction du peuple, ou de collections à bon marché qui figureraient dans les bibliothèques communales. Parmi eux, certains flairent une aubaine. C’est le cas de  l’auteur Jules Radu, qui a produit tant de documents vantant sa philanthropie que l’on a pu croire à tort  un siècle plus tard qu’il avait été le précurseur de Jean Macé2 … Redonner sa véritable place à Jules Radu permet de plonger au cœur des débats complexes et des initiatives singulières en matière de lectures et bibliothèques destinées au peuple dans la décennie qui a précédé la fondation des bibliothèques populaires.

Jules Radu vers 1868 (Nouvelles méthodes. Lecture, écriture, calcul, grammaire, géographie, histoire générale, par Jules Radu. Paris, 1868). Gallica (BnF).

Jules Radu (1810-18993) a été connu au XIXe siècle pour une publication à prétentions pédagogiques. Il a en effet eu l’idée d’un gros ouvrage à bas prix, offrant les connaissances de base nécessaires à des personnes désireuses de s’instruire. Dès les premières éditions, Radu insiste sur la visée soi-disant philanthropique de ce livre dont il multipliera les tirages pendant quarante ans,  sous des titres et une présentation variés. Les thématiques demeurent les mêmes (lecture, écriture, calcul, orthographe, dictionnaire français, agriculture, géographie, histoire), à l’exception de la religion qui disparaît. Cet agglomérat de plusieurs centaines de pages (plus de 800 pour les dernières éditions), mêle leçons, conseils, exercices et données dans différents domaines. Le tout est très peu illustré, ce qui explique son prix modique. L’adresse de Radu consiste surtout en une auto-promotion effrénée qui occupe bientôt plusieurs dizaines de feuillets au début des publications. En 1868, on trouve ainsi au début des Nouvelles méthodes. Lecture, écriture, calcul, grammaire, géographie, histoire générale :

  • les « rapports sur l’ouvrage » : florilège de recommandations émanant de gens importants
  • la « séance de M. Jules Radu » : restitution de son discours dans les usines, les régiments, etc., sur les avantages qu’il y a à acheter l’ouvrage par souscription (5 versements mensuels d’un franc chacun), et même éventuellement d’en faire don :

Vous pouvez envoyer ce livre par la poste : vous le mettez sous bande, vous le portez au bureau de poste, vous donnez 75 centimes, prix de l’affranchissement du livre, comme 20 centimes sont le prix de l’affranchissement d’une lettre, et vous avez la certitude que l’ouvrage arrivera dans votre commune. Je vous recommande d’écrire sur la première page : Offert à ma famille, Ou : Offert à ma commune, en ajoutant votre nom, afin qu’au pays l’on connaisse celui qui a envoyé ce livre. Quand ces méthodes auront rendu service à la commune, on demandera : « Qui a fait don de ce volume ? —

C’est un tel, » répondra-t-on. Et votre nom restera ainsi à perpétuité, dans votre famille ou votre commune, attaché à une œuvre utile4.

  • Le nombre de souscripteurs en province, à Paris, dans l’armée, la marine
  • Le détail des tirages : estimés au total à 220 000 (1868)
  • Les « bibliothèques communales » : dossier de l’action entreprise par Jules Radu. Ce dossier, on y reviendra, se garde bien de donner les éléments en défaveur de Jules Radu. Ce dernier au contraire, en fait un élément de crédibilité supplémentaire, y mêlant des documents authentiques, mais sortis de leur contexte, et des notes personnelles comme cette autobiographie pourtant présentée sous un jour officiel  :

Extrait de la Note annexée au rapport de la Commission ;
M. Jules Radu, né à Paris en 1810, doué d’un caractère indépendant et d’une volonté énergique, appartient à une famille honorable qui a possédé une grande fortune.

Depuis vingt-quatre ans ses travaux se divisent en deux périodes distinctes.

De 1827 à 1837. — Professeur de méthodes élémentaires.

De 1837 à 1850. — Fondation de Sociétés de bienfaisance; publication de ses ouvrages.

1837. MM. BAUDRAND, GOURGAUD, DE RUMIGNY et DE LA ROCHEFOUCAULD D’ESTISSAC, officiers généraux de la maison du roi, engagent M. Jules Radu à s’occuper de l’armée. Ses cours sont organisés par divisions militaires; il passe toutes ses nuits en route pour se transporter d’une ville à une autre : c’est ainsi que, pendant quatre ans, M. JULES RADU a fait, par an, quatre à cinq mille lieues, toutes de nuit. Près de 6,000 hommes, officiers, sous-officiers et soldats, ont suivi ses cours.

1841. M. Jules Radu fonde une Association de bienfaisance. Cette Société, composée des hommes les plus considérables, s’est réunie à la Chancellerie, dans les salons de M. le garde des sceaux, ministre de la justice, l’un des vice-présidents du Conseil de l’œuvre. (Moniteur du 13 janvier 1841.). L’œuvre a pour but de fonder des établissements pour l’extinction de la misère, élever les enfants pauvres et propager l’instruction élémentaire. À cet effet, M. JULES RADU a publié un ouvrage fort estimé […]

1846. La Société des bibliothèques communales est fondée; le 12 décembre, M. Jules Radu se rend à Rome pour placer la Société sous le patronage du Saint-Père. Une année est employée à une foule de démarches pour réunir un patronage imposant par le nombre et la distinction de ses membres ; les Bibliothèques seront répandues dans les communes au nom du jeune COMTE DE PARIS. La révolution de Février vient tout arrêter.

1850. M. JULES RADU avait épuisé ses dernières ressources. Un héritage lui fournit les moyens de donner suite à la fondation de son œuvre. Le 3 mars, la Société se constitue dans sa première réunion au palais de l’Élysée. Les Bibliothèques communales sont officiellement recommandées par le gouvernement. (Moniteur du 31 mai 1850.)
Sur un patrimoine de 60,000 francs, qui lui assurait une existence indépendante, plus de la moitié a disparu pour l’organisation de son œuvre. En abandonnant la partie commerciale aux libraires, M. Jules Radu a déclaré, dans les termes les plus absolus, qu’aucune idée de spéculation n’étant jamais entrée dans sa pensée, il entendait rester complètement étranger à tout bénéfice, à quelque titre ou sous quelque forme que ce fût, se réservant seulement la part de gloire qui revient à l’homme qui a fait quelque chose d’utile à son pays5.

Le système de Radu est  bien rodé : dans ses publications, il se réclame d’avoir fondé la société des bibliothèques communales, se gardant bien dans les éditions postérieures à cette tentative de dire qu’elle a avorté. Dans le projet des bibliothèques communales, il met en avant ses publications dites pédagogiques, en leur prêtant un rôle philanthropique puisqu’elles sont censées avoir permis l’instruction du peuple. Ce système repose sur des pages et pages de citations de personnes influentes ou d’extraits de rapports officiels, Radu passant sans état d’âme de la revendication de la protection royale à la caution impériale : on notera par exemple qu’en 1850 la société des bibliothèques communales prend très significativement le nom de « Société de bienfaisance – Association universelle – Bibliothèques communales – Religion, éducation, instruction élémentaire, extinction du paupérisme ». Le tout est présenté comme une œuvre caritative, Radu déclarant invariablement  dans ses écrits qu’il y a sacrifié sa vie personnelle et sa fortune. Pourtant, lorsqu’il est fait tardivement chevalier de la légion d’honneur, suite à sa suggestion, ni la presse, ni son dossier (à part sa demande) ne font mention d’un dévouement aux autres. Son dossier contient même une lettre  le soupçonnant de faire indûment étalage de la croix à des fins commerciales. Quant à la presse si elle mentionne les actions philanthropiques d’autres chevaliers, ce n’est pas le cas pour Radu (voir ci-dessous.).


“Nominations dans la légion d’honneur”, Les Tablettes des deux Charentes, 30 juillet 1879.

Revenons par conséquent sur cette fameuse Société des bibliothèques communales. La symbolique visite au pape (cf. plus haut) la place dans le sillage de l’œuvre catholique du Bon Livre6. Nanti de la garantie morale que lui offre sa visite romaine, Radu envoie son ouvrage (contenant désormais son projet de bibliothèques communales) à des notables philanthropes, des sommités scientifiques et littéraires, et des responsables politiques. Il se sert alors de leurs remerciements, pourtant parfois formels dans une société encore très sensible aux règle de courtoisie, pour les insérer dans les nouvelles éditions ou prospectus qu’il publie. Après les événements de 1848, il reprend ses démarches, ajoute à son tableau de chasse des personnes influentes dans le cercle du président Louis Napoléon Bonaparte, et peut  se prévaloir rapidement d’une liste impressionnante. On peut supposer, même si cela n’est pas dit expressément, que son projet vient s’opposer à celui de Léon Curmer (De l’établissement des bibliothèques communales en France, 18467). En effet, Léon Curmer repousse l’initiative privée pour prôner la responsabilité de l’État qui doit selon lui de manière autoritaire dégager les moyens financiers nécessaires au choix, à la fabrication et à l’achat de livres8, et confie la bibliothèque communale aux seuls soins de l’instituteur. Ces différences politico-religieuses et la visée instructive mises à part, le système imaginé est proche puisque Curmer propose un choix de 80 ouvrages à envoyer aux communes quand Radu en prévoit 100 (cf. infra.).

De l’établissement des bibliothèques communales en France / par Léon Curmer. Paris, Guillaumin, 1846. Gallica (BnF)

L’apogée du projet de Radu se situe en 1850 lorsque  la Société des bibliothèques communales est lancée à l’Élysée (20 février) et les statuts approuvés par le ministère de l’Intérieur (17 mars9). Les noms des membres du Conseil de surveillance contribuent au prestige de l’initiative : duc de Caumont La Force (président); duc de La Rochefoucauld-Doudeauville, ancien député, et Orfila, conseiller de l’Université, vice-présidents ; « Jules Radu, fondateur de l’Oeuvre », secrétaire ; général de Grammont, marquis de La Rochejaquelein, etc., membres du Conseil. Le 3 mars, Jules Radu a présenté, lors du conseil réuni au Palais de l’Élysée, la société des bibliothèques communales dans un exposé qui reprend les topoi contemporains de la bonne lecture :

LA BIBLIOTHÈQUE COMMUNALE, guide des familles pour l’éducation et l’instruction des enfants, vient éclairer les classes laborieuses et combattre le colportage des mauvais livres, véritable fléau des campagnes. (…) La propagation des bons livres est un moyen de combattre l’ignorance, l’une des causes du désordre qui étonne et afflige la société. L’ignorance peut conduire à la misère, la misère au crime. Le crime est un acte de folie (…)10.

Le 31 mai, Le  Moniteur publie  une circulaire du ministre de l’Intérieur (du 20 avril) enjoignant aux préfets d’encourager la souscription pour les  bibliothèques communales. Des lettres pré-imprimées, signées du Duc de Doudeauville, et des prospectus, circulent  en grand nombre adressés aux « autorités religieuses, civiles et militaires des 37 000 communes ». Notons au passage que ces différents formulaires sont conçus de manière extrêmement organisée11, et ont  certainement nécessité des investissements importants.


Le Moniteur universel, 31 mai 1850.

On sort donc du cercle des personnes désireuses de joindre leur nom à une action philanthropique dans l’air du temps (moralisation des classes ouvrières par de bonnes lectures; lutte contre les dangers du cabaret; etc.). Exposé au grand jour, le projet surprend les divers combattants et acteurs de l’instruction populaire qui examinent prospectus et statuts et crient rapidement au scandale. Radu a en effet prévu des statuts dont les 63 articles recouvrent visiblement une action commerciale mûrement réfléchie. Chaque commune peut souscrire pour une bibliothèque composée de « cent volumes sur la Religion, l’Éducation et l’Instruction élémentaire, les Sciences, l’Histoire et les Voyages, le Théâtre et la Littérature, l’Agriculture, les Manuels de l’ouvrier, et l’Administration communale »12. Or par un curieux hasard, la publication des ouvrages commence par la 3e série « L’instruction élémentaire » (Art. 5. des statuts), celle dont Radu est le plus expert… Quant à la bibliothèque « tout chêne – porte vitrée, fermée à clé », partie intégrante de la souscription,  vendue par la Société pour 45 francs, on découvre vite qu’elle est fabriquée par un proche de Radu. Mais les critiques se concentrent essentiellement sur les thématiques et ouvrages prévus. Ils se décomposent en effet de la sorte (on en trouvera le détail ici) :

  • Religion, éducation : 6 ouvrages, 6 volumes
  • Instruction élémentaire : 16 ouvrages, 32 volumes
  • Histoire générale, voyages : 6 ouvrages, 13 volumes
  • Littérature : 1 ouvrage, 2 volumes
  • Manuels de l’ouvrier : 6 ouvrages, 7 volumes
  • Agriculture : 11 ouvrages, 30 volumes
  • Administration communale : 3 ouvrages, 10 volumes

Dans Le Siècle, La Presse, L’Illustration, etc., des voix s’élèvent pour dénoncer l’uniformisation de la pensée qu’entraînerait un choix identique de cent ouvrages dans tous les cantons français … Après avoir ironisé sur les signataires de la souscription, Le Siècle s’agace du choix des livres :

 La création des bibliothèques communales annoncée à grand renfort de prospectus et d’affiches officielles, et présentée sous le triple aspect bien séduisant de la bienfaisance, d’une prompte amélioration sociale et de l’extinction du paupérisme, pouvait être une idée heureuse et féconde. Il suffit cependant de jeter les yeux sur le catalogue des ouvrages qui doivent servir de base à ces bibliothèques, pour reconnaître l’esprit qui a présidé à la fondation d’une œuvre si vivement recommandée aux préfets par M. Baroche dans sa circulaire du 31 mai 1850. La politique et l’économie sociale ont été sévèrement bannies de ce catalogue. Il en a été de même de la philosophie ; on n’y trouve nulle trace d’élémens [sic] d’idéologie ou de logique. L’art de penser aura paru sans doute une superfétation inutile aux fondateurs de la société des bibliothèques communales. Le peu de fruit que l’on pourra retirer de la création de ces bibliothèques ainsi conçues se bornera à la diffusion de quelques idées littéraires dans nos campagnes. Quant à l’éducation professionnelle ou agricole, elles auront peu de choses à y gagner, aujourd’hui que les connaissances qui se rattachent à ces deux branches si intéressantes de l’instruction publique ont été vulgarisées par d’excellents traités qui ont pénétré dans tous les centres de population un peu importans [sic]13.

Les catholiques s’émeuvent également. L’Univers dénonce le projet. En 1853, l’abbé Bernard synthétise les critiques et les craintes exprimées :

La Bibliothèque communale, annoncée, il y a trois ans, sous un puissant patronage, serait sans doute une excellente opération financière pour l’éditeur-entrepreneur; mais en lisant son programme, on comprend la répulsion et les susceptibilités qu’il éveilla de la part des maîtres de l’enseignement religieux, et des hommes qui veulent efficacement le bien du peuple. Les publications promises sont au moins suspectes sous le rapport religieux, et ne répondent aux besoins des esprits ni par la forme, ni par la doctrine. Dans l’hypothèse la plus favorable, le profit moral serait nul, et un grand danger serait imminent ; en déplaçant le contrôle du livre, pour faire juges de son opportunité les spéculateurs qui éditent ou des commis de municipalités, avocats de village et ex-démocrates rouges, on risque d’introduire des publications pernicieuses sur les tablettes de la bibliothèque communale. Ce plan s’est trompé de date, il est à la mesure des idées mesquines d’une autre époque ; il échouera infailliblement, du moins, comme résultat utile au peuple, s’il est mis à exécution14.

Le duc de Doudeauville, vice-président de la Société,  prend acte de ces dysfonctionnements qui engagent sa responsabilité, et celle du Président de la République qui la patronne. Il décide par conséquent de convoquer les libraires de Paris par une lettre circulaire, sans indiquer l’objet de la réunion. Aux 60 libraires présents, le 1er mars 1851, il annonce que la Société des bibliothèques communales, incapable d’imprimer les traités prévus, fait appel au concours de la librairie. Une commission de 11 membres, choisis parmi tous les libraires (y compris les absents) est nommée : MM. Roret, Baudry, Toulouse, Charpentier, Victor Masson, Durand, Langlumé, Labé, Dusacq, Dumaine et Bachelier. Cette commission se réunit dès le 5 mars (MM. Delalain, Carilan et Ducrocq remplaçant MM. Bachelier, Baudry et Dusacq) pour concourir « avec une association de personnes honorables, à une œuvre de haute moralisation15 ». Plusieurs réunions se tiennent sous la direction de M. Roret, Victor Masson remplissant le rôle de secrétaire. La commission décortique le projet des bibliothèques communales, et prend systématiquement le contrepied du projet de Radu qualifié de « jeu d’esprit », « caprice de l’imagination » plutôt que « fruit d’une étude profonde et juste des voies et moyens pour arriver au but16 ». Sont contestés les « travaux nouveaux, entrepris exprès pour les bibliothèques communales » ; le fait que toutes les communes, quelles que soient leurs particularités, se voient imposer les mêmes cent ouvrages ;  la dépense du corps de bibliothèque. Sont préconisés le libre choix des communes parmi les meilleurs ouvrages en tous genres, l’appui de L’État et des départements, des souscriptions volontaires17. Le projet de cette nouvelle Commission ne voit pas le jour immédiatement mais il pose le principe des futures bibliothèques scolaires et populaires.

Quant à Doudeauville, il fait bientôt savoir que Radu ne doit plus sous aucun prétexte se prévaloir d’être le secrétaire de la Société des bibliothèques communales (voir ci-dessous).

La Gazette de France, 30 juin 1851.

L’ Espérance, Courrier de Nancy rapporte l’affaire avec beaucoup de finesse :

 Il y a déjà quelques mois, nous avons dû entretenir nos lecteurs d’une entreprise qui s’annonçait sous les termes pompeux de Bibliothèques communales. Nous l’avons fait avec modération, et cependant nous croyons en avoir assez dit pour éclairer ceux que les magnifiques promesses du prospectus auraient pu séduire. Depuis lors, nous n’avions plus entendu parler de ce projet et nous l’avions cru abandonné. Nous étions dans l’erreur : témoin un volumineux paquet de circulaires, prospectus, modèles de souscription que nous venons de recevoir ! Il  parait même que l’on se propose de faire plus de bruit que jamais avec cette ridicule conception, car, lisons-nous, ces prospectus doivent être adressés à tous les fonctionnaires de France; on propose à MM. les maires d’inviter les notables de leur commune à contribuer à la souscription par une somme qui serait versée séance tenante ; on prie MM. les curés de faire une quête !! On invoque l’appui de MM. les instituteurs ; on engage MM. les journalistes à ouvrir dans leurs colonnes une souscription en faveur de l’œuvre ; on supplie les autorités de former dans les chefs-lieux de canton un comité de surveillance et un comité de dames patronnesses. Les dames patronnesses organiseront des bals, des concerts, des loteries, des représentations à bénéfices et présenteront les souscriptions dans les administrations et les ateliers, dans les collèges, les pensionnats et les communautés religieuses. Les gardes-champêtres, les facteurs ruraux, les tambours de la garde nationale, les garçons de bureau, seront préférablement utilisés pour le colportage de la liste à domicile. Nos lecteurs se rappellent que le 101e et dernier volume de la bibliothèque doit être un livre d’honneur où seront enregistrés les noms de tous les bienfaiteurs. Ce livre d’honneur joue un rôle important dans l’affaire :  « Il faut, dit le prospectus, faire valoir aux ouvriers le livre d’ honneur ; ce sera peut-être la première fois pour le pauvre ouvrier et la seule occasion dans sa vie de voir son nom imprimé à la suite des autorités de la commune…. dans les collèges, les pensionnats et les communautés religieuses, le mandataire de la Société fera une démonstration aux élèves pour les engager à prévenir leur famille de la souscription, ce qui est en même temps un moyen de Publicité pour l’œuvre. Les parents refusent rarement à leurs enfants de s’associer à une bonne pensée, et les enfants seront enchantés de voir leurs noms imprimés dans le livre d’honneur. »

[…] Que reste-t-il donc ? beaucoup de bruit pour rien ; un tintamarre habilement nourri de coups de grosse caisse, de trombones et de tams-tams, pour attirer les badauds et remplir la caisse. Que chacun s’empresse donc de porter ses épargnes rue de la Paix, n° 10, siège de l’administration des bibliothèques communales. On lui délivrera une quittance qu’il conservera jusqu’à l’impression du livre d’honneur. Mais, dira-t-on, le gouvernement a recommandé les projets de M. Radu ; — M. Radu est le père de la chose et le rédacteur de la plupart des ouvrages annoncés — les évêques de France y ont applaudi, les préfets les ont appuyés ; une foule de notabilités les ont encouragés. Le Président de la République est le protecteur de l’œuvre; le cardinal Fornari et le comte Portalis en sont les présidents honoraires ; notre Saint-Père le Pape a donné sa bénédiction à l’inventeur. Donc… — Une simple réflexion, s’il vous plaît. Nous ne contestons pas ces faits ; mais nous nous permettons une distinction. Les personnages importants et respectables dont on fait mousser les noms ont approuvé, tout comme nous approuverions nous-mêmes, la pensée de bibliothèques communales, réellement utiles; elles ont applaudi à une fondation dont le besoin se faisait et se fait encore vivement sentir. Nous en ferions autant. Mais ont- ils approuvé la conception incolore, informe, inutile dont M. Radu est le père ? la collection niaise dont il est le rédacteur ? l’œuvre sans mérite et sans nom qu’il préconise à grand renfort de prospectus et de réclames ? Là est la question. Il y a bibliothèques communales et bibliothèques communales, comme il y a fagots et fagots. Or, celles de M. Radu n’en ont que le nom. Donc, dussé-je ne jamais figurer sur le livre d’honneur, je ne souscrirai pas pour un liard d’ancien régime. Voilà ma conclusion.

Si, aux raisons données, il fallait en ajouter une autre, la voici formulée par M. de Larochefoucauld, duc de Doudeauville, ex-vice-président de l’œuvre prétendue : « Après avoir fait tous les efforts, pendant deux années, pour marcher d’accord avec M. Radu, le soutenir, le défendre et même le diriger, M. de Larochefoucauld, duc de Doudeauville, poussé à bout par les procédés de M. Radu et entravé, à chaque instant, par une imagination aussi ardente et un caractère aussi cassant, reste convaincu de l’impossibilité d’atteindre jamais avec lui le but moral qu’il s’était proposé. » M. de Larochefoucauld a raison et nous sommes pleinement de son avis18.

Jean Macé lui-même évoquera aussi avec humour cette pantalonnade dans un article de 1864 où il explique pourquoi il a appelé les bibliothèques populaires de sa région des « bibliothèques communales ». Il conclut à propos de l’entreprise menée par Radu :

Tout cela n’a pu suffire à mener à bien la Société de bienfaisance.
C’est une tâche un peu lourde que d’entreprendre de faire l’aumône à tout un pays. Il faut en définitive qu’il se la fasse lui-même, et attirer à soi des millions pour les faire retomber ensuite en pluie bienfaisante, est quelque chose d’à-peu-près impossible chez nous, quand on n’est pas église, ou gouvernement.

D’autre part, en fouillant bien le prospectus, on y aperçoit dans un coin un directeur-entrepreneur qui se charge de fournir la menuiserie pour 60 francs par commune, et la librairie à raison de 3 francs par volume, tout relié, pour la première édition de 3000 , et de 2 fr. 50 c. pour les éditions suivantes. Il y en a 100 de ces volumes, alignés d’avance par catégories en un tableau irréprochable, si ce n’est qu’à l’article : Littérature, sur onze volumes triés dans l’ensemble des produits de l’esprit humain, il s’en trouve un pour les Matinées littéraires de Mennechet, un galant homme, de beaucoup d’esprit, qui aura dû s’étonner d’avoir été choisi. Même avec la reliure, il paraît peu probable qu’on n’eût pas réservé un petit bénéfice sur chaque volume, et ce bénéfice multiplié une première fois par 100, multiplié une seconde fois par le chiffre des communes de France, devait en fin de compte prendre des proportions assez raisonnables si l’entreprise avait réussi19.

Hormis le nom de bibliothèques « communales », le projet de Radu s’oppose en tout à la réalisation de Macé. Radu fait partie de quelques hommes du XIXe siècle qui ont entrevu une manne dans une lecture populaire canalisée et désincarnée ; Macé, et les fondateurs des bibliothèques populaires comme Girard, ont permis de manière désintéressée au peuple au sens large de découvrir les livres, tous les livres, dans les limites imposées par le pouvoir impérial. Radu n’a donc ni fondé des bibliothèques communales, ni été le précurseur de Macé.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Enjeux éditoriaux des lectures populaires : le cas de Jules Radu et des bibliothèques communales (1846-1852)," in Bibliothèques populaires, 11/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2010.

  1. Le Constitutionnel, 24 juillet 1848. []
  2. Voir Ernest Lefèvre, “Jules Radu, fondateur des « Bibliothèques Communales », précurseur de Jean Macé”, Bulletin de la Société d’études historiques et géographiques de la région parisienne, n° 102-103, janv-juin 1959. []
  3. Selon son dossier de chevalier de la légion d’honneur. []
  4. Nouvelles méthodes. Lecture, écriture, calcul, grammaire, géographie, histoire générale, par Jules Radu,… Paris, chez l’auteur, 1868. []
  5. Ibid. []
  6. Voir Noë Richter, “Aux sources de la lecture publique : l’Œuvre des Bons Livres de Bordeaux”, Conférence donnée à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, 1997. []
  7. Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales en France. Paris, Guillaumin,1846. []
  8. Voir Noë Richter. « Aux origines de la lecture publique », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1978, n° 4, p. 221-249. []
  9. Selon la brochure « Société de bienfaisance – Association universelle – Bibliothèques communales – Religion, éducation, instruction élémentaire, extinction du paupérisme », Sèvres, Imprimerie de Cerf, 1850. []
  10. Brochure ” Propagation des bons livres – Bibliothèques communales – Oeuvre d’utilité publique – Napoléon III protecteur”.  Paris, Imprimerie de Ch. Jouaust, 1850. []
  11. Voir par exemple la feuille à souches de la souscription dans ce prospectus. []
  12. Brochure « Société de bienfaisance – Association universelle – Bibliothèques communales – Religion, éducation, instruction élémentaire, extinction du paupérisme », Sèvres, Imprimerie de Cerf, 1850. []
  13. Le Siècle, 10 juillet 1850 []
  14. L’ Abbé Bernard, “Colportage catholique”, La Voix de la vérité, 21 novembre 1852. L’ Abbé Bernard avait envoyé le mémoire correspondant au contenu de cet article au ministre de l’intérieur en octobre 1852. []
  15. Brochure « Bibliothèques communales – Note à la librairie » , Paris, Imprimerie de L. Martinet, 1851. []
  16. Brochure “Rapport présenté à la Société de bienfaisance pour la fondation des bibliothèques communales par la Commission de Librairie nommée le 1er mars 1851 chez  M. le Duc de La Rochefoucauld Doudeauville”. Paris, Imprimerie de L. Martinet, 1851. []
  17. Ibid. []
  18. Vagner, “Les bibliothèques communales”, L’Espérance, Courrier de Nancy, 16 mai 1851. []
  19. Jean Macé, “La société des bibliothèques communales du Haut-Rhin“, Revue d’Alsace. Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, 1864. []