Archives de catégorie : Bibliothèques au XIXe siècle

Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit

Portrait de Georges de Peyrebrune, In Mes Contemporaines par Camille Delaville, Paris, P. Sévin, 1887. Cliché de l’auteur.

Michel Blanc, de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement de Paris (BAI-III), est la première personne qui m’a exprimé son intérêt pour ce manuscrit et m’a suggéré de le publier en ligne. Qu’il en soit ici remercié. Il en fait une brève présentation (voir l’encadré ci-dessous) avant la transcription, et propose quelques remarques conclusives à la suite de notre analyse de ce texte.

Jean-Paul Socard

Continuer la lecture de Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit

La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

Les papeteries du Marais. Cliché de Durandelle, vers 1880. Avec l’aimable autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

 

Le Musée de la Seine-et-Marne propose actuellement et jusqu’au 23 décembre une intéressante exposition sur “les papeteries de la vallée du Grand-Morin : une aventure industrielle“.  Cette exposition “retrace l’épopée industrielle, prestigieuse et très particulière, de la fabrication des papiers fiduciaires et «sécurité» dans les papeteries du Grand Morin”. 

La vallée du Grand Morin accueillait en effet traditionnellement des moulins dont certains étaient utilisés par des papeteries. En 1785, Louis Delagarde, propriétaire des Papeteries du Marais, devient également gérant des Papeteries d’Arches dans les Vosges, près d’Épinal. Les papeteries du Marais comprennent des moulins répartis sur plusieurs communes de la vallée du Grand-Morin dont  Jouy-sur-Morin qui est choisi pour la fabrication des assignats. Les « Papeteries du Marais et de Sainte-Marie », riches de 13 moulins, sont créées en 18281. La qualité et la variété des différents papiers produits font leur réputation internationale : elles obtiennent une médaille d’or aux Expositions de 1831, 1839, 1844, 18492, etc. En 1863, elles fabriquent des “papiers pour écriture, pour impression, pour lithographie et photographie; des papiers filigranés pour billets de banque, des papiers de couleur pour tentures et enfin des cartons doubles3”. Elles connaissent, comme toutes les industries du XIXe siècle, de fortes mutations technologiques et apportent des modifications importantes dans la vie socio-économique locale. Parmi les changements liés à ces papeteries, je souhaiterais évoquer la “bibliothèque populaire du Marais”, dont l’histoire n’a pas été (sauf erreur de ma part) encore été explorée, alors qu’elle présente une  originalité certaine.

Continuer la lecture de La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

  1. Voir http://www.musee-seine-et-marne.fr/les-papeteries-du-marais []
  2. Voir Le Progrès manufacturier : journal spécial de toutes les grandes industries et du crédit manufacturier, 23 septembre1855. []
  3. Journal des travaux de l’Académie de l’industrie agricole, manufacturière et commerciale, février 1863, p. 195. []

Les masses et le besoin d’instruction, une caricature sous le Second Empire

Plusieurs années du Charivari viennent d’être numérisées par Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF. Je ne résiste donc pas au plaisir de vous proposer la caricature ci-dessous, extraite du numéro du 18 mai 1870.

=> Cliquez sur l’image pour mieux la voir

Cham, “Actualités”, Charivari, 18 mai 1870.

Légendé “où l’autorité comprend le besoin de l’instruction des masses”, montrant un enseignant apprenant à un paysan à distinguer le oui du non,  ce dessin revient sur le plébiscite du 8 mai. Les citoyens ont dû répondre à la question :”« Le peuple approuve les réformes libérales opérées dans la Constitution depuis 1860 par l’Empereur, avec le concours des grands corps de l’État, et ratifie le sénatus-consulte du 20 avril 18701. » Le “oui” (7 358 000 suffrages) l’a très largement emporté sur le “non” (1 538 000), grâce au vote des campagnes notamment. Cette victoire est dénoncée par une partie des républicains qui soulignent que les populations les plus modestes ont été amenées à voter “oui”, faute d’une instruction suffisante pour s’émanciper intellectuellement.

Cham ironise donc à la fois sur les conditions du plébiscite et sur la politique d’instruction du Second Empire. On a déjà en effet rappelé à diverses occasions dans ce carnet qu’une grande partie de l’effort d’instruction était alors pris en charge  par des particuliers et des associations – dont les bibliothèques populaires …

  1. Voir Choisel, F. (2008). “La procédure de révision constitutionnelle (1852-1870)“. Parlement[s], Revue d’histoire politique, hs 4(3), 50-68. []

“C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

 

 Les Hommes d’aujourd’hui Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934). Auteur du texte Éditeur : (Paris) Éditeur : Librairie Vanier (Paris) Date d’édition : 1878 Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Lors de l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne en 18671,  le journal Le Siècle, inlassable défenseur des bibliothèques populaires, donne quelques indications ironiques sur les ouvrages incriminés :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani ; la Vie de Jésus, par Renan !

Continuer la lecture de “C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

  1. Voir Agnès Sandras, “« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867),” in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, https://bai.hypotheses.org/189 []

Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

 

La bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris a disparu depuis longtemps de la mémoire collective de l’Est parisien, peut-être occultée par d’autres initiatives. Pourtant, créée en 1877 par le Dr Auguste Métivier (1827-1893), conseiller municipal républicain de Paris et en exercice au moins jusqu’en 1904, elle s’inscrit dans une volonté politique et sociale qui a marqué cet arrondissement profondément populaire, traumatisé par les épisodes tragiques de la Commune et de la Semaine sanglante, confronté aux difficultés de la vie quotidienne.

Continuer la lecture de Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

J’ai déjà évoqué dans plusieurs billets une singularité dans l’histoire des premières bibliothèques de prêt. En effet, une des premières bibliothèques de prêt de livres dues à l’initiative privée est née vers 1850 à Laferté-sur-Amance, alors que la première bibliothèque rurale populaire de prêt  a été établie à vingt kilomètres de là, une douzaine d’année plus tard, à Hortes (Haute-Amance), toujours en Haute-Marne. Doit-on voir là une simple coïncidence, tant il est vrai que la première a été fondée par un député de la Haute-Marne soucieux de l’instruction du peuple, possédant une maison à Laferté, et la seconde par l’initiateur des bibliothèques populaires, natif de Hortes ? Pour l’instant, les différentes archives que j’ai pu consulter ne m’ont pas permis d’établir un lien particulier que ce soit entre ces bibliothèques ou leurs acteurs.

Le second point commun de ces bibliothèques haut-marnaises est d’avoir laissé des traces infimes dans l’histoire des bibliothèques. On connaissait l’existence de celle d’Hortes par sa mention dans les premiers compte-rendus des Bibliothèques des Amis de l’Instruction parisiennes, par un rapport dressé par son président devant la société d’émulation du Doubs1 et par la médaille obtenue par son président (A. Viard), lors de l’exposition universelle de 1867. Celle de Laferté était évoquée au détour de l’historique des bibliothèques populaires dressé lors de l’Exposition universelle de 1867. Il était donc intéressant de chercher ce qu’il était advenu de ces bibliothèques.

Travaillant à reconstituer l’itinéraire de Jean-Baptiste Girard, Ian Frazer avait dans les années 80 écrit à la mairie d’Hortes qui lui avait répondu que la bibliothèque n’existait plus2. En 2014, lors de la préparation du colloque sur les bibliothèques populaires, j’avais reçu la même réponse de la mairie comme des personnes ayant travaillé sur l’histoire du village3. Cela semblait d’autant plus curieux qu’en 1872, le président de la Bibliothèque populaire d’Hortes assurait que la bibliothèque possédait 2000 ouvrages. Était-il possible qu’une bibliothèque de 2000 ouvrages ait disparu ? Continuer la lecture de Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

  1. Alexandre Viard,  Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872. Paris,   impr. de A. Parent, 1874. []
  2. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985. []
  3. Agnès Sandras,  « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014.. []

La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

     Après la mort d’Auguste Comte, les disciples « orthodoxes » du positivisme, dirigés selon les vœux du « Maître » par Pierre Laffitte, professeur de mathématiques, s’engagent à continuer l’œuvre pédagogique du philosophe : ils reprennent les cours publics et gratuits, en suivant au plus près les plans d’enseignement de Comte. Ils diffusent également des brochures et de petits opuscules sur des points précis de la doctrine positiviste, susceptibles de cimenter l’opinion. Ils fondent et financent aussi une « Imprimerie positiviste » et reconstituent le fonds d’ouvrages de la Bibliothèque positiviste imaginée par Auguste Comte. Continuer la lecture de La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

Les bibliothèques populaires hongroises vers 1900

Dans son  très riche ouvrage sur Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France (1906), Maurice Pellisson évoque  les bibliothèques populaires en Autriche-Hongrie. Il passe rapidement sur les bibliothèques hongroises et souligne :

On peut donc dire qu’en Hongrie tout reste à faire, ou peu s’en faut. Et cependant il est certain que la population, en  général, a le goût de la lecture; c’est un fait qui est attesté par le succès qu’obtiennent les publications procurées par les nombreuses sociétés qui s’emploient à propager les bons écrits. Ces sociétés, il est vrai, ont presque toutes un caractère confessionnel et les bons écrits qu’elles distribuent sont faits dans un but d’édification. Mais il est bien vraisemblable que le peuple, qui les lit, lirait volontiers autre chose, s’il le pouvait1.

Un jeune Hongrois, Pál Gulyás (1881-1963), futur directeur de la Bibliothèque nationale hongroise, réagit courtoisement mais fermement dans un long article donné au Bibliographe moderne: courrier international des archives et des bibliothèques en 1907. Ce texte, à lire ici, dresse un intéressant panorama des bibliothèques populaires hongroises vers 1900.

 

 

  1. Maurice Pellisson, Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France. Paris, Impr. nationale, 1906 . []

“Le désir fou de lire ces choses” … littérature catholique et bibliothèques populaires

“Rêverie”, illustration de “Noëlle”, Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904

 

Les bibliothèques populaires  ont souvent été décrites par la littérature catholique comme des lieux de perdition pour la jeunesse : fonds de livres inadaptés, bibliothécaires inconscients ou pervers…

Le Journal de la jeune fille nous offre en 1904 un bel exemple de ce topos. Noëlle, jeune orpheline, a gardé de son père professeur  l’amour des livres. Elle devient institutrice, et emploie volontiers ses loisirs à la lecture :

Il lui vint un jour l’idée d’aller prendre des livres à la bibliothèque populaire de la ville voisine lorsqu’elle s’y rendait le jeudi, pour des commissions.

Il y avait là un bibliothécaire assez indifférent et qui, certes, ne se pourfendait pas en connaissances littéraires. Ses conseils à Noëlle variaient seulement d’après les titres des ouvrages.

Beauté fatale ! Tenez, Mademoiselle, cela est exquis. On me le demande beaucoup. Voici encore : La fille de l’Actrice, oh ! çà alors, c’est d’un palpitant ! — Puis, Divorcée ; c’est tout nouveau et tout à fait pathétique. On y pleure dessus !

Noëlle écoutait, partagée entre le désir fou de lire ces choses et une crainte instinctive d’offenser Dieu et la mémoire vénérée de ses parents.

La première l’emporta1.

Et voilà Noëlle subjuguée par des “histoires violentes de passions déchaînées et malsaines”, des “pages criminelles” . Grisée par ses lectures, en proie aux effets délétères de la littérature romanesque, elle en oublie sa vocation enseignante :

Sa classe lui devint à charge. La vulgarité de ses élèves lui portait  sur les nerfs. Quand on a passé tant d’heures brillantes en société de marquises, de duchesses, d’élégantes actrices et de jeunes snobs à monocles, on trouve pénible de faire faire la dictée à une troupe de petits enfants campagnards2.

Sa “rêverie” la conduit à s’amouracher d’un jeune médecin venant de la ville. Elle croit enfin vivre comme une héroïne de roman, lorsque son séducteur la trahit. Alors, la jeune femme décide de brûler les livres qui l’ont égarée … La fin de cette nouvelle édifiante donne quand même à penser qu’elle rendra les ouvrages empruntés à la bibliothèque populaire !

Là, à côté de la cheminée, sur l’étagère coquette, s’alignent quelques livres jaunes, rouges, verts. Noëlle les prend, les trie avec soin, met de côté ceux qui ne lui appartiennent pas. Puis, méthodiquement, énergiquement, elle jette les autres dans la flamme, un à un, en les déchirant lentement3.

Divorcée par René de Pont-Jest. Paris, E. Flammarion, 1891.

  1. Mme Henri Contesse, “Noëlle“,  Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904. []
  2. Ibid. []
  3. Ibid. []

La bibliothèque roulante, les enfants et le maraîcher : quand le goût de la lecture impliquait efforts physiques et entraide !

Les bibliothèques populaires ont pour certaines échangé des livres entre elles, ou proposé leurs ouvrages à des communes voisines, dès le Second Empire. Il fallait pour cela transporter les ouvrages dans des caisses. Ce système est entre autres inspiré des “circulating libraries” des grandes villes londoniennes et américaines qui utilisaient alors les trains de banlieue pour transporter les caisses. Voici le fonctionnement de la bibliothèque roulante mise en place à Nancy et dans les communes voisines en 1891 :

Une bibliothèque principale envoie dans chaque quartier des caisses de livres qui circulent d’école en école. Cette bibliothèque roulante rentre au dépôt principal, à la fin de chaque année, et l’on procède alors aux réparations les  plus urgentes.

Le roulement s’opère sans frais. Les caisses munies de poignées sont confiées à des écoliers chargés du transport. Bien plus, la bibliothèque roulante de Nancy envoie des livres aux communes voisines. Un maraîcher complaisant charge les caisses sur sa charrette, et les distribue aux hameaux visités1.

  1. La Justice, 5 avril 1891. []

En mars, avril et mai 2018, on parlera des bibliothèques populaires

En mars, on parlera des bibliothèques populaires à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement et à la Chapelle de l’Humanité 

Samedi 10 mars 2018 de 17 à 19 heures, dans le cadre des rencontres de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement (pour les détails pratiques, voir sur le site de la BAI-III)

Présentation des dernières recherches sur l’histoire des Bibliothèques populaires au XIXe siècle (Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot)

 

Rappels introductifs :

  1. L’organisation des Bibliothèques populaires sous le Second Empire

  • La question du statut associatif avant la loi de 1901
  • Un exemple : la genèse de la Bibliothèque populaire  de Versailles

2.   Le rôle ambigu des acteurs

  • La complexité des réseaux des bibliothèques populaires  : saint-simoniens, fouriéristes, comtistes, francs-maçons, internationalistes… sous le Second Empire
  • Victor Duruy, le pouvoir impérial et les Bibliothèques populaires

3. La réalité des bibliothèques

  • Quels livres ? Instruction ou délassement ? Exemples de collections en histoire et en géographie
  • Quels lecteurs ?

Réponses aux questions des auditeurs :

  • vendredi 16 mars 2018 de 9h30 à 17h30 : à la Chapelle de l’Humanité (IIIe Arrondissement), la Maison Auguste Comte organise une journée d’études (pour les détails pratiques voir ici) 

Mouvements ouvriers et positivisme

Jeudi 26 avril 2018, à partir de 14 heures

Session  :  les bibliothèques populaires

La Bibliothèque des Amis de l’instruction du troisième arrondissement de Paris. Michel ROSZEWITCH   et  Michel BLANC
La Bibliothèque (populaire) communale de Vernon : une tentative originale de transmission des savoirs dans une petite ville de province sous le Second Empire libéral. Agnès SANDRAS
Contribution à l’histoire des bibliothèques populaires parisiennes : la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris. Christiane DEMEULENAERE-DOUYÈRE
Les ouvriers, les femmes et l’éducation par le livre dans le projet politique de Flora Tristan (1803-1844). Isabelle MATAMOROS
La « pénétration » positiviste dans les bibliothèques populaires à la fin du XIXe siècle. Annie PETIT
Des savoirs historiques pour le peuple ? Diffusion et lecture des livres de Victor Duruy dans les bibliothèques populaires (1860-1914). Jean-Charles GESLOT

  • En avril et mai, on parlera des cours d’adultes (qui ont entraîné la création de bibliothèques populaires) et des bibliothèques populaires à la Bibliothèque nationale de France, dans le cadre des ateliers ouverts « Émanciper le peuple par le savoir » ?

Jeudi 12 avril 2018, 14h30 – 17h, salle 70

Carole Christen, « Une expérimentation d’éducation populaire au XIXe siècle : les cours du soir destinés aux adultes »

Jeudi 3 mai 2018, 14h30 – 17h, salle 70

Agnès Sandras, « Le choix des ouvrages dans les premières bibliothèques populaires : instruction et/ou délassement ? (1861-1870) »

 

 

Quand la classification décimale était expérimentée … dans une bibliothèque populaire !

La revue Les Études sociales publie dans son numéro 166 un dossier intitulé Bibliothèques et sciences sociales.

Le sommaire de ce dossier, coordonné par Matthieu Béra, est le suivant :

  • des bibliothèques et des savants
  • des bibliothèques et des lecteurs
  • des bibliothèques et des domaines de savoirs
  • des bibliothèques et des disciplines savantes
  • des bibliothèques et des professionnels

On signalera plus particulièrement dans ce dossier très riche  deux articles éclairant l’histoire des bibliothèques populaires :

  • Les lecteurs de la Bibliothèque nationale au XIX e siècle. L’apport des registres de prêt1.
  • Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale2.

Le premier de ces articles apporte en effet des précisions importantes sur la pratique du prêt par la Bibliothèque nationale dans la première moitié du XIXe siècle et permet de mieux comprendre à quel(s) public(s) s’adresseront les bibliothèques populaires en 1860 lorsqu’elles décident de prêter à toutes et à tous

Le second nous mène à la rencontre d’Eugène Morel, bibliothécaire à « la Nationale »  et polygraphe repenti. Eugène Morel a marqué l’histoire des bibliothèques par son engagement  pour la lecture publique.  Engagement dont on a longtemps cru qu’il se construisait sur la volonté de faire disparaître les bibliothèques populaires. Pourtant, Morel expérimente avant la Première Guerre mondiale la première application française de la classification  décimale de Dewey à un catalogue de la bibliothèque populaire de Levallois-Perret. Un dossier du fonds Morel, conservé par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, permet de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce grand écart de Morel  entre bibliothèques populaires et bibliothèques publiques ….

=> Cliquer sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Signalons également la parution  d’un billet du blog des archivistes de Levallois  sur Eugène Morel et la bibliothèque de Levallois-Perret que l’on peut retrouver ici.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Quand la classification décimale était expérimentée … dans une bibliothèque populaire !," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2120.

  1. Bruno Blasselle, “Les lecteurs de la Bibliothèque nationale au XIX e siècle. L’apport des registres de prêt”, Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 69 à 88. []
  2. Agnès Sandras, “Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale “, Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 167 à 186. []

Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)

On a vu dans un précédent billet le combat très solitaire du journal Le Siècle pour soutenir les fondateurs des bibliothèques populaires devant les difficultés administratives variées qu’ils rencontraient en 1866. En effet, si le pouvoir impérial était plutôt favorable à une prise en charge privée de l’instruction privée, il redoutait des troubles politiques liés aux constitutions d’associations et à des lectures séditieuses. Les consignes de prudence données aux préfets par des circulaires officieuses ont été en certains endroits appliquées avec zèle, et sans doute plus de zèle que ne le souhaitaient Napoléon III et son entourage ou le ministre de l’Instruction publique et des Cultes.

En 1867, s’ajoute une autre difficulté. Dans les endroits où l’administration s’est montrée moins pointilleuse quant au contenu des fonds des bibliothèques populaires, des voix s’élèvent pour dénoncer des lectures immorales. Des pétitions sont envoyées au Sénat, et l’on voit désormais la question des bibliothèques populaires gagner les colonnes de tous les journaux. Le graphique ci-dessous mesurant la fréquence de l’expression “bibliothèque populaire” dans les journaux numérisés par le site de presse Retronews permet de constater l’acmé de 1867 dans la décennie 1860-1870.

En menant la recherche “bibliothèque populaire” pour l’année 1867, toujours dans Retronews, on peut obtenir une liste de journaux dans lesquels on trouve cette occurrence1. Le résultat est intéressant puisque le plus fort nombre d’occurrences correspond à un journal local, évoquant abondamment l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne (voir plus bas). On notera que le suivant, un journal national, n’est autre que Le Siècle qui garde donc au milieu du tohu-bohu créé par les pétitions autour des bibliothèques populaires un rôle important.

L’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne a été évoquée dans un précédent billet de ce carnet. Rappelons qu’en février 1867, les journaux et la mairie  de Saint-Étienne reçoivent des courriers dénonçant le contenu de deux nouvelles bibliothèques populaires. Dès mars, les journaux locaux s’emparent de l’affaire comme par exemple Le Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire2. Une brochure lance un  Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne, dénonçant « des publications malsaines, anti-sociales et anti-chrétiennes, de ces écrivains que l’on a appelés à bon droit des malfaiteurs intellectuels ». L’affaire est portée par une pétition devant le Sénat, et l’intervention passionnée de Sainte-Beuve sauve les deux bibliothèques stéphanoises.

Dans  « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », R. Bellet a recensé et analysé la façon dont les journaux locaux et nationaux, de tendances diverses, se sont emparés de cette affaire3. On se contentera donc dans ce billet de voir comment Le Siècle la rapporte et l’utilise au beau milieu de sa bataille pour les bibliothèques populaires.

La presse nationale s’empare de l’affaire au mois de mai lorsque la pétition est connue. Le Siècle, journal anticlérical, la présente immédiatement comme un dépit des « cléricaux » face au succès  des bibliothèques populaires. En effet, ces dernières peuvent constituer une concurrence sérieuse aux bibliothèques paroissiales déjà mises en place depuis une vingtaine d’années dans les villes et  dont le contenu était étroitement surveillé par les instances religieuses  :

Les bibliothèques populaires se propagent dans toute la France. Leur organisation se perfectionne ; leurs avantages, qui s’étendent, sont de plus en plus appréciés. À Paris, la société de la bibliothèque populaire du huitième arrondissement4, secondée par l’association polytechnique, a créé des conférences qui sont très suivies. Des cours d’adultes s’adjoignent ainsi presque partout aux bibliothèques et en complètent les bienfaits. ce que voyant, les cléricaux de Saint-Étienne n’ont pu contenir leur dépit. Ils sont allés, de porte en porte, de magasin en magasin, colporter une pétition au sénat sur le danger de nos bibliothèques populaires. Le président et le vice-président de la société de Saint-Vincent-de-Paul étaient en tête de la manifestation… Cris impuissants ! fureurs bizarres ! ses promoteurs, dans une ville de cent mille habitants , n’ont recueilli que cent deux signatures.

C’est une grande déroute pour les partisans de l’ignorance ; et nous ne pensons pas qu’ils s’en relèvent devant le sénat, quelles que soient les tendances de quelques uns de ses membres5.

Dans ses livraisons suivantes, Le Siècle s’intéresse à la question alors centrale de la lecture. Depuis des décennies, les pouvoirs politiques et religieux brandissent le spectre des « mauvaises lectures ». Les Églises tentent de modeler la lecture depuis une trentaine  d’années par la création de bibliothèques, comme celles de l’Œuvre des Bons Livres. Les premières bibliothèques des Amis de l’Instruction, comme les premières bibliothèques populaires alsaciennes, ont adopté une certaine prudence dans leurs acquisitions. Leurs catalogues ont franchi un très grand pas en proposant des ouvrages variés, de distraction (romans) et d’instruction (disciplines variées), mais ont évité les auteurs trop polémiques. La BAI-V s’insurgera d’ailleurs contre une rumeur lui prêtant un catalogue semblable à ceux de Saint-Etienne, comme en témoigne une lettre adressée au Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire publiée le 29 mai 1867 (voir ci-dessous, cliquez sur l’image). Cette lettre met en valeur le rôle des appuis très officiels de la BAI-V.

En affichant du Proudhon et du Fourier, les bibliothèques stéphanoises entraînent non seulement la polémique sur ces œuvres mais aussi sur d’autres ouvrages et sur le contenu des bibliothèques populaires. Le Siècle constate :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire6, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani; la Vie de Jésus, par Renan !

Eh bien ! pourquoi proscrire la lecture de livres dont la notoriété est grande et qui ont une portée philosophique ? Les cléricaux admettent les bibliothèques populaires comme ils admettent l’enseignement, pour imposer leur joug et s’emparer des esprits. Imaginez une bibliothèque populaire composée par eux : on y trouvera l’Écriture sainte; l’Imitation de Jésus-Christ, ce code de la dévotion égoïste ; la Somme, de saint Thomas;  la Vie des saints ; l’Histoire de France, du père Loriquet.  Les classiques français n’y seront admis qu’après triage, amputation, mutilation, expurgation ; bon système pour faire, non des êtres pensants et des citoyens, mais des fanatiques et des esclaves ! L’homme n’est pas né pour être constamment tenu en tutelle, confisqué au profit des ministres de tel ou tel culte, régenté par des maîtres qui lui indiquent ce qu’il doit lire, ce qu’il doit écrire, ce qu’il doit penser. Il faut le mettre à même de choisir, d’exercer son libre arbitre, de se prononcer en pleine connaissance de cause entre les doctrines, les dogmes, les idées qui se partagent le monde. Nous ne cesserons de lutter à outrance contre ceux qui lui demandent tout d’abord l’obéissance passive, et le sacrifice de sa raison7.

Le Siècle s’efface ensuite derrière l’éloquence de Sainte-Beuve puis d’Eugène Pelletan qui défendent avec énergie devant le Sénat la liberté pour les bibliothèques populaires de mettre à disposition des lecteurs un choix varié de livres. Le journal choisit de retranscrire les débats, en notant :

Il sera curieux de savoir si le premier de nos grands corps de l’État trouve bon de se transformer en congrégation de l’index8.

Les débats se succèdent ainsi :

  • discussion du 25 juin 1867. Question mise à l’ordre du jour : discussion sur « une pétition de cent deux habitants de Saint-Etienne (Loire) qui se plaignent du choix que I’on a fait de certains ouvrages pour former deux bibliothèques populaires fondées à Saint-Etienne sous le patronage de l’autorité municipale. Le rapport, présenté par M. Suin à la dernière séance, conclut, au nom de la commission, au renvoi au ministre de l’instruction publique ». Interventions de Sainte-Beuve et Charles Dupin9.
  • discussion du 17 juillet 1867 sur un amendement portant sur une « subvention de 100 000 francs pour les bibliothèques scolaires et populaires ». Intervention de M. Eugène Pelletan10 :

Eh bien ! si je suis ici, c’est, je le crois, parce que l’empereur, qui n’ignorait pas mon insuffisance, a songé que je pourrais de temps en temps apporter une note discordante peut-être, mais sincère. C’est ce devoir que je remplis aujourd’hui, et c’est au nom de ce devoir que je supplie le sénat de résister à la faute qu’on lui propose de faire11.

Un mois plus tard, Eugène Pelletan profite d’un amendement au budget des bibliothèques pour revenir sur la question de la lecture populaire. Ce député républicain est concerné à double titre : ses ouvrages font partie de la liste dénoncée par la pétition de Saint-Étienne ; il milite depuis plusieurs années pour l’éducation du peuple, et a participé par exemple aux côtés de Corbon à la « Bibliothèque des Connaissances utiles »12, collection de vulgarisation destinée aux ouvriers suivant les cours du soir. Le Siècle restitue également son intervention qui se place très symboliquement dans la suite de celle de Sainte-Beuve. Mais Eugène Pelletan, du fait de ses convictions politiques, prolonge l’analyse sous un angle politique :

Le ministre de la justice disait qu’il y avait deux classes de lecteurs, comme autrefois il y avait deux  classes d’électeurs. (Bruit et rires.) D’une part les brahmanes de l’Intelligence auxquels toutes les lectures étaient permises ; de l’autre et au dessous, dans certaines profondeurs des classes qui n’ont pas le droit de lire les mêmes livres que les élus de la fortune. Eh bien, je m’élève contre cette théorie, parce qu’elle serait la négation du suffrage universel.

Comment, vous reconnaissez au peuple le droit de suffrage, le droit de peser dans sa main la forme de gouvernement qui lui convient le mieux, et vous viendriez lui dire qu’il n’a pas assez d’intelligence pour choisir les livres qu’il doit lire ! Si M. le ministre d’État était à son banc, il se lèverait et viendrait m’apporter l’autorité de sa parole et de son témoignage, car il a présidé l’enquête sur les sociétés coopératives et il pourrait vous dire que les ouvriers n’ont rien à envier aux autres classes en fait de bon sens, d’intelligence et d’élévation des idées13.

Si l’affaire de Saint-Etienne occupe les colonnes de tous les journaux, et parfois avec une grande violence, Le Siècle est comme en 1866, le seul à signaler les soucis rencontrés par d’autres bibliothèques.  C’est le cas dans la Nièvre. Le ministre de l’Intérieur a opposé, via le sous-préfet, un refus à une demande de création d’une bibliothèque populaire à la Châtre. Eugène Ténot ironise dans les colonnes du Siècle :

Pas un mot d’explication, pas une raison à l’appui n’accompagnent ce refus. Le pouvoir discrétionnaire y fait sentir crûment son omnipotence. Qu’en pense M. Duruy, si zélé pour la diffusion de l’instruction publique et la création des bibliothèques populaires ? Peut-être obtiendra-t-il de son collègue de l’intérieur les explications que celui-ci ne daigne pas accorder à un humble administré14.

En plein cœur de l’affaire des bibliothèques de Saint-Étienne, les ennuis rencontrés par le Cercle de la Ligue de l’Enseignement à Nérac (Lot-et-Garonne) sont l’occasion pour Émile de La Bédollière d’insister sur le manque de liberté des bibliothèques populaires lors de la composition des collections. Quinze années plus tôt, ce même journaliste s’inquiétait déjà du zèle des préfets dans l’application de la loi sur le colportage qui exposait les « infortunés colporteurs » de livres à  « de mortelles variations de température administrative15 ». Or le préfet du Lot-et-Garonne semble avoir eu à cœur en 1867 d’opposer à la fondation de la bibliothèque de Nérac tous les freins administratifs à sa disposition  :

Voici sa lettre, transmise aux intéressés par le sous-préfet, M. La Vigne :

“Lorsqu’une association veut se former pour créer une bibliothèque, il y a lieu de procéder comme s’il s’agissait d’ouvrir un cercle. Vous voudrez bien, en conséquence, m’adresser les statuts et y joindre la liste des fondateurs en triple expédition.

Le gouvernement tient à ce que le président soit nommé et agréé par le préfet. Quant aux membres du comité désignés pour administrer la bibliothèque, ils doivent être proposés à votre choix ou à votre agrément. Il serait à désirer que le maire fût nommé président honoraire.

Le catalogue des livres mis en lecture ne devra comprendre que des ouvrages professionnels utiles, appartenant à une littérature saine et propres à moraliser ou à instruire les classes ouvrières. on devra en éliminer avec une juste sévérité les romans dont la lecture pourrait laisser une impression regrettable ; on aura soin également d’exclure les livres de polémique sociale ou religieuse, et ceux qui sous prétexte d’économie politique, pourraient servir à propager des théories dangereuses ou subversives.

Les catalogues, chaque année, doivent être soumis à l’examen de l’autorité.

Quant à la réunion générale des souscripteurs, je n’ai aucune objection à faire, et je vous laisse les soin d’en régler les conditions. “

 La liberté des bibliothèques populaires n’est-elle pas le pendant de la liberté de la presse telle qu’elle était conçue à Madrid au temps de Figaro ?

Quand on aura écarté tous les ouvrages énumérés dans la lettre préfectorale, devra-t-on laisser intacts ceux qui seront tolérés ?

Le Siècle de Louis XIV n’a été admis dans les lycées qu’après une censure préalable qui en a retranché avec un soin scrupuleux les passages attentatoires à l’honneur et à la considération des jésuites. Le préfet de Lot et-Garonne est tenu, pour être conséquent avec lui-même, de ne livrer à la population de Nérac que des éditions expurgées16.

Emile de La Bédollière. Recueil. Portraits d’écrivains et hommes de lettres de la seconde moitié du XIXe siècle. Gallica (BnF).

Les médailles octroyées à certaines bibliothèques populaires lors de l’Exposition universelle de 186717, les discussions passionnées au Sénat, n’empêchent pas que la création des bibliothèques populaires continue à être entourée d’un double mouvement strictement opposé : alliances inattendues autour de certaines fondations, coteries à d’autres endroits, les bibliothèques étant souvent prétexte à attiser des rivalités politico-religieuses déjà existantes. Le Siècle s’en fait encore et toujours l’écho à la fin du Second Empire comme sous les débuts de la Troisième République. Ainsi, rapporte-t-il l’affaire de la bibliothèque populaire d’Oullins (1868) en ces termes :

Beaucoup pensent peut-être que lorsqu’ils ont organisé une bibliothèque populaire, sans subvention de l’État ou de la commune, qu’ils ont loué le local et acheté les livres de leurs propres deniers, ils sont libres de conserver dans la bibliothèque fondée par leurs sacrifices les livres qui leur plaisent, à cette seule condition que ces ouvrages n’aient été l’objet d’aucune condamnation judiciaire. Beaucoup, disons-nous, pensent sans doute ainsi. Eh bien ! profonde est leur erreur. Les ouvriers, d’Oullins (Rhône) viennent d’en faire l’épreuve. La bibliothèque que ces ouvriers avaient créée, grâce à des cotisations prises sur les salaires, et à des dons de personnes aisées, a été dénoncée au sénat par quelques-uns de ces cléricaux, fougueux partisans, comme on sait, de la liberté de l’enseignement supérieur, et, au vu de la pieuse dénonciation le gouvernement s’est ému. Le ministre de l’intérieur, agissant en vertu de l’article 291 du code de 1810 et de la loi de 1834 sur les associations, s’est saisi de l’examen du catalogue de la bibliothèque d’Oullins, bibliothèque qui ne doit pas un centime à la commune, au département ou à l’État. M. le ministre s’est livré, en vertu de la loi sur les associations, à l’épuration du catalogue. et il a expulsé de la bibliothèque les romans d’Eugène Sue et  la plupart de ceux de George Sand, entre autres le roman philosophique, mais déiste et spiritualiste, Mademoiselle de la Quintinie, toujours en vertu de l’article 291 du code et de la loi de 1834, il a daigné amnistier la Mare au diable du même auteur, les Paysans, de Balzac et quelques romans historiques de Frédéric Soulié, lesquels étaient dénoncés avec les autres dans la pétition des catholiques amis de la liberté de l’enseignement d’Oullins. Nous prions nos lecteurs de vouloir bien considérer que nous ne discutons pas en ce moment le droit du ministre ; nous voulons bien admettre que la loi sur les associations lui donne ce droit d’inquisition sur les bibliothèques populaires, mais nous avons à cœur de faire ressortir ce fait que tous les citoyens qui n’ont pas consenti à s’humilier jusqu’au point d’abdiquer tout libre arbitre entre les mains de l’administration devraient avoir présent à l’esprit :  dans le libre pays des principes de 1789, les citoyens qui ont acheté, à frais communs, une bibliothèque, n’ont pas la liberté d’y introduire les ouvrages judiciairement irréprochables qu’il leur plairait d’acheter ((Eugène Ténot, “Courrier”, Le Siècle, 11 juin 1868.)).

Ce dernier exemple, à l’instar des précédents, permet aujourd’hui, grâce aux progrès de la numérisation, de mieux repérer les différentes bibliothèques populaires qui ont connu des difficultés lors de leur établissement, et de dépasser les versions données par des documents officiels et les journaux. En effet, les soucis rencontrés par la bibliothèque populaire d’Oullins sont documentés par des archives privées exploitées dans le cadre de travaux  autour de l’homme d’affaires lyonnais Arlès-Dufour.  Ce saint-simonien convaincu18, rencontre dans l’entourage de son ami Prosper Enfantin  d’autres personnages comme Auguste Perdonnet (un des premiers présidents de la BAI-III) ou Édouard Charton (fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles). C’est donc tout naturellement que la Société d’enseignement professionnel du Rhône, dont il est le fondateur (1864), prévoit de fonder une bibliothèque populaire et de donner également son patronage à une bibliothèque créée par les travailleurs à Oullins. De surcroît, Arlès-Dufour a un autre ami qui n’est autre que Jean Dolfus, président de la Société des bibliothèques communales, qui joue l’intermédiaire avec Jean Macé19 lorsque celui-ci conseille à Arlès-Dufour de fonder des bibliothèques populaires dans sa région20.

Arlès-Dufour transmet le dossier de demande d’établissement d’une bibliothèque populaire dans sa commune de naissance (Oullins) début 1868. L’autorisation préfectorale accordée le 2 avril 1868 est accompagnée d’une lettre regrettant de voir dans le catalogue quelques “ouvrages de polémique sociale et religieuse” et espérant le “plaisir […] de les voir disparaître”21.

Le 8 juin 1868, la préfecture transmet la requête du ministère de l’Intérieur : est demandée la suppression des ouvrages de George Sand et d’Eugène Sue, pouvant « présenter des dangers au point de vue de la famille et de la société » et « être de nature à altérer gravement le sentiment moral des personnes inexpérimentées, crédules et faciles à impressionner. La paix des familles pourrait en être troublée ; le respect des choses saintes et de l’autorité pourrait en souffrir22 ».

Le Sénat, la presse locale et nationale, s’emparent alors d’une affaire complexe, sur fond politique et religieux (la commune connaît aussi de fortes dissensions entre catholiques et protestants.). L’intérêt est redoublé par le soutien de George Sand à Arlès-Dufour. La lettre écrite au prince Napoléon par Arlès-Dufour une fois le calme revenu en dit long :

Petit exemple du résultat de l’intolérance et des taquineries gouvernementales : la bibliothèque populaire d’Oullins qui ne comptait que quarante-trois sociétaires, compte cent-dix inscrits, et au lieu des sept ouvrages anathématisés par le Sénat et M. Pinard, elle en a cent de plus qui mériteraient bien mieux leur excommunication23.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086.

  1. Bien entendu, il faut être conscient des limites de ce type d’exercice, toute la presse contemporaine de ces événements n’étant pas numérisée. []
  2. En ligne sur Retronews. []
  3. R. Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », Revue des Sciences Humaines, juillet-septembre 1969. []
  4. Note de l’auteur du billet : C’est à dire la BAI-VIII. []
  5. Émile de La Bédollière, “Courrier”, Le Siècle, 16 mai 1867. []
  6. Note de l’auteur du billet : La Croisade noire qui s’élevait contre le fanatisme avait été initialement publié par Le Siècle, et violemment dénoncé par les feuilles cléricales comme une attaque contre les congrégations… []
  7. Émile de La Bédollière, “Courrier”, Le Siècle, 23 mai 1867. []
  8. Eugène Ténot, “Courrier”, Le Siècle, 23 juin 1867. []
  9. Le Siècle, 27 juin et 28 juin 1867. []
  10. Le Siècle, 20 juillet 1867 []
  11. Le Siècle, 27 juin 1867 []
  12. Voir Nobuhito Nagai, Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République, 1871-1914, Publications de La Sorbonne, 2002. []
  13. Le Siècle, 20 juillet 1867. []
  14. Eugène Ténot, “Courrier”, Le Siècle, 22 juin 1867. []
  15. Émile de La Bédollière, “Des nouvelles mesures contre le colportage”, Le Siècle, 9 août 1852. []
  16. Émile de La Bédollière, “Courrier”, Le Siècle, 17 juillet 1867. []
  17. Voir Agnès Sandras, “Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction),” in Bibliothèques populaires. []
  18. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000, Lyon 2. []
  19. Sur Jean Macé et les bibliothèques populaires, voir Arlette Boulogne, Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881). Paris, l’Harmattan , 2016. []
  20. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000,  Lyon 2. []
  21. Ibid. []
  22. Ibid. []
  23. Lettre d’Arlès-Dufour, 11 septembre 1868, au prince Napoléon (Archives familiales). Ibid. []

Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière)

Dans un précédent billet, nous avons vu comment Le Siècle1 s’est intéressé à la réflexion autour de la création des bibliothèques populaires sous l’impulsion d’Anthime Corbon. Dans ce billet, nous allons découvrir que tout au long de l’année 1866, Le Siècle a pris la défense des bibliothèques populaires en butte aux tracasseries de l’administration impériale alors que la quasi totalité de la presse observait un silence prudent… Cet engagement du Siècle nous permet un siècle et demi plus tard de repérer les  véritables combats qui se sont engagés un peu partout en France pour la naissance des bibliothèques populaires, et de les documenter grâce aux ressources croissantes fournies par la numérisation. Nous allons ainsi voyager de Verzenay (Marne) à Marseille, en passant par Épernay (Marne), Chevilly (Loiret), et Anduze (Gard). Ces différentes bibliothèques ont reçu le soutien, parfois conjoint, des bibliothèques des Amis de l’Instruction, de la Société Franklin, et de la Ligue de l’enseignement.

Si Le Siècle se soucie de la possibilité de créer des bibliothèques populaires, dans la réflexion plus large qu’il soutient sur l’instruction populaire, il ne se passionne pas immédiatement pour les fondations effectives. Ainsi, la naissance de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III), en 1861, n’est évoquée qu’un an plus tard dans ses colonnes. L’aide des autorités politiques est soulignée, peut-être pour suggérer entre les lignes que les ouvriers fondateurs n’ont pas eu d’autre choix, pour obtenir l’ouverture de la BAI-III, que d’accepter des parrainages qui s’apparentent à une surveillance et les débordent rapidement : présence par exemple dans ses rangs d’Ildephonse Favé, aide de camp de Napoléon III ; rôles-clé détenus par des notables familiers de l’entourage impérial, comme Auguste Perdonnet ; locaux de la bibliothèque situés dans la mairie du IIIe Arrondissement …

Il y a quelque temps, la bibliothèque des Amis de l’Instruction a eu sa première séance publique au Conservatoire des arts-et-métiers, devant un auditoire nombreux.

Après un discours applaudi de M. Perdonnet, président, le secrétaire général, M. Meyer, inspecteur de l’instruction primaire, a lu un rapport, interrompu à plusieurs reprises par les marques d’approbation chaleureuses de l’assemblée. Suivant ce rapport, le 17 mars 1861, deux professeurs réunis à quelques ouvriers, se concertèrent pour se procurer les livres nécessaires à toute bibliothèque utile et pour en faire profiter les autres au meilleur marché possible. Le problème à résoudre, c’était de rendre cette institution accessible à tous, sans qu’ils fussent obligés, après une longue journée de labeur, de quitter chaque soir leur logis. Au commencement de juin, dans une première réunion de l’assemblée générale, qui eut lieu chez M. Marguerin, directeur de l’école Turgot, le problème fut résolu. On vota l’association et la cotisation, et deux cents adhérents avaient déjà accepté ce double principe. Le 7 août., 1861, l’autorisation ministérielle était accordée à la société, qui s’assura le concours des deux grandes associations polytechnique et philotechnique. M. Arnaud Jeanti, maire du 3e arrondissement, offrit dans sa mairie un emplacement convenable pour la bibliothèque et pour les lecteurs. Toutes les autorités, le ministre de l’instruction en tête, se sont empressées d’encourager cette œuvre populaire. Aujourd’hui la société compte 700 souscripteurs et possède 2,000 volumes. Le mouvement du prêt s’est élevé, dans les six premiers mois de l’année, à 3,875 volumes2.

Le Siècle ne s’intéresse ni aux difficultés rencontrées par la BAI-III, en 1863, lorsque celle-ci faillit fermer, le maire du IIIe Arrondissement  ayant vu en elle une assemblée de factieux3, ni à celles entourant la naissance de la bibliothèque populaire de Versailles. En revanche, il dénonce âprement les difficultés rencontrées par les bibliothèques populaires de province dans les années 1866-1867. Plusieurs hypothèses peuvent être émises :

  • les obstacles éprouvés par certaines BAI parisiennes et celle de Versailles touchent sans doute  de trop près le pouvoir impérial pour que Le Siècle s’y frotte. En effet, c’est prendre de gros risques dans une période où la presse est étroitement surveillée et facilement bâillonnée
  • Le Siècle tente peut-être toutefois de faire réagir  le pouvoir impérial sur des cas rencontrés dans toute la France, à un moment où l’on rassemble des exemples d’éducation populaire pour en faire la promotion à la future Exposition universelle de 1867 et ainsi vanter les mérites de la politique libérale
  • Les premiers résultats encourageants des bibliothèques populaires et de la Société Franklin permettent  de plaider la cause de nouvelles créations et démontrer que les craintes des autorités sont infondées

Le premier cas rapporté par Le Siècle date de janvier 1866. Il est englobé dans un ensemble de nouvelles destinées à montrer que l’éducation populaire des communes rurales est prise en main par des hommes dévoués et pourtant en butte aux tracasseries administratives. Il s’agit du combat épique mené depuis 1862 par le médecin d’un bourg champenois contre un sous-préfet qui applique de manière très stricte les consignes données par le ministère (on y reviendra très prochainement dans un billet) :

Verzenay fait partie de l’arrondissement de Reims, et Verzenay voudrait bien avoir une bibliothèque populaire ; mais voilà trois ans qu’on sollicite en vain l’autorisation. Cinq fois le règlement a été modifié, corrigé, retouché, sans que l’administration ait été satisfaite. Nous voyons seulement par une lettre du sous-préfet de Reims au docteur Mailliart que la susdite administration ne sera contente qu’à la condition de choisir elle-même non-seulement le président et les membres du comité, mais encore les livres et le local. Trois ans pour en venir à ce résultat ! Si nous parvenons à instruire le peuple, nous y aurons mis le temps. Au nombre des braves instituteurs qui, pendant ces longues soirées d’hiver, ont tenu des cours gratuits d’adultes, il faut citer M. Jules Thielon, à Mont-Louis-sur-Loir (Indre-et-Loire), qui fournissait le chauffage, l’éclairage et les livres à ses élèves. Honneur à ces hommes désintéressés et dévoués qui, sans autre récompense que le sentiment d’une bonne action accomplie, répandent parmi nos populations rurales l’instruction, dont elles ont un si grand besoin4 !

Notons que les autres grands journaux ne semblent pas s’être souciés de cette affaire, sans doute par crainte de trop s’engager. Ainsi, elle sera racontée en détail, mais en 1875, par La Presse (voir un prochain billet) !

Au cœur des tracasseries connues par les fondateurs de bibliothèques populaires, la législation qui interdit alors les réunions de plus de vingt personnes (même par petits groupes) sous peine de constituer une association illicite (loi de 1834 complétant l’article 291 du Code pénal). Or pour fonder une association et la déclarer aux autorités, encore faut-il pouvoir se réunir une première fois… Le Siècle répercute donc avec  humour une circulaire incitant les  préfets à plus de souplesse dans des cas très précis et limités. Le journaliste conclut d’ailleurs :

Quoi qu’il en soit, tous les citoyens qui songent à former des sociétés de secours mutuels, des associations coopératives, des bibliothèques populaires ou même des cabinets de lecture, grâce à la circulaire ministérielle, devront trouver dans les dispositions de l’autorité plus de bienveillance et de sympathie que par le passé. Nous devions, sous ce rapport, signaler le progrès5.

Le 10 avril 1866, c’est toujours l’humour que manie Le Siècle pour se moquer d’une décision prise cette fois-ci à  Paris. Il s’agit du cas non moins épineux des conférences encouragées à double titre par les bibliothèques populaires : elles permettent de dispenser une instruction et de prolonger ou de susciter des lectures ; la libre participation des auditeurs alimente les budgets souvent très restreints d’acquisitions d’ouvrages. Ces conférences nécessitent des autorisations préfectorales, et les préfets examinent très attentivement le thème des conférences et la réputation du conférencier. Des agents de police sont chargés d’écouter les conférences et font des rapports (Voir un prochain billet sur les conférences). Taxile Delord   signale que si la bibliothèque populaire de Versailles a pu organiser une manifestation, il n’a pas été possible à M. Guéroult de donner une conférence sur le saint-simonisme à Paris :

M. Saint-Marc Girardin a pu faire dimanche à Versailles, et dans la salle du Jeu-de-Paume encore, une très-intéressante conférence au profit de la bibliothèque populaire de la ville ; à Paris, M. Adolphe Guéroult, moins heureux, n’a point été autorisé à consacrer une heure à parler devant le public de la rue Cadet des œuvres de Saint-Simon ; le gouvernement ne voulant pas que la participation des hommes politiques aux conférences leur fasse perdre leur caractère scientifique et littéraire. Ainsi, l’illustre Arago, s’il vivait encore, demanderait en vain à faire à Paris une conférence sur Condorcet, dont il a raconté la vie. « Prenez-le coche, lui dirait-on, et allez faire votre conférence à Pontoise »6.

Cette brève en révèle beaucoup sur les enjeux politiques de l’instruction populaire à cette période. Rappelons déjà que la bibliothèque populaire de Versailles, après avoir connu bien des réticences de la part des pouvoirs politiques7, a pu ouvrir grâce à l’obstination d’Édouard Charton, républicain saint-simonien. Une fois installée, la bibliothèque a connu une paix relative de la part des autorités, et disposé pour ses conférences de la salle du Jeu de Paume, au haut pouvoir symbolique. Au début du mois d’avril 186, Saint-Marc Girardin a donc parlé du « choix des lectures populaires » devant un vaste public, et déclaré que « en initiant de nouvelles classes de lecteurs à de nobles jouissances, on parviendra à effacer des distinctions artificielles et à créer la vraie égalité, l’égalité en haut8 ! » Adolphe Guéroult est quant à lui un publiciste très renommé, franc-maçon et  ancien saint-simonien, qui vient de publier dans son journal L’Opinion nationale 9 le Manifeste des Soixante, cette « première charte de classe d’un mouvement ouvrier français en voie de devenir adulte » selon Marx10. Le Manifeste des Soixante a principalement été initié par l’ouvrier ciseleur Henri Tolain. Rappelons que « la rue Cadet » désigne le Grand Orient de France.  Cet entrefilet et ses sous-entendus nous plongent donc au cœur des relations très complexes de plusieurs réseaux d’influence autour de l’instruction populaire, et plus particulièrement des bibliothèques populaires. 

Pilotell, Le Bouffon, juin 1867.
Pilotell, “Adolphe Guéroult”, Le Bouffon, juin 1867.

Le Grand Orient met alors sa grande salle à la disposition de conférences instructives et de lectures. Édouard Laboulaye, par exemple, président de la BAI-V, y donnera une conférence pour la Société de l’Instruction élémentaire11. Les franc-maçons, comme Charles Fauvéty, ont été très actifs dans la fondation des premières bibliothèques populaires. Le second réseau est celui des saint-simoniens, comme on l’a vu plus haut. Adolphe Guéroult comme Charles Fauvéty et Édouard Laboulaye seront quatre ans plus tard parmi les soutiens de l’Association pour le droit des femmes12 fondée par le franc-maçon Léon Richer. Or, Charles Fauvéty a été proche, comme son ami Jean-Baptiste Girard, le principal fondateur des BAI, de Jeanne Deroin, ce qui explique en partie l’accueil favorable fait aux femmes lectrices dans ces premières bibliothèques populaires13. Enfin, Henri Tolain œuvre à la fondation de l’Association internationale des Travailleurs, dont le premier bureau ouvre rue des Gravilliers, rue où résident Jean-Baptiste Girard, fondateur de la BAI-III, ou bien encore Jean-Victor Bellamy, administrateur de la BAI-III et membre actif de l’AIT.

Trois jours après Le Siècle signale de nouvelles difficultés dans le Sud de la France, à Marseille cette fois :

Le Père Tranquille, journal de Marseille, se mêlant un peu de tout chaque jeudi, s’est mêlé de créer une bibliothèque populaire libre dans le chef-lieu du département des Bouches-du-Rhône. Qui se serait jamais douté qu’aucune institution de ce genre n’existât encore dans une ville comme Marseille ? C’est là une lacune qu’il faut s’empresser de combler. Espérons que les Marseillais s’empresseront de répondre à l’appel du rédacteur en chef du journal dont nous venons de parler, M. Royaunès [sic] , un écrivain distingué dont nous avons lu dernièrement une excellente brochure, L’Athéisme et la Révolution14.

Notons qu’à nouveau Le Siècle semble être un des seuls journaux à signaler ce cas désagréable aux autorités politiques. En effet, Adolphe Royannez est un publiciste connu à Marseille pour ses positions anticléricales et proudhoniennes15. Il a beau déclarer dans que dans le cas où ses opinions philosophiques le feraient juger indigne de la confiance de l’autorité, il s’engage à se démettre de ses fonctions provisoires de président et à  ne pas faire partie du bureau après validation des statuts, sa demande est rejetée16. Adolphe Royannez répercute la décision préfectorale dans son journal (Le Père tranquille) et en appelle à la presse politique parisienne17. Mais Le Siècle semble avoir été un des rares journaux à réagir…

Deux jours plus tard, Taxile Delord attire à nouveau l’attention des lecteurs du Siècle sur les difficultés d’établissement d’une bibliothèque populaire, cette fois dans une commune proche d’Orléans, Chevilly  :

La petite commune de Chevilly, dans les environs d’Orléans, est célèbre dans le département du Loiret par ses luttes en faveur de l’enseignement laïque. Quelques habitants de cette commune ont eu l’idée d’y fonder une bibliothèque populaire. Le 16 novembre dernier, ces honorables citoyens se présentaient à l’hôtel de la préfecture, à Orléans, pour demander au préfet l’autorisation nécessaire en pareil cas, et laissaient entre les mains de ce haut fonctionnaire une copie des statuts, les noms des membres du conseil d’administration et le catalogue des ouvrages destinés à la bibliothèque. Charmés de l’accueil bienveillant et aimable du préfet, convaincus qu’ils s’étaient entièrement conformés à la loi et aux règles tracées par le gouvernement, les promoteurs de la bibliothèque s’étaient retirés avec la douce certitude que l’autorisation allait leur être accordée ; ils l’attendent encore. Trois lettres écrites à M. le préfet sont restées sans réponse ; de nouvelles démarches ont eu pour résultat des réponses évasives. Ce n’est pas tout : le parti qui depuis quatre ans combat à Chevilly l’enseignement laïque, ce parti qui récemment faisait signer à domicile une pétition pour demander la suppression du traitement de l’institutrice laïque adjointe, et par conséquent son renvoi, est autorisé à ouvrir une bibliothèque populaire : Sic vos non vobis. Les libéraux de Chevilly ne protestent point contre l’autorisation donnée à d’autres qu’à eux, ils se félicitent au contraire de leur avoir montré le chemin du progrès ; mais ils s’étonnent, à bon droit, de la lenteur qu’apporte M. le préfet à leur faire connaître sa décision. Espérons qu’il se décidera à les tirer d’incertitude18.

La bibliothèque sera établie grâce aux efforts du Cercle de la Ligue de l’Enseignement. En 1868, elle possèdera 140 volumes et organisera des lectures du soir19.

En novembre 1866, c’est une petite ville du Gard qui occupe Le Siècle, sans doute désireux d’attirer l’attention sur un autre type de souci rencontré par les bibliothèques populaires, à savoir l’autorité possiblement exercée par les maires du Second Empire sur les  structures associatives. En effet, la Société Franklin recommandait lors de la fondation d’une bibliothèque populaire de désigner le maire comme président honoraire afin de faciliter les relations avec les autorités préfectorales. Il est alors plutôt d’usage que le maire se contente de ce  rôle honorifique, mais tous  ne respectent pas cet usage. Dans un premier article, le 15 novembre, Le Siècle accuse le maire d’Anduze de s’immiscer dans l’utilisation des fonds de la bibliothèque20. Dès le lendemain, l’édile, Albin de Montvaillant, envoie une réponse au Siècle qui la publie le 28 novembre. Il faut lire in extenso ce courrier (ici) et l’analyse qu’en fait Le Siècle pour comprendre les enjeux qui se nouent dans des conceptions différentes des bibliothèques, et en particulier la notion de bibliothèque populaire libre face à la bibliothèque populaire communale.

 En effet, la circulaire Rouland sur les bibliothèques scolaires en mai 1860 a permis aux bibliothèques populaires de trouver une légitimité. À cette occasion, le ministre de l’Instruction et des Cultes a lancé un appel à l’initiative privée, appel qui souligne l’impuissance du gouvernement impérial à satisfaire les besoins en instruction de la population et ouvre la brèche pour des bibliothèques libres. Les premières bibliothèques populaires libres relèvent cependant du Ministère de l’Intérieur puisque ce sont des associations. Sous-préfets et préfets examinent leurs statuts, la composition des membres du bureau et peuvent demander  des modifications, voire opposer un refus21. Ils ont aussi la tâche de  prendre connaissance du catalogue, lors de la constitution des fonds, puis d’exercer une surveillance annuelle sur les nouvelles acquisitions, le pouvoir craignant des ouvrages séditieux et/ou immoraux. Or cet examen demande des connaissances spécifiques. Dans un premier temps, le ministère de l’Intérieur semble avoir réclamé les lumières du ministère de l’Instruction. En témoigne une lettre de juin 1866 par laquelle le ministre de l’instruction, sollicité par l’Intérieur à propos de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay, explique qu’il ne pourra fournir à son homologue qu’une aide très ponctuelle et lui conseille de suivre les règles suivantes :

Considérant que, par la lettre précitée, le Ministre de l’Intérieur demande quels sont les livres qu’il y aurait lieu d’exclure « dans l’intérêt de la moralité, de l’utilité et de la valeur scientifique et littéraire ». Que pour donner son avis sur une demande de cette nature, la commission ne peut se placer au point de vue sévère et rigoureux qu’elle a adopté en ce qui touche le choix des livres à distribuer, par le Ministère, aux bibliothèques scolaires d’adultes ; qu’en effet, il ne s’agit, ni d’une bibliothèque placée dans l’école sous la direction et le contrôle du maître comme appendice du cours d’adultes, ou à titre de moyen d’éducation et pour la surveillance de laquelle le Ministre de l’Instruction Publique serait compétent, ni même d’une bibliothèque communale à fonder par la municipalité au moyen de deniers communaux, sous la responsabilité de l’administration locale et sous la surveillance du Ministère de l’Intérieur ; qu’il s’agit d’une bibliothèque libre, établie au moyen de souscriptions particulières, soit pour l’usage des classes ouvrières, soit pour fournir à des lecteurs plus instruits un moyen de l’instruction ou même d’amusement ou de distraction ; que si une bibliothèque de cette nature ne peut s’ouvrir qu’en vertu d’une autorisation administrative qu’il appartient au Ministère de l’Intérieur ou au Préfet, en son nom, d’accorder ou de refuser, le choix des livres doit être laissé aux intéressés eux-mêmes, dans le droit essentiel pour l’autorité publique d’intervenir dans la composition des catalogues par voie d’exclusion dans un intérêt de moralité ou d’ordre public.

   Considérant qu’il sera fait une juste appréciation de ce double intérêt par l’adoption des règles suivantes :

     1° Ne conserver dans un catalogue de cette nature aucun livre qui n’aurait pas obtenu l’estampille du colportage, la Commission de Colportage est instituée, en effet, pour empêcher la circulation dans les villes ou dans les campagnes des ouvrages dangereux offerts à domicile au lecteur dans un but de lucre, ou dans un but de propagande. Peu importe que la circulation s’opère soit par un colporteur, soit par l’intermédiaire d’un bibliothécaire qui au lieu de poursuivre le lecteur, l’attendrait au siège de la bibliothèque et répandrait dans le pays des ouvrages nuisibles.

     2° Y tolérer des ouvrages qui, par leurs tendances frivoles, n’auraient pas été admis dans les bibliothèques scolaires ;

     3° Faire, au besoin, deux catégories dans les ouvrages conservés pour signaler aux fondateurs de la bibliothèque ceux qui, jugés nuisibles pour certains lecteurs, pourraient cependant être lus sans inconvénients par des lecteurs plus âgés, plus instruits ou moins nombreux.

     Considérant que si, en ce qui concerne le choix des livres destinés aux bibliothèques scolaires, la Commission permanente ne statue pour chacun d’eux qu’après un rapport écrit, elle ne pourrait songer à adopter, pour examiner l’affaire actuelle, cette forme de procédure ; qu’elle a pu et dû se borner, pour répondre à l’avis qui lui est demandé, à entendre la lecture complète du catalogue, sauf à délibérer sur les propositions d’exclusion ou de mise à part qui seraient faites sur tel ou tel ouvrage, par le rapporteur ou par un de ses membres de la Commission ; qu’en ce qui touche les ouvrages d’inconnus à tous les membres précédents et sur lesquels, par la seule mention du titre ou du nom de l’auteur, un scrupule pourrait s’élever, elle se borne, eu égard au temps et aux recherches que réclameraient l’apport et la lecture complète de ces livres, à dégager à leur égard sa responsabilité en plaçant à côté du titre de l’ouvrage le mot inconnu : ces ouvrages cependant seront examinés si S.E. le Ministre de l’Intérieur envoie le volume avec une demande formelle d’examen22.

 À Épernay, la question des ouvrages jugés licencieux par le pouvoir se règle discrètement. En effet, cette bibliothèque bénéficie du soutien d’Auguste Perdonnet, proche du cercle impérial, qui a fait partie des premiers fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement23. Auguste Perdonnet est d’ailleurs le donateur des œuvres de Voltaire que la bibliothèque des Amis de l’Instruction met à part dans une armoire grillagée pour rassurer les autorités… Pour d’autres bibliothèques populaires, en particulier celles de Saint-Étienne et d’Oullins en 1867, cette question viendra au grand jour, et Le Siècle ne sera plus désormais seul à évoquer la question des bibliothèques populaires (voir prochain billet ici).

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière)," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/1951.

  1. En ligne sur Gallica ici. []
  2. Le Siècle, 30 septembre 1862 []
  3. Sur cette crise voir Ian Frazer, ” Jean-Baptiste Girard (1821_1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction”, in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ille arrondissement, 1985. []
  4. Le Siècle, 2 janvier 1866. []
  5. E. André-Pasquet, ” Le droit de réunion”, Le Siècle, 2 avril 1866. []
  6. Taxile Delord,”Partie politique”, Le Siècle, 10 avril 1866. []
  7. Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, “Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire”. Romantisme, Armand Colin, 2017. []
  8. Ernest Bersot, Le Journal des Débats politiques et littéraires, 10 avril 1866. []
  9. Voir Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau [et alii], Quand les socialistes inventaient l’avenir, 1825-1860, La Découverte, 2016. []
  10. Jacques Julliard, Jean-Claude Michéa, La gauche et le peuple, Flammarion, 2014. []
  11. Le Petit Journal, 28 janvier 1870. []
  12. Voir Alban Jacquemart, “Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d’un engagement improbable“. EHESS, 2011. []
  13. Voir Agnès Sandras, “Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? Quelques pistes de réflexion”, in Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 (dir. Carole Christen, Laurent Besse), Presses universitaires du Septentrion, 2016. []
  14. Taxile Delord, “Courrier”, Le Siècle, 11 avril 1866. []
  15. Voir Michael Pakenham, Keith Cameron, Le Champ littéraire 1860-1900 : études offertes à Michael Pakenham. Rodopi, 1996. []
  16. Voir Robert Rossi, Léo Taxil (1854-1907) : du journalisme anticlérical à la mystification transcendante, Le Fioupélan, 2016. []
  17. Ibid. []
  18. Taxile Delord, “Courrier”, Le Siècle, 11 avril 1866. []
  19. Voir Jean Macé, Les Origines de la Ligue de l’Enseignement 1861-1870, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1891. []
  20. “Courrier”, Le Siècle, 15 novembre 1866. []
  21. Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, “Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire”. Romantisme, Armand Colin, 2017. []
  22. Lettre du Ministre de l’Instruction Publique  au Ministre de l’Intérieur, 14 juin 1866. Archives Nationales : F/1a/632. []
  23. Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay » , in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014. []