Archives par mot-clé : Amédée Langlois

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Zéphirin Clouet

CLOUET, Zéphirin (1838-1871)

NB : Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Originaire de l’Aisne, dernier d’une fratrie de 5,  il est le seul à venir à Paris à 18 ans. Sellier  Il suit les cours de l’Association philotechnique et vient prêter main forte à la bibliothèque. Engagé dans la garde nationale, il est enrégimenté dans un Bataillon de Marche et meurt à Buzenval le 19 Janvier 1871.

 

NOM : CLOUET

Prénoms : Zéphirin (Zephirain sur l’acte de naissance) Théophile

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III :

numéro 5

Rôle dans la BAI-III : Aide le bibliothécaire PLOMB [voir fiche PLOMB]. Il est ensuite administrateur1

État-civil et famille2:

Né le 4 juillet 1838 à Vincy-Reuil-et-Magny (Aisne) de Philbert, 35 ans, manouvrier et de Marie Josèphe DOUCE, fileuse. Les parents se sont mariés le 30/10/1826 dans la même commune. Le père y meurt le 30 octobre 1850 à 47 ans. Laitière en 1858 lors du mariage de l’aînée, la mère meurt le 9 juin 1875, et est encore manouvrière à 70 ans d’après son acte de décès.

Dernier d’une fratrie de 5, Zéphirin est donc orphelin de père à 12 ans. Sa sœur aînée, née en 1827, quitte l’Aisne pour la Seine et Marne. Elle est couturière à Lagny quand elle se marie à 35 ans le 5 juin 18583. Elle épouse un stéréotypeur, veuf, né à Paris (ancien 6e) le 10 prairial an VI (29 mai 1796), qui meurt à Lagny à 80 ans : elle a alors 51 ans et est journalière. Deux sœurs restent dans leur commune de naissance. Une sœur née en 1828, est couturière quand elle se marie en 1849 avec un tailleur d’habit. Une sœur née en 1836, est également couturière quand elle se marie en 1858 avec un meunier.

Un frère, Constant, René, Virgile, né en 1830, est instituteur quand il se marie à 41 ans dans le même département (avec contrat) à Clairefontaine le 12 février 1872. Il épouse Marie Julienne Émelie Ducrot, 24 ans, vannière4. Il est toujours à Clairefontaine en 1890 quand il prend sa retraite après 37 ans d’activité5.

Décès : Zéphirin meurt à 33 ans le 19 janvier 1871 sur le territoire de Buzenval, son décès est enregistré à la mairie du 20e arrondissement parisien le 25 du même mois, avec pour témoins Léon BRESSIER, 29 ans, graveur, demeurant 17 rue des chasseurs (17e) et Anatole LEFOULLON, sergent dans le bataillon de CLOUET, avocat, 26 ans, demeurant 100 avenue de Neuilly, 16arrondissement6.

Professions : Sellier sur la liste des lecteurs7 et le palmarès de l’APH8

Adresses connues :

40 rue de Bondy (rue Boulanger actuelle ; 10e) ; 56 rue Montmartre (2e) lors de son décès.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique;

Il en est l’élève du mois de novembre 1856 – il a alors 18 ans –  à mars 18639.

  • Année scolaire 56/57 ; distribution des prix le 3 janvier 1858. Les cours sont à Turgot. Deuxième mention d’arithmétique, professeur LIONNET [voir fiche LIONNET]
  • Année scolaire 58/59 ; distribution des prix le 22 janvier 1860. Les cours sont à Turgot. Première mention d’hygiène et médecine usuelle première année, professeur HEBERT. Assistent à ce cours : PAUL [voir fiche PAUL] ; MURET Charles (lecteur 181) ; PLOMB Charles [voir fiche PLOMB] ; CLAUDIN Louis (lecteur 74) ; PASCAL [voir fiche PASCAL] ; MICHEL [voir fiche MICHEL]
  • Année scolaire 61/62 ; distribution des prix le 8 février 1863. Le cours est à Turgot. Deuxième mention de chimie deuxième année
  • Année scolaire 62/63 ; distribution des prix le 31 janvier 1864. Le cours est à la Sorbonne. Deuxième prix de géographie physique et politique, professeur Adolphe ADAM [voir fiche ADAM]

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

DELAMARCHE rapporte que les Amis de l’Instruction étaient partisans de la paix au moment de la déclaration de la guerre mais « qu’ils quittèrent leurs paisibles études et prirent le fusil10». Selon lui, tous sont intégrés dans « la lutte sacrée ».

La bibliothèque ferme pendant plus d’une année et une assemblée générale avec 100 sociétaires se tiendra pour la remise en route le 12 novembre 1871.

Certains Amis de l’Instruction vont se retrouver élus ou nommés à des postes d’encadrement dans des bataillons de francs-tireurs : les « volontaires de Montrouge » pour Henri HARANT [fiche HARANT], Ernest FRIBOURG [fiche FRIBOURG] et Paul DELAMARCHE [fiche DELAMARCHE], les « francs-tireurs de Paris » pour François BAZIN [fiche BAZIN].

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III :

Il fréquente les professeurs et les élèves de l’APH.

En 1890, dans un article (La République française du 13/11/1890) rapportant le banquet tenu pour le neuvième anniversaire du syndicat des bibliothèques populaires, Hector DEPASSE11  appelle à se souvenir des créateurs de ces bibliothèques « libres » trente ans après leurs créations. Il cite dans cet ordre 7 personnes aux profils très différents : GIRARD [Voir fiche], BELLAMY [Voir fiche] CLOUET, CLAUDIN, DELAMARCHE [Voir fiche], LANDRIN [Voir fiche], CAUZARD.

  • Louis CLAUDIN12 bijoutier, est également mort à 34 ans des suites des blessures reçues à Buzenval. Numéro 74 sur la liste des lecteurs, il est  élève à l’APH.
  • Charles CAUZARD, lecteur 336, a 18 ans en 1861. Il devient chef du service de comptabilité de l’Opéra de Paris. Positiviste actif, franc-maçon (tableau des Loges : L’Avenir 1865 – Les Émules d’Hiram 1868), il part à la BAI-XIV et y reste au moins jusqu’en 1873.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : voir ci-dessus.

Éléments biographiques complémentaires :

 La « sortie de Buzenval », est la dernière offensive dans la guerre franco-allemande de 1870-1871. 100 000 Français se dirigent vers Montretout et Buzenval (anciens villages des actuels Hauts-de-Seine). Le projet militaire est de percer le front prussien en se dirigeant vers Versailles à l’abri de la base forte du Mont Valérien. 84 000 hommes sont engagés, 3000 y mourront.

D’après une gravure de Léopold Flameng, in Invasion, Le siège, la Commune. 1870-1871. D’après des peintures, gravures, photographies, sculptures, médailles autographes, objets du temps... par Armand Dayot,

Lors de son décès, Zéphirin Clouet est garde à la 2e compagnie du 35e bataillon de marche du 18e régiment de la Garde nationale mobilisée13. Un bataillon de guerre (dit aussi de marche) est un regroupement provisoire des hommes les plus aptes au combat choisis dans la Garde nationale sédentaire. Ils sont retenus quand ils sont volontaires quel que soit leur âge. Ensuite sont retenus les célibataires ou veufs sans enfants de 20 à 35 ans puis de 35 à 45 ans. Et en dernier les hommes mariés ou pères de famille de 20 à 35 ans puis de 35 à 45 ans14.

Son régiment est commandé par un lieutenant-colonel nommé Amédée Jérôme LANGLOIS  (1819-1902)  Cet ancien officier de marine a démissionné en 1848, est devenu  un proche de PROUDHON dont il est  l’exécuteur testamentaire en 1865, et est adhérent de l’AIT15. LANGLOIS reçoit la Légion d’honneur du ministère de la Guerre en 187216 pour son action pendant le Siège, notamment à Buzenval.

Le nom de CLOUET est cité et honoré lors de l’inauguration du monument aux morts de Neuilly le 21 janvier 187917, sept jours avant la démission de Mac Mahon et l’installation d’un premier Président de la République républicain. Tous les participants portent à la boutonnière un bouquet d’immortelles, marque de laïcité. Sont présents au milieu d’une grande foule le colonel Langlois, l’orphéon de Neuilly, la loge « la Lumière ». Les discours sont applaudis : Vive la République ! Vive l’amnistie !

Extrait de : « Inauguration du monument de Neuilly », Le Petit Journal, 21 janvier 1879. Gallica (BnF).

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1.

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

ADVP, actes d’état civil.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique.

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le  27 mars 2021 ; modifiée le 31/03/2021

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Zéphirin Clouet," in Bibliothèques populaires, 27/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4784.

  1. CRBAI-III, ADVP : V6 1191. []
  2. Merci à Marie-Agnès Schioppa de généanet (maraella) pour son aide dans l’Aisne. []
  3. AD 77, 5MI8257,  page 18. []
  4. AD 2, acte 8, vu 263. []
  5. Bulletin des lois, 1891. []
  6. AD 75, Registre des décès V4E 5222 , acte 683. []
  7. Voir la liste des lecteurs. []
  8. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  9. Selon le palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier à l’APH. []
  10. CR BAI III 1869 /1871. []
  11. Publiciste, conseiller municipal puis député, il représente la BAI VI au syndicat des bibliothèques populaires libres en 1882. []
  12. Louis CLAUDIN, mort à Paris 255 rue Saint-Honoré (1er) le 23/5/1871 (AD 75). Il est élève à la philotechnique (58/59 2e prix de langue française 2e année, 2e mention hygiène et médecine usuelle). Il est né le 15/11/1837 à Vaucouleurs (Meuse), marié et père de trois filles : Julie Élisabeth (1867-1943), (1863-1945), Louise (1870- ?). Merci à François Jacquinot (francis 55) sur généanet. []
  13. Histoire de la garde nationale et des bataillons mobilisés du IXe arrondissement avant et pendant le siège de la capitale, année 1870-71, et les faits de guerre des bataillons de marche des arrondissements de Paris / par Charles Dolivet,.., 1872. []
  14. La Garde nationale fédérée de Paris (septembre 1870-mars1871), par Rémy Valat et Pierre-Henri Zaidman. []
  15. Notice LANGLOIS Jérôme, Amédée du Maitron : https://maitron.fr/spip.php?article221887,  par Edward Castleton. []
  16. Base LEONORE. []
  17. Le Petit Journal, 21/1/1879, page 2. []