Archives par mot-clé : Association philotechnique

Association philotechnique

Sur les lectures ouvrières au XIXe : Proudhon et les bibliothèques populaires

Les Apôtres de l’Humanité. Proudhon : estampe de Gustave Lesestre et paroles d’Eugène Baillet (BnF/ Gallica)

La diffusion et la réception d’une pensée sont toujours difficiles à saisir. Celle de Proudhon ne peut évidemment pas échapper à cette difficulté, tant son auteur a varié les modes d’expression à destination de publics divers  selon le contexte et le mode de publication. Si les lectorats au XIXsont étudiés depuis plusieurs décennies, il est plus problématique de cerner les lectorats socialistes. D’abord à cause de la censure à laquelle leurs auteurs ont été soumis, rendant leur lecture illégale ; mais aussi pour des raisons idéologiques, notamment la volonté d’exagérer ou minorer leur portée, qui plus est auprès de la classe ouvrière.

La réception des œuvres proudhoniennes au mitan du XIXe

La toile de Gustave Courbet de 1865 représentant Proudhon et ses filles, véritable manifeste artistique de la pensée proudhonienne1, met en valeur l’importance de l’écrit dans ce siècle. Proudhon y est représenté assis à côté d’une liasse de différents papiers : livres, brochures, lettres, révélant ainsi la diversité des supports de communication et d’écriture proudhoniennes, une variété d’écritures à mettre en lien avec la diversité des lectures et des lecteurs de Proudhon, qu’il s’agisse de correspondances, d’articles, de mémoires, de textes polémiques, de traités de morale ou autres.

Moraliste, philosophe, économiste… Proudhon a aussi été journaliste et Représentant du Peuple sous la Seconde République, période durant laquelle il a écrit de nombreux discours destinés à un large public. L’adhésion à ses principes ou opinions permet d’identifier quelques fidèles. Mais être « proudhonien », avec toute la difficulté de définir ce terme, n’implique pas pour autant être lecteur de Proudhon, et encore moins ouvrier. Si l’on prend l’exemple de Greppo, ce canut devenu Représentant du Peuple et fidèle à Proudhon à l’Assemblée, il est possible qu’il ait peu lu Proudhon. L’anecdote du vote du 31 juillet 1848 en témoigne. Proudhon avait pris à la tribune la défense des insurgés de Juin en estimant que le droit était des deux côtés des barricades. En accusant l’Assemblée de représenter la bourgeoisie capitaliste et en justifiant ce que Karl Marx appelait la lutte des classes, il avait suscité une telle indignation que des députés demandèrent un vote de désapprobation à l’égard du discours de Proudhon. Seul Greppo vota en faveur de Proudhon. Quand on lui demanda de se justifier, il expliqua qu’il n’avait pas entendu le discours de Proudhon, mais avait voté par fidélité à son égard !

En revanche, plusieurs œuvres majeures de Proudhon furent destinées au départ à un lectorat très ciblé. Son célèbre mémoire sur la Propriété était d’abord destiné aux membres de l’Académie auprès de laquelle il avait sollicité une bourse d’étude, quant aux tomes de la Justice, ils se présentaient au départ comme une lettre ouverte à « Son Éminence Mgr Mathieu, cardinal-archevêque de Besançon ». S’il y a bien dans ces ouvrages une plaidoirie en faveur du peuple, on est loin d’un lectorat ouvrier.

Avant de chercher le lectorat ouvrier proudhonien, commençons par présenter quelques caractéristiques du lectorat ouvrier en France au XIXe grâce aux études et enquêtes sur l’alphabétisation. L’enquête de Louis Maggiolo en 1877-1879 fait apparaître qu’entre 1786 et 1790 47% des hommes et 27% des femmes savaient signer au moment du mariage. Entre 1871 et 1875, leur part respective est passée à 78% pour les hommes et 66% pour les femmes2. En 1866, un an après la mort de Proudhon, les signatures concernaient 72% d’hommes et 55% de femmes. Si ces chiffres reflètent la part croissante de l’écrit dans la société du XIXe et renseignent sur les progrès de l’apprentissage de l’écriture, ils ne permettent pas de dire grand chose sur les lectorats au XIXe.

En 1866, un recensement de la population a pris en compte les capacités des Françaises et Français à lire et écrire. Il en ressortait alors que 55% des hommes et femmes de plus de 5 ans savaient lire et écrire et 67% savaient au moins lire. Son étude reflétait que l’alphabétisation en France était plus poussée dans le Nord et l’Est, concernait davantage les villes que les campagnes, et bénéficiait davantage aux hommes qu’aux femmes. Si ces résultats ne sont guère surprenants, ils nous permettent de constater néanmoins que Proudhon pouvait jouir d’un large lectorat potentiel, qui comme lui venait davantage des milieux urbains et masculins.

Venons-en à présent aux lecteurs proudhoniens connus : Il y a d’abord les intimes, les proches, comme Charles Beslay ou Gustave Chaudey, dont les correspondances avec Proudhon font apparaître des allusions bien précises aux œuvres de leur confident. Si ces deux derniers ont des positions politiques favorables aux ouvriers, le premier est un ingénieur et le second un avocat. On trouve ensuite de nombreux « intellectuels » célèbres comme Marx, Grün ou Bakounine. L’influence de Proudhon sur ces auteurs, qu’ils la revendiquent ou la réfutent, est incontestable. Elle témoigne de la portée internationale de la pensée de Proudhon et de sa lecture dans les milieux des exilés et dissidents politiques. Par ailleurs, parmi les « intellectuels » qui lisent Proudhon, on peut aussi compter ses détracteurs, à l’instar des libéraux ou conservateurs comme Frédéric Bastiat ou Adolphe Thiers, qui pour critiquer le pourfendeur du socialisme ont bien dû lire certains de ses ouvrages.

Pour trouver des lecteurs ouvriers de Proudhon, il faut d’abord pénétrer dans le monde de cette élite intellectuelle du monde du travail manuel qu’était le monde de l’imprimerie fréquenté par Proudhon dès son plus jeune âge. Aussi, les ouvriers d’imprimerie et de journaux qui ont publié les œuvres de Proudhon ont bien été obligés de les parcourir. Il s’agit essentiellement de protes, de typographes ou de correcteurs. La popularité de Proudhon auprès de quelques typographes avant qu’il ne devienne connu dans toute la France est révélée par la Révolution de 1848. Le 26 février, quatre citoyens armés de leurs fusils rendirent visite à Proudhon en son domicile parisien pour le presser de publier ses propositions de réformes sociales. Il s’agissait des ouvriers typographes Joseph Mairet, Georges Duchêne, Louis Debock et Louis Vasbenter3.

Proudhon s’est en effet adressé du début à la fin de sa carrière d’écrivain aux ouvriers. Son premier écrit public est sa lettre de candidature à la pension Suard en 1838 dans laquelle il écrit : « né et élevé au sein de la classe ouvrière, lui appartenant encore par le cœur et les affections, et surtout par la communauté des souffrances […] la plus grande joie du candidat serait […] de pouvoir travailler sans relâche à l’amélioration intellectuelle et morale de ceux qu’il se plaît à nommer ses frères et compagnons. » Et Proudhon n’a jamais trahi sa fidélité à la classe ouvrière, comme en témoigne l’un de ses derniers ouvrages, De la capacité politique des classes ouvrières, écrit en 1865, et en préambule duquel est écrit : « L’auteur à quelques ouvriers de Paris et de Rouen qui l’avaient consulté sur les élections. »

Ainsi, Proudhon ne doute jamais publiquement de la capacité des ouvriers à s’émanciper par l’instruction et ne tient pas à distinguer les activités intellectuelles des activités manuelles. Par ailleurs, la figure du peuple se révèle plus importante chez Proudhon que celle de l’ouvrier, même s’il y a parfois sous sa plume, comme sous celles de nombreux pères de la question sociale, assimilation entre le peuple, les ouvriers et l’ensemble des travailleurs, comme en témoignait en 1848 le Représentant du Peuple. En manchette du journal, on pouvait lire : « Le Représentant du Peuple, Journal des Travailleurs. » Il avait pour devise : « Qu’est-ce que le producteur ? Rien. Que doit-il être ? Tout. Qu’est-ce que le capitaliste ? Tout. Que doit-il être ? Rien. »

C’est notamment à travers la presse que Proudhon a à la fois atteint son plus large lectorat et sans doute le plus de lecteurs ouvriers. Même si l’on ne peut affirmer clairement quelle était la nature du lectorat des journaux proudhoniens, l’important tirage des journaux impliquait une assise populaire, surtout à une époque où la lecture du journal était plus collective et partagée qu’aujourd’hui. Ainsi, le Représentant du Peuple a atteint les 20 000 tirages quotidiens en 1848, et en 1849, le Peuple atteint les 45000, « quarante-cinq mille allumettes » affirmait fièrement son principal rédacteur, au grand dam de Victor Hugo qui le méprisait profondément4.

Les liens entre une presse socialiste et un lectorat ouvrier susceptible de lire Proudhon sont mis en exergue avant même la Révolution de 1848 par une autre figure ouvrière de la presse socialiste : Martin Nadaud. Ce dernier encouragea Proudhon à souscrire au Populaire, un projet de journal initié par Cabet. Malgré le refus de Proudhon, Nadaud écrivit plus tard : « La réputation de Proudhon était naissante ; il avait donné à un de ses livres ce titre étonnant de hardiesse : la propriété c’est le vol. Il n’en fallut pas d’avantage pour ameuter contre lui la plupart des journaux et pour en amener d’autres à le glorifier ; car on connaît en France la puissance des mots sur l’opinion publique. Ce grand démolisseur devint très populaire ; il contribua beaucoup au développement des questions socialistes à une époque où elles étaient peu connues5. »

Si ce témoignage prouve bien la diffusion de la pensée de Proudhon au sein de milieux ouvriers, il ne nous informe pas pour autant sur la réalité de son lectorat, tant celui de la presse est encore plus difficile à saisir que celui du livre dont la diffusion est plus limitée. Si l’on prend le cas des lecteurs du Peuple, on constate qu’ils sont surtout décrits par ses détracteurs qui voient dans les partisans de Proudhon des incendiaires ou des démolisseurs et redoutent de savoir que des exemplaires du journal circulent dans les casernes. Les lecteurs de Proudhon apparaissent ainsi dans les caricatures de Cham, par opposition aux « ouvriers sages » loués par le parti de l’Ordre6.

   Ces exemples témoignent de la difficulté à saisir la réalité du lectorat ouvrier proudhonien. Toutefois, l’étude d’une bibliothèque ouvrière au sein de laquelle l’on trouve des ouvrages de Proudhon permet de se faire une idée plus précise de la lecture de Proudhon au XIXe siècle.

Les bibliothèques des amis de l’Instruction : une association de lecteurs ouvriers

La BAI (Bibliothèque des Amis de l’Instruction), créée en 1861 par des ouvriers et des artisans épaulés par quelques bourgeois, a pour principal fondateur Jean Baptiste Girard, un ouvrier typographe, fils de vigneron. Sa vie présente d’ailleurs de nombreuses analogies avec celle du polémiste. En effet, comme Proudhon, Girard est issu d’une famille d’artisans ruraux et a dû travailler jeune dans les champs, avant d’arriver à Paris en 1840 et de suivre les cours de l’Association philotechnique animés par d’anciens saint-simoniens soucieux d’instruire les travailleurs. En 1849, Girard joue un rôle important dans l’Union des Associations de travailleurs, dont beaucoup ont adhéré à la Banque du Peuple. Condamné à la prison en 1850 pour ses acticités associationnistes et socialistes, il fonde en 1861 la première BAI dans le quartier du Marais, avant d’en initier dans d’autres quartiers de Paris et d’autres villes de banlieue ou de Province7.

Issu du même milieu et appartenant à la même génération que Proudhon, J.-B. Girard partage des valeurs et sensibilités communes avec celui-ci. Autodidacte, il donne une importance équivalente à l’enseignement professionnel et à l’instruction morale et intellectuelle des travailleurs. Influencé par les théories saint-simoniennes et fouriéristes, il accorde un rôle prédominant aux associations et au mutualisme pour l’émancipation des travailleurs. Les bibliothèques des amis de l’Instruction poursuivent ainsi cet objectif par l’instruction des travailleurs et le choix d’une structure associative.

Dès l’année de la fondation de la première BAI, Proudhon fut sollicité par Charles Beslay à ce sujet, comme l’a mis en évidence Rosemarie Ferenczi lors d’un colloque sur la BAI en 19848. Il lui répondit le 25 octobre 1861 d’Ixelles en Belgique où il s’était exilé. On apprend dans cette lettre que Charles Beslay se pressait d’acheter les ouvrages de son ami, alors que ce dernier se proposait de les lui envoyer. Toutefois, Beslay sollicita Proudhon pour qu’il offre quelques ouvrages à la BAI. Proudhon accepta, mais désirait « auparavant avoir quelques détails sur cette compagnie. » Craignant le bonapartisme qui « se fourre partout », il redoutait de « sentir ses coudes »9. Sur ce plan, Proudhon avait eu une bonne intuition, car en effet les autorités impériales surveillaient de près la jeune institution d’instruction populaire. Le maire les dénonça en 1862 aux autorités comme « factieux, anarchistes » du fait qu’ils aient refusé de l’avoir pour président honoraire. La bibliothèque dut alors quitter les locaux municipaux et se réfugier à l’école centrale dirigée par M. Perdonnet. Le fait que par ailleurs des ouvriers aient souhaité se procurer des œuvres de Proudhon pourrait avoir contribué à son discrédit auprès des autorités10.

Toutefois, Girard fonda une autre BAI dans le Ve arrondissement de Paris qui introduisit dès 1864 dans ses rayons le Manuel du spéculateur. Par la suite Proudhon fit don de plusieurs de ses ouvrages à la bibliothèque du Ve, qui inscrivit dans son catalogue en 1866 le mémoire sur la propriété. Le tournant libéral de l’Empire et le décès de Proudhon rendaient les œuvres de ce dernier moins dangereuses. En 1868 fut créée une section « économie politique » à la BAI du IIIe qui fit entrer alors 5 œuvres de Proudhon. En 1875, le catalogue en comptait 7. À la même époque Charles Fauvéty, qui avait été très proche de Proudhon sous la Seconde République, présidait depuis plusieurs années la BAI d’Asnières où Girard finit sa vie. Or Fauvéty avait promis dès 1862 des ouvrages pour la BAI du XVIIIe. Il est fort probable que ce dernier plaida pour l’introduction d’œuvres de Proudhon dans les BAI.

Le cas des BAI offre ainsi un bel exemple d’ouvriers militants pour la lecture de Proudhon, bravant ainsi la censure et les autorités, parfois au péril de leur liberté. On peut de plus se faire une idée de leurs professions à travers la composition sociale de la BAI en 1861, connue grâce aux registres des premiers adhérents11. On dénombrait alors 32% d’artisans et d’ouvriers, 8% de typographes, 21% d’employés et commis et 39% d’autres catégories professionnelles. En tout, près de 200 métiers étaient exercés par les 500 premiers adhérents. On trouvait parmi eux des fabricants de bouton, des ouvriers en bronze, des fabricants de chaussure, des ajusteurs, des doreurs, monteurs, mosaïstes, tisseurs, tourneurs, couteliers, tapissiers, graveurs, mais aussi des garçons de café, des dessinateurs, des architectes, des enseignants, un docteur, et même un rentier. Une sociologie à mettre en lien avec le quartier faubourien et qui rappelle évidemment la population ayant adhéré une douzaine d’années plus tôt à la Banque du Peuple, le projet de banque associative initiée par Proudhon en 1848-1849 et qui obtient plus de 10 000 adhérents sensibles aux idées de mutualisme ouvrier. Charles Fauvéty, César Daly et Jules Viard, bien qu’ils ne soient pas des ouvriers, faisaient d’ailleurs partie des anciens proches de Proudhon qui participèrent aux BAI.

Les BAI ne sont par ailleurs pas les seules bibliothèques populaires où des lecteurs voulant lire Proudhon ont dû pour cela faire face à des exemples de censure à l’égard de ses ouvrages, comme pour la plupart de ceux d’auteurs révolutionnaires ou socialistes. En 1866, Jean Macé inscrivit la création de bibliothèques populaires dans le programme de la Ligue de l’enseignement, encourageant ainsi un mouvement qui inquiétait certains notables12. Le cas des bibliothèques populaires de Saint-Étienne est connu en raison du discours de M. Sainte-Beuve à propos des bibliothèques populaires, prononcé au cours d’une séance du Sénat le 25 juin 1867.

Lors du débat sur la loi d’instruction primaire, le baron de Chapuis-Montlaville s’était déjà emporté au sujet de Renan le 30 mars 1867 en ces termes, suscitant de vives approbations dans l’assemblée :

Il n’est pas possible de ne pas éprouver une affliction profonde lorsqu’on voit, dans une certaine littérature moderne dont on vient louer les auteurs, fouler aux pieds les lois de l’ordre éternel, attaquer la religion, base de l’ordre social. Il n’est pas permis de venir ici faire l’éloge de ces hommes qui portent l’incendie dans la société, en répandant dans les masses des doctrines d’athéisme et d’irréligion. C’est là un danger social contre lequel doivent se réunir toutes les forces des hommes de bien.

Comment ne pas songer alors aux calomnies connues par Proudhon quelques temps plus tôt ? Dans ce contexte, le 21 juin, le sénateur Suin présenta une pétition de deux cent notables de Saint-Étienne, qui se plaignaient du choix que l’on avait fait de certains ouvrages pour former deux bibliothèques populaires sous le patronage de l’autorité municipale. Les ouvriers se voyaient reprocher les choix de Voltaire, Rousseau, Sand, Sue, Michelet, Renan et même Lamennais. On les accusait aussi de faire progresser des doctrines sociales dangereuses à travers les œuvres d’Enfantin, Louis Blanc, Fourier et bien sûr Proudhon.

Le 25 juin 1867, H. Rochefort et surtout Sainte-Beuve  plaidèrent en faveur de la liberté de conscience et d’opinion dans les bibliothèques populaires. Ils défendirent les auteurs jugés séditieux, et surtout Proudhon en des termes fort évocateurs sur sa popularité posthume :

Sur votre liste, que trouvé-je encore? Proudhon. Celui-là, il est voué, je le sais, aux dieux infernaux. C’est ailleurs, dans un autre lieu qu’ici, devant des auditeurs ou des lecteurs plus désintéressés et plus attentifs, que j’ai essayé et que j’essayerai encore d’expliquer comme il convient quelques-unes de ses violences et de ses extrémités de parole : penseur ardent et opiniâtre, dialecticien puissant, satirique vigoureux et souvent éloquent, qui ne marchandait pas les vérités, même aux siens, rude honnête homme mort à la peine. Quant à ses idées, les politiques et les économistes savent aujourd’hui qu’il y a beaucoup à en profiter et à y prendre. On peut être homme du peuple, homme de travail, et s’instruire en le lisant.

Une telle défense de Proudhon au sein du Sénat témoignait de son large lectorat et de la vocation pédagogique de ses œuvres pour le travailleur. Quant à la volonté des conservateurs d’imposer ses lectures au peuple, Sainte-Beuve s’en gaussait tout en louant les efforts pour l’instruction :

On veut de nos jours que tout le monde sache lire. M. le ministre de l’Instruction publique y pousse de toutes ses forces, et je l’en loue. Mais est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple, ses lectures, lui mesurer ses bouchées, lui dire : Tu liras ceci et tu ne liras pas cela? Mais une telle défense, de votre part, mettrait un attrait de plus et comme une prime à tous les livres que vous interdiriez.

Peut-on en déduire pour autant que les interdits sur les œuvres de Proudhon auraient encouragé sa lecture ? Là encore, l’historien ne pourra que spéculer sur quelques sources, mais l’expérience des BAI tendrait à confirmer cette hypothèse.

Cite this article as: Olivier Chaïbi, "Sur les lectures ouvrières au XIXe : Proudhon et les bibliothèques populaires," in Bibliothèques populaires, 03/01/2017, https://bai.hypotheses.org/1220.

  1. Michèle Haddad, « Le portrait de P.-J. Proudhon en 1853 par Gustave Courbet » Archives proudhoniennes, 2001. []
  2. W. Sachs et F. Furet, « La croissance de l’alphabétisation en France », Annales ESC, 1974, vol. 29, n°3, p. 714-737. []
  3. Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon  : sa vie et sa pensée : 1849-1865, Paris, Desclée de Brouwer, 1988, p.830. []
  4.  Victor Hugo, Choses Vues, Paris, Calmann Lévy,  1900 [1887]  : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k141436z/f244.image []
  5. Martin Nadaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, A. Duboueix,  1895: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k24301h/f299.image []
  6. Voir Thierry Menuelle, Le Charivari contre Proudhon, Paris, Publications de la Société P.-J. Proudhon, 2006 ; Olivier Chaïbi, La Banque du Peuple, Paris, Connaissances et savoirs, 2010. []
  7. Sur Jean-Baptiste Girard, voir Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des amis de l’Instruction (1861) » in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, actes du colloque du 10 novembre 1984, p. 61-86. []
  8. Rosemarie Ferenczi, « Influences de Proudhon » in op. cit., pp. 49-54. []
  9. Proudhon, Correspondance, tome XI, Slatkine, 1971, p. 246. []
  10. I. Frazer, op. cit., p. 72. []
  11. http://www.bai.asso.fr/. Onglet histoire []
  12. Cf. Arlette Boulogne. Jean Macé et les bibliothèques populaires, 1860-1881, Des livres pour éduquer les citoyens, Paris, L’harmattan, 2016. []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)

Il me faut enfin donner le palmarès dont vous aurez déjà deviné qu’il est sans surprises. Encore que… !

Rappelons, pour plus de clarté, que la liste générale des récompenses décernées lors de l’Exposition de 1867 distingue les exposants et les coopérateurs de chaque classe avec la gradation suivante1 :

* hors concours

* grands prix

* médailles d’or

* médailles d’argent

* médailles de bronze

* mentions honorables

On découvre parmi le palmarès de la classe 90 les bibliothèques populaires et/ou leurs fondateurs suivants.

En qualité d’exposants :

– sont médaille d’argent : la Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction, Paris (n° 47)

– médaille de bronze : la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin, Mulhouse (n° 54); la Société alsacienne pour les bibliothèques populaires, Colmar (n° 46); la Société des bibliothèques communales, Aisne (n° 41); la Société des bibliothèques aveyronnaises, Rodez (n° 43); la Bibliothèque populaire, Dieulefit (n° 55); la Société des livres utiles, Paris (n° 40)

– se voient décerner une mention honorable : bibliothèque du 5e arrondissement (n° 48); bibliothèque du 8e arrondissement (n° 49); bibliothèque du 11e arrondissement (n° 50); Viard, Hortes, bibliothèque communale (n° 59); Leclaire, Herblay, bibliothèque communale (n° 57)

En qualité de coopérateurs :

– médailles d’argent : Girard, pour sa participation à la création des premières bibliothèques populaires (n° 47); Jean Macé, pour le développement des bibliothèques communales du Haut-Rhin (n° 54)

C’est donc incontestablement la Bibliothèque des amis de l’Instruction qui se taille la part du lion avec une médaille d’argent (dont on ne sait si elle est générique ou concerne spécifiquement la bibliothèque fondatrice du 3e arrondissement), trois mentions honorables car les bibliothèques d’arrondissement sont aussi créées par les Amis de l’Instruction (quatre si l’on considère que la bibliothèque d’Hortes est la petite soeur rurale2 ) et une médaille d’argent pour son fondateur, Jean-Baptiste Girard.

Cette pluie de médailles pose question. Comment une bibliothèque, fondée par des artisans et ouvriers aux opinions politiques peu en phase avec le pouvoir impérial, a-t-elle pu obtenir des récompenses ? Rappelons en effet que son fondateur a été arrêté en 1850  pour réunion non autorisée et qu’il était alors connu pour  ses sympathies socialistes3. Rappelons aussi que le pouvoir municipal du IIIe arrondissement, ému des discussions que tenaient les membres de la bibliothèque dans la cour de la mairie, et de leur volonté d’acquérir librement des ouvrages tels que ceux de Proudhon, avait demandé la dissolution de l’association en 1863. Que doit-on en conclure ? Que depuis 1863, la bibliothèque du IIIe arrondissement, désormais dirigée par Auguste Perdonnet, directeur de l’Ecole centrale des Arts et manufactures, un proche du pouvoir impérial, ne suscite plus la méfiance des autorités, de même que Girard, qui avec le soutien de l’aide de camp de Napoléon III, le colonel Favé, a fondé la Société Franklin afin de propager l’oeuvre des bibliothèques populaires ? Qui est le manipulateur ? Girard, qui en acceptant de travailler avec le cercle proche de l’empereur, parvient à fonder et développer les bibliothèques populaires ? Perdonnet, qui en lui octroyant son soutien, exercerait ainsi une surveillance et infléchirait le projet dans un sens paternaliste ?

Les recherches menées jusqu’ici ont plutôt présenté Girard comme un héros recommençant inlassablement son ouvrage dans un autre endroit dès que son indépendance était menacée. Il me semble néanmoins intéressant d’explorer une troisième voie. Auguste Perdonnet et Jean-Baptiste Girard, bien que provenant de milieux sociaux et de cercles politiques différents, ont pu tous deux être mus par le désir de créer des bibliothèques populaires. Le plus influent, débordé par ses fonctions diverses (Perdonnet était un ingénieur des chemins de fer très actif, le président de l’association polytechnique, etc.), aurait ainsi aidé discrètement Girard à réaliser leur rêve commun. En effet, Perdonnet avait déjà tenté de créer une bibliothèque pour l’association polytechnique et, par ailleurs,  s’investissait énormément dans l’enseignement aux ouvriers. Perdonnet présidant l’association polytechnique, rivale de la philotechnique, on a pu en déduire qu’il existait entre eux un fort antagonisme car Girard après avoir été l’élève de la philotechnique en était devenu l’agent. Le fait que Girard s’est éloigné de la Bibliothèque des amis de l’instruction lorsque celle-ci a dû se donner Perdonnet pour président et qu’il n’ y est revenu qu’à la mort de celui-ci a conforté cette hypothèse. On constate d’ailleurs que lorsque Perdonnet accepte la présidence de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, les membres du conseil qui étaient professeurs à l’Association philotechnique disparaissent. Toutefois, au-delà de ces rivalités, l’étude d’événements pourtant très officiels et très surveillés comme l’Exposition de 1867 montre qu’il existe un solide  réseau de personnages influents autour des bibliothèques populaires.

Ph. Pompée, le vice-président du comité d’organisation de la classe 90, déplorait dans un pré-rapport le peu de candidatures4. Il est certain que du côté des naissantes bibliothèques populaires, les candidatures ne pouvaient pas être innombrables. Néanmoins, si les archives de l’Exposition de 1867 n’ont pas gardé trace de refus d’admission de ce type d’association, il existe au moins un exemple de candidature non retenue dans les archives du ministère de l’Instruction publique, celle des Bibliothèques populaires de la Sarthe. Datée de janvier 1867, peut-être était-elle tout simplement trop tardive.

Il est en tout cas évident qu’on se trouve en présence d’un réseau de quelques dizaines de personnes qui se favorisent mutuellement, sans doute dans l’espoir de se faire connaître du grand public et de bénéficier ainsi de protections politiques. N’oublions pas que l’année 1867 est particulièrement difficile pour les bibliothèques populaires, et que si Sainte-Beuve prend leur défense, il subsiste bien des ennemis5. On retrouve en effet parmi les récompensés, « Son Excellence M. le ministre de l’Instruction publique » (ie. Victor Duruy), médaillé d’or de la classe 89, qui a soutenu la Bibliothèque des Amis de l’Instruction lors de ses démêlés avec Arnaud-Jeanti, maire du 3e arrondissement. Le très actif vice-président, Ph. Pompée, reçoit une récompense « hors concours » en tant que directeur de l’Ecole professionnelle d’Ivry. Or Pierre-Philibert Pompée a tout d’abord fondé l’Ecole Turgot, dont il a été éloigné, pour ensuite retrouver les faveurs du pouvoir impérial grâce à l’appui de Duruy, et sans doute d’Auguste Perdonnet qui était un ami.

 A la tête de l’Ecole Turgot, se trouve désormais Emile Marguerin. Je ne peux résister à citer ces touchantes lignes de Marguerin sur le roman, datées de 1844 :

« N’est-il pas vrai, qu’un roman, quand il est bon, est pour l’esprit une récréation charmante ? Ne craignons pas de le dire : Heureux les lecteurs de romans ! Ils s’arrachent, pour un temps, aux misères de la réalité, aux lâches accommodements auxquels la raison amène le coeur, aux tristes concessions que la tyrannie des circonstances impose à l’âme qui se soumet en s’indignant, quand elle a la force de s’indigner. Les uns se soumettent sans combattre ; les autres se révoltent et luttent ; on dit que les premiers sont les plus sages ; pour moi, j’aime mieux les seconds. Mais, qu’on se résigne à une existence incomplète et mutilée ou qu’on la subisse, au moins il nous est donné à tous de voir, comme par une échappée, de plus douces perspectives : cette échappée, c’est le rêve, c’est l’idéal, c’est l’infini, c’est le roman ! Pauvre roman ! combien n’a-t-on pas déclamé, ne déclame-t-on pas contre lui ! Par quelles calomnies les Basiles bourgeois ne se sont-ils pas acharnés à le noircir ! Quelles persécutions les tyrans domestiques lui ont-ils épargnées ! « N’approchez pas de ces sources empoisonnées, on y puise la mort. » Ils crient si fort qu’ils effraient. Et contre toutes les sottises, les médiocrités, les pruderies ameutées, le roman n’a pour lui que quelques natures aimantes et timides ; ce ne sont pas celles qui font le plus de bruit6 . »

Cette conception du roman explique sans doute, en plus de ses origines modestes,  la vive sympathie de Marguerin pour la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement. Il n’hésite pas à l’accueillir dans une des salles de l’Ecole Turgot lors de sa fondation, et il y est ensuite très actif.

On a vu aussi, dans un précédent billet, que la personne qui présente officiellement la candidature de cette bibliothèque est Henri Harant, secrétaire général en 1867. Ce professeur de l’Association polytechnique reçoit une médaille d’argent pour ses publications et cours relatifs à l’enseignement des sciences.

Les Associations polytechnique et philotechnique sont à l’honneur : or pour la première, argent pour la seconde. Pour la polytechnique, un événement très signifiant se produit. Auguste Perdonnet avertit le Comité de l’Exposition qu’il préfère laisser le soin aux professeurs de l’Association polytechnique d’aller eux-mêmes retirer la médaille dont il considère qu’elle leur revient. Cela explique très certainement pourquoi le nom de Girard apparaît très tardivement à l’Exposition universelle. On a vu que la candidature est déposée par Harant, secrétaire de la bibliothèque alors présidée par Perdonnet. Le nom de Girard est ajouté entre deux lignes de la liste manuscrite des récompenses face au numéro donné à la bibliothèque (47) sans formulation. Le motif de la récompense apparaît tardivement dans la liste officielle : « Girard – Pour la participation à la création des bibliothèques populaires ». Remarquons que ni prénom ni profession ne permettent de l’identifier, car il était sans doute difficile d’honorer avec éclat un ancien prisonnier politique… Il est permis de supposer que Perdonnet n’a pas souhaité non plus recevoir la médaille de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction et que tous se sont accordés à trouver logique qu’elle soit décernée à Girard. Ce dernier est-il allé la chercher ? Les archives restent muettes sur ce sujet.

Remarquons aussi (entre autres !) la médaille remise à Edouard Charton, pour la fondation du Magasin pittoresque. Charton est à l’origine de la très dynamique bibliothèque populaire de Versailles (1864)… Résistons à la tentation de mentionner tous les personnages récompensés en 1867 que l’on retrouvera pendant plusieurs décennies autour de nouvelles bibliothèques populaires.

Même si ces médailles semblent savamment distribuées par un petit groupe, il n’en reste pas moins qu’en acceptant de les récompenser, Napoléon III délivre un message fort qu’il est difficile d’interpréter aujourd’hui. S’agit-il de cadrer ainsi les velléités d’indépendance de ces associations ? L’empereur s’incline-t-il devant un mouvement qui le dépasse mais dont il connaît l’inéluctabilité ? Ou est-il berné par un entourage qui en lui proposant de récompenser un « Girard » cache le passé du personnage et par là-même encourage bien d’autres frondes ?

 

 

 

 

 

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)," in Bibliothèques populaires, 10/09/2013, https://bai.hypotheses.org/717.

 

 

 

  1. Liste générale des récompenses décernées par le Jury international, Paris, Imprimerie impériale, 1867. http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433045092545;view=1up;seq=583 []
  2. j’y reviendrai lors du colloque qui se tiendra en juin 2014 : Hortes est en effet l’expérience menée par Jean-Baptiste Girard, natif de Hortes, en milieu rural []
  3. voir le billet sur Jean-Baptiste Girard: http://bai.hypotheses.org/?p=148 []
  4. voir billet précédent []
  5. voir le billet  “Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ?” (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)http://bai.hypotheses.org/189 []
  6. Voir la notice  Marguerin du Dictionnaire pédagogique de F. Buisson: http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3127 []

Numéro 414, Auguste Rodin, sculpteur

On peut voir sur la liste des premiers lecteurs conservée par la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement que le numéro 414 est  Auguste Rodin, sculpteur, demeurant 6 rue des Fossés Saint Jacques, âgé de 21 ans. La date de l’inscription est le 23 novembre 1861.

registre_414_petit

 

rod_aubry  

 

 

Charles Hippolyte Aubry,
Portrait de Rodin en blouse de travail,
vers 1862
http://www.musee-rodin.fr/sites/musee/files/resourceSpace/2710scr_07fbfc69a981698.jpg

Comment est-il devenu sociétaire de la toute jeune bibliothèque ?

* 1ère piste : le milieu professionnel

Cette période de sa vie (1858-1862)1 est relativement peu connue2, on sait cependant qu’il travaille chez différents décorateurs et ornemanistes. « … l’obligation de gagner sa vie le contraint à dix-huit ans à travailler chez des entrepreneurs en maçonnerie ou de décoration, tels Blanche, Garnier, Cruchet ; la tâche est abondante car l’architecture du temps affectionne les façades ornées de guirlandes, les masques décoratifs, les balcons soutenus par des cariatides et le Paris du baron Haussmann est un vaste chantier. … [Il pratique] le modelage, la taille, le moulage … En août 1860, il gagne 5 francs par jour … »3
Auguste Rodin a lui-même évoqué ces années : « La nécessité de vivre m’a fait apprendre toutes les parties de mon métier. J’ai fait la mise au point, dégrossi des marbres, des pierres, des ornements, des bijoux chez un orfèvre … J’ai donc beaucoup travaillé chez les autres. Ceux qui ont été pauvres comme moi, n’ayant ni secours d’état, ni pension, ont travaillé chez tout le monde. Cela m’a fait un apprentissage déguisé ; j’ai fait, successivement, tantôt des boucles d’oreilles chez un orfèvre, tantôt des figures décoratives aux torses de 3 mètres, et j’ai ainsi appris toutes les parties du métier. … On disait alors de Barye, avec mépris : « Il fait du bronze. » On entendait par là un petit travail du faubourg Saint-Antoine ou du Marais. … Je travaillais chez un ornemaniste. »4

Plusieurs sociétaires, parmi les premiers inscrits, appartiennent à ce milieu professionnel : au 30 janvier 1862, on dénombre huit sculpteurs (y compris Auguste Rodin), et, on trouve également un décorateur, des dessinateurs, des estampeurs, un modeleur, deux menuisiers modeleurs, un tailleur de pierre, des monteurs en bronze …

* 2e piste : les « réseaux de recrutement » de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement

Les fondateurs et les premiers sociétaires de la bibliothèque fréquentent assidûment les cours du soir gratuits qui existent alors à Paris, et tout particulièrement ceux donnés par l’Association philotechnique5.

« L’Association distribue chaque année, dans une séance solennelle, des mentions, des prix, des médailles et des certificats d’étude aux élèves qui se sont le plus distingués par leur exactitude, leur travail et leur progrès. »6
Des règles précises organisent l’attribution des récompenses :
« Art. IV. Pour qu’un élève d’un cours puisse obtenir une nomination à la distribution des prix d’une année scolaire, il devra :
1° Avoir quinze ans révolus au 1er janvier de cette année ; 2° faire inscrire par l’agent des cours sur un registre spécial, et avant le 1er janvier de la même année, ses nom, prénoms, âge, profession et domicile ; 3° prendre part à la composition de fin d’année ; 4° être inscrit sur une liste par ordre de mérite, dressé par le professeur du cours, des élèves qui, ayant suivi ses leçons avec assiduité, lui paraissent dignes de récompense.
 »

Les lauréats sont proclamés et célébrés au cours d’une « distribution solennelle des prix ». Le compte rendu de l’évènement est publié dans une brochure, qui reprend les textes des discours prononcés, donne la liste des élèves distingués, « l’ordre des cours » pour l’année scolaire suivante avec le nom du professeur et le détail du lieu et de l’horaire. La brochure publiée pour l’année scolaire 1861-1862 indique qu’il existe « … à Paris seulement, cinquante-quatre cours par semaine et plus de deux mille auditeurs. »

Le dépouillement de ces publications pour la période 1853-1865 nous apprend qu’Auguste Rodin obtient, pour l’année scolaire 1860-1861, une 2e mention pour le cours d’Hygiène (1ère année), donné à la toute nouvelle Section de la Sorbonne.7.
On trouve page 30 les noms des élèves distingués pour le cours d’Hygiène. :

 

hygiene

 

Lors de la distribution des prix du dimanche 9 février 1862, au Cirque de l’Impératrice, M. Hébert, un des secrétaires de l’Association philotechnique, déclare : « Convaincus de l’utilité de notre entreprise et encouragé par nos succès, nous avons, cette année même, … établi sur la rive gauche de la Seine, à la Sorbonne et à l’Ecole de pharmacie, un enseignement complet identique à l’enseignement si prospère des Ecoles Turgot et Sainte-Elisabeth. … Sans doute, ces cours qui viennent d’ouvrir, et sont encore à peine connus, ne peuvent prétendre immédiatement au succès qu’ont acquis à l’Ecole Turgot quatorze années d’efforts non interrompus ; mais ils prospèrent tous, et particulièrement ceux de français, d’anglais, d’allemand, d’arithmétique, d’hygiène et de comptabilité. »8

La rentrée des classes s’est faite le samedi 3 novembre 1861. La section de la Sorbonne propose les cours suivants : Langue française (1ère année), Arithmétique (1ère année), Comptabilité, Langue anglaise, Législation usuelle et Hygiène (1ère année).
Ce dernier cours a lieu le jeudi, de 8 heures et demie à 10 heures du soir, rue des Poirées (actuelle rue Toullier). Le professeur est le docteur Taurin, médecin.

 poiree

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8494305w

Le 2e prix du cours d’hygiène est attribué à Emile Fortier, sellier, qui est … sociétaire de la bibliothèque, inscrit sous le numéro 78 (1er juillet 1861), âgé de 17 ans. Pour cette même année scolaire, Emile obtient un 3e prix de Langue française (1ère année) et une 2e mention de Géographie.

Parmi les lauréats de la section de la Sorbonne, on retrouve plusieurs noms connus à la Bibliothèque des amis de l’instruction (ils figurent sur la liste des premiers lecteurs, tous inscrits à la date du 1er juillet 1861) :
– Charles-Honoré Plomb, suit le cours de Langue française (1ère année), professeur M. Asselin ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 23 et il assume la fonction de bibliothécaire
– Louis Sallé et Alphonse Pascal suivent le cours d’Arithmétique (1ère année), professeur M. Lionnet ; ils sont respectivement inscrits à la bibliothèque sous les numéros 8 et 7
– Henri Brièle suit le cours de Comptabilité, professeur M. Vannier ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 81
Parmi les professeurs, M. Cadet, cours de Législation usuelle, est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 32.

On peut raisonnablement supposer qu’en fréquentant la section de la Sorbonne Auguste Rodin a appris qu’une bibliothèque d’un genre entièrement nouveau, proposant le prêt de livres, venait de se créer et qu’Emile Fortier a su convaincre son condisciple de s’y inscrire.

Rappelons les 5 dates de l’année 1861 qui marquent la naissance de la bibliothèque :
– 17 mars : décision de s’associer
– 12 mai : constitution définitive de l’association
– 23 juin : assemblée générale et vote des statuts
– 7 août : autorisation ministérielle
– 1er octobre : ouverture de la bibliothèque dans un local de l’Ecole Turgot (rue du Vertbois)

Auguste Rodin s’inscrit le 23 novembre 1861.

Suit-il à nouveau un cours de l’Association philotechnique ? L’année scolaire 1861-1862 a débuté le dimanche 3 novembre. La section de la Sorbonne propose de nouveaux cours (Langue allemande, Géométrie, Géographie …) ; la section de l’Ecole Turgot propose un cours d’Hygiène et Médecine usuelle (2e année).

En décembre 1861, la bibliothèque offre à ses sociétaires « douze cents volumes », rangés dans un cadre de classement reflétant « l’ordre des cours » de l’Association philotechnique. Par exemple, la série D, Hygiène, compte 14 titres dans le 1er catalogue de la bibliothèque publié en 1862.

Mais, le nom de Rodin ne figure pas au palmarès de l’année 1861-1862 …

Est-ce une autre raison qui l’a poussé à s’inscrire ?

 

A-t-il fréquenté la bibliothèque ? emprunté des livres ?

Les statuts de la bibliothèque9 détaillent le processus d’inscription et d’emprunt des livres :
« Art. 6. Il suffit pour devenir sociétaire d’être âgé de quinze ans, d’avoir une résidence connue, de se faire inscrire au bureau de l’association, de payer le droit d’admission, et de s’engager au payement de la cotisation mensuelle.
Art. 7. Le droit d’admission est fixé à un franc pour les hommes, et cinquante centimes pour les dames.
Art. 8. La cotisation mensuelle est fixée à quarante centimes pour les hommes, vingt centimes pour les dames
.

Art. 11. Chaque personne inscrite reçoit un livret dans lequel on émarge le payement du droit d’inscription et des cotisations mensuelles.
Le prix du livret se paye en sus du droit d’inscription.
Le bibliothécaire inscrit aussi dans ce livret les livres confiés à celui qui en est porteur ; il y accuse réception de ces livres à leur retour.
Art. 12 Le bibliothécaire inscrit les livres prêtés au dehors dans un livre de sortie et de rentrée ; au retour des livres, il les émarge dans le même registre
. »

Pour cette période, la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement n’a conservé ni « livre de sortie et de rentrée », ni livret de lecteurs. Il n’est donc pas possible de savoir si Auguste Rodin, après s’être inscrit, a fréquenté la bibliothèque et emprunté des livres.


  1. http://www.musee-rodin.fr/fr/rodin/chronologie-dauguste-rodin/jeunesse-et-formation []
  2. Signalons le travail universitaire en cours de Maxime Paz, « La formation d’Auguste Rodin : 1854-1864 ». []
  3. Laurent, Monique. Rodin. Paris, Hachette, Chêne, 1988. P. 7 et 8 []
  4. Dujardin-Beaumetz, Henri. Entretiens avec Rodin. Paris, P. Dupont, 1913. P. 81. []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k863017/f608.image
    France. Commission de l’enseignement professionnel. Enquête sur l’enseignement professionnel ou Recueil de dépositions faites en 1863 et 1864 devant la Commission de l’enseignement professionnel … Vol. 2. Paris, Impr. impériale, 1865. []
  6. Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers. Année scolaire 1860-1861. Distribution solennelle des prix, mentions, certificats d’étude et livrets de la Caisse d’épargne sous la présidence de S. Exc. M. le Ministre de l’Instruction publique, le 9 février 1862. Paris : Imprimerie J. Claye, 1862. 46 pages.
    Article 1 du « Règlement relatif aux nominations et aux certificats d’étude du 6 février 1859 » (pages 40 à 42) qui compte au total 15 articles. []
  7. Ibidem []
  8. Ibidem, pages 17-18. []
  9. Bibliothèque des Amis de l’instruction (IIIe arrondissement), fondée le 17 mars 1861 et autorisée par décision ministérielle du 7 août 1861. Paris, Imprimerie de Moquet, 1862. []