Archives par mot-clé : Association philotechnique

Association philotechnique

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alphonse Pascal

PASCAL, Alphonse (1827-1894)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Venu de l’Isère avant novembre 1856, il est menuisier et suit les cours du soir pour les ouvriers. À 34 ans, en 1861, il s’inscrit à la bibliothèque, et aide un temps le bibliothécaire PLOMB.

 

NOM : PASCAL

PrénomsAlphonse, François

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 71

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB2

État-civil et famille :

Alphonse François PASCAL est né le 5 septembre 1827 à Saint-Romans (Isère), canton de Saint-Marcellin3. Pour la naissance d’Alphonse témoignent un menuisier et un maréchal ferrant. Son père, François Antoine, est boulanger à Saint-Romans. Sa mère, Marie Anne Hélène GUILLET, est sans profession déclarée.

Alphonse PASCAL se marie à 40 ans le 3 août 1867 à La Sône (Isère), canton de Saint-Marcellin4. Il épouse Marie, Célina ALLEMAND, 28 ans, ouvrière en soie puis dévideuse (c’est-à-dire qu’elle enroule en bobines la soie qui se présente en écheveaux), en 1868 d’après l’acte de naissance de son fils, et concierge à 58 ans en 1894 lors du décès de son mari. Elle est née le 17/6/1839 à Saint-Romans  et habite à La Sône jusqu’à son mariage. Le contrat  de mariage est passé chez Maître Arnaud Félix, notaire de Saint-Romans, le 1er août 1867, devant 4 témoins : un maître maçon, un propriétaire cultivateur, un rentier et Eugène PASCAL, 22 ans, tailleur à Saint-Just-de-Claix, canton de Saint-Marcellin, frère de l’époux.

Alphonse et Marie ont un fils, né le 15 juillet 1868 à Paris 11e arrondissement5. Alphonse François fils se marie à 28 ans le 8 septembre 18946, un mois avant le décès de son père. Menuisier, Alphonse fils habite 7 rue Voltaire. En 1935, il est ébéniste et habite 45 rue Crozatier dans le 12e. Il meurt à Paris 13e le 25 février 19487.

Alphonse PASCAL père est décédé le 12 octobre 1894 à Paris 11e8.

Professions : 1861 : menuisier (selon la liste des  lecteurs) ; 1867 : menuisier-ébéniste sur l’acte de mariage ; 1894 : concierge sur l’acte de décès.

Adresses connues : 1861 : 16 rue du roi de Sicile 4e arrondissement sur la liste des lecteurs ; 1867 : il habite 68 (12e arrondissement)  puis 61 rue du Faubourg Saint-Antoine (11e arrondissement) d’après les actes d’état-civil) ; 1888 : 98 rue Saint-Antoine 4e arrondissement d’après le dossier militaire de son  fils ; 1894 : 12 avenue de la République 11e arrondissement sur son acte de décès.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique9

il est élève des deux associations.

Polytechnique :

  • année scolaire 58/59, distribution des prix le 22/1/1860.  Le cours  a lieu à l’École Centrale. Il reçoit le 3e prix de langue française 2e année10. Assiste aussi au cours DABROWSKY, lecteur 167.
  • année scolaire 62/63, distribution des prix le 4 février 1864 : le cours se tient rue Jean Lantier. Il reçoit le 1er prix de géométrie élémentaire et une médaille11.

Philotechnique12 :

Il en suit les cours de 1856 à mars 186113.

  • Année scolaire 56/57, distribution des prix le 31 janvier 1858. Les cours se déroulent à l’école Turgot. Il reçoit un 2e prix au cours de géographie commerciale et industrielle.
  • Année scolaire 57/58, distribution des prix le 23 janvier 1859 : il reçoit une 4e mention en arithmétique1ère année .
  • Année scolaire 58/59, distribution des prix le 22 janvier 1860  : il reçoit une 3e mention au cours d’hygiène et de médecine usuelle, professeur HEBERT, donateur de livres14. Suivent le même cours PAUL Marie [voir fiche PAUL], MURET Charles, lecteur 181, PLOMB Charles [voir fiche PLOMB], CLOUET Zéphirin [voir fiche CLOUET], CLAUDIN Louis, lecteur 74, MICHEL Henri-François [voir fiche MICHEL]. Il reçoit le 1er prix au cours de chimie 1ère année, professeur DAVANNE, donateur de livres au 1er semestre 186215. Il reçoit une 4e mention au cours d’arithmétique 2e année, professeur LIONNET [voir fiche LIONNET]. Il reçoit un 4e prix au cours de langue française 1ère année, professeur MARGUERIN [voir fiche MARGUERIN]. Suivent le même cours MICHEL Henri-François, CHARDAR Jean-Eugène [voir fiche CHARDAR] et BRIÈLE Henri [voir fiche BRIÈLE]. Il reçoit une médaille.
  • Année scolaire 59/60 avec remise des prix commune aux deux associations (AP et APH) le 13 janvier 1861. En plus du prix déjà reçu de l’AP, il reçoit le 2e prix d’hygiène et médecine usuelle 1ère année, professeur POIRSON suppléé par SÉE. Suivent aussi le cours SALLÉ Louis [voir fiche SALLÉ], HALLIER Paul, lecteur 79 et FONTAINE Louis-Marie [voir fiche FONTAINE] ;
  • Année scolaire 60/61 avec remise des prix le 9 février 1862 : il reçoit une 1ère mention en géométrie 1ère année, le cours est à l’école Turgot, et une 3e mention au cours d’arithmétique 1ère année, professeur LIONNET [voir fiche LIONNET], le cours est à la Sorbonne. Alphonse y retrouve Louis SALLÉ inscrit juste avant lui sur la liste des lecteurs de la BAI-III.

 

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  :  relation avec les élèves de l’AP et de  l’APH et avec les 22 sociétaires qui aident le bibliothécaire PLOMB.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non repérées.

Éléments biographiques complémentaires :

Alphonse PASCAL est déjà  à Paris  en novembre 1856. Il a alors 29 ans. Menuisier, il suit les cours du soir. En 1867, il retourne se marier au « pays », où sa famille demeure encore16.

 

Écrits de la personne : pas d’écrits à notre connaissance.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP: Association polytechnique. APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 7 mai 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alphonse Pascal," in Bibliothèques populaires, 07/05/2021, https://bai.hypotheses.org/4907.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, voir  page 286. []
  3. AD38, Registre des naissances de Saint-Romans, 9NUM1/5E454/2,  année  1827, page 353, acte 17. Voir ici. []
  4. AD38, Registre des  mariages de La Sône, 9NUM2/5E496/3,   page 148,  acte 7. Voir ici. []
  5. AD75, Registre des naissances, 1868, voir V4 E 1396, page 15, acte 2710. []
  6. AD75, Registre des mariages, 1894, voir  V4E 9149,   page 10, acte 1525. []
  7. Information reportée sur l’acte de naissance. []
  8. AD75, Registre des décès 1894, voir V4 E 9154, page 27, acte 2772. []
  9. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BNF. []
  10. L’ami des sciences 1860, voir ici. []
  11. Le Petit Journal 4/2/1864, voir ici. []
  12. Recueil de l’Association philotechnique– Palmarès, BnF. []
  13. Selon le palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  14. CR BAI –III, 1863/64 []
  15. CR BAI -III 1862 []
  16. Merci à Claude LEBRUN, fondateur et animateur du site « L’éclat de bois » de recherche généalogique sur les métiers de l’ameublement à Paris, qui nous confirme qu’il n’existe pas de déclaration de société au nom de PASCAL menuisier ou ébéniste ni aux adresses où il est repéré dans les actes d’état civil []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Louis Sallé

SALLÉ, Louis (1837–1870)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Venu à 19 ans d’Auxerre avec sa famille, il s’installe vers 1856 à Paris . En 1861, il est batteur d’or, tient son commerce et s’inscrit à la bibliothèque tout en suivant les cours de l’Association philotechnique. Il meurt à 33 ans pendant l’hiver 1870.

 

NOM : SALLÉ PrénomsLouis

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 81

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB2. Donateur de livres avant le 1/1/18623

État-civil et famille Louis Sallé naît le 31/3/1837 à Auxerre (Yonne). Les déclarants sont : Joseph MAQUAIRE, 57 ans, son grand-père maternel, agent de police, et Pierre Thomas GUIGNON, capitaine retraité, 59 ans4. Son père, Louis, Étienne, est marinier et fils de marinier quand il se marie le 12/1/18365. Il est charpentier de bateaux en 1837, sur l’acte de naissance de Louis. En 1840-1841, sur une durée de 15 mois, 739 bateaux ont franchi l’écluse d’Auxerre, 610 en montant et 129 en descendant. Il faut alors 60 heures pour gagner Paris par le « coche d’eau » qu’il ne faut  pas rater,  et un peu plus pour le retour, car  le bateau est tiré par des chevaux6. En 1856 et jusqu’en 1863 on trouve le père de Louis SALLÉ à Paris à l’hôtel de la place du Panthéon, 1 place du Panthéon, dans le 5e arrondissement parisien7. Il exerce la profession de « maître d’hôtel »8. En 1865, il est domicilié à Boulogne-sur-Seine (actuels Hauts-de-Seine) et clôt une société pour l’exploitation d’un hôtel rue Sedaine9. Il meurt à Boulogne le 6/7/187810. Sa mère, Françoise MAQUAIRE, 22 ans en 1837, est couturière quand elle se marie. Fille de Joseph, agent de police et de mère décédée.   Fratrie :

  • Thérèse Delphine, née le 18/4/1839, le père est absent11 . Elle se marie le 23/10/1856 avec HUGON Antoine à Saint-Etienne du Mont. Le marié habite Belleville. Témoins du mariage de la sœur : le père et Émile SALLÉ, domiciliés rue du pourtour Saint Gervais, actuelle rue François Miron (AD-75).
  • Ernest Louis né le 9/8/1841 à Auxerre12. Il habite un temps à Paris puis retourne vivre dans l’Yonne. On le retrouve domicilié à Saint Florentin en 1902 lorsqu’il déclare le décès de sa fille13.

Louis SALLÉ épouse Germaine, Eléonore BLONDEL  à Troyes (Aube) le 15/11/186214. La mariée a 17 ans, elle est née à Troyes le 20/6/1845. Son père, Nicolas, est marchand de grains ; sa mère est Madeleine Marie-Jeanne PATEAUX. Il y a un contrat de mariage chez maître Rousselès, notaire à Troyes, établi le 15/11/1862. Germaine est batteuse d’or en 1870 sur l’acte de décès de son mari. Elle se remarie le 12/12/1871. Elle habite alors 44 boulevard de Ménilmontant et exerce la profession de marchande de vin15.

Louis et Germaine ont eu une fille : Louise Delphine, née le 2/10 /1863 à Paris 10e arrondissement. Déclarants : Ernest SALLÉ, oncle, 22 ans, caporal au 78e de lignes en garnison à Limoges, et Charles Victor VARENNES, 33 ans, gérant de commerce, 25 rue du Faubourg du Temple 10e arrondissement16. Louis décède à 33 ans le 11/1/1870, au 139 rue Saint Maur, Paris 11e. Déclarants : Ernest SALLÉ, confectionneur d’adresses, 29 ans, son frère, 5 rue Saint Paul Paris 4e ; Apollinaire MERAT, boulanger, 31 ans, demeurant à Troyes, son beau-frère17. On ne connaît pas la cause de son décès, mais la France connaît alors une épidémie importante de variole, des cas de fièvre typhoïde et de rougeole18.

Professions : batteur d’or au 139 rue Saint-Maur, Paris 11e19. Il est gérant de la société de commerce20. Cette profession est rangée dans les métiers d’art et avec les orfèvres. Le produit final : des « feuilles » très fines rangées entre des papiers de soie. C’est l’alliage réalisé avec du cuivre ou de l’argent qui donne la couleur et la consistance. Le mélange est chauffé, puis laminé, puis battu. L’apprentissage était très long.

Adresses connues : 26 rue des Fossés saint Jacques 5e (1861, registre dit des lecteurs) ; 185 rue Saint-Maur 10e (1862 et 1863) ; 139 rue Saint-Maur 11e (1870, décès et Firmin Didot).

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique21 Il est élève de l’APH de novembre 1859 à mars 1862 22.

  • Année scolaire 1859/1860, distribution des prix le 13 janvier 1861 : les cours sont à l’École Centrale. Il suit le cours de langue française 2e année et reçoit le premier prix. Il suit le cours d’hygiène et de médecine usuelle 1ère année et reçoit le premier prix. Le professeur est monsieur POIRSON, donateur de livres avant le 1er janvier 186223. Suivent le même cours : Alphonse PASCAL [voir fiche PASCAL] et Louis-Marie FONTAINE [voir fiche FONTAINE] ; Il suit aussi le cours de géographie commerciale et industrielle, professeur François BAZIN [voir fiche BAZIN] et reçoit le 1er prix. Suit le même cours : Louis-Marie FONTAINE. Il suit aussi le cours de comptabilité et reçoit une 2e mention. Professeur REVERT, donateur de livres en 1863/186424. Suivent aussi le cours : Adolphe NORET [voir fiche NORET] et Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD]. Il reçoit une médaille pour ces trois premiers prix et un livret de caisse d’épargne au nom de S. M. l’Empereur.
  • Année scolaire 60/61 avec distribution des prix le 9 février 1862 : il reçoit une deuxième mention au cours d’arithmétique 2e année et le deuxième prix de chimie 1ère année, professeur DAVANNE, donateur de livres le premier semestre 186225. Il reçoit le 1er prix d’arithmétique 1ère année (professeur LIONNET) [voir fiche LIONNET] ; le cours est à la Sorbonne. Il reçoit une médaille et un livret de caisse d’épargne au nom de S. M. l’Impératrice.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  :  relation avec les élèves de la philotechnique et avec les 22 sociétaires qui aident le bibliothécaire PLOMB.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non repérées.

Éléments biographiques complémentaires : pas pour le moment.

Écrits de la personne : pas d’écrits à notre connaissance.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP: Association polytechnique. APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 27 avril 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Louis Sallé," in Bibliothèques populaires, 27/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4891.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, voir  page 286. []
  3. CR BAI-III 1861/62. []
  4. AD 89 NMD 1837 5Mi122 /4 acte 85, voir ici. []
  5. AD-89 NMD  1836 : 5Mi 122/3 vue 173/391, voir ici. []
  6. Paris synoptique : nouveau guide parisien illustré, présentant… les indications nécessaires à un étranger pour s’orienter et se diriger facilement dans Paris, pour se loger, se nourrir, se vêtir, vaquer à ses affaires ou à ses plaisirs… par M. Van-Tenac  Charles (1798-18..),Paris, 1845, voir ici. []
  7. Mariage de Thérèse, Delphine, sœur de Louis. []
  8. Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Firmin Didot et Bottin réunis 1857 à 1863, voir ici. []
  9. Le moniteur universel du 22/11/1865, pages 6/8. []
  10. AD-92, Boulogne Billancourt, décès 1878, voir ici. []
  11. AD-89, NMD, 1839 : 5 Mi 123/1, acte 116, voir ici. []
  12. AD-89, NMD 1841 : 5 Mi 123/3, acte 220, voir ici.)). Il se marie à Bordeaux en 1884 et légitime alors une fille née à Bordeaux en 1874 ((AD-33, 1884, mariages :  4 E 15545, acte 53. []
  13. AD-89, NMD, 1900-1904 : 5MI 1325/7, vue 280/323, voir ici. []
  14. AD-10, 1862, mariages :  4 E 387-354, vue 229/255, voir ici. []
  15. AD-75, 1871, mariages : 20 V4E 5220, vue 17/31, voir ici. []
  16. AD-75 []
  17. AD-75 []
  18. Le Rappel, 18/1/1870, voir ici. []
  19. Voir la liste des lecteurs de 1861 et le CR BAI-III 1863/64, ainsi que son acte de décès et l’ Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Firmin Didot et Bottin réunis, 1870. []
  20. Actes de mariage et de naissance de sa fille. []
  21. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BNF. []
  22. Selon le palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  23. CR BAI-III, 1861/62, page 21. []
  24. CR BAI-III, 1863/64. []
  25. CR BAI-III, 1862. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin

LANDRIN, Hippolyte (1842-1926)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Né à Paris, bronzier dès l’âge de 16 ans, il est élève des cours du soir. En 1861, à 19 ans, il s’engage à la BAI-III. Il est élu à 25 ans délégué des ouvriers du bronze en 1867 et devient membre de la commission ouvrière à l’Exposition universelle de Paris. Adhérent de l’AIT, il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au congrès de Bâle en 1869.

NOM : LANDRIN

PrénomsHippolyte, Pierre 

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 151

Rôle dans la BAI-III : de 1861 à au moins 1871 : aide le bibliothécaire PLOMB2, administrateur3, secrétaire4 puis comptable5

État-civil et famille6: né à Paris (anc.4e arrdt) le 11 avril 18427. Son père François Hippolyte, né à Paris en 1819, est ciseleur en 1870 et meurt à 73 ans le 22/1/1892 à son domicile 41 rue de Turenne Paris 3e8. Sa mère, Adélaïde Joséphine COULON, née à Paris vers 1820, meurt à 71 ans quelques jours après son mari au domicile conjugal le 29/1/18929. Hippolyte LANDRIN est déclarant du décès de ses deux parents et aussi de ses beaux-parents.

Il s’est marié à Paris 11e le 10 février 187010 avec Anne Rose DELEZEVE, reperceuse en bijoux. Elle est née à Paris (anc. 6e) le 27/1/185011. Elle a pour parents  Pierre Hercule DELEVEZE propriétaire et Anne ANTHEAUME qui habitent 43 rue des Trois Couronnes, Paris 11e arrdt. L’annonce du mariage d’Hippolyte et Anne-Rose paraît dans le journal Le Pays12. Les témoins sont : Léon, Mars LEGAL, 31 ans, menuisier-modeleur, lecteur 163 de la BAI-III, 41 rue des Rigoles, et élève avec lui de l’APH ; GIROD ; François Victor DELEZEVE, ciseleur, 24 ans, frère de l’épouse ; Julien Joseph COULON, mouleur, oncle de l’époux. Leur fille,  Fernande Adrienne, est née le 8/2/1873 à Paris 3e. Elle se marie le 4 janvier 1909 à Fontenay-sous-Bois13. Elle habite 26 rue Pauline. Ses deux parents présents au mariage habitent alors le 15e.

Hippolyte meurt à 84 ans à Fontenay-sous-Bois (actuel Val de Marne), ville de résidence de sa fille le 22/11/192614. Anne-Rose meurt le 28/2/1940 à Fontenay-sous-Bois15.

Professions : en 1861 il est monteur en bronze16 ; même profession en 1870 et en 189117 ; en 1892, à 50 ans, il est lampiste d’après l’acte de décès de sa mère. 

Adresses connues : 1861 : 3 rue de Saintonge18 ; 1863/64 et 1870 : 12 rue Neuve Saint-François qui devient le 12 rue Debelleyme Paris 3e, où il habite avec père et mère ; 1873 : 7 rue des Enfants Rouges, Paris 3e; 1891 et 1892 : 17 rue de Poitou, Paris 3e19 ; 1897 et 1909 : 19 rue Copreaux Paris15e arrdt . Ils s’installent chez ses beaux-parents après leur décès. Les beaux-parents habitaient rue Copreaux depuis au moins 1873. 1926 : Fontenay-sous-Bois (adresse non trouvée), actuel Val-de-Marne.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 

il est élève des deux de novembre 1858 – il a alors 16 ans – à mars 186320.

À l’AP : année scolaire 1858/1859, distribution des prix le 22/1/1860. Les cours sont à l’École Centrale. Il est premier prix d’hygiène, avec pour professeur le docteur M.C. de MONTMAHOU, qui est donateur de livres à la BAI-III21. Il suit le cours avec CHARPENTIER [Voir fiche CHARPENTIER]. Il est aussi deuxième prix de chimie22. Année scolaire 1861/1862, distribution des prix le 8/2/1863 : il reçoit plusieurs prix23. Année scolaire 1862/1863,  les cours ont lieu à l’École Centrale. Il reçoit le 2e prix de chimie (2e partie) et le prix unique avec médaille de géographie24.

A l’APH : 1859/1860 : il reçoit une 1ère mention de chimie 2e année, cours qu’il suit avec Jean Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] et Henri MICHEL [voir fiche MICHEL]. Le cours est assuré par GRANDEAU [voir fiche GRANDEAU] qui est suppléant25.

 En 1853, l’AP avait envoyé des élèves à l’Exposition universelle de Londres. L’expérience ayant été jugée positive, 14 élèves de l’AP se rendent à celle de 186226. Quatre des délégués sont lecteurs à la bibliothèque et deux y sont membres actifs. Ils vont y passer 8 jours « sous le même toit » que les Italiens qui sont conduits par un ancien élève de l’École Centrale. Ils consignent l’expérience dans des rapports individuels malheureusement non retrouvés. LANDRIN fait partie du voyage de 1862 et rédige comme BERGER, sculpteur, LEGAL, menuisier (il s’agit de Léon LEGAL, lecteur 163 de la BAI-III, menuisier-modeleur, qui sera témoin de LANDRIN à son mariage en 1870), BOUCART, doreur, MATRE, dessinateur et comme le fouriériste VELLU, lithographe27, un rapport sur « les objets d’art, les bronzes, dorures, peintures, sculptures, meubles, etc. » ; LANDRIN reçoit une mention de deuxième ordre. Quant à CHARPENTIER, il est le seul à rédiger un rapport sur « la question des métaux » et reçoit une mention de premier ordre. Nous retrouvons aussi DABROWSKI, Nicolas Stanislas, lecteur 16728 et VALENS Auguste, élève de l’APH en 1862/186329 qui étudient la photographie et la typographie. BRUNEAU et LERCH, mécaniciens, traitent des grandes machines ; DIOT, peintre, étudie la décoration et MAUVOISIN la fabrication des chaussures.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : il est  délégué des ouvriers du bronze en 1867 et membre de la « commission ouvrière » et adhérent à l’AIT dans une « adhésion collective de la société des ouvriers du bronze » dont il est un des dirigeants30.

Nous n’avons pas retrouvé ce qu’il a fait pendant la guerre franco-prussienne ni pendant la Commune. En décembre 1871 il reprend ses  fonctions de comptable de la BAI lors de la réouverture après un an d’interruption. Il évoque dans son rapport les « oscillations financières que les événements douloureux traversés ont provoquées31 ».

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

en 1865 il est remercié lors d’une AG32 pour son zèle qui ne s’est jamais démenti avec Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY], Frédéric ERBS [voir fiche ERBS]  et BLOCH33.

Le le 5 octobre 1867, Hippolyte LANDRIN tient avec 7 autres personnes les cordons du poêle à l’enterrement d’Auguste PERDONNET 34, président de la BAI-III [voir fiche PERDONNET]. C’est le seul ouvrier à remplir ce rôle, aux côtés du ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, de deux sénateurs, du secrétaire général du Ministère de l’Instruction publique et de personnalités de l’industrie et des chemins de fer. Le discours que prononce alors LANDRIN est publié dans Le Temps sous forme d’une lettre ouverte signée notamment par Hippolyte LANDRIN, Frédéric ERBS [voir fiche ERBS], Jean Louis RIMET[voir fiche RIMET] et Jean Victor BELLAMY[voir fiche BELLAMY]35.

À l’AIT il retrouve des membres de la BAI-III comme : Édouard Ernest FRIBOURG [voir fiche FRIBOURG], Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY].

Il est témoin de la naissance de Jules Henri PLOMB le 8/5/1869, fils d’Honoré [voir fiche PLOMB].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

(voir également ci-dessus).

À l’AIT il croise de futurs amis de l’instruction du 14arrondissement :  Jean Pierre HELIGON qui, maire du 14e, va faciliter la création de la BAI  dès juin 1871 quelques semaines après la Commune, Charles LIMOUSIN, Germain CASSE, Henri TOLAIN.

 

Éléments biographiques complémentaires :

l’industrie du bronze à Paris vers 1860 donne du travail à 6000 ouvriers dans des ateliers situés en majorité dans les 3e et 11e.

Dans le rapport de l’Exposition universelle de 1862 figure la demande d’« une bibliothèque pour nous » par les délégués du bronze, ciseleurs36.

À la veille de l’exposition universelle qui se tient à Paris en 1867,  une grève est organisée37. Parmi les premiers membres de l’AIT38 se trouvent 6 bronziers en 1865. En octobre 1867, c’est avec  deux premiers membres de l’AIT, dirigeants de la première heure de la Société des bronziers : Arsène KIN, Joseph, Etienne dit Blaise PERRACHON qu’il souscrit pour 1 franc pour « les combattants de l’insurrection romaine »39. Pour l’exposition universelle en 1867, sept membres de la société des ouvriers du bronze partent en délégation sans le concours de la société d’encouragement.

Il s’agit de s’affranchir de toute tutelle. Les délégués de chaque corps de métier (qu’ils soient sous les auspices de la société d’encouragement ou indépendants) sont élus au « suffrage universel ». L’organisation des élections repose sur le réseau des sociétés de secours mutuels. Les 7 membres dont Hippolyte LANDRIN deviennent les représentants officiels et font partie de la Commission ouvrière créée à l’occasion.  La commission ouvrière est autorisée et peut multiplier les réunions. Après l’exposition les délégués rédigent un rapport40. Le rapport est imprimé par leur société de secours mutuel. Hippolyte LANDRIN adhère à l’AIT non pas individuellement mais comme membre de la « société des ouvriers en bronze ». Il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au 4e congrès de l’AIT à Bâle du 6 au 12 septembre 186941. Il signe en tant que délégué des sociétés ouvrières une protestation contre la répression des mineurs d’Aubin42. avec notamment Albert THEISZ43.

 

Le parcours d’Hippolyte LANDRIN est donc une illustration du lien entre «  la société des bronziers » et l’AIT qui  s’installe progressivement, même si l’AIT rencontre bien des obstacles comme des poursuites, procès et condamnations44. Déjà en 1864, avant la création de l’AIT, le « Manifeste des 60 » rédigé par Henri TOLAIN (BAI XIV) avait été  signé par les dirigeants des bronziers : Zéphirin CAMELINAT, Arsène KIN, Blaise PERRACHON, Charles LIMOUSIN45.

Hippolyte LANDRIN croise à plusieurs reprises dans sa vie professionnelle et « militante » les « frères LANDRIN » Léon et Émile46. Les deux familles sont « pays », originaires du Vexin de deux communes (Magny en Vexin et Boissy l’Allier) distantes de 25 kilomètres. Aucun lien familial n’est trouvé en remontant jusque vers 1730 (Voir ici.). Émile est ciseleur (sur bronze) quand il est témoin au mariage de son frère Léon, tourneur en bronze, le 20/6/1863. Leur père Charles Antoine est lithographe imprimeur et né à Paris le 24/1/1812.

En 1870 l’appel contre la guerre de l’AIT est signé entre autres par Hippolyte LANDRIN, Henri TOLAIN, Jean-Pierre HELIGON, Germain CASSE  de la BAI XIV et Jean-Victor BELLAMY de la BAI-III47.

Rapport des délégués ciseleurs (…), Exposition universelle, 1867., BnF, cliché Louise Oudin.

 

Écrits de la personne :

Il est signataire du rapport écrit sur l’Exposition universelle de  1867 déjà cité (voir ici).

Il rédige 2 rapports comme comptable de la bibliothèque dont le premier est à lire ici48. LANDRIN y défend  «  l’idée coopérative appliquée  à la vulgarisation des lectures, pour tous et à l’aide de tous,  ». Il regrette «  le manque de vie sociale dans la bibliothèque, l’absence de lien dans la mutualité ». Il souhaite » le développement de l’idée coopérative grâce à la reprise des assemblées générales ».

 

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique.

APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 12 avril 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin," in Bibliothèques populaires, 12/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4872.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport GRANDEAU dans l’Ami des sciences. []
  3. CR BAI-III, 1862. []
  4. CR BAI-III, 1864/68. []
  5. CR BAI-III, 1869/71. []
  6. Merci à Christian Polydore et à Brigitte Legros (polydorech) de Geneanet. []
  7. AD 75, état-civil reconstitué, naissances V3 E/N 1293, vue 3/51, à voir ici. []
  8. AD 75 1892, décès, 03V4E5590, vue 18/ 31, voir ici. []
  9. AD 75 1892, décès, 03V4E5590 vue 23/ 31, voir ici. []
  10. AD 75,1870, mariages, 11 V4E1434, vue 4/31 ici. []
  11. AD 75, état-civil reconstitué, naissances, V3 E/N 673, vue 22/101, voir ici. []
  12. Le Pays du 12/2/1870, voir ici. []
  13. AD94, mariages, 1909, 4E2157, vue 1/203, voir ici. []
  14. Table décennale NMD 1923-1932, AD94, voir ici. Déclaration succession 1926 bureau de Vincennes, vue 72/119, voir ici. []
  15. AD94, table des décès 1933-1942, voir ici. []
  16. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  17. Liste électorale sur Ancestry. []
  18. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  19. Liste électorale de 1891 et acte de décès de sa  mère. []
  20. Selon les palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  21. CR BAI-III. []
  22. L’Ami des sciences, 1860, page 160. []
  23. Le Constitutionnel, 9/2/1863, page 2. []
  24. Le Petit Journal 4/2/1864, page 2. []
  25. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  26. Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  27. Il s’agit de Constant VELLU, 28 ans en 1862, fouriériste dès 1840 dont Bernard DESMARS avait repéré la présence à la polytechnique : DESMARS Bernard, « Vellu, Constant », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020, voir ici. []
  28. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  29. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  30. Jean MAITRON et R. SKOUTELSKY : Notice LANDRIN Hippolyte voir ici. []
  31. CR BAI III 1869/71, page 15. []
  32. CR BAI-III, 1863/64, page 7. []
  33. Il s’agit d’Émile BLOCH, lecteur 300, 19 ans, noté architecte (?) Registre dit des lecteurs. On le retrouve piqueur du service municipal pour un deuxième prix de trigonométrie et courbes usuelles sur le palmarès de la philotechnique en 60/61. Plus tard il sera architecte expert auprès du tribunal de commerce et professeur aux cours d’adultes de la ville de Paris []
  34. Journal des débats politiques et littéraires, 5/10/1867, page 2. []
  35. Le Temps du 6/10/1867. Le discours n’est pas reproduit par les autres journaux, ce qui explique la lettre ouverte… []
  36. Commission ouvrière (Paris).  Rapports des délégués du bronze, ciseleurs, tourneurs et monteurs publiés par la Commission ouvrière [Grandpierre, secrétaire]. 1863, page 40. []
  37. Voir par exemple : 1867 : Les ouvriers du bronze français soutenus par l’Internationale ouvrière, par Julien Grimaud sur Retronews. []
  38. Voir les sections françaises de l’AIT Annexe IV par ROUGERIE ici. []
  39. Le Courrier français du 23/10/1867, voir ici. []
  40. « Rapport des délégués ciseleurs, tourneurs et monteurs, lu en séance publique le 8 novembre 1868 : bronze, orfèvrerie,  imitation, cuivrerie ».  Éditeur : société de crédit mutuel des ouvriers du bronze (Paris), date d’édition : 1869. []
  41. Rapport sur le congrès de Bâle par  Mollin, Gabriel (1835-1912). Paris, 1870, voir ici. []
  42. La Gironde du 17/10/1869, page 1, voir ici. []
  43. Voir la fiche MAITRON sur Albert Theisz élaborée par Michèle Audin ici. []
  44. Nous remercions Michel CORDILLOT qui nous a aidés à établir et comprendre ces liens. []
  45. L’Opinion Nationale,17/2/1864, voir ici. []
  46. voir la biographie établie par Jean MAITRON pour Emile ici et pour Léon ici. []
  47. Le Réveil des12 et 14 /7/1870, BnF, cliché Louise Oudin. []
  48. CR BAI-III 1864/68 et CR BAI-III  1869/71. []

Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique

Ce billet a pour auteures Louise Oudin et Agnès Sandras

NB : les indications [Voir la fiche…] correspondent aux billets réseau des premiers lecteurs de la BAI-III déjà en ligne (avec lien cliquable) ou à venir (sans lien pour le moment).

Dès les premiers récits concernant la fondation de la première Bibliothèque des Amis de l’instruction (la bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe Arrondissement parisien, BAI-III), puis de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ve Arrondissement parisien (BAI-V) et de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du XVIIIe Arrondissement parisien (BAI-XVIII), on relève l’implication d’ouvriers suivant des cours du soir et de leurs professeurs. Henri HARANT [voir fiche HARANT], un des premiers sociétaires, vice-secrétaire, puis secrétaire général de la BAI-III, professeur de géométrie à l’Association Polytechnique (AP), indique en 1867 dans sa contribution au rapport sur l’Exposition universelle1 que ces cours sont délivrés par la Société d’Instruction élémentaire, le Conservatoire des Arts et Métiers, l’Association polytechnique  et l’Association philotechnique2.

En ce qui concerne l’Association philotechnique (APH), on peut en savoir davantage sur les sociétaires de la BAI-III qui ont suivi ses cours,  grâce à quelques documents imprimés : distributions des prix (palmarès),  extraites du Journal d’éducation populaire  : bulletin de la société pour l’instruction élémentaire,  programmes de cours et  règlements3.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

 

1/ Organisation des cours

L’ APH aurait été créée le 29 mars 1848 à la suite d’une scission de l’Association polytechnique4. Des professeurs de cette association – mais non polytechniciens – auraient choisi de démissionner pour protester contre l’interdiction qui leur était opposée de participer aux prises de décision. Antoine Pressard rapporte qu’une pétition suivie de 400 signatures d’élèves a été adressée à Eugène LIONNET [Voir fiche LIONNET] lui demandant de poursuivre les cours.

Un cours du soir de l’Association polytechnique. L’Année Illustrée, 11 juin 1868. Coll. privée. Cliché Louise Oudin.

Treize professeurs vont relever le défi et poursuivre l’enseignement en-dehors de l’AP. Eugène LIONNET et Germain Augustin LEROYER [Voir fiche LEROYER] seront dans le comité de parrainage de la BAI-III ou membres actifs de la BAI-III treize ans plus tard. François-Joseph FOULON5, A. LEFEVRE, Eugène DAUDET, Joseph CLAUDEL, Louis PROAL et Adolphe Henri ANCELIN seront toujours professeurs à l’APH et compteront des Amis de l’instruction parmi leurs  élèves  au moment de la création de la BAI-III (1861).

À partir de 1849, les cours de l’APH se tiennent le soir de 8 heures et demie à 10 heures du lundi au samedi inclus, et quelques cours ont lieu de 9 heures à 10 heures et demie ou de 10 heures et demie à 12 heures uniquement le dimanche. Nous pouvons imaginer 6 soirs sur 7 et le dimanche matin plusieurs centaines d’élèves se rendant notamment à l’école municipale Turgot rue du Vertbois6 pour écouter les cours dans les amphithéâtres est, ouest et nord et dans le préau de l’école élémentaire de la rue Sainte-Élisabeth (voir ici la carte des implantations de la BAI-III et de ces différents lieux).

Journal des débats, 1er novembre 1861. Gallica (BnF).

Pour suivre les cours, il faut :

  • Avoir 15 ans.
  • Être un homme (jusqu’en 1871).
  • Se faire inscrire par « l’agent des cours » sur le registre avant le 1er janvier. Pierre Peu, élève de la Philotechnique, qui sera le 100e inscrit à la BAI-III, menuisier, demeurant 5 Impasse Saint-Laurent (anciennement rue de la Grange-aux-Belles), est agent des cours lors de la rentrée de 1849 à l’APH7. Il se tient à l’école Turgot, le lundi, pour les inscriptions8.

Les programmes des cours des deux Associations sont assez similaires.

  • À la Philotechnique :

– En 1853-1854, il y a encore un cours de lecture et d’écriture. Ce cours est donné par Monsieur A. LEFEVRE, instituteur communal, l’un des 13, ancien professeur de la Société d’instruction élémentaire9, directeur de l’école communale mutualiste de la rue du Bac.

– LIONNET assure un cours d’arithmétique.

– LEROYER assure un cours d’algèbre.

Henri LENEVEUX, entré à la Philotechnique en 1861, futur membre de la BAI XIV, assure un cours de tenue des livres (de compte) : Notions générales. –Définitions. -Livres auxiliaires : journal, Grand-livre. – Tenue des livres d’une maison de commerce. Opérations suivies. – Balances. –Inventaires. –Fermeture et réouverture des comptes.

5 enseignants inscrits sur la liste des lecteurs de la BAI-III10 donnent des cours à l’APH :

Ernest BAUDRIMONT, lecteur 132 de la BAI-III, pharmacien en chef de l’hôpital pour enfants Sainte-Eugénie (futur hôpital Trousseau), chercheur hors pair et futur académicien : un cours de « matières premières » : Caractères généraux des minéraux et des êtres organisés. – Combustibles. – Pierres. – Eaux. – Sels. – Métaux. – Bois. –Matières textiles, matières colorantes. – Céréales. – Fécules et produits sucrés. – Liquides fermentés. – Matières grasses, tégumentaires, osseuses. –Produits divers : lait, beurre, œuf, sang, etc.

Ernest CADET, lecteur 32, avocat, publiciste et administrateur, un cours de législation usuelle.

– Jules Joseph BONDON, lecteur 222, entré à l’APH en 1859, un cours de physique.

–  PÉRIER, lecteur 415 de la BAI-III, un cours de langue.

Félix HÉMENT, lecteur 221, futur inspecteur général de l’Instruction publique, prix de l’Académie, des cours de physique et de mécanique (voir aussi plus bas).

 

Extrait des cours de l’année 1861-1862 à l’Association philotechnique. Recueil APH, BnF. Cliché : A. Sandras.

Parmi les ouvriers,  signalons Charles-Honoré PLOMB [Voir fiche PLOMB], mais aussi Paul DELAMARCHE [Voir fiche DELAMARCHE]. Ils  ont raconté comment les débuts de la BAI-III ont eu un lien direct avec le contenu des cours11 :

Les cours du soir leur donnaient satisfaction au point de vue professionnel, et s’ils désiraient des livres, c’était pour compléter l’enseignement donné en y ajoutant l’étude de l’histoire, de la philosophie, de l’économie politique, de la littérature même, sujets exclus du programme des cours des associations12.

Le palmarès que nous présentons (voir plus bas) confirme que les cours ont réellement permis une évolution professionnelle.

Nous voyons par exemple Victor NEBEL, lecteur 436 , (1835-1897), époux de  Désirée Zarilla VINCENT (mariage à Paris le 8/5/1858), lecteur, qui, jeune marié, suit les cours de 1859 à 1863 et passe de la position de dessinateur mécanicien à celle de piqueur municipal. Puis, toujours avec l’aide des cours de l’APH, il est reçu premier sur 150 au concours de conducteur. Il est ensuite professeur à la Philotechnique pendant 17 ans13.

Le règlement stipule que l’APH accorde son patronage aux élèves qui ont obtenu des certificats d’études. À partir de 1857, il existe en effet un conseil de patronage. Le règlement indique encore : « Les patrons sont nommés par l’assemblée générale sur proposition du conseil d’administration et s’acquittent d’une cotisation annuelle de 100 francs. Un patron peut devenir patron perpétuel en s’acquittant d’une cotisation de 1000 francs14». On retrouve au conseil de patronage patrons d’entreprises et hommes politiques.

Pour compléter ces cours, certains se tourneront vers les cours payants  comme par exemple Henri  TOLAIN (BAI XIV), Charles  LIMOUSIN (BAI XIV) qui suivront les cours  de  Jules ANDRIEU15. D’autres, comme PLOMB,  RIMET, ERBS, etc., tenteront de créer une autre association en 1867 : la Société coopérative d’enseignement indépendant (voir sur ce carnet « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III« ). Enfin, certains  mettront en place une école d’enseignement coopératif, rue Picpus pour « préparer les jeunes gens du faubourg Saint-Antoine à l’association coopérative16 ». S’y tiendront des cours d’histoire de la Révolution française (donnés par Ernest HENDLÉ), d’histoire des associations ouvrières (Amaury DRÉO), des cours d’économie sociale (Jean-Édouard HORN) et de littérature (Louis HERBETTE). La rétribution est de 5 centimes par séance et de 35 centimes par semaine17 .

 

2/ Palmarès et remise des récompenses

Pour obtenir une récompense, il faut :

  • Prendre part à la composition écrite complétée d’une épreuve orale à la fin de l’année.
  • Figurer sur la liste établie par le professeur par ordre de mérite, mérite qui tient compte de l’assiduité.
  • Précaution sage : pour être inscrit au palmarès en comptabilité, il faut une bonne écriture.

Les certificats sont décernés aux candidats ayant obtenu au moins une mention dans 5 ou 6 matières définies, même sur plusieurs années. En général, la « séance solennelle » se tient en janvier pour l’année écoulée. Par exemple, les cours de novembre 1859 à mai 1860 donnent lieu à une distribution des prix en janvier 1861. La presse rend compte de ces « manifestations ». En grande pompe sont distribuées des notifications, comme des mentions ou des prix.

Une seule notification au maximum est donnée pour 11 élèves, 2 pour 22, etc.

« Le nombre de mentions ne peut excéder le quadruple du nombre de prix. » C’est LIONNET, professeur de mathématiques, qui organise 18 !

On décerne aussi des certificats d’études : l’un est relatif aux arts, un autre au commerce et deux à l’industrie, orientation « sciences mathématiques » ou « sciences physiques ».

Ainsi Lippmann LÉVY, lecteur 311, dessinateur mécanicien au chemin de fer du Nord, qui fonde la BAI-XVIII en 186419, se voit accorder en 1863 un certificat d’études  en sciences mathématiques pour avoir obtenu 7 nominations, dont 6 prix dans les cours de langue française, hygiène, géométrie trigonométrie, algèbre, dessin linéaire, mécanique. Il reçoit un livret de caisse d’épargne de S.M. l’Empereur20. En 1864, il est encore l’élève de l’APH, comme plusieurs des lecteurs de la BAI-III, selon cette liste incomplète et aux noms mal orthographiés donnée par Le Temps du 14 mars 1865 (on notera que l’auteur de cet article est Frédéric Lock. Son frère est un des co-fondateurs avec Delbrouck de la bibliothèque de Vernon, voir ci-dessous …).

Récompenses supplémentaires :

  • Des médailles (de bronze pour un premier prix ou un certificat d’études, d’argent pour les 4 certificats) sont distribuées. Elles peuvent être montrées par ceux qui les ont reçues comme gage de sérieux et de capacité lorsqu’ils postulent à un emploi. Leur obtention suppose en effet que leur détenteur a préféré l’étude à « l’intempérance » (rappelons en effet que la lecture est vue dans les années 1850-1860 comme un des moyens d’éloigner les ouvriers des estaminets), qu’il sera en mesure de lire des modes d’emploi, des manuels, etc., et qu’il maîtrisera les connaissances nécessaires à son travail.

=> ci-dessous une médaille octroyée en 1859 à Marie Paul, dessinateur, élève de l’APH, futur lecteur de la BAI-III (collection privée)

  • Sont aussi attribués des livrets de Caisse d’épargne de 50 francs mis à la disposition de l’association par l’Empereur, l’Impératrice et le Prince impérial.
  • En 1862, 10 élèves choisis parmi les meilleurs partent à l’Exposition internationale de Londres21 sous la conduite de Félix HÉMENT, entré à l’APH en 1856. Félix Hément est  le lecteur n° 221 de la BAI-III, professeur à l’APH, et fondateur dès 1864 de la « bibliothèque des familles22 », 15 rue Mansart, dans le 9e arrondissement.

Les remises des prix réunissent une fois par an plusieurs milliers de personnes, le dimanche après-midi dans des salles prestigieuses. Par exemple, le 13 janvier 1861 au Cirque Napoléon (actuel Cirque d’Hiver), S.E. le Ministre de l’Instruction publique et des cultes préside. Les deux associations sont présentes. Félix Hément23 parle d’une foule variée, émue et frémissante.
Trois discours se succèdent : celui du ministre Gustave ROULAND, de PERDONNET [Voir fiche PERDONNET] pour l’AP, de MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN] pour l’APH. Puis les prix sont remis ainsi que les médailles et les livrets de Caisse d’épargne offerts aux associations par ses Majestés l’Empereur et l’Impératrice, son Altesse le Prince impérial et son excellence le Ministre de l’Instruction.

Remise des prix des Associations philotechnique et polytechnique, Le Monde illustré, 28 janvier 1860. Gallica (BnF).

Les palmarès sont parfois repris par les journaux. Ainsi Le Constitutionnel donne le 2 février 1858 une description de la foule qui se presse (« les parents et amis des élèves occupaient avant midi les gradins de l’immense amphithéâtre »), nomme les différents personnages importants en présence, restitue le discours du ministre de l’Instruction publique, puis donne les prix. Dans l’extrait ci-dessous, on peut voir les noms de PERDONNET, MARGUERIN, les récompenses obtenues par Charles PLOMB et Marie, Jean-Baptiste PAUL (Marie Paul aidera PLOMB à la BAI-III, puis partira à la BAI XVIII dont il sera un vice-président, voir la fiche Marie PAUL).

  • Les élèves qui suivent les cours de chant assurent les intermèdes grâce à un orphéon dirigé par Foulon. « Les hirondelles » de Béranger rencontrent par exemple un grand succès.

=> cliquez sur les flèches ci-dessous pour entendre  le texte « Les hirondelles », grâce à Gallica-BnF

  • A l’issue de la cérémonie, des professeurs peuvent être nommés officiers de l’Instruction ou d’Académie. Émile MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN], pédagogue hors pair, directeur de l’École Turgot et alors vice-président de l’APH, reçoit par exemple la légion d’honneur à cette occasion 24 en 1861, année où les deux prix d’honneur sont accordés aux étudiants PLOMB [Voir fiche PLOMB] et CHARDAR [Voir fiche CHARDAR], futurs piliers de la BAI-III, comme on peut le noter dans l’article de La Presse du 14 janvier 1861, signé par un soutien zélé des bibliothèques populaires, Jules MAHIAS (voir ici sur ce carnet).

 

  • Jules Mahias, La Presse, 14 janvier 1861. Gallica (BnF).

     

3/ Les lauréats de l’APH au cœur de la BAI-III 

Le tableau réalisé à partir des palmarès  établis entre 1853 et 1864 (sélection de palmarès nous permettant de mieux cerner les cours suivis par les « ouvriers » fondateurs des premières BAI) recense 846 personnes de sexe masculin suivant les cours du soir et qui ont été récompensées25.
On y retrouve notamment Auguste Rodin, lecteur 41426. Nous croisons aussi Eugène VARLIN,  qui n’est pas un lecteur de la BAI-III : il figure au palmarès de l’APH pour 1860-1861. Ce futur membre de l’AIT et membre de la Commune (il sera fusillé lors de la Semaine sanglante), participe à des expériences coopératives où l’on retrouve Jean-Baptiste Girard, fondateur de la BAI-III.

Nous identifions 67 élèves de l’APH ayant un lien avec les Amis de l’instruction. 45 sont simples lecteurs à la BAI-III, 19 sont impliqués dans l’organisation de la bibliothèque. 3 sont dans d’autres BAI (sous réserve de vérifications ultérieures).

Nous savons qu’aux débuts de la BAI-III, la parité « ouvriers » / « non ouvriers » était volontaire. Les premiers avaient besoin de la caution des seconds pour obtenir les autorisations officielles nécessaires à l’ouverture de la bibliothèque, et n’étaient pas sans ignorer que parmi cette bourgeoisie éclairée se cachaient des « espions », proches du pouvoir27. Dans notre échantillon des 58 personnages étudiés plus avant afin d’identifier les réseaux préexistant à la BAI-III (voir les billets réseaux sur ce carnet), nous retrouvons bien 29 ouvriers ou artisans et 29 personnes issues de la bourgeoisie philanthrope.
19 des ouvriers ou artisans sont inscrits au palmarès et probablement quelques autres assistent aux cours  mais n’ont pas été récompensés (90% des élèves) et/ou résistent à nos recherches comme le coiffeur Joanny MORTIER, lecteur numéro 4.

La moyenne d’âge est de 28 ans, certains ne restent que très peu de temps pour aider le bibliothécaire. D’autres sont fidèles à la BAI-III au moins jusqu’en 1877 ou vont fonder d’autres BAI plus proches de leur domicile.

Parmi les 19 élèves, quatre d’entre eux, Alphonse PASCAL [Voir fiche PASCAL], Charles BRESSON [fiche BRESSON], Hippolyte LANDRIN [fiche LANDRIN] et Auguste CHARPENTIER [fiche CHARPENTIER], suivent aussi des cours à l’AP. Pour cette dernière, nous ne disposons que d’articles de presse, surtout quand les distributions des prix sont communes aux deux associations comme demandé par le ministre de tutelle, afin d’éviter trop de rivalités entre les deux associations (voir sur ce carnet les billets sur Perdonnet).

Certains Amis de l’instruction suivent les cours du Conservatoire des Arts et Métiers, du Muséum d’Histoire Naturelle, de l’hôpital Saint-Anne28.

Nous verrons que ces « ouvriers » sont en réalité surtout des artisans d’art ou des employés, piqueurs ou commis.

4/ Les guides

Paul DELAMARCHE [Voir fiche DELAMARCHE] explique ainsi la constitution de la BAI-III :

Le groupe initiateur du 3e arrondissement prit à peu près le contre-pied de ce qui s’était fait jusqu’alors. Il accepta pour guide les professeurs qui en se consacrant à l’instruction populaire, avaient donné des gages certains de dévouement et de sincérité. Le patronat fut écarté, de même qu’il fut décidé qu’il n’y aurait point de membres honoraires ; sous l’Empire surtout, leur intervention dans les sociétés ne servant qu’à mettre en vue certaines personnalités vaniteuses29.

– 19 sont investis dans l’enseignement pour les ouvriers et donnent des cours ou des conférences.

– 15 ont été professeurs à l’APH, dont Joseph DELBROUCK [Voir fiche DELBROUCK], socialiste arrêté en compagnie de Jean-Baptiste GIRARD en 1850 (voir sur ce carnet ici), puis architecte  à Vernon (Eure), fondateur d’une  bibliothèque populaire  en 1862 et d’une APH en 1864 en cette ville 30, futur membre de l’AIT et membre de la commission fédérale des artistes pendant la Commune.

=> voir ci-dessous une médaille décernée par l’APH de Vernon en 1866 (collection privée)

– 4 sont exclusivement professeurs ou conférenciers à la Polytechnique comme Henri HARANT [Voir fiche HARANT] Charles BLANCHET [Voir fiche BLANCHET], Jean-Augustin BARRAL [Voir fiche BARRAL] et Auguste Perdonnet [Voir fiche PERDONNET].

=> voir ci-dessous  un article de Jean-Augustin Barral dans L’Opinion nationale du 11 février 1862. Barral retrace la cérémonie de remise de prix de l’AP et de l’APH, cite des passages des discours de ROULAND et de PERDONNET, insiste sur la diffusion des cours de l’APH jusque Metz (nous y reviendrons dans de prochains billets) et termine en soulignant la récente ouverture des bibliothèques populaires … Cliquez sur la fenêtre pour ouvrir le document dans Retronews.

Si les « ouvriers » prennent pour guides LIONNET et LEROYER (qui passe ensuite à l’AP),  ils vont aussi trouver Auguste PERDONNET, Édouard LABOULAYE et Jean-Augustin BARRAL qui plaidaient déjà pour des cours en 184831. Édouard LABOULAYE, lecteur 155 de la BAI-III, président de la BAI-V, sera désigné à la présidence de  l’APH pour l’année 187632.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Certains professeurs comme Henri HARANT ont dû exercer leur activité dans « l’enseignement libre » après avoir refusé de prêter serment à l’Empire en 1852. Adolphe ADAM (2e inscrit de la BAI-III) [voir fiche ADAM] et Louis GRANDEAU (9e inscrit de la BAI-III ; élève de BARRAL) [voir fiche GRANDEAU], remerciés dans les compte-rendus de la BAI-III car ils ont aidé à la rédaction des statuts, ont l’âge de leurs élèves de l’APH.

Certains sont au conseil d’enseignement comme Alexandre LABROUSTE, directeur du Collège Sainte-Barbe, au conseil de patronage comme Georges HACHETTE. Nous retrouvons même les maires d’arrondissement du 3e et du 5e, ARNAUD-JEANTI et Marc-Aurèle RATAUD (année scolaire 60/61).

Dans le panel de 58 personnes de la BAI que nous étudions, nous identifions 19 élèves inscrits au palmarès de la Philotechnique dans les documents que nous avons dépouillés.

5/ Une entraide très soulignée  des ouvriers et des professeurs de l’APH autour des trois bibliothèques pionnières

Les débuts de la BAI-III sont mouvementés.  On comprend que l’AP et l’APH, complémentaires mais non sans rivalités – en tout cas du vivant d’Auguste PERDONNET33 – sont indispensables à la naissance de cette association qui n’aurait pas obtenu les autorisations administratives nécessaires sans le soutien de ces deux institutions. Mais la BAI-III semble avoir également pâti des « bisbilles » larvées entre les deux associations34. Après le décès de Perdonnet (1867), et plus encore après la chute du Second Empire, les fondateurs de la BAI-III souligneront le rôle fondamental de l’APH, bien plus que celui de l’AP. Alexandre VIARD (Voir sur ce carnet « Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes)« ), maire de la commune natale de Jean-Baptiste GIRARD, qui aide ce dernier à fonder une bibliothèque populaire à Hortes (Haute-Marne), raconte également :

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’œuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dont il est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires35.

Dans le premier (et dernier ?) compte-rendu des activités de la bibliothèque populaire de Hortes36, Alexandre Viard précise les circonstances de la fondation. Deux noms de l’APH parisienne apparaissent, ceux de MARGUERIN et GRANDEAU :

Le 28 juillet 1861 nous étions réunis pour organiser une bibliothèque par souscription, dans la commune d’Hortes, en nous inspirant des idées et en nous mettant sous le patronage de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3ème Arrondissement de la Ville de Paris.

Un enfant du pays que vous connaissez tous, M. Girard, membre du conseil d’administration de la société de secours mutuels des arts et métiers et Vice-Président de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction de Paris a conçu le premier l’idée de cette Bibliothèque, d’un zèle et d’un dévouement à toute épreuve, initié de longue date à tous les détails d’organisation des sociétés de secours, il a bien voulu depuis l’origine de notre création, nous aider de ses conseils et de son expérience.

Un autre enfant du pays, M. Bailly, nous a aussi prêté un concours actif et désintéressé.

Nous avons de plus, conquis les sympathies des hommes les plus éminents dont la mission semble sur terre toute de charité et de dévouement, et qui n’ont d’aspiration que pour le bien des sociétés.

Qu’ils me permettent de nous citer leurs noms. C’est M. Marguerin, directeur de l’École Turgot à Paris, qui dernièrement encore voulait bien nous assurer de sa sympathie pour l’œuvre que nous avions entreprise et nous promettait son concours pour notre institution naissante.

C’est M. Grandeau, professeur de chimie à l’association philotechnique de Paris, qui nous dirigeait, nous encourageait, et recommandait chaleureusement notre œuvre.

Je suis sûr d’être l’interprète de vos sentiments en remerciant publiquement ces Messieurs de leur généreuse intervention37[…]

C’est donc l’APH que l’on retrouve à Hortes (fondation rurale), à Vernon (fondation dans une petite ville) et à la BAI-III en 1861-1862, ce qui confirme les liens entre étudiants et professeurs de l’APH autour des trois bibliothèques populaires pionnières38, en tout cas les liens forts entre Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] – généralement considéré comme « le » fondateur des bibliothèques populaires, qui a des années durant fréquenté les cours de l’APH (il est lauréat entre 1855 et 1860) – et ses anciens professeurs. Il n’est donc pas étonnant, lorsque la BAI-III connaît des vicissitudes en 1863, que Girard la quitte  provisoirement et devienne pour de longues années l’agent de la Philotechnique39

Extrait des Cours de l’Association philotechnique de Paris pour 1876-1877. Recueil APH, BnF. Cliché : Agnès Sandras.

C’est donc de manière logique que le soutien de l’APH dès le début du projet a plus durablement marqué l’histoire de la BAI-III que la présidence de PERDONNET accompagné de professeurs de l’AP qui n’en constitue qu’un intermède, intermède de surcroît clivant entre 1863 et 1867 (voir billets Perdonnet sur ce carnet). Ainsi, le soutien de l’APH à la BAI-III est mis en scène dès 1866 par Adolphe ADAM qui fait partie du groupe parti avec Girard fonder la BAI-V plutôt que de rester dans une BAI-III au fonctionnement revu et corrigé par l’administration impériale et dirigée par Perdonnet (voir Rapport ADAM à la BAI V lors de l’AG du 18 mars 1866). Paul DELAMARCHE peaufinera par la suite ce récit désormais fondateur : voir Historique et développement des bibliothèques populaires en France par Delamarche.

Les palmarès, qui indiquent les noms des élèves récompensés mais aussi ceux des professeurs  dont les cours ont donné lieu à ces récompenses, permettent d’en savoir un peu plus sur les étudiants et enseignants qui se sont côtoyés durant de longs mois, même si nous ignorons, répétons-le une fois encore, les patronymes de ceux qui ne sont pas primés. En tout cas, on y retrouve les noms d’étudiants motivés, qui ont souvent suivi les cours 5 ou 6 ans de suite. La variété des cours suivis indique une grande curiosité intellectuelle  et/ou des besoins divers chez des personnes parfois arrivées quasi illettrées à l’âge adulte, et la fidélité aux enseignements délivrés à l’APH. La progression sociale observée chez ces étudiants laisse à penser que le niveau des cours est très satisfaisant, et que l’attachement des élèves à leurs professeurs et à leur école  dépeint par la presse n’est pas que de façade.

Médailles décernées par l’Association philotechnique de Paris pour l’année 1859-1860. Recueil APH, BnF. Cliché: A. Sandras.

On peut aussi se demander si la fondation de la BAI-III comme bibliothèque permettant d’approfondir les cours de l’APH n’est pas en partie un alibi commode pour obtenir l’autorisation d’ouvrir une bibliothèque dont les ouvrages seraient aussi prétexte à prolonger des échanges moins scolaires et plus politisés  entre auditeurs de l’APH voire même avec leurs professeurs40

 

6/ Le palmarès de l’APH entre 1853 et 1864

Nous avons donc reconstitué une liste de 846 élèves avec leurs patronymes par ordre alphabétique, leurs prénoms, et leurs professions successives qui vont souvent dans le sens d’une ascension sociale et les années de scolarité suivies par chacun d’eux. Cela représente moins de 10% des élèves suivant les cours.

En début de tableau : les 19 élèves de notre étude, puis les 45 autres lecteurs élèves, puis 3 élèves appartenant à d’autres BAI.

Nous mettons à disposition des personnes intéressées le tableau ainsi obtenu. Voir ici le  Palmarès des élèves de l’APH entre 1853 et 1864 établi par Louise Oudin à partir des différents palmarès imprimés.

Peut-être trouvez-vous dans cette liste un ancêtre ou un personnage dont la biographie vous intéresse et comprendrez mieux comment sa vie a pu changer grâce aux cours de l’APH…

Cite this article as: Groupe réseaux des bibliothèques populaires, "Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique," in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793.

  1. Henri Harant, « Enseignement populaire – Classe 89 », in Études sur l’Exposition de 1867 ou Les archives de l’Industrie au XIXe siècle : description générale, encyclopédique, méthodique et raisonnée de l’état actuel des arts des sciences de l’industrie et de l’agriculture chez toutes les nations…., Série 6, Fascicule 26-30, par M. M. les rédacteurs des Annales du génie civil, Paris, E. Lacroix, 1869. []
  2. Sur les cours du soir, on lira les récents travaux de Carole Christen et notamment Les écoles du peuple à l’ère des révolutions du XIXe siècle (1815-1880), dossier de la Revue d’Histoire du XIXe siècle, n°55, 2017/2, sous la direction de Carole Christen et Caroline Fayolle. []
  3. Nous avons utilisé pour cette recherche ceux figurant dans le recueil  « Association   Philotechnique », département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. []
  4. Les débuts de l’APH sont rapportés  par Antoine Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898; et par François Vatin en 2007 : « L’Association polytechnique (1830-1900) « Éducation ou instruction » ? ou la place des sciences sociales dans formation du peuple », in Management et sciences sociales numéro 3, pages 245  à 296. []
  5. Voir sur ce carnet : « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III« . []
  6. Lors de la construction de nouveaux bâtiments pour l’École Turgot en 1865, les cours ont lieu dans les amphithéâtres du Lycée Charlemagne. []
  7. Décédé à 46 ans à Paris 4e le 25/9/1865, il est  né à Vitré. []
  8. Recueil Association Philotechnique, BnF. []
  9. Sur cette société, voir Renaud d’Enfert, « Jomard, Francœur et les autres… Des polytechniciens engagés dans le développement de l’instruction élémentaire (1815-1850) »Bulletin de la Sabix , 54 | 2014. []
  10. Registre des premiers lecteurs. []
  11. Voir Ian Frazer, dans  ”Jean-Baptiste Girard (1821_1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction”, in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ille arrondissement, 1989, page  69. []
  12. CR-BAI-III, exercice 1875-1877, page 16. []
  13. Pressard, op. cit. []
  14. Recueil Association philotechnique. []
  15. Georges Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946. Pages 454 -459. []
  16. Achille Mercier, « La grève et l’association« , La Réforme politique et sociale, 13 juillet 1869. []
  17. Duveau, op. cit., et  Le Temps du 21/2/1869. []
  18. Recueil Association philotechnique. []
  19. CR BAI XVIII, Statuts et règlements 1864, page 14. []
  20. Voir les remerciements de Lévi Lippmann à l’AP et à l’APH dans Les Archives israélites de France du 15 mars 1863. []
  21. Pressard, op. cit., pages 45-46.14 élèves de l’AP vont à Londres en 1862 selon L’Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France de 1880. Ces voyages où sont conviés des élèves de l’AP lors des grandes expositions ont été mis en place dès les années 1850. []
  22. Voir Le Petit Journal, 27 mars 1865. []
  23. Le Siècle du 15/1/1861. []
  24. Il s’appelait Emile Fortuné LECAT, Marguerin était son surnom : voir son dossier ici dans la base LEONORE. []
  25. Nous n’avons pas pour le moment retrouvé de sources nous permettant de repérer les élèves non récompensés. []
  26. Voir sur ce carnet le billet qui lui est consacré. []
  27. Voir Ian Frazer, op. cit. et  Agnès Sandras, Des bibliothèques populaires à la lecture publique []
  28. Testament ERBS, AN MC/ET/XXVIII/1643-1644. Et Discours de LEVIEZ dans Le Bulletin de la Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, séance générale du jeudi 7 juin 1866, page 11. Sur les cours publics que l’on pouvait alors suivre voir ici l’article du Grand Larousse. []
  29. CRBAI-III, 1875-1877, page 16. []
  30. Voir Agnès Sandras, « Les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction : Hortes et Vernon, expériences à la campagne et dans une petite ville de province », in Des Bibliothèques populaires  à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014 et autres travaux sur Delbrouck à Vernon. []
  31. Voir La Démocratie pacifique  du 13 mars 1848. []
  32. Voir Le Journal des débats, 29 juillet 1875. []
  33. Voir sur ce carnet les billets concernant Perdonnet. []
  34. Ibid. []
  35. Alexandre Viard, « Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872« . []
  36. Le dossier conservé par les AD52 ne contient pas d’autre rapport d’AG. []
  37. Compte-rendu de l’Assemblée générale de 1862, Bibliothèque populaire de Hortes, AD 52, 107MO3. []
  38. Voir Agnès Sandras, op. cit. []
  39. Voir Ian Frazer, op.cit. et fiche Girard. []
  40. Sur les enjeux politiques, voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », in Bibliothèques en utopie – Les socialistes et la lecture au XIXe siècle (dir. N. Brémand), Presses de l’enssib, 2020. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Zéphirin Clouet

CLOUET, Zéphirin (1838-1871)

NB : Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Originaire de l’Aisne, dernier d’une fratrie de 5,  il est le seul à venir à Paris à 18 ans. Sellier  Il suit les cours de l’Association philotechnique et vient prêter main forte à la bibliothèque. Engagé dans la garde nationale, il est enrégimenté dans un Bataillon de Marche et meurt à Buzenval le 19 Janvier 1871.

 

NOM : CLOUET

Prénoms : Zéphirin (Zephirain sur l’acte de naissance) Théophile

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III :

numéro 5

Rôle dans la BAI-III : Aide le bibliothécaire PLOMB [voir fiche PLOMB]. Il est ensuite administrateur1

État-civil et famille2:

Né le 4 juillet 1838 à Vincy-Reuil-et-Magny (Aisne) de Philbert, 35 ans, manouvrier et de Marie Josèphe DOUCE, fileuse. Les parents se sont mariés le 30/10/1826 dans la même commune. Le père y meurt le 30 octobre 1850 à 47 ans. Laitière en 1858 lors du mariage de l’aînée, la mère meurt le 9 juin 1875, et est encore manouvrière à 70 ans d’après son acte de décès.

Dernier d’une fratrie de 5, Zéphirin est donc orphelin de père à 12 ans. Sa sœur aînée, née en 1827, quitte l’Aisne pour la Seine et Marne. Elle est couturière à Lagny quand elle se marie à 35 ans le 5 juin 18583. Elle épouse un stéréotypeur, veuf, né à Paris (ancien 6e) le 10 prairial an VI (29 mai 1796), qui meurt à Lagny à 80 ans : elle a alors 51 ans et est journalière. Deux sœurs restent dans leur commune de naissance. Une sœur née en 1828, est couturière quand elle se marie en 1849 avec un tailleur d’habit. Une sœur née en 1836, est également couturière quand elle se marie en 1858 avec un meunier.

Un frère, Constant, René, Virgile, né en 1830, est instituteur quand il se marie à 41 ans dans le même département (avec contrat) à Clairefontaine le 12 février 1872. Il épouse Marie Julienne Émelie Ducrot, 24 ans, vannière4. Il est toujours à Clairefontaine en 1890 quand il prend sa retraite après 37 ans d’activité5.

Décès : Zéphirin meurt à 33 ans le 19 janvier 1871 sur le territoire de Buzenval, son décès est enregistré à la mairie du 20e arrondissement parisien le 25 du même mois, avec pour témoins Léon BRESSIER, 29 ans, graveur, demeurant 17 rue des chasseurs (17e) et Anatole LEFOULLON, sergent dans le bataillon de CLOUET, avocat, 26 ans, demeurant 100 avenue de Neuilly, 16arrondissement6.

Professions : Sellier sur la liste des lecteurs7 et le palmarès de l’APH8

Adresses connues :

40 rue de Bondy (rue Boulanger actuelle ; 10e) ; 56 rue Montmartre (2e) lors de son décès.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique;

Il en est l’élève du mois de novembre 1856 – il a alors 18 ans –  à mars 18639.

  • Année scolaire 56/57 ; distribution des prix le 3 janvier 1858. Les cours sont à Turgot. Deuxième mention d’arithmétique, professeur LIONNET [voir fiche LIONNET]
  • Année scolaire 58/59 ; distribution des prix le 22 janvier 1860. Les cours sont à Turgot. Première mention d’hygiène et médecine usuelle première année, professeur HEBERT. Assistent à ce cours : PAUL [voir fiche PAUL] ; MURET Charles (lecteur 181) ; PLOMB Charles [voir fiche PLOMB] ; CLAUDIN Louis (lecteur 74) ; PASCAL [voir fiche PASCAL] ; MICHEL [voir fiche MICHEL]
  • Année scolaire 61/62 ; distribution des prix le 8 février 1863. Le cours est à Turgot. Deuxième mention de chimie deuxième année
  • Année scolaire 62/63 ; distribution des prix le 31 janvier 1864. Le cours est à la Sorbonne. Deuxième prix de géographie physique et politique, professeur Adolphe ADAM [voir fiche ADAM]

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

DELAMARCHE rapporte que les Amis de l’Instruction étaient partisans de la paix au moment de la déclaration de la guerre mais « qu’ils quittèrent leurs paisibles études et prirent le fusil10». Selon lui, tous sont intégrés dans « la lutte sacrée ».

La bibliothèque ferme pendant plus d’une année et une assemblée générale avec 100 sociétaires se tiendra pour la remise en route le 12 novembre 1871.

Certains Amis de l’Instruction vont se retrouver élus ou nommés à des postes d’encadrement dans des bataillons de francs-tireurs : les « volontaires de Montrouge » pour Henri HARANT [fiche HARANT], Ernest FRIBOURG [fiche FRIBOURG] et Paul DELAMARCHE [fiche DELAMARCHE], les « francs-tireurs de Paris » pour François BAZIN [fiche BAZIN].

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III :

Il fréquente les professeurs et les élèves de l’APH.

En 1890, dans un article (La République française du 13/11/1890) rapportant le banquet tenu pour le neuvième anniversaire du syndicat des bibliothèques populaires, Hector DEPASSE11  appelle à se souvenir des créateurs de ces bibliothèques « libres » trente ans après leurs créations. Il cite dans cet ordre 7 personnes aux profils très différents : GIRARD [Voir fiche], BELLAMY [Voir fiche] CLOUET, CLAUDIN, DELAMARCHE [Voir fiche], LANDRIN [Voir fiche], CAUZARD.

  • Louis CLAUDIN12 bijoutier, est également mort à 34 ans des suites des blessures reçues à Buzenval. Numéro 74 sur la liste des lecteurs, il est  élève à l’APH.
  • Charles CAUZARD, lecteur 336, a 18 ans en 1861. Il devient chef du service de comptabilité de l’Opéra de Paris. Positiviste actif, franc-maçon (tableau des Loges : L’Avenir 1865 – Les Émules d’Hiram 1868), il part à la BAI-XIV et y reste au moins jusqu’en 1873.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : voir ci-dessus.

Éléments biographiques complémentaires :

 La « sortie de Buzenval », est la dernière offensive dans la guerre franco-allemande de 1870-1871. 100 000 Français se dirigent vers Montretout et Buzenval (anciens villages des actuels Hauts-de-Seine). Le projet militaire est de percer le front prussien en se dirigeant vers Versailles à l’abri de la base forte du Mont Valérien. 84 000 hommes sont engagés, 3000 y mourront.

D’après une gravure de Léopold Flameng, in Invasion, Le siège, la Commune. 1870-1871. D’après des peintures, gravures, photographies, sculptures, médailles autographes, objets du temps... par Armand Dayot,

Lors de son décès, Zéphirin Clouet est garde à la 2e compagnie du 35e bataillon de marche du 18e régiment de la Garde nationale mobilisée13. Un bataillon de guerre (dit aussi de marche) est un regroupement provisoire des hommes les plus aptes au combat choisis dans la Garde nationale sédentaire. Ils sont retenus quand ils sont volontaires quel que soit leur âge. Ensuite sont retenus les célibataires ou veufs sans enfants de 20 à 35 ans puis de 35 à 45 ans. Et en dernier les hommes mariés ou pères de famille de 20 à 35 ans puis de 35 à 45 ans14.

Son régiment est commandé par un lieutenant-colonel nommé Amédée Jérôme LANGLOIS  (1819-1902)  Cet ancien officier de marine a démissionné en 1848, est devenu  un proche de PROUDHON dont il est  l’exécuteur testamentaire en 1865, et est adhérent de l’AIT15. LANGLOIS reçoit la Légion d’honneur du ministère de la Guerre en 187216 pour son action pendant le Siège, notamment à Buzenval.

Le nom de CLOUET est cité et honoré lors de l’inauguration du monument aux morts de Neuilly le 21 janvier 187917, sept jours avant la démission de Mac Mahon et l’installation d’un premier Président de la République républicain. Tous les participants portent à la boutonnière un bouquet d’immortelles, marque de laïcité. Sont présents au milieu d’une grande foule le colonel Langlois, l’orphéon de Neuilly, la loge « la Lumière ». Les discours sont applaudis : Vive la République ! Vive l’amnistie !

Extrait de : « Inauguration du monument de Neuilly », Le Petit Journal, 21 janvier 1879. Gallica (BnF).

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1.

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

ADVP, actes d’état civil.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique.

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le  27 mars 2021 ; modifiée le 31/03/2021

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Zéphirin Clouet," in Bibliothèques populaires, 27/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4784.

  1. CRBAI-III, ADVP : V6 1191. []
  2. Merci à Marie-Agnès Schioppa de généanet (maraella) pour son aide dans l’Aisne. []
  3. AD 77, 5MI8257,  page 18. []
  4. AD 2, acte 8, vu 263. []
  5. Bulletin des lois, 1891. []
  6. AD 75, Registre des décès V4E 5222 , acte 683. []
  7. Voir la liste des lecteurs. []
  8. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  9. Selon le palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier à l’APH. []
  10. CR BAI III 1869 /1871. []
  11. Publiciste, conseiller municipal puis député, il représente la BAI VI au syndicat des bibliothèques populaires libres en 1882. []
  12. Louis CLAUDIN, mort à Paris 255 rue Saint-Honoré (1er) le 23/5/1871 (AD 75). Il est élève à la philotechnique (58/59 2e prix de langue française 2e année, 2e mention hygiène et médecine usuelle). Il est né le 15/11/1837 à Vaucouleurs (Meuse), marié et père de trois filles : Julie Élisabeth (1867-1943), (1863-1945), Louise (1870- ?). Merci à François Jacquinot (francis 55) sur généanet. []
  13. Histoire de la garde nationale et des bataillons mobilisés du IXe arrondissement avant et pendant le siège de la capitale, année 1870-71, et les faits de guerre des bataillons de marche des arrondissements de Paris / par Charles Dolivet,.., 1872. []
  14. La Garde nationale fédérée de Paris (septembre 1870-mars1871), par Rémy Valat et Pierre-Henri Zaidman. []
  15. Notice LANGLOIS Jérôme, Amédée du Maitron : https://maitron.fr/spip.php?article221887,  par Edward Castleton. []
  16. Base LEONORE. []
  17. Le Petit Journal, 21/1/1879, page 2. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet

BLANCHET, Pierre Armand Charles (1819-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Héritier d’une célèbre famille de facteurs de clavecins, dirigeant d’une entreprise de fabrication de pianos, notable proche du pouvoir (membre du tribunal de commerce, maire du 10e arrondissement en 1877), fondateur d’une société de secours mutuels, secrétaire de l’association polytechnique où il donne des cours gratuits d’arithmétique, il a 42 ans lors de la création de la BAI-III.

 

NOM : BLANCHET

Prénoms : Pierre Armand Charles

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III :

numéro 246 parmi des enseignants de l’Association polytechnique, PERDONNET 243 [voir fiche], MEYER 244 [voir fiche], HARANT 245 [voir fiche], LEROYER 247 [voir fiche].

Rôle dans la BAI-III : administrateur1 en 1861-1862.

État-civil et famille 2:

Pierre Armand Charles naît le 07/04/1819 à Paris, 2e arrdt et prend la suite de cinq générations de célèbres facteurs de clavecins et de pianos.  Il se marie le 14/10/1844 dans le 10e arrdt où il décède le 23/03/1900. Il est mentionné en général sous le nom de « Blanchet fils ». Son père, Nicolas, facteur breveté de la duchesse de Berry, et durant la monarchie de Juillet de la reine Marie-Amélie, est associé en 1826 à Jean ROLLER, inventeur des pianos droits. Sa mère se nomme Charlotte Pierrine PETIT (Besançon 1799-Paris 9e arrdt 12/09/1863). Son épouse, Henriette Zélie BULLY, née le 24/12/1824 à Meaux (Seine-et-Marne), est la fille du principal du collège de Meaux, officier d’université, et la sœur de Joseph BULLY, procureur révoqué depuis le coup d’État de 1851 et homme politique3. Mariés en 1844, Charles et Zélie semblent avoir eu trois enfants4.

Leur fils, Henri Marcel (Paris, 18/11/1852–Pau, 12/02/1922) abandonne la tradition et devient officier de cavalerie. Il épouse le 08/02/1893 à Paris, 8e arrdt. Suzanne Salomé DOLLFUS (1860-1896), protestante, divorcée, fille de Camille DOLLFUS (1826-1906), ancien député bonapartiste, gendre du baron HAUSSMANN, petit-fils de Nicolas KOECHLIN entrepreneur mulhousien pionnier des chemins de fer en Alsace.

Professions: Facteur de pianos. Dans le registre d’inscription à la BAI-III, il n’indique pas de profession, et sur la liste des administrateurs de la bibliothèque il se présente comme « secrétaire de l’association polytechnique5 ».

Adresse connue :

1848 -1900 : 26 rue d’Hauteville, 10 arrdt, Paris, qui était déjà l’adresse de la maison Roller et Blanchet en 18426.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 7 :

très actif, il est membre du bureau de l’AP dès 1850. Il en est secrétaire jusqu’en 1868. Il donne des cours d’arithmétique (à l’École centrale en 1860). En 1865 est créé un conseil d’enseignement de 22 membres dont il est un des 11 vice-présidents. En 1868, est nommée une commission de révision des statuts dont il fait partie ; il est nommé vice -président honoraire, et on le voit délégué de la section de la « mairie du Prince Eugène » (11e arr.), responsabilité qu’il semble avoir assurée dès les années 1865-67. Enfin, à la suite des élections du bureau de 1875, il est nommé délégué de la 8e section, Faubourg Saint-Martin.

L’enseignement du chant s’appuie sur le piano, et il est certainement en rapport avec François Joseph FOULON professeur de chant à l’AP et à l’APH  et propagateur  des orphéons.

Dans un discours prononcé lors de la distribution des prix, le président de l’Association polytechnique Auguste PERDONNET le donne en exemple : « il est jeune, riche, considéré, et a obtenu comme industriel la plus haute récompense. D’autres dans sa position ne trouvent de bonheur que dans le monde où ils sont si bien placés. Pour lui au contraire, le plus grand plaisir est de venir vous instruire. C’est un de nos professeurs les plus zélés, les plus capables. Ah ! messieurs, si les hommes riches savaient ce que l’on trouve de jouissance dans les rapports intellectuels avec le peuple, on en verrait en plus grand nombre suivre l’exemple de notre collègue8 ».

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée, mais par ses productions il est proche de la royauté, puis de l’Empire.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : il « fonde une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers9 ».

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : avec les enseignants et élèves de l’AP.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires :

Pierre Armand Charles Blanchet est un notable10. En 1838, il est admis à l’École polytechnique où il ne reste que quelques mois. Admis de nouveau en 1840, il est sous-lieutenant élève du génie en 1842, mais il donne sa démission en 1843. Il prend alors la suite de son père puis de son associé Jean ROLLER11, inventeur des pianos droits et peintre. À la tête de l’établissement Blanchet fils, il est nommé en 1853 « facteur de pianos droits de S. M. l’Impératrice12». Il met à profit ses connaissances scientifiques, dépose des brevets et remporte des prix (1844, Paris, exposition nationale des produits de l’industrie, médaille d’or ; 1849, Paris, exposition nationale, hors concours ; 1851, Londres, exposition universelle, « prize medal » ; 1855, Paris, exposition universelle, médaille de 1ère classe, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur13 ; 1867, Paris, exposition universelle, une médaille d’argent décernée à Blanchet fils et des médailles décernées à deux de ses ouvriers). En 1859, il rachète la part de son associé ROLLER, qui désire se consacrer pleinement à la peinture, et il crée « un nouveau piano dit de format commerce…. accessible à toutes les fortunes. Désormais cette importante manufacture réunira donc les deux branches, également essentielles, d’une fabrication à la fois artistique et commerciale14 ». Charles Blanchet et son épouse organisent à cette période des soirées musicales dans leurs « riches appartements15 ».

Le système Roller de piano droit, moins encombrant et moins onéreux que le piano à queue, est repris par plusieurs manufacturiers. Il est destiné à une petite bourgeoisie, et même à des milieux relativement modestes. On compte dans les années 1850  environ 60 000 pianos à Paris. Cette démocratisation de la pratique instrumentale correspond à l’expression d’une aspiration profonde à un idéal de fraternité, de liberté et de savoir qui passe par une médiation culturelle. On la retrouve dans les chorales laïques d’hommes que sont les orphéons. Le premier catalogue de la BAI III comporte des partitions pour piano et chœurs d’hommes, « réductions d’opéras » et recueils de chants. Parmi ses lecteurs, on sait que Frédéric ERBS [voir fiche] possédait un piano et que Charles-Honoré PLOMB [voir fiche], premier bibliothécaire, était musicien16.

Blanchet s’implique également dans la vie de la cité : « ce fabricant, qui réunit aux plus éminentes qualités de l’industriel les meilleures qualités du cœur, a fondé une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers, et les fait participer au cours gratuit qu’il professe depuis de longues années à l’Association polytechnique17». Il est élu membre du tribunal de commerce le 20 juin 185818, il est nommé adjoint au maire du Xe arrondissement le 24 septembre 1873, puis maire le 10 août 1877.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

ADVP, actes d’état civil.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Geneviève  Deblock

Fiche publiée le  24 mars 2021 ; modifiée le …

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet," in Bibliothèques populaires, 25/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4774.

  1. CRBAI-III 1862/ ; CRBAI-III ADVP 1861/62. []
  2. Pierre Armand Charles Blanchet, ADVP : acte de naissance, 1819 ; acte de mariage, 1844 ; acte de décès, 1900 ; acte de mariage de son fils Henri Marcel, 1893. []
  3. Il meurt en 1890 rue de la Bienfaisance à Paris. Charles Blanchet est d’ailleurs l’un des témoins de l’acte de décès. On notera que Joseph BULLY lors de sa révocation s’installe près de Vernon – il aura une activité politique importante dans l’Eure sous la IIIe République -, mais  on ne le trouve ni dans les premiers membres ni dans les premiers donateurs de la bibliothèque populaire de Vernon qui a pourtant des liens très étroits avec la BAI-III. [Voir la fiche DELBROUCK]. []
  4. Nous avons pu identifier également une fille, Caroline-Henriette-Jeanne née en octobre 1848 à Meaux, selon le Journal de Seine-et-Marne, 14 octobre 1848. []
  5. Registre d’inscription de la BAI-III ; CRBAI-III 1862/1. []
  6. Registre d’inscription de la BAI-III ; Didot-Bottin, 1842 ; adresse figurant sur l’acte de sa naissance de sa fille en 1848 : BMS Meaux Année 1848, cote 5MI46391848. AD77. []
  7. Voir Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  8. Discours de Perdonnet lors de la distribution des prix aux élèves des cours gratuits des Associations polytechnique et philotechnique,  La Presse, 26/01/1860. []
  9. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie & du commerce, 1855, p. 12-13 ; Musée de la mutualité française, sociétés de secours mutuels. []
  10. Voir une biographie sur la famille Blanchet dans le Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 15/02/1855 ; Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 1865 ; Charles-Joseph-Nicolas Robin, Histoire illustrée de l’Exposition universelle de 1855, p. 97-100 ; CARNET4127 ; Jean Claude Yon, La démocratisation de la pratique musicale au XIXe siècle, conférence donnée le 12 mai 2006 à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement ; Paul Gerbod, « L’institution orphéonique en France du XIXe au XXe siècle », dans Ethnologie française, janvier-mars 1980, nouvelle série, T. 10, No. 1 (janvier-mars 1980), p. 27-44. []
  11. Voir sur le site lieveverbeeck.eu les Brevets Roller et Blanchet, pianosfrancais1850-1874, La Gazette des tribunaux,11 mars 1852, p. 4. []
  12. Revue et gazette musicale de Paris, vol. 10, p. 127. []
  13. Son dossier ne figure pas dans la base Léonore où l’on trouve en revanche le dossier de son fils et celui de Roller. []
  14. Revue et gazette musicale de Paris, 13/05/1858, p. 204. []
  15. Le Ménestrel, 1er avril 1855. []
  16. Voir sur ce carnet, le billet « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III. []
  17. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 1855, p. 12-13. []
  18. Le Ménestrel,  20/6/1858. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier

CHARPENTIER, Auguste (1826-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Parisien, fils d’un serrurier, il entre dans l’armée à l’âge de 21 ans. En 1860, il figure au palmarès des cours gratuits des Associations philotechnique et polytechnique, et en 1861 il adhère à la BAI-III où il est pressenti comme administrateur. Il participe à la défense de Paris pendant le Siège prussien, puis est rattaché à l’armée de Versailles pendant la Commune.

 

NOM : CHARPENTIER

PrénomsAuguste Joseph

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 3

Rôle dans la BAI-III1:

Il figure comme administrateur avec la mention « prix d’honneur de l’association polytechnique », dans une liste manuscrite2 qui peut être datée entre l’A.G. provisoire de 1861 et l’A.G du 02/02/1862. Il participe bénévolement au recueil des cotisations et au catalogage.

État-civil et famille 3: Auguste CHARPENTIER naît à Paris, 39 rue de Buci (ancien 10e arr.) le 21/03/1826. Ses parents, Pierre Guillaume, serrurier, et Anne Joséphine CHARPENTIER, demeurent 24 rue Saint Paul (4e arr.) en 1859 quand Auguste se marie. Un frère, Adolphe, naît en 1830.

Il épouse le 05/06/1855 à Tournan en Brie (Seine-et-Marne) Joséphine Adalie VALLET (09/02/1835 – 23/10/1859). Sa première fille, Joanina Adalie Alexandrine Augustine, née le 17/06/57 à Paris de ce premier mariage, épouse Jules FRANÇOIS, fils d’un menuisier, le 01/06/1880 à Paris (14e arr.)

Veuf le 23/10/1859, il épouse en secondes noces le 04/06/1872 à Paris (14e arr.) Alexandrine-Marie ÉCAILLE née le 19/11/1834 à Aisey-le-Duc (actuellement Aisey-sur Seine, Côte d’Or), sans profession, fille d’un cantonnier, dont il a une seconde fille, Sylvia Niobâe (1866-1942) née hors mariage et reconnue.

Il décède le 29/07/1900 à 74 ans, Villa Parrot à Sèvres (Seine-et-Oise, auj. Hauts-de-Seine).

Professions 4 : Ouvrier d’artillerie de 1847 à 1857, successivement dans les 11e, 3e, 9e compagnies, il monte en grade et devient maréchal des logis en 1857. Il devient ouvrier d’État de 1860 à 1865, puis garde d’artillerie au dépôt central à Paris de 1871 à1878. Le 10/01/1886, il a 60 ans, cesse ses activités et reçoit une pension de retraite.

Adresses connues 5:

1855, lors de son 1er mariage : 24 rue Saint Paul, Paris, 4e arr.

1861, lors de l’ouverture de la BAI-III : 32 rue du Château (Plaisance), Paris 14e (adresse qui correspond avant l’annexion au 115 rue du chemin de fer, Vaugirard).

1872, lors de son 2e mariage : 29 rue Saint Médard, Paris, 5e arr.

1880, lors du mariage de sa fille : 29 rue du Texel, Paris 14e arr.

1900, à son décès : Villa Parrot, Sèvres.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique6 :

Il suit les cours gratuits de l’association philotechnique à l’école Turgot : il obtient en 1853-54 le 3e prix de grammaire, en 1854-55, le 2e prix de grammaire.

Il suit aussi les cours de l’association polytechnique, qui ont lieu à l’École centrale : il reçoit le 22/01/1860 pour l’année 1858-1859 un prix d’honneur accordé par l’Empereur et trois premiers prix : géométrie appliquée aux arts avec le professeur Henri  HARANT ; chimie ; machines.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III7: avec GIRARD [voir fiche GIRARD], BELLAMY [voir fiche], BRIÈLE [voir fiche], CHARDAR [voir fiche], CHRETIEN [voir fiche CHRETIEN], CLOUET [voir fiche CLOUET], COLLET [voir fiche], … il participe aux petits travaux de bibliothèque. À l’association polytechnique, il a comme professeur HARANT [voir fiche].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires 8

Il est engagé volontaire le 17 mai 1847 à l’âge de 21 ans, dans la 11e compagnie des ouvriers d’artillerie, chargée de la réparation et de l’entretien de l’armement. Son premier acte de mariage nous apprend qu’il est en garnison à Vincennes, le second qu’il travaille au dépôt central. Le 28/12/1859, il est décoré de la médaille militaire. Selon ses états de services, en 1851 il fait campagne pendant les « troubles de Paris ». Affecté au dépôt central de l’artillerie, il participe à la défense de Paris pendant le Siège. Pendant la Commune, il reste au dépôt central « par ordre du Général Directeur. Arrêté le 10 mai par la Commune, sorti de Paris le 12 mai9». Le 05/02/1878, il est promu chevalier de la Légion d’honneur.

À 27 ans, il s’inscrit dans les cours gratuits des associations philotechnique et polytechnique, qui lui valent certainement les promotions professionnelles que l’on constate.

Un inventaire établi après le décès de sa première épouse, mentionne un livret de la caisse d’épargne et de prévoyance de Paris contenant 50 francs, décerné le 17 juillet 1859 par « sa Majesté l’Empereur Napoléon III », certainement à l’occasion d’une distribution de prix de l’AP. Cet inventaire précise également qu’il possède « 28 volumes reliés de différents auteurs, prisés 30 francs » et a en dépôt un petit matériel d’imprimerie.

En 1861 il est un des premiers sociétaires de la BAI-III, où il est pressenti comme administrateur en tant que « prix d’honneur de l’association polytechnique ». Mais il n’est pas retenu dans le bureau de 1862, tout comme le menuisier Benjamin DUMOUTIER et le dessinateur Jean Baptiste Marie PAUL [voir fiche].

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1 ; Légion d’honneur,  LH/493/63 ; A. J. Charpentier, acte de mariage 1855 ; acte de mariage 1872 ;  Mariage de sa première fille ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès 1900.

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteurs de la fiche : Geneviève et Pierre Deblock

Fiche publiée le  10 mars 2021 ; modifiée le …

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier," in Bibliothèques populaires, 10/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4758.

  1. CRBAI-III ADVP 1861/62 ; CRBAI-III 1862/1. []
  2. ADVP VD6 1191-1. []
  3. A.J. Charpentier, Légion d’honneur 05/02/1878,  LH/493/63 ; acte de mariage, 1855, AD77 ; acte de mariage, 1872, ADP ;  Mariage de sa première fille, ADP ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès, 1900, AD77. []
  4. Voir Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 à 1860-61, le Registre des premiers lecteurs. []
  5. Registre dit des lecteurs de la BAI-III ; Légion d’honneur ; arbre généalogique. []
  6. Bulletin de la Société philotechnique, 1853/54, 1854-55 ; Le Constitutionnel, 24/01/1860,  ; Le Monde illustré, 28/01/1860 ; Victor Meunier, L’ami des sciences, 1860, p. 160. []
  7. CRBAI-III 1862/1.. []
  8. Légion d’honneur ; Bulletin des lois, op. cit. ; CRBAI-III ADVP 1861/62 ;  Le Constitutionnel, 30 août 1858 ; Inventaire après le décès de Mme Charpentier, 13 avril 1860, études maître Aveline notaire à Paris, AN cote MC/ET/CIII/729. []
  9. Le Journal officiel de Paris pendant la Commune (20 Mars-24 Mai 1871). Histoire. Extraits, fac-similé du dernier n° (24 Mai), de  Charles Louis Livet, 1871, mentionne pour le 17 avril, p. 193, « Art. 5 : toutes les armes recueillies par les mairies seront renvoyées à Saint Thomas d ’Aquin ». Le dépôt central de l’artillerie semble donc être aux mains des communards. Cependant, Auguste Charpentier dit y être resté jusqu’au 10 mai. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Joseph Chrétien

            CHRÉTIEN Joseph (vers 1843 –après 1893)

Joseph CHRÉTIEN est un des plus jeunes lecteurs de la bibliothèque des Amis de l’Instruction en 1861. Il aide alors le bibliothécaire PLOMB. Son cursus aux « cours gratuits pour les ouvriers » de l’Association philotechnique (APH) lui a ouvert une activité professionnelle indépendante.

NB : Toute information complémentaire sera la bienvenue …

Nom : CHRÉTIEN

Prénom : Joseph

N° d’ordre dans le registre dit des inscriptions de la BAI-III : numéro 83

Rôle dans la BAI : aide le bibliothécaire PLOMB1 [voir fiche Plomb]

État civil et famille :

État civil : non trouvé.

Né vers 1843 : il a 18 ans en 18612.

Décédé après 1893.

On trouve dans l’Annuaire de Firmin Didot à l’adresse qui figure sur la liste des lecteurs (2 rue de la Parcheminerie, 5e arrdt actuel) un CHRETIEN qui est imprimeur sur étoffe de laine de 1857 à 1864, encore cité dans l’Almanach Cambon en 1873. Il s’agit probablement de son père.

Profession(s) :

  • 1861 : employé (mention sur la liste des lecteurs)
  • 1860 à 1865 : commis aux écritures (mention sur les palmarès de l’APH)
  • 1876 à 1893 : négociant commissionnaire

Adresses connues :

  • 1861 : 2 rue de la Parcheminerie, 5e arrdt (d’après la liste des lecteurs)
  • 1876 à 1880 : 41 rue de l’échiquier, 10e arrdt (liste 1876 des adhérents à l’APH) (et faillite de 1880)
  • 1887 : 119 boulevard Voltaire, 11e arrdt3.
  • 1887 et 1893 : 120 rue de Charonne, 11e arrdt  pour le négoce de marbre
  • 1889 : Mairie de Remchi (Algérie), domiciliation pour la signature

 

Liens avec l’Association Philotechnique et/ou polytechnique4

Il en est l’élève de novembre 1860 à mars 1864 et devient adhérent en 1876 :

  • Année scolaire 60/61 ; distribution des prix du 9 février 1862. Les cours sont à Turgot. Première mention de langue française, première année, professeur MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN] qui est suppléé par ADAM [Voir fiche ADAM]. Troisième mention de comptabilité. Assistent au cours : GIRARD [Voir fiche GIRARD] et CHARDAR [Voir fiche CHARDAR]
  • Année scolaire 61/62 ; distribution des prix le 9/2/1862. Il va à la Sorbonne où des cours viennent juste d’être créés
  • . Deuxième mention langue française deuxième année, professeur ASSELIN. Deuxième mention d’arithmétique, professeur LIONNET [Voir fiche LIONNET] suppléé par Bertrand. Premier prix de comptabilité première année de LENEVEUX (BAI XIV). Quatrième mention de langue anglaise Il reçoit un livret de Caisse d’Épargne au nom de S.A. le prince impérial et une médaille de bronze (un premier prix et 3 mentions).

 

  • Année scolaire 62/63 avec distribution des prix le 31 janvier 1864. A la Sorbonne alors qu’il est commis : 2e prix de littérature française 2e année, 2e prix de langue anglaise 1ère année, 2e prix de législation usuelle, cours de CADET (lecteur 32) avec FONTAINE [Voir fiche FONTAINE].

 

  • Année scolaire 63 /64, la remise des prix a lieu au « Cirque de l’Impératrice » aujourd’hui disparu (cirque d’été) plusieurs prix à la Philotechnique avec remise d’un livret de Caisse d’Epargne offert par l’empereur5

 

  • Année scolaire 76/77 : On le retrouve, négociant, 41 rue de l’échiquier, 10e, pour une adhésion à la philotechnique de 10 francs6

 

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

 

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée

 

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

 

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III

Il fréquente les professeurs et les élèves de l’APH.

 

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Pas de relations repérées à ce jour.

 

Éléments biographiques complémentaires :

 

  • 1876 : il figure dans le Firmin Didot7 comme négociant commissionnaire. Il recherche un associé pour développer un commerce de tissu alors qu’il est déjà associé avec WEISS8.
  • 1879 : il apparaît dans une société en nom collectif CHRETIEN, WEISS et CIE « exploitant une composition d’ingrédients pour la destruction des insectes, vers et pucerons infectant les vignes9. La société commercialise un procédé expérimenté  dans l’Hérault par G.W. Davis. Procédé dont l’efficacité  contre le Phylloxera est vantée dans le Panthéon de l’industrie  et la France : politique et scientifique.
  • 1880 : il possède un dépôt de vin de Madère et Porto10.
  • 1880 : il fait faillite11.
  • 1887-1893 : on le retrouve 120 rue de Charonne 11ème arrdt, négociant en marbre et traitant en Algérie pour l’exploitation de carrières sur deux terrains qu’il loue  l’un  de 96 hectares et l’autre de 45 hectares à Remchi12.

Abréviations :

APH : Association philotechnique.

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur principal de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 21 février 2021 ; modifiée le …

Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici).

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Joseph Chrétien," in Bibliothèques populaires, 21/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4746.

 

 

 

 

 

  1. CR BAI-III : Rapport Grandeau. []
  2. D’après la liste des lecteurs. []
  3. Signature d’un acte : Le Droit,  28/2/1887, page 202. []
  4. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  5. Le Moniteur universel, 14/2/1865, page 3. []
  6. « Tout membre adhérent doit être agréé par le conseil d’administration et venir en aide à l’association par une somme dont le minimum est fixée à 5 francs. Tout adhérent devient membre à vie quand il a versé une somme de 200 francs ». []
  7. Page 203. []
  8. Le Temps du 1/9/1876. []
  9. Archives commerciales de la France, 20/4/1879, page 522. []
  10. Firmin Didot, page1683. []
  11. Le Petit Bulletin des tribunaux,  4/4/1880. []
  12. Courrier de Tlemcen,  28/6/1889, et encore en 1893 : Firmin Didot, page 1708. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Henri Michel

MICHEL, Henri (1837-1876)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Originaire de province, il suit pendant quatre ans les cours gratuits de l’Association philotechnique et obtient de nombreux prix. Inscrit à l’âge de 24 ans, il est un des premiers membres de la BAI-III, et y reste jusqu’à son décès à l’âge de 39 ans.

NOM : MICHEL

Prénoms : Henri François

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 16

Rôle dans la BAI-III : Lors de l’Assemblée Générale du 28 mars 1876, il fait partie des 15 plus anciens sociétaires convoqués pour vérifier les comptes, dont CHOUVY, DEBISCHOPP (Alexis Debischopp, lecteur n° 554 ?), FRECAULT, MOINE [1].

 

État-civil et famille [2] : fils de François, manouvrier, et Françoise FANET il naît à Heuilley-sur-Saône (Côte-d’Or) le 05/05/1837. Il est célibataire et décède le 30/08/1876 à Paris, 16e arr. Les déclarants sont Pierre Bourrot, employé à la ville de Paris, 64 ans, et Alfred Piquet, couvreur, 22 ans, demeurant comme Henri Michel 8 rue de Bouillé (actuelle rue Duban).

Lors du mariage de ses parents, le 05/10/1835, on apprend que l’oncle maternel de Françoise FANET est maire de Heuilley-sur-Saône.

Professions [3]: mécanicien en 1858-59, attaché au plan de Paris en 1861.

Adresse connue [4] : en 1861, Grande rue à Passy [actuellement, rue de Passy à Paris]. En 1876, à son décès : 8 rue de Bouillé (actuelle rue Duban), Paris, 16e arr.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique [5] : il suit durant quatre ans les cours gratuits de l’association philotechnique, reçoit plusieurs prix et obtient trois certificats d’études :

En 1857-58 : trigonométrie et courbes usuelles, 3e mention ; mécanique, 1er prix. Récompense : un livret de la Caisse d’épargne.

En 1858-59 : langue française, 1e année (professeur MARGUERIN), 2e prix ; algèbre 2e année, 2e prix ; géométrie 2e année, 2e prix ; trigonométrie et courbes usuelles, 1e mention ; mécanique 2e année, 2e mention ; physique 1e année, 2e prix ; hygiène et médecine usuelle 1e année, 4e mention. « Un certificat d’étude relatif aux sciences physiques est accordé à l’élève Michel (H.F.), qui a obtenu 7 nominations, dont 5 prix dans les cours de langue française, hygiène, dessin linéaire, algèbre, géométrie, physique et chimie ». Récompense : un livret de la Caisse d’épargne.

En 1859-60 : Arithmétique 2e année (professeur LIONNET), 2e prix ; mécanique 2e année, 1e mention ; chimie 2e année, 2e mention ; dessin linéaire, 1er prix ; lavis, 3e prix, figure 3e mention. Médaille de bronze, certificat d’études relatif aux sciences mathématiques pour 7 nominations dont 4 prix.

En 1860-61 : physique 2e année, 2e prix ; géographie 1e mention. Certificat d’étude relatif aux arts industriels pour 7 nominations dont 5 prix, 1er prix d’honneur.

 Selon le journal Le Siècle[6], de nombreux prix sont décernés en Janvier 1861 à Charles Honoré PLOMB, Jean CHARDAR, Henri MICHEL, Charles MURET. La distribution se termine par une prière et une acclamation : « vive l’Empereur !».

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : Non identifiée mais on sait cependant que sa famille maternelle est impliquée politiquement dans son village de Heuilley-sur-Saône, et donne plusieurs maires au cours du XIXe siècle1.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III [7] : le réseau de l’Association philotechnique : les professeurs François BAZIN, inscrit juste après lui sur la liste des premiers lecteurs, MARGUERIN, LIONNET, et ses compagnons des cours du soir inscrits à la BAI-III, dont GIRARD, PLOMB, CHARDAR, MURET.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires : Né en province, fils d’un manouvrier, son grand-oncle maternel est maire de son village en 1835. Il vient habiter à Passy, et s’inscrit à l’âge de 20 ans aux cours gratuits de la Société philotechnique qui se déroulent le soir de 20h 30 à 22 h et le dimanche matin à l’école Turgot 17 rue du Vert Bois et à l’école communale Saint Élisabeth. En 4 ans, il obtient de nombreux prix et trois certificats d’études. C’est probablement fort de ce bagage qu’il entre en 1860 au Service du plan de Paris, que le préfet Haussmann développe considérablement pour les besoins des grandes transformations de la capitale [8]. Il est un des premiers inscrits à la BAI-III en 1861.  Il en reste toujours membre malgré l’éloignement. Il est sans profession lors de son décès. Il a donc quitté le service du plan de Paris, pour cause de maladie ou autre.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

 

Auteur de la fiche : Geneviève Deblock

Fiche publiée le 15 février 2021 ; modifiée le 23 mars 2021.

 

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Henri Michel," in Bibliothèques populaires, 15/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4732.

Notes :

[1] CRBAI-III 1878.

[2] Voir, AD 21, Henri François Michel, acte de naissance, 1837. Acte de mariage des parents, 1835 ; ADVP, acte de décès, 1876. Pierre Bourrot (1811-1900),  titulaire de la Légion d’honneur le 9 mai 1855, et de la médaille militaire le 11 avril 1855  LH/334/59, ancien maréchal des logis au 5e bataillon d’artillerie, est natif de Renève, à 9 km d’Heuilley-sur-Saône, ce qui peut expliquer la confusion faite sur le lieu de naissance d’Henri Michel entre Heuilley et Renève.

[3] Voir Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 à 1860-61, le Registre des premiers lecteurs.

[4] Voir le Registre des premiers lecteurs.

[5] Voir le dépouillement des palmarès de l’APH par L. Oudin à partir de Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 p. 22, 34 ; 1858-59, p. 18 ; 1859-60, p. 21, 35 ; 1860-61, p. 26.

[6] Le Siècle ,15/01/1861.

[7] Registre des premiers lecteurs de la BAI-III ; Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, Distribution solennelle des prix, 1859-1862 ; Le Siècle ,15/01/1861.

[8] Voir les Mémoires du baron Haussmann, III, Paris, 1890-1893, Almanach impérial, 1859.

 

  1. Voir la notice Heuilley-sur-Saône sur Wikipedia. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean-Baptiste Girard

GIRARD (1821-1900), Jean-Baptiste

 

Jean-Baptiste Girard vers 1880. Gallica (BnF).

Jean-Baptiste Girard a une importance toute particulière dans l’histoire des bibliothèques populaires. Originaire d’une famille modeste de la Haute-Marne, il a fondé la première véritable bibliothèque populaire à Paris, et œuvré inlassablement pour le développement de ce type de bibliothèques en France.

NOM : GIRARD

Prénoms : Jean-Baptiste

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 1

Rôle dans la BAI-III : Il en est le fondateur entre 1861 et l’un des principaux animateurs durant plusieurs années au moins jusqu’en 1884 avec plusieurs interruptions dont une de 1863 à 1867. Le plus souvent, il a le rôle officiel de vice-président de la BAI-III[1].

 

État-civil et famille : naissance de Jean-Baptiste (JBG) à Hortes (Haute-Marne) chez son grand-père François GIRARD (1756-1828), agriculteur, qui fait la déclaration le 28 mai 1821. JBG est le fils de Didier GIRARD (absent) et Catherine MORIS [Mauris][2]. Didier GIRARD (1793-1864) travaille entre Paris et Hortes pour le commerce du vin et Catherine (1790-1849) est cuisinière à Paris ; puis ils acquièrent un café à Hortes[3]. Ils ont quatre autres enfants : Auguste, né à Paris en 1818, est cocher puis loueur de voitures à Paris ; Marie-Louise, née à Paris en 1820, est domestique à Paris ; Anne-Joséphine, née à Paris en 1823, est femme de chambre puis reprend le café à Hortes ; Joseph, né à Paris en 1826, est marchand de bouillon à Paris[4].

JBG épouse le 9 mai 1846, à Saint-Eustache (Paris), Françoise Marguerite Zoé BERTHY (1824-1889), blanchisseuse, dont la mère est née BACHELIN[5]. Leur fille, Anna Augustine Alphonsine Girard (1847-1893), naît au domicile conjugal, 6 rue des Fontaines-du-Temple, le 27 février 1847[6].

Anna Girard se marie à Alphonse-Joseph BAILLIF (1831-1893), sculpteur dont le frère est marié avec une fille BACHELIN. Anna et son mari ont quatre enfants : Alphonse, Marguerite, Eugénie, Mathilde[7]. JBG meurt à Asnières-sur-Seine, « rentier » le 22 mai 1900. L’acte de décès est signé par son petit-gendre Joseph, Ernest CORBON, architecte[8].

Remarque : il existe des dizaines de Jean-Baptiste Girard à cette période et au moins deux autres Girard lithographes à Paris

Professions : diverses. Notamment : cocher, lithographe, peintre sur étoffes (lors de son procès), typographe (mention acte de décès), etc. Est également « agent de l’Association philotechnique » vers 1864-1884.

Adresses connues :

  • Enfance : ferme de la Malavisée à Hortes (Haute-Marne)
  • Lors du recensement militaire en 1842 : réside à Belleville et est cocher 37, rue Transnonain, Paris[9]
  • Lors de son mariage : 5 rue Beaurepaire [Greneta], 10e arrdt actuel, Paris
  • Lors de la naissance de sa fille : 6 rue des Fontaines-du-Temple, 3e arrdt actuel, Paris
  • Lors de la fondation de la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs-lithographes : 2 rue des Vertus, 3e arrdt actuel, Paris[10]
  • Lors de son arrestation en 1850 : 30 rue des Gravilliers, 3e arrdt actuel, Paris (sa femme réside ensuite au 14)[11]
  • Dans les années 1860 : 47 rue de Bretagne, Paris[12]
  • Lors de la faillite de la Société générale d’approvisionnement et de consommation : chez Théodore BROUT, 8 route d’Argenteuil, Asnières-sur-Seine[13] (il résidera ensuite à différents numéros rue d’Argenteuil)
  • À partir des années 1880 : chez son gendre, Alphonse Joseph BAILLIF puis son petit-gendre Ernest CORBON, 7 rue Sainte-Sophie, Asnières-sur-Seine[14]

Lien avec l’Association philotechnique et /ou polytechnique : il suit les cours de l’APH (hygiène et médecine usuelle, arithmétique, comptabilité, physique, chimie…) au moins de 1855 (voire depuis 1848[15]) à 1861 et reçoit de nombreux prix[16]. Dans le même temps, il suit les cours du Conservatoire des Arts-et-Métiers[17].

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : socialisme, mutualisme (voir ci-dessous). Bon nombre de ses amis et/ou compagnons de lutte seront communards, comme Charles-Honoré PLOMB [voir fiche Plomb] JBG a vécu rue des Gravilliers et connaît plusieurs membres de l’AIT comme Jean-Victor BELLAMY [voir fiche Bellamy] et Hippolyte LANDRIN [voir fiche Landrin], qui appartiennent au noyau initial de la BAI-III.                                                                                                                             

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : conseil d’administration de la société de secours mutuels des Arts et métiers (quartiers Arts et Métiers et Enfants rouges[18]) en 1861 ; coopératives de production ou de consommation et associations mutualistes diverses de 1849 à la fin du Second Empire (voir ci-dessous)

Adhésion à la Société Franklin : oui. Il en anime les débuts de manière officieuse sous le Second Empire.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : noyau initial des fondateurs et animateurs et conseils jusqu’aux années 1880. Sa fille, son gendre et le frère de celui-ci sont inscrits à la BAI-III[19]

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

  • avec le noyau initial de la bibliothèque de Hortes (Haute-Marne) dont il est un des fondateurs en 1861[20]
  • avec Joseph DELBROUCK [voir fiche Delbrouck], fondateur de la bibliothèque populaire communale de Vernon (Eure) en 1862[21]
  • avec le noyau initial de la BAI-V dont il est un des fondateurs (comptable de l’ouverture (1864) à 1869, il assure des permanences et donne des ouvrages[22]) : Édouard LABOULAYE [voir fiche Laboulaye], Adolphe ADAM [voir fiche Adam], Louis GRANDEAU [voir fiche Grandeau], le général Ildephonse FAVÉ [voir fiche Favé], anciens de la BAI-III, Émile LIONNET (président honoraire de l’APH) [voir fiche Lionnet], Antoine COHADON, etc.
  • avec le noyau initial de la BAI-XIV : Paul DELAMARCHE [voir fiche Delamarche], fondateur de la BAI-XIV, originaire comme lui de Haute-Marne et membre actif de la BAI-III. JBG est membre du comité consultatif et des études de la BAI-XIV de 1873 à 1877. Il y côtoie Anthime CORBON (également originaire de la Haute-Marne) que l’on retrouvera à la BAIXV ), Charles PELLARIN, Henri TOLAIN, Louis COMBES (que l’on retrouvera à la BAI-XIII[23]), Charles LENEVEUX, Auguste OTT, buchézien et défenseur des associations ouvrières
  • avec le noyau initial de la BAI-XVIII dont il est un des fondateurs
  • avec Charles FAUVETY et le noyau initial de la bibliothèque populaire d’Asnières 
  • avec les fondateurs de la Société Franklin 
  • avec les fondateurs du Syndicat des bibliothèques populaires libres.

Éléments biographiques complémentaires :

JBG naît dans une famille d’agriculteurs haute-marnaise que la pauvreté pousse à rechercher des sources de revenus à Paris. Il doit travailler très jeune pour aider ses parents, et devient cocher comme son frère aîné à Paris. Puis il travaille comme lithographe. C’est sans doute dans ce milieu qu’il rencontre Théodore BROUT (1800-1873), l’oncle de sa future femme, un imprimeur (il a fait partie de la Société d’imprimeurs coopérative LACRAMPE et Cie en 1848) qui les aidera tout au long de leur vie[24]. Il fait aussi son apprentissage politique, et participe vraisemblablement à certains clubs de 1848[25]. Son jeune frère Joseph, militant de la Société des Droits de l’homme et de la Montagne, compromis dans l’Affaire du Passage Molière et les journées de juin, est déporté en Algérie[26].

Jean-Baptiste Girard se lance également dans les combats socialistes (il semble s’être intéressé entre autres aux écrits de Victor CONSIDERANT, BUCHEZ, etc.) et milite dans les mouvements mutualistes et associationnistes. En 1849, il fonde avec d’autres ouvriers, dont Jean-Louis RIMET [voir fiche Rimet], la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs‑lithographes. Délégué de la Fraternelle à l’Union des Associations fraternelles ou ouvrières fondée le 5 octo­bre 1849, il devient un des membres élus des commissions de fonctionnement de cette dernière et membre actif et trésorier d’un Comité électoral lithographique (dont COMBES est secrétaire comptable[27]) pour soutenir la candidature d’Eugène SUE[28]. Arrêté lors de l’Affaire de la rue Michel-le-Comte, il est jugé pour son rôle d’organisateur de réunions interdites et de secrétaire de l’Union des Associations, en compagnie de Pauline ROLAND, Jeanne DEROIN,  DELBROUCK, etc[29]. Il est emprisonné à Mazas puis Sainte-Pélagie. La Fraternelle est alors dissoute. Durant sa captivité qui aurait duré entre un an et 22 mois selon les sources, sa femme peine à élever leur fille Anna.

Sans doute marqué par cet emprisonnement, il passe à des actions toujours militantes mais moins risquées. Il suit notamment divers cours à l’APH de 1855 à 1861, et fédère bientôt élèves et professeurs autour d’un projet de bibliothèque populaire associative. Il parvient ainsi à fonder la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième arrondissement (BAI-III) en 1861 et à initier un mouvement qui gagne Paris, la région parisienne puis la province. Cette bibliothèque est très novatrice : il s’agit d’une association qui implique les lectrices et lecteurs dans le fonctionnement de la bibliothèque et le choix des livres qui sont prêtés[30]. Il fonde également une bibliothèque dans son village natal en juillet 1861 (Hortes[31]). Il déploie une activité considérable, mais en restant dans l’ombre, pour aider à la création de la Société Franklin[32] en août 1861, société qui à partir de 1862 aide à fonder et gérer des bibliothèques populaires. Le comité d’administration de la Société Franklin comprend, à côté de personnages prestigieux, différents membres de la BAI-III : FAVÉ, LABOULAYE, Émile MARGUERIN [voir fiche Marguerin], Maurice MEYER [voir fiche Meyer], Alexandre VINCENT [voir fiche Vincent]. JBG en devient officiellement conseiller en 1866.

Lorsque la BAI-III connaît des soucis politico-administratifs en 1863, il part créer avec LABOULAYE la BAI-V et devient agent général de l’APH en 1864[33]. Sa fille Anna épouse Joseph BAILLIF, lecteur de la BAI-III et dont le frère est marié avec une fille BACHELIN : ils ont un premier enfant en 1865.

Il continue à s’intéresser à la pensée mutualiste et participe à diverses expériences : il est nommé en 1866 dans le triumvirat directeur de La Sincérité, avec Antoine FAVELIER[34]. La Sincérité est le premier magasin coopératif créé à l’instigation de l’Association générale d’approvisionnement de Passy, POINDRON et Cie (fondée en 1864 par Arthur de BONNARD[35], COHADON, etc., et ouverte aux femmes[36]), il se trouve au 18 rue de la Forge Royale, quartier Saint-Antoine, sous la raison sociale H. Vannaisse et Cie[37]. En 1867, JBG représente la Sincérité (qui a désormais pour raison sociale FOURNERET, GIRARD,  LESAGE[38]) dans un Syndicat qui fédère les associations coopératives de consommation parisiennes[39]. Une médaille à l’Exposition universelle de 1867 consacre le rôle de Girard en tant que fondateur des bibliothèques populaires[40]. JBG participe aux réunions pour la fondation d’une Société coopérative d’enseignement indépendant en 1868 et milite aux côtés de Paule MINK, Ernest FRIBOURG et DELAMARCHE pour que les femmes aient accès à toutes les activités envisagées[41].

La Sincérité fait faillite en 1868[42]. JBG s’installe vers cette date chez BROUT à Asnières avec sa femme et sa belle-mère, comme les BAILLIF. Il fonde la bibliothèque populaire d’Asnières, notamment avec l’aide de FAUVETY (qui fonde également l’APH d’Asnières en 1876[43]) et Cyprien SPIES, un fouriériste, en 1871[44]. On ne lui connaît pas d’activité particulière pendant la Commune, bien que nombre de ses proches soient communards. Il est président de la bibliothèque de 1871 à 1873, et laisse sa place à FAUVETY, peut-être trop pris par sa vie personnelle (BROUT meurt en 1873 à Caen, et Girard est témoin de l’acte de décès[45]). Il impulse en 1876 avec notamment DELAMARCHE et Henri HARANT [voir fiche Harant] la naissance du Syndicat des bibliothèques populaires libres qui vise notamment à conserver une indépendance dans leurs choix d’acquisition aux bibliothèques populaires[46]. La même année, poussé par HARANT, FAUVETY et LABOULAYE, il propose sa « candidature ouvrière » aux élections sénatoriales[47]. C’est un échec. Il figure également sur la liste républicaine pour les élections municipales d’Asnières, aux côtés notamment de FAUVETY, LESAGE et SPIES en 1871[48], puis en1878[49]. En 1880, il reçoit de Jules FERRY les palmes académiques pour la fondation des bibliothèques populaires[50]. JBG continue à militer pour la classe ouvrière et s’attelle par exemple à la question des retraites ouvrières des femmes en 1883[51]. En 1884, il est désigné président de la BAI-III[52], probablement à la mort de HARANT.

Les Baillif ont reçu des commandes rémunératrices, et la famille, plus à l’aise, s’installe rue Sainte-Sophie. Après avoir perdu sa femme en 1889, il voit mourir sa fille et son gendre en 1893[53]. Les deux aînées de ses petites-filles se sont mariées le 20 septembre 1892 avec deux frères architectes, les Corbon[54]. Jean-Baptiste vit alors avec la plus jeune de ses petites-filles et son petit-fils qu’il marie tous deux en 1894[55]. Il termine son existence avec Marguerite et son petit-gendre dans une villa rue Sainte-Sophie à Asnières[56], et s’occupe de jardinage.

Écrits de la personne :

[JBG semble ne pas avoir écrit d’ouvrage ou d’article. En revanche, il a participé à la rédaction des statuts de plusieurs coopératives, associations et bibliothèques, et écrit nombre de courriers (dont quelques-uns publiés par la presse) qui ne sont pas forcément identifiés, son patronyme étant répandu.]

Sources :

FRAZER : Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985.

SANDRAS (Des bibliothèques …) : Agnès Sandras [Dir.], Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, Villeurbanne, 2014

Les différents billets de ce carnet (voir Girard)

Auteur(e)s de la fiche : Agnès Sandras et Louise Oudin, aidées de Geneviève Deblock

Abréviations utilisées dans cette  fiche :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements)

Arrdt : arrondissement

APH : Association philotechnique

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement)

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Fiche publiée le 7 février 2021 ; modifiée le …

Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean-Baptiste Girard," in Bibliothèques populaires, 07/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4701.

Notes :

[1] Dépouillement des différents CR imprimés de la BAI-III et Almanach Didot de 1884, page 817.

[2] Registre d’état-civil, Hortes, conservé par les AD52 : 1E0242.

[3] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1522

[4] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/4497

[5] AD75, arch. 296, n° 151 et série V2E, même mariage (selon FRAZER). Voir ici et ici sur la base Filae.

[6] AD75, état-civil reconstitué : voir ici et ici sur la base Filae.

[7] AD. 92. Asnières-sur-Seine, 1881. D_NUM_ASN_1881

[8] AD. 92. Voir ici sur la base Filae.

[9] Voir les registres matricules des AD52 : http://archives.haute-marne.fr/viewer/viewer/FRAD052_R1186_01/FRAD052_R1186_01_152.jpg

[10] Voir FRAZER.

[11] Voir FRAZER.

[12] Voir FRAZER.

[13] Selon Le Droit du 19 février 1869.

[14] Selon les actes d’état-civil déjà cités.

[15] Voir Nécrologie de Jean-Baptiste GIRARD par Émile Rotival dans Le Bulletin de l’association philotechnique, mai 1900. Pages 144 à 146.

[16] Voir le dépouillement des palmarès de l’APH par L. Oudin.

[17] Séance du 7 juin 1866 de la Société Franklin, discours de M. Leviez. Page 11.

[18] CR BAI-III, 1862.

[19] « Registre des lecteurs » de la BAI-III.

[20] Voir ci-dessous.

[21] Voir ci-dessous.

[22] CR imprimés.

[23] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4332

[24] Voir Le Droit du 15 septembre 1841.

[25] Voir Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes : histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848, Paris, 1851.Page 183.

[26] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4497

[28] FRAZER.

[29] FRAZER et sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4497

[30] FRAZER ; SANDRAS dir. (Des bibliothèques populaires …)

[31] SANDRAS dir. (Des bibliothèques populaires …)

[32] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/1019

[33] A. Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898.

[34] Gazette nationale ou le Moniteur universel, 28 décembre 1866.

[35] Arthur de Bonnard est un proche de Fauvety et réside aussi à la fin de sa vie à Asnières.

[36] Voir Jacques Rougerie, Eugène Varlin, Aux origines du mouvement ouvrier, Paris, 2019. Page 22.

[37] Voir note 34.

[38] Le Siècle, 13 février 1867. François-Joseph Lesage est chef de bureau au chemin de fer de l’Ouest et réside à Asnières. Nicolas-Marie Isidore Fourneret est comptable et réside rue Chapon à Paris selon La Gazette du 28 décembre 1866.

[39] Le Siècle, 13 février 1867.

[40] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/526

[41] Voir L’Avenir national du 1er août 1868.

[42] Le Droit, 16 août 1868.

[43] Le Progrès de la Côte-d’Or, 13 décembre 1876.

[44] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/821

[45] AD14 : Registre des décès de Caen, 1873 : 4 E 1606.

[46] Le Temps, 17 août 1876.

[47] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1091

[48] Le Siècle, 23 juillet 1871.

[49] Le XIXe siècle, 5 janvier 1878.

[50] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/2161

[51] Ibid.

[52] Voir plus haut.

[53] AD92 : registres des décès d’Asnières-sur-Seine. Girard signe les actes de décès des trois.

[54] AD92 : registre des mariages d’Asnières-sur-Seine, 20 septembre 1892. Girard signe l’acte. Pas de parenté avec Anthime Corbon.

[55] AD92 : registre des mariages d’Asnières-sur-Seine, 28 août 1894 et 25 octobre 1894. Girard signe les actes.

[56] FRAZER.

[57] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1522

[58] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/3223

Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (I/ Un ingénieur des chemins de fer passionné par l’instruction du peuple)

La tradition associative de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction a dès le XIXe siècle identifié son héros fondateur, Jean-Baptiste Girard1. Cette tradition, confortée par le colloque de 19842, a mis à l’honneur la figure de l’ouvrier méritant, arrivé peu instruit à Paris, et que des rencontres politiques auraient déterminé à s’émanciper grâce à la lecture. Par opposition, Auguste Perdonnet, issu des élites de la grande bourgeoisie, proche du cercle impérial, a peu séduit la tradition associative et les chercheurs… Pourtant, il semble à peu près assuré que sans Perdonnet la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement parisien (BAI-III) serait durablement restée fermée  après seulement quelques mois d’existence (voir prochain billet). Je vais donc tenter de tenir une promesse – répétée depuis des années lors de mes présentations sur les bibliothèques populaires – en livrant ici les différents éléments que j’ai pu trouver sur Auguste Perdonnet. Continuer la lecture de Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (I/ Un ingénieur des chemins de fer passionné par l’instruction du peuple)

  1. Isabelle Antonutti et Sarah Clément, « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3807 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.3807 []
  2. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement. Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. Colloque, Paris, 10 novembre 1984. []

Les palmes académiques pour le fondateur des bibliothèques populaires

Une lettre sur la question des retraites ouvrières des femmes, adressée par Jean-Baptiste Girard à Jules Ferry en 1883, évoque le moment où le « fondateur des bibliothèques populaires » a reçu du ministre les palmes académiques :

À Monsieur Jules Ferry, Président du Conseil des Ministres

Le 11 juillet 1880, au Palais du Trocadéro, où avait lieu la distribution des prix de l’Association philotechnique, j’ai eu l’honneur de recevoir de vous, et l’accolade et les palmes d’officier d’Académie, pour les services que j’avais rendus en fondant et organisant les bibliothèques populaires à une époque (1861) où personne ne les croyait possibles.

Maintenant, les bibliothèques n’ont plus besoin de mon concours actif1.

Il est intéressant de voir comment la presse a pu présenter cet hommage au fondateur des bibliothèques populaires, à travers trois exemples différents : Le Rappel, La Petite République et Le Temps.

Les trois journaux rapportent en effet un événement plus large qui est celui de la Séance annuelle de l’Association philotechnique. À l’occasion de cette séance, accompagnée de festivités et remises de prix aux étudiants, Jules Ferry prononce un discours et remet les palmes d’officier d’académie à cinq personnes. La présence de Jean-Baptiste Girard est liée à son rôle très actif dans l’Association. Il a en effet d’abord été l’élève de cette association. Soucieux d’acquérir les livres indispensables à l’approfondissement des cours pour lui et ses camarades, il a exposé aux professeurs de l’Association philotechnique son projet de fonder une bibliothèque populaire qui deviendra la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III). Certains des professeurs n’ont eu alors cesse d’aider le projet, devenant des membres très actifs des premières BAI, et désignant Jean-Baptiste Girard agent de l’Association philotechnique, ce qui lui a permis de travailler au rayonnement de la Société Franklin2.

Le Rappel évoque les discours du secrétaire général de la Philotechnique et du ministre. Les palmes d’académie sont mentionnées très rapidement et sans explicitation :

MM. Vinot, Hermann, J.-B. Girard, Abel, Jouassin et Unal ont été nommés officiers d’Académie3.

La Petite République passe aussi par l’inévitable rappel des discours, mais choisit d’insister en conclusion sur la récompense reçue par Girard. On remarquera que les bibliothèques populaires ne sont pas mentionnées, et que le journaliste relie la récompense à l’Association philotechnique :

Enfin, dans cette séance publique, il a été rendu justice à un brave homme aimé de tous ceux qui font partie de l’Association philotechnique, à M. Girard, l’employé modeste et zélé qui seconde si activement le secrétaire général. M. Deschanel a rappelé en quelques mots émus la vie si digne de M. Girard, et M. Ferry l’a embrassé en attachant sur sa poitrine les palmes d’officier d’Académie4.

Quant au journal Le Temps, il offre une version extrêmement édifiante et paternaliste, qui rejoint cependant la version de Girard sur le fait que la récompense lui est octroyée pour son rôle dans la fondation des bibliothèques populaires :

M. Deschanel ayant raconté la touchante histoire d’un vieux serviteur de l’Association, nommé Girard, ancien cocher de fiacre, qui, sachant à peine lire à dix-neuf ans, eut le premier l’idée des bibliothèques populaires et de la Société Franklin, M. Jules Ferry remet, séance tenante, les palmes d’officier d’académie au brave homme, qui les a reçues en pleurant de joie5.

  1. Sur cette lettre voir le billet  « Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ? » in Bibliothèques populaires, 10/09/2017. []
  2. Voir les différents billets de ce blog. []
  3. Le Rappel, 14 juillet 1880. []
  4. La Petite République, 13 juillet 1880. []
  5. Le Temps, 13 juillet 1880. []

Sur les lectures ouvrières au XIXe : Proudhon et les bibliothèques populaires

Les Apôtres de l’Humanité. Proudhon : estampe de Gustave Lesestre et paroles d’Eugène Baillet (BnF/ Gallica)

La diffusion et la réception d’une pensée sont toujours difficiles à saisir. Celle de Proudhon ne peut évidemment pas échapper à cette difficulté, tant son auteur a varié les modes d’expression à destination de publics divers  selon le contexte et le mode de publication. Si les lectorats au XIXsont étudiés depuis plusieurs décennies, il est plus problématique de cerner les lectorats socialistes. D’abord à cause de la censure à laquelle leurs auteurs ont été soumis, rendant leur lecture illégale ; mais aussi pour des raisons idéologiques, notamment la volonté d’exagérer ou minorer leur portée, qui plus est auprès de la classe ouvrière.

La réception des œuvres proudhoniennes au mitan du XIXe

La toile de Gustave Courbet de 1865 représentant Proudhon et ses filles, véritable manifeste artistique de la pensée proudhonienne1, met en valeur l’importance de l’écrit dans ce siècle. Proudhon y est représenté assis à côté d’une liasse de différents papiers : livres, brochures, lettres, révélant ainsi la diversité des supports de communication et d’écriture proudhoniennes, une variété d’écritures à mettre en lien avec la diversité des lectures et des lecteurs de Proudhon, qu’il s’agisse de correspondances, d’articles, de mémoires, de textes polémiques, de traités de morale ou autres.

Moraliste, philosophe, économiste… Proudhon a aussi été journaliste et Représentant du Peuple sous la Seconde République, période durant laquelle il a écrit de nombreux discours destinés à un large public. L’adhésion à ses principes ou opinions permet d’identifier quelques fidèles. Mais être « proudhonien », avec toute la difficulté de définir ce terme, n’implique pas pour autant être lecteur de Proudhon, et encore moins ouvrier. Si l’on prend l’exemple de Greppo, ce canut devenu Représentant du Peuple et fidèle à Proudhon à l’Assemblée, il est possible qu’il ait peu lu Proudhon. L’anecdote du vote du 31 juillet 1848 en témoigne. Proudhon avait pris à la tribune la défense des insurgés de Juin en estimant que le droit était des deux côtés des barricades. En accusant l’Assemblée de représenter la bourgeoisie capitaliste et en justifiant ce que Karl Marx appelait la lutte des classes, il avait suscité une telle indignation que des députés demandèrent un vote de désapprobation à l’égard du discours de Proudhon. Seul Greppo vota en faveur de Proudhon. Quand on lui demanda de se justifier, il expliqua qu’il n’avait pas entendu le discours de Proudhon, mais avait voté par fidélité à son égard !

En revanche, plusieurs œuvres majeures de Proudhon furent destinées au départ à un lectorat très ciblé. Son célèbre mémoire sur la Propriété était d’abord destiné aux membres de l’Académie auprès de laquelle il avait sollicité une bourse d’étude, quant aux tomes de la Justice, ils se présentaient au départ comme une lettre ouverte à « Son Éminence Mgr Mathieu, cardinal-archevêque de Besançon ». S’il y a bien dans ces ouvrages une plaidoirie en faveur du peuple, on est loin d’un lectorat ouvrier.

Avant de chercher le lectorat ouvrier proudhonien, commençons par présenter quelques caractéristiques du lectorat ouvrier en France au XIXe grâce aux études et enquêtes sur l’alphabétisation. L’enquête de Louis Maggiolo en 1877-1879 fait apparaître qu’entre 1786 et 1790 47% des hommes et 27% des femmes savaient signer au moment du mariage. Entre 1871 et 1875, leur part respective est passée à 78% pour les hommes et 66% pour les femmes2. En 1866, un an après la mort de Proudhon, les signatures concernaient 72% d’hommes et 55% de femmes. Si ces chiffres reflètent la part croissante de l’écrit dans la société du XIXe et renseignent sur les progrès de l’apprentissage de l’écriture, ils ne permettent pas de dire grand chose sur les lectorats au XIXe.

En 1866, un recensement de la population a pris en compte les capacités des Françaises et Français à lire et écrire. Il en ressortait alors que 55% des hommes et femmes de plus de 5 ans savaient lire et écrire et 67% savaient au moins lire. Son étude reflétait que l’alphabétisation en France était plus poussée dans le Nord et l’Est, concernait davantage les villes que les campagnes, et bénéficiait davantage aux hommes qu’aux femmes. Si ces résultats ne sont guère surprenants, ils nous permettent de constater néanmoins que Proudhon pouvait jouir d’un large lectorat potentiel, qui comme lui venait davantage des milieux urbains et masculins.

Venons-en à présent aux lecteurs proudhoniens connus : Il y a d’abord les intimes, les proches, comme Charles Beslay ou Gustave Chaudey, dont les correspondances avec Proudhon font apparaître des allusions bien précises aux œuvres de leur confident. Si ces deux derniers ont des positions politiques favorables aux ouvriers, le premier est un ingénieur et le second un avocat. On trouve ensuite de nombreux « intellectuels » célèbres comme Marx, Grün ou Bakounine. L’influence de Proudhon sur ces auteurs, qu’ils la revendiquent ou la réfutent, est incontestable. Elle témoigne de la portée internationale de la pensée de Proudhon et de sa lecture dans les milieux des exilés et dissidents politiques. Par ailleurs, parmi les « intellectuels » qui lisent Proudhon, on peut aussi compter ses détracteurs, à l’instar des libéraux ou conservateurs comme Frédéric Bastiat ou Adolphe Thiers, qui pour critiquer le pourfendeur du socialisme ont bien dû lire certains de ses ouvrages.

Pour trouver des lecteurs ouvriers de Proudhon, il faut d’abord pénétrer dans le monde de cette élite intellectuelle du monde du travail manuel qu’était le monde de l’imprimerie fréquenté par Proudhon dès son plus jeune âge. Aussi, les ouvriers d’imprimerie et de journaux qui ont publié les œuvres de Proudhon ont bien été obligés de les parcourir. Il s’agit essentiellement de protes, de typographes ou de correcteurs. La popularité de Proudhon auprès de quelques typographes avant qu’il ne devienne connu dans toute la France est révélée par la Révolution de 1848. Le 26 février, quatre citoyens armés de leurs fusils rendirent visite à Proudhon en son domicile parisien pour le presser de publier ses propositions de réformes sociales. Il s’agissait des ouvriers typographes Joseph Mairet, Georges Duchêne, Louis Debock et Louis Vasbenter3.

Proudhon s’est en effet adressé du début à la fin de sa carrière d’écrivain aux ouvriers. Son premier écrit public est sa lettre de candidature à la pension Suard en 1838 dans laquelle il écrit : « né et élevé au sein de la classe ouvrière, lui appartenant encore par le cœur et les affections, et surtout par la communauté des souffrances […] la plus grande joie du candidat serait […] de pouvoir travailler sans relâche à l’amélioration intellectuelle et morale de ceux qu’il se plaît à nommer ses frères et compagnons. » Et Proudhon n’a jamais trahi sa fidélité à la classe ouvrière, comme en témoigne l’un de ses derniers ouvrages, De la capacité politique des classes ouvrières, écrit en 1865, et en préambule duquel est écrit : « L’auteur à quelques ouvriers de Paris et de Rouen qui l’avaient consulté sur les élections. »

Ainsi, Proudhon ne doute jamais publiquement de la capacité des ouvriers à s’émanciper par l’instruction et ne tient pas à distinguer les activités intellectuelles des activités manuelles. Par ailleurs, la figure du peuple se révèle plus importante chez Proudhon que celle de l’ouvrier, même s’il y a parfois sous sa plume, comme sous celles de nombreux pères de la question sociale, assimilation entre le peuple, les ouvriers et l’ensemble des travailleurs, comme en témoignait en 1848 le Représentant du Peuple. En manchette du journal, on pouvait lire : « Le Représentant du Peuple, Journal des Travailleurs. » Il avait pour devise : « Qu’est-ce que le producteur ? Rien. Que doit-il être ? Tout. Qu’est-ce que le capitaliste ? Tout. Que doit-il être ? Rien. »

C’est notamment à travers la presse que Proudhon a à la fois atteint son plus large lectorat et sans doute le plus de lecteurs ouvriers. Même si l’on ne peut affirmer clairement quelle était la nature du lectorat des journaux proudhoniens, l’important tirage des journaux impliquait une assise populaire, surtout à une époque où la lecture du journal était plus collective et partagée qu’aujourd’hui. Ainsi, le Représentant du Peuple a atteint les 20 000 tirages quotidiens en 1848, et en 1849, le Peuple atteint les 45000, « quarante-cinq mille allumettes » affirmait fièrement son principal rédacteur, au grand dam de Victor Hugo qui le méprisait profondément4.

Les liens entre une presse socialiste et un lectorat ouvrier susceptible de lire Proudhon sont mis en exergue avant même la Révolution de 1848 par une autre figure ouvrière de la presse socialiste : Martin Nadaud. Ce dernier encouragea Proudhon à souscrire au Populaire, un projet de journal initié par Cabet. Malgré le refus de Proudhon, Nadaud écrivit plus tard : « La réputation de Proudhon était naissante ; il avait donné à un de ses livres ce titre étonnant de hardiesse : la propriété c’est le vol. Il n’en fallut pas d’avantage pour ameuter contre lui la plupart des journaux et pour en amener d’autres à le glorifier ; car on connaît en France la puissance des mots sur l’opinion publique. Ce grand démolisseur devint très populaire ; il contribua beaucoup au développement des questions socialistes à une époque où elles étaient peu connues5. »

Si ce témoignage prouve bien la diffusion de la pensée de Proudhon au sein de milieux ouvriers, il ne nous informe pas pour autant sur la réalité de son lectorat, tant celui de la presse est encore plus difficile à saisir que celui du livre dont la diffusion est plus limitée. Si l’on prend le cas des lecteurs du Peuple, on constate qu’ils sont surtout décrits par ses détracteurs qui voient dans les partisans de Proudhon des incendiaires ou des démolisseurs et redoutent de savoir que des exemplaires du journal circulent dans les casernes. Les lecteurs de Proudhon apparaissent ainsi dans les caricatures de Cham, par opposition aux « ouvriers sages » loués par le parti de l’Ordre6.

   Ces exemples témoignent de la difficulté à saisir la réalité du lectorat ouvrier proudhonien. Toutefois, l’étude d’une bibliothèque ouvrière au sein de laquelle l’on trouve des ouvrages de Proudhon permet de se faire une idée plus précise de la lecture de Proudhon au XIXe siècle.

Les bibliothèques des amis de l’Instruction : une association de lecteurs ouvriers

La BAI (Bibliothèque des Amis de l’Instruction), créée en 1861 par des ouvriers et des artisans épaulés par quelques bourgeois, a pour principal fondateur Jean Baptiste Girard, un ouvrier typographe, fils de vigneron. Sa vie présente d’ailleurs de nombreuses analogies avec celle du polémiste. En effet, comme Proudhon, Girard est issu d’une famille d’artisans ruraux et a dû travailler jeune dans les champs, avant d’arriver à Paris en 1840 et de suivre les cours de l’Association philotechnique animés par d’anciens saint-simoniens soucieux d’instruire les travailleurs. En 1849, Girard joue un rôle important dans l’Union des Associations de travailleurs, dont beaucoup ont adhéré à la Banque du Peuple. Condamné à la prison en 1850 pour ses acticités associationnistes et socialistes, il fonde en 1861 la première BAI dans le quartier du Marais, avant d’en initier dans d’autres quartiers de Paris et d’autres villes de banlieue ou de Province7.

Issu du même milieu et appartenant à la même génération que Proudhon, J.-B. Girard partage des valeurs et sensibilités communes avec celui-ci. Autodidacte, il donne une importance équivalente à l’enseignement professionnel et à l’instruction morale et intellectuelle des travailleurs. Influencé par les théories saint-simoniennes et fouriéristes, il accorde un rôle prédominant aux associations et au mutualisme pour l’émancipation des travailleurs. Les bibliothèques des amis de l’Instruction poursuivent ainsi cet objectif par l’instruction des travailleurs et le choix d’une structure associative.

Dès l’année de la fondation de la première BAI, Proudhon fut sollicité par Charles Beslay à ce sujet, comme l’a mis en évidence Rosemarie Ferenczi lors d’un colloque sur la BAI en 19848. Il lui répondit le 25 octobre 1861 d’Ixelles en Belgique où il s’était exilé. On apprend dans cette lettre que Charles Beslay se pressait d’acheter les ouvrages de son ami, alors que ce dernier se proposait de les lui envoyer. Toutefois, Beslay sollicita Proudhon pour qu’il offre quelques ouvrages à la BAI. Proudhon accepta, mais désirait « auparavant avoir quelques détails sur cette compagnie. » Craignant le bonapartisme qui « se fourre partout », il redoutait de « sentir ses coudes »9. Sur ce plan, Proudhon avait eu une bonne intuition, car en effet les autorités impériales surveillaient de près la jeune institution d’instruction populaire. Le maire les dénonça en 1862 aux autorités comme « factieux, anarchistes » du fait qu’ils aient refusé de l’avoir pour président honoraire. La bibliothèque dut alors quitter les locaux municipaux et se réfugier à l’école centrale dirigée par M. Perdonnet. Le fait que par ailleurs des ouvriers aient souhaité se procurer des œuvres de Proudhon pourrait avoir contribué à son discrédit auprès des autorités10.

Toutefois, Girard fonda une autre BAI dans le Ve arrondissement de Paris qui introduisit dès 1864 dans ses rayons le Manuel du spéculateur. Par la suite Proudhon fit don de plusieurs de ses ouvrages à la bibliothèque du Ve, qui inscrivit dans son catalogue en 1866 le mémoire sur la propriété. Le tournant libéral de l’Empire et le décès de Proudhon rendaient les œuvres de ce dernier moins dangereuses. En 1868 fut créée une section « économie politique » à la BAI du IIIe qui fit entrer alors 5 œuvres de Proudhon. En 1875, le catalogue en comptait 7. À la même époque Charles Fauvéty, qui avait été très proche de Proudhon sous la Seconde République, présidait depuis plusieurs années la BAI d’Asnières où Girard finit sa vie. Or Fauvéty avait promis dès 1862 des ouvrages pour la BAI du XVIIIe. Il est fort probable que ce dernier plaida pour l’introduction d’œuvres de Proudhon dans les BAI.

Le cas des BAI offre ainsi un bel exemple d’ouvriers militants pour la lecture de Proudhon, bravant ainsi la censure et les autorités, parfois au péril de leur liberté. On peut de plus se faire une idée de leurs professions à travers la composition sociale de la BAI en 1861, connue grâce aux registres des premiers adhérents11. On dénombrait alors 32% d’artisans et d’ouvriers, 8% de typographes, 21% d’employés et commis et 39% d’autres catégories professionnelles. En tout, près de 200 métiers étaient exercés par les 500 premiers adhérents. On trouvait parmi eux des fabricants de bouton, des ouvriers en bronze, des fabricants de chaussure, des ajusteurs, des doreurs, monteurs, mosaïstes, tisseurs, tourneurs, couteliers, tapissiers, graveurs, mais aussi des garçons de café, des dessinateurs, des architectes, des enseignants, un docteur, et même un rentier. Une sociologie à mettre en lien avec le quartier faubourien et qui rappelle évidemment la population ayant adhéré une douzaine d’années plus tôt à la Banque du Peuple, le projet de banque associative initiée par Proudhon en 1848-1849 et qui obtient plus de 10 000 adhérents sensibles aux idées de mutualisme ouvrier. Charles Fauvéty, César Daly et Jules Viard, bien qu’ils ne soient pas des ouvriers, faisaient d’ailleurs partie des anciens proches de Proudhon qui participèrent aux BAI.

Les BAI ne sont par ailleurs pas les seules bibliothèques populaires où des lecteurs voulant lire Proudhon ont dû pour cela faire face à des exemples de censure à l’égard de ses ouvrages, comme pour la plupart de ceux d’auteurs révolutionnaires ou socialistes. En 1866, Jean Macé inscrivit la création de bibliothèques populaires dans le programme de la Ligue de l’enseignement, encourageant ainsi un mouvement qui inquiétait certains notables12. Le cas des bibliothèques populaires de Saint-Étienne est connu en raison du discours de M. Sainte-Beuve à propos des bibliothèques populaires, prononcé au cours d’une séance du Sénat le 25 juin 1867.

Lors du débat sur la loi d’instruction primaire, le baron de Chapuis-Montlaville s’était déjà emporté au sujet de Renan le 30 mars 1867 en ces termes, suscitant de vives approbations dans l’assemblée :

Il n’est pas possible de ne pas éprouver une affliction profonde lorsqu’on voit, dans une certaine littérature moderne dont on vient louer les auteurs, fouler aux pieds les lois de l’ordre éternel, attaquer la religion, base de l’ordre social. Il n’est pas permis de venir ici faire l’éloge de ces hommes qui portent l’incendie dans la société, en répandant dans les masses des doctrines d’athéisme et d’irréligion. C’est là un danger social contre lequel doivent se réunir toutes les forces des hommes de bien.

Comment ne pas songer alors aux calomnies connues par Proudhon quelques temps plus tôt ? Dans ce contexte, le 21 juin, le sénateur Suin présenta une pétition de deux cent notables de Saint-Étienne, qui se plaignaient du choix que l’on avait fait de certains ouvrages pour former deux bibliothèques populaires sous le patronage de l’autorité municipale. Les ouvriers se voyaient reprocher les choix de Voltaire, Rousseau, Sand, Sue, Michelet, Renan et même Lamennais. On les accusait aussi de faire progresser des doctrines sociales dangereuses à travers les œuvres d’Enfantin, Louis Blanc, Fourier et bien sûr Proudhon.

Le 25 juin 1867, H. Rochefort et surtout Sainte-Beuve  plaidèrent en faveur de la liberté de conscience et d’opinion dans les bibliothèques populaires. Ils défendirent les auteurs jugés séditieux, et surtout Proudhon en des termes fort évocateurs sur sa popularité posthume :

Sur votre liste, que trouvé-je encore? Proudhon. Celui-là, il est voué, je le sais, aux dieux infernaux. C’est ailleurs, dans un autre lieu qu’ici, devant des auditeurs ou des lecteurs plus désintéressés et plus attentifs, que j’ai essayé et que j’essayerai encore d’expliquer comme il convient quelques-unes de ses violences et de ses extrémités de parole : penseur ardent et opiniâtre, dialecticien puissant, satirique vigoureux et souvent éloquent, qui ne marchandait pas les vérités, même aux siens, rude honnête homme mort à la peine. Quant à ses idées, les politiques et les économistes savent aujourd’hui qu’il y a beaucoup à en profiter et à y prendre. On peut être homme du peuple, homme de travail, et s’instruire en le lisant.

Une telle défense de Proudhon au sein du Sénat témoignait de son large lectorat et de la vocation pédagogique de ses œuvres pour le travailleur. Quant à la volonté des conservateurs d’imposer ses lectures au peuple, Sainte-Beuve s’en gaussait tout en louant les efforts pour l’instruction :

On veut de nos jours que tout le monde sache lire. M. le ministre de l’Instruction publique y pousse de toutes ses forces, et je l’en loue. Mais est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple, ses lectures, lui mesurer ses bouchées, lui dire : Tu liras ceci et tu ne liras pas cela? Mais une telle défense, de votre part, mettrait un attrait de plus et comme une prime à tous les livres que vous interdiriez.

Peut-on en déduire pour autant que les interdits sur les œuvres de Proudhon auraient encouragé sa lecture ? Là encore, l’historien ne pourra que spéculer sur quelques sources, mais l’expérience des BAI tendrait à confirmer cette hypothèse.

Cite this article as: Olivier Chaïbi, "Sur les lectures ouvrières au XIXe : Proudhon et les bibliothèques populaires," in Bibliothèques populaires, 03/01/2017, https://bai.hypotheses.org/1220.

  1. Michèle Haddad, « Le portrait de P.-J. Proudhon en 1853 par Gustave Courbet » Archives proudhoniennes, 2001. []
  2. W. Sachs et F. Furet, « La croissance de l’alphabétisation en France », Annales ESC, 1974, vol. 29, n°3, p. 714-737. []
  3. Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon  : sa vie et sa pensée : 1849-1865, Paris, Desclée de Brouwer, 1988, p.830. []
  4.  Victor Hugo, Choses Vues, Paris, Calmann Lévy,  1900 [1887]  : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k141436z/f244.image []
  5. Martin Nadaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, A. Duboueix,  1895: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k24301h/f299.image []
  6. Voir Thierry Menuelle, Le Charivari contre Proudhon, Paris, Publications de la Société P.-J. Proudhon, 2006 ; Olivier Chaïbi, La Banque du Peuple, Paris, Connaissances et savoirs, 2010. []
  7. Sur Jean-Baptiste Girard, voir Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des amis de l’Instruction (1861) » in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, actes du colloque du 10 novembre 1984, p. 61-86. []
  8. Rosemarie Ferenczi, « Influences de Proudhon » in op. cit., pp. 49-54. []
  9. Proudhon, Correspondance, tome XI, Slatkine, 1971, p. 246. []
  10. I. Frazer, op. cit., p. 72. []
  11. http://www.bai.asso.fr/. Onglet histoire []
  12. Cf. Arlette Boulogne. Jean Macé et les bibliothèques populaires, 1860-1881, Des livres pour éduquer les citoyens, Paris, L’harmattan, 2016. []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)

Il me faut enfin donner le palmarès dont vous aurez déjà deviné qu’il est sans surprises. Encore que… !

Rappelons, pour plus de clarté, que la liste générale des récompenses décernées lors de l’Exposition de 1867 distingue les exposants et les coopérateurs de chaque classe avec la gradation suivante1 :

* hors concours

* grands prix

* médailles d’or

* médailles d’argent

* médailles de bronze

* mentions honorables

On découvre parmi le palmarès de la classe 90 les bibliothèques populaires et/ou leurs fondateurs suivants.

En qualité d’exposants :

– sont médaille d’argent : la Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction, Paris (n° 47)

– médaille de bronze : la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin, Mulhouse (n° 54); la Société alsacienne pour les bibliothèques populaires, Colmar (n° 46); la Société des bibliothèques communales, Aisne (n° 41); la Société des bibliothèques aveyronnaises, Rodez (n° 43); la Bibliothèque populaire, Dieulefit (n° 55); la Société des livres utiles, Paris (n° 40)

– se voient décerner une mention honorable : bibliothèque du 5e arrondissement (n° 48); bibliothèque du 8e arrondissement (n° 49); bibliothèque du 11e arrondissement (n° 50); Viard, Hortes, bibliothèque communale (n° 59); Leclaire, Herblay, bibliothèque communale (n° 57)

En qualité de coopérateurs :

– médailles d’argent : Girard, pour sa participation à la création des premières bibliothèques populaires (n° 47); Jean Macé, pour le développement des bibliothèques communales du Haut-Rhin (n° 54)

C’est donc incontestablement la Bibliothèque des amis de l’Instruction qui se taille la part du lion avec une médaille d’argent (dont on ne sait si elle est générique ou concerne spécifiquement la bibliothèque fondatrice du 3e arrondissement), trois mentions honorables car les bibliothèques d’arrondissement sont aussi créées par les Amis de l’Instruction (quatre si l’on considère que la bibliothèque d’Hortes est la petite soeur rurale2 ) et une médaille d’argent pour son fondateur, Jean-Baptiste Girard.

Cette pluie de médailles pose question. Comment une bibliothèque, fondée par des artisans et ouvriers aux opinions politiques peu en phase avec le pouvoir impérial, a-t-elle pu obtenir des récompenses ? Rappelons en effet que son fondateur a été arrêté en 1850  pour réunion non autorisée et qu’il était alors connu pour  ses sympathies socialistes3. Rappelons aussi que le pouvoir municipal du IIIe arrondissement, ému des discussions que tenaient les membres de la bibliothèque dans la cour de la mairie, et de leur volonté d’acquérir librement des ouvrages tels que ceux de Proudhon, avait demandé la dissolution de l’association en 1863. Que doit-on en conclure ? Que depuis 1863, la bibliothèque du IIIe arrondissement, désormais dirigée par Auguste Perdonnet, directeur de l’Ecole centrale des Arts et manufactures, un proche du pouvoir impérial, ne suscite plus la méfiance des autorités, de même que Girard, qui avec le soutien de l’aide de camp de Napoléon III, le colonel Favé, a fondé la Société Franklin afin de propager l’oeuvre des bibliothèques populaires ? Qui est le manipulateur ? Girard, qui en acceptant de travailler avec le cercle proche de l’empereur, parvient à fonder et développer les bibliothèques populaires ? Perdonnet, qui en lui octroyant son soutien, exercerait ainsi une surveillance et infléchirait le projet dans un sens paternaliste ?

Les recherches menées jusqu’ici ont plutôt présenté Girard comme un héros recommençant inlassablement son ouvrage dans un autre endroit dès que son indépendance était menacée. Il me semble néanmoins intéressant d’explorer une troisième voie. Auguste Perdonnet et Jean-Baptiste Girard, bien que provenant de milieux sociaux et de cercles politiques différents, ont pu tous deux être mus par le désir de créer des bibliothèques populaires. Le plus influent, débordé par ses fonctions diverses (Perdonnet était un ingénieur des chemins de fer très actif, le président de l’association polytechnique, etc.), aurait ainsi aidé discrètement Girard à réaliser leur rêve commun. En effet, Perdonnet avait déjà tenté de créer une bibliothèque pour l’association polytechnique et, par ailleurs,  s’investissait énormément dans l’enseignement aux ouvriers. Perdonnet présidant l’association polytechnique, rivale de la philotechnique, on a pu en déduire qu’il existait entre eux un fort antagonisme car Girard après avoir été l’élève de la philotechnique en était devenu l’agent. Le fait que Girard s’est éloigné de la Bibliothèque des amis de l’instruction lorsque celle-ci a dû se donner Perdonnet pour président et qu’il n’ y est revenu qu’à la mort de celui-ci a conforté cette hypothèse. On constate d’ailleurs que lorsque Perdonnet accepte la présidence de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, les membres du conseil qui étaient professeurs à l’Association philotechnique disparaissent. Toutefois, au-delà de ces rivalités, l’étude d’événements pourtant très officiels et très surveillés comme l’Exposition de 1867 montre qu’il existe un solide  réseau de personnages influents autour des bibliothèques populaires.

Ph. Pompée, le vice-président du comité d’organisation de la classe 90, déplorait dans un pré-rapport le peu de candidatures4. Il est certain que du côté des naissantes bibliothèques populaires, les candidatures ne pouvaient pas être innombrables. Néanmoins, si les archives de l’Exposition de 1867 n’ont pas gardé trace de refus d’admission de ce type d’association, il existe au moins un exemple de candidature non retenue dans les archives du ministère de l’Instruction publique, celle des Bibliothèques populaires de la Sarthe. Datée de janvier 1867, peut-être était-elle tout simplement trop tardive.

Il est en tout cas évident qu’on se trouve en présence d’un réseau de quelques dizaines de personnes qui se favorisent mutuellement, sans doute dans l’espoir de se faire connaître du grand public et de bénéficier ainsi de protections politiques. N’oublions pas que l’année 1867 est particulièrement difficile pour les bibliothèques populaires, et que si Sainte-Beuve prend leur défense, il subsiste bien des ennemis5. On retrouve en effet parmi les récompensés, « Son Excellence M. le ministre de l’Instruction publique » (ie. Victor Duruy), médaillé d’or de la classe 89, qui a soutenu la Bibliothèque des Amis de l’Instruction lors de ses démêlés avec Arnaud-Jeanti, maire du 3e arrondissement. Le très actif vice-président, Ph. Pompée, reçoit une récompense « hors concours » en tant que directeur de l’Ecole professionnelle d’Ivry. Or Pierre-Philibert Pompée a tout d’abord fondé l’Ecole Turgot, dont il a été éloigné, pour ensuite retrouver les faveurs du pouvoir impérial grâce à l’appui de Duruy, et sans doute d’Auguste Perdonnet qui était un ami.

 A la tête de l’Ecole Turgot, se trouve désormais Emile Marguerin. Je ne peux résister à citer ces touchantes lignes de Marguerin sur le roman, datées de 1844 :

« N’est-il pas vrai, qu’un roman, quand il est bon, est pour l’esprit une récréation charmante ? Ne craignons pas de le dire : Heureux les lecteurs de romans ! Ils s’arrachent, pour un temps, aux misères de la réalité, aux lâches accommodements auxquels la raison amène le coeur, aux tristes concessions que la tyrannie des circonstances impose à l’âme qui se soumet en s’indignant, quand elle a la force de s’indigner. Les uns se soumettent sans combattre ; les autres se révoltent et luttent ; on dit que les premiers sont les plus sages ; pour moi, j’aime mieux les seconds. Mais, qu’on se résigne à une existence incomplète et mutilée ou qu’on la subisse, au moins il nous est donné à tous de voir, comme par une échappée, de plus douces perspectives : cette échappée, c’est le rêve, c’est l’idéal, c’est l’infini, c’est le roman ! Pauvre roman ! combien n’a-t-on pas déclamé, ne déclame-t-on pas contre lui ! Par quelles calomnies les Basiles bourgeois ne se sont-ils pas acharnés à le noircir ! Quelles persécutions les tyrans domestiques lui ont-ils épargnées ! « N’approchez pas de ces sources empoisonnées, on y puise la mort. » Ils crient si fort qu’ils effraient. Et contre toutes les sottises, les médiocrités, les pruderies ameutées, le roman n’a pour lui que quelques natures aimantes et timides ; ce ne sont pas celles qui font le plus de bruit6 . »

Cette conception du roman explique sans doute, en plus de ses origines modestes,  la vive sympathie de Marguerin pour la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement. Il n’hésite pas à l’accueillir dans une des salles de l’Ecole Turgot lors de sa fondation, et il y est ensuite très actif.

On a vu aussi, dans un précédent billet, que la personne qui présente officiellement la candidature de cette bibliothèque est Henri Harant, secrétaire général en 1867. Ce professeur de l’Association polytechnique reçoit une médaille d’argent pour ses publications et cours relatifs à l’enseignement des sciences.

Les Associations polytechnique et philotechnique sont à l’honneur : or pour la première, argent pour la seconde. Pour la polytechnique, un événement très signifiant se produit. Auguste Perdonnet avertit le Comité de l’Exposition qu’il préfère laisser le soin aux professeurs de l’Association polytechnique d’aller eux-mêmes retirer la médaille dont il considère qu’elle leur revient. Cela explique très certainement pourquoi le nom de Girard apparaît très tardivement à l’Exposition universelle. On a vu que la candidature est déposée par Harant, secrétaire de la bibliothèque alors présidée par Perdonnet. Le nom de Girard est ajouté entre deux lignes de la liste manuscrite des récompenses face au numéro donné à la bibliothèque (47) sans formulation. Le motif de la récompense apparaît tardivement dans la liste officielle : « Girard – Pour la participation à la création des bibliothèques populaires ». Remarquons que ni prénom ni profession ne permettent de l’identifier, car il était sans doute difficile d’honorer avec éclat un ancien prisonnier politique… Il est permis de supposer que Perdonnet n’a pas souhaité non plus recevoir la médaille de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction et que tous se sont accordés à trouver logique qu’elle soit décernée à Girard. Ce dernier est-il allé la chercher ? Les archives restent muettes sur ce sujet.

Remarquons aussi (entre autres !) la médaille remise à Edouard Charton, pour la fondation du Magasin pittoresque. Charton est à l’origine de la très dynamique bibliothèque populaire de Versailles (1864)… Résistons à la tentation de mentionner tous les personnages récompensés en 1867 que l’on retrouvera pendant plusieurs décennies autour de nouvelles bibliothèques populaires.

Même si ces médailles semblent savamment distribuées par un petit groupe, il n’en reste pas moins qu’en acceptant de les récompenser, Napoléon III délivre un message fort qu’il est difficile d’interpréter aujourd’hui. S’agit-il de cadrer ainsi les velléités d’indépendance de ces associations ? L’empereur s’incline-t-il devant un mouvement qui le dépasse mais dont il connaît l’inéluctabilité ? Ou est-il berné par un entourage qui en lui proposant de récompenser un « Girard » cache le passé du personnage et par là-même encourage bien d’autres frondes ?

 

 

 

 

 

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)," in Bibliothèques populaires, 10/09/2013, https://bai.hypotheses.org/717.

 

 

 

  1. Liste générale des récompenses décernées par le Jury international, Paris, Imprimerie impériale, 1867. http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433045092545;view=1up;seq=583 []
  2. j’y reviendrai lors du colloque qui se tiendra en juin 2014 : Hortes est en effet l’expérience menée par Jean-Baptiste Girard, natif de Hortes, en milieu rural []
  3. voir le billet sur Jean-Baptiste Girard: http://bai.hypotheses.org/?p=148 []
  4. voir billet précédent []
  5. voir le billet  “Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ?” (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)http://bai.hypotheses.org/189 []
  6. Voir la notice  Marguerin du Dictionnaire pédagogique de F. Buisson: http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3127 []

Numéro 414, Auguste Rodin, sculpteur

On peut voir sur la liste des premiers lecteurs conservée par la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement que le numéro 414 est  Auguste Rodin, sculpteur, demeurant 6 rue des Fossés Saint Jacques, âgé de 21 ans. La date de l’inscription est le 23 novembre 1861.

registre_414_petit

 

rod_aubry  

 

 

Charles Hippolyte Aubry,
Portrait de Rodin en blouse de travail,
vers 1862
http://www.musee-rodin.fr/sites/musee/files/resourceSpace/2710scr_07fbfc69a981698.jpg

Comment est-il devenu sociétaire de la toute jeune bibliothèque ?

* 1ère piste : le milieu professionnel

Cette période de sa vie (1858-1862)1 est relativement peu connue2, on sait cependant qu’il travaille chez différents décorateurs et ornemanistes. « … l’obligation de gagner sa vie le contraint à dix-huit ans à travailler chez des entrepreneurs en maçonnerie ou de décoration, tels Blanche, Garnier, Cruchet ; la tâche est abondante car l’architecture du temps affectionne les façades ornées de guirlandes, les masques décoratifs, les balcons soutenus par des cariatides et le Paris du baron Haussmann est un vaste chantier. … [Il pratique] le modelage, la taille, le moulage … En août 1860, il gagne 5 francs par jour … »3
Auguste Rodin a lui-même évoqué ces années : « La nécessité de vivre m’a fait apprendre toutes les parties de mon métier. J’ai fait la mise au point, dégrossi des marbres, des pierres, des ornements, des bijoux chez un orfèvre … J’ai donc beaucoup travaillé chez les autres. Ceux qui ont été pauvres comme moi, n’ayant ni secours d’état, ni pension, ont travaillé chez tout le monde. Cela m’a fait un apprentissage déguisé ; j’ai fait, successivement, tantôt des boucles d’oreilles chez un orfèvre, tantôt des figures décoratives aux torses de 3 mètres, et j’ai ainsi appris toutes les parties du métier. … On disait alors de Barye, avec mépris : « Il fait du bronze. » On entendait par là un petit travail du faubourg Saint-Antoine ou du Marais. … Je travaillais chez un ornemaniste. »4

Plusieurs sociétaires, parmi les premiers inscrits, appartiennent à ce milieu professionnel : au 30 janvier 1862, on dénombre huit sculpteurs (y compris Auguste Rodin), et, on trouve également un décorateur, des dessinateurs, des estampeurs, un modeleur, deux menuisiers modeleurs, un tailleur de pierre, des monteurs en bronze …

* 2e piste : les « réseaux de recrutement » de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement

Les fondateurs et les premiers sociétaires de la bibliothèque fréquentent assidûment les cours du soir gratuits qui existent alors à Paris, et tout particulièrement ceux donnés par l’Association philotechnique5.

« L’Association distribue chaque année, dans une séance solennelle, des mentions, des prix, des médailles et des certificats d’étude aux élèves qui se sont le plus distingués par leur exactitude, leur travail et leur progrès. »6
Des règles précises organisent l’attribution des récompenses :
« Art. IV. Pour qu’un élève d’un cours puisse obtenir une nomination à la distribution des prix d’une année scolaire, il devra :
1° Avoir quinze ans révolus au 1er janvier de cette année ; 2° faire inscrire par l’agent des cours sur un registre spécial, et avant le 1er janvier de la même année, ses nom, prénoms, âge, profession et domicile ; 3° prendre part à la composition de fin d’année ; 4° être inscrit sur une liste par ordre de mérite, dressé par le professeur du cours, des élèves qui, ayant suivi ses leçons avec assiduité, lui paraissent dignes de récompense.
 »

Les lauréats sont proclamés et célébrés au cours d’une « distribution solennelle des prix ». Le compte rendu de l’évènement est publié dans une brochure, qui reprend les textes des discours prononcés, donne la liste des élèves distingués, « l’ordre des cours » pour l’année scolaire suivante avec le nom du professeur et le détail du lieu et de l’horaire. La brochure publiée pour l’année scolaire 1861-1862 indique qu’il existe « … à Paris seulement, cinquante-quatre cours par semaine et plus de deux mille auditeurs. »

Le dépouillement de ces publications pour la période 1853-1865 nous apprend qu’Auguste Rodin obtient, pour l’année scolaire 1860-1861, une 2e mention pour le cours d’Hygiène (1ère année), donné à la toute nouvelle Section de la Sorbonne.7.
On trouve page 30 les noms des élèves distingués pour le cours d’Hygiène. :

 

hygiene

 

Lors de la distribution des prix du dimanche 9 février 1862, au Cirque de l’Impératrice, M. Hébert, un des secrétaires de l’Association philotechnique, déclare : « Convaincus de l’utilité de notre entreprise et encouragé par nos succès, nous avons, cette année même, … établi sur la rive gauche de la Seine, à la Sorbonne et à l’Ecole de pharmacie, un enseignement complet identique à l’enseignement si prospère des Ecoles Turgot et Sainte-Elisabeth. … Sans doute, ces cours qui viennent d’ouvrir, et sont encore à peine connus, ne peuvent prétendre immédiatement au succès qu’ont acquis à l’Ecole Turgot quatorze années d’efforts non interrompus ; mais ils prospèrent tous, et particulièrement ceux de français, d’anglais, d’allemand, d’arithmétique, d’hygiène et de comptabilité. »8

La rentrée des classes s’est faite le samedi 3 novembre 1861. La section de la Sorbonne propose les cours suivants : Langue française (1ère année), Arithmétique (1ère année), Comptabilité, Langue anglaise, Législation usuelle et Hygiène (1ère année).
Ce dernier cours a lieu le jeudi, de 8 heures et demie à 10 heures du soir, rue des Poirées (actuelle rue Toullier). Le professeur est le docteur Taurin, médecin.

 poiree

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8494305w

Le 2e prix du cours d’hygiène est attribué à Emile Fortier, sellier, qui est … sociétaire de la bibliothèque, inscrit sous le numéro 78 (1er juillet 1861), âgé de 17 ans. Pour cette même année scolaire, Emile obtient un 3e prix de Langue française (1ère année) et une 2e mention de Géographie.

Parmi les lauréats de la section de la Sorbonne, on retrouve plusieurs noms connus à la Bibliothèque des amis de l’instruction (ils figurent sur la liste des premiers lecteurs, tous inscrits à la date du 1er juillet 1861) :
– Charles-Honoré Plomb, suit le cours de Langue française (1ère année), professeur M. Asselin ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 23 et il assume la fonction de bibliothécaire
– Louis Sallé et Alphonse Pascal suivent le cours d’Arithmétique (1ère année), professeur M. Lionnet ; ils sont respectivement inscrits à la bibliothèque sous les numéros 8 et 7
– Henri Brièle suit le cours de Comptabilité, professeur M. Vannier ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 81
Parmi les professeurs, M. Cadet, cours de Législation usuelle, est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 32.

On peut raisonnablement supposer qu’en fréquentant la section de la Sorbonne Auguste Rodin a appris qu’une bibliothèque d’un genre entièrement nouveau, proposant le prêt de livres, venait de se créer et qu’Emile Fortier a su convaincre son condisciple de s’y inscrire.

Rappelons les 5 dates de l’année 1861 qui marquent la naissance de la bibliothèque :
– 17 mars : décision de s’associer
– 12 mai : constitution définitive de l’association
– 23 juin : assemblée générale et vote des statuts
– 7 août : autorisation ministérielle
– 1er octobre : ouverture de la bibliothèque dans un local de l’Ecole Turgot (rue du Vertbois)

Auguste Rodin s’inscrit le 23 novembre 1861.

Suit-il à nouveau un cours de l’Association philotechnique ? L’année scolaire 1861-1862 a débuté le dimanche 3 novembre. La section de la Sorbonne propose de nouveaux cours (Langue allemande, Géométrie, Géographie …) ; la section de l’Ecole Turgot propose un cours d’Hygiène et Médecine usuelle (2e année).

En décembre 1861, la bibliothèque offre à ses sociétaires « douze cents volumes », rangés dans un cadre de classement reflétant « l’ordre des cours » de l’Association philotechnique. Par exemple, la série D, Hygiène, compte 14 titres dans le 1er catalogue de la bibliothèque publié en 1862.

Mais, le nom de Rodin ne figure pas au palmarès de l’année 1861-1862 …

Est-ce une autre raison qui l’a poussé à s’inscrire ?

 

A-t-il fréquenté la bibliothèque ? emprunté des livres ?

Les statuts de la bibliothèque9 détaillent le processus d’inscription et d’emprunt des livres :
« Art. 6. Il suffit pour devenir sociétaire d’être âgé de quinze ans, d’avoir une résidence connue, de se faire inscrire au bureau de l’association, de payer le droit d’admission, et de s’engager au payement de la cotisation mensuelle.
Art. 7. Le droit d’admission est fixé à un franc pour les hommes, et cinquante centimes pour les dames.
Art. 8. La cotisation mensuelle est fixée à quarante centimes pour les hommes, vingt centimes pour les dames
.

Art. 11. Chaque personne inscrite reçoit un livret dans lequel on émarge le payement du droit d’inscription et des cotisations mensuelles.
Le prix du livret se paye en sus du droit d’inscription.
Le bibliothécaire inscrit aussi dans ce livret les livres confiés à celui qui en est porteur ; il y accuse réception de ces livres à leur retour.
Art. 12 Le bibliothécaire inscrit les livres prêtés au dehors dans un livre de sortie et de rentrée ; au retour des livres, il les émarge dans le même registre
. »

Pour cette période, la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement n’a conservé ni « livre de sortie et de rentrée », ni livret de lecteurs. Il n’est donc pas possible de savoir si Auguste Rodin, après s’être inscrit, a fréquenté la bibliothèque et emprunté des livres.


  1. http://www.musee-rodin.fr/fr/rodin/chronologie-dauguste-rodin/jeunesse-et-formation []
  2. Signalons le travail universitaire en cours de Maxime Paz, « La formation d’Auguste Rodin : 1854-1864 ». []
  3. Laurent, Monique. Rodin. Paris, Hachette, Chêne, 1988. P. 7 et 8 []
  4. Dujardin-Beaumetz, Henri. Entretiens avec Rodin. Paris, P. Dupont, 1913. P. 81. []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k863017/f608.image
    France. Commission de l’enseignement professionnel. Enquête sur l’enseignement professionnel ou Recueil de dépositions faites en 1863 et 1864 devant la Commission de l’enseignement professionnel … Vol. 2. Paris, Impr. impériale, 1865. []
  6. Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers. Année scolaire 1860-1861. Distribution solennelle des prix, mentions, certificats d’étude et livrets de la Caisse d’épargne sous la présidence de S. Exc. M. le Ministre de l’Instruction publique, le 9 février 1862. Paris : Imprimerie J. Claye, 1862. 46 pages.
    Article 1 du « Règlement relatif aux nominations et aux certificats d’étude du 6 février 1859 » (pages 40 à 42) qui compte au total 15 articles. []
  7. Ibidem []
  8. Ibidem, pages 17-18. []
  9. Bibliothèque des Amis de l’instruction (IIIe arrondissement), fondée le 17 mars 1861 et autorisée par décision ministérielle du 7 août 1861. Paris, Imprimerie de Moquet, 1862. []