Archives par mot-clé : association polytechnique

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alphonse Pascal

PASCAL, Alphonse (1827-1894)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Venu de l’Isère avant novembre 1856, il est menuisier et suit les cours du soir pour les ouvriers. À 34 ans, en 1861, il s’inscrit à la bibliothèque, et aide un temps le bibliothécaire PLOMB.

 

NOM : PASCAL

PrénomsAlphonse, François

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 71

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB2

État-civil et famille :

Alphonse François PASCAL est né le 5 septembre 1827 à Saint-Romans (Isère), canton de Saint-Marcellin3. Pour la naissance d’Alphonse témoignent un menuisier et un maréchal ferrant. Son père, François Antoine, est boulanger à Saint-Romans. Sa mère, Marie Anne Hélène GUILLET, est sans profession déclarée.

Alphonse PASCAL se marie à 40 ans le 3 août 1867 à La Sône (Isère), canton de Saint-Marcellin4. Il épouse Marie, Célina ALLEMAND, 28 ans, ouvrière en soie puis dévideuse (c’est-à-dire qu’elle enroule en bobines la soie qui se présente en écheveaux), en 1868 d’après l’acte de naissance de son fils, et concierge à 58 ans en 1894 lors du décès de son mari. Elle est née le 17/6/1839 à Saint-Romans  et habite à La Sône jusqu’à son mariage. Le contrat  de mariage est passé chez Maître Arnaud Félix, notaire de Saint-Romans, le 1er août 1867, devant 4 témoins : un maître maçon, un propriétaire cultivateur, un rentier et Eugène PASCAL, 22 ans, tailleur à Saint-Just-de-Claix, canton de Saint-Marcellin, frère de l’époux.

Alphonse et Marie ont un fils, né le 15 juillet 1868 à Paris 11e arrondissement5. Alphonse François fils se marie à 28 ans le 8 septembre 18946, un mois avant le décès de son père. Menuisier, Alphonse fils habite 7 rue Voltaire. En 1935, il est ébéniste et habite 45 rue Crozatier dans le 12e. Il meurt à Paris 13e le 25 février 19487.

Alphonse PASCAL père est décédé le 12 octobre 1894 à Paris 11e8.

Professions : 1861 : menuisier (selon la liste des  lecteurs) ; 1867 : menuisier-ébéniste sur l’acte de mariage ; 1894 : concierge sur l’acte de décès.

Adresses connues : 1861 : 16 rue du roi de Sicile 4e arrondissement sur la liste des lecteurs ; 1867 : il habite 68 (12e arrondissement)  puis 61 rue du Faubourg Saint-Antoine (11e arrondissement) d’après les actes d’état-civil) ; 1888 : 98 rue Saint-Antoine 4e arrondissement d’après le dossier militaire de son  fils ; 1894 : 12 avenue de la République 11e arrondissement sur son acte de décès.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique9

il est élève des deux associations.

Polytechnique :

  • année scolaire 58/59, distribution des prix le 22/1/1860.  Le cours  a lieu à l’École Centrale. Il reçoit le 3e prix de langue française 2e année10. Assiste aussi au cours DABROWSKY, lecteur 167.
  • année scolaire 62/63, distribution des prix le 4 février 1864 : le cours se tient rue Jean Lantier. Il reçoit le 1er prix de géométrie élémentaire et une médaille11.

Philotechnique12 :

Il en suit les cours de 1856 à mars 186113.

  • Année scolaire 56/57, distribution des prix le 31 janvier 1858. Les cours se déroulent à l’école Turgot. Il reçoit un 2e prix au cours de géographie commerciale et industrielle.
  • Année scolaire 57/58, distribution des prix le 23 janvier 1859 : il reçoit une 4e mention en arithmétique1ère année .
  • Année scolaire 58/59, distribution des prix le 22 janvier 1860  : il reçoit une 3e mention au cours d’hygiène et de médecine usuelle, professeur HEBERT, donateur de livres14. Suivent le même cours PAUL Marie [voir fiche PAUL], MURET Charles, lecteur 181, PLOMB Charles [voir fiche PLOMB], CLOUET Zéphirin [voir fiche CLOUET], CLAUDIN Louis, lecteur 74, MICHEL Henri-François [voir fiche MICHEL]. Il reçoit le 1er prix au cours de chimie 1ère année, professeur DAVANNE, donateur de livres au 1er semestre 186215. Il reçoit une 4e mention au cours d’arithmétique 2e année, professeur LIONNET [voir fiche LIONNET]. Il reçoit un 4e prix au cours de langue française 1ère année, professeur MARGUERIN [voir fiche MARGUERIN]. Suivent le même cours MICHEL Henri-François, CHARDAR Jean-Eugène [voir fiche CHARDAR] et BRIÈLE Henri [voir fiche BRIÈLE]. Il reçoit une médaille.
  • Année scolaire 59/60 avec remise des prix commune aux deux associations (AP et APH) le 13 janvier 1861. En plus du prix déjà reçu de l’AP, il reçoit le 2e prix d’hygiène et médecine usuelle 1ère année, professeur POIRSON suppléé par SÉE. Suivent aussi le cours SALLÉ Louis [voir fiche SALLÉ], HALLIER Paul, lecteur 79 et FONTAINE Louis-Marie [voir fiche FONTAINE] ;
  • Année scolaire 60/61 avec remise des prix le 9 février 1862 : il reçoit une 1ère mention en géométrie 1ère année, le cours est à l’école Turgot, et une 3e mention au cours d’arithmétique 1ère année, professeur LIONNET [voir fiche LIONNET], le cours est à la Sorbonne. Alphonse y retrouve Louis SALLÉ inscrit juste avant lui sur la liste des lecteurs de la BAI-III.

 

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  :  relation avec les élèves de l’AP et de  l’APH et avec les 22 sociétaires qui aident le bibliothécaire PLOMB.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non repérées.

Éléments biographiques complémentaires :

Alphonse PASCAL est déjà  à Paris  en novembre 1856. Il a alors 29 ans. Menuisier, il suit les cours du soir. En 1867, il retourne se marier au « pays », où sa famille demeure encore16.

 

Écrits de la personne : pas d’écrits à notre connaissance.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP: Association polytechnique. APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 7 mai 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alphonse Pascal," in Bibliothèques populaires, 07/05/2021, https://bai.hypotheses.org/4907.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, voir  page 286. []
  3. AD38, Registre des naissances de Saint-Romans, 9NUM1/5E454/2,  année  1827, page 353, acte 17. Voir ici. []
  4. AD38, Registre des  mariages de La Sône, 9NUM2/5E496/3,   page 148,  acte 7. Voir ici. []
  5. AD75, Registre des naissances, 1868, voir V4 E 1396, page 15, acte 2710. []
  6. AD75, Registre des mariages, 1894, voir  V4E 9149,   page 10, acte 1525. []
  7. Information reportée sur l’acte de naissance. []
  8. AD75, Registre des décès 1894, voir V4 E 9154, page 27, acte 2772. []
  9. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BNF. []
  10. L’ami des sciences 1860, voir ici. []
  11. Le Petit Journal 4/2/1864, voir ici. []
  12. Recueil de l’Association philotechnique– Palmarès, BnF. []
  13. Selon le palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  14. CR BAI –III, 1863/64 []
  15. CR BAI -III 1862 []
  16. Merci à Claude LEBRUN, fondateur et animateur du site « L’éclat de bois » de recherche généalogique sur les métiers de l’ameublement à Paris, qui nous confirme qu’il n’existe pas de déclaration de société au nom de PASCAL menuisier ou ébéniste ni aux adresses où il est repéré dans les actes d’état civil []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin

LANDRIN, Hippolyte (1842-1926)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Né à Paris, bronzier dès l’âge de 16 ans, il est élève des cours du soir. En 1861, à 19 ans, il s’engage à la BAI-III. Il est élu à 25 ans délégué des ouvriers du bronze en 1867 et devient membre de la commission ouvrière à l’Exposition universelle de Paris. Adhérent de l’AIT, il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au congrès de Bâle en 1869.

NOM : LANDRIN

PrénomsHippolyte, Pierre 

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 151

Rôle dans la BAI-III : de 1861 à au moins 1871 : aide le bibliothécaire PLOMB2, administrateur3, secrétaire4 puis comptable5

État-civil et famille6: né à Paris (anc.4e arrdt) le 11 avril 18427. Son père François Hippolyte, né à Paris en 1819, est ciseleur en 1870 et meurt à 73 ans le 22/1/1892 à son domicile 41 rue de Turenne Paris 3e8. Sa mère, Adélaïde Joséphine COULON, née à Paris vers 1820, meurt à 71 ans quelques jours après son mari au domicile conjugal le 29/1/18929. Hippolyte LANDRIN est déclarant du décès de ses deux parents et aussi de ses beaux-parents.

Il s’est marié à Paris 11e le 10 février 187010 avec Anne Rose DELEZEVE, reperceuse en bijoux. Elle est née à Paris (anc. 6e) le 27/1/185011. Elle a pour parents  Pierre Hercule DELEVEZE propriétaire et Anne ANTHEAUME qui habitent 43 rue des Trois Couronnes, Paris 11e arrdt. L’annonce du mariage d’Hippolyte et Anne-Rose paraît dans le journal Le Pays12. Les témoins sont : Léon, Mars LEGAL, 31 ans, menuisier-modeleur, lecteur 163 de la BAI-III, 41 rue des Rigoles, et élève avec lui de l’APH ; GIROD ; François Victor DELEZEVE, ciseleur, 24 ans, frère de l’épouse ; Julien Joseph COULON, mouleur, oncle de l’époux. Leur fille,  Fernande Adrienne, est née le 8/2/1873 à Paris 3e. Elle se marie le 4 janvier 1909 à Fontenay-sous-Bois13. Elle habite 26 rue Pauline. Ses deux parents présents au mariage habitent alors le 15e.

Hippolyte meurt à 84 ans à Fontenay-sous-Bois (actuel Val de Marne), ville de résidence de sa fille le 22/11/192614. Anne-Rose meurt le 28/2/1940 à Fontenay-sous-Bois15.

Professions : en 1861 il est monteur en bronze16 ; même profession en 1870 et en 189117 ; en 1892, à 50 ans, il est lampiste d’après l’acte de décès de sa mère. 

Adresses connues : 1861 : 3 rue de Saintonge18 ; 1863/64 et 1870 : 12 rue Neuve Saint-François qui devient le 12 rue Debelleyme Paris 3e, où il habite avec père et mère ; 1873 : 7 rue des Enfants Rouges, Paris 3e; 1891 et 1892 : 17 rue de Poitou, Paris 3e19 ; 1897 et 1909 : 19 rue Copreaux Paris15e arrdt . Ils s’installent chez ses beaux-parents après leur décès. Les beaux-parents habitaient rue Copreaux depuis au moins 1873. 1926 : Fontenay-sous-Bois (adresse non trouvée), actuel Val-de-Marne.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 

il est élève des deux de novembre 1858 – il a alors 16 ans – à mars 186320.

À l’AP : année scolaire 1858/1859, distribution des prix le 22/1/1860. Les cours sont à l’École Centrale. Il est premier prix d’hygiène, avec pour professeur le docteur M.C. de MONTMAHOU, qui est donateur de livres à la BAI-III21. Il suit le cours avec CHARPENTIER [Voir fiche CHARPENTIER]. Il est aussi deuxième prix de chimie22. Année scolaire 1861/1862, distribution des prix le 8/2/1863 : il reçoit plusieurs prix23. Année scolaire 1862/1863,  les cours ont lieu à l’École Centrale. Il reçoit le 2e prix de chimie (2e partie) et le prix unique avec médaille de géographie24.

A l’APH : 1859/1860 : il reçoit une 1ère mention de chimie 2e année, cours qu’il suit avec Jean Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] et Henri MICHEL [voir fiche MICHEL]. Le cours est assuré par GRANDEAU [voir fiche GRANDEAU] qui est suppléant25.

 En 1853, l’AP avait envoyé des élèves à l’Exposition universelle de Londres. L’expérience ayant été jugée positive, 14 élèves de l’AP se rendent à celle de 186226. Quatre des délégués sont lecteurs à la bibliothèque et deux y sont membres actifs. Ils vont y passer 8 jours « sous le même toit » que les Italiens qui sont conduits par un ancien élève de l’École Centrale. Ils consignent l’expérience dans des rapports individuels malheureusement non retrouvés. LANDRIN fait partie du voyage de 1862 et rédige comme BERGER, sculpteur, LEGAL, menuisier (il s’agit de Léon LEGAL, lecteur 163 de la BAI-III, menuisier-modeleur, qui sera témoin de LANDRIN à son mariage en 1870), BOUCART, doreur, MATRE, dessinateur et comme le fouriériste VELLU, lithographe27, un rapport sur « les objets d’art, les bronzes, dorures, peintures, sculptures, meubles, etc. » ; LANDRIN reçoit une mention de deuxième ordre. Quant à CHARPENTIER, il est le seul à rédiger un rapport sur « la question des métaux » et reçoit une mention de premier ordre. Nous retrouvons aussi DABROWSKI, Nicolas Stanislas, lecteur 16728 et VALENS Auguste, élève de l’APH en 1862/186329 qui étudient la photographie et la typographie. BRUNEAU et LERCH, mécaniciens, traitent des grandes machines ; DIOT, peintre, étudie la décoration et MAUVOISIN la fabrication des chaussures.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : il est  délégué des ouvriers du bronze en 1867 et membre de la « commission ouvrière » et adhérent à l’AIT dans une « adhésion collective de la société des ouvriers du bronze » dont il est un des dirigeants30.

Nous n’avons pas retrouvé ce qu’il a fait pendant la guerre franco-prussienne ni pendant la Commune. En décembre 1871 il reprend ses  fonctions de comptable de la BAI lors de la réouverture après un an d’interruption. Il évoque dans son rapport les « oscillations financières que les événements douloureux traversés ont provoquées31 ».

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

en 1865 il est remercié lors d’une AG32 pour son zèle qui ne s’est jamais démenti avec Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY], Frédéric ERBS [voir fiche ERBS]  et BLOCH33.

Le le 5 octobre 1867, Hippolyte LANDRIN tient avec 7 autres personnes les cordons du poêle à l’enterrement d’Auguste PERDONNET 34, président de la BAI-III [voir fiche PERDONNET]. C’est le seul ouvrier à remplir ce rôle, aux côtés du ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, de deux sénateurs, du secrétaire général du Ministère de l’Instruction publique et de personnalités de l’industrie et des chemins de fer. Le discours que prononce alors LANDRIN est publié dans Le Temps sous forme d’une lettre ouverte signée notamment par Hippolyte LANDRIN, Frédéric ERBS [voir fiche ERBS], Jean Louis RIMET[voir fiche RIMET] et Jean Victor BELLAMY[voir fiche BELLAMY]35.

À l’AIT il retrouve des membres de la BAI-III comme : Édouard Ernest FRIBOURG [voir fiche FRIBOURG], Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY].

Il est témoin de la naissance de Jules Henri PLOMB le 8/5/1869, fils d’Honoré [voir fiche PLOMB].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

(voir également ci-dessus).

À l’AIT il croise de futurs amis de l’instruction du 14arrondissement :  Jean Pierre HELIGON qui, maire du 14e, va faciliter la création de la BAI  dès juin 1871 quelques semaines après la Commune, Charles LIMOUSIN, Germain CASSE, Henri TOLAIN.

 

Éléments biographiques complémentaires :

l’industrie du bronze à Paris vers 1860 donne du travail à 6000 ouvriers dans des ateliers situés en majorité dans les 3e et 11e.

Dans le rapport de l’Exposition universelle de 1862 figure la demande d’« une bibliothèque pour nous » par les délégués du bronze, ciseleurs36.

À la veille de l’exposition universelle qui se tient à Paris en 1867,  une grève est organisée37. Parmi les premiers membres de l’AIT38 se trouvent 6 bronziers en 1865. En octobre 1867, c’est avec  deux premiers membres de l’AIT, dirigeants de la première heure de la Société des bronziers : Arsène KIN, Joseph, Etienne dit Blaise PERRACHON qu’il souscrit pour 1 franc pour « les combattants de l’insurrection romaine »39. Pour l’exposition universelle en 1867, sept membres de la société des ouvriers du bronze partent en délégation sans le concours de la société d’encouragement.

Il s’agit de s’affranchir de toute tutelle. Les délégués de chaque corps de métier (qu’ils soient sous les auspices de la société d’encouragement ou indépendants) sont élus au « suffrage universel ». L’organisation des élections repose sur le réseau des sociétés de secours mutuels. Les 7 membres dont Hippolyte LANDRIN deviennent les représentants officiels et font partie de la Commission ouvrière créée à l’occasion.  La commission ouvrière est autorisée et peut multiplier les réunions. Après l’exposition les délégués rédigent un rapport40. Le rapport est imprimé par leur société de secours mutuel. Hippolyte LANDRIN adhère à l’AIT non pas individuellement mais comme membre de la « société des ouvriers en bronze ». Il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au 4e congrès de l’AIT à Bâle du 6 au 12 septembre 186941. Il signe en tant que délégué des sociétés ouvrières une protestation contre la répression des mineurs d’Aubin42. avec notamment Albert THEISZ43.

 

Le parcours d’Hippolyte LANDRIN est donc une illustration du lien entre «  la société des bronziers » et l’AIT qui  s’installe progressivement, même si l’AIT rencontre bien des obstacles comme des poursuites, procès et condamnations44. Déjà en 1864, avant la création de l’AIT, le « Manifeste des 60 » rédigé par Henri TOLAIN (BAI XIV) avait été  signé par les dirigeants des bronziers : Zéphirin CAMELINAT, Arsène KIN, Blaise PERRACHON, Charles LIMOUSIN45.

Hippolyte LANDRIN croise à plusieurs reprises dans sa vie professionnelle et « militante » les « frères LANDRIN » Léon et Émile46. Les deux familles sont « pays », originaires du Vexin de deux communes (Magny en Vexin et Boissy l’Allier) distantes de 25 kilomètres. Aucun lien familial n’est trouvé en remontant jusque vers 1730 (Voir ici.). Émile est ciseleur (sur bronze) quand il est témoin au mariage de son frère Léon, tourneur en bronze, le 20/6/1863. Leur père Charles Antoine est lithographe imprimeur et né à Paris le 24/1/1812.

En 1870 l’appel contre la guerre de l’AIT est signé entre autres par Hippolyte LANDRIN, Henri TOLAIN, Jean-Pierre HELIGON, Germain CASSE  de la BAI XIV et Jean-Victor BELLAMY de la BAI-III47.

Rapport des délégués ciseleurs (…), Exposition universelle, 1867., BnF, cliché Louise Oudin.

 

Écrits de la personne :

Il est signataire du rapport écrit sur l’Exposition universelle de  1867 déjà cité (voir ici).

Il rédige 2 rapports comme comptable de la bibliothèque dont le premier est à lire ici48. LANDRIN y défend  «  l’idée coopérative appliquée  à la vulgarisation des lectures, pour tous et à l’aide de tous,  ». Il regrette «  le manque de vie sociale dans la bibliothèque, l’absence de lien dans la mutualité ». Il souhaite » le développement de l’idée coopérative grâce à la reprise des assemblées générales ».

 

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique.

APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 12 avril 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin," in Bibliothèques populaires, 12/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4872.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport GRANDEAU dans l’Ami des sciences. []
  3. CR BAI-III, 1862. []
  4. CR BAI-III, 1864/68. []
  5. CR BAI-III, 1869/71. []
  6. Merci à Christian Polydore et à Brigitte Legros (polydorech) de Geneanet. []
  7. AD 75, état-civil reconstitué, naissances V3 E/N 1293, vue 3/51, à voir ici. []
  8. AD 75 1892, décès, 03V4E5590, vue 18/ 31, voir ici. []
  9. AD 75 1892, décès, 03V4E5590 vue 23/ 31, voir ici. []
  10. AD 75,1870, mariages, 11 V4E1434, vue 4/31 ici. []
  11. AD 75, état-civil reconstitué, naissances, V3 E/N 673, vue 22/101, voir ici. []
  12. Le Pays du 12/2/1870, voir ici. []
  13. AD94, mariages, 1909, 4E2157, vue 1/203, voir ici. []
  14. Table décennale NMD 1923-1932, AD94, voir ici. Déclaration succession 1926 bureau de Vincennes, vue 72/119, voir ici. []
  15. AD94, table des décès 1933-1942, voir ici. []
  16. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  17. Liste électorale sur Ancestry. []
  18. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  19. Liste électorale de 1891 et acte de décès de sa  mère. []
  20. Selon les palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  21. CR BAI-III. []
  22. L’Ami des sciences, 1860, page 160. []
  23. Le Constitutionnel, 9/2/1863, page 2. []
  24. Le Petit Journal 4/2/1864, page 2. []
  25. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  26. Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  27. Il s’agit de Constant VELLU, 28 ans en 1862, fouriériste dès 1840 dont Bernard DESMARS avait repéré la présence à la polytechnique : DESMARS Bernard, « Vellu, Constant », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020, voir ici. []
  28. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  29. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  30. Jean MAITRON et R. SKOUTELSKY : Notice LANDRIN Hippolyte voir ici. []
  31. CR BAI III 1869/71, page 15. []
  32. CR BAI-III, 1863/64, page 7. []
  33. Il s’agit d’Émile BLOCH, lecteur 300, 19 ans, noté architecte (?) Registre dit des lecteurs. On le retrouve piqueur du service municipal pour un deuxième prix de trigonométrie et courbes usuelles sur le palmarès de la philotechnique en 60/61. Plus tard il sera architecte expert auprès du tribunal de commerce et professeur aux cours d’adultes de la ville de Paris []
  34. Journal des débats politiques et littéraires, 5/10/1867, page 2. []
  35. Le Temps du 6/10/1867. Le discours n’est pas reproduit par les autres journaux, ce qui explique la lettre ouverte… []
  36. Commission ouvrière (Paris).  Rapports des délégués du bronze, ciseleurs, tourneurs et monteurs publiés par la Commission ouvrière [Grandpierre, secrétaire]. 1863, page 40. []
  37. Voir par exemple : 1867 : Les ouvriers du bronze français soutenus par l’Internationale ouvrière, par Julien Grimaud sur Retronews. []
  38. Voir les sections françaises de l’AIT Annexe IV par ROUGERIE ici. []
  39. Le Courrier français du 23/10/1867, voir ici. []
  40. « Rapport des délégués ciseleurs, tourneurs et monteurs, lu en séance publique le 8 novembre 1868 : bronze, orfèvrerie,  imitation, cuivrerie ».  Éditeur : société de crédit mutuel des ouvriers du bronze (Paris), date d’édition : 1869. []
  41. Rapport sur le congrès de Bâle par  Mollin, Gabriel (1835-1912). Paris, 1870, voir ici. []
  42. La Gironde du 17/10/1869, page 1, voir ici. []
  43. Voir la fiche MAITRON sur Albert Theisz élaborée par Michèle Audin ici. []
  44. Nous remercions Michel CORDILLOT qui nous a aidés à établir et comprendre ces liens. []
  45. L’Opinion Nationale,17/2/1864, voir ici. []
  46. voir la biographie établie par Jean MAITRON pour Emile ici et pour Léon ici. []
  47. Le Réveil des12 et 14 /7/1870, BnF, cliché Louise Oudin. []
  48. CR BAI-III 1864/68 et CR BAI-III  1869/71. []

Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique

Ce billet a pour auteures Louise Oudin et Agnès Sandras

NB : les indications [Voir la fiche…] correspondent aux billets réseau des premiers lecteurs de la BAI-III déjà en ligne (avec lien cliquable) ou à venir (sans lien pour le moment).

Dès les premiers récits concernant la fondation de la première Bibliothèque des Amis de l’instruction (la bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe Arrondissement parisien, BAI-III), puis de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ve Arrondissement parisien (BAI-V) et de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du XVIIIe Arrondissement parisien (BAI-XVIII), on relève l’implication d’ouvriers suivant des cours du soir et de leurs professeurs. Henri HARANT [voir fiche HARANT], un des premiers sociétaires, vice-secrétaire, puis secrétaire général de la BAI-III, professeur de géométrie à l’Association Polytechnique (AP), indique en 1867 dans sa contribution au rapport sur l’Exposition universelle1 que ces cours sont délivrés par la Société d’Instruction élémentaire, le Conservatoire des Arts et Métiers, l’Association polytechnique  et l’Association philotechnique2.

En ce qui concerne l’Association philotechnique (APH), on peut en savoir davantage sur les sociétaires de la BAI-III qui ont suivi ses cours,  grâce à quelques documents imprimés : distributions des prix (palmarès),  extraites du Journal d’éducation populaire  : bulletin de la société pour l’instruction élémentaire,  programmes de cours et  règlements3.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

 

1/ Organisation des cours

L’ APH aurait été créée le 29 mars 1848 à la suite d’une scission de l’Association polytechnique4. Des professeurs de cette association – mais non polytechniciens – auraient choisi de démissionner pour protester contre l’interdiction qui leur était opposée de participer aux prises de décision. Antoine Pressard rapporte qu’une pétition suivie de 400 signatures d’élèves a été adressée à Eugène LIONNET [Voir fiche LIONNET] lui demandant de poursuivre les cours.

Un cours du soir de l’Association polytechnique. L’Année Illustrée, 11 juin 1868. Coll. privée. Cliché Louise Oudin.

Treize professeurs vont relever le défi et poursuivre l’enseignement en-dehors de l’AP. Eugène LIONNET et Germain Augustin LEROYER [Voir fiche LEROYER] seront dans le comité de parrainage de la BAI-III ou membres actifs de la BAI-III treize ans plus tard. François-Joseph FOULON5, A. LEFEVRE, Eugène DAUDET, Joseph CLAUDEL, Louis PROAL et Adolphe Henri ANCELIN seront toujours professeurs à l’APH et compteront des Amis de l’instruction parmi leurs  élèves  au moment de la création de la BAI-III (1861).

À partir de 1849, les cours de l’APH se tiennent le soir de 8 heures et demie à 10 heures du lundi au samedi inclus, et quelques cours ont lieu de 9 heures à 10 heures et demie ou de 10 heures et demie à 12 heures uniquement le dimanche. Nous pouvons imaginer 6 soirs sur 7 et le dimanche matin plusieurs centaines d’élèves se rendant notamment à l’école municipale Turgot rue du Vertbois6 pour écouter les cours dans les amphithéâtres est, ouest et nord et dans le préau de l’école élémentaire de la rue Sainte-Élisabeth (voir ici la carte des implantations de la BAI-III et de ces différents lieux).

Journal des débats, 1er novembre 1861. Gallica (BnF).

Pour suivre les cours, il faut :

  • Avoir 15 ans.
  • Être un homme (jusqu’en 1871).
  • Se faire inscrire par « l’agent des cours » sur le registre avant le 1er janvier. Pierre Peu, élève de la Philotechnique, qui sera le 100e inscrit à la BAI-III, menuisier, demeurant 5 Impasse Saint-Laurent (anciennement rue de la Grange-aux-Belles), est agent des cours lors de la rentrée de 1849 à l’APH7. Il se tient à l’école Turgot, le lundi, pour les inscriptions8.

Les programmes des cours des deux Associations sont assez similaires.

  • À la Philotechnique :

– En 1853-1854, il y a encore un cours de lecture et d’écriture. Ce cours est donné par Monsieur A. LEFEVRE, instituteur communal, l’un des 13, ancien professeur de la Société d’instruction élémentaire9, directeur de l’école communale mutualiste de la rue du Bac.

– LIONNET assure un cours d’arithmétique.

– LEROYER assure un cours d’algèbre.

Henri LENEVEUX, entré à la Philotechnique en 1861, futur membre de la BAI XIV, assure un cours de tenue des livres (de compte) : Notions générales. –Définitions. -Livres auxiliaires : journal, Grand-livre. – Tenue des livres d’une maison de commerce. Opérations suivies. – Balances. –Inventaires. –Fermeture et réouverture des comptes.

5 enseignants inscrits sur la liste des lecteurs de la BAI-III10 donnent des cours à l’APH :

Ernest BAUDRIMONT, lecteur 132 de la BAI-III, pharmacien en chef de l’hôpital pour enfants Sainte-Eugénie (futur hôpital Trousseau), chercheur hors pair et futur académicien : un cours de « matières premières » : Caractères généraux des minéraux et des êtres organisés. – Combustibles. – Pierres. – Eaux. – Sels. – Métaux. – Bois. –Matières textiles, matières colorantes. – Céréales. – Fécules et produits sucrés. – Liquides fermentés. – Matières grasses, tégumentaires, osseuses. –Produits divers : lait, beurre, œuf, sang, etc.

Ernest CADET, lecteur 32, avocat, publiciste et administrateur, un cours de législation usuelle.

– Jules Joseph BONDON, lecteur 222, entré à l’APH en 1859, un cours de physique.

–  PÉRIER, lecteur 415 de la BAI-III, un cours de langue.

Félix HÉMENT, lecteur 221, futur inspecteur général de l’Instruction publique, prix de l’Académie, des cours de physique et de mécanique (voir aussi plus bas).

 

Extrait des cours de l’année 1861-1862 à l’Association philotechnique. Recueil APH, BnF. Cliché : A. Sandras.

Parmi les ouvriers,  signalons Charles-Honoré PLOMB [Voir fiche PLOMB], mais aussi Paul DELAMARCHE [Voir fiche DELAMARCHE]. Ils  ont raconté comment les débuts de la BAI-III ont eu un lien direct avec le contenu des cours11 :

Les cours du soir leur donnaient satisfaction au point de vue professionnel, et s’ils désiraient des livres, c’était pour compléter l’enseignement donné en y ajoutant l’étude de l’histoire, de la philosophie, de l’économie politique, de la littérature même, sujets exclus du programme des cours des associations12.

Le palmarès que nous présentons (voir plus bas) confirme que les cours ont réellement permis une évolution professionnelle.

Nous voyons par exemple Victor NEBEL, lecteur 436 , (1835-1897), époux de  Désirée Zarilla VINCENT (mariage à Paris le 8/5/1858), lecteur, qui, jeune marié, suit les cours de 1859 à 1863 et passe de la position de dessinateur mécanicien à celle de piqueur municipal. Puis, toujours avec l’aide des cours de l’APH, il est reçu premier sur 150 au concours de conducteur. Il est ensuite professeur à la Philotechnique pendant 17 ans13.

Le règlement stipule que l’APH accorde son patronage aux élèves qui ont obtenu des certificats d’études. À partir de 1857, il existe en effet un conseil de patronage. Le règlement indique encore : « Les patrons sont nommés par l’assemblée générale sur proposition du conseil d’administration et s’acquittent d’une cotisation annuelle de 100 francs. Un patron peut devenir patron perpétuel en s’acquittant d’une cotisation de 1000 francs14». On retrouve au conseil de patronage patrons d’entreprises et hommes politiques.

Pour compléter ces cours, certains se tourneront vers les cours payants  comme par exemple Henri  TOLAIN (BAI XIV), Charles  LIMOUSIN (BAI XIV) qui suivront les cours  de  Jules ANDRIEU15. D’autres, comme PLOMB,  RIMET, ERBS, etc., tenteront de créer une autre association en 1867 : la Société coopérative d’enseignement indépendant (voir sur ce carnet « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III« ). Enfin, certains  mettront en place une école d’enseignement coopératif, rue Picpus pour « préparer les jeunes gens du faubourg Saint-Antoine à l’association coopérative16 ». S’y tiendront des cours d’histoire de la Révolution française (donnés par Ernest HENDLÉ), d’histoire des associations ouvrières (Amaury DRÉO), des cours d’économie sociale (Jean-Édouard HORN) et de littérature (Louis HERBETTE). La rétribution est de 5 centimes par séance et de 35 centimes par semaine17 .

 

2/ Palmarès et remise des récompenses

Pour obtenir une récompense, il faut :

  • Prendre part à la composition écrite complétée d’une épreuve orale à la fin de l’année.
  • Figurer sur la liste établie par le professeur par ordre de mérite, mérite qui tient compte de l’assiduité.
  • Précaution sage : pour être inscrit au palmarès en comptabilité, il faut une bonne écriture.

Les certificats sont décernés aux candidats ayant obtenu au moins une mention dans 5 ou 6 matières définies, même sur plusieurs années. En général, la « séance solennelle » se tient en janvier pour l’année écoulée. Par exemple, les cours de novembre 1859 à mai 1860 donnent lieu à une distribution des prix en janvier 1861. La presse rend compte de ces « manifestations ». En grande pompe sont distribuées des notifications, comme des mentions ou des prix.

Une seule notification au maximum est donnée pour 11 élèves, 2 pour 22, etc.

« Le nombre de mentions ne peut excéder le quadruple du nombre de prix. » C’est LIONNET, professeur de mathématiques, qui organise 18 !

On décerne aussi des certificats d’études : l’un est relatif aux arts, un autre au commerce et deux à l’industrie, orientation « sciences mathématiques » ou « sciences physiques ».

Ainsi Lippmann LÉVY, lecteur 311, dessinateur mécanicien au chemin de fer du Nord, qui fonde la BAI-XVIII en 186419, se voit accorder en 1863 un certificat d’études  en sciences mathématiques pour avoir obtenu 7 nominations, dont 6 prix dans les cours de langue française, hygiène, géométrie trigonométrie, algèbre, dessin linéaire, mécanique. Il reçoit un livret de caisse d’épargne de S.M. l’Empereur20. En 1864, il est encore l’élève de l’APH, comme plusieurs des lecteurs de la BAI-III, selon cette liste incomplète et aux noms mal orthographiés donnée par Le Temps du 14 mars 1865 (on notera que l’auteur de cet article est Frédéric Lock. Son frère est un des co-fondateurs avec Delbrouck de la bibliothèque de Vernon, voir ci-dessous …).

Récompenses supplémentaires :

  • Des médailles (de bronze pour un premier prix ou un certificat d’études, d’argent pour les 4 certificats) sont distribuées. Elles peuvent être montrées par ceux qui les ont reçues comme gage de sérieux et de capacité lorsqu’ils postulent à un emploi. Leur obtention suppose en effet que leur détenteur a préféré l’étude à « l’intempérance » (rappelons en effet que la lecture est vue dans les années 1850-1860 comme un des moyens d’éloigner les ouvriers des estaminets), qu’il sera en mesure de lire des modes d’emploi, des manuels, etc., et qu’il maîtrisera les connaissances nécessaires à son travail.

=> ci-dessous une médaille octroyée en 1859 à Marie Paul, dessinateur, élève de l’APH, futur lecteur de la BAI-III (collection privée)

  • Sont aussi attribués des livrets de Caisse d’épargne de 50 francs mis à la disposition de l’association par l’Empereur, l’Impératrice et le Prince impérial.
  • En 1862, 10 élèves choisis parmi les meilleurs partent à l’Exposition internationale de Londres21 sous la conduite de Félix HÉMENT, entré à l’APH en 1856. Félix Hément est  le lecteur n° 221 de la BAI-III, professeur à l’APH, et fondateur dès 1864 de la « bibliothèque des familles22 », 15 rue Mansart, dans le 9e arrondissement.

Les remises des prix réunissent une fois par an plusieurs milliers de personnes, le dimanche après-midi dans des salles prestigieuses. Par exemple, le 13 janvier 1861 au Cirque Napoléon (actuel Cirque d’Hiver), S.E. le Ministre de l’Instruction publique et des cultes préside. Les deux associations sont présentes. Félix Hément23 parle d’une foule variée, émue et frémissante.
Trois discours se succèdent : celui du ministre Gustave ROULAND, de PERDONNET [Voir fiche PERDONNET] pour l’AP, de MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN] pour l’APH. Puis les prix sont remis ainsi que les médailles et les livrets de Caisse d’épargne offerts aux associations par ses Majestés l’Empereur et l’Impératrice, son Altesse le Prince impérial et son excellence le Ministre de l’Instruction.

Remise des prix des Associations philotechnique et polytechnique, Le Monde illustré, 28 janvier 1860. Gallica (BnF).

Les palmarès sont parfois repris par les journaux. Ainsi Le Constitutionnel donne le 2 février 1858 une description de la foule qui se presse (« les parents et amis des élèves occupaient avant midi les gradins de l’immense amphithéâtre »), nomme les différents personnages importants en présence, restitue le discours du ministre de l’Instruction publique, puis donne les prix. Dans l’extrait ci-dessous, on peut voir les noms de PERDONNET, MARGUERIN, les récompenses obtenues par Charles PLOMB et Marie, Jean-Baptiste PAUL (Marie Paul aidera PLOMB à la BAI-III, puis partira à la BAI XVIII dont il sera un vice-président, voir la fiche Marie PAUL).

  • Les élèves qui suivent les cours de chant assurent les intermèdes grâce à un orphéon dirigé par Foulon. « Les hirondelles » de Béranger rencontrent par exemple un grand succès.

=> cliquez sur les flèches ci-dessous pour entendre  le texte « Les hirondelles », grâce à Gallica-BnF

  • A l’issue de la cérémonie, des professeurs peuvent être nommés officiers de l’Instruction ou d’Académie. Émile MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN], pédagogue hors pair, directeur de l’École Turgot et alors vice-président de l’APH, reçoit par exemple la légion d’honneur à cette occasion 24 en 1861, année où les deux prix d’honneur sont accordés aux étudiants PLOMB [Voir fiche PLOMB] et CHARDAR [Voir fiche CHARDAR], futurs piliers de la BAI-III, comme on peut le noter dans l’article de La Presse du 14 janvier 1861, signé par un soutien zélé des bibliothèques populaires, Jules MAHIAS (voir ici sur ce carnet).

 

  • Jules Mahias, La Presse, 14 janvier 1861. Gallica (BnF).

     

3/ Les lauréats de l’APH au cœur de la BAI-III 

Le tableau réalisé à partir des palmarès  établis entre 1853 et 1864 (sélection de palmarès nous permettant de mieux cerner les cours suivis par les « ouvriers » fondateurs des premières BAI) recense 846 personnes de sexe masculin suivant les cours du soir et qui ont été récompensées25.
On y retrouve notamment Auguste Rodin, lecteur 41426. Nous croisons aussi Eugène VARLIN,  qui n’est pas un lecteur de la BAI-III : il figure au palmarès de l’APH pour 1860-1861. Ce futur membre de l’AIT et membre de la Commune (il sera fusillé lors de la Semaine sanglante), participe à des expériences coopératives où l’on retrouve Jean-Baptiste Girard, fondateur de la BAI-III.

Nous identifions 67 élèves de l’APH ayant un lien avec les Amis de l’instruction. 45 sont simples lecteurs à la BAI-III, 19 sont impliqués dans l’organisation de la bibliothèque. 3 sont dans d’autres BAI (sous réserve de vérifications ultérieures).

Nous savons qu’aux débuts de la BAI-III, la parité « ouvriers » / « non ouvriers » était volontaire. Les premiers avaient besoin de la caution des seconds pour obtenir les autorisations officielles nécessaires à l’ouverture de la bibliothèque, et n’étaient pas sans ignorer que parmi cette bourgeoisie éclairée se cachaient des « espions », proches du pouvoir27. Dans notre échantillon des 58 personnages étudiés plus avant afin d’identifier les réseaux préexistant à la BAI-III (voir les billets réseaux sur ce carnet), nous retrouvons bien 29 ouvriers ou artisans et 29 personnes issues de la bourgeoisie philanthrope.
19 des ouvriers ou artisans sont inscrits au palmarès et probablement quelques autres assistent aux cours  mais n’ont pas été récompensés (90% des élèves) et/ou résistent à nos recherches comme le coiffeur Joanny MORTIER, lecteur numéro 4.

La moyenne d’âge est de 28 ans, certains ne restent que très peu de temps pour aider le bibliothécaire. D’autres sont fidèles à la BAI-III au moins jusqu’en 1877 ou vont fonder d’autres BAI plus proches de leur domicile.

Parmi les 19 élèves, quatre d’entre eux, Alphonse PASCAL [Voir fiche PASCAL], Charles BRESSON [fiche BRESSON], Hippolyte LANDRIN [fiche LANDRIN] et Auguste CHARPENTIER [fiche CHARPENTIER], suivent aussi des cours à l’AP. Pour cette dernière, nous ne disposons que d’articles de presse, surtout quand les distributions des prix sont communes aux deux associations comme demandé par le ministre de tutelle, afin d’éviter trop de rivalités entre les deux associations (voir sur ce carnet les billets sur Perdonnet).

Certains Amis de l’instruction suivent les cours du Conservatoire des Arts et Métiers, du Muséum d’Histoire Naturelle, de l’hôpital Saint-Anne28.

Nous verrons que ces « ouvriers » sont en réalité surtout des artisans d’art ou des employés, piqueurs ou commis.

4/ Les guides

Paul DELAMARCHE [Voir fiche DELAMARCHE] explique ainsi la constitution de la BAI-III :

Le groupe initiateur du 3e arrondissement prit à peu près le contre-pied de ce qui s’était fait jusqu’alors. Il accepta pour guide les professeurs qui en se consacrant à l’instruction populaire, avaient donné des gages certains de dévouement et de sincérité. Le patronat fut écarté, de même qu’il fut décidé qu’il n’y aurait point de membres honoraires ; sous l’Empire surtout, leur intervention dans les sociétés ne servant qu’à mettre en vue certaines personnalités vaniteuses29.

– 19 sont investis dans l’enseignement pour les ouvriers et donnent des cours ou des conférences.

– 15 ont été professeurs à l’APH, dont Joseph DELBROUCK [Voir fiche DELBROUCK], socialiste arrêté en compagnie de Jean-Baptiste GIRARD en 1850 (voir sur ce carnet ici), puis architecte  à Vernon (Eure), fondateur d’une  bibliothèque populaire  en 1862 et d’une APH en 1864 en cette ville 30, futur membre de l’AIT et membre de la commission fédérale des artistes pendant la Commune.

=> voir ci-dessous une médaille décernée par l’APH de Vernon en 1866 (collection privée)

– 4 sont exclusivement professeurs ou conférenciers à la Polytechnique comme Henri HARANT [Voir fiche HARANT] Charles BLANCHET [Voir fiche BLANCHET], Jean-Augustin BARRAL [Voir fiche BARRAL] et Auguste Perdonnet [Voir fiche PERDONNET].

=> voir ci-dessous  un article de Jean-Augustin Barral dans L’Opinion nationale du 11 février 1862. Barral retrace la cérémonie de remise de prix de l’AP et de l’APH, cite des passages des discours de ROULAND et de PERDONNET, insiste sur la diffusion des cours de l’APH jusque Metz (nous y reviendrons dans de prochains billets) et termine en soulignant la récente ouverture des bibliothèques populaires … Cliquez sur la fenêtre pour ouvrir le document dans Retronews.

Si les « ouvriers » prennent pour guides LIONNET et LEROYER (qui passe ensuite à l’AP),  ils vont aussi trouver Auguste PERDONNET, Édouard LABOULAYE et Jean-Augustin BARRAL qui plaidaient déjà pour des cours en 184831. Édouard LABOULAYE, lecteur 155 de la BAI-III, président de la BAI-V, sera désigné à la présidence de  l’APH pour l’année 187632.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Certains professeurs comme Henri HARANT ont dû exercer leur activité dans « l’enseignement libre » après avoir refusé de prêter serment à l’Empire en 1852. Adolphe ADAM (2e inscrit de la BAI-III) [voir fiche ADAM] et Louis GRANDEAU (9e inscrit de la BAI-III ; élève de BARRAL) [voir fiche GRANDEAU], remerciés dans les compte-rendus de la BAI-III car ils ont aidé à la rédaction des statuts, ont l’âge de leurs élèves de l’APH.

Certains sont au conseil d’enseignement comme Alexandre LABROUSTE, directeur du Collège Sainte-Barbe, au conseil de patronage comme Georges HACHETTE. Nous retrouvons même les maires d’arrondissement du 3e et du 5e, ARNAUD-JEANTI et Marc-Aurèle RATAUD (année scolaire 60/61).

Dans le panel de 58 personnes de la BAI que nous étudions, nous identifions 19 élèves inscrits au palmarès de la Philotechnique dans les documents que nous avons dépouillés.

5/ Une entraide très soulignée  des ouvriers et des professeurs de l’APH autour des trois bibliothèques pionnières

Les débuts de la BAI-III sont mouvementés.  On comprend que l’AP et l’APH, complémentaires mais non sans rivalités – en tout cas du vivant d’Auguste PERDONNET33 – sont indispensables à la naissance de cette association qui n’aurait pas obtenu les autorisations administratives nécessaires sans le soutien de ces deux institutions. Mais la BAI-III semble avoir également pâti des « bisbilles » larvées entre les deux associations34. Après le décès de Perdonnet (1867), et plus encore après la chute du Second Empire, les fondateurs de la BAI-III souligneront le rôle fondamental de l’APH, bien plus que celui de l’AP. Alexandre VIARD (Voir sur ce carnet « Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes)« ), maire de la commune natale de Jean-Baptiste GIRARD, qui aide ce dernier à fonder une bibliothèque populaire à Hortes (Haute-Marne), raconte également :

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’œuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dont il est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires35.

Dans le premier (et dernier ?) compte-rendu des activités de la bibliothèque populaire de Hortes36, Alexandre Viard précise les circonstances de la fondation. Deux noms de l’APH parisienne apparaissent, ceux de MARGUERIN et GRANDEAU :

Le 28 juillet 1861 nous étions réunis pour organiser une bibliothèque par souscription, dans la commune d’Hortes, en nous inspirant des idées et en nous mettant sous le patronage de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3ème Arrondissement de la Ville de Paris.

Un enfant du pays que vous connaissez tous, M. Girard, membre du conseil d’administration de la société de secours mutuels des arts et métiers et Vice-Président de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction de Paris a conçu le premier l’idée de cette Bibliothèque, d’un zèle et d’un dévouement à toute épreuve, initié de longue date à tous les détails d’organisation des sociétés de secours, il a bien voulu depuis l’origine de notre création, nous aider de ses conseils et de son expérience.

Un autre enfant du pays, M. Bailly, nous a aussi prêté un concours actif et désintéressé.

Nous avons de plus, conquis les sympathies des hommes les plus éminents dont la mission semble sur terre toute de charité et de dévouement, et qui n’ont d’aspiration que pour le bien des sociétés.

Qu’ils me permettent de nous citer leurs noms. C’est M. Marguerin, directeur de l’École Turgot à Paris, qui dernièrement encore voulait bien nous assurer de sa sympathie pour l’œuvre que nous avions entreprise et nous promettait son concours pour notre institution naissante.

C’est M. Grandeau, professeur de chimie à l’association philotechnique de Paris, qui nous dirigeait, nous encourageait, et recommandait chaleureusement notre œuvre.

Je suis sûr d’être l’interprète de vos sentiments en remerciant publiquement ces Messieurs de leur généreuse intervention37[…]

C’est donc l’APH que l’on retrouve à Hortes (fondation rurale), à Vernon (fondation dans une petite ville) et à la BAI-III en 1861-1862, ce qui confirme les liens entre étudiants et professeurs de l’APH autour des trois bibliothèques populaires pionnières38, en tout cas les liens forts entre Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] – généralement considéré comme « le » fondateur des bibliothèques populaires, qui a des années durant fréquenté les cours de l’APH (il est lauréat entre 1855 et 1860) – et ses anciens professeurs. Il n’est donc pas étonnant, lorsque la BAI-III connaît des vicissitudes en 1863, que Girard la quitte  provisoirement et devienne pour de longues années l’agent de la Philotechnique39

Extrait des Cours de l’Association philotechnique de Paris pour 1876-1877. Recueil APH, BnF. Cliché : Agnès Sandras.

C’est donc de manière logique que le soutien de l’APH dès le début du projet a plus durablement marqué l’histoire de la BAI-III que la présidence de PERDONNET accompagné de professeurs de l’AP qui n’en constitue qu’un intermède, intermède de surcroît clivant entre 1863 et 1867 (voir billets Perdonnet sur ce carnet). Ainsi, le soutien de l’APH à la BAI-III est mis en scène dès 1866 par Adolphe ADAM qui fait partie du groupe parti avec Girard fonder la BAI-V plutôt que de rester dans une BAI-III au fonctionnement revu et corrigé par l’administration impériale et dirigée par Perdonnet (voir Rapport ADAM à la BAI V lors de l’AG du 18 mars 1866). Paul DELAMARCHE peaufinera par la suite ce récit désormais fondateur : voir Historique et développement des bibliothèques populaires en France par Delamarche.

Les palmarès, qui indiquent les noms des élèves récompensés mais aussi ceux des professeurs  dont les cours ont donné lieu à ces récompenses, permettent d’en savoir un peu plus sur les étudiants et enseignants qui se sont côtoyés durant de longs mois, même si nous ignorons, répétons-le une fois encore, les patronymes de ceux qui ne sont pas primés. En tout cas, on y retrouve les noms d’étudiants motivés, qui ont souvent suivi les cours 5 ou 6 ans de suite. La variété des cours suivis indique une grande curiosité intellectuelle  et/ou des besoins divers chez des personnes parfois arrivées quasi illettrées à l’âge adulte, et la fidélité aux enseignements délivrés à l’APH. La progression sociale observée chez ces étudiants laisse à penser que le niveau des cours est très satisfaisant, et que l’attachement des élèves à leurs professeurs et à leur école  dépeint par la presse n’est pas que de façade.

Médailles décernées par l’Association philotechnique de Paris pour l’année 1859-1860. Recueil APH, BnF. Cliché: A. Sandras.

On peut aussi se demander si la fondation de la BAI-III comme bibliothèque permettant d’approfondir les cours de l’APH n’est pas en partie un alibi commode pour obtenir l’autorisation d’ouvrir une bibliothèque dont les ouvrages seraient aussi prétexte à prolonger des échanges moins scolaires et plus politisés  entre auditeurs de l’APH voire même avec leurs professeurs40

 

6/ Le palmarès de l’APH entre 1853 et 1864

Nous avons donc reconstitué une liste de 846 élèves avec leurs patronymes par ordre alphabétique, leurs prénoms, et leurs professions successives qui vont souvent dans le sens d’une ascension sociale et les années de scolarité suivies par chacun d’eux. Cela représente moins de 10% des élèves suivant les cours.

En début de tableau : les 19 élèves de notre étude, puis les 45 autres lecteurs élèves, puis 3 élèves appartenant à d’autres BAI.

Nous mettons à disposition des personnes intéressées le tableau ainsi obtenu. Voir ici le  Palmarès des élèves de l’APH entre 1853 et 1864 établi par Louise Oudin à partir des différents palmarès imprimés.

Peut-être trouvez-vous dans cette liste un ancêtre ou un personnage dont la biographie vous intéresse et comprendrez mieux comment sa vie a pu changer grâce aux cours de l’APH…

Cite this article as: Groupe réseaux des bibliothèques populaires, "Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique," in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793.

  1. Henri Harant, « Enseignement populaire – Classe 89 », in Études sur l’Exposition de 1867 ou Les archives de l’Industrie au XIXe siècle : description générale, encyclopédique, méthodique et raisonnée de l’état actuel des arts des sciences de l’industrie et de l’agriculture chez toutes les nations…., Série 6, Fascicule 26-30, par M. M. les rédacteurs des Annales du génie civil, Paris, E. Lacroix, 1869. []
  2. Sur les cours du soir, on lira les récents travaux de Carole Christen et notamment Les écoles du peuple à l’ère des révolutions du XIXe siècle (1815-1880), dossier de la Revue d’Histoire du XIXe siècle, n°55, 2017/2, sous la direction de Carole Christen et Caroline Fayolle. []
  3. Nous avons utilisé pour cette recherche ceux figurant dans le recueil  « Association   Philotechnique », département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. []
  4. Les débuts de l’APH sont rapportés  par Antoine Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898; et par François Vatin en 2007 : « L’Association polytechnique (1830-1900) « Éducation ou instruction » ? ou la place des sciences sociales dans formation du peuple », in Management et sciences sociales numéro 3, pages 245  à 296. []
  5. Voir sur ce carnet : « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III« . []
  6. Lors de la construction de nouveaux bâtiments pour l’École Turgot en 1865, les cours ont lieu dans les amphithéâtres du Lycée Charlemagne. []
  7. Décédé à 46 ans à Paris 4e le 25/9/1865, il est  né à Vitré. []
  8. Recueil Association Philotechnique, BnF. []
  9. Sur cette société, voir Renaud d’Enfert, « Jomard, Francœur et les autres… Des polytechniciens engagés dans le développement de l’instruction élémentaire (1815-1850) »Bulletin de la Sabix , 54 | 2014. []
  10. Registre des premiers lecteurs. []
  11. Voir Ian Frazer, dans  ”Jean-Baptiste Girard (1821_1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction”, in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ille arrondissement, 1989, page  69. []
  12. CR-BAI-III, exercice 1875-1877, page 16. []
  13. Pressard, op. cit. []
  14. Recueil Association philotechnique. []
  15. Georges Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946. Pages 454 -459. []
  16. Achille Mercier, « La grève et l’association« , La Réforme politique et sociale, 13 juillet 1869. []
  17. Duveau, op. cit., et  Le Temps du 21/2/1869. []
  18. Recueil Association philotechnique. []
  19. CR BAI XVIII, Statuts et règlements 1864, page 14. []
  20. Voir les remerciements de Lévi Lippmann à l’AP et à l’APH dans Les Archives israélites de France du 15 mars 1863. []
  21. Pressard, op. cit., pages 45-46.14 élèves de l’AP vont à Londres en 1862 selon L’Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France de 1880. Ces voyages où sont conviés des élèves de l’AP lors des grandes expositions ont été mis en place dès les années 1850. []
  22. Voir Le Petit Journal, 27 mars 1865. []
  23. Le Siècle du 15/1/1861. []
  24. Il s’appelait Emile Fortuné LECAT, Marguerin était son surnom : voir son dossier ici dans la base LEONORE. []
  25. Nous n’avons pas pour le moment retrouvé de sources nous permettant de repérer les élèves non récompensés. []
  26. Voir sur ce carnet le billet qui lui est consacré. []
  27. Voir Ian Frazer, op. cit. et  Agnès Sandras, Des bibliothèques populaires à la lecture publique []
  28. Testament ERBS, AN MC/ET/XXVIII/1643-1644. Et Discours de LEVIEZ dans Le Bulletin de la Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, séance générale du jeudi 7 juin 1866, page 11. Sur les cours publics que l’on pouvait alors suivre voir ici l’article du Grand Larousse. []
  29. CRBAI-III, 1875-1877, page 16. []
  30. Voir Agnès Sandras, « Les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction : Hortes et Vernon, expériences à la campagne et dans une petite ville de province », in Des Bibliothèques populaires  à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014 et autres travaux sur Delbrouck à Vernon. []
  31. Voir La Démocratie pacifique  du 13 mars 1848. []
  32. Voir Le Journal des débats, 29 juillet 1875. []
  33. Voir sur ce carnet les billets concernant Perdonnet. []
  34. Ibid. []
  35. Alexandre Viard, « Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872« . []
  36. Le dossier conservé par les AD52 ne contient pas d’autre rapport d’AG. []
  37. Compte-rendu de l’Assemblée générale de 1862, Bibliothèque populaire de Hortes, AD 52, 107MO3. []
  38. Voir Agnès Sandras, op. cit. []
  39. Voir Ian Frazer, op.cit. et fiche Girard. []
  40. Sur les enjeux politiques, voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », in Bibliothèques en utopie – Les socialistes et la lecture au XIXe siècle (dir. N. Brémand), Presses de l’enssib, 2020. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet

BLANCHET, Pierre Armand Charles (1819-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Héritier d’une célèbre famille de facteurs de clavecins, dirigeant d’une entreprise de fabrication de pianos, notable proche du pouvoir (membre du tribunal de commerce, maire du 10e arrondissement en 1877), fondateur d’une société de secours mutuels, secrétaire de l’association polytechnique où il donne des cours gratuits d’arithmétique, il a 42 ans lors de la création de la BAI-III.

 

NOM : BLANCHET

Prénoms : Pierre Armand Charles

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III :

numéro 246 parmi des enseignants de l’Association polytechnique, PERDONNET 243 [voir fiche], MEYER 244 [voir fiche], HARANT 245 [voir fiche], LEROYER 247 [voir fiche].

Rôle dans la BAI-III : administrateur1 en 1861-1862.

État-civil et famille 2:

Pierre Armand Charles naît le 07/04/1819 à Paris, 2e arrdt et prend la suite de cinq générations de célèbres facteurs de clavecins et de pianos.  Il se marie le 14/10/1844 dans le 10e arrdt où il décède le 23/03/1900. Il est mentionné en général sous le nom de « Blanchet fils ». Son père, Nicolas, facteur breveté de la duchesse de Berry, et durant la monarchie de Juillet de la reine Marie-Amélie, est associé en 1826 à Jean ROLLER, inventeur des pianos droits. Sa mère se nomme Charlotte Pierrine PETIT (Besançon 1799-Paris 9e arrdt 12/09/1863). Son épouse, Henriette Zélie BULLY, née le 24/12/1824 à Meaux (Seine-et-Marne), est la fille du principal du collège de Meaux, officier d’université, et la sœur de Joseph BULLY, procureur révoqué depuis le coup d’État de 1851 et homme politique3. Mariés en 1844, Charles et Zélie semblent avoir eu trois enfants4.

Leur fils, Henri Marcel (Paris, 18/11/1852–Pau, 12/02/1922) abandonne la tradition et devient officier de cavalerie. Il épouse le 08/02/1893 à Paris, 8e arrdt. Suzanne Salomé DOLLFUS (1860-1896), protestante, divorcée, fille de Camille DOLLFUS (1826-1906), ancien député bonapartiste, gendre du baron HAUSSMANN, petit-fils de Nicolas KOECHLIN entrepreneur mulhousien pionnier des chemins de fer en Alsace.

Professions: Facteur de pianos. Dans le registre d’inscription à la BAI-III, il n’indique pas de profession, et sur la liste des administrateurs de la bibliothèque il se présente comme « secrétaire de l’association polytechnique5 ».

Adresse connue :

1848 -1900 : 26 rue d’Hauteville, 10 arrdt, Paris, qui était déjà l’adresse de la maison Roller et Blanchet en 18426.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 7 :

très actif, il est membre du bureau de l’AP dès 1850. Il en est secrétaire jusqu’en 1868. Il donne des cours d’arithmétique (à l’École centrale en 1860). En 1865 est créé un conseil d’enseignement de 22 membres dont il est un des 11 vice-présidents. En 1868, est nommée une commission de révision des statuts dont il fait partie ; il est nommé vice -président honoraire, et on le voit délégué de la section de la « mairie du Prince Eugène » (11e arr.), responsabilité qu’il semble avoir assurée dès les années 1865-67. Enfin, à la suite des élections du bureau de 1875, il est nommé délégué de la 8e section, Faubourg Saint-Martin.

L’enseignement du chant s’appuie sur le piano, et il est certainement en rapport avec François Joseph FOULON professeur de chant à l’AP et à l’APH  et propagateur  des orphéons.

Dans un discours prononcé lors de la distribution des prix, le président de l’Association polytechnique Auguste PERDONNET le donne en exemple : « il est jeune, riche, considéré, et a obtenu comme industriel la plus haute récompense. D’autres dans sa position ne trouvent de bonheur que dans le monde où ils sont si bien placés. Pour lui au contraire, le plus grand plaisir est de venir vous instruire. C’est un de nos professeurs les plus zélés, les plus capables. Ah ! messieurs, si les hommes riches savaient ce que l’on trouve de jouissance dans les rapports intellectuels avec le peuple, on en verrait en plus grand nombre suivre l’exemple de notre collègue8 ».

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée, mais par ses productions il est proche de la royauté, puis de l’Empire.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : il « fonde une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers9 ».

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : avec les enseignants et élèves de l’AP.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires :

Pierre Armand Charles Blanchet est un notable10. En 1838, il est admis à l’École polytechnique où il ne reste que quelques mois. Admis de nouveau en 1840, il est sous-lieutenant élève du génie en 1842, mais il donne sa démission en 1843. Il prend alors la suite de son père puis de son associé Jean ROLLER11, inventeur des pianos droits et peintre. À la tête de l’établissement Blanchet fils, il est nommé en 1853 « facteur de pianos droits de S. M. l’Impératrice12». Il met à profit ses connaissances scientifiques, dépose des brevets et remporte des prix (1844, Paris, exposition nationale des produits de l’industrie, médaille d’or ; 1849, Paris, exposition nationale, hors concours ; 1851, Londres, exposition universelle, « prize medal » ; 1855, Paris, exposition universelle, médaille de 1ère classe, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur13 ; 1867, Paris, exposition universelle, une médaille d’argent décernée à Blanchet fils et des médailles décernées à deux de ses ouvriers). En 1859, il rachète la part de son associé ROLLER, qui désire se consacrer pleinement à la peinture, et il crée « un nouveau piano dit de format commerce…. accessible à toutes les fortunes. Désormais cette importante manufacture réunira donc les deux branches, également essentielles, d’une fabrication à la fois artistique et commerciale14 ». Charles Blanchet et son épouse organisent à cette période des soirées musicales dans leurs « riches appartements15 ».

Le système Roller de piano droit, moins encombrant et moins onéreux que le piano à queue, est repris par plusieurs manufacturiers. Il est destiné à une petite bourgeoisie, et même à des milieux relativement modestes. On compte dans les années 1850  environ 60 000 pianos à Paris. Cette démocratisation de la pratique instrumentale correspond à l’expression d’une aspiration profonde à un idéal de fraternité, de liberté et de savoir qui passe par une médiation culturelle. On la retrouve dans les chorales laïques d’hommes que sont les orphéons. Le premier catalogue de la BAI III comporte des partitions pour piano et chœurs d’hommes, « réductions d’opéras » et recueils de chants. Parmi ses lecteurs, on sait que Frédéric ERBS [voir fiche] possédait un piano et que Charles-Honoré PLOMB [voir fiche], premier bibliothécaire, était musicien16.

Blanchet s’implique également dans la vie de la cité : « ce fabricant, qui réunit aux plus éminentes qualités de l’industriel les meilleures qualités du cœur, a fondé une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers, et les fait participer au cours gratuit qu’il professe depuis de longues années à l’Association polytechnique17». Il est élu membre du tribunal de commerce le 20 juin 185818, il est nommé adjoint au maire du Xe arrondissement le 24 septembre 1873, puis maire le 10 août 1877.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

ADVP, actes d’état civil.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Geneviève  Deblock

Fiche publiée le  24 mars 2021 ; modifiée le …

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet," in Bibliothèques populaires, 25/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4774.

  1. CRBAI-III 1862/ ; CRBAI-III ADVP 1861/62. []
  2. Pierre Armand Charles Blanchet, ADVP : acte de naissance, 1819 ; acte de mariage, 1844 ; acte de décès, 1900 ; acte de mariage de son fils Henri Marcel, 1893. []
  3. Il meurt en 1890 rue de la Bienfaisance à Paris. Charles Blanchet est d’ailleurs l’un des témoins de l’acte de décès. On notera que Joseph BULLY lors de sa révocation s’installe près de Vernon – il aura une activité politique importante dans l’Eure sous la IIIe République -, mais  on ne le trouve ni dans les premiers membres ni dans les premiers donateurs de la bibliothèque populaire de Vernon qui a pourtant des liens très étroits avec la BAI-III. [Voir la fiche DELBROUCK]. []
  4. Nous avons pu identifier également une fille, Caroline-Henriette-Jeanne née en octobre 1848 à Meaux, selon le Journal de Seine-et-Marne, 14 octobre 1848. []
  5. Registre d’inscription de la BAI-III ; CRBAI-III 1862/1. []
  6. Registre d’inscription de la BAI-III ; Didot-Bottin, 1842 ; adresse figurant sur l’acte de sa naissance de sa fille en 1848 : BMS Meaux Année 1848, cote 5MI46391848. AD77. []
  7. Voir Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  8. Discours de Perdonnet lors de la distribution des prix aux élèves des cours gratuits des Associations polytechnique et philotechnique,  La Presse, 26/01/1860. []
  9. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie & du commerce, 1855, p. 12-13 ; Musée de la mutualité française, sociétés de secours mutuels. []
  10. Voir une biographie sur la famille Blanchet dans le Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 15/02/1855 ; Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 1865 ; Charles-Joseph-Nicolas Robin, Histoire illustrée de l’Exposition universelle de 1855, p. 97-100 ; CARNET4127 ; Jean Claude Yon, La démocratisation de la pratique musicale au XIXe siècle, conférence donnée le 12 mai 2006 à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement ; Paul Gerbod, « L’institution orphéonique en France du XIXe au XXe siècle », dans Ethnologie française, janvier-mars 1980, nouvelle série, T. 10, No. 1 (janvier-mars 1980), p. 27-44. []
  11. Voir sur le site lieveverbeeck.eu les Brevets Roller et Blanchet, pianosfrancais1850-1874, La Gazette des tribunaux,11 mars 1852, p. 4. []
  12. Revue et gazette musicale de Paris, vol. 10, p. 127. []
  13. Son dossier ne figure pas dans la base Léonore où l’on trouve en revanche le dossier de son fils et celui de Roller. []
  14. Revue et gazette musicale de Paris, 13/05/1858, p. 204. []
  15. Le Ménestrel, 1er avril 1855. []
  16. Voir sur ce carnet, le billet « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III. []
  17. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 1855, p. 12-13. []
  18. Le Ménestrel,  20/6/1858. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier

CHARPENTIER, Auguste (1826-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Parisien, fils d’un serrurier, il entre dans l’armée à l’âge de 21 ans. En 1860, il figure au palmarès des cours gratuits des Associations philotechnique et polytechnique, et en 1861 il adhère à la BAI-III où il est pressenti comme administrateur. Il participe à la défense de Paris pendant le Siège prussien, puis est rattaché à l’armée de Versailles pendant la Commune.

 

NOM : CHARPENTIER

PrénomsAuguste Joseph

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 3

Rôle dans la BAI-III1:

Il figure comme administrateur avec la mention « prix d’honneur de l’association polytechnique », dans une liste manuscrite2 qui peut être datée entre l’A.G. provisoire de 1861 et l’A.G du 02/02/1862. Il participe bénévolement au recueil des cotisations et au catalogage.

État-civil et famille 3: Auguste CHARPENTIER naît à Paris, 39 rue de Buci (ancien 10e arr.) le 21/03/1826. Ses parents, Pierre Guillaume, serrurier, et Anne Joséphine CHARPENTIER, demeurent 24 rue Saint Paul (4e arr.) en 1859 quand Auguste se marie. Un frère, Adolphe, naît en 1830.

Il épouse le 05/06/1855 à Tournan en Brie (Seine-et-Marne) Joséphine Adalie VALLET (09/02/1835 – 23/10/1859). Sa première fille, Joanina Adalie Alexandrine Augustine, née le 17/06/57 à Paris de ce premier mariage, épouse Jules FRANÇOIS, fils d’un menuisier, le 01/06/1880 à Paris (14e arr.)

Veuf le 23/10/1859, il épouse en secondes noces le 04/06/1872 à Paris (14e arr.) Alexandrine-Marie ÉCAILLE née le 19/11/1834 à Aisey-le-Duc (actuellement Aisey-sur Seine, Côte d’Or), sans profession, fille d’un cantonnier, dont il a une seconde fille, Sylvia Niobâe (1866-1942) née hors mariage et reconnue.

Il décède le 29/07/1900 à 74 ans, Villa Parrot à Sèvres (Seine-et-Oise, auj. Hauts-de-Seine).

Professions 4 : Ouvrier d’artillerie de 1847 à 1857, successivement dans les 11e, 3e, 9e compagnies, il monte en grade et devient maréchal des logis en 1857. Il devient ouvrier d’État de 1860 à 1865, puis garde d’artillerie au dépôt central à Paris de 1871 à1878. Le 10/01/1886, il a 60 ans, cesse ses activités et reçoit une pension de retraite.

Adresses connues 5:

1855, lors de son 1er mariage : 24 rue Saint Paul, Paris, 4e arr.

1861, lors de l’ouverture de la BAI-III : 32 rue du Château (Plaisance), Paris 14e (adresse qui correspond avant l’annexion au 115 rue du chemin de fer, Vaugirard).

1872, lors de son 2e mariage : 29 rue Saint Médard, Paris, 5e arr.

1880, lors du mariage de sa fille : 29 rue du Texel, Paris 14e arr.

1900, à son décès : Villa Parrot, Sèvres.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique6 :

Il suit les cours gratuits de l’association philotechnique à l’école Turgot : il obtient en 1853-54 le 3e prix de grammaire, en 1854-55, le 2e prix de grammaire.

Il suit aussi les cours de l’association polytechnique, qui ont lieu à l’École centrale : il reçoit le 22/01/1860 pour l’année 1858-1859 un prix d’honneur accordé par l’Empereur et trois premiers prix : géométrie appliquée aux arts avec le professeur Henri  HARANT ; chimie ; machines.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III7: avec GIRARD [voir fiche GIRARD], BELLAMY [voir fiche], BRIÈLE [voir fiche], CHARDAR [voir fiche], CHRETIEN [voir fiche CHRETIEN], CLOUET [voir fiche CLOUET], COLLET [voir fiche], … il participe aux petits travaux de bibliothèque. À l’association polytechnique, il a comme professeur HARANT [voir fiche].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires 8

Il est engagé volontaire le 17 mai 1847 à l’âge de 21 ans, dans la 11e compagnie des ouvriers d’artillerie, chargée de la réparation et de l’entretien de l’armement. Son premier acte de mariage nous apprend qu’il est en garnison à Vincennes, le second qu’il travaille au dépôt central. Le 28/12/1859, il est décoré de la médaille militaire. Selon ses états de services, en 1851 il fait campagne pendant les « troubles de Paris ». Affecté au dépôt central de l’artillerie, il participe à la défense de Paris pendant le Siège. Pendant la Commune, il reste au dépôt central « par ordre du Général Directeur. Arrêté le 10 mai par la Commune, sorti de Paris le 12 mai9». Le 05/02/1878, il est promu chevalier de la Légion d’honneur.

À 27 ans, il s’inscrit dans les cours gratuits des associations philotechnique et polytechnique, qui lui valent certainement les promotions professionnelles que l’on constate.

Un inventaire établi après le décès de sa première épouse, mentionne un livret de la caisse d’épargne et de prévoyance de Paris contenant 50 francs, décerné le 17 juillet 1859 par « sa Majesté l’Empereur Napoléon III », certainement à l’occasion d’une distribution de prix de l’AP. Cet inventaire précise également qu’il possède « 28 volumes reliés de différents auteurs, prisés 30 francs » et a en dépôt un petit matériel d’imprimerie.

En 1861 il est un des premiers sociétaires de la BAI-III, où il est pressenti comme administrateur en tant que « prix d’honneur de l’association polytechnique ». Mais il n’est pas retenu dans le bureau de 1862, tout comme le menuisier Benjamin DUMOUTIER et le dessinateur Jean Baptiste Marie PAUL [voir fiche].

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1 ; Légion d’honneur,  LH/493/63 ; A. J. Charpentier, acte de mariage 1855 ; acte de mariage 1872 ;  Mariage de sa première fille ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès 1900.

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteurs de la fiche : Geneviève et Pierre Deblock

Fiche publiée le  10 mars 2021 ; modifiée le …

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier," in Bibliothèques populaires, 10/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4758.

  1. CRBAI-III ADVP 1861/62 ; CRBAI-III 1862/1. []
  2. ADVP VD6 1191-1. []
  3. A.J. Charpentier, Légion d’honneur 05/02/1878,  LH/493/63 ; acte de mariage, 1855, AD77 ; acte de mariage, 1872, ADP ;  Mariage de sa première fille, ADP ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès, 1900, AD77. []
  4. Voir Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 à 1860-61, le Registre des premiers lecteurs. []
  5. Registre dit des lecteurs de la BAI-III ; Légion d’honneur ; arbre généalogique. []
  6. Bulletin de la Société philotechnique, 1853/54, 1854-55 ; Le Constitutionnel, 24/01/1860,  ; Le Monde illustré, 28/01/1860 ; Victor Meunier, L’ami des sciences, 1860, p. 160. []
  7. CRBAI-III 1862/1.. []
  8. Légion d’honneur ; Bulletin des lois, op. cit. ; CRBAI-III ADVP 1861/62 ;  Le Constitutionnel, 30 août 1858 ; Inventaire après le décès de Mme Charpentier, 13 avril 1860, études maître Aveline notaire à Paris, AN cote MC/ET/CIII/729. []
  9. Le Journal officiel de Paris pendant la Commune (20 Mars-24 Mai 1871). Histoire. Extraits, fac-similé du dernier n° (24 Mai), de  Charles Louis Livet, 1871, mentionne pour le 17 avril, p. 193, « Art. 5 : toutes les armes recueillies par les mairies seront renvoyées à Saint Thomas d ’Aquin ». Le dépôt central de l’artillerie semble donc être aux mains des communards. Cependant, Auguste Charpentier dit y être resté jusqu’au 10 mai. []

Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (I/ Un ingénieur des chemins de fer passionné par l’instruction du peuple)

La tradition associative de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction a dès le XIXe siècle identifié son héros fondateur, Jean-Baptiste Girard1. Cette tradition, confortée par le colloque de 19842, a mis à l’honneur la figure de l’ouvrier méritant, arrivé peu instruit à Paris, et que des rencontres politiques auraient déterminé à s’émanciper grâce à la lecture. Par opposition, Auguste Perdonnet, issu des élites de la grande bourgeoisie, proche du cercle impérial, a peu séduit la tradition associative et les chercheurs… Pourtant, il semble à peu près assuré que sans Perdonnet la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement parisien (BAI-III) serait durablement restée fermée  après seulement quelques mois d’existence (voir prochain billet). Je vais donc tenter de tenir une promesse – répétée depuis des années lors de mes présentations sur les bibliothèques populaires – en livrant ici les différents éléments que j’ai pu trouver sur Auguste Perdonnet. Continuer la lecture de Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (I/ Un ingénieur des chemins de fer passionné par l’instruction du peuple)

  1. Isabelle Antonutti et Sarah Clément, « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3807 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.3807 []
  2. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement. Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. Colloque, Paris, 10 novembre 1984. []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)

Il me faut enfin donner le palmarès dont vous aurez déjà deviné qu’il est sans surprises. Encore que… !

Rappelons, pour plus de clarté, que la liste générale des récompenses décernées lors de l’Exposition de 1867 distingue les exposants et les coopérateurs de chaque classe avec la gradation suivante1 :

* hors concours

* grands prix

* médailles d’or

* médailles d’argent

* médailles de bronze

* mentions honorables

On découvre parmi le palmarès de la classe 90 les bibliothèques populaires et/ou leurs fondateurs suivants.

En qualité d’exposants :

– sont médaille d’argent : la Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction, Paris (n° 47)

– médaille de bronze : la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin, Mulhouse (n° 54); la Société alsacienne pour les bibliothèques populaires, Colmar (n° 46); la Société des bibliothèques communales, Aisne (n° 41); la Société des bibliothèques aveyronnaises, Rodez (n° 43); la Bibliothèque populaire, Dieulefit (n° 55); la Société des livres utiles, Paris (n° 40)

– se voient décerner une mention honorable : bibliothèque du 5e arrondissement (n° 48); bibliothèque du 8e arrondissement (n° 49); bibliothèque du 11e arrondissement (n° 50); Viard, Hortes, bibliothèque communale (n° 59); Leclaire, Herblay, bibliothèque communale (n° 57)

En qualité de coopérateurs :

– médailles d’argent : Girard, pour sa participation à la création des premières bibliothèques populaires (n° 47); Jean Macé, pour le développement des bibliothèques communales du Haut-Rhin (n° 54)

C’est donc incontestablement la Bibliothèque des amis de l’Instruction qui se taille la part du lion avec une médaille d’argent (dont on ne sait si elle est générique ou concerne spécifiquement la bibliothèque fondatrice du 3e arrondissement), trois mentions honorables car les bibliothèques d’arrondissement sont aussi créées par les Amis de l’Instruction (quatre si l’on considère que la bibliothèque d’Hortes est la petite soeur rurale2 ) et une médaille d’argent pour son fondateur, Jean-Baptiste Girard.

Cette pluie de médailles pose question. Comment une bibliothèque, fondée par des artisans et ouvriers aux opinions politiques peu en phase avec le pouvoir impérial, a-t-elle pu obtenir des récompenses ? Rappelons en effet que son fondateur a été arrêté en 1850  pour réunion non autorisée et qu’il était alors connu pour  ses sympathies socialistes3. Rappelons aussi que le pouvoir municipal du IIIe arrondissement, ému des discussions que tenaient les membres de la bibliothèque dans la cour de la mairie, et de leur volonté d’acquérir librement des ouvrages tels que ceux de Proudhon, avait demandé la dissolution de l’association en 1863. Que doit-on en conclure ? Que depuis 1863, la bibliothèque du IIIe arrondissement, désormais dirigée par Auguste Perdonnet, directeur de l’Ecole centrale des Arts et manufactures, un proche du pouvoir impérial, ne suscite plus la méfiance des autorités, de même que Girard, qui avec le soutien de l’aide de camp de Napoléon III, le colonel Favé, a fondé la Société Franklin afin de propager l’oeuvre des bibliothèques populaires ? Qui est le manipulateur ? Girard, qui en acceptant de travailler avec le cercle proche de l’empereur, parvient à fonder et développer les bibliothèques populaires ? Perdonnet, qui en lui octroyant son soutien, exercerait ainsi une surveillance et infléchirait le projet dans un sens paternaliste ?

Les recherches menées jusqu’ici ont plutôt présenté Girard comme un héros recommençant inlassablement son ouvrage dans un autre endroit dès que son indépendance était menacée. Il me semble néanmoins intéressant d’explorer une troisième voie. Auguste Perdonnet et Jean-Baptiste Girard, bien que provenant de milieux sociaux et de cercles politiques différents, ont pu tous deux être mus par le désir de créer des bibliothèques populaires. Le plus influent, débordé par ses fonctions diverses (Perdonnet était un ingénieur des chemins de fer très actif, le président de l’association polytechnique, etc.), aurait ainsi aidé discrètement Girard à réaliser leur rêve commun. En effet, Perdonnet avait déjà tenté de créer une bibliothèque pour l’association polytechnique et, par ailleurs,  s’investissait énormément dans l’enseignement aux ouvriers. Perdonnet présidant l’association polytechnique, rivale de la philotechnique, on a pu en déduire qu’il existait entre eux un fort antagonisme car Girard après avoir été l’élève de la philotechnique en était devenu l’agent. Le fait que Girard s’est éloigné de la Bibliothèque des amis de l’instruction lorsque celle-ci a dû se donner Perdonnet pour président et qu’il n’ y est revenu qu’à la mort de celui-ci a conforté cette hypothèse. On constate d’ailleurs que lorsque Perdonnet accepte la présidence de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, les membres du conseil qui étaient professeurs à l’Association philotechnique disparaissent. Toutefois, au-delà de ces rivalités, l’étude d’événements pourtant très officiels et très surveillés comme l’Exposition de 1867 montre qu’il existe un solide  réseau de personnages influents autour des bibliothèques populaires.

Ph. Pompée, le vice-président du comité d’organisation de la classe 90, déplorait dans un pré-rapport le peu de candidatures4. Il est certain que du côté des naissantes bibliothèques populaires, les candidatures ne pouvaient pas être innombrables. Néanmoins, si les archives de l’Exposition de 1867 n’ont pas gardé trace de refus d’admission de ce type d’association, il existe au moins un exemple de candidature non retenue dans les archives du ministère de l’Instruction publique, celle des Bibliothèques populaires de la Sarthe. Datée de janvier 1867, peut-être était-elle tout simplement trop tardive.

Il est en tout cas évident qu’on se trouve en présence d’un réseau de quelques dizaines de personnes qui se favorisent mutuellement, sans doute dans l’espoir de se faire connaître du grand public et de bénéficier ainsi de protections politiques. N’oublions pas que l’année 1867 est particulièrement difficile pour les bibliothèques populaires, et que si Sainte-Beuve prend leur défense, il subsiste bien des ennemis5. On retrouve en effet parmi les récompensés, « Son Excellence M. le ministre de l’Instruction publique » (ie. Victor Duruy), médaillé d’or de la classe 89, qui a soutenu la Bibliothèque des Amis de l’Instruction lors de ses démêlés avec Arnaud-Jeanti, maire du 3e arrondissement. Le très actif vice-président, Ph. Pompée, reçoit une récompense « hors concours » en tant que directeur de l’Ecole professionnelle d’Ivry. Or Pierre-Philibert Pompée a tout d’abord fondé l’Ecole Turgot, dont il a été éloigné, pour ensuite retrouver les faveurs du pouvoir impérial grâce à l’appui de Duruy, et sans doute d’Auguste Perdonnet qui était un ami.

 A la tête de l’Ecole Turgot, se trouve désormais Emile Marguerin. Je ne peux résister à citer ces touchantes lignes de Marguerin sur le roman, datées de 1844 :

« N’est-il pas vrai, qu’un roman, quand il est bon, est pour l’esprit une récréation charmante ? Ne craignons pas de le dire : Heureux les lecteurs de romans ! Ils s’arrachent, pour un temps, aux misères de la réalité, aux lâches accommodements auxquels la raison amène le coeur, aux tristes concessions que la tyrannie des circonstances impose à l’âme qui se soumet en s’indignant, quand elle a la force de s’indigner. Les uns se soumettent sans combattre ; les autres se révoltent et luttent ; on dit que les premiers sont les plus sages ; pour moi, j’aime mieux les seconds. Mais, qu’on se résigne à une existence incomplète et mutilée ou qu’on la subisse, au moins il nous est donné à tous de voir, comme par une échappée, de plus douces perspectives : cette échappée, c’est le rêve, c’est l’idéal, c’est l’infini, c’est le roman ! Pauvre roman ! combien n’a-t-on pas déclamé, ne déclame-t-on pas contre lui ! Par quelles calomnies les Basiles bourgeois ne se sont-ils pas acharnés à le noircir ! Quelles persécutions les tyrans domestiques lui ont-ils épargnées ! « N’approchez pas de ces sources empoisonnées, on y puise la mort. » Ils crient si fort qu’ils effraient. Et contre toutes les sottises, les médiocrités, les pruderies ameutées, le roman n’a pour lui que quelques natures aimantes et timides ; ce ne sont pas celles qui font le plus de bruit6 . »

Cette conception du roman explique sans doute, en plus de ses origines modestes,  la vive sympathie de Marguerin pour la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement. Il n’hésite pas à l’accueillir dans une des salles de l’Ecole Turgot lors de sa fondation, et il y est ensuite très actif.

On a vu aussi, dans un précédent billet, que la personne qui présente officiellement la candidature de cette bibliothèque est Henri Harant, secrétaire général en 1867. Ce professeur de l’Association polytechnique reçoit une médaille d’argent pour ses publications et cours relatifs à l’enseignement des sciences.

Les Associations polytechnique et philotechnique sont à l’honneur : or pour la première, argent pour la seconde. Pour la polytechnique, un événement très signifiant se produit. Auguste Perdonnet avertit le Comité de l’Exposition qu’il préfère laisser le soin aux professeurs de l’Association polytechnique d’aller eux-mêmes retirer la médaille dont il considère qu’elle leur revient. Cela explique très certainement pourquoi le nom de Girard apparaît très tardivement à l’Exposition universelle. On a vu que la candidature est déposée par Harant, secrétaire de la bibliothèque alors présidée par Perdonnet. Le nom de Girard est ajouté entre deux lignes de la liste manuscrite des récompenses face au numéro donné à la bibliothèque (47) sans formulation. Le motif de la récompense apparaît tardivement dans la liste officielle : « Girard – Pour la participation à la création des bibliothèques populaires ». Remarquons que ni prénom ni profession ne permettent de l’identifier, car il était sans doute difficile d’honorer avec éclat un ancien prisonnier politique… Il est permis de supposer que Perdonnet n’a pas souhaité non plus recevoir la médaille de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction et que tous se sont accordés à trouver logique qu’elle soit décernée à Girard. Ce dernier est-il allé la chercher ? Les archives restent muettes sur ce sujet.

Remarquons aussi (entre autres !) la médaille remise à Edouard Charton, pour la fondation du Magasin pittoresque. Charton est à l’origine de la très dynamique bibliothèque populaire de Versailles (1864)… Résistons à la tentation de mentionner tous les personnages récompensés en 1867 que l’on retrouvera pendant plusieurs décennies autour de nouvelles bibliothèques populaires.

Même si ces médailles semblent savamment distribuées par un petit groupe, il n’en reste pas moins qu’en acceptant de les récompenser, Napoléon III délivre un message fort qu’il est difficile d’interpréter aujourd’hui. S’agit-il de cadrer ainsi les velléités d’indépendance de ces associations ? L’empereur s’incline-t-il devant un mouvement qui le dépasse mais dont il connaît l’inéluctabilité ? Ou est-il berné par un entourage qui en lui proposant de récompenser un « Girard » cache le passé du personnage et par là-même encourage bien d’autres frondes ?

 

 

 

 

 

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)," in Bibliothèques populaires, 10/09/2013, https://bai.hypotheses.org/717.

 

 

 

  1. Liste générale des récompenses décernées par le Jury international, Paris, Imprimerie impériale, 1867. http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433045092545;view=1up;seq=583 []
  2. j’y reviendrai lors du colloque qui se tiendra en juin 2014 : Hortes est en effet l’expérience menée par Jean-Baptiste Girard, natif de Hortes, en milieu rural []
  3. voir le billet sur Jean-Baptiste Girard: http://bai.hypotheses.org/?p=148 []
  4. voir billet précédent []
  5. voir le billet  “Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ?” (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)http://bai.hypotheses.org/189 []
  6. Voir la notice  Marguerin du Dictionnaire pédagogique de F. Buisson: http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3127 []